Version classiqueVersion mobile

Les monarchies espagnole et française au temps de leur affrontement

 | 
Jean-Pierre Dedieu
, 
Gilbert Larguier
, 
Jean-Paul Le Flem

La monarchie française de 1559 à 1713

Recueil de documents

Gilbert Larguier

Texte intégral

Document XXV. Le droit populaire est fondé sur l’histoire (1573)

1La personnalité de François Hotman, les thèses qu’il défend dans la Francogallia, et le moment où il la publie donnent une bonne idée des déchirements provoqués par la Réforme en France et des débats qui s’instaurèrent sur la monarchie et l’exercice du pouvoir royal au cours de la seconde moitié du xvie siècle. Fils d’un conseiller du Parlement de Paris, Hotman fit son droit à Orléans, l’université où Calvin avait prédédemment été écolier. Il y eut pour condisciple Etienne de la Boétie ; Théodore de Bèze y étudiera à peu près au même moment. Converti au protestantisme, Hotman sera un des protégés de Calvin lorsqu’il devra se réfugier à Genève après la Saint-Barthélemy. Par là s’aperçoivent les liens qui unissent des œuvres aussi différentes que le Discours de la servitude volontaire de la Boétie, la Francogallia et le Du devoir des Magistrats sur les sujets de Théodore de Bèze. La conversion de François Hotman n’était pas inéluctable cependant : son père resta profondément catholique de même que ses frères. Deux d’entre eux s’engagèrent du côté de la Ligue, notamment Charles qui fut un des fondateurs et des chefs de la Ligue parisienne.

2Enseignant de talent, auteur de plusieurs ouvrages déjà lorsqu’il publia la Francogallia, Hotman fut profondément marqué par la Saint-Barthélemy. Son livre phare « se présente comme un ouvrage de droit constitutionnel avant la lettre, et même le premier du genre » (A. Leca) où il tente de retrouver la constitution coutumière du royaume depuis ses origines. La compilation historique de Hotman n’est pas sans mérite, même s’il l’oriente dans le sens de ses thèses : la dévolution de la Couronne se faisait par élection, les rois indignes pouvaient être déposés, la souveraineté appartenait aux trois états. François Hotman prônait ainsi non pas un gouvernement populaire, mais un régime mixte. Premier ouvrage monarchomaque marquant, la Francogallia aura un succès considérable dans le camp protestant comme dans le camp des ligueurs qui y puiseront nombre de leurs arguments.

3Les François donc eurent bien tousjours des Rois, voire mesmes lorsqu’ils se nommoient publiquement & se portoient pour autheurs & protecteurs de la liberté ; mais quand ils eslisoient des Rois, ils ne les elevoient pas là pour estre des tyrans, ou des bourreaux, mais pour estre leurs gouverneurs, leurs tuteurs, gardiens & defenseurs de leur liberté : ce qui se monstroit bien par la forme de la Republique Françoise, comme elle estoit establie pour lors...

4[...] combien le droit & l’authorité du peuple & des estats estoit grande à establir & retenir les Rois : attendu qu’il appert par toutes les Annales de France, que le peuple & les estats ont eu plein pouvoir & souveraine authorité de les déposer quand ils l’avoient desservi. Et de ceste puissance nous en avons un exemple notable en celui mesmes qui fut le premier declaré Roy de France et de Gaule...

5[...] Qui sembla estre un avertissement pour l’avenir : que ceux qui estoient appelez à la couronne de France, estoient eleus pour estre Roys sous certaines loix & conditions qui leur estoient limitées : & non point comme tyrans avec une puissance absolue, excessive & infinie...

6[...] Le Royaume de la France Gauloise ne souloit pas anciennement estre transferé des peres aux enfans, comme par droit successif, mais estoit decerné & deferé au plus digne, par l’advis des estats, & par les voix du peuple [...]

7Nous monstrerons ci apres que la souveraine et principale administration du Royaume des Francs Gaulois, appartenoit à la generale & solennelle assemblée de toute la nation, laquelle on a appelé depuis l’assemblée des trois Estats [...] Car pour ce que l’estat de la Royauté est directement contraire à un gouvernement populaire, il est besoin de mettre quelque tiers entre deux, qu’il serve de contrepoix, & touchant aux deux extremitez, autant à l’une comme à l’autre les tienne en égale balance : c’est assavoir, l’estat où quelque nombre de gens de bien & d’honneur ait le gouvernement lequel à raison de la noblesse de race conjointe avec la suffisance, & experience aux affaires, approche de la dignité royale : mais aussi pour autant qu’il est un degré plus bas, à cause de la sujetion qui lui est commune avec le peuple, n’est pas fort esloigné de l’estat populaire [...]

8Pourtant il me semble bien que nos Majeurs, s’estudians à maintenir leur Republique en ceste bonne temperature, qui est meslee des trois especes de gouvernement, ordonnerent tres sagement, qu’on tiendroit tous les ans une assemblee generale de tout le Royaume, le premier jour de May : & qu’en icelle on delibereroit par le commun conseil de tous les Estats des plus grands affaires du Royaume : tellement que l’excellente loy ancienne ait lieu : Le salut du peuple, soit la supreme loy [...] & lors qu’il escherroit quelque matiere de consequence, une solennelle & publique congregation qui fut à ceste raison appellee le Parlement des trois Estats, qui ne signifie autre chose, sinon qu’un colloque & assemblee de gens amassez de divers lieux pour deliberer & adviser sur les affaires communes [...] Voila quant à ceste assemblee solennelle, laquelle les historiens et François & Allemans, qui ont escrit en latin, par une corruption de ceste langue, ont appelee quelquefois la Cour, & d’autrefois aussi Placitum : c’est à dire, Parlement [...]

9Or est-ce maintenant le propre endroit où il faut que nous considerions quelles matieres se decidoyent en ceste assemblee solennelle : & admirions le grand sens & la prudence que monstrerent nos Majeurs, en establissant & ordonnant la forme de leur Police. Voici donc sommairement presque toutes les matieres qu’on y deliberoit : premierement de l’election, ou de la deposition d’un Roy ; consequemment de la paix & de la guerre, & des loix publiques ; des souverains estats & offices, gouvernements & administrations de la chose publique ; d’assigner quelque partie du domaine aux hoirs masles du Roy defunct, ou d’establir douaire aux filles [...] finalement de toutes les matieres qu’on appelle communement encore à present, Affaire d’Estats : pour autant qu’il n’estoit loisible de decider de quelque affaire concernant l’estat de la chose publique, sinon qu’en l’assemblee des Estats...

10[...] La puissance de la Majesté Royale : laquelle Majesté avoit proprement & vrayement son siege en l’assemblee solennelle des Estats, ainsi que nous avons deduit cidessus [...] Le Roy, combien qu’il soit Prince & Seigneur, toutesfois il n’est qu’une personne seule et singuliere quant à lui. Mais le Royaume, c’est la communauté universelle de tous les citoyens & sujets, qui y sont compris : & est ceste mesme distinction soigneusement observee entre les Jurisconsultes [...] le peuple n’est point fait & assujetti à cause du Roi, mais plustost le Roi est establi pour le regard du peuple. Car le peuple peut bien consister sans Roy, comme celui qui est gouverné sous un estat composé des gens de bien & d’apparence, ou comme celui qui se gouverne soi mesme. Mais on ne saurait trouver, non pas mesme imaginer un Roy, qui puisse subsister sans peuple. Voilà desja une difference, qui est entre le Roy & le Royaume. Venons maintenant aux autres. Le Roy est mortel, aussi bien que le moindre de ses suiets. Mais la Royauté est perpetuelle, & mesmes immortelle, s’il faut dire ainsi, comme les Jurisconsultes, quand ils parlent des Colleges & des Universitez [...]

11Aussi ne me puis je assez esbahir de la sottise de certains escrivains, qui ayans estudié en droict & leu en nos livres, que apres que la loy Royale fut establie, le peuple quitta toute son autorité & puissance à l’Empereur, ont incontinent attribué aux Roys une je ne scay quelle libre & infinie puissance, qu’ils appellent absolue, lui donnans un nom qui est absoluement barabre & sot [...]

12Pour conclusion, nous voyons que l’Estat de nostre chose publique s’est maintenu en sa liberté, sur laquelle il estoit fondé, l’espace de plus d’onze cens ans, & mesmes l’a quelquefois defendue par armes à l’encontre de la puissance des tyrans.

13Source : François Hotman, La France Gaule (1573), Mémoires de l’estat de France sous Charles IX, t. II, p. 339, 408, 409, 412, 423, 424, 425, 430, 432, 433, 451, 454, 459, 465, cité dans Jean Imbert, Henri Morel, René-Jean Dupuy, La pensée politique des origines à nos jours, Paris, PUF, 1969, p. 175-177.

Document XXVI. Souveraineté et puissance absolue (1577)

14Publiés en français deux ans après la traduction de la Francogallia, Les Six livres de la République ont une ampleur autrement plus considérable que l’ouvrage de François Hotman. L’œuvre, de longue haleine, débordante d’érudition, de comparaisons historiques et géographiques, est ambitieuse : Bodin ne cache pas qu’il entend définir ce qui est le plus important à ses yeux : la puissance souveraine, dont personne avant lui ne s’est suffisamment préoccupé. Bodin se pose en adversaire résolu de la monarchie mixte : la puissance souveraine, affirme-t-il avec force, ne peut se partager, elle ne peut donc qu’être absolue et tout procède « de la puissance de donner ou de casser la loi ».

15La matière foisonnante des Six livres de la République déconcerte parfois. Mais la profondeur et la cohérence de la réflexion de Bodin venaient à point nommé pour consolider les fondements d’un pouvoir royal que les théories des monarchomaques risquaient de mettre sérieusement en difficulté (cf. document XXV).

16République est un droit gouvernement de plusieurs mesnages, & de ce qui leur est commun avec puissance souveraine [...]

17Car auparavant qu’il y eust ny cité, ny citoyen, ny forme aucune de République entre les hommes, chacun chef de famille estoit souverain en sa maison, ayant puissance de la vie & de la mort sur la femme & sur les enfans : & depuis que la force, la violence, l’ambition, l’avarice, la vengeance eurent armé les uns contre les autres, l’issue des guerres, & combats, donnant la victoire aux uns, rendoit les autres esclaves : & entre les vainqueurs, celuy qui estoit esleu chef & capitaine, & soubs la conduite duquel les autres avoient eu la victoire, continuoit en la puissance de commander aux uns comme aux fidèles, & loy aux sugets, aux autres comme aux esclaves. Alors la pleine & entière liberté, que chacun avoit de vivre à son plaisir, sans estre commandé de personne, fut tournée en pure servitude & du tout ostée aux vaincus : & diminuée pour le regard des vainqueurs en ce qu’ils prestoient obeissance à leur chef souverain [...] La raison, & la lumière naturelle nous conduit à cela, de croire que la force, & violence a donné source, & origine aux Républiques.

18La souveraineté est la puissance absolue & perpétuelle d’une République [...] Il est icy besoin de former la définition de souveraineté, parce qu’il n’y a ny Iurisconsulte, ny philosophe politique, qui l’ait définie : jaçoit que c’est le poinct principal, & le plus nécessaire d’estre entendu au traitté de la République [...] J’ai dit que cette puissance est perpétuelle : parce qu’il se peut faire qu’on donne puissance absolue à un, ou plusieurs à certains temps, lequel expiré, ils ne sont plus rien que surgets : & tant qu’ils sont en puissance, ils ne se peuvent appeler Princes souverains, veu qu’ils ne sont que dépositaires, & gardes de ceste puissance, jusques à ce qu’il plaise au peuple ou au Prince la révoquer : qui en demeure tousiours saisi, car tout ainsi que ceux qui accommodent autruy de leurs biens, en demeurent tousjours seigneurs, & possesseurs : ainsi est-il de ceux-là qui donnent puissance, & autorité de jujer, ou commander [...]

19Poursuivons maintenant l’autre partie de nostre définition, & disons que signifient ces mots PUISSANCE ABSOLUE. Car le peuple, ou ses seigneurs d’une République, peuvent donner purement, & simplement la puissance souveraine & perpétuelle à quelqu’un, pour disposer des biens, des personnes, & de tout l’estat à son plaisir, & puis le laisser à qui il voudra, & tout ainsi que le propriétaire peut donner son bien purement & simplement, sans autre cause que de sa libéralité, qui est la vraye donation : & qui ne reçoit plus de conditions, estant une fois parfaite, & accomplie : attendu que les autres donations, qui portent charges, & condition, ne sont pas vrayes donations : aussi la souveraineté donnée à un Prince soubs charges & conditions, n’est pas proprement souveraineté, ny puissance absolue [...]

20Or il faut que ceux-là qui sont souverains, ne soyent aucunement sugets aux commandemens d’autruy, & qu’ils puissent donner loy aux sugets, & casser ou anéantir les loix inutiles, pour en faire d’autres : ce que ne peut faire celuy qui est suget aux loix, ou à ceux qui ont commandement sur luy. C’est pourquoy la loy dit que le Prince est absouls de sa puissance des loix : & ce mot de loy, emporte aussi en latin le commandement de celuy qui a la souveraineté. Aussi voyons nous qu’en tous édits & ordonnances, on y adjoute ceste clause non obstant tous édits & ordonnances, ausquelles nous avons dérogé [...] soit que la loy fut publiée du mesme prince, ou de son prédécesseur. Car il est bien certain que les loix, ordonnances, lettres patentes, privilèges, ou otroys des princes, n’ont aucune force que pendant leur vie, s’ils ne sont ratifiez par consentement exprès [...]

21Si donc le Prince souverain est exempt des loix de ses prédécesseurs, beaucoup moins seroit-il tenu aux loix & ordonnances qu’il fait : car on peut bien recevoir loy d’autruy, mais il est impossible par nature de se donner loy, non plus que commander à soy mesme chose qui depende de sa volonté, [...] Et tout ainsi que le Pape ne se lie jamais les mains, comme disent les canonistes : aussi le Prince souverain ne se peut lier les mains, quand ores il voudroit. Aussi voyons nous à la fin des édits & ordonnances ces mots : CAR TEL EST NOTRE PLAISIR, pour faire entendre que les loix du Prince souverain, ores qu’elles fussent fondées en bonnes & vives raisons, neantmoins qu’elles ne dépendent que de sa pure & franche volonté. Mais quant aux loix divines & naturelles, tous les Princes de la terre y sont sugets, & n’est pas en leur puissance d’y contrevenir, s’ils ne veulent estre coupables de lèze majesté divine [...]

22Quant aux loix qui concernent l’estat du Royaume, & de l’establissement d’iceluy, d’autant qu’elles sont annexées & unies avec la couronne, le Prince n’y peut deroger, comme est la loy Salique [...] Mais quant aux coustumes générales & particulières, qui ne concernent point l’establissement du Royaume, on n’a pas accoustumé d’y rien changer, sinon après avoir bien et deuement assemblé les trois estats de France [...] non pas qu’il soit nécessaire de s’arrêter à leur advis, ou que le Roy ne puisse faire le contraire de ce qu’on demandera, si la raison naturelle & la iustice de son vouloir luy assiste. Et en cela se cognoist la grandeur, & majesté d’un vray Prince souverain, quand les estats de tout le peuple sont assemblés presentans requeste, [...] sans avoir aucune puissance de rien commander [...] : ains ce qu’il plaist au Roy consentir, dissentir, ou commander, ou defendre, est tenu pour loy [...] car si le Prince souverain est suget aux estats, il n’est ny Prince, ny souverain : & la République n’est ny Royaume, ny Monarchie, ains une pure Aristocratie [...] Nous conclurons donc que la souveraineté du Monarque n’est en rien altérée, ny diminuée pour la présence des estats : ains au contraire sa majesté en est beaucoup plus grande, & plus illustre, voyant tout son peuple le recognoistre pour souverain [...]

23Combien que c’est une incongruité en droit, de dire que le Prince peut chose qui ne soit honneste : veu que son pouvoir doibt tousjours estre mesuré au pied de justice [...] Le plus haut degré de bonheur, c’est de pouvoir ce qu’on veut : & de grandeur, c’est de vouloir ce qu’on peut [...] Ainsi c’est mal parlé de dire que le Prince souverain a puissance de voler le bien d’autruy, & de mal faire : veu que c’est plus tost impuissance, foiblesse, & lascheté de cueur. Si donc le Prince souverain n’a pas puissance de franchir les bornes des loix de nature, que Dieu duquel il est l’image, a posées, il ne pourra aussi prendre le bien d’autruy sans cause qui soit iuste & raisonnable, soit par achapt, ou eschange ou confiscation légitime [...] pour la conservation de l’estat [...] la raison naturelle veut que le public soit préféré au particulier [...]

24Soubs cette mesme puissance de donner, & casser la loy, sont compris tous les autres droits, & marques de souveraineté : de sorte qu’à parler proprement on peut dire qu’il n’y a que ceste seule marque de souveraineté, attendu que tous les autres droits sont compris en cestuy-là : comme décerner la guerre, ou faire la paix : cognoistre en dernier ressort des iugements de tous magistrats : instituer & destituer les plus grands officiers : imposer ou exempter les sugets de charges & subsides : ottroyer graces & dispenses contre la rigueur des loix : hausser ou baisser le tiltre, valeur, & pied des monnoyes : faire jurer les sugets, & hommes liges de garder fidélité [...] qui sont les vrayes marques de souveraineté, comprises soubs la puissance de donner la loy à tous en général, & à chacun en particulier : & ne la recevoir que de Dieu, car le Prince ou Duc qui a puissance de donner loy [...] n’est pas souverain, s’il la reçoit d’un plus grand, ou égal à lui : je dy égal, parce que celuy a maistre qui a compagnon...

25Source : Jean Bodin, Les six livres de la République (1576), éd. Paris, Dupuys, 1577, p. 1, 49, 89, 93, 96, 97, 100, 101, 103, 114, 115, 163, 164, cité dans Jean Imbert et al., La pensée politique..., p. 160-163.

Document XXVII. L’Arbre des Estats et Offices de France de Charles Figon (1579)

26Avec son Arbre des Estats et Offices de France, Charles Figon, maître à la Chambre des comptes de Montpellier et proche collaborateur du secrétaire d’État Simon Fizes, tente de décrire l’architecture institutionnelle du royaume et de représenter l’État. E. Le Roy Ladurie qui en a proposé une brillante analyse a montré la nouveauté du procédé.

27Il convient d’analyser attentivement cet arbre, suggestif jusque dans ses maladresses. Le roi n’y figure pas explicitement. Tout sort de la souche du Conseil privé et d’État du roi : la tige principale et les surgeons. Pour Charles Figon, homme du sérail, l’État reste d’abord un État de justice dont le chancelier est à la fois le pivot et Taxe central à partir d’où se ramifient les cours souveraines. La Cour, l’armée, n’y figurent que par le biais des dépenses qui leur sont consacrées. L’importance accordée aux finances, par contre, est bien marquée (on pourra comparer avec le détail des dépenses du roi au xviie siècle, document L).

28Source : Charles Figon, Discours des États et Offices tant du gouvernement que de la justice et des finances, Paris, chez Guillaume Auvray, 1579, in Emmanuel Le Roy Ladurie, L’État royal de Louis XI à Henri IV, 1460-1610, Histoire de la France, Paris, Hachette, 1987, p. 246-249.

Document XXVIII. La Loy de Religion, loi fondamentale (1588)

29La Response des vrays catholiques françois, publiée au plus fort de la crise qui entraîna l’insurrection parisienne, l’érection de barricades, puis le départ de Henri III de la capitale le 13 mai 1588, fait de la Loy de Religion -l’appartenance à la religion catholique – la première des lois fondamentales du royaume. Pour les ligueurs en effet, la religion catholique était bien supérieure aux autres lois fondamentales, à la loi salique en particulier qui appartenait au droit humain, non au droit divin. On savait alors, Henri III n’ayant pas d’héritier mâle, que son successeur, d’après les règles de succession, serait Henri de Bourbon, d’où le rejet dont le roi de Navarre fut l’objet. Les catholiques se voyaient déjà dans un royaume protestant contraints d’embrasser la religion réformée. Les « vrays catholiques », imitant les monarchomaques protestants et réutilisant à leur compte certains de leurs arguments, soutenaient que le pape ou même les sujets avaient le pouvoir de démettre les rois. Les monarchomaques catholiques rencontreront sur ce terrain l’hostilité déclarée des gallicans. Une division qui mina durablement l’unité du camp catholique et fit le jeu du pouvoir royal.

30Premierement y a-il Loy, soit escrite, ou non escrite, plus naturelle, plus fondamentale, ancienne, & universelle, de tout le monde, que la Loy de Religion ? Y a-il Loy plus unie, essentielle, incorporee, & inseparable de ce Royaume, que la Loy de Jesus Christ, ou la Loy chrestienne & Catholique (ce n’est tout qu’un) ? Car si Jesus Christ est la baze, le soubazement, le fondement & l’appuy principal de tout estat, & la source originelle de la maison & verité, qui sont l’ame & l’essence de toutes les bonnes Loix, celuy qui se dit chrestien, peut-il nier sans impudence & impieté manifeste, que sa Religion & la Loy chrestienne ne soit Loy, & la principale, & fondamentale de l’Estat, de la Monarchie, de la police, de toutes les Loix, & de tout ce qui en depend ? [...]

31C’est de la necessité de la religion Chrestienne requise par la loy du roiaume, en la personne & qualité du Roy, & de toutes personnes publiques, autant & plus, qu’en nul autre des subjets : que la loy chrestienne n’est pas appellee la loy du peuple, mais loy de tout le Royaume : que l’Eglise est dicte [...] estre dans la Republique, & non pas la Republique, dans l’Eglise, d’autant que la loy de la religion Chrestienne est loy de la Republique, & les loix de de la Republique ne sont pas les loix de l’Eglise, qui a sa police & discipline separee, & provenante de plus haut. Tout de mesme que Jesus Christ, qui est l’autheur de ceste loy, est Seigneur de la Republique, & doit estre servy en icelle & par icelle. Mais le Roy n’est pas Seigneur de l’Eglise, ains un de ses enfans, subjets et serviteurs [...] pour ce que Jesus Christ a esté fait, recognu, & declaré le vray Roy, & Seigneur souverain de France : & que tout ce qui est de l’Estat, ou qui en depend, est consacré à son service, aussi bien que les consciences, tant deslors, & en cela, que toute la France, le Roy & le peuple ont receu la foy Chrestienne, qu’aussi principalement en ce que la loy de la religion Chrestienne a esté particulierement commandee, receue, juree, & publiee pour loy en l’estat de France, tant par le Roy, que les principaux, & tous les ordres du Roiaume ensemble, tant à leur nom privé, qu’à celuy du public, & comme personnes publiques [...]

32C’est pourquoy noz Roys ne sont pas dits simplement Roys de France, mais Roys par la grace de Dieu : ils ne sont pas dits tenir seulement leur royaume de l’espee, mais principalement de Dieu, & de sa religion [...]

33Car tout ainsi que l’ancienne practique & coutume, par laquelle Ton a tousjours veu que nul a succedé à la Couronne, qui n’aye esté masle par succession des Roys,... sert en ce Royaume de loy qu’on nomme [...] Salique, aussi ceste ancienne pratique & coustume, par laquelle Ton a tousjours veu, que nul n’a esté admis à succeder à la Couronne, qui n’aye esté catholique par succession des Roys [...] ne peut qu’elle ne serve pareillement & avec mesme raison, de loy pour la succession du royaume par laquelle nul n’y peut parvenir qui ne soit catholique [...] plus fondamentale puisqu’il y va de la foy & de devoir envers Dieu, & que l’ame est la partie plus fondamentale & formelle de l’homme & Dieu celle de l’ame d’un chacun : plus obligatoire que Dieu en est l’auteur, & qu’elle oblige temporellement & spirituellement ; plus authentique, par ce qu’elle a esté tousjours pratiquee de l’adveu & accord universel, tant des Roys, que du peuple [...] & en tous eages & siecles où l’autre a eu souvent besoing d’estre soustenue & restauree par la force des armes [...]

34Aussi on ne peut dissimuler, que les Rois chrestiens, n’ayent esté tousjours sujets à pouvoir estre desmis & privez en certains cas, ou par le Pape, ou par leurs propres sujects, & ce selon la diversité des nations & estats [...]

35Le Pape comme Prestre celebre la Messe, le Roy comme Roy chante souz luy l’Evangile. Le Pape comme Pape Pasteur & Pere doit enseigner la foy, declarer, chasser de l’Eglise, & excommunier l’heretique : le Roy comme Roy protecteur & fils aisné de l’Eglise la doit deffendre, & est obligé de son office propre [...] à repousser la rage des heretiques, [...] Et comme le fils charnel ne peut estre que du sang, & mesme nature du pere : aussi le fils spirituel ne peut estre que de la mesme foy & religion que le Pere. Le pape est Evesque constitué de Dieu pour les choses qui se doivent faire hors l’Eglise [...] Si le pape doit estre necessairement chrest. & le Roy aussi : l’un en raporte le nom de tres-sainct, l’autre le nom de tres-Chrestien. Et l’un & l’autre doit estre membre de Jesus Christ, l’un le bras spirituel [...] l’autre le bras temporel [...] L’un & l’autre tient sa puissance immediatement de Dieu bien que differemment. Car le Pape la tient du tout immediatement, l’autre par le loy ou coustme du roiaume, & de la Republique qui a transferé en luy toute son autorité [...]

36Nous accordons & preschons tres-volontiers la souveraineté du Roy, mais c’est selon quelle est en verité, c’est à dire, sur le temporel & aux crimes temporels : mais non sur le spirituel, ny aux crimes purs spirituels [...] C’est donc autant qu’elle n’est contraire à la foy & à l’Eglise Catholique, Apostolique & Romaine, & qu’elle ne touche, & ne combat le spirituel, ains lors seulement, qu’elle se contient dans sa nature, & son espece, dans ses limites, dans sa charge & function : & qu’il n’est question directement, que de la temporalité...

37Source : Response des vrays catholiques françois à l’avertissement des catholiques anglais pour l’exclusion du Roy de Navarre de la Couronne de France (1588), p. 149, 150, 174, 175, 176, 200, 201, 235, 239, 240, 290, cité dans Jean Imbert et al., La pensée politique..., p. 180-181.

Document XXIX. Une députation à la cour (1588)

38En 1588, les consuls de Narbonne, très liés au maréchal de Joyeuse, lieutenant général au gouvernement de Languedoc, envoient un émissaire à la Cour pour obtenir la confirmation de deux foires franches à la place de Montagnac et de Pézenas situés dans la partie orientale du Languedoc contrôlée par le duc de Montmorency. On sait les sentiments qu’Henri III portait aux Joyeuse et la fidélité qu’ils lui témoignèrent. L’ambassade tombe au plus mauvais moment : le roi, obligé de quitter Paris, doit se résigner à négocier avec les ligueurs. L’édit d’Union sera signé le 15 juillet à Rouen. Henri de Guise triomphe. Le roi décide de réunir les États généraux à Blois – l’assemblée s’ouvre le 16 octobre. Arnaud Mirandol, clerc de la maison consulaire, parti de Narbonne le 10 mai 1588, reviendra le 20 octobre sans avoir pu accomplir sa mission.

39Ces extraits de la correspondance adressée aux consuls témoignent des difficultés de communication entre la province et le « centre », c’est-à-dire l’endroit où se trouve le roi, des déplacements de la Cour et des organes de décision, mais aussi des réseaux de protection et d’intermédiaires qu’il fallait sans cesse solliciter et mobiliser, de la diffusion des nouvelles, du rôle de l’imprimé... etc.

Lyon, 1er juin

40« Messieurs les consuls, despuis vous avoir escript suis party de Marseilhe et arrivé en la présant ville le jour d’hier a sannetté Dieu mercy. Toustesfoys, j’ay passé de grandz azardz, ayant cheminé durant vingt lieues dans la terre de l’ennemy mesmes parmy leurs fortz et audevant, ansquelz les voicturiers payent la leude et peaige et rencontré plusieurs souldatz desd. ennemis, lesquelz sans le mullatier qui me conduisoict m’eusent faict prisonnier, lequel y a bien faict son debvoir qui a tousjours soustenu ausd. souldatz que j’estoys ung marchant de Marseilhe qui faisois conduire la marchandise qu’il pourtoict à Lion, lequel se nomme Balthesar Blanc d’Ais, auquel je suis grandemant redevable, mais toutesfois il ne moy n’avons sy bien seu faire qu’ils ne maient desrobé mon espée de seur ung mullet ung jour que luy et moy estions advancés pour aller disner à ung meschant lieu du Daulphinal appellé Le Monnestier de Clermont, de quoy il en a esté fort mary et moy aussy. J’ay parlé à monsieur Denot, bourgeois de ceste ville, lequel a sourty le sac de la balle que Monsieur Doumergue André l’avoict faict mettre et le m’a baillé entre mes mains, et je luy ay donné la lettre de monsieur Dumas, lequel après avoir icelle veue m’a dict qu’il ne me pouvoict poinct mettre led. sac dans aulcune balle, parce qu’ilz n’en despechent poinct pour Parys causant que la foire est passée, et m’a dict que je sauveray mieulx les papiers moy mesmes de les appourter que autrement [...] Il doubte que sy lesd. papiers estoient sur quelque charrette chargée de marchandise et qu’elle feust prinse la marchandise feroict perdre les papiers mesmes à cause du trouble que a esté à Paris, lequel le roy a quitté et c’est retiré à Chartre suivant ce qu’il m’a dit. Toutesfois l’on faict bruict qu’il s’y est remis et que les cytoiens de Paris l’ont allé chercher avec la prossession des frères capuchins auquel les deux ne say ou m’arester, mais j’espère à l’aide de Dieu et de la Vierge sa maire de m’y acheminer bien tost et vous faire entendre le tout au vray comme il passera sy je puis... ».

Paris, 14 juin

41« Y suis arrivé [à Paris] despuis le unzième jour du present ou estant arrivé n’ay trouvé personne de ceulx a quy j’ay a parler [...] Je ne puis encores donner les autres lettres, parce que le Roy est ung jour à Rouan, ung autre à Chartre et autres villes aux environs de la présente où il ne séjourne beaucoup. Toutesfois, à ce que l’on faict bruict, Mr de Villeroy est allaprés de faire et accorder la paix entre les prinses et espère que sera bien tost le Roy en ceste ville, et dès incontinant ne feray faulte de faire mon debvoir de soulicitter madame la mareschalle de Joyeuse et Me du Chatellier et s’il n’est arrivé en la présente ville entre icy et trois jours pour le plus long ne feray faulte de l’aller trouver et parleray a monsieur Curduchesne comme je me dois gouverner parce que a la court ne ce faict rien, car elle est cy trouble qu’il est impossible de pouvoir jouir ».

Paris, 26 juin

42« Despuis estre arrivé en la presente ville ... n’ay faict chose quelconque a cause des troubles de pardessa et que monsieur du Chastellier est a la court lequel madame la mareschalle atant de jour a cause qu’il arrive de pardessa auquel elle doibt parler comme a monsieur de Villeroy que est encore en la presente ville pour accorder les articles de la paix, ce qu’il a ce que l’on dict [...] et apres que Mr. du Chastellier aura prins les proces m’en iray a la court avec lui pour le soulicitter de me faire avoir ma despeche le plus promptement qu’il sera possible. Toutesfois il est ung homme fort negligain a ce que l’on m’en a dict et rappourté mesmes en ses aferes que ay doubte que en ay pour long temps a avoir despeche et mesme causant lesd. troubles qu’a la court ne se faict rien ... ».

Paris, 24 juillet

43« La paix est accordée entre le roy, Monsieur de Guise, les princes et habitans de la présente ville, criée et publiée dans le pallaix, et n’ay trouvé les articles d’icelle encores à vendre pour les vous envoyer. Le roy s’en vient en la présent ville, à ce que l’on faict bruict ; que seroict fort bon pour nous, car s’il ne y vient, fauldra que je m’en aille le suivre avec monsieur Marron à Bloix ».

Chartre, 18 août

44« Messieurs les consulz, despuis vous avoir escript par Rouget, suis arrivé à la court, la où madame la mareschalle est comme aussy monsieur du Chastellier et Monsieur le Bouseu avec lesquels ay tant faict que lad. dame a baillé la procedure faicte par mrs les tresoriers generaulx à monsieur Petreniol pour en fairre rapport en plein conseil, ce que feust faict le jour de hier tant seullemant heure de nuict... La court n’a esté il y a long temps sy grande qu’il a ésté et est de maniere que lorsque j’arrivais, je feus en grand peine de pouvoir trouver lougis, ce que enfin et a grand peine j’en trouvis toutesfois en bien payant... ».

Paris, 11 septembre

45« je vous ay escript comme vostre procedure estoict entre les mains de Mr Petreniol, surintendant aux finances, pour en faire rapport au conseil, ce qu’il a faict, non toutesfois qu’il aye rien advancé, car messieurs du Conseil ne ny ont volleu rien dire causant l’importance de la place, ains dirent verballement que tant que monseigneur le mareschal y seroict il n’y pouroict point avoir aulcune chose sinon après et que ce seroict grand perte sy vostre ville se perdoict : voilla toute la difficulté de nostre faict, de sorte que ne pouves rien obtenir que ne soict par la moien de mond. Seigneur le mareschal lequel est besoing que vous favourise en sesy, et en escripre au Roy espresement et à plusieurs autres que Monsieur du Chastellier vous envoyera par sa lettre, laquelle je vous appourteroy quant je m’en ailhe ».

46Source : Arch. mun. Narbonne, correspondance municipale, en cours de classement ; J. Tissier, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Réforme et de la Ligue à Narbonne et dans le Narbonnais, Narbonne, 1900, p. 153-156.

Document XXX. Contre l’absolutisme et la loi salique (1590)

47L’assassinat de Henri III par Jacques Clément le 1er août 1589 porta les antagonismes à leur paroxysme. En 1590, paraissait en latin, avec un privilège du 20 novembre 1589, le traité De iusta Reipublicae christianae... attribué généralement à Guillaume Rose, évêque de Senlis – mais peut-être est-il d’un auteur anglais. Guillaume Rose, d’abord proche de Henri III puisqu’il fut son prédicateur ordinaire, avait rompu avec lui à la suite de l’assassinat du cardinal de Guise à Blois à la fin décembre 1588. Rose sera membre du Conseil général de l’Union ou conseil des Quarante au début de l’année 1589.

48Tous les arguments sont bons pour éviter l’inéluctable et barrer la route au roi de Navarre. On notera ici le rappel fait de la cérémonie du couronnement qui rapproche cet argumentaire des premiers écrits des monarchomaques (cf. la Francogallia de François Hotman, document XXV).

49D’autres [...] déclament ainsi pour les rois : « Non seulement toutes les personnes sont soumises aux rois et sont tenues dans l’assujettissement et l’esclavage, mais encore tous les biens des peuples et leur fortune appartiennent en propre aux rois, en sorte que les particuliers paraissent en avoir seulement l’usus et le fructus : le dominium de toutes choses revient aux rois, l’usus aux particuliers, la propriété appartient aux rois, la possession aux particuliers. Ce qu’on dit communément est donc vrai que le roi ne meurt jamais : lorsqu’un roi meurt, un autre lui succède, non après l’accord du peuple ou des grands, mais de plein droit, non comme héritier de son père mais comme légitime modérateur du peuple et maître du royaume ainsi que d’un grand domaine, non en vertu d’un choix mais par condition de naissance. » Si l’on cherche qui fut l’auteur de cette loi, par laquelle quelques familles, de Valois, de Stuart, ou d’Autriche, tiennent les royaumes de France, d’Ecosse ou d’Espagne, les mêmes répondent que « Dieu qui est le créateur des royaumes peut seul supprimer cette loi ». Quoi donc ? Est-ce que, comme le maître d’un grand domaine peut labourer, cultiver, faire paître son fonds, le conserver pour lui, le louer à d’autres ; ainsi le roi, qui est à la tête de l’Etat, peut comme il veut, former, transformer, publier et abroger les lois et renverser tous les droits par son seul bon plaisir, en sorte que le pouvoir des rois ne soit limité par aucune barrière ? C’est tout à fait cela. « Jamais, en effet, les rois n’acceptèrent la loi modératrice de leur pouvoir et domination suprême. Car le prince est la loi vivante sur la terre, dont le pouvoir et la juridiction ne peuvent être contraints à se restreindre par une autre loi que leur propre volonté, et les peuples qui, par la volonté divine, ont abandonné le pouvoir aux rois, n’auront pu prescrire par aucune loi de limite à leur propre obéissance ni au commandement des rois, mais soit de leur propre volonté, soit contraints malgré eux à leur prêter serment, leur ont laissé la souveraineté déliée des entraves des lois ».

50Mais de cette description du roi résultent deux absurdités, si je n’en oublie pas un plus grand nombre, l’une et l’autre très graves et extrêmement pestilentielles pour les affaires publiques. « Car s’il est maître du royaume comme d’un grand domaine, non par la volonté populaire mais par condition de naissance », qu’adviendra-t-il si le fils du roi naît stupide, s’il naît insensé et d’esprit bouleversé ? Est-ce que l’on abandonnera à des insensés et à des déments la vie et la fortune d’hommes sains et sages, ou mieux le gouvernail des affaires publiques, c’est-à-dire d’hommes innombrables, au regard du gouvernement, de la législation, de la vie et de la mort ? Et pourtant cela ne paraît pas du tout absurde à ces défenseurs des rois contre la République [...].

51« Lorsque les royaumes échoient par droit de primogéniture, la nature des choses ne permet pas de modifier la règle et le droit de succession n’appartient pas moins à un abruti, à un stupide et à un insensé qu’à un homme d’intelligence normale ; pourquoi serait-il préféré dans le royaume qui n’est pas déféré par la vertu mais par le hasard de la naissance ? »

52Soit. Accordons donc à la condition de naissance tellement que nous fassions les supérieurs et les chefs de tous les hommes ceux que la nature aura produits, soit monstrueux de corps, soi débiles mentaux, plutôt que des hommes, et compensons le malheur naturel de leur naissance et la difformité de leur corps et de leur esprit en les gratifiant de la magnificence du diadème et de la splendeur royales. Qu’arrivera-t-il si le roi n’est pas d’esprit sot mais au contraire aiguisé et très pénétrant et qu’il emploie toute la force de son industrie et de son intelligence à ruiner le peuple, à massacrer la noblesse, à détruire la religion, à bouleverser les choses divines et humaines et (je résumerai tout cela d’un mot) à éventrer la nef de l’Etat à la conduite de laquelle il a été préposé et à le couler dans les flots les plus profonds de l’océan : est-ce que du moins la République peut mettre un frein à celui qui surpasse les bêtes sauvages en cruauté et en férocité, tels Néron et Héliogabale, et l’ayant dégradé, pourvoir à son propre salut ? [...]

53Ces choses prouvent aisément qu’il existe une stipulation droite et évidente, une convention et un pacte entre les rois chrétiens et les peuples, en vertu des quelles la promesse des rois en premier lieu est liée à un devoir de commander justement et chrétiennement ; ensuite vient l’obligation des peuples à une légitime obéissance. Par ces serments et les conditions attachées au pouvoir royal, il est évident que les royaumes de tous les chrétiens sont ainsi soumis aux règles de la justice et de l’équité, mais par dessus tout à celles de la religion et de la foi, en sorte que de même que le roi est, pour cette raison, revêtu de la puissance royale par la République, ainsi, quand ces choses font défaut, le roi ne doit pas être appelé véritablement et chrétiennement roi [...].

54Mais ils parlent ainsi : « Il faut savoir que, dans les royaumes chrétiens qui viennent aux fils par succession de leurs pères, parmi lesquels est le royaume de France, le roi vit perpétuellement ; c’est pourquoi le successeur est véritable et légitime seigneur, avant son couronnement, et le couronnement n’est rien d’autre qu’une déclaration ou une annonce et une marque d’honneur et de majesté acquises auparavant par la nature et par la loi ; c’est pourquoi il faut reconnaître que le roi est couronné parce qu’il est le roi et non qu’il est roi parce qu’il est couronné. En vérité, aucune loi de ce royaume n’empêche le roi de Navarre de jouir du diadème de France, même s’il persévère dans sa religion calviniste. » Voilà ce qu’ils affirment [...]

55Quoi, ce calviniste serait catholique ? Le roi serait vrai roi avant son couronnement et celui-ci ne serait rien d’autre que la marque et le signe de celui qui était auparavant un roi accompli : que devient alors la cérémonie du couronnement, c’est-à-dire la voix unanime de tous les Français, ou mieux de tous les chrétiens, des évêques, des grands et du peuple ? [...]

56Qu’advient-il de la République entière dans cette auguste cérémonie du sacre lorsque les évêques demandent à la foule assemblée qui représente la personne du peuple entier si elle veut avoir un tel pour roi, qu’elle le fasse connaître clairement et si un grand nombre se fixe sur le lien du sang, il reste que le jugement et la volonté du peuple tout à la fois se sont interposés. De la sorte, si celui qui est le plus proche par la naissance est le plus éloigné de ses parents par sa méchanceté, sa paresse, mais surtout par sa perfidie, son apostasie, son hérésie, alors il sera au pouvoir du peuple [...] de refuser pour rois ceux qui sont inaptes à administrer le royaume en raison de leurs vies abominables et de leur hérésie très infâme [...]

57C’est le peuple non le roi qui est à proprement parler le maître du patrimoine royal [...]

58Mais en vérité que tous ceux qui parviennent aux honneurs, s’ils sont chrétiens, soient du moins soumis au pasteur suprême de l’Eglise, pour qu’il puisse les corriger et au besoin les excommunier et les déposer s’ils tombent dans l’hérésie, ou commettent une faute grave contre le bien général de la République chrétienne. Cela est si vrai qu’il est certain que le roi lui-même est chrétien, qu’il est une brebis du troupeau chrétien, qu’il est certain qu’il est fils de l’Eglise chrétienne, qu’il est baptisé dans l’Eglise du Christ, qu’il est soumis à la discipline de l’Eglise du Christ et que dans l’Eglise catholique il dépend de l’évêque qui devra répondre de son âme devant le Christ, juge suprême.

59Source : Rossaeus (Guillaume Rose) (1590), De iusta Reipublicae christianae in reges impios et haereticos authoritate, Paris, Bichon, 1590, p. 13, 14, 30, 31, 58, 311, cité dans Jean Imbert et al., La pensée politique..., p. 183-185.

Document XXXI. Nous voulons Henri comme roi (1594)

60Les États généraux ligueurs s’ouvrent à Paris le 26 juin 1593. Au printemps, commence à circuler sous forme manuscrite La vertu du Catholicon d’Espagne, une œuvre collective due aux chanoines Gillot et Pierre Leroy, au poète humaniste Passerat, à l’érudit Florent Chrestien, aux hommes de loi Gilles Durant, Nicolas Rapin et Pierre Pithou, qui reparaît l’année suivante considérablement remaniée et amplifiée sous le titre de Satire Menippée de la vertu du Catholicon d’Espagne. Ce pamphlet s’inspirait des satires Menippées écrites par Varron sur le modèle du philosophe cynique grec Menippe (iiie siècle av. J.-C.) et employait les mêmes procédés qu’elles en ridiculisant ses adversaires.

61Le catholicon, drogue que les Espagnols cherchaient à faire ingurgiter aux Français, n’était autre chose que la défense de la foi catholique qui servait de paravent aux agitateurs et aux ambitieux. La relation bouffonne des États ligueurs n’avait d’autre but que de les discréditer. La présence parmi les auteurs du magistrat poète Nicolas Rapin, originaire de Fontenay-le-Comte comme le président Brisson pendu en 1591 par les ligueurs extrémistes, n’est certainement pas étrangère à l’âpreté de certains passages.

62Après la parade des charlatans, l’un Lorrain, l’autre Espagnol, qui vantaient les vertus du catholicon, venait une procession de la Ligue, burlesque évidemment, puis la description des tapisseries qui ornaient la salle où s’étaient réunis les États. Les champions de la Ligue prononçaient des harangues ridicules. Le recteur Roze – on reconnaît sans mal l’auteur du De iusta Reipublicae christianae... (document XXX) –, est parmi eux. Charles d’Aubray, colonel de la milice parisienne, ancien ligueur devenu politique, représentant du tiers état, fait par contre un discours plein de bon sens qui tranche avec les précédents. Le texte ci-dessous en est un extrait. Plein de verve, de formules imagées, il ne manque pas d’éloquence. Les personnages cités ne se dissimulent pas derrière des masques. La Satyre Ménippée, parfaitement représentative des sentiments des politiques, sert habilement et efficacement les intérêts de Henri IV.

63Votre intérêt particulier vous aveugle, trouvez bon que nous regardions au notre [...] Le notre est de nous mettre à couvert, et d’accorder nos différents, en ôtant les folles vanités que nous avez mises en la tête, et faisant la paix [...] Nous n’aurons plus peur que nos femmes et nos filles soient violées ou débauchées par les gens de guerre et celles que la nécessité a détournées de l’honneur se remettront en droit chemin. Nous n’aurons plus ces sangsues d’exacteurs et maltotiers, on ôtera ces lourds impôts qu’on a inventées à l’hôtel de ville sur les meubles et marchandises libres et sur les vivres qui entrent aux bonnes villes, où il se commet mille abus et concussions dont le profit ne revient pas au public, mais à ceux qui manient les deniers et s’en donnent par les joues [...] On retranchera le nombre effréné des financiers qui font leur propre des tailles du peuple [...] Nous n’aurons plus de gouverneurs qui font les roitelets et se vantent d’être assez riches quand ils ont une toise de rivière à leur commandement.

64[...] Nous aurons un Roi qui donnera ordre à tout, et retiendra tous ces tyranneaux en crainte et en devoir ; qui châtiera les violents, punira les réfractaires, exterminera les voleurs et pillards, retranchera les ailes aux ambitieux, fera rendre gorge à ces éponges et larrons des deniers publics, fera contenir un chacun aux limites de sa charge, et conservera tout le monde en repos et tranquillité.

65Enfin nous voulons un Roi pour avoir la paix ; mais nous ne voulons pas faire comme les grenouilles, qui s’ennuyant de leur Roi paisible, élurent la cigogne qui les dévora toutes. Nous demandons un Roi et chef naturel, non artificiel ; un Roi déjà fait, et non à faire ; et n’en voulons point prendre le conseil des Espagnols, nos ennemis invétérés, qui veulent être nos tuteurs par force, et nous apprendre à croire en Dieu et en la foi chrétienne, en laquelle ils ne sont pas baptisés, et ne la connaissent que depuis trois jours. Nous ne voulons pour conseillers et médecins ceux de Lorraine, qui depuis longtemps béent après notre mort. Le Roi que nous demandons est déjà fait par la nature, né au vrai parterre des fleurs de lis de France, jeton droit et verdoyant du tige de Saint Louis. Ceux qui parlent d’en faire un autre se trompent, et ne sauraient en venir à bout. On peut faire des sceptres et des couronnes, mais non pas des Rois pour les porter ; on peut faire une maison, mais non pas un arbre ou un rameau vert : il faut que la nature le produise, par espace de temps, du suc et de la moelle de la terre, qui entretient le tige en sa sève et vigueur. On peut faire une jambe de bois, un bras de fer et un nez d’argent, mais non pas une tête. Aussi pouvons nous faire des Maréchaux à la douzaine, des Pairs, des Amiraux, et des Secrétaires et Conseillers d’Etat, mais de Roi point : il faut que celui seul naisse de lui-même, pour avoir vie et valeur. Le borgne Boucher, pédant des plus méchants et scélérés, vous confessera que son œil, émaillé d’or d’Espagne, ne voit rien. Aussi un Roi électif et artificiel ne nous saurait jamais voir, et serait non seulement aveugle en nos affaires, mais sourd, insensible et immobile en nos plaintes. C’est pourquoi nous ne voulons ouïr parler ni d’infante d’Espagne que nous laissons à son père, ni d’archiduc Ernest que nous recommandons aux Turcs et au duc Maurice, ni du duc de Lorraine ou de son fils aîné [...]

66En un mot nous voulons que Monseigneur le Lieutenant sache que nous reconnaissons pour notre vrai Roi, légitime, naturel et souverain seigneur, Henri de Bourbon, ci-devant Roi de Navarre. C’est lui seul, par mille bonnes raisons, que nous reconnaissons être capable de soutenir l’Etat de France et la grandeur de la réputation des Français ; lui seul qui peut nous relever de notre chute, qui peut remettre la Couronne en sa première splendeur et nous donner la paix. C’est luy seul et non autre qui peut comme un Hercule naturel, né en Gaulle, défaire ces monstres hideux qui rendent toute la France horrible et épouvantable à ses propres enfans. C’est lui seul et non autre qui exterminera ces petits demy rois de Bretagne, de Languedoc, de Provence, de Lyonnais, de Bourgogne et de Champagne, qui dissipera ces ducs de Normandie, de Berry et Sologne, de Reims et de Soissons. Tous ces fantômes s’évanouiront en ses Majeurs et en son lit de justice qui l’attend en son Palais royal.

67Source : Satyre Ménippée, 1594.

Document XXXII. Les droits régaliens (1588 / 1607)

68Dresser la liste des droits régaliens est une manière de traiter du pouvoir royal, de ses origines, de son étendue, de la manière de les exercer. C’est l’exercice auquel Guy Coquille se livre dans son Discours des Estats de France... écrit à l’occasion de la réunion des seconds États généraux de Blois de 1588 où il est député – mais son œuvre comme toutes celles qu’il a produites ne seront imprimées qu’en 1607, après sa mort. Guy Coquille, procureur fiscal du Nivernais, catholique modéré, gallican convaincu, est un défenseur des positions nobiliaires. S’il écrit que « Le Roy est Monarque, & n’a point de compagnon en sa Majesté Royale », il n’en est pas moins favorable à une souveraineté partagée. Pour lui, le peuple qui préexistait aux rois n’a pas abandonné tous ses droits. D’où le rôle qu’il assigne aux États généraux en matière législative et fiscale : le peuple ne peut pas être imposé sans son consentement.

69Le gouvernement de ce Royaume est vraye Monarchie, qui ne participe de Democratie ny d’Aristocratie, comme aucuns ont voulu dire à cause des États & des Parlemens. Laquelle opinion est éloignée de la vérité ; car si les États faisoient la Democratie, il y auroit tems & lieux certains pour les assembler, ce qui n’est pas [...]

70Le Roy est Monarque, & n’a point de compagnon en sa Majesté Royale. Les honneurs extérieurs peuvent être communiquez par les Rois à leurs femmes ; mais ce qui est de Majesté representant sa puissance & dignité, reside inseparablement en sa seule personne [...]

71L’un des principaux droits de sa Majesté & autorité du Roy est de faire loix & Ordonnances generales pour la police universelle de son Royaume. Les loix et Ordonnances des Rois doivent être publiées & verifiées en Parlement, ou en autre Cour souveraine, selon le sujet de l’affaire : autrement les sujets n’en sont liez [...] Quand les Rois veulent ordonner loix perpetuelles, importantes à l’Etat du Royaume, ils ont accoutumé de convoquer les trois Ordres de leur peuple, qu’on appelle Etats [...]

72L’autre chef de la Majesté, autorité & dignité Royale, est d’indire & commander la guerre contre autres Seigneurs souverains, qui est une forme de Justice. Quand un Seigneur souverain refuse de faire raison à l’autre Souverain, il est loisible de le contraindre à cette raison par la force des armes [...]

73L’autre droit Royal est le Domaine de la Couronne [...]

74[...] La vérité est que le droit de Souveraineté, qui représente la Majesté Royale & est le vray droit de la Couronne, est non alienable. Mais ce qui est de la seigneurie utile pour les profits & honneurs semble être alienable pourvu que la directe Seigneurie, la Souveraineté & le ressort demeurent au Roy [...]

75C’est aussi droit Royal l’investiture que tous Evêques nouvellement instituez doivent prendre du Roy, en luy prêtant serment de fidélité [...] En conséquence [...] quand un Evêché vient à vaquer de fait ou de droit le Roy prend en sa main & gagne tous les fruits & revenus de l’Evêché, hormis les fruits purement spirituels [...] Ce droit est appellé vulgairement Regale [...] Depuis soixante-dix ans en ça les Rois de France ont obtenu un autre droit ès benefices Ecclesiastiques, qui est la nomination qu’ils peuvent faire au Pape, pour la provision & institution des personnes qualifiées aux Prélatures électives, soit Archevêchez [...]

76L’autre droit de Royauté est que le Roy est protecteur & conservateur des Eglises de son Royaume, non pas pour y faire loix en ce qui concerne le fait des consciences & la spiritualité, mais pour maintenir l’Eglise en ses droits & anciennes libertez [...]

77Faire monnoye d’or & d’argent, ou de metaux mêlez & alloyez est aussi droit de Royauté... Peu à peu les Seigneurs ont perdu ce droit, qui est demeuré au Roy seul [...]

78L’autre droit Royal est, que le Roy est juge en la cause qu’il a contre son sujet ; ce qui est contre la regle commune, selon laquelle nul ne doit être juge en sa cause [...] Mais l’excellence de cette Majesté et dignité Royale est le serment que le Roy prête à son sacre ès mains des Pairs, qui est de faire justice à ses sujets ; [...] Et l’assistance qu’il a de conseil, & conseil choisi, sont causes suffisantes pour croire qu’il ne jugera rien que justement.

79Il y a une autre sorte de Droit Royal, qui consiste en octroy de graces & dispenses contre le droit commun ; comme sont les legitimations des bâtards, naturalizations des aubains & étrangers, annoblisssements de roturiers, amortissemens, remissions pour homicides, concessions de privileges à villes, communautez & universitez ; concessions de foires & marchez, concessions de faire ville close, avec forteresses, & d’avoir corps et communauté...

80L’autre grand droit Royal est qu’au Roy seul appartient lever deniers & especes sur ses sujets, dont est venue l’indiction des tailles... D’ancienneté nos bons Rois ne mettoient sus les subsides sans le consentement du peuple, que le Roy assembloit par forme d’Estats generaux [...]

81Source : Guy Coquille, Discours des États de France... (1588) ; Institution au droict des François (1607), Œuvres, éd. Bordeaux, Labottière, 1703, t. I, p. 276 ; t. II, p. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, cité dans Jean Imbert et al., La pensée politique..., p. 196-198.

Document XXXIII. Entrée de Louis XIII à Paris au retour de son sacre (1610)

82Henri IV est assassiné le 14 mai 1610. Le conseil décide de faire sacrer Louis XIII dans des délais rapprochés pour pallier la faiblesse de la régence qui s’ouvrait. La cérémonie aura lieu à Reims le dimanche 17 octobre. L’entrée à Paris au retour du sacre était traditionnelle. Cette chanson en donne une description empreinte de naïveté, mais précise. Il y avait des chansons pour tout, sur tout. Rapidement composées, chantées sur des airs déjà connus, elles servaient à la fois de chronique et de commentaire populaire des événements. Elles sont une source de l’opinion publique à ne pas négliger.

Mon Dieu, la belle entrée
Du Grand Roy des François !
La rue était bondée
De cent mille bourgeois,
Le prévot de la ville,
Les eschevins aussi.
En ceste belle entrée
N’ont-ils pas réussi ?

Au faubourg Saint-Antoine
Etoit un fort beau dais,
Tout couvert de bergame
Pour en cacher les ais.
La frange étoit si belle
Qu’elle paraissoit fin or,
Le siège étoit de même,
Qui reluisoit très fort.

Plus bas, un grand portique,
Qu’étoit tout fait de bois,
Peinturé à l’antique
Pour bouter les hautbois.
Le soleil et la lune
Y paraissoient alors :
En face d’argent l’une,
Et l’autre en face d’or.

La porte Saint Antoine
Ils ont fait regratter,
Les arms’ d’Henri troisième
Ils en ont fait oster,
C’étoit pour y r’bouter
Les ceux de notre Roi,
Peints sur fer, cuivre ou bronze,
Où autre fin aloy.

O chose incomparable
Qu’on ne verra jamais :
Les neufs muses agréables
À la porte Beaudais,
Juchées sur le Parnasse
Avecque Apollon,
Qui de fort bonne grâce Jouait du violon.

Au bout d’un’ grande bande
Un miracle nouveau :
À une grosse corde
Pendoit un grand tableau
Où estoit l’effigie
Du Prévôt des Marchands,
Des Eschevins de ville,
Et de bien d’autres gens.

Sur le pont Notre-Dame,
En magnifique arroi,
En de petites écuelles
Ils ont placés nos rois,
Au milieu, des grands hommes,
Tous les bras étendus,
Qui portoient sur leurs têtes
Des paniers de fruits crus.

  • 1 Allusion à Henri IV.

Au bout de cette bande,
Autre portique étoit,
D’une figure grande,
Pour le portait du Roi
Et celui de sa Mère
Y était mêmement,
Et d’un soudard de guerre
Fait comme un garnement1.

À la place Dauphine,
Un miracle c’étoit :
Des peintures très fines,
Une grande chose y avoit
Bâtie en pyramide,
Bien peinte d’un côté :
On aurait bien peint l’autre,
Mais ça eut trop coûté !

83Source : BNF, ms fr. 1266. Timbre : Avaliez les lanternes (noté même ms), Pierre Barbier et France Vernillat, Histoire de France par les chansons, Paris, Gallimard, 1956, t. 1, p. 131-133.

Document XXXIV. Articles secrets du traité de Loudun (3 mai 1616)

84Au mois de juin 1615, Condé quitte ostensiblement la Cour et se retire sur ses terres. Les ducs de Longueville, de Mayenne et de Bouillon le rejoignent. Ils publient un manifeste. Les élections aux États généraux qui venaient de s’achever auraient été truquées, le vœu du Tiers État et du Parlement sur la caractère absolu du pouvoir royal n’avait pas été suffisamment pris en compte, le Conseil qui préparait les mariages royaux concédait trop à l’Espagne. Sincérité ou arguments de circonstance ? On voit mal Condé souscrire à l’article 1 du cahier de doléances présenté par le Tiers aux États généraux et les réserves émises à l’encontre des mariages espagnols visaient surtout à se concilier l’appui des princes protestants. Condé ne parviendra jamais à réunir des troupes suffisantes pour menacer sérieusement l’armée royale. La Cour pourra se déplacer sans encombre vers le Sud-Ouest, l’échange des princesses se fera normalement et les mariages seront célébrés.

85Les pourparlers avec les révoltés s’ouvrent au début de l’année 1616 à Loudun, petite localité catholique située à proximité des places tenues par les protestants dans le Saumurois et le Bas-Poitou. Les négociations sont longues. Les commissaires du roi, dirigés par Villeroy, doivent discuter le cahier préparé par les « confédérés ». Le traité est signé le 3 mai. C’est une longue liste d’avantages obtenus par les opposants et leurs fidèles. La paix aurait coûté près de 20 millions de livres au total. La faiblesse du pouvoir royal se mesure aux sommes déboursées à la suite de traités de ce type conclus avec les grands.

Source : Hélène Duccini, La littérature pamplétaire sous la régence de Marie de Médicis, thèse, Nanterre, citée dans Henri Mecouhalan (dir.), l'État baroque, 1610-1652, Paris, J. Vrin, 1985, p. 66-70.

Document XXXV. Règlement fait par le roi touchant l’ordre de ses Conseils (1630)

86Le Conseil du roi fait l’objet de nombreux règlements depuis la seconde moitié du xvie siècle. Il reste néanmoins, plus que jamais, le cœur du gouvernement (cf. L’Arbre des Estats et Offices de France de Charles Figon, document XXVII) et conserve son unité de principe malgré l’organisation de sections spécialisées. Le règlement du 18 janvier 1630 donne au Conseil l’organisation qu’il conservera jusqu’à la fin du règne de Louis XIII et aux premières années de la régence d’Anne d’Autriche. Il consacre la prééminence du Conseil des affaires, définit avec plus de précision le champ de compétence du Conseil des finances, limite les attributions du Conseil d’État et des finances au seul contentieux financier, fixe de manière détaillée le fonctionnement des différentes sections du Conseil et comment s’effectuera le suivi des affaires traitées.

87Le roi, ayant par le soixantième article de ses ordonnances du mois de janvier dernier réservé de pourvoir par un bon règlement à ce qui concerne l’ordre de ses conseils et des affaires qui y seront traitées, et s’étant à cette fin fait représenter les règlements arrêtés par les rois ses prédécesseurs et par Sa Majesté même celui fait par le commandement de Sadite Majesté en l’année 1615, ensemble ceux faits du depuis, tant à Montpellier le 12 octobre 1622 qu’à Compiègne le 1er juin 1624, à Châteaubriant le 26 août 1626, et en son camp devant La Rochelle le 3e jour de janvier 1628, pour le bon ordre, conduite et administration de la justice, finance et affaires de son État qui se traitent en ses conseils, iceux revus et examinés, et ouï l’avis de son Conseil tant sur le contenu auxdits règlements que sur plusieurs autres points importants que l’état présent et l’expérience a fait juger nécessaires : a fait et ordonné le règlement qui ensuit, lequel Sa Majesté veut et ordonne être exactement gardé et observé par tous ceux qui ont l’honneur d’entrer et servir en sesdits conseils outre ce qui est compris par lesdites ordonnances.

88I. 1. Pour parvenir à l’établissement dudit ordre, sa Majesté ayant par les règlements précédents pourvu à la réformation de sondit Conseil en ce qui regarde la diminution du nombre de ceux qui y étaient entrés pendant les guerres et le choix de ceux qui y seraient employés ci-après et disposant à présent de l’ordre desdits conseils et des affaires qui y seront traitées, veut et ordonne, pour décharger sesdits conseils de toutes les matières et affaires qui gisent en juridictions contentieuses, qu’elles soient renvoyées aux parlements, Grand Conseil, Cour des aides et autres juges ordinaires où les procès pourront être jugés plus commodément pour le soulagement de ses sujets et que, à cette fin, au commencement de chacun quartier, il soit fait un rôle de tous les procès qui seront pendants et indécis èsdits conseils, pour iceux vus et examinés sommairement, en être fait le renvoi où il appartiendra.

89[...] 4. Par le moyen de ces règlements et renvoi, le Conseil du roi étant déchargé de la plupart des procès qui étaient pendants audit Conseil, il ne sera pas besoin de tenir tant de conseils et suffira de tenir le Conseil privé pour les parties une fois la semaine qui sera le samedi, à huit heures du matin, remettant néanmoins, tant pour celui-là que pour le Conseil d’État et finances au jugement de Messieurs les chanceliers et garde des Sceaux, selon l’affluence des affaires, d’assembler quelqu’autre fois le Conseil extraordinairement selon qu’ils verront être à propos pour l’expédition desdites affaires et soulagement des sujets de Sa Majesté, le conseil d’État et finances le jeudi à pareille heures de huit heures du matin et le Conseil des finances le mercredi à pareille heure de huit heures du matin et le Conseil des affaires et dépêches le mardi à pareille heure.

II. L’ordre que le roi veut être tenu en ses conseils des finances et privés

90[...] 6. Les conseillers qui sont ordonnés pour servir auxdits conseils seront tenus de s’y trouver sans y faillir sinon pour légitimes excuses dont ils feront avertir M. le chancelier ou M. le garde des Sceaux.

91[...] 8. Au commencement de chaque année sera fait département aux conseillers du Conseil qui seront en service des provinces du royaume dont chacun d’eux rapportera les cahiers, articles, remontrances et requêtes, afin que ceux qui en feront les poursuites sachent à qui s’adresser pour être plus promptement expédié ainsi qu’il a été fait entre les intendants et contrôleurs généraux des finances pour les affaires concernant les affaires desdites finances de chacune généralité.

92[...] 13. Chacun sera assis audit Conseil selon l’ancienneté de son serment et réception, suivant les règlements de Compiègne et de La Rochelle, cédant le siège et la place à son ancien, excepté ceux qui par l’éminence de leur qualité et charges, ensemble ceux auxquels à raison de la charge de superintendant des finances, Sa Majesté en a voulu faire expédier des brevets, lesquels y tiendront le même rang qu’ils ont fait jusqu’à présent.

9314. Il ne sera rien résolu audit Conseil que par la pluralité des opinions lorsque le roi n’y sera point, et les arrêts qui auront été résolus en un Conseil seront lus et signés au commencement du Conseil suivant où l’on traitera de même nature d’affaires et incontinent délivrés aux parties en la forme ordinaire sans qu’ils puissent être révoqués ni rétractés, ni l’exécution sursise par requêtes ou remontrances, sinon par les moyens de droit comme il est accoutumé.

[...] VI. L’ordre que le roi veut être tenu en son Conseil des affaires et dépêches, le mardi

9443. Audit Conseil seront lues toutes les dépêches du dedans du royaume et délibéré des réponses et de ce qui sera à faire à l’occasion d’icelle.

9544. Seront aussi lues les réponses et les instructions qui seront baillées à ceux qui seront employés dans les provinces pour les affaires de Sa Majesté.

9645. Audit Conseil tous ceux qui auront été en commission pour le service de Sa Majesté seront tenus rendre compte de ce qu’ils auront fait, négocié et géré en leurs voyages.

9746. Il sera traité audit Conseil de l’état des garnisons, état et paiement des gens de guerre tant de cheval que de pied et autres affaires de la guerre et généralement de toutes affaires importantes ainsi qu’il plaira à Sa Majesté l’ordonner.

9847. Et afin que tout ce qui aura été résolu audit Conseil soit promptement et précisément exécuté, Sa Majesté ordonne que toute les résolutions qui se prendront audit Conseil en chaque journée seront réduites par écrit par celui des secrétaires d’Etat qui sera en mois ; lequel en fera un acte contenant par article tout ce qui y aura été résolu, quelles personnes en sont chargées, quelles en doivent prendre le soin ; sera baillé extrait à chacun des secrétaires des commandements selon leur département afin qu’ils tiennent la main à l’exécution de ce qui aura été avisé après qu’il en aura été fait rapport à Sa Majesté et qu’elle aura donné son commandement sur ce, spécialement ès choses plus importantes.

99Source : Roland Mousnier, « Les règlements du Conseil du Roi sous Louis XIII », Annuaire-bulletin de la Société d’histoire de France, 1949, p. 95-99, 102-103.

Document XXXVI. Contre la vénalité des offices (1632)

100Haut magistrat d’origine normande, Cardin Le Bret fut successivement avocat général au Parlement de Paris, maître des requêtes, intendant des Trois-Évêchés, chargé de la réorganisation judiciaire de la Lorraine. Également conseiller d’État, il est surtout connu pour ses liens avec Richelieu dont il passait pour être le juriste. Son Traité de la Souveraineté du Roy, l’ouvrage consacré au pouvoir royal dans la première moitié du xviie siècle qui connut la plus grande audience, peut apparaître comme une justification de la monarchie absolue. Cardin Le Bret se situe dans la lignée de Jean Bodin et de Charles Loyseau : la souveraineté est d’abord le pouvoir de faire des lois. Il n’oublie cependant pas que le pouvoir a pu appartenir à l’origine au peuple (cf. documents XXV, XXXII) et s’affirme comme un opposant résolu des offices. Les arguments qu’il développe sont à lire avec attention, venant d’un parlementaire, maître des requêtes, proche du pouvoir, qui a exercé aussi des fonctions de commissaire.

101Depuis avoir traité des charges et dignités de l’État, et de la puissance qu’a le Roy de les instituer et de supprimer, selon qu’il juge à propos pour le bien de son royaume, il m’a semblé qu’il ne seroit point hors de mon sujet de parler de la vénalité des offices que nos Roys ont permise depuis quelque temps, d’autant qu’elle combat entièrement leur authorité souveraine, s’estant aucunement privés par ce moyen de conférer les charges à qui bon semble. Ceux qui excusent et défendent cette vénalité disent que puis que les offices font part des fruits et revenus du domaine du Roy, il s’ensuit qu’il en peut disposer à sa discrétion, c’est-à-dire des donner, vendre, les multiplier, et d’y commettre telles personnes qu’il estime estre les plus capables de lui rendre service [...] Ils mettent en avant que par le moyen de la vénalité des offices les plus riches posséderont les charges de l’État, ce qu’Aristote au cinquième de ses Politiques, chap. 6, désire estre observé en toute République bien policée pour ce qu’il est à présumer qu’ils seront moins sujets à l’avarice et à se laisser corrompre par ses présens [...] Ils adjoutent encore que la vénalité des offices est un moyen d’asseurer la fidélité des subjects envers le Roy, pour ce tenant en sa puissance le meilleur de leur bien, ils seront plus étroitement obligés de suivre sa fortune. Mais ils passent encore plus outre lorsqu’ils disent que toutes ces raisons ont autrefois esté trouvées si considérables en ce royaume que nos Annales nous enseignent que du temps mesme de nos meilleurs Roys, les offices de judicature se donnoient à ferme comme les autres revenus du royaume ... [...]

102Mais... bien que l’institution des offices dépende de la volonté du prince, toustesfois ce n’est pas à dire qu’il doive les vendre ? Car les offices n’ayent esté créés que pour secourir la république aux choses qui sont nécessaires pour sa conservation ... sa conscience et l’amour qu’il doit porter au bien de son Estat, l’obligent de les remplir de personnes de mérite et qui soient capables de rendre du service au public, ce que la vénalité ne peut luy permettre qui préfère toujours la richesse à la vertu et la bourse aux mérites des hommes ... [...]

103L’on a mis en avant qu’on ne pourroit mieux conserver la fidélité des subjects envers le Prince, que par le moyen de la vénalité des offices. À quoi l’on peu respondre que cela serait bon à dire en un Estat seigneurial, où tout se gouverne par contrainte, mais pas en un Estat royal où les Roys commandent à leurs peuples comme fait un père à ses enfans, et les subjects obéissent à leurs Roys comme les enfans à leur père, et cette bien vueillance est la plus seure caution de leur fidélité ... [...]

104Ce fut le roy Louis XII qui commença de mettre en usage [la vente des offices] pour avoir de l’argent. Mais il ne vendit alors que les offices de finances, et non pas ceux de judicature, comme il est aysé de voir dans son ordonnance de l’année 1508 où il témoigne un extrême regret d’avoir commis ceste faute et s’excuse sur la nécessité des affaires publiques et les grandes debtes que luy avoit laissées Charles VIII son prédécesseur. Et en mesme temps il révoqua du tout ceste vénalité. Après la mort de ce grand prince, le Roy François I son successeur la restablit pour tous les offices indifféremment tant de finances que de judicature, tant il est malaysé de se départir d’un si grand revenu, et que l’on ne prend que sur des volontaires. Neantmoins nous lisons dans les registres de la Cour des lettres qu’il écrivit au Parlement quand la Reyne sa mère fut atteinte d’une dangereuse maladie où il tesmoigne un très vif ressentiment d’avoir remis ce désordre dans ce royaume, jusques là mesme qu’il confesse que Dieu l’en punissoit par cette affliction, et prioit la Cour de luy donner advis des moyens qu’il avoit à tenir, pour bannir cet abus du milieu de la France.

105Aussi, certes avoit-il sujet de parler de la sorte, car la pluspart des malheurs qui affligent maintenant tout le corps de l’Estat n’ont pris leur origine que de ceste vénélité des offices. C’est d’elle qu’est venue la cherté de la justice, la longueur des procès, la multitude des officiers, ou plustost des fénéants, le luxe des uns et le désespoir des pères qui au lieu de recevoir à bénédiction le nombre d’enfans que Dieu leur donne, sont désormais contraints de dire avec Tertullien, 1b. I, ad uxorem (à son épouse), liberorum voluptatem iam nunc amarisimam esse (le plaisir de la procréation est devenu très amer). Si bien que comme Homère, Iliade 5, nomme le vaisseau dans lequel Hélène fut enlevé très mauvais pour ce que de là toutes sortes de maux arrivèrent à la Grèce et qu’à son imitation Gregoire Nazianzene en l’Oraison qu’il a faite de l’amour de la pauvreté appelle le ventre très mauvais, d’autant qu’il est la sentine d’où prennent leur source toutes les maladies qui tourmentent les hommes. Nous pouvons aussi donner ce même nom à cette vénalité, car c’est elle qui a donné la naissance à tant de calamités qui ruinent peu à peu les fondements de ceste Monarchie.

106Mais ce qui a comblé la mesure de tous nos désastres, c’est l’invention de ce droit annuel, qui a produit tout à la fois une infinité de pernicieux et dommageables effects. C’est elle qui a osté au Roy le choix de l’élection des magistrats qui doit entièrement dépendre de son authorité. C’est elle qui a rendu les officiers fermiers de leurs charges, les obligeant d’en payer un certain prix tous les ans, et les deniers d’entrée au renouvellement des termes. C’est elle qui a banny la vertu des offices, ayant tellement augmenté leur valeur qu’il n’y a que les riches qui y puissent prétendre. Les autres maux que cette funeste Paulette produit tous les jours sont en si grand nombre que j’aurois peine de les rapporter en un si petit discours. Mais j’espère que Dieu, après avoir donné une paix universelle à la France, touchera le cœur du Roy pour la délivrer d’un si grand malheur, ou du moins pour apporter quelque tempérament au prix excessif des offices, ordonnant de rigoureuses peines, tant contre les vendeurs que les acheteurs qui auront esté si osés que d’y contrevenir.

107Source : Cardin Le Bret, De la souveraineté du Roy, Paris, Quesnel, 1632, second livre, chapitre V, Vénalité des offices, p. 176-187.

Document XXXVII. « Vive le roi sans gabelle » Le parlement de Bretagne complice des émeutiers (1636)

108Les émotions populaires sont monnaie courante aux xviie et xviiie siècles. La période 1632-1645 présente néanmoins une originalité à cause du nombre des émotions et des mouvements de révolte en ville comme dans les campagnes, de leur extension, et de leur gravité. La brutalité de la pression fiscale consécutive à l’entrée en guerre de la France, conjuguée à une conjoncture difficile, suscite les plus vives oppositions. Rennes et la Bretagne ne comptent pas alors parmi les principaux foyers de révolte. Mais on aperçoit bien dans cette lettre les demandes de subsides, les réactions qu’elles entraînent, les conduites populaires, les solidarités circonstancielles qui peuvent se nouer, l’attitude des commissaires du roi, la manière dont le pouvoir est informé.

109Monseigneur, comme ceste province jouit de la liberté de ses Etats elle est aussy peu accoutumée au respect et à l’obeissance envers le Roy et ceux qui luy sont envoyez de sa part, au parlement j’y ay trouvé quelque extérieur de ces qualitez mais en effect rien du tout, et apres avoir tenu Mr le duc de Brissac et moy lespace de douze jours à nous resouldre sur la proposition que nous leurs avions faicte de la part de sa Ma[es]té pour le secours present enfin aujourd huy seulement ils nous ont apporté leurs deliberations par escrit et non signée qui porte que les presidens donneront par prest 300 éc. Les conseillers 200 éc. ce qui peut revenir a 27 000 éc. dont de la moitié à l’esgard du semestre qui sert on en peut faire estat dans deux mois, et de l’autre à lesgard de celuy entrant en fevrier dans huict mois. Jugez Monseigneur si ce n’est par une moquerie et une chose plustot à refuser avec reproche qu’a accepter. Leurs lenteur a produit un autre effect qui a esté excitée par aucun malitieux d’entre eux, soit par leurs mauvais exemple destre si longs a faire leurs response comme tesmoignant y estre forcez et que si leurs corps souffroit une fois une taxe que le peuple devoit s’attendre dy estre contraincts et bientost de voir la gabelle et les autres impositions de France. Je ne vouldrois pas nier que quelquns de la noblesse ou accose de larrierban ou pour autre pretexte de liberté n’y eussent contribué, et quelquns de lesglise sur ceste derniere raison, mais d’en accuser encore personne en particulier je le puis faire. Bref ce n’a esté pendant led. temps de trois jours qu’assemblee de peuple jour et nuit avec armes et une fois avec un tambour, tantost cent, tantost deux cens et jusques a quatre à cinq cens, criant : Vive le Roy sans gabelle, dun sol que nous payons pour les pommes on nous en veut faire payer dix escus, les autres vingt escus, tuons le commissaire, et quelquefois adjoutoient : Vive le Roy et Mr le duc de Brissac sans gabelle, nous aurons chacun un morceau du commissaire, et plusieurs insolences jusques à venir par deux ou trois fois chaque nuit au logis ou je logeois, auparavant que de m’estre retiré en celuy de Mr de Brissac, y rompre les vitres, faire effort, contre la porte pour la vouloir rompre et menacer d’y mettre le feu. Il seroit trop long et trop ennuieux Monseigneur de Vous en mettre davantage de particularitez. Aucuns pendant ceste rumeur me conseilloient de m’en aller et me le disoient en leurs conscience, dautres dud. parlement men pressoient à dessin, Mr le duc de Brissac qui les congnoit assez bien et moy nen fusmes point dadvis ayant jugé a leurs contenance les ayant veu passer que ceste esmëute n’estoit qu’a dessin de me faire peur et de me faire retirer au prejudice du service et de lauthorité du Roy dont la gloire nous en est demeurée et la sedition s’est dissipée de hier par un bonheur, le logis de Mr le duc de Brissac n’estant pas un lieu ou lon deust estre asseure estant une maison commune de la ville et sans aucuns garde ni noblesse à sa suite, il y a apporté tous les soins qu’il a pu pour lesteindre et Mr le president de Musbieuf aussy avec quelque autre du parlement comme Mrs le premier president, de Brequini president, de Brie president, de Jantorte president aux enquestes, le procureur g[e]n[er]al et quelques autres quil seroit trop long de nommer. La justice ne s’en est pu faire car de deux que nous avions pris au premier jour Mr le duc de Brissac fust conseillé de les rendre et de puis ny le juge criminel apres les avoir interroger ny le parlement n’a osé passer oultre du moins lont il ainsy dit crainte de pis. Neantmoins led. parlement à promis de decerner commission au premier jour pour en informer et qui pouroit presser ces deux accusez de dire la verite lon descouvriroit les autheurs mais le parlement n’en fera rien.

110Le seul expedient Monseigneur de venger ceste offense ce seroit de mettre en ceste ville une bonne garnison. Vous avez Mr le duc de la Tremouille qui a quatre mil hommes sur pied pres dicy et qui fera tout ce que lon vouldra pour le service du Roy et sera bien aise de m’obliger. Il fauldroit luy ordonner (pourveu que sa Ma[es]té n’aye point besoin desd. gens de guerre ailleurs) de les envoyer icy et à Mr le duc de Brissac de les y faire entrer. Lon feroit telle justice que lon vouldroit et lon leurs feroit peur dune citadelle, de la perte de leurs privileges et de la translation du parlement. Ils viendroient incontinent au pardon et apres lon feroit ce que lon vouldroit. Mais sur fin Monseigneur permettez moy que je Vous dise que quand les esmëutes sont appaisees il est necessaire de faire un exemple et ne croiez pas que jen parle pour mon interest, je Vous le remets tout et au Roy. Celuy seul que je Vous represente et que je Vous demande avec extreme instance pour la conservation de mon honneur en ceste province principale apres ce deplaisir sest que je soi premier commissaire aux Etats quand ils se tiendront et qun con[eill]er d’Etat apres les peines que jaye eue ne vienne point ravir ceste gloire, car Monseigneur je prens ceste liberté de Vous dire que je ne le pouvois souffrir qu’avec un regret mortel. Mrs... (le dernier depuis evesque de Cahors) les ont tenus jadis en la place que je pretends ce me semble justement. Je Vous requiers Monseigneur à joindre mains de ceste grace qui depend entierement de Vous et je seray satisfaict, et a jamais, Monseigneur, voistre tres humble et tres obeissant serviteur.

111Source : J. d’Estampes, de Rennes ce 12 septembre [1636], fonds Doubrovsky, 107 / II, n° 1, cité dans B. Porchnev, Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, SEVPEN, 1963, document n° 15, p. 599-600.

Document XXXVIII. Harangue de M. d’Argenson à Pouverture des États de Languedoc de 1647

112Lors de l’ouverture des États de Languedoc, comme de celle des assemblées diocésaines qui se réunissaient ensuite, les commissaires du roi prononçaient des discours où ils instruisaient les députés des demandes du souverain, occasion pour eux de faire un tour d’horizon de la situation du royaume, d’expliquer et de justifier la politique royale. Les États servaient donc de relais efficace dans la province pour le pouvoir royal car une nombreuse assistance se pressait aux séances d’ouverture dans les villes où se réunissaient les Etats comme dans les capitales diocésaines. En 1647, les États de Languedoc se tiennent à Montpellier du 3 avril au 7 juillet. L’assemblée provinciale ne cessait de réclamer le rétablissement de ses privilèges depuis plusieurs années (document XL). Le Parlement de Toulouse s’agitait contre Mazarin dont il demandait le départ et contre les intendants. Les commissaires contrebalançaient cette offensive par l’exaltation du pouvoir. Le conseiller d’Aligre (document XLV) avait déjà abordé ce thème lors de la session de 1645. D’Argenson le développe plus systématiquement en se livrant à une défense énergique de la régente.

113« ... L’un des plus beaux présens que Dieu ait fait aux hommes est celuy de la liberté. Ils en font néanmoins un si mauvais usage quand ils agissent par leurs mouvemens propres, qu’il en arrive de grands désordres dans leurs actions. Cela produit aussy les déreglemens dans les états politiques. Dieu a étably pour cette considération deux secours qui les doivent conduire : l’un vient immédiatement de luy-même, & l’autre par le moyen de leurs semblables, auxquels il communique sa puissance dessus la terre.

114L’un & l’autre se fait par les voyes adorables de sa grâce. Il faut laisser l’explication du premier à Messieurs les prélats qui sont les oracles & les juges de la doctrine. Je les supplie seulement de me permettre de dire pour mon sujet qu’il n’y a point de vraye liberté que là où l’esprit de Dieu gouverne. Mais comme la plupart du monde ignore ou considère fort peu ces maximes, Dieu nous a donné pour second moyen les Roys & les lois civiles pour être les guides de notre liberté & pour faire agir ainsi qu’il est le plus à propos pour le bien de la chose publique.

115Il seroit inutile, Messieurs, de prouver le besoin de cet ordre, puisque vous savez assez par les expériences combien les hommes sont incapables de se conduire eux-mêmes dans leurs intérêts qui les aveuglent. [...] Il faut des puissances visibles pour les remettre dans la bonne voye et c’est la raison pourquoi Dieu a voulu qu’il y eût des Rois & des souverains pour leur donner la loy avec un pouvoir absolu sur leurs vies & sur tous leurs biens. Les Parlements, Messieurs, & les Etats de quelques Provinces, ou les autres puissances au-dessous de la souveraine reçoivent ses ordres & y doivent obéir sans difficulté, surtout quand le Prince ne commande que des choses justes & nécessaires pour le soutien de l’Etat & pour le salut des peuples.

116Et il n’est pas permis aux sujets en particulier d’examiner si ce que le Souverain veut & ordonne est juste ou non, car la vérification même des Edits ne se fait devant les Parlemens que pour ayder au maintien de la monarchie, & pour faire considérer par ces sages sénateurs les volontés du Prince, afin de voir s’il y a lieu d’y ajouter ou d’y modérer quelque chose pour le bien de sa Couronne. Le consentement de ces Etats est nécessaire à la vérité, Messieurs, pour les impositions en cette Province, par un privilège qu’il est raisonnable de garder, mais c’est une exception de la règle générale du Royaume. C’est une liberté dont la conduite est laissée à cette Assemblée illustre qui la doit conserver avec beaucoup de prudence & de circonspection, & vous êtes, Messieurs, plus obligés à faire considération sur les énormes dépenses du gros de l’Etat pour y contribuer de tout votre pouvoir que les autres provinces qui reçoivent les intentions du Roy dans les examiner. Vous le devez, Messieurs, non seulement à cause de l’exemple qui a fait tant de préjudice aux affaires durant ces dernières années, mais afin d’empêcher que Leurs Majestés ne soient obligées d’user d’une autre voye pour l’intérêt général du Royaume qui leur est plus cher que leur propre vie.

117Ce qui s’est fait aux derniers & aux précédents Etats ne sont pas des actes de liberté. Ce sont des acheminemens à la servitude, vu qu’il n’y en a point de plus véritable que la désobéissance & le manquement au devoir des sujets envers le Souverain. Lorsqu’ils semblent reprendre leur liberté entre leurs mains, ils la perdent, suivant la faute du premier homme qui usa si mal de la sienne.

118[...] Il ne faut point douter, Messieurs, que Dieu ne se mêle bien avant dans les commandements des Princes et qu’il ne leur inspire & à leurs ministres ce qu’ils doivent prescrire & ordonner à ceux qui sont sous leur gouvernement. Leurs ordres semblent quelquefois rudes aux peuples qui n’en savent pas le secret ou la nécessité, mais comme les remèdes les plus efficaces pour guérir les grandes maladies ne sont pas d’ordinaire les plus doux, il faut toujours se laisser conduire et obéir à ceux qui en savent la raison et la force.

119[...] Je ne suis pas de ceux qui croyent que la religion doit servir à l’Etat. C’est une impiété de le dire & une ignorance de le penser. Les lois de Dieu & celles de la raison ne sont qu’une même chose, & dès lors que celuy qui gouverne manque à l’une & à l’autre, il n’est plus dans l’ordre ; mais le lien est si mystérieux entre la Religion & l’Etat, & Dieu a tant de soin de leur conservation qu’il inspire luy-même les secrets de ses volontés aux Princes qu’il fait régner souverainement par sa grâce. Il réserve aussy à luy seul la connoissance et le jugement de leurs actions, & pour nous apprendre qu’il le veut ainsy, il vous a fait dire par un de ses plus confidens qu’il faut obéir aux Rois même facheux et déréglés, à plus forte raison le doit-on absolument aux justes et à ceux qui sont donnés de sa main, comme le nôtre.

120[...] Les préparatifs pour la guerre ne se peuvent continuer sans beaucoup de dépenses. Il faut achever & n’épargner rien si nous voulons avoir la paix qui n’est retardée que par les imaginations vaines de nos Ennemis. Ils se promettoient que la mort de notre grand Roy Louis le Juste leur seroit avantageuse, mais ils n’ont rien profité par la conduite forte de notre sage Régente qui a si bien réussy & soutenu les affaires que les succès en ont toujours été ruineux à ceux qui nous font la guerre. Elle n’ayme que le Roy son fils & sa couronne. Ceux de la maison d’où elle est sortie s’en plaignent & en ressentent les effets, glorieux à cette courageuse & très pieuse Princesse qui a détruit partout leurs espérances. [...] Cette Princesse si bonne pouvoit-elle nous favoriser davantage, Messieurs, que de vous donner pour gouverneur l’oncle du Roy, le victorieux Gaston, qui a pris Gravelines & tant d’autres places de haute considération en Flandres & ailleurs, avec une telle suite de victoires que les Ennemys n’ont pu tenir que sur une défensive faible & inutile ? car enfin ils ont perdu Dunkerque où ils avoient mis la ressource de leurs affaires de la terre & de la mer en ces côtes.

Ce grand Prince, qui a eu l’honneur de cette dernière conquête, a fait tant d’autres actions glorieuses en Allemagne et en d’autres provinces, qu’il est la terreur des Ennemys de cette couronne, mais toutes ces grandes choses seroient peut-être sans fruit pour l’Etat si vous ne répariez, Messieurs, le manquement des années précédentes par un secours d’argent si notable qu’il soulage les finances du Roy épuisées par les emprunts qu’il a fallu faire sur les tailles des années suivantes & sur les subsistances des autres généralités. Il l’a fallu faire, Messieurs, pour remplacer ce que vous avez manqué de payer, au grand préjudice des affaires du Roy & avec un si mauvais exemple pour toutes les autres provinces que vous devez en avoir un extrême regret.

121Source : "Procès-verbal des États de Languedoc, séance du 3 avril 1647", Histoire générale du Languedoc, Toulouse, Privat, 1876, t. XIV, Preuves, XLI, cc. 148-154.

Document XXXIX. Harangue de l’avocat général Omer Talon lors du lit de justice du 15 janvier 1648

122Avocat général au Parlement de Paris, charge qu’il reçoit de son frère en 1631, Omer Talon, excellent juriste, s’est constamment signalé par sa défense des droits du Parlement où il jouissait d’un grand crédit. Bien qu’il ne soit pas au nombre des parlementaires les plus radicaux – il se prononcera souvent en faveur de mesures d’accommodement pour éviter la rupture entre le roi et le Parlement –, Omer Talon exprimait ses sentiments avec vigueur. Sa harangue, prononcée lors du lit de justice que tint la régente pour obliger le Parlement à enregistrer un train d’édits fiscaux, très sévère à l’égard de la régente et de Mazarin, répondait à l’attente des parlementaires. Le Parlement enregistra ce que demandait la régente, mais il annula dès le lendemain le lit de justice et délibéra sur les édits. On date de cette harangue de début de la « vieille Fronde ».

123Sire, la séance de nos rois dans leur lit de justice a toujours été une action de cérémonie, d’éclat et de majesté. Tout ce qu’il y a de grand et d’auguste dans le royaume paroît dans ces occasions, dans lesquelles les marques visibles et véritables de la royauté se rencontrent. Autrefois les rois vos prédécesseurs, en semblables journées, faisoient entendre à leurs peuples les grandes affaires de leur Etat, les délibérations de la paix ou de la guerre, dont ils demandoient avis à leurs parlemens et faisoient réponse de leurs alliés. Ces actions n’étoient pas alors considérées, ainsi qu’elles sont à présent, comme des effets de puissance souveraine qui donnent de la terreur partout, mais plutôt comme des assemblées de délibération et de conseil.

124Le plus ancien lit de justice qui ait été tenu par nos rois est celui de Charles V, de l’année 1369, lorsqu’il fit faire le procès en sa présence à Edouard, prince de Galles, son vassal, à cause du duché de Guyenne. Nous pourrions rapporter à Votre Majesté tout ce qui s’est passé pendant deux siècles en semblables occasions, lesquelles ont toutes été employées en la discussion des grandes affaires de l’Etat, comme à instruire et juger les procès contre les grands vassaux de la couronne, aux ducs de Bretagne, de Bourbon et d’Orléans, à un roi de Navarre, de l’empereur Charles-Quint en qualité de comte de Flandre, d’autres fois à demander avis sur l’exécution des traités de paix, expliquer au Parlement les motifs de la guerre que l’on vouloit entreprendre, faire entendre l’établissement d’une lieutenance générale pour commander pendant l’absence du Roi, dans toutes lesquelles rencontres la fonction des officiers de votre Parlement n’a jamais été diminuée, la présence de nos rois ne leur a point fermé la bouche, et l’on ne s’étoit pas avisé d’user de puissance souveraine comme l’on fait à présent, jusques en l’année 1563, que le prétexte de la religion, le refus des ecclésiastiques de contribuer à une guerre sainte, rendit pour cette fois la nouveauté tolérable. Chose étrange pourtant que ce qui s’est fait une fois sans exemple, ce que nous pouvons soutenir avoir été contraire à son principe, passa maintenant pour un usage ordinaire, principalement depuis vingt-cinq années, que dans toutes les affaires publiques, dans les nécessités feintes ou véritables de l’Etat, cette voie s’est pratiquée ! Et de fait François 1er, majeur de trente années, s’étant plaint en ce lieu des difficultés qui étoient apportées à l’enregistrement de quelques édits portant création de nouveaux offices, il n’en fit pas publier les lettres en sa présence, parce qu’il savoit bien que la vérification consiste dans la liberté des suffrages, et que c’est une espèce d’illusion dans la morale et de contradiction dans la politique de croire que des édits, qui par les lois du royaume ne sont pas susceptibles d’exécution jusques à ce qu’ils aient été apportés et délibérés dans les compagnies souveraines, passent pour vérifiés lorsque Votre Majesté les a fait lire et publier en sa présence. Aussi tous ceux qui ont occupé nos places, ces grands personnages qui nous ont précédés, desquels la mémoire sera toujours honorable parce qu’ils ont défendu courageusement les droits du Roi leur maître et les intérêts du public, qui sont toujours inséparables, se sont écriés en semblables occasions avec beaucoup plus de vigueur que nous ne saurions faire ; le parlement a fait des remontrances pleines d’affection et de fidélité, mais sans dissimulation, sans complaisance ni flatterie.

125Vous êtes, sire, notre souverain seigneur, la puissance de Votre Majesté vient d’en haut, laquelle ne doit rendre compte de ses actions, après Dieu, qu’à sa conscience. Mais il importe à sa gloire que nous soyons des hommes libres, et non pas des esclaves, la grandeur de son Etat et la dignité de sa couronne se mesure par la qualité de ceux qui lui obéissent.

126La plupart des autres cours souveraines exercent des puissances bornées et raccourcies. Les unes commandent dans les républiques, auxquelles ils doivent compte de leur administration, les autres ont des conseils nécessaires, des assemblées d’Etats fixes et ordinaires, des cercles, et des diètes auxquelles ils sont obligés de déférer, qui prennent connoissance de leurs affaires et censurent leurs actions.

127Ceux qui sont estimés posséder une puissance absolue, user d’autorité despotique dans leurs Etats, ils commandent dans des provinces ruinées, dans des pays déserts, ou brûlés de l’ardeur du soleil, les autres ont pour sujets des nomades et des Lapons, des insulaires septentrionaux, qui n’ont rien d’homme que le visage.

128La France, les délices du Ciel, l’abondance de la terre, le préciput de la nature, est le partage du plus grand de tous les princes, du fils aîné de l’Eglise, qui donne à Votre Majesté le titre d’auguste, la qualité de roi des Francs, c’est-à-dire le commandement sur des hommes de cœur, sur des ames libres, et non sur des forçats qui obéissent par contrainte, qui craignent la main du comite, et maudissent tous les jours l’autorité qu’ils respectent. Tant est la véritable pensée d’une grande reine parlant à Cyrus son fils, qu’il y a grande différence entre le royaume des Mèdes et des Perses. Les premiers établissent leur gouvernement dans une puissance exacte, qui ne souffre point de contradiction, les autres se contentent d’une autorité légitime qui se concilie la bienveillance des peuples, bienveillance qui se diminue et se perd facilement lorsque les hommes sont persuadés que l’ordre du gouvernement public attire sur eux les misères qu’ils ressentent, et la pesanteur des fléaux qui les persécutent. Pour cela les maximes de la religion et de la justice, qui préparent le trône des rois, qui sont les fondemens et les pierres angulaires des monarchies légitimes, donnent aux ministres des choses saintes et aux magistrats une honnête liberté pour s’expliquer dans leurs places, et s’acquitter fidèlement de la commission à laquelle leur charge et leur honneur les obligent, ce que nous faisons aujourd’hui dans le lieu des jugemens pour faire entendre à Votre Majesté, avec toutes sortes de respect, l’importance de cette journée, qui donne de l’étonnement et de la frayeur dans l’esprit des peuples, lorsqu’ils s’aperçoivent que le cours impétueux et rapide du premier mobile ne peut être arrêté par la constance, par le poids et la vertu du globe des étoiles fixes, que l’excès et la chaleur des signes célestes ne se tempèrent point par la modération de Saturne.

129Il y a, sire, dix ans que la campagne est ruinée, les paysans réduits à coucher sur la paille, leurs meubles vendus pour le paiement des impositions, auxquelles ils ne peuvent satisfaire, et que pour entretenir le luxe de Paris des millions d’ames innocentes sont obligées de vivre de pain, de son et d’avoine, et n’espérer autre protection que celle de leur impuissance. Ces malheureux ne possèdent aucuns biens en propriété que leurs ames, parce qu’elles n’ont pu être vendues à l’encan, les habitans des villes, après avoir payé la subsistance et le quartier d’hiver, les étapes et les emprunts, acquitté le droit royal et de confirmation, sont encore imposés aux aisés.

130Ce qui reste de sûreté dans les compagnies souveraines reçoit atteinte dans cette journée par la création de nouveaux offices, qui sont une charge perpétuelle à l’Etat, car lorsqu’ils sont établis il faut que le peuple les nourrisse et les défraie.

131Faites, madame, s’il vous plaît, quelque sorte de réflexion sur cette misère publique dans la retraite de votre cœur ! Ce soir, dans la solitude de votre oratoire, considérez quelle peut-être la douleur, l’amertume et la consternation de tous les officiers du royaume, qui peuvent voir aujourd’hui confisquer tout leur bien sans avoir commis aucun crime. Ajoutez à cette pensée, Madame, la calamité des provinces, dans lesquelles l’espérance de la paix, l’honneur des batailles gagnées, la gloire des provinces conquises, ne peut nourrir ceux qui n’ont point de pain, lesquels ne peuvent compter les myrtes, les palmes et les lauriers entre les fruits ordinaires de la terre.

132Ce que nous expliquons à Votre Majesté avec d’autant plus de confiance qu’elle nous écoute avec une bonté si royale, avec tant de patience et de vertu, qu’elle attire sur elle toutes les grâces du Ciel et les bénédictions de la terre. Cette liberté que Votre Majesté nous donne de parler selon les sentimens de notre cœur, d’examiner ses volontés et les contredire en sa présence, est une marque que sa puissance vient du Ciel, et que la droite de Dieu tout puissant vous assiste. La sagesse, dit l’Ecriture, habite la maison du conseil, l’honneur du Roi aime le jugement, et Jupiter dans Homère, fait plus de cas de Minerve que de son foudre.

133Nous savons bien que les dépenses de la guerre sont sans mesure, que la pensée de Crassus est véritable, qu’un prince n’est jamais assez riche pour faire subsister une armée, à laquelle il manque toujours quelque chose. Nous confessons que les nécessités publiques de l’Etat sont plus anciennes que la régence, et qu’elles ne peuvent être imputées à l’administration de Votre Majesté, au bonheur de laquelle nous sommes débiteurs, après Dieu, de la gloire présente de l’Etat, d’avoir opéré en nos jours, par sa conduite et par ses soins, des merveilles dont la postérité s’étonnera.

134Que dans la minorité d’un jeune prince, qui est le temps ordinairement de la disgrâce et de la déchéance des monarchies, non seulement nous ayons ressenti la tranquillité publique dans toutes les provinces du royaume, mais que nous ayons vu les armes françaises, victorieuses au milieu de l’Espagne, de l’Italie, de l’Allemagne et de la Flandre, donner la loi à la vanité des hommes superbes et entreprenans, l’innocence des fleurs de lis triompher de la gloire des aigles et de la fierté des lions. Mais pourtant ces félicités publiques de l’Etat, auxquelles nous ajoutons de bon cœur le recouvrement de la santé du Roi notre maître, que Dieu a rendu aux soins et aux veilles de Votre Majesté, madame, comme autrefois il l’a donné à ses prières et à nos larmes, n’empêchent pas les nécessités particulières du royaume, lequel est languissant, affoibli, épuisé par la fréquence des levées extraordinaires de deniers, qui sont le sang du peuple et les nerfs de l’Etat, qui produisent une maladie d’inanition, dans laquelle les remèdes sont aussi peu supportables que le mal. Pour cela, sire, nous supplions Votre Majesté de se contenter de la puissance et de la volonté de ses sujets. Faites, sire, que les noms d’amitié, de bienveillance, d’humanité, de tendresse se puissent accorder avec la grandeur et la pourpre de l’Empire. Donnez, sire, à ces vertus lettres de naturalité dans le Louvre ; et, méprisant toutes sortes de dépenses inutiles et superflues, triomphez plutôt du luxe de votre siècle et de celui des siècles passés, que non pas de la patience, de la misère et des larmes de vos sujets. Et après ces très-humbles remontrances, que nous espérons devoir faire quelque sortes d’impression dans l’esprit de Votre Majesté, nous sommes obligés, par le devoir de nos charges, de requérir, ... etc.

135Source : Mémoires d’Omer Talon, Collection des Mémoires relatifs à l’Histoire de France, Paris, 1827, 2e série, t. LXI, p. 115-121.

Document XL. Révocation de l’édit de Béziers (octobre 1649)

136L’offensive développée contre les États provinciaux s’effectua en Languedoc à l’occasion des prises d’armes qui se déroulèrent dans la province. En 1628 a lieu la rébellion du duc de Rohan et des huguenots. Les Etats refusent une partie des subsides qui leur sont demandés alors que se déroulaient le siège de La Rochelle et des opérations de guerre en Italie. Fin novembre, le roi imposa 200 000 livres supplémentaires de taillon à la province sans la consulter, en violation de ses privilèges. L’année suivante, après l’Édit de grâce d’Alais, le roi venu en Languedoc établit des élus et un siège d’élection dans chacun des diocèses de la province : les impôts seront désormais fixés par le Conseil du roi, répartis et levés sous l’autorité d’élus. Le Languedoc perdait ses principaux privilèges qui consistaient à discuter et à répartir lui-même l’impôt.

137En 1632, Gaston d’Orléans, la reine mère et le duc de Montmorency bénéficient de quelques soutiens au sein des États. Après la défaite de Montmorency à Castelnaudary, le roi se rend en personne avec Richelieu à l’assemblée provinciale convoquée à Béziers. Il rétablit les États, supprime les 22 bureaux d’élection contre le versement de 3 885 000 livres, mais leur enlève le droit de discuter l’impôt et de nommer leur agent financier. La charge de trésorier de la Bourse devient un office royal, la vérification des comptes relèvera de la Chambre des comptes de Paris. Dès le début de la régence, les États et le Parlement de Toulouse sollicitèrent la révocation de l’Édit de Béziers. Le Parlement, dans sa déclaration du 10 mai 1649, donne la récréance à tous les biens saisis à cause du versement des impôts établis en vertu de l’Édit de Béziers et annule les contraintes délivrées par les receveurs des tailles. La position difficile où se trouvaient alors la régente et le principal ministre les engagent à faire des concessions. Les commissaires aux États reçoivent mandat de négocier la révocation de l’Édit. L’Assemblée provinciale fait valoir un argument : la modification de la constitution de la province n’avait pas été vérifiée par le Parlement ; mais surtout elle menace dans sa séance du 25 juin 1649 de refuser tout subside au roi si la demande était faite en vertu de commissions portées par les agents du roi. Courant septembre, l’Édit est révoqué. Le trésorier de la Bourse créé en 1632 est supprimé, les Etats retrouvent tous leurs privilèges. Ils acceptent en contrepartie de verser un don gratuit de 1 200 000 livres et une série de gratifications, au duc d’Orléans, au gouverneur de la province... etc.

138« [...] Comme il est de la prudence et de l’équité des Rois de restreindre quelquefois à leurs peuples leurs privilèges & puis de rétablir les grâces qui dépendent de leur puissance souveraine, selon que le bien de l’Etat et que leur conduite le requiert, & de maintenir aussi les provinces dans les droits, franchises & immunités dont elles ont joui, surtout quand elles nous donnent les preuves de la fidélité qu’elles nous doivent, Nous avons considéré que notre province de Languedoc est une des plus grandes & des plus importantes de ce Royaume & qu’elle a signalé sa fidélité envers les Rois nos prédécesseurs en divers siècles dans leurs plus pressantes nécessités et dans les affaires les plus difficiles de la monarchie, qu’étant arrivé en l’an 1632 que le feu Roi notre très honoré seigneur et Père, de glorieuse mémoire, que Dieu absolve, auroit par son Edit donné à Béziers au mois d’octobre de ladite année supprimé les bureaux d’élection créés aux vingt-deux diocèses de ladite province, réglé le temps de la tenue des Etats, les sommes qui y seront levées de là en avant, & ordonné la forme desdites impositions sur le général & des assiettes particulières sur les diocèses d’icelle ; qu’encore que depuis l’établissement fait par ledit Edit ladite province y déférant ait fourni toutes les sommes y contenues montant à un million cinquante mil livres par chacun an, qui ont été portées en notre épargne, & à 1 214 431 livres pour les autres dépenses dont elle étoit chargée par ledit Edit, néanmoins les Etats de ladite province nous auroient continuellement demandé d’être remis en la forme & liberté dont ils usoient sur le fait des impositions avant ledit Edit de Béziers, & nous auraient représenté par tous leurs Cahiers le préjudice qu’ils recevoient d’icelui, spécialement en ce qu’il règle & fixe les impositions à faire en ladite province, comme si elle ne devoit jamais en être déchargée & leur ôte la liberté qu’ils avoient ci-devant qu’aucune somme ne fût imposée & mise sur la Province qui ne fût auparavant délibérée & consentie par les Etats, et d’user de remontrances envers nous sur celles qui leur seraient demandées de notre part, Nous suppliant très humblement de révoquer ledit Edit & de les remettre en leurs premiers & anciens usages, formes & libertés, après avoir fait examiner en notre Conseil les Cahiers desdits Etats à nous présentés les années dernières, & reçu au nom des dits Etats de nouvelles & pressantes instances, mettant en considération les plus grands services de ladite Province Nous a rendu depuis la guerre ouverte entre cette couronne & celle d’Espagne, & particulièrement lors du siège de Leucate, comme en toutes autres occasions qui ont suivi, des preuves de générosité & fidélité à notre service, Nous avons résolu, pour faire ressentir à la dite Province les effets de notre bonté et justice et du désir que Nous avons de son soulagement, de la remettre en état qu’elle étoit avant ledit Edit, Nous assurant qu’elle s’efforcera plus volontiers à Nous donner des preuves de son affection dans le besoin que Nous en aurons.

139Savoir faisons que Nous, pour ces causes, et autres bonnes considérations à ce mouvant, de l’avis de la Reine Régente notre très honorée Dame & Mère, et de notre Conseil où étoient notre très cher & très aimé Oncle le Duc d’Orléans, notre très cher & très aimé Cousin, le Prince de Condé & autres notables personnages de notredit Conseil, et de notre certaine science, pleine puissance & autorité royale, Nous avons par notre présent Edit perpétuel et irrévocable, révoqué et révoquons celui donné à Béziers au mois d’octobre 1632 [...] Voulons néanmoins que lesdits Etats soient tenus au mois d’octobre de chaque année suivant les anciens règlements de ladite Province en vertu de nos lettres patentes & commissions qui en seront annuellement expédiées selon l’usage ancien, & avec les mêmes privilèges, libertés & avantages dont ils ont joui avant l’année 1629, nonobstant tous Edits, Arrêts et Règlements à ce contraires, lesquels nous révoquons pour ce regard, sans que lesdits Etats puissent être assemblés à l’avenir plus d’un mois à compter du jour de l’ouverture d’iceux en ce non compris l’aller et le retour, & l’Assemblée des assiettes en chaque diocèse que huit jours seulement à peine de nullité et de faux de tout ce qui auroit été traité, géré, délibéré... [...]

140Défendons très expressément d’imposer aucunes sommes en ladite Province pour quelque cause & prétexte que ce soit, sans nos lettres patentes signées de Nous, contresignées de l’un de nos secrétaires d’Etat, contrôlées & scellées de notre grand sceau ...

141[...] Révoquons par cesdites présentes, ensemble l’édit du mois d’octobre 1631 portant création des Offices de Collecteurs des Tailles & déchargeons les Consuls, Clavaires & Collecteurs de ladite Province de rendre compte en notre Cour des Comptes, Aides et Finances de Montpellier de leur administration, & leur permettons d’en compter ainsi qu’ils avoient accoutumé [...] avec défenses à notre dite Cour des Comptes, Aides et Finances de faire aucunes poursuites contre eux pour cet égard, comme aussi les trois offices de nos Conseillers Receveurs et Trésoriers de la Bourse dudit pays créés par ledit Edit de Béziers, à la charge de rembourser par ladite Province la finance qui se trouvera leur être légitimement due. Voulons et Nous plaît qu’aucune somme ne puisse être imposée sur icelle province qu’elle n’ait été délibérée & consentie en l’Assemblée desdits Etats suivant les anciennes formes, droits, libertés et privilèges de ladite province ...

142[...] Permettons néanmoins à chacune des villes de notre province d’imposer pour leurs affaires particulières une fois l’année seulement, savoir aux villes chefs de diocèses 900 livres, aux chefs des vigueries 600 livres, & à chacune des autres villes et communautés 300 livres, s’il est ainsi jugé nécessaire par la plus grande partie des contribuables, sans que pour raison desdites impositions ils soient tenus d’obtenir d’autres lettres & permissions que les présentes, ni de compter ailleurs que devant les députés de leur communauté ...

143[...] Défendons en outre auxdits Etats, Diocèses, Villes et Communautés, de faire aucun emprunt de sommes, pour quelque cause que ce soit, sans notre permission particulière, déclarons toutes les obligations, promesses et contrats passés au préjudice desdites défenses nuls & de nul effet & afin que nous soyons informés des sommes qui seront imposées auxdits Etats, Nous enjoignons à nos greffiers en iceux d’envoyer à notre Conseil, un mois après le département, un état signé de lui contenant les sommes qui auront été consenties et départies en ladite Assemblée, et de remettre un pareil état à chacun des bureaux des finances de ladite province, pour sur icelui être dressé l’état de la valeur d’icelles finances, ainsi qu’il a été fait de toute ancienneté... »

144Source : Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Privat, 1876, t. XIV, Preuves, XCII, cc. 292-297.

Document XLI. Confusion entre fortune privée et finances royales : Mazarin (1651)

145Mazarin accumula probablement la plus grand fortune que détint jamais un ministre en France. Le détail de cette lettre, longue énumération des dépenses les plus diverses, montre l’état dans lequel se trouvaient les finances du royaume. Mazarin se présente comme le recours ultime de l’État, vendant des rentes, hypothéquant ses tapisseries, ses pierres précieuses, sa vaisselle d’argent, pour des dépenses aussi essentielles que la solde des troupes, les fortifications de places fortes, ou les subsides versés à des négociateurs des traités de Wesphalie. Confusion entre une fortune privée et les finances royales qui pourraient paraître en aussi piteux état si l’on n’était informé des avoirs de Mazarin. On mesure les difficultés rencontrées pour poursuivre la guerre, résister aux grands, et la remise en ordre qu’il faudra entreprendre ultérieurement (cf. document XLV).

146Il ne faudroit pas oublier les cent mille escus d’argent comptant donnez à la république de Venize et tirez du meilleur de mon bien et du revenu de mes bénéfices, dans le commencement de l’invasion que le Turc fit en Candie ; plus de trois cent mille livres prestées à la reyne d’Angleterre, en des occasions où elle estoit réduite en de grandes nécessitez, et pour ces deux parties Cantarini en pourra bien informer parce qu’elles sont passées entre ses mains ; l’argent avancé diverses fois pour envoyer des troupes en Catalogne ; les cent mille escus envoyez en Allemagne lors de la révolte de la cavalerie, que j’empruntay sur mes belles tapisseries et ma vaisselle d’argent ; les cinquante mille escus que j’ay donné pour la rescompense de Caën, afin de satisfaire M. de Longueville comme M. Le Tellier sçait ; les cent mille francs donnez à M. le Mareschal de Schomberg pour la rescompense du Pont-Saint-Esprit, afin que S.A.R. le pust avoir à point nommé ; trois mille pistolles pour sauver Doulens ; plus de dix mille que j’ay envoyez par Milet ou faict remettre par Hervart pour sauver aussy Brisach et Philisbourg ; diverses sommes aussy envoyées, soit pour l’affaire de Naples, soit pour fortifier et mettre Longon en bon estat, soit pour assister l’armée du Roy lorsqu’elle estoit dans le Cremonois soit pour ayder, dans ces derniers temps, à payer ponctuellement le subside de Suède, soit pour advancer la paix d’Allemagne, faisant des présens pour cet effet à divers Ministres qui estoient dans l’assemblée de Munster, qui doivent monter à plus de cent et tant de mille livres, et M. Servien en doit avoir le mémoire ; soit pour assister des ambassadeurs, pour payer des pensions secrètes, comme M. de Brienne sçait fort bien, soit pour en payer de publicques, ayant fait toucher par le moyen de Cenami, au marquis Calcagnini, ou par celuy de M. d’Estrades, trois cent mille livres, si je me souviens bien, au duc de Modène et dans ces deux dernières années, vingt-quatre mille escus à M. le cardinal son frère, protecteur de France, ayant pour cet effect faict vendre des rentes que j’avois à Rome ; soit pour avoir assisté quantité d’officiers de guerre, ou en advançant leurs pensions afin qu’ils puissent aller servir, en leur payant à poinct nommé les assistances que le Roy leur destinoit, et qui les eussent empeschez de rendre le service qu’on desiroit d’eux, s’ils eussent perdu le temps à les solliciter auprez de MM. des finances ; soit enfin en des armemens de mer, transports de gens de guerre, nouvelles levées et recrues et diverses autres choses semblables. Et il faut se souvenir que pour payer la monstre de Flandres, l’année qu’on gagna la bataille de Lens, et pour ayder à satisfaire les Allemands de l’armée de Turenne, ces dernières années qu’ils ont esté en France, je vendis pour deux cent mille livres la charge de surintendant des bastimens, lesquelles M. Le Tellier fit recevoir par le Tresorier de l’extraordinaire ; j’engageay tout ce qui restait de vaisselle et de pierreries et je me fis prester diverses sommes par M. Payen, de Mme d’Aiguillon, de M. le Chancelier, de M. Tubeuf, de M. Hervart, de M. de Senneterre, de M. de Bar et d’autres à qui je les dois encore, dont M. Le Tellier a cognoissance et scait bien si elles n’ont pas esté toutes reçeues par M. Longuet. Et enfin il y a tout ce que j’ay advancé, la dernière année, soit pour fortifier Dunkerque, soit dans les voyages de Normandie et de Bourgogne pour le secours de Guyse, dans le voyage de Guyenne et en celuy de Champagne, dans lequel je puis dire avec vérité que, hors une partie du pain, toutes les autres ont esté faictes de mon argent.

147Source : A. Cheruel et G. d’Avenel, Lettres du cardinal Mazarin pendant son ministère, Paris, Imprimerie nationale, 1872-1906, 9 vol., t. IV, p. 221-223, 26 mai 1651. Cité par F. Bayard dans « Un instrument de l’absolutisme et ses limites : les finances de l’État classique », L’État classique, textes réunis par H. Méchoulan et J. Cornette, Paris, J. Vrin, 1996, p. 201-202.

Document XLII. Lettre de commission pour l’intendance d’Auvergne (15 janvier 1656)

148La Fronde fut l’occasion de cristalliser l’aversion contre les intendants dont le rappel avait été demandé et obtenu par la déclaration du roi du 13 juillet 1648. Leur retour marque la reprise en main de la situation par le pouvoir. Cette lettre de commission montre qu’il ne faut pas opposer trop systématiquement les intendants aux gouverneurs. L’intendant nommé dans la province d’Auvergne sera appelé à participer au conseil des gouverneurs et lieutenants généraux de la province. Ses attributions principales sont : le maintien de l’ordre, la subsistance et la discipline des gens de guerre, la fiscalité, le contrôle des communautés.

149« Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, à notre aimé et féal Conseiller en nos Conseils, Maître des Requestes de nostre hostel, Président en nostre grand Conseil, le sieur Garibal, salut.

150Estant nécessaire pour le bien de nos affaires et de nostre province d’Auvergne d’y envoyer un commissaire de nostre Conseil pour y faire observer nos ordonnances touchant la justice, police et finances, et tenir la main à ce qu’il ne s’y passe aucun abus, et ne pouvant faire un meilleur choix que de vous dont la fidélité et capacité nous a paru dans toutes les fonctions de nos charges et emplois.

151À ces causes, nous avons commis et député, commettons et députons par ces présentes signées de nostre main pour vous transporter en nostre généralité de Ryom et Province d’Auvergne avec pouvoirs de vous trouver et assister aux Conseils qui seront tenus par nos Gouverneurs et lieutenans généraux de ladite province pour nos plus importantes affaires, leur donner vos advis, conférer avec eux selon que le bien de nostre service le requerra.

152Informer de tous désordres, pratiques et menées secrettes qui se pourraient faire contre nostre service, de tous ports d’armes et asemblées illicites, levées de gens de guerre sans nostre ordre, du déportement et façon de vivre, délicts et abus des gens de guerre, qui pourraient passer ou estre en garnison dans lad. Province, vous donnant pouvoir de faire et parfaire le procès auxdits gens de guerre coupables et à tous ceux qui commettraient des rébellions, empescheront ou s’opposeront directement, ou indirectement à la levée de nos deniers, jusques à jugement deffinitif et exécution d’iceluy inclusivement, souverainement et en dernier ressort, appelé avec vous le nombre de juges ou gradués des lieux portés par nos ordonnances.

153Et de donner tous ordres nécessaires ausdits gens de guerre en l’absence de nos Gouverneurs et Lieutenants généraux de ladite province, leur faire fournir les estapes, ordonner de leurs logements, leur faire suivre leurs routes et garder en tout nos règlements et la discipline militaire.

154Vérifier les debtes de touttes les communautés dudit pais, juger les procès meuz et à mouvoir pour raison desd. debtes des Communautez et de leurs cautions ou coobligés, dont elles sont garanties, et de leur accorder les surcréances que vous estimerez nécessaires, nous attribuant à cette fin toute juridiction et recognoissance, sauf l’appel à nostre Conseil et icelle interdite à tous autres Juges.

155Tenir la main à la levée de nos deniers, décerner pour cet effect touttes ordonnances, et viser touttes contrainctes nécessaires, mesme faire compter pardevant vous tous les Receveurs généraux et particuliers de nos finances et autres qui ont faict le maniement de nos deniers, assister et présider aux départements d’iceux, tant au Bureau des Trésoriers de France qu’aux Elections dans lesquelles compagnie vostre voix prévaudra, réformer les abus qui pourraient avoir esté commis ausd. départemens, taxer d’office les principaux habitans des paroisses, empescher l’abus des frais que font les sergents des tailles.

156Recognoistre si les officiers de justice ou de finances font le devoir de leurs charges, ouir les plainstes et doléances de nos sujects, convoquer touttes assemblées des villes, y présider en touttes affaires, vous faire représenter les comptes de ceux qui ont le maniement de leurs deniers communs et d’octroys, et en prendre cognoissance.

157Et généralement, pourvoir à tout ce qui regarde le bien de nostre service, l’observation de nos ordonnances, touchant la Justice, Police et Finances, et le bien et devoir de nos sujets dans toutte l’estandue de lad. généralité de Riom et Province d’Auvergne.

158Avec pouvoir de subdéléguer et commettre ez affaires et lieux que bon vous semblera.

159Et seront vos ordonnances, et tout ce qui sera par vous et vos subdéléqués décerné, exécutté, nonobstant oppositions ou appelations quelconques, dont si aucunes interviennent, nous en avons réservé la cognoissance à nous et à nostre Conseil et icelle interdite à tous autres juges.

160De tout ce que dessus vous donnons pouvoir, authorité, commission et mandement spécial par ces présentes, par lesquelles mandons aux Gouverneurs et Lieutenans Généraux en nostre Province d’Auvergne et tous gouverneurs particuliers des Villes et places, à tous Capitaines, chefs et conducteurs des gens de guerre passans en lad. province, à tous nos officiers de justice et finances, à tous gentils hommes, Maires, Eschevins et officiers des Villes, Prévots des Maréchaux, leurs lieutenans et archers, et tous autres nos sujects qu’il appartiendra, qu’en tout ce qui dépendra de l’exécution de la présente commission, ils ayent chacun en droit soy à vous recognaistre et vous départir toute assistance, main forte et prison, selon qu’ils en seront par vous requis.

161Car tel est nostre plaisir. Donné à Paris, le quinzième jour du mois de Janvier, l’an de grâce mil six cens cinquante six et de nostre Règne le treiziesme ».

162Signé Louis.

163Et plus bas : par le Roy, Phélippeaux, et scellé du grand sceaux.

164Source : Bibliothèque de l’Institut, coll. Godefroy, n° 310, f°s 326-327, publié par R. Mousnier : « Note sur les rapports entre les gouverneurs de province et les intendants dans la première moitié du xviie siècle », Revue Historique, t. CCXXVIII, 1962, n° 2, p. 348-350.

Document XLIII. Faire son métier de roi (1661)

165« Je résolus sur toutes choses de ne point prendre de premier ministre ». Cette phrase des Mémoires de Louis XIV, célèbre, montre comment le souverain entendait exercer le pouvoir. On retient surtout, généralement, son souci de tout contrôler par lui-même. Louis XIV consacrait effectivement beaucoup de temps aux affaires (cf. doc XLVII) et eut soin d’être toujours bien informé, avec des moyens parfois discutables dira Saint-Simon (cf. document LI). Aussi intéressants sont la conception que Louis XIV se fit du pouvoir, les choix des personnes auxquels il procéda, et la manière dont il les justifia, mais surtout peut-être la description des instruments de gouvernement qu’il trouva en accédant au pouvoir (à mettre en perspective avec les documents XXVII, XXXV), ce qui lui permit d’obtenir des résultats probants dans de brefs délais.

166Je commandai aux quatre secrétaires d’État de ne plus rien signer du tout sans m’en parler ; au surintendant de même, et qu’il ne se fît rien aux finances sans être enregistré dans un livre qui me devrait demeurer, avec un extrait fort abrégé, où je pusse voir à tous moments et d’un coup d’œil, l’état des fonds et des dépenses faites ou à faire.

167Le chancelier eut un pareil ordre, c’est-à-dire de ne rien sceller que par mon commandement, hors les seules lettres de justice, qu’on appelle ainsi parce que ce serait une injustice que de les refuser, étant nécessaires plus pour la forme que pour le fond des choses ; et je laissai alors en ce nombre les offices et les rémissions pour les cas manifestement graciables, quoique j’aie depuis changé d’avis sur ce sujet, comme je vous le dirai en son lieu. Je fis connaître qu’en quelque nature d’affaires que ce fût, il fallait me demander directement ce qui n’était que grâce, et je donnai à tous mes sujets sans distinction, la liberté de s’adresser à moi à toutes heures, de vive voix et par placets.

168Les placets furent d’abord en un très grand nombre, qui ne me rebuta pas néanmoins. Le désordre où l’on avait mis mes affaires en produisait beaucoup ; la nouveauté et les espérances, ou vaines, ou injustes, n’en attiraient pas moins. On m’en donnait une grande quantité sur des procès, que je ne pouvais ni ne devais tirer à tous moments de la juridiction ordinaire, pour les faire juger devant moi. Mais dans ces choses mêmes qui paraissaient si inutiles, je découvrais de grandes utilités. Je m’instruisais par là en détail de l’état de mes peuples ; ils voyaient que je pensais à eux, et rien ne me gagnait tant leur cœur. L’oppression me pouvait être représentée de telle sorte dans toutes les juridictions ordinaires, que je trouvais à propos de m’en faire informer davantage, pour y pourvoir extraordinairement au besoin. Un exemple ou deux de cette nature empêchaient mille maux semblables ; les plaintes, même fausses et injustes, retenaient mes officiers de donner lieu à de plus véritables et de plus justes.

169Quant aux personnes qui devaient seconder mon travail, je résolus sur toutes choses de ne point prendre de premier ministre ; et si vous m’en croyez, mon fils, et tous vos successeurs après vous, le nom en sera pour toujours aboli en France, rien n’étant plus indigne que de voir d’un côté toutes les fonctions, et de l’autre le seul titre de Roi.

170Pour cela, il était nécessaire de partager ma confiance et l’exécution de mes ordres, sans la donner tout entière à pas un, appliquant ces diverses personnes à diverses choses selon leurs divers talents, qui est peut-être le premier et le plus grand talent des princes.

171Je résolus même quelque chose de plus, car afin de mieux réunir en moi seul toute l’autorité de maître, encore qu’il y ait en toutes sortes d’affaires un certain détail où nos occupations et notre dignité même ne nous permettent pas de descendre ordinairement, je fis dessein après que j’aurais choisis mes ministres, d’y entrer quelquefois avec chacun d’eux, et quand il s’y attendrait le moins, afin qu’il comprît que j’en pourrais faire autant sur d’autres sujets et à toutes les heures ; outre que la connaissance de ce petit détail prise seulement quelquefois, et par divertissement plutôt que par règle, instruit peu à peu, sans fatiguer, de mille choses qui ne sont pas inutiles aux résolutions générales, et que nous devrions savoir et faire nous-mêmes, s’il était possible qu’un seul homme sût tout et fît tout.

172[...] Pour les affaires de la justice, je les communiquai particulièrement au chancelier, fort ancien officier, reconnu généralement pour très habile dans ces matières. Je l’appelais aussi à tous les conseils publics que je tenais moi-même, et particulièrement deux jours la semaine, avec les quatre secrétaires d’État, pour les dépêches ordinaires du dedans du royaume, et pour les réponses aux placets.

173Je voulus même assister quelquefois au Conseil des Parties qu’il tient pour moi, et où il ne s’agit que de procès entre particuliers sur les juridictions. Et si des occupations plus importantes vous laissent le temps, vous ne ferez pas mal d’en user ainsi quelquefois, pour exciter et animer à leur devoir par votre présence ceux qui le composent, et pour connaître par vous-même les maîtres des requêtes qui rapportent et qui opinent ; d’où se prennent ordinairement les sujets pour les intendances des provinces, pour les ambassades et pour d’autres grands emplois.

174Mais dans les intérêts les plus importants de l’État, et les affaires secrètes, où le petit nombre de têtes est à désirer autant qu’autre chose, et qui seules demandaient plus de temps et plus d’application que toutes les autres ensembles, ne voulant pas les confier à un seul ministre, les trois que je crus y pouvoir servir le plus utilement furent Le Tellier, Fouquet, et Lionne.

175La charge de secrétaire d’État, exercée vingt ans par Le Tellier avec beaucoup d’attachement et d’assiduité, lui donnait une fort grande connaissance des affaires. On l’avait employé de tout temps en celles de la dernière confiance. Le cardinal Mazarin m’avait souvent dit qu’aux occasions les plus délicates, il avait reconnu sa suffisance et sa fidélité que j’avais remarquées moi-même. Il avait une conduite sage, précautionnée et modeste, dont je faisait état.

176Lionne avait le même témoignage du cardinal Mazarin par qui il avait été formé. Je savais que pas un de mes sujets n’avait été plus souvent employé que lui aux négociations étrangères, ni avec plus de succès. Il connaissait les diverses cours de l’Europe, parlait et écrivait facilement plusieurs langues, avait des belles-lettres, l’esprit aisé, souple et adroit, propre à cette sorte de traités avec les étrangers.

177Pour Fouquet, on pourra trouver étrange que j’aie voulu me servir de lui, quand on saura que dès ce temps-là ses voleries m’étaient connues ; mais je savais qu’il avait de l’esprit et une grande connaissance du dedans de l’État ; ce qui me faisait imaginer que pourvu qu’il avouât ses fautes passées, et qu’il me promît de corriger, il pourrait me rendre de bons services.

178Cependant, pour prendre avec lui mes sûretés, je lui donnai dans les finances Colbert pour contrôleur, sous le titre d’intendant, homme en qui je prenais toute la confiance possible, parce que je savais qu’il avait beaucoup d’application, d’intelligence et de probité, et je le commis dès lors à tenir ce registre des fonds dont je vous ai parlé.

179[...] Pour vous découvrir même toute ma pensée, il n’était pas de mon intérêt de prendre des sujets d’une qualité plus éminente. Il fallait, avant toute chose, établir ma propre réputation, et faire connaître au public, par le rang même où je les prenais, que mon intention n’était pas de partager n’était pas de partager mon autorité avec eux. Il m’importait qu’ils ne conçussent pas eux-mêmes de plus hautes espérances que celles qu’il me plairait de leur donner : ce qui est difficile aux gens d’une grande naissance ; et ces précautions m’étaient tellement nécessaires, qu’avec cela même le monde fut assez longtemps à me connaître.

180Plusieurs se persuadèrent que dans peu quelqu’un de ceux qui m’approchaient s’emparerait de mon esprit et de mes affaires. La plupart regardaient l’assiduité de mon travail comme une chaleur qui devait bientôt se ralentir ; et ceux qui voulaient en juger plus favorablement, attendaient à se déterminer par les suites. Le temps a fait valoir ce qu’il en fallait croire, et c’est ici la dixième année que je marche, comme il me semble, assez constamment dans la même route, ne relâchant rien de mon application, informé de tout ; écoutant mes moindres sujets ; sachant à toute heure le nombre et la qualité de mes troupes, et l’état de mes places ; donnant incessamment mes ordres pour tous leurs besoins ; traitant immédiatement avec les ministres étrangers ; recevant et lisant les dépêches ; faisant moi-même une partie des réponses, et donnant à mes secrétaires la substance des autres ; réglant la recette et la dépense de mon Etat ; me faisant rendre compte directement par ceux que je mets dans les emplois importants ; tenant mes affaires aussi secrètes qu’aucun autre l’ait fait avant moi ; distribuant les grâces par mon propre choix, et retenant, si je me trompe, ceux qui me servent, quoique comblés de bienfaits pour eux-mêmes et pour les leurs, dans une modestie fort éloignée de l’élévation et du pouvoir des premiers ministres.

181Source : " Mémoires pour l’année 1661 ", Louis XIV, Mémoires, présentés et annotés par Jean Lognon, Paris, librairie J. Taillandier, 1978, p. 43-50.

Document XLIV. Le Roy gouvernant ses estats par luy mesme

182La prise du pouvoir par Louis XIV le 10 mars 1661 fut l’objet, immédiatement, d’une intense propagande qui se prolongera tout au long du règne : par la gravure – ici —, au centre de la galerie des glaces, dans les panégyriques (documents XLV1II, XLIX)... etc. Ce type de gravure allégorique n’est pas une nouveauté. On en connaît de similaires, en Angleterre par exemple pour Cromwell – avec des symboles communs comme la ruche. On remarquera les registres de la composition de bas en haut – les flots, la terre, les cieux – et de gauche à droite, la place accordée à la mer et à la flotte, aux symboles marins. Chaque sujet est légendé – on notera que les textes ne sont pas tous en latin – et numéroté de haut en bas de la gravure. Ce procédé de l’explication qui donne sens à la représentation, soigneusement réfléchie, est un des moyen des « stratégies de la gloire » (P. Burke). On le retrouve partout : sur les médailles frappées tout au long du règne, sur les monuments... etc.

183Voir gravure page suivante

184Source : gravure anonyme, cabinet des estampes, BNF, Paris.

Document XLV. Louis XIV entend contrôler les finances du royaume

185L’inauguration par Louis XIV de son règne est rapidement suivie par la disgrâce et l’arrestation de Fouquet à qui il attribue toute la responsabilité du désordre des finances. Fouquet est présenté comme le mauvais serviteur du roi qui pouvait heureusement compter par ailleurs sur une équipe en place solide, expérimentée, en qui il pouvait avoir toute confiance (document XLIII). Certes, Fouquet, surintendant des finances depuis 1653, était en même temps le premier traitant du royaume et avait pris à ferme, sous des noms d’emprunt, nombre d’impôts qu’il faisait lever par ses commis. Son crédit lui permettait d’emprunter l’argent qu’il prêtait ensuite au roi à un taux élevé. On peut lui faire grief aussi d’avoir confondu sa fortune personnelle et les finances royales et de s’être rapidement enrichi. Il permit néanmoins à Mazarin de financer la dernière phase de la guerre contre l’Espagne. Les procédés de Fouquet, on l’a montré, avaient des précédents, de même que la confusion entre fortune privée et finances de l’Etat (document XLI). Colbert joua un rôle déterminant dans sa chute en dénonçant ses malversations et le système des « traités » auxquels on recourrait. La reprise en main des finances par le souverain n’empêcha pas, à cause de la guerre, le retour en force des financiers au cours de son règne.

186Ce fut alors que je crus devoir mettre sérieusement la main au rétablissement des finances, et la première chose que je jugeai nécessaire, fut de déposer de leurs emplois les principaux officiers par qui le désordre avait été introduit. Car depuis le temps que je prenais soin de mes affaires, j’avais de jour en jour découvert de nouvelles marques de leurs dissipations, et principalement du surintendant. La vue des vastes établissements que cet homme avait projetés, et les insolentes acquisitions qu’il avait faites, ne pouvaient que convaincre mon esprit du dérèglement de son ambition ; et la calamité générale de tous mes peuples sollicitait sans cesse ma justice contre lui. [...] Etant allé vers la fin du mois d’août à Nantes, où les États de Bretagne étaient assemblés, et, de là, voyant de plus près les ambitieux projets de ce ministre, je ne pus m’empêcher de le faire arrêter en ce lieu même, le 5 septembre. Toute la France, persuadée aussi bien que moi de la mauvaise conduite du surintendant, applaudit à cette action...

187[...] Outre les conseils de finances et les directions qui s’étaient tenus de tous temps, je voulus, pour m’acquitter avec plus de précaution de la surintendance, établir un conseil nouveau, que j’appelai Conseil royal. Je le composai du maréchal de Villeroi, de deux conseillers d’État, d’Aligre et de Sève, et d’un intendant des finances, qui fut Colbert ; et c’est dans ce conseil que j’ai travaillé continuellement depuis à démêler la terrible confusion qu’on avait mise dans mes affaires.

188Ce n’était pas assurément une entreprise légère, et ceux qui ont vu les choses au point où elles étaient, et qui les regardent maintenant dans la netteté où je les ai réduites, s’étonnèrent avec raison que j’aie pu pénétrer en si peu de temps une obscurité que tant d’habiles surintendants n’avaient encore jamais éclaircie. Mais ce qui doit faire cesser cette surprise, est la différence qui se trouve naturellement entre l’intérêt du prince et celui de ses surintendants. Car ces particuliers n’ayant point de plus grand soin dans leur emploi que de se conserver la liberté de disposer de tout à leur fantaisie, mettent bien plus souvent leur adresse à rendre cette matière obscure qu’à l’éclaircir : au lieu qu’un roi met autant qu’il peut l’ordre et la netteté en toutes choses, parce qu’il ne peut trouver que de la perte dans la confusion ; outre qu’en mon particulier je fus souvent soulagé dans ce travail par Colbert, que je chargeais de l’examen des choses qui demandaient trop de discussion, et dans lesquelles je n’eusse pas eu loisir de descendre.

189La manière en laquelle s’était faite la recette et la dépense, était une chose incroyable. Mes revenus n’étaient plus maniés par mes trésoriers, mais par les commis du surintendant qui lui en comptaient confusément avec ses dépenses particulières ; et l’argent se déboursait en tel temps, en telle forme, et pour telle cause qu’il leur plaisait ; et l’on cherchait après à loisir de fausses dépenses, des ordonnances de comptant, et des billets réformés pour consommer toutes ces sommes. Le continuel épuisement qui se faisait du trésor public, et l’avidité qu’on avait toujours de nouvel argent, faisait qu’on donnait sans peine des remises exorbitantes à ceux qui offraient d’en avancer. L’humeur déréglée de Fouquet lui avait toujours fait préférer les dépenses inutiles aux nécessaires, d’où il arrivait que les fonds les plus liquides étant consommés en gratifications distribuées à ses amis, en bâtiments faits pour son plaisir, ou en autres choses de pareille nature, on était contraint, au moindre besoin de l’État, d’avoir recours à des aliénations qu’on ne faisait jamais qu’à vil prix, à cause de l’extrême nécessité où on était. Par ces voies l’État s’était tellement appauvri, que, nonobstant les tailles immenses qui se levaient, il ne restait plus de net à l’épargne que vingt et un millions par an, lesquels même étaient dépensés pour deux années par avance, sans compter soixante et dix millions dont on m’avait rendu redevable par billets faits au profit de divers particuliers.

190La chose que j’eus le plus d’impatience de corriger dans cet abus général, fut l’usage des ordonnances de comptant, parce qu’elles avaient assurément plus servi qu’aucune autre à la dissipation de mes deniers, car en cette forme on donnait sans cesse et sans mesure à telle personne qu’on voulait, et on faisait sans honte et sans peur une dépense qui ne devait jamais être connue. Pour éviter à l’avenir cette confusion, je résolus de libeller et d’enregistrer moi-même toutes les ordonnances que je signerais, en sorte qu’il ne s’est fait ni pu faire depuis aucune dépense dont je n’aie su la raison.

191Je voulus aussi rebailler mes fermes, qui jusqu’alors n’avaient pas été portées à leur juste prix ; et afin d’éviter les fraudes qui s’étaient souvent faites dans ces occasions, soit par la corruption des juges qui les adjugeaient, soit par les complots secrets que faisaient entre eux ceux qui les devaient enchérir, je me trouvai moi-même aux enchères, et ce premier essai de mon application me fit augmenter mon revenu de trois millions, outre que je rendis le prix des baux payable par mois, ce qui me donna dès lors de quoi fournir aux dépenses les plus pressées, et me fit épargner à l’État une perte de quinze millions par an, qui s’étaient jusque là consumés dans les intérêts des sommes qu’on avait empruntées.

192Pour les traites des recettes générales, au lieu de cinq sols de remise qui se donnaient auparavant, je ne laissai plus quinze deniers pour livre ; diminution qui, sur le total du royaume, montait à une somme si notable, qu’elle me donna lieu, dans le grand épuisement où j’étais, de rabaisser les tailles de quatre millions. [...] La dernière résolution que je pris cette année-là, touchant les finances, fut l’établissement de la Chambre de justice, pour lequel j’eus deux principaux motifs. Le premier que dans l’état où les choses étaient réduites, il n’était pas possible de diminuer suffisamment les impositions ordinaires, et de soulager aussi promptement la pauvreté des peuples, qu’en faisant contribuer puissamment aux dépenses de l’État ceux qui s’étaient enrichis à ses dépens ; et le second, que cette chambre examinant les traités qui avaient été faits, c’était le seul moyen qui pouvait faciliter l’acquittement de mes dettes. Car on les faisait monter à des sommes si prodigieuses que je n’aurais pu les payer toutes sans ruiner la plus grande partie de mes sujets, ni les abolir de ma pure autorité sans me mettre en danger de faire quelque injustice, outre que je ne voulais pas retomber dans l’abus qui s’était pratiqué dans le remboursement des billets de l’épargne.

193Je ne doute point qu’en lisant tout ce détail, vous ne conceviez en vous-même que l’application qu’il fallait pour toutes ces sortes de choses n’avait pas en soi beaucoup d’agrément, et que ce grand nombre d’ordonnances, de baux, de déclarations, de registres et d’états, qu’il fallait non seulement voir et signer, mais concevoir et résoudre, n’était pas une matière qui satisfît beaucoup un esprit capable d’autres choses : et je veux bien en demeurer d’accord avec vous. Mais si vous considérez dans la suite les grands avantages que j’en ai tirés, les soulagements que j’ai accordés chaque année à mes sujets, de combien de dettes j’ai dégagé l’Etat, combien j’ai racheté de droits aliénés, avec quelle ponctualité j’ai payé toutes les charges légitimes, et quel nombre de pauvres ouvriers j’ai fait subsister en les occupant dans mes bâtiments ; combien de gratifications j’ai faites à des gens de mérite ; comment j’ai entretenu les ouvrages publics ; quels secours d’hommes et d’argent j’ai fourni à mes alliés ; de combien j’ai augmenté le nombre de mes vaisseaux ; quelles places j’ai achetées ; avec quelle vigueur je me suis mis en possession des droits qu’on m’a contestés, sans que pour cela j’aie jamais été réduit à la malheureuse nécessité de charger mes sujets d’aucune imposition extraordinaire : vous trouverez sans doute alors que les travaux par lesquels je me suis mis en cet état m’ont dû paraître fort agréables.

194Car enfin, mon fils, nous devons considérer le bien de nos sujets bien plus que le nôtre propre. Il semble qu’ils fassent une partie de nous-mêmes, puisque nous sommes la tête d’un corps dont ils sont les membres. Ce n’est que pour leurs propres avantages que nous devons leur donner des lois ; et ce pouvoir que nous avons sur eux ne nous doit servir qu’à travailler plus efficacement à leur bonheur.

195Source : Louis XIV, Mémoires et divers écrits, texte établi, annoté, et présenté par B. Champigneulles, Paris, Le Club français du Livre, 1960, p. 44 à 51.

Document XLVI. Les divertissements publics... ne sont pas tant les nôtres que ceux de notre cour et de tous nos peuples

196Les fêtes ont une fonction essentielle dans la société d’Ancien Régime. On sait la place qu’elles jouent à la campagne, en ville, à la Cour. Alors que l’Église a entrepris une action de longue haleine contre les fêtes et cherche à les contrôler, Louis XIV fait du divertissement et de la fête un art de vivre, presque une hygiène de vie – les « plaisirs honnêtes ... servent la santé » —, et un moyen de gouvernement adapté à la monarchie française. Les divertissements permettaient en effet aux sujets de voir et d’approcher le prince qui devait être accessible à tous. La « société de plaisirs » n’est pas gratuite.

197[...] Je ne m’arrêterais pas avec vous mon fils à un carrousel qui fut fait au commencement de l’été, si ce n’était le premier divertissement de quelque éclat que je rencontre dans la suite de ces Mémoires, et si votre vie devant par nécessité être mêlée de ces sortes de choses aussi bien que de plus grandes, il n’était bon de vous faire remarquer quel est l’usage légitime qu’on en peut faire. Je ne vous dirai pas seulement, comme on dirait à un simple particulier, que les plaisirs honnêtes ne nous ont pas été donnés sans raison par la nature, qu’ils délassent du travail, fournissant de nouvelles forces pour s’y appliquer, servent à la santé, calment les troubles de l’âme et l’inquiétude des passions, inspirent l’humanité, polissent l’esprit, adoucissent les mœurs, et ôtent à la vertu je ne sais quelle trempe trop aigre qui la rend quelquefois moins sociable et par conséquent moins utile.

198Un prince, et un roi de France, peut encore considérer quelque chose de plus dans ces divertissements publics, qui ne sont pas tant les nôtres que ceux de notre cour et de tous nos peuples. Il y a des nations où la majesté des rois consiste, pour une grande partie, à ne se point laisser voir, et cela peut avoir des raisons parmi les esprits accoutumés à la servitude qu’on ne gouverne que par la crainte et la terreur. Ce n’est pas le génie de nos Français, et, d’aussi loin que nos histoires nous en peuvent instruire, s’il y a quelque caractère singulier dans cette monarchie, c’est l’accès libre et facile des sujets au prince. C’est une égalité de justice entre lui et eux, qui les tient pour ainsi dire dans une société douce et honnête, nonobstant la différence presque infinie de la naissance, du rang et du pouvoir. Que cette méthode soit pour nous bonne et utile, l’expérience l’a déjà montré, puisque dans tous les siècles passés il n’est mémoire d’aucun empire d’aussi longue durée que celui-ci l’a été, et qui ne semble pas prêt à finir.

199C’est une chose remarquable, mon fils, que les politiques les plus intéressés, les moins touchés de l’équité, de la bonté et de l’honneur semblent avoir prédit l’éternité à cet État, autant que les choses humaines se la peuvent promettre. Car ils prétendent que ces autres empires où la terreur domine et où le caprice du prince est la seule loi, sont peut-être plus difficiles à entamer, mais que la première blessure leur est mortelle, n’y ayant presque point de sujet qui ne souhaite le changement et qui ne le favorise aussitôt qu’il le peut espérer ; au lieu qu’en France, disent-ils, s’il est facile de broncher, il y est encore plus facile de revenir à l’état naturel des choses, n’y en ayant aucun autre sans exception où les particuliers, et surtout les principaux d’entre eux aussitôt qu’ils l’ont un peu éprouvé, puissent trouver leur intérêt et leur compte, comme ils le trouvaient à celui-là.

200Il vous semblera peut-être, mon fils, que je vais bien loin dans cette réflexion ; mais elle ne laisse pas de venir parfaitement au sujet. J’avoue, et tout ce que je vous ai déjà dit vous le fait assez comprendre, que cette facilité de la monarchie avait passé les justes bornes durant ma minorité et les troubles de mon État, et qu’elle était devenue licence, confusion et désordre.

201Plus j’étais obligé à retrancher de cet excès, et par des remèdes plus agréables, plus il fallait conserver et cultiver avec soin tout ce qui, sans diminuer mon autorité et le respect qui m’était dû, liait d’affection avec moi mes peuples et surtout les gens de qualité, afin de leur faire voir par là même que ne n’était point ni aversion pour eux, ni sévérité affectée, ni rudesse d’esprit, mais raison et devoir simplement qui me rendaient en d’autres choses plus réservé et plus exact à leur égard. Cette société de plaisirs, qui donne aux personnes de la Cour une honnête familiarité avec nous, les touche et les charme plus qu’on ne peut dire. Les peuples, d’un autre côté, se plaisent au spectacle, où, au fond, on a toujours pour but de leur plaire ; et tous nos sujets en général, sont ravis de voir que nous aimons ce qu’ils aiment, ou à quoi ils réussissent le mieux. Par là nous tenons leur esprit et leur cœur, quelquefois plus fortement, peut-être, que par les récompenses et les bienfaits. Quant aux étrangers, dans un État qu’ils voient florissant et bien réglé, ce qui se consume en ces dépenses qui peuvent passer pour superflues, fait sur eux une impression très avantageuse de magnificence, de puissance, de richesse et de grandeur, sans compter encore que l’adresse en tous les exercices du corps, qui ne peut être entretenue et confirmée que par là, est toujours de bonne grâce à un prince et fait juger avantageusement par ce qu’on voit de ce qu’on ne voit pas.

202Toutes ces considérations, mon fils, quand mon âge et mon inclination ne m’y auraient pas porté, m’obligeaient à favoriser les divertissements de cette nature, et vous y doivent obliger de même, sans aller pourtant à un excès d’attachement qui ne serait pas louable. Sous la couronne, quand vous l’auriez toujours en tête et au travers du manteau royal, on aurait bientôt reconnu que vous faites de vos plaisirs vos affaires, et passez par-dessus les affaires comme il faut passer par-dessus les plaisirs. Pour cette raison, il est quelquefois dangereux aux jeunes princes de réussir au-delà du commun à de certains exercices, et de ce genre surtout ; car ce fonds inépuisable d’amour-propre qui nous est si naturel nous porte toujours à cultiver, estimer et aimer sans mesure toutes les choses où nous pensons exceller au-dessus des autres. Si vous en croyez le maître à danser et le maître d’armes, et tous les autres, ils vous diront chacun que leur art demande l’homme tout entier, et qu’on y trouve toujours à apprendre. Vous savez le mot de ce roi d’autrefois à son fils : « N’as-tu point de honte de jouer si bien de la lyre ? » Souffrez qu’en toutes ces sortes de choses, il y ait parmi vos sujets des gens qui vous surpassent, mais que nul ne vous égale, s’il se peut, dans l’art de gouverner, que vous ne pouvez trop bien savoir et qui doit être votre application principale.

203Le carrousel qui m’a fourni le sujet de ces réflexions n’avait été projetté d’abord que comme un léger amusement ; mais on s’échauffa peu à peu, et il devint un spectacle assez grand et magnifique, soit par le nombre des exercices, soit par la nouveauté des habits ou par la variété des devises. Ce fut là que je commençais à prendre celle que j’ai toujours gardée depuis, et que vous voyez en tant de lieux. Je crus que, sans s’arrêter à quelque chose de particulier et de moindre, elle devait représenter en quelque sorte les devoirs d’un prince et m’exciter éternellement moi-même à les remplir. On choisit pour corps le soleil, qui, dans les règles de cet art, est le plus noble de tous, et qui, par la qualité d’unique, par l’éclat qui l’environne, par la lumière qu’il communique aux autres astres qui lui composent comme une espèce de cour, par le partage égal et juste qu’il fait de cette même lumière à tous les divers climats du monde, par le bien qu’il fait en tous lieux, produisant sans cesse de tous côtés la vie, la joie et l’action, par son mouvement sans relâche, où il paraît néanmoins toujours tranquille, par cette course constante et invariable dont il ne s’écarte et ne se détourne jamais, est assurément la plus vive et la plus belle image d’un monarque.

204Ceux qui me voyaient gouverner avec assez de facilité et sans être embarrassé de rien dans ce nombre de soins que la royauté exige me persuadèrent d’ajouter le globe de la terre, et pour âme nec pluribus impar : par où ils entendaient ce qui flattait agréablement l’ambition d’un jeune roi, que, suffisant seul à tant de choses, je suffirais sans doute encore à gouverner d’autres empires, comme le soleil à éclairer d’autres mondes s’ils étaient également à ses rayons. Je sais qu’on a trouvé quelques obscurités dans ces paroles, et je ne doute pas que ce même corps n’en pût fournir de plus heureuses. Il y en a même qui m’ont été présentées depuis ; mais celle-là étant déjà employée dans mes bâtiments et en une infinité d’autres choses, je n’ai pas jugé à propos de la changer.

205Source : Louis XIV, Mémoires et écrits divers, texte établi, annoté et présenté par B. Champigneulles, op. cit., p. 88-92.

Document XLVII. Portrait de Louis XIV par l’ambassadeur vénitien Marco Antonio Gustiniani (1678)

206Ce portrait dressé en 1678 par Marco Antonio Giustiniani, ambassadeur de la république de Venise auprès de Louis XIV de 1665 à 1668, témoigne de la fascination qu’a suscité Louis XIV. On mettra ce texte en regard avec les Mémoires du roi où celui-ci expose ses intentions, la manière dont il entend se comporter et l’effet qu’il veut produire (documents XLIII, XLV, XLVI), et avec Saint-Simon, autre témoin privilégié, qui écrit beaucoup plus tard (document LI). Pour le Vénitien, Louis XIV est l’incarnation du souverain modèle. Sa plume est-elle entièrement originale ou déjà subrepticement circonvenue par la propagande monarchique ? Giustiniani parle en effet – Louis XIV ne règne personnellement que depuis sept ans – « de ce grand règne ». Il ne lui trouve que des qualités, et la somme de celles-ci paraît tenir du prodige. Il faut tenir compte du ton de cette relation pour comprendre l’efficacité de la propagande monarchique : elle porte d’autant mieux que la personnalité du souverain paraît hors du commun.

207C’est Louis XIV qui règne présentement, et il surpasse tellement tous ses prédécesseurs, par ses vertus fermes et lumineuses et par son sort fortuné, que quiconque circonscrira l’éclat des dons et des actions de ce grand monarque aura par là même récapitulé le récit de ce grand règne, car de cela seul, par le temps qui court, il prend la forme, la force et on peut dire la substance. Il est certain que pour devoir régir à la perfection une entité d’une telle envergure, l’on ne pouvait requérir qu’une âme endoctrinée dans les écoles du Ciel, il semble justement sur toutes ces années écoulées jusques à sa naissance et qui ont lassé les désirs de peuples aient été utilisées par la Providence aux fins de l’instruire dans la science de bien régner.

208Sa Majesté possède une intelligence épurée, elle connaît les choses à fond, voit clair dans les affaires, s’exprime avec facilité, se montre fertile en expédients, abonde pour chaque affaire de raisons pondérées, parvient là où ne peuvent arriver ses ministres, à leurs délibérations soigneusement examinées elle apporte bien souvent des réflexions nouvelles qu’ils n’avaient pas envisagées. On a vu quelquefois les ministres de princes, rendus inflexibles par persuasions de ceux de la Cour, être amenés à condescendre aux vouloirs de Sa Majesté qui avait pris l’affaire en main.

209Aux audiences souventes fois Sa Majesté accueille sans avoir préalablement reçu la visite du secrétaire d’État, elle n’apprend rien des réponses qu’il lui faut donner, comme on dit dans ce domaine, mais à la stupéfaction de chacun, lors d’un entretien réparti en plusieurs points, elle ajuste ses réponses qu’elle adapte à chacun d’eux, mettant ainsi en relief son grand talent et se rendant hautement estimable auprès des ministres.

210Le roi se repose sur le secrétaire d’État pour la tâche ordinaire des affaires du royaume, mais ne laisse rien passer sans s’en instruire particulièrement et sans son vouloir. Il tient à part en plusieurs lieux des correspondances secrètes, entend davantage à lui seul que tout le cabinet réuni, ce qui contraint celui qui le sert à une vigilance particulière. Mais ce qui est le plus admirable chez Sa Majesté, et que l’on rencontre plus rarement chez les autres, c’est qu’à un degré d’entendement aussi élevé, grâce auquel assurément elle pourrait régir à elle seule ses États, s’allient les deux autres facultés de l’esprit qui vont de pair. On reconnaît au roi une mémoire aussi tenace qu’elle est facile aux impressions, et une volonté d’autant plus résolue et prompte que les affaires sont enrobées de doutes : après l’examen de n’importe laquelle des plus ardues questions, le roi déclare son vouloir et en fait suivre incontinent l’exécution, toujours couronnée de succès, parce que les délibérations, les examens ne sont jamais divisés par le secret, et parce que le personnage qui tranche en dernier ressort est doté par le Ciel des meilleures qualités de l’âme.

211Il possède aussi à un degré singulier les dons du corps, de sorte que les uns et les autres, contribuant à former un composé qui est un contenu de perfection, valent aussi à prédisposer toutes les actions et les réputer pour n’admettre qu’obéissance et ponctualité de service.

212Sa Majesté est d’une corpulence si bien bâtie, d’humeurs si proportionnellement disposées entre elles, d’une stature dont la mesure est si bien ordonnée, qu’il semble que la nature ait pris à tâche de produire un homme qui, plus par une loi de cette nature que par celles du royaume, ait été appelé à dominer ce peuple : la majesté, la douceur, l’agilité, le brio, le grave et l’allègre selon l’occasion et les temps opportuns, jouent si bien leurs rôles qu’il ne resterait rien à ajouter à celui qui, dans son propre esprit ou sur une feuille de papier, aurait esquissé à la perfection le portrait d’un souverain. Si le tempérament est conféré aux hommes par les causes suprêmes en rapport avec les desseins élevés qu’elles répartissent, tel est celui de Sa Majesté, fournissant un argument fondé pour le voir destiné à une domination plus vaste. On n’en découvre nulle passion siégeant dans son cœur ; de même on n’a pu noter jusques ici quelque véhémence de sentiment que ce soit : ou bien il la réprime ou bien il ne la possède pas, seule pointe quelque tendresse juvénile, désormais tarie avec les ans et qui ne saurait être perçue à cet âge avancé de trente ans, sinon par deux témoins vivants qui la dénotent. Jamais de sursauts d’indignation, d’appréhensions timorées, de transports d’allégresse, de mélancolies fastidieuses, mais Sa Majesté conserve toujours un esprit pour ainsi dire d’une inaltérable modération et sérénité, ce qui lui vaut de conserver une bonne santé, laquelle ne se détériore de rien d’autre davantage que de l’agitation et du bouleversement des sentiments. Tout aspire à le rendre patient dans les fatigues, tolérant de toute incommodité, fort robuste, comme tout le monde le remarqua dans la dernière campagne de Flandre. Les exercices corporels quotidiens de chasse, de jeu, d’équitation permettent à Sa Majesté de se conserver en vigueur. Toutefois ils ne dépouillent en rien le temps réservé aux affaires sérieuses, seules les heures de loisir sont consacrées aux divertissements. Il prend pareillement plaisir à deviser familièrement avec ses confidents qui pour l’heure sont le maréchal de Bellefont, Créquy et Turenne, dont le talent risque même d’éveiller la jalousie des ministres, étant chose bien connue que fréquemment leurs propos versent dans les questions sérieuses. Le maréchal de Turenne, d’esprit hautement guerrier, se plaît à repaître celui de Sa Majesté de desseins militaires, Bellefont entremêle à cela les curiosités de la Cour ainsi que, pour le plaisir du roi, les inclinations particulières des dames, Créquy, apparenté à Fouquet, met toujours sur le tapis les intérêts internes du royaume, de sorte que même à travers ces voies, le roi arrive à la connaissance de ce qui est important ou agréable.

213Envers les dames Sa Majesté conserve toute la révérence, et la vénération qu’il leur porte est admirable, on dirait qu’il change de caractère et de condition, il se découvre toujours lorsqu’il leur adresse la parole, en témoignage de respect. Il dispense à la majesté de la reine son épouse les marques les plus distinguées de considération, d’honneur, et il manifeste son sentiment accompagné de la plus haute estime par de fréquents divertissements de bals, de comédies, de festins, pour lesquels rien n’est jamais épargné de ce qui confère splendeur et magnificence, offre du contentement aux dames, du délassement à lui-même, et il plaît grandement à sa Majesté qu’y assistent aussi les ministres des princes, afin qu’ils répandent à l’étranger le bruit des fastes royaux.

214Source : Les ambassadeurs italiens : 1525-1792, relations de voyages et de misions choisies et préfacées par G. Comisso, Paris, 1989.

Document XLVIII. Panégyrique du Roi à l’Académie française (1673)

215Le panégyrique est un genre fort prisé au xviie siècle. Bossuet en compose de nombreux aux débuts de sa carrière. L’abbé Tallemant, petit-fds d’un receveur général des finances qui avait protégé des gens de lettres, était entré très jeune à l’Académie française – il n’avait que 24 ans en 1666 au moment de son admission. À l’Académie, il prononcera un grand nombre de harangues et de panégyriques. Celui dont des extraits suivent est un de ses premiers.

216La guerre de Hollande était déclarée depuis le 6 avril 1672. Les premières opérations sont à l’avantage des troupes françaises. Le franchissement de l’Yssel, bras méridional du Rhin, le 12 juin, en présence de Louis XIV, est célébré comme une action d’éclat ; il figurera au nombre des res gestae du roi représentées à Versailles. La disproportion des forces terrestres entre la France et les Provinces-Unies paraissait annoncer une issue rapide de la guerre. Mais le 20 juin les Hollandais ouvrirent les digues et submergèrent une partie de la province de Hollande. Guillaume d’Orange fut désigné comme stathouder. Les Provinces-Unies parvinrent à retourner la situation sur le plan diplomatique. Au début 1673, la France se retrouve face à une coalition européenne. Le 30 juin 1673, Maastricht, dont le siège a été mené par Vauban, tombe. Cette victoire est aussitôt célébrée par les moyens habituels : Te Deum, tableaux, estampes, médailles, panégyriques ... etc. Mais la guerre sera beaucoup plus longue et coûteuse que prévu. Aussi, la présentation de la situation faite par l’abbé, qui déborde rapidement sur les succès intérieurs, est-elle très optimiste.

217Il n’est pas juste, Messieurs, qu’en un jour de victoire comme celuy-cy, l’Académie Françoise demeure dans le silence. Auroit-elle bonne grace à demeurer oisive dans le temps qu’elle couronne l’Eloquence & la Poésie ? Laisseroit-elle tout l’ouvrage aux autres, & y a-t-il apparence qu’elle se taise quand elle anime tout le monde à parler ? [...] Tout est grand, tout est auguste dans le sujet que j’entreprens puisque je pretens vous entretenir d’un Roy toujours juste & toujours victorieux [...] Puisque Louis a également paru admirable dans la guerre & dans la paix, rappelons à ces deux états toutes les vertus qui brillent dans sa personne. Prudent dans les attaques, infatigable dans les veilles, terrible dans les combats, modéré dans la Victoire, toujours vaillant & toujours vainqueur. Tel est LOUIS dans la guerre. Prodigue dans ses dons, superbe dans la structure de ses palais, magnifique dans ses fêtes, aimable dans ses plaisirs, juste juge des moindres différens de ses sujets, sévère pour les crimes et l’insolence. Tel est LOUIS dans la paix.

218[...] La guerre est la plus forte passion des grands Princes, aussi il semble que c’est par elle qu’ils puissent principalement arriver à la gloire, puisque les héros les plus renommés y sont parvenus par la valeur, la victoire & les conquêtes. [...] Les plus fortes villes ne résistèrent que trois jours, les provinces entières furent réduites au bout de deux semaines, tout cède au monarque, tout obéit au vainqueur. Arrêtez grand roy, modérez votre ressentiment, toute l’Europe tremblante s’engage à Vous satisfaire. Le croira-t-on, Messieurs ? tout prêt d’assujettir la Flandre entière, ayant un beau prétexte d’un premier refus pour poursuivre ses conquête, pouvant tout par la force & par sa valeur, LOUIS se contente encore de ses légitimes prétentions. Au milieu du chemin de la gloire qu’on trouve dans les combats, ce grand monarque arrête sa course, écoute la justice la plus sévère & content d’avoir vaincu, redonne même à ses ennemis une partie de ses conquêtes. [...] Plusieurs rois puissans unis ensemble, effrayez par de si extraordinaires commencemens, s’empressèrent pour apaiser LOUIS. Ils admirèrent sa sagesse et sa modération, ils connurent par sa générosité que la raison seule guidait ses Armes, puisque dès qu’on luy fit justice, il mit les armes bas ; & ils calmèrent enfin la crainte qu’ils avoient de sa valeur, quand ils virent qu’il ne portoit la guerre qu’aux lieux où il devoit légitimement commander. Ainsi la paix fut presque aussitôt rappelée que bannie [...] Comment s’opposer à la rapidité de LOUIS dans ses conquêtes ? Comment tromper sa vigilance ? Comment résister à sa valeur ? Voyez-le marcher à la tête de ses armées, voyez le tourner ses pas vers la Hollande, de diroit-on pas que c’est le maître du monde qui se promène dans son Empire, & qui va châtier quelques insolents ?

219[...] Après les merveilleuses actions de la guerre, il semblera peut-être que les doux emplois de la paix doivent avoir peu d’éclat. Quand je songe toutefois que les histoires nous montrent plusieurs vainqueurs, & plusieurs conquérans, & que dans toute l’Antiquité il ne s’est trouvé qu’un seul homme qui se soit rendu fameux par une longue paix, j’ose dire que si LOUIS a beaucoup de gloire à surpasser tous les plus grands capitaines dans le métier de la guerre, il n’en a pas eu moins à rappeler et même effacer par sa glorieuse manière de régner dans la paix la mémoire du siècle d’Auguste. La justice du Ciel a bien paru dans le malheur de la Hollande qui par son imprudence et son ingratitude étoit venuë arracher LOUIS à la plus heureuse paix que l’Europe eut jamais vuë. En effet, Messieurs, a-t-on jamais vu un Roy gouverner avec autant de sagesse, & s’appliquer avec plus de soin au repos de ses sujets. On compteroit les jours par autant d’actions et de bonté, ou de libéralité, ou de justice. La même fatigue que LOUIS se donne pendant la guerre pour vaincre ses ennemis, il se la donnoit pendant la paix dans son cabinet à travailler à notre repos. Que de biens nous ont produit ces heureuses délibérations qui occupoient presque toutes ses journées ! La fureur des duels éteinte, a remis le calme dans les familles, les voleurs détruits ont rassuré le public, la justice réformée a banni la chicane, le commerce établi nous a apporté les richesses & l’hommage de toutes les nations, les diverses manufactures de tous les arts ont conservé chez nous l’abondance. Où sont les méchans que LOUIS n’a point punis ? où sont les malheureux qu’il n’a point protégez ? Quelle injuste autorité n’a-t-il point réprimée ? Quelle foiblesse n’a-t-il point secourue ? Outre tant de biens sensibles, combien d’avantages agréables avons-nous reçus de sa main libérale ? Tous nos rivages embellis, ces bâtimens s’une structure immortelle, ces jardins délicieux, toutes ces Académies différentes où tous les Beaux-Arts cultivez avec étude, se sont élevez à la dernière perfection.

220Pour mieux juger de tant de belles choses, il faudroit se mettre en la place de quelque François que la curiosité aurait tiré de la France depuis quelques années, pour visiter l’Europe, les Indes & tout ce qu’il y a de plus rare dans le monde. Il aurait laissé la capitale de ce royaume une vraye retraite de brigands, & la plus sale des toutes les villes, les maisons du Roy incultes, & presque inhabitables. Il aurait laissé les finances entre les mains de quelques particuliers élevez en deux jours de poussière. Il aurait quitté nos ports dégarnis de vaisseaux hormis de quelques Etrangers qui nous enlevoient toutes nos richesses, & nous apportoient des marchandises inutiles. Il aurait enfin laissé le désordre, l’ignorance, la barbarie à l’égard des plus beaux Arts, & peut-être auroit-il alors quitté nos rivages avec quelque plaisir. Quel changement à son retour ! Il trouve nos ports presques inaccessibles par le nombre des grands vaisseaux de guerre. Il trouve des magasins prodigieux, les rivages de la mer embellis par de fortes citadelles & par des bâtimens superbes pour la construction des vaisseaux. Il y voit des navires de toutes les parties du monde, un nombre infini de matelots & de pilotes déjà sçavans dans l’art de naviguer, même pour les voyages de long cours. Quel étonnement pour luy quand il avance dans la France [...] Quelle surprise pour luy de voir le palais superbe des Rois presque achevé, cette façade du Louvre, l’attente de tout le monde depuis si longtemps, ornée d’un nombre infini de superbes colonnes ; ces autres monumens admirables qu’on élève à la gloire du Roy, & de se promener dans ces jardins enchantez remplis de plantes & de fleurs les plus rares, & dressez avec un art jusqu’icy inconnu aux hommes. Mais tout cela doit céder encore à l’étonnement que luy cause le soudain progrès de tous les arts. Il voit les architectes, les peintres, les sculpteurs en peu d’années rendus aussi habiles que les plus fameux de l’Antiquité. Il voit dans Paris tout ce qu’il y a de plus riche & de plus précieux dans le monde sorti des mains seules de nos artisans. Qu’il suive sa route jusqu’à Versailles, c’est-là qu’il voit rassemblé tout ce que l’art humain peut inventer de plus admirable, mille fontaines dont la source semble être une mer entière, mille statuës d’un prix inestimable, les peintures les plus exquises, les marbres les plus précieux, les meubles les plus riches, & tout ce qui se peut imaginer enfin de plus beau & de plus rare. Mais après avoir considéré tant de belles choses, qu’il fasse réflexion sur le changement qui est arrivé dans les esprits. Il voit la modération qui a pris la place du luxe & de la licence. Il voit les puissans sans orgueil, les peuples sans insolence, il voit les plus dignes dans les premières places, les plus sages dans les prélatures, les plus justes dans les tribunaux, il voit enfin le mérite reconnu & couronné.

221Source : Panégyrique du Roy prononcé le 25 août 1673 par Monsieur l’abbé Tallemant le jeune, Recueil des Harangues prononcées par Messieurs de l’Académie françoise dans leurs réceptions et autres circonstances depuis l’establissement de l’Académie jusqu’à présent, Paris, chez Jean-Baptiste Coignard, 1688.

Document XLIX. Panégyrique du roi dans une province nouvellement conquise (1696)

222Cet autre panégyrique prononcé à l’occasion de l’anniversaire de Louis XIV dans la province du Roussillon, extrêmement long – on n’a ici que des extraits de sa première partie – énumère les unes après les autres en les glorifiant toutes les actions du règne. On notera qu’il est prononcé par un ecclésiastique, dans la cathédrale de Perpignan, ce qui le différencie des Te Deum célébrés à la demande du souverain. Il ne s’agit pas moins d’une « cérémonie de l’information » dont l’imprimé doit répercuter et prolonger l’écho.

223LOUIS LE GRAND scande le panégyrique. Ce dernier est destiné aux sujets d’une province qui appartenait à l’Espagne avant 1659 et où les troupes stationnées restaient nombreuses. Parmi elles, des protestants, ce qui heurte profondément les Catalans. Le R. P. Laplace insiste lourdement sur la lutte que Louis XIV mène contre l’hérésie depuis le début de son règne et sur l’édit de Fontainebleau. Louis XIV doit se substituer aux souverains espagnols. Il est Hercule ; ce dieu est devenu depuis le xvie siècle l’ancêtre mythique de la monarchie espagnole. La France, « copie auguste des perfections de l’Univers », a tout pour surpasser l’Espagne.

224Qu’il est doux, Messieurs, à un peuple fidèle de célébrer la naissance de son roi, lorsque les moindres vertus du monarque surpassent les plus hautes espérances de ses sujets, & qu’on trouve dans toutes les actions de sa vie, de nouvelles sources de joie & de bonheur. La France eut raison de s’abandonner à tous les transports que la félicité inspire, lorsque par un miracle inespéré, elle vit naître LOUIS LE GRAND. Afligée d’une longue stérilité, qui rendoit tous ses vœux inutiles ; menacée de mille révolutions qui alloient troubler tout son repos, elle étoit prête à succomber sous le poids de sa douleur présente & de ses calamitez prochaines. L’ambition des grands, l’insolence de l’hérésie, l’orgueil jaloux de nos voisins, tout se préparoit à ravager ce florissant roiaume que le ciel avoit si long tems privé de ce grand roi. En vain l’auguste sang des Bourbons, demandoit un successeur, qui héritat de la plus puissante couronne du monde, en vain nos généraux & nos soldats dont l’afliction commençoit à ralentir le courage, souhaitoient un heros qui les menat au péril & à la victoire ; en vain l’Eglise avec les gémissements de la colombe soûpiroit après un fils aîné qui instruisit ses enfants par d’illustres exemples, & vainquit ses ennemis par des triomphes pompeux, en vain ... Je me trompe, Messieurs, ce ne fut pas en vain que le France fit tant de vœux, poussa tant de soûpirs, versa tant de larmes. Le seigneur n’était pas oisif, lors qu’il paroissoit insensible : il desiroit son present afin de le rendre plus precieux, & de même ce divin Ouvrier travaille long tems aux plus rares productions de la Terre pour les rendre plus dignes des hommes, ainsi travailla-t-il pour ainsi dire pendant vingt trois ans à former LOUIS afin de le rendre plus admirable aux François.

225Vous arrivâtes enfin, heureux jour, où le Ciel surmonta tous les obstacles de la Nature, où la Nature seconda tous les desseins du Ciel, où tous les deux de concert nous donnerent par un espèce de miracle, ce miracle de l’Univers. LOUIS LE GRAND parut dans son berceau, ainsi que dans son Orient, comme un Soleil désiré & secourable, qui par les premiers rayons de sa grandeur naissante, commença de dissiper tous les nuages de l’heresie & tous les projets de la rebellion. Quel trouble sentirent alors les ennemis de la France ! Quelles esperances conçûrent ses sujets ! Quelle joie se repandit sur ce roiaume afligé, dont le Seigneur commençoit le bonheur, & finissoit les miseres ! Mais faut-il le dire ? Quel que pure que fut la joie que causa une si heureuse naissance, elle doit ceder à celle que nous inspire une si belle vie. Alors LOUIS LE GRAND ne donnoit que de hautes esperances, à present il donne de justes admirations.

  • 2 Raymon Trobat. Originaire du sud des Pyrénées, avocat général au Conseil souverain du Roussillon – (...)

226[...] LOUIS LE GRAND est né pour conserver la pureté de la véritable religion dans ses états ; LOUIS LE GRAND est né pour abbattre l’orgueil de la fausse religion dans les Etats de ses ennemis. Voilà tout le sujet de ce discours. Heureux si je puis en quelque sorte seconder le zèle de cet illustre & sage Magistrat qui éclairé des plus vives lumières de son Prince, comblé de ses bienfaits, intrepréte de ses loix, distributeur de ses finances, ministre fidèle & puissant de ses plus glorieuses entreprises, excite tous les ans cette ville fidèle à reconnoître nôtre bonheur en célébrant sa naissance2 [...] Qu’il est difficile, messieurs, de regler un grand royaume où l’heresie a eu si long tems le dessus & où la licence des sujets craignoit peu l’autorité de Prince. [...] Tel & mille fois plus deplorable étoit l’état de la France, lorsque LOUIS LE GRAND prît les rênes de ce grand Empire. Cependant, croiez-vous, messieurs, qu’il fut acablé du poids de sa couronne, ou ébloui de l’éclat de sa Grandeur ? Croiez-vous qu’il parut sur son trône comme ces souverains indolens, qu’un Pere apelle des Idoles pompeuses, qui insensibles aux besoins de l’Etat, aveugles pour les vices des flatteurs, sourds aux plaintes des misérables, sont toujours prêts à recevoir l’encens des peuples dans une suberbe oisiveté ? Non, un si grand Roi ne tomba pas dans une si honteuse negligence. D’abord il se choisit des Ministres fideles, qui sans être les maîtres du Souverain ni les tyrans des Peuples devinrent des astres bienfaisans remplis des lumières & animez des ardeurs de ce Soleil. D’abord, comme un sage législateur, il fait des loix dont l’équité ne cede en rien à celle de l’ancienne Rome [...] Il commença par juger les Justices [...]

227Un monstre crüel s’étoit formé dans la France, qui rempli d’une fierté brutale, immoloit la plus florissante Noblesse, à un vain fantôme d’honeur. C’est le Duël qui tout ennivré du sang de tant de jeunes heros, tristes victimes de sa rage en faisoit perir chaque jour d’autes avec honte sur un indigne pré & les empéchoit ainsi de mourir avec gloire dans le Champ de Mars [...] Il falloit du plus pur sang pour laver les plus legeres injures & par une loi aussi déplorable qu’insensée on se persuadoit de ne meriter par le nom de noble si on n’aqueroit celui de meurtrier. Funeste erreur ! honteuse gloire ! dont le demon se servoit pour avoir des victimes humaines dans la France chrêtienne comme il en avoit autrefois dans la France idolâtre. Mais quel monstre peut resister à un Hercule ? LOUIS LE GRAND se fait une inviolable Loi d’abolir cette Loi cruelle. Il commande & il est obéi. Toujours prêt à operer des prodiges, il rend honteux ce qui paroissoit honorable. Le Duel tout insolent qu’il est sucombe sous le poids de sa puissance & nos Heros méprisant un vain honneur qu’ils avoient recherché ne songent qu’à mourir pour leur Prince ou pour leur Patrie.

228[...] Que les sciences, filles de la vertu, se réjouissent en LOUIS LE GRAND, puis-je m’écrier avec un semblable transport. Ce n’étoit pas assez pour le soleil de la France, d’avoir fait sentir les ardeurs de son zèle ; il faloit encore qu’il fit briller l’eclat de la verité en répandant dans ses états les raions éclatans des sciences. Les tenebres étoient sur la face de l’abîme, mais c’est à ses nobles soins que nous devons ces luminaires fameux qui y ont dissipé les nuages de l’ignorance. Quelle pureté dans le stile, quel discernement dans le choix, quelle éloquence dans les Chaires, quelle force dans les Barreaux, quels progrez dans les Academies voit-on depuis ce regne glorieux ? Il n’est point de secret si caché dans la nature, point de mistere si élevé dans la grace, point de découverte si difficile dans l’univers qui échape à la pénétration des François. Heureux donc le Roi qui commande à de tels peuples, mais plus heureux les peuples qui obéissent à un tel roi.

229[...] Je ne puis vous tracer la gloire de nôtre Roi sans vous dépeindre les malheurs de nos pères. Le calvinisme monstre impie & séditieux, rempli de l’esprit d’erreur & de révolte, s’étoit glissé dans la France à la faveur de l’ignorance des peuples & des troubles des Rois. Conçû par l’impiété, nourri dans le sacrilège, errant dans les ombres de la mort, il remplit nos plus florissantes provinces du funeste poison de sa malice [...] Profitant de ses succez & de nos désordres, il éleva des temples, trophées criminels du demon, usurpa des emplois, aziles assûrez du crime, extorqua des edits, boucliers favorables à l’erreur, & faisant comme une nouvelle France au milieu même de la France on vit par un mélange monstrueux le culte de Jerusalem confondu avec les superstitions de Samarie. Sept de nos Rois emploierent en vain pour l’exterminer leur pouvoir & leur zèle. La gloire du plus grand ouvrage de l’Eglise étoit reservée au regne du plus grand Monarque du Monde. [...] Quelque heureux que fut Henri le grand, quelque pieux que fut Louis le Juste, Vous seul rempli de la grandeur de l’un & de la piété de l’autre, deviez consacrer un Temple mistique au Roi des Rois : Temple heureux où l’heresie trouve son ecùeil & la Religion son azile [...] Aussi prudent que le père de l’Evangile, il n’arracha pas d’abord la zizanie qu’il voioit croître parmi le bon grain ; il attendit une saison favorable. Aussi judicieux que le Roi dont parle Jesus-Christ, il ôta les talens des honeurs & des emplois aux serviteurs inutiles de l’héresie et les donna aux fidelles sujets de la vraie religion. Tantôt il resserre le Calvinisme dans des bornes plus étroites, tantôt il casse ces chambres mi-parties où l’esprit d’erreur l’emportoit sur celui de la Justice. [...] Il casse l’Edit de Nantes, dernier azile de l’erreur, bouclier puissant de l’heresie. Anges du Ciel, admirateurs de ce transport de zèle, peuples de la Terre, témoins de ce prodige de religion, benissez à jamais le Seigneur qui forma un si glorieux monarque, benissez à jamais le Monarque qui servit si fidelement le Seigneur. Que la France mêle sa voix avec celle de la Judée & qu’elle chante pour LOUIS LE GRAND les cantiques qu’Israël chanta pour David victorieux puis qu’il a renversé le Goliath insolent de l’heresie. Que l’Eglise consacre à sa memoire les éloges prétieux qu’elle a consacré à celle de Constantin, puis que comme ce fidèle Empereur abatit les Temples de l’idolâtrie, ce grand Roi a renversé toutes les espérances de l’erreur. Que tous les siècles celebrent à l’envi cet éfort digne de l’admiration de tous les siècles, éfort qui abat, qui étoûfe, qui ensevelit le Calvinisme, sans espoir qu’il renaisse jamais de ses fatales cendres. [...] LOUIS LE GRAND n’eût pas crû agir en Roi s’il n’avoit agi en Roi tres-Chrétien & convaincu que c’est Jesus-Christ qui le fait regner, il a voulu faire un sacrifice éclatant des maximes mondaines afin de faire regner plus glorieusement Jesus-Christ [...] Il devint en quelque sorte le Pasteur de ceux dont il est le Monarque. Peu satisfait d’avoir donné à l’Univers un spectacle fameux de puissance, il donne chaque jour à l’Eglise un exemple illustre de piété & il songea à faire marcher dans les voies du salut ces peuples errants qu’il avoit retiré des égaremens de l’Heresie. Quel pere eut jamais plus de tendresse pour des enfants ingrats ? Quel Roi plus de bonté pour des sujets rebelles ? Persuadé que les actions du Prince font les lois des sujets, que la Religion se fait mieux respecter lors qu’elle est revétue de la pourpre, & qu’assise sur le Trône d’un Roi elle inspire à son peuple le désir de faire de saintes actions en lui voiant donner de grands exemples sa conduite fut le témoignage de sa foi et la regle de son peuple [...] Il veut que la Roiauté soit l’apui du sacerdoce & pour empécher que ces Pasteurs ne soient ni endormis ni mercenaires, il est lui même vertüeux & vigilant.

230[...] Disons sans crainte d’être acusez d’impieté ou de flaterie que le Roi est la plus vive & la plus noble Image que le seigneur ait sur la Terre. J’apelle à témoins vos yeux & vos admirations. N’a-t-il pas fait dans ses Etats ce que le Seigneur a fait dans la Nature ? & ne voit-on pas dans la France une copie auguste des perfections de l’Univers ? Avant son Regne heureux qu’étoit-elle qu’un vaste cahos où l’ignorance, l’iniquité, l’injustice, causoient une triste et sombre confusion ? Il sufit que vous scachiez ce qu’elle étoit pour admirer ce qu’elle est devenue. Graces à la sagesse & à la puissance de LOUIS LE GRAND nous voions avec joie un Empire nouveau où étoit un Roiaume informe. Jettez les yeux sur tous les élémens pour y voir des spectacles pompeux qui ravissent également l’Etranger & le François. La Terre vous présentera des montagnes aplanies, des rivières détournées, des edifices somptueux, où la grandeur du Souverain éclate dans la magnificence de l’ouvrage. La mer vous offrira des flotes terribles et nombreuses qui tantôt nous donnent l’empire des eaux par de fameuses victoires, tantôt nous conservent nos conquêtes de terre, par de sages précautions, des compagnies assiduës qui nous portent les richesses de l’un & de l’autre Monde par un commerce florissant, des canaux surprenans qui unissent par des liens inconnus à la Nature, l’Ocean avec la Méditerranée...

231Source : Panégyrique du Roy prononcé dans l’Eglise Catédrale de Perpignan le 5 septembre 1696, jour de la naissance de sa Majesté par le R. P. Dominique Laplace, de l’ordre des FF. Précheurs, Docteur & Professeur de Philosophie, dans l’Université de la même Ville, Perpignan, chez François Reynier, 1696, 39 p. Fabrice Charton, La propagande royale en Roussillon sous le règne de Louis XIV (1660-1715), mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1999.

Document L. Dépenses générales du roi, 1670, 1705, 1706, 1707

232Ces comptes de dépenses concernent une année de paix – 1670 – et trois années de guerre – la guerre de Succession d’Espagne – où les dépenses atteignent des sommets. On remarquera néanmoins la stabilité de la structure des dépenses, consacrées presque exclusivement à la Cour et à la guerre. Les sommes versées pour le canal de jonction des mers – le canal des Deux-Mers entre Toulouse, Agde et Sète —, le commerce et les manufactures, le commerce des Indes, sont discontinues et représentent peu de choses au total. Par contre, on peut mesurer combien l’entretien de l’armée, de la marine et des fortifications coûte cher, même en temps de paix (les sommes sont exprimées en livres tournois).

Source : Recherches et considérations sur les finances de la France depuis l’année 1595 jusqu’à l’année 1721, Basle, 1758, t. 1, p. 447, t. II, p. 171.

Document LI. Commencement de Versailles et progrès du despotisme

233Saint-Simon met au net ses Mémoires au soir de sa vie, entre 1739 et 1750, soit près d’un demi-siècle après le déroulement des événements qu’il rapporte. La force d’évocation, l’acuité du trait et la précision du filleul de Louis XIV n’en sont pas moins exceptionnelles. Né en 1675, Saint-Simon n’a connu le souverain qu’âgé. Le portrait qu’il fait du roi est très différent de celui qu’a pu tracer de lui l’ambassadeur vénitien Giustiniani en 1678 (document XLVII). N’a-t-il pas écrit que le Roi-Soleil était un esprit « au-dessous de la médiocrité », ignorant, capable de tomber « dans les absurdités les plus grossières » ? Il peint l’envers du Grand Siècle. Saint-Simon, malgré ce qu’il en dit est quand même fasciné par Louis XIV. Mais les sentiment qu’il lui portes, complexes, sont obscurcis par la froideur que le roi lui témoignait et sa désapprobation à l’égard de sa manière de gouverner. Proche des idées de Fénelon, de Boulainvillier, des amis du duc de Bourgogne, Saint-Simon aura la déconvenue de ne pas pouvoir jouer après la disparition du Grand Roi le rôle auquel il se croyait promis.

234La cour fut un autre manege de la politique du despotisme. On vient de voir celle qui divisa, qui humilia, qui confondit les plus grands, celle qui éleva les ministres au dessus de tous, en autorité et en puissance par dessus les princes du sang, en grandeur même par-dessus les gens de la première qualité, après avoir totalement changé leur état. Il faut montrer les progrès en tous genres de la même conduite dressée sur le même point de vue.

235Plusieurs choses contribuèrent à tirer pour toujours la cour hors de Paris, et à la tenir sans interruption à la campagne. Les troubles de la minorité, dont cette ville fut le grand théâtre, en avoient imprimé au roi l’aversion, et la persuasion encore que son séjour y étoit dangereux, et que la résidence de la cour ailleurs rendroit à Paris les cabales moins aisées par la distance des lieux, quelque peu éloignés qu’ils fussent, et en même temps plus difficiles à cacher par les absences si aisées à remarquer. Il ne pouvoit pardonner à Paris sa sortie fugitive de cette ville la veille des Rois (1649), ni de l’avoir rendue, malgré lui, témoin de ses larmes, à la première retraite de Mme de La Vallière. L’embarras des maîtresses, et le danger de pousser de grands scandales au milieu d’une capitale si peuplée, et si remplie de tant de différents esprits, n’eut pas peu de part de l’en éloigner. Il s’y trouvoit importuné de la foule du peuple à chaque fois qu’il sortoit, qu’il rentroit, qu’il paroissoit dans les rues ; il ne l’étoit pas moins d’une autre sorte de foule de gens de la ville, et qui n’étoit pas pour l’aller chercher assidûment plus loin. Des inquiétudes aussi, qui ne furent pas plutôt aperçues que les plus familiers de ceux qui étoient commis à sa garde, le vieux Noailles, M. de Lauzun, et quelques subalternes, firent leur cour de leur vigilance, et furent accusés de multiplier de faux avis, qu’ils se faisoient donner pour avoir occasion de se faire valoir et d’avoir plus souvent des particuliers avec le roi ; le goût de la promenade et de la chasse, bien plus commodes à la campagne qu’à Paris, éloigné des forêts et stérile en lieux de promenades ; celui des bâtiments qui vinrent après, et peu à peu toujours croissant, ne lui en permettoit pas l’amusement dans une ville où il n’auroit pu éviter d’y être continuellement en spectacle ; enfin l’idée de se rendre plus vénérable en se dérobant aux yeux de la multitude, et à l’habitude d’en être vu tous les jours, toutes ces considérations fixèrent le roi à Saint-Germain bientôt après la mort de la reine sa mère.

236Ce fut là où il commença à attirer le monde par les fêtes et les galanteries, et à faire sentir qu’il vouloit être vu souvent.

237L’amour de Mme de La Vallière, qui fut d’abord un mystère, donna lieu à de fréquentes promenades à Versailles, petit château de cartes alors, bâti par Louis XIII [...] Ce monarque ne couchoit jamais ou bien rarement à Versailles qu’une nuit, et par nécessité ; le roi son fils pour être plus en particulier avec sa maîtresse, plaisirs inconnus au juste, au héros, digne fils de saint Louis, qui bâtit ce petit Versailles.

238Ces petites parties de Louis XIV y firent naître peu à peu ces bâtiments immenses qu’il y a faits ; et leur commodité pour une nombreuse cour, si différente des logements de Saint-Germain, y transporta tout à fait sa demeure peu de temps avant la mort de la reine. Il y fit des logements infinis, qu’on lui faisoit sa cour de lui demander, au lieu qu’à Saint-Germain, presque tout le monde avoit l’incommodité d’être à la ville, et le peu qui étoit logé au château y étoit étrangement à l’étroit.

239Les fêtes fréquentes, les promenades particulières à Versailles, les voyages furent des moyens que le roi saisit pour distinguer et pour mortifier en nommant les personnes qui à chaque fois en devoient être, et pour tenir chacun assidu et attentif à lui plaire. Il sentoit qu’il n’avoit pas à beaucoup près assez de grâces à répandre pour faire un effet continuel. Il en substitua donc aux véritables d’idéales, par la jalousie, les petites préférences qui se trouvoient tous les jours, et pour ainsi dire, à tous moments, par son art. Les espérances que ces petites préférences et ces distinctions faisoient naître, et la considération qui s’en tiroit, personne ne fut plus ingénieux que lui à inventer sans cesse ces sortes de choses. Marly dans la suite, lui fut en cela d’un plus grand usage, et Trianon où tout le monde, à la vérité pouvoit lui aller faire sa cour, mais où les dames avoient honneur de manger avec lui, et où à chaque repas elles étoient choisies ; le bougeoir qu’il faisoit tenir tous les soirs à son coucher par un courtisan qu’il vouloit distinguer, et toujours entre les plus qualifiés de ceux qui s’y trouvoient, qu’il nommoit tout haut au sortir de sa prière. Le justaucorps à brevet fut une autre de ces inventions. Il étoit bleu doublé de rouge avec les parements de la veste rouge, brodé d’un dessin magnifique or et un peu d’argent, particulier à ces habits. Il n’y en avoit qu’un nombre, dont le roi, sa famille, et les princes du sang étoient ; mais ceux-ci, comme le reste des courtisans, n’en avoient quà mesure qu’il en vaquoit. Les plus distingués de la cour par eux-mêmes ou par la faveur les demandoient au roi, et c’étoit une grâce que d’en obtenir.

240[...] Non-seulement il étoit sensible à la présence continuelle de ce qu’il y avoit de distingué, mais il I’étoit aussi aux étages inférieurs. Il regardoit à droite et à gauche à son lever, à son coucher, à ses repas, en passant dans les appartements, dans ses jardins de Versailles, où seulement les courtisans avoient la liberté de le suivre ; il voyoit et remarquoit tout le monde, aucun ne lui échappoit, jusqu’à ceux qui n’espéroient pas même être vus. Il distinguoit très-bien en lui-même les absences de ceux qui étoient toujours à la cour, celles des passagers qui y venoient plus ou moins souvent ; les causes générales et particulières de ces absences, il les combinoit, et ne perdoit pas la plus légère occasion d’agir en conséquence. C’étoit un démérite aux uns, et à tout ce qu’il y avoit de distingué, de ne faire pas de la cour son séjour ordinaire, aux autres d’y venir rarement, et une disgrâce sûre pour qui n’y venoit jamais, ou comme jamais. Quand il s’agissoit de quelque chose pour eux : « Je ne le connois point, » répondoit-il fièrement. Sur ceux qui se présentoient rarement : « C’est un homme que je ne vois jamais ; » et ces arrêts là étoient irrévocables.

241[...] Louis XIV s’étudioit avec grand soin à être bien informé de ce qui se passoit partout, dans les lieux publics, dans les maisons particulières, dans le commerce du monde, dans le secret des familles et des liaisons, les espions et les rapporteurs étoient infinis. Il en avoit de toute espèce : plusieurs qui ignoroient que leurs délations allassent jusqu’à lui, d’autres qui le savoient, quelque-uns qui lui écrivoient directement en faisant rendre leurs lettres par les voies qu’il leur avoit prescrites, et ces lettres-là n’étoient vues que de lui, et toujours avant toutes autres choses, quelques-autres enfin qui lui parloient quelquefois secrètement dans ces cabinets, par les derrières. Ces voies inconnues rompirent le cou à une infinité de gens de tous états, sans qu’ils en aient jamais pu découvrir la cause, souvent très injustement, et le roi une fois prévenu ne revenoit jamais, ou si rarement que rien de l’étoit davantage.

242Source : Saint-Simon, Louis XIV et sa cour, préface de D. Dessert, Paris, éd. Complexes, 1974, p. 341-349.

Document LII. Il n’y a pas de meilleur gouvernement que le gouvernement monarchique (c. 1675)

243Bossuet a écrit La Politique tirée des propres paroles de l’Écriture sainte pour le Dauphin dont il était le précepteur en même temps que le Discours sur l’Histoire universelle destiné à servir de cours de philosophie de l’Histoire. La Politique avait l’ambition d’analyser le système monarchique dans son ensemble. Le prélat trouvait les sources, les justifications et les exemples de la monarchie modèle – celle de Louis XIV – dans l’Écriture sainte dont il avait une connaissance approfondie. Mais son ambition allait au-delà des traités écrits avant lui, notamment au cours de la première moitié du xviie siècle. Bon connaisseur des publications de Hobbes, de Spinoza, de Grotius, de Locke ensuite lorsqu’il reprendra la rédaction de la Politique après 1690, il entendait mettre aussi le Dauphin en garde contre les idées qui se développaient en Europe et qui, il le sentait bien, risquaient de subvertir le système monarchique qu’il ne concevait qu’absolu, bien que soumis à la raison et à Dieu. La Politique à cet égard, ainsi que le Discours sur l’Histoire universelle, sont un sommet et un terme des conceptions de la monarchie absolue et d’une conception téléologique de l’histoire.

Il y a eu d’autres formes de gouvernement que celle de la royauté

244Les histoires nous font voir un grand nombre de républiques dont les unes se gouvernaient par tout le peuple, ce qui s’appelait démocratie ; et les autres par les grands, ce qui s’appelait aristocratie. Les formes de ce gouvernement ont été mêlées en diverses sortes, et ont composé divers Etats mixtes, dont il n’est pas besoin de parler ici.

245Nous voyons en quelques endroits de l’Ecriture, l’autorité résider dans une communauté [...] Il semble qu’au commencement les Israélites vivaient dans une forme de république [...] mais qui avait Dieu pour roi.

La monarchie est la forme de gouvernement la plus commune, la plus ancienne et aussi la plus naturelle

246Le peuple d’Israël se réduisit de lui-même à la monarchie, comme étant le gouvernement universellement reçu. « Etablissez-nous un roi pour nous juger, comme en ont tous les autres peuples ». [...] Au reste ce gouvernement était tellement le plus naturel, qu’on le voit d’abord dans tous les peuples. Nous l’avons vu dans l’histoire sainte : mais ici un peu de recours aux histoires profanes nous fera voir que ce qui a été en république, a vécu premièrement sous les rois. Rome a commencé par là, et y est revenue, comme à son état naturel.

247[...] Tout le monde donc commence par des monarchies ; et presque tout le monde s’y est conservé comme dans l’état naturel. Aussi avons nous vu qu’il a son fondement et son modèle dans l’empire paternel, c’est-à-dire dans la nature même. Les hommes naissent tous sujets : et l’empire paternel, qui les accoutume à obéir, les accoutume en même temps à n’avoir qu’un chef.

Le gouvernement monarchique est le meilleur

248S’il est le plus naturel, il est par conséquent le plus durable, et par là aussi le plus fort. C’est aussi le plus opposé à la division, qui est le mal le plus essentiel des Etats, et la cause la plus certaine de leur ruine ; conformément à cette parole déjà rapportée : « Tout royaume divisé en lui-même sera désolé : toute ville ou toute famille divisée en elle même ne subsistera pas ».

249[...] Quand on forme les Etats, on cherche à s’unir, et jamais on n’est plus uni que sous un seul chef. Jamais aussi on n’est plus fort, parce que tout va en concours. Les armées où paraît le mieux la puissance humaine, veulent naturellement un seul chef : tout est en péril quand le commandement est partagé [...] Le gouvernement militaire demandant naturellement d’être exercé par un seul, il s’ensuit que cette forme de gouvernement est la plus propre à tous les Etats, qui sont faibles et en proie au premier venu, s’ils ne sont formés à la guerre.

250Et cette forme de gouvernement à la fin doit prévaloir, parce que le gouvernement militaire, qui a la force en main, entraîne naturellement tout l’Etat après soi. Cela doit surtout arriver aux Etats guerriers, qui se réduisent aisément en monarchie, comme a fait la république romaine, et plusieurs autres de même nature. Il vaut mieux donc qu’il soit établi d’abord avec douceur parce qu’il est trop violent quand il gagne le dessus par la force ouverte.

De toutes les monarchies la meilleure est la successive ou héréditaire, surtout quand elle va de mâle en mâle et d’aîné en aîné

251C’est celle que Dieu a établie dans son peuple. « Car il a choisi les princes dans la tribu de Juda, et dans la tribu de Juda, il a choisi ma famille, c’est David qui parle et il m’a choisi parmi tous mes frères ; et parmi mes enfants il a choisi mon fils Salomon, pour être assis sur le trône du royaume du Seigneur, sur tout Israël ; et il m’a dit : j’affirmerai son règne à jamais, s’il persévère dans l’obéissance qu’il doit à mes lois ».

252Voilà donc la royauté attachée par ma succession à la maison de David et de Salomon : « Et le trône de David est affermi à jamais. » En vertu de cette loi l’aîné devait succéder au préjudice de ses frères [...]

La monarchie héréditaire a trois principaux avantages

253Trois raisons font voir que ce gouvernement est le meilleur. La première c’est qu’il est le plus naturel, et qu’il se perpétue de lui-même. Rien n’est plus durable qu’un Etat qui dure et se perpétue par les mêmes causes qui font durer l’univers, et qui perpétuent le genre humain. [...] Point de brigues, point de cabales dans un Etat, pour se faire un roi, la nature en a fait un : le mort, disons-nous, saisit le vif et le roi ne meurt jamais.

254[...] La seconde raison qui favorise ce gouvernement, c’est que c’est celui qui intéresse le plus la conservation de l’Etat les puissances qui le conduisent. Le prince qui travaille pour son Etat, travaille pour ses enfants ; et l’amour qu’il a pour son royaume, confondu avec celui qu’il a pour sa famille, lui devient naturel.

255[...] La troisième raison est tirée de la dignité des maisons, où les royaumes sont héréditaires. [...] Les peuples s’attachent aux maisons royales. La jalousie qu’on a naturellement contre ceux qu’on voit au-dessus de soi, se tourne ici en amour et en respect ; et les grands mêmes obéissent sans répugnance à une maison qu’on a toujours vue maîtresse, et à laquelle on sait que nulle autre maison ne peut jamais être égalée [...]

C’est un nouvel avantage d’exclure les femmes de la succession

256Par les trois raisons alléguées, il est visible que les royaumes héréditaires sont les plus fermes. Au reste le peuple de Dieu n’admettait pas à la succession le sexe qui est né pour obéir ; et la dignité des maisons régnantes ne paraissait pas assez soutenue en la personne d’une femme, qui après tout était obligée de se faire un maître en se mariant.

257Où les filles succèdent, les royaumes ne sortent pas seulement des maisons régnantes, mais de toute la nation : or il est bien plus convenable que le chef d’un Etat ne lui soit pas étranger : et c’est pourquoi Moïse avait établi cette loi : « Vous ne pourrez pas établir sur vous un roi d’une autre nation ; mais il faut qu’il soit votre frère. » Ainsi la France, où la succession est réglée selon ces maximes, peut se glorifier d’avoir la meilleure constitution d’Etat qui soit possible, et la plus conforme à celle que Dieu même a établie. Ce qui montre tout ensemble, et la sagesse de nos ancêtres, et la protection particulière de Dieu sur ce royaume.

On doit s’attacher à la forme de gouvernement qu’on trouve établie dans son pays

258[...] Il n’y a aucune forme de gouvernement, ni aucun établissement humain qui n’ait ses inconvénients ; de sorte qu’il faut demeurer dans l’Etat auquel un long temps a accoutumé le peuple. C’est pourquoi Dieu prend en sa protection tous les gouvernements légitimes, en quelque forme qu’ils soient établis : qui entreprend de les renverser n’est pas seulement ennemi public, mais encore ennemi de Dieu.

259Source : J.-B. Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l’Écriture sainte, édition critique par J. Le Brun, Genève, librairie Droz, 1957, p. 51-60.

Document LIII. Nature et propriétés de l’autorité royale (c. 1675)

260Cf. document précédent.

L’autorité royale est sacrée. Dieu établit les rois comme ses ministres, et règne par eux sur les peuples

261Nous avons déjà vu que toute puissance vient de Dieu. « Le prince, ajoute saint Paul, est ministre de Dieu pour le bien. Si vous faites mal, tremblez, car il n’est pas vain qu’il a le glaive : il est ministre de Dieu, vengeur des mauvaises actions. » Les princes agissent donc comme ministres de Dieu, et ses lieutenants sur la terre. C’est par eux qu’il exerce son empire. [...] C’est pour cela que nous avons vu que le trône royal n’est pas le trône d’un homme, mais le trône de Dieu lui-même. « Dieu a choisi mon fils Salomon pour le placer dans le trône où règne le seigneur sur Israël. » Et encore : « Salomon s’assit sur le trône du Seigneur. »

262Et afin qu’on ne croie pas que cela soit particulier aux Israélites d’avoir des rois établis de Dieu, voici ce que dit l’Ecclésiastique : « Dieu donne à chaque peuple son gouverneur ; et Israël lui est manifestement réservé. » Il gouverne donc tous les peuples, et leur donne à tous leurs rois, quoiqu’il gouverne Israël d’une manière plus particulière et plus déclarée.

La personne des rois est sacrée

263Il paraît de tout cela que la personne des rois est sacrée, et qu’attenter sur eux c’est un sacrilège. Dieu les fait oindre par ses prophètes d’une onction sacrée, comme il fait oindre les pontifes et ses autels. Mais même sans l’application extérieure de cette onction, ils sont sacrés par leur charge, comme étant les représentants de la majesté divine, députés par sa providence à l’exécution de ses desseins. C’est ainsi que Dieu même appelle Cyrus son oint. « Voici ce que dit le Seigneur à Cyrus mon oint, que j’ai pris par la main pour lui assujettir tous les peuples. »

264Le titre de christ est donné aux rois ; et on les voit partout appelés les christs ou les oints du Seigneur. Sous ce nom vénérable, les prophètes même les révèrent, et les regardent comme les associés à l’empire souverain de Dieu, dont ils exercent l’autorité sur le peuple.

265[...] Il faut garder les rois comme des choses sacrées ; et qui néglige de les garder est digne de mort [...]

On doit obéir au prince par principe de religion et de conscience

266Saint Paul après avoir dit que le prince est le ministre de Dieu, conclut ainsi : « Il est donc nécessaire que vous lui soyez soumis, non seulement par la crainte de sa colère, mais encore par l’obligation de votre conscience. » C’est pourquoi « il faut servir, non à l’œil, comme pour plaire aux hommes, mais avec bonne volonté, avec crainte, avec respect, et d’un cœur sincère comme à Jésus-Christ. » [...] Il y a donc quelque chose de religieux dans le respect qu’on rend au prince. Le service de Dieu et le respect pour les rois sont choses unies ; et saint Pierre met ensemble ces deux devoirs : « Craignez Dieu, honorez le roi. » Aussi Dieu a-t-il mis dans les princes quelque chose de divin. « J’ai dit : vous êtes des dieux, et vous êtes tous enfants du Très-Haut. » C’est Dieu même que David fait parler ainsi.

267[...] C’est donc l’esprit du christianisme de faire respecter les rois avec une espèce de religion, que Tertullien appelle très bien « la religion de la seconde majesté. » Cette seconde majesté n’est qu’un écoulement de la première ; c’est-à-dire de la divine, qui pour le bien des choses humaines, a voulu faire rejaillir quelque partie de son éclat sur les rois.

Les rois doivent respecter leur propre puissance, et ne l’employer qu’au bien public

268Leur puissance venant d’en haut ... ils ne doivent pas croire qu’ils en soient les maîtres pour en user à leur gré ; mais ils doivent s’en servir avec crainte et retenue, comme d’une chose qui leur vient de Dieu, et dont Dieu leur demandera compte. [...] Les rois doivent donc trembler en se servant de la puissance que Dieu leur donne, et songer combien horrible est le sacrilège d’employer au mal une puissance qui vient de Dieu. [...] Qu’ils respectent donc leur puissance, parce que ce n’est pas leur puissance, mais la puissance de Dieu, dont il faut user saintement et religieusement [...]

L’autorité royale est absolue

269Pour rendre ce terme odieux et insupportable, plusieurs affectent de confondre le gouvernement absolu et le gouvernement arbitraire. Mais il n’y a rien de plus distingué, ainsi que nous le ferons voir lorsque nous parlerons de la justice.

Le prince ne doit rendre compte à personne de ce qu’il ordonne

270[...] Sans cette autorité absolue, il ne peut ni faire le bien, ni réprimer le mal : il faut que sa puissance soit telle que personne ne puisse espérer lui échapper : et enfin la seule défense des particuliers contre la puissance publique doit être leur innocence. Cette doctrine est conforme à ce que dit saint Paul : « Voulez-vous ne craindre point la puissance, faites le bien ».

Quand le prince a jugé, il n’y a point d’autre jugement

271Les jugements souverains sont attribués à Dieu même. [...] Il faut donc obéir aux princes comme à la justice même, sans quoi il n’y a point d’ordre ni de fin dans les affaires. [...] Il n’y a que Dieu qui puisse juger de leurs jugements, et de leurs personnes. [...] De là vient que celui qui ne veut pas obéir au prince, n’est pas renvoyé à un autre tribunal ; mais il est condamné irréméssiblement à mort, comme l’ennemi du repos public et de la société humaine.

272[...] Le prince se peut redresser lui-même, quand il connaît qu’il a mal fait ; mais contre son autorité, il ne peut y avoir de remède que dans son autorité. C’est pourquoi il doit prendre garde à ce qu’il ordonne [...]

Il n’y a point de force coactive contre le prince

273On appelle force coactive une puissance pour contraindre à exécuter ce qui est ordonné légitimement. Au prince seul appartient le commandement légitime ; à lui seul appartient aussi la force coactive. C’est aussi pour cela que saint Paul ne donne le glaive qu’à lui seul ; « Si vous ne faites pas bien, craignez ; car ce n’est pas en vain qu’il a le glaive ». Il n’y a dans un Etat que le prince qui soit armé ; autrement tout est en confusion, et l’Etat retombe en anarchie.

274[...] Le prince est par sa charge le père du peuple ; il est par sa grandeur au-dessus des petits intérêts ; bien plus, toute sa grandeur et son intérêt naturel, c’est que le peuple soit conservé, puisqu’enfin le peuple manquant, il n’est plus prince. Il n’y a donc rien de mieux, que de laisser tout le pouvoir de l’Etat à celui qui a le plus intérêt à la conservation et à la grandeur de l’Etat même.

Les rois ne sont pas pour cela affranchis des lois

275[...] Les rois sont donc soumis comme les autres à l’équité des lois, et parce qu’ils doivent être justes, et parce qu’ils doivent au peuple l’exemple de garder la justice ; mais ils ne sont pas soumis aux peines des lois : ou, comme parle la théologie ils sont soumis aux lois, non quant à la puissance coactive, mais quant à la puissance directive.

Le peuple doit se tenir en repos sous l’autorité du prince

276[...] Aussitôt qu’il y a un roi, le peuple n’a plus qu’à demeurer en repos sous son autorité. Que si le peuple impatient se remue, et ne veut pas se tenir tranquille sous l’autorité royale, le feu de la division se mettra dans l’Etat, et consumera le buisson avec tous les autres arbres, c’est-à-dire le roi et les peuples [...]

Le peuple doit craindre le prince ; mais le prince ne doit craindre que de faire le mal

277[...] La crainte est un frein nécessaire aux hommes à cause de leur orgueil, et de leur indocilité naturelle. Il faut donc que le peuple craigne le prince ; mais si le prince craint le peuple, tout est perdu.

Le prince doit se faire craindre des grands et des petits

278[...] Le repos public oblige les rois à tenir tout le monde en crainte, et plus encore les grands que les particuliers, parce que c’est du côté des grands qu’il peut arriver de plus grands troubles.

279Source : J.-B. Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l’Ecriture sainte, édition critique par J. Le Brun, op. cit., p. 92-101.

Document LIV. Pour un roi philosophe (1699)

280D’origine périgourdine, formé au séminaire de Saint-Sulpice, Fénelon s’était rapidement fait remarquer par ses qualités de directeur de conscience, devenant directeur spirituel des filles de Colbert, les duchesses de Beauvilliers et de Chevreuse, ainsi que de Madame de Maintenon. Bossuet l’avait distinguéet envoyé après la révocation de l’Édit de Nantes auprès des protestants de Saintonge. Aussi, fut-il désigné comme précepteur du duc de Bourgogne lorsque le duc de Beauvilliers devint son gouverneur. Comme Bossuet, il rédigea des ouvrages pour son élève, dont Télémaque en 1695, l’année où il devint archevêque de Cambrai. Son intention n’était probablement pas de « donner cet ouvrage au public ». Sa publication en 1699 due à « l’infidélité d’un copiste » le mit en fâcheuse posture alors que l’affaire du quiétisme venait de l’opposer durement à Bossuet.

281L’intérêt des livres des deux prélats est que ceux-ci portèrent une égale application à leur charge d’éducation et mirent leurs sentiments profonds par écrit : pour Fénelon : la Lettre à Louis XIV, rédigée semble-t-il en 1693-1694, L’Examen de conscience d’un roi, Télémaque, auxquels il faudrait ajouter Les Tables de Chaulnes (1711) mises au point avec le duc de Chevreuse. Très critique dans sa Lettre où il décrit la misère sans fard, Fénelon développe dans Télémaque l’essentiel de sa pensée politique. Celle-ci a parfois prêté à confusion. Bien qu’il soit hostile à l’absolutisme, l’archevêque de Cambrai ne remet pas en cause le droit divin du Prince auquel il demeure totalement fidèle. C’est avant tout un mystique. Son utopie d’un âge d’or développée sous le couvert de la mythologie – Fénelon était un excellent helléniste – n’était destinée qu’à exprimer : conduire les hommes au Bien. En ce sens, l’archevêque n’annonce pas exactement Rousseau comme on l’a parfois avancé mais, appelant de ses vœux un roi philosophe on comprend la faveur dont il jouit au xviiie siècle.

282Il ne sera pas sans intérêt de mettre en parallèle ce texte et les panégyriques de Louis XIV (documents XLVIII, XLIX).

283Télémaque regardait de tous côtés avec étonnement, et disait à Mentor : « Voici un changement dont je ne comprends pas bien la raison. Est-il arrivé quelque calamité à Salente pendant mon absence ? D’où vient qu’on n’y remarque plus cette magnificence qui éclatait partout avant mon départ ? je ne vois plus ni or, ni argent, ni pierres précieuses ; les habits sont simples : les bâtiments qu’on fait sont moins vastes et moins ornés ; les arts languissent, la ville est devenue une solitude. »

284Mentor lui répondit en souriant : « Avez-vous remarqué l’état de la campagne autour de la ville ? »

285« Oui, reprit Télémaque ; j’ai vu partout le labourage en honneur et les champs défrichés ».

286« Lequel vaut mieux, ajouta Mentor, ou une ville superbe en marbre, en or et en argent, avec une campagne négligée et stérile, ou une campagne cultivée et fertile, avec une ville médiocre et modeste dans ses mœurs ? Une grande ville fort peuplée d’artisans occupés à amollir les mœurs et les délices de la vie, quand elle est entourée d’un royaume pauvre et mal cultivé, ressemble à un monstre dont la tête est d’une grosseur énorme et dont tout le corp, exténué et privé de nourriture, n’a aucune proportion avec cette tête. C’est le nombre du peuple et l’abondance des aliments qui font la vraie force et la vraie richesse d’un royaume. Idoménée a maintenant un peuple innombrable et infatigable dans le travail, qui remplit toute l’étendue de son pays. Tout son pays n’est plus qu’une seule ville : Salente n’en est que le centre. Nous avons transporté de la ville dans la campagne les hommes qui manquaient à la campagne, et qui étaient superflus dans la ville. De plus, nous avons attiré dans ce pays beaucoup de peuples étrangers. Plus ces peuples se multiplient, plus ils multiplient les fruits de la terre par leur travail ; cette multiplication si douce et si paisible augmente plus son royaume qu’une conquête. On n’a rejeté de cette ville que les arts superflus, qui détournent les pauvres de la culture de la terre pour les vrais besoins, et qui corrompent les riches en les jetant dans le faste et dans la mollesse : mais nous n’avons fait aucun tort aux beaux-arts, ni aux hommes qui ont un vrai génie pour les cultiver. Ainsi Idoménée est beaucoup plus puissant qu’il ne l’était quand vous admiriez sa magnificence. Cet éclat éblouissant cachait une faiblesse et une misère qui eussent bientôt renversé son empire : maintenant il a un plus grand nombre d’hommes, et il les nourrit plus facilement. Ces hommes, accoutumés au travail, à la peine et au mépris de la vie par l’amour des bonnes lois, sont tous prêts à combattre pour défendre ces terres cultivées de leurs propres mains. Bientôt cet État, que vous croyez déchu, sera la merveille de l’Hespérie.

287« Souvenez-vous, ô Télémaque, qu’il y a deux choses pernicieuses, dans le gouvernement des peuples, auxquelles on n’apporte presque jamais aucun remède : la première est une autorité injuste et trop violente dans les rois ; la seconde est le luxe, qui corrompt les mœurs.

288« Quand les rois s’accoutument à ne connaître plus d’autres lois que leurs volontés absolues, et qu’ils ne mettent plus de frein à leurs passions, ils peuvent tout : mais à force de tout pouvoir, ils sapent les fondements de leur puissance ; ils n’ont plus de règle certaine ni de maximes de gouvernement. Chacun à l’envi les flatte ; ils n’ont plus de peuple ; il ne leur reste que des esclaves, dont le nombre diminue chaque jour. Qui leur dira la vérité ? qui donnera des bornes à ce torrent ? Tout cède ; les sages s’enfuient, se cachent, et gémissent. Il n’y a qu’une révolution soudaine et violente qui puisse ramener dans son cours naturel cette puissance débordée : souvent même le coup qui pourrait la modérer l’abat sans ressource. Rien ne menace tant d’une chute funeste qu’une autorité qui pousse trop loin : elle est semblable à un arc tendu, qui se rompt enfin tout à coup si on le relâche : mais qui est-ce qui osera le relâcher ?

289« L’autre mal, presque incurable, est le luxe. Comme la trop grande autorité empoisonne les rois, le luxe empoisonne toute une nation. On dit que ce luxe sert à nourrir les pauvres aux dépens des riches ; comme si les pauvres ne pouvaient pas gagner leur vie plus utilement, en multipliant les fruits de la terre, sans amollir les riches par des raffinements de volupté. Toute une nation s’accoutume à regarder comme des nécessités de la vie les choses les plus superflues : ce sont tous les jours de nouvelles nécessités qu’on invente, et on ne peut plus se passer des choses qu’on ne connaissait point trente ans auparavant [...] Les proches parents du roi veulent imiter sa magnificence ; les grands celles des parents du roi ; les gens médiocres veulent égaler les grands [...] Toute une nation se ruine, toutes les conditions se confondent. La passion d’acquérir du bien pour soutenir une vaine dépense corrompt les âmes les plus pures : il n’est plus question que d’être riche ; la pauvreté est une infamie [...] Mais qui remédiera à ces maux ? Il faut changer le goût et les habitudes de toute une nation ; il faut lui donner de nouvelles lois. Qui le pourra entreprendre, si ce n’est un roi philosophe... ? »

290Source : François de Salignac de la Mothe-Fénelon, Télémaque, 1699, livre XVII.

Document LV. Mémoire donné au Roi d’Espagne en partant (1700)

291Le Télémaque de Fénelon est, à sa manière, un traité d’éducation royale. Les décès rapprochés des héritiers présomptifs du Roi-Soleil bouleverseront l’ordre de succession et ruineront les espoirs de ceux qui avaient déjà mis sur pied un véritable plan de gouvernement – Les Tables de Chaulnes. Le Mémoire donné au Roi d’Espagne en partant, écrit de la main même de Louis XIV juste avant que le Dauphin ne quitte la France est au contraire un véritable vade-mecum pour le futur roi dont le trône n’était pas encore assuré.

292On comparera ces Instructions au Duc d’Anjou avec les extraits des Mémoires de Louis XIV (documents XLIII, XLV, XLVI). On y apercevra la continuité des idées de Louis XIV en matière de règle de vie, de comportement, de gouvernement, ainsi que sa parfaite connaissance de la situation espagnole. Elles prennent un relief particulier lorsqu’on sait que leur rédaction fut postérieure de quelques mois à la publication du Télémaque.

293Ne manquez à aucun de vos devoirs, surtout envers Dieu.

294Conservez vous dans la pureté de votre éducation.

295Faites honorer Dieu partout où vous aurez du pouvoir ; procurez sa gloire ; donnez en l’exemple : c’est un des plus grands biens que les rois puissent faire.

296Déclarez-vous en toute occasion pour la vertu contre le vice.

297N’ayez jamais d’attachement pour personne.

298Aimez votre femme, vivez bien avec elle, demandez-en une à Dieu qui vous convienne. Je ne crois pas que vous deviez prendre une Autrichienne.

299Aimez les Espagnols et tous vos sujets attachés à vos couronnes et à votre personne ; ne préférez pas ceux qui vous flatteront le plus ; estimez ceux qui, pour le bien, hasarderont de vous déplaire : ce sont là vos véritables amis.

300Faites le bonheur de vos sujets ; et, dans cette vue, n’ayez de guerre que lorsque vous y serez forcé et que vous en aurez bien considéré et bien pesé les raisons dans votre Conseil.

301Essayez de remettre vos finances ; veillez aux Indes et à vos flottes ; pensez au commerce ; vivez dans une grande union avec la France, rien n’étant si bon pour nos deux puissances que cette union à laquelle rien ne pourra résister.

302Si vous êtes contraint de faire la guerre, mettez vous à la tête de vos armées.

303Songez à rétablir vos troupes partout, et commencez par celles de Flandre.

304Ne quittez jamais vos affaires pour votre plaisir ; mais faites-vous une sorte de règle qui vous donne des temps de liberté et de divertissement.

305Il n’y en a guère de plus innocent que la chasse et le goût de quelque maison de campagne, pourvu que vous n’y fassiez pas trop de dépenses.

306Donnez une grande attention aux affaires ; quand on vous parle, écoutez beaucoup dans le commencement sans rien décider.

307Quand vous aurez plus de connaissances, souvenez-vous que c’est à vous de décider ; mais quelque expérience que vous ayez, écoutez toujours tous les avis et tous les raisonnements de votre Conseil, avant de faire cette décision.

308Faites tout ce qui vous sera possible pour bien connaître les gens les plus importants, afin de vous en servir à propos.

309Tâchez que vos vice-rois et gouverneurs soient toujours Espagnols.

310Traitez bien tout le monde ; ne dites jamais rien de fâcheux à personne ; mais distinguez les gens de qualité et de mérite.

311Témoignez de la reconnaissance pour le feu roi et pour tous ceux qui ont été d’avis de vous choisir pour lui succéder.

312Ayez une grande confiance au cardinal Portocarro, et lui marquez le gré de la conduite qu’il a tenue.

313Je crois que vous devez faire quelque chose de considérable pour l’ambassadeur qui a été assez heureux pour vous demander et vous saluer le premier en qualité de sujet.

314N’oubliez pas Betmar qui a du mérite et qui est capable de vous servir.

315Ayez une entière créance au duc d’Harcourt : il est habile homme et honnête homme, et ne vous donnera des conseils que par rapport à vous.

316Tenez tous les Français dans l’ordre.

317Traitez bien vos domestiques mais ne leur donnez pas trop de familiarité et encore moins de créance ; servez vous d’eux tant qu’ils seront sages ; renvoyez-les à la moindre faute qu’ils feront et ne les soutenez jamais contre les Espagnols.

318N’ayez de commerce avec la reine douairière que celui dont vous ne pouvez vous dispenser ; faites en sorte qu’elle quitte Madrid et qu’elle ne sorte pas d’Espagne ; en quelque lieu que ce soit, observez sa conduite et empêchez qu’elle ne se mêle d’aucune affaire ; ayez pour suspects ceux qui auront trop de commerce avec elle.

319Aimez toujours vos parents ; souvenez-vous de la peine qu’ils ont eue à vous quitter ; conservez un grand commerce avec eux dans les grandes choses et dans les petites ; demandez-nous ce que vous aurez besoin ou envie d’avoir, qui ne se trouve pas chez vous ; nous en userons de même avec vous.

320N’oubliez jamais que vous êtres Français, et ce qui peut vous arriver quand vous aurez assuré la succession d’Espagne par des enfants ; visitez vos royaumes ; allez à Naples et en Sicile ; passez à Milan et venez en Flandre : ce sera une occasion de nous revoir ; en attendant, visitez la Catalogne, l’Aragon et autres lieux ; voyez ce qu’il y aura à faire pour Ceuta.

321Jetez quelque argent au peuple quand vous serez en Espagne, et surtout en entrant dans Madrid.

322Ne paraissez pas choqué des figures extraordinaires que vous trouverez ; et vous serez bientôt accoutumé à ce qui vous paraîtra d’abord le plus surprenant.

323Evitez, autant que vous pourrez, de faire des grâces à ceux qui donnent de l’argent pour les obtenir ; donner à propos et libéralement, et ne recevez guère de présents à moins que ce ne soit des bagatelles ; si quelquefois vous ne pouvez éviter d’en recevoir, faites-en à ceux qui vous en ont donné de plus considérables, après avoir laissé passer quelques jours.

324Ayez une cassette pour mettre ce que vous aurez de particulier, dont vous aurez seul la clé.

325Je finis par le plus important avis que je puisse vous donner : ne vous laissez pas gouverner ; soyez le maître ; n’ayez jamais de favoris ni de premier ministre ; écoutez, consultez votre Conseil, mais décidez ; Dieu, qui vous a fait roi, vous donnera les lumières qui vous sont nécessaires tant que vous aurez de bonnes intentions.

326Source : Louis XIV, Mémoires et écrits divers, texte établi, annoté, et présenté par B. Champigneules, op. cit., p. 223-226.

Notes

1 Allusion à Henri IV.

2 Raymon Trobat. Originaire du sud des Pyrénées, avocat général au Conseil souverain du Roussillon – il y prononcera le premier discours en français –, Trobat sera le seul catalan a devenir intendant du Roussillon.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Source : Hélène Duccini, La littérature pamplétaire sous la régence de Marie de Médicis, thèse, Nanterre, citée dans Henri Mecouhalan (dir.), l'État baroque, 1610-1652, Paris, J. Vrin, 1985, p. 66-70.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Légende Source : Recherches et considérations sur les finances de la France depuis l’année 1595 jusqu’à l’année 1721, Basle, 1758, t. 1, p. 447, t. II, p. 171.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/123/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Presses universitaires de Perpignan, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search