Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monarchies espagnole et française au temps de leur affrontement

 | 
Jean-Pierre Dedieu
, 
Gilbert Larguier
, 
Jean-Paul Le Flem

La monarchie espagnole de 1559 à 1713

Recueil de documents

Jean-Pierre Dedieu

Texte intégral

Document I. Philippe II en Jules César La campagne de Saint-Quentin vue par un historiographe du roi (1557)

1Le polygraphe Ginés de Sepúlveda (1490-1573) est célèbre par sa controverse avec Las Casas sur la légitimité de la conquête des Indes. Il est moins connu comme auteur d’une chronique latine du règne de Charles V, à laquelle il donna pour suite une chronique des six premières années du règne de Philippe II, sous le titre de De rebus gestis Philippi II. Son manuscrit resta inédit jusqu’à la fin du xviiie siècle.

  • 1 Ce passage est marqué dans la traduction par deux étoiles.

2Chapelain du roi et historien officiel de la monarchie, spécialement pensionné à ce titre, il écrit un latin d’une grande pureté, d’un style et d’un vocabulaire proches de celui du César de La Guerre des Gaules ou de La Guerre civile. Cela seul, est censé assimiler le souverain à l’imperator triomphant, qui est alors et restera pendant longtemps encore le modèle de l’homme d’État accompli. Nous avons là le pendant de la statuaire qui représente le souverain en héros antique. Nous transcrirons un paragraphe dans la langue originale à l’usage des latinistes1. Nous conservons dans la traduction les noms antiques donnés aux peuples et aux lieux.

3Étant donné la position officielle de l’auteur, on ne trouvera pas ici de grandes révélations sur les faits, ni sur les motifs qui guidaient la politique internationale. L’intérêt de ce texte, écrit dans les années 1560, réside dans l’image qu’il construit du roi prudent et de son règne, destinée, à l’évidence, à des milieux cultivés. Outre l’opposition classique entre le bon (Philippe) et le méchant (Henri), à recadrer dans le contexte des relations franco-espagnoles, on remarquera la manière dont l’histoire est personnalisée autour des deux souverains et la façon dont l’auteur bâtit, à la manière de César, l’image d’un chef militaire, actif, magnanime, maître des événements et plein de réussite. La difficulté qu’éprouve le lecteur d’aujourd’hui à saisir ces allusions indirectes témoigne à sa façon de la diffusion qu’avait atteinte la culture classique à la fin de l’humanisme.

  • 2 La trêve de Vaucelles, signée en 1556.

4Henri voulait la guerre de tout son esprit et de toute son âme. Loin de se laisser arrêter par les accords de trêve2 et la foi jurée, il songeait au contraire à s’en servir pour l’accomplissement de ses forfaits et en profiter pour attaquer à son avantage les frontières de Belgique sur lesquelles Philippe, qui ne craignait nul conflit, n’avait fait aucun préparatif de défense.

5Alors qu’il en délibérait avec ses généraux, l’Amiral [Coligny] lui révéla le mauvais état des fortifications de Douai, qu’il avait constaté au passage, en revenant de l’ambassade effectuée auprès du césar Charles pour négocier la trêve. La muraille autour de la Porte de Lens était en ruine et le fossé presque vide d’eau ; il semblait donc possible qu’une troupe assez peu nombreuse s’en emparât au cours d’un raid nocturne.

6Enflammé d’espoir et de cupidité, Henri confie l’affaire à l’Amiral en personne et lui donne ses ordres. Celui-ci tire six mille hommes, fantassins et cavaliers, des garnisons voisines et marche avec eux, en pleine nuit, sur Douai, le 9 janvier. Alors qu’il en est à une portée de canon, une cloche appelle comme tous les matins à chanter religieusement mâtines. Croyant qu’elle convoque la population aux armes, l’Amiral, abandonnant son objectif, se retire en toute hâte, pour ne pas essuyer pire et plus humiliante défaite.

  • 3 Allusion aux opérations que Coligny mène en Italie, aux côtés du pape, contre les alliés de Philip (...)

7Apprenant cela, Philippe fut profondément remué des turpitudes et du déshonneur qu’on lui faisait subir. Il ne put dissimuler ses sentiments. Pour ne pas aggraver l’état de la chrétienté, il avait supporté jusqu’ici les torts qu’on avait à son égard, que d’ailleurs on couvrait de quelque apparence de droit3. Il lui était impossible sans déshonneur de ne pas relever les injures et l’opprobre qui s’y ajoutaient maintenant.

  • 4 L’Angleterre.
  • 5 Le Conseil.

8[Philippe, qui réside alors aux Pays-Bas, prend des dispositions militaires en Italie et en Espagne]. Ces ordres donnés, il passa lui-même en Bretagne4 pour consulter son épouse et le Sénat royal5 sur la guerre des Gaules (sic) et demander leur aide. Le Sénat et la reine lui accordent six mille hommes, entre fantassins et cavaliers. Ayant donné les ordres nécessaires à leur recrutement, il revient rapidement en Belgique pour activer les préparatifs de guerre. Au début de l’été, l’armée enfin rassemblée et grossissant tous les jours de nouveaux soldats et cavaliers, il remet le commandement au duc Philibert de Savoie et, lui communiquant ses plans, lui ordonne d’envahir la France. Lui-même gagne Cambrai pour se rapprocher de l’armée...

9[L’armée espagnole met le siège devant Saint-Quentin et écrase l’armée française de secours du connétable de Montmorency]. **Rempli de joie par la nouvelle, Philippe, qu’avaient entre-temps rejoint à Cambrai les troupes bretonnes et cinq cents cavaliers germains attardés, entouré d’une suite montée composée de membres de la plus haute noblesse, gagne en deux étapes le camp de Saint-Quentin et, sans perdre un instant, ordonne de mettre en place l’artillerie [de siège] et d’attaquer la place. La muraille est énergiquement battue en brèche sur trois points pendant trois jours. Les trois brèches une fois praticables, Philippe ordonne dans la soirée de former les rangs en des endroits convenables pour l’assaut**.

10[Suit une page de description des péripéties de l’attaque]. Ainsi les nôtres sans rencontrer de résistance, parviennent jusqu’à la grand-place, et se dispersent pour piller. Ils s’emparent de grandes quantités d’or et d’argent et font de nombreux prisonniers qui payèrent par le suite de grandes rançons. La ville une fois prise et pillée, Philippe, soucieux de l’honneur des femmes, s’avance jusqu’au rempart, et posté à la porte rend la liberté à celles que les soldats conduisaient au dehors. Il les fait mener à un endroit qui leur est réservé. Il fait publier par des crieurs publics que l’on conduise à ses tentes toutes les prisonnières, sous peine de mort. Il en rassemble ainsi plus de quatre milles, parmi lesquelles beaucoup de dames de la noblesse. Il les fait toutes sortir du camp sous escorte et conduire en lieu sûr ; puis il les renvoie, saines et sauves vers la Gaule royale...

11Henri, roi des Gaulois, le Connétable et son armée battus, ses forteresses prises, ses campagnes ravagées, ses villes incendiées, était d’autant plus abattu que les nouvelles d’Italie n’étaient pas meilleures. Lui qui rêvait de conquêtes et de s’emparer du bien d’autrui ; il se voyait maintenant sans armée, ses généraux tués ou prisonniers, une partie de ses terres occupées et les reste en danger de l’être. Revenant sur lui-même, le contraste lui était torture...

12Échantillon du texte latin :

13" Hoc nuntio laetus Philippus, cum jam ad Camaracum Britannorum peditatus equitatusque manus pervenisset, cum his et equitibus germanis ad quingentis qui tardius domo fuerent profecti, cumque domestico nobilium illustriumque virorum equitatu movens, binis castris ad Sanquintinum in castra pervenit, nullaque interposita mora, locis opportunis tormenta collocari ac oppidum oppugnari jubet. Tribus igitur ex partibus murum concuti magno impetu coeptus est, oppugnatione in diem cuartum continuata. Muro etiam tribus partibus quantum satis esse videretur diruto, Philippus, cum jam dies processisset, acies instrui et locis ad rem gerendam idoneis collocari jubet.

14Source : Ginés de Sepúlveda, Historia de Felipe II (Obras completas, IV), ed. B. Pozuelo Calero, Ayuntamiento de Pozoblanco, 1998, p. 19-27.

Document II.3 La levée des troupes sous Philippe II (1568)

15Jusqu’au dernier quart du xvie siècle, les troupes des tercios sont systématiquement recrutées sous forme de levées organisées par des capitaines munis de commissions royales, en administration directe. À la fin du siècle, et plus encore au xviie, en revanche, le roi devra passer par l’intermédiaire de la noblesse et des villes pour trouver des soldats : ces pouvoirs intermédiaires s’imposent à la monarchie comme des relais obligés. Ian Thompson, le meilleur spécialiste de ces questions, y a vu un recul de la Monarchie, qui perdait ainsi de son indépendance. Le texte qui suit appartient à la première période. Il s’agit de l’enregistrement par la Chambre des comptes de Castille, l’organisme chargé de vérifier la régularité des paiements des trésoriers du roi, du brevet autorisant le capitaine Juan Hurtado de Mendoza à lever une compagnie de 250 soldats d’infanterie. Cet enregistrement est nécessaire pour que le paiement des soldes correspondantes puisse par la suite s’effectuer en toute légalité. Le document montre combien la collaboration des municipalités, même à l’époque où nous sommes, était indispensable à la bonne fin des opérations de recrutement, et indique au passage les obligations légales de " logement " des gens de guerre qui incombaient d’après la loi aux population civiles. On comparera avec le texte XVI.

Capitaine Juan Hurtado de Mendoza

16Copie du brevet [conducta] qu’il tient de Sa Majesté pour lever sa compagnie. Daté de l’Escorial, 24 du présent. Année 1568.

17Philippe [don Felipe], par la grâce de Dieu roi de Castille, etc.

18À vous les municipalités, justices, régidors, chevaliers [caballeros], écuyers, officiers et bons hommes de toutes les cités, villes et lieux de nos royaumes et seigneuries, grâce et salut. Sachez que pour des motifs touchant au service de Notre-Seigneur [Jésus-Christ], à notre bien et à celui de nos royaumes, nous avons décidé de lever certaine quantité d’infanterie et chargé Juan Hurtado de Mendoza, notre capitaine, de recruter pour cela 250 hommes. En conséquence, nous ordonnons que chacun de vous, en vos lieux et juridictions, vous prêtiez et fassiez prêter au dit Juan Hurtado de Mendoza toute l’aide et l’appui dont il aurait besoin pour procéder à ladite levée. Nous promettons par les présentes aux personnes qu’il recruterait, qu’étant reçues par lui à notre solde par devant notaire, nous leur ferons payer la solde entière à laquelle ils auraient droit pour tout le temps qu’ils passeraient à notre service, en la forme et manière que le coucherait [par écrit] ledit capitaine. Nous vous ordonnons de même que vous fassiez loger ledit capitaine et les gens qu’il recruterait, tous et chacun d’entre eux, dans les lieux de votre juridiction sans leur faire payer pour ledit logement aucun argent ni rémunération ; que vous ne consentiez en aucune façon qu’on leur cherche noise ni querelle, mais qu’on leur fasse bon traitement, comme à personnes qui entrent à notre service ; que vous leur fassiez remettre, moyennant paiement en espèce, les provisions, bêtes de somme et autres fournitures dont ils auraient besoin, à des prix justes et raisonnables, à savoir ceux auxquels ces choses s’échangent entre vous, sans augmentation aucune. Vous ne consentirez pas que sur aucun de ces points il leur soit fait tort en aucune manière, sous peine de notre déplaisir [pena de nuestra merced] et de 10 000 maravédis pour notre Chambre payés par chacun de ceux qui auraient enfreint les présentes dispositions. Donné à l’Escurial, le 24 avril 1568. Moi, le roi. [Contre seing] Juan Vázquez Salazar.

19Source : Archivo General de Simancas, Contaduría Mayor de Cuentas, 2e époque, registre 9. Publié par Quatrefages (René), Los tercios españoles (1567-1577), trad. esp., Madrid, Fundacíon Universitaria Española, 1979, p. 392.

Document III. Les félicitations ambiguës du pape Pie V à Philippe II pour la victoire de Lépante (1571)

20Ce document est un bref, une lettre du pape, à caractère privé. Envoyé à Philippe II à peine connue à Rome la nouvelle de Lépante, il est révélateur de l’ambiguïté de la position pontificale. Chaleureux en apparence, il est en réalité très politique, mais d’un politique implicite, latent. Il tait le rôle essentiel des flottes espagnoles, en ne parlant que des confédérés. Par le langage religieux qu’il adopte – que renforce l’usage de la langue latine –, par l’insistance sur la toute puissance divine, il relativise la performance de l’appareil militaire, dominé par l’Espagne, et place la papauté en position de supériorité par rapport à elle. Il est typique des rapports complexes qu’entretiennent dans tous les domaines, et point seulement dans le diplomatique, la Monarchie et la papauté. On n’oubliera bien sûr pas, de mettre en rapport son contenu explicite avec la situation diplomatique et militaire du moment.

21Très cher [fils],

22Lorsque Nous reçûmes la nouvelle de l’heureuse victoire que l’ineffable miséricorde du Dieu tout-puissant donna à notre flotte confédérée dans le Golfe de Corinthe sur de si cruels adversaires que les Turcs, Notre cœur exulta d’une joie infinie et nous nous répandimes en actions de grâce à la Bonté divine pour la grande faveur qu’elle nous faisait. Vraiment puissant est le Seigneur et admirable en toutes ses œuvres ! À nous de le remercier d’un cœur humble et pur pour ses hauts faits, tout autant qu’avec piété et reconnaissance pour ses dons sans limites. À lui cette victoire, à lui le Dieu des armées, par qui règnent les rois et commandent les princes, à lui la gloire de ce triomphe sans exemple dans les siècles passés ni dans le nôtre. Il est signe de sa clémence et de sa miséricorde envers nous.

23Pour recueillir les fruits de si grande victoire, tous doivent s’efforcer, avec la plus grande énergie, d’envahir aussitôt que possible les terres et les mers de l’ennemi et de lui ôter le temps de rassembler ses forces. Nous t’exhortons donc du fond de l’âme, au nom du Seigneur, à te tenir prêt pour le printemps prochain, ce dont nous ne doutons pas de la part de Ta Majesté.

24Nous n’avons de cesse d’encourager, de presser, les autres princes de se joindre à l’alliance. À cette fin, nous croyons opportun que Ta Majesté insiste auprès de l’Empereur élu, qu’elle le presse avec la plus grande insistance.

25Le cardinal Michel Alexandrinus, notre très cher fils, notre légat a latere, ambassadeur du Siège apostolique, t’exposera le reste de ce que nous avons à Te dire.

26Donné à Rome, le 25 octobre 1571, sixième année de notre pontificat.

27Source : Tellechea Idigoras (José Ignacio), éd., El papado y Felipe II. Colección de breves pontificios, Madrid, Fundación Universitaria Española, I, 250-243. Original en latin.

Document IV. La complainte du contribuable. La crue des alcabalas de 1575.

28Matías Escudero de Cobeña était un notable d’Almonacid de Zorita, un bourg à une centaine de kilomètres à l’est de Madrid. Il laissa une chronique où il notait chaque année les événements principaux. Abondent les récits de faits divers, les apparitions, présages et comètes, les naissances de monstres et les miracles. Abondent aussi les nouvelles politiques de la cour et de l’étranger, spécialement celles qui affectent la vie locale.

29Il conte ici, de son point de vue, les événements qui conduisirent Philippe II à procéder à une augmentation brutale des alcabalas, le principal impôt que payait la Castille, en 1575. Au-delà de l’information explicite que donne le texte, on dégagera les catégories implicites qui l’organisent. On y trouvera ainsi des perspectives sur la perception de la politique fiscale ; mais aussi sur celle de la politique étrangère, sur la nature de la monarchie, sur le rôle des Cortés, sur le rôle respectif du roi et du royaume, vus par un sujet éduqué, membre de la classe politique locale.

30On rappellera que les alcabalas étaient théoriquement un impôt de 10 % sur les ventes, depuis leurs origines médiévales, mais qu’on les percevait traditionnellement de fait à un taux nettement moindre.

31Comment le roi Philippe d’Autriche, roi d’Espagne, fit payer aux royaumes de Castille un dixième de toutes les ventes au titre des alcabalas.

32Le roi Philippe d’Autriche, le Catholique, second de ce nom parmi les rois d’Espagne, dépensait des sommes énormes qui excédaient ses moyens. Il rassemblait sur la mer des flottes puissantes pour la défense et protection de la chrétienté contre les Turcs ; il soutenait dans les États de Flandre une guerre prolongée contre le Prince d’Orange et les luthériens de là-bas soulevés contre lui ; il fortifiait à grands frais les ports de mer et les villes côtières. Il était couvert de dettes. Il vendit à de nombreux vassaux des ordres militaires, et avec eux les alcabalas et les tierces qu’il possédait dans les lieux qu’il aliénait. Il vendit les places d’échevins des cités, villes et villages des royaumes de Castille, les études de notaire, les places d’alguazil, des juridictions seigneuriales sur des villages dépeuplés [despoblados]. Il créa des hidalguías à 5 000 ducats pièce pour qui pouvait payer ; il vendit les commanderies des ordres militaires.

  • 6 Plus de 45 millions de ducats, soit au moins six ans de revenus de la monarchie de Castille de l’é (...)
  • 7 Sic la construction de la phrase.
  • 8 Mesure pour les grains voisine d’un demi-hectolitre.

33Comme tout ceci ne suffisait pas à ses grandes dépenses, il ordonna que l’on fit recension de tout ce qu’il devait et de tout ce qu’il avait vendu et mis en gage. On trouva que cela se montait à 17 milliards de maravédis6, somme étonnante. Pour remédier à cette situation, pour dégager ce qu’il avait mis en gage et trouver de quoi soutenir ses dépenses, il ordonna la réunion de Cortès à Madrid, en 1575. Il leur représenta la gravité de la situation dans laquelle il se trouvait et l’urgence d’y porter remède, pour lui rendre la libre disposition de ses revenus et dégager de quoi payer les dépenses susdites. Il demanda au royaume, entre autres nouveautés que je ne rapporte n’y n’exprime, car ce sont nouvelletés et impositions sur le royaume7. Je n’en dirai qu’une, c’est qu’il demandait que tous ceux qui moudraient du blé aux moulins versent au roi un réal par fanègue8, et un demi réal ceux qui moudraient du millet, de l’orge ou du seigle.

34Les procureurs du royaume et les seigneurs grands du royaume virent et comprirent les maux que causerait au royaume tout entier une telle concession ; que tous seraient soumis à la taxe, quel que fut leur état et condition ; que c’était là chose extraordinaire, dommageable pour les riches comme pour les pauvres. Tous tombèrent d’accord pour ne pas accorder au roi ce qu’il demandait. Le roi s’irrita de ce refus, et demanda au royaume, puisqu’il refusait ses propositions, de le décharger de ses dettes. Le royaume offrit de le faire en un certain nombre d’années, à condition que le roi l’autorise à répartir certaines sommes [sur le royaume] selon des modalités précises. La proposition était excellente, car en étalant les paiements dans le temps, les habitants du royaume les auraient mieux supportés. Le royaume offrit de prendre à sa charge tous les revenus du roi, et de lui verser une somme fixe pour ses dépenses ordinaires et une autre pour les frais de guerre, et c’était pour le roi une bonne affaire, au dire de tous. En procédant ainsi, ils libéraient le roi de ses dettes en quelques années, le royaume était alors débarrassé de cette obligation et le roi se retrouvait libre de dettes et bien pourvu.

35Les princes ne se satisfont malheureusement pas toujours des bons arrangements qu’on leur propose. Ils aiment trop leur bon vouloir. Le roi répondit aux procureurs du royaume qu’il ne voulait pas introduire de nouveautés ; qu’il préférait que tous ses vassaux des royaumes de Castille et de sa Couronne lui payassent, sur toutes les ventes de biens meubles et immeubles qu’ils feraient, le dixième du prix de vente. Les grands et les procureurs du royaume virent bien que c’était excessif. Ils adressèrent au roi une supplique. Le roi répondit qu’il devait en être ainsi. Ils firent des propositions nouvelles. Le roi répondit qu’il ne faisait qu’exiger son dû, conformément à la loi, et qu’il entendait être payé ; qu’ainsi il pourrait rembourser ses dettes et payer ses frais de guerre. De sorte que le royaume ne put porter remède à cette plaie qui affectait tout le royaume...

36Le roi envoya immédiatement ordre à toutes les municipalités [justicias] des cités, villes et villages des royaume de Castille pour qu’ils mettent en place les percepteurs nécessaires dans chaque cité, ville et village pour percevoir au nom du roi le dixième de toutes les ventes de biens meubles et immeubles ; pour qu’ils créent des percepteurs particuliers pour chacun des métiers de la ville ; pour que l’impôt dû par chaque métier soit affermé à part. Tous les états souffrirent d’étonnante façon. Les marchands, dans les villes, fermaient boutiques et les autorités municipales [justicias] les leur faisaient ouvrir de force. Les incidents furent nombreux en de nombreux endroits, mais le roi imposa sa volonté.

37Au vu des vexations que les municipalités, et les fermiers aussi, faisaient subir aux habitants, quelques villes et cités furent s’abonner au Conseil des comptes, à Madrid, où réside la cour. Ils le faisaient d’ordinaire aux conditions suivantes : à deux fois et un tiers l’abonnement précédent. Voici ce que payait chaque cité, ville ou village : s’il payait une année 100 000 maravédis, on ne l’abonnait pas à moins de 333 333 maravédis la suivante. Et les autres à proportion.

38Ce fut grande tristesse pour les royaumes de Castille, et beaucoup cessèrent leurs activités dans les cités et dans le royaume. On en informait le roi, on lui montrait combien les cités se dépeuplaient. Mais lui, refusait d’y porter remède.

39Source : Matías Escudero de Cobeña, Relación de casos notables ocurridos en la Alcarria... en el siglo XVI, ed. Fernández Izquierdo (Francisco), Guadalajara, Ayuntamiento de Almonacid de Zorita, 1982, p. 215-217.

Document V. Les morisques, une cinquième colonne. Rapport des services de renseignement (1582)

40La question morisque joue un rôle important dans l’Espagne du xvie siècle. Descendants de la population musulmane convertie au début du xvie siècle, outre des communautés dispersées et assez peu nombreuses en Castille et dans la vallée du Guadalquivir, ils étaient concentrés dans les royaumes d’Aragon, de Valence et de Grenade. La peur que suscite cette population mal assimilée tient en partie à la crainte qu’elle serve de cinquième colonne aux ennemis de la Monarchie, qui sont aussi perçus comme les ennemis de la foi. Le soulèvement de ceux de Grenade, en 1568, à l’apogée de la poussée turque en Méditerranée, sembla mettre en péril la Monarchie toute entière. Dans les années suivantes, au fur et à mesure que l’effort militaire et les problèmes se déplaçaient vers le nord, l’inquiétude porta sur une possible complicité avec les protestants français, nouvelle bête noire de l’Espagne.

41Le texte qui suit est une dénonciation faite à l’Inquisition par un morisque d’Aragon. On relèvera qu’en dépit de la forte ségrégation à laquelle elles étaient soumises et des tactiques d’isolement que beaucoup d’entre elles pratiquaient pour préserver leur spécificité culturelle – les mouvements prophétiques qui les traversent en sont une expression –, les communautés morisques n’apparaissent pas aussi soudées qu’on pourrait le croire dans leur opposition aux " vieux chrétiens ". Il existe des dénonciateurs. Leur relative rareté peut être mise au compte d’une organisation très stricte, capable de liquider les traîtres, qui a laissé de nombreux témoignages de son efficacité : Luis Moreno a d’excellentes raisons de se méfier. Ces dénonciations étaient provoquées par des affrontements de nature sociale ou familiale au sein des communautés que les institutions chrétiennes se montraient promptes à utiliser.

42On notera l’enchevêtrement des juridictions qui collaborent ici, non sans tensions. Le rôle du seigneur apparaît le plus ambigu. La noblesse aragonaise et valencienne, en effet, possessionnée dans les zones les plus peuplées de morisques, ne parait pas avoir beaucoup poussé à l’intégration. Ce faisant, non seulement elle protégeait ses " vassaux ", comme il était de son devoir, mais encore en maintenant leur différence culturelle, elle se posait en intermédiaire entre eux et le monde extérieur, s’assurant ainsi un pouvoir exceptionnellement fort.

  • 9 Andrés Santos de San Pedro, inquisiteur de Saragosse avant sa promotion à l’évêché de Téruel en 15 (...)

43Le 22 novembre 1582, Luis Moreno, issu de nouveaux convertis de maures, domicilié au village de Nuez, âgé d’environ cinquante ans, déclara qu’il fut en grand péril de perdre la vie à l’époque où l’archevêque de Saragosse était inquisiteur du royaume d’Aragon9, pour lui avoir transmis des informations ; et ce, par la faute de don Pedro de Aragon, son seigneur, qui avait servi d’intermédiaire pour négocier les garanties qu’il réclamait, et avait tout raconté à plusieurs autres de ses vassaux... L’archevêque ayant transmis ces informations à l’Inquisition, celle-ci convoqua le témoin. Cette convocation lui faisait courir des risques, car si quelqu’un de son espèce [generación] s’en rendait compte, cela confirmerait les soupçons de dénonciation éveillés par les révélations de don Pedro. Telle est la raison pour laquelle il a différé de plusieurs jours la présente comparution.

  • 10 Calanda et Foz de Calanda, mentionnées plus loin, sont des aglomérations de l’actuelle province de (...)

44Dans une première déposition [auprès de l’archevêque] il s’était contenté d’indiquer que les nouveaux convertis du royaume d’Aragon préparaient des armes pour se soulever à la première occasion. Pressé d’en dire plus par Sa Seigneurie, et après qu’on lui ait garanti qu’il ne serait pas poursuivi par l’Inquisition, il a décidé de révéler tout ce qu’il sait. Au mois de mai de cette année, Joan Callizo de Benazeyte, son cousin, alors qu’ils chassaient tous les deux seuls sur la lande de Benazeyte, lui dit qu’il savait qu’était arrivé de Turquie un mudéjar, né à Calanda10, dont il ne put lui donner le nom, porteur de nouvelles, dont il ne put lui indiquer la nature. Pour se renseigner, le témoin passa à Foz de Calanda, où il fut hébergé par Enrique Penginete, marié à une de ses nièces. Celui-ci lui dit qu’était effectivement arrivé de Turquie Alexandre Castellano, qui était passé là-bas en 1570, qui sait lire et écrire ; qu’il était porteur de nouvelles et qu’il venait repérer en ce royaume et en celui de Valence, certains signes qui marqueraient, selon une prophétie turque, l’époque de la reconquête de l’Espagne. Ils furent tous deux de nuit à Calanda, chez un beau-frère dudit Penginete, dont le témoin ignore le nom. Le déclarant passa ensuite seul au domicile de Rodrigo Caballero, un beau-frère d’Alexandre Castellano que le susdit Moreno connaît fort bien. Tous les deux seuls, il lui demanda s’il était vrai qu’Alexandre Castellano était de retour, et les raisons de son voyage. Il lui répondit qu’il était bien là, et porteur d’une prophétie qui indiquait la date à laquelle le Turc devait reconquérir l’Espagne ; qu’il avait ordre de vérifier l’existence des signes dont la prophétie disait qu’ils devaient se produire en ce royaume et en celui de Valence ; qu’il avait continué son voyage en direction de Daroca. Il montra au déclarant un papier déchiré, dont il dit que c’était celui que ledit Castellano avait amené pour s’instruire de ce qu’il devait observer.

  • 11 La Sierra Gallinera est située dans l’actuelle province d’Alicante.

45De ce qu’il put en lire et de ce que lui en dit le nommé Rodrigo Caballero, il en comprit le sens général, qui est le suivant : après que Lucas Duarte, une fois terminé son séjour ici, fut repassé en Turquie porteur d’un rapport sur l’état moral des morisques d’Espagne, le Turc réunit son Conseil pour traiter d’un débarquement et de sa mise en pratique. Se trouvait au Conseil un Turc appelé Cid Alhad, qui s’opposa au plan proposé car, dit-il, il existait une prophétie dont il montra le texte, écrite par un ermite de leur peuple qu’ils tenaient pour saint à cause de sa vie retirée, écrite il y a 416 ans, laquelle disait qu’après que les chrétiens aient conquis ce qui appartenait aux maures en Espagne, ceux-ci devraient pratiquer leur religion en secret ; mais qu’il ne faudrait pas tenter de reconquête jusqu’à ce qu’il y ait de grandes guerres entre les rois chrétiens, qu’alors une offensive remporterait un succès certain ; et que les temps seraient marqués par des signes, en Turquie comme aux royaumes d’Aragon et de Valence. Les Turcs croient fort en ces choses-là ; ils résolurent donc de retarder l’offensive et de vérifier si les signes se produisaient en Turquie. Il se trouva que oui. Ils envoyèrent donc ledit Alexandre Castellano vérifier qu’ils se produisaient aussi en Espagne, après l’en avoir instruit. Les signes étaient les suivants : il devait naître dans la Sierra de Gallinera11, au royaume de Valence, un enfant d’une taille sans rapport avec les autres, qui à l’âge de cinq ou six mois deviendrait orphelin de père ; qui à vingt-huit ou trente ans deviendrait capitaine des morisques du royaume de Valence et remporterait de grandes victoires à la guerre. Castellano disait l’avoir rencontré, qu’il présentait bien les caractères qu’indiquait la prophétie, sans indiquer l’endroit où il vivait ; que la disproportion physique qui le caractérisait tenait à ce qu’il avait les bras deux fois plus gros que les autres, qu’il était très grand et qu’il avait à chaque main six doigts, qu’à Valence (ville à laquelle ils donnent le nom de Ciudad Verde [la Cité Verte], il avait reconnu la présence d’autres signes – il ne dit pas lesquels –, ainsi qu’à Saragosse (à laquelle ils donnent le nom de Ciudad del Río [la Cité de la Rivière], ainsi qu’à Daroca (qu’ils appellent la Cité du Ravin), et à Calatayud (qu’ils appellent la Cité Blanche) ; que partout il avait trouvé les signes de la prophétie ; spécialement à Calatayud où l’on pavait [se hacía cantonada] la Porte du carrier, en la maison duquel la prophétie disait que devaient se réfugier certains chefs turcs. Là se livrerait une très dure bataille où s’affronteraient chrétiens et maures, où les Français lutteraient aux côtés des maures et où serait défait un roi de Castille appelé Philippe, et avec lui la Castille toute entière rassemblée dans son armée.

  • 12 Dans l’actuelle province de Castellón. Elle fut en 1525 le dernier refuge des populations musulman (...)
  • 13 Chodes de Morata, dans l’actuelle province de Saragosse.

46Alexandre Castellano avait abandonné ce papier après en avoir fait une copie, car il était en mauvais état. Castellano disait aussi que la prophétie indiquait que le Turc n’aurait pas à venir en personne, mais que ce serait tout comme, car il enverrait sa flotte au roi d’Alger qui ferait le travail. Il disait aussi que lorsqu’on l’envoya en Espagne, partirent en sa compagnie deux envoyés du Turc, dont il n’indiqua pas le nom, chargés de mettre au courant le roi de France, dont il n’indiqua pas le nom. Ils débarquèrent à Marseille début avril, et ledit Castellano continua par mer jusqu’à Denia. Le déclarant attendit huit ou neuf jours le retour de Castellano pour savoir de sa bouche où il était allé, car Caballero avait annoncé qu’il serait là dans cinq ou six jours. Ne voyant rien venir, il regagna son domicile. Peu après, le 18 ou le 20 juin, il s’entretint à nouveau avec Rodrigo Caballero pour savoir si son beau-frère était de retour, et il lui déclara que oui, qu’il avait continué son voyage vers la France, pour rejoindre ses compagnons de voyage, et qu’il recommandait fort à tous ceux avec qui il s’était entretenu – il ne dit pas de qui il s’agissait, ni où il était passé, ni s’il s’était rendu en Castille – de se tenir prêts pour le jour où le Français attaquerait ; qu’ils prennent leurs précautions pour tourner l’interdiction qui leur serait faite de se déplacer d’un village à l’autre, car il était clair que si le Français bougeait, on leur interdirait de passer d’un royaume à l’autre, et même d’un village à l’autre, comme la prophétie l’indiquait. Cette interdiction serait pour eux le signe de l’approche de la flotte. La prophétie indiquait où ils devaient se réfugier : au royaume de Valence, dans la Sierra Gallinera, où ils prendraient pour chef l’homme dont on a parlé plus haut ; ceux de Valence qui en étaient plus proches, fortifieraient la Sierra de Espadán12 ; ceux d’Aragon se regrouperaient en un château au bord de la rivière Pelma, et sur un promontoire entre Foz et Calanda appelé la Muela, et à Chodes de Morata13 ; qu’il fallait faire des provisions en ces lieux, car ils connaîtraient autrement de graves difficultés. La prophétie disait aussi que l’année où tout cela arriverait serait très sèche et qu’on manquerait de pain ; aussi pensaient-ils tous que ce serait le printemps de 1583, et se procuraient-ils du grain et des armes de toutes les manières possibles, au point qu’il n’y en a plus aucun, parmi ceux qui ont les moyens, qui ne possède son arquebuse. La prophétie disait aussi que ceux qui habitent près des routes royales de Valence et de Castille se perdraient tous, et que les riches souffriraient plus que les pauvres car ils hésiteraient davantage à abandonner leurs biens, et lorsqu’ils le voudraient, ils ne le pourraient plus.

  • 14 Ségorbe, dans l’actuelle province de Castellón.

47Le déclarant dit également ne rien savoir de plus après le retour de Castellano, sinon qu’un certain Izquierdo, de Ségorbe14, a fait un voyage en Béarn et en France ; et comme lui d’autres d’ici qui ont connaissance des avis que du Turc reçoivent le Français et [le prince de] Béarn. Ils les communiquent à ceux du présent royaume et de Valence par message oral, pour ne pas laisser de trace écrite ; que les messagers sont ces mêmes convertis, qui vivent là-bas, et qui circulent déguisés en Gascons.

  • 15 Benabarre, dans l’actuelle province de Huesca ; Torrellas dans celle de Saragosse.

48Le déclarant dit également que depuis le mois de septembre, conformément à ce que lui a demandé l’archevêque, il a fait diligence pour découvrir des faits nouveaux, mais il n’a rien trouvé et il tient pour certain que s’il y en avait, il le saurait ; qu’il s’est rendu pour cela aux foires de la saint-Martin de Huesca, qu’il est resté plusieurs jours dans cette ville et qu’il y a seulement découvert un groupe de convertis de Torellas, dont il ignore le nom, qui vendaient là des secrétaires à panneaux rabattables et d’autres produits de leur fabrication, lesquels ont acheté cinquante ou soixante canons d’arquebuse à un arquebusier dont ils disaient qu’il était de Benabarre15 ; qu’il est commun parmi eux de se fournir en armes et en grains dans l’attente de l’époque marquée par la prophétie ; qu’ils croient en elle aussi fort que les chrétiens dans les choses de la foi ; qu’Alexandre Castellano a bien insisté pour qu’ils n’attendent pas la venue de la flotte d’Alger pour se réfugier aux lieux qu’il leur a désigné, mais qu’ils le fassent dès que s’ébranlerait le Français, car la flotte ne saurait alors manquer et courraient le risque de se perdre ceux qui ne le feraient pas avant que les chrétiens aient pris des mesures. Le déclarant dit aussi que l’arrestation des principaux des morisques à laquelle a procédé l’Inquisition leur a porté un grand coup, car ils manquent de chefs...

49Interrogé sur la manière dont ils mettraient à l’abri leurs femmes et leurs enfants lorsqu’ils gagneraient leurs refuges, il déclara que la proximité des refuges par rapport à leur domicile leur permettait de les gagner en une seule nuit et d’y résister quelques jours pour fuir la fureur des soldats qui ne manqueraient pas de les tuer et de mettre à sac leurs villages s’ils les y trouvaient.

50En ce qui concerne les fonds qu’ils auraient promis ou remis au prince de Béarn, le déclarant dit que l’Izquierdo de Ségorbe, qui est là-bas, a amené ses biens avec lui, et ceux d’autres à son nom ; qu’il pourrait avoir fait quelque présent à quelque favori du prince, pour obtenir par lui des informations ; mais qu’il n’a pas été fait de levée générale parmi les convertis du présent royaume ; que la prison et les sentences prononcées contre les plus riches [par l’Inquisition] ont fortement diminué leurs possibilités de procéder à des levées de quelque importance.

51On lui recommanda la vigilance et de donner avis de toute nouveauté, même si elle lui paraissait de peu d’importance. Il le promit et signa de sa main : Moi, Luis Moreno, ai bien déclaré ce qui précède.

52Source : Instituto Valencia de Don Juan, Premier envoi. Publié par Cardaillac (Louis), Morisques et chrétiens. Un affrontement polémique (1492-1640), Paris, Klincksieck, 1977, p. 407-411.

Document VI. La prestation de serment au prince Philippe (1584)

53Les rois d’Espagne n’étaient pas couronnés ni oints. Le rite d’intronisation était constitué par une prestation de serment de la part du royaume, renouvelée dans chacune des composantes territoriales de la Monarchie. La cérémonie ici décrite concerne la Castille. Elle y avait souvent lieu avant la mort du souverain précédent, tradition poursuivie jusqu’à la fin du xviiie siècle : l’instabilité dynastique qui caractérise le royaume, conduira en effet les rois d’Espagne, Bourbons inclus, à prendre des dispositions particulières pour assurer la continuité successorale.

54Le serment du futur Philippe III est le premier à se dérouler dans l’église de Saint-Jérôme-du-Roi, à Madrid – à proximité immédiate du futur Musée du Prado–, qui servira de cadre aux cérémonies royales jusqu’au début du xixe siècle. Le rite – le commentaire mettra en valeur son caractère archaïsant, son rythme répétitif, son attention au détail significatif, sa valeur sacralisante – est organisé autour de deux pôles : le groupe royal, situé dans l’oratoire des tentures, un siège (ou un ensemble de sièges) surmonté d’un dais, que l’on pouvait fermer par des rideaux, et dans lequel se situait toujours le roi lorsqu’il assistait à des cérémonies religieuses ; le royaume, représenté par les trois ordres qui reconstituent pour l’occasion les Cortés médiévales. Sa propre famille, puis le royaume, prêtaient serment au (futur) roi sous l’égide de la religion, dont le rôle sacralisant et légitimant ne doit pas être oublié et mérite commentaire. On insistera sur le fait que si l’aspect religieux constitue le milieu dans lequel baigne la cérémonie, il ne lui est en aucune façon essentiel : le serment n’est pas le quasi sacrement que constitue le couronnement des rois de France.

55Il est remarquable que le serment comporte deux volets : un premier où l’on reconnaît le roi comme souverain ; un second où on le reconnaît comme seigneur féodal. Ces deux aspects se retrouvent dans l’exercice du pouvoir par les monarques : ils gèrent d’une part, jusqu’en plein xviiie siècle, le domaine royal comme tout autre seigneur gère le sien, d’une façon qui peut sembler remarquablement archaïque et proche encore de l’œconomia privée ; d’autre part ils assument les fonctions d’arbitre suprême d’une monarchie de plus en plus " nationale " et absolutiste, dégagée des liens médiévaux.

56La richesse du texte tient au fait que les acteurs ne représentent pas seulement le royaume au sens politique actuel du terme, mais aussi au sens théâtral : ils le jouent, ils l’incarnent comme des acteurs incarnent un personnage. La manière dont est structurée la pièce, les rôles respectifs attribués à chacun, constituent autant de témoignages sur la perception qu’avait de lui-même le corps politique, temporairement et idéalement reconstitué par la conjonction des Cortés complètes et de la personne royale. Sur ce point, chaque détail est significatif. La nécessité d’en donner une image exacte explique la longueur de l’extrait, qui pourra donner lieu à plusieurs commentaires.

57Il est évident que la notion de " représentation " politique, la comparaison avec la France ainsi qu’avec des époques postérieures, doivent être au centre du commentaire. On n’oubliera pas d’éclairer le texte à la lumière de la théorie politique espagnole du temps (document VII). Philippe III prêta ainsi serment, successivement, dans chacun de ses royaumes...

58Le texte est un compte rendu manuscrit anonyme, sans doute copie d’un acte de constat dressé par l’un des notaires auxquels il fait allusion. Nous le citons quasiment in extenso en résumant simplement les passages strictement répétitifs et en enlevant les noms qui accompagnent chacune des fonctions mentionnées. Nous avons essayé de garder dans notre traduction le style hiératique – et par voie de conséquence assez pesant – de l’original.

  • 16 La " Junte des assistants de Cortès " servait de liaison entre le roi et l’assemblée. Elle était, (...)
  • 17 Marie d’Autriche (1528-1603), sœur de Philippe II. Mariée au futur empereur Maximilien II, elle fu (...)
  • 18 Côté gauche de l’autel pour qui lui fait face, il s’oppose au " côté de l’Evangile ". L’expression (...)

59En la ville de Madrid, pour la fête Saint-Martin, onze novembre de l’an de la naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ de 1584, le roi Philippe ayant convoqué et réuni en Cortès les procureurs du royaume, entre autres choses et tout spécialement pour prêter serment au prince Philippe notre seigneur, son unique enfant mâle en ce moment vivant, fils de Sa Majesté et de feue la reine Anne d’Autriche (quelle jouisse de la gloire éternelle) ; Son Altesse [le prince] étant âgé de six ans et sept mois moins trois jours ; ayant fixé Sa Majesté cette journée comme celle du serment solennel qui devait être prêté au prince en l’église du monastère de Saint-Jérôme-du-Roi, hors les murs de ville ; ayant prévenu les prélats, les grands, les seigneurs titrés et les chevaliers (caballeros) qui se trouvaient alors à la cour et qui devaient jurer avec les procureurs du royaume ; lesdits procureurs étant munis de pouvoirs suffisants de leurs cités et de leurs villes, pouvoirs vérifiés avant l’ouverture des Cortès par leurs président et assistants16, comme de coutume, le roi notre seigneur s’installa la veille au monastère pour cet effet et y appela le prince notre seigneur. La sérénissime impératrice Dame Marie17, sœur du roi notre sire, s’était transportée audit monastère quelques jours auparavant. Mesdames les infantes, dame Isabelle et dame Catherine, filles de Leurs Majestés, s’y rendirent le jour même, sans suite ni cérémonie, et s’installèrent dans l’appartement de l’impératrice. L’église était ornée de riches tapisseries et l’on y avait installé pour l’occasion une haute estrade, appuyée sur le maître-autel, à laquelle on accédait par onze marches et qui occupait la moitié du chœur en profondeur, sur toute sa largeur. Cette estrade était couverte de tapis et, à main gauche, du côté de l’épître18, se trouvait un oratoire tendu de tentures de brocard, sous lesquelles on avait placé un siège de la même étoffe pour le roi notre seigneur. On avait mis à côté une chaise plus petite, elle aussi tendue de brocard, pour le prince notre seigneur, un tabouret couvert de brocard pour Sa Majesté, et des coussins, également de brocard, pour Mesdames les infantes.

  • 19 Amédée de Savoie, marquis de Saint-Rambert, alors âgé d’une petite vingtaine d’années, frère du du (...)

60Sa Majesté et leurs altesses sortirent de la chambre du prince notre seigneur, qui se trouvait à l’étage du cloître dudit couvent, accompagnés de Messire [don] Amédée19, frère de Monseigneur le duc de Savoie, et des grands qui étaient entrés dans la chambre à cet effet ; don Juan Alvarez de Toledo, comte d’Oropesa, portait l’estoc, car tel était son office.

61À l’étage du cloître se trouvaient les seigneurs titrés, les chevaliers et les procureurs aux Cortès, qui attendaient Sa Majesté pour l’accompagner, et à la porte de la chambre les hérauts d’arme et les massiers, munis de leur cote et de leur masse. Leurs Majestés et Leurs Altesses, en cette compagnie, descendirent à l’église par le grand escalier et entrèrent par la porte des processions. Sa Majesté avait près de lui Mesdames les infantes..., et entre elles deux allait le prince notre seigneur.

  • 20 À la cour d’Espagne, le titre de majordome était porté par les chefs de la maison civile du roi et (...)

62Devant Sa Majesté et le prince notre seigneur marchait le comte d’Oropesa, qui portait sur l’épaule l’estoc nu ; et devant lui les hérauts d’arme ; et devant eux les grands, suivis des majordomes20 de Sa Majesté ; et devant eux tous les majordomes de feue la reine notre dame, maintenant au service de Leurs Altesses ; et devant eux les massiers ; et devant les massiers les seigneurs titrés et les chevaliers qui devaient prêter serment, et les procureurs aux Cortès, et de nombreux autres chevaliers qui ne devaient pas prêter le serment... Sa Majesté et Leurs Altesses montèrent sur l’estrade et, après avoir fait oraison, s’assirent dans l’oratoire des tentures...

  • 21 Chef de la chapelle royale et de la maison religieuse du roi.
  • 22 Dignitaire ecclésiastique chargé du service personnel du roi au cours des cérémonies religieuses.

63À côté de l’oratoire des tentures, contre le mur, se tinrent debout, tout le temps de la cérémonie, tête nue... le grand aumônier de Sa Majesté21 et le sommelier de l’oratoire22. Vers le fond de l’estrade, au-delà de l’oratoire des tentures, se tenait debout, tête nue, le comte d’Oropesa porteur de l’estoc, du côté de Sa Majesté, et... le président du Conseil royal, qui faisait ce jour-là office de grand majordome de Leurs Altesses.

  • 23 Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), comtois et l’un des principaux ministres de Philippe II (...)

64À main droite de l’autel, du côté de l’Évangile, en face de l’oratoire des tentures... était assis le révérendissime Antoine Perenot, cardinal de Granvelle23, du Conseil d’État, président du Conseil d’Italie, en une chaise à dossier de velours cramoisi... Du même côté, près de l’autel, se trouvait... le banc des prélats sur lequel prirent place les révérends évêques de... Plasencia, Cuenca, Sigüenza, Salamanque, Avila, Ségovie, Osma et Zamora, dans l’ordre d’ancienneté de leur consécration... Un peu en dessous du cardinal de Granvelle, sur un banc couvert [d’un tapis] étaient assis, couverts, dans l’ordre qui suit..., le nonce de Sa Sainteté, l’ambassadeur du Sérénissime empereur et l’ambassadeur de Venise...

65Derrière les ambassadeurs, debout et découverts, contre le mur, se trouvaient les présidents du Conseil des Indes et du Conseil des Ordres [militaires] ; plus bas [trois membres du Conseil royal et de la Chambre de Castille ; plus bas un membre du Conseil d’Aragon, un membre du Conseil d’Italie, le secrétaire de la Chambre de Castille et le notaire des Cortès]. Entre le siège du cardinal de Granvelle et le banc des ambassadeurs, se tenaient, debout et découverts..., les majordomes du roi notre sire, leur bâton de commandement à la main. En dessous du banc des ambassadeurs se trouvaient debout et tête nue... les majordomes de feue la reine..., leur bâton de commandement à la main. Sur les marches se tenaient les hérauts d’arme et en dessous d’eux, toujours sur les marches, les massiers.

  • 24 Gaspar de Quiroga (1512-1594), inquisiteur général en 1574, archevêque de Tolède en 1577, ancien c (...)

66Au pied de l’estrade, des deux côtés de l’allée [centrale], se trouvaient des bancs recouverts de tapis ornés de motifs végétaux, qui laissaient un espace entre eux et le mur. Ils allaient jusqu’à la porte de l’église, où l’on avait installé une grille de bois de faible hauteur. À l’intérieur de la grille, près de la porte, se trouvaient... les deux capitaines de la garde, pour donner depuis là aux gardes les ordres nécessaires... L’archevêque de Tolède, grand inquisiteur24... se trouvait dans l’église, revêtu des ornements sacerdotaux et attendait Sa Majesté pour célébrer la messe. Le cardinal de Granvelle, les ambassadeurs et les autres prélats attendaient également Sa Majesté dans l’église, assis à leur place.

67Aussitôt que Sa Majesté et Leurs Altesses eurent pris place dans l’oratoire des tentures, les grands descendirent de l’estrade et prirent place sur le premier banc qui faisait face à l’oratoire de Sa Majesté, sans ordre ni préséance, mais en laissant la première place à Messire Amédée. Tous les autres seigneurs et chevaliers qui devaient prêter serment, et les procureurs aux Cortès, se tinrent debout tout le temps de la messe à l’emplacement où ils devaient s’asseoir pendant le serment.

68Durant la messe, aux textes de l’ordinaire du jour, on rajouta les prières suivantes : [trois brèves oraisons latines, à trois moments différents, suppliant Dieu de donner au prince vertu, santé et paix pour toute sa vie. Le roi sortit alors pour aller chercher l’impératrice, qui suivait la messe depuis une fenêtre qui, de l’intérieur du couvent, donnait sur le chœur. On installa pendant ce temps l’archevêque de Tolède, mitre en tête et couvert d’une chape, sur un siège de brocard que l’on plaça sur l’estrade devant l’autel.]

69[De retour dans l’église, le roi,] après s’être incliné devant l’autel, se plaça devant son siège et donna à l’impératrice un autre siège de brocard, qu’il fit placer contre le sien du côté qui regardait vers le fond de l’estrade. Le siège du prince notre seigneur fut placé devant celui du roi, à l’emplacement du tabouret, que l’on avait retiré...

70Leurs Majestés [le roi et l’impératrice] une fois assises, le prince notre seigneur se leva et, accompagné du cardinal de Granvelle, s’avança vers l’autel où l’on avait dit la messe. Il s’agenouilla sur un coussin de brocard... et reçut la confirmation des mains du cardinal de Tolède ; il ne l’avait pas reçue auparavant du fait de son jeune âge ; le cardinal de Granvelle fut son parrain de confirmation. Ceci fait, il revint s’asseoir à sa place, c’est-à-dire devant Sa Majesté.

  • 25 " Viens, Esprit Saint... ". Cantique d’invocation au Saint-Esprit, pour appeler sa présence lors d (...)

71Les prélats se levèrent alors et descendirent de l’estrade, pour s’asseoir sur le premier banc du coté de l’Évangile, au même niveau que les grands, par ordre d’ancienneté de leur consécration. Ceci fait commença la cérémonie du serment. Devant l’assistance agenouillée, la chapelle royale chanta le Veni Creator25...

72Ceci terminé, les seigneurs titrés et les chevaliers qui devaient prêter serment s’assirent sans ordre ni préséance sur les bancs couverts des étoffes aux motifs végétaux qui étaient dans l’église, de part et d’autre de l’allée, un peu plus bas que les prélats et les grands ; un peu plus bas encore s’assirent les procureurs des cités et villes de ces royaumes [de Castille] qui ont voix aux Cortès, en donnant la préséance aux cités de Burgos, Léon, Grenade, Séville, Cordoue, Murcie et Jaén, que la coutume distingue comme capitales de royaumes qu’elles sont... Les procureurs de Tolède [également capitale et qui revendiquait la préséance absolue face à Burgos] s’assirent au fond, sur un petit banc également couvert d’une étoffe aux motifs végétaux... de la même manière que lorsqu’ils siègent aux Cortès.

73Une fois que tous eurent pris place, l’un des hérauts d’armes de Sa Majesté, du haut de l’estrade, au coin qui se trouve du coté de l’Évangile, à haute et intelligible voix, prononça les paroles suivantes : " Oyez, oyez, oyez le texte du serment d’hommage et de fidélité que la sérénissime impératrice Dame Marie en tant qu’infante de ces royaumes, Mesdames les infantes Isabelle et Catherine, ici présentes, les prélats, les grands, les chevaliers, et les procureurs aux Cortès, qui par ordre du roi notre sire sont ici en ce jour assemblés, prêtent au sérénissime et glorieux prince Philippe notre seigneur, fils et successeur de Sa Majesté, comme prince de ces royaumes pour les jours qui restent à vivre à Sa Majesté – qu’ils soient nombreux et heureux -et pour après comme roi, seigneur naturel et propriétaire d’iceux ".

74Aussitôt qu’il eut terminé, le licencié Juan Tomás, du Conseil du roi et assistant des Cortès, se plaça au coin de l’estrade où se trouvait précédemment le héraut d’arme... et lut à haute et intelligible voix le texte du serment et hommage, dont la teneur suit :

75" Vous tous ici présents, vous serez témoins de comment, en présence du roi catholique Philippe, notre souverain seigneur, la sérénissime impératrice Dame Marie, en tant qu’infante de ces royaumes, et Mesdames les infantes dame Isabelle et dame Catherine, les prélats, les grands et les chevaliers, les procureurs aux Cortès des cités et des villes de ces royaumes assemblés en Cortès par ordre de Sa Majesté, au nom de ces royaumes qui parlent par leur voix, tous ensemble unis dans la concorde, de leur libre, spontanée et à soi plaisante volonté, chacun pour soi et pour ses successeurs, et lesdits procureurs pour eux-mêmes et au nom de leurs mandants en vertu des pouvoirs dûment vérifiés à eux donnés par les villes et les cités qui représentent les royaumes de Castille ; agissant au nom de ces royaumes conformément au droit et à la loi de ces royaumes, conformément à leur devoir et obligation, conformément à ce qu’eurent accoutumé de faire avant eux en même cas les infants, les prélats, les grands, les chevaliers et les procureurs en Cortès des cités et des villes de ces royaumes..., entendez donc comme ils disent reconnaître, et dès à présent ont, tiennent et reçoivent le sérénissime et glorieux seigneur le prince Philippe, unique enfant mâle en ce moment vivant et successeur de Sa Majesté, ici présent, pour prince de ces royaumes de Castille, de Léon, de Grenade et de tous les autres royaumes et seigneuries à iceux sujets, donnés, unis, incorporés et appartenant, durant les jours du roi Philippe notre souverain seigneur -qu’ils soient nombreux, prospères et bienheureux – ; et par la suite pour roi et légitime seigneur, naturel héritier et propriétaire de ces royaumes. Entendez comme ils disent que pendant la vie de Sa Majesté, ils lui prêtent l’obéissance, la révérence et la fidélité qui est due à Son Altesse comme prince héritier d’après les lois et les fors de ces royaumes ; et qu’après la mort de Sa Majesté, ils lui prêtent l’obéissance, la révérence, la sujétion, la vassalité et la fidélité que comme bons sujets, vassaux naturels, ils lui doivent et sont obligés à lui donner et prêter comme à leur roi et seigneur naturel. Ils promettent de le bien servir en toute loyauté. Et à plus grande abondance, et pour donner force et sûreté à tout ce qui précède, Votre Majesté sérénissime, l’impératrice Dame Marie, en tant qu’infante de ces royaumes, Vos Altesses nos seigneurs les infantes Dame Isabelle et Dame Catherine, et vous les prélats, les grands, les chevaliers, en votre nom et au nom de vos successeurs, et vous lesdits procureurs aux Cortès, au nom de vos mandants qui parlent par votre bouche et de leurs successeurs, en vertu des pouvoirs que vous tenez d’eux et en votre nom propre, d’un accord unanime, dites :

76‘Que vous jurez par Dieu Notre Seigneur, par sainte Marie sa mère, par le signe de la croix, par les paroles du saint Évangile écrites dans le missel placé ouvert devant vous, laquelle croix et saints évangiles vous toucherez matériellement de votre main droite... [suit une reprise du texte de reconnaissance et fidélité contenu dans le paragraphe précédent, puis des formules de malédiction contre ceux qui ne respecteraient pas le serment]. Ainsi Dieu vous aide, en ce monde en vos corps, et en l’autre, où vous séjournerez plus longtemps, en vos âmes’ ".

77Aussitôt lu ce texte, la sérénissime impératrice, infante de Castille, se leva de son siège..., ainsi que les infantes nos seigneurs Dame Isabelle et Dame Catherine, et elle se plaça devant le tabouret où elle devait prêter serment. Elle s’agenouilla sur un coussin de brocard. Ledit révérendissime cardinal de Tolède, debout, lui fit prononcer et reçut le serment suivant : " Votre Majesté, en tant qu’infante de Castille, jure de maintenir et d’exécuter tout ce qui est contenu dans le texte du serment que l’on vient de lire. Ainsi Dieu vous aide, et les saints Évangiles ". Après quoi..., ladite impératrice, ayant posé sa main droite sur la croix et les saints évangiles... répondit : " Oui, je le jure. Amen ". Puis elle se releva.

78[Prêtent serment, de la même manière, les infantes Isabelle et Catherine]. Pendant que juraient les infantes, Sa Majesté, qui était restée debout et découverte pendant le serment de l’impératrice, accompagna Sa Majesté impériale jusqu’au prince, qu’elle [l’Impératrice] embrassa... Les infantes... se mirent alors à genoux pour baiser la main de Son Altesse [le prince], qui se leva pour les en empêcher, mais à la fin Leurs Altesses [les infantes] la lui baisèrent, puis retournèrent s’asseoir à leur place.

  • 26 Luis Fernández Manrique, marquis d’Aguilar était grand-chancelier de Castille. Il mourut en 1585.

79Ceci fait, le marquis d’Aguilar26, qui était assis au banc des grands, se leva et, appelé par le roi, monta sur l’estrade. Il se plaça aux côtés du cardinal archevêque de Tolède, à main gauche, debout, tête nue, pour recevoir l’hommage. [Montèrent alors les prélats, qui prêtèrent un à un serment devant l’archevêque de Tolède, dans les mêmes termes et selon les mêmes rites que l’impératrice]. Ils [les prélats] allèrent ensuite vers le marquis d’Aguilar pour prêter l’hommage. Ils mirent chacun leurs mains entre celles du marquis, qui reçut leur hommage en disant à chacun d’eux : " Vous faites hommage, une, deux et trois fois ; une, deux et trois fois ; une, deux et trois fois ; vous promettez, vous donnez votre foi et votre parole, d’accomplir et respecter le contenu du document qu’on vous a lu " ; et chacun d’eux répondit : " Je le promets ". Et chacun d’eux... s’approcha ensuite du sérénissime et glorieux prince Philippe, notre seigneur, et agenouillé sur le sol en signe d’obéissance, d’aveu, révérence, sujétion, vasselage et fidélité à son Altesse, il lui baisa la main, puis se rendit auprès du roi pour baiser la sienne.

  • 27 Vieux titre, équivalent à celui de gouverneur, à la fin du xvie siècle, essentiellement honorifiqu (...)

80[Suivent les grands, les titrés et les chevaliers, à savoir : l’amiral de Castille, le duc d’Escalona, le comte de Lemos, le prince d’Ascoli (adelantado27 des Canaries), le duc de Pastrana, le marquis de Santa Cruz, le marquis de Denia, le prieur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le duc de Maqueda, le duc de Petraprescia (grand commandeur de Castille), le duc de Sesa et Soma au nom de sa tante la duchesse de Baena ; l’héritier du duc de l’Infantado, le marquis de Villanueva del Río, le marquis du Carpio, l’héritier de la marquise de Mirabel, le comte de Santisteban del Puerto, le comte d’Alcaudete, le comte de Ricla (adelantado de Cazorla), Gonzalo Chacón (seigneur de Casarrubios), le comte de Montalbán, le comte de Fuentes, le marquis de Cerralvo, le comte de Valencia de don Juan (héritier du duc de Nájera), le marquis de Villamanrique, le comte de Puñonrostro, le marquis de Viana, le comte de Castellar, le marquis d’Auñón, le marquis de Tavara, le comte de Fuensaldaña, don Hernando Osorio (seigneur de Valdonquillo), le marquis del Valle].

81Le roi notre seigneur fit alors appeler les procureurs en Cortès de ces royaumes... Se présentèrent devant Sa Majesté ceux des villes de Burgos et de Tolède, qui toutes deux prétendaient jurer et faire hommage les premières. Sa Majesté les arrêta et dit : " Tolède jurera lorsque je l’ordonnerai ; que jure Burgos ". Ceux de Tolède demandèrent qu’on lève constat de ce que c’était par ordre de Sa Majesté [qu’ils cédaient le pas], et ceux de Burgos demandèrent constat de ce que, conservant leur droit et possession, ils juraient les premiers. [Suivent les procureurs des autres villes, puis les majordomes du roi, du prince et des infants ; puis les procureurs de Tolède ; puis le comte d’Oropesa, après avoir laissé l’estoc au grand palefrenier ; puis le marquis d’Aguilar, dont le comte d’Oropesa reçoit l’hommage ; puis l’archevêque de Tolède, dont l’évêque de Plasencia reçoit le serment ; tous en la forme ci-dessus].

  • 28 Juan Vázquez de Salazar était alors secrétaire de la Junta de asistentes en Cortès.

82Ceci fait, le secrétaire Juan Vázquez de Salazar28 dit à haute et intelligible voix à Sa Majesté catholique et royale le roi Philippe notre seigneur : " Votre Majesté, au nom du sérénissime et glorieux prince Philippe, son seul enfant mâle à présent vivant et son successeur, accepte-t-elle le serment et l’hommage, et tout ce qui en cette cérémonie s’est fait en faveur dudit sérénissime prince, et demande-t-elle aux secrétaire et aux notaires des Cortès d’en dresser constat écrit ? Ordonne-t-elle qu’on aille recevoir même serment et hommage des prélats, des grands et des chevaliers [aujourd’hui absents] qui ont coutume de le prêter ? ". À quoi le roi répondit : " Je l’accepte, le demande et l’ordonne ".

83[Après quoi la famille royale, puis les assistants se retirèrent].

84Source : " Juramento del principe don Felipe, hijo de Felipe II, Madrid, 11 de Nov. de 1584 ", impreso s.d., Bibliothèque Nationale de Madrid, Mss 13 125, publié par Simon Díaz (José), éd., Relaciones de actos públicos celebrados en Madrid (1541-1650), Madrid, 1982, p. 20-29 (extraits).

Document VII. Anthropologie de l’État et constitution de la Monarchie espagnole (1597)

85Ni la Monarchie française, ni l’espagnole, ni aucun des États du temps n’ont de Constitution écrite. Il n’en existe pas moins des règles qui régissent l’organisation et l’action des pouvoirs, et tout spécialement du pouvoir royal. L’ensemble forme une constitution tacite. Le mot d’ailleurs existe. Il est pris dans un sens proche du sens physiologique : la constitution de la monarchie est, au sens littéral, la manière dont elle est constituée en tant qu’organisme, ce qui donne à chacune un caractère propre, qui implique à son tour des modes de gouvernements indépendants de la volonté personnelle des acteurs. Il en découle que toute infraction ne peut que provoquer des désordres fatals au corps politique.

86Le droit, et les règles explicites qui régissent le système de gouvernement, car il y en a quelques-unes, ne constituent que l’explicitation de fragments de cet ensemble plus vaste. Elles sont généralement formulées parce qu’elles ont fait l’objet de conflits et de compromis, dont il était important de garder trace. Quant aux bases même de la constitution, elles ne sont pas exposées par les juristes, mais par les philosophes. C’est à eux qu’il faut s’adresser pour donner sens aux conclusions, toujours partielles, des spécialistes du droit.

87Conflits et compromis, disions-nous. Chaque élément du système politique tente d’accroître sa sphère d’action au détriment des autres par une extension de fait, dans une société où le fait stabilisé et consenti par les parties intéressées vaut droit ; mais aussi par une lutte sur les principes. Dans cette optique, exposer par écrit la constitution de la Monarchie est un acte de combat : selon la manière dont on orientera l’exposé, on avantagera tel ou tel des acteurs au détriment des autres. Réussir à faire taire les interprétations divergentes revient alors à créer une " possession pacifique " qui a force de droit. Les exposés constitutionnels doivent donc être lus en fonction de ce qu’ils taisent tout autant qu’en fonction de ce qu’ils mettent en avant.

88Cela est particulièrement vrai des Excellences de la Monarchie et royaume d’Espagne de Gregorio López Madera (1562-1649), juriste castillan qui finit sa carrière conseiller de Castille. Il écrivit ce texte encore jeune, pour faire sa cour (document XI). C’est un hymne au roi et à son État. Une comparaison avec la France, évidemment défavorable à celle-ci, court tout au long de l’œuvre. Cette dernière s’ouvre par un exposé de la Constitution du royaume qui justifie l’existence de la monarchie. Il suit les idées moyennes des penseurs espagnols de l’époque et expose correctement les bases du système politique selon la doctrine commune, prenant au passage position contre Machiavel, sans le nommer. À une réserve près, et de taille : il oublie de mentionner que c’est la communauté politique qui a fait le roi, qu’elle continue à exister de façon autonome et qu’elle se voit reconnaître par la vulgate espagnole un pouvoir de contrôle considérable sur l’action de la Monarchie, points sur lesquels insistent lourdement les penseurs les plus classiques. Lui-même définit par ailleurs clairement les Conseils comme coparticipants au gouvernement, mais se garde bien d’expliciter les conclusions qui s’imposent sur la participation des élites politiques représentant le royaume au gouvernement monarchique.

89On commentera au passage le rôle du mythe dans l’exposé de la pensée politique : la Bible, mais aussi les Anciens constituent le fondement en légitimité de la théorie politique et de la constitution qui en découle. On comparera avec l’idéologie exprimée par les documents VI et XXIV.

Chap. I. De l’origine et de la nécessité en ce monde du gouvernement royal, comme étant le plus excellent de tous, et de qui furent les premiers rois

  • 29 " Par moi règnent les rois ". C’est Dieu qui parle.
  • 30 Arrière-petit-fils de Noé, fondateur selon la Genèse de Ninive la Grande et du premier empire méso (...)

90Me donnant pour sujet les grandeurs et excellences du royaume d’Espagne où a succédé, pour son plus grand bonheur et celui de la chrétienté toute entière, le roi Messire Philippe, notre sire, catholique et toujours vainqueur, le plus grand, le plus religieux, le plus juste des princes qu’ait jamais eus Monarchie, j’ai cru devoir commencer en traitant de la nécessité qu’il y a d’avoir en ce monde des rois et de leur première origine en montrant au passage l’erreur de ceux qui veulent donner à une institution si conforme à la nature, reçue et vénérée par les peuples de tous les siècles et de tous les âges, et dont Dieu même est l’auteur (Proverbes, 8 : Per me reges regnant29), une origine inique et injurieuse en la faisant naître de tyrans et de tyrannies... à savoir de Nemrod30, dont ils font le premier roi...

  • 31 Saint Thomas d’Aquin, philosophe et théologien (1225-1274), fut considéré continuement de sa mort (...)

91Saint Thomas31 déduit de ses principes, et avec pleine raison, qu’il est nécessaire aux hommes de vivre en compagnie et communauté, que c’est pour cela qu’ils furent créés durant leur vie terrestre. La nature en effet donna aux autres animaux nourriture et vêtement, et tout ce qui est nécessaire à leur défense et conservation ; à l’homme elle donna à la place cet appétit naturel de vivre en compagnie...

  • 32 Le péché originel, qui priva l’homme de la perfection dans laquelle Dieu l’avait créé.
  • 33 Le droit naturel.

92Mais cette même compagnie, pour défendre l’homme de lui-même avait besoin d’assistance extérieure, car il n’y a rien de plus nuisible à l’homme que l’homme lui-même, à cause des mauvais penchants dont nous savons qu’ils lui viennent de sa désobéissance et du péché32. Dieu y remédia en le dotant d’une lumière naturelle qu’il mit en notre raison et qui découle de notre ressemblance à la divinité. Guidée par elle, les hommes introduisirent des institutions pour la conservation de tous ; et de même que la nature leur avait donné des lois pour leur conservation personnelle et celle de leur espèce33, de même cette raison et lumière naturelle leur donna celles dont ils avaient besoin pour se conserver en compagnie. Ces lois nous les respectons et nous les vénérons encore, car elles dureront autant que ce monde...

93C’est ce droit, que nous appelons droit des gens pour bien montrer que sa finalité et son essence sont de conserver les hommes en l’état que nous venons de dire, c’est ce droit qui nous a donné des rois, qui nous a divisé en royaumes, qui nous a réparti les biens, qui a introduit la juste guerre et nous a enseigné presque toutes les espèces de contrats. De sorte que nous n’aurions guère désir d’autres lois si notre inconduite, le peu de respect et parfois l’ignorance de ce droit des gens ne rendaient nécessaires les dispositions civiles, qui contiennent de manière plus précise les règles nécessaires à la conservation de chaque république.

  • 34 " Notre ", car Sénèque était né en Espagne.
  • 35 Saint Paul.

94De là l’affirmation du divin Platon, qui dit que le seul remède efficace que l’on ait trouvé aux injures et dommages que se faisaient les hommes l’un à l’autre fut de leur donner une tête, un seul roi qui le dirige et gouverne avec équité et justice. De là ce que dit si bien notre excellent Sénèque34, que la communauté ne serait qu’une charge pesant sur les épaules des petits et une occasion de vols et de délits pour les puissants si l’on ôtait un gouvernement si conforme et nécessaire à notre nature même ; et Cicéron d’ajouter, dans son style plein d’élégance, que sans lui ne pourraient subsister les familles, les cités, les royaumes, ni même le genre humain, ni même le monde, qu’il est notoire et connu de tous que tous les peuples anciens eurent leurs rois et leurs princes à qui obéir. Pourquoi des rois, ajoute saint Jérôme, sinon pour réprimer la malice des méchants et permettre aux autres de pratiquer en sûreté la bonté et la simplicité de cœur ? Ce même Cicéron ajoute une raison nouvelle, et très forte : tenir en bride de telle sorte tous les états... que les puissants ne se puissent emparer de tout, ni léser ou faire tort aux plus faibles car, comme le dit l’Apôtre35, si tous agissaient selon la raison, il n’y aurait pas nécessité de rois...

  • 36 Le Livre des proverbes, de 1’Ancien Testament.

95De là résulte que tous les royaumes ont été constitués à des fins de justice, pour protéger les hommes et pourvoir aux inconvénients et dommages qui pouvaient résulter de leur union en républiques et corps politiques... C’est avec raison que clame le Sage36 qu’irait à sa perte la république qui n’aurait personne pour la gouverner ; car alors les ignorants n’auraient plus de guide, les méchant plus de garde, les bons n’auraient plus personne pour les récompenser et tous auraient perdu l’aiguillon qui les pousse à s’entraider car, comme dit l’Apôtre, le péché a tellement refroidi la charité que chacun ne chercherait que son profit sans tenir compte du prochain, s’il n’était tenu en laisse par cette forme de gouvernement. De là concluent avec raison la plupart de nos docteurs à la nécessité de semblables gouverneurs... et les font dériver en leur constitution et origine du droit des gens. Et s’il est vrai que tout pouvoir procède et vient de Dieu, comme le dit saint Paul et le confesse l’Église, car à lui appartiennent les droits de tous les royaumes, il ne s’ensuit pas que leurs Constitutions soient de droit divin, comme d’aucuns ont voulu l’affirmer. Car le passage de saint Paul sur lequel ils s’appuient, et quelques autres de même sens, signifient simplement que les royaumes, comme le reste de la création, sont dans la main de Dieu et soumis à sa divine providence... ; mais ils ne prouvent pas ni concluent que les royaumes soient de droit divin, si ce n’est par l’intermédiaire du droit des gens.

96De là vient que le pouvoir des rois infidèles ne procède pas moins de Dieu...

97Ce gouvernement, si nécessaire en ce monde, nous l’avons nommé royal, car c’est là sa forme la plus excellente ; mais on y distingue habituellement plusieurs espèces. Platon en sa République, suivi par de nombreux auteurs, le divise en gouvernement de beaucoup, autrement dit populaire ; en gouvernement de quelques-uns, à savoir les nobles et des gens choisis ; en gouvernement royal et monarchique. Cette même division exposa Aristote avec beaucoup de clarté, et après lui Plutarque...

98Ces trois formes de régir et gouverner les hommes ont toutes été reçues en quelque temps et usitées en quelque lieu, mais du commun consentement des sages, le gouvernement monarchique, celui des rois... l’emporte sur tous les autres avec grande différence...

Chap. II. Ce qu’est la monarchie à la manière du royaume d’Espagne, seigneurie souveraine sans supérieur. Des grands privilèges qui en découlent, et du pouvoir absolu qui appartient en conséquence aux rois

99Toutes les excellences de notre royaume seraient mal fondées si je ne prouvais pas qu’il est Monarchie et seigneurie souveraine, sans supérieur aucun, car bien peu de force auraient les grandeurs que je montrerai par la suite si je ne les fondais sur ce que ce grand Empire ne reconnaît d’autre tête qu’en lui-même...

100Nos docteurs en droit appellent avec toute raison monarque le prince qui, en tant que roi et seigneur temporel, ne reconnaît aucun supérieur. [Suivent plusieurs pages d’arguments juridiques et historiques pour montrer que les rois d’Espagne furent toujours empereurs en leur royaume].

  • 37 Plutarque.

101Il est temps que je déclare ce qu’est le pouvoir absolu et la seigneurie souveraine, dont j’ai prouvé par maintes raisons qu’ils appartiennent aux rois d’Espagne ; car on pourrait penser que nous entendons cette supériorité au sens de nombreux docteurs, qui donnent au prince sa volonté pour règle, de sorte qu’ils permettent à des rois chrétiens une définition du pouvoir souverain que rejettent avec horreur gentils et infidèles comme contraire à la loi et au droit naturels... Nous suivrons donc cette notable opinion d’un grand philosophe moral37, qui déclare stupide l’opinion selon laquelle ce qu’il y a de mieux dans l’état de roi, c’est de n’être sujet de personne, car c’est ce qu’il y a de plus dangereux. Le roi en effet doit être soumis aux lois, non point aux lois écrites dans les livres de droit, mais à celles qui le sont dans nos cœurs, aux lois dictées par la raison. Tel est le sens de ce qu’affirment les philosophes lorsqu’ils font les rois sujets des lois, et les empereurs eux-mêmes ; lorsqu’ils disent qu’il convient que les rois confessent qu’ils leurs sont sujets, alors qu’ils leur sont en vérité supérieurs... Car en cela consiste la tyrannie : que les princes fassent leur volonté sans s’assujettir à la raison et au droit...

  • 38 Poète latin du premier siècle, natif de Calatayud, dans le nord de l’Espagne.
  • 39 Théologien chrétien du deuxième siècle, docteur de l’Eglise.

102Ainsi, le pouvoir absolu et suprême auquel nous nous référons lorsque nous appelons les rois d’Espagne princes souverains, est uniquement celui qui consiste à ne reconnaître ni avoir en leur seigneurie aucun supérieur, autrement dit, selon les paroles de Martial38, de n’avoir d’autre roi que soi-même. C’est ce que nous disions au début de ce chapitre avec Tertullien39 : il n’y a pas au temporel d’intermédiaire entre eux et Dieu. Et cela pourrait servir de définition au pouvoir absolu et souverain.

103Tel est le pouvoir de nos rois : ils sont princes suprêmes et tiennent leur pouvoir de leur droit propre, sans dépendre d’aucun autre ; ni même du peuple, que Cicéron traite pourtant de " Majesté ", car leur longue et ininterrompue succession a effacé cette dépendance. Il n’est jusqu’aux Cottes, où s’assemblent les cités et les provinces, dont les rois ne soient la tête. Ils y sont traités en effet comme seigneurs souverains, et ils ne les assemblent que pour traiter et prendre conseil sur le bien commun du royaume, car il ne sont pas seigneurs absolus pour détruire la justice, mais pour gouverner en conformité avec elle, sans rendre de compte à personne de leurs résolutions, sauf à Dieu. En cela réside la définition du pouvoir souverain des rois, comme l’ont déclaré avec raison d’autres docteurs.

104Ils sont donc seigneurs suprêmes, gouverneurs et organisateurs de la république mais, comme le dit si justement Homère, ils le sont comme le sont des pasteurs, qui ont pour mission de garder et conserver leurs vassaux [vasallos] en paix et de le gouverner avec justice. Telle doit être... le seul souci des princes : disposer ce qui est nécessaire à cette fin, comme personnes qui ont en charge la république et sont, pour cela, vicaires de Dieu.

Chap. VII. Du gouvernement et de l’administration de la justice au royaume d’Espagne ; de l’excellence des ses lois, de ses conseils et magistrats ; de la force avec laquelle de tout temps y ont fleuri les lettres

105Une moitié du bon gouvernement des royaumes dépend des magistrats, car le principal office des rois consiste en administrer la justice entre leurs sujets et vassaux... Les judicatures et magistratures, si nécessaires donc dans les royaumes, se divisent en deux parties : ceux qui jugent en corps, tels les conseils et audiences ; ceux qui jugent seuls, tels les gouverneurs et corrégidors. En ces deux classes, l’Espagne brille par son excellence.

106Les conseils sont la magistrature suprême auprès des rois. Ils sont extrêmement anciens, car dès leur institution les rois eurent besoin de prendre conseil... L’importance et la grandeur des affaires qu’ils traitent les obligent à prendre l’aide de personnes qui puissent par leurs avis disposer le gouvernement et distribuer la justice, car même en des matières de moindre importance le sage a besoin de conseils... J’ai toujours cru, en dépit de la différence des opinions en cette matière, que cette magistrature est aussi ancienne que les rois eux-mêmes, dans les royaumes comme dans les républiques... Il en résulte que la différence que d’aucuns trouvent entre le Sénat romain et le Conseil royal n’est pas essentielle, car l’un et l’autre sont assemblées d’hommes sages et pleins de gravité, qui aident les rois ou les magistrats suprêmes à gouverner ; assemblées où l’on consulte les lois que l’on doit promulguer, et les offices à pourvoir, où l’on administre la justice sans autre appel. Nous voyons ainsi que tant les républiques et les royaumes usèrent de ces sortes de Sénats ou conseils, encore que selon la forme du gouvernement ils eussent plus ou moins de pouvoir et d’autorité, comme on le vit du Sénat romain lui-même lorsqu’il passa des rois aux consuls, et des consuls à l’empire. La seule différence réside en ce que dans les monarchies tout dépend de la résolution que prend une tête suprême sur la consulte du conseil ; que la résolution est publiée au nom de cette tête et qu’elle nomme et destitue les conseillers ou sénateurs...

107Il existe deux judicatures très excellentes qui sont particulières inventions de l’Espagne et qui, chacune dans son domaine, dépassent tout ce qu’ont jamais eu les autres royaumes du monde. La première et principale, c’est la Sainte Inquisition. Elle connaît des délits qui touchent à notre religion sacrée, la foi catholique, avec tel ordre et concert, et telle sévérité dans les peines, après avoir néanmoins usé de toute miséricorde envers l’accusé, que nous voyons clairement de nos yeux que c’est une particulière providence de Dieu que l’invention de ce saint institut en un temps où lui seul sut retenir la malice et l’audace des hommes dans les limites de la religion qui convient. C’est à elle que doivent les royaumes de la Couronne d’Espagne, qui l’ont reçue, d’être propres et sans tâche d’hérésies ni de superstitions... Cette grâce que le seigneur nous a fait est le plus grand argument que l’on puisse avancer en faveur de l’excellence de l’Espagne...

108Des débuts et de l’utilité de ce Conseil beaucoup ont traité avant moi. Je me contenterai de noter son excellence sur tous les magistrats qu’il y a au monde, car il traite de ce qui est la première des exigences que l’on peut formuler à l’égard d’un royaume ou d’une république, et le fondement de leur existence, à savoir l’observance de la vraie religion.

109L’autre invention particulière de Espagne fut la Sainte Fraternité [Hermandad]. Au temps où elle fleurit et jouit de tout son prestige, elle fit disparaître cette masse de délits et de torts causés dans les déserts et les campagnes, qui tant nuisent à la sécurité du commerce et des agglomérations rurales, qu’il convient d’insister sur son utilité et ses bienfaits. Tous les étrangers reconnaissent d’ailleurs son excellence et estiment fort pour cela, avec pleine raison, nos rois catholiques Messire Ferdinand le cinquième et Dame Isabelle son épouse, les inventeurs de si saints instituts.

110Source : López Madera (Gregorio), Excelencias de la Monarquía de España... dirigidas al Principe don Felipe, nuestro señor, Córdoba [ed. de José Luis Bermejo Cabrero, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1999 [1597], p. 12-42.

Document VIII. Les Guerres de Religion vues par le Jésuite Mariana (1598)

111Ce texte fameux du jésuite Mariana (1536-1623), penseur politique et théologien espagnol, passe non sans quelque raison pour une apologie du régicide et a joué, à ce titre, un rôle important dans l’histoire de la pensée politique. Il nous intéressera à deux titres : d’une part, il donne le récit d’un épisode des Guerres de religions dans la perspective d’un religieux catholique, espagnol de surcroît. D’autre part, la présentation des événements est sous-tendue sans cesse par une pensée politique forte sur les rapports entre le souverain et la religion, entre le souverain et son royaume, bien différente de ce qu’expose l’année précédente López Madera (document VII). Elle est implicite dans le texte. Au commentaire de la dégager. Étant donné que tous les personnages cités sont français et facilement identifiables, nous ne fournissons pas de notes d’identification.

112Le roi [Henri III] n’avait pas de descendance. Il faisait tout pour laisser son royaume à son beau-frère Henri. Celui-ci a beau aujourd’hui être roi de France et fort considéré, il n’en était pas moins alors maudit des pontifes romains et destitué par eux de ses droits de succession, souillé qu’il était depuis la plus tendre enfance par la dépravation doctrinale en matière de religion. Au vu de quoi, un grande partie de la noblesse, après en avoir conféré avec des princes français et étrangers, prend les armes pour la défense de la religion et de la patrie. Elle reçoit de toutes parts d’abondants secours. Guise prend la tête des révoltés, Guise, ce duc dont la valeur seule soutenait l’espoir et la fortune de la France...

113Henri voulut se venger des nobles efforts de la noblesse. Il convoque Guise à Paris, sûr de l’y faire périr ; mais le peuple en furie prend les armes contre lui et l’empêche d’accomplir son forfait. Henri feint le repentir et annonce qu’il veut délibérer avec tous les citoyens sur le salut du royaume. Il convoque et réunit toutes les classes de l’État à Blois... Il massacre dans son propre palais le duc et le cardinal de Guise, qui n’avaient pas hésité à assister à l’assemblée, confiant dans la parole de leur Prince. Pour mettre un comble à l’injustice, il impute à ceux qui, déjà morts ne peuvent plus se défendre, des crimes de lèse-majesté. Il pousse le scandale jusqu’à soutenir qu’ils ont été exécutés en vertu de la loi sur la haute trahison, c’est-à-dire en raison et par la rigueur du droit...

114Ces événements bouleversèrent profondément une grande partie de la France. De nombreuses cités se soulevèrent, déposèrent Henri et se déclarèrent prêtes à lutter pour le salut de la république. Paris fut la principale d’entre elles... Ce fut un incendie considérable. Cependant, les mouvements de la foule sont comme le torrent : ils gonflent rapidement, mais durent peu de temps. L’ardeur du peuple était déjà bien affaiblie ; Henri campait à quatre milles de Paris, non sans espoir de laver dans le sang la tache qui souillait sa loyauté, quand l’audace d’un seul jeune homme releva les courages abattus et changea le cours des choses : Jacques Clément...

115Il étudiait alors la théologie dans un collège dominicain, ordre auquel il appartenait. Il avait entendu les théologiens dire qu’il était licite de tuer un tyran. Il se procura des lettres de recommandation de personnes dont il savait qu’elles étaient publiquement ou secrètement favorables à Henri. Sans prendre conseil de personne, il partit le 31 juillet 1589 pour le camp du roi avec l’intention de le tuer. Admis sans tarder dans le camp, car l’on pensait qu’il était porteur de secrets d’importance, on lui rendit ses lettres en lui ordonnant de se présenter le lendemain. À l’aube du 1er août, jour de saint Pierre aux Liens, il célébra le saint sacrifice [de la messe] et se rendit auprès d’Henri. Celui-ci le fit entrer à son lever, alors qu’il n’était pas encore habillé. Ils échangent quelques paroles. Jacques, maintenant tout près de sa victime, feint de lui remettre d’autres lettres et lui ouvre soudain une profonde blessure à la vessie avec un poignard empoisonné qu’il dissimulait en sa main. Insigne sérénité ! Trait mémorable à jamais ! Le roi, transpercé de douleur, blesse du même poignard l’œil et la poitrine de son agresseur en s’exclamant d’une voix forte : " Au traître ! Au parricide ! ".

116Entrent les courtisans, bouleversés par un événement si inattendu ; ils s’acharnent obstinément et cruellement sur Clément, gisant inanimé qui, sans proférer une parole, montrait par l’expression de son visage la joie que lui donnait le succès de son entreprise et d’éviter des tourments qui auraient peut-être dépassé ses forces. Il mourrait heureux d’avoir racheté par son sang sa patrie et la liberté du royaume.

117Le roi blessé, le moine acquit grande réputation pour avoir expié la mort par la mort et surtout pour s’être offert en sacrifice aux mânes du duc de Guise, perfidement assassiné. Il mourut considéré comme l’une des gloires éternelles de la France. Il n’avait alors que vingt-quatre ans..."

118Source : Mariana (Juan de), Del Rey y de la institution real, 1598 : livre I, chap. VI, " Est-il licite de tuer le tyran ? ". Cité par Milhou (Alain), Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du xvie siècle, Toulouse, PUM, 1999, p. 116-117.

Document IX. L’infante Isabel Clara Eugenia et son époux l’archiduc Albert, gouverneurs des Pays-Bas (1699-1602)

119L’infante Isabel Clara Eugenia (1566-1633), la fille préférée de Philippe II, fut mariée à son cousin Albert d’Autriche, frère de l’empereur Rodolphe II, ci-devant cardinal de l’Église romaine et gouverneur des Pays-Bas, en 1600. En 1598, après la paix de Vervins, Philippe avait abdiqué la souveraineté sur la province aux mains du couple, qui gouverna en souverains théoriquement indépendants, mais sous protectorat espagnol de fait, jusqu’à la mort d’Albert, en 1621. Isabel Clara reçut alors le titre de gouverneur jusqu’à son propre décès. N’ayant pas d’enfant, les territoires repassèrent alors sous le contrôle direct de la Monarchie.

120On a conservé plusieurs centaines de lettres olographes écrites par la princesse au duc de Lerme et au roi pendant son séjour aux Pays-Bas. Ce ne sont pas des missives officielles, mais des documents familiers. D’un style vivant, elles racontent la vie de tous les jours, ses joies et ses peines, ses observations, dont ne sont pas absentes les préoccupations politiques, mais sans qu’elles prennent jamais le dessus.

121Les extraits que nous citons ici montrent l’enthousiasme des populations à l’arrivée de leur souverain, bon symptôme de la survivance de l’esprit autonomiste de la province – on notera au passage la complexité des références territoriales –. Ils illustrent le goût de la fête des populations locales, fête exotique aux yeux espagnols de la princesse. Elle saura cependant fort bien s’y adapter et fondera une partie de sa popularité sur le plaisir qu’elle manifestait prendre à la sociabilité locale.

122L’autre grand thème, récurrent jusqu’à la satiété dans sa correspondance, c’est le manque d’argent et les mutineries consécutives de l’armée. Les demandes incessantes de subsides que les princes font à Madrid, la présence de troupes et d’officiers espagnols, rendent bien théorique leur indépendance. Dans certaines lettres, la princesse va jusqu’à flatter Lerme avec une certaine bassesse. On relèvera les conséquences des nouvelles techniques de fortification, qui allongent démesurément les sièges, tel celui d’Os tende.

L’entrée des souverains en leurs domaines : une histoire d’amour (1599). Au roi

123[Les souverains arrivent par la Lorraine, après une périlleuse traversée des Alpes.] Aussitôt que nous eûmes franchi la frontière de nos États, nous trouvâmes les chemins remplis d’une foule énorme qui venait nous voir, jetant des fleurs sur la voiture et couvrant d’herbe coupée le chemin en criant : " Vive les ducs de Brabant en leur venue ". Les vieillards et les vieilles pleuraient de joie, que c’en était admirable. L’une d’entre elles s’approcha de moi et me donna un bouquet en disant : " Madame la duchesse, recevez ces fleurs que produisent vos Pays-Bas ". Ceux qui pouvaient toucher les chevaux ou la voiture en étaient tout contents.

  • 40 Pierre Ernest I de Mansfeld (1517-1604), prince d’Empire depuis 1594, d’une famille de condotierri (...)

124De nombreux chevaliers [caballeros] vinrent à notre rencontre avec le comte de Mansfeld40, gouverneur de la province, et tous ceux du Luxembourg, ce qui faisait beaucoup de monde. Ils nous haranguèrent, puis nous baisèrent la main, ou plutôt nous la demandèrent. Une nombreuse infanterie sortit alors de la place de Luxembourg et tira une salve d’honneur. Nous arrivâmes à neuf heures du soir... Nous attendait le clergé tout entier, avec les ordres religieux, en procession... Nous nous rendimes à Saint-François, dans les rues illuminées. Il faut dire qu’ici il font des illuminations même en plein jour, pour faire la fête, et aussi des bûchers, et les bourgeois font procession avec des torches même en plein midi. À Saint-François, nous descendimes de cheval et, une fois chanté le Te Deum et dites les oraisons, nous nous rendimes à notre logement...

125De Luxembourg à Namur, le chemin est des plus dangereux, car il court constamment au milieu de bois épais, les Ardennes dont parle César, et qu’il y a toujours des voleurs. Nous primes donc avec nous, outre les compagnies de lanciers et d’arquebusiers, celle des gendarmes de cette terre... De Luxembourg, à Arlon et à Bastogne, puis à Marche et à Ciney, qui sont de belles petites villes. Et tous ces jours-là c’étaient sans arrêt la noblesse et le peuple qui sortaient nous recevoir, tant ceux du pays que de l’armée.

126Le samedi, nous arrivâmes à Namur. Nous fîmes ici une entrée formelle, avec estoc, bannière et dais. Nous ne contenions pas dans les rues, tant il y avait de presse. Elles étaient toute ornées de branches de verdure, ce qu’ils font très bien ici, notamment un ciel de feuilles vertes qui mérite d’être vu. On ne décore pas chez eux les façades de tapisseries comme chez nous. Le lendemain, nous ouïmes la messe à l’église et, après manger, on nous donna la plus belle fête que j’aie vue, au palais qui nous servait de demeure. Deux groupes d’hommes montés sur des échasses, sans doute plus de soixante au total, se défiaient et luttaient pour se renverser les uns les autres. Il n’y a pas de taureaux, ni de fêtes comme les nôtres, et l’on ne peut que mourir de rire à les voir tomber les uns sur les autres et sur les spectateurs. De là, nous passâmes au jardin, pour assister à une joute sur la rivière, et très belle, car ceux d’ici en ont grande pratique.

  • 41 Charles d’Aremberg (1550-1619), duc consort d’Aerschot, l’un des plus grands seigneurs des Pays-Ba (...)

127Le lendemain, à Nivelle, une belle ville, où nous logeâmes chez des chanoinesses qui ont un monastère fondé par sainte Gertrude, dont le corps est là. Ce sont de celles qui se marient. Ce sont toutes des filles de bonne famille, qui vivent dans des maisons particulières, en compagnie de quelques vieilles qui sont restées célibataires, dont il y a toujours au moins quatre. Elle nous attendaient à la porte de leur demeure en procession. Elles ont l’habit le plus joli du monde, et la plus belle coiffe qui soit. Elles ressemblaient à des anges. Elles sont 400... Ce jour-là vinrent nous recevoir sur le chemin les députés du Brabant, à savoir le duc d’Arscot41, très galant homme, toujours couvert de pendeloques ; l’archevêque de Malines, qui est primât ; et bien d’autres des trois bras des États. L’un d’eux, que je crois être le secrétaire, nous fit une grande harangue, très bonne au demeurant, à laquelle je répondis la première, comme nous l’avons toujours fait ; et mon cousin parlait après moi...

128Source : Rodríguez Villa (Antonio), ed., " Correspondencia de la Infanta Archiduquesa Doña Isabel Clara Eugenia de Austria con el duque de Lerma y otros personajes ", Boletín de la Real Academia de la Historia, XLVIII, 1906, p. 43-46.

L’armée (lettre du 27-09-1599). À Lerme

129Ce que j’ai vu, le voyage, le tournoi, j’écris tout cela à mon frère, car je pense qu’il y prendra plaisir. Ce pays est très beau, et le voir tant détruit cause la plus grande peine du monde. Seulement pour réparer les églises et les monastères, il faudrait plusieurs millions.. Quant à moi je serai bien heureuse de pouvoir seulement recueillir les religieuses qui vont dans le monde sans clôture, pour n’avoir pas de maison où l’établir. Les champs sont presque tous en friche, car tout ce qui s’y cultive, les soldats le mangent ; mais eux-mêmes souffrent la plus grande misère du monde. Presque tout l’été l’armée a survécu à base de fèves, que c’en paraît miracle. Les retards dans l’approvisionnement ont été si importants que je ne peux m’empêcher d’avoir honte de voir mon frère, qui de toutes façons finira toujours par payer, le faire de si mauvaise manière. Je vous demande donc de faire en sorte, autant que possible, que les fonds destinés à l’armée arrivent à date fixe, car c’est ce qui convient au service de mon frère et la manière la plus sûre de terminer rapidement cette guerre. Car la troupe bien payée, on peut faire d’elle ce qu’on veut ; dans le cas contraire, ce ne sont que voleries et désordres sans remèdes, comme j’ai pu l’éprouver dans le peu de temps que je suis ici. C’est grande douleur que de voir les souffrances de l’armée. Elle est sur le point de se mutiner, car les soldats ont cru que nous apportions dix ou douze payes ; et comme ils n’en ont reçu qu’une, celle qu’on envoie en ce moment, ils ont déjà fait deux assemblées pour discuter de la mutinerie. Si l’envie les en prend, je ne saurai comment l’empêcher. Je suis certaine que tout cela tient au sentiment qu’ils ont que désormais on ne les secourra plus et qu’on ne s’occupera plus d’eux. Je suis sûre que grâce à la bonté de mon frère et aux rappels que vous lui en ferez, il en sera tout autrement...

130Source : Rodríguez Villa (Antonio), ed., " Correspondencia... ", op. cit., Boletín de la Real Academia de la Historia, XLVII, 1905, p. 266-267.

Le siège d’Ostende. 20-01-1602 et 22-11-1602. À Lerme

  • 42 Il s’agit évidemment d’une remise de fonds.

131On dit que c’est aux pires misères que pourvoit Notre-Seigneur, et je crois bien que ç’a été le cas. Le dernier courrier est arrivé juste à temps, alors que nous ne savions plus quel parti prendre. Ce qui s’est passé ces jours-ci, que vous connaîtrez par le rapport de mon cousin, vous fera imaginer la situation où nous étions et combien est arrivée à temps la grâce42 de mon frère, et combien nous sommes sincères en redoublant nos marques de reconnaissance pour la peine que vous a coûté son accouchement (sic). Vous nous obligez tous les jours d’avantage, et pouvez être sûr que nous vous sommes extrêmement et nous considérons en dette envers vous pour la grâce que mon frère nous a faite.

132J’espère qu’avec ce secours nous pourrons réparer le mal que nous ont fait ceux d’Ostende. Nous avons eu de grandes pertes, et bien qu’elles soient moindres que celles que nous avons connues dans d’autres assauts, elles n’en sont pas moins douloureuses. Il faudra que vous considériez là-bas [en Espagne] le manque d’Espagnols où nous nous trouvons pour les réparer. Pour l’amour de Dieu, que l’on cesse de nous envoyer des recrues italiennes : c’est dépenser en vain. Il n’ont fait autre chose que mourir comme des bêtes, et je crois bien que la plupart de pure saleté. Je n’avais jamais vu ça. Ils ont bien ri de moi lorsque j’ai voulu les faire se baigner dans la mer, avec le temps qu’il fait...

133[22-11-1602]. Ici, point d’autres nouvelles que des malheurs et encore des malheurs, comme dit le proverbe. Nous manquons terriblement d’hommes, et l’on ne peut se fier à ceux qui restent, si bien que cinq mille ennemis, tant fantassins que cavaliers, circulent librement au pays de Luxembourg, sans qu’on puisse presque le défendre. Et même si j’espère qu’ils ne feront pas de dégâts aux villes, ils brûlent tout le reste que ç’en est pitié, à commencer par les églises. J’en suis au point de vouloir entrer en dispute avec Notre Seigneur et lui demander pourquoi il consent de telles horreurs.

134Les mutins, d’un autre côté, font tout le mal qu’ils peuvent. Et tous de nous crier après, pour que nous nous accordions avec eux. Ce serait fort bien, si on pouvait les payer ; mais toute la finance de mon frère n’y suffirait pas, à moins qu’ils ne consentent quelque abattement et cessent la mutinerie, ce à quoi on travaille. Je doute qu’on y arrive, car beaucoup ici les excitent et les aident. Vous n’avez pas idée des ennemis que nous avons, mon frère et nous...

135Source : Rodríguez Villa (Antonio), ed., " Correspondencia... ", op. cit., Boletín de la Real Academia de la Historia, XLVII, 1905, p. 331 et 354.

Document X. Les pouvoirs de la Junte des Finances du Portugal Cédule royale du 20-10-1601

136Au début de son règne, Philippe III crée une série de juntes, composées de personnes de confiance directement commissionnées par lui, pour redresser les Finances royales. Ces créations reposent sur une méfiance à peine dissimulée à l’égard des organismes normalement chargés de la gestion de l’argent du roi, taxés de laxisme et/ou de malhonnêteté. La Junte des Finances de Castille (1509) est chargée de faire rentrer toutes les dettes dues au roi dans ce royaume ; la Junte de Finances du Portugal (1601) de surveiller à Lisbonne le fonctionnement de l’administration financière portugaise et de gérer les fonds envoyés de Castille à son profit. La Junte des Finances du Portugal, qui siègeait quant à elle à Madrid, se voyait confier toutes les affaires concernant les finances portugaises que gérait auparavant le Conseil du Portugal. Elle était en outre chargée du recouvrement des créances du Trésor portugais en Castille, à l’exclusion de toute autre instance. Elle communiquait directement avec le roi. Créée à l’été 1601, elle disparut à l’automne 1607.

137Le texte présenté est celui des instructions données à la Junte par le roi quant au recouvrement des créances du Trésor portugais. D’une allure fort technique, il est d’une grand richesse pour la connaissance des mécanismes qui régissent le fonctionnement interne de la Monarchie. Il illustre le concept de juridiction, qui est la base de tout le système institutionnel du temps. Il s’agit en effet d’une réorganisation des fonctions à l’intérieur de la sphère juridictionnelle royale, qui n’affecte en rien les sphères extérieures – Église, justices seigneuriales, etc.–. Le roi ici agit en maître dans son domaine, enlève juridiction à certains de ses tribunaux, et la concède à d’autres. Elle ne se donne d’autre but que de rendre plus efficace l’administration royale en autorisant une institution castillane à poursuivre les débiteurs de l’administration portugaise sur le territoire castillan, qui jusqu’alors y étaient à l’abris, les institutions portugaises n’ayant de toute façon pas juridiction sur le territoire castillan. La nature de la Monarchie y est très clairement exprimée : chaque royaume constitue une sphère juridictionnelle distincte ; le roi de plusieurs royaumes peut coordonner l’action de celles-ci ; il ne peut en aucun cas les fusionner. Le texte illustre enfin la distinction entre la voie exécutive, fondée sur la contrainte ; et la voie contentieuse (judiciaire), fondée sur le débat contradictoire, normalement réservée aux " tribunaux " : corrégidorats, audiences et conseils. Il met en relief le rôle du principe de la commission et de la voie exécutive comme instruments de l’efficacité étatique.

  • 43 Francisco de Rojas, 3e marquis de Poza, président du Conseil des finances et membre du Conseil d’É (...)
  • 44 Gaspar de Córdoba, dominicain, mort en 1604 confesseur du roi, conseiller du Conseil des Finances (...)
  • 45 Pedro Alvares Pereira, portugais, secrétaire du Conseil du Portugal, homme de confiance du duc de (...)
  • 46 Alonso Ramírez de Prado (1549-1608), avocat, fils d’un marchand andalou, il fut remarqué par Phili (...)
  • 47 Pedro Franqueza (1547-1612), secrétaire du secrétariat d’Italie du Conseil d’État, fut créé pour s (...)
  • 48 Cristóbal de Ipañarrieta, originaire du Pays Basque et monté à la cour, secrétaire du roi en 1596, (...)

138Il a été créé par mon ordre, en ma Cour, une Junte composée du marquis de Poza43, président de mon Conseil des Finances ; du Père Frère Gaspar de Córdoba44, mon confesseur, du Conseil d’État ; de Peralvarez Pereira45, de mon Conseil du Portugal, chargé de l’expédition [despacho] des affaires correspondantes et mon secrétaire pour ce royaume ; de Juan Pascual, de mon Conseil des Finances ; du licencié Alonso Ramírez de Prado46, également de mon Conseil des Finances ; de don Pedro Franqueza47, mon secrétaire du Conseil d’État, secrétaire du Conseil de l’Inquisition ; laquelle Junte traite les affaires concernant les Finances des royaumes de Portugal. L’expérience a montré qu’il était nécessaire que ces ministres, présents et futurs, reçoivent juridiction de moi, agissant en tant que Roi de Castille, pour mieux assurer l’exécution des ordres qu’ils recevraient de moi, et pour que leurs arrêts [autos] soient réputés arrêts judiciaires [judiciales] en pleine force et validité. Ayant jugé bon de leur concéder telle juridiction, pour convenir à mon service et au bien de mes Finances, j’ordonne [mando] que les ministres présents et futurs de ladite Junte possèdent entière juridiction sur toutes les affaires concernant les finances dudit royaume qui pourraient se traiter en ma cour ou en mes royaumes de Castille, au fond et en tous leurs aspects annexes et connexes ; qu’ils puissent contraindre tout débiteur de mes Finances à rendre compte et à payer son dû ; qu’ils puissent évoquer à eux toute affaire pendante devant l’un quelconque des tribunaux de ma cour ou de mon royaume de Castille concernant des dettes à l’égard de mes Finances ou des créances sur celles-ci ; qu’ils puissent exécuter de corps ou de biens tout débiteur. Ce pour quoi je leur donne entière juridiction au fond et en tous les aspects annexes et connexes ; j’inhibe et déclare incompétent tout Conseil ou tribunal, tout ministre de justice autre qu’eux-mêmes, auxquels j’ordonne qu’ils ne prennent nulle connaissance de ces affaires ou que, l’ayant prise, ils remettent l’affaire à ladite Junte ; car telle est ma Royale Volonté, nonobstant toute loi, pragmatique, ordonnance contraire, que je révoque et tiens pour révoquées en ce qui concerne ces affaires, bien que conservant force et vigueur en tout le reste. Fait à Valladolid, le 20 octobre 1601. Moi, le Roi. Par ordre du roi mon seigneur, Cristóbal de Ypanarrieta48. Rubriqué... par le marquis de Poza, le Père confesseur, Pedralvarez Pereyra, Juan Pascual, le licencié Ramírez et don Pedro Franqueza. Le roi.

139Source : Archivo General de Simancas, Consejos y Juntas de Hacienda, registre L 89. Publié par Martin Gutiérrez (Diego J.), La Junta de Hacienda de Portugal, Pamplona, Newbook Ediciones, 1996, p. 492.

Document XI. Armes et titulature du roi d’Espagne (c. 1600)

140L’écu d’armes et la titulature officielle expriment de deux façons la même réalité, que leur possesseur soit le roi ou l’un des grands aristocrates qui détiennent les grandes seigneuries du royaume : l’" État ", le patrimoine de droits et de dignités, accumulés au fil des générations, dont le possesseur actuel est dépositaire et gestionnaire. Ils en résument l’histoire et définissent la hiérarchie des composantes. On les lit donc pièce à pièce, mais aussi dans leur globalité, car l’agencement est significatif. Tous deux obéissent à des règles de codage, particulièrement l’écu. On se reportera à un traité d’héraldique pour guider le commentaire technique et reconstituer les couleurs, que des raisons éditoriales nous obligent à supprimer.

Titulature des rois d’Espagne

141" Messire Philippe [Don Felipe], par la grâce de Dieu roi de Castille, de Léon, d’Aragon, des Deux-Siciles, de Jérusalem, de Portugal, de Navarre, de Grenade, de Tolède, de Valence, de Galice, de Majorque, de Séville, de Sardaigne, de Cordoue, de Corse, de Murcie, de Jaen, des Algarbes, d’Algéciras, de Gibraltar, des Iles Canaries, des Indes Orientales et Occidentales, des Iles et de la Terre Ferme de la Mer Océane, archiduc d’Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Milan, comte d’Habsbourg, de Flandre, de Tyrol et de Barcelone, seigneur de Biscaye et de Molina..."

142Source : début d’une cédule royale du 11 mars 1615. Ordenanzas de la Audiencia de Galicia, lib. I, tit. 2, ord. 13.

Écu d’arme des rois d’Espagne

143Armes des Rois Catholiques :

144A : Castille

145B : Léon

146G : Aragon

147H : Deux-Siciles (combinaison des armes de Pierre III d’Aragon et de son grand-père Manfred, roi de Sicile).

148I : Grenade

149Armes de la maison de Bourgogne :

150F : ducs de Bourgogne

151J : ducs de Bourgogne de la maison de France (armes de Bourgogne + armes de France).

152K : Flandre

153L : Brabant

154Armes de la maison de Habsbourg :

155D : Autriche

156E : Tyrol

157Ajouts de Philippe II :

158C : Portugal

159Le tout surmonté de la couronne royale et entouré de la Toison d’or.

160Source : page de titre de López Madera (Gregorio), Excelencias de la Monarquía y reino de España, Valladolid, 1597 (cf. document VII).

Document XII. Le premier ministre (valido) Recueil de textes (1612-1691)

161Le valido, ou premier ministre, n ‘occupait aucun poste officiellement défini. C’était un collaborateur personnel, choisi par le roi parmi ses amis proches, qui aidait le souverain dans sa tâche, sans autres limites que la volonté du souverain. Les agents de la Monarchie étaient informés de cette situation par le roi en tant que de besoin. Le deuxième texte met particulièrement en relief le rôle du premier ministre comme moyen pour le souverain de tourner, par cette voie semi privée, les conseils, dont il se méfait. En ce sens, le valido annonce les secrétaires du despacho qu’institutionnalisera Philippe V.

Instruction de Philippe III au Conseil d’État (cédule royale de 1612)

162Aussi loin que je me souvienne, j’ai vu le duc de Lerme servir le roi, mon seigneur et père (qu’il jouisse de la gloire de Dieu) et ma propre personne de façon si satisfaisante que je suis chaque jour plus satisfait de la façon dont il exécute ce que je lui confie. Pour ces motifs, et parce qu’il m’aide à supporter le poids des affaires, je vous commande, à vous-même comme au Conseil, d’exécuter toutes les instructions et les ordres que le duc pourrait vous donner, et de lui communiquer toutes les informations dont il souhaiterait avoir connaissance. Bien que l’on ait procédé de fait ainsi depuis que je suis monté sur le trône, j’ai cependant tenu à vous le commander et rappeler aujourd’hui.

163Source : Tomás y Valiente (Francisco), Los validos en la monarquía española del siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1982, p. 157.

Réponse de Philippe IV à une demande de renseignement de Diego de Saavedra Fajardo, ministre résident d’Espagne en Allemagne, membre de la délégation espagnole aux pourparlers de paix engagés à l’époque (08-06-1641)

  • 49 Secrétaire du Conseil d’État pour les affaires du nord de l’Europe.
  • 50 Manuel de Moura, marquis de Castel Rodrigo, d’origine portugaise, l’un des hommes de confiance d’O (...)
  • 51 Vice-roi de Sicile et délégué de la Monarchie, en compagnie de Saavedra, pour les négociations de (...)
  • 52 Diplomate espagnol alors en poste en Allemagne.

164Par votre lettre du 24 mai, adressée au secrétaire Rozas49, je vois que vous souhaitez que l’on vous indique la conduite que vous-même et le marquis de Castel Rodrigo50 devez tenir après le départ de don Francisco de Melo51, lequel vous a donné à entendre qu’il avait des ordres de moi pour que, durant tout le temps où il s’occuperait de cette affaire, ni vous-même, ni le marquis de la Fuente52 vous ne m’adressiez votre correspondance, mais que vous l’expédiez au comte duc afin qu’il n’y ait qu’une seule dépêche. Je n’ai donné aucun ordre interdisant à mes ministres de m’écrire ce que bon leur semblerait. En conséquence, et jusqu’à recevoir un ordre contraire de ma part, vous ne changerez pas la manière dont vous avez procédé jusqu’à maintenant dans l’exercice de votre charge, conformément aux ordres et aux instructions que vous avez reçus de moi... Vous pouvez vous dispenser d’écrire au comte duc, ce qui vous fera gagner du temps : il voit les dépêches que je reçois aussitôt que je les ai vues moi-même. S’il y avait cependant quelque nouvelle qu’il faille réserver à moi seul, vous pourriez alors l’adresser au comte pour qu’il m’en rende compte directement, car par cette voie le courrier passe par peu de mains.

165Source : Tomás y Valiente (Francisco), Los validos..., op. cit., p. 167.

Pouvoir de Philippe IV à Luis Méndez de Haro, marquis du Carpio, pour négocier la Paix des Pyrénées (1659 ou 1660 ?)

  • 53 Luis Méndez de Haro (1598-1661), comte du Carpio, neveu d’Olivares, succéda à son oncle comme prem (...)

166Philippe, par la grâce de Dieu roi de Castille... [suit la titulature des rois d’Espagne]. Pour faciliter l’achèvement de si grande entreprise, nous avons décidé, moi-même et le Roi [de France], mon Très Cher et Très Aimé frère et neveu, d’envoyer don Luis Méndez de Haro Guzmán53 et le cardinal Giulio Mazarini, nos premiers et principaux ministres, à la frontière de nos deux royaumes... Don Luis Méndez de Haro y Guzman jouit de toutes les prérogatives de mon entière et principale confiance ; il présente toute les qualités de prudence, de zèle et d’amour de mon service que l’on puisse souhaiter et qui sont si nécessaires pour mener et diriger une affaire si grave et si chargée de conséquences. J’ai résolu de le nommer et lui donner pouvoir, comme par la présente je le nomme et lui donne pouvoir total et entier, dans les formes qu’exige le droit, pour qu’en ma place et en mon nom, comme représentant de ma propre personne, il confère, ajuste et conclut avec ledit cardinal Guilio Mazarini, en vertu des pouvoirs que celui-ci aurait reçu du roi Très Chrétien, mon Très Cher et Très Aimé frère et neveu, tout traités de paix et de suspension des combats entre les deux couronnes, avec inclusion des alliés qui des deux côtés seraient mentionnés. Je lui donne également pouvoir pour conclure toute ligue ou traité d’union et d’alliance que bon lui semblerait, comme si j’agissais moi-même par ma personne et comme je pourrais le faire moi-même en personne. Je lui donne pour tout cela la même puissance et juridiction qui réside en ma royale personne, m’obligeant, comme je m’oblige, sur ma foi et ma parole de roi, à accepter ce qu’il conclura en mon nom.

167Source : Tomás y Valiente (Francisco), Los validos..., op. cit., p. 175.

Communication du roi au comte d’Oropesa, lui ordonnant d’abandonner les affaires (1691)

  • 54 Manuel Alvarez de Toledo, comte d’Oropesa, premier ministre de Charles II de 1685 à 1691.

168Oropesa54 : tu te souviendras m’avoir dit plusieurs fois que je ne devais point user de cérémonie avec toi. Tu connais l’état de nos affaires. Si Dieu dans la justice de sa clairvoyance veut nous châtier pour nos péchés en nous conduisant au naufrage, ce dont j’espère que son infinie miséricorde le détournera, je t’aime trop, comme je t’aimerai toujours toute ta vie, pour que tu sois à la barre à ce moment-là. Vois toi-même ce qui te reste à faire, car personne d’autre ne le saura mieux que toi, vu la justesse de ton jugement et l’amour que tu portes à mon service. Crois bien que je me souviendrai toujours de toi au moment de satisfaire tes ambitions et celles de ta famille. Vois si tu as maintenant besoin de quelque chose, afin d’éprouver les effets de ma bonté de l’affection que je porte à ta personne. Le 24 juin 1691. Le roi.

169[Réponse d’Oropesa] :

170Votre Majesté a daigné délier la sujétion où retenaient mon obéissance les liens de ses royales instructions, qui m’ordonnaient d’assurer le ministère où elle m’employait, et me concéder par la même lettre le repos de la retraite. Pour compléter celui-ci, je juge devoir me défaire de la vaine propriété de la présidence du Conseil d’Italie, que Votre Majesté m’a ordonnée de servir. En conséquence, avec toute la vénération que je dois à l’honneur que m’a fait Votre Majesté en me la donnant, je la dépose aux pieds de Votre royale Majesté, pour qu’elle la confère à qui pourra la servir. Je ne manquerai jamais au désir que j’ai de contribuer au service du roi de tous les moyens dont je disposerai dans ma retraite.

171[Réponse du roi] :

172Je n’accepte pas cette démission, tant à cause de l’estime que j’ai pour vous comme à cause du désir que j’ai de vous satisfaire.

173Source : Tomás y Valiente (Francisco), Los validos..., op. cit., p. 179-180.

Document XIII. La faiblesse constitutive de la Monarchie espagnole (c. 1630)

174Thomas Campanella (1568-1639), dominicain calabrais, philosophe et penseur politique, est célèbre pour son utopisme césaro-papiste, qui lui valut bien des persécutions. Chef d’un mouvement qui visait à créer dans le sud de l’Italie une " Cité du Soleil ", république idéale du bonheur et de la sainteté, il fut emprisonné par les autorités napolitaines (1599). Evadé en 1626, il se réfugia en France, d’abord en Provence, chez l’astronome et érudit Peiresc, puis à Paris, où il emploie sa plume au service de la propagande du roi de France.

175C’est là qu’il écrit en italien un manuscrit, publié bien après sa mort, dans lequel il chante la palinodie d’une œuvre composée vers 1600, la Monarchie d’Espagne, qui présentait le roi d’Espagne comme marqué par la Providence pour établir sur l’Univers entier un règne de paix, annonciateur de la Parousie et du retour de Dieu sur terre. La Monarchie de la France (le titre, artificiel, fut attribué au manuscrit par ses premiers éditeurs) donne à la France le rôle antérieurement dévolu par l’auteur à l’Espagne. Il s’est trompé, dit-il, car : a) l’astrologie n’est pas favorable à l’Espagne et le chiffre des Écritures prévoit sa ruine ; b) pour des raisons géopolitiques : l’Espagne ne tient pas par elle-même, mais rassemble des membres dispersés par un ciment extérieur à elle, la Maison d’Autriche ; celle-ci n’a jamais su accumuler de la substance en elle, gaspillant les trésors du Nouveau Monde et dépeuplant les territoires qui lui sont soumis pour mieux assurer la domination de l’Espagne. Seule la France est en état, en union avec le pape, de détruire ce monstre, ce qu’elle fera en s’appuyant sur les princes d’Italie et les princes d’Allemagne, ouvrant la voie à la véritable monarchie chrétienne universelle.

176On verra dans le texte un exemple de ces écrits de propagande que la France et l’Espagne ne cessèrent de se jeter à la tête dans la première moitié du xviie siècle. La forme porte les stigmates de la littérature politique du temps, fréquemment tournée vers la prophétie et le vocabulaire apocalyptique (Isaïe, la bête, le serpent...), aspects que renforce la personnalité de l’auteur. Le commentaire mettra en relief ces traits, en comparant avec d’autres textes polémiques de même nature. On y verra aussi l’exposé d’une vision géopolitique que beaucoup partagent à cette époque, fondée sur la métaphore de l’État conçu sur le modèle physiologique du corps. On insistera sur la lumière que le diagnostic de Campanella jette sur la stratégie française face à l’Espagne.

177Cinquième argument en faveur du déclin prochain de cette monarchie [espagnole] : elle a des membres mais n’a pas de corps pour les unir ; et trois têtes comme un monstre, qui par nature a une vie courte.

  • 55 Isaïe, 30, 3.

178Le deuxième (sic) argument selon lequel l’empire austro-espagnol doit dépérir bientôt, c’est sa division en de nombreux membres très éloignés. Ceux-ci ne peuvent pas s’entraider, sinon par le moyen de la navigation, qui n’est pas du tout sûre, ou par le moyen d’autres principautés intermédiaires confédérées, comme Gênes, qui unit Naples, Milan et l’Espagne, et comme la Valteline qui unit l’État de Flandre et l’Empire à l’État de Milan et à l’Italie. Or quand ces liens seront défaits, ce sera la chute du corps entier de cette monarchie. Celle-ci, à mieux la regarder, est comme un grand monstre gigantesque et reptilien, qui a trois têtes, à savoir celle de l’essence, celle de l’existence et celle de la valeur. La tête représentant l’essence est en Allemagne où s’est agrandie la maison d’Autriche, qui a pris le titre d’empire romain. La tête représentant l’existence en dehors de sa cause première, c’est l’Espagne à laquelle la maison d’Autriche, qui s’y est greffée par mariage, a ramené d’un seul coup la Flandre, la Bourgogne et une partie de l’Italie. La tête représentant la valeur, c’est le royaume de Naples d’où elle tire de bons soldats, des capitaines, des pilotes, du fer, du bois, de la poix, des chevaux, de l’argent, des bombardes, des arquebuses et tous les instruments nécessaires à une monarchie, outre le commerce des vins, blés, huiles, chanvres, lins, sel, soie et toutes sortes de fruits de la terre pour son entretien ; ainsi que des hommes de talent pour tous les métiers de guerre et de paix. Il se peut que cette monarchie ait en plus une autre tête en Amérique, qu’on peut appeler tête représentant la renommée, parce que cette monarchie est célèbre comme détentrice de deux mondes, et qu’elle communique avec tous les royaumes de l’univers à travers les océans immenses qui entourent le Nouveau Monde et l’Ancien Monde. Elle ressemble au corps d’un serpent qui, à partir de ses trois têtes situées en Europe s’étend tout autour de la terre sur 32 400 miles, embrassant une infinité de royaumes sur le continent et d’innombrables dans les îles. Or ce grand corps est relié à ses têtes par le moyen de la navigation et des flottes, qui sont des villes portatives, qui transportent les richesses et les biens des deux hémisphères. C’est ce qu’Isaïe appelle " le fardeau des bêtes de somme d’auster "55...

179Or je dis que ces liens ne sont pas sûrs et que ce serpent gigantesque n’a pas de tronc dont dépendent les membres et par lequel ils soient reliés, on pourrait très facilement le briser en de nombreux petits fragments, qui ne puissent porter le feu ni l’eau. Il se brise même tout seul si on lui enlève ce qui ne lui appartient pas. Or assurément Gênes représente la force, l’union, le tronc et le sang de ce corps, non seulement parce qu’elle a, pour l’Espagne, découvert le Nouveau Monde, mais aussi parce qu’elle relie Milan et Naples à l’Espagne. Plus Gênes cherche d’argent dans les royaumes d’Espagne, plus elle suce de sang au géant. Donc, si par la force on lui ôte Gênes, les membres susdits ne pourront plus s’entraider. Cette monarchie n’aura plus de sang pour se nourrir, car c’est avec l’argent de Gênes qu’elle fait la guerre. Elle doit maintenant devoir à cette dernière près de soixante millions...

180C’est pour cela que les Espagnols essaient toujours d’assujettir Gênes, d’où ils tirent le nerf de la guerre, les instruments de navigation, les pilotes, les équipages et d’innombrables avantages. Et par suite, ils maltraitent les Génois, en ne les payant pas, et en les rendant odieux aux peuples en faisant d’eux les percepteurs de nombreuses obligations..., pour que les peuples reportent leur haine de l’Espagne sur Gênes et ne s’entendent pas avec les Génois pour se rebeller. D’ailleurs ces derniers détiennent, dans le royaume de Naples, près de deux mille peuplements sur les deux mille sept cents qui y sont. La crainte de perdre leurs biens les rend peureux. Mais si Gênes était prise par les armes, comme voulait le faire le duc de Savoie avec Lesdiguières il y a huit ans, ou s’ils en étaient dépossédés par artifice, cela montrerait aux Génois combien ils sont humiliés depuis qu’ils sont devenus les publicains de l’Espagne, et comme ils devraient être la peur des Espagnols et non avoir peur d’eux. Car en un an ils peuvent défaire cette monarchie, et pas seulement s’ils gardent pour eux les forteresses qu’ils possèdent à Naples et appellent les Français, mais aussi s’ils coupent Milan de Naples et de l’Espagne en ne donnant pas le passage de l’un à l’autre alors que le roi très chrétien irait assaillir Milan ou quelque autre place. Mais jusqu’à présent ils n’ont pas compris que l’Espagne a plus besoin de Gênes que Gênes de l’Espagne, puisqu’ils sont la substance de leur monarchie, alors que l’Espagne ne leur est qu’une commodité pour le commerce. Il est certain que l’Espagne ne peut pas vivre sans Gênes, mais Gênes peut vivre sans l’Espagne. Ainsi, s’ils n’avaient plus le passage de la Valteline, et si Dunkerque était prise, ils perdraient ce membre du géant qu’est la Flandre, et la monarchie se disloquerait.

181Si les Espagnols tenaient la Flandre et la Hollande, ils seraient déjà maîtres du monde, parce qu’avec les trois mille mers qu’elle tient, et ses nombreux métiers de la mer, cette nation aurait pris le monde entier. Mais à présent, ce qui était l’instrument de leur monarchie est devenu l’instrument de leur ruine... De plus, les navigations ne sont pas sûres, et si leurs flottes ne revenaient pas pendant trois ans et que les Génois ne leur prêtaient plus d’argent, la domination espagnole serait complètement disloquée. On voit donc que, si on ôte à ce gigantesque serpent ce corps ou tronc qui ne lui appartient pas, il sera immédiatement désarticulé, irrémédiablement brisé. Il ne peut donc être durable, ses membres étant unis par un corps étranger.

182Source : Campanella (Tomasso), Ernst (Germana), éd, Waldbaum (Serge), trad., Fabry (Nathalie), trad., Monarchie d’Espagne - Monarchie de France, Paris, PUF, 1997, p. 439-445.

Document XIV. Les villes d’Estrémadure face au soulèvement du Portugal. Discours de Pedro José Ovando Cárdenas, régidor de Cáceres, à la municipalité de la ville (1640).

183L’année 1640, où le soulèvement de la Catalogne précède de quelques mois la sécession du Portugal, fait craindre un éclatement de la Monarchie. Philippe IV décide de privilégier le front catalan. Après l’échec d’une première expédition défaite à la bataille de Montjuich, sous les murs de Barcelone, il se résout à prendre lui-même sur ce front la tête de ses troupes et convoque pour le suivre sa noblesse toute entière, comme Louis XIII quelques années auparavant avait convoqué le ban et l’arrière-ban de son royaume, avec aussi peu de succès. La municipalité de Cáceres, en Estrémadure, sur la frontière portugaise, délibère sur l’opportunité d’exécuter cet ordre. Le texte qui suit est le discours que prononça à cette occasion l’un des régidors dominants de la ville. Il montre à la fois l’extrême tension des moyens militaires de la Monarchie, obligée d’abandonner la défense d’une frontière de guerre à des milices urbaines ; le poids de villes dans la défense locale et la force du sentiment localiste ; la profondeur de la conscience nobiliaire dans les oligarchies municipales de la région sans doute la plus aristocratisée d’Espagne ; la capacité des corps intermédiaires qui forment la classe politique à résister aux ordres royaux, au nom même du service du roi et le rôle de municipalités urbaines comme instance de débat et de décision, véritable contre-pouvoir équilibrant celui du souverain. Le mot " république " renvoie à la notion de corps municipal. La lieue correspond à une heure de marche (quatre ou cinq kilomètres selon le terrain).

  • 56 Les places fortes les plus proches de Cáceres, directement situées sur la frontière portugaise.
  • 57 Deux villes frontières du sud de l’Estrémadure.

184Grande en tout temps l’obligation de servir Sa Majesté ! Les exigences de son service et l’effort que nous devons consentir augmentent pourtant à proportion du péril. Or, point n’est besoin d’insister sur la gravité des circonstances présentes : il suffira de dire que Sa Majesté s’y rend en personne et ordonne que le suive la noblesse – noblesse qu’il considère plus que d’autres nécessaire à son service, pour ce qu’elle occupe le premier rang en son royaume [como principal parte de su reino]. Il est à craindre cependant que de graves inconvénients et des dommages sérieux ne découlent de priver notre frontière des nobles qui la défendent. Quatre lieues seulement séparent du Portugal les points les plus extrêmes de la juridiction de notre ville, neuf lieues l’en séparent elle-même. Les garnisons d’Alburquerque et de Valencia [de Alcántara]56 sont réduites, composées de jeunes recrues et tellement peu portées à la guerre que les compagnies que notre ville fournit pour elles, bien que les plus assidues, se voient désertées par la plupart de leurs soldats, sans qu’il y ait moyen, ni par force ni par raison, d’y faire retourner ceux qui s’en reviennent. Il n’y a pas d’autres garnisons dans la région et les agglomérations n’en sont défendues que par leurs habitants, peu nombreux et sans discipline ni entraînement militaire. Ces places, loin d’être hors de danger, courent un péril manifeste. Valverde et Villar del Rey57 étaient fortifiées et garnies, à proximité de Badajoz, où il y a quelques troupes... Elles ont pourtant échappé de peu à l’occupation, au prix de la perte de leurs troupeaux et du pillage de leurs campagnes.

185Un autre péril nous menace, et non le moindre : la présence de nombreux portugais parmi nous, 300 familles dans une ville qui n’en compte que 1 200 au total, à en croire les registres de l’alcabala. Il en va de même dans toute la Castille. Il nous causent de grands torts en renseignant leurs compatriotes sur l’état de nos affaires, et ils nous en causeraient de bien pire par les armes si l’occasion se présentait.

186Pour ce qui est des Castillans, on peut craindre que beaucoup ne se rendent à la première escarmouche, pour fuir les peines et les dangers de la guerre. Il faut des nobles pour leur donner du cœur et les réfréner dans leurs égarements. La noblesse réfrène les ennemis couverts et ouverts. Le Portugal a manqué au devoir d’obéissance, soit par inclinaison, soit à cause de la dispersion de nos armées ; mais il ne l’a fait que lorsqu’il a vu l’armée concentrée [loin de lui], en Catalogne. Aujourd’hui, il se contente d’attaquer nos frontière. Que ne fera-t-il donc pas en l’absence de la noblesse ! Tels sont les inconvénients que je vois à son départ.

187Pour y remédier, j’ai fait les propositions suivantes. Que tous se mobilisent pour défendre leurs biens, leur vie et leur honneur. Que les nobles qui font de notre république la première de toutes montrent l’exemple et soient les premiers à préparer armes et chevaux. Qu’on fasse l’inventaire des armes qui existent dans notre juridiction ; qu’on tienne registre de ceux qui peuvent les manier et qu’on les oblige à s’entraîner en forme et discipline militaire ; qu’on oblige ceux qui en ont les moyens à en acheter, et que nous en achetions nous-mêmes pour les plus pauvres. Jamais, même en temps de paix, le luxe civil n’a eu le prestige de la pratique des armes. Les fêtes les plus brillantes s’habillent des oripeaux de la guerre. L’uniforme donne plus de réputation que les vêtements et livrées les plus prestigieuses. Ce sont les armes qui nous ont donné la noblesse et c’est pour cela que portent le nom d’" armes " les écus et devises qui honorent et distinguent tant de nos familles.

188Sache Sa Majesté le peu que nous sommes dans cette ville pour la servir, de tous les états, et l’ardent désir que nous sentons de le faire, pour qu’elle l’estime à son juste prix et qu’elle en dispose comme meilleur lui conviendra. Qu’on lui rende compte de tout, par le détail, car ici je ne fais qu’effleurer les choses, et si elle décidait qu’en dépit d’inconvénients si réels, la noblesse devait abandonner cette frontière, on obéira, car un roi si juste et si attentif à notre avantage et à notre préservation aura alors prévu des remèdes plus efficaces que ceux que peuvent imaginer la myopie de notre instinct et la faiblesse de nos moyens.

189Cette représentation ne vise en aucun cas à fermer la porte à la mobilisation de notre ville, car de tous les maux qu’il faut éviter, le pire serait de rester désarmés ; mais comme il est clair que la population qui nous reste est très insuffisante ne serait-ce que pour les nécessités du commerce et de notre économie, il n’est pas possible de l’employer à autre chose qu’à la défense locale. Il faudra bien prendre les armes lorsque la nécessité nous y contraindra. Combien mieux vaudrait-il le faire déjà entraînés et disciplinés !

190Je conclue en opinant que l’on informe Sa Majesté et que nous travaillions tous à son service, en obéissant en tout et pour tout à ses ordres.

191Source : Archives municipales de Cáceres, Délibérations municipales, 1637-1645, folio 385, session du 2-4-1642. Cité par Mayoralgo y Lodo, (José Miguel), La Casa de Ovando (Estudio histórico-genea-lógico), Cacéres, Real Academia de Extremadura, 1991, p. 326-327.

Document XV. La Catalogne se donne au roi de France. Pacte de Péronne entre le roi de France et le Conseil des Cents (1641)

192Le soulèvement de la population de Barcelone de juin 1640 et les événements postérieurs ayant rompu les ponts avec la Monarchie espagnole, les Catalans, après avoir songé un instant à se constituer en république indépendante, négocièrent leur rattachement à la Couronne de France. Pas à n’importe quel prix. Alors qu’une armée espagnole marchait apparemment victorieuse sur la capitale, les députés des Cortés adoptèrent le 23 janvier 1641, un cahier de conditions que devait ratifier le roi de France. La négociation ne fut pas facile. Il fallut attendre le 19 septembre 1641 pour que les ambassadeurs envoyés par la Catalogne à la cour s’accordent enfin avec les représentants du souverain.

193Nous proposons une traduction du texte catalan recopié dans les registres du Conseil des Cents. Celui-ci était un organisme municipal barcelonais, composé de cent délégués choisis par les échevins dans la population de la ville, qui participait à la prise des décisions les plus importantes. Sa représentativité et le poids de la capitale lui donnent un rôle particulièrement important dans le gouvernement du principat.

194Les conditions imposées à Louis XIII sont, à des nuances près, les mêmes que devait théoriquement respecter Philippe IV. Elles sont même plus dures, dans la mesure où elles interdisent explicitement certaines pratiques qu’avaient utilisées les Habsbourg pour accroître leur espace de manœuvre. Le régime politique qu’elles définissent n’est nullement une exception dans la monarchie espagnole. Les principes qui l’inspirent sont communs à l’ensemble des royaumes, Castille comprise. Les nuances régionales résident dans la plus ou moins grande capacité des organes représentatifs du royaume à en imposer l’observation au souverain.

195Leur acceptation explicite par le roi de France montre qu’elles n’étaient pas non plus, dans leur principe, fondamentalement différentes des règles qui régissaient la Monarchie française. La principale différence réside dans les modalités d’application, à commencer par le fait qu’en France la Monarchie réussit à imposer un relatif silence sur des principes, ce qui facilita grandement un processus de prise en main du royaume par le roi.

196On comparera ce texte au suivant (document XVI).

197Pacte et conditions auxquelles la réunion des bras du Principat de Catalogne tenue le 23 janvier dernier a placé le principat et les comtés de Roussillon et de Cerdagne sous l’obéissance du roi de France Très Chrétien ; conditions qui devront être répétées dans le serment que Sa Majesté et ses successeurs devront prêter au début de leur règne.

  1. Que Sa Majesté observera et fera observer les usages, constitutions, chapitres et actes en Cortès, et tout autre droit municipal, concorde, pragmatique et autre disposition contenue dans les constitutions ci-incluses... Qu’il observera de même les privilèges, usages, styles, coutumes, libertés, honneurs, prééminences et prérogatives, tant des églises, état ecclésiastique, militaire et royal, et des personnes particulières qui les composent, comme ceux de la cité de Barcelone, et des autres cités, villes et lieux de cette province.
  2. Qu’aux archevêchés, évêchés, abbayes, dignités et autres bénéfices ecclésiastiques, tant séculiers que réguliers, ainsi qu’aux pensions ecclésiastiques, Sa Majesté ne présentera que des Catalans.
  3. Que le tribunal de la Sainte Inquisition sera maintenu en Catalogne, avec pour seul pouvoir celui de connaître des causes relevant de la foi... Les inquisiteurs et leurs officiers seront catalans et le tribunal relèvera directement de la Congrégation de la Sainte Inquisition de la Cour de Rome...
  4. Que l’on observera en Catalogne le saint Concile de Trente de la façon dont on l’y a observé jusqu’aujourd’hui.
  5. Que le seigneur roi promet sous serment, pour lui et ses successeurs, qu’il ne demandera pas, n’exigera pas, ni ordonnera d’exiger, en aucun moment... d’aucune [cité, ville ou lieu]... aucun droit ou imposition, quel que soit son nom, au-delà de ceux que sur le pain, le vin, la viande et les marchandises imposent et ont coutume d’imposer aujourd’hui... sur elles-mêmes la ville de Barcelone et les autres universités58... Il consent que les dites villes et universités puissent imposer et exiger lesdites impositions à leur volonté, les augmenter et les diminuer à leur gré... et les dépenser de la manière accoutumée pour leurs besoins propres et communs, sans prélèvement aucun...
  6. Que Sa Majesté promet de conserver aux conseillers de la cité de Barcelone le privilège et prérogative de se couvrir devant Sa Majesté et les personnes royales...
  7. Que Sa Majesté jure, observe et fasse observer les chapitres, actes de Cortès, privilèges, usages et styles de la Généralité de Catalogne et de la Délégation [Deputacio]...
  8. Que les capitaineries, commandements et gouvernements de forteresses du principat de Catalogne, des comtés de Roussillon et de Cerdagne, ainsi que tous les offices de justice seront donnés à des Catalans, qui le seront vraiment, et à personne d’autre.
  9. Que Sa Majesté jurera... que le Principat de Catalogne et les comtés de Roussillon et de Cerdagne, seront régis... par un vice-roi, lieutenant général de Sa Majesté, qu’elle choisira et nommera, originaire de ses royaumes...
  10. Qu’il sera procédé au logement des soldats... par les consuls et jurats des universités, de la manière que disposent les Constitutions générales de Catalogne...
  11. Que les cités de Tortose et Tarragone, ainsi que les autres villes et lieux qu’occupe l’ennemi par la volonté de leurs habitants, jouiront des privilèges des constitutions communes... du principat, comme partie constituante de celui-ci... Quant à leurs privilèges particuliers, ils dépendront de la manière dont ils se comporteront lorsqu’ils seront réduits à l’obéissance de Sa Majesté. Ces dispositions ne s’appliquent pas aux villes de Perpignan, Collioure, Rosas, ni aux autres villes et lieux qu’oppriment par la violence les armes de l’ennemi...
  12. Que Sa Majesté promet qu’il ne séparera pas le principat de Catalogne, ni les comtés de Roussillon et de Cerdagne, de la Couronne de France, en tout ni en partie, de sorte que le roi de la Monarchie de France soit toujours comte de Barcelone, de Roussillon et de Cerdagne...
  13. Le principat de Catalogne, les comtés de Roussillon et de Cerdagne, au lieu des convocations du somatén général59... qui sont désormais interdites,... servira avec un bataillon de 5 000 hommes d’infanterie et 500 de cavalerie, payés, armés et fournis en munitions par la province, lesquels serviront à l’intérieur de la province et seront convoqués chaque fois que la province sera comme aujourd’hui attaquée... par les armes du roi de Castille ou, en dehors de ce cas, d’un commun accord par le lieutenant de Sa Majesté et les députés du Principat...
  14. Quant aux fortifications et à la partie de la solde qui serait supérieure à ce que paye habituellement le roi de France, perçue par des soldats français ou de toute autre nation qui ne seraient pas catalans et tiendraient garnison dans la province, il en sera décidé lors des premières Cortès générales qui se tiendront...

198Le roi, vus et examinés en son Conseil mot à mot les articles ci-dessus... les a acceptés... et promet de les observer inviolablement. Il promet de jurer de les observer lorsqu’il prêtera, au début de son règne, le serment accoutumé des comtes de Barcelone, Roussillon et Cerdagne... et qu’ainsi feront ses successeurs.

  • 60 Léon Bouthillier (1608-1655), secrétaire d’État français aux Affaires étrangères.

199Donné à Péronne, le 19 septembre 1641. Louis. Emplacement du sceau. Bouthillier60 ".

200Source : Dietari du Conseil des Cents, vol. XIII, p 381-389, cité par : Sanabre (José), La action de Francia en Cataluña en la pugna por la hegemonía de Europa (1640-1659), Barcelone, Sasa Badal, 1956, p. 648-652.

Document XVI. Accord des quatre bras du royaume d’Aragon pour la fourniture de soldats au roi (1641)

201Dans le courant du xviie siècle la Monarchie renonce de plus en plus au recrutement direct par ses soins de volontaires et tend à passer par des intermédiaires divers pour se procurer des soldats. Ceci est particulièrement vrai des troupes destinées à la défense de la péninsule, que les événements qui suivent la déclaration de guerre de la France obligent à improviser.

202Les institutions intermédiaires (seigneuries, municipalités, états provinciaux) trouvent là un regain d’influence, qui a amené certains historiens à parler de " reféodalisation " – à tort, à notre avis –. Le roi s’adresse ici aux états du royaume d’Aragon. Leur Commission permanente (la Diputación) n’ose prendre sur elle de décider une levée. Le souverain ne pouvant se rendre sur place, il est impossible de réunir des Cortés, qui exigent sa présence. On rassemble donc une " junte des bras ", qui rassemble les députés des quatre " bras " (états) entre lesquels se répartit traditionnellement la représentation du royaume, qui a tout des Cortés sauf le nom.

203Le document est un relevé de conclusions envoyé par la Junte à la Commission permanente, pour transmission au souverain. On le commentera à la fois dans ses aspects militaires – situation générale, modes de recrutement, etc. – et sous l’angle des relations entre le roi et le royaume -conditions posées par les États, rôle des municipalités, etc. On se souviendra enfin que la recherche a montré ces dernières années qu’il n’y avait pas de différence de nature du point de vue des relations du roi avec son royaume entre la Castille et le reste de la péninsule. On comparera avec le texte précédent (document XV).

204Très illustre seigneur. Votre Seigneurie a fait de nombreuses démarches pour obtenir la réduction du Principat de Catalogne à l’obéissance qu’il doit au roi notre sire (Dieu le garde). Devant la mauvaise volonté de la partie adverse, jugeant que les marques d’hostilité et l’activité des Catalans étaient arrivés au point de faire craindre une invasion de notre royaume, Votre Seigneurie, soucieux de sa défense, écrivit à Sa Majesté pour la supplier d’autoriser une réunion des quatre bras. Sa Majesté (Dieu la garde), guidé par le soin qu’il prend de notre bien et quiétude, a daigné concéder son autorisation par le canal du duc de Nochera, son vice-roi et lieutenant en ce royaume. Votre Seigneurie ordonna en conséquence l’expédition des lettres de convocation pour la Junte des bras.

205Ceux-ci se réunirent le 13 juin 1641... et ont depuis délibéré avec une activité et un soin connus de tous, tenant entre eux de nombreuses conférences par le moyen d’ambassades. Ils s’entendirent pour nommer une commission (junta) de seize personnes, quatre pour chaque bras, pour accorder les résolutions prises par chacun d’eux séparément,, car la multiplicité des avis rendait difficile une résolution commune. Bien que la volonté de tous a toujours été une, dans l’union et l’amour révérenciel dus à notre prince et seigneur, il n’a pas été possible d’arriver à un accord aussi vite que le commandaient notre désir et les circonstances.

  • 61 Le royaume d’Aragon, bien entendu.

206Finalement, les trois bras de l’Église, des Nobles et des Villes [Universidades], accordés, unis et unanimes, répondent à la demande de Votre Seigneurie en regrettant de ne point trouver dans le royaume61 les forces qu’ils aimeraient pour soulager Sa Majesté de la défense de ses frontières, en les garnissant à leurs frais. Considérant le manque d’argent et la baisse de la population, ils sont obligés d’accepter, comme ils le font, avec grande reconnaissance, la proposition du roi notre sire de payer la solde des soldats et des hommes qui iraient garnir lesdites frontières. Aussi ce très fidèle royaume, ayant présent le souvenir de ce qu’il doit à ses progéniteurs qui l’ont gagné sur des nations lointaines pour le réduire au pouvoir et sujétion de ses sérénissimes rois, considérant sa propre défense comme une obligation péremptoire de droit naturel, la déclare pour telle obligation de raison naturelle et droit positif, en tout ce qui serait du service du roi notre sire et voulu par les trois bras...

207Les trois bras ont résolu de lever 4 400 fantassins et 400 cavaliers, répartis entre les municipalités du royaume... à savoir : dans les cités [ciudades] un soldat pour huit feux ; dans les villes et les villages de plus de cent feux, un soldat pour onze feux et dans les plus petites un pour douze... Ils acceptent la proposition faite par Sa Majesté... de payer les soldes nécessaires, au tarif habituellement pratiqué dans les armées de Sa Majesté... à la condition que Sa Majesté daigne déposer en liquide aux mains de Votre Seigneurie et des députés ses successeurs l’argent nécessaire au paiement des six premiers mois, durée pour laquelle est concédée ce service...

208Pour que ce service de milice soit plus doux aux soldats, on laissera à la décision des municipalités d’établir une rotation de relève au rythme que bon leur semblera...

209La nomination du gouverneur d’armes de cette troupe est laissée à la libre et volontaire disposition de Sa Majesté par les bras de l’Église et de la Noblesse, à condition qu’il soit naturel du présent royaume d’Aragon et né dans ses frontières ; le bras de la Noblesse ajoute qu’il doit remplir les conditions pour siéger avec les bras du royaume.

  • 62 La charge de gouverneur du royaume d’Aragon (très exactement : " régent du gouvernement "), très i (...)

210Le bras des villes nomme pour ce poste Messire Pedro Pablo Zapata Fernández de Heredia, gouverneur d’Aragon62 et, au cas où Sa Majesté ne l’accepterait pas, elle lui en laisse choix à condition qu’il soit naturel du présent royaume, né dans ses frontières et qu’il remplisse les conditions pour siéger avec ses bras.

211Pour les autres nominations, les trois bras s’en remettent au libre choix de Sa Majesté, à condition qu’ils soient naturels du présent royaume et nés dans ses frontières, à l’exception des capitaines, enseignes, sergents et autres officiers d’infanterie, qui seront nommés par les municipalités...

212Pour exécuter ces résolutions, les bras nomment Votre Seigneurie et ses successeurs ; à charge de convoquer les personnes qui ont coutume de former les quatre bras le cinquième des six mois convenus, ou avant si se présentait un cas qui le rende nécessaire, pour que ceux-ci délibèrent à nouveau de la continuation dudit service de défense ou de toute autre occurence qui leur semblerait convenir au service de Sa Majesté et au bien du royaume, sans que Votre Seigneurie ni ses successeurs ne puissent innover en rien ni exécuter autre chose que ce qui aurait été décidé par les bras.

213De même, on pose pour condition que si l’on force les troupes ainsi levées à sortir du royaume, elles puissent s’en retourner chez elles. Il en sera de même au bout de six mois si ledit service n’est pas prolongé par les bras, ou si à un moment quelconque on ne leur verse pas leur solde et paiement... On supplie Sa Majesté de le déclarer ainsi par lettre royale pour faciliter et activer l’exécution de la présente levée...

214On supplie de même Sa Majesté de ne pas octroyer de brevets ni de commissions en faveurs des personnes qui n’auraient pas servi Sa Majesté le temps que prévoient les fors du royaume, afin d’éviter les torts que cause aux municipalités et aux seigneurs territoriaux [señores de vasallos] le fait d’armer des chevaliers qui n’auraient pas servi longtemps dans la milice ; ce qui d’ailleurs cause également un notable préjudice à Sa Majesté.

215Finalement, les bras font cette levée pour la défense à laquelle ils se sentent obligés par le droit naturel et le droit positif. Ils la font et l’offrent volontairement, pour cette fois seulement et protestent solennellement, sous peine de nullité, que la présente offre et service de gens de guerre ne peut en aucun cas porter préjudice audit royaume ni a aucun de ses habitants, maintenant ni à jamais, dans les exemptions et immunités qui leur appartiennent d’après les fors généraux, les usages et coutumes dudit royaume, ainsi que les privilèges particuliers de chacune des municipalités...

216Source : Archivo de la Corona de Aragon, Consejo de Aragón, Secretaría de Aragón, leg. 72, f. 1R-5R. Publié par : Solano Camón (Enrique), Poder monárquico y Estado pactista (1626-1652). Los aragoneses y la unión de armas, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1987, p. 291-295.

Document XVII. Les derniers soubresauts d’une puissance maritime (1649-1654)

217On n’oubliera jamais que la Monarchie espagnole fut d’abord un empire maritime et resta la première puissance maritime du monde jusqu’au milieu du xviie siècle. La défaite de l’Invincible Armada (1588) ne la priva en aucune façon de la maîtrise des mers. Même après la bataille des Downs (1639) où l’escadre de l’Atlantique nord fut écrasée par les Hollandais, traditionnellement considérée comme le véritable tournant, elle conserva des moyens navals respectables.

218Le document qui suit est un bilan des dépenses navales établi par le Conseil de finances. On remarque la dispersion des escadres entre les différents théâtres d’opération. Encore le texte ne parle-t-il guère de celle qui était chargée d’escorter les galions et les flottes d’Amérique, car elle était financée par un système indépendant du Conseil ; et dit-il peu de chose de l’escadre de Dunkerque, qui jouait un rôle essentiel dans la Manche.

219On en dégagera donc, en tenant compte de ce qu’il tait, un panorama géostratégique global des engagements maritimes de la Monarchie, que l’on comparera à la situation de ses adversaires sur le même plan. Sur ce point, on mettra ce texte en relation avec celui de Campanella (document XIII). On inscrira les actions militaires recensées ici dans le contexte précis des opérations militaires de ces années-là. On dégagera enfin les modes de financement de la flotte et on exploitera les renseignements donnés sur les banquiers de la Monarchie.

  • 63 Nicolas Massibradi, armateur de Raguse, condotierre de mer, au service de l’Espagne dans l’Atlanti (...)
  • 64 Négociant portugais établi à Séville, impliqué dès les années 1640 dans les traités d’approvisionn (...)
  • 65 Homme d’affaire castillan, résidant à Valladolid, où il était échevin, d’origine judéo-converse au (...)
  • 66 Traitant portugais, parmi les plus importants de ceux qui sont au service de la Monarchie espagnol (...)

220Rapport sur les dépenses causées par la Flotte de la Mer Océane, laquelle comprend l’escadre de Flandres, les escadres du général Masebradi63 et du marquis de Falces, les traités de factorie de Messire Duarte de Acosta64, Ventura Donis65 et Fernando Montesinos66 ; ainsi que des dépenses causées par les escadres de galères d’Espagne et de Gènes, du début de l’année 1649 à la fin de 1654.

  • 67 Oneglia, sur la côte italienne.

2211649. La flotte que l’on a armée cette année-là en Italie se composait de 34 navires. Les équipements envoyés pour elle d’Espagne et ceux que l’on a achetés en Italie se montèrent à 940 156 ducats d’argent. L’entretien, la paye et les munitions des galères d’Espagne qui furent armées cette année-là se montèrent à 242 800 ducats de la même monnaie, soit au total 1 188 950 ducats. La flotte prit Onella67, contribua à la prise de Sitges et à la levée du siège de Lérida.

  • 68 Juan José de Austria, bâtard du roi Philippe IV, alors commandant de l’escadre des galères de Napl (...)
  • 69 Iñigo Vélez de Guevara y Tassis (mort en 1658), alors vice-roi de Naples d’où il avait expulsé les (...)
  • 70 Sur la côte toscane, en Italie.

2221650. Fut armé à Naples et à Messine le même nombre de bateaux. Outre ce que fournirent Monseigneur don Juan68 et le comte d’Oñate69, le coût en fut de 136 610 ducats d’argent. En septembre, la flotte revint en Espagne. Elle comprenait 28 navires. Dix-huit passèrent au Ponant sous les ordres de don Manuel de Bañuelos ; dix restèrent à Cadix. La dépense pour les uns et les autres, en payes et au titre du traité passé pour eux avec Fernando de Montesinos, s’élève à 809 532 ducats d’argent. Pour les galères d’Espagne, la dépense fut de 242 800 ducats de la même monnaie, soit au total 1 188 942 ducats. La flotte et son infanterie s’occupèrent aux sièges de Porto Longon et de Piombino70.

  • 71 Cesar, duc de Vendôme (1594-1665), fils naturel d’Henri IV, amiral français.

2231651. Cette année-là, la flotte destinée au siège de Barcelone se composait de 17 vaisseaux, six saêtes, 12 barques longues et d’autres embarcations. Une autre fut constituée à Pasajes, qui mena à bien l’occupation de l’estuaire de Bordeaux. L’une et l’autre représentèrent 1 069 312 ducats d’argent. Les galères d’Espagne, qui furent à Barcelone, 242 800 écus de la même monnaie. Cette année-là, les flottes intervinrent, l’une avec les galères d’Espagne, au siège de Barcelone, l’autre à Bordeaux. Celle-ci livra bataille vers La Rochelle à l’escadre de France, sous les ordres du duc de Vendôme71. Dépense totale : 1 213 112 ducats.

2241652. La flotte continua ses opérations devant Barcelone, toujours au nombre de 17 vaisseaux, saêtes, embarcations longues et navires divers, comme dit ci-dessus. Pour les opérations de Bordeaux, on prépara à Pasajes une autre escadre de 29 vaisseaux. Le coût total fut de 1 094 703 ducats d’argent. Les galères d’Espagne qui se portèrent sur Barcelone coûtèrent 242 800 ducats de la même monnaie, soit au total 1 337 503 ducats. Après la prise de Barcelone, cette année-là, la flotte passa à Cadix. De là, une partie alla se joindre à celle du Ponant, en laissant le reste dans cette ville.

2251653 : La flotte fut armée cette année-là à Pasajes. Elle était composée de trente vaisseaux. Avec les soldes, le tout se monta à 1 093 868 ducats d’argent. Pour les galères d’Espagne, qui allèrent sur Barcelone, 242 000 ducats de la même monnaie. La flotte agit dans l’estuaire de Bordeaux. Coût total : 1 336 668 ducats.

  • 72 Pedro Nuño Colón y Portugal (1618-1673), duc de Veragua, capitaine général de la Mer Océane, mouru (...)

2261654 : Cette année-là, on arma la flotte dans le port de Pasajes, au nombre de treize vaisseaux qu’amenèrent sur les côtes de Catalogne le duc de Veragua72 et don Melchor de la Cueva. Cet armement et ce voyage, avec l’entretien de l’infanterie logée au Guipúzcoa, coûtèrent 692 673 ducats d’argent. Les galères d’Espagne, qui stationnaient dans la région de Barcelone, coûtèrent 242 860 ducats de cette monnaie. Le tout se monte à 935 463 ducats. La flotte et les galères agirent dans la région de Barcelone. Leur infanterie servit dans tous les combats qui eurent lieu sur la côte.

227Les six galères de l’escadre de Gênes ont coûté chaque année 90 000 ducats d’argent, à raison de 15 000 pièce, soit en six ans, 540 000 ducats.

228De sorte que Sa Majesté a dépensé pour la flotte et les escadres de galère d’Espagne et de Gênes, pendant les six ans concernés, 7 734 654 ducats d’argent qui, réduits en billon font 11 601 981 ducats.

  • 73 Secrétaire du Conseil de la guerre. Fut plus tard secrétaire du Conseil d’État (1660) et secrétair (...)

229À Madrid, le 11 mars 1655. Don Luis de Oyanguren73.

230Source : Fernández Duro (Cesáreo), Armada española desde la unión de los reinos de Castilla y Aragón, Madrid, Museo Naval, 5 tomes [de fait : publication d’une collection de documents commentés, rédigée dans la seconde motié du xixe siècle], 1972, t. V, p. 85-86.

Document XVIII. Le contrat de mariage de Louis XIV (1659)

231Le 9 juin 1660, Louis XIV épousait sa cousine Marie-Thérèse d’Autriche à Saint-Jean-de-Luz, achevant ainsi un cycle de vingt-cinq ans de guerre entre les deux monarchies et renouvelant le geste de son père qui avait épousé lui aussi, quarante-cinq ans auparavant, la fille du roi d’Espagne pour établir une paix que l’on espérait déjà perpétuelle.

232L’union de deux familles régnantes est aussi une affaire privée. Les formes et les stratégies sont celles qui sous-tendent tout mariage : le contrat, l’avenir du patrimoine, les questions d’héritage et de descendance. Le texte nous rappelle puissamment que l’ensemble des droits et des pouvoirs qui constituent une monarchie sont encore avant tout des patrimoines privés. Les clauses qui suivent, à une moindre échelle bien sûr, pourraient figurer sur n’importe quel document similaire produit par l’union de deux familles nobles. Le commentaire replacera le document dans un tel contexte.

233Il n’en reste pas moins que ce qui est en jeu ici n’est pas un simple patrimoine privé, mais des États, qui ont pouvoir de mener légitimement des guerres pour la défense de leurs intérêts. Quarante ans après sa conclusion, ce mariage mettait l’Europe à feu et à sang. Le commentaire développera donc également cet arrière plan et les conséquences diplomatiques qui en dérivent.

234On ne négligera pas l’invocation des grands principes religieux, auxquels il fera un sort à la lumière des découvertes récentes sur le poids effectif de ces éléments de légitimation dans la vie sociale.

  • 74 Pedro Coloma, secrétaire du roi et en tant que tel habilité à agir comme notaire public, était alo (...)
  • 75 Voir le texte : " Pouvoir de Philippe IV à Luis Méndez de Haro, marquis du Carpio, pour négocier l (...)

235Au nom de la Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, trois personnes en un seul Dieu véritable, à son honneur et gloire, et au bien de ces royaumes, soit notoire à tous ceux qui les présentes verront et cet accord de mariage, que : comme en l’île appelée des Faisans... de jourd’hui septième du mois de novembre de l’année [1659], par devant moi, Pedro Coloma74.., secrétaire d’Etat, écrivain et notaire de la Catholique royale Majesté, ont comparu Trés Éminent seigneur Messire Jules Mazarini, cardinal de la Sainte Église romaine, chef de tous les Conseils de très haut, très excellent et très puissant prince Louis XIV, par la grâce de Dieu roi très chrétien de France et de Navarre..., en vertu des pouvoirs qu’il a de Sa Majesté très chrétienne..., et d’autre part le très excellent seigneur don Luis Méndez de Haro y Guzman, marquis del Carpio75..., du Conseil d’État de Sa Majesté Catholique..., au nom de très haut, très excellent et très puissant prince Philippe IV, aussi par la grâce de Dieu roi de Castille, Léon, Aragon, des deux Siciles, de Jérusalem, de Portugal, de Navarre et des Indes, etc., archiduc d’Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Milan, comte de Habsbourg, de Flandres et de Tyrol..., et en vertu du pouvoir qu’il a de Sa Majesté Catholique, comme roi, père et légitime administrateur de la Sérénissime infante dame Marie-Thérèse, sa fille aînée...

236[Tous deux], usant de leurs pouvoirs susdits, ont dit et déclaré que leurs maîtres..., qui ont fort à cœur le bien de leurs royaumes et d’affermir la paix qui s’établit aujourd’hui entre les deux couronnes, désirant que la durée de cette paix ne s’étende pas seulement à celle de la vie de Leurs Majestés mais passe avec la même fermeté à leurs successeurs et descendants ; et jugeant que le plus efficace moyen de parvenir à cette sainte fin est de renouer étroitement leurs alliances par le lien d’un mariage..., ont traité et accordé les épousailles et mariage de Sa Majesté le roi très chrétien avec la Sérénissime infante dame Marie-Thérèse, fille aînée de Sa Majesté le Roi Catholique, afin de confirmer davantage, par ce nouveau nœud, l’amour, l’amitié et l’union qui est, et que l’on désire conserver, entre leurs dites Majestés. Et pour cet effet, lesdits seigneurs plénipotentiaires, aux noms susdits, ont traité et accordé les articles qui s’ensuivent :

237Qu’avec la grâce et la bénédiction de Dieu, préalablement obtenue dispense de Sa Sainteté à raison de la proximité et consanguinité qui est entre le roi très chrétien et la Sérénissime infante, ils fassent célébrer leurs épousailles et mariage par parole de présent... et feront lesdites épousailles en la cour de Sa Majesté Catholique..., et ce en vertu du pouvoir et commission du roi très chrétien, qui le ratifiera et accomplira en personne quand la Sérénissime Dame Marie-Thérèse sera amenée et arrivée en France...

238Que Sa Majesté Catholique promet et demeure obligé de donner et donnera à la Sérénissime infante Dame Marie-Thérèse, en dot... et payera à Sa Majesté Très Chrétienne ou à celui qui aura pouvoir et commission d’Elle, la somme de cinq cents mille écus d’or sol, ou leur juste valeur en la ville de Paris ; et ladite somme sera payée de la manière suivante : le tiers au temps de la consommation du mariage ; l’autre tiers à la fin de l’année depuis ladite consommation et la dernière troisième partie six mois après ; en sorte que l’entier payement de ladite somme de cinq cents mille écus d’or sol, ou leur juste valeur, sera fait en dix-huit mois de temps, aux termes et portions qui viennent d’être spécifiés...

239Que moyennant le payement effectif fait à Sa Majesté Très Chrétienne desdits cinq cents mille écus d’or sol... aux termes qu’il a été ci-devant dit, ladite Sérénissime infante se tiendra pour contente et se contentera de la susdite dot, sans que ci-après elle puisse alléguer aucun sien autre droit, ni intenter aucune autre action ou demande, prétendant qu’il lui appartienne, ou puisse appartenir autres plus grands biens, droits, raisons et actions, pour cause des héritages et plus grandes successions de Leurs Majestés Catholiques ses père et mère... Et avant l’effectuation de ses épousailles, elle en fera la renonciation en bonne et due forme... Laquelle dite renonciation elle fera avant que d’être mariée par parole de présent, qu’elle, aussitôt après la célébration du mariage, approuvera et ratifiera, conjointement avec le roi Très Chrétien, avec les mêmes formes et solennités qu’elle aura fait à ladite première renonciation... Et au cas qu’elles [le roi et la reine de France] ne fassent ladite renonciation et ratification, en vertu du présent contrat, par capitulation, iceux susdits traités, renonciation et ratification seront tenus et censés, dès à présent comme pour lors, pour bien et dûment faits, passés et octroyés...

240Que d’autant que Leurs Majestés Très Chrétienne et Catholique sont venus et viennent à faire le mariage afin de tant plus perpétuer et assurer par ce nœud et lien la paix publique de la chrétienté et, entre Leurs Majestés, l’amour et la fraternité... au grand bien et bénéfice commun des royaumes, sujets et vassaux des deux couronnes, comme aussi pour ce qui touche et importe au bien de la chose publique et conservation desdites couronnes ; qu’étant si puissantes elles ne puissent être réunies en une seule, et que dès à présent on prévienne les occasions d’une telle jonction ; doncques, attendu la qualité des susdits et autres justes raisons, et notamment celle de l’égalité qui se doit conserver, Leurs Majestés accordent et arrêtent par contrat et pacte conventionnel entre elles, qui sortira et aura lieu et force de loi ferme et stable à tout jamais en faveur de leurs royaumes et de toute la chose publique d’iceux : que la Sérénissime Infante d’Espagne, Dame Marie-Thérèse, et les enfants procréés d’elle, soit mâles et femelles, et leurs descendants, premiers ou seconds, trois ou quatre nés ci-après en quelque degré qu’ils se puissent trouver, voire à tout jamais, ne puissent succéder, ni succèdent es royaumes, États, seigneuries et dominations qui appartiennent et appartiendront à Sa Majesté Catholique et qui sont compris en au-dessous des titres et qualités mentionnés en cette présente capitulation, ni en aucun de ses autres royaumes, États, seigneuries, provinces, îles adjacentes, fiefs, capitaineries, ni les frontières que Sa Majesté Catholique possède de présent ou qui lui appartiennent ou pourront appartenir... Parce qu’en aucun cas ni en aucun temps, ni en quelque manière qui pût advenir, ni elle ni eux, ses hoirs et ses descendants n’ont à succéder, ni prétendre pouvoir succéder, nonobstant toutes lois, coutumes, ordonnances et dispositions en vertu desquelles on a succédé en tous lesdits royaumes, états et seigneuries, et nonobstant aussi toutes les lois et coutumes de la couronne de France qui au préjudice des successeurs en icelle s’opposent à cette susdite exclusion...

241Que Sa Majesté Très Chrétienne, suivant l’ancienne et louable coutume de la Maison de France, assignera et constituera à la Sérénissime Infante Dame Marie-Thérèse pour son douaire, vingt mille écus d’or sol chacun an...

242Que Sa Majesté Très Chrétienne donnera et assignera à la Sérénissime Infante Dame Marie-Thérèse, pour la dépense de sa Chambre et entreténement de son état et de sa Maison, somme convenable, telle qu’appartient à femme et fille de si grands et puissants rois...

243Qu’en cas que le mariage se dissolve... et que Son Altesse survive à Sa Majesté Très Chrétienne, en ce cas elle s’en pourra retourner librement, et sans autre empêchement quelconque, au royaume d’Espagne... avec tous ses biens, dot et douaire, bagues, joyaux et vêtements, vaisselle d’argent et tous autres meubles quelconques...

244Ce traité et concert de mariage a été fait avec dessein de supplier notre Saint-Père le pape, comme dès à présent Leurs Majestés l’en supplient, qu’il ait agréable de l’approuver et lui donner sa bénédiction apostolique, comme aussi d’en approuver les capitulations et les ratifications qu’en auront faites... et les écritures et jurements qui se feront et octroieront pour son accomplissement, les insérant en ses lettres d’approbation et bénédiction...

245Source : Kirkpatrick de Closeburn (Edward), Les renonciations des Bourbons et la succession d’Espagne, Paris, Librairie Alphonse Picard, 1907, p. 255-260.

Document XIX. La mort de Philippe IV (1665)

246Le comte François Eusèbe de Pötting (1627-1678) dut à l’amitié qui l’unissait à l’empereur Léopold I le poste d’ambassadeur d’Autriche à Madrid, de 1662 à 1674. Sa mission principale consistait à maintenir, lui-même et son épouse, des relations étroites avec la reine Mariana, sœur de Léopold, épouse de Philippe IV, régente du royaume à la mort de son mari, garantissant ainsi l’axe Vienne-Madrid, et le paiement effectif des subsides que l’Espagne versait à la cour de Vienne. Il laissa un Journal manuscrit, rédigé en espagnol, dans lequel il consignait au jour le jour les événements marquants.

247Son grand souci, en 1665, est de hâter le mariage effectif depuis longtemps attendu après de longues fiançailles, entre Léopold I et sa nièce l’infante Marguerite, fille de Philippe IV, celle qu’il appelle l’Impératrice dans son texte. Il importe de renforcer les liens dynastiques entre les deux branches de la Maison de Habsbourg pour faire pièce à la France. La succession d’Espagne, à cette date, est de fait ouverte : le roi vieillissant ne laisse derrière lui qu’un enfant mâle, sur la santé duquel personne ne se fait d’illusions.

248Une fois posée cette toile de fond, l’intérêt du texte réside aussi dans la description du rite de succession, de l’agonie du roi à la prise de possession du successeur. On mettra ce document en relation avec la description du serment du prince des Asturies (document VI) et on procédera aux comparaisons qui s’imposent avec la France.

Samedi 12 septembre 1665

  • 76 Nuestra Señora de las Maravillas, Vierge madrilène à qui Pötting manifestait une spéciale dévotion

249Parlé à la reine sur le voyage de l’impératrice ma Maîtresse. Passé de là à la chambre du roi, que j’avais trouvé au lit, affecté de diarrhées légères. Vint me parler le marquis de Mondéjar. L’après-midi, à Notre Dame des Merveilles76...

Dimanche 13 septembre 1665

  • 77 Gentilhommes allemands résidant à Madrid.
  • 78 L’aumonier de Pötting.
  • 79 Ramiro Núñez de Guzmán (1612-1668), duc de Medina de las Torres, gendre d’Olivares. Il conserva la (...)

250Confession et communion, ce que je n’avais pu faire le jour même de la fête de Notre-Dame... Repas avec les comtes de Traun, Kaunitz et Schaffenberg77. Sermon en allemand du Père Joseph78, à ma résidence. L’après-midi, visite au Palais pour prendre des nouvelles de la santé du roi, que j’ai trouvé fort mal, affecté de diarrhées et d’une fièvre qui deviennent dangereuses. Toute la noblesse était pour cette raison dans l’antichambre. Parlé au duc de Medina79, que j’ai trouvé troublé et perplexe.

Lundi 14 septembre 1665.

  • 80 Jean Everard Nithard (1607-1681), jésuite autrichien, arrivé à Madrid avec la reine Mariana, qui a (...)

251Aggravation de la maladie du roi, ce pourquoi je fis demander par l’intermédiaire de la reine, et celle-ci par l’intermédiaire de son confesseur80, si l’on pouvait hâter le mariage de l’Empereur mon seigneur avec l’Impératrice ma Maîtresse, ce à quoi le roi, Dieu le garde, se montra disposé. Pour le reste, toute la journée au Palais, très inquiet. La comtesse mon épouse également au Palais, consolant la reine, qui est désespérée. On a donné le très saint viatique au roi dans la matinée. Il l’a reçu avec grandissime dévotion.

Mardi 15 septembre 1665

  • 81 Les Habsbourg d’Espagne vouaient un culte particulier à la Vierge d’Atocha et l’associaient à tous (...)
  • 82 Secrétaire du Secrétariat d’Italie du Conseil d’Etat.
  • 83 Franciscain, mort en 1699. Confesseur du roi et des infants.
  • 84 Gaspar Téllez Girón (1625-1694), cinquième duc d’Osuna, commandant en chef de l’armée espagnole éc (...)

252Les médecins déclarent le mal du roi sans remède. En conséquence, recours aux moyens spirituels. On apporte dans la chambre du roi le corps et les reliques de Saint Diègue d’Alcalá. Procession solennelle avec Notre-Dame d’Atocha aux Descalzas81. Nombreuses cérémonies populaires, avec d’infinies expressions de douleur. Fais préparer par le secrétaire don Blasco de Loyola82 une résolution sur le mariage, mais Sa Majesté refuse de signer en disant que sa maladie ne lui en laisse pas la force. La maladie gagnant, le roi prit congé de la reine, de l’Impératrice ma maîtresse et du prince, avec grande tendresse. Au prince il donna sa bénédiction paternelle en disant : " Dieu te rende plus heureux que je ne l’ai été ". À Sa Majesté l’Impératrice, il recommanda d’obéir à sa mère et de procéder le plus tôt possible au mariage. Après cela, il demanda l’extrême onction, qu’il reçut comme il convient au grand prince catholique qu’il est. Il fit appeler ses ministres, conseillers et les grands et ordonna au Père Antonio del Castillo83 de leur faire une exhortation bien sentie à la concorde, à la paix et à l’union, leur demandant de servir unanimement la reine et le prince son successeur. Il leur demandait pardon et les pardonnait à son tour, action bien digne d’un prince si prudent. Il pardonna aussi au marquis de Lyche et au duc d’Osuna84. Toute la journée au Palais, et la comtesse aussi.

Mercredi 16 septembre 1665

  • 85 Juan José d’Autriche (1629-1679), bâtard légitimé de Philippe IV, était tombé en disgrâce après le (...)

253Toute le journée au Palais. La reine a encore vu le roi. La comtesse au Palais elle aussi. L’après-midi, aggravation si notable de la maladie du roi que l’on dit la prière des agonisants. J’y fus présent. Grande émotion. Don Juan d’Autriche ayant manifesté le désir de voir le roi, on le lui refusa et on lui répondit de retourner à Consuegra85, résolution très applaudie de tous.

Jeudi 17 septembre 1665

  • 86 Gaspar de Bracamonte Pacheco (1596-1676), troisième comte de Peñaranda, avait fait partie de la dé (...)
  • 87 Guillen Ramón de Moncada, mort en 1670, cinquième marquis d’Aytona, gentilhomme de la Chambre du r (...)

254Ce jour, fête de Notre-Dame, rendit l’âme Sa Majesté Philippe IV le Grand, saintement, à l’âge de 61 ans, après 43 ans de règne. Il laisse pour héritier son fils Charles II, âgé de quatre ans ; et pour gouvernante et tutrice la reine son épouse. Dieu, dans sa miséricorde, leur accorde longue vie, prospérité et succès dans le gouvernement. Amen. Par le testament, qui a été rendu public, le roi nomme pour conseillers de la Junte qui entoure la reine le président du Conseil de Castille, l’archevêque de Tolède, l’inquisiteur général, le vice-chancelier d’Aragon, le comte de Peñaranda86 et le marquis d’Aytona87, laissant de côté le duc de Medina de las Torres. Il commande cent mille messes pour le repos de son âme. Dans la soirée, on installa le corps dans le salon doré, pour le donner à voir. J’y fus avec le marquis de Mondéjar. Envoyé en Allemagne le courrier Enrique Gottwald avec la nouvelle de la mort du roi.

Vendredi 18 septembre 1665

255Le corps du roi a été installé dans le Grand Salon, sur un lit d’argent, dans un cercueil d’argent, avec sept autels tout autour, sur lesquels tous les ordres religieux disent des messes de façon continue. Le corps est revêtu d’un habit couleur muscade à pointes d’argent, avec chapeau, cape, épée et petite Toison d’or. Grand concours de peuple. Je ne l’ai point vu pour ne pouvoir le faire sans nuire à la dignité de ma représentation.

Samedi 19 septembre 1665

  • 88 Francisco Fernández de la Cueva y Enriquez de Cabrera (1619-1676), septième duc d’Alburquerque, vi (...)

256À neuf heures du soir, on amena le corps à l’Escorial, suivant les rites habituels. Il était accompagné de quarante religieux de chaque ordre, encore que le Carmel, les augustins, les franciscains et les dominicains n’en eussent que douze. Le duc d’Alburquerque88 me fit présenter ses condoléances par son majordome, ainsi que la comtesse de Benavente. Arrivée de l’ordinaire de Flandres...

Lundi 21 septembre 1665

257Pris le deuil, avec toute ma maison, à l’usage de ces royaumes, chose si curieuse qu’elle me donne plutôt envie de rire que de pleurer. On ne prend le deuil de cette façon en aucun autre endroit du monde ; c’est coutume de barbare plutôt que de chrétien. J’ai fait revêtir ma voiture, à l’intérieur, de bayette, à l’extérieur de toile ciré, les boiseries peintes en noir, le harnachement des chevaux couvert de bayette, contrairement à l’usage d’ici. Visite du secrétaire de l’ordre de la Toison d’or. Longue discussion avec lui sur l’état de l’Ordre...

Mercredi 30 septembre 1665

258À trois heures de l’après-midi, j’ai parlé pour la première fois avec la reine après la mort du roi, lui présentant mes condoléances, capuchon de deuil en tête. Je lui parlais [des affaire pendantes]. À aucun ministre elle n’avait donné audience avant moi...

Dimanche 4 octobre 1665

  • 89 Couvent de Madrid.
  • 90 Jerónimo Colonna, ancien ambassadeur d’Espagne à Rome, conseiller du Conseil d’État en 1666, mort (...)

259Communion et confession, pour être fête de saint François. L’après-midi, visite à Saint Bernard89, pour gagner le jubilé. J’y tombe sur le cardinal Colonna90, avec qui j’ai parlé plus d’une heure à la porte du couvent... Des lettres d’Allemagne m’apportent le décret de Sa Majesté le César qui me fait conseiller d’État, avec ancienneté du 11 août ; décret rédigé en des termes conformes à la bienveillance de la famille d’Autriche, reconnaissant hautement mes services et mes mérites, le tout confirmé par une lettre de la main même de Sa Majesté. Sevrage du nouveau roi d’Espagne, Charles II...

Mercredi 7 octobre 1665

260... Le duc de Medina [de las Torres] me fait inviter aux fêtes du lendemain, qu’il organise, pour la proclamation du nouveau roi Charles II. Bien que je donne tout son prix à cette invitation, je la déclinais cependant, estimant ma présence déplacée en cette cérémonie...

Jeudi 8 octobre 1665

  • 91 En tant qu’alférez mayor de Madrid. La cérémonie de proclamation du roi est en effet l’œuvre de la (...)
  • 92 Ferdinand Bonaventure, comte d’Harrach (1637-1706), futur successeur de Pötting à l’ambassade d’Au (...)

261Cérémonie et acclamation du roi Charles II, roi des Espagnes, avec levée de l’étendard royal ; le tout de façon brillante, en présence d’un grand concours de noblesse et de peuple. La cérémonie eut comme acteur principal le duc de Medina de las Torres91, avec tout le brio et l’éclat qui le caractérisent. Il portait à cheval l’étendard royal. La cérémonie fut répétée en quatre endroits, sur quatre estrades différentes. Le cortège partit de la Maison de ville. La première estrade se situait sur la Grand-place ; la deuxième sur la place du Palais ; la troisième sur la place des Descalzas ; le quatrième sur la petite place de la Ville. Toute la noblesse chevauchait à l’avant, en habit de velours noir. Derrière, le duc de Medina, en habit de couleur brodé, qui avait à sa gauche le corrégidor de Madrid. Arrivés aux estrades, le duc descendait de cheval et, accompagné du corrégidor et du héraut d’armes, il montait sur l’estrade. Là, le héraut le plus ancien faisait la proclamation suivante : " Approchez, vous tous de Castille et de Léon ! Reconnaissez votre roi Charles II (Dieu le garde) et donnez lui obéissance ". Ceci fait, le duc abaissait trois fois l’étendard royal, et tous faisaient acclamation, en criant à pleine gorge : " Viva, Viva ". Le tout trois fois, sur chaque estrade. Je vis la cérémonie avec la comtesse mon épouse et le comte d’Harrach92, d’un balcon que j’avais loué sur la Grand-place. Dieu Notre Seigneur fasse que cette acclamation fasse effet pour le bien de cette Monarchie et donne longue vie à Sa Majesté. Amen. "

262Source : Pötting (conde de), Diario del conde de Pötting, embajador del Sacro Imperio en Madrid (1664-1674), ed. Nieto Nuño (Miguel), Madrid, Biblioteca diplomática espaáola, 1990, t. I, p. 135-140.

Document XX. Le premier coup d’État de Juan José d’Autriche (février 1669)

263Nous connaissons déjà le comte François Eusèbe de Pötting et son journal (document XIX). Il décrit ici ce qui est sans doute le premier coup d’État de l’histoire moderne de l’Espagne.

264Rappelons la situation. La reine-régente doit faire face à des difficultés intérieures considérables : insoumission de l’aristocratie, faiblesse des rentrées fiscales, incertitude sur la santé et les capacités de l’enfant roi, Charles II, entre autres. À l’extérieur, la Guerre de dévolution (1667-1668) vient de montrer la faiblesse militaire de la monarchie. La reine s’appuie sur son confesseur allemand, le jésuite Everard Nithard, qu’elle a fait nommer inquisiteur général, et dont Jean Joseph d’Autriche, bâtard de Philippe IV, brillant militaire qu’il a écarté de la cour, exige le renvoi en marchant sur la capitale.

265Le texte a l’intérêt de montrer l’intimité des relations entre les deux branches des Habsbourg, dont témoigne le rôle central de l’ambassadeur dans la crise. Il est éclairant aussi sur les mécanismes du jeu de cour, fait à la fois de relations personnelles ou familiales et d’intérêts politiques ; sur le poids du facteur dynastique ; sur le rôle et les ambitions de l’aristocratie, omniprésente ; sur les principes de la " politique " du temps, dont l’ambassadeur émaille ses propos. Le texte appelle comparaison avec la situation de la France sous la régence d’Anne d’Autriche, une réflexion sur le rôle des " premiers ministres " et sur les limites de fait d’un pouvoir royal théoriquement absolu. On se reportera pour certaines notes d’identification au texte précédent.

Samedi 16/2/1669

266Au Palais matin et soir avec la comtesse mon épouse. Le roi [Charles II, qui est malade] saigné à la cheville, pour la première fois. Rémission immédiate de la petite douleur qu’il ressentait au côté. Bénie soit la sainte providence qui nous a tiré de peine, car la seule pensée [de la mort du roi] fait se dresser les cheveux sur la tête... Vu le marquis de Mondéjar. L’après-midi au couvent des Merveilles. Rendu grâce pour l’amélioration de la santé du roi...

Lundi 18/2/1669

  • 93 Francisco de Moura, marquis de Castel Rodrigo, le fils de l’homme de confiance d’Olivares. Il vena (...)

267Allé avec la comtesse à Notre-Dame d’Atocha. Beau joyau offert par la comtesse. Amélioration de la santé du roi. L’après-midi, au Palais, avec la comtesse. Parlé à l’inquisiteur général. Visite du marquis de Castel Rodrigo93. Visite du comte de Baños. Visite du marquis de Mondéjar.

Mardi 19/2/21669

  • 94 Pascual de Aragón (1626-1677), inquisiteur général (1665-1666, remplacé par Nithard), archevêque d (...)

268Le roi, loué soit Dieu, a commencé à se lever, sans quitter toutefois la chambre. La comtesse est allée au Palais. Visite du Cardinal d’Aragon94. Il m’expose les raisons qui rendent le départ de l’inquisiteur général inévitable. Si la reine ne le chasse d’elle-même il s’ensuivra quelque action violente perturbatrice de la paix publique. Me demande instamment d’en avertir de sa part l’Empereur mon seigneur, ce que je fis en relatant par le menu ses propos ; pli envoyé par l’ordinaire d’Allemagne.

Mercredi 20/2/1669

  • 95 Luis Ramón de Aragón, septième duc de Cardona, frère du cardinal Luis Guillen de Moncada.
  • 96 La promenade à la mode, à la limite occidentale de Madrid.

269Visite du comte d’Alba de Aliste. Rendu visite au duc de Cardona95. Longue discussion avec lui sur les affaires présentes, de don Juan et du confesseur. J’ai reconnu le duc pour supérieur à ce qu’on en dit, plus au courant que son frère le cardinal et que bien d’autres. Visite du marquis de Mondéjar. Sortie au Prado Nuevo96...

Vendredi 22/2/1669

  • 97 Cf. note du document XIX. Osuna était alors vice-roi de Catalogne.
  • 98 " C’est ainsi que tu cours à ta perte ".
  • 99 Né dans les années 1650 à Valladolid. Issu d’une famille aristocratique galicienne. Il servait à l (...)

270Visite à Notre-Dame d’Atocha pour la deuxième fois ce mois-ci. Le seigneur don Juan entré en Castille depuis l’Aragon, escorté par 300 chevaux de l’armée du roi donnés par le duc d’Osuna97 à Barcelone. Entrevue de trois heures avec l’inquisiteur général. Lui représente tout au long qu’il ne lui était pas humainement possible de se maintenir sans prendre des mesures à l’encontre de don Juan, qui faisait tout, et à découvert, pour le chasser en toute façon du royaume ; que l’approche de don Juan ne pouvait avoir que de mauvais effets. Lui rapporte les paroles du cardinal d’Aragon, en l’exhortant au nom du Dieu unique, à avoir au moins le souci des intérêts de ce royaume, de la reine, à laquelle il devait tant, et de la très auguste Maison, dont il était le sujet, même s’il avait l’intention de se sacrifier, en bon religieux, à la violence de don Juan. Lui remontre qu’il n’est plus temps de temporiser, mais de vaincre ou de céder en limitant au mieux les dégâts. N’en pus rien tirer, sauf me dire qu’il n’y pouvait rien, qu’il obéirait à la reine, que de sa propre initiative il ne pouvait en aucune façon partir. Paroles d’un faible timoré, et sic perditio tua98 etc. Allé au théâtre avec la comtesse pour me changer les idées. Vue une pièce sur le valeureux châtelain Cespedes de Ocaña. On ne trouve plus de nos jours autre chose. Visite du marquis de Mondéjar. M’assure que, de la façon dont se conduit l’inquisiteur général, nous pouvions nous donner d’avance des condoléances réciproques pour son expulsion violente et prochaine. Même discours à moi tenu par don Alvaro Pérez Osorio99, jeune homme talentueux et fort au courant. Don Iñigo Fernández Ocampo, le frère de don Pedro, celui qui a servi l’impératrice comme secrétaire de la chambre lors de son voyage en Allemagne, me vient demander d’intercéder auprès de la reine pour lui faire avoir le secrétariat du Conseil des Indes.

Samedi 23/2/1669

271Parlé longuement et sans détours à la reine dans la tour du Palais à propos de don Juan et de l’inquisiteur général. Trouvé cette sainte dame perplexe et fort troublée par la marche en armes de don Juan sur la cour. Consolé Sa Majesté en lui représentant que ce ne serait pas la première fois qu’un prince, pour souverain qu’il fut, se verrait obligé de céder à la force ; qu’il serait bon de hâter le départ du confesseur, afin qu’il semblât partir par la volonté de Sa Majesté, en évitant d’opposer ouvertement don Juan à la volonté royale. La reine reconnut à la fin la valeur de mes arguments, tout en affirmant la difficulté qu’elle éprouvait à éloigner un confesseur en qui elle avait telle confiance ; encore que nécessité fait loi. M’en fus de là à Notre-Dame des Merveilles placer tout cela entre les mains de la Vierge très sainte, véritable consolatrice des affligés. Visite de don Alvaro Osorio pour me transmettre des informations sur ces affaires.

Dimanche 24/2/1669

  • 100 Au sud de Madrid.

272Don Juan à Torrejón [de Velasco]100, à trois heures de la cour. J’en informe la reine et insiste lourdement sur le départ immédiat du Père Everard du royaume. La reine envoie Monseigneur le nonce à don Juan pour essayer de le calmer. Retour de celui-ci, porteur d’un message inflexible sur l’exil du confesseur, avec pour limite la journée de demain. Sa Majesté fait soumettre l’ultimatum à ses conseillers. Il en sort un décret de la reine où elle se rallie à la position de don Juan et ordonne le départ immédiat du confesseur. La mine explose enfin, d’un seul coup.

Lundi 25/2/1669

  • 101 Agglomération située juste au nord de Madrid.

273À midi, le cardinal d’Aragon et Peñaranda intiment à l’inquisiteur général l’ordre de quitter la cour. Il reçut ce calice amer en bon religieux, mais en mauvais politique, sans le moindre trouble extérieur, comme me l’assura le cardinal, qui ne croyait rien de ces apparences. Immédiat et infini concours de noblesse, de ministres et de particuliers à son domicile, les uns le plaignant, les autres se réjouissant, comme toujours en de tels avatars de fortune. Je n’y fus pas, retenu par des considérations politiques. Le cardinal d’Aragon se présenta à quatre heures et l’amena dans sa voiture, par les lieux les plus déserts qu’il put, à deux lieues de la ville, à un village appelé Fuencarral101, où il passa la nuit. Le cardinal revint à Madrid. Les malédictions et les injures que proféra le peuple enragé contre ce bon religieux à son départ sont de telle nature que je préfère les taire, surtout venant d’un peuple si catholique contre un prêtre, ministre suprême de la sainte foi.

274Telle fut la tragédie mémorable donnée sur la scène de cette Monarchie par un ministre qui voulut l’être par son titre seul, sans posséder aucun des principes nécessaires pour atteindre le but qu’il se fixait. Heureux encore que Dieu lui aie permis de profiter d’un coup si sensible pour accroître ses mérites dans l’autre monde. Vivant exemple pour tous ceux qui voudraient se charger d’une tâche au-delà de leur force et de leurs talents.

275Au Palais dans l’après-midi pour consoler la reine, que je trouvais pleine de grandeur d’âme et de résignation. Dieu veuille que son cœur soit réellement en tel repos. L’inquisiteur ne prit congé de la reine que par écrit, par un billet auquel Sa Majesté répondit : " O monde, comment ne pas te connaître, si chaque jour nous découvre ton double jeu ". Visite du marquis de Mondéjar. Visite à l’ambassadeur de Venise.

Mardi 26/2/1669

276Envoyé mon confesseur à Fuencarral, saluer l’inquisiteur général de ma part. Il revint avec une de ces réponses sèches auxquelles nous a habitué ce bon père. Visite au marquis de Castel Rodrigo. Visite de l’ambassadeur de Hollande. Visite du marquis de Mondéjar. Visite au Palais, avec la comtesse.

Mercredi 27/2/1669

277Visite de l’ambassadeur de Lucques. Visite du ministre de Savoie... L’après-midi, visite du nonce. Longue discussion avec lui sur la chute de l’inquisiteur général, comment cet homme, par manque de talent, avait failli non seulement se perdre, mais perdre avec lui cette Monarchie. Ce qui est fait, est fait.

Jeudi 28/2/1669

278Longue entrevue avec la reine, dans la tour du Palais, sur l’état présent des affaires. Lui remonte le moral. Trouvé Sa Majesté d’un cœur et d’une fermeté propres d’une reine. M’a manifesté plus de confiance que jamais, plus en tout cas qu’au temps de l’inquisiteur, preuve de ce que j’ai toujours soupçonné. Parlé à la Grande Chambrière, doña Leonor de Velasco. Visite du marquis de Castel Rodrigo. Me tient sur le gouvernement du royaume un discours qui ne me plait pas : semble avoir pour objet d’en faire un premier ministre [valido], ce qui est apparemment son ambition. Visite du marquis de Mondéjar. Visite du marquis de Cabrega.

279Source : Pötting (conde de), Diario del conde de Pötting, embajador del Sacro Imperio en Madrid (1664-1674), ed. Nieto Nuño (Miguel), Madrid, Biblioteca diplomática española, 1990, t. II, p. 17-22.

Document XXI. L’Espagne de Charles II vue par un ambassadeur de Louis XIV (c. 1680)

280Le marquis Pierre de Villars (1623-1698) passa à la diplomatie après une brillante carrière militaire. Ministre, puis ambassadeur de France à Madrid (1668-1673), ambassadeur à Turin, puis à nouveau à Madrid (1679-1681), il est le père du maréchal de Villars, le vainqueur de Denain.

281Un mémoire sur l’état de l’Espagne commandé par le ministre des Affaires étrangères Pomponne lors de la seconde ambassade à Madrid, servit de noyau à des textes divers de souvenirs et d’observations sur l’Espagne, qui furent fréquemment publiés du xviiie au xxe siècle. Ce qui suit est extrait du mémoire à Pomponne.

282En dépit de la qualité de son auteur et de son destinataire, ce texte appartient par bien des côtés au genre de la littérature de voyage. Sa thématique générale est celle que touchent tous les guides touristiques, de Pausanias au Guide du routard. Toute description de l’étranger est cependant discours sur soi-même, l’expérience de soi fournissant le point de comparaison implicite qui organise le texte. On dégagera donc celle que conduit Villars entre l’Espagne et la Monarchie de Louis XIV, plus éclairante encore sur la perception qu’un courtisan français pouvait avoir de l’État qu’il servait que sur l’Espagne. On réfléchira spécialement au rôle de la capitale et de la cour dans l’image du pouvoir souverain. On relèvera enfin les appréciations sur le caractère national et on les comparera aux remarques de Campanella (document XIII). Ce texte, enfin, a été l’un des plus utilisés par les historiens pour alimenter l’idée du déclin de l’Espagne au xviie siècle. Le commentaire prendra en compte cette dimension historiographique. On ne manquera pas enfin de dégager la perception territoriale qu’a l’auteur de la Monarchie espagnole.

283L’idée que ces mémoires pourront donner de l’état et du gouvernement présent de l’Espagne aura sans doute peu de rapport à celle que la puissance et la politique des Espagnols avait autrefois répandue dans le monde ; mais personne n’ignore que, depuis le commencement de ce siècle, l’une et l’autre ont toujours été diminuant. Ce changement est devenu si grand dans ces derniers temps, que d’une année à l’autre on aurait pu s’en apercevoir.

284J’avais vu cette cour et la plus grande partie de l’Espagne, il y a quinze ans ; on y trouvait encore alors des ministres de réputation dans les conseils ; on voyait, dans les finances du roi et dans le commerce des sujets, encore assez d’argent pour se souvenir des richesses que les Indes leur donnaient sous un meilleur gouvernement. Mais dans un second voyage où, durant deux ans [1671-1673] j’ai eu l’occasion de voir continuellement la cour et les ministres, j’ai trouvé peu des restes de l’ancienne Espagne dans le public et le particulier ; c’est ce qui m’a porté à écrire ces mémoires, pour faire voir en détail le changement de cette monarchie, qu’il serait difficile de se persuader à moins que d’en être convaincu par une suite de faits que je rapporterai comme je les ai vus, sans prévention et sans intérêts...

  • 102 Le pont de Ségovie, œuvre de Juan de Herrera, l’architecte de l’Escorial construit sous Philippe I (...)

285Depuis plus de cent ans les rois d’Espagne tiennent leur cour à Madrid. C’est une ville assez grande, sans murailles, située au milieu de l’Espagne, dans un pays inégal, fort découvert et fort sec. Le ruisseau du Manzanares qui passe sous la ville, a quelque peu d’eau en hiver et point du tout en été, cependant que les Espagnols, par un génie disproportionné qu’ils ont presque en toutes choses, ont bâti sur ce ruisseau deux ponts assez grands pour passer le Rhin ou le Danube102.

  • 103 Valido de la reine régente de 1673 à 1677.

286Le palais du roi est à l’extrêmité de la ville vers le midi, sa façade est d’ordre dorique, d’une pierre piquée comme du grès ; deux pavillons de brique la terminent à droite et à gauche ; les trois autres côtés de ce palais n’ont ni forme, ni rapport entre eux, et sont tous composés d’une quantité de petits bâtiments de briques ou de terre ; au-dessous du palais, le terrain qui va en penchant jusqu’au Manzanares, est fermé de murailles, en une situation admirable pour des terrasses et des cascades ; mais il est inculte, sans bois, sans jardins, sans fontaines. Devant le palais est une assez grande place que Valenzuela103, durant sa faveur, rendit régulière par deux murailles, de petites arcades pleines de colifichets dont il la ferma à droite et à gauche.

287Quoique Madrid soit fort peuplée, il y a néanmoins peu de bourgeoisie. La maison du roi, les courtisans, le grand nombre de conseils, de tribunaux et de personnes qui en dépendent, une quantité extraordinaire de couvents de l’un et l’autre sexe, est ce qui compose la plus grande partie de la ville. Il n’y a au-delà que quelques ouvriers pour les choses nécessaires et quelques marchands. C’est la ville du monde la plus remplie de carrosses à proportion de sa grandeur, soit à cause de la saleté qui s’y rencontre, ou par la vanité ordinaire des Espagnols dont la plupart préfèrent le faste du carrosse à la subsistance la plus nécessaire de leur maison. Il est vrai qu’en hiver les boues sont horribles à Madrid et la poussière insupportable en été. On n’observe aucune police pour nettoyer la ville ; il n’y a point d’eau à la rivière pour en emporter les immondices qui demeurent dans les rues tout au long de l’année. La bonté seule de l’air peut remédier aux suites que devrait causer cette infection ; aussi l’on peut dire que l’air et l’eau des fontaines sont les seules choses qui soient bonnes à Madrid. Ce qui dépend du soin des hommes est dans un extrême dérèglement ; les choses nécessaires à la vie viennent de fort loin par des voitures de mulets et de chariots qui les apportent à grand frais et en petite quantité ; les entrées et les autres droits sont immenses ; le monopole des magistrats s’étend sur tout, et depuis le décri de la monnaie de cuivre, la cherté est venue à un tel point qu’elle passe deux fois celle de la ville d’Europe la plus chère.

288Le reste de l’Espagne, c’est-à-dire les deux Castilles qui en composent la plus grande partie, sont réduites à une misère qu’il est difficile de comprendre à moins que de l’avoir vue. Ce pays autrefois si abondant et si habité, a commencé à se dépeupler par un grand nombre de Mores qu’on a chassés en divers temps. Les Indes ont continué à attirer des colonies d’Espagnols dont la plus grande partie y sont demeurés. La nécessité d’envoyer des soldats espagnols en Flandre et en Italie a beaucoup diminué encore le nombre des habitants depuis cent ans, et le dérèglement du gouvernement a achevé par l’excès des impositions qui ont mis le peu d’habitants qui restait hors d’état de cultiver la terre (sic).

  • 104 Possesseur de titres d’État. La media annata dont il est ici question n’est pas celle perçue sur l (...)

289Depuis quarante ans, ces impositions, le nombre des officiers employés à les lever et des tribunaux pour en connaître sont augmentés à l’infini. Cependant de ces prodigieuses levées d’argent, le roi d’Espagne n’en tire presque rien. Tous ses revenus s’étant trouvés engagés il y a plusieurs années, il prit la media annata, c’est-à-dire la moitié du revenu par an sur chaque engagiste104. Depuis, il a encore repris vingt pour cent ; mais l’un et l’autre s’est trouvé anéanti par les même raisons qui ont causé la première ruine, de sorte que le roi se trouve aussi pauvre qu’auparavant et les engagistes ne tirent presque plus rien des droits qu’il leur avait cédés.

290Le commerce n’est pas en meilleur état et, hors les laines de Castille qui se vendent aux étrangers, il n’y a, en Espagne, ni marchandise ni manufacture qui puisse y attirer de l’argent. Le roi n’a point de vaisseaux pour assurer la mer, les sujets n’en ont point pour trafiquer, aussi les étrangers leur en apportent de toutes sortes et les épuisent de ce si peu d’argent que les Indes leur donnent, car le principal des Indes se fait pour les étrangers et, dans ce que chaque flotte ou galions apportent d’or et d’argent, des trois quarts il y en a deux qui vont directement aux étrangers sans entrer en Espagne. La troisième part se partage entre le roi et ses sujets, auxquels les étrangers en enlèvent encore peu à peu la meilleure partie par le commerce des marchandises qu’ils apportent et par le transport actuel des espèces hors du royaume, dont le profit est très considérable.

291On peut encore ajouter que tous les ans, il y a plus de soixante et dix mille Français qui tirent de l’argent d’Espagne. C’est une quantité de misérables répandus dans toutes les provinces pour cultiver la terre, couper les blés, porter de l’eau, faire la brique et la tuile, la chaux et le charbon et tout ce que les Espagnols, par paresse ou faute de monde, ne peuvent ou ne veulent point faire. Tous ces gens emportent ou envoient chaque année en France l’argent qu’ils ont gagné.

292Source : Villars (Pierre, marquis de -), Mémoires de la cour d’Espagne de 1679 à 1681, Morel-Fatio (A.), ed., Paris, Plon, 1893, p. 1-10.

Document XXII. Les rapports entre le roi et les villes. Demandes de grâces royales par les échevins de Palencia à la suite du vote de la prolongation des millions de 1685

293Les millions sont dans la seconde moitié du xviie siècle l’un des principaux impôts perçus par la Monarchie en Castille. Ils ont été concédés au souverain par les Cortés sous Philippe II ; la concession fut renouvelée sous Philippe III et sous Philippe IV, toujours pour des périodes de temps limitées, qui finirent pas se stabiliser à six ans. L’interruption de la réunion régulière des Cortés après 1664 rendait impossible cette opération. On prit alors l’habitude de demander la concession directement à la vingtaine de villes qui envoyaient des députés à l’assemblée : tous les six ans, les échevins (regidores) de chacune d’entre elles votaient un texte autorisant la perception pour une période de plus. Les votes étaient transmis à Madrid. Lorsque la majorité des villes avait voté, on considérait que les Cortés s’étaient prononcées. Le roi remerciait alors en concédant aux échevins des " grâces " diverses, sur leur demande et après rapport des corrégidors concernés. Le mécanisme constitue une belle illustration d’un phénomène essentiel de la vie politique castillane : le lien personnel entre les échevins des grandes villes, qui tiennent en main le royaume, et le souverain, fondé sur l’échange de services politiques et administratifs de la part des premiers, contre des faveurs et des grâces utiles socialement de la part du second. L’importance de cet échange de dons et de contre-dons à tous les niveaux de l’administration s’accroît encore au xviie siècle et repose sur un mécanisme bien huilé où le prétendant [pretendiente] expose ses mérites [méritos] et ses demandes [pretensiones] dans un placet [memorial] remis au souverain, lequel, après rapport d’un agent de la monarchie, normalement la Chambre de Castille en matière civile et religieuse, le Conseil de la guerre en matière militaire, concède ou refuse la grâce. Rappelons que les échevins des villes de Cortés, comme ceux de toutes les principales villes du royaume, étaient alors héréditaires.

294Le document présenté est le rapport du corrégidor de la ville de Palencia, une quarantaine de kilomètres au nord de Valladolid, à propos des demandes des échevins de celle-ci pour le renouvellement des millions de 1685. Il se compose de la liste des demandeurs, suivie d’un résumé de la demande de chacun. Dans la marge figure l’opinion du corrégidor et la décision du roi. Palencia n’était pas une ville qui exerçait traditionnellement la représentation aux Cortés. Elle ne l’avait reçue qu’en 1660.

295Palencia. Service concédé le 29 janvier.

296Renouvellement de 1685.

297Les échevins [regidores] de Palencia qui ont présenté un mémoire de demandes pour leurs mérites lors de la prorogation des millions sont les suivants : Messire Alonso Gonzalez de Villalobos y Acevedo ; Messire Isidro de la Rua y San Román ; Messire Pedro Ladrón de Guevara ; Messire Ignacio Lorenzo Sánchez y Villamayor.

298Leurs demandes sont les suivantes :

  • Messire Alonso Gonzalez de Villalobos, échevin de Palencia. Il représente que son père a servi le même office pendant plus de 17 ans, et son grand-père de même ; que lui-même a continué la tradition en toutes les affaires qui se sont présentées de son temps ; qu’il a été présent à la dernière prorogation ; qu’il fut l’un des commissaires nommés pour porter la délibération à la cour, ce qu’il a fait, en la remettant aux mains de Votre Majesté en compagnie de don Isidro de la Rua, son collègue. Arguant de ces motifs, et du fait qu’il a trois frères et deux sœurs, tous orphelins, que sa pauvreté lui interdit d’entretenir [conformément à leur rang], il demande qu’on lui fasse la grâce de 500 ducats de rente pour chacun de ses frères, sur l’évêché de Palencia ou l’archevêché de Saint-Jacques, et d’une place de palefrenier du roi. La ville et le corrégidor ont écrit au roi pour recommander cet échevin et son collègue, pour avoir été les deux commissaires nommés pour porter à la cour l’accord de la ville, concession à laquelle il ont pris la plus grande part. Ils sont dignes que Sa Majesté les honore spécialement. [En marge, de la main du corrégidor :] Il n’a rien eu la dernière fois. [En marge, d’une autre main, en face de la mention du poste de palefrenier :] Pour le frère qu’il désignera.
  • Messire Isidro de la Rua y San Roman, échevin de Palencia, représente qu’en 1684 il a participé par son vote à la concession du service qu’a concédé cette ville et qu’il fut commissaire pour la levée des 100 fantassins qui y furent recrutés ; que dernièrement, il a donné sa voix à la présente prorogation des millions et qu’il fut l’un des deux commissaires chargés de porter la délibération à la cour, ce qui est avéré par acte authentique. Il demande une place de gentilhomme de la bouche de Sa Majesté, ou une place de palefrenier du roi avec gages. [Dans la marge, de la main du corrégidor :] Il n’est pas avéré qu’il fut échevin lors de la prorogation précédente. La ville et le corrégidor ont écrit au roi pour le recommander, ainsi que son compagnon. [Dans la marge, d’une autre main :] Du roi : palefrenier, sans gages.
  • Messire Pedro Ladrón de Guevara, échevin de Palencia, représente que Messire Juan Ladrón de Guevara, son père, a servi cet office pendant plus de vingt ans ; qu’il a voté tous les services demandés à la présente municipalité ; que le prétendant à continué cette tradition depuis l’an 1670, en apportant son vote à toutes les prorogations et dons gratuits, spécialement à la dernière prorogation, celle de 1679, année où il vint à la cour à ses frais pour y porter la délibération, sans obtenir aucune grâce en échange, de quoi il présenta un certificat authentique. Il demande une place de gentilhomme de la bouche pour son fils, Juan Manuel Ladrón de Guevara, et un habit [des ordres militaires] pour l’un des fils ou filles du suppliant, celui qu’il choisira. [En marge, de la main du corrégidor :] il n’a pas reçu de grâces au titre de la prorogation passée. [En marge, d’une autre main :] Habit pour le fils de son choix.
  • Messire Ignacio Lorenzo Sánchez y Villamayor, échevin de Palencia, représente qu’il se trouvait être administrateur des millions de la ville de Reinosa lorsque le corrégidor se trouva dans le cas de le convoquer pour voter la présente prorogation, en tant qu’échevin le plus ancien, immédiatement après le doyen ; d’autant qu’il est de ceux qui ont servi Sa Majesté de leur fortune lorsque fut concédé à la cité voix aux Cortes. Le corrégidor, cependant, ne lui envoya pas de convocation au prétexte qu’il était employé au service du roi, à plus de vingt lieues de Palencia. Il préféra voter lui-même le service, en compagnie d’un tout petit nombre de capitulaires. L’intéressé, l’apprenant, considéra que c’était là le priver de son droit et des mérites attachés à ce vote. Il donna donc procuration à un échevin de la ville, le 6 février de cette présente année, pour voter en son nom ladite prorogation, ratifiant et approuvant la délibération prise en sa faveur. Il demande à figurer comme votant sur les registres, à côté de ceux qui ont pris part à la délibération, et à recevoir certificat du fait pour sauvegarder son droit, afin qu’en tout temps il puisse prouver qu’il en avait usé et qu’il avait servi comme il devait Sa Majesté. Il a présenté la procuration qu’il donna à cette occasion. [En marge :] Comme il le demande.

299Source : Archivo Histórico Nacional de Madrid, Consejos, leg. 51450 ; reproduit par Lèbre (Céline), Les regidores des villes de Cortés et le roi en Castille à la fin du xviie siècle, TER, Bordeaux 3, 1996, t. II. s.p.

Document XXIII. Un roi chasse l’autre. Madrid entre Philippe V et Charles III (1706)

300La Guerre de Succession vit s’affronter deux prétendants à la Couronne d’Espagne : l’autrichien, l’archiduc Charles, sous le nom de Charles III ; le français, Philippe V. À l’automne 1705, Charles enleva Barcelone avec l’appui de la flotte britannique. Philippe se précipita sur la ville, mais sans réussir à la bloquer par mer. L’arrivée de renforts ennemis l’obligea à lever le siège. La concentration de ses forces en Catalogne avait affaibli l’armée qui gardait la frontière du Portugal. Les anglo-portugais de Galway et Das Minas marchèrent sur Madrid et y entrèrent le 27 juin. Charles III se mit alors en marche vers sa capitale, dans une marche freinée par la présence sur son flanc de l’armée philippiste. Il eut à peine le temps d’y séjourner, chassé par une contre-attaque des troupes de Philippe, renforcée de contingents français. L’armée du prétendant autrichien en retraite fut rattrapée et écrasée à Almansa le 25 avril 1707.

301Le séjour des alliés fut marqué par le ralliement à la cause autrichienne de plusieurs membres des Conseils et de l’aristocratie, qui avaient refusé de Philippe dans sa retraite à Burgos. En revanche, ce moment critique fut l’occasion d’une remarquable mobilisation des populations de Castille en faveur du Bourbon qui enracina définitivement son trône.

302Le couvent de Notre-Dame d’Atocha abritait une statue de la Vierge dont la chapelle fut un haut lieu du culte monarchique sous les Habsbourg, qui en avaient fait une espèce de divinité tutélaire de leur dynastie. Les Descalzas étaient le couvent féminin le plus huppé de la capitale. Il recevait les filles de la plus haute aristocratie et de la famille royale.

303La Gazette de Madrid, fondée en 1661, avait été rachetée en 1697 par Juan Goyeneche, un homme d’affaire navarrais, plus tard l’un des membres éminents du parti philippiste. Hebdomadaire et semi officielle, elle donnait les nouvelles de la cour et du monde, sur le modèle des gazettes européennes déjà courantes à l’époque.

Gazette de Madrid, 16/03/1706

304Afin de rendre plus solennelles et religieuses les rogations que fait la cour pour l’heureuse issue du voyage qu’entreprend le roi notre sire [Philippe V, qui part assiéger Barcelone] et pour le bonheur de ses armes, celui-ci se rendit ce vendredi à son Collège dominicain de Notre-Dame d’Atocha, accompagné du corps de Ville [de Madrid], des ordres religieux et des Conseils. Le dimanche, il se rendit au couvent royal de Dames Descalzas, accompagné des Conseils. La reine l’y attendait. Les rogations dureront huit jours. Les communautés religieuses s’en chargent par roulement...

Gazette de Madrid, 06/07/1706

  • 105 Comparer ce passage au texte sur la mort de Philippe IV et l’intronisation de Charles II, document (...)

305Notre Ville couronnée [Madrid] ayant reconnu pour son légitime Maître le seigneur roi don Carlos III [Charles III], elle procéda le 2 courant à la formalité accoutumée de proclamer son très auguste nom aux endroits les plus remarquables. L’échevin don Mateo de Tovar portait l’étendard. Il eut cet honneur du fait de la maladie des deux [échevins] qui avaient plus d’ancienneté que lui105. Un cortège brillant l’accompagnait, composé de presque toute la noblesse et d’un imposant concours de peuple. Des acclamations inouïes manifestaient la joie singulière qui possédait l’esprit de tous. Le très excellent seigneur marquis de Las Minas, fidèle au zèle incomparable qu’il a toujours montré pour le service de Sa Majesté et à la bienveillance qu’il a toujours manifesté pour la population de la ville, voulut voir la cérémonie d’un balcon de la grand-place, en compagnie de l’excellentissime seigneur Milord Galoway. Son Excellence témoigna en cette occasion de sa libéralité coutumière, en jetant au peuple, de sa propre main, un nombre considérable de monnaies diverses d’or et d’argent. Il fit participer l’armée à la fête en faisant tirer dans la soirée une triple salve à toute l’artillerie et toute la mousqueterie. Cette cérémonie militaire faisait écho aux démonstrations universelles d’allégresse, aux nombreux feux de joie, aux illuminations auxquelles se livrait au même moment toute la ville.

306Selon les avis les plus sûrs, on attend le roi notre seigneur ces jours prochains. Il est suivi de 9 500 hommes d’infanterie et de 3 500 chevaux. Il est attendu avec grande impatience par ses sujets, gonflés d’amour et de loyalisme. On dit que Sa Majesté, aussitôt que la distance restante le lui permettra, abandonnera sa suite et marchera sur la ville à la légère pour nous gratifier de sa présence anticipée.

Gazette de Madrid, 10/09/1706

  • 106 Rivière qui coule du nord au sud, quelques kilomètres à l’est de Madrid.

307Enfin arriva le jour si ardemment désiré par notre ville, où on annonça que Sa Majesté [Philippe V] s’approchait à la tête d’une puissante armée, après avoir réduit ses ennemis à faire retraite par les routes étroites de Guadalajara. Ses avant-gardes, s’entendant sur la rive droite de l’Henares106, étaient en vue de la Madrid...

308" À peine eut-on annoncé cette nouvelle à la cour ; à peine eut-on fait savoir que la ville retrouvait son ancienne splendeur et le maître qu’elle souhaitait, que tous les états donnèrent les signes d’une indicible joie. La vigueur de sa manifestation dans les rues et les places, était semblable à celle de la première entrée dont Sa Majesté gratifia la ville [le 18/02/1701]. Les feux de joie et les illuminations se sont poursuivis jusqu’à hier soir, sans que se soient produits d’autres accidents que quelques blessés dans des bousculades. "

309Source : Torrione (Margarita), ed., Crónica festiva de dos reinados en la Gaceta de Madrid (1700-1759), Toulouse, CRIC et OPHRYS, 1998, p. 58-59.

Document XXIV. La propagande philippiste. Un sermon pour la naissance de Louis de Bourbon, prince des Asturies (extraits) (1707).

310Louis, le fils aîné de Philippe V, naquit le 25-08-1707. Les corps constitués de la zone contrôlée par les Bourbons célébrèrent l’événement de la manière de toute naissance royale. La ville et le chapitre de Valladolid organisèrent une cérémonie conjointe, au cours de laquelle le docteur Agustín Pissador, un ecclésiastique et universitaire local, fut chargé du sermon. Il publia son texte quelques mois plus tard, en un fascicule d’une trentaine de pages. C’est une pièce de propagande, qui assimile l’Espagne à Israël souffrant et la dynastie nouvelle à la dynastie messianique dont les prophètes annonçaient qu’elle sauverait le peuple élu, et dont est issu le Christ. Outre son aspect circonstanciel, un tel procédé met en relief la force du sentiment religieux et le caractère sacré de la monarchie, telle qu’elle est perçue par le peuple, mais aussi par les élites politiques et religieuses de la ville, qui composaient l’essentiel du public. Commencé sur une plan hautement religieux, le texte descend progressivement à un message de plus en plus ouvertement politique et brode sur l’espoir de renouveau que contient cette naissance, la première d’un prince héritier en Espagne depuis presque cinquante ans.

311Il est aussi un bel exemple de style oratoire baroque, ampoulé à souhait. Encore la traduction, pour le rendre plus lisible, lui donne-t-elle une sobriété qu’il n’a pas. Ce qui reste suffit à illustrer le procédé de composition qui consiste à transposer l’actuel dans l’Ecriture par un jeu de correspondances fondées sur des citations explicites ou implicites du texte sacré et de ses commentateurs. On sacralise ainsi l’expérience quotidienne, en accord avec une sensibilité religieuse qui accorde une grande importance à l’incarnation, à la fusion du sacré et de la vie humaine.

312Les citations bibliques sont traduites par nos soins. On signale toutes les citations explicites et les plus obscures des citations implicites. On se reportera au texte sacré dans une traduction catholique de la Bible pour expliciter leur sens.

Discours panégyrique prononcé en la louangeable cérémonie par laquelle la Sainte Église Cathédrale et la Ville de Valladolid célébrèrent la naissance du Sérénissime Prince des Asturies, notre seigneur Louis I (Dieu le garde), par le docteur Agustín Pissador, candidat aux chaires de son Université, examinateur synodal...

313...Que résonne en nos poitrines un cri d’amour et de loyale dévotion ! Que s’expriment les sentiments de cet illustre et toujours grave chapitre, de ce corps de ville toujours fidèle, qui célèbrent ensemble la naissance du Sérénissime prince, du soleil levant, de l’Atlas qui soutient deux mondes, Louis, premier du nom...

  • 107 Luc, 11, 14.
  • 108 Tout royaume divisé contre lui-même périra. Matthieu, 12, 25.
  • 109 Si c’est la main de Dieu qui par moi chasse les démons, alors le royaume de Dieu est proche. Luc, (...)

314Examinons plus en détail le motif de cette acclamation. Le royaume de la Synagogue était divisé en partis par un diable muet107 – les partis que crée le démon s’entourent d’ordinaire d’un silence suspect – et voyant ces clivages, le Christ prononça la sentence qui annonçait sa ruine dans la discorde : " Omne regnum in ipsum divisum desolabitur "108. Le Christ, Majesté divine, voulut établir un royaume plus heureux, et il employa la puissance de sa main à ôter la cause de tout désordre. Puissant remède ! Aucun royaume ne se relève de la destruction si Dieu n’y met la main. " Si in digito Dei ejicio daemonia, profecto pervenit in vos regnum Dei "109... S’ensuit-il que la main puissante du Christ est intervenue pour restaurer l’Espagne en ruine et perpétuer ses gloires, méritant ainsi notre enthousiaste reconnaissance ? Oui. Car si l’égoïsme, ennemi du bonheur public, s’emploie à la division et à la ruine de l’Espagne, la main de Dieu l’affermit écartant toute occasion de péril, l’arrachant aux griffes de si grands démons qui la troublent...

  • 110 Jean-Baptiste, le précurseur et cousin de Jésus.
  • 111 Luc, 1, 66.
  • 112 Luc, I, 66..

315C’est l’Écriture elle-même qui appelle " main de Dieu " le prince qui, par sa naissance, calme les discordes que suscite la haine. La chose est claire en ce qui concerne Jean110. À sa naissance, les habitants de Judée se demandaient étonnés : " Quis putas puer iste erit ", " Qui sera cet enfant " ou, traduit différemment, " Que deviendra donc cet enfant ? "111. Ils prévoyaient en tout cas sa grandeur, car l’évidence de la protection que lui apportait la main toute puissante de Dieu la manifestait clairement : " Celui-ci sera grand, car la main de Dieu était sur lui "112. S’ensuit-il que sa main contenait un signe qui disait ce que deviendrait Jean, et que la main de notre prince contient un signe qui indique ce qu’il sera ? Oui...

  • 113 En hébreux : " Le fils de ma douleur ". Nom donné par Rachel à son second fils, dont la naissance (...)
  • 114 En fait au moins le dix-septième.

316Je dis que sur la main du sérénissime Louis figure une ligne en forme de croix, car tant de malheurs ont précédé sa naissance qu’avant même de naître il a été crucifié, et que ses parents peuvent dire, comme d’un autre Ben Oni113, qu’il est le fils de leur douleur : " Filius doloris mei ". Courage, Espagnols ! C’est le jour même de la fête de saint Louis, roi de France, qu’est né son sixième descendant114 : comme lui il connaîtra la peine dès le berceau, mais comme lui il aura droit d’aînesse auprès de Dieu... Sitôt que j’ai constaté que la naissance de notre sérénissime prince tombait le jour de la fête de son illustre ancêtre, je me suis souvenu de la peine que lui avait coûté d’établir en son rang la Monarchie la plus brillante d’Europe ; et je me suis persuadé qu’elle était un heureux présage cette croix qui marquait Louis I..., car un prince qui naît marqué de si heureuse marque mérite bien sa couronne à jamais.

  • 115 Où est-il, le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient (Matthieu (...)
  • 116 Louis, celui qui donne la lumière. Citation non identifiée.

317Où est-il ce jeune roi, cet infant qui vient de naître, demandaient les mages, avides de le voir, à qui l’avait révélé l’étoile née à l’Orient : " Ubi est qui natus est rex Judaeorum ? Vidimus stellam in oriente "115. À quoi comprennent-ils qu’il est roi ? À l’étoile, qui annonce la naissance d’un soleil... Une étoile présage-t-elle la naissance d’un soleil divin ? Oui. Je ne sais si ce sera l’étoile qu’à la mort de Charles second d’aucuns ont cru voir dans le ciel de la cour, heureux présage qui annonçait que nous naîtrait un soleil qui, au zénith de sa gloire, remplirait l’Espagne d’une joie débordante. Mais je sais qu’éteinte cette étoile dans notre monde – encore que notre amour se la figure resplendissante dans l’empyrée – elle a été remplacée par la plus belle étoile qu’ait jamais vu briller sur elle l’Espagne, car Louis signifie lumière : " Ludovicus, quasi lucem dans "116... L’Espagne a pleuré la mort du roi Charles, très juste et très pieux, étoile qui nous fut enlevée, emportée vers meilleure destinée. Elle se console en se voyant aujourd’hui éclairée d’une nouvelle lumière par la naissance d’une nouvelle étoile que nous donnent Philippe et Marie-Gabrielle de Savoie. Illuminés par l’éclat de l’une et l’autre majesté, ils ne pouvaient que nous donner un astre si brillant qu’il rivalise avec le soleil, pour guerrier en son aube la douleur que cause en nous la ruine de notre ancien bonheur...

  • 117 Il n’en est pas de plus féconde. Citation non identifiée.
  • 118 Ambroise Catharin (1487-1553), dominicain italien, surtout connu comme polémiste antiprotestant.

318Que Louis I se couronne de lys ! Ces fleurs, qui sont le blason de la France, sont par nature fécondes, " nihil fecundius "117. Ce lys choisi garantit le bonheur de notre monarchie. Catharino118 assure que jamais la succession n’a manqué aux rois de France depuis l’an 419. Comment pourrait manquer successeur au trône d’Espagne si le lys le plus fécond que jamais il y eut au monde est transplanté en sa terre, sa terre si fertile pour toutes les autres fleurs ; et s’il a su en si peu de temps produire un lys nouveau ?

  • 119 Moi le Seigneur, j’ai parlé et tenu ma promesse. Citation biblique non identifiée.

319Philippe est petit-fils de Louis le Grand. Il est une branche coupée au tronc des Bourbons, transplantée encore verte et tendre dans les possessions espagnoles. Il aura un successeur ; il aura un fils, branche glorieuse du cèdre le plus haut qu’ait jamais vu le monde, sous les branches duquel il forcera les nations à se prosterner et l’aigle impérial à lui servir de dépouille, pour avoir cherché à obscurcir sa gloire par la vaine agitation de son plumage. Courage, Espagne ! " Ego Dominus locutus sum et feci "119. Ta stérilité a pleuré pendant des années mon oubli de toi ; et voici que maintenant tes pleurs ont engendré ce cèdre en toi transplanté... Remercions le Seigneur pour si grande libéralité de sa main ; mais immédiatement après, remercions Louis le Grand de nous avoir donné Philippe, illustre branche d’un cèdre vraiment royal, qui transplanté sur le sol de l’Espagne a su nous donner en Louis premier un fruit si rempli d’espérances, que dès son premier souffle il fait resplendir le blason de ses parents au lustre de la fécondité.

320Tel est, Messieurs, le sens des signes que l’on trouve sur la main de notre Sérénissime prince. Que l’espérance de sa réalisation supplée au désordre de notre prédiction... Vive, règne, vainque et triomphe cette main marquée de si bons augures ; et qu’elle nous donne en ce monde bonheur tel que nous baisions avec reconnaissance les pieds de notre roi dans la gloire éternelle.

321Source : Pissador (Agustín), Oración panegyrica... [por el nacimiento] de Don Luis I..., Valladolid, 1707, extraits. Reproduit par : Teyssandier (Stéphanie), La propagande politique des premiers Bourbons d’Espagne à partir d’un sermon de naissance en l’honneur de l’infant Louis de Bourbon (1707), TER, Université de Bordeaux III, 1998, vol. II, p. 1-23.

Notes

1 Ce passage est marqué dans la traduction par deux étoiles.

2 La trêve de Vaucelles, signée en 1556.

3 Allusion aux opérations que Coligny mène en Italie, aux côtés du pape, contre les alliés de Philippe, en dépit de la trêve.

4 L’Angleterre.

5 Le Conseil.

6 Plus de 45 millions de ducats, soit au moins six ans de revenus de la monarchie de Castille de l’époque.

7 Sic la construction de la phrase.

8 Mesure pour les grains voisine d’un demi-hectolitre.

9 Andrés Santos de San Pedro, inquisiteur de Saragosse avant sa promotion à l’évêché de Téruel en 1578. Il fut ensuite transféré à l’archevêché de Saragosse, où il était en poste à la date du texte (1578-1585).

10 Calanda et Foz de Calanda, mentionnées plus loin, sont des aglomérations de l’actuelle province de Saragosse.

11 La Sierra Gallinera est située dans l’actuelle province d’Alicante.

12 Dans l’actuelle province de Castellón. Elle fut en 1525 le dernier refuge des populations musulmanes qui refusaient le baptême.

13 Chodes de Morata, dans l’actuelle province de Saragosse.

14 Ségorbe, dans l’actuelle province de Castellón.

15 Benabarre, dans l’actuelle province de Huesca ; Torrellas dans celle de Saragosse.

16 La " Junte des assistants de Cortès " servait de liaison entre le roi et l’assemblée. Elle était, entre autre, chargée de la vérification des pouvoirs des procureurs.

17 Marie d’Autriche (1528-1603), sœur de Philippe II. Mariée au futur empereur Maximilien II, elle fut chargée du gouvernement des royaumes de Castille (1548-1551), avant de suivre son mari en Allemagne. Veuve en 1576, elle revint vivre en Espagne (1581). Elle finit ses jours au couvent des Descalzas reaies. Une profonde affection l’unissait au roi Philippe.

18 Côté gauche de l’autel pour qui lui fait face, il s’oppose au " côté de l’Evangile ". L’expression vient de ce que dans l’ancien rituel de la messe on lisait l’Épître d’un côté et l’Evangile de l’autre.

19 Amédée de Savoie, marquis de Saint-Rambert, alors âgé d’une petite vingtaine d’années, frère du duc Charles Emmanuel I.

20 À la cour d’Espagne, le titre de majordome était porté par les chefs de la maison civile du roi et des princes. Le grand-majordome était assisté de majordomes de semaine.

21 Chef de la chapelle royale et de la maison religieuse du roi.

22 Dignitaire ecclésiastique chargé du service personnel du roi au cours des cérémonies religieuses.

23 Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), comtois et l’un des principaux ministres de Philippe II, fils de Nicolas Perrenot, qui avait été ministre de Charles V.

24 Gaspar de Quiroga (1512-1594), inquisiteur général en 1574, archevêque de Tolède en 1577, ancien conseiller du Conseil de Castille et ancien président du Conseil d’Italie.

25 " Viens, Esprit Saint... ". Cantique d’invocation au Saint-Esprit, pour appeler sa présence lors d’une action particulièrement solennelle qui exige du discernement.

26 Luis Fernández Manrique, marquis d’Aguilar était grand-chancelier de Castille. Il mourut en 1585.

27 Vieux titre, équivalent à celui de gouverneur, à la fin du xvie siècle, essentiellement honorifique.

28 Juan Vázquez de Salazar était alors secrétaire de la Junta de asistentes en Cortès.

29 " Par moi règnent les rois ". C’est Dieu qui parle.

30 Arrière-petit-fils de Noé, fondateur selon la Genèse de Ninive la Grande et du premier empire mésopotamien.

31 Saint Thomas d’Aquin, philosophe et théologien (1225-1274), fut considéré continuement de sa mort à aujourd’hui comme l’un des penseurs les plus autorisés de l’Eglise.

32 Le péché originel, qui priva l’homme de la perfection dans laquelle Dieu l’avait créé.

33 Le droit naturel.

34 " Notre ", car Sénèque était né en Espagne.

35 Saint Paul.

36 Le Livre des proverbes, de 1’Ancien Testament.

37 Plutarque.

38 Poète latin du premier siècle, natif de Calatayud, dans le nord de l’Espagne.

39 Théologien chrétien du deuxième siècle, docteur de l’Eglise.

40 Pierre Ernest I de Mansfeld (1517-1604), prince d’Empire depuis 1594, d’une famille de condotierri allemands, était lieutenant du roi au Luxembourg depuis 1545. Il mena une vie de soldat, constamment au service de l’Espagne. Il est le père d’Ernest de Mansfeld, le fameux condotierre de la Guerre de Trente ans.

41 Charles d’Aremberg (1550-1619), duc consort d’Aerschot, l’un des plus grands seigneurs des Pays-Bas. Militaire distingué, il sera dans les années suivantes ambassadeur des archiducs en France et en Ecosse.

42 Il s’agit évidemment d’une remise de fonds.

43 Francisco de Rojas, 3e marquis de Poza, président du Conseil des finances et membre du Conseil d’État.

44 Gaspar de Córdoba, dominicain, mort en 1604 confesseur du roi, conseiller du Conseil des Finances et du Conseil d’État.

45 Pedro Alvares Pereira, portugais, secrétaire du Conseil du Portugal, homme de confiance du duc de Lerme, partisan d’un contrôle étroit du Portugal depuis Madrid et d’une augmentation de sa contribution aux Finances royales. Il fut arrêté en 1606 pour corruption et exilé à Ocaña. Les révélations qu’il fit provoquèrent la chute de Franqueza.

46 Alonso Ramírez de Prado (1549-1608), avocat, fils d’un marchand andalou, il fut remarqué par Philippe II, à qui il avait envoyé un mémoire justifiant ses droits à la couronne du Portugal. Fiscal du Conseil des Finances (1590-1599), conseiller du Conseil de Castille (1600-1608), il fut mêlé aux affaires de Pedro Franqueza et tomba avec lui. Il mourut en prison, condamné à une énorme amende.

47 Pedro Franqueza (1547-1612), secrétaire du secrétariat d’Italie du Conseil d’État, fut créé pour ses services comte de Villalonga et Villafranqueza. Ame damnée du duc de Lerme, il fut arrêté en 1607 sous la pression des banquiers du roi, à la suite de manœuvres frauduleuses sur les fonds d’Etat et condamné à la prison à vie, avec une énorme amende, en 1609, tant son enrichissement avait été scandaleux.

48 Cristóbal de Ipañarrieta, originaire du Pays Basque et monté à la cour, secrétaire du roi en 1596, conseiller du Conseil des Finances en 1602. Ses deux fils furent l’un conseiller des Finances, l’autre conseiller de Castille.

49 Secrétaire du Conseil d’État pour les affaires du nord de l’Europe.

50 Manuel de Moura, marquis de Castel Rodrigo, d’origine portugaise, l’un des hommes de confiance d’Olivares. Ambassadeur d’Espagne à Rome, il fut envoyé en Allemagne pour participer aux conversations de paix exploratoires de Munster.

51 Vice-roi de Sicile et délégué de la Monarchie, en compagnie de Saavedra, pour les négociations de paix de Munster.

52 Diplomate espagnol alors en poste en Allemagne.

53 Luis Méndez de Haro (1598-1661), comte du Carpio, neveu d’Olivares, succéda à son oncle comme premier ministre de Philippe IV.

54 Manuel Alvarez de Toledo, comte d’Oropesa, premier ministre de Charles II de 1685 à 1691.

55 Isaïe, 30, 3.

56 Les places fortes les plus proches de Cáceres, directement situées sur la frontière portugaise.

57 Deux villes frontières du sud de l’Estrémadure.

58 Nom que prennent les municipalités dans la couronne d’Aragon.

59 Levée en masse de la population en état de porter les armes décrétée par les baillis royaux en Catalogne pour leur fournir une force armée destinée au maintien de l’ordre. De fait, le somatén s’avéra un instrument remarquable de résistance à la Monarchie.

60 Léon Bouthillier (1608-1655), secrétaire d’État français aux Affaires étrangères.

61 Le royaume d’Aragon, bien entendu.

62 La charge de gouverneur du royaume d’Aragon (très exactement : " régent du gouvernement "), très importante à la fin du Moyen Âge, avait été supplantée par celle de vice-roi et n’avait plus au xviie siècle qu’une existence honorifique

63 Nicolas Massibradi, armateur de Raguse, condotierre de mer, au service de l’Espagne dans l’Atlantique des années 1620 au début des années 1650. Il se distingua dans de nombreux combats, notamment en compagnie du célèbre Oquendo dont il empêcha la capture à la bataille des Downs.

64 Négociant portugais établi à Séville, impliqué dès les années 1640 dans les traités d’approvisionnement des escadres de l’Atlantique aux côtés de la maison Cardoso, elle-même liée aux Pallavicini, banquiers génois très actifs dans le domaine maritime. La factorie était une forme de contrat différent de l’asiento en ce qu’il pouvait être interrompu à tout moment en cas de non paiement par le roi. Il prend de l’importance après 1640, lorsque les difficultés financières de la Monarchie rendent aléatoire l’exécution des traités à long terme appelés asientos.

65 Homme d’affaire castillan, résidant à Valladolid, où il était échevin, d’origine judéo-converse aux yeux de ses contemporains, décédé sans doute en 1672, facteur de la flotte de 1655 à 1660, facteur des galères d’Espagne à partir de 1655 également. Il avait antérieurement signé de nombreux traités pour le ravitaillement de la flotte. Il étendit ses affaires à la ferme des impôts. Lui-même et son fils Ambrosio comptent parmi les plus importants banquiers de Charles II. Des membres de sa famille passèrent ensuite au service de Philippe V.

66 Traitant portugais, parmi les plus importants de ceux qui sont au service de la Monarchie espagnole. Il prit à sa charge, entre autres, le ravitaillement de la place de Ceuta pour dix ans en 1651. Arrêté et condamné à une forte amende par l’Inquisition pour judaïsme (1654-1656), il abandonna alors ses affaires aux mains de ses fils, qui continuèrent brillamment à servir Philippe IV. Lui-même émigra en Hollande, et mourut ouvertement juif à Amsterdam.

67 Oneglia, sur la côte italienne.

68 Juan José de Austria, bâtard du roi Philippe IV, alors commandant de l’escadre des galères de Naples.

69 Iñigo Vélez de Guevara y Tassis (mort en 1658), alors vice-roi de Naples d’où il avait expulsé les Français du duc de Guise en 1648. Il avança sur sa bourse des fonds importants pour des dépenses liées à la défense de ce royaume.

70 Sur la côte toscane, en Italie.

71 Cesar, duc de Vendôme (1594-1665), fils naturel d’Henri IV, amiral français.

72 Pedro Nuño Colón y Portugal (1618-1673), duc de Veragua, capitaine général de la Mer Océane, mourut vice-roi de México.

73 Secrétaire du Conseil de la guerre. Fut plus tard secrétaire du Conseil d’État (1660) et secrétaire du despacho universel (1661).

74 Pedro Coloma, secrétaire du roi et en tant que tel habilité à agir comme notaire public, était alors secrétaire du secrétariat d’Italie du Conseil d’Etat espagnol.

75 Voir le texte : " Pouvoir de Philippe IV à Luis Méndez de Haro, marquis du Carpio, pour négocier la Paix des Pyrénées ", document XI.

76 Nuestra Señora de las Maravillas, Vierge madrilène à qui Pötting manifestait une spéciale dévotion.

77 Gentilhommes allemands résidant à Madrid.

78 L’aumonier de Pötting.

79 Ramiro Núñez de Guzmán (1612-1668), duc de Medina de las Torres, gendre d’Olivares. Il conserva la faveur du roi après la mort de son beau-père et occupa des postes de cour, notamment celui de " sommelier de corps ", qui mettait à sa charge le service personnel du roi.

80 Jean Everard Nithard (1607-1681), jésuite autrichien, arrivé à Madrid avec la reine Mariana, qui avait sur elle une grande influence. Il fut son valido à la mort de Philippe IV. Il tomba et fut exilé en 1669 (cf. document XX).

81 Les Habsbourg d’Espagne vouaient un culte particulier à la Vierge d’Atocha et l’associaient à tous les grands événements de la Monarchie. Les Descalzas reaies étaient un convent de femmes de fondation royale, créé au milieu du xvie siècle, réservé aux membres de l’aristocratie et de la famille royale.

82 Secrétaire du Secrétariat d’Italie du Conseil d’Etat.

83 Franciscain, mort en 1699. Confesseur du roi et des infants.

84 Gaspar Téllez Girón (1625-1694), cinquième duc d’Osuna, commandant en chef de l’armée espagnole écrasée à la bataille de Castel Rodrigo (1665), au cours de la dernière tentative de reconquête du Portugal.

85 Juan José d’Autriche (1629-1679), bâtard légitimé de Philippe IV, était tombé en disgrâce après les échecs qu’il avait subis à la tête des armées espagnoles dans la reconquête du Portugal (1661-1664) et par ses prétentions un peu trop ouvertes au trône en cas de décès sans succession de son demi-frère légitime Charles. Prieur de l’Ordre de Saint-Jean pour la Castille, il était en résidence forcé à Consuegra, capitale du prieuré. L’empereur d’Allemagne, qui visait la succession pour ses propres descendants, ne l’aimait guère.

86 Gaspar de Bracamonte Pacheco (1596-1676), troisième comte de Peñaranda, avait fait partie de la délégation espagnole au Congrès de Munster (1645), il était président du Conseil des Indes et membre du Conseil d’État. Il était chanoine de son état.

87 Guillen Ramón de Moncada, mort en 1670, cinquième marquis d’Aytona, gentilhomme de la Chambre du roi, Grand majordome de la reine Mariana d’Autriche, conseiller du Conseil d’État.

88 Francisco Fernández de la Cueva y Enriquez de Cabrera (1619-1676), septième duc d’Alburquerque, vice-roi de Nouvelle Espagne (1653-1660). Deviendra conseiller d’État en 1666 et sera vice-roi de Sicile de 1667 à 1670.

89 Couvent de Madrid.

90 Jerónimo Colonna, ancien ambassadeur d’Espagne à Rome, conseiller du Conseil d’État en 1666, mort la même année.

91 En tant qu’alférez mayor de Madrid. La cérémonie de proclamation du roi est en effet l’œuvre de la municipalité.

92 Ferdinand Bonaventure, comte d’Harrach (1637-1706), futur successeur de Pötting à l’ambassade d’Autriche en Espagne, s’y trouvait alors en tant qu’agent sans caractère.

93 Francisco de Moura, marquis de Castel Rodrigo, le fils de l’homme de confiance d’Olivares. Il venait juste de rentrer de Flandre où il avait exercé le gouvernement général.

94 Pascual de Aragón (1626-1677), inquisiteur général (1665-1666, remplacé par Nithard), archevêque de Tolede (1666-1677). Cardinal depuis 1660. Fils du duc de Cardona.

95 Luis Ramón de Aragón, septième duc de Cardona, frère du cardinal Luis Guillen de Moncada.

96 La promenade à la mode, à la limite occidentale de Madrid.

97 Cf. note du document XIX. Osuna était alors vice-roi de Catalogne.

98 " C’est ainsi que tu cours à ta perte ".

99 Né dans les années 1650 à Valladolid. Issu d’une famille aristocratique galicienne. Il servait à l’évidence d’informateur à Pötting.

100 Au sud de Madrid.

101 Agglomération située juste au nord de Madrid.

102 Le pont de Ségovie, œuvre de Juan de Herrera, l’architecte de l’Escorial construit sous Philippe II, et le pont de Tolède, plus ancien, détruit en 1680, reconstruit postérieurement.

103 Valido de la reine régente de 1673 à 1677.

104 Possesseur de titres d’État. La media annata dont il est ici question n’est pas celle perçue sur les grâces royales, mais la retenue de la moitié des intérêts des titres d’État à laquelle procède la Monarchie depuis la fin des années 1630.

105 Comparer ce passage au texte sur la mort de Philippe IV et l’intronisation de Charles II, document XIX.

106 Rivière qui coule du nord au sud, quelques kilomètres à l’est de Madrid.

107 Luc, 11, 14.

108 Tout royaume divisé contre lui-même périra. Matthieu, 12, 25.

109 Si c’est la main de Dieu qui par moi chasse les démons, alors le royaume de Dieu est proche. Luc, 11, 19

110 Jean-Baptiste, le précurseur et cousin de Jésus.

111 Luc, 1, 66.

112 Luc, I, 66..

113 En hébreux : " Le fils de ma douleur ". Nom donné par Rachel à son second fils, dont la naissance lui coûta la vie (Genèse, XXXV, 18).

114 En fait au moins le dix-septième.

115 Où est-il, le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient (Matthieu, 2, 2).

116 Louis, celui qui donne la lumière. Citation non identifiée.

117 Il n’en est pas de plus féconde. Citation non identifiée.

118 Ambroise Catharin (1487-1553), dominicain italien, surtout connu comme polémiste antiprotestant.

119 Moi le Seigneur, j’ai parlé et tenu ma promesse. Citation biblique non identifiée.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/121/img-1.jpg
Fichier image/, 729k

Auteur

TEMIBER, CNRS – Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3

© Presses universitaires de Perpignan, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540