Version classiqueVersion mobile

Cadre de vie, équipement, santé dans les sociétés méditerranéennes

 | 
Jean-Michel Goger
, 
Nicolas Marty

Première partie. Les politiques de prévention

De la maîtrise de l’espace à la protection de la santé en Languedoc et en Provence (xvie – xviiie s.)

Patrick Fournier

Résumé

Patrick FOURNIER étudie les progrès de la gestion sanitaire dans l’environnement urbain du Midi français, entre 1450 et 1850. Pour esquisser un bilan synthétique, il choisit de prendre ses exemples dans sept villes où la police de santé a déjà fait l’objet de recherches instructives : Aix-en-Provence, Avignon, Bordeaux, Carpentras, Nîmes, Marseille et Toulouse. Pour Avignon, pour Carpentras et pour le Comtat venaissin, Patrick FOURNIER se base sur ses propres travaux. Pour les autres villes-tests, il collecte des renseignements comparatifs dans les ouvrages des auteurs accomplis : Charles Carrière pour Marseille ; Laurent Coste pour Bordeaux ; Jean-Jacques Gloton pour Aix ; Jean-Luc Laffont pour Toulouse et Line Teisseyre-Salmann pour Nîmes.

Patrick FOURNIER constate que l’expression de « santé publique » émerge à Carpentras en 1615, dans les archives de la police consulaire. A partir de 1673, le vocable commence à contaminer les délibérations du Conseil de Ville. Pour autant, les villes du Midi français sont réputées pour la force de leurs consulats ou de leurs échevinages. Elles sont aussi connues pour leur imprégnation par le droit romain. C’est pourquoi la pratique y a précédé la clarification du langage : dès le XIIIe siècle, les municipalités d’Avignon et de Montpellier instaurent un dispositif énergique, dans le but d’améliorer la propreté des rues. La première interdit les tuyaux et gouttières qui déversent des eaux troubles dans le passage. La deuxième salarie des prud’hommes qui luttent contre les salissures de voirie. Plus sensibles au discours médical sur la contagion et les miasmes, les élites urbaines des XVIIe et XVIIIe siècles se contentent donc de systématiser les procédures anciennes.

L’activation des dispositifs traditionnels d’endiguement contre le mal est principalement commandée par les autorités municipales, lesquelles reflètent elles-mêmes l’aspiration à la propreté ordonnée, telle qu’elle peut motiver le patriciat urbain. Dans ce cadre, et dès le XVe siècle, les municipalités luttent sur deux fronts : d’abord le compartimentage face aux épidémies ; ensuite l’éradication des boues ou des eaux stagnantes.

Face aux récurrences pesteuses qui secouent le Midi entre 1580 et 1680, les consuls instituent des passeports de santé, que les détenteurs doivent faire viser dans tous les lieux traversés. Les fraudeurs subissent des amendes et des interdictions prolongées de séjour. Les malades sont astreints à déclaration. Ils sont exposés à l’isolement dans leur maison ou au lazaret, le plus souvent jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Des règlements défendent aux habitants d’entreposer des déjections et des immondices devant leur maison. Au contraire, les riverains sont sommés d’enlever les boues devant leurs façades : ils doivent les sortir vers les champs de banlieue ou les confier à des éboueurs qui assurent le transport.

Ces deux fronts d’intervention sont toutefois difficiles à matérialiser dans les faits. Après 1680, les quarantaines anti-contagieuses s’estompent dans le calendrier, tout en revêtant un nouveau tour architectural : les élites commencent à s’éloigner des bourbiers qu’occasionnent les artisans ou les cultivateurs logés en ville. À Marseille et à Aix, les notables emménagent dans de nouveaux quartiers, plus géométriques, mieux aérés et moins densément peuplés. A Carpentras, à Nîmes et à Toulouse, ils tendent à se concentrer près des nouvelles avenues bordées d’arbres, des promenades qui sont juste apposées contre le vieux tissu urbain.

En raison de cette esquisse de ségrégation sociale, le compartimentage anti-contagieux est dédaigné par le XVIIIe siècle. Comme le confinement semble avoir circonscrit la peste marseillaise de 1720, il prend l’aspect d’une arme routinière et désuète. Pourtant, son application de 1720 a nécessité la coordination de tous les échelons d’autorité, et le redéploiement répété des lignes de défense.

Plus désinvolte à l’égard des quarantaines, le XVIIIe siècle l’est encore vis-à-vis du balayage des boues. Les riverains aiment garder leurs immondices en façade, ou dans des flaques d’eau proches, car la proximité du tas d’ordures ajoute ses avantages à celui de la vente du fumier.

Puisque des fractures géographiques commencent à disperser les vieux clans urbains, les autorités des Lumières font la part des lieux méphitiques : les quartiers à tonalité plus populaire jouissent d’une plus grande mansuétude, tandis que les lieux à la mode concentrent les foudres des capitaines de santé et de leurs adjoints.

Pour autant, le bien commun et la santé publique n’ont pas perdu la partie. Vers 1750, lorsque le vieux substrat municipal trahit un fléchissement dans sa détermination juridique, les rouages de la monarchie administrative prennent le relais. Ils mettent en mouvement le Conseil du Roi, les intendants, les parlements d’Aix, Bordeaux ou Montpellier, les États de Languedoc et de Provence, la légation pontificale et les prélats administrateurs.

À partir de 1776, cette coordination sanitaire est précipitée par les consignes de la Société royale de Médecine. Celle-ci encourage la centralisation des initiatives, tant il est vrai que le monopole pour la réception des navires à risque donne de bons résultats, à Marseille et à Toulon.

En jouant sur cet acquis, la Société engage la cartographie des zones pathogènes. Contre la malaria, elle suggère un assèchement généralisé des mares et marais. Elle commande des études contre les boues de voirie, contre l’humidité des maisons, contre la nourriture avariée et contre les vêtements contaminants. Elle réclame des fontaines et des égouts pour faciliter le nettoyage. Autant de secteurs d’intervention qui seront plus tard repris avec succès, depuis le Premier Empire jusqu’à la Troisième République.

Texte intégral

1Les témoignages littéraires ne sont peut-être pas les meilleurs guides pour comprendre l’évolution des conditions de vie dans les villes de la période moderne. Ils offrent pourtant un ensemble de discours qui, de Louis Chevalier à Alain Corbin, ont servi de fondement pour repérer les peurs sociales et la crainte des miasmes, des maladies et de la corruption des corps comme des esprits. Il existe au XIXe siècle un système explicatif des pathologies collectives, qui associe d’anciennes représentations aux dangers que ferait naître la mutation sociale rapide et importante qui frappe tous les observateurs. Cette association entraîne la naissance de nombreuses ambiguïtés, qui n’existaient pas forcément aux siècles précédents. Les récits de voyages des XVIIe et XVIIIe siècles renferment de très nombreuses descriptions de villes qui toutes vont dans le même sens : une exaltation des quartiers aérés, des rues larges et des vastes places bien entretenues, tenues propres et éventuellement agrémentées de fontaines ; une critique violente contre les vieux quartiers sales et insalubres. Ce discours ne naît pas au milieu du XVIIIe siècle : il est bien antérieur, peut-être même existe-t-il dès le début de la période moderne. Toute la réflexion des élites modernes sur l’espace urbain consiste à réfléchir aux moyens de l’aménager de la manière la plus cohérente possible, pour l’ordonner afin d’impressionner les habitants et les visiteurs, de faciliter la circulation et de lutter contre les miasmes corrupteurs, l’insalubrité dirait-on aujourd’hui. L’évolution qui intervient au cours des XVIIe et XVIIIe siècles consiste surtout à mettre en œuvre des politiques urbanistiques qui correspondent à des représentations somme toute assez stables.

2Ce qui fait la force et la cohérence du discours à l’époque moderne, c’est en définitive sa simplicité et son emprise sur le réel. Dans la plupart des villes, la cohabitation entre groupes sociaux différents est maintenue, même si certaines rues sont plus aristocratiques que d’autres. Il n’y a pas véritablement de peur sociale. En revanche, la recherche d’un cadre de vie plus agréable et la peur de la contagion poussent les élites à résider dans de nouveaux quartiers mieux équipés et plus aérés lorsque c’est possible. Je voudrais démontrer la rationalité des comportements de l’époque moderne et l’absence de phobie sociale généralisée dans le domaine de l’aménagement du cadre de vie. Evidemment existent des peurs irrationnelles, mais elles concernent rarement l’ensemble d’une population urbaine, ou même une large fraction de celle-ci. Il faudra cependant mettre en évidence celles qui se manifestent et tenter de comprendre leurs origines et leurs conséquences. Je m’appuierai sur des exemples méridionaux, notamment à travers quelques villes importantes pour leurs fonctions économiques et politiques : Bordeaux, Toulouse et Aix-en-Provence, villes de Parlement, Avignon, formant un petit État pontifical et Carpentras, capitale du Comtat Venaissin, Nîmes et Marseille enfin, villes de commerce et d’industrie. Les cités méridionales ne présentent certes pas a priori d’originalité particulière par rapport à celles du reste du royaume, sauf en de rares domaines. Elles sont cependant dominées par des consulats ou des échevinages puissants, capables de mettre en œuvre des politiques relativement autonomes. Leur action s’effectue souvent en relation avec les autorités provinciales, voire étatiques, mais la plupart des grandes initiatives ont d’abord une origine urbaine. Tous les aspects de leur rapport au sain et au malsain ne seront pas évoqués : chaque cas sera utilisé pour son exemplarité ou sa spécificité.

  • 1 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge dans le royaume de France et dans les grands fiefs, Paris, (...)
  • 2 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 83 et 88.
  • 3 J. Pontet, « Les politiques de l’eau dans les villes du Sud-Ouest aquitain au XVIIIe siècle », L’ea (...)

3Une analyse exhaustive des règlements municipaux de ces sept cités dépasserait largement le cadre de ce travail. En fait, s’il existe des différences de rythme dans l’adoption de certains équipements ou de principes d’assainissement, leur mise en évidence, au demeurant fort utile, ne modifierait pas la thèse que j’entends démontrer. Un inventaire de tous les règlements de villes et de villages du Midi de la France montrerait l’extrême complexité des influences qui s’exercent. La part des découragements et renoncements serait sans doute aussi grande que celle des innovations. Quoi qu’il en soit, il est indispensable de mettre en évidence certaines mutations décisives, liées à la conjoncture des épidémies, aux changements dans l’organisation des pouvoirs et aux transformations sociales. Ces mutations interviennent sur un fond d’exigences et de normes acquises souvent dès la fin du Moyen Âge, mais mal appliquées1. Le choix des grandes cités méridionales tire de ces constats une justification supplémentaire. Marseille se trouve en pointe dans la lutte contre la peste, au moins à partir du XVIIe siècle, à une époque où les retours fréquents de cette maladie (entre 1580 et 1660 surtout) nécessitent une attention plus soutenue portée à la propreté des espaces publics. La précocité de systèmes relativement efficaces de préservation des rues a été notée pour Avignon et Montpellier : les coutumes de la première rédigées en 1243 défendent que les tuyaux ou gouttières transportant des eaux troubles se déversent dans les rues ; la seconde possède dès le XIIIe siècle des probi homines salariés par la ville, et responsables de la propreté des rues2. Aix, Carpentras, Nîmes et Montpellier sont à l’époque moderne des villes très attentives à la qualité de l’eau consommée, surtout aux XVIIe et XVIIIe siècles, ce qui est beaucoup plus rarement le cas des villes du Sud-Ouest3. L’exemple toulousain permet de comprendre les caractéristiques d’une ville apparemment plus ordinaire dans les rapports qu’elle entretient avec le propre et le sale, mais où rien n’est figé. Ici, à la fin du XVIIIe siècle, un volontarisme politique pousse au rejet des morts hors de la cité pour des raisons d’hygiène, avant qu’une politique nationale soit édictée dans ce domaine.

4On constate déjà, à travers ces quelques notations succinctes, la diversité des méthodes visant pourtant un même but. La mise en œuvre d’une politique rationnelle et globale se heurte à de multiples obstacles dont les moindres ne sont pas ceux d’ordre financier. Mais le manque d’argent n’explique pas tout. Les théories médicales hésitantes et les différences dans les équilibres sociaux ou politiques, de même plus simplement que la forte divergence des héritages et des habitudes prises, constituent des éléments tout aussi importants.

Les fondements théoriques de l’action sur le milieu

  • 4 J. Erhard, « Opinions médicales en France au XVIIIe siècle. La peste et l’idée de contagion », Anna (...)
  • 5 R. Benoit, Vivre et mourir à Reims au grand siècle (1580 – 1720), Arras, Artois Presses Université, (...)
  • 6 F. Hildesheimer, « Prévention de la peste et attitudes mentales en France au XVIIIe siècle », Revue (...)

5La méconnaissance des modes de transmission des maladies pousse théoriciens et praticiens de la médecine à imaginer de multiples origines et causes aux épidémies. Les croyances, les connaissances et la prophylaxie sont désormais bien connues, notamment à travers le débat, concernant les épidémies de peste, entre miasmatiques et contagionistes4, mais les historiens ont jusqu’à présent hésité à s’interroger pleinement sur l’efficacité des moyens de lutte contre la maladie. Il en résulte des divergences d’appréciation difficilement conciliables, qui prouvent que les jugements portés sont encore fondés sur des a priori plus que sur une méthode scientifique rigoureuse. Dans ce domaine, l’historien ne peut prétendre travailler seul : il a forcément besoin du concours des biologistes, médecins et épidémiologistes. Deux exemples suffiront à montrer que le problème mérite d’être posé clairement. Analysant les politiques d’isolement des villes encore saines lors des épidémies de peste du XVIIe siècle en Champagne, et évoquant en appui du cas rémois le rôle joué par le mur de la peste entre Provence et Comtat Venaissin en 1721, Robert Benoit n’hésite pas à les considérer comme efficaces : « il semble assuré que les maladies contagieuses se propagent et durent parfois de longs mois, uniquement parce que les quarantaines – seules capables de briser la chaîne de la contagion – et les airiements – qui tuent ou font fuir parasites corporels et rongeurs – ne sont pas exécutés correctement : un cordon sanitaire sérieux et efficace mis en place autour de la Provence en 1720-1721 réussit à empêcher la dissémination de la peste dans d’autres provinces du royaume, où cette maladie ne sévissait plus depuis au moins deux générations, donc où les immunités n’existaient plus »5. En revanche, Françoise Hildesheimer se montre plus circonspecte : « il demeure impossible de poser une conclusion catégorique pour affirmer ou nier la parfaite efficacité du système dont le Bureau de la Santé de Marseille était le modèle : dans cette place, les mesures les plus strictes ont été prises après 1720, et cependant la peste avait été contenue pendant les 66 années qui suivirent l’épidémie qui avait pris naissance à Toulon en 1664 ; dans les années suivantes, la porte restait largement entrebâillée à toutes les possibilités de fraudes et la peste n’a pas récidivé »6. Le débat n’est pas frontal : dans ses travaux ultérieurs, Françoise Hildesheimer nuance fortement son propos, et semble se rallier assez largement à l’idée d’une efficacité relative des prophylaxies traditionnelles, lorsqu’elles sont appliquées systématiquement. Mais il faut continuer à s’interroger sur les conséquences de la méthode privilégiée contre la peste entre le XIVe et le XVIIIe siècle : l’isolement.

  • 7 C. Carrière, M. Courdurié, F. Rebuffat, Marseille ville morte. La peste de 1720, Marseille, M. Garç (...)

6Le compartimentage de l’espace a pour but le resserrement des lieux touchés. En aucun cas, les malades ne sont réellement soignés. Certes, le dévouement de quelques « héros » (ecclésiastiques, médecins, chirurgiens...) a laissé des traces dans les écrits des observateurs, mais il marque surtout la volonté de ne pas abandonner les malades et de leur apporter un réconfort moral7. La plupart des médecins avaient conscience de leur impuissance, malgré la prétention de quelques-uns (pas forcément des charlatans) à connaître des remèdes miracles. Que certains baumes et certains « masques » ou vêtements aient pu être efficaces ne fait pas de doute, mais là où la science des temps modernes voyait un remède, celle du XXe siècle voit avant tout une manière d’éviter les piqûres de puces, par l’éloignement involontaire de ces insectes. En revanche, à l’intérieur des espaces déjà touchés par la contagion ou dans lesquels on enferme les malades (maisons contaminées ou lazarets), la survie est affaire de chance et de résistance personnelle : compte tenu des conditions dans lesquelles se trouvent les malades, on peut même considérer que ces espaces sont consacrés à la mort, et que les autorités urbaines qui les créent espèrent la disparition de la maladie par la mort même de ceux qui en sont porteurs (ou par leur guérison définitive).

  • 8 Sur la difficulté à établir une correspondance précise entre la terminologie du XVIIIe siècle et ce (...)
  • 9 Il faut toutefois reconnaître que ce sont surtout les médecins qui restent en contact avec les mala (...)
  • 10 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2345, f 39-54.

7Il faut aussi élargir le regard porté sur la maladie : la peste n’est pas le seul mal dont souffrent les populations et les médecins savent presque toujours la reconnaître. Malgré des travaux déjà anciens sur ce sujet, la vaste enquête qui serait possible pour la fin du XVIIIe siècle, à partir des travaux de la Société Royale de Médecine, reste à mener. On peut noter cependant la fréquence des mentions de fièvres intermittentes qu’on assimile peut-être un peu trop systématiquement à du paludisme, même s’il est certain que cette maladie touche de très nombreuses personnes près des zones mal drainées8. Or, si les contagionistes l’emportent face aux miasmatiques dans l’interprétation des causes de la peste9, il n’en est pas de même dans le cas de très nombreuses autres maladies, notamment ces fameuses fièvres tierces, quartes ou quintes que les médecins s’évertuent à décrire et à soigner. Cette confusion dans les esprits, compte tenu du peu de clarté apporté presque toujours par la science médicale, forcément hésitante puisqu’elle ignore toujours les vraies causes des maladies (notamment le rôle de la puce pour la peste et le rôle du moustique pour le paludisme), a des conséquences déterminantes dans la recherche de solutions globales pour lutter contre la maladie. L’assainissement des zones humides par des drainages empêchant la stagnation des eaux reste la solution la plus fréquemment préconisée, jusque dans la première moitié du XIXe siècle. Un exemple représentatif montre l’ambiguïté des prises de position, malgré la sérénité affichée. Les fièvres intermittentes qui touchent Villeneuve-les-Avignon en Languedoc en 1776 affolent les populations, le corps médical et les autorités provinciales : la nature même du mal n’est pas identifiée, mais le nombre de personnes atteintes et la rapidité de l’extension de la maladie réveillent de vieilles peurs, à tel point que le mot de « peste » est prononcé10. Esprit Calvet, praticien réputé et sûr de lui, se moque de ces fantasmes, mais les solutions qu’il propose sont fondées sur l’expérience et le bon sens, non sur une véritable démarche scientifique. Le drainage d’un vaste marécage en bordure du Rhône lui semble le seul remède efficace. Il n’a pas forcément tort mais son explication empirique n’élucide pas l’origine du mal. Le miasme est toujours considéré comme seul responsable, sans que le médecin s’interroge vraiment sur sa nature et les modes de contamination.

8Quoi qu’il en soit, et quel que soit le degré de compétence des médecins ainsi que le type d’explication qu’ils privilégient, les moyens de lutte envisagés consistent surtout en une gestion rigoureuse de l’espace : l’isolement contre la peste et plus généralement contre toute maladie dont le caractère très contagieux est reconnu, l’assainissement contre les fièvres intermittentes et contre toutes les maladies auxquelles une origine miasmatique est attribuée. Ce contrôle sur les espaces de vie des populations s’exerce à plusieurs échelles : dans un cadre national et dans un cadre provincial, mais aussi au sein des communautés d’habitants, voire de certains quartiers urbains. À chaque niveau, les mêmes schémas sont repris dans un phénomène d’imitation facilement compréhensible.

9On pourrait objecter à cette analyse qu’à partir du milieu du XVIIe siècle, et surtout de la fin du XVIIIe siècle, la recherche médicale expérimente et commence à généraliser d’autres méthodes de lutte contre la maladie : elle enregistre même des découvertes fondamentales. Certains médicaments constituent un traitement relativement efficace, tel le quinquina contre les fièvres intermittentes ou l’ipecacuana contre la dysenterie. Ainsi, les intendants du XVIIIe siècle envoient des boîtes de médicaments dans les provinces, contribuant à la diffusion de remèdes non dénués de valeur, même s’ils sont souvent mal dosés ou donnés à contretemps. Ces premières ébauches de médications contrôlées, adaptées à des maladies mieux identifiées, malgré le flou de la terminologie au regard de nos critères actuels, ne doivent pas être négligées. Elles constituent les prémices de la médecine moderne. Il est rare qu’en histoire, on puisse dégager des ruptures absolues et brutales : Pasteur n’est pas le démiurge d’une nouvelle médecine même si son rôle fut déterminant, et Claude Bernard fut le théoricien de la méthode expérimentale, après que beaucoup d’autres l’eurent appliquée avec plus ou moins de rigueur, et en eurent obtenu des résultats. De plus, les conseils nutritionnels montrent l’intérêt que les médecins portent au type d’alimentation, l’empirisme étant étayé par un discours qui perpétue la théorie des humeurs. Cependant, les prophylaxies concernant de vastes espaces et cherchant à protéger toute la population d’un territoire donné relèvent bien de l’aménagement du milieu.

  • 11 Académie Nationale de Médecine, 182 dr 1 n° 11 et 12, Topographie salutaire de la Provence, 1786 ; (...)
  • 12 P. Fournier, Eaux claires, eaux troubles dans le Comtat Venaissin, XVIIe-XVIIIe siècles, Perpignan, (...)

10Un dernier élément confirme la place centrale faite ainsi par l’État, ses représentants et le corps médical à l’action sur l’environnement. La création de la Société Royale de Médecine en 1776 marque l’aboutissement d’une réflexion déjà ancienne, et la volonté de mener une enquête systématique dans le royaume de France sur l’influence du milieu et du climat. Relevés noso-météorologiques et topographies médicales se multiplient dans le dernier quart du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, traduisant la certitude que la propagation des maladies les plus courantes (il ne s’agit évidemment plus de la peste) résulte de mauvaises conditions de vie, et de l’influence déterminante du milieu. Le docteur Raymond de Marseille a laissé des manuscrits volumineux qui présentent ce lien de manière presque caricaturale11. Dans son Histoire des temps et des maladies qui ont régné depuis le déclin de l’année 1745 jusqu’en l’année 1787, François Raymond fait le relevé de toutes les maladies dont il a eu connaissance : il établit un lien systématique avec le climat et les récoltes. Si la plupart des topographies médicales restent plus prudentes, elles partent des mêmes présupposés12. Prouver l’influence directe du milieu n’en reste pas moins si difficile que les synthèses sont rares, malgré l’abondance des données envoyées à Paris par les correspondants de toutes les provinces françaises et de quelques enclaves étrangères, comme Avignon et le Comtat Venaissin.

  • 13 J.-M. Boehler, op. cit., p. 1761.
  • 14 Arch. Mun. de Carpentras, FF 109, f 109 v°, 17 juillet 1615 ; BB 252, f 30-31, 30 octobre 1673.
  • 15 J.-P. Leguay, op. cit., 1999, p. 44.

11Étudiant les écrits des correspondants alsaciens de la Société Royale de Médecine, Jean-Michel Boehler constate qu’« il se dégage [des] rapports quelques intuitions majeures qui traduisent une grande sensibilité aux rapports de l’homme avec son environnement et son rythme de vie : à défaut de progrès de la médecine, c’est à travers la tentative de spatialisation pathologique, l’émergence des notions de salubrité et de santé publique »13. Que la sensibilité des médecins au rôle de l’environnement ait été mieux théorisée à la fin du XVIIIe siècle que dans les périodes précédentes est sans doute vrai, encore qu’une étude complète de la littérature médicale de la période moderne reste à mener, mais les notions de salubrité et de santé publique ne sont pas nouvelles, même si les mots sont encore rarement utilisés. L’expression de « santé publique » apparaît dès 1615 au moins à Carpentras, dans les archives de la police consulaire, et en 1673 lors d’une délibération du conseil de ville14. Au XVIIIe siècle, elle est fréquemment reprise dans les règlements municipaux. II faudrait faire de plus amples recherches pour savoir si le cas est unique mais compte tenu de la concordance entre les conceptions sanitaires observées dans cette ville et celles connues pour d’autres cités françaises, c’est peu probable. Quant à l’aérisme et au méphitisme dont le XVIIIe siècle est souvent gratifié, ils ne sont qu’une reprise sous des termes différents des théories miasmatiques, les miasmes étant toujours tenus pour les responsables des principales maladies rencontrées. Jean-Pierre Leguay a parfaitement mis en évidence la précocité des conceptions aéristes, dont il donne des exemples concrets pour les XIVe et XVe siècles15. Les médecins français développent des théories identiques sur tout le territoire, et les régions méditerranéennes ne présentent aucune originalité dans ce domaine. La tendance est même à la généralisation de l’aérisme, ce qui constitue un recul par rapport au contagionisme, dû peut-être à l’oubli relatif des observations concernant la transmission de la peste. Lorsque disparaît en France une des maladies les plus contagieuses qu’il soit donné aux hommes du Moyen Âge et de la période moderne de connaître, même les médecins les plus disposés à observer les modes de propagation des autres maladies ont du mal à se déterminer.

12Il est donc impossible de trouver avant le XIXe siècle un tournant décisif : tout au plus peut-on mettre en évidence des fluctuations de la théorie et de la pratique, qui sont d’un grand intérêt pour comprendre les attitudes sociales face la maladie. En revanche, Jean-Michel Boehler met en évidence le rôle décisif de la prise en compte de l’espace et de l’environnement. Tout travail historique mené à partir d’une étude scrupuleuse des archives retrouve cette dimension essentielle de la prophylaxie moderne. Les deux grandes causes d’épidémies que les médecins et plus largement les populations de l’époque moderne crurent avoir identifiées eurent donc des conséquences importantes, puisqu’elles suggéraient la possibilité d’une action à la base du mal. En étudiant le rythme des mutations à travers quelques exemples, il est possible de mieux comprendre les étapes d’une prise de conscience et la force de la lutte menée. L’échelon local sera d’abord privilégié, car les politiques urbaines sont premières et précèdent un effort de coordination dans un cadre spatial beaucoup plus étendu.

I. La protection de l’espace urbain

13L’égoïsme des villes se renfermant derrière leurs remparts dès que la nouvelle de la peste arrive a été fréquemment stigmatisé. Mais quelle autre solution était alors possible ? Celle-ci avait l’avantage de protéger les populations urbaines et d’opposer un obstacle à la progression de la maladie, obstacle certes contournable mais important. En effet, les campagnes constituaient des zones beaucoup moins pathogènes, grâce à un isolement supérieur et à un entassement moindre. La politique de protection globale des populations provinciales s’appuyait donc sur les lieux de dramatisation et d’intensité extrême de la contagion que constituaient les villes. Les autorités provinciales, lorsqu’elles intervenaient, le faisaient d’abord pour confirmer et développer les politiques municipales.

  • 16 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris (...)

14La Provence, en contact régulier avec le Moyen-Orient, notamment par le commerce des négociants marseillais, fut précocement en relation avec la peste16, et ses villes commencèrent à exiger des patentes ou billets de santé dès le XVe siècle. Bordeaux, grand port sur l’Atlantique, faisait de même. Ce système à l’efficacité aléatoire s’était cependant généralisé dans toute la France, à la fin du XVIe siècle. Lorsque la peste est annoncée, les villes prennent systématiquement des mesures, que l’on observe par exemple à Carpentras dans les vingt dernières années du XVIe siècle.

15La contagion (il ne s’agit pas forcément de la peste au sens actuel du terme) menace au moins cinq fois la capitale comtadine : en 1580, 1585, 1586, 1588 et 1598. La nouvelle de la présence du mal vient de villes provençales, notamment Marseille et Arles. À chaque fois, c’est le recteur du Comtat qui semble agir le premier, mais il le fait en collaboration avec les consuls auxquels il donne des consignes. Son rôle protecteur renforce une politique éminemment locale, car les décisions, qui peuvent éventuellement être transmises à d’autres cités, concernent d’abord la capitale jugée sans doute la plus exposée, compte tenu de son rôle commercial et de l’entassement de sa population. Deux grands ensembles de mesures sont privilégiés : l’isolement de la ville, dont les consuls et des « députés de la santé » élus pour les épauler doivent contrôler les relations avec d’autres cités ; l’assainissement des espaces publics avec défense de faire du fumier ou de jeter des immondices dans les rues.

  • 17 Le règlement exceptionnellement précis de 1580 sert de modèle pour les suivants (Arch. Mun. de Carp (...)

16Les règles concernant l’isolement de la ville sont précises17. Il est défendu de sortir de la ville sans s’être muni au préalable d’un « billet et passeport de santé », qui doit être visé dans les différents lieux traversés. Au retour, le passeport doit être présenté avec mention des séjours effectués ainsi que des marchandises et du bétail transportés. En cas d’infraction au règlement, une quarantaine est prévue (elle doit effectivement durer quarante jours, ce qui n’était pas toujours le cas ailleurs). Il est en outre défendu de sortir du Comtat Venaissin sans une permission signée des consuls et des députés de la santé, sous peine de ne pouvoir rentrer dans la ville pendant un délai de trois mois. Ainsi sont dessinées des aires, avec des mesures plus ou moins strictes selon la gravité du danger estimé : la peste est en Provence, et cela justifie la tentative d’isolement du Comtat menée à partir de Carpentras. La rigueur du règlement étonne : il est rare de trouver dans d’autres cités des temps d’attente supérieurs à quarante jours, contre ceux suspectés d’amener la contagion. Le règlement interdit d’héberger des personnes ou de faire entrer dans la ville du bétail et des marchandises, sans la permission des consuls ou des députés de la santé. Toute infraction doit être punie d’une amende de quatre écus et d’un ostracisme de quarante jours, mais aucun lazaret n’est prévu. Le terroir de la ville est également surveillé étroitement : les grangers (métayers), meuniers et propriétaires de caulquières (tanneurs) ne sont autorisés à loger que des personnes venant de Carpentras, sauf permission expresse. La peine est la même que pour ceux qui habitent intra muros et cela surprend : comment comprendre dans ce cas l’exclusion hors de la ville ? Peut-être les coupables étaient-ils passibles d’une exclusion hors des limites du terroir, ce qui les empêchait d’exercer leur activité principale et les lésait gravement. Ceux qui hébergent sciemment des personnes venant d’un lieu contagieux, sont passibles d’une confiscation de leurs marchandises et de trois traits de cordes. Leurs hardes doivent être brûlées. Le recteur peut aggraver la peine. Enfin les personnes atteintes d’une maladie, quelle qu’en soit la nature, doivent être déclarées aux députés de la santé, la quarantaine constituant la seule sanction prévue en cas contraire.

17Dans le domaine de la salubrité, un quadrillage de l’espace est en principe opéré par les maîtres des rues, qui doivent veiller à ce que les cours soient tenues propres, et à ce que chaque habitant nettoie chaque jour la portion de rue ou de place qui est devant sa porte. Les sanctions sont légères, mais on peut penser que pendant les quelques mois durant lesquels l’épidémie semble vraiment menaçante, la négligence est atténuée. Rien ne permet cependant de le vérifier. Si les habitants ne respectent pas l’obligation de porter le fumier et les immondices hors des murailles, loin des portes et chemins publics, les maîtres des rues peuvent faire effectuer ce travail à leurs frais, mais l’efficacité d’une telle peine est sans doute faible contre la grande majorité des travailleurs de terre, qui disposent de peu d’avances et de numéraire, et que la ville doit assister en cas de difficultés...

  • 18 L. Coste, « Bordeaux et la peste dans la première moitié du XVIIe siècle », Annales du Midi, t. 110 (...)

18Ces mesures et le principe de la coopération entre les élites urbaines et une autorité supérieure sont confirmés par d’autres cas méridionaux, contemporains ou légèrement plus tardifs, la grande épidémie de la fin des années 1620 et du début des années 1630 ayant davantage attiré l’attention des chercheurs. Des bureaux de santé sont attestés à Nîmes dès 1586. À Bordeaux, les mesures prises sont classiques, mais encore plus ambitieuses18 : par exemple le nettoyage des rues s’accompagne dès 1588 d’une expulsion des gens sans aveu, c’est-à-dire des mendiants et vagabonds, décisions confirmées lors des épidémies postérieures. L’isolement de la ville derrière ses remparts ne surprend pas, et confirme l’importance accordée à ces barrières matérielles. Au XVIIe siècle, le Parlement d’Aix et celui de Bordeaux jouent un rôle essentiel, en collaborant avec les autorités locales, et en prenant des arrêts que celles-ci sont chargées de mettre en œuvre. Les gouverneurs aident aussi les villes, par une manifestation d’autorité qui doit faciliter l’application des règles. Comme à Carpentras et à Nîmes, la peste entraîne à Bordeaux la création d’un bureau de la santé, chargé de la gestion de la crise épidémique à la fois dans la ville et dans le terroir ou plutôt la « banlieue », espace sur lequel s’exerce la juridiction de la jurade. Le personnel employé semble avoir été relativement important et permet un véritable quadrillage du terrain : en 1629, outre les capitaines de santé et une quinzaine de commissaires de la santé, on compte 97 dizeniers, chargés « d’informer les jurats sur la présence d’individus suspects et sur le non-respect des arrêts ».

19La similitude des méthodes de lutte contre la maladie à Carpentras et à Bordeaux, villes sans influence directe l’une sur l’autre, et très éloignées au sein du Midi de la France, suggère la représentativité des cas étudiés. Il n’est pas utile de reprendre encore une fois le récit des mesures de protection dont se dotent les cités du pourtour méditerranéen, jusqu’à la dernière grande peste entre 1720 et 1722, mais il fallait insister sur la précocité de prophylaxies qui prouvent qu’à la fin du XVIe siècle, une double crainte se manifeste, et qu’un principe de précaution est établi. Lors des alertes, il n’y a pas de débat au sein des autorités ou des populations, pour savoir si la maladie se transmet par les miasmes ou par le contact entre les hommes : les mesures sont destinées à lutter contre ces deux origines possibles.

20En fait, les villes seules sont relativement impuissantes en l’absence d’une coordination provinciale. Mais la prévention face à la contagion participe d’une double prise de conscience : le rôle des murailles reste essentiel, dans la mesure où la séparation entre la ville et l’espace qui l’environne semble constituer une protection contre des dangers multiples, dont l’arrivée de vecteurs de la maladie n’est pas le moindre ; la propreté de la ville et sa désodorisation, loin de constituer des exigences nouvelles à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, sont au cœur des préoccupations des édiles dès le XIVe siècle, et tout au long de la période moderne. Le rôle attribué à la « contagion » et la nature de celle-ci restent cependant obscurs. En effet, si l’isolement correspond aux théories contagionistes, le nettoyage de la ville est forcément une mesure qui provient de la crainte du mauvais air et des miasmes. Cette ambiguïté n’a pas suffisamment été relevée. Les procédés d’airiement et l’habitude d’imposer une quarantaine aux textiles, en les étendant pour chasser le mauvais air qu’ils pourraient contenir, prouvent la permanence de l’association entre miasmes et peste. Comme la maladie sous toutes ses formes est constamment proche au sein d’un espace aussi densément peuplé qu’une ville de la période moderne, l’assainissement est une lutte quotidienne. On peut s’étonner de la faiblesse des moyens mis en œuvre, face à la constance du discours.

  • 19 Arch. Mun. de Carpentras, FF 105, f 7-17 (statuts de 1564) ; Bibl. Mun. De Carpentras, ms 1734, f 1 (...)
  • 20 Arch. Mun. de Carpentras, FF 109, f 109 v°, 17 juillet 1615.
  • 21 Arch. Mun. de Carpentras, BB 252, f 30-31, 30 octobre 1673.
  • 22 Bibl. Mun. de Carpentras, ms 1724, f 494 sq.
  • 23 Arch. Mun. de Carpentras, FF 113, f 251, 25 septembre 1692.

21Ce discours mérite qu’on s’y attarde. A Carpentras, un article des statuts de la ville, daté du 21 novembre 1564 et repris dans le règlement de police urbaine de 1605, lui-même réimprimé en 1715, oblige les habitants à nettoyer la rue devant leur maison avec deux justifications : l’une fondée sur les dégâts matériels qu’engendrent bourbiers et fange, en entretenant l’humidité dans les murs des bâtiments, l’autre sur la puanteur qui s’en dégage19. En 1615, les consuls de Carpentras affirment que fumiers et immondices des rues donnent « de l’infection et puanteur aux passants, au très grand préjudice de la santé publique »20. Voilà donc un discours très clair et cohérent, sur les dangers que les mauvaises odeurs font courir à la santé publique ! Or ce discours ne faiblit pas. L’inefficacité des règlements antérieurs exaspère les consuls élus en 1673, qui en édictent un nouveau21. Malgré les criées plusieurs fois répétées, ordonnant aux habitants d’enlever le fumier, « il s’en fait toujours davantage en façon qu’on ne marche que dans le fumier, ce qui cause toutes les maladies qui sont fréquentes dans cette ville », les fièvres malignes étant particulièrement incriminées. Un règlement touchant les immondices et fumiers de 1724 se contente de renouveler celui de 167322. Le préambule d’un règlement de 1750, qui reprend en les précisant les clauses antérieures, est très explicite : « Entre tous les soins que doivent avoir ceux à qui la direction politique est commise, celui de la santé publique n’est pas des moindres, et parce que l’expérience a fait souvent connoître que ce qui nuit le plus dans une Ville vient ordinairement des mauvaises odeurs causées par les eaux sales et immondices qu’on jette de nuit et même de jour par les fenêtres, Nous... » Suit l’énoncé des mesures de police. Les mauvaises odeurs sont davantage incriminées que la présence même de fumier dans les rues, comme le montre la règle permettant de laisser ce fumier pendant vingt-quatre heures dans les espaces publics. Les plaintes de certains particuliers, ou de communautés à l’intérieur de la ville, confirment que les règlements traduisent une réelle sensibilité aux mauvaises odeurs. Ainsi en 1692, Paule Ollivier est condamnée à ôter le fumier placé dans le ghetto juif, car les bailons de la carrière (administrateurs du ghetto) se sont plaints de la puanteur dégagée23. Il est inutile de multiplier les exemples : élites et peuples n’ont pas forcément les mêmes intérêts, car les paysans ont besoin du fumier pour amender les terres cultivées, mais il serait absurde de prétendre que la population urbaine était insensible aux mauvaises odeurs.

  • 24 Ibid., FF 116, f 80.
  • 25 Ibid., FF 118, f 83 v°.
  • 26 Ibid., FF 118, f 159 v°, 8 juillet 1783.

22D’autres mauvaises odeurs éveillent la méfiance, à des dates cependant plus tardives. Ainsi, une ordonnance de police du 20 décembre 1756 défend-elle aux habitants de Carpentras de brûler du charbon provenant de la mine découverte dans le village proche de Méthamis car l’odeur dégagée pourrait porter préjudice à la santé24, et une autre ordonnance du 6 septembre 1781 interdit de faire pourrir des herbes à l’intérieur de l’enceinte, notamment « l’herbe blanche » qui dégage une très mauvaise odeur25. Au début de l’été 1783, ordre est donné à tous les habitants de jeter de l’eau et d’arroser devant leur maison, pour rafraîchir l’air dans un temps de grande chaleur, car cela est censé contribuer à la santé publique26. La lutte contre une atmosphère confinée et contre les mauvaises odeurs utilise l’abondance d’eau procurée par une politique systématique et cohérente d’approvisionnement de la ville au XVIIIe siècle.

  • 27 J.-L. Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, Université (...)
  • 28 L. Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l’exemple de Nîmes aux aussi et XVIIIe siècles », A (...)
  • 29 De 14 000 habitants vers le milieu du XVIIe siècle, Nîmes passe à 17 000 vers 1700, soit une croiss (...)

23Il faut s’interroger sur la représentativité de Carpentras. La plupart des historiens des villes ont insisté sur la difficulté des autorités locales à lutter contre les activités polluantes que constituaient les boucheries, les mégisseries ou les tanneries, pour ne citer que quelques exemples. Cela existe à Carpentras, mais ne concerne que des portions limitées de la ville, alors que fumiers et immondices investissent la quasi-totalité des rues et des places. Jean-Luc Laffont fait une remarque identique à propos de l’exemple toulousain qu’il a étudié27. Chaque ville possède ses spécificités, mais les problèmes sont posés dans des termes toujours relativement proches. La comparaison avec l’exemple nîmois étudié par Line Teisseyre-Sallmann28 est particulièrement riche d’enseignements, car Nîmes est une cité spécialisée dans le travail de la soie et appartient donc à un type de ville encore peu fréquent, mais très différent du cas « ordinaire » de Carpentras. La soierie est certes peu polluante en elle-même, encore que l’ébouillantage des cocons soit une activité salissante, et que l’évacuation de l’eau ainsi souillée pose de redoutables problèmes, mais la forte et rapide augmentation de la population après 1650, et tout au long du XVIIIe siècle29, provoque un entassement particulièrement accentué à l’intérieur d’une enceinte qui date du XIIe siècle : elle oblige les autorités locales à chercher des solutions beaucoup plus radicales que dans la plupart des autres villes, notamment en planifiant l’extension urbaine.

  • 30 J.-J. Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence : recherches sur la culture architecturale d (...)
  • 31 C. Carrière et alii, op. cit., p. 20-22. Les caractéristiques urbanistiques de Marseille sont évide (...)

24Au cours du siècle des Lumières, les activités artisanales ont tendance à quitter le centre ancien, pour se concentrer dans les faubourgs de plus en plus densément peuplés mais où existe encore de la place. En fait, un effort d’aménagement global de l’espace est entrepris progressivement à partir du début du XVIIe siècle. Si Line Teisseyre-Sallmann met en évidence le rôle de la peste de 1629 dans l’accentuation de la peur des miasmes, l’aménagement d’allées plantées d’arbres, destinées à offrir à la population des lieux de promenade sains et aérés, débute dès 1609. C’est un nouvel exemple traduisant la précocité des conceptions aéristes. La réalisation de la place de l’Esplanade en 1666, puis des Jardins de la Fontaine à partir de 1739 s’inscrit dans la continuité des projets antérieurs, mais avec une ambition toujours plus grande. Or Nîmes n’est pas un exemple isolé. À Aix-en-Provence, le quartier Mazarin, le cours à carrosses et les nouvelles promenades aménagés à partir de 1646, sont le décor théâtral que s’offrent à elles-mêmes les élites urbaines30. Perspectives, places, carrefours, rues larges et rectilignes, ne manifestent pas seulement un souci esthétique à la jonction de l’ostentation baroque et du goût classique pour une géométrie rationnelle : la création d’un espace cohérent, dominé par les groupes les plus aisés de la population, correspond aussi à la volonté de disposer d’un espace propre, clair, aéré. L’agrandissement de Marseille, décidé par Colbert, aboutit à une séparation entre vieux quartiers au nord du port et nouveaux quartiers au sud. Les premiers sont caractérisés par un bâti très dense et des rues étroites, tortueuses et mal entretenues. Les seconds sont contenus dans une nouvelle enceinte terminée en 1694, et sont aménagés progressivement avec soin : des rues rectilignes (bien que pas toujours très larges) se déploient dans des espaces disponibles encore assez lâches31. Dans les quartiers neufs, la densité de la population est juste avant la grande peste de 1720 de 60 % inférieure à celle des vieux quartiers, et ce seul fait suffit à les rendre plus salubres.

  • 32 Arch. Mun. de Carpentras, BB 260, f 237, 21 novembre 1745 ; BB 261, f 48, 3 mai 1753.
  • 33 Ibid., BB 263, f 35, 12 avril 1778 ; f 170-171, 188, 190-193, 9 mai-29 décembre 1782 ; BB 264, f 35 (...)
  • 34 J.-L. Laffont, op. cit., p. 1555-1568.

25Carpentras aussi tente plus modestement, compte tenu de la faiblesse de ses ressources financières et de la priorité donnée aux adductions d’eau, de créer des espaces salubres et beaux. Ceux-ci sont plus particulièrement consacrés à la promenade, et leur impact sur les populations en est atténué sans pourtant être négligeable. Un « cours d’été » est tracé entre 1690 et 1713 au nord de la ville, et un « cours d’hiver » à partir de 1745 entre la porte Notre-Dame et celle de Mazan au sud-est. Tous les deux sont bordés d’arbres, ormeaux et mûriers, et des bancs sont placés à leurs extrémités32. Leur rôle dans l’assainissement urbain est essentiel, car ils remplacent des sections de fossés qui sont comblées, alors qu’elles étaient le réceptacle des égouts et que les paysans y faisaient de nombreuses fosses à fumier. L’eau des égouts est désormais rejetée plus loin, et même cédée pour la bonification de parcelles agricoles. Ce travail de comblement est continué progressivement jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, avec pour justification principale la disparition des cloaques qui s’y forment33. L’embellissement a une signification urbanistique et sanitaire. Plus ancien que celui de Nîmes, créé seulement à partir de 1739, le système des égouts de Carpentras est cependant beaucoup plus rudimentaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. À Toulouse, le réseau préexistant est entretenu et étendu progressivement de 1724 à 1788, sans véritable plan d’ensemble, ce qui paraît être représentatif de la plupart des villes françaises au siècle des Lumières34. Une enquête sur les égouts serait nécessaire pour mieux connaître la géographie de ce type d’équipement en France.

26L’extension urbaine aixoise et nîmoise offre la possibilité d’exercer une seconde méthode de gestion de l’espace, très difficile là où le bâti ne se modifie que très lentement comme à Carpentras ou Toulouse : la ségrégation sociale permettant de préserver des espaces sains pour les groupes sociaux les plus aisés, tandis que le contrôle de la salubrité publique, sans être absent, serait moindre là où s’entassent les groupes les plus défavorisés de la société. A Aix, le quartier Mazarin et le cours à carrosses sont incontestablement conçus pour les élites, et l’habitat aristocratique et bourgeois s’y épanouit. À Marseille aussi, les élites marchandes et aristocratiques sont attirées par les nouveaux quartiers. À Nîmes, l’évolution est plus complexe, parce que les faubourgs où se fait le plus grand nombre de constructions sont des quartiers populaires. Le pouvoir consulaire gère donc un espace à la fois neuf et populaire, qui n’est pas abandonné à l’insalubrité. Il doit inventer des solutions originales qui varient en fonction des périodes considérées. Les faubourgs du XVIIe siècle, encore largement marqués par la présence des activités agricoles et militaires, laissent place après 1730 à des quartiers « ouvriers ». Dès le XVIIe siècle, l’extension des faubourgs est étroitement contrôlée par le conseil de ville, qui fixe des règles sans contrarier le caractère spontané de l’extension. Les nouvelles places sont préservées et entretenues, certaines rues doivent suivre un plan d’alignement rigoureux, notamment celles du faubourg des casernes ou des Carmes au début du XVIIIe siècle. À partir de 1734, toutes les extensions de faubourgs, dont certains étaient restés relativement peu peuplés auparavant, répondent à des plans réguliers, et les mesures d’alignement sont appliquées systématiquement. Ainsi, dotés de rues larges et aérées, et de systèmes d’évacuation des eaux usées, les nouveaux quartiers sont particulièrement salubres. Comme l’espace y est moins disputé que dans le vieux centre, les jardins y sont aussi plus nombreux. L’aménagement des jardins de la Fontaine répond au souci d’embellir la ville, tout en utilisant rationnellement l’eau de la source, pour les activités artisanales, pour la commodité des habitants et pour les nouveaux égouts. Les années 1730 constituent donc un tournant, avec une accentuation de la pression populaire, qui se traduit notamment par des mémoires demandant l’accélération des aménagements. Une plus grande volonté politique se fonde sur un héritage désormais maîtrisé. Le souci d’ordre est manifeste : ordre dans l’organisation spatiale, ordre social et ordre économique, toutes les conditions devant être réunies pour que les activités de la cité soient menées dans les meilleures conditions.

27Au contraire, si le centre ancien reste le lieu de résidence privilégié par les élites, malgré une cohabitation maintenue entre des groupes sociaux de nature très différente, il n’est pas profondément remodelé. Les négociants nîmois ne semblent pas très attachés à montrer leur réussite par des constructions fastueuses, mais ils sont attentifs à la propreté de leur ville dans son ensemble, et non de manière sélective, conception relativement neuve qui tient compte des contraintes imposées par un habitat très dense : établir une séparation entre espaces sains et espaces malsains est impossible, et lorsque l’insalubrité est tolérée dans certains quartiers ou dans certaines rues, elle devient vite générale. L’exemple de Carpentras, où la politique consulaire reste plus traditionnelle, et sans doute plus représentative de ce qui se passe dans la majorité des villes du Midi de la France, le prouve. Les règlements de 1605, 1673, 1724 et 1750, qui n’innovent guère les uns par rapport aux autres, tentent d’instaurer ou de maintenir un partage de l’espace urbain, entre des rues et places qui doivent rester propres et quelques espaces publics où la fabrication de fumier est autorisée. Une analyse de la géographie sociale de la ville permet de comprendre que ces espaces sont ceux où l’habitat populaire, celui des paysans et des artisans, est le plus concentré. En revanche, là où l’habitat est mêlé, et là où nobles et bourgeois sont les plus nombreux, fumier et immondices ne sont en principe pas tolérés. Dans la réalité, les infractions constatées par les consuls sous l’Ancien Régime, puis par le maire sous l’Empire, montrent que même les lieux les plus prestigieux et les plus fréquentés de la ville sont fréquemment mal nettoyés. Ainsi, le partage social de l’espace ne fonctionne pas, même dans une ville moyenne, où le contrôle ne pose en principe pas de grosses difficultés. Cela prouve que la répression n’est pas le meilleur moyen d’assainir l’espace, alors que la réorganisation spatiale avec des règles et des équipements adaptés donne de bons résultats lorsqu’elle est possible : l’absence de grand débat sur la salubrité publique à Nîmes au XVIIIe siècle, contrairement à ce que l’on observe dans d’autres villes comparables comme Toulouse, est très significatif.

  • 35 Arch. Mun. de Toulouse, FF 610, 16 février 1741.
  • 36 J.-L. Laffont, op. cit., p. 1492-1508.

28Les édiles de Carpentras et de Toulouse, villes qui viennent d’être présentées comme des contre-exemples par rapport à Nîmes, sont pourtant non seulement sensibles aux problèmes d’insalubrité, mais aussi capables d’envisager des solutions rationnelles. Si leur efficacité est moindre, c’est à cause d’un contexte socio-économique et d’une évolution « naturelle » du bâti différents, ce qui pose de redoutables problèmes financiers, dès qu’il s’agit de changer les habitudes par des mesures autoritaires, ou par l’organisation de systèmes d’assainissement nouveaux. Aussi les solutions réellement adoptées sont-elles simples, trop simples sans doute. Dès le début du XVIIe siècle et peut-être antérieurement, la ville de Toulouse confie à des entrepreneurs privés le ramassage des ordures, en leur imposant des règles strictes concernant les heures et les lieux auxquels ils doivent intervenir, et en les faisant surveiller par un « capitaine au fait de la santé », aidé de commis puis par deux inspecteurs du nettoiement des rues à partir de 1719. Une ordonnance de 1741 oblige par exemple les « entrepreneurs du nettoyement des rues » à disposer en permanence de huit tombereaux, pour ramasser les immondices et les boues35. Carpentras ne se dote d’un tel système que dans le dernier quart du XVIIIe siècle : il n’est attesté, pour la première fois dans les registres de la police consulaire, qu’en 1776. Des particuliers obtiennent le droit de participer au nettoyage de la ville contre le paiement d’une taxe. Ils disposent ainsi du fumier et des immondices qu’ils récupèrent et peuvent soit utiliser dans leurs terres, soit le plus souvent revendre à des paysans. En apparence, les élites toulousaines n’instaurent pas un partage de l’espace urbain semblable à celui de la capitale comtadine mais un règlement de 1688, que l’on peut comparer à celui de 1673 pour Carpentras, instaure une division de la ville en huit quartiers et détermine le parcours des entrepreneurs des boues, pour le ramassage des ordures dans le centre, ses abords immédiats et une partie du faubourg Saint-Etienne36. Les autres faubourgs sont négligés puisque non inscrits dans le règlement : il existe donc une forme de partage entre espaces centraux régulièrement nettoyés et espaces périphériques relativement abandonnés à l’insalubre. Dans ce domaine aussi, une enquête générale serait utile, bien que les éléments concordants concernant deux capitales provinciales du Midi de la France montrent la manière dont est pensé communément le lien entre organisation de l’espace urbain, salubrité publique et santé.

29C’est seulement vers 1780 à Toulouse, et au tout début du XIXe siècle à Carpentras, que les systèmes employés font l’objet d’une surveillance suffisamment stricte pour que leur efficacité soit renforcée. S’il existe un tournant à la fin du XVIIIe siècle, il faut le chercher moins dans l’évolution des sensibilités que dans l’application rigoureuse de mesures anciennes. Ainsi à Toulouse, le renforcement du personnel de nettoyage à partir de 1775, avec des fonctions plus spécialisées comme le ramassage des cadavres d’animaux ou la vidange des latrines, accompagne une politique d’extension de l’espace régulièrement entretenu. En effet, les faubourgs sont pris en compte dans un nouveau règlement édicté en 1781. Des moyens financiers supplémentaires sont consacrés à ces efforts. A Carpentras, le droit de balayage et d’enlèvement des boues est réorganisé par un arrêté municipal du 7 frimaire an XIV, et affermé à une seule personne qui peut employer le personnel qu’elle veut, mais qui a le monopole et la responsabilité de l’ensemble de l’espace urbain. Au moins quatre tombereaux et douze bêtes chargées de bennes doivent être employés quotidiennement par le fermier. Dans certaines rues, le droit qu’ont les particuliers d’utiliser des fosses à fumier est maintenu, mais ailleurs, le fermier doit avoir accompli son travail avant huit heures, chaque matin du 1er octobre au 1er avril, et avant sept heures le reste de l’année. Les habitants sont donc invités à déposer leurs immondices devant leur maison avant cette heure, et il est interdit d’en déposer pendant le reste de la journée. Le fermier du balayage doit aussi intervenir les après-midi des jours de foire et de marché. Cela n’empêche pas les infractions de rester nombreuses, soit parce que le travail du fermier et de ses employés ne donne pas entièrement satisfaction, soit parce que certains habitants ne respectent pas les horaires imposés.

  • 37 J.-L. Laffont, op. cit., p. 1568-1612 ; R. Bertrand, « Cimétières marseillais aux XVIIIe et XIXe si (...)

30Pour être complet sur ce sujet des relations entre espace et salubrité, il faudrait étudier le transfert des cimetières du centre vers la périphérie des villes. Mais ce phénomène et sa chronologie sont déjà assez bien connus. Si Toulouse et Marseille bénéficient d’une avance dans ce domaine, grâce notamment aux efforts des archevêques (par exemple Étienne-Charles de Loménie de Brienne à Toulouse), suivant de peu, voire anticipant partiellement la déclaration royale de 1776, l’effort est tardif par rapport à d’autres menés pour améliorer la salubrité publique et la santé des citadins37. Il ne faut pas surestimer la prise de conscience du danger et ses effets. Les aspects juridiques et la volonté de gagner de l’espace expliquent les transferts au moins autant que la peur des miasmes.

II. Du local au régional

  • 38 A. Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, notamment (...)

31Une des grandes mutations attribuée au Siècle des Lumières est le changement d’échelle dans le regard porté sur le territoire : les espaces provinciaux, voire nationaux, feraient désormais l’objet de politiques globales d’aménagement. Ce changement serait lié non seulement à l’accroissement des pouvoirs de l’État, et du contrôle que celui-ci est capable d’exercer sur la société et l’économie, mais aussi au développement des compétences des architectes et des ingénieurs, d’abord grâce à la formation acquise dans les armées royales à la fin du XVIIe siècle et au début du suivant, puis à partir du milieu du XVIIIe siècle grâce aux écoles spécialisées, notamment l’ École des Arts pour les architectes (1740) et l’École des Ponts et Chaussées pour les ingénieurs (1747). La formation dans les collèges et les académies d’ingénieurs civils ne doit pas non plus être négligée. Antoine Picon a montré le rôle de ces élites techniciennes dans l’homogénéisation de l’espace38. La politique est nationale, mais les pays d’États, notamment le Languedoc et la Provence, sont capables de soutenir des projets relativement autonomes. Or les enjeux économiques cèdent parfois le pas à des préoccupations hygiénistes. Il faut s’interroger sur l’ancienneté des politiques menées dans ce domaine et sur leur efficacité : le XVIIIe siècle ne constitue pas forcément un tournant aussi décisif qu’on pourrait le croire, en partant seulement des textes normatifs, et des ambitions nouvelles liées à la création de corps d’ingénieurs, mieux structurés et mieux formés.

  • 39 F. Hildesheimer, La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Publisud, 1990, p (...)

32Les politiques globales de lutte contre la maladie ont surtout été étudiées dans le cas des épidémies de peste, parce que celles-ci donnaient lieu à des mesures radicales et parfois spectaculaires. L’évolution des moyens mis en œuvre (plus que des méthodes qui restent à peu près identiques tout au long de la période moderne) montre une coordination croissante entre les différentes instances de pouvoir39. Ainsi est instauré en 1622 le monopole des ports de Marseille et de Toulon, pour les navires en provenance du sud et de l’est de la Méditerranée : tous les bateaux doivent accoster à ces ports, afin que leur patente de santé soit contrôlée, avant de repartir éventuellement pour une autre destination provençale. En 1650, le Parlement d’Aix-en-Provence prend le contrôle de la politique sanitaire provinciale, rappelant en 1683 et 1709 le monopole marseillais et toulonnais. Le conseil du roi est à l’origine de la confirmation de 1683. Il précise en 1689 que les navires de commerce sont concernés au même titre que les navires de guerre : de provinciale, la politique menée devient nationale. La peste de 1720 marque un tournant repéré par toutes les études concernant le territoire français : la monarchie charge notamment les intendants, désormais bien installés, de rendre plus homogènes et plus efficaces les mesures contre le mal. Le Parlement d’Aix est ainsi dépossédé des attributions qu’il s’était octroyées depuis le milieu du XVIIe siècle, même s’il prend quelques mesures au début de l’épidémie, et tente sans succès de conserver ses prérogatives. L’enjeu tient certes au déplacement des centres de pouvoir vers les agents directs et administratifs de la monarchie, mais aussi à la volonté d’un contrôle mieux coordonné, entre les différents espaces qui composent le territoire français, et au sein d’un espace mieux défini comme la Provence. Les structures mises en place par l’intendant ne font en fait que recréer celles qui existent déjà, la collaboration entre autorités centrales et locales étant attestée dès 1683 en Provence.

33L’attitude des autorités provençales vis-à-vis du Comtat Venaissin et d’Avignon montre comment s’effectue la tentative d’homogénéisation du territoire et d’action à l’échelle d’un espace trop longtemps compartimenté. Alors qu’au XVIIe siècle, Carpentras et Avignon luttaient seules contre la contagion, entre 1720 et 1722, le vice-légat d’Avignon, le recteur du Comtat et l’intendant de Provence cherchent à mener une action concertée, certes toujours appuyée sur les politiques urbaines, mais les transcendant. La mise en place d’un « cordon sanitaire » n’est en effet efficace que si tous les acteurs concernés, de part et d’autre du cordon, sont disposés à jouer leur rôle. Or Avignon et le Comtat forment une enclave, ce qui complique les relations entre les autorités et la gestion de la crise épidémique. Aussi les solutions adoptées entre 1720 et 1722, et qui prêtent parfois à sourire (la construction d’un « mur de la peste » peut sembler a priori absurde et inefficace), apparaissent-elles comme profondément novatrices, et emblématiques d’un effort pour surmonter les difficultés dues au cloisonnement de l’espace en de multiples Etats, parfois minuscules, et en de multiples entités administratives qui collaborent souvent difficilement.

  • 40 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2563.
  • 41 La peste dans le Comtat et la Provence au nord de la Durance, 1720-1722 (recueil de textes), Archiv (...)
  • 42 – Bibl. Mun. de Carpentras, ms 1409, f 467.

34Lorsque la nouvelle de l’atteinte de Marseille par la peste intervient en 1720, les deux principales villes de l’enclave, Avignon et Carpentras, réagissent presque simultanément (1er et 2 août), en coupant les communications avec le grand port provençal40. Les mesures n’ont encore qu’une portée locale, mais beaucoup de communautés comtadines prennent des mesures identiques, ce qui leur confère une portée supérieure, bien que pas tout à fait générale. Dès le 21 août, une ordonnance du vice-légat étend à l’ensemble du Comtat et d’Avignon les mesures d’isolement, en interdisant tout commerce entre la Provence et les enclaves pontificales. Or cette décision est prise à la demande de la France41. Le 4 septembre, le vice-légat d’Avignon et le marquis d’Argenson, envoyé du régent qui intervient aussi au nom des intendants de Provence, Languedoc et Dauphiné, imaginent un système qui, tout en instaurant un cordon sanitaire entre les lieux infectés et les autres, permet de maintenir le commerce entre les provinces42. Si la limite du Comtat est étroitement surveillée par des troupes à la fois françaises et pontificales, une autre ligne est créée au sein de la Provence, entre les zones infectées et les autres, afin que le commerce reste possible dans les deux sens. Bonpas sert de port sur la Durance et de lieu d’échange. Bien que le commerce soit autorisé avec certaines précautions, les communications humaines entre les enclaves pontificales et la Provence sont interrompues, l’entrée dans le Comtat étant interdite, même aux Provençaux venant de lieux encore réputés sains. Les mesures prises créent donc plusieurs lignes de défense, avec des sortes de sas qui correspondent à des degrés divers de protection. La maîtrise de l’espace se veut totale. Les autorités françaises ne considèrent pas les mesures d’isolement comtadines et avignonnaises comme une insulte, mais au contraire comme nécessaires et capables d’opposer une résistance forte à la progression du mal dans les plaines du bas Rhône : le statut d’enclave politique peut se révéler utile. L’idée s’avère assez juste, puisqu’à la fin de septembre 1720, lorsque la peste franchit le cordon sanitaire pour la première fois, c’est dans la viguerie d’Apt, située au nord de la Durance mais appartenant à la Provence. Or les troupes françaises avaient tenté d’empêcher la maladie de progresser, en prolongeant la ligne de défense au-delà du Comtat le long de la Durance.

35Les mesures régionales, prises entre septembre 1720 et juillet 1722, consistent toutes en une redéfinition des lignes sur lesquelles campent les troupes, le plus souvent après accord entre le vice-légat et les représentants de la France. L’édification d’un mur, prolongé au sud par un fossé le long des Monts de Vaucluse et dans la vallée du Calavon, correspond à l’instauration d’une seconde ligne, qui n’empêche pas Avignon et la partie occidentale du Comtat d’être touchées par la contagion à la fin du mois d’août 1721. Une troisième ligne est créée par les troupes français à l’intérieur du Comtat, le 29 juillet 1722, alors que l’épidémie persiste autour d’Avignon et disparaît de Provence, mais en septembre 1722, Avignon est à son tour délivrée. La prudence pousse à maintenir certaines lignes de défense jusqu’en février 1723. La lutte contre la maladie prend souvent une tournure désespérée car, contrairement à ce qu’une appréciation rapide et détachée du déroulement précis des événements pourrait laisser croire, le mur de la peste se montre inefficace quelques semaines seulement après son achèvement. La tentative de protection globale d’un espace régional, qui sert de tampon entre la Provence et les provinces plus septentrionales de la France, échoue alors que les mesures plus classiques prises par des villes comme Carpentras peuvent sembler plus efficaces : la capitale du Comtat et d’autres communautés du centre et du sud de la plaine (notamment les villes de Cavaillon et L’Isle) restent préservées.

  • 43 J. Dumoulin, « Le financement de la peste à Aix-en-Provence au XVIIe siècle », Provence historique, (...)

36Des explications fournies par des épidémiologistes sur « l’épuisement naturel » de la maladie seraient sans doute éclairantes, mais le contrôle des communications a forcément joué un rôle, même s’il n’a pas été aussi efficace que l’auraient souhaité les autorités françaises et avignonnaises. Dès le XVIIe siècle, le « monopole » marseillais et toulonnais a pu contribuer à limiter les effets de la peste, tant il est évident que le Midi de la France et notamment le Sud-Est furent souvent épargnés, quand des régions plus septentrionales continuaient à être touchées fréquemment jusqu’aux années 1660. Ainsi, seule la peste de 1629, l’une des plus virulentes de la période moderne, a frappé Carpentras au XVIIe siècle, et Aix ne fut atteinte qu’une seconde fois après cette date, en 1650, l’épidémie étant alors courte et relativement restreinte43. Il faut donc porter un jugement nuancé sur les effets de la politique menée. Au demeurant, c’est bien cette politique qui nous intéresse ici. Lorsqu’on considère la crise épidémique de 1720, on constate une prise en charge des grandes orientations politiques par le vice-légat (alors que le recteur était une pièce maîtresse du dispositif dans la première moitié du XVIIe siècle), le caractère très directif et autoritaire des ordres émanant du conseil du roi, et la concertation accrue entre les représentants des trois provinces entourant le Comtat. Ces caractéristiques montrent à quel point la dernière peste des temps modernes en France constitue un révélateur des progrès de l’administration, et de la gestion de l’espace, progrès accomplis par étapes au cours du XVIIe siècle. Les années 1720 à 1722 ne sont donc pas un tournant mais plutôt un aboutissement. Les principes de la lutte contre la peste restent ensuite les mêmes jusqu’au début du XIXe siècle, ce qui conduit Daniel Panzac à considérer qu’ils ont été efficaces dans la mesure où le souvenir de « l’accident » de 1720 aurait poussé à plus de rigueur dans l’application de mesures traditionnelles : si les années 1720-1722 sont essentielles, c’est avant tout par leur rôle de référent dans la mémoire collective.

37La protection sanitaire des populations préoccupe aussi les autorités politiques méridionales en dehors des grandes épidémies de peste, en des temps que l’on pourrait qualifier de « normaux », mais qui ne sont pas exempts d’épisodes douloureux souvent mal compris. La ville est de moins en moins considérée comme un espace isolé, qui pourrait se protéger seul contre un environnement hostile. Aussi les campagnes sont-elles prises en compte pour parvenir à un contrôle efficace à l’échelon régional. Elles ne sont plus seulement pensées comme des vecteurs de la maladie, mais parfois aussi comme des sources de maux, dont la nature et les origines restent mystérieuses pour les meilleurs médecins. Les topographies médicales et les ouvrages de médecine de la fin du XVIIIe siècle sont souvent pleins de notations sur la situation médicale dans les campagnes. Si le discours tenu sur la ville est assez homogène, résultant souvent d’une observation directe et rigoureuse de ce qui s’y passe, celui concernant le milieu rural est plus complexe et ambigu. Le mépris pour les ruraux interfère avec une relative indifférence, ou une reconnaissance de certains atouts des campagnes.

  • 44 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2852, f 247-248 et 299-300 ; Arch. Nat., H / 1 / 1003 / dossier n° 1.
  • 45 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2345, f 21. Le médecin avignonnais Leroux de Pierrevert explique ainsi les (...)

38La crainte des eaux stagnantes constitue sans doute la peur fondamentale. Les marécages languedociens sont ainsi placés au centre de nombreux débats, qui prennent en compte de multiples paramètres : à côté de l’impact économique et social de l’aménagement des zones marécageuses, la santé des populations est souvent invoquée par les partisans du drainage et de la mise en valeur. Toutefois, ce type de discours n’est jamais dominant, sauf s’il émane d’un membre du corps médical. Lorsque partisans et adversaires du drainage des marais entre Beaucaire et Aigues-Mortes s’affrontent à partir de la fin des années 1730, ils mettent en avant des arguments juridiques touchant à la propriété des terres concernées, et des arguments économiques touchant aux conséquences de l’aménagement envisagé44. On pourrait facilement forcer le sens des textes, en considérant que les efforts accomplis pour faciliter la circulation des hommes et des marchandises, et pour irriguer par de nouveaux canaux, favorisent un développement économique et humain qui améliore les conditions de vie, donc la santé et la longévité des populations. Certes, les aménagements sont nombreux, et parfois spectaculaires, dans le Midi de la France du XVIe au XVIIIe siècle : canal de navigation des deux mers, canaux d’irrigation provençaux, comtadins et avignonnais (canal de Craponne, canaux de Cabedan, canal de Crillon, tous dérivés de la Durance). L’action et le soutien des États provinciaux, ainsi que des intendants et de la monarchie en France, contribuent à la réussite de projets issus presque toujours d’initiatives de particuliers ou de communautés d’habitants. Mais l’enrichissement est le seul véritable objectif recherché, et lorsque des problèmes de santé sont évoqués, c’est seulement pour déplorer les miasmes qui se dégagent à cause du remuement de quantités importantes de terre, comme lors du creusement du canal de Crillon, dans le terroir d’Avignon, à la fin du XVIIIe siècle45.

  • 46 Académie Nationale de Médecine, 149, dr 24, n° 26, Précis des réflexions sur l’utilité de quelques (...)
  • 47 Citoyen Pamard, Topographie physique et médicale d’Avignon et de son terroir, Avignon, J.J. Niel, a (...)

39En revanche, la tonalité de nombreux textes médicaux (topographies médicales, rapports, mémoires...) montre que la participation plus ou moins suivie à la vaste enquête lancée par la Société Royale de Médecine, puis la réflexion qui est menée pendant la période révolutionnaire, traduisent une intention d’assainissement général, en même temps que d’atténuation des misères des populations. Ainsi en 1786, le docteur Raymond de Marseille reconnaît les bienfaits des gouvernements successifs qu’a connu la France depuis le XVe siècle, suggérant que le travail à accomplir est encore immense : « avant cette époque, le royaume ainsi que le reste de l’Europe étoit en partie en friche ou couverte (sic) de marais, les habitations humides, puantes, incommodes, la nourriture de mauvaise qualité et mal préparée, les vêtements mal propres ». Les progrès de l’agriculture et l’assainissement des zones humides auraient eu une action déterminante pour améliorer la situation. La même année, J. de Laudun, docteur en médecine de l’université de Montpellier, incrimine les « eaux qui séjournent dans les prés et les marais voisins de nos canaux des vuidanges appellés roubines », et propose à la ville de Tarascon des solutions, comme allumer de grands feux, selon la méthode recommandée depuis l’Antiquité, favoriser la croissance de plantes qui absorbent « l’air inflammable » malsain, multiplier les plantations d’arbres dans les marais et le long des roubines, enfin favoriser l’écoulement des eaux, en nettoyant régulièrement ces roubines, et en coupant les tiges de certaines plantes qui se multiplient trop rapidement46. Le titre de la section VII de la Topographie physique et médicale d’Avignon et de son territoire, rédigée par le docteur Pamard et publiée en l’an X, est à lui seul un véritable programme, même si le développement qui suit est décevant par sa modestie : « Réflexions sur les moyens de modifier l’influence du climat sur le physique et le moral des habitants, d’utiliser, de multiplier les ressources locales et d’augmenter la prospérité de la ville »47.

  • 48 Histoire de la Société royale de médecine, année 1786, Paris, Théophile Barrois, 1790, t VIII, vol (...)

40Une analyse générale des conséquences de la présence de marais en France, publiée en 1790 par la Société Royale de Médecine, rassemble tous les éléments d’un discours fragmenté. Il s’agit d’un rapport sur le projet de M. Boncerf relatif au dessèchement des marais48. L’ampleur des vues est remarquable, puisque l’auteur tente une approche comparatiste des différentes régions françaises. Le Languedoc et la Provence font l’objet de longs développements : les marais d’Aix, d’Arles, d’Aigues-Mortes, ceux situés le long du Rhône entre Beaucaire et Saint-Paul-Trois-Châteaux, ceux enfin qui longent le littoral méditerranéen, notamment à proximité d’Agde et depuis Narbonne jusqu’au Roussillon, auraient des effets comparables à ceux des environs de Rome ou du Marquenterre entre la Somme et l’Authie. Deux raisons sont avancées pour entreprendre le dessèchement des marais, résumant bien la pensée de la fin du XVIIIe siècle : la préservation de la santé publique et la mise en valeur agricole. Les lois très favorables prises par Henri IV sont citées comme un modèle, mais l’auteur du rapport regrette leur faible application. Or les opérations de drainage sont présentées comme faciles et peu coûteuses. M. Boncerf en aurait réalisé certaines, dont les effets auraient été rapides grâce à la construction de digues, et au détournement du cours de certaines rivières. Auraient ainsi disparu partiellement ou complètement les marais de Chaumont en Vexin, au terme de travaux menés en 1779 et 1780, les marais de Marquenterre en 1780, ceux de Talmont en Saintonge en 1785, et les étangs du grand Bagnas d’Agde la même année. Les mêmes solutions sont proposées pour maîtriser le Rhône près d’Arles et de Tarascon. La Société Royale de Médecine apporte donc son soutien à un projet qui englobe de très vastes espaces, et surtout à une pratique qui vise à faire disparaître la quasi-totalité des marécages, en grande partie pour des raisons sanitaires. La nouveauté est qu’une telle ambition soit défendue de manière aussi systématique. Avec les progrès parallèles de la cartographie, de l’inventaire des richesses du royaume (grâce aux acquis de l’économie politique et aux prémices de la statistique au cours du XVIIIe siècle), et de la médecine, l’idée d’une politique uniforme d’aménagement de tout le territoire français devient possible.

  • 49 F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux aussi et XVIIIe siècles, Paris, Flammarion, 1975, p.  (...)

41Cependant, ce discours n’a que peu d’effets. Les politiques locales, menées pour éviter la stagnation de grandes quantités d’eau, sont insuffisantes et peu utiles, si elles ne concernent pas un vaste espace englobant plusieurs terroirs limitrophes. Avec des moyens financiers limités, seuls des travaux d’entretien sont possibles et non une transformation radicale des terroirs, parfois tentée cependant dès le XVIIe siècle, avec l’aide d’ingénieurs hollandais dans un but essentiellement agricole. Dans le domaine proprement médical, les intendants de toutes les généralités sont chargés depuis le début du XVIIIe siècle d’envoyer des boîtes de médicaments, dès qu’ils sont informés de la présence d’une maladie grave, touchant de nombreuses personnes dans un secteur donné49. Lorsque des fièvres intermittentes semblent prendre un caractère épidémique à Villeneuve en 1776, M. de Saint-Priest, l’intendant de Languedoc, est chargé par le gouvernement, lui-même informé par la Société Royale de Médecine, de suivre personnellement l’enquête et d’organiser les secours nécessaires. Le rôle de l’administration est cependant réduit, parce que l’intendant ne sait pas vraiment quelle attitude adopter, l’interprétation même du mal divergeant selon les médecins consultés. Un des intérêts majeurs de la critique qu’Esprit Calvet fait du comportement et des explications d’autres médecins, comme « M. Vergne, médecin à Villeneuve », est la mise en évidence des intérêts multiples que fait surgir l’enquête : « Les opinions sur les causes générales de l’épidémie tinrent de même à l’intérest personnel : on prétendoit ou non que le déplacement successif du lit du Rhône l’avoit occasionnée selon les avantages ou les pertes que chacun envisageoit pour ses biens à remettre le fleuve dans son ancien cours ». L’intendant ne joue dans ce cas qu’un faible rôle, donnant des recommandations sans imposer de prophylaxie générale.

42Une enquête plus poussée sur les théories médicales modifierait peut-être l’impression d’apparition relativement tardive des recommandations pour assainir un espace beaucoup plus vaste que celui de la seule ville enserrée dans ses murailles. Les représentations ne varient guère, et le savoir médical ne change pas fondamentalement au cours de la période moderne, malgré quelques avancées décisives mais isolées, qui ne forment pas un système cohérent. Ce qui change progressivement, c’est la volonté et la capacité de mener des actions de fond, qui dépassent les expédients traditionnels, et qui mettent en relation plusieurs villes avec leur terroir. Des programmes commencent à être pensés dans un cadre provincial. Il est tentant de ne voir là qu’un changement factice, qui résiderait surtout dans la faculté de certaines élites sociales ou intellectuelles de rassembler les éléments d’un discours fragmenté, grâce à une politique de multiplication des enquêtes et de diffusion du savoir, relayée par des institutions provinciales ou nationales (académies, sociétés...) Il existe certes des associations de propriétaires et de nombreuses communautés qui contrôlent de progressifs aménagements depuis le Moyen Âge. Mais la nouvelle rationalité donnée au discours, à la fin du XVIIIe siècle, n’est pas neutre, et le passage progressif de politiques locales à des politiques provinciales et nationales, voire internationales, ne fait aucun doute, comme l’a montré l’exemple de la lutte contre la peste.

Conclusion

43Au terme de ce rapide survol des politiques menées pour préserver la santé des populations, le Midi de la France est apparu sans spécificité marquée par rapport à d’autres espaces qui ont été étudiés dans des perspectives proches. Compte tenu du poids des directives versaillaises et des liens qui unissent toutes les parties de la France (y compris les enclaves intérieures), Aquitaine, Languedoc, Comtat et Provence sont par beaucoup d’aspects des provinces représentatives des évolutions qui caractérisent l’ensemble du royaume de France. La présence de Parlements importants à Bordeaux, Toulouse et Aix, et une situation d’exposition permanente aux dangers de la peste en provenance du sud ou de l’est du bassin méditerranéen, créent quelques spécificités qu’il ne faut pas surestimer, puisque la peste a tendance à venir de plus en plus souvent d’Europe centrale à l’époque moderne, et que l’administration des intendants joue partout un rôle unificateur.

44Les acquis essentiels de cette réflexion ne résident pas dans l’impossible définition d’une spécificité méridionale, mais dans le dévoilement des formes que prend entre le XVIe et le XVIIIe siècle la rationalité des comportements les plus fréquents. Les théories médicales sont fausses, mais les attitudes et les mesures préconisées par les élites médicales et politiques face à la maladie s’inspirent toutes d’une crainte de la propagation du mal par le mauvais air. Aussi, les théories miasmatiques ont-elles un écho très fort dans toutes les couches de la population, sans toutefois occulter les contagionistes. L’atténuation des miasmes est obtenue par différents procédés, qui contribuent lentement et de façon très insuffisante, du point de vue même des homme de cette époque, aux progrès de la salubrité publique. Les règlements urbains des XVIIe et XVIIIe siècles sont de plus en plus précis, et les conseils de ville tentent de tirer les leçons des échecs antérieurs. Le manque de moyens financiers, les insuffisances des méthodes de gestion de l’assainissement, et les mauvaises habitudes des populations urbaines, ne sont peut-être pas les explications principales de ces échecs. C’est souvent l’absence de réseaux d’égouts bien structurés, auxquels seraient reliées les habitations, qui rend impossible un assainissement définitif. L’organisation spatiale de la ville joue un rôle déterminant comme le montre le cas de Nîmes, cité en pleine expansion au XVIIIe siècle, et qui parvient à suivre les principes d’un urbanisme fonctionnel et pragmatique. Il est donc incontestable que le XVIIIe siècle enregistre quelques progrès, mais en se fondant sur des principes déjà défendus dans la seconde moitié du XVIe siècle, et souvent déjà expérimentés. Il n’y a pas de stratégie nouvelle après 1700 ou 1750, par exemple dans le domaine de la désodorisation, mais des moyens nouveaux mis en œuvre pour appliquer de vieilles conceptions. Dans la lutte contre la peste, les expériences douloureuses des deux premiers tiers du XVIIe siècle sont mises à profit pour développer de nouvelles formes d’isolement, des villes puis de vastes espaces régionaux. Dans tous les domaines, une maîtrise globale de l’espace à différentes échelles est tentée dès le XVIIe siècle : du monopole de Marseille et Toulon pour le contrôle des patentes de santé, aux hiérarchisations spatiales intra-urbaines pour le ramassage des ordures, toutes les politiques qui s’épanouissent et réussissent parfois au XVIIIe siècle (si l’on songe par exemple à la disparition de la peste après 1722) sont déjà en place à la fin du XVIIe siècle.

45Ce qui change au XVIIIe siècle, ce sont les discours sur la nature, sur l’environnement urbain et sur leurs rapports, de plus en plus pris en compte dans la gestion du territoire, aussi bien pour des raisons économiques que pour des raisons sanitaires, ces dernières restant cependant secondaires. Le territoire n’est plus seulement un ensemble discontinu de villes, où se concentrent les élites et qui dominent des terroirs plus ou moins vastes, mais un tout homogène, sans vide ni obscurité inutile : économistes, administrateurs et médecins comprennent qu’ils doivent prendre en compte la totalité de l’espace s’ils veulent obtenir les résultats qu’ils visent. Dans les domaines de la salubrité et de la santé publique, on passerait donc entre le XVIIe et le XVIIIe siècle d’un territoire pensé constamment et directement comme une hiérarchie de lieux d’inégales valeurs, certains devant être protégés prioritairement et isolés, à un territoire pensé comme un continuum, où s’établissent des relations constantes et nécessaires entre tous les éléments qui le composent. La hiérarchie n’est pas oubliée, mais conçue différemment, puisque la protection sanitaire des lieux les plus importants, symboliquement et socialement, passe au XVIIIe siècle par une protection générale. La politique des « cordons sanitaires », en Provence et Comtat pendant la peste de 1720-1722, est une forme de collaboration entre des États et des villes qui ont pleinement pris conscience de leurs intérêts réciproques : elle n’a plus exactement la même signification que l’isolement de chaque localité derrière ses remparts, même s’il est évident qu’on ne peut opposer abruptement les attitudes de part et d’autre de 1700. Les efforts consentis pour maîtriser l’espace apparaissent donc comme une explication possible, de l’amélioration globale de la santé des populations au XVIIIe siècle et du recul de la mortalité que montrent toutes les études démographiques. Celles-ci pourraient trouver dans cette hypothèse un élément de renouvellement important.

Notes

1 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge dans le royaume de France et dans les grands fiefs, Paris, éd. Jean-Paul Gisserot, 1999.

2 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 83 et 88.

3 J. Pontet, « Les politiques de l’eau dans les villes du Sud-Ouest aquitain au XVIIIe siècle », L’eau et la ville, CTHS, 1999, p. 121-136.

4 J. Erhard, « Opinions médicales en France au XVIIIe siècle. La peste et l’idée de contagion », Annales E.S.C., 12ème année, 1957, n° 1, p. 46-58 ; F. Hildesheimer, La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Publisud, 1990 ; F. Lebrun, Se soigner autrefois : médecins, saints et sorciers aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Seuil, 1983.

5 R. Benoit, Vivre et mourir à Reims au grand siècle (1580 – 1720), Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 228.

6 F. Hildesheimer, « Prévention de la peste et attitudes mentales en France au XVIIIe siècle », Revue historique, n° 537, 1-3 / 1981, p. 72.

7 C. Carrière, M. Courdurié, F. Rebuffat, Marseille ville morte. La peste de 1720, Marseille, M. Garçon, 1968.

8 Sur la difficulté à établir une correspondance précise entre la terminologie du XVIIIe siècle et celle de la médecine actuelle, on peut se reporter aux remarques de J.-M. Boehler in Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1995, t. 2, p. 1739-1743. On peut aussi consulter l’étude pionnière de J.-P. Peter, « Malades et maladies à la fin du XVIIIe siècle », Annales E.S.C., 1967, n° 4, juillet-août, p. 711-751.

9 Il faut toutefois reconnaître que ce sont surtout les médecins qui restent en contact avec les malades et qui tentent d’agir qui sont convaincus par les théories contagionistes. Encore au début du XVIIIe siècle, la faculté de médecine de Montpellier semble majoritairement acquise à l’idée que le mauvais air est responsable de la propagation de la peste, comme le montre l’exemple des interprétations concernant l’épidémie marseillaise : C. Carrière et alii, op. cit., p. 78 et 170-181. Pour la thèse défendue ici, la théorie importe moins que la pratique dominante.

10 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2345, f 39-54.

11 Académie Nationale de Médecine, 182 dr 1 n° 11 et 12, Topographie salutaire de la Provence, 1786 ; J.-F. Juliot, Un médecin marseillais du XVIIIe siècle : François Raymond. Essai de recherche médicale (XVIIIe siècle), maîtrise, Université de Provence, 1974.

12 P. Fournier, Eaux claires, eaux troubles dans le Comtat Venaissin, XVIIe-XVIIIe siècles, Perpignan, P.U.P., 1999, p. 53-60. Une analyse détaillée de la situation sanitaire dans les villes du Comtat, notamment à Carpentras, et des conceptions médicales et sociales qui rendent compte de cette situation est fournie p. 33-60. On peut s’y reporter pour des compléments et la démonstration plus approfondie, concernant un espace régional, de certaines positions défendues dans cet article.

13 J.-M. Boehler, op. cit., p. 1761.

14 Arch. Mun. de Carpentras, FF 109, f 109 v°, 17 juillet 1615 ; BB 252, f 30-31, 30 octobre 1673.

15 J.-P. Leguay, op. cit., 1999, p. 44.

16 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris – La Haye, 1975-1976.

17 Le règlement exceptionnellement précis de 1580 sert de modèle pour les suivants (Arch. Mun. de Carpentras, FF 106, f 20 v°-22, 10 mai 1580 ; f 113-114, 4 juillet 1585 ; f 130 v°-132, 4 juillet 1586 ; f 145 v°-147, 1er avril 1588 ; FF 107, f 231-234, 24 avril 1598). Les registres de la police consulaire sont malheureusement très mal tenus pour les années 1628-1631 qui correspondent à la dernière poussée de peste, ce qui interdit une comparaison avec cette période.

18 L. Coste, « Bordeaux et la peste dans la première moitié du XVIIe siècle », Annales du Midi, t. 110, n° 224, octobre – décembre 1998, p. 457-480.

19 Arch. Mun. de Carpentras, FF 105, f 7-17 (statuts de 1564) ; Bibl. Mun. De Carpentras, ms 1734, f 110-116 (règlement de 1615).

20 Arch. Mun. de Carpentras, FF 109, f 109 v°, 17 juillet 1615.

21 Arch. Mun. de Carpentras, BB 252, f 30-31, 30 octobre 1673.

22 Bibl. Mun. de Carpentras, ms 1724, f 494 sq.

23 Arch. Mun. de Carpentras, FF 113, f 251, 25 septembre 1692.

24 Ibid., FF 116, f 80.

25 Ibid., FF 118, f 83 v°.

26 Ibid., FF 118, f 159 v°, 8 juillet 1783.

27 J.-L. Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, Université de Toulouse II – Le Mirail, thèse de doctorat, 1997. Je ne développerai pas cet exemple autant qu’il serait possible puisque Jean-Luc Laffont le fait dans ce recueil de manière spécifique.

28 L. Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l’exemple de Nîmes aux aussi et XVIIIe siècles », Annales E.S.C., 1980, n° 5, septembre-octobre, p. 965-986. Les plans étudiés par Robert Chamboredon montrent l’ampleur des transformations de l’espace urbain : « Du « pourtraict » au projet : les plans de Nîmes à l’époque moderne (1560-1785) », Liame, Bulletin du Centre d’Histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, n° 1, janvier-juin 1998, p. 7-15.

29 De 14 000 habitants vers le milieu du XVIIe siècle, Nîmes passe à 17 000 vers 1700, soit une croissance de 21,5 %, et à 50 000 vers 1788, soit presque un triplement depuis 1700.

30 J.-J. Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence : recherches sur la culture architecturale dans le Midi de la France de la fin du XVe siècle au début du XVIIIe siècle, Rome, Ecole française de Rome, 1976, t. II, p. 245 sqq.

31 C. Carrière et alii, op. cit., p. 20-22. Les caractéristiques urbanistiques de Marseille sont évidemment beaucoup plus complexes dans le détail, les bas quartiers au nord du port qui appartiennent aux anciennes paroisses annonçant déjà l’urbanisme de la fin du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, par leurs rues rectilignes et leurs habitations confortables.

32 Arch. Mun. de Carpentras, BB 260, f 237, 21 novembre 1745 ; BB 261, f 48, 3 mai 1753.

33 Ibid., BB 263, f 35, 12 avril 1778 ; f 170-171, 188, 190-193, 9 mai-29 décembre 1782 ; BB 264, f 35, 2 février 1788.

34 J.-L. Laffont, op. cit., p. 1555-1568.

35 Arch. Mun. de Toulouse, FF 610, 16 février 1741.

36 J.-L. Laffont, op. cit., p. 1492-1508.

37 J.-L. Laffont, op. cit., p. 1568-1612 ; R. Bertrand, « Cimétières marseillais aux XVIIIe et XIXe siècles », Provence Historique, t. XXIII, 1973, n° 92, p. 226-227.

38 A. Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, notamment le chapitre V, « Le « système » des ingénieurs », p. 95-113.

39 F. Hildesheimer, La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Publisud, 1990, p. 50-56 ; « La monarchie administrative face à la peste », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXII, 4-6 / 1985, p. 302-310 ; D. Panzac, « Crime ou délit ? La législation sanitaire en Provence au XVIIIe siècle », Revue historique, CCLXXV/1, 1-3/ 1986, p. 39-71.

40 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2563.

41 La peste dans le Comtat et la Provence au nord de la Durance, 1720-1722 (recueil de textes), Archives de Vaucluse, CDDP, 1983. La chronologie des « cordons sanitaires » est fournie en document III-35. La troisième partie du recueil (« La lutte contre le fléau ») fournit plusieurs documents à l’appui des thèses présentées ici.

42 – Bibl. Mun. de Carpentras, ms 1409, f 467.

43 J. Dumoulin, « Le financement de la peste à Aix-en-Provence au XVIIe siècle », Provence historique, t. XLVII, fac. 189, juillet-septembre 1997, p. 435-447.

44 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2852, f 247-248 et 299-300 ; Arch. Nat., H / 1 / 1003 / dossier n° 1.

45 Bibl. Mun. d’Avignon, ms 2345, f 21. Le médecin avignonnais Leroux de Pierrevert explique ainsi les fièvres intermittentes survenues à Morières pendant l’automne 1784. Il n’est ni le seul, ni le premier : ms 2459, f 318-319, Canal et santé, Avignon, 1780 ; f 320-326, Mémoire sur la vraie cause des maladies du bourg de Morières et des garrigues, par M. Verdier (sans date, 1778 au plus tôt).

46 Académie Nationale de Médecine, 149, dr 24, n° 26, Précis des réflexions sur l’utilité de quelques moyens propres à corriger l’insalubrité de l’air, celle surtout qui provient des exhalaisons des eaux stagnantes.

47 Citoyen Pamard, Topographie physique et médicale d’Avignon et de son terroir, Avignon, J.J. Niel, an X, p. 71. Pamard est officier de santé en chef de l’hôpital civil et militaire d’Avignon. Il appartient à plusieurs sociétés de réflexion de Provence et Languedoc, parmi lesquelles l’institut de santé et salubrité du Gard.

48 Histoire de la Société royale de médecine, année 1786, Paris, Théophile Barrois, 1790, t VIII, vol I, p. 272-297/

49 F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux aussi et XVIIIe siècles, Paris, Flammarion, 1975, p. 206-211.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search