Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Notices biographiques

Texte intégral

1ALAVAILL, Élie : fonde L’Impartial, journal qui paraît du 20 février au 30 octobre 1892. Il se présente en septembre 1889 comme candidat radical aux élections législatives de la seconde circonscription de Perpignan contre le député sortant et radical, Émile Brousse, mais il est battu. Désigné comme candidat radical socialiste, il est à nouveau battu par Émile Brousse en septembre 1893. Celui-ci ayant démissionné de son mandat, des élections partielles sont organisées en mai 1898, mais il est encore battu.
Membre actif et fondateur de la Libre Pensée de Perpignan, il participe régulièrement avec son frère et l’avocat Auguste Cayrol aux enterrements civils. Il y prononce des discours d’encouragement, ce qui lui est vertement reproché par un journaliste de L’Indépendant qui le qualifie de « pontife en redingote ».

2ALAVAILL, Justin : né le 4 mai 1847 à Céret. Il est directeur et rédacteur en chef de la Semaine Anti-cléricale des diocèses du Midi qui paraît du 1er juin 1879 au 28 mars 1880 et qui reparaît sous le titre Le Républicain des P.-O. du 1er avril 1880 au 3 décembre 1910, journeaux imprimés par son beau-frère, Rondony. Il va à Paris et devient rédacteur en chef du Petit national (1888-1889). Il est un des membres fondateurs le 21 juillet 1895 de la Fédération du Parti socialiste des P.-O.
Aux élections législatives de mai 1898, il est candidat du Parti ouvrier français. Battu, il part à Djibouti où il dirige avec son fils le journal Djibouti. Il meurt en avril 1909 à Marseille.

3BATLLE, Jean : né en 1820 à Céret de Joseph Batlle et Rose Villanova. Il meurt le 29 novembre 1876 à Arles-sur-Tech (métairie Can Maury). Proscrit du 2 Décembre, il est nommé juge de paix en septembre 1870. Républicain militant, il est aussi franc-maçon et libre penseur. Il est le correspondant de L’Indépendant pour Arles et ses environs. Son enterrement civil a donné lieu à quelques réactions de moqueries de la part de certains catholiques.

4BROUSSE, Émile : né le 25 décembre 1850 à Perpignan. Il se passionne pour l’écriture de pièces de théâtre historiques comme Une révolte en Roussillon (1877) ou encore Le Roussillon en 1793 (1880). Il écrit également des articles à L’Indépendant sous le pseudonyme de Vox. Il fonde Le Réveil des Pyrénées-Orientales le 2 novembre 1877 pour sa campagne électorale aux élections cantonales de novembre, journal qui cesse de paraître le 26 janvier 1878. Il participe ensuite à la fondation du quotidien radical L’Éclaireur (1880-1893), puis de La Démocratie (1893 à 1895). Il est membre de la Libre Pensée de Perpignan dès 1880, date à laquelle il s’installe comme avocat à Perpignan.
Engagé dans la vie politique, il est élu conseiller de l’arrondissement de Millas en 1877, député de la deuxième circonscription de Perpignan en août 1881 sous l’étiquette radicale, réélu en octobre 1885, puis encore en septembre 1889 et en septembre 1893. À noter que ce « fut le premier à se présenter devant le corps électoral en déployant le drapeau du radicalisme et le menant à la victoire » (Jules Escarguel). Conseiller général du canton Ouest de Perpignan de 1886 à 1892, puis de celui de Millas de 1892 à 1914, il est élu président de l’assemblée départementale de 1891 à 1894 et de 1904 à 1906. Le 26 novembre 1895, pour des raisons personnelles, il démissionne de son mandat de député. Il entre alors dans la magistrature et devient président du Tribunal de Céret, conseiller de la cour d’Aix en janvier 1901, vice-président du tribunal civil puis procureur de la République à Marseille en août 1905 et président de Chambre à la cour d’appel de Grenoble en octobre 1912.
Il essaie de se présenter aux élections législatives de 1906 dans la 1re circonscription de Perpignan contre Edmond Bartissol, mais, après une réunion houleuse où il est pris à partie à Rivesaltes par le chef de campagne de son adversaire, il retire sa candidature. Il meurt le 27 février 1914 à Grenoble.

5BROUSSE, Emmanuel : né le 30 avril 1841 à Perpignan. Aucun lien de parenté avec Émile Brousse. Ouvrier typographe à l’imprimerie d’Antoinette Tastu, il rejoint L’Indépendant en septembre 1868. Il est nommé directeur de l’imprimerie de L’Indépendant en 1871. En 1873, il remplace Jean Laffon en tant que gérant du journal et de la société L’Indépendant. Il publie des articles sous le pseudonyme de Litous. Conseiller municipal de Perpignan de janvier 1878 à janvier 1884, il est membre de la loge les Amis de la Parfaite Union depuis 1869. Il meurt en 1898 à Vernet-les-Bains.

6BROUSSE, Emmanuel : fils aîné d’Emmanuel Brousse, il est né à Perpignan le 23 août 1866. Il fait carrière à L’Indépendant en passant de typographe à gérant du journal à la mort de son père. Élu conseiller municipal de Perpignan en mai 1892, conseiller de l’arrondissement de Prades en juillet 1895, puis conseiller général du canton de Saillagouse en août 1898, il devient en mai 1906 député de l’arrondissement de Prades. Il sera réélu député en avril 1910. Il meurt à Paris le 17 novembre 1926.

7CARAGUEL, Jean, Augustin, Émile : né le 17 août 1821 et mort le 26 juillet 1885 à Labruguière (Tarn). Ordonné prêtre le 20 décembre 1845, il entre dans la Maison des Missionnaires du diocèse d’Albi et y donne de nombreuses missions. Nommé curé de Mazamet le 23 août 1862, chanoine honoraire d’Albi en 1863, archiprêtre en juillet 1872, puis évêque de Perpignan le 14 juillet 1877. Il fait son entrée solennelle dans la ville épiscopale le 8 décembre. Il fonde le 24 mai 1878 l’École du Sanctuaire.

8CARSALADE DU PONT, Jules, Marie, Louis de : né le 16 février 1847 à Simorre dans le Gers au sein d’une famille nombreuse de huit enfants et de vieille noblesse gasconne. Ordonné prêtre le 25 mars 1871, il occupe différents postes avant d’être choisi comme secrétaire particulier de Mgr Gouzot qui le nomme chanoine. Royaliste convaincu, il note dans son journal à propos du 14 juillet : « Cette horrible fête prétendue nationale du 14 juillet, fête de la déloyauté et de l’infamie... cochonne de République ! sale mégère ! Que le Diable t’emporte [avec] toute la séquelle de maquereaux pourris et puants ».
Passionné d’histoire, il publie de nombreux articles et participe à la création du Musée archéologique et historique d’Auch, des Archives historiques de Gascogne et de la Société archéologique du Gers.
Promu à l’épiscopat le 8 décembre 1899, il prend possession de son siège en mars 1900. Il apprend le catalan et restaure la prédication en catalan, notamment lors du prêche de la Passion du Vendredi Saint à la cathédrale. Il rachète et fait restaurer les abbayes de Saint-Martin du Canigou et de Saint-Michel de Cuxa. Aux commandes du diocèse lors du vote de la loi de Séparation, il organise la nouvelle situation en créant le Denier du culte et en favorisant la création d’œuvres commerciales et industrielles comme la Liqueur du Canigou. Il meurt le 28 décembre 1932.

9CAYROL, Auguste : avocat perpignanais. Gérant du journal Le Républicain et membre de la société de Libre Pensée de Perpignan. Participe avec les frères Alavaill aux différents enterrements civils dans le département.

10CHAUVET, Horace : né le 3 juin 1873 à Marseille, il meurt le 30 août 1963 à Paris. Il collabore à La Démocratie, journal radical-socialiste des Pyrénées-Orientales, puis entre en 1894 à L’Indépendant. Il est l’auteur de l’Histoire du parti républicain dans les Pyrénées-Orientales (1830-1877) et de La Politique Roussillonnaise (De 1870 à nos jours) publiés respectivement en 1909 et en 1934.

11ESCANYÉ, Frédéric : né à Thuir le 15 mai 1833. Avocat, il est élu conseiller municipal de Perpignan le 30 avril 1871, conseiller général du canton de Thuir en octobre 1871, député de l’arrondissement de Prades en mars 1876. Dans un premier temps, il est battu aux législatives par le royaliste Joseph de Gelcen, mais ces élections sont invalidées. Il est alors élu en 1878 sans concurrent, puis réélu en août 1881. Battu aux législatives d’octobre 1885, il est élu en février 1891, mais il est battu en mai 1906 par Emmanuel Brousse. Il meurt quelques temps après à Perpignan le 31 août 1906.

12ESCARGUEL, Lazare : né le 23 mars 1816 à Routiers (Aude). Il s’installe comme minotier à Perpignan où il est reçu, le 12 janvier 1866, comme apprenti à la loge des Amis de la Parfaite Union. Il y exercera le vénéralat. Il fait partie des sept membres du conseil d’administration formé le 23 août 1868 pour la refondation de L’Indépendant. Élu le 23 septembre 1865 conseiller municipal de Perpignan, puis réélu en août 1870. Entre temps, il est battu aux élections cantonales en juin 1870. Il est nommé président de la commission municipale qui se met en place le 10 septembre 1870. C’est lui qui réussit à calmer les esprits notamment du cordonnier Charles Pey. Il mène une politique anticléricale en fermant en toute illégalité les écoles communales tenues par les Frères des écoles chrétiennes. Le 31 octobre 1870, il sauve la vie du commandant de la place de Perpignan que la foule voulait jeter dans la Basse à la suite de la nouvelle de la capitulation de Metz. Le 30 avril 1871, il est réélu maire de Perpignan puis, le 2 juillet de la même année, il est élu député lors des législatives partielles. Il siège dans le groupe de la Gauche républicaine de Jules Ferry, puis dans celui de l’Union républicaine de Léon Gambetta. Le 8 octobre 1871, il est élu conseiller général du canton de Vinça et le 23 octobre, il est désigné président du conseil général. Poste qu’il occupera jusqu’en 1874, puis à nouveau de 1877 à 1880. Destitué de ses fonctions de maire de Perpignan par l’Ordre moral le 31 mai 1874, il est réélu au conseil municipal le 22 novembre 1874. Battu aux élections cantonales du 4 octobre 1874, il est cependant réélu le 15 novembre, car les élections d’octobre avaient été annulées. Élu député de l’arrondissement de Perpignan le 20 février 1876, il est réélu député le 14 octobre 1877 puis le 21 août 1881, il est élu sénateur le 16 juillet 1882 contre le radical Romeu. Il démissionne en 1884 du conseil d’administration de L’Indépendant.
Battu au second tour des sénatoriales en janvier 1891 par le radical Edouard Vilar, Escarguel se retire de la vie politique dans son mas de Routiers (Aude) où il meurt le 26 mai 1893. L’opinion du commissaire central de l’Empire, Ortoli, résume bien le personnage : « homme extrêmement dangereux parce qu’il est très honnête et estimé de la population ».

13GRAU, Sennen, Antonin, François (1841-1898) : né à Palalda le 18 février de Joseph Grau et Agnès Barboteu. Il exerce le métier de facteur des postes. Marié à Marie Fite. Compositeur de chansons politiques, il est l’auteur de la Canso de l’Arago qu’Horace Chauvet attribue à tort à Camboliu. Cette chanson fut tellement populaire en Roussillon que la municipalité de Perpignan prit un arrêté interdisant les chants sur la voie publique, arrêté que d’autres municipalités roussillonnaises prirent également pour les mêmes raisons. Lors de son emprisonnement à Céret pour les faits qui s’étaient déroulés le 5 septembre 1870 à Palalda, il compose une complainte du prisonnier où il relate l’historique de cette affaire. Pour sa participation à ces faits, il est condamné à trois ans de prison. Il meurt le 11 octobre 1898.

14GUIU, Côme, Antoine, Jean dit Exupère : né le 10 février 1837 à Prats-de-Mollo de Jean Guiu, boulanger, et de Marie Forner. En 1847, il entre au Petit Séminaire de Prades et prend en 1859 l’habit franciscain. Ordonné prêtre à Lyon le 21 novembre 1862, il est nommé de novembre 1862 à septembre 1863 au couvent capucin de Perpignan où il prêche cinq missions. À l’automne 1863, il s’embarque à Marseille pour une mission en Abyssinie jusqu’en 1864. Il revient à Perpignan en 1865. Il prend parti pour le dogme de l’infaillibilité papale et parcourt tout le diocèse pour recueillir des signatures qu’il envoie à Rome. De retour du Vatican, Mgr Ramadié, qui était opposé à ce dogme, sévit et le Père Exupère fut interdit de séjour dans le diocèse. Il ne revient à Perpignan que le matin du 5 octobre 1870, jour où le couvent de Perpignan est attaqué par une foule déchaînée. Ses parents l’hébergent ainsi que d’autres religieux avant de pouvoir s’installer dans l’ancien couvent de Céret. En 1873, il est nommé gardien du couvent de Toulouse. Il était le gardien du couvent de Mont-de-Marsan au moment des décrets de 1880. Il trouve alors refuge en Espagne à Orihuela (Murcie) et il y organise la communauté franciscaine. En 1885, il est nommé à la tête du couvent de Toulouse, puis provincial de Toulouse en 1897. Il meurt le 20 octobre 1917 à Mazamet.

15JOUSSERANDOT, Louis, Étienne : né le 11 mai 1813 à Lons-le-Saunier. Avocat, il s’est exilé en Suisse après le 2 décembre 1851. Professeur de droit à l’université de Genève, il est nommé préfet des Pyrénées-Orientales le 9 septembre 1870, poste qu’il occupera jusqu’en novembre 1871. Après une autre nomination comme préfet de la Marne, il retourne à Genève. Franc-maçon actif, il autorisera par son inaction la laïcisation des écoles communales tenues par les Frères des écoles chrétiennes dans le département. Il est aussi celui qui, malgré l’opposition de certains magistrats, donnera l’ordre à la garde nationale de se rendre à Pia pour arrêter Louis Salasc. Il meurt le 26 décembre 1887 à Genève.

16KRÉMER, Jean : né à Paris en 1821 de Marie Krémer et Thérèse Mathieu. Ouvrier, il avait combattu à Paris pour la liberté. Il est décrit comme « grand et fort et portant la barbe qu’il a noire et taillée en brosse ». Sous l’Empire, il est un des chefs du parti républicain des Pyrénées-Orientales que la police nomme les « Irréconciliables ». Il participe en mai 1869 à la tournée départementale pour la candidature d’Emmanuel Arago aux élections législatives. Il fait partie des signataires du tract républicain. Il exerce à Perpignan le métier de « forgeron en voitures ». Il est élu aux élections municipales de Perpignan sur la liste républicaine du quartier Saint-Mathieu, quartier qui n’élit que des républicains. Franc-maçon, membre de la loge des Amis de la Parfaite Union où « il était de tous les travaux », il est aussi membre de la Libre Pensée de Perpignan. Capitaine de la garde nationale de Perpignan, il participe sur ordre du préfet Jousserandot à l’arrestation à Pia de Louis Salasc, arrestation qui tourne au règlement de comptes et qui se traduit par la mort de Louis Salasc et de Michel Rozat ainsi que l’arrestation sans mandat de 69 Pianencs. Il semblerait cependant que sa présence ait modéré les ardeurs belliqueuses des républicains venus venger un des leurs. Il est condamné en octobre 1874 à deux ans de prison par le tribunal militaire de Perpignan pour cette « affaire de Pia sous laquelle on avait imaginé écraser le parti républicain des Pyrénées-Orientales ». Malade, il meurt le vendredi 17 novembre 1882 à Salses où il est enterré civilement en présence du sénateur Lazare Escarguel et du journaliste de L’Indépendant Jean Laffon qui prononcele discours funèbre, au nom de la loge des Amis de la parfaite Union.

17MILHAUD, Alfred : né le 28 mai 1828 à Bergerac, il est mort le 11 octobre 1896 à Perpignan. Désigné juge consulaire suppléant le 29 décembre 1878, puis juge le 4 janvier 1880, il occupe les fonctions de président du tribunal de commerce de Perpignan en décembre 1882, décembre 1884 et décembre 1885. Il cumule les fonctions de juge suppléant de paix du canton de Perpignan Ouest, d’administrateur de la succursale perpignanaise de la Banque de France, ainsi que des fonctions culturelles et caritatives comme la présidence de l’Association polytechnique des P.-O., la présidence du Comité de patronage de l’école communale supérieure, la vice-présidence de l’Assistance par le Travail (association fondée en 1894 par le pasteur protestant Araud) ; il est membre de la Société agricole scientifique et littéraire, vénérable de la loge Saint-Jean-des-Arts à laquelle il était affilié depuis le 21 février 1863. Membre du conseil municipal en 1874, actionnaire du journal républicain L’Indépendant, Alfred Milhaud est un républicain convaincu qui, quelques semaines avant sa mort, avait accepté de faire partie du conseil d’administration de l’Association républicaine progressiste.

18RAMADIÉ, Étienne, Émile : né le 16 septembre 1812 à Montpellier au sein d’une famille nombreuse et modeste de huit enfants. Ordonné prêtre le 26 mai 1836, il occupe différents postes dont celui de curé de la paroisse de Saint-Jacques à Béziers en 1848. À la mort de Mgr Gerbet, il est recommandé au ministre des Cultes car étant « l’ennemi déclaré des exagérations du parti ultra-catholique ». Nommé le 17 septembre 1864 au siège épiscopal de Perpignan, il y fait son entrée solennelle le 24 mai 1865. Élément actif de la francisation du diocèse, il interdit la prédication en langue catalane à la cathédrale. Opposé au dogme de l’infaillibilité papale voté en 1870, il ne fait publier les canons conciliaires qu’en janvier 1874. Lors des élections de février 1871, Mgr Ramadié demande à son clergé d’observer une stricte neutralité politique : « la houlette pastorale ’na pas été donnée pour soutenir des trônes toujours fragiles mais pour conduire des âmes à Dieu ». Il est nommé le 17 janvier 1876 archevêque d’Albi, ce qui fait dire à l’abbé d’Alzon : « C’est peut-être un malheur pour Albi, mais c’est un bienfait pour Perpignan ». Il meurt le 24 juillet 1884.

19ROCHER, Thérèse : conférencière libre penseuse qui, en 1880, vient dans le département présenter la Libre Pensée, dénoncer la confession et répandre les idéaux républicains. Sa tournée commence le 27 septembre 1880 à Rivesaltes, puis se poursuit à Espira-de-l’Agly (30 sept.), Baixas (3 oct.), Peyrestortes (4 oct.), Saint-Paul-de-Fenouillet (5 oct.), Estagel et Tuchan (9 oct.), Prades (10 oct.), Millas (13 oct.), Pézilla-la-Rivière (14 oct.), Ille-sur-Têt (17 oct.), Maureillas (23 oct.), Céret (25 octobre), Collioure (27 oct.), Perpignan (22 nov.). Cette dernière conférence est annoncée mais il n’y a pas de compte rendu.
En juillet 1882, à Opoul, Mme Roche (Rocher ?) donne une conférence sur la Libre Pensée et la confession.

20ROUS, François : né le 4 novembre 1828 à Prades et décédé le 28 juin 1897 à Banyuls-sur-Mer. Après des études au Petit Séminaire de Prades puis au Grand Séminaire de Perpignan, il est ordonné prêtre le 21 mai 1853. Il est nommé professeur au Petit Séminaire de Prades, vicaire à Rivesaltes (1er février 1855), vicaire à Saint-Mat thieu à Perpignan (1er octobre 1863), puis curé à Saint-Estève (15 décembre 1863), à Estagel (1er novembre 1866), à Néfiach (1er octobre 1870) et enfin le 1er mars 1871 à Banyuls-sur-Mer, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort. Il publie deux ouvrages de poésie en catalan : Catalanes d’Estagell y d’altres endrets (1870) et Catalanes y catalanades (1873). Dans le premier recueil, il est curieux de noter qu’un des poèmes a pour titre « Marchand de vi » et qu’il commence par « Marchand de vi, marchand couqui ».
Il crée en septembre 1871 l’Œuvre du vin de Messe (OVM) qui consiste à vendre des vins pour la célébration eucharistique. C’est une réussite commerciale puisque l’OVM approvisionne plus de 20000 prêtres à travers toute l’Europe et permet la reconnaissance des vins de Banyuls, jusque-là confondus avec les autres vins du Roussillon.
Avec cet argent, l’abbé Rous finance la construction d’une nouvelle église, d’un presbytère, l’achat de celliers pour entreposer le vin, installe la nouvelle paroisse de Cerbère, rétribue plusieurs vicaires, soutient les différentes œuvres paroissiales, fait de généreuses aumônes dont « 2 à 5000 francs annuels de bon pain et de viande » pour les pauvres de sa paroisse, ouvre une salle d’asile gratuite tenue par trois religieuses.
Il organise à Banyuls, en juin 1883, une fête littéraire où il réunit de nombreux auteurs. En septembre 1887, pour inaugurer la statue qu’il avait commandée à Alexandre Oliva, il organisa un concours littéraire en français et en catalan.
Ses succès lui valent de nombreuses dénonciations de la part de la municipalité républicaine, mais aussi de négociants de vin. Sous la pression du ministre des Cultes et de Mgr Gaussail, l’abbé Rous consent à céder l’OVM.

21SALETTES, Joseph : il est décrit comme « de petite taille », « violent et exalté » lors de son procès en 1874. Condamné en 1852 à être déporté avec son père, sa peine est commuée en internement. Il tient, à Pia, le café Les Amis où se réunissent les républicains de la commune. Nommé capitaine des gardes nationaux de Pia, il est à l’origine du drame qui s’est abattu en octobre 1870 dans cette commune. À la veille des élections de février 1871, sans ordre, il fait arrêter, garrotter et enfermer à Perpignan deux Pianencs qui voulaient se plaindre au préfet de car on leur avait refusé de leur donner leurs cartes d’électeurs.
Parce que le jeune Joseph Amanrich, à qui on avait également refusé la carte d’électeur, voulut lui aussi aller se plaindre, il lui donne la chasse avec quelques comparses et l’assiège pendant quatre heures dans une métairie. À l’arrivée des gendarmes, Salettes et ses complices s’enfuient. Compromis lors des émeutes du 14 août 1874, il s’enfuit en Espagne. En février 1880, il organise à Pia une parodie anticléricale à laquelle il participe, déguisé en évêque. Il est membre honoraire de la Société de secours mutuels La Fraternelle de Pia. Il meurt le 2 janvier 1903 à Pia.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search