Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Conclusion

Texte intégral

1L’étude de l’affrontement entre le cléricalisme et l’anticléricalisme dans les Pyrénées-Orientales durant la IIIe République concordataire montre donc toute l’effervescence qu’il a suscitée dans la vie politique et sociale du département. Facteur mais aussi révélateur des changements de comportements, des modes de pensée et des rites de vie des populations roussillonnaises, le combat entre cléricaux et anticléricaux n’a pas été uniforme. Il a connu des moments d’intensités différentes au gré des événements nationaux, mais aussi locaux.

2À la fois marqueur des ralliements politiques, ciment de majorités républicaines disparates, l’anticléricalisme a permis indirectement d’installer la République dans les cœurs des Roussillonnais en donnant vie à un ensemble de valeurs sur lequel repose encore notre pacte social. C’est durant cette IIIe République que nous sommes passés d’une société que l’on pourrait qualifier de traditionnelle, dominée par l’imbrication du politique et du religieux, à une société moderne où le spirituel et le temporel ont été séparés par la loi de 1905.

3Pour les cléricaux, les problèmes sociaux ou politiques trouvent leurs réponses grâce à l’Église. La communauté catholique est une société hiérarchisée, conduite par ses clercs, désireuse d’éduquer ses enfants, et plus généralement tous les enfants, dans le respect de cet ordonnancement et des valeurs évangéliques. Son souhait est que toute la société civile fonctionne selon ses principes. C’est donc une Église qui se veut dominante et présente dans les cœurs, les esprits, mais aussi visible aux yeux du monde. Cette Église se perçoit en majesté. Majesté du culte extérieur, et majesté de son influence morale et politique. Elle occupe par conséquent l’espace public ainsi que le Concordat le lui permettait.

4 Tout au long du XIXe siècle, l’Église a su tirer parti des nouveaux moyens de transport que sont les chemins de fer pour développer les pèlerinages locaux et nationaux, attirant des foules de plus en plus nombreuses. Elle a su également utiliser les nouveaux moyens d’information, et d’édition avec la mise en place d’une presse catholique dynamique qui n’hésite pas à intervenir dans le domaine politique et social. Face aux misères du siècle, l’Église a porté une attention toute particulière au sort fait aux pauvres, aux exclus de la révolution industrielle. Sensible aux soubresauts de l’histoire, elle a intégré de plus en plus dans son discours la référence au nationalisme, au patriotisme. Combattant sans relâche les francs-maçons et les juifs, elle les prend à partie sans ménagement, car elle les tient pour responsables de la situation morale de la France et du sort de l’Église dont l’importance sociétale est constamment restreinte par de nombreuses lois républicaines.

5Face à cette conception de la société, se dresse une autre vision, aussi profonde et motivée, héritée des Lumières et de la Révolution française. Cette conception n’exclut pas obligatoirement le sentiment religieux ou même la pratique religieuse, mais elle récuse la suprématie des principes catholiques comme normes intangibles de la vie personnelle et politique, et surtout elle remet en cause le fait que le clergé s’octroie la direction et l’interprétation de ces principes. Si certains francs-maçons s’engagent dans le combat anticlérical, ce sont surtout les libres penseurs qui font de l’anticléricalisme la pierre de touche de leurs associations et tentent, parallèlement aux rites de vie catholiques traditionnels, de substituer des rituels laïcisés, mais les baptêmes et les enterrements civils ont du mal à s’intégrer dans le paysage des villages et des villes du Roussillon. Le poids des traditions est encore trop fort marquant ainsi la faiblesse de l’ouverture à l’extérieur des microcosmes locaux.

6Les anticléricaux souhaitent une séparation du domaine religieux et du politique, ce qui est refusé catégoriquement par l’Église catholique comme étant contraire aux principes chrétiens qui doivent inspirer les États. Il en résulte un choc frontal d’idéaux rendant la différence entre anticléricalisme et anticatholicisme souvent bien ténue. Ces deux conceptions de la société se radicalisent rapidement et font l’objet d’un combat de tous les instants. L’irruption de l’autorité de nouveaux notables locaux comme l’instituteur mais surtout le maire, remet en cause celle des prêtres qui, bon gré mal gré, sont obligés de composer avec eux et de modifier leurs comportements.

7Les républicains utilisent les liens que l’Église entretient avec les royalistes pour disqualifier la conception cléricale de la société, conception jugée passéiste, conservatrice et contraire aux idéaux de la Révolution française. À cette vision politique qui perçoit la Révolution française comme l’incarnation du Mal et la République comme une « gueuse », s’ajoutent les positions d’un clergé bien souvent trop rigide dans ses relations avec la population, et qui prétend vouloir contrôler tous les aspects de la vie locale, sans tenir compte ni des évolutions ni de l’opinion des gens.

8Or, la nouvelle mobilité géographique qu’a su pourtant capter l’élan pèlerin, la rapidité de circulation de l’information, les changements socioéconomiques, le développement de l’instruction publique et de l’édition, modifient les comportements et les mentalités des Roussillonnais. La République et ses valeurs sont de plus en plus acceptées, d’où une distorsion grandissante entre la majorité de la population et un clergé qui s’arc-boute sur ses positions. La démocratisation progressive de la vie politique, en donnant aux hommes le pouvoir de choisir leurs gouvernants et par là-même leur politique, les rend de plus en plus conscients de leur importance, de leur capacité à modifier les règles de vie. Certaines des vérités présentées jusque-là comme indiscutables sont alors remises en cause. Avoir accès à l’autonomie politique, même relative, permet de s’interroger davantage sur les fondements d’une société héritée. Ces changements de modes de pensée se nourrissent de multiples modifications de l’environnement physique et mental des individus. La société catholique, qui se revendique comme inégalitaire, peut choquer au moment où le principe de l’égalité parcourt de plus en plus la société et figure en lettres capitales sur le fronton des mairies et des écoles.

9Durant cette époque, le Roussillon affirme sa singularité. Dans le département, la mise en place de la IIIe République a réveillé les rancœurs en laissant éclater des poussées de violences anticléricales nourries par la compromission de l’Église avec le second Empire. Des moines et des curés furent expulsés sans ménagement de leurs couvents et de leurs églises. Cette naissance tumultueuse a été occultée par les historiens locaux et a nourri une sorte de vulgate qui voulait que la IIIe République soit née dans un consensus général sans aucun déchaînement de violence et d’exclusion. Bien avant les lois Ferry, dès septembre 1870, les municipalités républicaines roussillonnaises laïcisent l’enseignement, faisant en quelque sorte de notre département un laboratoire pour la séparation de l’Église et de l’école. Plus tard, elles interdisent massivement les processions extérieures du culte catholique en espérant que cette diminution de la visibilité entraîne une diminution de l’importance cléricale voire du religieux. Peu à peu la République laïcise des pans entiers de la société et les symboles religieux disparaissent des bâtiments publics tout comme se laïcisent le nom des rues.

10 La rupture unilatérale du Concordat, vécue comme une trahison par l’Église, est cependant une occasion de lui permettre de se libérer du poids d’une autorité politique qui l’empêchait de se recomposer territorialement, de s’adapter en fonction des changements démographiques, de choisir librement ses dirigeants. Cette séparation, si désirée et si décriée, a peut-être été une chance pour l’Église car, d’une part, elle a enlevé aux anticléricaux un de leurs arguments principaux sur le parasitisme social des clercs et, d’autre part, elle a permis surtout d’adapter le maillage clérical aux réalités du Roussillon contemporain. Dans le cadre rigide du Concordat, le passage d’un monde rural dominé par des solidarités communautaires et encadré par les clercs, à un monde urbanisé et sous-cléricalisé où les solidarités sont à (re)construire, était impossible à réaliser car le gouvernement freinait toutes ces initiatives.

11Durant cette IIIe République concordataire, se mettent donc en place de nouveaux rapports entre le religieux et l’autorité politique dont le point d’orgue est la séparation des Églises et de l’État en 1905. Cette période donne naissance à la société moderne telle que nous la connaissons, et bien des questionnements et des problèmes actuels nous montrent et nous rappellent toute la pertinence et l’importance des principes fondateurs de cette séparation, principes ayant marqué une rupture majeure dans l’histoire locale et nationale.

La Croix des Pyrénées-Orientales (01/07/1900)

La Croix des Pyrénées-Orientales (01/07/1900)

Table des illustrations

Titre La Croix des Pyrénées-Orientales (01/07/1900)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/10676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search