Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Chapitre V. La loi de séparation

Texte intégral

  • 1 CABANEL, Patrick et DURAND, Jean-Dominique (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses fran (...)

1Le début du XXe siècle est marqué par un exil quasiment oublié par la mémoire nationale et locale et occulté par la plupart des historiens : l’exil des congrégations. Le départ des religieux est dû essentiellement aux conséquences de la loi du 1er juillet 1901 sur les associations1.

2Cette loi, qui est toujours citée avec une profonde révérence comme une loi de liberté, présente dans son titre III un volet liberticide dirigé exclusivement contre les congrégations.

3En France, l’État a mené très tôt une politique anticongréganiste. Ainsi, l’édit de novembre 1764 interdit-il la Compagnie de Jésus dans tout le royaume de France ; en 1766, plusieurs centaines de monastères et de couvents sont fermés sur décision de la commission des réguliers. La Révolution française continue et accentue cette politique. Elle interdit les vœux (décret du 13 février 1790), puis abolit toutes les congrégations d’hommes et de femmes (décret du 18 août 1792). En juin 1828, les jésuites sont à nouveau expulsés de France par les ordonnances Martignac, en 1839 les capucins de Lyon et les récollets de Montbrisson sont à leur tour expulsés. Par les décrets de mars 1880, les jésuites sont sommés de quitter leurs communautés et leurs établissements scolaires ; quant aux autres congrégations non autorisées, elles disposent de trois mois pour régulariser leur situation sous peine d’expulsion.

  • 2 DANSETTE, Adrien, Histoire religieuse de la France contemporaine, Paris, Flammarion, p. 415.

4 L’ensemble de ces mesures législatives montre une certaine continuité de la politique anticongréganiste étatique, et cela quel que soit le régime politique en place. Cependant une congrégation est surtout visée, la Compagnie de Jésus, dont Jules Ferry pensait que c’est une « congrégation qui non seulement ’nest pas autorisée, mais qui est prohibée par toute notre histoire et où l’on tient école de contre-révolution, où l’on apprend à détester et à maudire les idées qui sont l’honneur et la raison d’être de la France moderne »2.

  • 3 BOYER, Alain, « Aspects juridiques des lois de 1901 et de 1904 sur les congrégations » in Le grand (...)

5Paradoxalement, malgré toutes ces différentes mesures coercitives, le XIXe siècle « a été le grand siècle de création et de développement des congrégations catholiques de France »3. Si en 1887, 32 % des garçons de l’enseignement secondaire fréquentent un établissement congréganiste (collège ou lycée), en 1889, cette fréquentation est de 42 %. Le développement de la puissance des congrégations, et notamment dans le domaine de l’éducation, inquiète les anticléricaux.

  • 4 SORREL, Christian, La République contre les congrégations, histoire d’une passion française 1899-19 (...)

6L’enquête administrative, ordonnée par le gouvernement Waldeck-Rousseau en 1900, permet d’avoir une idée plus précise de l’importance numérique des congrégations en cette fin de siècle. Elle dénombre, pour la seule France métropolitaine, 128315 religieuses et 29 583 religieux. Soit pour la France, 40,5 religieux pour 10000 habitants contre 29,4 en Espagne ou 14,8 en Italie. Dans les Pyrénées-Orientales, il y avait 647 religieux dont 586 femmes et 61 hommes, soit 30,5 religieux pour 10000 habitants4.

  • 5 FOXONET, Francesc, L’Església i la Catalanitat a la Catalunya del Nord, vol. 2, op. cit., p. 432.

7Francesc Foxonet dresse un tableau des congrégations présentes dans les Pyrénées-Orientales où il a répertorié vingt-trois congrégations dont cinq d’hommes et dix-huit de femmes5.

  • 6 WALDECK-ROUSSEAU, 28 octobre 1900, discours de Toulouse.

8À cette richesse en hommes, les anticléricaux associent une richesse en biens que résume l’expression du « milliard des congrégations » lancée en 1883 par Paul Bert. Expression qui a fait florès et fut reprise depuis lors pour justifier la lutte anticongréganiste. C’est au nom de cette richesse cachée, et pour éviter une France coupée en deux par l’existence de « deux jeunesses moins séparées encore par leur condition sociale que par l’éducation sociale qu’elles reçoivent et qui grandissent sans se connaître, jusqu’au jour où elles se rencontrent si dissemblables qu’elles risquent de ne plus se comprendre » que Waldeck-Rousseau met en place une politique anticongréganiste plus rigoureuse6.

LES EXPULSIONS DE 1901-1904

9Le 14 novembre 1899, le gouvernement de Waldeck-Rousseau dépose à la Chambre des députés un projet de loi reconnaissant le droit de libre association à tout citoyen sauf aux membres du clergé régulier. Pour les catholiques, il s’agit « d’une œuvre de haine, une machine de guerre, une loi de combat ». Après des débats parlementaires animés, la loi est votée le 28 juin et promulguée le 1er juillet 1901.

  • 7 La Croix des P.-O., n° 417, 7 avril 1901.

10La Croix des P.-O., mais aussi les autres journaux catholiques s’en prennent violemment aux juifs et aux francs-maçons rendus responsables de l’acharnement gouvernemental contre les catholiques : « le Juif et le Grand Architecte viennent de nous offrir comme cadeau de Pâques la loi des Associations »7.

  • 8 Ibid., n° 443, 20 septembre 1901.
  • 9 Ibid., n° 447, 27 octobre 1901.

11En septembre 1901, les carmélites de Vinça, « celles qui empêchaient les francs-maçons et les juifs de dormir »8, ferment leur établissement. Congrégation non autorisée, elle n’avait pas demandé d’autorisation dans les délais impartis par la loi et donc, le tribunal civil de Prades décide en octobre 1901 qu’« aux termes de l’article 18, paragraphe 2 de la loi, elle [la congrégation des carmélites] est réputée dissoute de plein droit »9.

12Le règlement d’administration publique, paru le 16 août 1901 pour compléter la loi sur les associations, exige des congrégations non autorisées qu’elles obtiennent un avis favorable à leur demande d’autorisation de la part des conseils municipaux et des préfets. Les demandes d’autorisation formulées par les congrégations présentes dans la ville de Perpignan, dix congrégations de femmes et trois d’hommes, sont systématiquement rejetées par la municipalité qui motive ses refus par de virulents arguments anticléricaux. Les conseillers perpignanais reprochent aux congrégations d’être « des groupements antisociaux sous la dépendance exclusive d’un personnage soi-disant infaillible, ennemi de la liberté humaine », d’avoir prononcé « des vœux contre nature [car] toute règle monastique, immorale en soi, nuit considérablement à l’essor de la société moderne », et d’être « anti-démocratiques et anti-sociales ».

  • 10 ADPO, 1Z261.
  • 11 Ibid.

13Dans le reste du département, certaines municipalités préfèrent ne pas prendre position et s’en remettent à l’administration. ÀAmélie-les-Bains, pour les sœurs du Saint-Sacrement, la municipalité « s’en rapporte au gouvernement pour l’application conforme à la tradition républicaine des lois actuellement en préparation devant les Chambres en matière d’enseignement »10. On retrouve la même attitude à Prats-de-Mollo pour les Filles de Jésus puisque la municipalité : « laisse aux inspecteurs de l’enseignement public le soin de donner un avis motivé sur la demande »11.

  • 12 La Croix des P.-O., n° 464, 23 février 1902.
  • 13 Ibid., n° 440, 8 septembre 1902.

14Les élections législatives d’avril-mai 1902 passionnent les électeurs français, car elles sont présentées comme essentielles pour décider de la poursuite ou de l’arrêt de la politique religieuse de l’État. L’enjeu religieux de cette consultation, clairement posé de part et d’autre, explique la forte mobilisation électorale avec un taux de participation de 79,4 %. Les journaux catholiques insistent sur l’importance des résultats de cette élection : « nous souhaitons aux électeurs du Roussillon de jeter à l’eau tous les sectaires qui déshonorent le pays »12 ou encore : « tout le monde attend son salut des élections de 1902. Les congrégations religieuses attendent d’une majorité modérée une exécution adoucie de la loi qui menace leur existence »13.

  • 14 Le Roussillon, n° 89, mercredi 16 avril 1902 (Les majuscules sont dans le texte original).
  • 15 La Croix des P.-O., n° 472, 20 avril 1902.

15Dans le département, Le Roussillon, à la veille du premier tour, conseille à ses lecteurs d’adresser un vote-sanction contre les libres penseurs : « Catholiques, oserez-vous voter pour ces LIBRES PENSEURS SURTOUT LIBRES PANSEURS qui, maintenant, ont la bassesse de QUÉMANDER vos suffrages ? »14. La Croix des P.-O. reprend cette consigne et demande aux électeurs d’éliminer les candidats jugés les plus anticléricaux, c’est-à-dire les candidats affiliés à la franc-maçonnerie : « Renvoyez aux loges maçonniques dont ils sont les esclaves, les indignes députés dont les noms suivent : Jean Bourrat, député de la seconde circonscription ; J. Pams, député de Céret ; F. Escanyé, député de Prades [...]. Ils se sont déshonorés à jamais en votant la partie de la loi mensongère appelée d’association qui enlève aux religieux, le droit de vivre en commun, au service de Dieu et du peuple et d’instruire vos enfants dans la crainte de Dieu »15.

16À Prades, Albert Circan, le seul candidat conservateur à s’être déclaré comme tel dans tout le département des Pyrénées-Orientales, s’en prend vivement au député sortant Frédéric Escanyé : « Qu’a fait votre député, populations patriotes et religieuses de la Cerdagne, du Capcir et du Roussillon ? Il a voté pour la tourbe révolutionnaire, il a voté l’exil pour les religieux, pour les religieuses » et il ajoute : « les Juifs et les francs-maçons, voilà les cléricaux ».

17Finalement, grâce à une discipline républicaine efficace, c’est la coalition des gauches qui l’emporte avec 350 sièges contre 230 pour les conservateurs.

18Dans le département, les résultats sont sans appel. Tous les représentants de la politique gouvernementale sont élus au premier tour : Edmond Bartissol, Jean Bourrat, Jules Pams et Frédéric Escanyé. Le taux de participation est de 67,9 %. Il est moins élevé que la moyenne nationale parce que l’enjeu était ici de choisir, non pas entre entre républicains et conservateurs, mais entre républicains, sauf à Prades où l’affrontement entre conservateur et républicain explique que le taux de participation soit de 75,5 %.

19La démission de Waldeck-Rousseau de ses fonctions de président du Conseil et son remplacement par le sénateur Émile Combes en juin 1902 relance la politique anticongréganiste. Dans un discours de début de législature, Émile Combes déclare à la Chambre des députés : « Qu’on le sache bien, la France vient d’envoyer dans cette enceinte une majorité de représentants décidés à assurer définitivement la victoire de la société laïque sur l’obédience monacale ».

  • 16 Le Roussillon, n° 169, lundi 21 juillet 1902.

20Effectivement, le nouveau président du Conseil poursuit et durcit la politique religieuse du gouvernement précédent. En application du décret du 17 juin 1902, trente et un établissements tenus par des religieux sont fermés dans les Pyrénées-Orientales. À la différence de 1880, les religieux obéissent sans résister. Il n’y a ni barricade, ni volonté manifeste de s’opposer à la loi. La seule expression d’une opposition à cette politique de fermeture se concrétise lorsque les religieux sont accompagnés à la gare par des fidèles. Quelques cris sont alors poussés à cette occasion comme : « Vivent les sœurs ! Vive la liberté ! Vive la religion ! À bas les renégats ! À bas les Francs-maçons ! »16.

  • 17 La Croix des P.-O., n° 489, 17 août 1902.

21Les anticléricaux sont favorables à cette politique gouvernementale et le 10 août 1902, les libres penseurs de la section de Perpignan votent une adresse de félicitations qu’ils envoient au nouveau président du Conseil : « La société de Libre Pensée de Perpignan félicite chaleureusement le Gouvernement de l’énergie avec laquelle il applique la loi sur les congrégations et l’engage vivement à prendre toutes les mesures nécessaires pour combattre l’influence cléricale, notamment à laïciser l’enseignement à tous les degrés et à réaliser à bref délai la séparation des Églises et de l’État »17.

  • 18 La Lanterne, 3 mai 1903.

22Le 28 mars 1903, toutes les demandes d’autorisation examinées par la Chambre des députés sont rejetées. Les congrégations enseignantes obtiennent un délai pour finir l’année scolaire. Si cette politique gouvernementale est sévèrement critiquée par les journaux catholiques, elle est soutenue par les anticléricaux, comme ceux de La Lanterne qui encouragent le gouvernement à ne pas faiblir : « Si nous commettions le crime de ralentir notre action, de laisser échapper l’adversaire, c’en serait bientôt fait du parti républicain et de la République. Entre la République et l’Église, c’est un duel à mort. Hâtons-nous d’écraser l’infâme »18.

23Seules, deux de ces trente et une fermetures d’établissements congréganistes ont été l’occasion d’un affrontement entre cléricaux et anticléricaux. Il s’agit des sœurs de l’Assomption de Perpignan en 1902 et des trappistines d’Espira-de-l’Agly en 1904.

  • 19 Le Roussillon, n° 268, lundi 17 novembre 1902.

24Convoquées par le tribunal correctionnel de Perpignan le 13 novembre 1902, les sept sœurs de l’Assomption se rendent au Palais de Justice. Elles sont ovationnées par une foule de catholiques massée sur la place Arago pour les encourager et les soutenir : « sur leur passage, chacun se découvre et s’incline devant les nobles victimes de Combes le renégat ». Quelques anticléricaux les accueillent par des sifflets et des cris : « À bas la calotte ! À bas les Sœurs ! À bas les fainéantes ! À bas les stériles ! ». À leur sortie du tribunal, la même scène se reproduit mais en plus, quelques coups de bâtons et de cannes sont échangés. Il semblerait que durant la nuit des manifestants anticléricaux aient parcouru les rues de Perpignan en chantant L’Internationale devant les demeures des citoyens qui ne partageaient pas leurs idées19. Le 20 novembre 1902, la supérieure est condamnée à 25 francs d’amende et les autres religieuses à 16 francs.

25À Espira-de-l’Agly, le 20 septembre 1904, la supérieure du couvent des trappistines refuse d’ouvrir la porte au commis du tribunal chargé du séquestre. Il fait alors appel à un serrurier qui se récuse. L’officier se charge lui-même de fracturer la porte et il peut ainsi établir l’inventaire des lieux. Le 4 octobre, le maire, Auguste Pachon, veut faire expulser les religieuses qui sont restées dans leur couvent. Il fait enfoncer à nouveau les portes du monastère à coups de soc de charrue. Mais les religieuses refusent de sortir. Les gendarmes les saisissent et les font sortir du bâtiment. Après quelques jours passés à Espira-de-l’Agly chez des particuliers, ces trappistines s’exilent en Espagne. Elles s’installent dans un premier temps à Allella (Maresme), puis un peu plus tard à Haro dans la province de Logroño.

26Le 18 décembre 1903, le président du Conseil continue sa pression sur les congrégations et dépose un projet de loi visant à retirer le droit d’enseigner à toutes les congrégations. La loi est votée le 5 juillet 1904. Dorénavant, « l’enseignement de tout ordre et de toute nature est interdit en France aux congrégations. Les congrégations autorisées à titre de congrégations exclusivement enseignantes seront supprimées dans un délai de 10 ans ».

  • 20 Semaine Religieuse du diocèse de Perpignan, n° 30, samedi 23 juillet 1904.

27Dès qu’il en a connaissance, l’évêque de Perpignan, Mgr de Carsalade du Pont, condamne ce texte et demande aux fidèles de réagir car « la lutte est engagée entre l’impiété et la religion, entre les sectes maçonniques et nous ». Pour cela, il préconise de s’adapter à cette nouvelle situation et de « relever nos écoles en les confiant à des laïques chrétiens »20.

28Les religieux ont le choix entre deux attitudes : l’exil extérieur afin de continuer leur vocation à l’étranger, ou l’exil intérieur c’est-à-dire la sécularisation, seul moyen de continuer leur œuvre en France, mais en abandonnant leurs vœux.

29Les départs des religieux roussillonnais se multiplient, auxquels il faut ajouter les passages des religieux, venus de toute la France, qui traversent notre département pour se rendre en Espagne. Contrairement à 1880, le gouvernement espagnol n’interdit pas aux religieux français de s’installer dans les régions frontalières d’où la création de communautés religieuses à La Junquera.

  • 21 Ibid., n° 29, samedi 16 juillet 1904, p. 480.

30Certains moines s’exilent plus loin comme Joseph Boher-Delcasso, en religion frère Privato des Petits Frères de Marie, qui meurt « le 19 juin en terre d’exil, à Tehuantepec (Mexique) des suites d’une fièvre jaune appelée dans ce pays vomito negro, à l’âge de 24 ans »21.

31Les autorités se méfient des sécularisations et multiplient les perquisitions pour vérifier leur véracité. À Sorède en avril 1903, l’ancien local de l’école congréganiste est fouillé et « tout est examiné, même le sac à brosses d’une religieuse qui habite le local », mais rien d’illégal n’est découvert.

32Les perquisitions peuvent concerner aussi les domiciles des personnes qui hébergent ou ont hébergé des sécularisés. Ainsi à Latour-Bas-Elne, la perquisition chez une religieuse sécularisée n’ayant rien donné, le commissaire décide de perquisitionner la maison d’Henri Bertran de Balanda où la religieuse avait trouvé refuge. Henri Bertran de Balanda refuse. Il est aussitôt arrêté. Un peu plus tard, le tribunal correctionnel de Perpignan le condamnera à six jours de prison sans sursis, décision confirmée par la cour d’appel de Montpellier. Il effectuera sa peine de prison à Perpignan.

33Toute cette pression policière, judiciaire mais aussi épiscopale sur les sécularisés transforme de nombreuses fausses sécularisations en vraies sécularisations. Ces lois ne vont pas, comme l’espéraient leurs concepteurs, mettre à bas l’enseignement catholique, mais au contraire elles permettent aux évêques de récupérer les écoles congréganistes et de fermer les petites structures scolaires non viables au profit d’établissements plus attractifs. Elles ont aussi motivé les enseignants catholiques et donné l’occasion aux laïcs de s’investir de plus en plus dans la vie de leur communauté. Paradoxalement, ces lois anticongréganistes redynamisent donc l’enseignement catholique en France, mais elles ont aussi favorisé la diffusion de la langue et de la culture françaises à travers le monde. Si la France jouit d’un énorme prestige culturel au cours du XXe siècle, c’est en grande partie grâce à l’œuvre des missionnaires catholiques auprès des élites locales des pays où les religieux ont trouvé refuge.

LA FERMETURE DES CHAPELLES

34La lutte anticongréganiste d’Émile Combes continue de plus belle avec la fermeture des chapelles non autorisées (circulaire du 9 avril 1903) puis l’interdiction pour les évêques d’avoir recours à des prédicateurs appartenant aux congrégations non autorisées (circulaire du 11 avril 1903).

  • 22 Le Roussillon n° 94, mercredi 22 avril 1903. Le Roussillon n° 89, jeudi 16 avril 1903 : « Nous diso (...)

35La nouvelle de la décision de fermeture des chapelles des congrégations est diffusée par le Roussillon, qui en rend responsable encore une fois les francs-maçons et les juifs : « Les chapelles de Saint-Ferréol, de Saint-Sébastien, etc. vont être fermées. Les juifs le réclamaient, les loges l’avaient décrété. Leur valet ’navait qu’à obéir »22.

  • 23 ADPO, 2V51.

36Le 25 avril 1903, Mgr de Carsalade du Pont rompt le silence à propos de sa position sur la fermeture des chapelles. Il adresse une lettre aux communautés religieuses du diocèse en expliquant qu’il ne pouvait fermer les chapelles sans manquer à sa conscience pastorale, mais qu’il ne pouvait non plus conseiller la résistance de peur que des représailles gouvernementales ne s’abattent sur les congrégations. Et, effectivement, l’évêque de Perpignan ne fait fermer aucune chapelle, attitude que confirment les différents rapports préfectoraux23. Mais les congrégations se conforment d’elles-mêmes à la circulaire ministérielle.

  • 24 Ibid., rapport du 20 avril 1903.
  • 25 Ibid., 2V49, rapport du commissaire spécial de police au sous-préfet, 5 mai 1903.

37À la date du 26 avril 1903, le commissaire de police de Perpignan écrit au préfet que « toutes les chapelles [non autorisées] de la ville et de la banlieue sont fermées ». Cependant, comme le souligne le commissaire spécial de police, il existe deux sortes de chapelles : les chapelles des établissements congréganistes et les chapelles des ermitages, où le culte n’est célébré qu’épisodiquement lors de la fête du lieu. Ce commissaire estime que « le gouvernement pousserait la question un peu trop loin s’il faisait fermer les ermitages »24. Les différents rapports des sous-préfets confirment cette analyse : « en les fermant, on mécontenterait à coup sûr le sentiment des populations laborieuses qui voient dans ces réunions annuelles un plaisir, une distraction dans ce pays où il y en a si peu »25.

  • 26 Ibid., 2V51, lettre du 3 mai 1903.

38Opinion qui est aussi partagée par de nombreuses municipalités qui demandent des autorisations de non-fermeture ou de réouverture de chapelles. Ainsi, certaines municipalités républicaines s’inquiètent de la portée électorale de telles fermetures. Le maire de Rodès, répondant au sous-préfet qui lui avait demandé si la chapelle de Notre-Dame de Domanova avait été fermée par l’évêque, profite de l’occasion pour solliciter « une autorisation de réouverture pour éviter les troubles qui pourraient résulter de la fermeture de ce sanctuaire auquel mes administrés sont très attachés ». Et, pour justifier sa requête, il ajoute : « Déjà, en vue des élections municipales prochaines, nos adversaires réactionnaires exploitent contre nous la décision de M. le Président du Conseil, et si la chapelle de Domanova est fermée, il est à craindre que l’année prochaine les conservateurs ’narrivent à la mairie, et ce ’nest pas ce que désire M. le ministre »26.

  • 27 Ibid., lettre du maire au sous-préfet, 3 mai 1903.

39Pour la chapelle Notre-Dame de Vie à Villefranche-de-Conflent, le maire avance des arguments pécuniaires car, dit-il, cette chapelle est « une source de revenus considérables qu’on ne saurait supprimer sans enlever à la commune sa dernière ressource », et cela d’autant plus que la commune vient de subir un grave préjudice avec la suppression de la garnison, d’où la conclusion qu’« il serait imprudent de fermer cette chapelle »27.

  • 28 Ibid., lettre du maire au ministre, 3 mai 1903.

40C’est aussi l’avis du maire de Villeneuve-des-Escaldes, qui insiste sur le fait que la chapelle incriminée a été élevée par les baigneurs espagnols et qu’elle se trouve à quelques kilomètres de la frontière, et donc « les baigneurs espagnols ne verraient pas avec plaisir que cette église soit fermée et ce serait peut-être, si on arrivait à ce résultat, une des causes pour lesquelles l’établissement des Escaldes, déjà peu fréquenté, ne le serait plus du tout »28.

  • 29 Ibid., 2V50, délibération du conseil municipal, 6 mai 1903 : « considérant que depuis des temps imm (...)
  • 30 Ibid., « la commune y trouverait plutôt avantage qu’inconvénient » à la réouverture de la chapelle.
  • 31 Ibid., « je prévois que la part dévote de Catllar, qui s’y rend annuellement en pèlerinage, ne manq (...)

41D’autres maires plaident pour le maintien des chapelles situées dans leur commune en soulignant l’attachement des populations aux traditions locales comme à Angoustrine29, à Clara30, à Catllar31.

  • 32 Ibid., lettre du maire au sous-préfet, 5 mai 1903.
  • 33 Ibid., 2V49, rapport du commissaire spécial de police de Prades, 5 mai 1903.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., 2V51, note au vicaire-général Roca, 27 mai 1903.

42Les maires et les différentes autorités administratives insistent sur l’aspect festif, profane et ponctuel de tels rassemblements, comme à l’ermitage de Saint-Maurice, à Ille-sur-Têt, où les habitants viennent « pour y goûter les saveurs d’un repas champêtre [...]. C’est plutôt un lieu de réunion de parents et d’amis qu’un lieu de dévotion ou de bigoterie »32, tout comme à Ria où la chapelle de Saint-Christophe de Llugols n’est « qu’un but de promenade, un rendez-vous pour dîners champêtres entre parents et amis », à Saint-Jean-Baptiste à Codalet qui « est un lieu de réjouissances pour la population qui s’y rend en foule, les paniers chargés de victuailles »33, à la chapelle Saint-Jacques à Catllar « lieu de promenade et de réjouissances »34, ou encore la chapelle de Notre-Dame de Bon Conseil à Vingrau où « la fête du lundi de Pentecôte a plutôt les caractéristiques d’une partie de plaisir que d’une cérémonie religieuse »35.

  • 36 Ibid., 2V50, lettre du maire au sous-préfet, 3 mai 1903.
  • 37 Ibid., 2V49, rapport du sous-préfet de Prades, 25 avril 1903.

43Parfois, c’est la rareté de la fréquentation qui est mise en avant, comme pour la chapelle de la Roca à Nyer : « cette chapelle a si peu d’importance et on s’y rend si peu de fois dans l’année qu’il est inutile pour le moment de la fermer »36, ou encore plus généralement : « le service religieux ’nest utilisé que dans certaines circonstances locales ou patronales et pour certains d’entre eux [ermitages], une seule fois par an »37.

  • 38 Ibid., chapelle Saint-Jean-Baptiste de Codalet, rapport du commissaire spécial de Prades, 5 mai 190 (...)

44Le dernier point soulevé pour éviter une fermeture est le fait que les offices sont célébrés par des membres du clergé séculier de la paroisse, et non par des congréganistes comme à la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Codalet où « c’est le curé qui y dit les offices le jour de la Saint-Jean »38.

  • 39 Ibid., 2V49, lettre du sous-préfet, 24 avril 1903.
  • 40 Ibid., rapport au préfet, 5 mai 1903.
  • 41 Ibid., 2V49, rapport du sous-préfet, 25 avril 1903.
  • 42 Ibid., 10 mai 1903.

45Ces argumentations municipales sont relayées par celles des sous-préfets, comme celui de Céret qui estime qu’« en raison cependant de la foule des visiteurs qu’attirent les chapelles de Saint-Ferréol à Céret, de Consolation à Collioure, de Notre-Dame du Château à Sorède et de Saint-Paul à Céret et Reynès le jour de la fête annuelle de ces villages, je suis d’avis qu’elles pourraient, par tolérance, être ouvertes ces jours-là seulement »39 ; le sous-préfet de Prades reprend le même type d’argumentation pour les chapelles de Saint-Jean-Baptiste de Codalet, de Saint-Christophe de Llugols et de Saint-Jacques de Catllar40 : « Mon arrondissement demeure très attaché par des liens historiques à l’étroite religiosité espagnole, les questions spirituelles ont une importance souvent hors de propos »41, et il ajoute : « ce pays est demeuré de religiosité espagnole [...], les manifestations extérieures du culte gardent une importance majeure en raison des réjouissances publiques qui les accompagnent »42.

  • 43 Ibid., La République, 5 mai 1903.
  • 44 L’Indépendant, 6 mai 1903. Ce journal utilise l’artifice du courrier des lecteurs pour demander le (...)

46Si certains journaux anticléricaux comme La République demandent des fermetures de chapelles comme celle de Notre-Dame des Victoires d’Opoul, « ouverte encore à la bande noire ensoutanée »43, d’autres quotidiens comme L’Indépendant prêchent pour le maintien des chapelles de Notre-Dame du Château à Sorède et de Notre-Dame de Pène en s’appuyant sur l’existence de décrets impériaux autorisant l’existence de ces chapelles44.

47Parfois ce sont les municipalités républicaines et anticléricales qui réclament la fermeture des chapelles. Ainsi, bien avant la circulaire du 9 avril 1903, le conseil municipal du Boulou demande, le 7 octobre 1902, la fermeture de la chapelle Saint-Antoine située dans le village. Au vu des effectifs scolaires en augmentation, la municipalité voudrait ouvrir une troisième classe dans cette chapelle qui jouxte l’école communale des garçons. Pour appuyer leur demande, les conseillers municipaux font valoir le fait que cette chapelle ne sert pas, ou très peu, au culte catholique.

  • 45 ADPO, 2V50.
  • 46 Ibid.

48Le préfet sollicite à ce sujet Mgr de Carsalade du Pont qui lui répond, le 25 novembre 1903, que cette chapelle est ornée d’un retable portant la date de 1713 et qu’elle est « affectée au culte catholique avec des actes réguliers plusieurs fois dans l’année », et il demande au préfet de ne pas donner suite au vœu du conseil municipal45. Le préfet fait alors savoir, le 2 décembre 1902, qu’« il ne pourra être donné suite à cette affaire qu’au cas où la commune ferait la preuve de ses droits à la propriété de la dite chapelle »46. Le conseil municipal ne donnant pas de réponse, la préfecture pense que l’affaire est close. Mais, profitant des nouvelles dispositions ministérielles, le conseil municipal demande le 11 mai que la chapelle Saint-Antoine soit fermée. Devant l’inaction du préfet, le conseil municipal, le 13 novembre 1903, dénonce l’attitude de « l’administration supérieure [qui] paraît devoir se désintéresser de la question » et décide de transmettre sa délibération de fermeture de la chapelle « non pas à Monsieur le Préfet du département, mais bien directement à Monsieur le Ministre des Cultes ».

49Cependant, la circulaire sur la fermeture des chapelles place le gouvernement en porte à faux, car certaines chapelles comme à Lourdes ou même à Font-Romeu drainent des foules nombreuses, ce qui fait craindre des réactions violentes en cas de fermeture. Conscient de ce problème, le gouvernement se contentera de ne faire appliquer sa décision qu’aux chapelles susceptibles de ne pas causer de grandes difficultés d’application de cette mesure.

50C’est dans cette perspective d’affrontement que Le Roussillon essaie de galvaniser ses lecteurs et affirme dans ses colonnes que « la fermeture de la chapelle de Font-Romeu ’naura pas lieu ; nous ne le supporterons pas ; les honnêtes populations de nos montagnes sauraient empêcher cette iniquité ». Et, effectivement, cette chapelle ne sera pas fermée.

LA CRISE AVORTÉE DES INVENTAIRES

  • 47 Ces dates sont importantes car elles déterminent le moment d’application de la loi puisque : « Les (...)
  • 48 Circulaires du 22 décembre 1882, du 22 janvier 1883 et du 17 avril 1905. Ces textes prévoient que l (...)

51Près de quarante ans après le programme républicain de Belleville (1869), un texte prévoyant la séparation des Églises et de l’État arrive en discussion au Parlement. Votée le 3 juillet par la Chambre des députés (341 voix contre 233) puis par le Sénat le 6 décembre (181 voix contre 102), promulguée le 9 décembre, la loi sur la séparation de l’Église et de l’État paraît au Journal officiel le 11 décembre 190547. Ce texte abolit le Concordat de 1801 et met fin aux relations privilégiées entre l’État et des Églises catholique. Désormais : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » (art. 2). Quant à l’article 4, il accorde aux associations cultuelles le droit de recueillir les biens mobiliers et immobiliers nécessaires au culte. Mais la dévolution de ces biens requiert qu’ils soient au préalable inventoriés. Lors des débats parlementaires sur la loi du 5 décembre 1905, la nécessité d’un inventaire des biens ecclésiastiques n’avait pas soulevé une grande opposition. Effectivement, l’acte d’inventaire ne pose pas en soi de problème particulier, puisque c’est une mesure administrative prévue à l’article 55 du décret du 30 décembre 1809. Mais cette mesure connaissait des difficultés d’application de la part de nombreux ecclésiastiques récalcitrants, et plusieurs circulaires ont dû leur rappeler, semble-t-il en vain, l’obligation d’effectuer de telles opérations48.

  • 49 ADPO, série V, Meubles et objets d’art contenus dans les églises, cité par Myriam Avid dans son mém (...)

52Dans une lettre du 13 avril 1883, le préfet écrivait que : « l’application de cette circulaire [22 janvier 1883] a donné lieu à certaines difficultés dans le département. Dans plusieurs communes, on a refusé aux maires le droit de participer au recollement et à la confection de l’inventaire en alléguant que le bureau des marguilliers en avait seul le droit »49.

53La circulaire du 22 avril 1905 rencontre la même inertie d’autant que l’évêque, Mgr Carsalade du Pont, par une note du 3 mai 1905, demande aux prêtres et aux membres des conseils de fabrique de s’en tenir au décret de 1809 et de refuser de déposer un exemplaire de l’inventaire à la mairie.

  • 50 AVID, Myriam, op.cit., p. 26.

54Devant le peu d’empressement des prêtres, le préfet écrit à Mgr de Carsalade du Pont car, deux mois après la diffusion de cette circulaire, seules 39 paroisses sur 232 s’étaient exécutées. L’évêque répond à la sollicitation préfectorale en invoquant la loi et l’éventualité de n’être pas obéi : « Je ne pourrais me résoudre à exiger qu’ils [les prêtres et les conseils de fabrique] fassent ce que la loi ’nexige point ; et si je l’exigeais, je ne manquerais pas de me heurter à des résistances certaines dont une des premières conséquences serait de compromettre mon autorité. Au reste, je puis certifier que partout les inventaires ont été régulièrement établis et que les objets qui y sont mentionnés sont conservés dans les églises »50. Il semblerait donc que toutes les paroisses du diocèse se soient dotées d’elles-mêmes d’un inventaire des biens dont elles disposaient.

  • 51 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 1, samedi 6 janvier 1906.

55Cependant, c’est une instruction de la Direction générale de l’Enregistrement datée du 2 janvier 1906 qui va soulever un tollé, car elle prescrit aux agents de l’Enregistrement de demander aux prêtres présents d’ouvrir les tabernacles. Il faut à ce propos relativiser la portée réelle de ce texte, monté en épingle par les opposants à la République. Ce ne sont pas les fonctionnaires qui étaient chargés d’ouvrir les tabernacles mais uniquement les prêtres. La qualification de profanation semble donc exagérée. D’ailleurs, l’évêque de Perpignan, Mgr de Carsalade du Pont, ne semble pas s’être offusqué de cette opération puisque, dans sa note publiée le 6 janvier 1906, il demande à son clergé d’adopter une position très légaliste : les prêtres doivent se plier à la lettre de la loi, un point c’est tout51. Ils ne doivent donc pas participer à la rédaction de l’inventaire ni manquer de respect aux agents de l’État. La seule opposition préconisée consiste à lire une protestation, à demander qu’elle figure dans le procès verbal de l’inventaire, puis à refuser de signer ce document. Il ne s’agit donc pas de s’opposer à l’inventaire, mais de signifier publiquement qu’il se fait contre le gré de l’Église, victime une fois de plus de la « persécution républicaine ».

  • 52 AVID, Myriam, op. cit.
  • 53 La République des P.-O., n° 1190, 18 février 1906.
  • 54 Ibid., n° 1210, 11 mars 1906.

56L’étude de Myriam Avid sur les inventaires réalisés dans le département montre que, sur les 232 paroisses du diocèse, une protestation solennelle a été lue dans 181 paroisses. Dans 173 de ces paroisses, c’est le modèle de protestation préconisé par Mgr de Carsalade qui a été repris52. Un seul prêtre du diocèse a signé un inventaire, contrevenant ainsi à la sollicitation épiscopale. Il s’agit de l’abbé Joseph Christofol, desservant de Rieutort, qui aurait même, selon le journal Le Roussillon, invité l’agent des Domaines à manger chez lui. Détail signalé, non pas comme preuve de la charité chrétienne de cet ecclésiastique mais, selon le journaliste, de la trahison du clerc. Pour renforcer le poids de cette attitude, Le Roussillon n’évoque pas d’autres hospitalités comme celle du desservant de Serdinya, l’abbé Joseph Bès, qui invite les fabriciens et les délégués du gouvernement « à prendre le rancio »53, ni celle de l’abbé Henri Badrignans à Bélesta qui invite à déjeuner le receveur de l’Enregistrement54.

57Le 19 janvier 1906, le député catholique, l’abbé Gayraud, interpelle le ministre des Finances à propos des opérations d’inventaire et se fait le porte-parole des inquiétudes que certains catholiques expriment de plus en plus fortement. Le ministre s’engage à ne pas faire ouvrir par la force les tabernacles si les prêtres refusent de les ouvrir. Toutes les craintes des catholiques étant alors apaisées, les inventaires peuvent commencer et ils se déroulent sans incident notable, au grand dam de la droite monarchiste qui espérait tenir là un casus belli.

  • 55 La République des P.-O., n° 1143, mardi 2 janvier 1906 ; n° 1165, samedi 20 janvier 1906 ; n° 1188, (...)

58Les opérations commencent dans le département le 23 janvier 1906 et concernent, ce jour-là, quinze paroisses. Les inventaires se déroulent presque chaque jour sans grande réaction de la part du monde catholique, conformément aux engagements publics de Mgr de Carsalade. Cette propension à se plier à la formalité de l’inventaire est accentuée par le fait, d’après les journaux anticléricaux, que des prêtres ont fait disparaître différents objets avant l’opération officielle d’inventaire. Ainsi La République des P.-O. nous apprend que, dans la région de Prades, « tous les objets précieux contenus dans les églises disparaissent à vue d’œil » ; à Olette, « l’agent des Domaines ’na pas eu de grand travail car, en l’espace d’un mois environ, la gent cléricale a travaillé pendant deux nuits entières à faire disparaître les trois quarts des ornements qui garnissaient les murs et les autels de l’église » ; à Céret, « la plupart des objets ont pris depuis longtemps la poudre d’escampette » ; à Canet, « on remarque sur les murs des ferrures ayant supporté des consoles à statues ou des tableaux. Toutes les chapelles sont absolument vides, c’est à peine si çà et là, sont quelques veilleuses éclairant des chromes ternes » ; à Corneilla-la-Rivière, « quelques jours avant l’inventaire, la gent cléricale avait pris la précaution d’enlever la plupart des objets d’art renfermés dans l’église et notamment quelques saints »55.

  • 56 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 5, samedi 3 février, p. 64.

59La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan rend compte de ces opérations en écrivant : « Les inventaires ont commencé dans les chef-lieux des doyennés, et se poursuivent sans incident [...]. Dans toutes les églises, MM. les Curés et MM les Fabriciens protestent contre l’acte sacrilège »56.

  • 57 Cette résistance menée essentiellement par des royalistes ne fait pas l’unanimité dans le clergé. A (...)

60Mais voilà qu’à Paris dans le VIIe arrondissement, les inventaires des 1er et 2 février 1906 qui doivent se dérouler dans l’église Sainte-Clotilde, puis celle de Saint-Pierre-du-Gros-Caillou dégénèrent. Les portes qui avaient été barricadées sont enfoncées par la police. Les forces de l’ordre sont reçues par une nuée de projectiles et des bagarres éclatent, marquant le début de ce que les historiens ont appelé la « crise des inventaires »57.

  • 58 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 7, samedi 17 février 1906, p. 110-111.
  • 59 La République des P.-O., n° 1186, mercredi 14 février 1906.
  • 60 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 7, samedi 17 février 1906, p. 112.
  • 61 La Croix des P.-O., n° 673, dimanche 18 février 1906.

61Cette agitation gagne le département des Pyrénées-Orientales. Le lundi 12 février, à Canet, « l’agent du gouvernement se présente pour accomplir sa triste corvée. Le curé se tient debout devant son église. Il en a fermé la porte. Autour de lui est groupée la masse des fidèles »58. L’abbé Chauvet refuse d’ouvrir l’église et, devant la foule qui chante des cantiques, l’agent du fisc préfère partir. La République des P.-O. indique que la foule était composée essentiellement « d’une cinquantaine de femmes, dévotes ou curieuses, et des ouvriers de M. de Lazerme, sous la direction de leur patron »59, mais pour La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, c’est « toute la population » qui est présente avec certes, dans l’église, uniquement le curé et quelques catholiques car « on avait préféré laisser la foule dehors ; elle put à son aise chanter la foi, la liberté et huer les opérateurs »60. Cette résistance est aussitôt encouragée par les journaux catholiques comme La Croix, qui écrit que : « la paroisse de Canet vient de montrer que la foi et le courage chrétien ne sont pas complètement morts en Roussillon »61.

  • 62 ADPO, 8V3 lettre du 12 février 1906.
  • 63 Ibid., lettre du 14 février 1906.

62Le jour même, le préfet Théodore Fleury écrit à Mgr de Carsalade au sujet de l’attitude du curé de Canet et demande à l’évêque de bien vouloir « rappeler à M. le curé l’esprit des instructions que vous avez données aux prêtres du diocèse et qu’il a pour sa part enfreintes »62. Mgr de Carsalade du Pont lui répond qu’il « était aisé de prévoir ce qui arrive aujourd’hui et que les populations catholiques sont exaspérées », lui suggère de « surseoir à l’inventaire ou tout au moins d’attendre que la dernière partie du règlement d’Administration publique soit publiée », et il ajoute : « Vous verrez, dans votre sagesse, s’il est possible de prendre cette mesure. Pour moi, il m’est impossible d’intervenir, ne voulant prendre aucune part, même indirecte, à un acte qui, dans mes convictions, est attentatoire aux droits de l’Église »63.

63La réponse du préfet ne se fait pas attendre. Il se rend le lendemain, le jeudi 15 février, à Canet avec « dix gendarmes, 40 soldats et deux serruriers ». Après les sommations d’usage, la porte est enfoncée et l’inventaire est fait.

  • 64 Encyclique du pape Pie X, 11 février 1906.
  • 65 MAYEUR, Jean-Marie, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, éditions ouvrières, 1991, p. 122 (...)
  • 66 La Croix des P.-O., n° 673, dimanche 25 février 1906 et n° 674, dimanche 4 mars 1906.

64Entre-temps, le souverain pontife condamne la loi de Séparation dans son encyclique Vehementer nos64. Dès lors, l’agitation consécutive aux inventaires prend plus d’ampleur65. Parfois les inventaires se font par la ruse, comme à Campoussy où la porte de l’église étant fermée, le maire fait entrer le fonctionnaire chargé d’inventorier par une porte dérobée. C’est par surprise qu’il a lieu à Baixas, le receveur n’étant venu ni à la date ni à l’heure prévues66.

  • 67 L’Indépendant, vendredi 23 février 1906.

65Cette agitation touche même la communauté israélite roussillonnaise puisque, lors de l’inventaire des biens de cette communauté, M. Astruc refuse d’ouvrir le tabernacle. D’où l’intervention d’un serrurier, de pompiers et même du préfet pour inventorier « un chandelier à sept branches et un écrin ressemblant à une boîte de chirurgien »67 !

  • 68 Le Roussillon, n° 52, vendredi 2 mars 1906.
  • 69 La République des P.-O., n° 1186, mercredi 14 février 1906. « Tout s’est passé dans le plus grand c (...)

66Le Roussillon estime que la réaction des catholiques roussillonnais n’est pas suffisante et il tente désespérément de mobiliser ses lecteurs afin qu’ils résistent davantage aux opérations d’inventaire : « Catholiques, vous êtes des millions, les juifs et les Francs-maçons ne sont que cent mille. Vous laisserez-vous décimer en détail ? Ou bien, allez-vous marcher, tous unis, contre cette vermine et l’écraser sous votre pied ? »68. Mais malgré ces appels à la résistance, les incidents graves sont minoritaires dans les Pyrénées-Orientales. Par contre, les journaux républicains comme L’Indépendant et La République insistent sur l’indifférence des Roussillonnais et l’absence d’incident69.

  • 70 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 10, samedi 10 mars 1906, p. 165.

67Le 5 mars à Eus « la population prévenue par la grosse cloche, s’est portée devant la porte de l’église. Là, M. le curé a lu une énergique protestation au nom du conseil de fabrique. Quelques jeunes étaient barricadés dans l’église. La porte étant restée obstinément fermée, l’agent du fisc est reparti sans avoir pu opérer. Les cloches joyeuses ont salué son départ »70.

  • 71 Une autre personne, en Haute Loire, décédera un peu plus tard des suites de ses blessures.

68Le 6 mars, à Boeschepe dans une bourgade proche de la frontière belge, une opération d’inventaire tourne mal. Un homme est tué71. Le lendemain, le Cabinet Rouvier est mis en minorité et un nouveau gouvernement est formé, avec Georges Clemenceau comme ministre de l’Intérieur. Celui-ci proclame bien haut sa volonté inébranlable de vouloir faire respecter l’application de la loi.

  • 72 Le Roussillon, n° 58, vendredi 9 mars 1906.

69Dès lors, les résistances se durcissent. Le 8 mars, à Villelongue-de-la-Salanque, l’opération prévue ne peut être menée à son terme. Devant l’ampleur de la résistance et la forte probabilité d’une confrontation sanglante, le préfet préfère, au dernier moment, annuler l’opération et rappeler la troupe du 24e colonial qui avait été mobilisée pour l’occasion. Il est vrai que son arrivée avait été signalée par des « bicyclistes » et qu’une foule, rameutée au son des cloches, s’était réunie sur le parvis de l’église autour d’« Henri de Çagarriga, sa famille et le personnel du château »72.

  • 73 La République des P.-O., n° 1211, lundi 12 mars 1906 : « Samedi, beaucoup d’ouvriers agricoles avai (...)

70Le rôle des notables catholiques et de leur clientèle est très important dans certaines localités comme à Canet, Corneilla-del-Vercol, Saint-Hippolyte et bien sûr Villelongue-de-la-Salanque où ils employaient de nombreuses personnes73. Ce sont eux qui, au nom de leurs convictions politiques, utilisent la religion comme moyen d’expression de leur opposition et sont le noyau dur des résistances.

  • 74 Ibid., n° 1208, vendredi 9 mars 1906.

71La République des P.-O., qui rend compte de cette journée, relate la manière dont l’église avait été fortifiée : « Quatre énormes traverses de bois, clouées avec des clous rivés à l’extérieur en font une porte de forteresse. Il faudra la hacher menu si l’on veut pénétrer dans l’édifice. À l’intérieur, deux poutres sont placées transversalement au-dessus de la porte et machinées de telle sorte qu’on puisse les précipiter sur la tête des agents de l’autorité. Dans la nef, sont disposés des récipients contenant du soufre qu’un morceau de charbon allumé suffira à enflammer et qui répandra une fumée asphyxiante. Le clocher est transformé en château-fort »74.

  • 75 Le Roussillon, n° 304, vendredi 14 décembre 1906.

72Dans plusieurs localités du département, à l’appel des cloches, des hommes se rassemblent armés « de gourdins » (Réal), « de fourches en fer » (Trévillach), « de bâtons, de fourches et de fusils » (Saint-Hippolyte), « de fourches et de gourdins » (Tarerach), « de ciseaux qui servent à tailler la vigne », ainsi que des femmes « portant des pierres » (Bompas) pour s’opposer aux inventaires75.

  • 76 La République des P.-O., n° 1209, samedi 10 mars 1906.
  • 77 Ibid., n° 1192, mardi 20 février 1906.

73À l’opposé, dans d’autres villages, c’est la pression populaire et anticléricale qui est à l’origine de l’inventaire comme à Saint-Marsal où le receveur de l’Enregistrement d’Arles-sur-Tech, accompagné du maire et de son adjoint, trouve la porte de l’église fermée. Le curé refuse de leur ouvrir. Devant cette attitude, le fonctionnaire est « prêt à partir quand, sur l’injonction du maire et de la foule qui devenait menaçante, notre homme noir, tout penaud a jugé prudent de battre en retraite et d’ouvrir la porte. L’inventaire s’est déroulé alors sans incident. Nos félicitations à notre excellent maire et à la population franchement républicaine de Saint-Marsal qui, par leur énergique intervention, ont assuré l’application de la loi »76 ; à Prats-de-Mollo après l’inventaire, les « trois curés ont été accompagnés jusqu’au presbytère par une foule nombreuse qui chantait "L’Internationale" »77.

74Face à cette agitation soutenue et entretenue massivement par les royalistes, Georges Clemenceau a su, le 20 mars, devant les sénateurs, trouver les mots justes pour apaiser les esprits en déclarant : « Nous trouvons que la question de savoir si l’on comptera ou ne comptera pas des chandeliers dans une église ne vaut pas une vie humaine ».

  • 78 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 12, samedi 24 mars 1906, p. 1902-194.

75L’inventaire de l’église de Réal a donné lieu non seulement à une résistance très musclée de la part des paroissiens, mais aussi à l’invention d’une version capcinoise de La Marseillaise dont le refrain était : « Debout, le Capcinois, formez vos bataillons / Marchons, marchons, / Le sang du Christ féconde nos sillons / »78. Cette utilisation de l’hymne national par des adversaires de la République montre la pénétration des symboles républicains même chez ses opposants les plus farouches.

  • 79 AVID, Myriam, op. cit., p. 45-50. Un tableau chronologique indique les différents inventaires réali (...)
  • 80 Il s’agit d’Arboussols, Rigarda, Saint Hippolyte, Trévillach et Villelongue-de-la-Salanque.
  • 81 ADPO, 8V3. Une liste manuscrite, sans date et sans indication d’origine, porte, face aux noms des t (...)

76À la fin du mois de mars, la quasi-totalité des opérations d’inventaire sont déjà réalisées dans le département79 et, pour les cinq paroisses manquantes80, les autorités locales préfèrent temporiser, laisser les ardeurs se calmer et éviter la jonction des mécontentements dans une France secouée certes par la réaction catholique, mais surtout par les nombreuses contestations sociales du monde ouvrier81. Les inventaires manquants seront effectués au cours du mois de novembre 1906.

  • 82 Le Roussillon, n° 284, mercredi 21 novembre 1906 : « al preu del meu sang si calia, les tresors a m (...)
  • 83 ADPO 8V5.
  • 84 Ibid.

77Lorsque la troupe, deux compagnies du 100e de Narbonne associées aux coloniaux de Perpignan, arrive le 20 novembre dans le village de Villelongue-de-la-Salanque, la foule est déjà massée devant l’église où « M. Vilar [le curé de la paroisse], monté sur une chaise, les clefs de l’église et son crucifix d’une main, de l’autre un rouleau de papier, lit en langue catalane » une protestation où il s’engage à défendre « au prix de mon sang, s’il le fallait, les trésors que l’on m’a confiés »82. Puis, après les trois sommations d’usage, le serrurier tente de forcer la porte. N’y parvenant pas, c’est à coups de hache qu’elle fut ouverte. Mais, à l’intérieur de l’édifice, « du soufre avait été enflammé en grande quantité et les vapeurs de ce produit empêchèrent pendant un laps de temps assez considérable l’accès à l’église »83. L’inventaire terminé, des « pavés furent lancés contre la voiture qui les [les autorités] emmenaient, ne causant fort heureusement que des dégâts matériels »84.

78Certaines protestations d’ecclésiastiques, tout comme certaines remarques de journalistes, rappellent le rôle que les catholiques attribuent aux juifs et aux francs-maçons dans la décision gouvernementale d’inventorier les biens de l’Église.

  • 85 Le Roussillon, n° 284, mercredi 21 novembre 1906.
  • 86 ADPO, 8V3, extrait de la protestation du curé de Canet.

79Ainsi, pour commenter l’inventaire du 20 novembre 1906 de Villelongue-de-la-Salanque, Le Roussillon brocarde « la tactique que le ministre de Dreyfus a cru devoir employer pour livrer quelques milliers d’églises aux brocanteurs d’Israël »85. Des prêtres dénoncent « le poignard de la Franc-Maçonnerie », « les francs-maçons et les blocards », « le gouvernement athée et franc-maçon » et s’en prennent « aux loges, officines de la délation », à la loi « infecte qui sent l’arrière loge maçonnique et l’officine juive, respire la haine de Dieu du maçon athée et la haine du juif pour le Christ chrétien » et demandent que « l’État laïque et athée envoie ses agents inventorier les loges maçonniques »86.

  • 87 AVID, Myriam, op. cit., p. 36.
  • 88 Il s’agit de Saint-Hippolyte, de Trévillach et de Villelongue-de-la-Salanque.

80Finalement, les juges de paix doivent intervenir dans treize communes, les gendarmes dans dix, les commissaires de police dans huit et l’armée dans trois. Quant aux serruriers, ils officient dans onze communes87. Pour trois communes, il faudra quatre tentatives avant de pouvoir faire l’inventaire88.

81Malgré ces quelques incidents assez graves localisés sur un petit nombre de paroisses, l’ensemble du clergé et des fidèles roussillonnais a laissé faire les inventaires. La très grande majorité des catholiques s’est contentée d’une protestation minimale. Il n’y a pas eu de véritable révolte, comme l’auraient espérée quelques catholiques intransigeants prêts à en découdre avec la « gueuse ». Cette révolte avortée confirme la perte d’influence des notables monarchistes auprès de l’ensemble de la population roussillonnaise et a contrario, l’enracinement de la République dans la population. S’il est vrai que quelques notables royalistes réussissent encore à mobiliser des foules, ce sont pour l’essentiel leurs ouvriers et leurs domestiques qui répondent à leurs appels. Leur influence n’a pas été suffisante pour faire basculer la fronde en révolte.

82Cette situation s’explique aussi en partie par la position légaliste de Mgr de Carsalade et par celle du clergé paroissial qui ont voulu montrer leur opposition, mais sans entrer en rébellion généralisée. Même dans les paroisses où l’envoi de la force armée a été nécessaire et où la foule était très remontée, le clergé n’a pas poussé la protestation jusqu’à la confrontation physique. Il a su marquer sa réprobation sans être maximaliste.

83Le contexte social tendu par des grèves à répétition ainsi que l’importance de la crise viticole expliquent l’indifférence d’une grande partie de la population qui avait d’autres soucis plus terre à terre. Cependant, la soudure entre ces deux contestations n’a pas eu lieu.

  • 89 Article 35 prévoit un emprisonnement de 3 mois à 2 ans pour « le ministre du culte qui aura directe (...)
  • 90 La Croix des P.-O., n° 687, 3 juin 1906.
  • 91 Le Roussillon, n° 52, samedi 2 mars 1907.

84Pour leurs comportements et leurs paroles jugées outrancières, quelques prêtres furent poursuivis et condamnés en vertu de l’article 35 de la loi de Séparation89. La Croix des P.-O. annonce ces poursuites judiciaires d’une façon dramatique rappelant la Terreur révolutionnaire : « La première charrette des prêtres poursuivis pour refus d’inventaire est venue devant le tribunal correctionnel de Prades ». Ainsi les abbés Py de Matemale, Tourné de Prugnanes sont condamnés à 15 jours d’emprisonnement avec sursis, l’abbé Sol de Trévillach est condamné à 150 francs d’amende et l’abbé Vilar de Villelongue-de-la-Salanque écope de 6 jours de prison ferme. Une jeune laïque de Trévillach, Mlle Joséphine Bache, a été elle aussi condamnée à 50 francs d’amende90. L’abbé Joseph Vilar interjette appel de son jugement du 31 janvier 1907 et, quelque temps plus tard, la troisième Chambre de la Cour d’appel de Montpellier confirme la décision du tribunal correctionnel de Perpignan, mais transforme les 6 jours de prison ferme en sursis91.

  • 92 ADPO, 8V9.

85Par contre, certains fonctionnaires dont le sang-froid et la détermination furent jugés remarquables, ont été proposés par leurs chefs hiérarchiques à des promotions internes, comme le montre le dossier conservé aux Archives départementales92. Parmi ces personnes proposées, on peut relever le dénommé Falcon, qui « a fait preuve d’endurance en traversant par des sentiers impraticables le col de Mantet à l’époque où il était couvert de neige ; s’est montré en outre très persuasif en décidant les desservants de 8 églises qu’il a inventoriées et notamment le curé de Py à abandonner toute idée de résistance et a obtenu grâce à son tact un succès complet », est fortement recommandé pour une promotion.

LES DÉLITS DE MESSE

  • 93 Loi du 30 juin 1881, article 8. Chaque réunion doit avoir un bureau composé de trois personnes au m (...)
  • 94 Selon l’article 2 de la loi du 30 juin 1881, toute réunion publique doit être précédée d’une déclar (...)

86L’application de la loi de 1905 va soulever en Roussillon et dans toute la France un autre problème lié à la tenue des réunions cultuelles publiques. D’après l’article 25 de la loi de Séparation : « les réunions pour la célébration d’un culte, tenues dans les locaux appartenant à une association cultuelle ou mis à sa disposition, sont publiques. Elles sont dispensées des formalités de l’article 8 de la loi du 30 juin 1881, mais restent placées sous la surveillance des autorités dans l’intérêt de l’ordre public. Elles ne peuvent avoir lieu qu’après une déclaration faite dans les formes de l’article 2 de la même loi et en indiquant le local dans lequel elles seront tenues »93. Le législateur de 1905 place donc les réunions politiques et cultuelles sous le même régime juridique, celui de la loi du 30 juin 1881 donc soumises à une déclaration préalable. Cependant, dans un souci d’apaisement, le gouvernement a toutefois permis, de faire une seule déclaration annuelle pour les messes94.

87Par la suite, l’article 49 du décret du 16 mars 1906 précise que « la déclaration préalable prescrite par l’article 25 de la loi du 9 décembre 1905, est signée par deux délégués au moins de l’association cultuelle qui a la propriété ou la jouissance du local où le culte sera célébré ; l’un des deux délégués doit être domicilié dans la commune où le local est situé. La célébration du culte ne peut avoir lieu qu’après un délai d’au moins vingt- quatre heures ».

  • 95 Encycliques Vehementer nos du 11 février 1906 et Gravissimo officii du 10 août 1906.

88Mais, selon la loi de 1905, l’exercice du culte public repose sur l’existence d’associations cultuelles auxquelles incombe la déclaration de réunion publique. Pour que l’Église catholique se mette en conformité avec la nouvelle loi, un délai d’un an lui est accordé, c’est-à-dire jusqu’au 14 décembre 1906. Or, au cours de l’année 1906, le pape Pie X prend par deux fois position et il est formel à ce propos : les catholiques français ne doivent pas former de telles associations95.

89Pressentant les problèmes à venir, Aristide Briand demande le 12 octobre 1906 au conseil d’État s’il ne serait pas possible de célébrer le culte public sans association cultuelle et appliquer ainsi malgré tout l’article 25 afin de forcer l’Église, malgré elle, à entrer dans la légalité. Le 31 octobre, le conseil d’État répond que : « la loi du 9 décembre 1905 ne met aucun obstacle à ce que des individus agissent en dehors de toute espèce d’association, organisent des réunions publiques cultuelles dans les conditions du droit commun, tel qu’il résulte de la loi de 1881 ». Les conseillers reprennent la distinction opérée par Aristide Briand entre une déclaration collective faite par une association cultuelle et celle réalisée à titre individuel. Puisque la loi de 1905 ne dit rien à propos des initiatives individuelles, ni pour les permettre, ni pour les interdire, le droit commun des réunions peut donc s’appliquer dans ce cas.

90Fort de l’aval des magistrats du Palais Royal, le ministre envoie une circulaire aux préfets « relative aux conditions d’exercice du culte public à défaut d’associations cultuelles » dans laquelle il affirme, d’une part, que les membres du clergé et les fidèles ne sont pas, en l’absence d’associations cultuelles, privés de leur droit de pratiquer leur religion et, d’autre part, que les réunions cultuelles tenues sur initiatives individuelles doivent observer les formalités de la loi de 1881, c’est-à-dire faire une déclaration préalable et former un bureau. En fait, il assouplit les conditions de la loi puisqu’il admet que : « la nécessité d’un bureau ne s’impose pas d’une manière absolue », reconnaissant par là-même que cette condition n’est plus obligatoire et, il ajoute que ces déclarations « bénéficient de l’exemption du timbre ». Cette interprétation, on ne peut plus libérale, de l’article 25 de la loi de 1905 devait, en théorie, désamorcer les conflits en montrant la bonne volonté du gouvernement, puisqu’il accordait aux réunions sur initiative individuelle les avantages reconnus par l’article 25 aux réunions sur action collective (pas de bureau, une seule déclaration annuelle).

91En dépit de toutes ces concessions, le clergé refuse de se plier à cette exigence et continue à célébrer le culte dans les églises comme auparavant, sans faire la moindre déclaration. Devant cette attitude, le gouvernement n’entend pas céder et demande aux préfets de faire relever toutes les infractions du clergé et de transmettre les procès-verbaux des « délits de messe » aux Parquets.

92Dans un premier temps, le préfet des Pyrénées-Orientales sollicite les gendarmes pour constater les infractions puis, dans une nouvelle instruction, il revient sur cette décision et demande aux seuls commissaires de police et gardes champêtres de procéder à ce constat. Ces hésitations préfectorales traduisent les incertitudes du gouvernement quant à l’adoption de la conduite à tenir en la matière.

  • 96 ADPO, 8V6, circulaire du 12 octobre 1906.

93Dans un souci d’efficacité et d’apaisement, le préfet souhaite que ne soit constatée, jusqu’à nouvel ordre, qu’une seule infraction par jour et de préférence lors de la messe principale. Il demande également de ne pas interrompre l’exercice du culte96.

  • 97 Le Roussillon, n° 308 du mercredi 19 décembre 1906, écrit que, contrairement à ce qu’avait annoncé (...)
  • 98 Ibid., n° 307, mardi 18 décembre 1906.
  • 99 Ibid., n° 308, mercredi 19 décembre 1906.

94La totalité du clergé roussillonnais passe outre les exigences législatives et préfectorales. Certes, quelques déclarations sont déposées, mais elles n’émanent pas du clergé et sont faites, semble-t-il, à son insu97. Ainsi Le Roussillon nous apprend-t-il que la déclaration faite à Salses pour la célébration du culte a été déposée « à l’insu de l’autorité ecclésiastique par deux agents du gouvernement persécuteur »98. Quant à l’abbé Jean Thubert, il fait savoir par voie de presse que la déclaration pour le service du culte de l’église de Saint-Sauveur et de la chapelle Isidore a été faite par deux laïques de Prats-de-Mollo « à l’insu et contre sa volonté »99.

  • 100 ADPO, 8V6. Télégramme des sous-préfets de Prades et de Céret.
  • 101 Dans une note adressée au ministre le 19 décembre 1906, le préfet donne le chiffre de quatre établi (...)

95Selon une comptabilité précise de la préfecture, sept établissements à Perpignan, ainsi que ceux de Montalba, Rasiguères, Ansignan, Maury, Latour-de-France, Canohès, déclarent des réunions publiques auxquelles il faut ajouter des déclarations faites pour « sept églises et deux chapelles » dans la sous-préfecture de Céret et « pour trois églises » dans la sous-préfecture de Prades100. Soit un total, selon les calculs de la préfecture, de 26 déclarations de réunion publique101.

96ÀTresserre, le maire signale par télégramme que le curé continue à dire les messes et demande que « le délinquant soit traité conformément à la loi ».

  • 102 ADPO, 8V6.

97À la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, le commissaire de police constate le 15 décembre 1906, à 6 heures du matin, qu’une messe est célébrée devant 60 femmes et 20 hommes par quatre prêtres. Personne parmi les fidèles n’ayant voulu lui communiquer l’identité de ces prêtres, il n’a pas pu leur dresser de procès-verbal102.

  • 103 Ibid.

98À Tautavel, à l’annonce de la messe par les cloches de l’église, le maire envoie le garde champêtre pour verbaliser, mais à la vue de celui-ci, le curé refuse de dire la messe « puisqu’il est surveillé ». Il ferme la porte de l’église à clef, puis s’en va103.

  • 104 Ibid.

99À Llupia, « aucune déclaration cultuelle ’na été produite par notre desservant en conformité avec la circulaire ad hoc de M. Briand, Ministre des Cultes », et donc le maire, Louis Deprade, et son adjoint, François Ricart, se rendent avec leurs insignes « auprès du curé en révolte » et lui signifient qu’il est en contravention avec la loi de 1905, mais « le délinquant a répondu que quoi qu’on dît et qu’on fît, il ’nen continuerait pas moins son service cultuel »104.

  • 105 Le Roussillon, n° 22, samedi 26 janvier 1907.
  • 106 Ibid., n° 40, samedi 16 février 1907.

100Pourtant, en dépit du nombre des contrevenants, rares furent les poursuites judiciaires ou du moins leur relation journalistique, puisque seuls deux cas sont cités par la presse. Le vicaire de Prades, l’abbé Jampy, est poursuivi devant le tribunal de simple police de Prades et condamné à un franc d’amende ainsi qu’aux frais de justice pour infraction à la loi sur les réunions publiques, d’où le commentaire du Roussillon : « Nous saluons avec respect cette nouvelle victime de la République juive et franc-maçonne »105. À Rivesaltes, le curé-doyen est également condamné par le juge de paix à un franc d’amende106.

101Les délits de messe prennent une telle ampleur que le gouvernement est obligé de changer de politique et le législateur, avec la loi du 28 mars 1907, décide d’abroger les dispositions législatives contraires aux lois du 30 juin 1881, du 9 décembre 1905 et du 2 janvier 1907. Dorénavant : « les réunions publiques, quel qu’en soit l’objet, pourront être tenues sans déclaration préalable ». Les curés peuvent donc convoquer les fidèles dans leur église et y tenir des réunions publiques sans déclaration préalable, sans formation de bureau ni de présidence. Leur résistance s’est avérée payante à la fois pour l’Église, mais aussi pour l’ensemble des citoyens, puisque ces nouvelles dispositions qui allègent les formalités pour la tenue des réunions publiques concernent tous les types de réunions.

  • 107 Selon l’article 97 de la loi du 5 avril 1884.

102La loi du 28 mars 1907 n’a pas pour autant abrogé l’article 25 et notamment la disposition selon laquelle la réunion publique cultuelle est « placée sous la surveillance des autorités dans l’intérêt de l’ordre public ». C’est le maire qui, en vertu de ses pouvoirs généraux de police107, est chargé d’effectuer cette surveillance.

L’ÉGLISE À LA RUE

  • 108 Les édifices servant à l’exercice public du culte et mis à disposition de l’Église en vertu du Conc (...)
  • 109 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 50, samedi 15 décembre 1906, p. 806.

103Le fait de ne pas avoir voulu constituer des associations cultuelles comme l’exige la loi de Séparation, a eu comme conséquence principale pour l’Église catholique de perdre ses biens mobiliers et immobiliers puisque ceux-ci ne peuvent être transmis qu’à des associations cultuelles108. À l’expiration du délai d’un an, l’Église se refuse toujours à créer de telles associations. La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan annonce d’un ton tragique la fin de ce délai sous le titre : « La guerre religieuse », puis continue en écrivant : « Quand paraîtront ces lignes, la guerre religieuse aura éclaté sur la terre de France »109.

  • 110 Ibid.
  • 111 Propos de Mgr de Carsalade du Pont rapportés dans Le Roussillon n° 304 du vendredi 14 décembre 1906
  • 112 CORTADE, Eugène, Jules de Carsalade du Pont, l’évêque des Catalans, Perpignan, Société agricole, sc (...)

104Le 13 décembre, sans être annoncé ni attendu comme le voulait la coutume110, l’inspecteur de l’Enregistrement, Valette, accompagné de deux agents de la préfecture se rend à l’évêché, rue Mailly, pour procéder au récolement des biens du palais épiscopal et demander « avec beaucoup de tact et de courtoisie »111 la remise des clefs de l’édifice. Mgr de Carsalade du Pont permet le récolement, mais refuse de donner les clefs, car il estime qu’il doit auparavant déménager ses biens personnels. Il contacte le préfet pour qu’il lui accorde un délai. Le préfet refuse et aurait même déclaré : « Qu’il dorme à la rue ! Je m’en fous ! »112. Mis à la rue sans réel préavis, l’évêque de Perpignan trouve refuge dans une maison de la rue de la Révolution française qu’il avait louée en prévision des jours mauvais. Ces incidents montrent à quel point les relations s’étaient détériorées entre l’évêque et le préfet.

105Après l’évêché, l’autorité politique maintient sa pression sur l’Église et expulse les ecclésiastiques et leurs élèves des différents séminaires, mais aussi du collège Saint-Louis de Gonzague. Si les expulsions du Grand séminaire de Perpignan, du Petit séminaire de Prades et de l’école du Sanctuaire se passent sans aucun incident notable, tel n’est pas le cas du collège Saint-Louis de Gonzague.

  • 113 Le Roussillon, n° 310, vendredi 21 décembre 1906. Cela ressemble beaucoup à la célèbre réponse attr (...)

106Le jeudi 19 décembre, le commissaire spécial Descamps vient demander à l’abbé Patau, supérieur de ce collège, les clefs de l’établissement. Celui-ci refuse tout net et lui déclare : « Mes professeurs et moi ne sortirons d’ici que par la force »113. Le lendemain, le préfet Dautresme donne l’ordre aux soldats du 12e de ligne et du 24e colonial d’aller prendre position dans les différentes cours du collège, et il s’y rend lui-même avec le commissaire Descamps, accompagné de vingt-sept gendarmes.

  • 114 Au début du mois de mars 1907, la cave de M. Molins-Carrère de Laroque-des-Albères a été perquisiti (...)

107Après les trois sommations légales faites au son du clairon et n’obtenant aucune réponse, le préfet ordonne d’enfoncer les portes du bâtiment qui « avaient été fortement barricadées à l’aide de bancs d’école et de madriers ». C’est donc à coups de hache que les sapeurs coloniaux s’attaquent à la porte de la conciergerie après avoir vainement essayé de forcer la porte principale. Lorsque le préfet pénètre enfin dans les lieux pavoisés de drapeaux tricolores, il s’aperçoit qu’il n’y a personne ni dans les chambres ni dans les salles d’études ni dans aucune des dépendances. Persuadé que le bâtiment a été évacué, il donne l’ordre aux forces armées de se retirer. Dès leur départ, une centaine de personnes cachées sous la tribune de la chapelle, sortent de la chapelle « précédés d’un drapeau français », vont en cortège devant la préfecture et crient « leur mépris à l’exécuteur des basses œuvres de la juiverie et de la franc-maçonnerie », puis se rendent à la Basilique Saint-Jean. Cette prise de possession du collège Saint-Louis alimentera une série de poursuites policières et judiciaires, car les salles de cet établissement ont été vandalisées et la bibliothèque « déménagée »114.

  • 115 Entre autres, en janvier 1901, le maire de Canohès avait pris un arrêté d’interdiction de port de s (...)
  • 116 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 50, samedi 15 décembre 1906, p. 809.
  • 117 Le Roussillon, n° 74, jeudi 28 mars 1907. Cette guerre religieuse lui coûtera sa réélection. À la s (...)

108Dans le cadre de l’application de la loi de Séparation, deux municipalités roussillonnaises, Canohès et Pollestres, poussent leur anticléricalisme jusqu’à prendre des arrêtés de fermeture pour leur église. Si le maire de Canohès115, très engagé dans la lutte anticléricale, peut motiver sa décision du 22 février 1907 par des considérations de sécurité liées à la vétusté de l’édifice religieux, tel n’est pas le cas du maire de Pollestres qui, « passant par la toiture, est venu barricader la porte de l’église et a dit au curé : "Si demain tu ’nas pas déménagé ton mobilier, nous te le f... à la rue !" »116. Le préfet annule cet arrêté et délègue le commissaire spécial Descamps pour procéder à la réouverture des portes de l’église117.

  • 118 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 43, samedi 26 octobre 1907, p. 697-698.

109Puisque la fermeture de l’église de Canohès avait été motivée par un rapport de l’architecte Drogart, le préfet décide de nommer une commission de trois architectes pour réexaminer ce dossier. La commission, dans laquelle figure Drogart, déclare que des réparations importantes doivent être faites, mais que cela ne justifie nullement la fermeture de l’église. Fort de cet avis, le préfet met alors en demeure le maire de rouvrir l’église au culte catholique. Le maire refuse. Le préfet prend aussitôt un arrêté pour procéder à la réouverture immédiate de l’église, et charge le commissaire central de se rendre sur place pour notifier l’arrêté au maire et lui demander les clefs de l’église afin de procéder à sa réouverture118.

  • 119 La loi de Séparation prévoyait que « les ministres des cultes actuellement salariés par l’État [... (...)
  • 120 Le Roussillon, n° 24, mardi 29 janvier 1907.
  • 121 Ibid., n° 9, vendredi 11 janvier 1907.

110Privés de leurs traitements par la loi de Séparation qui met fin au budget des Cultes, les prêtres se retrouvent parfois privés de leurs logements119. Effectivement les municipalités anticléricales profitent de l’occasion pour expulser les ecclésiastiques des presbytères, comme à Catllar120, ou pour leur proposer des loyers trop élevés, comme à Sahorre où, sur la proposition de M. Darnaud, ancien instituteur et président de la Ligue locale des Droits de l’Homme, le conseil municipal demande au curé une somme qu’il ne peut accepter121. À Finestret, le conseil municipal réclame au curé un loyer de 120 francs par an. Il refuse et le presbytère est finalement loué à un autre habitant pour la somme de 25 francs.

  • 122 Ce qui était, à ce moment, interdit par la loi de Séparation.
  • 123 Le Roussillon, n° 48, mardi 26 février 1907.
  • 124 La Croix des P.-O., n° 732, 14 avril 1907. La même situation se retrouve à Sournia où le préfet ann (...)

111La presse catholique se fait l’écho de ces problèmes d’intendance qui agitent essentiellement les campagnes durant l’année 1907. Si certaines municipalités accordent des loyers avantageux à leurs curés, la préfecture n’hésite pas alors à s’y opposer, d’autant qu’une circulaire d’Aristide Briand, ministre de l’Instruction publique et des Cultes, précise que l’intention du législateur ne doit pas être détournée par des loyers trop bas, ce qui équivaudrait à accorder des subventions indirectes aux cultes122. Ainsi, à Glorianes, le conseil municipal avait décidé de louer le presbytère au curé pour 7 francs par an. Le préfet annule cette décision et porte le loyer à 50 francs123, mais le conseil municipal confirme sa décision qui est à nouveau annulée par le préfet. Le 25 mars le conseil municipal de Glorianes se réunit et persiste dans sa décision, en précisant que si sa délibération est à nouveau annulée, il refusera de se réunir124.

112À Las Illas, le maire propose à l’abbé Coste un loyer de 150 francs annuels pour une bâtisse très endommagée, ce que le prêtre refuse. Le maire le met alors en demeure de quitter le presbytère. Ne sachant où loger, la paroisse de Las Illas n’ayant que très peu d’habitations, l’abbé Coste décide de camper dans son église. Outré, le maire saisit le président du tribunal de Céret et écrit une lettre au ministre des Cultes.

113La multiplication de ces incidents montre d’une part l’acharnement anticlérical de certains notables républicains mais aussi, d’autre part, l’indifférence de la population roussillonnaise aux malheurs d’une partie de son clergé.

  • 125 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 4, samedi 27 janvier 1906, p. 49-53.

114Pour faire face aux conséquences pécuniaires de l’application de la loi de 1905, Mgr de Carsalade du Pont, dans sa lettre pastorale du 22 janvier 1906, décide de créer une œuvre destinée à récolter des fonds : l’œuvre de la Conservation de la Foi, ancêtre du Denier du culte125.

  • 126 Ibid., n° 9, samedi 3 mars 1906, p. 140 : « La suppression du budget des cultes doit avoir pour eff (...)
  • 127 Voir biographie.
  • 128 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 26 du samedi 29 juin 1906, présente cette associa (...)
  • 129 Cortade, Eugène, op. cit., p. 134

115La nouvelle situation pécuniaire oblige les prêtres à plus de dynamisme pastoral et à modifier leurs relations vis-à-vis des laïcs. La recherche de nouveaux moyens financiers passe également par des soucis d’économie. Dans cet objectif est créée en février 1906 une coopérative de consommation pour diminuer les dépenses relatives aux vêtements et à la nourriture126. Mais là ne s’arrête pas la recherche de solutions. Non seulement il faut réduire les dépenses, mais il faut également produire de la richesse en devenant des entrepreneurs. Certes, l’activité commerciale n’était pas inconnue du clergé roussillonnais puisque, par exemple, l’abbé Rous avait enrichi à la fin du XIXe siècle la paroisse de Banyuls-sur-Mer avec la vente de vins de messe dans toute l’Europe127. C’est dans cette veine qu’une association de prêtres se lance dans la fabrication et la vente d’une liqueur sous la marque Liqueur du Canigou128. Le même souci de recherche de financement autonome, pousse à commercialiser un dentifrice sur le marché roussillonnais129. Mais ces deux entreprises se soldent par des échecs commerciaux.

  • 130 Encyclique Maximam gravissimamque, 18 janvier 1924.

116Finalement le gouvernement, pour sortir de cette impasse juridico-politique sans être accusé de persécution, apporte des modifications substantielles à la loi de 1905. Un nouveau texte, la loi du 13 avril 1908, permet au clergé de garder l’usage des églises qu’il est réputé occuper sans titre juridique. Cette disposition législative perdurera jusqu’en 1924, date à laquelle le pape Pie XI autorisera les catholiques français à former des associations cultuelles conformément à la loi de 1905, mais agissant « sous l’autorité de l’évêque, en communion avec le Saint-Siège et conformément à la constitution de l’Église catholique »130.

  • 131 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 6, samedi 11 février 1933, p. 60.

117Bien plus tard, Mgr de Llobet écrira à propos de cette année 1906 : « L’Église a été dépossédée de ses biens, de ses rentes, de ses meubles, de ses locaux. Un soir d’hiver, en plein décembre, elle ’na eu pour elle que la rue [...]. Les Séminaires ne sont plus. Le palais épiscopal ’na plus d’hôte. Saint-Louis et l’École du Sanctuaire sont fermés, confisqués. Quelle institution humaine, je vous le demande, eût résisté à pareille tempête ? »131. Mais de cette épreuve, l’Église gagne une plus grande indépendance. Ainsi le 25 février 1906, le pape Pie X choisit et nomme souverainement quatorze nouveaux évêques sans avoir à demander une quelconque autorisation au gouvernement français. Nommés par Rome et non plus par Paris, ces nouveaux prélats auront une attitude plus pugnace vis-à-vis du gouvernement.

118Les élections législatives de mai 1906 sont attendues avec une grande impatience et un grand espoir par les catholiques, qui espèrent d’une part sanctionner la politique gouvernementale et d’autre part reconquérir le pouvoir afin de modifier la loi de Séparation, d’autant que l’agitation due aux opérations d’inventaire a troublé la perception de la réalité politique de nombreux catholiques. Ces événements ayant été amplifiés par la presse catholique, ont alimenté un espoir aussi démesuré que faussé.

119D’une certaine manière, ces élections législatives sont perçues et voulues comme une sorte de référendum populaire sur la loi de 1905 et elles se sont déroulées dans un contexte de tensions sociales et économiques particulièrement graves.

120À l’échelle nationale, le premier tour de scrutin dessine une victoire de la gauche que le second tour confirme en tous points. Le département des Pyrénées-Orientales ne fait pas exception.

  • 132 Ibid., n° 7, samedi 17 février 1906, p. 103-104 : « c’est pécher gravement, très gravement, c’est c (...)
  • 133 Ibid., n° 17, samedi 28 avril 1906, p. 265-270.

121Pourtant l’Église s’est jetée dans la bataille électorale et s’est engagée ouvertement pour un vote sanction. Dans sa lettre pastorale du 17 février 1906, Mgr de Carsalade du Pont promet une punition divine aux mauvais électeurs catholiques au même titre que celle encourue par les bourreaux du Christ132. La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan multiplie ses attaques contre les francs-maçons qui sont traités de : « francs-mouchards », « punaises des loges », « cafards du Grand-Orient », « ordure maçonnique qui nous infecte et nous empoisonne »133.

  • 134 Emmanuel Brousse est élu grâce au soutien de l’Église roussillonnaise comme le montre l’étude de Ro (...)

122Lors du premier tour, sont élus Edmond Bartissol, républicain progressiste, Jean Bourrat, radical-socialiste, et Emmanuel Brousse134, républicain. Pour l’arrondissement de Céret, il faut attendre le second tour pour voir l’élection de Paul Pujade, radical-socialiste. L’électorat roussillonnais n’a pas sanctionné la politique de séparation bien au contraire. Par deux fois, en 1902 puis en 1906, les espoirs démocratiques du parti clérical ont été déçus aussi bien à l’échelle nationale que locale.

123La séparation des Églises et de l’État trouve donc une approbation telle qu’elle ne peut plus, à ce moment-là, être remise en question. Une nouvelle ère commence.

Notes

1 CABANEL, Patrick et DURAND, Jean-Dominique (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises 1901-1914, Paris, éd. du Cerf, 2005.

2 DANSETTE, Adrien, Histoire religieuse de la France contemporaine, Paris, Flammarion, p. 415.

3 BOYER, Alain, « Aspects juridiques des lois de 1901 et de 1904 sur les congrégations » in Le grand exil des congrégations religieuses françaises, op. cit., p. 45.

4 SORREL, Christian, La République contre les congrégations, histoire d’une passion française 1899-1904, Paris, éd. du Cerf, p. 229.

5 FOXONET, Francesc, L’Església i la Catalanitat a la Catalunya del Nord, vol. 2, op. cit., p. 432.

6 WALDECK-ROUSSEAU, 28 octobre 1900, discours de Toulouse.

7 La Croix des P.-O., n° 417, 7 avril 1901.

8 Ibid., n° 443, 20 septembre 1901.

9 Ibid., n° 447, 27 octobre 1901.

10 ADPO, 1Z261.

11 Ibid.

12 La Croix des P.-O., n° 464, 23 février 1902.

13 Ibid., n° 440, 8 septembre 1902.

14 Le Roussillon, n° 89, mercredi 16 avril 1902 (Les majuscules sont dans le texte original).

15 La Croix des P.-O., n° 472, 20 avril 1902.

16 Le Roussillon, n° 169, lundi 21 juillet 1902.

17 La Croix des P.-O., n° 489, 17 août 1902.

18 La Lanterne, 3 mai 1903.

19 Le Roussillon, n° 268, lundi 17 novembre 1902.

20 Semaine Religieuse du diocèse de Perpignan, n° 30, samedi 23 juillet 1904.

21 Ibid., n° 29, samedi 16 juillet 1904, p. 480.

22 Le Roussillon n° 94, mercredi 22 avril 1903. Le Roussillon n° 89, jeudi 16 avril 1903 : « Nous disons avec plus d’indignation que de stupeur car nos concitoyens savent que l’ex-Assomptionniste [Émile Combes], poussé par les loges, au service des synagogues, est capable de tout ».

23 ADPO, 2V51.

24 Ibid., rapport du 20 avril 1903.

25 Ibid., 2V49, rapport du commissaire spécial de police au sous-préfet, 5 mai 1903.

26 Ibid., 2V51, lettre du 3 mai 1903.

27 Ibid., lettre du maire au sous-préfet, 3 mai 1903.

28 Ibid., lettre du maire au ministre, 3 mai 1903.

29 Ibid., 2V50, délibération du conseil municipal, 6 mai 1903 : « considérant que depuis des temps immémoriaux les habitants d’Angoustrine vont en procession célébrer un office religieux à la dite chapelle. Considérant qu’ils seraient très contrariés s’ils ne pouvaient accomplir leur pèlerinage traditionnel ».

30 Ibid., « la commune y trouverait plutôt avantage qu’inconvénient » à la réouverture de la chapelle.

31 Ibid., « je prévois que la part dévote de Catllar, qui s’y rend annuellement en pèlerinage, ne manquera pas de jeter de hauts cris – sans aucun motif légitime sans doute – mais en matière de protestation contre le régime actuel ».

32 Ibid., lettre du maire au sous-préfet, 5 mai 1903.

33 Ibid., 2V49, rapport du commissaire spécial de police de Prades, 5 mai 1903.

34 Ibid.

35 Ibid., 2V51, note au vicaire-général Roca, 27 mai 1903.

36 Ibid., 2V50, lettre du maire au sous-préfet, 3 mai 1903.

37 Ibid., 2V49, rapport du sous-préfet de Prades, 25 avril 1903.

38 Ibid., chapelle Saint-Jean-Baptiste de Codalet, rapport du commissaire spécial de Prades, 5 mai 1903. Ou encore pour la chapelle de Saint-Christophe de Llugols : « c’est le curé de Ria qui y dit les offices ».

39 Ibid., 2V49, lettre du sous-préfet, 24 avril 1903.

40 Ibid., rapport au préfet, 5 mai 1903.

41 Ibid., 2V49, rapport du sous-préfet, 25 avril 1903.

42 Ibid., 10 mai 1903.

43 Ibid., La République, 5 mai 1903.

44 L’Indépendant, 6 mai 1903. Ce journal utilise l’artifice du courrier des lecteurs pour demander le maintien en activité de telle ou telle chapelle.

45 ADPO, 2V50.

46 Ibid.

47 Ces dates sont importantes car elles déterminent le moment d’application de la loi puisque : « Les lois sont exécutoires dans tout le territoire français en vertu de la promulgation qui en est faite par le président de la République » (Code civil, article 1, alinéa 1er). Le texte précise ensuite que l’application de la loi ne peut avoir lieu qu’à partir du moment où le public peut en avoir connaissance (article 1, alinéa 2), c’est-à-dire un jour franc après l’arrivée du Journal officiel au chef-lieu de l’arrondissement.

48 Circulaires du 22 décembre 1882, du 22 janvier 1883 et du 17 avril 1905. Ces textes prévoient que le double de l’inventaire doit être déposé en mairie.

49 ADPO, série V, Meubles et objets d’art contenus dans les églises, cité par Myriam Avid dans son mémoire de maîtrise, La crise des inventaires dans les Pyrénées-Orientales, Université de Montpellier Paul Valéry, octobre 1979, p. 25.

50 AVID, Myriam, op.cit., p. 26.

51 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 1, samedi 6 janvier 1906.

52 AVID, Myriam, op. cit.

53 La République des P.-O., n° 1190, 18 février 1906.

54 Ibid., n° 1210, 11 mars 1906.

55 La République des P.-O., n° 1143, mardi 2 janvier 1906 ; n° 1165, samedi 20 janvier 1906 ; n° 1188, vendredi 16 février 1906.

56 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 5, samedi 3 février, p. 64.

57 Cette résistance menée essentiellement par des royalistes ne fait pas l’unanimité dans le clergé. Ainsi l’abbé Mugnier, vicaire à l’église Sainte-Clotilde écrit dans son Journal : « Que cette anarchie catholique est loin de l’Évangile ! ».

58 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 7, samedi 17 février 1906, p. 110-111.

59 La République des P.-O., n° 1186, mercredi 14 février 1906.

60 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 7, samedi 17 février 1906, p. 112.

61 La Croix des P.-O., n° 673, dimanche 18 février 1906.

62 ADPO, 8V3 lettre du 12 février 1906.

63 Ibid., lettre du 14 février 1906.

64 Encyclique du pape Pie X, 11 février 1906.

65 MAYEUR, Jean-Marie, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, éditions ouvrières, 1991, p. 122 : « les procureurs généraux, dans leurs rapports, sont unanimes à relever que l’agitation consécutive aux inventaires prend plus d’ampleur au lendemain de la publication de l’Encyclique. Née pour une part des inventaires, l’Encyclique renforçait la détermination des catholiques jusque-là hésitants ».

66 La Croix des P.-O., n° 673, dimanche 25 février 1906 et n° 674, dimanche 4 mars 1906.

67 L’Indépendant, vendredi 23 février 1906.

68 Le Roussillon, n° 52, vendredi 2 mars 1906.

69 La République des P.-O., n° 1186, mercredi 14 février 1906. « Tout s’est passé dans le plus grand calme et dans l’indifférence complète de la population ». ou encore L’Indépendant, n° 44, mercredi 14 février 1906. « Pas d’incident à signaler ».

70 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 10, samedi 10 mars 1906, p. 165.

71 Une autre personne, en Haute Loire, décédera un peu plus tard des suites de ses blessures.

72 Le Roussillon, n° 58, vendredi 9 mars 1906.

73 La République des P.-O., n° 1211, lundi 12 mars 1906 : « Samedi, beaucoup d’ouvriers agricoles avaient quitté le travail par ordre de leur patron. Ce jour-là devait avoir lieu l’inventaire de l’église de Saint-Hippolyte ».

74 Ibid., n° 1208, vendredi 9 mars 1906.

75 Le Roussillon, n° 304, vendredi 14 décembre 1906.

76 La République des P.-O., n° 1209, samedi 10 mars 1906.

77 Ibid., n° 1192, mardi 20 février 1906.

78 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 12, samedi 24 mars 1906, p. 1902-194.

79 AVID, Myriam, op. cit., p. 45-50. Un tableau chronologique indique les différents inventaires réalisés et leurs dates précises.

80 Il s’agit d’Arboussols, Rigarda, Saint Hippolyte, Trévillach et Villelongue-de-la-Salanque.

81 ADPO, 8V3. Une liste manuscrite, sans date et sans indication d’origine, porte, face aux noms des trois communes de Villelongue-de-la Salanque, Saint-Hippolyte et Trévillach la mention suivante : « Attendre. Risque de conflit sérieux ».

82 Le Roussillon, n° 284, mercredi 21 novembre 1906 : « al preu del meu sang si calia, les tresors a mi confiats ».

83 ADPO 8V5.

84 Ibid.

85 Le Roussillon, n° 284, mercredi 21 novembre 1906.

86 ADPO, 8V3, extrait de la protestation du curé de Canet.

87 AVID, Myriam, op. cit., p. 36.

88 Il s’agit de Saint-Hippolyte, de Trévillach et de Villelongue-de-la-Salanque.

89 Article 35 prévoit un emprisonnement de 3 mois à 2 ans pour « le ministre du culte qui aura directement provoqué à résister à l’exécution des lois ou des actes légaux ou qui aura essayé de soulever ou d’armer des citoyens les uns contre les autres et cela sans préjudice des peines de la complicité dans le cas où la provocation aurait été suivie d’une sédition, révolte ou guerre civile ».

90 La Croix des P.-O., n° 687, 3 juin 1906.

91 Le Roussillon, n° 52, samedi 2 mars 1907.

92 ADPO, 8V9.

93 Loi du 30 juin 1881, article 8. Chaque réunion doit avoir un bureau composé de trois personnes au moins. Le bureau est chargé de maintenir l’ordre, d’empêcher toute infraction aux lois, de conserver à la réunion le caractère qui lui a été donné par la déclaration, d’interdire tout discours contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs ou contenant provocation à un acte qualifié de crime ou délit. À défaut de désignation par les signataires de la déclaration, les membres du bureau seront élus par l’assemblée. Les membres du bureau et jusqu’à formation du bureau, les signataires de la déclaration sont responsables des infractions aux prescriptions des articles 6, 7, 8 de la présente loi ».

94 Selon l’article 2 de la loi du 30 juin 1881, toute réunion publique doit être précédée d’une déclaration indiquant le lieu, le jour et l’heure de la réunion. Cette déclaration doit être signée par au moins deux personnes dont l’une doit être obligatoirement domiciliée dans la commune où doit se tenir la réunion. La déclaration doit mentionner les noms, qualités et domiciles des déclarants, lesquels doivent jouir de leurs droits civils et politiques.

95 Encycliques Vehementer nos du 11 février 1906 et Gravissimo officii du 10 août 1906.

96 ADPO, 8V6, circulaire du 12 octobre 1906.

97 Le Roussillon, n° 308 du mercredi 19 décembre 1906, écrit que, contrairement à ce qu’avait annoncé L’Indépendant, les déclarations faites à Prats-de-Mollo et à Vinça ne sont pas du fait des prêtres de ces paroisses.

98 Ibid., n° 307, mardi 18 décembre 1906.

99 Ibid., n° 308, mercredi 19 décembre 1906.

100 ADPO, 8V6. Télégramme des sous-préfets de Prades et de Céret.

101 Dans une note adressée au ministre le 19 décembre 1906, le préfet donne le chiffre de quatre établissements pour la sous-préfecture de Prades.

102 ADPO, 8V6.

103 Ibid.

104 Ibid.

105 Le Roussillon, n° 22, samedi 26 janvier 1907.

106 Ibid., n° 40, samedi 16 février 1907.

107 Selon l’article 97 de la loi du 5 avril 1884.

108 Les édifices servant à l’exercice public du culte et mis à disposition de l’Église en vertu du Concordat, restent propriété de l’État, des départements ou des communes. Ils sont mis gratuitement à la disposition des associations cultuelles (articles 12 et 13 de la loi de Séparation).

109 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 50, samedi 15 décembre 1906, p. 806.

110 Ibid.

111 Propos de Mgr de Carsalade du Pont rapportés dans Le Roussillon n° 304 du vendredi 14 décembre 1906.

112 CORTADE, Eugène, Jules de Carsalade du Pont, l’évêque des Catalans, Perpignan, Société agricole, scientifique et littéraire, XCIXe volume, 1991, p. 129.

113 Le Roussillon, n° 310, vendredi 21 décembre 1906. Cela ressemble beaucoup à la célèbre réponse attribuée à Mirabeau lors de la réunion des États Généraux à Versailles.

114 Au début du mois de mars 1907, la cave de M. Molins-Carrère de Laroque-des-Albères a été perquisitionnée en vain par le juge d’instruction de Céret qui pensait qu’elle abritait la bibliothèque du collège Saint-Louis de Gonzague.

115 Entre autres, en janvier 1901, le maire de Canohès avait pris un arrêté d’interdiction de port de soutane dans sa commune.

116 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 50, samedi 15 décembre 1906, p. 809.

117 Le Roussillon, n° 74, jeudi 28 mars 1907. Cette guerre religieuse lui coûtera sa réélection. À la suite de plaintes pour des infractions lors de l’élection municipale de Pollestres, le conseil d’État l’annule et le vendredi 19 avril les nouvelles élections, menées dans ce climat d’opposition entre les anticléricaux intransigeants et les cléricaux, voient la victoire de la liste dite libérale par 145 voix contre 90. Le Roussillon, du samedi 20 avril 1907, annonce ces résultats en écrivant : « La fin d’une tyrannie ».

118 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 43, samedi 26 octobre 1907, p. 697-698.

119 La loi de Séparation prévoyait que « les ministres des cultes actuellement salariés par l’État [...], recevront, pendant quatre ans à partir de la suppression du budget des cultes, une allocation égale à la totalité de leur traitement pour la première année, aux deux tiers pour la deuxième, à la moitié pour la troisième, au tiers pour la quatrième » (article 11, alinéa 5).

120 Le Roussillon, n° 24, mardi 29 janvier 1907.

121 Ibid., n° 9, vendredi 11 janvier 1907.

122 Ce qui était, à ce moment, interdit par la loi de Séparation.

123 Le Roussillon, n° 48, mardi 26 février 1907.

124 La Croix des P.-O., n° 732, 14 avril 1907. La même situation se retrouve à Sournia où le préfet annule par deux fois la décision du conseil municipal (La Croix des P.-O., n° 736, dimanche 12 mai 1907) ou encore à Elne (La Croix des P.-O., n° 727, dimanche 10 mars 1907). Au Soler, la location du presbytère fut fixée par le conseil municipal à 200 francs à l’année mais le préfet estime que ce n’est pas suffisant et la fixe à 250 francs (L’Indépendant, n° 40, dimanche 10 février 1907).

125 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 4, samedi 27 janvier 1906, p. 49-53.

126 Ibid., n° 9, samedi 3 mars 1906, p. 140 : « La suppression du budget des cultes doit avoir pour effet, non seulement de chercher à reconstituer, dans la mesure du possible, le traitement supprimé, mais encore de diminuer les dépenses nécessaires auxquelles nul prêtre ne peut se soustraire, je veux dire celles relatives au vêtement et à la nourriture ».

127 Voir biographie.

128 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 26 du samedi 29 juin 1906, présente cette association dans ces termes : « ce n’est pas assurément une chose banale que de voir une Semaine religieuse présenter une liqueur au public. C’est vrai ; mais rien n’est industrieux comme la nécessité ; or, procurer aux prêtres le pain de chaque jour, n’est-ce pas, à l’heure actuelle, une des premières nécessités de l’Église de France ? C’est à cela que va être employée la liqueur du Canigou ».

129 Cortade, Eugène, op. cit., p. 134

130 Encyclique Maximam gravissimamque, 18 janvier 1924.

131 La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 6, samedi 11 février 1933, p. 60.

132 Ibid., n° 7, samedi 17 février 1906, p. 103-104 : « c’est pécher gravement, très gravement, c’est coopérer directement à la persécution que de soutenir de son vote les persécuteurs. Un catholique ne peut sans abjurer sa foi, sans renier son baptême, sans perdre toutes ses espérances de salut, tous ses droits à la Rédemption, en un mot, sans se retrancher du sein de l’Église, voter pour des hommes qui font profession publique d’impiété et d’hostilité ouverte contre la Religion ». Et un peu plus loin, dans le même numéro, on peut lire qui sont les mauvais candidats que les fidèles doivent sanctionner : « Le pire de tous, c’est le franc-maçon. La franc-maçonnerie est une institution hypocrite [...]. Dès qu’un homme est reconnu franc-maçon, écartez-le impitoyablement comme une peste ».

133 Ibid., n° 17, samedi 28 avril 1906, p. 265-270.

134 Emmanuel Brousse est élu grâce au soutien de l’Église roussillonnaise comme le montre l’étude de Robert Saut, « Les élections législatives de 1906 en Cerdagne », BSASL, XCIVe volume, Perpignan, 1986.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search