Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Chapitre IV. De nouvelles cérémonies civiles

Texte intégral

1La résistance aux différentes formes d’occupation de l’espace public par l’Église catholique s’affirme et s’amplifie au rythme des succès électoraux des républicains. Ce sont en grande partie des francs-maçons, mais surtout les libres penseurs qui sont à la pointe de ce combat, d’où les réactions de plus en plus véhémentes de l’Église catholique contre ces militants et leurs associations.

2Si francs-maçons et libres penseurs se sont efforcés de lutter contre des pratiques et des croyances qu’ils jugeaient inacceptables et d’un autre temps, ils ont également, mais cette fois-ci avec moins de succès, tenté de substituer aux rituels religieux des grands passages de la vie, des rituels civils et laïcisés.

L’IMPLANTATION DE LA LIBRE PENSÉE

3La franc-maçonnerie, moins discrète qu’aujourd’hui, fait publier régulièrement dans la presse locale des comptes rendus sur ses activités caritatives et son soutien à l’école laïque. Son action publique se situe donc sur un terrain longtemps monopolisé par l’Église.

  • 1 Il s’agit de : Paul Massot, Lazare Escarguel, Jean Laffon, Pierre Lefranc et Paulin Testory.
  • 2 CHAUVET, Horace, La politique roussillonnaise (De 1870 à nos jours), op. cit., p. 31.

4Trois loges sont actives à Perpignan, celle de l’Union créée en 1758, celle de Saint-Jean des Arts et de la Régularité créée en 1766 et celle des Amis de la Parfaite Union datant de 1790. Les francs-maçons affiliés au Grand Orient sont davantage engagés dans le combat républicain et anticlérical, ce qui se traduit en 1877 par la disparition de toute référence au « Grand Architecte » dans leurs statuts. Lors de la re-fondation du journal républicain L’Indépendant en 1868, cinq administrateurs sur sept sont des francs-maçons dûment répertoriés1. Preuve de l’activité, voire de l’activisme républicain de certaines loges roussillonnaises, une des premières mesures de Félix Trancart, le nouveau préfet nommé à la suite du 16 mai 1877, a été de fermer la loge des Amis de la Parfaite Union où se réunissaient les républicains2.

  • 3 ADPO, 4M299.

5Les rapports entre les différentes obédiences maçonniques sont le reflet des idéologies des individus qui les composent et donc les loges peuvent mener entre elles des guerres intestines. Ainsi, dans une lettre adressée au préfet, un franc-maçon se lamente de ce que la loge des Amis de la Parfaite Union ait été fermée, et il dénonce la loge de l’Union comme étant « un foyer de réaction où il se joue un jeu d’enfer et où il se gagne ou se perd jusqu’à 30 ou 40000 francs » espérant ainsi obtenir sa fermeture3.

  • 4 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 29, samedi 17 juillet 1880, p. 451.

6Quant à la presse catholique, elle présente la franc-maçonnerie comme « le temple de celui qui s’est révolté contre Dieu », comme « un cancer qui depuis un siècle ronge la France et par la France, l’Europe et le monde »4. Cette dénonciation va crescendo avec le temps et l’adoption de lois perçues comme manifestement anticléricales et suscitées par la franc-maçonnerie. Le journal La Croix des P.-O. se distingue par un anti-maçonnisme viscéral, associé à un antisémitisme que l’Affaire Dreyfus fait éclater au grand jour.

  • 5 PELLICER, Marcelle, Claira son église, témoin de son histoire (962-1932), Perpignan, Association po (...)

7Mais ce sont les associations de Libre Pensée dont certains membres se retrouvent dans les loges, qui ont été le véritable fer de lance de la lutte anticléricale, voire anti-religieuse. La Libre Pensée prend naissance et se développe dans les Pyrénées-Orientales dans les années 1880. La première mention de l’existence dans le département d’une telle association est la convocation pour le dimanche 26 septembre 1880 des membres de la Libre Pensée de Perpignan, parue dans L’Indépendant. Le peu de documents conservés aux Archives départementales ne nous permet pas de connaître l’exacte implantation des sociétés de libre pensée. Seuls sont conservés les statuts de la Libre Pensée de Perpignan (6 mars 1880), d’Elne (1er juin 1881) et de Vingrau (12 mars 1892). Marcelle Pellicer, dans son étude consacrée à Claira, a montré l’existence d’une société de Libre Pensée qu’elle date du début des années 1880, mais elle ajoute que malheureusement « les archives de cette société ont été détruites par la femme d’un libre penseur pendant la guerre de 1914 »5. La lecture du journal Le Radical nous apprend qu’il existait une société de Libre Pensée à Rivesaltes en 1886 et La République des P.-O. complète notre information en citant les associations de Pia, Ponteilla, Saint-Féliu et Arles-sur-Tech pour l’année 1903, celles de Saint-Génis-des-Fontaines en 1904 et de Trouillas en 1906.

  • 6 Ranonéda, Joseph, « Thérèse Rocher, une conférencière libre penseuse en Roussillon (sept.-nov. 1880 (...)

8Ces sociétés, dont les statuts sont très semblables, ont pour objectif premier la reconnaissance du principe de liberté de conscience et sa diffusion « par tous les moyens légaux, notamment par l’instruction, la presse, les conférences, les discussions ». C’est d’ailleurs dans cette perspective que, de septembre à novembre 1880, Thérèse Rocher vient dans notre département donner toute une série de conférences pour présenter la Libre Pensée et dénoncer le cléricalisme sous toutes ses formes6. Ces conférences sont annoncées par voie de presse, et L’Indépendant rend compte abondamment de ces déplacements et de leurs répercussions auprès des populations locales.

9Ainsi à Rivesaltes, où débute la tournée de Thérèse Rocher, « la salle de réunion de la Société de secours mutuels était comble », à Ille-sur-Têt « jamais rien ’navait attiré autant de foule ». La présence des autorités locales renforce le poids de ces conférences. À Espira-de-l’Agly mais aussi à Millas, « le Maire a présidé la conférence », à Prades ont assisté « M. le Maire, des conseillers d’arrondissement et l’élite républicaine », à Collioure la municipalité a prêté la salle de la mairie. Le lien entre la Libre Pensée et la République se retrouve à chaque moment : à Peyrestortes « la musique, profitant des moments de répit, jouait la Marseillaise », à Ille-sur-Têt on apprend que la séance « a été levée au cri de : Vive la République ! ».

10Dans ses conférences, Thérèse Rocher dénonce les méfaits « de cette arme terrible des jésuites et du cléricalisme : la confession », et affirme que « pour bâtir une République sur un terrain autre que du sable, il faut arracher la femme de cette boîte à mensonges qu’on appelle le confessionnal », et donc, pour cela, les républicains doivent déclarer la « guerre au cléricalisme. Guerre sans trêve ni merci au jésuitisme jusqu’à ce qu’ils ne seront plus ». La Libre Pensée fait de la mise en place de la République un élément majeur de son combat quotidien, mêlant liberté de conscience et régime républicain.

11Si on tient compte des implantations connues des sociétés de Libre Pensée, et de celles hypothétiques que l’on peut déduire en croisant diverses informations comme les incidents anticléricaux, l’existence d’enterrements civils ou même l’itinéraire des conférences de Thérèse Rocher, se dessine alors un département où alternent des zones de forte implantation de la Libre Pensée dans la plaine roussillonnaise autour de Perpignan, des zones de moindre dynamisme aux marges de cette plaine et des zones apparemment réfractaires comme la Cerdagne, le Capcir ou le Vallespir. Bien sûr ces espaces ne sont pas homogènes, nombre de localités de la plaine roussillonnaise peuvent apparaître comme réfractaires et à l’inverse, dans la zone réfractaire, existent çà et là des localités davantage travaillées par les idéaux de la libre pensée. Cependant dans un département qui bascule rapidement à gauche et qui se radicalise, il semblerait que ce mouvement politique n’ait pas eu de traduction plus nette dans la diffusion et la création de sociétés de Libre Pensée.

LE VENDREDI DIT SAINT

12Au cours des siècles, ceux qui ont voulu montrer leur rupture par rapport aux règles et aux croyances de l’Église, ont transgressé volontairement l’obligation de faire maigre le vendredi ou durant certaines périodes du calendrier liturgique, à l’exemple des Libertins ou de certains philosophes des Lumières.

13Cependant l’usage du banquet gras, annoncé à grand renfort de publicité, est relativement tardif. Il ne date que du deuxième tiers du XIXe siècle. Les réactions outrées de la presse catholique au banquet offert par Sainte-Beuve le 10 avril 1869 seraient à l’origine des banquets modernes dits du vendredi saint.

14Les libres penseurs ont estimé que la transgression publique et volontaire du vendredi saint pouvait être une occasion de défier les autorités ecclésiales, de manifester leur hostilité contre des dogmes jugés dépassés, et de démontrer que ce sacrilège n’entraîne rien de dommageable dans la vie des transgresseurs. Mais c’est encore avec l’installation de la « République des républicains » à la fin des années 1870 qu’on assiste à la multiplication de ces banquets sur le territoire national et dans les Pyrénées-Orientales. Durant ces agapes, les convives mangeaient gras et donc beaucoup de charcuterie, d’où la qualification de « saucissonniers » donnée par les cléricaux aux « libres pansards ». On peut supposer que ces réunions de la Passion donnaient lieu à des discours, à des toasts, à des chansons brocardant la gent cléricale. Peut-être même des parodies pouvaient s’y dérouler, mais aucun témoignage ne permet d’en savoir plus.

  • 7 Le Républicain des P.-O., no 198, dimanche 8 avril 1882.

15Le premier de ces banquets annoncés par voie presse est celui organisé le vendredi 7 avril 1882 à l’hôtel de France à Perpignan. Il réunit plus de « cent cinquante convives parmi lesquels on remarquait plusieurs citoyennes »7. L’annonce de ce « banquet anti-superstitieux » nous apprend que la participation coûtait trois francs par convive, et que les organisateurs ont dû refuser plus de cent personnes par manque de place.

  • 8 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 18, samedi 30 avril 1892, p. 281, cité par Francesc (...)

16La mission paroissiale de 1892 à Corneilla-la-Rivière a donné lieu à une passe d’armes entre libres penseurs et le missionnaire capucin, le Père Laurent. Effectivement des libres penseurs de Perpignan étaient venus à Corneilla-la-Rivière pour troubler la mission mais renonçant à leurs projets initiaux, ils invitèrent le missionnaire « au dîner gras du Vendredi-Saint. Cette grossièreté mit le comble à l’exaspération des habitants de Corneilla ». L’article de la Semaine religieuse du diocèse de Perpignan montre la confusion que faisaient certains catholiques entre libre penseur et franc-maçon : « les chevaliers du saucisson qui avaient eu l’impertinence d’inviter le Père Laurent au banquet du Vendredi Saint ne sont pas originaires de Corneilla, pour le moment notre paroisse ne compte aucun des siens enrôlés sous la bannière franc-maçonnique de Satan »8.

LES BAPTÊMES CIVILS

17Le baptême est l’acte par lequel un individu signifie publiquement son intégration à la communauté chrétienne. La plongée dans l’eau symbolise la fin de l’ancienne vie et la sortie, la naissance d’un nouvel homme, purifié de ses péchés grâce au sacrifice du Christ. C’est donc par essence un acte religieux et chrétien.

  • 9 Le Républicain des P.-O., no 312, lundi 11 septembre 1882. Allocution prononcée à Perpignan lors du (...)

18Le baptême civil d’un jeune enfant marque son agrégation à la communauté civile et républicaine. Cette cérémonie permet de solenniser les naissances sans avoir besoin de passer par l’Église, mais elle a embarrassé plusieurs libres penseurs soucieux de ne pas re-créer une nouvelle religiosité ou une nouvelle religion sous prétexte de rejet du catholicisme. D’ailleurs, Justin Alavaill, rédacteur en chef du Républicain des P.-O. et président de la Libre Pensée des P.- O., demande dans les colonnes de son journal « qu’on laisse aux chrétiens la coutume du baptême » et déclare que « pour rompre avec le baptême nous ne voyons qu’un moyen infaillible : il ’ny a qu’ à pas baptiser ». À la place de la cérémonie traditionnelle du baptême, il préconise, de donner plus de solennité à la déclaration à la mairie puis de fêter l’événement. Lors d’un baptême civil de ce type, Justin Alavaill prononce une allocution dans laquelle il déclare que « la seule manière logique de baptiser civilement les enfants est de ne pas les baptiser du tout. La libre pensée ’nest pas une religion nouvelle qui doive se greffer sur les simagrées catholiques. Du baptême religieux, il ne faut conserver que le parrainage »9.

19En 1894, l’Assemblée nationale des libres penseurs de France demande à ses adhérents d’éviter toute « contrefaçon des rites », montrant ainsi son opposition à toute cérémonie civile, copie d’une cérémonie religieuse.

20Dans le département, à Rivesaltes en 1878, s’est déroulé un « baptême républicain ». Cette cérémonie a eu lieu dans l’église même, l’enfant étant enroulé dans le drapeau national. Il ne s’agit donc pas en l’occurrence d’un baptême civil, mais d’un baptême civique qui n’a pas, semble-t-il, posé de problème de conscience au curé de Rivesaltes.

21Par contre, en 1882, deux baptêmes civils ont été célébrés à Perpignan et un à Pollestres. Pour le baptême du jeune Auguste Rigaill, la famille et les invités étaient « réunis dans la cour de leur maison. Pour les circonstances, on avait orné les murailles de la cour de guirlandes et de drapeaux tricolores ». Après le baptême, déclaré « au nom de la République universelle » puis la prononciation d’une allocution par Justin Alavaill, « on a mangé des gâteaux, bu du bon vin et de l’excellente bière. On a chanté des couplets patriotiques ».

  • 10 Ibid., no 199, mardi 11 avril 1882.

22Quant au baptême civil de Pollestres, il fut plus solennel avec la présence du maire et d’Élie Alavaill, conseiller général du canton de Millas. Un cortège composé de plusieurs centaines de personnes a fait le tour du village au son de La Marseillaise pour se rendre à la mairie où a eu lieu la cérémonie. Puis, toujours en musique, le cortège est revenu devant la maison de la famille Trémi10.

23Le 4 février 1883 à Oms, c’est un autre baptême civil qui est signalé dans un faire-part publié par L’Indépendant : « Les Républicains de la commune d’Oms ont le plaisir de la trop rare occasion d’inviter leurs amis voisins au baptême civil de l’enfant Mirepeix. Il est nécessaire que cette cérémonie se célèbre avec le plus d’éclat possible afin que chacun en conserve un fidèle souvenir ».

24Le baptême civil qui s’est déroulé le 17 juin 1894 à Elne est civil par défaut. Effectivement, les parents de la jeune fille à baptiser étaient mariés civilement, mais ils sollicitent tout de même l’abbé Molins, curé-doyen d’Elne, pour un baptême religieux. Celui-ci propose aux parents soit de régulariser leur mariage, soit d’avoir un baptême nocturne et sans sonnerie de cloche. Les parents, ne voulant ni d’un mariage religieux ni d’un baptême au rabais, organisèrent un baptême civil en plein jour, à 5 heures de l’après-midi sur la place publique au son du tambour et du clairon, avec un parrain et une marraine.

25Le chantage au baptême civil est utilisé par nombre de couples mariés civilement afin d’obtenir un baptême religieux pour leur enfant : vrai cas de conscience pour les prêtres qui, sollicités comme en 1896 à Corbère, se tournent vers sa hiérarchie pour savoir ce qu’ils doivent faire. On peut imaginer que quelques prêtres ont dû fermer les yeux devant la rigueur des règlements, afin ne pas provoquer la désapprobation de la population parmi laquelle ils vivaient, mais aussi pour sauver l’âme du baptisé, tout en espérant ramener ses parents dans le giron de l’Église.

  • 11 Malheureusement, on ne trouve plus trace de ce registre spécial ni à la mairie ni aux Archives dépa (...)
  • 12 Registre des délibérations de Canohès, séance du 17 novembre 1892.

26La réticence de certains libres penseurs à parodier un rituel catholique, l’hostilité des femmes, plus nombreuses que les hommes à fréquenter les églises, la tolérance de quelques prêtres, ont joué contre la diffusion de cette cérémonie civile qui n’a connu que peu d’échos dans le département, mais aussi dans le reste de la France. Cependant on peut imaginer que le nombre de baptêmes civils a été bien plus élevé que ces rares traces trouvées dans les archives ou dans la presse. Effectivement, dans le registre de délibérations du conseil municipal de Canohès, on apprend que, lors de la séance du 17 novembre 1892, à l’initiative du maire Jean Gony, les conseillers présents ont voté à l’unanimité une motion qui prévoyait la tenue d’un registre spécial pour les baptêmes civils et que toutes ces cérémonies seraient présidées par le maire11. Cette décision a été prise « en vue de soustraire l’enfant à la domination de l’Église sans le priver toutefois d’un parrain et d’une marraine, qui à défaut de ses pères et mère s’engageraient à tenir lieu de parents ». Décision manifestement militante et dont un des objectifs est de « faire un pas ferme vers la séparation des Églises et de l’État », et qui conclut en affirmant qu’il est « du devoir de toute assemblée réellement républicaine, de s’affranchir des idées rétrogrades et du fanatisme qui ont tenu pendant des siècles le peuple dans l’ignorance »12.

LES MARIAGES CIVILS

27Le mariage civil est la norme légale. C’est lui et lui seul qui vaut mariage en droit français. Il est juridiquement suffisant et antérieur à toute autre cérémonie facultative, religieuse ou civile.

28Le mariage civil militant qui, à la cérémonie civile légale, superpose une seconde cérémonie civile ou qui se revendique ouvertement contre les valeurs de l’Église, reste l’exception. La polysémie de l’expression « mariage civil » exige une clarification. La plupart du temps, le mariage civil décrié par l’Église n’est en fait que le mariage tel qu’il est prévu par la loi et non une cérémonie d’engagement antireligieux. Si de plus en plus de mariages ne se font qu’à la mairie, cela est dû à la diffusion de l’indifférence religieuse mais aussi à des raisons plus terre à terre comme le coût financier de cérémonies religieuses que nombre de familles ont du mal à supporter.

  • 13 Lettre pastorale et mandement de Monseigneur l’évêque de Perpignan, Latrobe, 1880, p. 11.

29L’Église s’est inquiétée de la multiplication de ces mariages uniquement civils. Dans sa lettre pastorale du 2 février 1880, Mgr Caraguel dénonce les libres penseurs comme étant les auteurs occultes de cet état de fait : « non seulement ils [les libres penseurs] veulent l’éducation sans Dieu, mais ils s’agitent encore pour arriver également au mariage sans Dieu. Ce sont eux, nous ’ny mettons pas le moindre doute, qui ont commencé à déchristianiser l’acte essentiellement religieux chez tous les peuples, surtout chez les chrétiens pour lesquels il est un sacrement, en inventant ce qu’ils ont appelé le mariage civil »13.

  • 14 Voir le chapitre sur « La querelle des manuels scolaires ».

30C’est d’ailleurs la présentation du mariage civil dans certains manuels d’instruction civique de 1880 qui a conduit les autorités ecclésiastiques à leur interdiction14. Certains prêtres sont plus sensibilisés que d’autres à cette question et consacrent une grande partie de leur ministère à réhabiliter ces mariages.

31Ainsi l’abbé Molins à Elne, en 1892, écrit à Mgr Gaussail pour lui dire que sa paroisse « est affligée du scandale des mariages civils : j’en connais vingt-cinq sans compter les autres concubinages publics ; je connais huit de ces derniers. Pour un rien, sans pudeur, on se contente d’un mariage civil ». Selon le curé de Port-Vendres, Elne semble avoir une réputation solide en la matière, car « deux jeunes filles étaient venues s’établir dans son ancienne paroisse [Canohès] et toutes les deux se marièrent à la mairie. Comme le curé leur en fit le reproche : « Oh, à Elne, cela se fait ainsi ! » répondirent-elles sans rougir ». L’abbé Molins, désireux de lutter efficacement contre ces unions, demande à son évêque l’autorisation d’être moins strict dans l’application du règlement pour les dispenses de publicité, de parenté ou de frais de mariage, mais l’évêque refuse tout accommodement.

32Le nombre des mariages civils à Elne, malgré les efforts du curé, est en augmentation, puisqu’en 1896 il y a « cinquante-six mariages civils ou mésalliances de personnes résidant à Elne et soixante-douze en y comprenant les personnes qui ont quitté Elne ». Pourtant, pour régulariser un seul mariage civil, l’abbé Molins n’hésite pas à se rendre à « Port-Bou pour faire bénir une de ces unions de personnes vivant en concubinage ». Et il ajoute : « J’y ai travaillé pendant un an ».

33Ces unions civiles touchent aussi les petites paroisses. En 1892 à Mantet, l’abbé Guisset, nouvellement nommé découvre qu’il existe deux mariages civils, dont un est dû au fait que l’ancien curé avait demandé 15 francs pour obtenir une dispense de parenté. Les futurs mariés ne voulant (pouvant ?) donner que 10 francs, se sont contentés d’un mariage civil.

34Ces mariages deviennent de plus en plus nombreux, conséquence d’un détachement religieux que l’Église, par des positions trop rigides, a contribué à développer. Mais l’indifférence n’étant pas la défiance, cela peut expliquer que nous n’ayons pas trouvé de mariage civil militant pour cette période.

LES ENTERREMENTS CIVILS

35La Révolution française a ébranlé le monopole des sépultures détenu par l’Église catholique en créant un nouveau type d’obsèques : les obsèques volontairement civiles. Cette brèche a perduré et s’est même agrandie avec le temps.

  • 15 Émile LITTRÉ (1801-1881) a rédigé de 1863 à 1873 son Dictionnaire de la langue française. Reçu à l’ (...)

36L’Église a essayé d’enrayer cette dynamique en traitant par le mépris ces enterrements « si vils », ces « enfouissements ». Elle est allée aussi solliciter au chevet des agonisants un changement d’attitude, aidée bien souvent par les familles elles-mêmes. L’exemple du baptême à l’article de la mort de l’académicien Émile Littré, franc-maçon et libre penseur notoire cédant aux pressions de son épouse et d’un prêtre, a montré aux libres penseurs la nécessité d’empêcher les prêtres d’accéder au chevet des mourants fragilisés par l’agonie des derniers instants15.

  • 16 Le Républicain des P.-O., no 187, lundi 27 mars 1882.

37Cette inquiétude d’une possible récupération explique qu’en 1876, à Arles-sur-Tech, des libres penseurs « ont entouré nuit et jour le chevet du lit » de Jean Batlle ; qu’en 1882, Assiscle Marty « a demandé que l’on éloignât les prêtres de son chevet et de son cercueil »16 ; qu’en 1893, le desservant d’Err a bien « tenté plusieurs fois d’approcher d’un malade, mais son accès lui a toujours été impossible sous prétexte qu’il ’navait pas besoin du prêtre et qu’il voulait se faire enterrer civilement » ; qu’en 1897, à Amélie-les-Bains, la mère de Joseph Roca « connu pour son impiété et marié civilement » a reçu l’abbé Lacant, mais ne lui pas permis de voir son fils, tout au plus lui a-t-elle promis de le tenir au courant de cette démarche.

  • 17 Ibid., no 177, jeudi 16 mars 1882.
  • 18 Le Républicain des P.-O., no 118, mercredi 29 mars 1882 : « Tandis que samedi dernier, les fils d’A (...)
  • 19 Ibid., no 444, lundi 19 février 1883.

38Parfois, sous le poids de la pression sociale ou des croyances personnelles, les familles ne respectent pas les dernières volontés du défunt. En 1882, la famille du « citoyen Sitja », qui avait été le premier des Laurentins à faire partie de la société de Libre Pensée, est dénoncée par Le Républicain des P.-O. car elle « a appelé un prêtre quand le malheureux était déjà à l’agonie, ne pouvant plus protester. L’homme noir s’est emparé du cadavre » et l’enterrement fut religieux17. La même année, Le Républicain signale une autre modification de la volonté du défunt à Villelongue-de-la-Salanque18. En 1883, à Opoul, malgré la volonté de sa veuve, la famille Pagès opte pour un enterrement religieux, soutenue en cela par le prêtre et la municipalité cléricale d’où l’indignation du rédacteur du Républicain des P.-O. : « cadavre de franc maçon et d’athée, quelle proie pour l’Église »19.

39Pour éviter, soit les défaillances de dernière minute, soit une décision familiale contraire aux convictions du défunt, les libres penseurs s’engagent par testament à être enterrés civilement et à participer aux enterrements de leurs camarades. Ils espèrent ainsi que leurs dernières volontés seront respectées.

  • 20 ADPO, 4M302.

40La société de Libre Pensée d’Elne, à l’article 4 de ses statuts, prévoit que chaque sociétaire « déposera aux Archives de la société une déclaration de sa main ainsi conçue : Je, soussigné, nom, prénom, domicilié, déclare vouloir être enterré civilement et charge mes collègues et amis membres de la Libre Pensée de faire exécuter ma formelle volonté envers et contre tous »20. Malgré ces précautions juridiques, des familles passent outre la volonté du défunt. En 1892 à Elne, l’abbé Molins demande candidement à son vicaire général à propos de la mort d’un libre penseur : « la veuve ne pourrait-elle pas déchirer cet écrit ? ».

41Pour éviter ces abus, la loi du 15 novembre 1887, votée sous la pression des associations et des parlementaires libres penseurs, reconnaît à chaque individu le droit de charger une ou plusieurs personnes d’assurer le respect des volontés consignées dans un testament olographe. Cela n’empêche pas quelques familles de se tourner vers la justice pour obtenir l’annulation de telles dispositions testamentaires.

  • 21 AMP, 1D 1/32, p. 134.

42En 1902, Dulcère, conseiller municipal de Perpignan fait remarquer que la volonté des libres penseurs n’est presque jamais respectée. Pour remédier à cet état de fait, il propose que le bureau d’état civil de la ville distribue, à la demande des citoyens, des feuilles de vœu de funérailles civiles et qu’elles soient gardées dans des enveloppes cachetées. Le conseil municipal approuve cette proposition21.

  • 22 L’Indépendant, no 335, lundi 7 décembre 1896.

43Il existe quelques exemples de contestation judiciaire de décisions testimoniales orales ou écrites comme en septembre 1880 à Baixas ou en 1906 pour un militaire roussillonnais. Le capitaine Catala, originaire de Salses, avait rédigé en 1906 une lettre qu’il avait cachetée où il exprimait clairement sa volonté d’être enterré civilement. Sa famille contesta cette décision mais le juge de paix ne fit pas droit à sa demande, ordonnant de se conformer à la volonté du défunt. La famille fit appel de ce jugement, et le président du tribunal civil déclara que les funérailles seraient religieuses conformément aux souhaits de la famille22.

  • 23 Le Roussillon, no 192, vendredi 4 novembre 1871.

44Nombre d’enterrements de francs-maçons sont des enterrements civils, comme celui de Félix Céret à Argelès en 1871 où « dix-huit francs-maçons ornés de leurs insignes [...] s’avancèrent successivement et jetèrent dans la tombe des immortelles et des branches d’acacia »23.

  • 24 Ibid., no 260, vendredi 7 novembre 1879.

45À côté de ces enterrements résolument civils et francs-maçons, certains frères désirent se faire enterrer religieusement, mais avec leurs insignes maçonniques placés sur le drap mortuaire. Cependant, depuis l’enterrement à Paris en 1865 du maréchal Magnan, l’Église ne tolère plus de telles cérémonies. En 1874, à la vue des draps mortuaires de la loge Les Amis de la Parfaite Union et de la Libre Pensée, le curé met en demeure la famille d’Étienne Llech de choisir le type d’enterrement qu’elle souhaite. Finalement, « elle a renoncé au concours de l’Église ». De même en 1879, les familles Valot, Guchens et Sarrière placées devant le même choix préfèrent un enterrement civil et garder les insignes maçonniques. Toutefois, la famille Guchens, après l’enterrement civil, fait « célébrer une messe à la cathédrale pour le repos de son âme »24.

  • 25 Le Radical, no 75, jeudi 26 août 1886.

46L’Indépendant commente ces enterrements en s’indignant de « l’intolérance » de l’Église et rejette sur le clergé la responsabilité de ces enterrements civils. Pour les catholiques, « l’intolérance est plutôt du côté de ceux qui voudraient contraindre le clergé à sacrifier son devoir à leurs opinions et à leurs désirs ». Jugement partagé par les libres penseurs du Radical pour qui : « il ’ny a pas de juste milieu : un enterrement doit être civil ou religieux », et de louer l’attitude des prêtres, car « ils font bien de refuser ces promiscuités »25.

  • 26 Voir biographie.

47Si la mixité des obsèques ne semble convenir ni à l’Église ni aux libres penseurs athées, cela ne semble pas troubler religion juive, puisque Alfred Milhaud26 a eu droit en 1896 à des obsèques religieuses avec un drap mortuaire portant les insignes maçonniques ainsi qu’à un discours prononcé au cimetière « au nom de la loge maçonnique Saint-Jean-des-Arts par le frère Romeu ».

  • 27 PELLICER, Marcelle, Claira..., op. cit., p. 306-307
  • 28 Le Radical, no 75, jeudi 26 août 1886.
  • 29 LALOUETTE, Jacqueline, op. cit., p. 143.

48Les arrangements avec la franc-maçonnerie sont devenus impossibles mais ce n’est pas, semble-t-il, le cas avec la Libre Pensée. Marcelle Pellicer rapporte l’existence à Claira de cérémonies religieuses doublées de cérémonies civiles réalisées avec l’accord du clergé et la section locale de la Libre Pensée27. Ce type de comportement est critiqué par le journal Le Radical qui dénonce « la confusion qui règne actuellement [en 1886] dans les esprits », car « quand on est libre penseur et athée on meurt sans réclamer la présence d’un prêtre aux obsèques et on s’en va tout tranquillement pourrir dans un coin »28. Mais ce que paraît oublier ce journal, c’est que tous les libres penseurs ne sont pas obligatoirement athées. Le combat de la Libre Pensée ne peut se confondre automatiquement avec celui contre la religion : il existe une Libre Pensée déiste qui refuse de « choisir entre les fanatismes noir de Loyola et rouge d’Herbert »29.

  • 30 Le Roussillon, no 2, samedi 3 janvier 1891.

49Certaines municipalités s’engagent dans le combat anticlérical en favorisant le choix des enterrements civils. Pour cela, elles proposent aux familles de leur payer le cercueil et les frais d’enterrement si les obsèques sont civiles. Le maire de Cerbère, Dominique Mitjaville, franc-maçon et président de la Société de secours mutuels La Concorde, encourage les enterrements civils dans sa commune et, « quand un décès se produit ici, la mairie paie souvent la caisse à condition que l’enterrement soit civil » ; de même à Salses en 1891, Carrère « maréchal ferrant qui avait professé toute sa vie des opinions athées et républicaines, comprenant que la maladie qui le retenait au lit allait l’emporter, exprima le désir de se munir des secours de la religion avant de faire le grand voyage. Il fait appeler le curé [qui] confessa le moribond et lui donna l’extrême onction »30. À la mairie, on dit à la famille Carrère que, si elle accepte un enterrement civil, elle n’aura à payer aucun frais. Les obsèques furent donc civiles.

  • 31 Le Républicain des P.-O., no 307, samedi 30 mai 1891.

50Le premier enterrement civil célébré dans une commune marque les esprits et crée parfois des réactions de rejet qui peuvent être virulentes. Certains catholiques réagissent en insultant le convoi, comme à Rivesaltes en 1876 où le cortège « a été grossièrement insulté par un spectateur » ; à la même époque à Arles-sur-Tech pour l’enterrement civil de Jean Batlle, « une foule de curieux, enfants et femmes, allaient et venaient, parlaient, riaient, criaient dans les rues ». En 1891 à Prades, lors de l’enterrement civil de Marie Peix, le cortège « en passant sous les fenêtres de la maison habitée par M. et Mme Jampy, dont le mari est officier en retraite, cette dame a eu l’audace de cracher de sa fenêtre sur le cercueil de la décédée qu’elle ’navait jamais vue ni connue »31.

51En fonction des localités, cette première fois survient à des moments différents : en 1879 pour Mme Salvanyach à Prades ; en 1880 pour Tisseyre à Maury ; en 1882 pour Joseph Gautier à Saint-Hippolyte et Trilles à Trouillas ; en 1883 pour Jean Bertrand à Canohès, pour François Saris à Bages ou en 1893 à Err.

  • 32 Ibid., no 131, dimanche 15 janvier 1882.

52On a une idée de la diffusion de ce type d’enterrement avec la remarque du journaliste du Républicain qui annonce que le 14 janvier a eu lieu le « dixième enterrement civil depuis le 1er janvier 1882 dans le département »32. Certes ce nombre est peut-être dû au hasard des circonstances mais il semble indiquer tout de même le développement, même relatif, de cette pratique funèbre.

53Ces enterrements civils sont le fait, pour leur grande majorité, d’hommes. On peut citer cependant les enterrements en 1876 de Mesdames Calvet à Rivesaltes et Laborie à Saint-Paul-de-Fenouillet ; puis de Mme Salvanyach à Prades en 1879 ; de Mme Desclaux à Saint-André en 1880 « la vaillante compagne d’un déporté de 52 » ; de Mme Henriette Baco à Perpignan en 1881 ; de Mmes Delcros à Collioure et Thérèse Raynal à Perpignan en 1882 ; celui de Mme Pujol « fille d’un déporté de 1852 », qui fut enterrée civilement en 1883 à Bages en présence des membres de la Libre Pensée. En 1885, pour les obsèques civiles de Mme Rose Ferré à L’Écluse, « six dames de Maureillas ont eu le courage de braver les préjuger » et tiennent les cordons du poële, comme ce fut également le cas en 1886 à Rivesaltes.

  • 33 AP, paroisse d’Err, dossier no 50, lettre au vicaire-général, 21 janvier 1893.

54En l’absence du sacré dans les cérémonies civiles, s’est posé le problème du choix du rituel à adopter, d’où la grande diversité des enterrements civils. En 1873 à Perpignan, « quelques hommes en bonnets rouges précédaient le cortège, un cierge à la main ; des hommes nombreux suivaient le corps. Ils marchaient en rangs serrés, à pas comptés ». L’abbé Tor, desservant d’Err, nous a laissé la description du déroulement assez exceptionnel d’un enterrement civil, puisqu’il se déroule avec les autorités municipales agissant ès qualité, créant par là-même un lustre cérémoniel plus solennel : « les enfants de l’école accompagnés de l’instituteur ouvraient la marche à deux rangs ; venait ensuite le cercueil précédé du drapeau tricolore voilé d’un crêpe et d’un simulacre de drap mortuaire orné d’une croix. M. le Maire et son Adjoint, ceints de leur écharpe, étaient à la tête de soixante-dix hommes et de quelques femmes. Les ménétriers ’nont cessé de jouer jusqu’au cimetière »33.

  • 34 Le Républicain des P.-O., no 69, vendredi 28 octobre 1881. Ce corbillard a « le défaut d’être un pe (...)
  • 35 Ibid., no 123, samedi 19 juillet 1884.

55Petit à petit, les libres penseurs s’organisent et achètent du matériel pour le bon déroulement des funérailles civiles. Ainsi la Libre Pensée de Perpignan achète un corbillard qui sert dès octobre 1881. C’est une « espèce de palanquin dont le dais est orné aux quatre coins et à la cime de gros bouquets d’immortelles panachées de rouge »34. En 1884, La Libre Pensée des P.-O. procède à une distribution de draps mortuaires frappés aux symboles libres penseurs35.

  • 36 AP, paroisse d’Espira-de-l’Agly, no 44, lettre au vicaire-général, 9 août 1907. L’abbé Combaut ne v (...)

56Le plus souvent, le cercueil est recouvert du drap mortuaire de la section de la Libre Pensée ou d’une loge ou des deux à la fois, comme lors de l’enterrement en 1882 de Jean Krémer, l’officier commandant la garde nationale qui s’était rendue à Pia en octobre 1870. Exceptionnellement, en 1885, pour l’enterrement de Daunis-Baudille à Maureillas, « le cercueil est recouvert d’un drap rouge ». Lors d’un enterrement religieux en 1907 à Espira-de-l’Agly, l’abbé Combaut demande au vicaire général s’il peut accepter un drapeau rouge lors de la cérémonie religieuse d’un syndicaliste36.

  • 37 L’Indépendant, no 47, jeudi 26 février 1880 : « Six cents hommes y assistaient avec à la boutonnièr (...)
  • 38 Le Républicain des P.-O., no 155, jeudi 29 mars 1888.

57Les membres du cortège arborent soit des immortelles comme lors de l’enterrement de François Pagès à Rivesaltes soit une branche de laurier comme lors de celui d’Étienne Tixa à Estagel en mai 188037. Pour l’enterrement du citoyen Badie « le cortège s’est arrêté sur la place de notre village [Villelongue-dels-Monts] et après avoir reposé le cercueil au pied de l’arbre de la Liberté, le citoyen Surroque, de Saint-Laurent-de-Cerdans, a prononcé d’une voix émue un discours très énergique contre la superstition et a fait un appel aux femmes pour les engager à suivre les voies de la libre-pensée »38.

58Les convois mortuaires rassemblent les républicains. Ils sont l’occasion de se retrouver, de se montrer. L’importance du nombre et l’insistance de cette représentation numérique transparaissent dans les comptes rendus, notamment en ce qui concerne la représentation masculine. C’est cette représentation masculine qui différencie essentiellement les cortèges des républicains libres penseurs de ceux des catholiques. Pour gonfler les rangs des cortèges funèbres, les républicains des localités environnantes sont conviés à venir rendre un dernier hommage au défunt. En 1876, l’enterrement de Mme Laborie à Saint-Paul-de-Fenouillet « a été l’occasion d’une démonstration de tous les radicaux de Saint-Paul et des environs » ; en 1878 à Saint-André « tous les républicains de la commune, plus les camarades des villages voisins » étaient présents pour accompagner le cercueil de François Magnères.

  • 39 Le Roussillon, no 283, dimanche 3 décembre 1876. Il est étonnant, qu’après avoir affirmé n’avoir pa (...)

59L’importance numérique de ces cortèges suscite la polémique. Ainsi Le Roussillon conteste les chiffres de la participation annoncée par L’Indépendant lors de l’enterrement de Jean Batlle à Arles-sur-Tech : « nous ne les avons pas comptés quoiqu’en laissant à dessein des intervalles et en marchant avec lenteur et gravité, ils parurent plus nombreux, mais ils ’nétaient que 235 et le plus grand nombre se composait d’étrangers »39.

60Les journaux républicains donnent quelques indications du nombre des participants. En 1873, à Perpignan, « plus de 2000 personnes, près de 3000, dit-on, y assistaient ». À Rivesaltes en 1879, ce sont « plus de 2500 hommes » qui ont participé à l’enterrement de Dominique Ronjou et, en 1880, pour l’enterrement de François Pagès, « six cents hommes y assistent avec à la boutonnière des bouquets d’immortelles ». Puis, avec l’affirmation du régime républicain, la nécessité d’afficher son républicanisme s’est effilochée tout comme le nombre des participants à ces cortèges.

  • 40 Le Républicain des P.-O., no 21, dimanche 13 mars 1881.
  • 41 Mc PHEE, Peter, Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, Saint-Estève, L’Olivie (...)
  • 42 Le Républicain des P.-O. no 155, jeudi 29 mars 1888.

61Dans les comptes rendus mais aussi dans les discours tenus lors de ces cérémonies, la référence au républicanisme du défunt est systématiquement soulignée, et notamment le fait d’avoir été une des victimes de la répression du 2 Décembre, événement qui a profondément marqué la conscience politique roussillonnaise. C’est le cas, par exemple en 1876, à Arles-sur-Tech avec Jean Batlle, « républicain exalté, dirigeant du parti démocratique d’Arles, ennemi de la religion, proscrit du 2 Décembre, ancien juge de paix du 4 Septembre, correspondant de l’Indépendant » ; en 1879 à Rivesaltes, Dominique Ronjou est présenté comme appartenant « au Comité de 1870 qui était composé exclusivement de victimes de 1852 » ; en 1880 toujours à Rivesaltes, François Pagès est qualifié de « victime du 2 Décembre » ; en 1881, pour Brière, ancien déporté en Afrique, « la bière était recouverte de lauriers retenus par la même corde qui avait servi à attacher Brieu et ses compagnons lorsqu’ils furent conduits sur une charrette d’Estagel à Perpignan avant leur déportation »40 ; en 1883 à Bages et à Rivesaltes, Mme Pujol et Joseph Amouroux sont décrits respectivement comme « une fille d’un déporté de 1852 » et une « victime du coup d’État »41, en 1888, à Villelongue-dels-Monts, c’est « le citoyen Badie, ancienne victime du bandit du Deux-Décembre »42 qui est enterré civilement.

62Ces obsèques civiles sont aussi l’occasion pour des groupes de musiciens de jouer des airs républicains ou révolutionnaires, afin de combler l’absence des sonneries des cloches et de donner aux obsèques une solennité sonore. En 1885 à Maureillas, à l’enterrement de Daunis-Baudille, « La Marseillaise et le Chant du départ » sont joués ; en 1895, pour celui de Poujade à Pézilla-la-Rivière, ce sont « le Chant du départ et la Marche funèbre de Chopin ».

  • 43 Ibid., no 99, dimanche 4 décembre 1881.

63Contrairement à ce qui s’est pratiqué à Paris dès les années 1870, la quasi totalité des enterrements civils en Roussillon a donné lieu à des discours lors de la descente de la bière dans la fosse. Parfois l’allocution est prononcée en catalan comme en 1881 pour l’enterrement de Jean Bleunières où « le citoyen J.A. [Justin Alavaill] a pris la parole dans le dialecte roussillonnais »43. L’absence de discours n’est recensée que deux fois : en 1876 lors des obsèques de Mme Magdeleine Laborie veuve Ortola, à Saint-Paul-de-Fenouillet et en 1882 à Maureillas.

64Certains libres penseurs sont sollicités ou sollicitent l’honneur de prononcer de tels discours, comme Jules Montoya à Argelès, puis à Saint-André en 1878, ou encore les frères Alavaill qui se font une spécialité de prononcer de tels discours. En 1882, Émile Roques s’en prend vivement dans les colonnes de L’Indépendant à « Alavaill I, Alavaill II ou leur doublure M. Auguste », posant le problème du déroulement des obsèques civiles : doit-on mimer le rituel catholique ? Émile Roques dénonce le caractère religieux donné par certains libres penseurs aux enterrements civils, et qualifie les frères Alavaill de « tonsurés recouverts d’un bonnet phrygien », de « pontifes en redingote », de « fumistes » et de « charlatans ». Il leur reproche vertement leur attitude et leurs discours prononcés avec « l’œil du visionnaire, songeant à l’infini qui se déploie sur sa tête ». Il trouve que tout cela dessert la Libre Pensée. Or déjà en 1871, le rédacteur du Roussillon, Adolphe Amouroux, dénonçait lors de l’enterrement civil de Félix Céret à Argelès, l’attitude du rédacteur de L’Indépendant, le franc-maçon Jean Laffon, qui avait pour l’occasion prononcé un discours. Pour Amouroux, les ornements, les symboles, le jet d’immortelles ou de branches d’acacia, les discours, tout cela traduit un rituel cultuel. Or, écrit-il, le défunt avait souhaité un enterrement sans culte. Et de railler Jean Laffon « qui pontifie au lieu et place d’un curé ».

65La possibilité de l’expression d’une religiosité lors d’inhumations civiles fut certainement une des raisons qui ont poussé des libres penseurs vers un autre type de funérailles : la crémation. En 1885, le docteur Joseph Massot donne une conférence à Perpignan pour présenter les avantages, notamment en matière d’hygiène, de la crémation. Dès le départ, l’Église s’est montrée hostile à cette pratique et l’a condamnée le 19 mai 1886, ne revenant sur cette condamnation que le 5 juillet 1965.

66Il ne semblerait pas, à la lecture des différentes archives consultées, que ce mode de sépulture ait été utilisé dans le département durant la IIIe République concordataire (1870-1905).

67Les obsèques civiles ont soulevé une autre question : faut-il rendre les honneurs militaires à un défunt titulaire de la Légion d’Honneur si l’inhumation est civile ? À ce propos, en décembre 1872, le général de Cissey, ministre de la Guerre, adresse une circulaire dans laquelle il demande aux autorités militaires de s’abstenir de rendre les honneurs prescrits par le décret du 13 octobre 1863 lors d’enterrements civils, car « le plus souvent, l’enterrement civil sert de prétexte à des manifestations révolutionnaires et antisociales ». Finalement, la loi du 15 novembre 1887 règle cette question en prévoyant que « toutes les dispositions légales relatives aux honneurs funèbres seront appliquées, quel que soit le caractère des funérailles, civil ou religieux ».

LA LAÏCISATION DES CIMETIÈRES

68La laïcisation des cimetières concerne aussi bien la présence des corps dans l’espace clos des nécropoles que celui des monuments et de leur symbolique funéraire. Les lois du 6 novembre 1793 et du 6 novembre 1802, renforcées par le décret du 11 juin 1804, avaient transformé les cimetières en terrains communaux, mais le législateur n’avait envisagé que des conflits possibles entre des fidèles de confessions différentes.

69L’Église catholique avait interprété la législation en sa faveur et relégué dans un coin du cimetière (le « coin des réprouvés ») tous ceux qui ne pouvaient, selon elle, prendre place dans l’espace catholique du cimetière. À l’espace sacré et béni s’opposait l’espace profane et réprouvé. Si une inhumation contrevenait aux règles catholiques, l’évêque pouvait jeter l’interdit sur le cimetière jusqu’à l’exhumation du corps « pollueur ». Cependant l’achat de concessions de longue durée et la construction de caveaux familiaux ont créé des propriétaires immobiliers dont les droits pouvaient entrer en conflit avec le droit canonique. Ainsi, malgré des croyances religieuses différentes, les membres d’une même famille pouvaient souhaiter reposer dans le même caveau. Pour résoudre ces nouveaux problèmes, la loi du 14 novembre 1881 abroge l’article 15 du décret du 11 juin 1804 qui attribuait un lieu d’inhumation propre à chaque culte. Quant à l’article 97 alinéa 4 de la loi municipale du 5 avril 1887, il prévoit que le maire doit faire respecter « la décence dans les cimetières, sans qu’il soit permis d’établir des distinctions ou des prescriptions particulières à raison des croyances ou du culte du défunt ou des circonstances qui ont accompagné la mort ».

  • 44 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 14, samedi 7 avril 1883, p. 211-213 qui reprend un a (...)

70Ces modifications législatives sont reçues par l’Église comme une nouvelle persécution. Pour elle, ces textes sont le fruit d’une guerre menée par la franc-maçonnerie, guerre qui se serait déroulée en quatre temps : éloignement des cimetières des lieux de vie ; confiscation des cimetières avec le transfert des fabriques aux communes ; translation du droit de police et de sépulture de l’Église au maire et, pour finir, promiscuité des cimetières44.

71La laïcisation des cimetières entraîne une modification des symboliques présentes dans ces lieux. Les libres penseurs font construire des tombeaux avec des symboles inspirés de la Libre Pensée (pensées, obélisques, absence de croix) et à l’opposé les catholiques réagissent en renforçant leur visibilité par des croix de plus en plus grandes.

72Cependant il est difficile d’étudier les monuments funéraires, car au gré du temps, ils ont pu se christianiser ou à l’inverse se déchristianiser sans indication du moment de la modification.

  • 45 PELLICER, Marcelle, Claira..., op. cit., p. 309.

73Marcelle Pellicer, à propos du cimetière de Claira, a repéré deux caveaux ayant des symboles libres penseurs : celui de la famille Cadène-Gauze avec des urnes, des immortelles, un compas et une équerre, et un autre caveau présentant des motifs empruntés à l’égyptomanie45.

74Dans le cimetière israélite de Perpignan, la dalle de la tombe d’Alfred Milhaud arbore des symboles francs-maçons : une équerre, un compas et une colonne.

LES PARODIES ANTICLÉRICALES

  • 46 LALOUETTE, Jacqueline, op. cit., p. 318.

75Parodier publiquement des cérémonies catholiques est un moyen d’afficher des convictions anticléricales et de ridiculiser la religion en mettant de son côté les rieurs. Selon Jacqueline Lalouette, « hormis la période de la Commune ’napparaissent pas de semblables parodies »46. Cette affirmation ne correspond pas à ce que l’on observe dans notre département où les parodies, effectuées en général durant la période du carnaval, sont relativement nombreuses.

  • 47 Le Roussillon, no 50, 1er mars 1873.
  • 48 AP, paroisse de Cassagnes, dossier no 71, lettre du 9 mars 1876.
  • 49 Ibid., paroisse de Puyvalador, dossier no 30, lettre à l’évêque, 1er avril 1896.
  • 50 Ibid., paroisse de Saint-Marsal, dossier no 22, lettre du 28 février 1900.

76Ainsi, on trouve des parodies anticléricales à Amélie-les-Bains en 187347 ; à Calmeilles en 1874 ; à Arles-sur-Tech et à Cassagnes en 1876 où, « trois individus habillés en capucins (avec une corde, un avec un gros chapelet en pommes de terre, nu-tête et la figure déguisée avec différentes couleurs) se sont présentés à la place publique et là, un dialogue préparé d’avance a eu lieu avec un quatrième personnage également masqué »48 ; à Perpignan en 1877 et 1879 ; à Pia en 1880 ; encore à Perpignan en 1882 (« dans l’après-midi, un baptême de fantaisie a parcouru la ville semant la gaieté et l’admiration sur son passage ») ; à Puyvalador en 1896 où « toute la jeunesse de Puyvalador se donnait le mot d’ordre pour clôturer le carnaval. À cet effet, un des jeunes gens (un ex-frère des écoles chrétiennes) s’habilla en capucin, portant la tonsure sacerdotale, qui avait été faite par un homme nouvellement marié. Ils ont parcouru tout le village, chantant les Litanies des Saints, et ont commis autant d’autres bêtises (m’a-t-on dit), révoltantes par leur immoralité. Tout le village escortait cette mascarade immonde et, chose inouïe, les vieux y trouvaient une sorte de plaisir secret »49 ; en 1900 à Saint-Marsal : « un des jeunes de St. Marsal, après s’être affublé d’une espèce de vêtement ecclésiastique composé d’une soutane, surplis et étole (laquelle étole m’avait été enlevée par un coup de vent violent un jour que je venais de donner une bénédiction à une métairie), armé d’un goupillon et suivi de deux acolytes qui l’encensaient, a parcouru le village en parodiant la cérémonie de la bénédiction des maisons »50 et en en 1907 à Prats-de-Mollo : « un groupe de personnes où l’on remarquait surtout des hommes mariés et pères de famille, parti d’un café de la promenade, a eu le cynisme de parcourir les rues de notre ville, reproduisant et profanant la belle procession du Vendredi saint qui s’est faite jusqu’à ce jour à Prats.

  • 51 Le Roussillon, no 46, samedi 23 février 1907.

77Les uns jouant le rôle de prêtres (ils ’navaient pas omis de se placarder un rond de papier sur leur tête en guise de tonsure), les autres, le rôle de moines, tous chantant le Stabat et le Miserere faisaient cortège à un jeune Espagnol, ouvrier menuisier, qui après avoir travaillé de ses mains une croix, avait accepté de s’y faire attacher. Ils ont poussé le scandale jusqu’à s’agenouiller aux diverses stations »51.

  • 52 Ibid., no 63, jeudi 16 mars 1877.

78La mascarade, qui s’est déroulée à Perpignan le mercredi 14 février 1877, a « parcouru toute la ville de 8 heures à 11 heures du soir ». Elle a des répercussions nationales, puisqu’elle a donné lieu, au Parlement, à une interpellation de Jules Simon, ministre de l’Intérieur52. Le député conservateur Baudry d’Asson lit à la tribune du Palais Bourbon une relation de cette mascarade : « la foule s’est réunie devant l’église Saint-Mathieu et s’y est arrêtée pendant un quart d’heure environ, chantant des chants religieux, le Tantum ergo par exemple, puis s’est mise en route, en suivant la rue de Mailly ; elle s’est arrêtée devant l’évêché où un personnage jouant le rôle de l’évêque a donné la bénédiction générale comme à une procession de la Fête-Dieu, même représentation sur la place Saint-Dominique.

  • 53 Ibid., no 64, samedi 17 mars 1877. L’article reprend in extenso le Journal officiel.

79En tête de cette mascarade marchait un individu parfaitement connu, commis de magasin ; il portait une coiffure à haute forme, armé d’un grand bâton, il faisait le simulacre de donner à droite et à gauche, la bénédiction. Il était suivi de quatre-vingts hommes environ, vêtus de blanc, portant des torches ou des cierges, tenant à la main un livre et psalmodiant sur le rythme de l’Église catholique ; ils marchaient sur deux rangs, au milieu desquels l’un d’eux représentait le mort sur une civière ; une clochette sonnait de temps en temps, comme cela est usité aux enterrements catholiques »53. Le ministre interpellé dit qu’une enquête est en cours et qu’il attend les rapports du préfet et du procureur de la République pour prendre une décision.

  • 54 AP, paroisse de Pia, dossier no 49, lettre anonyme datée du 12 février 1880.
  • 55 Ibid., dossier no 53, lettre du procureur de la République adressée à l’évêque, 8 mai 1880.

80Pour la parodie de Pia du 10 février 1880, nous disposons d’une description adressée au directeur du Roussillon : « une procession aux flambeaux fut organisée, sous forme de mascarade. Une clochette tintait dans les rues pour exciter la curiosité. Un suisse ouvrait la marche ; un petit chien était porté comme une relique ; un thuriféraire agitait l’encensoir ; des individus habillés en capucins portant un gros chapelet sur le côté, des croix sur la poitrine et un livre dans leurs mains chantaient des mots latins ou parlaient par intervalle (des paroles inconvenantes se faisaient entendre), d’autres pour singer le prêtre, avaient revêtu une chemise blanche en guise de surplis et mêlaient leurs voix à celles des précédents. Enfin venait le héros de cette abominable mascarade, il mérite d’être nommé, c’était Salettes. Revêtu d’habits pontificaux, mitre en tête, crosse en main, il marchait d’un pas majestueux, bénissant et haranguant la foule, et la foule de crier : Vive Monseigneur »54. Une lettre de l’abbé Cômes nous apprend que le fils de l’adjoint au maire, Laporte, était « un des acteurs et des principaux organisateurs de la parodie en question ». Une action en justice est intentée contre dix-sept personnes, mais le juge d’instruction estime qu’il n’y avait pas en l’espèce d’outrage à la religion et il a renvoyé l’affaire auprès du tribunal de simple police de Perpignan pour tapage nocturne et injurieux troublant la tranquillité publique55.

81Par tous ces moyens tels que les processions extérieures, les entrées pontificales, les missions paroissiales, les pèlerinages locaux et forains ou encore les sonneries des cloches, l’Église accentue sa présence visible et audible dans l’espace public.

82Mais ces cohortes de catholiques qui envahissent avec bannières et chants l’espace public, le transformant en une annexe éphémère des lieux de culte, hérissent de plus en plus les anticléricaux qui s’y opposent par leurs attitudes, leurs écrits, mais aussi des moyens légaux comme les arrêtés d’interdiction de procession quand ils ont la charge de l’administration des communes. L’utilisation à des fins religieuses de l’espace public devient donc l’objet d’une opposition grandissante.

Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales

Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales

Notes

1 Il s’agit de : Paul Massot, Lazare Escarguel, Jean Laffon, Pierre Lefranc et Paulin Testory.

2 CHAUVET, Horace, La politique roussillonnaise (De 1870 à nos jours), op. cit., p. 31.

3 ADPO, 4M299.

4 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 29, samedi 17 juillet 1880, p. 451.

5 PELLICER, Marcelle, Claira son église, témoin de son histoire (962-1932), Perpignan, Association pour la sauvegarde du patrimoine de Claira, 1993, p. 299.

6 Ranonéda, Joseph, « Thérèse Rocher, une conférencière libre penseuse en Roussillon (sept.-nov. 1880) », Domitia, n° 11, 2010, p. 101-108.

7 Le Républicain des P.-O., no 198, dimanche 8 avril 1882.

8 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 18, samedi 30 avril 1892, p. 281, cité par Francesc FOXONET dans sa thèse, L’Església i la Catalanitat a la Catalunya del Nord, op. cit., p. 426.

9 Le Républicain des P.-O., no 312, lundi 11 septembre 1882. Allocution prononcée à Perpignan lors du baptême civil de la fille de Joseph Thomas.

10 Ibid., no 199, mardi 11 avril 1882.

11 Malheureusement, on ne trouve plus trace de ce registre spécial ni à la mairie ni aux Archives départementales.

12 Registre des délibérations de Canohès, séance du 17 novembre 1892.

13 Lettre pastorale et mandement de Monseigneur l’évêque de Perpignan, Latrobe, 1880, p. 11.

14 Voir le chapitre sur « La querelle des manuels scolaires ».

15 Émile LITTRÉ (1801-1881) a rédigé de 1863 à 1873 son Dictionnaire de la langue française. Reçu à l’Académie française en 1871 après plusieurs candidatures tenues en échec par l’opposition de Mgr Dupanloup, il a été initié avec Jules Ferry en 1875 à la loge La Clémente Amitié.

16 Le Républicain des P.-O., no 187, lundi 27 mars 1882.

17 Ibid., no 177, jeudi 16 mars 1882.

18 Le Républicain des P.-O., no 118, mercredi 29 mars 1882 : « Tandis que samedi dernier, les fils d’Assiscle Marty se montraient les pieux observateurs des volontés suprêmes de leur père, dimanche la famille d’un autre proscrit, le citoyen Tastu Joseph, de Villelongue, méconnaissait outrageusement les ordres de leur chef et imposait à ses restes la souillure du prêtre ».

19 Ibid., no 444, lundi 19 février 1883.

20 ADPO, 4M302.

21 AMP, 1D 1/32, p. 134.

22 L’Indépendant, no 335, lundi 7 décembre 1896.

23 Le Roussillon, no 192, vendredi 4 novembre 1871.

24 Ibid., no 260, vendredi 7 novembre 1879.

25 Le Radical, no 75, jeudi 26 août 1886.

26 Voir biographie.

27 PELLICER, Marcelle, Claira..., op. cit., p. 306-307

28 Le Radical, no 75, jeudi 26 août 1886.

29 LALOUETTE, Jacqueline, op. cit., p. 143.

30 Le Roussillon, no 2, samedi 3 janvier 1891.

31 Le Républicain des P.-O., no 307, samedi 30 mai 1891.

32 Ibid., no 131, dimanche 15 janvier 1882.

33 AP, paroisse d’Err, dossier no 50, lettre au vicaire-général, 21 janvier 1893.

34 Le Républicain des P.-O., no 69, vendredi 28 octobre 1881. Ce corbillard a « le défaut d’être un peu trop lourd mais les robustes épaules ne manquent pas dans le pays ».

35 Ibid., no 123, samedi 19 juillet 1884.

36 AP, paroisse d’Espira-de-l’Agly, no 44, lettre au vicaire-général, 9 août 1907. L’abbé Combaut ne voit pas d’inconvénient à la présence d’un drapeau rouge, car « c’est purement un emblème ou une bannière de société » qui n’a pas de caractère spécifiquement anti-religieux.

37 L’Indépendant, no 47, jeudi 26 février 1880 : « Six cents hommes y assistaient avec à la boutonnière des bouquets d’immortelles » et « chacun avait une branche de laurier à la main » (Le Républicain des P.-O., no 75, dimanche 30 mai 1880).

38 Le Républicain des P.-O., no 155, jeudi 29 mars 1888.

39 Le Roussillon, no 283, dimanche 3 décembre 1876. Il est étonnant, qu’après avoir affirmé n’avoir pas compté le nombre de participants, le journaliste donne le nombre précis de 235.

40 Le Républicain des P.-O., no 21, dimanche 13 mars 1881.

41 Mc PHEE, Peter, Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, Saint-Estève, L’Olivier, 1995.

42 Le Républicain des P.-O. no 155, jeudi 29 mars 1888.

43 Ibid., no 99, dimanche 4 décembre 1881.

44 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 14, samedi 7 avril 1883, p. 211-213 qui reprend un article publié par la Semaine religieuse de Cambrai.

45 PELLICER, Marcelle, Claira..., op. cit., p. 309.

46 LALOUETTE, Jacqueline, op. cit., p. 318.

47 Le Roussillon, no 50, 1er mars 1873.

48 AP, paroisse de Cassagnes, dossier no 71, lettre du 9 mars 1876.

49 Ibid., paroisse de Puyvalador, dossier no 30, lettre à l’évêque, 1er avril 1896.

50 Ibid., paroisse de Saint-Marsal, dossier no 22, lettre du 28 février 1900.

51 Le Roussillon, no 46, samedi 23 février 1907.

52 Ibid., no 63, jeudi 16 mars 1877.

53 Ibid., no 64, samedi 17 mars 1877. L’article reprend in extenso le Journal officiel.

54 AP, paroisse de Pia, dossier no 49, lettre anonyme datée du 12 février 1880.

55 Ibid., dossier no 53, lettre du procureur de la République adressée à l’évêque, 8 mai 1880.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search