Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Chapitre III. Les manifestations extérieures du culte

Texte intégral

  • 1 Circulaire du 20 avril 1803.

1Pour l’Église catholique, les manifestations extérieures du culte, c’est-à-dire celles qui se déroulent dans l’espace public, font partie intégrante des cérémonies nécessaires pour rendre hommage à Dieu. L’article 1 du Concordat prévoit que le culte catholique est public : « La religion catholique, apostolique et romaine sera libre en France : son culte sera public en se conformant aux règlements de police que le Gouvernement jugera nécessaire pour la tranquillité publique ». Mais le législateur ne définit pas pour autant cette notion. Par contre, l’article 45 de la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) interdit les processions extérieures du culte dans les villes où il existe des « temples destinés à différents cultes ». Une circulaire du directeur des cultes, Jean Portalis, donne en 1803 une interprétation restrictive de la notion de « temple » qui n’accorde cette qualification qu’aux seuls temples consistoriaux ayant une reconnaissance officielle et regroupant au minimum 6000 membres1. Cette interprétation va s’appliquer jusqu’en 1882.

2Les catholiques manifestent leur présence dans les lieux publics de plusieurs manières : par des processions, des missions paroissiales, des entrées pontificales, des pèlerinages, le port du viatique, les enterrements. Tous ces cortèges visibles se doublent de manifestations audibles comme les chants, les prières, les sons des cloches dont la maîtrise donne lieu à des conflits violents entre le maire et le curé.

3Mais, au moment où des pans entiers de la société roussillonnaise se sécularisent, cette présence ostentatoire de l’Église en dehors des lieux consacrés est remise en cause par une partie grandissante de la population.

LES INTERDICTIONS DE PROCESSIONS

  • 2 Codex juris canonici, titre XVII, Des processions sacrées, canon 1290 §1, Rome, MCMXVIII.

4La procession est définie par le droit canon comme la mise en mouvement ordonné du peuple de Dieu placé sous la conduite du clergé afin de se rendre d’un lieu sacré vers un autre lieu sacré en rendant grâces à Dieu2. Elle répond à un double objectif : raffermir la foi des croyants et amener à la foi catholique les spectateurs non-croyants.

  • 3 Les reposoirs sont les autels mis en place par les fidèles sur le parcours d’une procession et où e (...)
  • 4 À Prades lors de la Fête Dieu, 21 reposoirs sont signalés en 1872 (Le Roussillon, no 134, samedi 8  (...)
  • 5 Circulaire no 94, 1er mai 1876, p. 2.

5L’adoption en France de la liturgie romaine au cours de la seconde moitié du XIXe siècle au détriment des liturgies locales, entraîne la diminution progressive du nombre des processions mais aussi des reposoirs3. Le souci de la liturgie romaine est d’en faire moins mais avec plus d’éclat, de solennité, afin de marquer davantage les esprits, d’être, en quelque sorte, plus « baroque ». Le rituel romain, déjà pratiqué par certains prêtres4, est adopté officiellement dans le diocèse le 1er mai 1876 par Mgr Ramadié : « En conséquence, nous prescrivons l’usage du Rituel Romain dans tout le Diocèse. Le Rituel de Perpignan est et demeure interdit sous toutes les peines du droit »5.

  • 6 AP, paroisse de Latour-de-Carol, lettre de l’abbé Respaut à son évêque, 14 janvier 1894.

6Le nombre de processions extérieures qui se déroulent dans les rues est relativement élevé. Cette fréquence permet de comprendre notamment l’exaspération des libres penseurs. Dans une lettre écrite en 1894, l’abbé Respaut dresse une liste des processions qui se déroulent à Latour-de-Carol. Leur nombre s’élève annuellement entre dix-huit et vingt6 !

7Aux processions prévisibles car annoncées par le calendrier liturgique, s’ajoutent les processions imprévisibles comme celles liées aux épidémies ou aux calamités climatiques. Ainsi des processions eurent lieu en juin 1872 à cause d’inondations, et en 1874 à cause de la sécheresse. En 1882, à Canohès, une procession circule à travers les rues du village pour chasser les insectes qui dévastaient les vignes de la paroisse. À Corneilla-del-Vercol, en 1889, a lieu une procession contre la variole et une autre, contre le choléra, à Corneilla-la-Rivière en 1893.

  • 7 Circulaire du 27 mai 1879 du ministre de la Guerre, le général Gresley reprenant les dispositions d (...)

8À l’enjeu religieux, la procession extérieure ajoute un enjeu politique, dont un des éléments est la présence des autorités dans les cortèges. L’Église est très attachée à la participation des autorités civiles et militaires car elle est la preuve tangible de l’alliance du trône et de l’autel. Parfois cette présence est même obligatoire comme pour la procession de la Fête-Dieu où l’armée est tenue de rendre les honneurs et de fournir « les troupes nécessaires pour le maintien de l’ordre »7. Elles doivent être mises en ordre de bataille sur les places, les carrefours et escorter le dais par deux files de soldats placés de part et d’autre. Lors du passage du Saint-Sacrement, les soldats sont tenus de saluer, genou droit à terre. L’armée fournit également des musiciens qui animent ces processions.

9Conscients de l’enjeu de la participation, les comptes rendus de ces manifestations religieuses insistent sur la présence ou l’absence de telle ou telle autorité. La procession et son compte rendu fonctionnent donc comme un instrument de contrôle, de contrainte sociale à travers l’indication de l’absence ou la présence des autorités, de la décoration ou la nudité des murs des maisons, de l’acclamation ou du silence, de la tête nue ou couverte des spectateurs.

  • 8 Le Roussillon, no 130, mardi 4 juin 1872.

10La municipalité républicaine de Perpignan, par exemple, est constamment absente lors de la procession de la Fête-Dieu. Ainsi en 1872 « les autorités suivaient le dais, mais le conseil municipal ’ny était pas »8. En 1874, du fait de la révocation des maires républicains et des nominations officielles, le nouveau maire et son adjoint assistent à la procession, mais la partie farouchement républicaine du conseil municipal marque son opposition par son absence, et cela jusqu’en 1877. Puis, à la suite des nouvelles élections, c’est le conseil municipal en entier qui refuse de participer aux processions.

  • 9 Ibid., no 138, mardi 17 juin 1879.
  • 10 ADPO, 2V36.

11En 1879, date où les républicains accèdent aux différentes fonctions de l’État, des circulaires sont envoyées pour que les magistrats n’apparaissent plus dans les cortèges religieux. Bravant les directives ministérielles, le « tribunal civil en robe est venu au cortège [de la Fête-Dieu de Perpignan] occuper la place qu’il partageait d’habitude avec les autres autorités »9 mais sur la place de la Loge, des sifflets ont retenti et le commissaire central a dû intervenir pour les faire cesser10.

  • 11 Ramonéda Joseph, Cléricalisme et anticléricalisme durant la IIIe République concordataire dans les (...)

12Un incident concernant un militaire de religion protestante à propos de l’obligation de s’agenouiller devant le Saint-Sacrement, va modifier la législation en la matière. À Laon, en 1881, le caporal Taquet, de religion protestante, avait accepté d’escorter le Saint-Sacrement, mais il avait refusé de s’agenouiller au moment de la bénédiction. Il fut condamné à quatre jours d’arrêt. Des pétitions pour le respect de la liberté de conscience furent alors envoyées à la Chambre des députés, demandant l’abrogation du décret du 24 messidor an XII. Prenant prétexte de cette affaire qui avait passionné toute la France anticléricale, le gouvernement décide, par un décret du 23 octobre 1883, de supprimer dorénavant toute participation de l’armée aux processions11.

  • 12 Le Roussillon, no 130, mardi 4 juin 1872.
  • 13 L’Indépendant, no 156, dimanche 4 juillet 1880.

13La composition des cortèges processionnels évolue au cours du XIXe siècle avec la forte augmentation de la présence des laïcs. Ce sont alors surtout les femmes et les enfants qui fournissent les plus fortes cohortes, d’où ces « longues files d’enfants en robes blanches et de dames en noir »12 masquant la diminution de la présence masculine. L’Indépendant ne manque pas une occasion de souligner la faiblesse numérique des hommes dans les églises et les processions, comme par exemple à Céret en 1880 où se déroule « une procession toute féminine »13. Rappelons que l’importance de la pratique religieuse des femmes a été un des arguments des républicains pour leur refuser le droit de vote.

14Si les processions unissent le peuple de Dieu, elles divisent de plus en plus la société. Les libres penseurs contestent l’appropriation de l’espace public, même éphémère, par la seule Église catholique. Ils estiment qu’ils n’ont pas à subir le spectacle des processions, les gênes qu’elles occasionnent et le comportement de certains clercs qui exigent des marques extérieures de respect et de révérence, comme le silence ou la tête découverte au passage du Saint-Sacrement.

  • 14 Ibid., no 61, mardi 28 mai 1872.

15Les processions donnent lieu à des incidents plus ou moins graves, relayés par les commentaires échangés entre L’Indépendant et Le Roussillon. Elles sont également l’occasion pour les royalistes, sous couvert de religion, de manifester leurs opinions politiques en exhibant des symboles de la monarchie. Ainsi, en 1872 pour la Fête-Dieu, les rues de la paroisse Saint-Jacques à Perpignan sont pavoisées en blanc, mais L’Indépendant fait remarquer que « certaines maisons bien connues ont profité de la circonstance pour faire montre d’emblèmes légitimistes et pour étaler à profusion les fleurs de lys sur leur façade »14.

  • 15 Ibid., no 60, samedi 25 mai 1872.
  • 16 Ibid.

16La même année à Sorède, lors de la procession traditionnelle du lundi de Pentecôte, de nombreux processionnaires arborent « le bouquet blanc, le ruban vert, la fleur de lys ». Au niveau du café, ils sont accueillis par les cris de : « À bas le Christ ! À bas les gendarmes ! Vive la Commune ! »15. Des coups sont échangés d’autant que « les porteurs du Christ, les porteurs des cierges, les pénitents s’arrêtent et tirent de leurs fourreaux les épées à canne, les revolvers, les couteaux qu’ils avaient jusque là cachés »16. Les gendarmes, baïonnette au fusil, repoussent la foule pour permettre à la procession de rentrer dans l’église. Par la suite, vingt-et-une personnes seront condamnées par le tribunal de Céret pour trouble à l’ordre public.

  • 17 Ibid., no 106, 6 mai 1882.
  • 18 ADPO, 2V33, arrêté d’interdiction de toute procession extérieure, 20 mai 1881.

17À Villelongue-de-la-Salanque, lors de la procession du 30 avril 1882, le porte-étendard abaisse la bannière trois fois en direction du café Vignau, lieu où se réunissent les républicains du village. L’étendard en question était « blanc, seule couleur aux processions de Villelongue » que l’Église tolère voire encourage17. C’est en prenant appui sur des faits analogues que le maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque justifie son arrêté d’interdiction de procession en soulignant que : « les processions du Vendredi saint et du lundi de Pâques ont été de véritables manifestations politiques »18.

  • 19 Une enquête du Figaro révèle que le clergé des Pyrénées-Orientales n’est pas, dans son ensemble, ou (...)

18Ces exemples montrent comment, avec la bénédiction tacite du clergé local, les monarchistes ont fait un usage politique des processions19.

  • 20 L’Indépendant, no 61, mardi 28 mai 1872.
  • 21 ADPO, 4M211, rapport de gendarmerie du 11 juin 1872.

19Quelquefois, ce sont les reposoirs et leurs décorations qui sont l’objet d’incidents. Lors de la Fête-Dieu à Baixas en 1872, un reposoir avait été décoré de « fleurs de lys étalées sur l’autel, [par contre] des roses et des coquelicots jonchaient le sol pour qu’on les foule »20. Au moment de la bénédiction du reposoir, des cris de « Vive la République ! » fusent et des coups de feu éclatent sans blesser personne21.

  • 22 Ibid.

20À Laroque-des-Albères, un reposoir a été détourné cette fois-ci par des républicains, qui avaient suspendu deux rideaux rouges avec « au milieu deux grands cadres : l’un représentant Garibaldi et son fils, et l’autre la Marianne »22.

  • 23 Le Roussillon, no 146, mercredi 25 juin 1873.

21Parfois, les divisions se produisent au sein même des familles. À Trouillas, en 1873, la procession passe devant « le maire et son état-major, le chapeau enfoncé avec rage jusqu’aux oreilles, orné d’une fleur rouge et le cigare allumé à la bouche », puis, lorsqu’elle arrive au second reposoir, l’adjoint dont la maison se trouve en face, s’aperçoit « qu’on y avait mis une tenture, accourt furieux, passe presque sous le dais, le chapeau sur la tête, prend avec rage le drap de lit blanc que sa mère avait placé à la fenêtre avec deux lampes et renverse le tout sur les assistants »23.

22Tous ces incidents, associés aux victoires électorales et aux changements de mentalité, amènent les municipalités républicaines à prendre des arrêtés interdisant les processions sur la voie publique. Ces arrêtés municipaux témoignent, outre la diffusion d’un anticléricalisme administratif, de l’irruption et de l’affirmation d’un nouvel acteur local : le maire.

  • 24 ADPO, 2V40. L’Indépendant, no 147, mardi 24 juin 1879 et Le Roussillon, no 145, mercredi 25 juin 18 (...)
  • 25 Le Roussillon, no 145, mercredi 25 juin 1879. [On doit pendre les curés].

23Dans le département, le premier arrêté municipal d’interdiction de procession extérieure a été pris le 22 juin 1879 à Rivesaltes par le maire Achille Farines, en réaction contre le curé qui aurait refusé de recevoir à l’église les enfants de la nouvelle école laïque, ce que dément le prêtre24. Il a donné lieu à une petite manifestation nocturne et, « à la place de la procession interdite par le maire, on a vu quelques-uns de ses électeurs parcourir pendant la nuit les rues de Rivesaltes en dansant la farandole et chantant : Ça ira, ça ira, les capellans los cal penjar »25.

24Paul D’Hollander, qui a particulièrement étudié les interdictions de procession, a mis en évidence deux vagues d’interdiction : l’une qui va de 1879 à 1884 avec un pic en 1881, l’autre de 1901 à 1905 avec un pic en 1904. Ces deux vagues correspondent à deux temps forts du combat laïque à savoir, les lois scolaires de Jules Ferry et la loi de séparation des Églises er de l’État.

  • 26 Dans la région Centre-Ouest qui comporte huit départements, D’Hollander a relevé en tout, pour la p (...)

25Dans les Pyrénées-Orientales, la première vague, très forte, correspond à la périodicité relevée (1879-1885) : 53 arrêtés sont pris contre 16 dans la Charente Inférieure, département où D’Hollander en a relevé le plus grand nombre26. Cette ampleur donne une idée de l’importance et de la virulence de l’anticléricalisme roussillonnais. Pour les seules années 1880-1881, 46 arrêtés sont pris essentiellement dans la plaine roussillonnaise.

26Les républicains sont exaspérés par l’attitude politique du clergé qui s’est rallié à l’Empire puis à l’Ordre moral, mais aussi par l’évolution dogmatique de la papauté (Syllabus, dogme de l’infaillibilité). D’où la dénonciation par Léon Gambetta, dans son discours de Romans en septembre 1878, de « l’accroissement de l’esprit non seulement clérical, mais vaticanesque, monastique, congréganiste et syllabique ». Dorénavant la volonté des républicains sera d’enfermer l’Église dans les églises, et par là-même de laïciser l’espace public.

  • 27 Le 29 août 1884 à Salses, les fidèles organisent une « procession » malgré l’avis contraire de leur (...)

27Face à cette avalanche d’interdictions, le clergé mais aussi les fidèles ne réagissent pas ou très peu. On ne trouve aucune pétition, aucune procession maintenue, ni aucune action en justice. Certes, en 1880, la Société des Jardiniers, bannières déployées, s’est rendue à l’église Saint Jacques pour participer à la procession intérieure de la Fête-Dieu de cette paroisse, mais elle ne l’a fait qu’une fois et ce n’était pas, au sens liturgique du terme, une procession, puisque le cortège n’était pas dirigé par un prêtre27.

28Si, en avril 1881, neuf conseillers municipaux de Corneilla-la-Rivière démissionnent pour protester contre l’arrêté d’interdiction de procession pris par le conseil municipal, les réactions des catholiques sont en général peu nombreuses. Ils se plient sans trop broncher à ces règles qu’ils jugent pourtant illégales et injustes. Ce manque de réaction peut s’expliquer par la focalisation des esprits sur d’autres mesures législatives considérées comme plus discriminatoires, comme les lois scolaires ou le décret d’exil des congrégations non autorisées. Ces combats paraissent aux yeux des fidèles plus importants que la question des interdictions de processions. le manque de réaction peut être aussi analysé comme le témoignage que prend le détachement religieux, et comme la mise en place d’une pratique différente de la religion. La procession n’est plus vécue comme le moment fort et nécessaire de la sociabilité locale, d’autant que s’installent d’autres moments de retrouvailles collectives plus festives, comme la célébration de la fête nationale du 14 juillet.

29La seconde vague d’interdictions n’a pas eu lieu dans les Pyrénées-Orientales au début des années 1900, mais dans les années 1890. L’anticléricalisme des maires républicains roussillonnais n’a pas connu, comme dans le Centre Ouest de la France, de « décennie de répit ».

  • 28 ADPO, 4M249.

30Aux Archives départementales, un dossier regroupe les différents arrêtés pris dans le département de 1892 à 1897, nous permettant de suivre l’évolution de ce mouvement28. Aux cinquante-trois communes de la période précédente, s’ajoutent douze autres communes : Bouleternère, Calmeilles, Canet, Corbère, Espira-de-l’Agly, Palalda, Prades, Saint-Estève, Toulouges, Trouillas, Villelongue-dels-Monts, Vingrau. D’emblée, on s’aperçoit que le second mouvement est nettement moins important, les municipalités les plus engagées dans le combat anticlérical s’étant déjà manifestées.

31La localisation de ces arrêtés montre que le département est divisé en deux par une ligne oblique allant de Saint-Paul-de-Fenouillet à Céret. À l’est de cette ligne, se trouve une zone résolument anticléricale avec soixante-cinq communes ayant pris des arrêtés d’interdiction. À l’ouest, une zone qu’on ne peut pas vraiment qualifier de cléricale, mais où l’anticléricalisme ne s’exprime pas de la même manière, puisqu’aucun arrêté n’est pris dans les cantons d’Olette, de Sournia et qu’on ne trouve qu’un seul arrêté pour les cantons de Saillagouse, Mont-Louis, Prades, Prats-de-Mollo.

  • 29 La Croix des P.-O., no 203, 21 février 1897.

32Durant cette seconde vague d’interdictions, les catholiques tentent d’organiser une riposte en lançant des pétitions et en passant outre les arrêtés municipaux. Ainsi en février 1897, une pétition est adressée au maire de Perpignan, Louis Caulas, pour qu’il rétablisse les processions car les catholiques ne veulent plus « être traités en pestiférés, en parias qu’on parque et qu’on enferme dans des lois ou des arrêtés d’exception. Ils réclament une place au soleil et dans la rue, pour les cérémonies de leur culte »29.

  • 30 Le Roussillon, no 35, mercredi 12 février 1897.

33Pour appuyer leur demande, les pétitionnaires font valoir le fait que cette interdiction lèse les intérêts économiques des commerçants de la ville. Ils chiffrent leurs pertes annuelles à 500000 francs. Malgré ces arguments, le maire de Perpignan maintient l’arrêté en affirmant que les processions constituent « une véritable manifestation politique contraire à l’esprit laïque et républicain »30.

34Cette fois-ci la communauté catholique ne tient pas toujours compte des interdictions et procède malgré tout aux processions interdites, à Argelès-sur-Mer en 1891 et en 1896, à Pézilla-la-Rivière en 1892, à Rivesaltes en 1894, à Bouleternère en 1895. Mais en dépit de ces quelques velléités, le respect de la légalité l’emporte encore, d’autant qu’il faut relativiser le nombre de ces réactions. En 1891, l’abbé d’Argelès-sur-Mer, Joseph Christofeul, a bien processionné le dimanche des Rameaux, mais dans une lettre explicative adressée au préfet, il souligne son légalisme : « j’ai été et je serai toujours fidèle à observer les lois de mon pays, et pour rien au monde, je ne me permettrai jamais d’y contrevenir ». Il ajoute que chaque année, le maire lui avait fait notifier l’interdiction de procession extérieure sur le territoire de la commune et qu’il s’y était conformé, mais cette année, n’ayant reçu aucune notification, c’est de bonne foi et en toute légalité qu’il avait organisé la procession incriminée.

  • 31 ADPO 2V35, lettre du sous-préfet au préfet, 2 juillet 1895.

35Quant à la procession du 23 juin 1895 à Bouleternère, c’est le maire qui, bien qu’ayant reçu la réponse de la préfecture depuis plus d’une heure, ne l’a notifiée au curé qu’au moment où la procession se mettait en marche. D’ailleurs, le sous-préfet blâme en l’espèce le retard mis par le maire pour agir, tout comme il blâme l’abbé Danis qui est décrit comme « un de ces prêtres autoritaires, infatués des prérogatives du clergé devant lequel tout pouvoir doit céder et qui se figure que tout le monde doit s’incliner devant sa volonté »31.

  • 32 Ainsi pour motiver son arrêté d’interdiction de procession extérieure, le maire de Laroque-des-Albè (...)

36Par contre, si les incidents lors des processions perdurent, ils sont moins violents qu’au début de la IIIe République. Les accrochages ont lieu généralement au passage d’une procession devant un café, lorsque certaines personnes ne se découvrent pas, et que le prêtre intervient pour qu’on se conforme aux usages. Ces réactions ecclésiales intempestives sont alors rapportées dans les journaux anticléricaux pour fustiger l’intolérance des prêtres et justifier une demande d’interdiction de procession32. Tout ceci contribue à modifier progressivement les comportements traditionnels des spectateurs devant les processions, en diffusant des attitudes que l’Église considère comme des agressions contre elle.

  • 33 AP, paroisse d’Ille-sur-Têt, dossier no 94, lettre du curé à l’évêque datée du 18 juin 1895.
  • 34 Ibid., paroisse d’Espira-de-l’Agly, dossier no 11, lettre de l’abbé Combaut à l’évêque, 26 juillet  (...)
  • 35 La Croix des P.-O., no 356, 28 janvier 1900. Les deux parlementaires étaient en tournée électorale. (...)

37Ainsi en 1895, à Ille-sur-Têt, au passage de la procession de la Fête-Dieu, les gens attablés aux cafés se lèvent, tête découverte sauf « quatre ou cinq étrangers assis à une table placée sur le passage »33. La même année, à Espira-de-l’Agly, devant un café, « quelques jeunes malappris excités par un municipal aux idées contraires, se mirent à chanter toute espèce de chansons »34 ; en 1896, à Amélie-les-Bains, le curé demande à des militaires attablés devant un café de se découvrir. Par contre, en janvier 1900, durant leur tournée électorale, les sénateurs Élie Delcros et Édouard Vilar, francs-maçons militants et anticléricaux, « ont mis chapeau bas » devant une procession à Vinça. Attitude qui leur vaut une critique amusée du journal La Croix des P.-O.35. Cependant si ces parlementaires ne s’étaient pas découverts, le même journal leur aurait reproché leur attitude...

  • 36 ADPO, 2V35. Finalement le ministre, sur l’intervention de Mgr de Carsalade du Pont, décide d’en res (...)

38En 1903, un rapport du commissaire spécial de Bourg-Madame nous apprend que le 30 août à Caldégas, lors de la procession San Roma à laquelle participait l’évêque de Perpignan, l’abbé de Maury, curé de Villeneuve-des-Escaldes a quitté « le cortège au moment où il passait devant un bar improvisé pour la circonstance » et où étaient attablés deux instituteurs dont l’un fumait un cigare. L’abbé de Maury apostropha le fumeur : « Tu ’nas pas honte de fumer lorsque la procession passe ? ». Et, joignant le geste à la parole, il essaya de lui enlever le cigare de la bouche. À la suite de cet incident, le commissaire demande au sous-préfet de « faire un exemple dans ce pays entiché de cléricalisme et où le prêtre exerce une sorte de main-mise sur tout, hommes et choses ». D’où la demande du préfet au ministre de l’Intérieur de suspendre provisoirement le traitement de cet ecclésiastique qu’il décrit comme « un forcené », un prêtre « des plus combatifs, d’une intransigeance et d’une grossièreté excessives ».36

39Ces incidents posent le problème du domaine d’application du pouvoir de police du prêtre lors d’une procession extérieure. Jusqu’en 1880, la jurisprudence assimilait toute la rue traversée par une procession à un lieu de culte et attribuait donc au prêtre un large droit de police. Mais en 1880, la Cour de cassation décide de limiter le droit de police du prêtre à la seule partie du domaine public occupée par les fidèles. Les personnes extérieures à la procession ne sont plus soumises au droit de police du prêtre et n’ont plus à être prises à partie.

  • 37 Dans une délibération du 30 mai 1879, le conseil municipal de Perpignan exprimait sa volonté d’inte (...)

40Les motifs invoqués par les maires pour justifier les interdictions des manifestations extérieures du culte catholique sont soit l’existence d’un temple, soit le trouble à l’ordre public. En 1879, L’Indépendant fait remarquer que l’existence d’un temple protestant à Perpignan permettrait au maire d’interdire les processions37. À cela, Le Roussillon répond en citant la circulaire de Portalis qui réserve la qualification de temple aux seuls édifices accueillant une communauté d’au moins 6000 personnes ce qui n’est pas le cas pour le temple de Perpignan.

  • 38 Cette interprétation avait été amorcée le 20 mai 1879 par la circulaire de Lepère, ministre de l’In (...)

41Mais le 13 juin 1882, le directeur général des cultes, Ernest Flourens, envoie aux préfets une circulaire qui modifie l’interprétation de l’article 45 de la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802). Dorénavant est considéré comme temple tout édifice religieux, quel que soit le nombre de ses fidèles38.

  • 39 HAURIOU, Maurice, Notes d’arrêt sur les décisions du Conseil d’État et du Tribunal des conflits, pu (...)

42Cependant, le maire de Perpignan, comme tous les autres maires du département, utilise la notion de « trouble à l’ordre public » pour motiver son arrêté. Les ré-autorisations municipales d’organiser des processions extérieures, sans qu’elles entraînent un quelconque trouble à l’ordre public, montrent que pour les maires, « les préoccupations de police municipale ne sont le plus souvent qu’un prétexte dans l’interdiction des processions et des cérémonies religieuses [...]. L’interdiction ’nest qu’une vexation politique, elle ’na de la mesure de police que l’apparence »39.

  • 40 ADPO, 2V33. Le maire, Achille Farines, prend l’arrêté d’interdiction à cause d’un conflit de pouvoi (...)
  • 41 Ibid. Le préfet demande au maire, pour que cet arrêté ne soit pas susceptible d’annulation, d’enlev (...)

43En fait, les relations personnelles entre le maire et le curé sont au cœur de nombreuses motivations de ces arrêtés d’interdiction, comme c’est le cas à Rivesaltes en 187940 ou encore à Tautavel où le maire prévoit une interdiction « tant que M. Moliner sera desservant de la paroisse »41.

  • 42 La Croix des P.-O., no 378, 1er juillet 1900.

44Bien souvent, la première mesure d’un nouveau conseil municipal élu consiste à interdire ou à ré-autoriser les processions, preuve de l’importance que le déroulement de ces manifestations religieuses revêt pour les populations locales. Ainsi les processions sont à nouveau autorisées à Corneilla-la-Rivière en 1892, à Espira-de-l’Agly en 1895, à Salses en 1896 où « dès sa première réunion, la municipalité a eu soin de supprimer l’arrêté interdisant les processions ». À Palalda, le nouveau maire élu en 1900 autorise à nouveau les processions et « les vieux pleuraient de joie »42.

  • 43 Le Radical, no 91, mercredi 20 avril 1881.
  • 44 ADPO, 2V36.

45À Perpignan, le 19 avril 1881, la municipalité va encore plus loin dans sa politique anticléricale, puisqu’elle interdit le port du viatique, si celui-ci est porté processionnellement. Cet arrêté fait suite à une autorisation du maire radical Jean Mercadier qui avait accepté le port du viatique aux malades de la paroisse Saint-Jean conformément aux usages en vigueur. Il fut donc porté processionnellement. Le Radical révèle cet incident dans un article très virulent contre les catholiques, où il écrit qu’une « foule de paillasses beuglant, hurlant, gesticulant, obstruait la voie publique. C’était indécent. Il existe pourtant un arrêté pris par Monsieur le maire de Perpignan interdisant ces monstruosités, ces accès de fanatisme bête qui révoltent la raison, qui blessent la dignité »43. Dans la motivation de l’arrêté d’interdiction du port processionnel du viatique, le maire de Perpignan, Paulin Testory, donne une description très précise de cette manifestation : « le cortège se composait de 190 hommes portant des cierges allumés, de 5 enfants en robe rouge, de 15 prêtres et d’un grand dais précédé d’un suisse, d’un bedeau et d’un drapeau blanc et suivi d’une foule nombreuse »44.

  • 45 Ibid. Le curé passe outre cette interprétation et le jour même il porte le viatique à deux malades (...)

46L’exemple perpignanais donne des idées à Joseph Baixas, maire de Pia, qui écrit le 29 avril 1881 au curé que son arrêté d’interdiction de procession concerne « aussi la procession du viatique si on la faisait avec les ornements des processions »45.

  • 46 L’ordonnance du 1er mars 1842 prévoit qu’il « appartient au maire de prendre, sous l’autorité de l’ (...)

47Toutes ces interdictions mettent en évidence le rôle des maires et leur droit d’interdire les manifestations extérieures du culte. S’il est vrai que selon l’article 1 du Concordat, celles-ci ne peuvent être limitées que par le gouvernement, le 1er mars 1842, une ordonnance rendue en conseil d’État avait accordé une délégation de ce pouvoir d’interdiction aux maires, sous la surveillance des préfets46. C’est donc légalement que les maires roussillonnais, tout comme leurs collègues des autres départements, prennent de tels arrêtés.

  • 47 ADPO, EDT 23, registre des délibérations du conseil municipal de Canet, le 12 mai 1881.

48Avec la républicanisation de la République à partir de 1879, l’espace public des villes et des villages réservé aux manifestations extérieures du culte catholique se rétracte, tout comme diminue le nombre des personnes qui acceptent sans broncher les règles religieuses. Cependant il existe des républicains qui estiment qu’interdire des usages fixés par la tradition, par l’histoire locale, est une marque inacceptable d’intolérance. C’est pour cette raison que le maire de Canet, Jean Lafon, s’oppose à la majorité de son conseil municipal et refuse d’interdire les processions car « partisan de la liberté de tout le monde, je ne veux pas la retrancher à un certain nombre de personnes ; les processions à Canet ne nuisent en rien à la liberté de personne, tout le monde étant libre d’y aller ou de ne pas y aller et de s’occuper de ses affaires ou de ses plaisirs pendant le déroulement des processions si on en fait »47.

  • 48 C’est le seul cas dans le département où un préfet annule un arrêté d’interdiction de procession ex (...)

49Malgré ce vibrant plaidoyer et cet appel à la tolérance, le conseil municipal vote l’interdiction de la procession. Aussitôt, Jean Lafon présente sa démission au préfet, qui la refuse et qui annule la délibération du conseil municipal48.

LES ENTRÉES PONTIFICALES

50La venue de l’évêque dans une des paroisses de son diocèse est l’occasion d’organiser une réception festive réunissant les fidèles et les autorités municipales, puis de faire une procession pour l’accompagner avec solennité jusqu’à l’église.

51Cette réception matérialise le lien qui unit la communauté des catholiques à son pasteur. De ces entrées, il ne nous est parvenu que de très rares relations. Par contre, l’entrée de l’évêque dans la ville épiscopale après sa nomination dans le diocèse est l’objet de nombreux comptes rendus qui nous permettent d’en saisir le déroulement et ses variations dans le temps.

52Au début du XIXe siècle, l’installation de l’évêque était conçue comme celle d’un haut fonctionnaire reçu par le préfet et les différentes autorités départementales. Puis, avec la Restauration, le cérémonial retrouve son aspect religieux avec l’accueil de tout le clergé, des confréries et de la population.

53Les entrées pontificales, telles qu’elles se pratiquent sous la IIIe République concordataire, peuvent se décomposer en deux mouvements : celui du peuple des fidèles se rendant en procession jusqu’à l’entrée de la ville pour y accueillir leur nouveau pasteur ; celui du peuple accompagnant processionnellement l’évêque jusqu’à la cathédrale, puis jusqu’à sa résidence.

54L’entrée dans la ville épiscopale peut se diviser en six unités successives :

- L’arrivée du pontife. Depuis 1858, date à laquelle la ville de Perpignan est reliée au réseau ferroviaire national, l’évêque arrive en train. De la gare, il se rend à la Place d’Armes de la Porte impériale qui se situe en dehors des murs de la ville. Là, dans un pavillon installé pour la circonstance, il revêt les ornements sacerdotaux.

  • 49 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876, entrée de Mgr Frédéric Saivet.
  • 50 Journal des P.-O., no 39, mardi 23-mercredi 24 mai 1865. Entrée de Mgr Étienne Ramadié.
  • 51 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876.
  • 52 Journal des P.-O., no 39, mardi 23-mercredi 24 mai 1865.
  • 53 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876.

- La procession de la communauté catholique rangée selon un ordre bien précis avec « les enfants, les confréries pieuses, les congrégations, les sociétés Saint-Joseph et des Jardiniers précédées de leurs belles bannières, puis le long défilé du Clergé, précédé de la Croix et des insignes d’honneur de la Basilique. En dernier lieu venaient MM. les Curés et le Vénérable Chapitre »49. Elle déroule ses cohortes à travers une cité embellie par des « arcs de triomphe ayant des dessins allégoriques, des oriflammes, des banderoles, des lampes vénitiennes, des couronnes et des guirlandes »50. L’assistance est très nombreuse, « la foule compacte remplissait les rues » et elle « couvrait à la fois le sol, les rebords des toits et des fenêtres »51. Pour l’occasion, « les magasins sont fermés et les bureaux et les ateliers sont désertés. Tout le monde, marchands, employés et ouvriers sont allés à la rencontre de l’auguste prélat »52. Les troupes de la garnison sont aussi présentes avec « une batterie d’artillerie sur la rue impériale, un bataillon sur la place d’Armes, un autre bataillon pour la haie sur le quai », « l’infanterie faisait la haie sur deux ou trois files ; la cavalerie était regroupée par peloton sur les places »53.

  • 54 Ibid.

55La procession défile devant l’évêque qui est « vêtu d’ornements blancs et d’une chape blanche, la mitre en tête et la crosse à la main »54.

  • 55 Journal des P.-O., no 39, mardi 23-mercredi 24 mai 1865.
  • 56 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876.

- La réception, à la Porte impériale, par les autorités municipales. En 1865, pour l’entrée de Mgr Ramadié, elle s’effectue sous un arc de triomphe. Il est reçu par « M. le maire PASSAMA, son adjoint TOURNAL et le conseil municipal, les commissaires de police et les membres de la société de Saint-Georges »55. Le maire prononce une allocution à laquelle répond l’évêque. Mais pour les entrées de Mgr Saivet en 1876, de Mgr Caraguel en 1877, de Mgr Gaussail en 1886 ou encore celle de Mgr de Carsalade du Pont en 1900, les autorités municipales républicaines et anticléricales sont absentes, ce qui fait dire au Roussillon : « la ville ’nétant pas représentée, elle s’est présentée elle-même à l’évêque »56.

- Le peuple uni à son pasteur traverse la ville en liesse. Si l’évêque se déplace toujours sous un dais comme le veut le Cérémonial des évêques de 1600, il ne le fait plus à dos de mule. Lors de l’entrée de Mgr Saivet en 1876, les rues Notre-Dame et Saint-Jean étaient tellement décorées de « guirlandes bleues et blanches, jaunes et blanches, se croisant avec des lignes de verdure tressée » que le dais de l’évêque n’a pas pu passer. Mgr Saivet a dû parcourir une partie du trajet sans son dais. Il ne l’a récupéré que sur le parvis de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.

- La réception à la cathédrale. Toutes les autorités civiles et militaires du département sont présentes dans la basilique illuminée et décorée. Sont présents, le général commandant les troupes, le préfet, les présidents des différents tribunaux, les magistrats en robe, le conseil de la préfecture, toutes les administrations conduites par leurs chefs de service en grande tenue. L’évêque monte en chaire et s’adresse à la foule.

- La réception au palais épiscopal. L’évêque est accompagné en procession de la cathédrale jusqu’à sa résidence à travers une haie d’honneur faite par la troupe. Là, il reçoit les élites locales qui se réapproprient ainsi le pontife.

  • 57 Journal des P.-O, no 39, mardi 22-mercredi 23 mai 1865.
  • 58 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 30, p. 467-469.

56À la dimension visuelle de ces cortèges déambulant dans une ville pavoisée, s’ajoute un accompagnement sonore qui amplifie la profondeur des émotions et des sentiments religieux. Ce sont : « le canon qui gronde, le tambour qui bat, les cloches de toutes les paroisses mises en branle, la musique des Frères » mais aussi les cantiques, les prières, les cris, les vivats57. L’entrée de l’évêque dans la ville épiscopale est donc un moment fort de la vie de la communauté catholique mais aussi des Perpignanais. Mais, l’arrêté municipal qui interdit toute procession extérieure depuis 1880, empêche les entrées pontificales de se déployer à travers les rues de Perpignan lors des entrées de Mgr Gaussail en 1886 et de Mgr de Carsalade du Pont en 1900. La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan qui rend compte de ces entrées tronquées, déplore que « les prescriptions du Cérémonial des évêques ’nont pu être suivies » et que par conséquent les rues n’étaient ni « pavoisées ni jonchées de fleurs et de verdure », qu’il n’y avait ni « arcs de triomphe », ni « magistrats aux portes de la cité ». Malgré toutes ces restrictions, un « arc de triomphe de proportions grandioses avait été dressé sur le parvis de la Basilique »58.

  • 59 ADPO, 4M118.
  • 60 Ibid.
  • 61 Le Roussillon, no 126, jeudi 30 mai 1878.

57Pour les entrées épiscopales dans les paroisses du diocèse, nous ne disposons que de quatre courtes relations. En fonction de l’engagement politique des autorités municipales, l’accueil de l’évêque peut se faire sans grande solennité. Ainsi le 28 février 1878 à Arles-sur Tech, Mgr Caraguel « a été reçu officiellement à l’entrée de la ville par le clergé, le conseil municipal, la gendarmerie, quelques douaniers plus un petit nombre d’autres habitants »59. Si les autorités sont présentes, l’absence de la population marque un relâchement des liens dans cette paroisse entre l’Église et les habitants. On retrouve, quelques mois plus tard à Prats-de-Mollo, une entrée encore plus distante avec une réception « silencieuse, presque froide. Pas un cri pas un vivat. Presque toute la population vaquait à ses affaires de la campagne aussi bien que celles de la ville, sans se montrer nullement curieuse ni pressée de connaître le Chef de l’Église de ce département »60. À Saint-Féliu-d’Avall en 1878, la population était venue nombreuse et un arc de triomphe avait été dressé. Cependant le maire, voyant qu’il n’y avait pas de couleur rouge dans la décoration, a ordonné que tout soit enlevé61.

58Finalement, c’est à Pia en 1879 que l’on trouve une entrée épiscopale digne de ce nom avec une réception à l’entrée du village, un discours de bienvenue prononcé par le président de la société de secours mutuels, – car les autorités municipales étaient volontairement absentes, une procession avec des enfants qui semaient des fleurs sur les pas du pontife – des rues pavoisées avec « de grands mâts reliés entre eux par des guirlandes de verdure », la réception à l’entrée de l’église, puis le discours épiscopal dans l’église.

59Ces exemples montrent que les entrées pontificales ne sont donc pas toujours des moments faciles pour les évêques. Elles sont le reflet des sentiments religieux des populations locales, mais aussi de leurs sentiments politiques. Le relatif déclin de leur solennité révèle un Roussillon qui bascule dans l’indifférence religieuse et dans un engagement républicain de plus en plus affirmé.

LES MISSIONS

  • 62 Encyclopédie Catholicisme, Paris, Letouzey et Ané, tome IX, « missions paroissiales », p. 402.

60Les missions intérieures ou missions paroissiales consistent en « une série d’exercices religieux donnés [...] par un ou plusieurs prédicateurs extraordinaires, afin d’obtenir la conversion des populations ou l’approfondissement de leur vie chrétienne »62.

61La mission, en général, dure une à trois semaines et se termine par la plantation d’une croix dite de mission, preuve du travail accompli et de la consécration de l’espace paroissial au Christ.

  • 63 Selon l’expression d’Alphonse Dupront.

62Ces missions ré-installent l’Église dans l’espace public qu’elle avait dû déserter sous la Révolution. Elles sont l’émanation d’une Église militante et reconquérante qui n’a plus peur ni de se montrer ni de délivrer son message évangélique. Elles sont aussi l’occasion pour les catholiques routiniers d’une « recharge sacrale » des significations de la foi chrétienne63.

63Dans les Pyrénées-Orientales, les missions sont dans leur quasi totalité organisées et dirigées par les capucins. De 1869 à 1908, leur nombre varie selon la conjoncture historique, ainsi en dénombre-t-on, d’après la Semaine religieuse du diocèse de Perpignan et Le Roussillon, de 1869 à 1908 cinquante et une qui se répartissent ainsi :

64Il existe une relation entre le mouvement missionnaire et le contexte politique. Les trois périodes creuses (1871-1876), (1880-1883) et (1898-1902) correspondent à l’expulsion des capucins en 1870 et en 1880, puis à la période anticléricale du gouvernement Waldeck-Rousseau.

65Le catholicisme missionnaire se veut un catholicisme spectaculaire, démonstratif. Il s’affiche par des processions nombreuses, par l’érection de croix. Il s’affirme par des chants, par des prédications, par le son des cloches. Il témoigne à travers des comptes rendus et des articles de journaux. Tous les moyens possibles sont utilisés pour faire connaître l’objet de la mission.

  • 64 L’Indépendant, no 77, jeudi 5 avril 1877.

66Ce catholicisme prêché est un catholicisme de combat, provocateur, qui pourfend la franc-maçonnerie, l’« école sans Dieu », la perte des valeurs traditionnelles comme lors de la mission de Saint-Laurent-de-Cerdans en 1877 menée par le Père Laurent. C’est d’ailleurs une des raisons qui ont poussé le conseil municipal de cette commune à s’opposer à l’érection d’une nouvelle croix de mission dans le cimetière, opposition soutenue par L’Indépendant64.

  • 65 ADPO, 2V48.

67À Sorède, à la suite de la mission de 1893, le conseil municipal décide le 18 décembre d’ériger une croix de 8 mètres près des écoles communales. Mais des habitants républicains envoient une pétition au préfet pour qu’il s’oppose à cette érection et dénoncent dans leur lettre « le langage haineux et violent du prédicateur contre ceux qui ne pratiquent pas la religion catholique ». Finalement la croix de mission sera plantée, mais à l’entrée du village, sur un terrain privé65.

68La mission, c’est le refus du peuple catholique de se laisser enfermer dans l’enceinte de l’église, c’est le retour au prosélytisme actif. Les missionnaires demandent aux fidèles d’extérioriser davantage leur foi dans une sorte de théâtralisation dont la plantation d’une croix est le point d’orgue. Croix qui rappelle sans cesse aux fidèles les moments intensément vécus, les promesses faites, mais aussi l’appropriation de l’espace (re)devenu dorénavant un territoire dédié au Christ.

  • 66 Semaine Religieuse du diocèse de Perpignan, no 2, samedi 16 janvier 1869, p. 21-22.

69Cette plantation de la croix est mise en scène comme à Caudiès-de-Fenouillet, où une procession « traverse les rues décorées d’arcs de triomphe, de pieuses inscriptions, de berceaux de verdure, de jets d’eau retombant avec grâce » pour se terminer par l’érection collective de la croix66.

  • 67 Ibid.

70Si les prédications des missionnaires capucins sont faites en catalan pour toucher davantage leurs auditeurs, ces missionnaires n’hésitent pas à modifier leur stratégie de conquête des âmes en fonction des besoins locaux. S’étant aperçu, lors de la mission de Prats-de-Mollo en 1869, que les militaires ne comprenaient pas le catalan, les prédicateurs organisent à leur intention une séance supplémentaire en français67.

  • 68 AP, paroisse d’Espira-de-l’Agly, dossier no 11, lettre de l’abbé Combaut datée de 1897.

71Les prêtres des paroisses, étant plus au fait des besoins et des envies de leurs ouailles quant à l’utilisation du catalan, demandent pour les missions paroissiales des « prédicateurs qui connaissent nos deux langues »68.

  • 69 Ibid., dossier no 16, samedi 19 avril 1884, p. 249.
  • 70 Ibid., dossier no 2, samedi 10 janvier 1903.

72Lorsque la mission est terminée, un bilan est à chaque fois dressé sur la fréquentation, notamment sur celle de la population masculine de la paroisse. Ainsi à Catllar en 1884, la mission se traduit par une « réunion nombreuse d’hommes dont beaucoup s’étaient éloignés des sacrements depuis de longues années »69, ou encore lors de la mission à Saint-Génis-des-Fontaines en 1903 « il était vraiment beau de voir ces hommes en très grand nombre venir aux réunions. Oui des hommes, beaucoup d’hommes ; il est bon qu’on le sache »70. Néanmoins, les comptes rendus laissent entrevoir que les résultats obtenus s’estompent rapidement avec le temps.

LES PÈLERINAGES

  • 71 Un pèlerinage est un déplacement « effectué en esprit de pénitence, d’action de grâce ou de piété a (...)

73Les pèlerinages ont connu aux XVIIe et XVIIIe siècles une profonde crise liée d’abord à la répression monarchique qui se méfiait des mouvements de masse, puis au dénigrement des philosophes des Lumières et enfin à l’action de la Révolution71.

74Le XIXe siècle est par contre un siècle de renouveau pèlerin lié au dynamisme du catholicisme, à l’efficacité des prêtres mieux formés, à la redécouverte d’un Moyen Âge mythifié et aux nouveaux moyens de locomotion et d’information. C’est à cette époque que le culte marial connaît un fort développement avec des mariophanies célèbres et célébrées comme celles de la rue du Bac à Paris en 1836, de La Salette en Isère en 1848, de Lourdes dans les Hautes-Pyrénées en 1858, de Pontmain en Mayenne en 1871. Le culte marial se développe d’autant plus que le pape Pie IX, le 8 décembre 1854 dans la bulle Ineffabilis, définit l’Immaculée Conception comme un dogme de la foi catholique.

75Ce renouveau des pèlerinages et du culte marial s’appuie sur la nouvelle congrégation des Augustins de l’Assomption créée en 1845 par le Père d’Alzon, dont une des ambitions est de « mettre la vapeur au service de Dieu ». C’est un autre assomptionniste, le Père Picard, qui fonde, en juillet 1873, Le Pèlerin, hebdomadaire qui relate, mais aussi organise des pèlerinages de masse en utilisant ce nouveau moyen de locomotion qu’est le train.

  • 72 Lettre pastorale no 65 de Mgr l’évêque de Perpignan à l’occasion d’un pèlerinage diocésain à N.-D. (...)

76Ces regroupements de fidèles permettent un brassage des individus, des classes sociales, et développent le sentiment d’appartenance à une communauté forte et moderne. Ce réveil de la pratique pèlerine n’a pas échappé aux évêques roussillonnais qui essaient d’en amplifier le mouvement : « la dévotion des pieux pèlerins a imprimé, N.T.C.F. [Nos Très Chers Frères] dans ces derniers temps, au monde catholique, un mouvement admirable [...], elle précipite les populations chrétiennes vers les sanctuaires bénis, consacrés par de célestes apparitions et par des prodiges éclatants »72.

  • 73 Le mot aplec signifie réunion et n’a pas obligatoirement un sens religieux.
  • 74 FOXONET, Francesc, L’Església i la catalanitat a la Cataluya del Nord, vol. 2, op. cit., p. 518-521

77Les pèlerinages locaux ou aplecs sont très nombreux en Roussillon73. Certains n’attirent que les fidèles de la paroisse où est implanté le sanctuaire, mais d’autres sanctuaires ont un pouvoir d’attraction beaucoup plus important. Parmi eux, on peut signaler ceux de Saint-Ferréol à Céret, de Domanova à Vinça, de Notre-Dame de Cases-de-Pène, de Font-Romeu ou encore de Collioure74.

  • 75 ADPO, 2M, rapport au préfet, janvier 1866, colonne situation morale, attitude du clergé.

78Dès son arrivée dans le diocèse, Mgr Ramadié essaie de normaliser la foi des Roussillonnais en dénonçant comme superstitieuses les pratiques qui consistent à habiller les statues, à leur mettre des cheveux : « un des premiers actes de son autorité fut de proscrire l’usage invétéré dans le clergé de ce pays, de revêtir les images du Christ et de la Vierge et des Saints d’accoutrements ridicules, de bijoux, de chevelures naturelles provenant d’ex-voto, très exactement comme au Pérou et dans les autres colonies espagnoles »75. L’activité pèlerine se modernise par l’utilisation des moyens de locomotion, mais aussi par une pratique plus orthodoxe afin de ne pas prêter le flanc à la critique anticléricale et rationaliste.

  • 76 Le Roussillon, no 156, dimanche 6 juillet 1873.
  • 77 Il s’agit du journal catholique L’Univers.

79Le pèlerinage de Font-Romeu rassemble en 1873 « 10 000 personnes malgré la difficulté de se procurer des moyens de transport ». La prédication s’y fait « dans cette belle langue catalane » d’autant que ce sanctuaire attire des pèlerins venus de la Catalogne du sud76. Le succès de ce regroupement est même cité en exemple dans un journal national77.

80Le XIXe siècle, c’est le moment de la création à Pézilla-la-Rivière d’un pèlerinage destiné à célébrer ce que l’Église considère comme un miracle, à savoir la conservation intacte des hosties consacrées en 1793, ainsi que la dorure du ciboire récepteur de ces hosties. En 1893, le centenaire du miracle est l’occasion, en présence de nombreux notables ecclésiastiques, d’inaugurer la nouvelle église de Pézilla-la-Rivière.

81Les pèlerinages internationaux sont aussi à l’honneur et, si ceux de Rome ou de Jérusalem ont le goût de l’exotisme, ceux de Nuria ou de Montserrat sont davantage ancrés dans la tradition roussillonnaise.

  • 78 Circulaire no 52 du 15 août 1871, p. 6.
  • 79 La Croix des P.-O., no 384, 385 et 387 des 12, 19 août et 2 septembre 1900. On y apprend notamment (...)

82En 1871, Mgr Ramadié invite les fidèles à se rendre au vénéré sanctuaire de Nuria en procession avec des croix et des bannières78, en 1900, c’est Mgr de Carsalade du Pont qui encourage ce pèlerinage79. Lors de la fête du millénaire de Montserrat en 1880, Mgr Caraguel met en place un pèlerinage officiel qui déplace 140 fidèles.

83Mais ce qui marque davantage les esprits aussi bien des participants que de leurs opposants, ce sont les pèlerinages forains dont l’exemple type est celui de Notre-Dame de Lourdes. L’Indépendant, fidèle à sa tradition, ne manque aucune occasion de railler les « pèlerinards », les « Lourdauds » ou ceux qui vont à « Notre-Dame de la Galette ». Il reproche également à ces rassemblements de n’être, sous couvert de religion, que des manifestations politiques. Les anticléricaux dénoncent ces foules agitant des bannières, chantant des cantiques, se regroupant dans les gares. Ils se gaussent des prétendus miracles. Mais en dépit de ces critiques, le mouvement pèlerin ne faiblit pas, bien au contraire. Il devient un moment fort dans la pratique catholique moderne.

LA GUERRE DES SONS

84La lutte pour la maîtrise des sons dans les espaces urbains et ruraux est une autre caractéristique de ce XIXe siècle, dont le clocher marque traditionnellement le paysage visuel, mais aussi sonore. Cet édifice symbolise pleinement la place physique et mentale qu’occupe l’Église et rappelle sans cesse la nécessité de se tourner vers Dieu.

  • 80 CORBIN, Alain, Les cloches de la terre, Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XI (...)

85À cette époque, le son des cloches est le principal moyen pour rythmer le temps, prévenir ou rassembler la population. Leur mise en branle vaut injonction de rassemblement. Maîtriser l’usage de la sonnerie campanaire, c’est donc maîtriser le pouvoir de convocation, mais c’est en même temps avoir le monopole des signaux de la solennité sonore : « Au sein des campagnes du XIXe siècle, le son des cloches impose la certitude. Dans l’univers dominé par la flexibilité de la rumeur, la cloche confère l’épaisseur du vrai »80.

  • 81 Ibid.

86Face au son sacerdotal des cloches de l’église, « la sonorité républicaine est celle du tambour »81. Dans ce conflit des sonorités, l’importance du volume sonore et émotionnel qui émane des cloches rend le son du tambour bien dérisoire. D’où la volonté des maires, maîtres des tambours, de devenir également maîtres des cloches.

  • 82 Règlement du 13 juin 1885 publié dans la circulaire no 56 de Mgr Caraguel.

87L’accès aux clochers est aussi une autre facette de cette lutte entre le maire et le curé. La loi municipale du 5 avril 1884 codifie et modifie les rapports entre le pouvoir clérical et municipal en faveur de ce dernier. L’article 100 de la loi oblige l’évêque et le préfet à rédiger un règlement concerté pour l’usage des sonneries civiles. Dans le département, c’est chose faite en juin 188582.

88Quant à l’article 101, il a profondément choqué le monde catholique, car il prévoit que désormais le maire doit avoir le double de la clef permettant d’accéder aux cloches. Cette disposition devient conflictuelle quand la clef donne accès en même temps au clocher et à l’église. La peur de la profanation, le sentiment de dépossession sont tels que le pape Léon XIII s’oppose à son application.

89Les litiges liés à l’utilisation des cloches peuvent être classés en trois groupes. L’un concerne les rituels politiques comme la fête nationale du 14 juillet, l’autre porte sur les rituels civils, tels les mariages ou les enterrements, et enfin le dernier regroupe les besoins locaux comme l’annonce du début des cours scolaires ou celle de la venue du percepteur.

  • 83 Ibid. Titre II, article 4. Dans chaque commune, le Maire ou son délégué aura le droit de faire sonn (...)

90Le règlement, élaboré conjointement par l’autorité préfectorale et épiscopale, prévoyait l’usage des cloches des églises pour annoncer le 14 juillet, mais il était précisé que les cloches ne devaient être mises en branle que par le sonneur attitré de l’église et pendant un laps de temps bien précis83.

  • 84 AP, paroisse de Vingrau, dossier no 41, lettre du curé à son évêque, 14 juillet 1892.

91Malgré ces obligations légales, les maires passent outre et désignent d’autres sonneurs comme en 1889 à Tautavel ; en 1892 à Tresserre, à Saint-Michel-de-Llottes et à Vingrau, où « le garde champêtre en compagnie de deux mauvais garnements, a fait interruption dans l’église. Pendant plus d’une heure et tout le temps que l’on a mis à parcourir les rues du village, en portant le buste de la république, parodiant les processions interdites, ces trois individus ont lancé les cloches à toute volée »84 ; en 1896 à Bouleternère, Alénya, Villelongue-de-la-Salanque ; en 1899 à Fillols ou en 1900 à Saint-Marsal.

  • 85 Ibid., paroisse de Villelongue-de-la Salanque, lettre du 16 juillet 1896 au préfet.
  • 86 Ibid., paroisse de Joch, dossier no 30, lettre du 23 février 1898.

92L’intrusion dans le clocher et, parfois même dans l’église, donne lieu à des comportements assimilés par les prêtres à de la profanation. Ainsi apprend-on, qu’en 1890 à Dorres, « on profanait l’église en fumant » ; qu’en 1896 à Villelongue-de-la-Salanque, « le 14 juillet de neuf à dix heures du matin, une troupe d’hommes, la plupart en manches de chemises, ont envahi l’église et le clocher, qu’ils ont sonné la seule cloche que nous ayons, tellement fort qu’ils ont cassé le crochet et la chaîne du battant »85 ; qu’en 1898 à Joch, le maire a « fait sonner à l’occasion de la fête nationale pendant presque toute la journée. Il a fait prendre tous les marteaux du maréchal ferrant pour taper dessus à coups redoublés »86.

  • 87 Ibid., paroisse de Villelongue-de-la-Salanque.

93Certains maires n’hésitent pas à faire forcer les serrures et les portes pour pouvoir accéder au clocher. Attitude qui montre que l’obligation du double des clefs, prévue par la loi municipale de 1884, n’était pas respectée. En 1896, pour pénétrer dans le clocher, le maire de Villelongue-de-la-Salanque « Monsieur Jonquères, accompagné de deux conseillers municipaux, Louis Delonca et Duccasy Gineste sont venus faire le crochetage de la porte du clocher avec un soc de charrue. La serrure a été cassée ainsi qu’un morceau de la porte ». Il récidive en 1897 en faisant « enfoncer à coups de marteau la porte de l’église »87.

  • 88 ADPO 2V33, lettre du sous-préfet au préfet, 11 juillet 1904 : « De nombreux républicains de Céret s (...)

94À Céret en 1904, des républicains saisissent le sous-préfet car le 14 juillet n’est jamais annoncé par la sonnerie des cloches comme le permet la loi88. Il écrit une lettre au préfet dans laquelle il signale cette situation et l’explique par le fait que les différents maires qui se sont succédés ont été « toujours désireux de conserver des relations amicales avec les réactionnaires et ’nont jamais fait sonner les cloches à cette occasion ». Il propose donc de « mettre le maire en demeure de faire sonner les cloches » mais avant d’agir, il souhaite avoir l’autorisation préfectorale. Le préfet lui répond qu’il n’existe pas de dispositions légales pour que l’État oblige le maire à faire sonner les cloches et donc demande à son subordonné de s’abstenir de toute mise en demeure.

95Si la quasi totalité des conflits de ce type concernent la fête nationale du 14 juillet, on peut noter, en 1892, une sonnerie des cloches pour fêter le 22 septembre à Millas, c’est-à-dire la proclamation de la Ière République.

  • 89 ADPO 2V33.

96Le 6 mai 1903, le maire de Toulouges fait sonner les cloches de l’église pour annoncer la fête annuelle du syndicat des travailleurs et le lendemain, pendant l’office religieux, les cloches « ont sonné à toute volée pendant une heure » pour le défilé du cortège. Un peu plus tard, il utilise les cloches pour annoncer une grève89.

97D’après le règlement départemental des sonneries, celles qui concernent l’annonce de rituels civils sont illégales. Mais certains maires, plus engagés que d’autres dans le combat anticlérical, ne tiennent nullement compte de cette illégalité.

  • 90 AP, paroisse de Joch, dossier no 30, 23 juin 1898.

98En 1894, l’adjoint au maire de Tautavel ordonne, malgré l’opposition de l’abbé Bonafont, qu’on sonne le glas « pour un enterrement civil franc-maçon ». Quant au maire de Joch, il prétend en 1898 qu’il a « le droit de faire sonner les cloches quand il voudra et autant qu’il voudra » et il est vrai « qu’il les fait sonner aux baptêmes, aux mariages et même aux enterrements civils »90.

99Dans aucun des cas cités, l’autorité préfectorale ne sanctionne ces illégalités. Tout au plus adresse-t-elle un blâme, oral ou écrit, aux contrevenants qui ont ainsi l’impression de pouvoir s’opposer en toute impunité à l’autorité cléricale, en bafouant ouvertement la légalité.

100Quelquefois les prêtres, comme à Fillols, ont peur d’entrer en conflit avec la population et permettent de « faire sonner les cloches aux baptêmes d’enfants illégitimes ». Attitude qui pose en 1888 de sérieux problèmes au nouveau desservant pour faire respecter les règles ecclésiastiques et donc remettre en cause l’usage abusif des sonneries permis par son prédécesseur. Cette reprise en mains lui vaut quelques accrochages avec la population, mais aussi avec la municipalité.

101L’absence de son campanaire pour accompagner les grands moments de la vie des familles est perçue comme une marque d’exclusion, voire d’infamie. Les prêtres ne manquent pas d’utiliser cet argument pour faire pression sur les individus, afin qu’ils optent pour des cérémonies religieuses. Pour contrecarrer le poids du clocher et l’absence du son des cloches dans les rituels civils, des municipalités républicaines plus anticléricales décident de faire construire un « clocher républicain », affirmation visible et audible de la volonté d’émancipation de la tutelle ecclésiale, comme à Pézilla-la Rivière en 1882 ou à Canohès en 1892.

  • 91 Article 5 du règlement du 13 juin 1885.

102Quant à l’utilisation des cloches pour les besoins locaux, elle est prévue à l’article 5 du règlement campanaire91. En mai 1892 à Eyne, le curé de la paroisse refuse de faire sonner les cloches pour appeler les enfants à l’école, car cela ne se pratiquait plus depuis trois ans. D’autre part, l’instituteur ne l’avait pas prévenu à l’avance et avait envoyé un enfant pour effectuer cette tâche. Le maire saisit le préfet en insistant sur le fait que « la localité est privée d’horloge publique » et que la « plupart des familles ignorent toute heure du jour, faute également d’horloges particulières ». Finalement, dans un esprit de conciliation, l’évêque demande au curé d’autoriser ces sonneries, mais à la condition qu’elles soient effectuées par le sonneur attitré de l’église.

103L’Église catholique utilise tous les moyens disponibles pour se faire voir et entendre. La réoccupation massive de l’espace public à des fins religieuses, à un moment où les individus desserrent ou abandonnent les liens avec l’Église, soulève de plus en plus de conflits. L’anticléricalisme, sans être forcément antireligieux, veut neutraliser l’espace public, et par conséquent lutte avec plus ou moins de succès pour le renfermement des manifestations religieuses dans les églises, attitude qui est perçue par les catholiques comme une atteinte intolérable à l’expression de leur culte.

104Au gré des opinions et volontés municipales, telle commune autorise les processions extérieures, telle autre les interdit, rompant ainsi l’unité territoriale quant à l’expression et l’application des libertés publiques. Le fait que l’État refuse de légiférer en la matière permet certes de trouver des solutions plus proches des désirs des habitants mais entraîne des disparités territoriales dont les citoyens ne comprennent pas toujours l’opportunité et la légitimité.

105Ces conflits, outre leurs soubassements idéologiques, sont l’expression de la montée en puissance de l’autorité du maire qui apparaît de plus en plus comme le personnage clef de la commune. A contrario, les curés voient leurs pouvoirs diminuer, être remis en cause voire bafoués par des maires soucieux de s’émanciper de la tutelle cléricale.

Notes

1 Circulaire du 20 avril 1803.

2 Codex juris canonici, titre XVII, Des processions sacrées, canon 1290 §1, Rome, MCMXVIII.

3 Les reposoirs sont les autels mis en place par les fidèles sur le parcours d’une procession et où elle fait halte. La foule chante alors un cantique et le curé bénit la foule.

4 À Prades lors de la Fête Dieu, 21 reposoirs sont signalés en 1872 (Le Roussillon, no 134, samedi 8 juin 1872) ; ils ne sont plus que 14 en 1874 (Le Roussillon, no 132, vendredi 12 juin 1874).

5 Circulaire no 94, 1er mai 1876, p. 2.

6 AP, paroisse de Latour-de-Carol, lettre de l’abbé Respaut à son évêque, 14 janvier 1894.

7 Circulaire du 27 mai 1879 du ministre de la Guerre, le général Gresley reprenant les dispositions du décret du 24 messidor an XII (13 juillet 1804) relatif « aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires ».

8 Le Roussillon, no 130, mardi 4 juin 1872.

9 Ibid., no 138, mardi 17 juin 1879.

10 ADPO, 2V36.

11 Ramonéda Joseph, Cléricalisme et anticléricalisme durant la IIIe République concordataire dans les Pyrénées-Orientales, thèse soutenue à l’université de Perpignan, p. 146-147.

12 Le Roussillon, no 130, mardi 4 juin 1872.

13 L’Indépendant, no 156, dimanche 4 juillet 1880.

14 Ibid., no 61, mardi 28 mai 1872.

15 Ibid., no 60, samedi 25 mai 1872.

16 Ibid.

17 Ibid., no 106, 6 mai 1882.

18 ADPO, 2V33, arrêté d’interdiction de toute procession extérieure, 20 mai 1881.

19 Une enquête du Figaro révèle que le clergé des Pyrénées-Orientales n’est pas, dans son ensemble, ouvertement hostile au gouvernement républicain mais qu’il « verrait avec plaisir le rétablissement d’une monarchie qui, sans s’appuyer directement sur lui, saurait respecter ses droits et ses intérêts » in Le Républicain des P.-O., no 378, jeudi 19 novembre 1891.

20 L’Indépendant, no 61, mardi 28 mai 1872.

21 ADPO, 4M211, rapport de gendarmerie du 11 juin 1872.

22 Ibid.

23 Le Roussillon, no 146, mercredi 25 juin 1873.

24 ADPO, 2V40. L’Indépendant, no 147, mardi 24 juin 1879 et Le Roussillon, no 145, mercredi 25 juin 1879.

25 Le Roussillon, no 145, mercredi 25 juin 1879. [On doit pendre les curés].

26 Dans la région Centre-Ouest qui comporte huit départements, D’Hollander a relevé en tout, pour la période allant de 1879 à 1888, 43 arrêtés. Avec 53 arrêtés pour un seul département, on comprend dès lors la force de l’anticléricalisme roussillonnais.

27 Le 29 août 1884 à Salses, les fidèles organisent une « procession » malgré l’avis contraire de leur curé. Cette procession avait été établie en 1854 pour obtenir l’arrêt d’une épidémie de choléra La réapparition du choléra en 1884 dans les environs du village a déclenché auprès des habitants le besoin d’organiser, malgré l’interdiction municipale, une manifestation religieuse en dehors de l’église, mais sans la conduite de leur curé et contre sa volonté.

28 ADPO, 4M249.

29 La Croix des P.-O., no 203, 21 février 1897.

30 Le Roussillon, no 35, mercredi 12 février 1897.

31 ADPO 2V35, lettre du sous-préfet au préfet, 2 juillet 1895.

32 Ainsi pour motiver son arrêté d’interdiction de procession extérieure, le maire de Laroque-des-Albères, s’appuie sur « les conflits qui éclatent presque à chaque procession entre M. Pujol, curé, et des habitants qu’il veut forcer à se découvrir » (ADPO, 2V36).

33 AP, paroisse d’Ille-sur-Têt, dossier no 94, lettre du curé à l’évêque datée du 18 juin 1895.

34 Ibid., paroisse d’Espira-de-l’Agly, dossier no 11, lettre de l’abbé Combaut à l’évêque, 26 juillet 1895. Le dimanche suivant se déroule une autre procession. Devant le même café, « il ’nen sort ni chant ni note discordante. Et au moment de la bénédiction, ceux qui étaient aux fenêtres du café, ont ôté leur chapeau et se sont inclinés devant le Très Saint-Sacrement ».

35 La Croix des P.-O., no 356, 28 janvier 1900. Les deux parlementaires étaient en tournée électorale. Cependant si ces parlementaires ne s’étaient pas découverts, le même journal leur aurait reproché leur attitude.

36 ADPO, 2V35. Finalement le ministre, sur l’intervention de Mgr de Carsalade du Pont, décide d’en rester là et ne donne pas suite à la demande du préfet.

37 Dans une délibération du 30 mai 1879, le conseil municipal de Perpignan exprimait sa volonté d’interdire les processions extérieures en se basant sur l’existence d’un temple protestant dans la ville. Mais avant toute décision officielle, une lettre est adressée au préfet pour savoir si cela est possible. Le préfet s’en tient à l’interprétation de l’article 45 donnée par Portalis et répond par la négative (ADPO, 2V36).

38 Cette interprétation avait été amorcée le 20 mai 1879 par la circulaire de Lepère, ministre de l’Intérieur, puis en 1881 par Ernest Constans, ministre des Cultes. Elle précise bien que l’interprétation de Jean Portalis doit être abandonnée car « c’est bien un édifice et non une collectivité de fidèles légalement reconnue que le législateur a eu en vue dans cet article ».

39 HAURIOU, Maurice, Notes d’arrêt sur les décisions du Conseil d’État et du Tribunal des conflits, publiées au recueil Sirey de 1892 à 1928, t. II, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1929, p. 712-721.

40 ADPO, 2V33. Le maire, Achille Farines, prend l’arrêté d’interdiction à cause d’un conflit de pouvoir à propos de bancs pour les élèves de l’école laïque placés dans l’église avec l’accord du curé, bancs que le curé fait retirer par la suite et mettre dans la rue sans aucune explication préalable.

41 Ibid. Le préfet demande au maire, pour que cet arrêté ne soit pas susceptible d’annulation, d’enlever cette phrase.

42 La Croix des P.-O., no 378, 1er juillet 1900.

43 Le Radical, no 91, mercredi 20 avril 1881.

44 ADPO, 2V36.

45 Ibid. Le curé passe outre cette interprétation et le jour même il porte le viatique à deux malades « accompagné du dais et de quatre flambeaux suivi par quelques hommes et plusieurs femmes ». Le maire écrit alors au préfet pour signaler cet incident et lui demander s’il doit verbaliser le curé ou prendre un arrêté interdisant ce type de cérémonie. Le préfet lui répond qu’il doit verbaliser et transmettre son procès verbal au procureur de la République.

46 L’ordonnance du 1er mars 1842 prévoit qu’il « appartient au maire de prendre, sous l’autorité de l’administration supérieure, un arrêté défendant une procession publique et que le ministre du culte est tenu d’obtempérer audit arrêté, tant qu’il n’a pas été annulé ».

47 ADPO, EDT 23, registre des délibérations du conseil municipal de Canet, le 12 mai 1881.

48 C’est le seul cas dans le département où un préfet annule un arrêté d’interdiction de procession extérieure.

49 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876, entrée de Mgr Frédéric Saivet.

50 Journal des P.-O., no 39, mardi 23-mercredi 24 mai 1865. Entrée de Mgr Étienne Ramadié.

51 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876.

52 Journal des P.-O., no 39, mardi 23-mercredi 24 mai 1865.

53 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876.

54 Ibid.

55 Journal des P.-O., no 39, mardi 23-mercredi 24 mai 1865.

56 Le Roussillon, no 202, jeudi 31 août 1876.

57 Journal des P.-O, no 39, mardi 22-mercredi 23 mai 1865.

58 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 30, p. 467-469.

59 ADPO, 4M118.

60 Ibid.

61 Le Roussillon, no 126, jeudi 30 mai 1878.

62 Encyclopédie Catholicisme, Paris, Letouzey et Ané, tome IX, « missions paroissiales », p. 402.

63 Selon l’expression d’Alphonse Dupront.

64 L’Indépendant, no 77, jeudi 5 avril 1877.

65 ADPO, 2V48.

66 Semaine Religieuse du diocèse de Perpignan, no 2, samedi 16 janvier 1869, p. 21-22.

67 Ibid.

68 AP, paroisse d’Espira-de-l’Agly, dossier no 11, lettre de l’abbé Combaut datée de 1897.

69 Ibid., dossier no 16, samedi 19 avril 1884, p. 249.

70 Ibid., dossier no 2, samedi 10 janvier 1903.

71 Un pèlerinage est un déplacement « effectué en esprit de pénitence, d’action de grâce ou de piété ayant pour terme un lieu sacré » selon A. G. MARTIMORT, L’Église en prière, introduction à la liturgie, Paris, Desclée & Cie, p. 639.

72 Lettre pastorale no 65 de Mgr l’évêque de Perpignan à l’occasion d’un pèlerinage diocésain à N.-D. de Font-Romeu, Perpignan, Charles Latrobe, 1873, p. 3-4.

73 Le mot aplec signifie réunion et n’a pas obligatoirement un sens religieux.

74 FOXONET, Francesc, L’Església i la catalanitat a la Cataluya del Nord, vol. 2, op. cit., p. 518-521.

75 ADPO, 2M, rapport au préfet, janvier 1866, colonne situation morale, attitude du clergé.

76 Le Roussillon, no 156, dimanche 6 juillet 1873.

77 Il s’agit du journal catholique L’Univers.

78 Circulaire no 52 du 15 août 1871, p. 6.

79 La Croix des P.-O., no 384, 385 et 387 des 12, 19 août et 2 septembre 1900. On y apprend notamment que cinquante cinq pèlerins venaient de la paroisse de Saint-Pierre dels Forcats.

80 CORBIN, Alain, Les cloches de la terre, Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Albin Michel, 1994, p. 169.

81 Ibid.

82 Règlement du 13 juin 1885 publié dans la circulaire no 56 de Mgr Caraguel.

83 Ibid. Titre II, article 4. Dans chaque commune, le Maire ou son délégué aura le droit de faire sonner les cloches de l’église : 1o Pour annoncer le passage officiel du Président de la République ; 2o À l’occasion de la Fête Nationale, la veille à l’Angélus du soir, et le jour de cette fête à l’Angélus du matin.
Article 6. Les sonneries ordonnées par le Maire ou son délégué devront être exécutées par le sonneur attitré de l’église qui recevra, de ce chef, une indemnité fixée par le Conseil municipal.
Article 7. La durée de chaque sonnerie soit religieuse soit civile ne pourra pas excéder 10 minutes pour les cérémonies ordinaires et 30 minutes pour les sonneries solennelles.

84 AP, paroisse de Vingrau, dossier no 41, lettre du curé à son évêque, 14 juillet 1892.

85 Ibid., paroisse de Villelongue-de-la Salanque, lettre du 16 juillet 1896 au préfet.

86 Ibid., paroisse de Joch, dossier no 30, lettre du 23 février 1898.

87 Ibid., paroisse de Villelongue-de-la-Salanque.

88 ADPO 2V33, lettre du sous-préfet au préfet, 11 juillet 1904 : « De nombreux républicains de Céret s’étonnent, non sans raison, je crois, que la fête du 14 juillet ne soit pas annoncée dans leur ville par la sonnerie des cloches contrairement à ce qui se passe dans les autres coins de France ».

89 ADPO 2V33.

90 AP, paroisse de Joch, dossier no 30, 23 juin 1898.

91 Article 5 du règlement du 13 juin 1885.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/10661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search