Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Chapitre II. La séparation de l’école et de l’Église

Texte intégral

1Depuis que la Révolution française a mis fin au monopole de l’Église catholique sur l’enseignement, tous les régimes politiques ont cherché à légiférer en la matière. Le XIXe siècle est particulièrement marqué par l’abondance de l’œuvre législatrice des différents gouvernements soucieux d’organiser l’instruction des jeunes français.

  • 1 Serment de Jules Ferry en avril 1870 lors de sa conférence à la salle Molière (Paris).

2À partir de 1879, les républicains, déjà majoritaires à la Chambre des députés, le deviennent au Sénat et, après la démission de Mac-Mahon en janvier 1879, la présidence de la République leur échoit. Dès lors, ils peuvent mettre en oeuvre leur projet de société, et notamment leur projet éducatif, d’autant que le ministre de l’Instruction publique, Jules Ferry, a fait publiquement serment de se consacrer exclusivement à « l’éducation du peuple »1.

3Tiraillée entre deux visions différentes qui recoupent deux conceptions de la société, l’école devient un enjeu politique de plus en plus vif. Pour les républicains, fonder l’école laïque revient à respecter leurs engagements électoraux mais c’est surtout fonder la République, car, sur les bancs de cette école laïque, les enfants, par-delà leurs classes sociales et leurs particularités régionales, doivent apprendre l’amour de la patrie, une et indivisible. De plus, puisque l’instituteur prussien a été l’artisan de la défaite militaire française, c’est donc à l’instituteur de la République qu’incombe la charge de préparer la revanche. D’où l’importance que revêt l’institution scolaire aux yeux des républicains.

4Pour les catholiques, l’école doit enseigner les valeurs chrétiennes et faire des écoliers de jeunes pratiquants ayant une connaissance suffisante de l’histoire sainte et des principes évangéliques. L’école ne peut être disjointe de l’enseignement du Christ.

  • 2 Cette loi sécularise définitivement l’enseignement public en exigeant que son personnel soit entièr (...)

5Si Jules Ferry laïcise les programmes et les locaux scolaires, opérant ainsi la séparation de l’école et de l’Église, c’est la loi du 30 octobre 1886, dite loi Goblet, qui laïcise entièrement le personnel enseignant2.

L’ARTICLE 7

6Le 26 mars 1879, Jules Ferry dépose au bureau de la Chambre des députés un projet de loi dans lequel figure le fameux article 7, qui prévoit entre autres l’interdiction de toute participation à l’enseignement public ou privé pour les membres des congrégations non autorisées. Les catholiques considèrent ce projet comme « une véritable déclaration de guerre » (Mgr Freppel).

  • 3 CHEVALLIER, Pierre, La séparation de l’Église et de l’école, Jules Ferry et Léon XIII, Paris, Fayar (...)

7Cet article 7 focalise les opinions et « des deux côtés, les esprits s’enflamment, prennent position et se dressent. Il faudra attendre une vingtaine d’années pour que le pays connaisse de nouveau, lors de l’affaire Dreyfus, une aussi forte effervescence de passions politico-religieuses »3.

8Le Roussillon publie, jour après jour, les protestations solennelles que les évêques envoient les uns après les autres aux parlementaires. La protestation de la province d’Albi dont dépend le diocèse de Perpignan, est publiée le 16 avril.

  • 4 ADPO, 2V30. Lettre du sous-préfet datée du 8 avril 1879.

9Les fidèles s’organisent également. Dans l’arrondissement de Céret, « circulent des pétitions contre les projets de loi déposés par M. le Ministre de l’Instruction publique »4. Ces pétitions, pour qu’elles puissent être examinées par les perlementaires, doivent être obligatoirement vérifiées par les maires qui sont chargés d’authentifier les signatures avant de les retransmettre au Parlement.

  • 5 Ibid., rapport du maire d’Eus, 18 avril 1879.

10À Eus, le desservant va encore plus loin dans l’opposition en attaquant « en chaire les projets de loi Ferry » et en plaçant « devant la porte de l’église une table sur laquelle était la pétition adressée au Sénat ainsi qu’un encrier et une plume. Deux enfants de 16 et 17 ans entouraient la table et engageaient toutes les personnes à signer »5.

  • 6 L’Indépendant, no 173, jeudi 24 juillet 1879.
  • 7 Ibid., no 195, mercredi 20 août 1879.

11Face à la mobilisation des catholiques, les républicains ne sont pas en reste. Ils s’organisent eux aussi en multipliant les prises de position en faveur de l’action gouvernementale. Au début du mois de juillet, le texte du gouvernement est malgré tout adopté par les députés. Le 18 juillet, le Conseil d’arrondissement de Céret, « considérant que la main des Jésuites, qui ont capté l’oreille des femmes dans le confessionnal et se sont emparés astucieusement de l’éducation d’une partie de nos enfants dans leurs collèges, se retrouve partout dans nos luttes ou nos désastres, depuis le coup d’État de décembre, auquel ils ont applaudi, jusqu’aux 16 et 24 mai, qu’ils ont ostensiblement dirigé. Que la guerre de 1870 a été inspirée par eux »6, adresse le vœu selon lequel : « la République fasse exécuter contre l’ordre des Jésuites les lois édictées par la monarchie ». Le 19 août, c’est au tour du Conseil général, sur la proposition du député-conseiller général Frédéric Escanyé, d’émettre un vœu en faveur de l’adoption de l’article 77.

  • 8 Toast d’Auxerre dont le texte est reproduit dans la Gazette de France du 25 août 1879.

12Le 24 août, à la fin d’un banquet du Conseil général de l’Yonne, Paul Bert porte un toast. Il boit à la destruction du phylloxéra « qui se cache sous la vigne » et de celui « que l’on cache avec des feuilles de vigne ». Il ajoute que si, pour le premier, « nous avons le sulfure de carbone ; pour le second [nous avons] l’article 7 de la loi Ferry »8. Durant les vacances parlementaires, Jules Ferry parcourt le sud de la France pour, selon l’expression d’Armand Dufaure, « placer sa loi ». C’est ainsi qu’il vient dans notre département.

  • 9 Lettres de Jules Ferry, 1846-1893, Paris, Calmann-Lévy, 1914.

13Invité pour inaugurer la statue de François Arago, Jules Ferry est accueilli à Perpignan le dimanche 21 septembre aux cris de « Vive l’article 7 ». Dans une lettre adressée à son épouse, il écrit que son « arrivée, la nuit tombée, fut une marche triomphale à travers le flot délirant de 20000 enthousiastes et 20000 fanatiques des lois Ferry, courant, criant joyeusement, de leurs 20000 poitrines, le vocable de l’article 7. Car, c’est désormais, un saint populaire que l’article 7. On dit ici : "Vive l’article 7 !" comme on disait depuis longtemps : Vive l’Arago ! Pour dire : Vive la République ! »9.

  • 10 L’Indépendant, no 224, mercredi 24 septembre 1879.
  • 11 Ibid.

14La ville avait fait un grand effort d’illumination, « peu de maisons restaient obscures. L’aspect était féerique »10. Les rues étaient « envahies par une foule d’étrangers venus à la première heure de tous les points du département, des départements voisins, d’Espagne »11. Malgré le succès populaire de cette campagne promotionnelle aussi bien à Perpignan que dans le reste de la France, le projet de loi est rejeté en octobre par les sénateurs.

  • 12 KELLER, Émile, Les congrégations religieuses en France ; leurs œuvres et leurs services, Paris, Pou (...)

15Le gouvernement ne baisse pas les bras pour autant. Deux décrets paraissent le 29 mars 1880. L’un donne trois mois aux jésuites pour quitter leurs résidences et cinq mois pour quitter leurs écoles ou collèges. L’autre impose à toute congrégation non autorisée de demander une autorisation dans les trois mois sous peine d’expulsion. Pour justifier ces expulsions, le gouvernement fait référence entre autres à l’article 291 du Code pénal qui interdisait les réunions de plus de vingt personnes « tous les jours ou à des jours marqués ». Cependant les catholiques font remarquer que cet article du Code pénal doit s’appliquer aussi aux loges maçonniques et qu’« on refusait aux congrégations une tolérance qui était, en fait, une espèce de privilège dont bénéficiait une catégorie de citoyens, dont beaucoup étaient alors membres de la majorité républicaine en même temps que francs-maçons »12. Cette distinction est perçue par la communauté catholique comme une discrimination injuste et illégale. Pour les catholiques, c’est une preuve de plus de la « persécution » qu’ils subissent et dont ils rendent responsables les francs-maçons, les membres de la « secte ».

  • 13 Article 201. « Les ministres des cultes qui prononcent dans l’exercice de leur ministère, et en ass (...)
  • 14 L’Indépendant, no 140, mercredi 16 juin 1880.

16Dans les Pyrénées-Orientales, des voix s’élèvent contre ces décrets. Dans un sermon du 30 avril 1880, l’abbé Bolte, chanoine honoraire et curé-archiprêtre de Céret, les qualifie de « sinistres ». Sous l’impulsion de M. Delpech, ancien élève des jésuites et procureur de la République auprès du tribunal de Céret, l’abbé Bolte est alors traduit en justice . Sur la base de l’article 201 du Code pénal qui punit tout discours contenant la critique d’une loi ou d’un décret, le tribunal de Céret le condamne à une amende de 16 francs13. Dans son réquisitoire, M. Delpech récuse la notion de « persécution » avancée par l’avocat de la défense du prêtre. Pour lui, il ne s’agit pas de persécution puisque ces décrets ne s’appliquent qu’à une partie de l’Église et que les catholiques peuvent « éviter le danger qui les menace en se soumettant à la loi »14.

LE PREMIER EXIL DES CONGRÉGATIONS ROUSSILLONNAISES

  • 15 ADPO, 6V9.

17Le premier décret n’a pas de traduction matérielle dans le département, puisque les jésuites n’y avaient aucun établissement. Quant au second décret, appliqué à Paris dès le 16 octobre 1880, il le sera un peu plus tardivement dans les Pyrénées-Orientales. En effet, la force armée ne sera requise que le 29 octobre pour fermer les couvents capucins de Perpignan et de Céret, ainsi que celui des missionnaires espagnols installés à Thuir. Pour le préfet « dans le département, l’opinion publique est en général très favorable à l’exécution pure et simple, sans atermoiement, du décret du 29 mars »15.

18Du fait de la volonté gouvernementale, l’Église se retrouve dans la rue, mais cette fois à son corps défendant. Ces expulsions sont des opérations de police menées sous l’autorité d’un commissaire qui réquisitionne pour l’occasion des serruriers, des agents de police, des gendarmes et même l’armée. Tout ce déploiement de force tend à montrer aux yeux de l’opinion publique la volonté inébranlable de l’autorité politique de faire exécuter la loi et prévenir toute réaction violente.

19Si, à Thuir, les missionnaires espagnols n’opposent aucune résistance à la force armée, tel n’est pas le cas des capucins. Anticipant les résistances capucines, les autorités interviennent dès six heures du matin afin de diminuer les risques d’attroupement, et elles le font avec un grand déploiement de forces armées.

  • 16 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 43, samedi 23 octobre 1880, p. 693.
  • 17 Le Roussillon, no 256, dimanche 31 octobre 1880.
  • 18 ADPO, 6V9. Dans son rapport du 29 octobre 1880 adressé au préfet, le sous-préfet de Céret met en ca (...)

20À Perpignan, « toute la police, toute la gendarmerie et trois cents hommes de troupe »16 sont mobilisés contre sept religieux. Après les trois sommations d’usage effectuées au roulement des tambours et devant leur refus d’ouvrir le couvent, des serruriers forcent les portes. Ce « crochetage », selon la terminologie employée par les catholiques, dure dix minutes à Perpignan malgré les barres de fer posées pour renforcer la porte. À Céret, les serruriers locaux refusent d’intervenir, et ce sont un serrurier et un menuisier de Perpignan qui sont chargés de la besogne17. La porte résiste plus d’une heure, tant les barricadés avaient accumulé de matériaux18.

  • 19 ADPO, 6V11, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid. Il s’agit de trois Espagnols et un Belge.

21Dès que les forces armées pénètrent à l’intérieur du couvent, le supérieur lit en présence d’un huissier une protestation solennelle contre cette violation de la propriété privée et se refuse à toute coopération. Face au refus d’ouvrir les portes des cellules monastiques, la même opération se renouvelle devant chaque porte : sommations, puis crochetage. Les portes étant forcées, les religieux présents dans leurs cellules refusent d’obtempérer et de sortir de leur plein gré. Ce n’est qu’accompagnés par des policiers ou des militaires que les capucins quittent leurs chambres. Leur résistance peut paraître symbolique quand on la compare à d’autres expulsions en France où les religieux sont portés ou traînés par les forces de l’ordre. D’ailleurs, dans son rapport au ministre de l’Intérieur, le préfet des Pyrénées-Orientales note que l’usage de la force a été symbolique : « la police a été obligée de forcer toutes les portes et de faire vis-à-vis des religieux le simulacre d’emploi de la force pour les faire sortir du couvent »19. Après leur expulsion manu militari, des scellés sont apposés. Le départ des capucins de leur couvent de Perpignan se fait, selon Le Roussillon, aux cris de : « Vive la liberté ! Vivent les capucins ! », auxquels répondent, selon L’Indépendant, les cris de : « Vive la République ! À bas les jésuites ! Vivent les décrets ! ». Le préfet confirme les déclarations de L’Indépendant.20 Les capucins étrangers du couvent de Céret reçoivent tout de suite un arrêté nominatif d’expulsion21.

  • 22 L’Indépendant, no 256, dimanche 31 octobre 1880.

22L’expulsion des capucins a posé de sérieux problèmes de conscience à certains magistrats catholiques. Plutôt que de devoir faire appliquer ces décrets ou de sanctionner la résistance des religieux, le procureur Bimar et le substitut Maugéis préfèrent donner leur démission. Démission commentée par L’Indépendant par ces mots : « Bon voyage ! La journée est complète. Après les moines qui ont exécuté, les magistrats qui s’exécutent eux-mêmes, c’est parfait »22.

  • 23 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 1880, p. 748.
  • 24 Ibid.

23Les capucins intentent un procès en référé, mais, déboutés le 4 novembre 1880 par le tribunal civil de Perpignan, ils décident de s’exiler en Espagne. Les religieux de Céret partent le vendredi 12 novembre, « escortés par tout ce que Céret compte de Français et de catholiques » jusqu’à leurs voitures pour se rendre dans un premier temps à Arenys de Mar23. Cet exil est d’autant plus ressenti comme une injustice par les catholiques roussillonnais qu’au même moment « les condamnés de la Commune reviennent en triomphe en France »24.

24Les expulsions et les départs déchirants des moines sont décrits par la presse catholique comme autant de preuves que l’Église se retrouve à la rue contre sa volonté et qu’elle est l’objet d’une persécution subie dans la dignité. Cependant ces religieux n’obtiennent le soutien massif ni du peuple, ni des journaux catholiques qui s’engagent mollement.

  • 25 TOLRA de BORDAS, Joseph, L’ordre de Saint-François d’Assise en Roussillon, Perpignan, Latrobe, 1884 (...)
  • 26 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 8, samedi 19 février 1881, p. 119. Cette œuvre ne ré (...)

25Pour aider les religieux exilés, Joseph Tolra de Bordas décide de verser les droits d’auteur de son ouvrage sur les capucins en Roussillon « au soulagement de ces fils de la sainte Pauvreté, réfugiés en terre étrangère »25 et un « denier des expulsés » est même mis en place dans le diocèse, mais là aussi la réaction des fidèles n’est pas à la hauteur des espérances, et cette œuvre disparaît à la fin de l’année 188126.

  • 27 ADPO, 2V35.

26La résistance des capucins contre le décret du 29 mars est utilisée par les conseils municipaux de Perpignan et de Céret pour motiver leurs arrêtés d’interdiction de procession extérieure. Ainsi en novembre 1880, le conseil municipal de Perpignan souligne-t-il « la surexcitation des esprits à la suite de la rébellion des capucins et de leurs alliés contre les lois du pays », quant à celui de Céret, il s’inquiète de « l’état de surexcitation de certains esprits qui ne comprennent pas ou feignent de ne pas comprendre le droit qu’a le gouvernement d’appliquer la loi aux congrégations non-autorisées »27.

  • 28 Ibid., 6V9, lettre du 18 janvier 1881.

27Une autre conséquence de ces expulsions concerne M. Do, capitaine à la retraite et appartenant au 126e régiment territorial d’infanterie en qualité de chef de bataillon. Il lui est reproché d’avoir eu « une attitude hostile et très reprochable au moment de l’exécution des décrets du 29 mars ». Voilà pourquoi le président de la République le suspend pendant un an des fonctions de son grade après que le préfet eut par deux fois demandé sans succès sa révocation28.

L’ENLÈVEMENT DES CRUCIFIX

  • 29 CHEVALLIER, Pierre, La Séparation de l’Église et de l’école. Jules Ferry et Léon XIII, op. cit., p. (...)

28Jules Ferry continue à appliquer sa politique scolaire grâce au vote, le 16 juin 1881, de la gratuité de l’enseignement primaire. Si l’œuvre scolaire de Jules Ferry peut paraître comme une des réussites de la IIIe République, l’importance de cette réforme doit être cependant relativisée puisque déjà « en 1880, les trois cinquièmes des élèves étaient affranchis de cette redevance qui allait de un à trois francs par mois »29. Paradoxalement, les catholiques sont défavorables à la gratuité. Selon eux, l’instruction est un service qui doit être payé par ceux à qui il profite ; quant aux pauvres, la solidarité doit les exempter de tout frais scolaire.

29Le 28 mars 1882, sont votées l’obligation de la laïcité de l’enseignement et celle de l’instruction des enfants des deux sexes âgés de 6 à 13 ans. Le projet de loi initial autorisait les ministres des différents cultes à venir donner leur enseignement religieux dans les locaux scolaires, mais en dehors des heures de classe. Mais, dans une stratégie de la politique du pire, la droite catholique joignit ses voix à celles des républicains radicaux pour écarter cette disposition. Dorénavant, grâce au vote des députés catholiques, le prêtre est exclu de l’école publique, marquant par là-même une séparation plus stricte entre l’école et l’Église. La nouvelle loi émancipe l’instituteur public de la tutelle du curé et de la religion. Le maître d’école n’a plus l’obligation de commencer et de finir la journée de classe par une prière, ni celle de conduire ses élèves aux offices et de se tenir à la disposition du curé. La proposition de la commission municipale de Thuir, votée en octobre 1871, se trouve ainsi réalisée. C’est également la fin du pouvoir d’inspection du travail de l’instituteur par le curé. Désormais ce pouvoir n’appartient qu’aux inspecteurs de l’Instruction publique.

  • 30 Le règlement scolaire du 17 août 1851 prévoyait dans son article 20 : « Un Christ sera placé dans l (...)

30Se pose alors le problème des emblèmes religieux (images saintes, statuettes, crucifix) qui étaient obligatoirement présents dans les locaux scolaires30. Par une circulaire du 2 novembre 1882, adressée aux préfets, Jules Duvaux, qui a remplacé Jules Ferry comme ministre de l’Instruction publique, demande que les emblèmes religieux présents dans les écoles publiques soient enlevés en distingant deux types de bâtiments : les écoles en construction ou à construire pour lesquelles la loi du 28 mars 1882 s’applique pleinement et où aucun emblème religieux ne doit figurer, et les écoles déjà construites. Pour celles-ci, le préfet est seul juge pour faire enlever ou tolérer les emblèmes illégaux en fonction de son appréciation de la situation locale. Le ministre insiste également afin que les instituteurs n’agissent en aucun cas de leur propre chef.

31Les différents gouvernements seront obligés de renouveler à deux reprises, en 1903 puis en 1906, l’interdiction de la présence d’emblèmes religieux dans les locaux scolaires, preuve de la résistance de certains instituteurs publics. L’existence d’un corps enseignant unanimement républicain et anticlérical ne correspond pas à la réalité roussillonnaise.

  • 31 Pierre Bataille est né le 14 mars 1863 à Puyvalador. Après avoir enseigné à Pia, Céret et Saint-Fél (...)
  • 32 AP, paroisse de Nyer, dossier no 42, lettre de l’abbé Oliva à l’évêque datée du 14 juin 1893.
  • 33 Ibid., dossier no 45, lettre du 5 juillet 1893.

32Les références locales d’enlèvement de ces emblèmes religieux sont rares. En 1893, Pierre Bataille, instituteur récemment nommé à Nyer31, s’étant aperçu qu’il y avait un crucifix dans la salle de classe, « l’a pris et l’a jeté par la fenêtre en l’accompagnant d’un horrible juron. Ce sacrilège s’est commis en présence de quelques élèves retenus dans l’école après la classe du soir »32. Informé par l’abbé Oliva, desservant de cette paroisse, Mgr Gaussail saisit le préfet qui tance vertement le maire et l’instituteur. Celui-ci replace le crucifix « en présence des élèves et en disant : "J’entends des bruits dans le village. Plutôt que de jeter le crucifix, je me jetterai moi-même" »33. L’affaire en reste là.

33En 1902, Gineste, membre du conseil de l’arrondissement de Perpignan, propose que les emblèmes religieux soient enlevés des écoles publiques, ce qui semble prouver a contrario que les emblèmes religieux sont suffisamment nombreux pour que ce conseiller émette ce vœu. En avril 1903, le journal La Croix des P.-O. nous apprend qu’un crucifix a été enlevé de l’infirmerie du collège de Perpignan.

34Le 15 septembre 1906, Aristide Briand, ministre de l’Instruction publique, envoie une lettre confidentielle aux préfets afin qu’ils lui fassent connaître la situation des écoles publiques quant à l’existence des emblèmes religieux, et que, le cas échéant, fassent procéder à leur enlèvement, durant les vacances scolaires.

35Une enquête diligentée par l’inspecteur d’académie révèle que subsistent encore de tels emblèmes dans les écoles de six communes du département : à Bompas (un calvaire dans la cour de récréation), à Corneilla-del-Vercol, à Eus, à Rabouillet, à Sansa (un crucifix) et à Villelongue-de-la-Salanque (deux crucifix et une croix). Si pour Bompas, Corneilla-del-Vercol, Eus et Rabouillet, l’enlèvement se fait sans problème, tel n’est pas le cas pour les deux autres communes.

36À Sansa, l’instituteur, avant tout enlèvement, demande la permission au maire. Or celui-ci la lui refuse, comme il avait déjà refusé auparavant les trois demandes du sous-préfet. Finalement, l’inspecteur d’académie ordonne à l’instituteur d’enlever le crucifix en spécifiant que l’autorisation du maire est tout à fait inutile.

  • 34 Il est curieux de constater que ce même François Jonquères, présenté comme le défenseur du catholic (...)
  • 35 ADPO, 8V5, lettre du maire au préfet, 3 octobre 1906.
  • 36 Le Roussillon, no 302, mercredi 12 décembre 1906.
  • 37 Ibid., no 265, lundi 29 octobre 1906. « Vous avez enlevé le Christ / Il était fixé sur le mur / Nou (...)

37ÀVillelongue-de-la-Salanque, le maire, François Jonquères34, sollicité par le préfet, refuse de s’exécuter, car ces emblèmes « y sont encore par la volonté de la population qui nous a élus. Il ne saurait donc m’appartenir à aucun titre de me faire l’exécuteur d’une mesure que ma conscience réprouve et contre laquelle proteste la presque unanimité des pères de famille de Villelongue »35. Devant ce refus, le préfet charge le commissaire spécial de police d’enlever les emblèmes présents dans l’école des garçons et celle des filles. Ce qui est fait le 27 octobre 1906. Mais, n’ayant pas trouvé d’endroit convenable pour les déposer, le commissaire les confie au directeur et à la directrice des écoles qui décident de les porter au maire. La lettre du commissaire Descamps adressée au maire nous apprend que le Christ de l’école des filles était placé au-dessus du bureau de l’institutrice adjointe et que « le vieux Christ aux jambes coupées » se trouvait dans la classe de l’adjoint de l’école des garçons. À ces deux emblèmes s’ajoute « une croix de bois peinte en noir » qui était placée dans la salle de classe du directeur de l’école36. Faisant suite à cet enlèvement, les catholiques de Villelongue chantent : « Lo Christ lo seu tret/ Agafat quère a la paret/ Lo tornarem posar/ Gar’ qui lo voldra robar »37. Et effectivement le maire les fait replacer.

  • 38 Ibid., no 289, mardi 27 novembre 1906. « Ils ’nenlèveront pas le Christ/ Car nous le voulons jusqu’ (...)

38À l’occasion de la venue de forces armées pour effectuer l’inventaire le 20 novembre, les emblèmes religieux présents dans les écoles sont à nouveau enlevés. Le lendemain, en signe de protestation, les élèves des écoles vont en classe « portant sur la poitrine un Christ et une médaille de l’Immaculée Conception ». Comme les enseignants leur demandent de cacher ces insignes religieux, ils se mettent à chanter : « Lo Christ lo trauran pas/ Perque al volens fins al trepas »38. Le maire décide alors de faire sceller les emblèmes aux murs des locaux scolaires. Le 9 décembre, le préfet suspend le maire de ses fonctions, mais il ne peut obtenir sa révocation.

39Quant aux locaux des tribunaux, ils ne furent laïcisés que plus tardivement. Ce n’est que le vendredi 1er avril 1904 qu’une circulaire du ministre de la Justice demande aux procureurs généraux de faire enlever les croix, les crucifix et les tableaux à caractère religieux de tous les tribunaux. Le clergé est indigné à la fois par cet ordre et par le choix de sa date, car le 1er avril correspondait cette année-là au vendredi saint.

  • 39 Ibid., no 84, samedi 9 avril 1904.

40Le Roussillon rend compte de ces enlèvements d’emblèmes religieux des tribunaux à Perpignan, à Céret et à Prades en regrettant « ces Christs devant lesquels tant de générations s’étaient inclinées et avaient juré la vérité », et de conclure : « pauvre serment qui, désormais, ’naura plus d’autre témoin et d’autre sanction que le rictus de Marianne »39.

LA QUERELLE DES MANUELS SCOLAIRES

  • 40 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 21, mai 1882, p. 323-327.

41Les lois scolaires de Jules Ferry sont condamnées par les catholiques au motif qu’elles mettent en place des « écoles sans Dieu ». Mgr Caraguel, évêque de Perpignan, désapprouve publiquement la loi et demande aux parents de « s’assurer, par l’examen des livres, cahiers, dictées qu’on met entre les mains de leurs enfants que leur foi ’nest pas en péril »40.

  • 41 Congrégation créée en 1571. Elle est chargée d’examiner les nouveaux livres et, s’il y a lieu, d’en (...)

42L’usage de certains manuels scolaires d’instruction civique et morale va enflammer les passions cléricales et anticléricales. Le 15 décembre 1882, la congrégation romaine de l’Index condamne quatre de ces manuels, dont celui de Paul Bert, jugés contraires aux enseignements de l’Église41.

  • 42 L’Indépendant, no 45, jeudi 22 février 1883.

43Comme les Articles organiques interdisent toute publication d’une décision romaine sans autorisation expresse du gouvernement, c’est la presse catholique qui se charge de diffuser cette information. L’interdiction de la congrégation de l’Index est critiquée par L’Indépendant, qui souligne que le reproche fait à ces manuels porte essentiellement sur la présentation de la loi française sur le mariage et de demander : « enseigner aux enfants ce que prescrit le code civil, est-ce persécuter l’Église ? »42.

  • 43 ADPO, 2V31, lettre du 1er mai 1883.

44D’août 1882 à août 1883, trente-six communes connaissent des incidents liés à l’usage de ces manuels interdits. Pour décider les populations à refuser ces manuels, les prêtres menacent de ne plus donner les sacrements aux parents, mais aussi aux enfants qui utilisent ces manuels. Face à ce conflit entre l’autorité ecclésiale et l’autorité scolaire, deux solutions sont possibles : soit les enfants continuent à utiliser les manuels condamnés et ils sont ipso facto exclus du catéchisme et ne peuvent pas faire leur première communion, soit les enfants cessent d’utiliser ces manuels et ils sont alors exclus de l’école. Devant ce dilemme, le jeune Alexandre Noguères, écolier au Boulou, adopte la stratégie suivante : « Le 1er avril dernier [1883] je faisais ma première communion. Quelques jours auparavant, M. le curé me demandait si je lisais le manuel Paul Bert ; sur ma réponse affirmative, il me dit qu’il ne pouvait m’admettre à la première communion si je continuais à me servir de ce maudit manuel. Je lui promis de ne plus le lire. Tenant ma promesse, j’ai dû supporter diverses punitions pour ne pas savoir la leçon et mon renvoi de l’école à deux différentes reprises. J’étais confirmé le 12 avril et, le lendemain, je rentrais de nouveau à l’école avec le livre de Paul Bert »43.

45Quant à Mlle Montal, une jeune élève de 12 ans de Corbère-les-Cabanes, elle refuse de lire le livre condamné par l’Église. L’institutrice essaye de la convaincre, mais devant son obstination, elle l’exclut trois jours. Ses parents préfèrent alors la changer d’école.

  • 44 À Montalba-le-Château le desservant « a congédié deux enfants de chœur qui étaient possesseurs dudi (...)
  • 45 L’abbé Martial Muxart, desservant d’Eus, aurait dit en chaire qu’« il fallait détruire cet ouvrage (...)
  • 46 Le desservant de Montalba-le-Château « est allé à nouveau faire visite aux parents des élèves pour (...)
  • 47 ÀTargasonne, Porté, Corbère-les-Cabanes, à Perpignan (cathédrale), à Taillet.
  • 48 L’abbé Vincent Picheyre, à Matemale, « n’a consenti le 27 juin 1883 à procéder à la célébration d’u (...)
  • 49 Le desservant de Jujols joignait aux soins de l’âme ceux du corps (ADPO, 2V31, lettre au préfet).

46Pour obliger les parents et les enfants à ne pas utiliser les manuels interdits, les ecclésiastiques usent de moyens qui peuvent se cumuler : exclusion des enfants du catéchisme44, excommunication45, refus de communion46, refus d’absolution47, refus de célébrer les mariages48 ou même le refus de soigner les malades49.

  • 50 ADPO, 2V31, lettres du 23 mars 1883.

47Parfois les prêtres essaient de composer avec l’instituteur, comme à Montalba-le-Château où le desservant demande au maître d’école l’autorisation de récupérer le manuel interdit. En contrepartie, il s’engage à « contribuer à l’achat d’un manuel civique qui ne puisse blesser la foi catholique des enfants et qui ne porte point le stigmate d’une condamnation pontificale ». L’instituteur hésite et il en informe sa hiérarchie. Entre temps, le curé s’est fait remettre les manuels d’instruction civique utilisés en classe et donne en échange aux élèves le manuel Pierre Laloi. L’inspecteur d’académie reconnaît que ce manuel est « bon en soi », mais refuse catégoriquement cet arrangement « puisqu’on veut nous l’imposer »50.

48On retrouve cette même attitude conciliatrice de la part des prêtres de Saint Michel-de-Llottes, de Llupia ou encore de Saillagouse, mais elle n’a jamais été acceptée par l’administration scolaire.

  • 51 Ibid., lettre du secrétaire général datée du 23 mars 1883.

49D’autres fois, les prêtres sont plus virulents et brûlent les manuels incriminés comme à Céret, à Llupia, à Réal, à Ria, à Matemale où Vincent Picheyre « aurait, dans une maison voisine de l’école, jeté au feu l’ouvrage de Compayré »51. Mais en aucun cas ils ne les brûlent dans des lieux publics. D’autres ecclésiastiques plus prudents, à Jujols, à Targasonne, au Boulou, à Montalba-le-Château, demandent aux parents de brûler eux-mêmes les livres.

  • 52 L’Indépendant, no 135, vendredi 8 juin 1883.
  • 53 Ce sont les abbés : Conte de Prades, Gensanne d’Arboussols, Piquemal de Saillagouse, Blanqué de Juj (...)
  • 54 Ce sont : Laguerre de Bouleternère, Soubielle de Réal, Faure d’Oms.
  • 55 Ce sont : Muxart d’Eus, de Maury de Targasonne, Picheyre de Matemale, Trilles de Caudiès-de-Fenouil (...)

50Le gouvernement, sur proposition conjointe de l’inspecteur d’académie et du préfet, sanctionne « quinze prêtres qui se sont compromis en entravant l’exécution de la loi du 28 mars sur l’enseignement et en interdisant l’usage des manuels civiques »52. Huit de ces prêtres sont sanctionnés pour la durée de trois mois53, trois pour six mois54 et les quatre autres pour un an55 et tous sont immédiatement privés de leurs traitements.

51Après cette démonstration de fermeté, la plupart des prêtres cessent leur résistance et les sanctions sont levées. Seules sont maintenues les sanctions de Martial Muxart, desservant d’Eus, et de Martin Trilles, desservant de Caudiès-de-Fenouillèdes, mais ils finissent par rentrer dans le rang.

L’USAGE DU CATALAN

  • 56 L’Indépendant no 59, 10 mars 1883.

52Dans le Roussillon des XIXe et XXe siècles, l’usage du catalan, demeure encore important en dépit des efforts de francisation et de décatalanisation menés essentiellement par les « hussards de la République ». Il n’est pas rare dans les procès que des interprètes soient présents pour traduire les questions des magistrats et les réponses des personnes interrogées. Ainsi en mars 1883, le président du tribunal correctionnel de Perpignan lance à un témoin de 17 ans : « Je m’étonne que vous ’nalliez pas à l’école pour apprendre le français, puisque vous ne le comprenez pas » et un huissier est alors chargé de la traduction56.

  • 57 Consigne figurant sous le préau de l’école communale d’Ayguatébia, mais on ignore la date de cette (...)

53Il ne faut pas pour autant caricaturer la situation en opposant systématiquement l’instituteur laïque, vecteur du refoulement de la langue catalane et dont le mot d’ordre aurait été le fameux : « Soyez propres et parlez français »57, et le curé, gardien de la tradition catalane ainsi que des valeurs ancestrales. Cette opposition a été utilisée notamment par les anticléricaux afin de (dé) montrer la supériorité de la République et de la langue française associées à l’idée de modernité face à une Église symbole du passé, de l’obscurantisme et liée à une langue régionale. La réalité est moins manichéenne et plus complexe.

  • 58 Ainsi que le montre Danièle Tixador dans sa thèse, Les instituteurs des Pyrénées-Orientales de 1833 (...)
  • 59 FOXONET, François, L’Església i la catalanitat a la Catalunya del Nord, Université de Perpignan, 20 (...)
  • 60 AP, paroisse de Montesquieu, dossier no 9, lettre du 28 décembre 1878.

54Des instituteurs laïques ont défendu le catalan et l’ont utilisé dans leur pédagogie58. À l’inverse, certains ecclésiastiques comme l’évêque Mgr Ramadié ont poussé à la francisation. Hostile à l’utilisation du catalan dans la prédication et l’instruction des enfants, Mgr Ramadié a fait publier un nouveau catéchisme en français et interdire la prédication en langue catalane dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste59. Cependant, que faire avec tous ces enfants qui ne parlent ni ne comprennent le français ? Confronté à ce problème, le desservant de Montesquieu écrit au vicaire général en 1878 pour lui demander s’il est possible d’« enseigner le catéchisme catalan de Mgr de Saunhac aux enfants du peuple qui ne savent pas lire »60.

  • 61 Ibid., paroisse d’Ur, dossier no 27.
  • 62 Ibid., dossier no 30.
  • 63 L’Indépendant, no 3, dimanche 4 janvier 1880.

55Quant au desservant d’Ur, l’abbé Joseph de Maury, il agit en 1880 comme son prédécesseur et, selon la pratique de « Saillagouse, Osséja, Enveigt, Villeneuve et Angoustrine », il enseigne le catéchisme en catalan. Mais les pères de famille d’Ur ne l’entendent pas de cette oreille : ils adressent une pétition à l’évêque car « ce prêtre veut malgré nous enseigner le catéchisme catalan »61. Ils menacent de retirer leurs enfants et même de ne plus fréquenter l’église. Pour appuyer la demande de ses concitoyens, le maire envoie une lettre à l’évêque et au préfet. La préfecture contacte alors l’évêque pour qu’il invite le curé « à se conformer aux vœux des pères de famille », estimant que cette « réclamation est trop juste et trop censée »62. Entre temps, un article paru dans L’Indépendant relate un incident survenu entre le curé d’Ur et un élève. Celui-ci lui ayant demandé « de réciter le pater catalan », l’enfant lui répondit qu’il « le dira en français comme on le lui a appris en classe, parce que M. l’instituteur a expressément défendu de parler le patois du pays ». Ce conflit d’usage de la langue catalane sur fond d’opposition curé/maître d’école nourrit les sentiments anticléricaux du journaliste qui ajoute : « Devons-nous courber la tête sous le joug du prêtre ? Non, non, mille fois non ; nos enfants sont français, fils de bons républicains qui réclament à grands cris l’article 7, ils ne parleront pas catalan pour faire plaisir à un trop fougueux milicien du cléricalisme »63.

  • 64 AP, rapport sur la question scolaire réalisé par l’évêché de Perpignan.
  • 65 Ibid., paroisse de Banyuls-sur-Mer, dossiers 214 et 219. Pétition des habitants du Puig del Mas et (...)

56Cette position de nombreux prêtres favorables à l’usage du catalan est conforme aux conclusions d’un rapport sur la question scolaire réalisé par l’évêché, et selon lequel « dans les régions où les idiomes locaux sont parlés couramment par le peuple, surtout dans nos campagnes, nous voyons avantage à donner l’instruction religieuse et faire nos catéchismes dans cette langue »64. Parfois, comme à Banyuls-sur-Mer, les fidèles demandent que leur soit affecté « un prêtre catalan », seul capable de les comprendre et de se faire comprendre65.

  • 66 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 2, samedi 13 janvier 1906, p. 17-21.

57Si Mgr Ramadié s’est montré hostile à l’utilisation d’une pastorale en catalan, tel n’est pas le cas de Mgr de Carsalade du Pont. À la suite de la loi sur la Séparation, il adresse une instruction au clergé du diocèse dans laquelle il fait du catalan un des piliers de l’Église roussillonnaise : « Nous insistons plus fort que jamais sur la nécessité de l’usage de la langue catalane »66. Selon lui, la diminution de la foi et l’ignorance religieuse en Roussillon seraient liées à « l’abandon de la langue catalane dans l’enseignement du catéchisme ». Il demande donc aux prêtres de l’utiliser pour le catéchisme mais aussi pour les prédications, car « il est impossible d’atteindre le peuple, de lui faire comprendre et de fixer dans sa mémoire les vérités de la religion et les préceptes de la morale, si ces vérités et ces préceptes lui sont expliqués dans une langue qui ne lui est pas familière ». Il profite de l’occasion pour fustiger l’État qui « pour mieux déchristianiser la France, avait tenté d’interdire au clergé l’usage des langues vulgaires », rappelant que depuis la dénonciation unilatérale du Concordat, l’Église a recouvré sa pleine liberté : elle peut désormais utiliser à sa guise le catalan.

  • 67 CORTADE, Eugène, Jules de Carsalade du Pont, l’évêque des Catalans, BSASL, XCIXe volume, Perpignan, (...)
  • 68 Voir biographie.

58Le rôle de l’Église catholique semble donc primordial dans l’usage, mais aussi dans la renaissance du catalan en Roussillon comme langue écrite et savante. La longue liste des prêtres du diocèse impliqués dans la défense de la langue maternelle dressée par Eugène Cortade est suffisamment éloquente67. De ces prêtres, on peut retenir l’abbé François Rous, curé de Banyuls-sur-Mer68. Auteur de poèmes en catalan, il redynamisa la littérature régionale par son mécénat. En effet, il organisa dans sa paroisse, grâce à ses disponibilités pécuniaires, des rencontres réunissant des auteurs locaux, mais aussi du sud de la Catalogne dont le célèbre Cinto Verdaguer. Ces moments de rencontre et d’échange ont joué un grand rôle dans la renaissance du catalan « savant » en Roussillon.

59Le catalan fut également utilisé dans les missions paroissiales par les moines capucins afin d’être plus proches des croyants et de mieux se faire comprendre par les populations du département.

Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales

Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales

Notes

1 Serment de Jules Ferry en avril 1870 lors de sa conférence à la salle Molière (Paris).

2 Cette loi sécularise définitivement l’enseignement public en exigeant que son personnel soit entièrement laïque et fait des instituteurs des fonctionnaires d’État.

3 CHEVALLIER, Pierre, La séparation de l’Église et de l’école, Jules Ferry et Léon XIII, Paris, Fayard, 1982, p. 147.

4 ADPO, 2V30. Lettre du sous-préfet datée du 8 avril 1879.

5 Ibid., rapport du maire d’Eus, 18 avril 1879.

6 L’Indépendant, no 173, jeudi 24 juillet 1879.

7 Ibid., no 195, mercredi 20 août 1879.

8 Toast d’Auxerre dont le texte est reproduit dans la Gazette de France du 25 août 1879.

9 Lettres de Jules Ferry, 1846-1893, Paris, Calmann-Lévy, 1914.

10 L’Indépendant, no 224, mercredi 24 septembre 1879.

11 Ibid.

12 KELLER, Émile, Les congrégations religieuses en France ; leurs œuvres et leurs services, Paris, Poussielgue frères, 1880.

13 Article 201. « Les ministres des cultes qui prononcent dans l’exercice de leur ministère, et en assemblée publique, un discours contenant la critique ou censure du gouvernement, d’une loi, d’un décret ou tout autre acte de l’autorité publique, seront punis d’un emprisonnement de 3 mois à 2 ans ».

14 L’Indépendant, no 140, mercredi 16 juin 1880.

15 ADPO, 6V9.

16 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 43, samedi 23 octobre 1880, p. 693.

17 Le Roussillon, no 256, dimanche 31 octobre 1880.

18 ADPO, 6V9. Dans son rapport du 29 octobre 1880 adressé au préfet, le sous-préfet de Céret met en cause le commissaire de police : « quoique le commissaire ait accompli la mission jusqu’au bout et avec beaucoup de mesure, il a cependant eu un peu de mollesse ».

19 ADPO, 6V11, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur.

20 Ibid.

21 Ibid. Il s’agit de trois Espagnols et un Belge.

22 L’Indépendant, no 256, dimanche 31 octobre 1880.

23 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 1880, p. 748.

24 Ibid.

25 TOLRA de BORDAS, Joseph, L’ordre de Saint-François d’Assise en Roussillon, Perpignan, Latrobe, 1884, p. VII.

26 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 8, samedi 19 février 1881, p. 119. Cette œuvre ne réunit que quatre souscripteurs et pour un montant de 41 francs.

27 ADPO, 2V35.

28 Ibid., 6V9, lettre du 18 janvier 1881.

29 CHEVALLIER, Pierre, La Séparation de l’Église et de l’école. Jules Ferry et Léon XIII, op. cit., p. 292.

30 Le règlement scolaire du 17 août 1851 prévoyait dans son article 20 : « Un Christ sera placé dans les classes en vue des élèves ».

31 Pierre Bataille est né le 14 mars 1863 à Puyvalador. Après avoir enseigné à Pia, Céret et Saint-Féliu d’Avall, il est nommé le 1er octobre 1892 à Nyer, poste qu’il occupe jusqu’à sa nomination le 1er octobre 1898 à Serdinya.

32 AP, paroisse de Nyer, dossier no 42, lettre de l’abbé Oliva à l’évêque datée du 14 juin 1893.

33 Ibid., dossier no 45, lettre du 5 juillet 1893.

34 Il est curieux de constater que ce même François Jonquères, présenté comme le défenseur du catholicisme, enfonçait à coups de soc de charrue la porte du clocher de l’église en 1896 et en 1897 pour faire sonner les cloches lors du 14 juillet.

35 ADPO, 8V5, lettre du maire au préfet, 3 octobre 1906.

36 Le Roussillon, no 302, mercredi 12 décembre 1906.

37 Ibid., no 265, lundi 29 octobre 1906. « Vous avez enlevé le Christ / Il était fixé sur le mur / Nous le remettrons / Gare à celui qui voudra le voler ».

38 Ibid., no 289, mardi 27 novembre 1906. « Ils ’nenlèveront pas le Christ/ Car nous le voulons jusqu’à la mort ».

39 Ibid., no 84, samedi 9 avril 1904.

40 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 21, mai 1882, p. 323-327.

41 Congrégation créée en 1571. Elle est chargée d’examiner les nouveaux livres et, s’il y a lieu, d’en interdire la lecture aux catholiques.

42 L’Indépendant, no 45, jeudi 22 février 1883.

43 ADPO, 2V31, lettre du 1er mai 1883.

44 À Montalba-le-Château le desservant « a congédié deux enfants de chœur qui étaient possesseurs dudit livre » (L’Indépendant, no 187, jeudi 10 août 1882). ÀTargasonne, l’abbé de Maury « demanda aux enfants s’ils avaient brûlé les livres condamnés ; sur leur réponse négative, il les mit à la porte de l’église, en les invitant à ne plus y revenir » (ADPO, 2V31, rapport du Commissaire de police de Bourg-Madame).

45 L’abbé Martial Muxart, desservant d’Eus, aurait dit en chaire qu’« il fallait détruire cet ouvrage [le manuel de Paul Bert], que ceux qui ne le feraient pas seraient excommuniés » (ADPO, 2V31, rapport de police).

46 Le desservant de Montalba-le-Château « est allé à nouveau faire visite aux parents des élèves pour les prévenir que ces derniers ne feraient leur première communion tout autant qu’ils cesseraient non seulement de lire l’instruction civique mais encore qu’ils brûleraient cet ouvrage ». On retrouve cette menace à Eus, à Céret, à Arboussols, à Argelès, à Perpignan (à la cathédrale), à Saillagouse, à Llupia.

47 ÀTargasonne, Porté, Corbère-les-Cabanes, à Perpignan (cathédrale), à Taillet.

48 L’abbé Vincent Picheyre, à Matemale, « n’a consenti le 27 juin 1883 à procéder à la célébration d’un mariage qu’à la condition que le conjoint brûlerait un exemplaire de l’ouvrage incriminé qu’il possédait, ce qui a eu lieu » (ADPO, 2V31, lettre au préfet).

49 Le desservant de Jujols joignait aux soins de l’âme ceux du corps (ADPO, 2V31, lettre au préfet).

50 ADPO, 2V31, lettres du 23 mars 1883.

51 Ibid., lettre du secrétaire général datée du 23 mars 1883.

52 L’Indépendant, no 135, vendredi 8 juin 1883.

53 Ce sont les abbés : Conte de Prades, Gensanne d’Arboussols, Piquemal de Saillagouse, Blanqué de Jujols, Badrigans de Saint-Marsal, Puigt-Palade de Caixas, Garcia d’Argelès, Chauvet de Céret.

54 Ce sont : Laguerre de Bouleternère, Soubielle de Réal, Faure d’Oms.

55 Ce sont : Muxart d’Eus, de Maury de Targasonne, Picheyre de Matemale, Trilles de Caudiès-de-Fenouillèdes

56 L’Indépendant no 59, 10 mars 1883.

57 Consigne figurant sous le préau de l’école communale d’Ayguatébia, mais on ignore la date de cette inscription.

58 Ainsi que le montre Danièle Tixador dans sa thèse, Les instituteurs des Pyrénées-Orientales de 1833 à 1914, Université de Montpellier Paul Valéry, 1993.

59 FOXONET, François, L’Església i la catalanitat a la Catalunya del Nord, Université de Perpignan, 2007.

60 AP, paroisse de Montesquieu, dossier no 9, lettre du 28 décembre 1878.

61 Ibid., paroisse d’Ur, dossier no 27.

62 Ibid., dossier no 30.

63 L’Indépendant, no 3, dimanche 4 janvier 1880.

64 AP, rapport sur la question scolaire réalisé par l’évêché de Perpignan.

65 Ibid., paroisse de Banyuls-sur-Mer, dossiers 214 et 219. Pétition des habitants du Puig del Mas et de la Rectorie à Mgr Gaussail afin qu’il n’oublie pas « que nous sommes catalans et que beaucoup d’entre nous nous ne comprenons pas le français ».

66 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 2, samedi 13 janvier 1906, p. 17-21.

67 CORTADE, Eugène, Jules de Carsalade du Pont, l’évêque des Catalans, BSASL, XCIXe volume, Perpignan, 1991, p. 231-232.

68 Voir biographie.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search