Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Chapitre I. La proclamation de la IIIe République : de violentes poussées d’anticléricalisme

Texte intégral

  • 1 WOLFF, Philippe (dir.), Histoire de la ville de Perpignan, Toulouse, Privat, p. 163 et Philippe ROS (...)

1La proclamation à Paris de la IIIe République, le 4 septembre 1870, est connue le soir-même à Perpignan et dans l’ensemble du département des Pyrénées-Orientales. Quelques heures ont donc suffi pour propager la nouvelle des événements parisiens à travers toute la France, alors que l’annonce de la prise de la Bastille en 1789 avait mis dix jours pour atteindre le Roussillon et que celle de la chute de Charles X n’était parvenue à Perpignan que dans la nuit du 3 au 4 août 18301.

  • 2 CHAUVET, Horace, op. cit., p. 26.

2C’est donc le dimanche soir, vers 22 heures, que le rédacteur en chef de L’Indépendant, Pierre Lefranc, proclame la République à Perpignan du balcon du café Hostalrich qui surplombe la place de la Loge. Ce changement de régime politique surprend la population. Il se fait dans la précipitation et l’improvisation mais l’instauration de la nouvelle république n’est pas ouvertement contestée puisque le lendemain, le nouveau maire de Perpignan, Lazare Escarguel, proclame officiellement la République en défilant dans les rues de la ville en compagnie des ténors légitimistes comme Talairach ou de Çagarriga qui entérinent par leur présence le changement politique de la veille2. La rupture institutionnelle se traduit dans le département par des poussées anticléricales assez violentes, qui durent quelques mois, que l’on ne semble pas retrouver avec autant d’intensité dans le reste de la France.

3 Bien sûr, les autres changements de régime politique au cours du XIXe siècle comme en 1830 ou encore en 1848, ont connu aussi des actes d’anticléricalisme plus ou moins violents mais, on aurait pu penser que la situation particulière de la France en septembre 1870 la préserverait de toute division interne face à la menace militaire.

  • 3 Décret impérial du 20 août 1870.

4Les violences subies par l’Église ont été certainement tempérées par le contexte de la guerre contre la Prusse et de l’occupation d’une partie du territoire français. Devant l’ennemi prussien qui multiplie les victoires, les Français ont tendance à oublier momentanément leurs différences et à faire bloc. De plus, pour prévenir d’éventuels troubles sociaux, notre département avait été déclaré en état de siège, ce qui, en théorie, devait limiter les manifestations et les attroupements publics3. Mais malgré cette situation militaire dramatique et, à un moment où la conjoncture exigerait une forte unité nationale, des violences anticléricales éclatent, essentiellement dans la plaine roussillonnaise. Les cléricaux sont perçus par certains, comme des ennemis, au même titre que les Prussiens. Tout comme il faut bouter les Prussiens hors de France, les républicains les plus radicaux estiment qu’il faut exclure les ecclésiastiques de la vie de la cité. Le département des Pyrénées-Orientales semble particulièrement touché par un besoin d’exclusion dont certains ecclésiastiques feront les frais.

5L’anticléricalisme roussillonnais se manifeste par l’expulsion des moines capucins et des Frères des Écoles chrétiennes mais il touche également de nombreux prêtres. Si à Perpignan, les violences sont dirigées contre le clergé régulier, dans le reste du département, elles concernent surtout le clergé séculier. Le fait que l’Église catholique ait soutenu activement le second Empire peut expliquer que son effondrement cristallise contre elle la colère d’une partie de la population. Par ailleurs, l’éloignement du département des champs de bataille de l’est de la France, facilite les manifestations d’anticléricalisme. Agir violemment contre l’Église, cela contribue, dans l’esprit de quelques républicains roussillonnais, à fonder la nouvelle république.

6Les municipalités républicaines profitent de la proclamation de la République pour laïciser les écoles communales tenues par les religieux, anticipant d’une certaine manière l’œuvre scolaire de Jules Ferry. Les Pyrénées-Orientales se trouvent de ce fait au cœur des débats scolaires nationaux et jouent un rôle pionnier en laïcisant les écoles publiques bien avant les lois Ferry de 1881-1882.

7À Palalda et à Pia, la violence des expulsions des prêtres sera telle que, des années plus tard, elles donneront lieu à de retentissants procès.

L’EXPULSION DES MOINES DE PERPIGNAN OU LA PASSION CAPUCINE

  • 4 Craignant un sacrilège sur le Saint-Sacrement, les capucins consomment toutes les hosties, « certai (...)
  • 5 D’AULON, Irénée, Notes et documents pour servir à l’histoire des frères-mineurs capucins, Rome, cou (...)

8Les moines capucins s’étaient installés à Perpignan en 1858 et avaient entrepris en 1865 la construction d’un couvent dans la banlieue nord de la ville, au Vernet. Le 5 septembre 1870, vers deux heures du matin, leur couvent est pris d’assaut au son de La Marseillaise par un groupe composé d’environ 150 hommes4. Ils s’emparent de force des moines qui n’ont pu s’échapper5 et les promènent jusqu’à l’aube en compagnie de prostituées à travers toutes les paroisses de la ville, accomplissant ainsi une sorte de rite de prise de possession de la ville que la présence capucine, même forcée, contribue à sanctifier.

  • 6 CHAUVET, Horace, op. cit., p. 26-27. Évènements qu’il qualifie de « burlesques fantaisies ».
  • 7 D’AULON, Irénée, Notes et documents..., op. cit., p. 123.

9Contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant Horace Chauvet ou les auteurs qui ont repris ses thèses, la poussée anticléricale perpignanaise ne s’arrête pas là6. Les témoignages écrits laissés par des moines capucins permettent de saisir les pressions dont ils furent les victimes. Ces témoignages, recueillis par l’historien capucin Irénée d’Aulon, sont les seules sources directes dont nous disposons pour connaître les événements dont furent victimes les capucins car, curieusement, tous les rapports de police se rapportant à ces faits ont disparu. Des attaques quotidiennes et répétées expulsent de fait les capucins à la périphérie de la ville : « les nuits suivantes, quelques bandes isolées revinrent encore chanter des choses obscènes et jeter des pierres contre les ouvertures. De jour, nos confrères ’nosaient sortir en public à cause des insultes »7. Puis, en octobre 1870, ils sont expulsés de la ville elle-même. Ces témoignages contredisent donc la version véhiculée par l’historien républicain Horace Chauvet selon laquelle il n’y aurait eu qu’un seul incident anticlérical, la manifestation nocturne du 5 septembre 1870, laissant ainsi croire que l’anticléricalisme perpignanais n’a duré que l’espace d’une nuit.

  • 8 D’AULON, Irénée, Histoire des Frères-mineurs capucins de la province de Toulouse, tome II, 1870-190 (...)
  • 9 D’AULON, Irénée, op. cit, p. 47.
  • 10 Louis JOUSSERANDOT (1813-1887) : juriste exilé en Suisse après le 2 Décembre. Il est nommé le 9 sep (...)

10Le 6 octobre, le couvent est donc à nouveau attaqué par une cinquantaine d’hommes en armes conduits par « deux capitaines adjudants-majors de la garde nationale »8. Pendant plusieurs heures, ils insultent les moines, les retiennent prisonniers et leur « signifient qu’ils doivent vider la maison pour faire place à ceux qui ont été blessés au service de la patrie »9. Un ami des capucins réussit à se rendre à la mairie et à la préfecture pour dénoncer cette violence et réclamer une protection. Mais il ne trouve personne. Finalement, à la tombée de la nuit, le préfet Louis Jousserandot10, escorté par des agents de police, arrive sur les lieux. À l’annonce de son arrivée, la bande armée prend la fuite.

  • 11 D’AULON, Irénée, Histoire des Frères-mineurs capucins..., op. cit., p. 46-47.
  • 12 Ibid.

11Avec habileté, le préfet fait alors pression sur les capucins meurtris par ces événements afin qu’ils quittent leur couvent. Il leur dit qu’« il se sentait incapable de résister à ces anarchistes capables de tout. Il nous conjura de nous disperser dans d’autres maisons, afin d’éviter que de semblables agressions se renouvelassent »11. L’agitation anticapucine persiste et, à 23 heures, « une personne charitable envoie une chaise de poste destinée à soustraire quelques-uns de nos frères à de nouvelles fureurs démocratiques. Sur une longueur de plusieurs centaines de mètres, la route était couverte d’une foule abjecte, qui accueillit la voiture avec un cri semblable à celui des juifs demandant la mort du Christ »12. Devant la menace de la foule, le postillon lance ses chevaux au grand galop et réussit ainsi à sauver ses passagers.

12Dans un département en état de siège, on imagine mal qu’une centaine de personnes en armes ait pu s’attrouper, sans que les autorités militaires et policières en soient informées. Tout comme il paraît impensable que ce groupe armé puisse violer pendant plusieurs heures les lois sur la propriété et les personnes sans qu’aucune intervention n’ait eu lieu. Tout ceci montre une certaine concertation entre les individus pour convenir d’attaquer le couvent des capucins ainsi qu’une certaine connivence entre les assaillants et les autorités.

13Pendant quelque temps, les moines expulsés de Perpignan sont hébergés à Prats-de-Mollo chez les parents d’un des leurs, le Père Exupère. Puis, ils s’installent au printemps 1871 dans leur ancien couvent de Céret, réutilisé pour l’occasion.

14Afin d’éviter toute déprédation du couvent de Perpignan et, parce qu’une rumeur courait sur son éventuel incendie, les locaux furent confiés par les capucins à l’administration des Ponts et Chaussées qui y établit une fabrique de cartouches. Ils ne réintégreront leur couvent de Perpignan que le 15 novembre 1876.

  • 13 MOREL, Émilie, Les Frères des Écoles chrétiennes au XIXe siècle à Perpignan (1830-1904), mémoire de (...)

15Ces religieux ne sont pas les seuls à être l’objet de ces voies de fait répétées : les Frères des Écoles chrétiennes, religieux spécialisés dans l’enseignement, sont eux aussi en butte à de semblables agressions. C’est ainsi qu’à Perpignan, ils furent « journellement injuriés, menacés, frappés ; des pierres leur furent lancées, des poings leur furent portés à la figure »13. Devant la violence qui leur est faite et l’inaction des autorités, ils quittent la ville le 22 septembre 1870, mais ils laissent cinq d’entre eux pour veiller sur les biens de leur congrégation.

  • 14 Le Roussillon, no 282, mardi 2 décembre 1873. Le Roussillon est fondé en mai 1870. Son but est d’un (...)

16La pression anticléricale ne faiblit pas pour autant et, le 4 octobre, les Frères lassaliens restants se sentent obligés de partir. Par la suite, Le Roussillon, journal catholique et monarchiste, accusera les républicains de L’Indépendant d’avoir, avec l’aide du préfet Jousserandot, poussé à ces départs : « Osez donc avouer qu’au milieu d’une guerre terrible, compliquée d’un changement de gouvernement, vous avez profité d’un désarroi inévitable pour réaliser, avec la connivence d’un préfet, les projets que vous nourrissiez depuis longtemps »14.

17Il existe donc à Perpignan depuis la naissance de la IIIe République, un climat de violence anticléricale presque permanent qui s’exprime par des gestes, des injures, des menaces, des voies de fait qui constituent autant de pressions psychologiques et physiques. Mais, contrairement à l’anticléricalisme manifesté en 1830, les Perpignanais ne s’en prennent ni aux congrégations de femmes, ni au clergé séculier.

  • 15 R.P. CANDIDE, Un semeur d’évangile, le Père Exupère de Prats-de-Mollo, Toulouse, Les Frères Doulado (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 D’AULON, Irénée, Notes et documents pour servir..., op. cit., p. 118 où il est écrit que les capuci (...)

18L’éviction des capucins et des Frères des Écoles chrétiennes de la capitale roussillonnaise est le résultat de cette tension anticléricale qui se déroule sans que les journaux et les autorités républicaines ou catholiques réagissent. On comprend les raisons pour lesquelles les journaux républicains ne diffusent pas ces informations. Ils ne veulent pas affoler leurs lecteurs, afin de faciliter la mise en place de la République au sein d’une population qui n’y est pas préparée et qui n’a pas spécialement demandé ce changement institutionnel. De plus, les principes fondateurs de la République « une et indivisible » nourrissent une mystique de l’unité, de l’union nationale. Quant aux autorités catholiques, aux raisons liées au patriotisme et à l’unité nécessaires face à l’ennemi prussien, s’ajoute l’animosité personnelle de Mgr Ramadié contre le Père capucin Exupère, car celui-ci avait mené, dans le diocèse, une campagne active pour l’adoption du dogme de l’infaillibilité papale, dogme auquel Mgr Ramadié était fermement opposé15. Pendant le séjour de Mgr Ramadié au Vatican, le Père Exupère avait envoyé au pape une adresse en faveur de l’infaillibilité pontificale, ce qui ne fut pas du goût de l’évêque de Perpignan et, « à peine rentré, il fit pleuvoir les disgrâces. De nombreux desservants et vicaires furent déclassés et un vicaire général fut envoyé à la montagne. Quant au Père Exupère, il fut interdit dans le diocèse »16. Mgr Ramadié trouve là une occasion de se débarrasser de la présence capucine, tout en s’attirant les bonnes grâces des autorités administratives17.

  • 18 Et encore, il ne cite cette manifestation que dans son livre de 1934, La Politique Roussillonnaise, (...)
  • 19 « Ces malheureuses poussaient leurs complices à diriger la marche vers les maisons de prostitution. (...)
  • 20 LAZERME, Carlos de, Carlistes et légitimistes, Perpignan, imprimerie Labau, 1937, note 18, p. 97 : (...)

19La proclamation de la IIIe République dans le département a été présentée par les historiens, à la suite d’Horace Chauvet, comme n’étant pas originellement anticléricale. Cet auteur ne cite que la seule manifestation nocturne du 5 septembre, comme si aucune autre expression d’anticléricalisme n’avait existé ni à Perpignan ni dans le reste du département18. Cette représentation des faits a été reprise par tous les historiens ayant écrit sur le département. Or, on sait aujourd’hui que cette légende dorée ne correspond pas à la réalité19, pas plus que la légende noire de Carlos de Lazerme pour qui les capucins avaient été dénudés et promenés ainsi à travers Perpignan, preuve de l’inhumanité des républicains20.

LES EXPULSIONS DE PRÊTRES DANS LE RESTE DU DÉPARTEMENT

20Les flambées d’anticléricalisme qui s’expriment dès l’annonce de la fin de l’Empire touchent de nombreuses paroisses du diocèse, et l’on peut même supposer qu’elles ont été plus nombreuses que celles répertoriées dans les Archives car, d’une part, des documents ont certainement disparu, et, d’autre part, les actions les moins violentes n’ont pas eu de suites journalistiques ou judiciaires. D’autant que dans un souci de préservation de l’unité nationale, les journaux de l’époque, essentiellement L’Indépendant et Le Roussillon, n’informent pas ou très peu leurs lecteurs sur ces violences.

  • 21 ADPO, 4M210, lettre de Mgr Ramadié adressée au préfet Louis Jousserandot et datée du 4 octobre 1870

21On sait néanmoins qu’à Palalda, le 5 septembre 1870, l’abbé Joseph Caffort est expulsé du village, après une nuit très agitée où il est emprisonné pendant plusieurs heures dans un réduit qui servait à abattre les animaux lors des fêtes du village. Quant à son successeur, une lettre de Mgr Ramadié nous apprend, qu’il a « été fort mal reçu. Dimanche dernier, il a été empêché de célébrer la seconde messe ; on l’a menacé de le chasser s’il ne se retirait pas de son plein gré »21.

  • 22 Ibid., 3M390, Mémoire historique du conseil municipal de la commune d’Ille-sur-Têt (1870-1874).

22À Ille-sur-Têt, un Comité provisoire, avec à sa tête Antoine Lavaill, envoie le 13 septembre une lettre pour réquisitionner l’église des Carmes : « Au nom de la République. Le citoyen Maire de la commune d’Ille prie et au besoin requiert le citoyen curé d’avoir à faire débarrasser immédiatement de son matériel l’église des Carmes, destinée aux réunions publiques républicaines. La clef des Carmes doit être remise à la Mairie ce soir à 6 heures »22.

  • 23 Ibid., 4 M210, lettre de l’évêque adressée au préfet le 4 octobre 1870.

23Le mois d’octobre connaît un regain des tensions anticléricales. Le dimanche 4 octobre, le maire de Cases-de-Pène, Louis Chavanettes, oblige le curé à quitter sa paroisse puis interdit au nouveau curé de prendre ses fonctions, « attendu que le peuple consulté par lui ne l’accepte pas »23.

  • 24 L’Indépendant, no 212, samedi 3 octobre 1874 et no 223, jeudi 15 octobre 1874.

24À Pia, le 5 octobre, Joseph Salettes, le capitaine de la garde nationale locale, ordonne au curé Bonaventure Alart de quitter la commune : « Je vous donne 48 heures pour quitter le presbytère et si après ce délai vous y êtes encore, je vous ferai sortir par la fenêtre »24.

  • 25 ADPO, 4M210, lettre de l’abbé Comes au préfet datée du 9 octobre 1870.

25À Estagel, l’abbé Comes est menacé physiquement et doit se réfugier dans un autre village, chez ses parents25.

  • 26 Ibid., lettre du curé Michel Aymar à Mgr Ramadié, datée du 13 octobre 1870.
  • 27 Ibid.

26Au Soler, le maire Jean Morat demande à l’abbé Aymar de quitter le presbytère. Devant son refus, « Jean Bonafos (tonnelier), Eugène Cayrol (tailleur) et quelques autres m’ont pris au corps et malgré ma résistance, on m’arrache violemment de mon presbytère, on me traîne, on m’insulte, on me conduit au milieu de la rue, où François Rolland me prend à la gorge avec ses mains de fer et va m’étrangler sans le secours de Mr Adroguer et de Thérèse Ballès qui m’ont délivré »26. Le lendemain, il quitte sa paroisse « en présence de trois fonctionnaires armés de fusils présidés par Mr l’adjoint »27.

  • 28 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, samedi 30 mai 1874, p. 254.

27D’autres expulsions ont lieu à Baho, à Corneilla-la-Rivière, à Tresserre, à Fourques où la commission municipale décide le 27 octobre 1870 d’expulser le curé : « Le sieur Courp Jean-Baptiste est invité à quitter la commune dans le délai jusqu’au 29 octobre au soir et qu’au soir il y sera contraint par la force »28.

28L’agitation anticléricale continue et s’exprime de différentes manières : à Millas, lors de la fête patronale du 10 décembre 1870, plusieurs individus envahissent l’église, drapeau en tête, et y chantent La Marseillaise durant la grand-messe.

  • 29 Ordonnance no 54 de Mgr l’évêque de Perpignan. Le samedi 14 octobre 1871, le maire et Jean Imbert s (...)

29Le 4 septembre 1871, à Trouillas, la garde nationale en armes, accompagnée de quatre jeunes filles, pénètre dans l’église, tient des « discours indécents » et chante aussi La Marseillaise. À la suite de cet incident, Mgr Ramadié interdit l’accès de cette église jusqu’à la fin du mois de septembre29.

30Le 12 octobre 1871, le presbytère de Pézilla-la-Rivière est attaqué de nuit et la porte est enfoncée. Le curé, prévenu à temps, avait pu s’enfuir. Le lendemain, douze gendarmes viennent arrêter le maire et son adjoint.

31Malgré la situation préoccupante de la France en guerre, des luttes internes continuent d’agiter une partie de la population roussillonnaise, et elles se focalisent sur le rôle des clercs dans la société. Ces exemples montrent l’ampleur des tensions anticléricales, notamment dans certains villages et villes de la plaine roussillonnaise. Sur les dix-huit incidents recensés, quatorze se sont déroulés dans l’arrondissement de Perpignan, deux dans l’arrondissement de Céret et deux dans celui de Prades. Certes, ces conflits semblent épargner les régions où l’influence de l’Église reste déterminante, comme la Cerdagne, le Capcir, le Conflent ou encore le Haut Vallespir. La carte des incidents anticléricaux montre que, sauf exception, ils se sont déroulés dans l’arrondissement de Perpignan, coupant ainsi le département en deux : d’un côté la plaine perpignanaise où l’anticléricalisme a donné lieu à de nombreuses violences, et de l’autre, le reste du territoire avec peu ou pas d’actes anticléricaux répertoriés.

  • 30 L’Ordre moral est la période qui va du 24 mai 1873 (renversement d’Adolphe Thiers) au succès des ré (...)

32Deux localités, Palalda et Pia, vont jouer un rôle important dans la conscience politique roussillonnaise de la fin du XIXe siècle. C’est à cause de graves incidents qui y sont survenus lors de la proclamation de la IIIe République, et, des procès organisés contre les républicains jugés responsables quelques années plus tard, au cours de la période dite de l’Ordre moral30, que ces deux villages vont alimenter les passions politiques des « rouges » et des « blancs » catalans.

L’AFFAIRE DE PALALDA

  • 31 CAILLIS, Jean-Jacques, II siècles d’histoire au village des Bains (Amélie-les-Bains) 1659-1880, Amé (...)

33Le cas de Palalda a imprégné la mémoire républicaine du Vallespir. Il a même donné naissance à une chanson politique en langue catalane qui en relate l’histoire et qui rassemble les républicains : « aux jours de fête, et particulièrement le 14 juillet, au café ou sur la place, un ancien prisonnier entonnait le chant vengeur, aussitôt repris par la foule »31.

  • 32 Ibid., p. 201-203. À la page 202, on trouve une reproduction d’un de ces tableaux-souvenirs.

34Le souvenir de ces épisodes se maintient non seulement par le chant, mais encore par l’écrit. Ainsi dans les maisons des condamnés, se trouvait un tableau-souvenir, « simple feuille de papier sur laquelle on avait calligraphié en belle ronde les noms, les dates, les années de prison, et puis : « Vive les opprimés », « À bas les oppresseurs » et parfois même : « Vengeance »»32.

  • 33 Le Roussillon, no 272, mercredi 25 novembre 1874.
  • 34 Ibid.
  • 35 Cette iconoclastie anticléricale est mentionnée par Martin Ribes lors de sa déposition au procès de (...)
  • 36 Le Roussillon., no 273, jeudi 26 novembre 1874.

35Le 4 septembre 1870, Jean Camboliu, ancien maire de Palalda, est avec des amis à Amélie-les-Bains. À 22 heures 30, ils apprennent la nouvelle de la proclamation de la République à Paris. Aussitôt ils regagnent Palalda, s’emparent par la force des insignes municipaux et, au son du tambour, du clairon et des coups de fusils, réveillent les villageois : « des bandes armées parcouraient la commune battant les tambours, tirant des coups de fusil, criant, chantant »33. La foule en liesse brûle les portraits du comte de Chambord et de l’empereur, chante La Marseillaise, le Ça ira et « des chansons catalanes dont l’un des refrains les plus caractéristiques était : une vache rouge viendra au son des clochettes, la République triomphera ! pim ! pim ! pam ! sur les carlistes ! pim ! pam ! sur les culs blancs ! » tout en dansant « d’interminables farandoles »34. La croix du cimetière est abattue35. Les villageois manifestent leur volonté d’avoir une république, mais une république rouge. Aux gendarmes venus d’Amélie-les-Bains pour libérer le curé, Sennen Grau déclare : « Nous l’avons notre Marianne, elle nous échappera pas »36. Et lorsque le curé, attaché, insulté, est sommé de crier « Vive la République ! », il s’y refuse en disant : « Si vous vouliez une république sage et modérée, je pourrais crier : vive la république ! ». Ce n’est donc pas la république en tant que telle que refuse le curé mais la république sociale à laquelle aspirent Camboliu et ses amis.

  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid., no 272, mercredi 25 novembre 1874.

36L’agitation se répand dans la campagne environnante : « des émissaires couraient à travers le village et allaient jusqu’aux métairies les plus éloignées annoncer la proclamation de la République et exciter les gens à se lever et à se joindre à la bande de Camboliu »37. Sous les ordres de Camboliu, drapé de l’écharpe tricolore, le curé est arrêté, ligoté, insulté et emprisonné dans un cagibi. Des gens des alentours viennent et « on leur montre le curé (auquel ils prodiguent toutes sortes d’injures) comme l’on montre une bête sauvage »38, et « des insulteurs jettent au prisonnier des coquilles de noix, des détritus de pommes de terre ; ils demandent qu’on lui apporte à manger ce que l’on donne aux porcs »39.

37Les villageois armés se rendent en cortège et en musique à Amélie-les-Bains pour partager leur joie d’être enfin en république et pour que les Améliens se joignent à eux pour manifester leur désir d’installer une république sociale mais les notables locaux, aidés par les gendarmes, leur déclarent : « Si vous voulez faire du tapage, allez le faire chez vous ». La foule, dépitée, revient à Palalda.

38Le curé n’est libéré que le lendemain. Il quitte sa paroisse sous les huées et aux cris d’« À mort les curés ».

  • 40 Ibid., no 273, jeudi 26 novembre 1874.
  • 41 Voir biographie.
  • 42 C’est parce que les faits se sont déroulés en 1870 pendant l’état de siège que le tribunal militair (...)

39Quatre ans après ces faits, en plein Ordre moral, au mois de mai 1874, deux cents gendarmes et douaniers sont requis pour venir arrêter à Palalda « quatorze personnes dont deux femmes »40. Durant son emprisonnement à Céret, Sennen Grau compose une complainte dans laquelle il fait un historique de cette affaire41. Le 28 novembre, le tribunal militaire chargé de juger les auteurs des désordres de Palalda condamne dix-neuf accusés à des peines de prison allant de 15 jours à 5 ans42. Lors de leur internement au Castillet, en attendant le transfert vers d’autres prisons, François Alduy, condamné à deux ans de prison, se suicide en se jetant du haut de la forteresse.

L’AFFAIRE DE PIA

  • 43 Interrogé lors du procès, Jules de Lamer, sous-préfet de Prades déclare : « mon opinion est qu’à Pi (...)

40Les incidents qui se sont déroulés en octobre 1870 à Pia montrent le poids des événements de 1851-1852 dans la conscience politique des Roussillonnais et notamment en Salanque, région qui fut particulièrement touchée par la répression politico-judiciaire43. Ils révèlent également le rôle de la rumeur dans le déclenchement des événements et les intentions de résistance de certains royalistes prêts à en découdre avec la République naissante et honnie.

  • 44 Le Roussillon, no 224, mardi 29 septembre 1874.
  • 45 ADPO, 4M210, lettre du maire de Pia au procureur de la République, 6 octobre 1870.
  • 46 Voir biographie.
  • 47 L’Indépendant, no 15, jeudi 5 février 1874.

41À Pia, l’anticléricalisme se nourrit d’un fort ressentiment contre les monarchistes, relativement nombreux dans cette localité. Dès l’annonce de la IIIe République, il règne dans ce village une atmosphère de violence permanente. Des manifestations « en armes, des menaces, des coups de feu avaient lieu tous les soirs de la part des républicains »44. C’est dans cette atmosphère de guerre civile qu’une rumeur se répand : il se préparerait une conspiration contre la République et les conspirateurs royalistes « ’nattendent qu’une occasion pour pousser le cri de guerre et égorger peut-être les patriotes du village »45. Pour vérifier cette rumeur de « Saint-Barthélemy de patriotes », le capitaine des gardes nationaux de Pia, Joseph Salettes46, pénètre de force le 5 octobre dans la maison du royaliste Louis Salasc qui avait été « garde champêtre en 1851 et avait pris une part active aux arrestations de cette époque »47. C’est au cours de cette intrusion que Salettes affirme avoir été attaqué à l’arme blanche par Salasc.

  • 48 Ibid., no 212, samedi 3 octobre 1874. Affirmation donnée lors de son témoignage durant le procès.

42Après avoir consulté le médecin local, Joseph Salettes se rend à Perpignan où il réussit à convaincre les autorités républicaines de la gravité de ses blessures en exhibant une chemise tachée de sang. Or, le médecin consulté à Pia par Salettes est, lors de son audition au procès, formel : les blessures n’étaient pas saignantes48. Joseph Salettes a, semble-t-il, monté de toutes pièces cette affaire qui se nourrit des haines accumulées depuis la féroce répression de 1852, dont il fut une des victimes. Le préfet Jousserandot, dupé par cette mise en scène, décide alors d’envoyer des gardes nationaux pour arrêter Louis Salasc, espérant ainsi calmer l’agitation et montrer aux autorités supérieures son implication dans la défense de la République.

  • 49 L’Indépendant, no 213, dimanche 7 octobre 1874, témoignage de Charpy, capitaine de gendarmerie.
  • 50 Voir biographie.
  • 51 L’Indépendant, no 221, mardi 13 octobre 1874, témoignage du médecin Joseph Bocamy lors du procès.
  • 52 Le Roussillon, no 224, mardi 29 septembre 1874.
  • 53 L’Indépendant, no 240, samedi 17 octobre 1874. L’avocat des victimes, Me Noé, qualifie cette attitu (...)

43À Perpignan court une autre rumeur selon laquelle « on a assassiné le capitaine de la garde nationale de Pia »49, contribuant à échauffer les esprits. Le 6 octobre au soir, une troupe, composée essentiellement de gardes nationaux de Perpignan dirigés par le capitaine Jean Krémer50, envahit le village de Pia. Des coups de feu retentissent, les maisons des suspects sont inspectées et vidées de leurs habitants. Louis Salasc et Michel Rozat, deux Pianencs, meurent des suites de leurs blessures. Rozat avait reçu au moins « sept blessures dont la plupart m’ont paru produites par des baïonnettes » affirme le médecin qui a soigné Salettes51. Soixante-neuf personnes sont arrêtées sans mandat, brutalisées et emprisonnées à Perpignan où elles sont accueillies « par des menaces et des huées »52. Parmi elles, le curé est particulièrement maltraité. Il est insulté, frappé : « des gardes nationaux faisaient couler de la cire sur lui ». Ayant appris le déroulement des événements (brutalités, arrestations illégales), le préfet vient à la rencontre de la troupe, mais, quand « il entend les clameurs, quand il voit ce cortège de prisonniers, il est effrayé et ’nose se présenter : il se cache derrière des roseaux »53.

  • 54 ADPO, 4M210, lettre du maire Charles Vaills au préfet datée du 8 octobre 1870.

44La nouvelle de ces événements se répand dans la plaine roussillonnaise. Lorsqu’ils sont connus à Thuir, « l’émotion fut grande dans la population, l’irritation fut à son comble, de partout partit le cri "désarmons les hommes hostiles à la République" » et des perquisitions illégales sont opérées chez les individus soupçonnés d’être anti-républicains. Prévenu de ces agissements, le préfet demande au maire de les faire cesser immédiatement, évitant ainsi qu’une agitation incontrôlée et violente se propage dans tout le département54.

45Quelques jours plus tard, les prisonniers pianencs sont relâchés. Par la suite, en 1871, le tribunal correctionnel de Carcassonne relaxe tous les accusés.

  • 55 Le Roussillon, no 245, vendredi 23 octobre 1874.

46Lors de la répression contre les républicains mise en place pendant la période dite de l’Ordre moral, le préfet Gizolme fait rejuger cette affaire en octobre 1874. Mais, cette fois-ci, ce sont les républicains responsables des arrestations et des brutalités qui sont sur le banc des accusés. Le tribunal militaire de Perpignan condamne alors Joseph Salettes à vingt ans de travaux forcés et Jean Krémer à deux ans de prison55. Une loi d’amnistie, dont un volet local est présenté par les députés Lazare Escarguel et Frédéric Escanyé, est votée par le Parlement en mars 1879 et met fin aux emprisonnements des condamnés de Pia et de Palalda.

LA LAÏCISATION DES ÉCOLES PUBLIQUES TENUES PAR DES RELIGIEUX

  • 56 Programme exposé par Léon Gambetta à Belleville lors des élections du 24 mai 1869 et qui sera repri (...)

47Si l’installation de la nouvelle République sert de prétexte à certains républicains pour expulser prêtres et moines, c’est aussi l’occasion de renvoyer les religieux des écoles publiques par le biais de laïcisations illégales qui anticipent les laïcisations des écoles publiques décidées plus tard par Jules Ferry. Ces laïcisations reprennent des propositions contenues dans le programme républicain de Belleville (1869) qui préconise un enseignement laïcisé et un État séparé des Églises56.

  • 57 Loi Falloux du 15 mars 1850, décret du 9 mars 1852 (article 4), loi du 14 juin 1854.

48Légalement, les instituteurs communaux sont nommés par le préfet, « le conseil municipal entendu » et après avis du conseil départemental de l’Instruction publique57. Le pouvoir de nomination et de révocation appartient donc au seul préfet. Or, les laïcisations qui ont lieu dans le département, se font à l’initiative exclusive des municipalités qui, en usurpant les prérogatives préfectorales, les rendent par là-même illégales.

49Dès le 16 septembre 1870, le conseil municipal de Perpignan décide de laïciser les écoles communales publiques. Le maire, Lazare Escarguel, républicain et franc-maçon engagé, adresse une lettre au directeur des écoles chrétiennes de Perpignan pour lui signifier que les instituteurs qui sont sous sa responsabilité cessent ipso facto d’être des employés communaux et qu’ils doivent rendre les clefs des locaux scolaires. Le jour même, il charge un commissaire de police d’interdire aux élèves l’accès des écoles communales religieuses.

  • 58 ADPO, registre des délibérations, séance du 16 septembre 1870.

50Ce 16 septembre, le conseil municipal de Saint-Laurent-de-la-Salanque décide également de laïciser l’école communale tenue par les Frères lassaliens au motif que « les frères ignorantins [...] organisent des cabales » et qu’ils « font, à l’approche de chaque élection, une propagande scandaleuse autant qu’effrénée, qu’ils vont dans chaque foyer opprimer, séduire ou dépraver les consciences des pères de famille dont les enfants sont leurs élèves ». À ce reproche politique, s’ajoute celui du soupçon d’une moralité douteuse car « la conduite privée de leur chef est fortement soupçonnée de dérèglement »58.

  • 59 Ibid., registre des délibérations municipales, séance du 12 octobre 1870.

51Ce même mouvement de laïcisation touche le 25 septembre l’école des Frères de Céret, et le 12 octobre 1870, celle de Prades, car, selon le conseil municipal de cette ville, « seul l’enseignement public laïque est susceptible de former des citoyens préparés à la garde et au salut de la patrie »59. À cette date, tout enseignement des Frères lassaliens dans le département a momentanément été éradiqué sauf à Pézilla-la-Rivière où l’école communale tenue par les Frères des Écoles chrétiennes, financée par le legs de Mme Anglade, continue à fonctionner.

52Pour contrecarrer ces politiques municipales laïcisatrices, les Lassaliens décident de revenir dans les communes et créent en 1871 des écoles privées, puis intentent, en 1872, des procès aux différentes municipalités, procès qu’ils gagnent bien souvent au premier degré, en appel et en cassation. Mais, malgré les décisions de justice, les municipalités rechignent à s’incliner devant la légalité. Ainsi, en 1875, malgré les décisions des juges le préfet n’avait toujours pas réussi à rétablir les Frères des Écoles chrétiennes à Prades.

  • 60 Le Roussillon, no 101, mardi 30 avril 1872.

53Un fait divers, survenu à Perpignan en avril 1872, nous permet de comprendre l’ampleur des préjugés et des soupçons qui pèsent à l’égard des religieux. En creusant dans la cour de l’école communale de Saint-Jacques qui avait été tenue auparavant par les Frères des Écoles chrétiennes, des ossements sont mis à jour. Aussitôt la rumeur s’emballe. On imagine déjà quelque crime sordide commis par des religieux pervers. Le maire de Perpignan, informé de cette découverte, demande qu’un commissaire de police se rende sur place, lequel réclame la présence d’un magistrat. Finalement, après examen des ossements, le docteur Bocamy déclare que ce ne sont pas des restes humains, mais canins.60

  • 61 ADPO, 4M210, extraits du registre des délibérations du conseil municipal du 26 octobre 1871 : « Que (...)

54À Thuir, il n’y avait pas d’école publique tenue par des religieux, mais en octobre 1871 la commission municipale, sur la proposition de l’adjoint Violet le jeune, adopte à l’unanimité une résolution visant à laïciser le contenu de l’enseignement public et à libérer l’instituteur de la tutelle du curé61.

  • 62 Cléricalisme et anticléricalisme durant la IIIe République dans les Pyrénées-Orientales (1870-1906)(...)

55Les élections législatives de février 1871 sont une autre occasion de l’expression d’un déchaînement anticlérical. À Perpignan, des prêtres sont violemment pris à partie et interdits de vote. Ainsi, l’abbé Jean Serradell est arrêté par le garde national Manault qui lui dit : « les prêtres ne votent pas » ; il est expulsé hors de la salle de vote et reçoit quelques coups au passage. La même attitude se répète pour les abbés Jacques Falguères et Boixéda si bien qu’« à peu près tous les ecclésiastiques ont renoncé à exercer leur droit de citoyen le 8 février »62.

  • 63 DARMON, Olivier, Représentation et aspects de la vie politique dans les Pyrénées-Orientales, thèse (...)

56Cette opposition violente aux prétentions de direction des modes de vie par l’Église catholique ne faiblit pas. Elle devient même un argument électoral que les républicains mettent systématiquement en avant. Leurs succès aux différentes élections semblent prouver que l’électorat masculin y est de plus en plus réceptif63.

  • 64 L’Indépendant, no 27, samedi 1er février 1879.

57Tous ces événements montrent que, contrairement aux idées reçues, l’installation de la IIIe République dans les Pyrénées-Orientales s’est faite dans un climat anticlérical pesant, violent, où les tensions n’ont été tempérées que par le contexte dramatique que traverse la France et la situation particulière des Pyrénées-Orientales, placées en état de siège depuis août 1870. Ces violences anticléricales, et notamment celles de la nuit du 4 au 5 septembre 1870, ont dû être mal vécues par les républicains attachés aux valeurs de liberté et de respect des croyances et des personnes. D’ailleurs, lors de l’élection à la présidence de la République de Jules Grévy en janvier 1879, L’Indépendant souligne qu’à Perpignan « le calme le plus parfait ’na cessé de régner ». Et de cette non-violence, le journaliste (républicain) conclut fièrement : « On peut dire que non seulement nous sommes en République, mais que nous avons les mœurs de la République ». Ce qui n’avait pas été le cas en 187064.

Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales

Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales

Notes

1 WOLFF, Philippe (dir.), Histoire de la ville de Perpignan, Toulouse, Privat, p. 163 et Philippe ROSSET, « L’agitation anticléricale dans le diocèse de Perpignan au début de la Monarchie de Juillet », Revue historique, no 543, 1982, p. 185.

2 CHAUVET, Horace, op. cit., p. 26.

3 Décret impérial du 20 août 1870.

4 Craignant un sacrilège sur le Saint-Sacrement, les capucins consomment toutes les hosties, « certains religieux en consommèrent une vingtaine » in Irénée D’AULON, Notes et documents pour servir à l’histoire des frères mineurs capucins, Rome, 1907, p. 119.

5 D’AULON, Irénée, Notes et documents pour servir à l’histoire des frères-mineurs capucins, Rome, couvent de Saint-Laurent de Brindes, 1907, p. 119 : « les plus jeunes réussirent à s’échapper par une fenêtre et gagner la campagne ».

6 CHAUVET, Horace, op. cit., p. 26-27. Évènements qu’il qualifie de « burlesques fantaisies ».

7 D’AULON, Irénée, Notes et documents..., op. cit., p. 123.

8 D’AULON, Irénée, Histoire des Frères-mineurs capucins de la province de Toulouse, tome II, 1870-1900, Toulouse, Les voix franciscaines, 1937, p. 46.

9 D’AULON, Irénée, op. cit, p. 47.

10 Louis JOUSSERANDOT (1813-1887) : juriste exilé en Suisse après le 2 Décembre. Il est nommé le 9 septembre 1870, préfet des Pyrénées-Orientales jusqu’en novembre 1871. C’était « un maçon des plus dévoués » (Archives de la Loge Saint-André des Arts).

11 D’AULON, Irénée, Histoire des Frères-mineurs capucins..., op. cit., p. 46-47.

12 Ibid.

13 MOREL, Émilie, Les Frères des Écoles chrétiennes au XIXe siècle à Perpignan (1830-1904), mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 2004, p. 77.

14 Le Roussillon, no 282, mardi 2 décembre 1873. Le Roussillon est fondé en mai 1870. Son but est d’unir les forces conservatrices pour combattre « avec avantage les doctrines révolutionnaires et anti-sociales qui menacent notre pays ». Quant à L’Indépendant, il est re-fondé en août 1868 pour être « l’organe de la Démocratie libérale roussillonnaise » et affiche ouvertement une idéologie anticléricale et républicaine.

15 R.P. CANDIDE, Un semeur d’évangile, le Père Exupère de Prats-de-Mollo, Toulouse, Les Frères Douladoure imprimeurs, 1963, p. 75.

16 Ibid.

17 D’AULON, Irénée, Notes et documents pour servir..., op. cit., p. 118 où il est écrit que les capucins eurent à subir « l’opposition malveillante de la part de l’évêque de ce diocèse ».

18 Et encore, il ne cite cette manifestation que dans son livre de 1934, La Politique Roussillonnaise, op. cit., p. 26. Mais rien ne figure dans son Histoire du parti républicain dans les Pyrénées-Orientales paru en 1903.

19 « Ces malheureuses poussaient leurs complices à diriger la marche vers les maisons de prostitution. Mais Dieu empêcha cet affront », Annales franciscaines, tome 7, p. 239-240.

20 LAZERME, Carlos de, Carlistes et légitimistes, Perpignan, imprimerie Labau, 1937, note 18, p. 97 : « Les Rouges entrèrent dans le couvent des Capucins, s’emparèrent de ces religieux, les déshabillèrent et les ayant mis tout nus les emmenèrent dans les maisons publiques du quartier Saint-Jacques ».

21 ADPO, 4M210, lettre de Mgr Ramadié adressée au préfet Louis Jousserandot et datée du 4 octobre 1870.

22 Ibid., 3M390, Mémoire historique du conseil municipal de la commune d’Ille-sur-Têt (1870-1874).

23 Ibid., 4 M210, lettre de l’évêque adressée au préfet le 4 octobre 1870.

24 L’Indépendant, no 212, samedi 3 octobre 1874 et no 223, jeudi 15 octobre 1874.

25 ADPO, 4M210, lettre de l’abbé Comes au préfet datée du 9 octobre 1870.

26 Ibid., lettre du curé Michel Aymar à Mgr Ramadié, datée du 13 octobre 1870.

27 Ibid.

28 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, samedi 30 mai 1874, p. 254.

29 Ordonnance no 54 de Mgr l’évêque de Perpignan. Le samedi 14 octobre 1871, le maire et Jean Imbert sont condamnés à six mois de prison et 300 francs d’amende, Assiscle Imbert et Jean Trilles à trois mois de prison. Les quatre jeunes filles sont relaxées.

30 L’Ordre moral est la période qui va du 24 mai 1873 (renversement d’Adolphe Thiers) au succès des républicains aux élections de septembre 1877. La politique menée devait préparer le restauration de la monarchie. Elle s’appuyait sur l’Église pour le « rétablissement de l’ordre moral dans notre pays » selon la déclaration de Mac-Mahon le 25 mai 1873.

31 CAILLIS, Jean-Jacques, II siècles d’histoire au village des Bains (Amélie-les-Bains) 1659-1880, Amélie, Société de Tir d’Amélie-les-Bains, 1999, p. 201. Les paroles de cette chanson y sont reproduites.

32 Ibid., p. 201-203. À la page 202, on trouve une reproduction d’un de ces tableaux-souvenirs.

33 Le Roussillon, no 272, mercredi 25 novembre 1874.

34 Ibid.

35 Cette iconoclastie anticléricale est mentionnée par Martin Ribes lors de sa déposition au procès de 1874 in Le Roussillon no 274, vendredi 27 novembre 1874.

36 Le Roussillon., no 273, jeudi 26 novembre 1874.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid., no 272, mercredi 25 novembre 1874.

40 Ibid., no 273, jeudi 26 novembre 1874.

41 Voir biographie.

42 C’est parce que les faits se sont déroulés en 1870 pendant l’état de siège que le tribunal militaire est compétent pour juger cette affaire tout comme celle de Pia. Quant à Jean Camboliu, le principal protagoniste de cette affaire, il est mort avant que le procès ne se tienne.

43 Interrogé lors du procès, Jules de Lamer, sous-préfet de Prades déclare : « mon opinion est qu’à Pia, 1870 est la conséquence de 1851 » (Le Roussillon, no 212, jeudi 3 octobre 1874). C’est d’ailleurs en s’écriant « cette nuit est à moi ; il faut que je me venge de 1852 » que Jourda enfonce, à coups de hache, la porte de Marie Sedes.

44 Le Roussillon, no 224, mardi 29 septembre 1874.

45 ADPO, 4M210, lettre du maire de Pia au procureur de la République, 6 octobre 1870.

46 Voir biographie.

47 L’Indépendant, no 15, jeudi 5 février 1874.

48 Ibid., no 212, samedi 3 octobre 1874. Affirmation donnée lors de son témoignage durant le procès.

49 L’Indépendant, no 213, dimanche 7 octobre 1874, témoignage de Charpy, capitaine de gendarmerie.

50 Voir biographie.

51 L’Indépendant, no 221, mardi 13 octobre 1874, témoignage du médecin Joseph Bocamy lors du procès.

52 Le Roussillon, no 224, mardi 29 septembre 1874.

53 L’Indépendant, no 240, samedi 17 octobre 1874. L’avocat des victimes, Me Noé, qualifie cette attitude d’« écœurante ».

54 ADPO, 4M210, lettre du maire Charles Vaills au préfet datée du 8 octobre 1870.

55 Le Roussillon, no 245, vendredi 23 octobre 1874.

56 Programme exposé par Léon Gambetta à Belleville lors des élections du 24 mai 1869 et qui sera repris par l’ensemble des républicains.

57 Loi Falloux du 15 mars 1850, décret du 9 mars 1852 (article 4), loi du 14 juin 1854.

58 ADPO, registre des délibérations, séance du 16 septembre 1870.

59 Ibid., registre des délibérations municipales, séance du 12 octobre 1870.

60 Le Roussillon, no 101, mardi 30 avril 1872.

61 ADPO, 4M210, extraits du registre des délibérations du conseil municipal du 26 octobre 1871 : « Que l’instituteur ne soit plus assujetti à accompagner les élèves aux offices, ce devoir incombant aux pères de famille. Que la leçon de catéchisme qui se fait à l’école et qui rappelle les jours néfastes de l’empire des curés sur les instituteurs et sur les écoles, soit remplacée par une leçon d’histoire, la leçon de catéchisme étant, selon moi [Violet le jeune], du devoir exclusif du curé. Que le curé n’ait plus le droit de s’immiscer dans les affaires de l’école ».

62 Cléricalisme et anticléricalisme durant la IIIe République dans les Pyrénées-Orientales (1870-1906), op. cit., p. 260.

63 DARMON, Olivier, Représentation et aspects de la vie politique dans les Pyrénées-Orientales, thèse soutenue à l’Université de Perpignan, 2001.

64 L’Indépendant, no 27, samedi 1er février 1879.

Table des illustrations

Titre Illustrations tirées de La Croix des Pyrénées-Orientales
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/10651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search