Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Introduction

Texte intégral

1La charnière entre les XIXe et XXe siècles révèle un monde secoué par de multiples changements. Face au curé, apparaissent de nouveaux notables locaux tels le maire ou l’instituteur. Les spécialisations vinicoles, fruitières et maraîchères modifient les conditions économiques de la vie des communautés et des individus. La diffusion de l’instruction et de la langue française, ajoutée à la rapidité des nouveaux modes de communication, ainsi qu’au développement de nouvelles sociabilités (sociétés de secours mutuels, partis politiques, syndicats) change l’environnement mental des Roussillonnais.

2C’est durant cette IIIe République concordataire (1870-1905) que se construit le Roussillon moderne et que se réalise l’abandon de la religion en tant que force dirigeante de la société. C’est aussi l’époque de la remise en cause de la fonction politique de la religion, rupture majeure dans l’histoire multiséculaire de notre pays. Ce moment particulier de l’histoire correspond à la reconnaissance par l’État des valeurs de liberté de conscience et de pensée qui forment la laïcité, socle de notre pacte républicain actuel.

  • 1 RÉMOND, René, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976, p. 8-9.
  • 2 Ibid., p. 4. Cette opinion est partagée entre autres par Maurice Agulhon : « L’importance de la lut (...)
  • 3 Ainsi la loi du 13 avril 1908 sur la propriété des églises dont l’article 5 prévoit que : « L’État, (...)

3Le combat parfois acharné entre cléricaux et anticléricaux traduit ces mutations des mentalités et des pratiques quotidiennes1. Il a été un moteur essentiel de notre histoire que l’attrait des historiens pour la lutte des classes et l’histoire économique a souvent occulté : « L’anticléricalisme est une composante essentielle de notre histoire politique, peut-être même un élément fondamental de notre système politique » écrivait René Rémond2. De cet affrontement quasi permanent mais d’intensité inégale selon les moments, les lieux ou les individus, naît une société basée sur de nouveaux rapports entre le religieux et le profane. Cette lutte débouche sur la séparation du politique et du religieux, même si en réalité cette séparation n’a jamais été totale, contrairement à ce que l’on pourrait croire. À la séparation stricte, telle qu’elle est proclamée par la loi de 1905, la pratique et les différentes modifications législatives ont substitué une séparation souple, conciliante, pragmatique3.

  • 4 Dans les Pyrénées-Orientales, les religions minoritaires sont numériquement très faibles et l’on pe (...)
  • 5 RAMONÉDA, Joseph, Cléricalisme et anticléricalisme durant la IIIe République dans les Pyrénées-Orie (...)
  • 6 BRUNET, Michel, Le curé et ses ouailles, la montée de l’anticléricalisme dans le département des Py (...)

4C’est donc l’histoire de la séparation de l’Église et de l’État4, de l’émergence des nouvelles relations entre le politique et le religieux, de la fin de la reconnaissance étatique de la fonction politique de la religion que retracent ces quelques pages tirées d’une thèse de droit sur l’histoire des institutions, soutenue en 2008 à l’Université de Perpignan Via Domitia5 et qui, d’une certaine manière, pourraient faire suite au livre de Michel Brunet sur la montée de l’anticléricalisme dans le département des Pyrénées-Orientales de 1800 à 18526.

5Mon ouvrage doit beaucoup aux critiques constructives des membres du jury lors de ma soutenance de thèse, les professeurs Jean-François Brégi de l’Université Sophia Antipolis, Aymat Catafau de l’Université de Perpignan Via Domitia, Jacques Poumarède de l’Université des Sciences sociales de Toulouse, et bien sûr mon directeur de recherche, le professeur François-Paul Blanc de l’Université de Perpignan Via Domitia. Je tiens à le remercier tout particulièrement pour son soutien et son efficacité à toute épreuve car, sans lui, cette thèse et par conséquent ce livre n’auraient jamais vu le jour.

6Je remercie également toutes les personnes des différents dépôts d’archives du département et notamment Mesdames Michèle Ros, conservatrice des Archives municipales de Perpignan et Marie-Laure Lafont, conservatrice des Archives paroissiales du Parc Ducup ainsi que le personnel de la bibliothèque d’études de la Médiathèque de Perpignan qui ont grandement facilité mes recherches par leur disponibilité et leur gentillesse.

7Un grand merci, pour leur accueil, au personnel des différentes mairies des Pyrénées-Orientales que j’ai eu l’occasion de contacter et, en particulier, celui d’Amélie-les-Bains/Palalda et de Canohès.

Notes

1 RÉMOND, René, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976, p. 8-9.

2 Ibid., p. 4. Cette opinion est partagée entre autres par Maurice Agulhon : « L’importance de la lutte des classes comme "moteur de l’histoire" a été découverte, puis affirmée, puis réaffirmée jusqu’à déformer quasiment l’histoire du XIXe siècle ».

3 Ainsi la loi du 13 avril 1908 sur la propriété des églises dont l’article 5 prévoit que : « L’État, les départements et les communes pourront engager les dépenses nécessaires pour l’entretien et la conservation des édifices du culte ». Cette disposition permet à ces collectivités territoriales de prendre en charge l’éclairage, le chauffage, les réparations des églises et donc de subventionner indirectement les cultes.

4 Dans les Pyrénées-Orientales, les religions minoritaires sont numériquement très faibles et l’on peut utiliser le singulier même si la loi utilise le pluriel car elle concerne tous les cultes.

5 RAMONÉDA, Joseph, Cléricalisme et anticléricalisme durant la IIIe République dans les Pyrénées-Orientales (1870-1906). Thèse dirigée par le doyen François-Paul Blanc, 2008, 653 p.

6 BRUNET, Michel, Le curé et ses ouailles, la montée de l’anticléricalisme dans le département des Pyrénées-Orientales (1800-1852), Canet, Trabucaire, 2003.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search