Version classiqueVersion mobile

La République concordataire et ses curés

 | 
Joseph Ramonéda

Préface

François-Paul Blanc

Texte intégral

1Le concept de laïcité a été mis en œuvre pour la première fois en France en 1804 avec la promulgation du Code civil. Ce dernier a effacé la diversité des conditions juridiques des personnes qui tenait aux disparités religieuses : le droit civil est devenu ainsi un droit laïcisé, un droit marqué par l’uniformité dans les rapports interpersonnels. En France, cette uniformité fonde la notion de rattachement à une loi civile commune qui s’impose à tous : l’article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958 proclame ainsi que « la France est une République... laïque ». En tant que telle, « elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction de religion ». La laïcité est donc un principe de tolérance, d’égalité et de respect. Elle est la forme juridique de la liberté de conscience : elle implique la neutralité confessionnelle de l’État et de ses institutions : cela signifie que l’État est tenu à l’« indifférence » : la libre pensée a pour lui le même prix que la croyance. Les exigences des uns ou des autres seront donc toujours respectées dans la mesure où elles ne troubleront pas l’ordre public, chargé précisément de veiller à la laïcité de la République.

2La norme inscrite en 1958 dans la loi fondamentale de la République, traduit la mise en œuvre des principes posés en 1804 ; cela n’est pas douteux ; mais cette constitutionnalisation de la laïcité, principe majeur de tolérance que le colonialisme ou le mimétisme juridique a projeté aux quatre coins du monde, est en réalité l’aboutissement d’un très long parcours, d’un violent affrontement entre les tenants d’une laïcité de combat à connotation parfois quasi religieuse – très éloignée donc de l’actuelle laïcité politique – et les nostalgiques d’un confessionnalisme d’État, pur et dur.

3 La grande période de référence de cet affrontement entre ces deux courants, le cléricalisme et l’anticléricalisme, c’est la République concordataire, période particulièrement brève mais constructive, trois décennies qui, de la défaite de 1870 dont surgira la troisième République, s’étendent jusqu’à la loi de 1905 qui « inventera » définitivement la séparation de l’Église et de l’État. Sa connaissance est indispensable pour une approche éclairée du temps présent. C’est aussi une période complexe puisque la laïcité intégrée dans le code civil (un même droit laïc pour tous les citoyens) semble difficilement compatible avec le droit concordataire qui confère aux cultes autorisés, et bien évidemment au principal d’entre eux – la religion catholique, apostolique et romaine – des prérogatives exorbitantes et contraignantes.

4C’est cette période qu’a choisi d’étudier Joseph RAMONÉDA dans cet ouvrage consacré à la République concordataire dans les Pyrénées-Orientales. L’entreprise était complexe à l’image des anciens comtés catalans qui, tardivement rattachés à la couronne, ont conservé tout au long de l’Ancien Régime leurs institutions socio juridiques, assorties de la religiosité formelle – et les formes structurent les positions sociales – propre aux anciens territoires du Roi catholique. Jusqu’en 1789 les clercs roussillonnais vont ainsi occuper dans les hiérarchies locales un positionnement hors de pair. L’uniformité institutionnelle suscitée par la Révolution va certes bouleverser ce schéma, mais le Concordat de 1801 maintiendra les clercs dans un positionnement hiérarchique accepté par les gouvernements successifs de la France jusqu’à la chute du Second Empire.

5L’avènement de la IIIe République constitue à cet égard une véritable coupure épistémologique dans l’histoire du département des Pyrénées-Orientales. Face au « curé » et aux anciennes hiérarchies apparaissent de nouveaux notables, que l’on peut qualifier d’« administratifs », car ils ne sont point « natifs » mais élus ou nommés : le maire, le préfet, l’instituteur vont désormais fréquemment s’opposer avec violence au pouvoir du curé, fonctionnaire de l’État et cependant subordonné à un autre pouvoir. C’est cette guerre, qui s’achèvera avec la séparation de l’Église et de l’État, que Joseph RAMONÉDA étudie avec talent dans ce petit livre concis et savant, nourri par le dépouillement d’archives inédites.

6La laïcité prônée par ces nouveaux notables est évidemment une laïcité de combat qui, par son intransigeance – on peut même dire par son intolérance – se situe aux antipodes de ce principe de respect posé par l’article 2 de la Constitution. Mais c’était un chemin obligé et si la laïcité républicaine, épurée par l’expérience de la Séparation et donc aujourd’hui désarmée, a cessé d’être « laïcarde », il n’est certainement pas vain de rappeler, en ces temps de mondialisation et d’ouverture à des religions qui revendiquent un véritable confessionnalisme politique, le long cheminement historique qui a pu conduire à son émergence. Le livre de Joseph RAMONÉDA est à cet égard fondamental. L’histoire de la longue maturation de la démocratie que porte en soi le principe de laïcité a des vertus pédagogiques. L’auteur a su en rendre la connaissance attractive dans son ouvrage qui est la version « allégée » de la volumineuse thèse soutenue en 2008 devant l’université de Perpignan Via Domitia.

Auteur

Doyen honoraire de la faculté de droit et des sciences économiques

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search