Version classiqueVersion mobile

Transports

 | 
Mireille Courrént
, 
Thierry Eloi
, 
Ghislaine Jay-Robert

– IV – Transports dans le temps

Des hexamètres transvasés dans des alexandrins ? Le jeune Victor Hugo traducteur des Géorgiques

Mireille Armisen-Marchetti

Texte intégral

  • 1 C’est cette édition que nous allons utiliser ici, et c’est à elle que nous emprunterons toutes nos (...)
  • 2 Simon 1903 ; Guiard 1910 ; Pichon 1911 ; Berret 1928, p. 876-78 ; Venzac 1955 ; Gohin, 1967 ; Buiss (...)
  • 3 Vignest 2011.
  • 4 Vignest 2011, p. 34, « renonçant à commenter personnellement ces traductions », se contente de synt (...)
  • 5 Vaillant 1994 ; Vignest 2011.
  • 6 Ainsi Berret 1928, p. 878 : « À qui revient vers ces ébauches d’écolier les oreilles pleines des ma (...)

1Les premières productions poétiques de Victor Hugo, œuvres de son adolescence, n’étaient pas destinées à la publication. Elles ont cependant été conservées dans les Trois cahiers de vers français, et éditées exhaustivement pour la première fois par P. Albouy, dans la collection de la Pléiade, en 19641. Ces Cahiers contiennent d’assez nombreuses traductions versifiées de poètes latins : morceaux choisis de Virgile surtout, mais aussi d’Horace, Juvénal, Lucain, Martial. Ce sont ces traductions, produits d’un enthousiasme juvénile, que nous voudrions examiner ici, en nous limitant, pour des raisons que nous dirons plus loin, aux Géorgiques de Virgile. L’importance du latin dans l’éducation scolaire et la formation de la personnalité poétique de Hugo a été soulignée depuis longtemps. À partir de la fin du XIXe siècle elle a suscité divers articles et ouvrages2, et tout récemment, elle vient encore de faire l’objet d’une thèse stimulante3. Mais ce qui n’a guère été pris en considération, ce sont les processus mêmes de traduction4. Les recherches actuelles s’intéressent plutôt à la pratique de l’intertextualité et cherchent à déceler la façon dont la pratique hugolienne de la littérature latine nourrit sa création adulte5. Parmi les critiques plus anciens, certains en revanche font bien référence aux traductions en elles-mêmes, mais ils se contentent d’appréciations d’ordre esthétique, souvent vagues et partiales, sans les justifier par un examen précis, et leurs jugements, plus qu’ils n’instruisent sur la pratique du jeune Hugo, reflètent les partis pris littéraires de leur propre époque. Obnubilés par une double admiration pour le ‘génie’ de Virgile et pour celui de Hugo, ils partagent une sensibilité marquée par le romantisme et s’irritent de l’esthétique néo-classique du XVIIIe siècle, celle qui est précisément à l’honneur chez les traducteurs au moment où le jeune Hugo s’adonne à cet exercice, dans les années 1816-1817. Ils souffrent aussi d’un manque de perspective, omettant de situer les productions de l’adolescent au sein des usages contemporains de traduction. Pour notre part, nous nous abstiendrons dans toute la mesure du possible de porter un jugement esthétique qui serait forcément subjectif et daté. Contrairement aussi à nos prédécesseurs, notre parti pris sera d’oublier le poète que deviendra Hugo dans la maturité de son art. Lire ces traductions précoces à la lumière de ce que seront par la suite l’esthétique et la créativité hugoliennes, c’est gauchir toute compréhension6. Ce qui nous intéressera donc ici, ce sont les pratiques de traduction en usage dans le milieu cultivé du début du XIXe siècle, et dont les productions de l’adolescent ne sont qu’un avatar parmi d’autres.

  • 7 Stapfer 1905, p. 192.
  • 8 La composition de vers latins est un exercice de première importance dans l’enseignement secondaire (...)
  • 9 Pour la description précise des programmes et la liste des auteurs, cf. Chervel 1986.
  • 10 Les connaissances reposent en grande partie sur Victor Hugo raconté… : cf. Simon 1903 ; Berret 1928 (...)

2Mais il faut d’abord rappeler les circonstances personnelles dans lesquelles le jeune Victor s’attelle à ces traductions versifiées. Hugo était un excellent latiniste. Dans son âge adulte il savait encore par cœur six mille vers latins, et il était capable d’en composer lui-même avec facilité7, pour avoir, comme tout écolier de son temps, pratiqué surabondamment cet exercice tout au long de sa scolarité8. C’est que le latin est alors la principale discipline enseignée au collège. Les épreuves du baccalauréat ès lettres, organisées par le décret du 17 mars 1808, se résument à une épreuve orale de traduction et d’explication d’une œuvre latine au programme9. Le cursus scolaire du jeune Victor, que nous connaissons fort bien10, fait donc une place écrasante au latin.

  • 11 Sur la personnalité et la carrière du Père Larivière comme sur celle des autres professeurs de Hugo (...)

3Et cela commence de bonne heure. En mai ou juin 1809, après l’installation de Madame Hugo et de ses trois fils aux Feuillantines, Eugène et Victor (âgé de sept ans) sont envoyés à l’école du ‘Père Larivière’ : petite école sans prétention, destinée à des fils d’ouvriers, où étaient enseignées lecture, écriture, arithmétique, dans des conditions matérielles fort humbles. Le Père Larivière est un maître chaleureux et modeste, mais qui semble avoir été un bon latiniste. Il initiera les petits Hugo au latin et leur donnera aussi quelques rudiments de grec. Qui plus est, il versifiait lui-même quelque peu. Victor lui conservera sa vie durant affection et reconnaissance, et il lui viendra en aide lorsque son vieux maître âgé et aveugle sera dans le besoin11. En même temps, à la maison, le général Lahorie, compromis dans la conspiration de Moreau et Pichegru et hébergé en cachette par Sophie Hugo, fait lire Tacite à Victor.

  • 12 Victor Hugo raconté…, vol. 1, p. 194-5.

4En mars 1811, Mme Hugo part avec ses enfants en Espagne, rejoindre son époux en poste à Madrid. Eugène et Victor sont inscrits comme pensionnaires au collège de San Antonio Abad à Madrid. Ils y resteront près d’un an et ne semblent pas y avoir appris grand’chose, si ce n’est la détestation de leurs condisciples et de l’institution. Mais ce qui est intéressant pour nous, c’est l’examen d’entrée qu’on fait subir à ces jeunes enfants, et qui les montre capables de lire sans difficulté Lhomond, Justin et Quinte Curce, un peu plus lentement Virgile, péniblement Lucrèce ; Plaute seul leur reste énigmatique12 : c’est dire que l’enseignement du Père Larivière avait été efficace.

  • 13 Certains de ces thèmes ont été conservés : ce sont des thèmes ‘grammaticaux’, comme on dirait de no (...)
  • 14 Hugo, Œuvres poétiques, éd. Albouy, Bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vi (...)

5En avril 1812, retour à Paris, et retrouvailles avec le brave Père Larivière, qui devient le précepteur à domicile d’Eugène et Victor. Il leur fait travailler désormais Virgile, Justin, Tacite, et faire du thème latin13. C’est à ce « maître chéri » qu’en 1817 Victor dédicacera son poème sur le « Bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vie ». Dans cette pièce – où, certes, il faut faire la part de la convention, puisqu’elle a été écrite pour le concours de l’Académie Française –, l’adolescent énumère divers auteurs latins, ceux du programme scolaire en fait, et en particulier les poètes : « mes deux auteurs chéris, et Tibulle, et Virgile, /Sans cesse peupleront mon solitaire asyle »14.

  • 15 Durant l’année 1816-17 il étudie la philosophie et les mathématiques élémentaires ; en 1817-18, ce (...)
  • 16 Venzac 1955, p. 67-179.
  • 17 Venzac 1955, p. 394. Decotte (selon Victor Hugo raconté…, XXIX (II, 4-7)) finit par lui confisquer (...)
  • 18 Sur la façon dont cette pension détestée influence le penchant aux « rêveries d’intimité » de l’ado (...)

6Mais en février 1815, par une décision paternelle autoritaire, les deux frères entrent à la pension Cordier-Decotte, rue Sainte-Marguerite. Victor est en classe de rhétorique ; puis, durant les années scolaires 1816-1817 et 1817-1818, tout en résidant à la pension, il ira suivre au Collège royal Louis-le-Grand les classes de philosophie et de sciences, matières qu’il vit comme d’ennuyeuses obligations15. Sur le fonctionnement de cette pension et la personnalité de ses directeurs, Edmond Cordier et Edme-Jules-Emmanuel Decotte, on lira les pages très instructives de Venzac16. Ni Cordier ni Decotte, mais encore moins le second, n’auront la confiance ni la sympathie du jeune Victor, et ils ne seront pas des intercesseurs intellectuels comme avait su l’être le modeste Père Larivière. Reclus donc dans cette institution peu aimable et souffrant de solitude malgré la présence fraternelle, l’adolescent se réfugie auprès des poètes latins, en dehors de toute exigence scolaire, pour sa seule satisfaction : « le soir, rue Sainte Marguerite, dans son “grenier”, sous la lampe studieuse, un jeune Philosophe de quinze ans… pour rien, pour le plaisir, ouvre son Virgile, en apprend par cœur trente vers… puis les traduit en vers français »17. Ces traductions, celles que nous ont conservées les Cahiers, sont donc le refuge secret de l’adolescent à un moment morne de son existence18. Elles révèlent un goût sincère et désintéressé pour la poésie latine, mais représentent aussi une trêve au sein de ses études philosophiques et scientifiques qui ne le passionnent guère.

  • 19 On trouvera la liste des textes traduits par Hugo dans Vignest 2011, Annexe III, p. 405-6.
  • 20 Hugo assurera par la suite avoir composé plusieurs milliers de vers de traductions diverses : cf. p (...)

7Les textes traduits n’ont rien de découvertes personnelles. Il s’agit de morceaux choisis recueillis dans les programmes scolaires, et le professeur de latin d’aujourd’hui ne sera pas désorienté, y reconnaissant des textes qui figurent toujours dans les anthologies de littérature latine19. Virgile est l’auteur le plus représenté, avec quatorze extraits, dont quatre provenant des Géorgiques. On y rencontre aussi cinq textes d’Horace, autant de Martial, un de Lucain, un de Juvénal, ainsi que trois vers d’Ausone. Il est certain toutefois qu’un certain nombre de traductions n’ont pas été conservées, et que cette liste n’est pas exhaustive du travail du jeune Hugo20.

  • 21 Soit, dans l’ordre chronologique de composition (les titres sont ceux qui figurent dans les Cahiers(...)

8Je ne m’intéresserai ici qu’aux quatre traductions des Géorgiques21, pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’il ne serait de toutes façons pas possible, dans le simple cadre de cet article, d’examiner de près l’ensemble des textes. Et à choisir, c’est Virgile qui s’impose, lui qui est le poète de prédilection de l’adolescent. Par ailleurs nous verrons que les traducteurs de cette époque ont l’habitude de confronter leur travail aux principales traductions existantes, et le jeune Victor ne fait pas exception : il indique, pour les Géorgiques — et pour les Géorgiques seulement —, les traductions qu’il a sous la main, de sorte que nous pourrons, nous aussi, nous y référer. Cela nous permettra de nous faire une idée des pratiques au sein desquelles s’inscrit le jeune Victor, voire dont il s’inspire, et de mieux mettre en perspective sa personnalité de traducteur.

  • 22 Misérables V, Jean Valjean, livre I 2 Que faire dans l’abîme, signalé par Guiard 1905, p. 5.
  • 23 Cf. note 21.
  • 24 « Ce vers se trouve mot pour mot dans une traduction que j’ai lue depuis peu… Désormais avant que d (...)

9C’est Amédée Guiard qui le premier a attiré l’attention sur un passage des Misérables où Hugo décrit l’un des protagonistes du roman, le savant Combeferre, penché sur Virgile : « Combeferre comparait entre eux les traducteurs des Géorgiques, Raux à Cournand, Cournand à Delille, indiquant les quelques passages traduits par Malfilâtre, particulièrement les prodiges de la mort de César »22. À travers son personnage, le romancier se souvient de ses efforts d’adolescent dans sa chambre de la pension Cordier : le passage sur les prodiges à la mort de César (Géorgiques I 466-497) figure en effet parmi les textes sur lesquels il a travaillé23. Et, s’agissant de la méthode de comparaison elle-même, une note de Victor en marge de sa propre version de la première Bucolique indique qu’il va se faire un devoir de consulter les traductions de Virgile disponibles, sans préciser cependant lesquelles24. Mais pour les Géorgiques, nous pouvons identifier celles dont il se sert, et qui sont toutes des traductions versifiées.

  • 25 Guiard 1905, p. 5.
  • 26 P. 45 éd . Albouy.
  • 27 P. 81 éd . Albouy.

10Amédée Guiard a affirmé que le jeune Hugo ne connaissait que la version de Delille25. C’est une erreur : dans ses Cahiers, Hugo indique explicitement qu’il dispose aussi de celles de Cournand et de Malfilâtre, soit de trois des quatre traductions qu’il attribue au Combeferre des Misérables. Dans une note sur son manuscrit, à propos du passage sur les prodiges à la mort de César, il explique : « j’ai cru pouvoir hasarder ce vers pour rendre le mot insolitis que ni Delille ni Malfilâtre n’ont rendu » ; et en même temps l’adolescent révèle son admiration pour Delille : « Qui pourrait bien rendre le pecudesque locutae après que Delille a dit… »26. À propos d’« Aristée », il compare le nombre des vers latins avec ceux à la fois de sa propre traduction et de celles de Delille et de Cournand, et manifeste une fois de plus toute son estime pour Delille : « quand on fait des vers comme Delille, on peut se permettre cette paraphrase » ; quant à Cournand, il est « souvent trivial et quelquefois beau »27.

  • 28 Cf. dans Œuvres de Malfilâtre… 1805, la Notice historique et littéraire sur Malfilâtre, de L.-S. Au (...)
  • 29 Œuvres de Malfilâtre. Seule édition complète, précédée d’une notice historique et littéraire, Paris (...)
  • 30 Le Génie de Virgile, ouvrage posthume de Malfilâtre, publié d’après les manuscrits autographes, ave (...)

11Ces trois prédécesseurs de Hugo jouissaient d’un prestige certain à l’époque où le jeune homme s’attelle à son tour aux Géorgiques. Jacques de Malfilâtre (1732-1767), qui s’était distingué de bonne heure par un talent de poète, se fit remarquer par des fragments d’une traduction en vers des Géorgiques publiés dans des journaux, au point que l’éditeur parisien Jacques Lacombe lui passa commande d’une traduction de Virgile28. Mais il ne l’acheva pas de son vivant, et ce n’est qu’en 1805, près de quarante ans après sa mort, que Louis-Simon Auger réunit et publia ses Œuvres29. Elles ne contenaient que des traductions partielles du livre I des Géorgiques (Excerpta ex P. Vergilii georgicis, p. 188 sqq.) Puis en 1810 paraît Le Génie de Virgile, ouvrage posthume de Malfilâtre30, en quatre volumes. Les traductions des Géorgiques, mêlant prose et vers, se trouvent dans le volume 2. Aux traductions en vers qui figuraient déjà dans les Œuvres complètes, le Génie en ajoute d’inédites.

  • 31 Génie, …, vol. I, Notice p. VII.

12Jacques Delille (1738-1813) est assurément le plus célèbre des traducteurs consultés par Hugo. C’est en 1770 que paraît sa traduction versifiée des Géorgiques, qui connut d’emblée un succès considérable et fut rééditée à de multiples reprises. Elle est précédée d’une intéressante préface qui reflète la vivacité des polémiques relatives aux problèmes théoriques posés par la traduction des poètes latins. Quant aux rapports entre les traductions de Delille et Malfilâtre, ils sont complexes. Entre Delille et les morceaux qui figurent dans les Œuvres complètes de Malfilâtre, d’assez fréquentes coïncidences de termes ou d’expressions, n’excédant cependant pas un hémistiche, révèlent que l’un des deux traducteurs a utilisé l’autre. Malfilâtre étant déjà mort au moment où est publiée la traduction de Delille, il n’a pu la connaître, et il faut penser que c’est Delille qui a pratiqué et utilisé les traductions que Malfilâtre avait fait paraître de son vivant. En revanche, entre les traductions inédites de Malfilâtre publiées en 1810 dans le Génie de Virgile et celle de Delille, apparaissent fréquemment d’étonnants emprunts de plusieurs vers. Miger, l’éditeur scientifique du Génie, donne la clé du mystère. Il indique que les traductions recueillies dans les papiers inédits de Malfilâtre comportaient des manques qu’il s’est autorisé à combler « en faisant un choix des meilleures traductions en vers publiées jusqu’à ce jour »31 (p. VII). C’est donc Miger qui a intercalé parmi les vers de Malfilâtre des emprunts à Delille, de façon à fournir une traduction non lacunaire, et sans pour autant signaler ces emprunts au fil du texte. Le procédé ne semble pas avoir choqué au moment de la parution du Génie de Virgile.

13De laquelle des deux éditions de Malfilâtre disposait le jeune Hugo, celle des Œuvres complètes de 1805 ou celle, plus étendue, du Génie de Virgile paru en 1810 ? L’examen de ses traductions nous a montré qu’il utilisait l’ouvrage de 1810, car ses vers présentent des éléments communs avec des passages de Malfilâtre qui ne figurent que dans le Génie.

  • 32 En même temps donc que les Œuvres complètes de Malfilâtre : cela donne une idée de l’intérêt du pub (...)
  • 33 Louis-Simon Auger, Mélanges philosophiques et littéraires, Paris 1828, vol. II, p. 1-7. Rappelons q (...)

14La troisième des traductions citées par Hugo dans les notes de ses Cahiers est celle d’Antoine de Cournand (1742-1814). Professeur de rhétorique et de littérature, il publia, outre de la poésie didactique de son cru, des traductions de Stace, Virgile et Catulle. Ses Géorgiques parurent en 180532. Sa version s’efforçait d’être plus fidèle que celle de Delille, à laquelle il lui arrivait cependant d’emprunter des termes isolés et des tournures, comme Delille l’avait fait lui-même avec Malfilâtre. Sur la traduction de Cournand on pourra consulter le long compte rendu, excessivement péjoratif d’ailleurs, du critique L.-S. Auger33.

  • 34 Compte rendu publié dans Quérard 1835, tome VII, s.v. Raux (mais le compte rendu lui-même remonte à (...)
  • 35 Cf. les exemples cités ci-dessous, p. 000.

15En revanche Hugo n’indique pas explicitement dans ses Cahiers avoir utilisé la première des traductions qu’il met entre les mains de Combeferre dans les Misérables : c’est celle de J.-F. Raux, datée de 1802. Version verbeuse et pataude, que le critique J.M. Quérard expédie rudement peu après sa sortie : « Cette mauvaise traduction des Géorgiques, oubliée depuis longtemps, fut l’objet, à sa publication, des plaisanteries de tous les journalistes »34. Le jeune Hugo la connaissait-il dès ses années d’adolescence ? La confrontation de ses traductions avec celle de Raux nous a montré que oui, car il lui fait quelques emprunts, peu nombreux il est vrai et circonscrits, mais suffisamment significatifs35. Ainsi, lorsque plusieurs décennies plus tard, au sommet de sa créativité, Hugo s’attelle aux Misérables, il a encore en tête ses traductions de jeunesse et crée le personnage de Combeferre en se souvenant des lectures et de la méthode de travail qui étaient les siennes dans sa chambre de la pension Cordier.

16Nous avons dressé un tableau mettant en regard les quatre traductions des Géorgiques par Hugo et les références de celles qu’il a consultées et auxquelles il a emprunté, comme nous l’a montré la comparaison entre les textes :

  • 36 Génie…, vol. I, Notice, p. VII.
  • 37 Raux dans son Discours préliminaire, p. X, précise que les remarques sur les traductions antérieure (...)

17 Pour mieux situer la pratique de Hugo, il faut bien voir à quel point la comparaison entre traductions est alors considérée comme de bonne méthode. Les éditions citées ci-dessus en témoignent. À l’exception de celle de Cournand, chacune est précédée d’un avant-propos dû soit au traducteur lui-même (Delille, Raux), soit à l’éditeur scientifique (L.-S. Auger pour les Oeuvres complètes de Malfilâtre, P.A.M. Miger pour le Génie de Virgile du même traducteur), et parfois suivie aussi de notes ; et dans ces annexes sont débattus longuement les problèmes théoriques posés par la traduction des poètes antiques, mais on y trouve aussi des extraits des traductions antérieures, passionnément examinées et critiquées. Ainsi, aux Œuvres complètes de Malfilâtre, Auger a annexé à des fins de comparaison diverses traductions de Delille ; de même, dans le Génie de Virgile, Miger fait suivre la traduction de Malfilâtre de copieuses Notes et imitations, où figure la version de Delille, mais aussi des fragments d’autres traducteurs ; et Raux, qui se pose explicitement en concurrent de Delille, consacre plus de cent pages en fin de volume à des « Remarques sur la traduction des Géorgiques de Monsieur Delille » : tout cela étant d’ailleurs l’indice du prestige persistant dont jouissait le travail de Delille, mais aussi de l’esprit d’émulation qui anime ces divers traducteurs, esprit auquel Hugo n’a pu être étranger. Il n’est pas question, bien entendu, de faire d’un jeune Victor de quatorze ou quinze ans un érudit menant une réflexion de principe sur le travail de traduction. Mais les ouvrages que nous venons de citer ne s’adressent pas à un public spécialisé de professionnels. Bien au contraire : Miger, pour ne citer que lui, indique que l’édition de Malfilâtre qu’il procure et les notes qui l’accompagnent sont destinées « aux jeunes gens qui se livrent à l’étude des textes anciens »36. Dans la mesure où, comme nous le savons, l’adolescent disposait de ces ouvrages, est-il possible qu’avec sa vive intelligence et sa passion pour la poésie latine, il se soit abstenu d’en lire les avant-propos et d’en parcourir les notes ? Il est vraisemblable aussi que, comme ces publications les y invitaient, les enseignants eux-mêmes incitaient leurs élèves à connaître et comparer les traductions célèbres37. Ainsi, lorsque le jeune Victor s’applique à confronter sa traduction des Géorgiques avec celle de ses illustres prédécesseurs, il ne fait que s’inscrire dans les pratiques ambiantes.

18Quelques exemples maintenant de la façon dont se pratiquent l’emprunt et la réécriture, et de la manière dont Hugo s’y insère. Dans le passage sur les prodiges à la mort de César, l’expression extincto… Caesare (« César une fois mort », G. I 466) reçoit la même traduction chez Malfilâtre, Delille et Cournand : « quand César périssait », en début de vers ; Hugo écrit, également en début de vers : « quand César expira ». Au vers suivant, le soleil se couvre obscura… ferrugine (« d’une rouille sombre », G. I 467). Malfilâtre cherche le pathétique avec « un voile ensanglanté », suivi de Delille, « un nuage sanglant », et de Raux, qui reprend le « voile ensanglanté » ; Victor conserve la même transposition métaphorique d’obscura : « de sanglantes vapeurs ».

19Vérifions maintenant que Hugo a bien connu et utilisé ses quatre prédécesseurs. Pour cela, il faut montrer qu’il a emprunté à chacun des trouvailles spécifiques, et non simplement des solutions communes à deux ou à plusieurs d’entre eux, qui ne permettraient pas de discerner chez lequel il a puisé. Nous nous limiterons chaque fois à un ou deux exemples, mais les listes pourraient être très longues.

20– Malfilâtre. À partir de aeternam… noctem (G. I 468), Hugo, comme Malfilâtre, place l’expression « nuit éternelle » en fin de vers, et la fait rimer avec le même mot, « criminelle ».

21– Delille. C’est chez lui que Hugo puise le plus volontiers. Au début du « Vieillard du Galèse », Virgile use d’une métaphore maritime :

  • 38 Les traductions de Virgile sont nôtres, et pour la clarté de la démonstration nous les avons voulue (...)

Atque equidem, extremo ni iam sub fine laborum
Vela traham et terris festinem aduertere proram
(G. IV 116-117 : « Pour ma part, si, à la fin désormais de mes peines, je n’amenais mes voiles et ne me hâtais de tourner ma proue vers la terre… »38).

22 L’image est ainsi restituée :

« Si mon vaisseau, long-temps égaré loin du bord » (Delille)
« Si mon vaisseau déjà, prêt à toucher les bords » (Hugo).

23L’exemple est intéressant, car il laisse percevoir à la fois l’emprunt et la réécriture.

— Cournand. Orphée regarde Eurydice, la perdant du même coup : immemor heu ! uictusque animi respexit…
(G. IV 490 « oublieux, hélas, et vaincu dans son cœur… »)

24ce qui devient :

« Il oublie, il regarde, hélas ! Vaincu d’amour… » (Cournand)
« Il s’arrête, il regarde… hélas ! tout est détruit » (Hugo, dont la ponctuation suggère entre les hémistiches un silence pathétique).

25— Raux. Nous insisterons davantage sur les concordances avec Raux, du fait qu’il est le seul, nous l’avons vu, dont Hugo ne cite pas le nom, si bien qu’on ne peut prouver qu’il a été utilisé qu’en se fondant sur les indices textuels.

(Nec…) tristibus aut extis fibrae apparere minaces (cessau[erunt)
(G. I 484 « les fibres (ne cessèrent) d’apparaître menaçantes dans des entrailles de mauvais augure »)

26est ainsi transposé :

« Le sacrificateur, dans le flanc des taureaux
Ne lisait, en tremblant, que menaçans fléaux » (Raux)
« Les prêtres, immolant la victime à l’autel
Ne lisent dans ses flancs que le courroux du ciel » (Hugo).

27À propos d’Orphée empêché de suivre Eurydice) :

  • 39 Hugo emprunte l’expression « avare Achéron » à un autre passage virgilien très célèbre, G. II 492 : (...)

nec portitor Orci
amplius obiectam passus transire paludem
(G. IV 502-3 « et le portier de l’Orcus ne le laissa plus franchir l’obstacle du marais ») :
« Mais il est repoussé des bords de l’Achéron » (Raux)
« (Charon) le repousse des bords de l’avare Achéron39 » (Hugo).

  • 40 Ces précieuses indications ont été reproduites dans le tableau de la p. 000. Les traductions des (...)

28 Venons-en maintenant à l’examen des traductions de Hugo en elles-mêmes. Sur les manuscrits, l’adolescent indique chaque fois la date de composition40. On peut ainsi voir que son travail sur les Géorgiques s’échelonne sur six mois, autour de l’anniversaire de ses quinze ans. Disons d’emblée qu’il n’y a pas d’évolution notable d’un texte à l’autre : la technique comme l’esthétique du traducteur demeurent les mêmes. Les dates révèlent aussi avec quelle rapidité ont été composées ces traductions, ce qui témoigne de la facilité du jeune poète. Les 26 vers latins du « Règne de Juppiter » ont été l’affaire d’une seule soirée, les 242 vers d’« Aristée », à supposer que Hugo y ait travaillé tous les jours, en ont demandé quatorze, soit une moyenne d’environ 17 vers latins par soir ; pour les 33 vers du « Vieillard du Galèse », il a fallu quatre séances, soit 8-9 vers par jour : le texte virgilien est peut-être un peu plus difficile que les autres, à moins, ce qui est le plus probable, que la traduction n’ait pas été quotidienne.

  • 41 Delille, Discours préliminaire, p. 28.
  • 42 Exemples : « des dieux les nombreuses amours », « de Vulcain les jalouses alarmes » (« Aristée », p (...)
  • 43 Delille, ibid. Hugo a conscience de ce risque : en septembre 1816 il fait l’éloge de l’épigramme qu (...)

29L’adoption même de la forme poétique est, de la part d’un si jeune homme, une audace en soi. Faut-il traduire les poètes latins en prose ou en vers ? Au XVIIIe siècle et au début du XIXe la question faisait l’objet d’une vive controverse, comme en témoignent les divers Discours préliminaires ou Avant-propos des éditions. Delille, le maître pourtant de la traduction poétique, affirme qu’il est plus difficile de composer des alexandrins que des hexamètres, du fait des contraintes de la versification française41 : nombre de syllabes fixe (ce n’est pas le cas en latin), respect de l’hémistiche, obligation d’éviter les hiatus, et surtout « joug de la rime, qui seul est plus pesant que toutes les entraves de la poésie latine ». Hugo se plie scrupuleusement et sans erreur à toutes ces obligations. Il traduit en alexandrins classiques à rimes plates, en respectant l’alternance des rimes masculines et féminines qui est la règle depuis Malherbe. Les rimes sont au moins suffisantes, assez souvent riches. Rejets et hiatus sont évités, mais le jeune poète, à l’image de ses devanciers et des poètes classiques en général, s’autorise couramment des inversions étrangères à la prose42. La conséquence est une poésie extrêmement régulière, avec le risque, d’ailleurs connu et signalé par les traducteurs, d’une monotonie que n’encourt pas un poète latin jouant naturellement sur les effets de rythme43.

  • 44 « Aristée », p. 74 et 76.
  • 45 Virg., G. I 466-488, Hugo, p. 45.

30Mais pour arriver à construire son vers tout en respectant ces contraintes, Hugo est contraint de recourir à certaines facilités. Ce peut être une réutilisation de rimes identiques à quelque distance, comme dans « Aristée », où apparaît à deux reprises le couple « profonde/ onde »44. Ce sont souvent aussi des libertés avec l’ordre du texte latin : dans la liste des prodiges à la mort de César45, Hugo transpose la notation virgilienne des animaux qui parlent après l’évocation de l’inondation du Pô, sans autre utilité que de respecter l’alternance des rimes masculines et féminines. Mais le procédé le plus courant, c’est le recours à des ‘bouche-trous’, à des éléments qui n’ont pas d’équivalent chez Virgile et n’apportent rien ou pas grand’chose au sens : au mieux des gloses, au pire des ajouts mécaniques. Ainsi

  • 46 Hugo, p. 46.

et altae
per noctem resonare lupis ululantibus urbes
(G. I 485-6 « et les villes élevées la nuit résonnaient de loups hurlant ») devient sous la plume de Hugo46
« Et les loups, quand la nuit vient régner sur le monde
Font retentir nos murs de hurlements affreux ».

31Dans le premier vers, l’introduction d’une image convenue, celle de la nuit qui « vient régner sur le monde », procure un hémistiche entier, tandis que dans le second vers l’adjectif « affreux » qui qualifie banalement « hurlements » comme une sorte d’épithète de nature, permet de compléter l’alexandrin tout en fournissant la rime.

32L’introduction d’adjectifs dont la seule fonction est de combler le vers est extrêmement fréquente : le vieillard du Galèse, simple senex chez Virgile (G. IV 127), devient pour Hugo (p. 96) un « paisible vieillard ». Dans le même passage, in dumis (G. IV 130 « parmi les buissons »), est doublement traduit par deux hémistiches qui riment, « dans ces prés buissonneux » et « parmi les chardons épineux ». On voit le procédé : c’est, par le recours à des adjectifs, fussent-ils pléonastiques (existe-t-il des chardons autres qu’« épineux » ?), d’obtenir facilement la rime. Un ultime exemple, toujours dans le même bref passage. Virgile écrit (cum… hiems…) glacie cursus frenaret aquarum (G. IV 135 « (quand l’hiver)… arrêtait par le gel le cours des eaux » ; chez Hugo, l’hiver met « un frein de glace aux ruisseaux épaissis » : encore un adjectif qui ne correspond à rien chez Virgile, mais pourvoit à la rime. À d’autres moments sont insérées de véritables gloses. Le vers nauita tum stellis numeros et nomina fecit (G. I 137 le marin alors compta et nomma les étoiles ») devient « le nocher… /Sut compter et nommer, pour diriger sa course… » : cette explication, qui ne figure pas dans le texte virgilien, a permis de remplir l’hémistiche second, le plus difficile, celui où il faut régler la difficulté de la rime.

  • 47 Discours préliminaire p. 26.
  • 48 On peut comparer sur ces sujets l’expérience et les partis pris différents exprimés par deux auteur (...)
  • 49 Delille, Discours préliminaire, p. 39, se réjouit que ses Géorgiques ne comptent que 220 vers de pl (...)

33Tout cela a l’inconvénient d’augmenter le volume du texte et d’aggraver une autre difficulté familière à tout traducteur français, que résume ainsi Delille47 : « tandis que la langue française, embarrassée d’articles, de prépositions, de verbes auxiliaires, se traîne lentement, la langue latine, que la désinence de chaque mot dispense de se charger de tout cet attirail, s’avance d’un pas rapide et dégagé. » La traduction française peut essayer de tendre vers la concision du latin, elle ne saura jamais être aussi brève48. Delille se flatte que sa traduction des Géorgiques n’excède guère en longueur l’original, tandis que par la suite Raux, dont la version est la plus volubile de toutes, plaidera au contraire pour une plus grande abondance49. Le jeune Hugo est au fait de ce débat et sa position est celle de Delille, puisqu’il note soigneusement sur ses manuscrits le nombre de vers à la fois du texte latin et de sa propre traduction. Dans le tableau ci-dessus, nous avons fait figurer ces nombres rectifiés par nos soins — car l’adolescent s’est parfois trompé dans ses comptages — : et la comparaison montre que parmi les divers traducteurs, c’est Delille et lui qui sont les plus concis.

  • 50 Auteur en 1743 d’une traduction en prose de Virgile ; cité par Malfilâtre, Génie…, vol. I, Discours (...)
  • 51 Delille, Discours préliminaire p. 39-40.
  • 52 Cicéron, De optimo genere oratorum 14 : « je n’ai pas jugé nécessaire de traduire mot à mot, mais j (...)
  • 53 Expression inventée au XVIIe s. pour qualifier les traductions libres de Nicolas Perrot d’Ablancour (...)

34 Les contraintes de la langue s’ajoutant à celles de la versification, s’ensuit une question aussi évidente que fondamentale : une traduction en vers français peut-elle être fidèle ? L’abbé Desfontaines50 s’était en son temps montré catégorique : « une traduction en vers, quelque travail qu’elle ait coûté, n’est jamais exacte, et ne peut l’être ». À cela Delille répondait que la prose, elle, est par le fait même une trahison. Le traducteur doit « chercher à produire dans chaque morceau le même effet que son auteur. Il faut qu’il représente, autant qu’il est possible, sinon les mêmes beautés, du moins le même nombre de beautés » ; et pour cette raison, il ne faut pas comparer le texte latin et la traduction vers à vers, car « c’est sur l’ensemble et l’effet total de chaque morceau qu’il faut juger de son mérite »51. Quant à Raux, il met en exergue de son ouvrage la formule par laquelle Cicéron définit sa conception de la traduction : non uerbum pro uerbo necesse habui reddere, sed genus omnium uerborum uimque seruaui52. Mais la « beauté », l’« effet », sont des notions redoutablement imprécises, et ce que l’on peut surtout retenir de ces professions de foi, c’est qu’elles ménagent au traducteur la liberté de fabriquer de « belles infidèles »53. Infidèles ? assurément ; belles ? le critère est autrement plus subjectif…

35De fait, à l’aune des exigences d’aujourd’hui, l’infidélité, ou plutôt, pour user d’un terme moins ambigu, l’inexactitude sont permanentes dans les traductions de Hugo comme elles l’étaient déjà dans les quatre autres qu’il avait sous la main. Nous n’y avons pourtant pas relevé de contresens, c’est-à-dire de méprises patentes, de fautes provenant d’une confusion entre mots ou d’une erreur manifeste sur une construction grammaticale. Hugo est un latiniste compétent, et quand il s’écarte du latin, c’est consciemment. Examinons quelques cas d’inexactitude.

Non alias caelo ceciderunt plura sereno fulgura nec diri toties arsere cometae

(G. I 487-8 « Jamais de plus nombreuses foudres ne tombèrent par temps serein, ni ne brillèrent si souvent de comètes sinistres »).

« Pour la première fois, dans ces temps malheureux,
Un ciel pur est troublé des éclats du tonnerre,
Et la pâle comète épouvante la terre » (Hugo, p. 46)

36Passons sur l’adjonction de « dans ces temps malheureux », de l’épithète « pâle », qui sont des outils de remplissage. De même, « tonnerre », qui fausse le sens de fulgura, a dû être choisi pour la rime. Plus grave est la traduction de non alias plura, qui signifie « jamais plus nombreuses », et non « pour la première fois ». Cette substitution altère fâcheusement le sens, car la mort de César n’est certainement pas la première occasion où les Romains signalent ces phénomènes célestes qui appartiennent aux classiques de la divination. Pourquoi Hugo fausset-il le latin ? Parce qu’il ne l’a pas compris ? C’est peu vraisemblable, le texte n’est pas difficile. Le jeune traducteur s’abandonne plutôt à son goût pour la dramatisation et le pathétique. Cela lui arrive souvent, comme dans cet autre exemple :

37(Eurydice, rappelée aux Enfers après qu’Orphée a rompu son engagement de ne pas la regarder, s’adresse à son époux : )

Illa : « quis et me » inquit « miseram et te perdidit, Orpheu, quis tantus furor ? En iterum crudelia retro fata uocant conditque natantia lumina somnus

(G. IV 494-8 « Elle : “quelle immense folie m’a perdue, pauvre de moi, et toi aussi, Orphée ? Voici que les destins cruels me rappellent à nouveau, et le sommeil tombe sur mes yeux noyés” »).

« Ah ! s’écrie Eurydice, un coup d’œil nous sépare,
Cher époux ! qu’as-tu fait ? quel dieu nous a perdus ?
L’enfer s’est ébranlé sous mes pas éperdus,
Le destin me rappelle en ce séjour terrible ;
Je sens mes yeux nager dans un sommeil horrible… » (Hugo, p. 79)

38Les additions qui rendent cette traduction bavarde sont en partie liés aux exigences de la versification : « quel dieu nous a perdus » comble un hémistiche, et les adjectifs « terrible » et « horrible » fournissent la rime, selon les procédés que nous avons déjà signalés. Mais c’est le goût pour l’amplification pathétique qui explique la substitution à « quelle folie » de « un coup d’œil nous sépare… qu’as-tu fait… quel dieu nous a perdus », et surtout l’introduction du troisième vers (« l’enfer… »), qui n’a pas d’autre fonction dans le texte.

  • 54 Il écrit en marge de son manuscrit (remarque adressée à lui-même ? ou se rêve-t-il déjà publié ?) : (...)

39Certaines de ces trouvailles visant à l’intensité sont tout à fait heureuses. C’est le cas de celle dont s’explique Hugo, dans le passage sur les prodiges à la mort de César : pour rendre le insolitis de Virgile (insolitis tremuerunt motibus Alpes, « Les Alpes tremblèrent de mouvements insolites », G. I 475) il a osé : « Les Alpes ébranlaient leur cime inébranlable »54. L’antithèse audacieuse, qui repose sur deux mots de même famille, pareillement accentués et se faisant écho en fin d’hémistiches, sacrifie la littéralité, mais c’est pour mieux restituer la force de l’épithète latine.

40Il est cependant des écarts que l’on ne peut justifier par la recherche de l’émotion. Ainsi, dans le « Vieillard du Galèse », iamque ministrantem platanum potantibus umbras (« un platane fournissant déjà de l’ombre aux buveurs, G. IV 146) devient « le platane ombrageait les sarments de la vigne » (Hugo, p. 97). Certes, les paysans italiens utilisaient des arbres pour y faire grimper la vigne, et cela a dû influencer l’imagination de Hugo ; ici cependant Virgile ne dit rien de tel, et on ne voit pas quelle erreur sur les termes latins aurait pu conduire Hugo à transformer les buveurs en sarments de vigne. Il ne peut s’agir que d’une transposition délibérée, soit que Hugo ait voulu éviter le réalisme prosaïque de la scène suggérée par Virgile, soit qu’il ait pris le droit, conformément aux préceptes de Delille, de s’éloigner de la littéralité pour mieux rendre, à l’aune de sa sensibilité et de ses critères esthétiques propres, le caractère général de la description : restituer, selon la formule de Delille citée plus haut, « sinon les mêmes beautés, du moins le même nombre de beautés ».

  • 55 Journal d’un jeune Jacobite de 1819, « À un traducteur d’Homère » : texte, précise Hugo, contempora (...)
  • 56 Pasquier 1999, p. 22 : Hugo conseillait à son fils François-Marie de 15 ans de faire vingt vers de (...)

41Et pourtant : « Je déclare qu’une traduction en vers de n’importe qui, par n’importe qui, me semble chose absurde, impossible et chimérique. Et j’en sais quelque chose, moi, qui ai rimé en français (ce que j’ai caché soigneusement jusqu’à ce jour) quatre ou cinq mille vers d’Horace, de Lucain et de Virgile ; moi, qui sais tout ce qui se perd d’un hexamètre qu’on transvase dans un alexandrin »55. Telle est quelques années plus tard la sentence radicale que Hugo porte sur ses propres efforts et sur le principe général de la traduction versifiée, conçue comme le simple transvasement d’une matière inerte dans un récipient inapte à la recevoir. Pourtant cette activité juvénile ne mérite pas le dédain des spécialistes de Hugo, et pas davantage celui des latinistes. Les traductions des Géorgiques nous ont révélé d’abord la passion de l’adolescent pour la poésie, et pour la poésie française plus que latine, car le jeune Victor, s’il l’avait voulu, aurait été de force à composer ses propres hexamètres latins. En traduisant, c’est sa langue maternelle qu’il veut confronter à ses modèles scolaires, et c’est à elle plus qu’à Virgile qu’il dédie ses forces naissantes. Ainsi, ces traductions attestent à la fois de son audace et de sa docilité. Audace, car le XIXe siècle commençant dispose de plusieurs traductions célèbres de Virgile, et le jeune Victor n’ignore pas qu’il s’introduit dans une prestigieuse compagnie ; cela ne l’effraie pas, et il ne craint pas de rivaliser avec ces prédécesseurs illustres. Mais docilité aussi, dans la mesure où ses principes et ses procédés de traduction restent pleinement ceux de ces maîtres. Si Hugo se confronte à eux, c’est pour apprendre d’eux, c’est pour les imiter, et quand il pratique la comparaison et le croisement des traductions, il se conforme à leurs propres pratiques. De ces exercices il lui restera la conscience de l’extraordinaire outil de formation que représente la traduction, cette re-création qui prépare à la création tout court56. Quant aux latinistes, oubliant que Hugo deviendra Hugo, ils peuvent se pencher sur ces textes comme sur de bien intéressants témoignages pour l’histoire de la réception du latin, révélant ce que pouvait être la pratique de la traduction versifiée dans le milieu scolaire ou universitaire du début du XIXe siècle – sous la plume d’un surdoué, s’entend.

Bibliographie

Bibliographie

Traductions de Virgile :

A. Cournand :

Les Géorgiques de Virgile, traduites en vers français par A. Cournand, Paris, Bernard, 1805.

J. Delille :

Les Géorgiques de Virgile, traduites en vers français par J. Delille, avec les notes et les variantes, Paris, Michaud, 1816 (1ère éd. 1770).

V. Hugo :

Œuvres poétiques, I, édition établie et annotée par P. Albouy, coll. La Pléiade, Paris, Gallimard, 1964.

Œuvres complètes, édition chronologique publiée sous la direction de J. Massin, Paris, Club français du livre, t. premier, vol. 1, 1967.

J. de Malfilâtre :

Œuvres de Malfilâtre. Seule édition complète, précédée d’une notice historique et littéraire, Paris, Collin, 1805.

Le Génie de Virgile, ouvrage posthume de Malfilâtre, publié d’après les manuscrits autographes, avec des notes et additions de P.A.M. Miger, Paris, Maradan, 1810.

J.-F. Raux :

Les Géorgiques de Virgile, traduites en vers français, Paris, Laurens, 1802.

Littérature critique :

Auger, Louis-Simon, Mélanges philosophiques et littéraires, Paris, 1828.

Berret, Paul, « L’élève Victor Hugo », Revue des Deux Mondes, 15 février 1928, p. 860-881.

Buisson, Jean-Paul, « Victor Hugo à l’école de Virgile et des poètes latins », dans Victor Hugo, Œuvres complètes…, t. 1, encarté p. 140, VIII pages, 1967.

Chabert, Samuel, « Un exemple d’influence virgilienne : Virgile et l’œuvre de Victor Hugo », Annales de l’Université de Grenoble, XXII, 1910, p. 53-101.

Chervel André, Les auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement français de 1800 à nos jours, INRP-Publications de la Sorbonne, 1986.

Gély Claude, La contemplation et le rêve. Victor Hugo, poète de l’intimité, Paris, 1993.

Gohin Yves, « Victor Hugo à seize ans », étude liminaire, dans Victor Hugo, Œuvres complètes, t. I, Le Club français du livre, 1967.

Guiard, Amédée, Virgile et Victor Hugo, Bloud et Cie, 1910.

Mounin, Georges, Les belles infidèles, Lille, 1994 (1ère éd. Paris, 1955)

Pasquier, Marie-Claire, « Hugo et la traduction », Romantisme, vol. 29, n° 106, 1999 : Traduire au XIXe siècle, p. 21-30.

Pichon, René, « Virgile et Victor Hugo », Revue des Deux Mondes, 15 mars 1911, p. 414-448. La Réception du latin du XIXe siècle à nos jours, Actes du colloque d’Angers des 23 et 24 septembre 1994, Georges Cesbron et Laurence Richer éd., Presses de l’Université d’Angers, 1996.

Quérard J.M., La France littéraire, Paris, 1835.

Rochette Auguste, L’alexandrin chez Victor Hugo, Champion, 1911.

Simon Gustave, « Victor Hugo écolier », Revue de Paris, 1er octobre 1903, p. 445-475.

Stapfer Paul, Victor Hugo à Guernesey. Souvenirs personnels, Paris, 1905.

Vaillant, Alain, « La latinité hugolienne : bouche d’ombre et langue morte », dans La Réception du latin…, 1996, p. 79-85.

Venzac, Géraud, Les Premiers Maîtres de Victor Hugo, Paris, 1955.

Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, Paris, 1885, vol. 1.

Victor Hugo, Préface aux Œuvres complètes de Shakespeare, Traduction par François-Victor Hugo, Pagnerre, 1865, pp. 6-31.

Vignest Romain, Victor Hugo et les poètes latins. Poésie et réécriture pendant l’exil, Paris, Garnier, 2011.

Notes

1 C’est cette édition que nous allons utiliser ici, et c’est à elle que nous emprunterons toutes nos références. Les traductions du jeune Victor figurent aussi dans Victor Hugo, Œuvres complètes, édition chronologique publiée sous la direction de J. Massin, Paris, Club français du livre, t. premier, vol. 1, 1967.

2 Simon 1903 ; Guiard 1910 ; Pichon 1911 ; Berret 1928, p. 876-78 ; Venzac 1955 ; Gohin, 1967 ; Buisson, 1967 ; Gély 1993, p. 82-104 ; Vaillant 1996. Toutes ces études s’appuient sur Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, Paris, 1885, vol. 1 (le « témoin » étant Adèle Hugo).

3 Vignest 2011.

4 Vignest 2011, p. 34, « renonçant à commenter personnellement ces traductions », se contente de synthétiser rapidement les conclusions de ses prédécesseurs : « elles tendent souvent à aplanir et à affaiblir leurs modèles en les passant au laminoir du classicisme finissant ».

5 Vaillant 1994 ; Vignest 2011.

6 Ainsi Berret 1928, p. 878 : « À qui revient vers ces ébauches d’écolier les oreilles pleines des magnifiques et triomphantes sonorités de l’épopée hugolienne, elles apparaissent comme de bien pâles images de son inspiration à venir » ; cependant le critique ajoute très justement : « ce sont des œuvres achevées à l’école de maîtres qui pensaient et rimaient à la manière des poètes du XVIIIe siècle ».

7 Stapfer 1905, p. 192.

8 La composition de vers latins est un exercice de première importance dans l’enseignement secondaire au XIXe s. : pour mesurer ses limites pédagogiques ainsi que la détestation qu’elle a pu engendrer chez certains jeunes gens, cf. les contributions réunies dans La Réception du latin du XIXe siècle à nos jours, 1996.

9 Pour la description précise des programmes et la liste des auteurs, cf. Chervel 1986.

10 Les connaissances reposent en grande partie sur Victor Hugo raconté… : cf. Simon 1903 ; Berret 1928 ; Venzac 1955 ; Gohin 1967 ; Vignest 2011.

11 Sur la personnalité et la carrière du Père Larivière comme sur celle des autres professeurs de Hugo, cf. Venzac 1955.

12 Victor Hugo raconté…, vol. 1, p. 194-5.

13 Certains de ces thèmes ont été conservés : ce sont des thèmes ‘grammaticaux’, comme on dirait de nos jours, c’est-à-dire de niveau modeste, mais qui stimulent l’imagination de l’enfant au point qu’il les orne de dessins : Simon 1903, p. 451 ; 453 ; 454, qui reproduit ces dessins.

14 Hugo, Œuvres poétiques, éd. Albouy, Bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vie, p. 115. Cf. Victor Hugo raconté…, chap. XXIX.

15 Durant l’année 1816-17 il étudie la philosophie et les mathématiques élémentaires ; en 1817-18, ce sont la physique et les mathématiques spéciales : Venzac 1955, p. 180-267.

16 Venzac 1955, p. 67-179.

17 Venzac 1955, p. 394. Decotte (selon Victor Hugo raconté…, XXIX (II, 4-7)) finit par lui confisquer ses vers, sans doute par application d’une circulaire de décembre 1812 qui excluait de l’enseignement la pratique de la versification française : Gohin 1967, p. XXI ; Vignest 2011, p. 32.

18 Sur la façon dont cette pension détestée influence le penchant aux « rêveries d’intimité » de l’adolescent, cf. Gély 1993, p. 63-64.

19 On trouvera la liste des textes traduits par Hugo dans Vignest 2011, Annexe III, p. 405-6.

20 Hugo assurera par la suite avoir composé plusieurs milliers de vers de traductions diverses : cf. p. 000 et note 56.

21 Soit, dans l’ordre chronologique de composition (les titres sont ceux qui figurent dans les Cahiers) : « Traduction de l’épisode du Ier livre des Géorgiques » (= Géorgiques, I, 466-497, p. 45-46 éd. Albouy. Il s’agit du passage sur les prodiges à la mort de César) ; « Aristée » (= Géorgiques, IV, 317- 558, p. 74-81) ; « Le règne de Juppiter » (= Géorgiques, I, 121-146, p. 94-95) ; « Le vieillard du Galèse » (Géorgiques, IV, 116-148, p. 96-97).

22 Misérables V, Jean Valjean, livre I 2 Que faire dans l’abîme, signalé par Guiard 1905, p. 5.

23 Cf. note 21.

24 « Ce vers se trouve mot pour mot dans une traduction que j’ai lue depuis peu… Désormais avant que de rien traduire, j’aurai soin d’en lire les diverses traductions » (éd. Albouy p. 67).

25 Guiard 1905, p. 5.

26 P. 45 éd . Albouy.

27 P. 81 éd . Albouy.

28 Cf. dans Œuvres de Malfilâtre… 1805, la Notice historique et littéraire sur Malfilâtre, de L.-S. Auger.

29 Œuvres de Malfilâtre. Seule édition complète, précédée d’une notice historique et littéraire, Paris, Collin, 1805.

30 Le Génie de Virgile, ouvrage posthume de Malfilâtre, publié d’après les manuscrits autographes, avec des notes et additions de P.A.M. Miger, Paris, Maradan, 1810.

31 Génie, …, vol. I, Notice p. VII.

32 En même temps donc que les Œuvres complètes de Malfilâtre : cela donne une idée de l’intérêt du public pour les traductions en vers de Virgile.

33 Louis-Simon Auger, Mélanges philosophiques et littéraires, Paris 1828, vol. II, p. 1-7. Rappelons que Auger est aussi l’éditeur scientifique des Œuvres complètes de Malfilâtre.

34 Compte rendu publié dans Quérard 1835, tome VII, s.v. Raux (mais le compte rendu lui-même remonte à 1805).

35 Cf. les exemples cités ci-dessous, p. 000.

36 Génie…, vol. I, Notice, p. VII.

37 Raux dans son Discours préliminaire, p. X, précise que les remarques sur les traductions antérieures qu’il a insérées dans son ouvrage visent « à l’utilité des jeunes littérateurs. Car rien n’est si propre à rappeler aux bons principes et à former le goût que ces discussions polémiques. » Même idée sous la plume de Miger, Génie…, vol. I, Note de l’éditeur, p. 121-122 : « Nous croyons devoir ici rapporter [cette] traduction : rien n’est plus utile, pour former le goût, que ces sortes de rapprochements ».

38 Les traductions de Virgile sont nôtres, et pour la clarté de la démonstration nous les avons voulues littérales, même au prix de la gaucherie.

39 Hugo emprunte l’expression « avare Achéron » à un autre passage virgilien très célèbre, G. II 492 : … strepitumque Acheruntis auari.

40 Ces précieuses indications ont été reproduites dans le tableau de la p. 000. Les traductions des Géorgiques ont été composées entre novembre 1816 et avril 1817 : Hugo, né le 26 février 1802, a 14-15 ans.

41 Delille, Discours préliminaire, p. 28.

42 Exemples : « des dieux les nombreuses amours », « de Vulcain les jalouses alarmes » (« Aristée », p. 75).

43 Delille, ibid. Hugo a conscience de ce risque : en septembre 1816 il fait l’éloge de l’épigramme qui « berne du plat rimeur le talent insipide » (p. 56 Albouy).

44 « Aristée », p. 74 et 76.

45 Virg., G. I 466-488, Hugo, p. 45.

46 Hugo, p. 46.

47 Discours préliminaire p. 26.

48 On peut comparer sur ces sujets l’expérience et les partis pris différents exprimés par deux auteurs modernes de traductions versifiées ou rythmées : J.-P. Chausserie-Laprée, Oeuvres complètes de Virgile, 1. L’Enéide, Paris, 1993, p. 17-21 ; J. Soubiran, Stace, Achilléide, Paris/ Louvain, 2008, p. 92-97.

49 Delille, Discours préliminaire, p. 39, se réjouit que ses Géorgiques ne comptent que 220 vers de plus que le poème virgilien ; Raux, Discours préliminaire, p. III et XVI, critique vertement cette concision, qu’il juge mutilante.

50 Auteur en 1743 d’une traduction en prose de Virgile ; cité par Malfilâtre, Génie…, vol. I, Discours préliminaire, § II « Comment on doit traduire les poètes ».

51 Delille, Discours préliminaire p. 39-40.

52 Cicéron, De optimo genere oratorum 14 : « je n’ai pas jugé nécessaire de traduire mot à mot, mais j’ai conservé le genre et la valeur de toutes les expressions. »

53 Expression inventée au XVIIe s. pour qualifier les traductions libres de Nicolas Perrot d’Ablancourt. Sur ce principe, cf. Mounin 1994.

54 Il écrit en marge de son manuscrit (remarque adressée à lui-même ? ou se rêve-t-il déjà publié ?) : « j’ai cru pouvoir hasarder ce vers pour rendre le mot insolitis que ni Delille ni Malfilâtre n’ont rendu ».

55 Journal d’un jeune Jacobite de 1819, « À un traducteur d’Homère » : texte, précise Hugo, contemporain de Han d’Islande (1821-23). Mêmes métaphore et avertissement quarante ans plus tard, dans la préface qu’écrit Hugo pour la traduction de Shakespeare par son fils François-Marie (1865) : « une langue dans laquelle on transvase de la sorte un autre idiome fait ce qu’elle peut pour le refuser ».

56 Pasquier 1999, p. 22 : Hugo conseillait à son fils François-Marie de 15 ans de faire vingt vers de Virgile chaque matin. « Pour Victor Hugo, c’est la formation par « les humanités » qui est la première expérience, fondatrice, du passage entre deux langues ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/10428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search