Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Visage et portrait, visage ou portrait

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Itzhak Goldberg
, 
Panayota Volti

Du visage : effacement et résistance

Jean-Marc Cerino

Texte intégral

1J’AI TOUJOURS CLAIREMENT DISSOCIÉ ce que l’on pouvait entendre par tête, face, figure ou visage ; de même je n’ai jamais voulu voir le portrait comme la représentation du visage. Car au côté du portrait existe une représentation, dont le nom manque, qui souhaite rendre ce qu’est la réalité du visage. Une réalité propre à l’être, à l’intimité de l’être, à la durée qui lui est consubstantielle, mais aussi à l’autre, aux autres, aux rapports des uns avec les autres ; comme l’ont énoncé singulièrement Levinas ou Blanchot.

2Bien que cela ne doive pas nier le corps qui le porte, le veille, et le protège le cas échéant d’un trop d’exposition, le visage est chez l’autre cette fragilité qui m’interpelle en premier lieu. Il devient ce qui me sauve de moi-même, me détourne de cette angoisse face au vide, à cette absence qui me constitue. Le visage de l’autre me sauve tout en restant à jamais insaisissable, en perpétuel mouvement, habité par la vie. Tout en étant également habité par ce même vide, comme étant le lieu de cette même absence, mais chez l’autre. Il me distrait, me détourne de la conscience de cette absence, pour au final me la rendre en retour, en retour et en partage. Et c’est cela, ce partage donné en retour qui au final sauve, me sauve de moi-même.

3Pour Maurice Blanchot le visage est l’ultime apparition de ce qui disparaît, l’invisible qui se fait voir en se dérobant et en s’échappant, cette absence au cœur de l’être qui se présente avant de s’absenter totalement. Le visage peint serait alors dans un double mouvement ce qui s’efface et se suspend avant de disparaître, ce qui transparaît avant tout engloutissement. Ce qui résiste à l’effacement tout en se rendant à celui-ci, car étant aussi celui-ci. Défis à toutes représentations.

4Dans les années d’après-guerre, plusieurs peintres tentent cette représentation du visage. La durée est du côté du visage, pour Bergson : « La durée est la trame de l’être ». Dans ce refus de livrer le visage à l’image figée du portrait, Francis Bacon réinjecte dans sa peinture cette durée, et par-là même de l’altérité. Et c’est bien dans cette impossibilité de la saisie d’une durée et donc du visage – Giacometti revenant inlassablement sur la même toile jusqu’à épuisement du modèle – qu’ils s’en approcheront au plus prêt.

5Chez eux, la durée est sur la toile, dans le mouvement impulsé à l’image par la trace. Dans ma peinture le but premier est le même : aller vers une apparition du visage. La différence se situe dans le fait que chez eux la trace, laissée par le mouvement physique de la main, devient l’indice de la durée. Dans mon travail, il s’agit dès le départ de durée ; « si l’on veut voir il faut prendre le temps ». Je cherche une durée, qui par l’expérience de la perception se trouve du côté du spectateur, ou du moins entre l’image et le spectateur ; il s’agit de faire en sorte que cette durée soit presque palpable, en faire « un bloc de durée », comme l’on parle d’un bloc de marbre. Et c’est cette durée, liée à l’effacement, qui fait le visage, ou du moins le visage dans cette impossibilité qu’a le spectateur à fixer quelque chose, qui tout le temps échappe ; c’est dans ce sens-là qu’il ne peut s’agir de portrait.

Fig. 1 : Savoir, c’est se souvenir, impression au cadre sur soie, installation de huit voiles [détail], Musée de Bourgoin-Jallieu, 2000 (crédit photographique : Laurent Cerino).

Fig. 2 : Passage de témoins/Témoin de passages, encaustique sur toile (vue d’ensemble), La Galerie de l’artothèque, Bibliothèque de Lyon, 2004 (crédit photographique : Pierre Arnaud).

6Dans mon travail, le rapport s’est donc décalé : ce n’est plus sur et dans la peinture que la temporalité est présente mais, disons, entre l’œil du spectateur et la toile elle-même, même si bien entendu cela relève de la peinture et est rendu possible par les multiples couches translucides de cire blanche. La temporalité naît donc de ce rapport entre celui qui perçoit et l’image, la temporalité réinjectant de l’altérité et donc de la singularité. Or, c’est peut-être par cela justement qu’un travail d’image peut porter sa propre critique de l’image. Réinjecter de la durée, du retard, dans la perception même de l’image, c’est poser le postulat du mensonge, ou du manque, des images ; c’est revendiquer l’impossibilité de toute représentation. Ces peintures sont alors moins des images de l’autre que des représentations du rapport à l’autre. Ce qui est représenté, ou plutôt se joue ici, c’est finalement l’écart, le passage, l’altérité. Et c’est cela même qui peut évoquer la visagéité.

Fig. 3 : Dépositions I, Villa du Parc, encaustique sur toile, cales et objets (vue d’ensemble), Centre d’Art Contemporain, Annemasse, 2004 (crédit photographique : Pierre Arnaud).

Fig. 4 : (B.S.), 2004, encaustique sur toile et texte, 200 x 100 x 200 cm, in Dépositions I, Villa du Parc, Centre d’Art Contemporain, Annemasse, 2004 (crédit photographique : Pierre Arnaud).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Savoir, c’est se souvenir, impression au cadre sur soie, installation de huit voiles [détail], Musée de Bourgoin-Jallieu, 2000 (crédit photographique : Laurent Cerino).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Fig. 2 : Passage de témoins/Témoin de passages, encaustique sur toile (vue d’ensemble), La Galerie de l’artothèque, Bibliothèque de Lyon, 2004 (crédit photographique : Pierre Arnaud).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 3 : Dépositions I, Villa du Parc, encaustique sur toile, cales et objets (vue d’ensemble), Centre d’Art Contemporain, Annemasse, 2004 (crédit photographique : Pierre Arnaud).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 4 : (B.S.), 2004, encaustique sur toile et texte, 200 x 100 x 200 cm, in Dépositions I, Villa du Parc, Centre d’Art Contemporain, Annemasse, 2004 (crédit photographique : Pierre Arnaud).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/970/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540