Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Réseaux

p. 133-181


Texte intégral

Réseaux : philosophie, recherche interscientifique, espace de l’art

I. Interrogation philosophique et réseaux interscientifiques

1Ce qui légitime la fondation d’une institution scientifique, c’est le projet intellectuel qui la constitue et l’oriente.

2C’est donc autour de ce projet que nous entendons décrire les structures, les méthodes et les interrelations, dont le tissu va définir ce qui sera le propre de cette forme neuve d’organisation pour le travail de la pensée et l’élaboration de la recherche, dans une nouvelle mise en perspective historique.

Le nouvel espace

3Organisme de recherche, et de formation à la recherche, le Collège international de philosophie ouvre un espace nouveau à l’investigation des connexions entre les domaines. Ce qui est, d’entrée de jeu, la démarche même de la philosophie va être à son tour questionné, mais pour être exploré aux jointures des objets, définis par des méthodes différentes de pensée et d’action dans la science.

4Quand la pensée grecque se heurte aux grandeurs dites « irrationnelles », elle se retourne sur ce dialogue avec elle-même qui se développe dans l’« académie » platonicienne, et construit le sens même de ce que peut être l’hypothèse.

5Quand la révolution galiléenne a dégagé la notion de fonction, la pensée cartésienne s’en empare pour transformer en méthode le rapport entre la géométrie alexandrine des coniques et l’algèbre italienne des équations.

6Quand Riemann prend la décision de suspendre la validité du cinquième postulat d’Euclide, il propose une thèse de philosophie à l’université de Göttingen. L’énonciation des axiomes, liée à la fondation aristotélicienne du « Lycée », est désormais un moyen de déduire des géométries et par là, bientôt, d’intervenir dans les structures nucléaires de l’énergie.

7Chaque fois, un réseau international est impliqué dans les nouvelles propositions ; et chaque fois la science revient à elle-même comme philosophie, pour prendre à celle-ci un fragment de langage en vue de définir son point de départ nouveau.

8Mais attention : nous sommes, déjà, entrés dans un nouvel espace, et c’est celui-là qu’il s’agit maintenant de questionner dans toute son ampleur.

9Quand, en 1920, un jeune attaché culturel soviétique arrive à Prague, il quitte le Cercle linguistique de Moscou et la Société d’étude du langage poétique de Petrograd, pour constituer bientôt le Cercle linguistique de Prague. Il s’agit de Roman Jakobson. Découvrant la poésie de langue tchèque, et avançant dans l’exploration de cette langue grâce à ses amis nouveaux, les poètes tchèques du « Devetsil », il publie – à Berlin, et grâce à l’appui de Maxime Gorki – un bref essai Sur le vers tchèque, comparé au vers russe. En confrontant deux systèmes prosodiques, dans leur rapport à la constitution de la différence de sens, il vient de fonder la phonologie structurale. Et du même coup, ce que son plus grand disciple, Noam Chomsky, appellera « la première théorie constituée » en science du langage. Le lien de ce moment avec la problématique de la philosophie husserlienne a été souligné.

10Mais voici ce qui nous importe désormais. Un grand mathématicien vient de souligner que cette « science humaine » qu’est la science du langage lui apparaît comme pionnière pour les sciences expérimentales elles-mêmes. Plutôt que de la voir courir après les sciences de la nature pour leur emprunter leur statut de scientificité, « il faut envisager très fortement la possibilité inverse, c’est-à-dire que les sciences exactes elles-mêmes, le jour où elles voudront progresser réellement dans certains domaines, soient obligées d’emprunter certaines méthodes aux sciences dites humaines1 ». « En ce sens, ajoute-t-il, la linguistique a donné le paradigme de toute théorie morphologique. »

11Entre le travail effectué par Roman Jakobson au contact de la création poétique – avec les poètes révolutionnaires russes d’abord, et les poètes tchèques des « Neuf Forces » ensuite – et d’autre part la perspective affirmée maintenant par René Thom, l’espace parcouru est celui dont il s’agit de reprendre et de poursuivre l’exploration. Mais celle-ci suppose l’invention de nouvelles possibilités d’établir le libre contact entre les approches. Cette liberté et cette approche nous rapportent à la philosophie.

12Le colloque « Recherche création » du 9 janvier 1982, dans le cadre de la préparation au grand travail du 16 janvier, développait l’intuition de ces formes futures. Il s’est ouvert sur un rappel : que le premier axiome euclidien est emprunté au vers d’un poème, celui de Parménide. Où il est dit que le point (ou le signe, car c’est le même mot : sêmeion) « est ce qui n’a pas de parties ». Avec cette proposition commençait l’aventure de la pensée qui se lie à cette opération décisive : l’énoncé d’une axiomatique. La mise en question fragmentaire de celle-ci allait, vingt-cinq siècles plus tard, avoir pour conséquence de nouveaux édifices de géométrie, grâce auxquels la théorie einsteinienne a brisé l’atome, en vue d’en libérer l’énergie. De l’axiome du signe, qu’énonce un poème, jusqu’à la technologie nucléaire : penser ce passage, qui est notre histoire tout entière jusqu’au futur, implique la problématique philosophique du champ interscientifique.

13Que le Colloque de janvier 1982 sur le rapport entre création culturelle et recherche exacte, aux lieux de l’ancienne École polytechnique, ait été ouvert par qui venait de présider au lancement d’un missile Ariane2, c’était une coïncidence signifiante : comme une allusion à ce type de raccourci fulgurant, dans les messages, indiquant que celui-ci est désormais l’objet de pensée dont toutes les facettes sont à examiner. Il donne à l’année 1982 son accent. Il inaugure une nouvelle politique scientifique, en rupture avec l’idéologie du cloisonnement et du fixisme.

14Le moment vient sans doute, à partir de l’ample travail de discussion et de proposition accumulé au cours du Colloque national sur la recherche, de dégager cette perspective et d’oser ce pas en avant, parmi bien d’autres, qui donneront à cette rupture toute sa visibilité, à l’échelle internationale. L’avenir fera la preuve de sa fécondité.

15« Objectifs »…

16Il est sans doute nécessaire d’insister sur cette relation de la philosophie et de l’interscience : ces deux versants se rejoignent sur une ligne frontière, qui est en même temps une paroi osmotique. C’est là qu’elles trouvent leur fertilité. Et c’est également là que la nécessité de leur dimension internationale vient s’imposer.

17Étudier la pensée de Kant et de Hegel, de Descartes et de Hobbes comme des textes immobiles dans les corpus finis est une chose. Poursuivre le mouvement par quoi, par exemple, la critique exercée sur Descartes par Hobbes se relie à sa pensée des axiomes, comme système conventionnel, et à une pensée politique qui va susciter la réplique de Rousseau, la critique kantienne de la pratique et les énoncés de la Déclaration des droits ; ou apercevoir dans un paragraphe de la Philosophie du droit de Hegel la première entrée de l’analyse économique dans la pensée philosophique, à l’occasion des crises économiques anglaises – c’est déjà franchir les limites, traverser les langues et les domaines. L’accent mis sur le basculement des socles épistémologiques, sur l’écriture, sur les flux, sur l’économie narrative, a fait brèche. C’est cette brèche qu’il s’agit d’élargir dans une collégialité active de la pensée.

18Dans cette perspective historique, la fondation d’un Collège international de philosophie trouvera sa portée en répondant à quatre objectifs fondamentaux.

19Le premier est l’exploration d’un public nouveau, qui ne soit pas limité au monde étudiant dans un sens strict, mais qui s’ouvre à des auditeurs déjà engagés dans des expériences professionnelles ou techniques – ingénieurs, jeunes médecins et infirmiers –, y compris cette expérience sociale signifiante qui est celle du chômeur, dans la conjoncture actuelle de la crise mondiale du capitalisme. Cette précondition a été méthodiquement explorée par l’Institut polytechnique de philosophie sur les lieux de Vincennes-Saint-Denis.

20Le deuxième est la mise en place d’un grand dispositif de circulation qui traverse l’univers de l’enseignement philosophique tout particulièrement dans l’enseignement secondaire. Cette précondition est d’avance réalisée par le travail préalable du GREPH.

21Le troisième est l’analyse de la situation épistémologique où se trouve placé le rapport entre philosophie et science, à la suite des grandes expériences de pensée de notre temps : méthodologie lévi-straussienne, travail althusserien sur l’épistémè et mouvements de l’école freudienne, en un mot l’ensemble du travail qui prend ses commencements dès le Cercle d’Ulm, à partir des données qui ont fourni toute sa force à l’intervention de ce qui se nomme « philosophie française » de l’autre côté du Rhin.

22Le quatrième est l’investigation des domaines frontières ou interscientifiques qui s’élaborent sous le regard de la pensée philosophique, dans l’interaction entre sciences formelles, sciences de la nature et sciences sociales. Cette dernière précondition est également préparée de longue date par une suite de travaux récents à l’intersection des groupes de mathématiciens, de physiciens et de biologistes, de sociologues, de linguistes et d’historiens, au cours de séminaires tenus à l’institut Henri-Poincaré et à l’Institut des langues orientales, par le Centre de mathématique et de poétique comparée et par le Centre d’analyse et de sociologie des langages.

23À cet égard, il s’agit d’une construction répondant à ces nouvelles exigences.

24La constitution du Collège en effet :

  1. va introduire un public nouveau d’étudiants,
  2. s’ouvrir à de jeunes enseignants qui communiquent une proposition de recherche,
  3. instituer un débat épistémologique par la construction même des perspectives proposées,
  4. relier directement un enseignement de philosophie à des enseignements interscientifiques.

25C’est ce dernier volet que nous tenterons maintenant de développer plus particulièrement, mais sans omettre les interrelations qui, à tout instant et sous divers points de vue, réunissent les quatre objectifs en un seul champ.

26La mise au clair de cet aspect passe pour nous par une consultation large des travaux qui s’élaborent sur les terrains les plus déterminés : mathématiques qui prolongent les méthodes du groupe Bourbaki ou de René Thom ; travaux de physique et de biologie qui s’élaborent depuis dix ans à partir des perspectives de Prigogine (sans attendre qu’il reçoive le prix Nobel) ; linguistique à l’œuvre sur la poétique à l’échelle mondiale et tout particulièrement dans les langues slaves, et même les langues sibériennes et caucasiennes ; théorie des grammaires génératives, et autres méthodologies opératoires, qui entreprennent l’élaboration d’une grammaire scientifique des langues françaises ; sociologies du travail social et de la pensée ouvrière, ou du rapport entre le discours des intellectuels et le langage du monde ouvrier, sociologies des rapports stratégiques et archéologues des rapports sociaux ; socio-ethnologies des traditions populaires ; psychosociologies du tiers monde et de l’espace latino-américain tout particulièrement ; historiens des formes et des arts visuels ; musicologie des formes musicales populaires et orales ; antipsychiatries et thérapies des psychoses, méthodologies des actions communautaires ; analyses de la narration sociale comme intervention permanente et active dans la trame même des rapports sociaux ; exploration des espaces culturels, anthropologiques et symboliques.

27Il n’est pas exclu que des contacts méthodologiques soient pris également avec la pensée économique. L’un des desseins généraux qui peuvent s’articuler, aux confins des quatre objectifs désignés, serait en effet de constituer une épistémologie de la crise, sur le terrain de la situation économique et idéologique contemporaine. Nous pourrions même envisager la constitution du Collège international comme celle d’un analyseur des « fluctuations », à tous les niveaux où elles se déterminent. Nous y reviendrons.

28À cet égard, la présence, d’entrée de jeu, d’un conseiller international, situé aux intersections de plusieurs disciplines et au carrefour de plusieurs traditions culturelles, serait la garantie d’une intervention permanente des perspectives interscientifiques dans le champ de la philosophie. C’est cette possibilité qu’il s’agit d’assurer en effet.

Articulations

29Nous avancerons, avec la proposition pascalienne : le langage est pareil de tous côtés, il faut avoir un point pour en juger.

30Dans un univers social que balaient en tous sens les fluctuations des media, et le n’importe quoi idéologique, il importe de construire le lieu de ce « point » – qui d’ailleurs ne sera pas un « point fixe », mais en déplacement et en avancée permanente, et à condition de savoir « connaître les transformations » dont il est précisément le lieu.

31Cette construction passe par l’élaboration des unités et centres de recherche.

32Déjà s’entrevoient les formations interscientifiques qui vont donner un contenu au projet défini abstraitement. C’est avec ces perspectives concrètes et ces avancées exploratoires, déjà constituées ou en voie d’élaboration, que le projet du Collège prend toute sa portée. Sans elles, il court le risque de n’être qu’un redoublement d’institutions déjà existantes.

33On peut d’ores et déjà apercevoir l’esquisse de quelques-unes de ces unités de recherche ou de ces centres de recherche en voie de constitution.

Le Collège : centre de recherche

34La question qui se pose à nous, énoncée dans les termes de l’institution et de ses contenus, revient à celle-ci : comment concevoir et articuler la relation entre le Collège international de philosophie et le centre de recherche interscientifique ? Comment entendre le rapport qui relie ces deux formulations ? Toutes deux étant présentes dans la « Lettre de mission » du 18 mai 19823, et répondant également aux hypothèses initiales qui se sont développées à partir de la proposition que j’ai faite, le 7 octobre 1981, de constituer un Collège de philosophie à vocation internationale.

35Cette question peut se traduire par deux interprétations. Le « centre de recherche interscientifique » est-il la définition même du Collège international de philosophie ? Ou bien est-il le noyau de problèmes, de recherches et d’enseignements, l’un des éléments constitutifs, tout au moins, de ce noyau, autour duquel a pris forme ce qui fait l’originalité du projet de Collège ?

36Sans trancher d’emblée entre ces deux interprétations – et peut-être n’est-il pas nécessaire de les départager –, nous tenterons d’analyser la démarche exploratoire qui pourra, dans les années à venir, se constituer de façon effective en centre de recherche interscientifique.

Espace interscientifique et regard philosophique

37Ce qui semble dès maintenant se dessiner revêt à nos yeux un double sens. D’une part, un terrain nouveau est en voie d’investigation, défini à chaque moment par ses « points limites » ou ses « coupures » : ce déploiement d’un nouvel espace scientifique – ou, plus précisément, interscientifique – est assurément notre problème majeur, et il va être indispensable d’en commencer dès maintenant la description.

38D’autre part, la puissance de questionner ce terrain, cet espace, n’est pas elle-même inscrite en lui, et elle échappe à son repérage ou à sa description : puissance du décrire, ou du prendre vue, de l’eidon en son terme grec, ou dans les termes du moment hégélien, du « raconter » en vue de savoir « ce qu’il y a de vrai dedans » ; ou encore, dans les termes du moment heideggerien (et de ce qui fut sa fragilité et son errance, ou son « erreur »), pouvoir d’être ce qui met en question l’erzählend, la narration, fût-elle de Thucydide (Sein und Zeit, § 7). Ou plutôt, ou plus encore, puissance de « connaître les transformations » dans la description même, pour emprunter à un poète un programme qui devançait la science.

39Mais voici que les deux aspects ou les deux sens risquent de faire leur jonction. Car la connaissance des « transformations » qui relient entre elles les descriptions, apparemment antagonistes, des terrains et de leurs réels, n’est-elle pas précisément la méthode neuve qui tente de repérer le nouvel espace ?

40Et pourtant le regard qui use de cette méthode ne se confond jamais entièrement avec elle. De lui relève la philosophie même.

41Nous admettrons ainsi, au moins à titre provisoire, que le Collège international de philosophie ne se confond pas entièrement avec le centre de recherche interscientifique, bien que celui-ci soit pour lui un élément constituant ; dans la mesure où la pensée de la philosophie ne se réduit pas à l’avancée interscientifique, y compris là où elle est entendue avec la plus vive rigueur.

42Il se peut même qu’il y ait avantage, techniquement, à introduire une certaine différence, dans l’organisation et la gestion, entre ces deux principes d’explorations du savoir. Même si l’un va entrer dans la définition de l’autre. Et, bien entendu, à condition de ne pas l’entendre comme une séparation entre des « disciplines » distinctes, ou des « facultés », notions que le Collège met en cause dans son principe même.

43Ce qui importe, c’est d’introduire dans la description le mouvement de pensée qui, à nos yeux, relie entre elles les données et, pour ainsi dire, les positions de recherche. Et de faire ainsi apparaître le réseau des connexions interscientifiques qui se déploie à travers leurs différences, dans un espace de cohérences neuves en même temps que d’inconnues inexplorées.

44Du même coup, il apparaîtra que la considération de ces nouvelles donnes, dans de pareils réseaux, nous met en situation à nouveau d’être « inventeur de la philosophie », de son écriture et de son « remède » – de son salutaire « poison ». Devant les difficultés et les contradictions mêmes qui vont survenir, au travers de pareils réseaux.

II. Unités et centres. Programmes de séminaires et de recherches

45Aux avant-postes de la description, nous placerons un lieu et un programme de recherches, et de séminaires correspondant à celles-ci, dont la position est à la fois paradoxale et centrale.

46Nommons-le provisoirement :

471. Programme du Centre de mathématique, informatique et poétique (épistémologie des objets à haute complexité).

48Ses objectifs propres se rattachent à l’étude des systèmes ou « objets à haute complexité » : des problèmes posés par l’analyse musicale, la théorie du rythme, la métrique poétique, y atteignent ce degré de généralité qui permet également de traiter, entre autres, et avec les mêmes méthodes, les problèmes de « reconnaissance » posés par des séquences d’ADN et divers problèmes d’informatique théorique.

49On sait que la grande avancée de la biologie moléculaire après la seconde guerre mondiale est liée à l’effraction, dans le champ biologique, du concept de code, emprunté par Schrödinger au discours juridique – c’est-à-dire au domaine du langage. Traiter des molécules « comme un langage » était alors une démarche révolutionnaire, qui bouleversait les cloisonnements traditionnels de l’épistémè, définis à l’âge classique. Cette effraction interscientifique était, à son issu, complémentaire de celle effectuée d’autre part autour de Roman Jakobson : elle allait se prolonger dans une théorie de la biologie moléculaire construite sur la base d’une conception informatique du langage. Mais à son tour celle-ci doit désormais bénéficier des investigations nouvelles dans la théorie du langage et en recevoir une impulsion qui n’est pas encore mesurable. Or, de la nouvelle investigation linguistique, la biologie n’a pas eu encore véritablement ce bénéfice, qu’elle peut légitimement en attendre.

50Les programmes remis à la mission du Collège international de philosophie par Jacques Roubaud, et complétés par ceux de Pierre Lusson, donnent l’indication de ce que sera le travail de déchiffrement inauguré dans cette unité du Collège, sous son aspect de centre de recherche interscientifique.

51En même temps l’investigation des objets à haute complexité va fournir un matériau inédit et exemplaire à la réflexion sur la formation des objets philosophiques, qui constitue sans doute l’une des questions essentielles du Collège de philosophie. Mais précisons que pareil « matériau » est déjà, et à la fois, exploration d’objets nouvellement découverts et réflexion sur cette exploration. Nous y reviendrons plus loin et en conclusion.

52Ici se dessine de quelle façon aura lieu le travail en archipel, ou en diaspora, qui sera celui du Collège. Situation que l’on pourrait comparer à celle qui reliait le centre de Cyrène, et ses géomètres, à celui d’Athènes, et à ses « philosophes ». Ou les centres d’Italie, avec leurs algébristes et leurs physiciens, durant la Renaissance et l’Âge classique, à celui de France, avec sa « méthode », sa géométrie algébrique, sa philosophie cartésienne et pascalienne. Ou le centre d’Angleterre, avec sa « philosophie naturelle » (qui n’est autre que la physique classique), à celui d’Allemagne avec sa Critique, et ce qui apparaîtra bientôt comme la philosophie même, dans ce que l’on pourrait appeler la symbiose philosophique franco-allemande des xixe-xxe siècles.

53Ou encore, l’économie politique anglaise, à la « Critique de l’économie politique » allemande, dont les premières esquisses s’écrivent en 1844 à Paris : celle-ci à son tour vient de donner lieu à une formalisation rigoureuse, de la part de l’économiste japonais Morishima.

54Une interrelation comparable se laisse percevoir, maintenant, ici, entre deux problématiques nouvelles – celle des « objets philosophiques » et celle des « objets à haute complexité ». Celle-ci, pourrait-on dire, relevant d’une démarche déterminante, celle-là d’une démarche réfléchissante, pour reprendre la distinction dont Kant fait usage dans un autre contexte, avec la Critique du jugement.

55À ce titre, le travail entrepris dans le cadre de l’unité d’enseignement et de recherche de philosophie, à l’université Paris Nanterre, par son département de mathématiques, autour de Jacques Roubaud et de Pierre Lusson, et aussi dans le « Cercle Polivanov » (Centre de poétique comparée) de l’Institut national des langues orientales, animé par Léon Robel, constitue une base, en vue d’un programme de séminaire et de recherches qui sera destiné à jouer un rôle pionnier, dans le réseau du Centre de recherche interscientifique. (Voir pièce annexe : J. Roubaud, « Description du projet », Mezura, n° 9.)

56Convenons d’appeler programme de séminaires et de recherches 1 (PSR 1) ce premier des maillons du réseau. Bien entendu, l’ordre dans lequel ceux-ci seront énoncés ici est arbitraire et provisoire : il est simplement lié à un certain mode de description des enjeux, à un choix déterminé de la « descriptibilité », au sens de R. Thom.

57Ce programme (1) pourra se relier, par un contrat d’association, au Centre de poétique comparée du département de langues slaves, à l’Institut national des langues orientales, animé par Léon Robel (« Cercle Polivanov4 ») : l’objectif spécifique proposé par celui-ci, en vue de son association au Collège, portera surtout sur la théorie de la traduction.

58Dans une phase ultérieure, il pourrait inaugurer des relations d’échange avec le Collège européen de traduction, instauré par Elmar Tophoven à Straehlen, en Allemagne fédérale.

592. Appelons maintenant programme du Centre d’analyse des langages et de syntaxe du politique un groupe de travail dont l’objectif est de déterminer une grammaire de la narration dans son rapport au discours politique – et à l’action historique elle-même dont celui-ci est la trame.

60L’objectif en est spécifié par l’interrelation entre syntaxe proprement dite et intonation (ou prosodie). Celle-ci a fait l’objet d’une communication au colloque de Göttingen (Glow, 1981)5 : M. Ronat, « Logical Forms and Prosodic Islands ». La théorie générative des « traces syntaxiques », dans son rapport à la prosodie du discours, fournit un biais opératoire tout nouveau à l’analyse de l’action historique. On peut rappeler que deux moments cruciaux de l’histoire politique en France culminent dans deux notations sur le langage. La journée du 9 Thermidor s’ouvre sur la question de Saint-Just, que va suivre l’interruption de son discours : « Quel langage vais-je vous parler ? » La journée du 19 Brumaire culmine dans cette affirmation de Bonaparte, s’adressant aux soldats après avoir quitté la salle des Cinq Cents : « J’ai voulu leur parler. »

61La méthodologie qui se dessine contribue à définir un « objet complexe » que l’on peut désigner comme la narration sociale. Cet objet est un « objet qui change », au sens défini par Pierre et Jacques Roubaud mais un « objet qui change son objet » : ainsi, la narration des événements ayant eu lieu dans la salle des Cinq Cents, par Bonaparte, va changer instantanément le cours des événements dans cette même salle – et aboutir à la disparition du pouvoir législatif constitué par la Révolution française. L’axiomatique de la narration, avec ses paradoxes formels, permet d’entrer dans l’analyse des effets qui opèrent à travers le rapport entre le discours et son réel.

62Dès lors, il y a quelque évidence à admettre que l’examen des objets de langage présentés par la « langue d’écriture », la Schriftsprache, au sens de Roman Jakobson et du Cercle de Prague, va permettre ici d’affiner la méthodologie – et cela qu’il s’agisse de l’angle de vue narratique ou du point de vue prosodique. Mais il va de soi que la considération de cette « utilité » n’est pas la seule « justification » apportée à l’analyse ou à la théorie de la littérature, comme terrain fort de la pensée moderne depuis l’Opoïaz et les « formalistes » de Petrograd, aile marchante de la Révolution russe dans la pensée, et pionniers de la philosophie du langage parallèlement au Cercle de Vienne.

63Appelons programme de séminaire et de recherches 2 (PSR 2) ce nouveau noyau d’exploration, qui prolonge le Centre d’analyse et de sociologie des langages, le CASL, dont la formation a été ratifiée au CNRS en 1974 par la commission compétente, mais refusée par le régime antérieur. Comme pour le département de philosophie de Vincennes, l’IPP (Institut polytechnique de philosophie), et pour le GREPH, la lutte de la pensée menée par le CASL symbolise la résistance intellectuelle face à une évidente tendance à l’atrophie théorique dans la période précédente.

64Par ses objets, et au-delà de sa grille méthodologique fondamentale, liée aux perspectives de la nouvelle investigation linguistique, ce programme conduit tout naturellement à plusieurs ensembles de recherches concrètes :

  1. Unité d’analyse du discours des « nouvelles droites » et des « néonazismes ». S’y explore la maille de langages, et de relations déguisées, qui ramifie ce discours à l’échelle internationale (soit PSR 2.1). Les publications et les travaux inédits de Pierre Taguieff et de son groupe fournissent ici les points d’appui indispensables.
  2. Unité d’analyse du discours du stalinisme. Le travail entrepris par Jeannine Verdès-Leroux, et qui prolonge ses publications sur la pensée ouvrière (Le Travail social, Les Éditions de Minuit, 1976) et sur l’antisémitisme en France, est ici le maillon solide (soit PSR 2.2). S’y prépare une grande publication.
  3. Unité d’analyse des langages de la Révolution française. Le travail poursuivi au CNRS par Jacques Guilhaumou doit trouver ici ses prolongements (soit PSR 2.3). Les connexions entre les travaux et programmes de P. Taguieff, J. Verdès-Leroux, J. Guilhaumou, M. Ronat, pourraient être plus longuement analysés.

65On peut entrevoir les interrelations de ce groupe de programmes avec le précédent (PSR 1). On pourrait également envisager celles qui le relieraient éventuellement à un ensemble de travaux et de recherches portant (et ayant porté déjà) sur l’épistémologie biologique et, tout particulièrement, du darwinisme. Comment une théorie scientifique peut devenir le référent d’un discours idéologique (le « darwinisme social »), qui allait être l’une des composantes de la « révolution conservatrice » ou du nazisme, et futur objet de discussion ambiguë dans les « nouvelles droites » de l’après-guerre ; comment elle allait en même temps servir de référence à une idéologie de la science dans le cadre global du discours stalinien (le « darwinisme » lyssenkien) – avec des accents « néodarwiniens » dans un cas ; « néolamarckiens » dans l’autre –, voilà une double et fondamentale interrogation. Elle indique assez de quelle façon la question posée à la science par la pensée, comme épistémologie, interroge le discours ou le récit de l’idéologie.

66Réseau problématique qui est ici en connexion, sans doute, avec celui que pourrait décrire, en vertu de ses travaux propres, Dominique Lecourt.

67De façon comparable, le travail sur le discours de la Révolution française est en même temps travail sur sa pensée où, plus rigoureusement, de la Révolution française comme moment de la philosophie. Non seulement au sens où Hegel et Heine l’ont entendu, moins encore à celui où le conçoivent Heidegger et son interlocuteur, le « philosophe japonais », mais aussi dans une perspective que renouvelle la pensée des relations entre les langages et l’action ; entre les emblèmes de la Raison politique et l’intervention effective dans l’histoire.

68Il devra aller jusqu’aux problématiques des langages sur la peine de mort (débats Beccaria-Voltaire-Diderot de 1763 ; de Robespierre et Petion en mai-juin 1791 ; en décembre 1792 et janvier 1793). Et au débat Danton-Lacroix-Levasseur sur l’abolition de l’esclavage (mars-avril 1791, pluviôse an II) ; ainsi qu’à ses prolongements dans la révolution haïtienne : ici le travail de Jacques Thibau et celui d’Édouard Glissant sur le « Discours antillais » fourniront des éléments nouveaux, dans un questionnement qui se déploie entre le Ménon platonicien ou les énoncés aristotéliciens, et le livre qui s’intitulera Politique du Contrat social en 1762.

69Un projet d’étude et de séminaire sur la révolution antiesclavagiste est à envisager ici. C’est l’esclave du Ménon que Platon charge de découvrir la grandeur incommensurable et le nombre « irrationnel ». C’est la Révolution de la Déclaration montagnarde des droits de l’homme qui abolit l’esclavage – en pleine Terreur de l’an II. Deux paradoxes qui appartiennent à cette programmatique, et lui donnent pour habitation la philosophie. Nous ne pouvons quitter le programme 2 sans y ajouter une dernière proposition.

70Nous pensons en effet que devra s’y greffer une relation avec un travail en cours dont l’importance historique, éthique – et philosophique – est évidente.

71Il s’agit de ce qu’a entrepris l’ASSAG (Association pour l’étude des assassinats par gaz) en regroupant, avec des chercheurs, des anciens déportés de toutes tendances (depuis Geneviève de Gaulle jusqu’à Marie-Élisa Cohen), avec Germaine Tillion, Anise Postel-Vinay, Jacques Delarue, Pierre Vidal-Naquet, Georges Wellers. Son projet devrait évidemment établir des liens avec les travaux de Pierre Taguieff.

72Notre tâche est d’élaborer une réplique décisive à l’offensive de la dénégation « révisionniste », dont la « révision » de l’histoire mondiale consiste à nier, dans les camps nazis, l’utilisation des chambres à gaz pour l’extermination massive des déportés et, avant tout, le génocide des déportés juifs et tsiganes. Le travail d’approche des documents « d’écriture », et des « objets » eux-mêmes (par exemple, en France, la chambre à gaz du Struthof), n’est pas seulement un labeur d’historien et, si l’on ose dire, d’archéologue. Mais il déborde dangereusement ce terrain socio-historique strict, et il implique aussi une problématique de la narration, et un questionnement proprement philosophique de ce problème. Ce que l’historien n’expose jamais, c’est la fragilité de la « preuve » historienne : celle-ci est redoublée tragiquement, puisque les narrateurs directs sont ici, par principe, assassinés. Ce que rapportent les témoignages et les documents est donc presque toujours aperçu en « profil », dirait Husserl, en Abschattung, en « ombre portée » narrative. Il nous faut ici affirmer à la fois « qu’il y a une vérité » – contrairement à l’assertion althusserienne de février 19686, selon laquelle « la vérité est idéologique » (énoncé contre quoi s’élevait curieusement Lénine, dans sa polémique contre Bogdanov) ; et que cette vérité est atteinte seulement à travers le langage et, singulièrement, le récit (la chambre à gaz du Struthof comme objet ne « veut rien dire », sans la narration qui s’y rapporte, non sans soulever mille « interrogations »).

73On entrevoit déjà comment cette question redoutable met en cause la tradition même de l’épistémologie. La référence opiniâtre à la « science du texte », chez le risible Faurisson, son appel aux « faits », son positivisme caricatural et son « scientisme » à la Pécuchet, la façon dont il nous contraint cependant à reprendre l’archive du génocide nazi, et dont au même moment son récit négateur est transmis déjà en divers points chauds du monde contemporain, cet amas de problèmes nous conduit à un questionnement inédit. Car, au sens classique de ce terme, l’épistémologie est une réflexion sans le langage : c’est bien visible dans la tradition française, chez L. Brunschvicg et ce qu’il a représenté dans l’Université française ; et dont Gaston Bachelard lui-même ne s’est pas libéré tout à fait.

74Nous nous garderons de donner un nom au mode de pensée qu’appellent les questions précédentes. Indiquons qu’il échappe partiellement au fondateur de la théorie transformationnelle des grammaires, Noam Chomsky, puisqu’il semble peu préoccupé du pouvoir que le « récit zéro » de Faurisson pourrait avoir de réhabiliter les exterminateurs (devenus les « antiexterminationnistes »).

75Disons seulement que, s’il faut penser une pensée « tranformationniste » en toute rigueur, il faudra aller au-delà des théories « transformationalistes » elles-mêmes. Pour connaître de ces transformations-là également.

76Aller jusqu’au bout de pareils questionnements nous semble justement la tâche du Collège international de philosophie. Et cela suppose qu’il se constitue en centre interscientifique, puisqu’il nous faut ici le travail commun des historiens professionnels et, par exemple, des chimistes, mais aussi la pensée du langage et jusqu’à la critique de l’épistémologie elle-même.

77Rappelons-nous que le mot syntaxe, chez les historiens grecs – et chez Aristote –, signifie aussi « stratégie », « ordre de bataille ». La stratégie des langages politiques concerne la philosophie. Et elle atteint les philosophes eux-mêmes, parmi les plus grands. Car le génocide nazi est impensable, sans l’étrange et redoutable mot völkisch (dans le langage hitlérien, « l’État völkisch a pour but la conservation des éléments raciaux originaires »). Or Fichte est impliqué dans son usage, par sa dangereuse équation initiale : « deutsch heisst Bedeutungsweise völkisch » (« allemand veut dire, selon sa signification même, völkisch »). Et Heidegger va jouer avec ce mot piège, non sans être lui-même pris à ce piège du mot. À nous de penser dans la syntaxe ces stratégies lexicales, mais sans oublier que l’histoire vient s’y jouer. Et que l’historien peut-être ne verra pas ce jeu : le plus important des historiens italiens du fascisme ne remarque « rien de remarquable » dans le discours mussolinien de 1925 où surgit le néologisme totalitario : objet ultérieur d’un usage universel, et d’abus de langages non moins répandus.

78À ce point de la description apparaît la possibilité de plusieurs bifurcations, dans ce que René Thom appellerait « le paysage global des issues possibles ».

79D’un côté, le programme marqué PSR 2 est en connexion étroite avec un projet qui se situe dans le proche voisinage du Collège international de philosophie et qui est né dans le même moment et par les mêmes initiatives : celui de la grammaire scientifique du (ou des) français – proposition reliant M. Ronat à J.-C. Milner et à bien d’autres (et qui se trouve être comme le complément indispensable du programme mobilisateur sur le français comme langue scientifique).

80D’autre part, J.-C. Milner a lui-même proposé au Collège un programme qui se relie aux propositions de H. Wismann et J. Petitot.

813. Programme du Centre d’épistémologie des sciences humaines.

82Ce groupe de programmes, ou ce programme en groupe, va inclure :

  1. la proposition de Jean-Claude Milner concernant les « interrogations naturelles » sur le langage (p. ex. : qu’est-ce qui fait qu’une langue est réputée « difficile » ?) ; et une question plus fondamentale encore : la linguistique implique-t-elle une épistémologie spécifique ?
  2. la proposition de Heinz Wismann, portant sur les rapports entre la constitution d’une philosophie allemande, autour du concept pratique de « séminaire » inscrit dans une histoire comparée des universités, et la naissance de la philologie autour de Humboldt, forme avant-première de la linguistique générale. Elle se double d’une proposition plus globale portant sur la constitution des disciplines dans les sciences humaines – histoire, droit, philologie ou linguistique, sociologie ;
  3. la proposition de Jean Petitot, attachée à l’investigation sur les « universaux » du langage, dans une perspective qui relie la morphogenèse mathématique de René Thom à l’analyse structurale de A. Greimas.

83Ce triple projet de programme (soit PSR 3) se situe à un point de rencontre particulièrement signifiant. D’un côté, avec J.-C. Milner, il poursuit l’investigation dans la théorie des grammaires génératives, par des voies neuves. Et il rejoint la problématique philosophique et scientifique de ce qu’un linguiste et philosophe japonais comme S. Y. Kuroda nomme également le transformationnisme. D’un autre côté, avec J. Petitot, il renouvelle certains aspects d’une problématique antérieure, celle du structuralisme, tout en se reliant à des perspectives toutes nouvelles de la problématique scientifique en mathématiques et en physique : d’une part, avec René Thom, dont J. Petitot a formalisé le modèle Thom-Pomian (« théorie de la révolution ») ; de l’autre, avec Ilya Prigogine et Isabelle Stengers. Avec lui pourra s’engager l’une des discussions les plus fécondes et les plus urgentes de notre temps, autour de ce qu’on pourrait appeler l’antinomie Thom/Prigogine. Avec H. Wismann, il reprend dans des termes neufs le questionnement de la philosophie allemande, dans sa pensée critique et antidogmatique.

84Par ce Centre d’épistémologie des sciences humaines (PSR 3), l’interrelation avec l’Institut des hautes études scientifiques de René Thom, déjà assurée par une correspondance avec la mission du Collège, se confirme dans la présence de Jean Petitot.

85Nous aborderons maintenant ce qui pourra constituer :

864. Un programme et un Centre de la théorie des fluctuations, autour d’Isabelle Stengers et, par son relais, d’Ilya Prigogine.

87La recherche d’I. Stengers prend une force philosophique et scientifique nouvelle et inattendue, du fait du travail qu’elle vient d’effectuer au Centre d’études pour les problèmes de l’emploi et du chômage, à Bruxelles, en liaison avec le sociologue Didier Gille. Dès lors, l’épistémologie des « fluctuations dissipatives », dont elle a ouvert le champ avec I. Prigogine, trouve un terrain d’investigation dans l’analyse des oscillations de l’emploi et dans le contexte de la crise économique mondiale. La plus récente étude du Centre pour les problèmes de l’emploi dessine les liaisons que trouvent dans l’épistémè occidentale la rupture scientifique de Galilée et celle de Carnot-Clausius : ce que Husserl nomme révolution galiléenne est abordé par les petites oscillations du pendule de Galilée. Mais les conséquences qui en sont tirées se précisent aux confins d’un tout autre problème : qu’est-ce donc que cet « osciller », que les récits directs sur la grande crise de 1929-1933 décèlent dans les positions de discours chez les protagonistes de l’extrême droite allemande – et quelles corrélations sont pensables entre ces fluctuations des langages et les oscillateurs économiques (voir les modèles de Samuelson). La question philosophique de ce qui là est « pensable » n’est d’ailleurs pas réductible entièrement à l’élucidation économique et syntaxique de ces différents mouvements. Mais elle ne peut pas non plus éluder cette exploration des réels. Quelque chose comme une dérive (ou, pour reprendre une certaine façon de traduire, un Trieb, un drive) est en jeu « à partir de Marx et Freud » – dans ces corrélations, qui restent à déterminer, mais qui sont également à penser. Sans constituer proprement une rigoureuse « isologie » au sens de René Thom.

88Précisons qu’Isabelle Stengers, à qui le CESTA vient de proposer une fonction, pourrait assumer la direction d’un séminaire ou, mieux, d’un programme, sans qu’il y ait, pour le Collège, nécessité d’une création d’emploi. Le nombre de futurs directeurs de programme pourra donc largement dépasser celui des créations de postes budgétaires. Au bord de cette proposition de programme, on peut envisager la possibilité d’un séminaire transversal qui le relierait au Centre d’analyse des langages (soit une intersection entre PSR 4 et PSR 2). À la jonction des deux investigations pourra se constituer alors une unité de recherche sur l’épistémologie de la crise. En effet la matrice des différents discours économiques sur les « sorties de crise », dans l’Allemagne de 1932, se relie aux divers langages de l’idéologie allemande à cette date. On retrouverait dans la matrice des « sorties de crise » de l’année 1982 certaines homologies avec celle de 1932, relations qui seraient à examiner minutieusement.

89Ces matrices donneraient la mesure des flux et des fluctuations dans le discours – et dans les rapports de force et les rapports sociaux qu’il donne à déceler – à l’intérieur du champ de la crise. Or la théorie des énergies dissipatives, qui s’est attachée jusqu’à présent à des processus physico-chimiques, voire galactiques, ou à des phénomènes sociaux tels que les mouvements urbains ou la circulation routière, trouverait ici un terrain nouveau. L’analyse qu’elle donne de la production d’information (la chute du poids, dans le pendule de Huyghens, transmet l’information marquant le temps), comme « intrinsèquement dissipative » et laissant « une trace irréversible », indique une voie de recherche en vue d’explorer ce qu’on pourrait nommer la dissipation idéologique.

90L’analyse détaillée des langages politiques dans les situations de crise – l’Allemagne de Weimar en 1929-1933 – fait apparaître des processus de fluctuations, des oscillateurs sociaux – Schwenkung, schwanken, fluktuiren, notent les témoins d’alors – et ils n’ont jamais été méthodiquement observés de ce point de vue. Ce que les philosophes-sociologues du groupe de Budapest, avec Karl Mannheim, ont appelé l’intelligentsia flottante (freischwebende), se présente comme un véritable medium des fluctuations. Dans quelles conditions le processus fluctuant peut devenir l’invasion qui « s’empare de tout le système » ? On sait que l’extrême droite allemande désigne alors la démocratie de Weimar comme le « Système », et le terme réapparaît curieusement en France durant la guerre d’Algérie.

915. Programme de recherche active (ou de recherche action) en sciences sociales autour de Liane Mozère et Félix Guattari.

92La recherche active en sciences sociales est le terrain d’expérimentation qui répond par contraste à certains concepts clés procédant des travaux de l’antipsychiatrie et de la schizo-analyse : concepts d’invalidation et d’axiomatique close. Au lieu de laisser le chercheur dans la position d’observateur extérieur, il s’agit de le mettre dans une position d’« adjacence » à un processus de recherche concrète qui engendre lui-même ses objets, ses moyens, ses méthodes, ses coordonnées de référence. Pour observer, par exemple, ce que peut être un équipement collectif – une école, une crèche, un groupe de quartier, un orchestre –, il va être nécessaire de susciter une « création de conditions », à partir de laquelle la recherche qui le concerne pourra s’effectuer. Ainsi, la recherche ne peut être exclusivement menée par « l’agencement social » qui tient lieu de position d’observation.

93Pareil ordre d’investigation, pour concrètes que soient ses formes d’insertion dans le réel, n’en est que davantage un questionnement adressé à la philosophie. Il déploie un certain type de champ relativiste dans la relation entre l’observateur et l’observé – et cela dans un contexte qui introduit, de façon effective, la pratique sociale dans la pensée même des rapports sociaux. On peut saisir la relation qui rattache ce mode d’intervention analytique à l’investigation, proprement d’interscience, qu’une philosophe des sciences physiques comme I. Stengers perçoit dans le tout dernier travail effectué en commun par F. Guattari et G. Deleuze.

94La signification et l’importance de la recherche action que viennent de souligner de façon indépendante Philippe Barret et Roger Brunet7, vont se mesurer prochainement : dans le colloque que prévoient d’organiser Philippe Barret et Félix Guattari. La proposition de programme (PSR 5) adressée dans cette perspective au Collège va être l’une des chevilles ouvrières dans son réseau de recherches interscientifiques.

95Parti de ce qui peut apparaître comme son pôle le plus proche de la mathématisation, le plus « abstrait », le plus « formel », voici que le réseau interscientifique du Collège de philosophie trouve en chemin son approche la plus concrète, la plus insérée dans le tissu social – la plus « utile », note justement Philippe Barret. Cette alternance appartient à son rythme de recherche et de pensée.

96Proches des perspectives de ce programme, mais pour le moment encore indéfinis dans leur rapport aux propositions du Collège, apparaissent les projets du Centre international de documentation, de recherche et d’action communautaire (CIDRAC), animés par David Cooper, Marine Zecca et Robert Castel. On sait le rôle décisif joué par David Cooper lorsqu’il a fait connaître aux publics anglo-américains les premiers travaux de Michel Foucault.

976. Ces perspectives et ces derniers projets sont en affinité, dans la pratique et dans la tentative de théorisation, avec les propositions du programme d’Élisabeth Burgos-Debray : soit un programme de recherche sur la pensée et l’espace latino-américain, et sur la question des femmes en Amérique latine (PSR 6).

98Celui-ci est rejoint par les propositions de Christine Buci-Glucksmann sur les femmes et la « modernité », au sens qu’elle déchiffre chez Walter Benjamin. Par la possibilité de décentrement des perspectives théoriques qui l’ouvrent, dans le champ de la philosophie occidentale et, tout spécialement, française – champ restreint le plus souvent à la triangulation gréco-francoallemande –, ce programme est essentiel à la stratégie théorique d’une institution qui va s’efforcer de faire apparaître des percées nouvelles dans l’espace international. Ce qu’a été l’ouverture du « continent Allemagne » pour la philosophie à l’époque postnapoléonienne, l’apparition d’un horizon latino-américain dans le moment contemporain en joue sans doute à nouveau l’enjeu, sur la scène de la pensée, aujourd’hui. Le colloque de Rio, organisé par le philosophe, ethnologue et historien brésilien Darcy Ribeiro et le philosophe mexicain Leopoldo Zea a été relié au projet du Collège international de philosophie, précisément sur l’initiative d’Élisabeth Burgos-Debray.

997. Il est significatif de constater que la proposition d’Élisabeth Burgos-Debray, dans une problématique philosophique de l’ethno-analyse, s’est trouvée rejointe, à plusieurs reprises et selon plusieurs degrés, par des représentants de la psychanalyse latino-américaine, chaque fois liés aux projets de Serge Leclaire. Autour de ces diverses constellations, on voit se dessiner la possibilité et la nécessité d’une Programmatique de la psychanalyse se rattachant au Collège (soit PSR 7).

100Il serait prématuré d’en délimiter les contours dans la multiplicité des propositions déjà esquissées.

1018. L’articulation ou le débat à l’intérieur de l’École freudienne de Paris entrait en contact avec les problèmes de la philosophie analytique. On a pu le mesurer dans les années précédentes grâce aux interventions de François Récanati. C’est lui précisément, en regroupement avec Pierre Jacob, Dan Sperber et Jacques Mehler, qui a présenté au Collège la proposition d’un programme de séminaires et de recherches sur la philosophie analytique et la pragmatique (soit PSR 8).

102Projet important dans le champ théorique, et aussi dans l’espace de la problématique mondiale, et qui n’a pas encore trouvé son lieu en France, il surmonterait la rupture de communication entre, d’une part, la philosophie franco-allemande et, de l’autre, l’ensemble qui relie la philosophie anglo-américaine aux travaux polonais et viennois.

103Deux branchements fondamentaux vont apparaître dans cet espacement international des perspectives philosophiques.

1049. La proposition d’un programme de séminaire et de recherche sur la pensée d’Ernst Bloch est faite par Arno Münster, à qui sont ouvertes les archives Ernst Bloch de Stuttgart avec l’autorisation et l’appui de Carola Bloch8. Dans ce même programme – philosophie et sociologie de l’« utopie » (soit PSR 9) – se poursuivra une investigation déjà commencée sur la pensée d’Auguste Blanqui, sur ses limites et ses versants négatifs également. La relation critique entre les courants du socialisme français et ceux de la philosophie allemande y sera objet d’analyse, dans une phase historique fort différente de celle qu’a décrite un texte célèbre d’Engels. Les filiations indirectes qui relient les mouvements ouvriers du monde moderne aux guerres des paysans d’Alsace et de Westphalie, à la Renaissance, entrent à leur tour dans des connexions plus vastes, où le philosophe initial de la pensée anglaise, le Morus d’Utopia, rejoint le plus grand des philosophes allemands de la tradition révolutionnaire et critique au xxe siècle.

105L’équivalence curieuse entre socialisme (français) et philosophie (allemande) devra conduire ultérieurement jusqu’au moment que constitue l’invention proprement philosophique du socialisme, en France, puis en Allemagne. Ce moment nous mène aux conditions d’élaboration du saint-simonisme où la naissance et « l’Exposition de la Doctrine » se font autour du nom des Carnot, à proximité d’une découverte centrale des sciences physiques. L’apparition du mot industriel et la doctrine du socialisme, la constitution de la thermodynamique et la réflexion sur la crise économique : quatre dimensions d’une figure singulière où se rejoignent les épistémologies des sciences sociales et naturelles, et qui questionne l’instance de pensée où nous avons à nous trouver. Ajoutons que l’épistémologie de la crise s’y relie pour la première fois à une problématique globale des « énergies ».

106Ce qui sera caractéristique des programmes de séminaires et de recherches du Collège, en effet, c’est qu’un champ d’investigation philosophique ne se limitera pas au corpus d’un auteur, comme objet distribuant un discours dans les limites de ses pages, mais s’efforcera d’atteindre le procès de pensée qui le génère, dans un champ entier de cohérence et de contradiction. Ainsi, ce que le programme de séminaire proposé et défini par Heinz Wismann fera pour la pensée allemande autour de Kant et de Humboldt, celui d’Arno Münster veut l’effectuer pour l’Allemagne – ou les Allemagnes – d’Ernst Bloch, d’Adorno et d’Habermas.

107Il trouvera ses prolongements et ses compléments dans les éléments de programme proposés par Gérard Raulet, traducteur d’Ernst Bloch en langue française, et son groupe d’études germaniques, qui pourra faire l’objet d’un contrat d’association.

108Une dernière remarque dans ce secteur : si le concept de socialisme est forgé en France, dans la figure philosophique des saint-simoniens, le terme de « socialistes » (socialisti) apparaît dans le lexique universel pour désigner, autour de 1765, les partisans de l’abolition de la peine de mort – et, plus particulièrement, le groupe de pensée autour de Beccaria – ou plus généralement d’une philosophie pénale antirépressive. On sait l’importance de ce débat italien pour la discussion d’août 1789, au moment où se rédige la Déclaration des droits de l’homme ; et celle de mai-juin 1791, autour du décret sur la peine de mort.

109L’étude de la pensée italienne, longtemps omise en France, passe par ce moment beccarien, et aussi par le cortège des philosophes incarcérés, Galilée, Bruno, Campanella, Gramsci (sans omettre Antonio Negri). Une proposition de séminaire sur la philosophie italienne, venue d’Éric Alliez, viendra compléter utilement le programme d’Arno Munster. Elle s’articule à une recherche sur la relation entre les modes de production et les modalités de la pensée du temps.

110Les propositions précédentes s’élargissent dans un :

11110. Programme de recherches sur les espaces.

112Autre point crucial de la modernité, en effet : un programme de séminaires sur la pensée japonaise et sur la gestion de l’espace dans le Japon contemporain (PSR 10). Appuyé sur les projets de publications de l’Asiathèque (avec le soutien éventuel du ministère de la Recherche et de l’Industrie), et sur le concours d’Augustin Berque9 et de Bernard Frank, ce programme sera assuré de la participation de Shuichi Kato, sur le terrain de la philosophie politique et de l’analyse des formes esthétiques et littéraires. Il serait souhaitable d’y associer le grand linguiste S. Y. Kuroda, théoricien du transformationnisme, en même temps que philosophe du langage, à partir de la pensée de Husserl et du philosophe tchèque Anton Marty.

113Se propose de prendre part au projet le groupe de langues et civilisations d’Asie orientale de Paris VII, avec le linguiste et poète polonais André Wlodarczik.

114L’enjeu sera de porter l’investigation sur plusieurs faces : aussi bien du côté de la pensée japonaise ancienne – celle d’un Dôgen, par exemple, qui soutient la comparaison avec Héraclite ou Pascal, mais oriente une autre forme de société – que du côté de la gestion de l’espace contemporain, des dimensions de la mégalopole et de la haute croissance. C’est ici que la connexion entre pensée philosophique et analyse économique retrouve sa fécondité initiale : celle qui est présente chez Hume et Adam Smith comme chez Hegel et Marx, et même chez Jaurès dans son analyse du Manifeste de Marx-Engels et dans son Histoire de la Révolution française.

115Le noyau fort de cette proposition de programme, ce sera de porter l’exploration jusqu’au cœur de la grille opératoire dont le Japon contemporain a conquis le secret. À qui l’a-t-il arraché, par quelles inventions, par quels emprunts, par quelles opérations successives de filtrage ? Une hypothèse, développée avec S. Kato, touche à la question de l’invention d’une écriture multiple, par une suite de tâtonnements successifs : emprunt des kanji à la langue chinoise ; invention de l’opération de lecture dite kambun ; invention corrélative par les femmes de l’alphabet syllabaire hiragana, dans la narration romanesque du xie siècle ; invention du syllabaire monastique katakana, destiné plus tard aux mots étrangers ; et qui prédispose à l’emploi des romaji, empruntés à l’alphabet latin, avec la « restauration-révolution » de 1868. Et aussi, relation de ces grilles symboliques superposées avec la succession historique des phases d’ouverture (périodes de Heian, Momoyama, Edo), comme opérations-écluse. La construction de ces filtres, symboliques et politiques, qui pourrait être analysable par référence aux opérations de filtering, qu’explore la nouvelle investigation linguistique, ferait finalement de cet archipel d’écritures un apprentissage de la révolution télématique contemporaine. En apprêtant la société japonaise tout entière à l’expérience quotidienne du refiltrage incessant des codes, elle la prépare à son rôle de société scientifique et de gigantesque filtre économique, à l’affût des technologies de pointe. Le rôle de cette technologie de l’écriture, mise en relation avec celles de l’outil, constitue un champ d’analyse qui se révélera fécond. Il prolongerait la question d’une science de l’écriture, posée par Troubetzkoy au Cercle de Prague, et qui s’énonce ultérieurement comme question philosophique sur les grammata.

116Ce qui se propose ici, c’est un programme et un centre de recherches sur les espaces et les symboliques, en distinguant : les espaces filtres, dans leurs déploiements géographiques, symboliques, technologiques ; les espaces de renfermement, dont l’analyse annoncée par les travaux nouveaux sur la géographie pénitentiaire sibérienne. Également : les espaces erratiques, en « usines flottantes » (tels ceux de Hong-Kong, Singapour, de certains exemples japonais, etc., mais aussi espaces des « capitaux baladeurs »). Modèle général et quasi ironique, qui vaudrait pour certains dispositifs idéologiques à l’intérieur du marché mondial. (Ainsi de ce qui a reçu le nom commercial de « nouvelle philosophie ».)

117On peut prévoir qu’un ensemble de séminaires interscientifiques sur le Japon – sur son opérativité technologique et économique – aurait d’importants retentissements dans l’actualité internationale. Se développant sur une durée de plusieurs mois, voire de plusieurs années ; réunissant, dans sa succession, aux groupes précédemment évoqués, l’intervention de Jacques Roubaud, celle de Keiichi Sakuta10 également – qui a déjà pris contact en juillet avec la mission du Collège –, il déboucherait sur un travail général concernant ce que l’on pourrait appeler les filtres d’innovation. Ce travail ne serait pas sans relation avec d’autres programmes : par exemple, ceux du Centre d’analyse des langages (PSR 2) sur les filtres de liberté dans la syntaxe du politique, ou du Centre de mathématique, d’informatique et de poétique (PSR 1) sur les objets à haute complexité.

118Ce qui s’entrevoit ici, c’est une recherche sur les « structures profondes » de l’espace géographique et symbolique. Et n’oublions pas que Kant a lui-même esquissé une épistémologie de la géographie, comme de la cosmologie.

119Cette programmatique pourrait être également mise en rapport avec quatre autres propositions qui ont été faites, en vue du Collège :

  1. un groupe de recherche sur l’ethnologie de l’objet abstrait, proposé et animé par Daniel Sibony, et regroupant philosophes, mathématiciens, anthropologues et psychanalystes (soit PSR 10.1). Le programme de recherche sur l’objet-frontière proposé par D. Sibony est fort précis dans son divers. Il s’articule sur les techniques élaborées d’une mathématique des effets frontières. La double formation, scientifique et philosophique, de Daniel Sibony laisse prévoir qu’il pourra être l’un des animateurs du Collège international de philosophie comme centre de recherche interscientifique ;
  2. un groupe de recherche sur l’ethnologie française, et tout particulièrement l’ethnologie médicale, qu’animerait Jean Cuisenier, éventuellement au moyen d’un contrat d’association avec le musée des Arts et Traditions populaires (PSR 10.2) ;
  3. un groupe de recherche sur l’archéologie des rapports sociaux, animé par Robert Agache, en relation avec le groupe de recherche sur la stratégie (A. Guillerm) ; et qui s’efforce de relever les traces de l’économie esclavagiste romaine, au moyen de l’observation aérienne. Ces groupes jumelés pourront se constituer en programme (soit PSR 10.3) ;
  4. un travail sur l’écriture et la symbolique arabe, sous l’angle de vue d’A. Khatibi et de l’Institut de sociologie qu’il a animé à Rabat, au travers de beaucoup de difficultés et d’interdit. La « mémoire tatouée », c’est aussi celle de notre rapport à la pensée islamique dans son espace, d’Averroès à Khatibi, et d’Avicenne à la grande poétique afghane contemporaine (PSR 10.4).

120Une autre connexion avec le Centre d’analyse des langages pourrait apparaître, si le Collège, parallèlement à la série de publications liées à l’Asiathèque et au ministère de la Recherche, encourageait une réédition critique du livre important de Paul Sébillot, oublié et depuis longtemps introuvable, Gargantua dans les traditions populaires : surprenante opération de ratissage de l’espace français, effectuée en 1883 et qui découvre la dissémination des dires gargantuins sur une aire géographique très large, indépendamment de toute diffusion littéraire à partir de François Rabelais. On pourra entrevoir la relation entre ces faits et un autre phénomène surprenant : l’explosion, entre 1789 et 1799 des 189 journaux différents qui s’intitulent par référence à la figure du « Père Duchesne », en annonçant d’emblée son « Retour », dès les premiers mois de 1789-1790.

121La relation entre une fracture sociale – Renaissance ou Révolution française – et des formes d’effraction narrative, de type « gargantuin » ou « duchesnien », place la pensée devant une problématique scientifique d’un type imprévu. Sous cet angle, la question posée par Platon autour du muthos, comme brisure dans le procès dialectique du discours, vient surgir à nouveau au regard de la philosophie. Elle est posée en termes redoutables par l’idéologie allemande de 1933-1945. Question qui est donc aussi de philosophie politique, mais qui nous prépare à redécouvrir que, devant le politique, la philosophie se présente comme une « voie plus longue » (François Châtelet), mais qui seulement en apparence se déploie comme « moins active ».

122Ce matériau d’une Mythologique, au sens lévi-straussien, mais cette fois déployée dans l’espace européen et méditerranéen, pourrait articuler transversalement le programme de recherches sur l’espace avec le programme d’analyse des langages. Car certaines chaînes narratives vont mener des chroniques anglo-normandes médiévales sur Gargant-Guergiunt, fils de Belenus-Bel ou Bal, jusqu’à l’Orient phénicien et syrien des rites et des récits d’Homs-Émèse et au mythème de Bel-Bal-Baal. Ainsi l’analyse des espaces de Mythologiques reconduit indirectement au démontage critique du discours des « nouvelles droites », qui assuraient avoir trouvé en Gargantua une figure proprement « celtique » et « indo-européenne ». La critique des chaînes de narrations transethniques déboucherait sur une déconstruction, un démontage radical de l’idéologie ethnocentrique et raciste, qu’il s’agisse de la « nouvelle droite » française de 1978 ou des doctrinaires mythologisants du IIIe Reich, et des polémiques dangereuses qu’ils engagent avec les philosophes qui sont leurs contemporains, tel Heidegger de 1934 à 1940.

123En vue de ce travail, le Collège pourrait être le lieu d’archive informatique pour ce véritable monument d’anthropologie écrite que sont les 189 journaux « duchesniens », prolongeant les différentes chroniques « gargantuines ». Cette archive n’aura pas une simple fonction conservatoire, elle sera le laboratoire actif de cet analyseur, capable d’effectuer la mise en question efficace des régressions redoutables dans l’idéologie politique. L’outil interscientifique va être, de surcroît, une arme de la critique.

124Ici peut s’apercevoir le lien entre l’histoire politique et une anthropologie de la société française, à l’articulation où se jouent des enjeux de pensée : précisément cela que l’interprétation jacobine et robespierriste a désigné polémiquement comme le philosophisme.

12511. Une proposition a été avancée et pourrait trouver son développement dans le Collège, celle d’une Unité de travail sur la culture hébraïque et yiddish. qu’animerait Philippe Lazar (soit PSR 11). Des précisions ultérieures nous seront apportées sur ce projet, auquel d’autres chercheurs souhaitent apporter aussi leur contribution.

126Une proposition de travail sur Rosenzweig est également faite au Collège. Ces projets et propositions rejoignent la perspective d’un colloque Kafka, à travers l’espace de l’écriture que nous allons voir s’ouvrir.

12712. Appelons en effet Espace de l’art un ensemble de propositions de programmes qui sont apportées de façon indépendante par des théoriciens et par des créateurs11.

128a) Du côté du premier aspect, et de l’accent théoricien, s’imposent trois groupes de travail différents. Dans l’ordre chronologique des projets :

  1. celui de Jean Paris, lié à l’université de Picardie ;
  2. celui d’Olivier Revault d’Allonnes, à Paris VIII ;
  3. celui de Bernard Teyssèdre à Paris I-Saint-Charles.

129Au cours du colloque « Recherche création » du 9 janvier 1982 qui, disions-nous, dans le cycle conduisant au Colloque national sur la recherche, a été la première instance publique au cours de laquelle fut déclarée la proposition d’un Collège de philosophie à vocation internationale et interrégionale – Jean Paris a souligné le retard pris par les institutions françaises dans le domaine des sciences de l’art, à Paris et dans les régions. Aux États-Unis, à l’inverse, la grande émigration antinazie des années trente a donné à la recherche dans les sciences de l’art une avance qui n’a pas d’équivalent en France. C’est ce retard scientifique et culturel qu’il s’agirait de surmonter, par une impulsion à laquelle le Collège pourrait contribuer pour sa part.

130b) Un autre aspect de l’Espace de l’art, à l’intérieur du Collège, pourrait en faire le pôle complémentaire de l’aspect Centre de recherche interscientifique : c’est l’ouverture aux créateurs – peintres, poètes, narrateurs, musiciens, cinéastes.

131Un exemple : le poète hongrois Tibor Papp, praticien de l’imprimerie, nous a fait connaître son souhait de pouvoir poursuivre au Collège une exploration de la jointure entre recherche sur le langage et création poétique. Cette jointure est déjà rendue palpable dans la réalisation qu’il a produite du Coup de dés de Mallarmé, « première édition » effective, obtenue par le travail collectif de chercheurs et de poètes (groupe d’ateliers).

132Une articulation serait souhaitable avec la Fondation transculturelle internationale (dont le projet a été d’ailleurs, en septembre 1981, l’une des « sources » de la proposition du Collège). De l’interscientifique au transculturel, le passage en effet, si l’on ose dire, est de rigueur.

133Une relation de coopération ou d’association peut être envisagée avec le Laboratoire des arts poétiques, animé par C. Descamps et J.-J. Lebel, sur le fonctionnement multilinguistique de l’élaboration poétique : il s’agit d’un atelier ou workshop mettant en jeu des connexions entre création poétique, création musicale, création picturale, mais avec leurs praticiens mêmes. Elle assurerait un lien effectif avec la Fondation transculturelle internationale. En même temps, elle offrirait un champ d’expérimentations précises aux recherches sur l’intonation effectuées dans le cadre du programme PSR 2, qui s’appuient sur les matériaux de la poésie orale et de la prosodie du langage quotidien ; en cherchant à dégager une véritable « énergétique » de la langue française.

134À l’intérieur de ces programmes de l’espace des arts pourra s’accomplir un événement qui aurait une portée comparable à la « rentrée » du département de Vincennes dans Paris ou à la « victoire » du GREPH, après des « persécutions » comparables : ce sera la venue à Paris de Michel Butor, philosophe, narrateur et théoricien de l’art. Son acceptation de principe est déjà assurée. En outre, la vertu symbolique de l’événement tiendrait au fait que, pendant un temps, il assistait de façon bénévole Jean Wahl dans l’organisation de son « Collège philosophique ». On a vu que l’évocation de ce collège presque imaginaire servit de point d’appui à ma proposition du 7 octobre, celle d’un « Collège de philosophie à vocation internationale ».

135Un séminaire de Michel Butor prolongeant son travail sur Montaigne – le Socrate du Platon cartésien – serait un moment significatif, dans l’articulation interne entre Collège de philosophie et espace des arts.

136Enfin, la recherche-création dans l’espace musical et musicologique sera représentée, à son point de départ, par le double travail de Dominique et Jean-Yves Bosseur, coauteurs de La Révolution musicale. Celle-là par ses recherches sur la musique orale, tout particulièrement dans les transmissions anciennes et contemporaines de la Corse. Celui-ci par la création individuelle et collective qu’il poursuit avec le groupe Intervalles.

137La relation avec Iannis Xenakis, d’autre part, est double : par sa participation à la journée annonciatrice du 9 janvier ; et par ses liens avec le projet de Bernard Teyssèdre, susceptible de se traduire par un contrat d’association avec le Collège.

138Un autre projet de programme pourra se joindre aux précédents.

139Un programme de séminaires sur la pensée tchèque et, plus généralement, la pensée de l’« Europe du Milieu », pour reprendre l’expression de Milan Kundera. Celui-ci nous est proposé par la personnalité centrale du « Printemps de Prague », Anton Liehm, le traducteur de Sartre en langue tchèque. C’est le lien vivant entre les programmes 11 et 12.

140Il serait important d’ouvrir l’investigation sur les présupposés philosophiques du Cercle linguistique de Prague – lieu fondateur de la pensée structurale. Et en particulier sur l’œuvre du philosophe ou « grammairien philosophe » tchèque Anton Marty, dont le concept de theoretische Sprachphilosophie est l’un des préliminaires fondamentaux de la science du langage. Par-delà le structuralisme du Cercle de Prague, il se rapproche des « préoccupations transformationnistes actuelles », comme le souligne maintenant S. Y. Kuroda – et il est paradoxal de noter que la seule grande étude sur la philosophie tchèque moderne ait été effectuée au Japon, il y a moins de dix ans.

141Un prélude à ce travail pourrait s’annoncer dans un colloque marquant l’anniversaire de la naissance de Franz Kafka. Il serait souhaitable que s’y joignent Milan Kundera et Gilles Deleuze.

142Précisons ici que la formule du contrat d’association pourra être envisagée avec :

  • le département de philosophie de l’université de Paris VIII Vincennes à Saint-Denis (Institut polytechnique de philosophie), animé par François Châtelet, d’autre part cofondateur du projet de collège ;
  • le centre de poétique comparée de l’Institut national des langues orientales, département de langues et de civilisation slaves, animé par Léon Robel ;
  • le département de sciences de l’art animé par Bernard Teyssèdre (Paris I) ;
  • le groupe de philosophie et de littérature allemande de Gérard Raulet (département d’études germaniques de Paris VII) ;
  • le musée des Arts et Traditions populaires, par Jean Cuisenier.

143Des liaisons, informelles ou organisées, pourront se développer également, on l’a vu, avec :

  • l’Institut des hautes études scientifiques, par René Thom ;
  • le Centre d’études sur le Japon, par Augustin Berque.

III. Perspectives

Philosophie politique, politique de la philosophie

144À la réflexion il apparaîtra que cette trame interscientifique fournit méthodes, problèmes et objets nouveaux à la philosophie et singulièrement à la philosophie politique. Elle renouvelle, entre autres, la problématique qui a véritablement été celle de Marx, pour qui la formation de la valeur économique est un produit social « tout comme le langage » ; et qui conçoit l’opération économique de l’échange comme s’effectuant par « quanta de valeur ». Penser de façon effective cette opération « quantique », dans les « langages » lourds de la circulation économique, pourra conduire à un renouvellement des vues sur l’histoire économique elle-même, à travers des méthodologies interscientifiques inédites. À l’autre bout de la chaîne questionnante, cette perception neuve des problèmes mène par des formations nouvelles d’énoncés, à l’interrogation aristotélicienne : quel est donc cet animal politique, cet animal du rapport politique ? Dont nous venons de voir que, pour Marx lui-même, le rapport social dans sa dernière instance, la production économique de la valeur, opère « tout comme le langage ». Et, au cœur de la question aristotélicienne du langage, nous trouverons le problème de la narration, de la diêgêsis.

145Le développement de la philosophie politique occidentale se redéploie donc autour de cette interrogation. Qui prend la forme de la narratio mentalis chez Spinoza, de l’erzählen chez Hegel, du narratur et de la fabula chez Marx lui-même. Comment l’animal politique rapporte sa propre histoire et se rapporte à elle, voilà la question qui court au travers du réseau entier de programmes dont nous venons de traverser la description.

146Cette investigation plurielle va permettre d’aborder le continent « science du politique » par ses différents bords. Elle ne s’arrêtera devant aucun tabou, aucune exclusion. Elle pourrait même aborder les singuliers « récits » politiques qui dressent les figures de « La mobilisation totale » (E. Jünger, 1930) et de « L’État total » (C. Schmitt, 1931), auxquelles va se référer expressément la pensée heideggerienne (in Zur Seinsfrage, hommage d’anniversaire à E. Jünger), dans les moments mêmes où elle se pense comme site et chemin de forêt. L’intrusion violente de la question « totalitaire » au cœur de la langue philosophique, lorsqu’elle veut affronter le terrain de « la technique déterminée planétairement », c’est le fait qui demeure à déchiffrer. Il en appelle à une instance de pensée qui soit capable de tous les langages.

147Nous souhaitons que cette instance soit le Collège international de philosophie : lieu capable d’une philosophie politique, mais aussi lieu d’une « politique », d’une polis, ou d’une cité – d’une « république » de la philosophie.

148La problématique contemporaine des droits de l’homme devra affronter ainsi l’ensemble des champs de discours qui la conduisent de la Révolution française jusqu’à la situation contemporaine de l’Amérique latine et de l’Europe orientale – sous peine de se laisser affadir dans les termes d’un discours « libéral » octroyé par un sujet intemporel.

Graphe des méthodes : séminaires transversaux

149La description des programmes de séminaires et de recherches, à partir de propositions réelles et déjà vérifiables, se développe ici avec une ampleur due à la nécessité de faire voir de quelle façon elle implique la philosophie, à chaque détour de son réseau. Elle appelle quelques remarques.

150Tout d’abord celle-ci : la liste des programmes, bien entendu, n’y est pas, loin de là, exhaustive. Et la liste complète que prévoient les différents rapporteurs de la mission sera, ultérieurement, agrandie des propositions intéressantes que nous apportera la correspondance avec les destinataires de la lettre adressée par la mission collectivement.

151D’ores et déjà, elle constitue une trame première, à partir de laquelle le projet d’un Collège international de philosophie, avancé en septembre et octobre 1981, prend sa cohésion et promet une fécondité. Bien entendu, l’ordre adopté pour sa présentation indique des correspondances à l’intérieur d’un « graphe » méthodologique, mais en aucune façon des hiérarchies.

152Seconde remarque : cette trame même du Collège international – à la fois comme centre de recherche, et comme Collège d’enseignement en vue de la formation à la recherche – contribue à donner des indications sur les structures nécessaires de l’institution. Elle indique, plus particulièrement, la nécessité d’admettre qu’il soit possible de constituer des séminaires transversaux, reliant pour une durée déterminée des programmes distincts. Les interconnexions entre les programmes de séminaires et de recherches, dont l’esquisse seulement est tracée ici, sont en effet l’originalité même de sa proposition, et elles appartiennent à ce qui fait le propre de son projet de connaissance et qui légitime sa création.

Le « premier réseau »

153Troisième remarque, qui concerne la phase d’installation : le nombre de créations de postes proprement dites s’annonce fort restreint, à ce stade. Un grand nombre des parties prenantes à la mise en place du « premier réseau » de recherche interscientifique et philosophique est en effet constitué par des membres du CNRS ou des départements d’universités, de Paris et de province, pour qui la simple mise à disposition ou le détachement à temps partiel serait une mesure suffisante, au moins dans un premier temps. L’une des fonctions du Collège est d’ailleurs, il ne faudra pas l’oublier, de donner à l’espace « muet » du CNRS une possibilité de communication – et plus encore, d’intercommunication – qui précisément lui manquait : il s’agit, par cela même, d’y accroître la force du choc innovationnel.

154Ce n’est point hasard, redisons-le, si la proposition du Collège est née à l’occasion de la préparation du Colloque national sur la recherche.

155Et c’est en ce sens qu’elle a été présentée et discutée aux niveaux successifs de ses différentes instances, parisiennes et régionales : au Centre d’études sociologiques, en octobre ; aux Assises régionales Paris-Centre tenues au Collège de France, en novembre ; à la Maison des sciences de l’homme (groupe sciences humaines du Colloque national), en décembre ; au colloque « Recherche création » de Polytechnique, en janvier. Dans toutes ces occasions de débat, la proposition du Collège de philosophie l’appelait à devenir l’opérateur en vue de vivifier le champ entier de la recherche en France, aux intersections entre sciences sociales, sciences de la nature et sciences formelles, sous le regard de la pensée philosophique – y compris dans son retrait.

156Pratiquement, et pour reprendre l’exemple des propositions accueillies ici, on ne verra de créations de poste à part entière que dans les cas d’Élisabeth Burgos-Debray, d’Arno Münster et de Pierre Taguieff, et peut-être de Liane Mozère (les situations de Jacques Derrida, Dominique Lecourt, Jacques Roubaud, Christine Buci-Glucksmann, par exemple, s’analyseront sans doute en termes de détachement à temps complet ou à temps partiel : elles ne supposent aucun alourdissement du budget global de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le cas d’Isabelle Stengers n’est plus le même qu’en février-mars 1982, quand nous proposions que, pour elle, soit créé le poste de conseillère internationale du Collège ; puisqu’elle est maintenant intégrée aux cadres du CESTA. Il serait néanmoins très souhaitable qu’une fonction de ce type lui soit attribuée, qui ne semble en aucun cas incompatible avec celle dont le CESTA l’a chargée).

157Dans la structure ou, plus exactement, le processus même de recherche interscientifique qui se met ici à l’œuvre et déploie ses terrains de travail, on peut apercevoir dès maintenant comment s’y trouve indiquée la nécessité de certaines des formes d’organisation originales et irremplaçables du Collège. Faire de celui-ci une aire d’animation et de discussion, pour les hypothèses élaborées à partir de champs déterminés ; permettre leur confrontation permanente avec d’autres recherches ; donner la possibilité d’ouvrir à tout moment, par accord réciproque, des séminaires transversaux ; offrir les moyens d’autogérer le stockage de l’information (par exemple pour les programmes 2 et 10), voilà ce qui n’a pas eu de précédent institutionnel.

Effet de transformation

158L’important à nos yeux, c’est que le Collège soit le lieu où se découvrent des « objets ». Et remarquons que, dans la plupart des cas décrits précédemment, ces « objets » se présentent eux-mêmes comme des processus exploratoires, dont les issues et les terminaisons ne seront pas d’avance préconçues. Un commencement d’investigation relevant, par exemple, de la poétique pourra déboucher aux confins de la biologie moléculaire. Une séquence narrative pourra guider une approche jusqu’aux bords des processus de fluctuations. Une théorie générale du rythme pourra faire de la musique ou de la poésie la voie d’accès vers une analyse de complexités plus générales, dans les sciences « dures » elles-mêmes.

159Ce qui importe, c’est la mise à découvert de l’objet in-attendu. Et que la démarche de la pensée, comme philosophie, fasse la rencontre d’« objets » et de processus en quoi elle ne se reconnaisse pas elle-même. La philosophie, rappelons-le encore, a commencé par l’effet de surprise qu’a été, pour la pensée préplatonicienne, la mise à nu de ce qui se présentait comme l’incommensurable, le nombre « irrationnel », l’alogon, l’in-descriptible. La mise en cause des « isologies » est le moment initiateur d’une nouvelle transformation des rapports problématiques. Le regard de la philosophie sur ces mises en cause est ce qui va contribuer à leur donner le relief le plus vif. Mais il importe que ces moments initiateurs déplacent le regard loin du culte de l’« initial », et qu’ils éloignent de la nostalgie répétitive du « commencement » ; qu’ils avancent vers ces ex-propriations et prennent distance à l’égard de ce qu’il est convenu auparavant de considérer comme le « propre » des philosophes : cela même est le projet du Collège. C’est la demande sociale et mentale qui attend de lui d’être lui-même cet inattendu. Bien plus : à nos yeux, cette distance même « est » la philosophie.

160Notre postulat pratique, c’est que la prise en compte d’un pareil travail change la situation d’ensemble où il s’inscrit. À cet égard, le pouvoir transformateur du langage, dans la société comme dans la science, dépasse de loin en ampleur, et en puissance de surprise, les situations linguistiques qu’ont décrites dans les années soixante les théoriciens du « performatif ». Et il est indispensable d’être à même d’en mesurer les effets véhéments d’invention ou, à l’inverse, de destruction régressive. Pour prendre un exemple, quand un certain Adolf Hitler, en novembre 1923, monte sur une table de brasserie pour déclarer que « la Révolution nationale est commencée », il ne fait pas commencer dans les faits la prétendue « Révolution nationale » en Allemagne. Ici, en dépit de la forme du prononcé, le dire n’est pas le faire. Pire : le dire est la dérision et l’échec du faire. Mais, avec la propagation narrative qui va rapporter cet échec dans la presse allemande et européenne, commence un processus de langages sur la durée d’une décennie, à travers lequel va se construire par degrés la notoriété, puis l’acceptabilité future de ce faire. Le travail sur ces processus indirects met en jeu des analyseurs qui vont devoir élaborer une connaissance approchée, toujours plus fine, des connexions entre chaînes historiques, rapports sociaux, formes du discours – et même, nous l’avons aperçu précédemment, fluctuations économiques et oscillations des langues idéologiques. Nous voulons ouvrir un lieu de travail où l’élaboration collective de ce type d’analyses puisse être poursuivie, jusque dans ses conséquences les plus lointaines. Rien ne peut nous faire préjuger des résultats. Mais la seule prévision qu’il puisse y avoir des « résultats » est un « fait nouveau » – et subversif – en philosophie.

Organisation démocratique

161On le voit, déjà la description des tâches en réseau qui se dessinent, ici, comme centre de recherche interscientifique contribue à définir les structures mêmes du Collège international de philosophie, dans ce qu’elles auront de plus caractéristique : flexibilité et transversalité, travail par relais.

162Il appartient à ceux qui auront joué le rôle initiateur ou fondateur, de donner eux-mêmes l’exemple de ce fonctionnement par relais successifs.

163Introduire la recherche interscientifique et ses problématiques au cœur du questionnement en philosophie, c’est en même temps faire entrevoir qu’elle a pour corollaire cette « organisation démocratique de l’école et de l’université » que demandait, dès février 1968, le Centre d’études et de recherches socialistes. Car l’exploration des interconnexions entre des programmatiques ne se programme pas d’en haut.

164La perspective de travail pluriel que nous entendons constituer peut ainsi avoir des effets imprévus ou par ricochet sur des terrains qu’a éclairés la pensée de ces dernières décennies : ceux de l’écriture, de la poétique, de l’effet de narration, de l’épistémologie biologique et de bien d’autres noyaux d’investigation, par les antennes lancées vers différents espaces – philosophie allemande, philosophie analytique anglo-saxonne, pensée japonaise et latino-américaine, hébraïque et arabe, italienne et slave –, l’ensemble de ce dispositif découvrira sa puissance d’intervention dans sa propre avancée.

Conclusion

Situation historique

165Le pas décisif que peut devenir la constitution du Collège se met de lui-même en perspective. Chaque puissante secousse historique laisse la trace d’une initiative culturelle – la Renaissance par le Collège de France ; la Révolution par l’École normale et l’École polytechnique, et l’École des langues orientales ; la République par la Ve Section de l’École pratique des hautes études ; le Front populaire par le musée de l’Homme et le Centre national de la recherche. La découverte neuve de la pensée grecque, et aussi le « pantagruélisme » rabelaisien, qui est le premier à penser la révolution copernicienne ; le premier « système du monde » galactique ; la critique religieuse comme exploration des univers culturels et des langages ; l’anthropologie lévi-straussienne, et le radar… – autant de jalons scientifiques décisifs. Mais qui nous apparaissent désormais importants dans la mesure où chacun d’eux prépare le langage du suivant, et va permettre le moment d’un soudain accroissement dans la pensée des connexions.

166Ce moment est désormais le nôtre. Ce n’est point hasard si le concept d’interscience est lié au cercle de travail international qui a entouré Fernand Braudel dans les années où il élargissait la VIe Section des Hautes Études ; et s’il a été accentué par Immanuel Wallerstein, dans une perspective qui tente la jonction entre l’anthropologie et l’économie de la modernité, à travers la théorie des systèmes-mondes, pour conduire au cœur de la crise contemporaine.

167Mais la connotation einsteinienne de ce concept ne fait que souligner davantage l’infirmité des institutions françaises, lorsqu’elles ne donnent pas la possibilité d’accueillir Einstein exilé. Sans doute au même moment la « Caisse de la recherche scientifique », noyau du CNRS, contribue à l’invention du radar, juste à temps pour sauver la flotte anglo-américaine au cours de la guerre mondiale et permettre la libération de l’Europe occidentale. Mais la physique nucléaire émigre aux États-Unis. Tout récemment, Michel Foucault regrettait la non-existence d’une institution permettant l’invitation rapide de Jürgen Habermas, rejeté de Munich par le régime bavarois de Franz-Joseph Strauss. C’était, à sa façon, demander la création d’un Collège international de philosophie, d’un espace permettant la communication rapide des recherches et des hypothèses, au travers de toutes les frontières.

168C’est autour du projet scientifique qui se construit dans les développements en cours ou les plus récents – dans l’horizon de ce nouvel espace scientifique où, par exemple, un champ de recherche issu d’analyses « sur le vers tchèque » en vient à fournir des méthodes qui vont se révéler « fort utiles dans les disciplines expérimentales », selon les prévisions d’un grand mathématicien –, c’est autour de ce terrain nouveau que s’effectue la proposition de construction qui est la nôtre. Elle veut être celle de ce temps. Elle prolonge l’ample questionnement qui a débouché dans le colloque de janvier 1982. Et elle se place, d’entrée de jeu, sous le signe du processus autogestionnaire, revendiqué dès février l968 par ceux qui anticipaient alors sur le mouvement de mai 68 et le changement de mai 1981.

169Il nous semble nécessaire d’y revenir et de le souligner : le Collège international de philosophie est avant tout un centre de recherche, et c’est à ce titre qu’il relève d’abord de la tutelle du ministère de la Recherche. Parce qu’il est également le lieu d’un enseignement de formation à la recherche et d’une communication orale des savoirs, il devra avoir compétence pour l’attribution de titres universitaires : il est nécessaire qu’il puisse dès lors se placer sous la cotutelle du ministère de l’Éducation nationale, selon une modalité innovatrice qui reste à définir12. Ce que nous voulons marquer ici, c’est le fait que son caractère de centre de recherche interscientifique donne ses reliefs à ce Collège d’enseignement de forme singulière.

170L’essentiel y sera la possibilité, on l’a vu, de structures en réseau et la nécessité d’éviter que la dimension d’enseignement ne se réduise à une juxtaposition de « chaires », mêmes éphémères. La laisser se disperser ainsi, ce serait – et l’avertissement nous est venu d’Augustin Berque13 – en stériliser le projet. En même temps, il est nécessaire de préserver l’autonomie et la liberté d’investigation, pour chaque programme de recherche. Une structure diasporique, mais non de dispersion atomisée, c’est ce qui ressort des propositions que nous faisons nôtres, depuis septembre et octobre 1981 jusqu’à aujourd’hui ; aussi de celles qui nous ont été adressées parmi les plus prégnantes – celles d’Augustin Berque précisément ; de Daniel Sibony ; celles de Jacques Roubaud et de son groupe, dont les activités relient déjà l’institut Henri-Poincaré, l’Institut des langues orientales, les universités de Paris VII et de Paris X, le CNRS, avec Pierre Lusson, Léon Robel, Jean-Claude Milner, Mitsou Ronat, Philippe Courrège, Jean Benabou ; celles de Pierre Taguieff et de Jacques Guilhaumou ; celles d’Élisabeth Burgos-Debray, qui rejoignent des activités en étoile à travers le continent latino-américain tout entier, de Mexico à Buenos Aires. Bien d’autres encore.

171L’une des originalités du Collège est de permettre précisément cette structure à la fois en diaspora et en réseau. Elle autorisera des directions de séminaire et même, éventuellement, de programmes, là où sont maintenus des liens avec d’autres institutions : universités, instituts, CNRS. En même temps, elle invite à ces relations de transversalité, librement instaurées, et qui pourront être constituées pour des périodes définies.

« Objets philosophiques » et « objets à haute complexité »

172Une distinction nous a servi de fil conducteur : entre le questionnement sur la formation des « objets philosophiques » et la problématique de la détection des « objets à haute complexité ». Il est nécessaire également d’y revenir. Elle donne son irrigation et pour ainsi dire ses affluents, son bassin entier de connexions, au travail de la pensée. En même temps, dans ce travail, elle maintient la distance, le retrait, la liberté de la décision, pour le Was heisst Denken – « qu’est-ce donc que penser ? ».

173Il ne s’agira donc nullement de vouer l’activité du Collège aux exclusives d’un scientisme, qui serait déguisé en « interscientisme ». Bien au contraire, il apparaîtra dans son éclairage que certains revers de situation, aux frontières des disciplines, ont fait surgir dernièrement d’étranges « formations d’objets », des idéologies « scientistes » d’un type nouveau : ainsi de la « sociobiologie » et de son « bioréalisme politique » (et des digressions gouvernementales à sa suite, sur les correspondances entre « patrimoine génétique » et « patrimoine spirituel »). Ou, auparavant, des variations du lyssenkisme sur les affinités entre son « darwinisme » prétendu et ses conceptions de la « dialectique ». Pareilles situations ont pour ricochet un retournement qui change précisément les langages, de moyens d’analyse en objets pour la pensée.

174D’un côté, être à l’écoute des chocs en retour sur l’analyse du réel, y compris dans les sciences de la nature ou sur le terrain de la transformation politique (Rousseau : « J’avais vu que tout tenait radicalement de la politique »). D’un autre côté, entrer collectivement dans des processus exploratoires dont aucune compétence individuelle ne saurait déployer entièrement l’investigation. Cette exploration plurielle aiguise en chacun l’attention à « ce qui sait énoncer », pour reprendre les termes anciens de la pensée, dans la Chine et le Japon du tch’an.

175Par la distance même que déploient par principe ses instances interscientifiques et critiques tout à la fois, le Collège, qui est un centre, et qui est aussi une diaspora, sera en mesure de prendre part avec force aux moments de transformation dont il va être le témoin.

Structures et flexibilité

176Une armature ferme, des structures flexibles et souples. Des règles de base et, pour ainsi dire, d’écriture qui soient fort simples, et limitées14. Et des règles de « transformation » qui permettent d’instituer ces relations transversales de recherche en commun, de communication des données, des résultats, des questions. Cette double construction permettra, sans inflation des postes budgétaires, un accroissement rapide des domaines d’investigation.

177Il importe que, très vite et dès les tout premiers mois, avec des moyens économiques encore modestes, se mette en place le tissu exploratoire en prise sur les problématiques les plus fortes où l’on pressente cet état de haute condensation dont les traces vivifiantes sont apparues dans quelques instants véhéments de l’histoire sociale et de l’histoire de la pensée. Situation en étoile, en constellation, en essaim – en galaxie même.

178On a su dire, dans les années qui ont précédé le 10 Mai, que l’autogestion des formes sociales réalisait « le futur dans le présent ».

179Par ses formes neuves d’auto-organisation et ses propositions d’objectifs nouveaux, le Collège international de philosophie, à la fois centre de recherche interscientifique et espace des arts, va être le lieu où le présent est déjà futur en effet.

Une collégialité fondatrice

180Notre dernière remarque soulignera un aspect important dans la description argumentée des propositions fondamentales, en vue du Collège international de philosophie comme centre de recherche interscientifique.

181Son projet intellectuel et institutionnel ne s’est pas déployé dans le vide ou dans le désert. Dès ses premiers moments jusqu’à aujourd’hui, son développement a été nourri, rendu crédible et décidable, et sans cesse amplifié, par les suggestions, les interventions, les ralliements de plusieurs. Et cette pluralité, déjà potentiellement collégiale, appartient au noyau qui, dès maintenant et de façon virtuelle, constitue son existence.

182Outre le groupe de la mission d’études, définie par la lettre du 18 mai, avec F. Châtelet, J. Derrida, D. Lecourt (et moi-même), auxquels s’est joint J.-F. Lyotard, ce noyau collégial comprend donc ceux qui, depuis l’automne 1981, ont efficacement contribué à la mise en crédibilité – à la mise en invention – du Collège. Ainsi de J. Roubaud, qui a pris part à la réunion de préparation du 2 février 1982, avec F. Châtelet et J. Derrida, en présence de Ph. Barret ; comme à la séance du l3 mars, en présence du ministre de la Recherche. Ainsi de C. Descamps, avec qui, dès le l6 septembre 1981, est né le projet de ce que nous avions alors désigné provisoirement comme « Université philosophique », et qui a assuré la liaison permanente avec l’Institut polytechnique de philosophie (département de philosophie de Paris VIII-Vincennes à Saint-Denis), par F. Châtelet et G. Deleuze. Plus largement, il en est ainsi des responsables de programmes – des « sommets » d’un graphe dont n’avons pas dessiné ici tous les arcs, mais dont nous pourrons préciser ultérieurement les points constituants. Ce sont ceux-là qu’il s’agit de ne pas omettre, dans le moment vraiment fondateur. Ainsi de la démarche initiatrice des journées « Recherche création », à partir des assises de Luminy.

183Ce qu’il convient de démentir, c’est toute allégation polémique selon laquelle le projet du Collège prétendrait, pour nous, survenir dans une situation où nulle part la philosophie ne serait enseignée. Et qui le présenterait comme un complot contre toutes les formes de l’université, du CNRS, voire des syndicats. Bien au contraire, ce qui était déclaré à son propos, dès la journée thématique de janvier, l’annonçait publiquement comme une instance de communication avec l’ensemble des lieux de la recherche et de l’enseignement : espace d’un choc respiratoire15, dans une nouvelle perspective sur l’avenir.

184De toute évidence, c’est par une petite forme, de la dimension du Collège, où le nombre des parties prenantes ne dépasserait pas cinquante au départ, que peut être entreprise l’expérience des activités transversales et, plus généralement, de toutes les flexibilités créatrices.

185Lieu d’une respiration nouvelle : le Collège doit être cela en effet. En ouvrant la voie aux transferts entre sciences, en portant le questionnement dans le champ international, et sur le terrain des nouvelles interconnexions.

Un espace élargi

186La proposition d’un Collège de philosophie à vocation internationale fut publiquement déclarée, rue Descartes, le 9 janvier de l’année l982 : l’occasion en fut, nous l’avons vu, cette journée « Recherche, technologie, création » qui était annonciatrice du Colloque national sur la recherche et la technologie. Le responsable de sa préparation venait d’assister à la mise à feu d’« Ariane » comme représentant de la Recherche.

187Il y a un beau hasard dans ce fait. Depuis le jeu de dés héraclitéen jusqu’au coup de dés nietzschéen et mallarméen, la pensée se fraie des chemins opératoires parmi les réels, à travers ses rigueurs, mais aussi ses fictions. Y compris par les « remèdes » et les « fables » de ce qu’elle a nommé, depuis la langue grecque, philosophie.

188Notre moment est celui de cette mise en orbite. Elle vise à la constitution de bases mobiles dans un espace de la pensée.

189Une ultime réflexion de méthode. Car si nous nous demandons où est ici la « vertu » philosophique, appelée par la pensée grecque, notre réponse sera : elle est ici en chaque segment du détour, du plus long chemin comme du raccourci. À ceux qui demanderont où est la cohérence qui relie, comme objets philosophiques, l’ensemble de ces « objets complexes », nous répondrons : la philosophie inaugure sa démarche par la perplexité de la pensée grecque, on l’a rappelé, devant la découverte du nombre irrationnel, de ce nombre « indicible », de cet alogon qu’est pour elle la diagonale du carré – mais cette diagonale est précisément pour nous la forme élémentaire initiale d’un graphe ; c’est-à-dire de la méthode même qui permet de penser les cohérences flexibles de l’avenir. L’alogon de la diagonale du carré a mis en cause le système pythagoricien d’interprétation, et ouvert le chemin à la pensée platonicienne comme philosophie. Le graphe des nouveaux « objets complexes » ouvre des voies critiques vers une pensée neuve de la philosophie – qui sera l’opposé même de ce qui vient d’être prétendument donné comme « nouvelle » philosophie. Cette dernière était l’amalgame d’une rhétorique sans objets, qui avec des débris de discours techniques – structuraliste ou psychanalytique – reconstituait une idéologie.

190Le rapport en déplacement qui reliera, sans les identifier l’un à l’autre, recherche interscientifique et philosophie, dans un espace ouvert sur la respiration des formes, c’est au contraire notre mise en liberté.

Réunir les courants différents

191Ainsi, à l’approche des réseaux interscientifiques répond un accroissement du caractère problématique de la philosophie. Ce qui revient à dire que s’accroît, dans la philosophie, son caractère philosophique lui-même.

192Si l’on prend l’exemple de la philosophie analytique, il faut constater qu’à elle seule et par construction elle constitue déjà un contact interscientifique : appuyée dès le départ sur les algèbres logiques, elle communique maintenant avec les algèbres des grammaires génératives. Mais, d’une certaine façon, ses prémisses excluent celles de l’analyse freudienne : on pourrait dire qu’il n’y a pas d’inconscient de la logique. Curieusement, les deux greffes viennoises sur le monde anglo-américain, Cercle de Vienne et psychanalyse, révèlent une sorte d’incompatibilité provisoire.

193Mais cette incompatibilité est elle-même signifiante. Et c’est pourquoi elle est questionnée ici par le voisinage topologique, qui met en rapport le programme de philosophie analytique (PSR 8) avec la programmatique de la psychanalyse, d’une part (PSR 7), de l’autre, avec le questionnement épistémologique qui s’attache à l’ensemble des sciences humaines, logique et linguistique, mais aussi analyse freudienne (PSR 3). Et, du même coup, les trois courants philosophiques majeurs de langue allemande se trouvent mis en relation : philosophie critique et analytique transcendantale (nous pensons à l’admirable « Analytique transcendantale de l’être parlant », esquissée par J.-C. Milner16, et au travail de H. Wismann), Cercle de Vienne, critique marxiste et du marxisme. Par là, les apports de la philosophie américaine, trop négligés en France, se retrouvent au centre d’une attention nouvelle, mais dans un espace problématisé.

194Et il est vrai que la tradition de langue anglaise en philosophie est d’aller vers une philosophie « utile ». L’empirisme logique n’échappe pas à cette tradition et à cette préoccupation excellente. Mais c’est précisément au contact de l’« inutile » philosophie transcendantale allemande – et non plus viennoise – que la démarche d’Einstein s’attache au fait privilégié de la lumière dans l’expérience physique, nous l’avons rappelé : parmi les « analogies de l’expérience », entre la simultanéité et la succession, entre l’action réciproque et la causalité – entre le champ et la série –, le fragment de Kant concernant le phénomène lumineux va être, dans la Critique de la raison pure17, le détonateur de la théorie de la relativité. Et de toute physique à venir.

195Le réseau interscientifique, et le graphe de ses méthodes, ne sont pas seulement une garantie de la présence, dans le Collège, des courants différents de la philosophie. Ils instaurent non seulement l’interface, mais le face à face. La philosophie ne se dirige plus seulement vers la synthèse, mais vers cet autre principe qu’Emmanuel Levinas nomme le « visage18 ». Et c’est précisément là où cette opération de visage à visage est la plus gratuite, et la plus apparemment éloignée de l’« utilité », que survient sa force la plus féconde.

196Le vis-à-vis des méthodes, que rendent possible les dimensions restreintes du Collège et aussi le climat de confiance amicale qu’il importe d’y instaurer, la technique du travail par « groupe d’affinité19 » et non par la relation hiérarchique « de l’hôte et du visiteur20 » – du maître et du disciple, pour ne pas dire de l’esclave –, cette modalité neuve de la mise en rapport appartient à la nouvelle fondation. Il s’agit de laisser circuler le rapport entre les « marques », au sens jakobsonien, de la parole et de la pensée. Mais justement nous dirons de la figure générale que trace et dessine cette circulation : c’est l’absence de marques qui est la vraie figure21.

197Décrire cette figure, c’est également souhaiter qu’elle soit constituée sans mutilations, et qu’elle s’instaure par un dessin libre. Celui-ci peut entrer dans le grand dessein d’un moment d’histoire.

198Son objectif : faire de la rationalité interscientifique – analyseur opératoire, détecteur des « irrationnels » dans l’histoire ou dans la nature –, l’alliée de la création libre et de la liberté philosophique.

199Cette alliance pourra faire du Collège international de philosophie cet opérateur qui change la base d’accès, dans la voie de la connaissance et dans le mouvement de la pensée.

200Nous interrogeons l’anthropologie culturelle et l’histoire pour savoir quelles sont les autres sociétés possibles – mais aussi les autres pensées possibles. Et cette question est devenue celle, technique, des astrophysiciens, collecteurs des futures énergies. À son tour, cette interrogation sur les possibles de la pensée oriente notre question errante sur les univers.

201Je dirai hardiment – paraphrasant une proposition offensive de René Descartes – ces derniers mots, qui sont sans doute les premiers à convenir au projet du Collège : la philosophie ne parle jamais mieux de la philosophie qu’en parlant d’autre chose. Dès lors, cette autre chose nous parle de la philosophie.

202La proposition du Collège de philosophie, dans sa perspective internationale, est d’être la recherche même de cet autre. C’est là sa neuve affirmation. Et nous dirons, en raccourci : précisément la crise, c’est que le neuf ne puisse naître. Il s’agit de faire naître ce qui va transformer la crise en naissance.

Ainsi pourra être
le Collège international de philosophie,
centre de recherche interscientifique,
espace de l’art.

Table du réseau

203Récapitulons en tableau cette suite de propositions en vue de programmes de séminaires et de recherches, pour le Collège international de philosophie (centre de recherche interscientifique).

2041. Programme du Centre de mathématique, informatique et poétique (PSR 1) – épistémologie des objets à haute complexité : J. Roubaud, P. Lusson, contrat d’association avec le centre de slavistique et de poétique comparée de L. Robel (Institut national des langues orientales).

2052. Programme du Centre d’analyse des langages et de syntaxe du politique (PSR 2). Groupe méthodologique : M. Ronat ; groupes de P. Taguieff (PSR 2.1) : discours totalitaire ; de J.Verdès-Leroux (PSR 2.2) : discours du stalinisme ; de J. Guilhaumou (PSR 2.3) : Révolution française comme langage et pensée philosophique. Projet de travail sur la révolution antiesclavagiste (Haïti) : avec J. Thibau. En rapport également avec le groupe de la Grammaire des Français : J.-C. Milner. Il est souhaitable que puisse s’associer à une recherche sur l’épistémologie darwinienne et lamarkienne, et sur ses retombées idéologiques, le travail de J.-P. Aron.

2063. Programme du Centre d’épistémologie des sciences humaines (PSR 3). J.-C. Milner : linguistique et épistémologie ; H. Wismann : philosophie critique allemande et naissance de la philologie ; J. Petitot : morphogenèse mathématique et analyse structurale. Par celui-ci, un rapport est instauré avec René Thom, et l’Institut des hautes études scientifiques.

2074. Programme du Centre sur la théorie des fluctuations (PSR 4) : I. Stengers avec I. Prigogine. Il est souhaité que puisse s’y associer, selon sa convenance, M. Serres. Projet d’un séminaire transversal (PSR 4 et PSR 2) : sur l’épistémologie de la crise et les « oscillateurs » idéologiques.

2085. Programme de recherche active en sciences sociales (PSR 5) : L. Mozère, F. Guattari. En rapport avec D. Cooper, M. Zecca, R. Castel : Recherche et action communautaire. Il est souhaitable qu’à un séminaire de D. Cooper puisse s’associer, selon sa convenance, M. Foucault.

2096. Programme de recherches sur la pensée et l’espace latino-américain (PSR 6), et sur la question des femmes. E. Burgos-Debray avec C. Buci-Glucksmann : la problématique philosophique de la modernité chez Walter Benjamin. Ce programme assure la liaison concrète avec le Symposium des philosophes d’Amérique latine.

2107. Programmatique de la psychanalyse (PSR 7) : avec S. Leclaire (à préciser ultérieurement).

2118. Programme de séminaires et de recherches sur la philosophie analytique et la pragmatique (PSR 8) : P. Jacob, F. Récanati, D. Sperber avec J. Mehler. Il est souhaité que puisse s’y associer à sa guise J. Bouveresse.

2129. Programme de séminaire et de recherches sur la philosophie et la sociologie de l’utopie – la pensée d’Ernst Bloch (PSR 9.) : A. Münster. Contrat d’association proposé par G. Raulet. Prolongement dans une proposition de séminaire sur la philosophie italienne : É. Alliez.

21310. Programme de recherches sur les espaces (PSR 10). Autour d’A. Berque et de S. Kato : un grand programme de séminaire sur la pensée japonaise et la pensée de l’espace, avec S. Y. Kuroda (Tokyo, San Diego), A. Wlodarczik (Paris 7), K. Sakuta (Kyoto). Prolongé par le groupe de recherche sur l’ethnologie de l’objet frontière et la mathématique, des effets-frontières : D. Sibony (PSR 10.1) ; le groupe de recherches sur l’ethnologie française et l’ethnologie médicale (PSR 10.2), avec J. Cuisenier – contrat d’association avec le musée des Arts et Traditions populaires (dont il est le directeur) ; le groupe de recherche sur l’archéologie des rapports sociaux et la stratégie (PSR 10.3), avec R. Agache et A. Guillerm ; le groupe de recherche sur la pensée arabe et l’écriture (PSR 10.4), avec A. Khatibi (Institut de sociologie, Rabat).

21411. Unité de travail sur la culture hébraïque et yiddish : avec P. Lazar ; et aussi : proposition de travail sur Rosenzweig. Il est souhaité qu’E. Levinas choisisse d’une façon qui convienne un mode de présence ici ou ailleurs dans le Collège.

21512. Programme de l’espace des arts : J. Paris (PSR 12.1) – théorie générative de la peinture ; O. Revault d’Allonnes (PSR 12.2.) ; B. Teyssèdre (PSR 12.3). Éventuellement sous forme de contrat d’association également avec M. Butor et la fondation « Métaphore » (Nice). En liaison avec le laboratoire des arts poétiques, par C. Descamps et J.-J. Lebel. Pourront s’ajouter ultérieurement :

21612 bis. Programme de séminaire sur « l’Europe du milieu » et la pensée tchèque, avec A. Liehm ; projet du colloque Kafka, avec M. Kundera, G. Deleuze.

217Rappelons, une fois encore, que la présentation de ces propositions de programmes s’effectue ici dans un ordre quelconque qui indique certaines des liaisons en réseau entre les programmes, mais nullement un ordre de priorité ou de hiérarchie.

218Dans l’immédiat, l’urgence va à la création de postes pour : P. Taguieff, L. Mozère, E. Burgos-Debray, A. Münster (fonction de conseillère internationale pour I. Stengers).

219Mais la mise en œuvre du Collège international de philosophie (et de son centre de recherche interscientifique) peut se faire, dès maintenant, sans autres postes budgétaires que ceux-là, et dès l’année 1982-1983.

220S’il faut indiquer, dès maintenant, le domaine où je souhaiterais pouvoir développer un travail personnel dans un ensemble collectif, c’est celui du programme 2 et, plus spécifiquement, de l’investigation nouvelle sur la Révolution française comme pensée philosophique, et comme impensé de la philosophie – mais également, à l’articulation entre les programmes 2, 4 et 10.

Addendum

221La trame de la présente description rend possible la création immédiate du Collège, sans lui assigner de frontière.

222Elle est donc non limitative, par construction. Ainsi, de nombreuses suggestions, esquisses, propositions ont été adressées à la mission d’études : à cette date, plus de 750 lettres nous sont déjà parvenues, qui attestent l’intensité de la demande sociale et pratique concernant le projet d’un Collège de philosophie dans une perspective internationale. Très nombreuses sont celles qui soulignent l’importance que prendra l’activité du Collège sous son aspect de centre de recherche interscientifique. L’archive du présent que réunit cette correspondance constitue le fonds dans lequel le proche avenir pourra puiser largement.

223Dans cet ensemble un projet a été adressé par Gérard Mendel avec précision. Il est souhaitable que la « programmatique de la psychanalyse » (programme de séminaires et de recherches 8) inscrive dans son espace sa proposition, et que celle-ci y prenne toute l’importance qui lui revient.

224Ce qui est caractéristique, c’est que beaucoup des projets nouveaux qui nous parviennent, chaque jour, trouvent leur place dans le réseau de la description précédente. Ainsi :

  • le projet de Massaer Diallo, du Centre d’étude des civilisations, à Dakar, vient élargir le programme 10. Recherches sur les espaces : il constituera un élément de programme s’ajoutant à ceux qui s’y trouvent décrits (soit PRS 10.5). Sa double question – « la question de l’existence de philosophie(s) en Afrique noire », et le « nouveau rapport de l’Afrique à l’histoire de la philosophie » – agrandit les perspectives déjà inscrites ici.
  • Également, le projet de Yasuo Kobayashi trouve son inscription au cœur même de ce programme 10, dans le programme séminaire sur la pensée japonaise et la gestion de l’espèce. Sa problématique – « la question de la vérité dans le zen », comme différant radicalement de « la philosophie en tant que discours de la vérité », débouche sur l’histoire du Japon elle-même, comme « déterminée par la pensée du zen, programmée par l’étranglement du discours sur la vérité, par l’absence de la vérité ou par la vérité en absence ».

225Cet ordre de questions trouvera toute sa force dans leur frappe sur d’autres problématiques : celles qui vont se déployer dans l’ensemble des projets en voie de construction avec l’Asiathèque et le Centre d’Augustin Berque, dans le cadre de ce même programme.

226Parmi les toutes dernières propositions de travail, nous indiquerons trois d’entre elles qui importent. Celle de Françoise Paul-Lévy sur l’anthropologie de l’espace et sur les variations de l’espace scientifique : optique versus dynamique (elle pourrait également se rattacher au programme 10).

227Celle de Martine de Gaudemar, qui pourrait (à l’intérieur du programme 6) assurer la liaison, ou l’association effective, avec le Centre d’études féminines de l’université de Provence : à elle revient, entre autres, l’initiative pertinente de considérer les Réponses d’Élisabeth à Descartes comme des écrits de philosophie, et elle y découvre l’empreinte d’une question du corps.

228Enfin celle d’Yvonne Toros fait intervenir directement – mais avec une ressource spinoziste qui la rattache à Gilles Deleuze et à Michel Serres – le travail informatique sur la philosophie. Elle pourrait se relier au programme 1.

229Il faudra souligner également ce fait important : le Collège international de philosophie, par sa mission d’études, est déjà partie prenante dans la fondation de la Fédération internationale des études de l’Amérique latine et de la Caraïbe (FIEALC), née du IIIe Symposium et de la Semaine de philosophie à Rio de Janeiro, réunissant philosophes, sociologues, ethno-analystes, psychologues, autour du philosophe mexicain Leopoldo Zea et de l’ethnologue brésilien Darcy Ribeiro. Il s’agira de faire en sorte que le poids majeur de l’Amérique latine et de la Caraïbe, dans l’histoire mondiale, vienne entrer dans la pensée. Et c’est cela qui est à penser, à travers le programme 6.

230C’est dans ce but qu’Élisabeth Burgos-Debray a été mandatée par la mission, en août 1982.

231Enfin, il est essentiel de faire transparaître les possibilités qui devront ouvrir le programme 12 – l’espace des arts – aux jeunes créateurs, aux narrateurs et aux poètes, aux musiciens et aux peintres, aux cinéastes – qu’ils travaillent sur pellicule ou sur bande vidéo – et, plus généralement, à l’univers entier des arts visuels, phoniques et graphiques. Le Collège ne va pas se borner à l’inventaire et au commentaire des formes « incontestées » et consacrées de l’écriture ou de l’art. Mais, bien au contraire, il donnera la parole aux narrateurs sauvages, aux poètes de la langue exploratoire, aux penseurs critiques qui s’avancent aux bords de la jointure avec le poème et la fiction22.

232Ce que nous rappelions ici au commencement peut nous orienter maintenant. Car, souvenons-nous en, c’est par le tracé avant-coureur des poètes, dans les langues russe et tchèque, qu’a pu s’ouvrir l’exploration des nouveaux espaces dans lesquels les pionniers de sciences formelles et expérimentales vont désormais jusqu’à rechercher des méthodes et des modèles.

233L’imbrication de l’espace des arts et du centre de recherche interscientifique trouve là, dans notre avenir, sa motivation.

234Puisqu’il faut trouver une conclusion provisoire, sans ajouter les projets les uns aux autres de façon illimitée, notons que la construction de ces réseaux apporte une réponse à la question que nous posions précédemment. Le centre de recherche interscientifique est-il la définition même, ou le noyau de problèmes, du Collège international de philosophie ?

235La réponse proposée, – et elle ressort de cette trame, et du vaste dossier venu la compléter – va être celle-ci : le réseau, pour ainsi dire nucléaire, du centre de recherche interscientifique donne une part de sa matière à l’espace neuf qui s’ouvre avec le Collège international de philosophie. Et il est au cœur de sa définition. C’est par cet élément du noyau, auquel il n’est pas réductible, qu’il définit une partie constitutive de sa force d’action.

236Parler de Collège signifie donc avancer cette collégialité inventive qui, par-delà les tâches didactiques, se fait chercheur collectif et créateur de formes d’accès nouvelles à la pensée. Au sens où la Renaissance musicale s’est organisée autour du « Collegium musicum » : non pas lieu d’exclusif enseignement, mais organe pratique de réalisations, en même temps que de critique des formes auparavant admises dans leur consécration.

237Le lieu qui va prendre ce sens sera un point de changement, où la pensée critique se fait création.

238Pour sa part limitée, le Collège peut devenir ce foyer de la création critique : de sa discrétion dans la transformation. Le mouvement qui va le traverser en permanence, à partir de ce point de condensation dans la recherche, ira circuler dans tout l’espace de ce qui se pratique et s’enseigne, sous les noms de philosophie, d’art et de science. À cet égard, lui-même jouera le rôle de ces filtres d’innovation dont l’opération, dans les sociétés scientifiques de l’avenir et du présent, est précisément à explorer. À lui d’éveiller une attention collective à sa propre fonction.

239Le développement du Collège international de philosophie devra ainsi revêtir d’emblée sa forme largement plurielle et sa vie interactive. Afin d’être, par plusieurs, le bénéfice de pensée qui veut aller à tous.

Notes de bas de page

1 René Thom, Structure et dynamique des systèmes, Paris, Maloine, 1981, p. 57.

2 Roger Lesgards.

3 « Collège international de philosophie, centre de recherche et de formation à la recherche interscientifique »… Formule qui condense nos propositions antérieures.

4 Du nom du théoricien russe Polivanov, ami de Jakobson et de Maïakovski, exécuté en 1938.

5 Generative Linguists of the Old Worlds.

6 Que Louis Althusser a lui-même mise en cause.

7 Dans Non !, n° 13, mai 1982.

8 D’origine polonaise, Carola Bloch est elle-même l’auteur d’un travail sur le milieu intellectuel qui nourri la pensée d’Ernst Bloch dans les années 1930.

9 Le prochain séminaire d’Augustin Berque sur l’espace du Japon et de l’Islam se fera à la Maison des sciences de l’homme en liaison avec la mission du Collège.

10 De l’université de Kyoto.

11 Et par des créateurs théoriciens.

12 Dans l’esprit des nouvelles et futures lois d’orientation.

13 Lettre à la mission d’études, juillet 1982.

14 Voir Rapport, deuxième partie, dernier chapitre.

15 Colloque international : Recherche et technologie. Actes de la journée « Recherche, technologie, création », 9 janvier 1982, ministère de la Culture, ministère de la Recherche et de la Technologie, p. 16 et p. 19.

16 Écrit inédit, prononcé au Centre de poétique comparé.

17 « La lumière… peut seule produire la communauté entre nous et les corps, et en prouver ainsi la simultanéité » (und dadurch das Zuzleichsein… beweisen).

18 Colloque de Montpellier, mai 1981. À ce propos, notre souhait est que la pensée d’E. Levinas puisse être, d’une façon qu’il souhaiterait, présente dans le Collège de philosophie.

19 Le terme est de Christian Descamps et de Gilles Deleuze.

20 C’est en récusant la relation de « l’hôte et du visiteur » que la philosophie chinoise met en question la logique du tiers exclu avec ironie.

21 « Le Couperet de diamant », cité par Lin Tsi, le « Socrate chinois », élève de la pensée indienne et annonciateur de la pensée japonaise : sa préface, retrouvée en Chine, est publiée par les Acta Orientalia de Budapest en 1968 (31, 1).

22 Certains déjà ont pris part à la journée « Recherche, technologie, création » du 9 janvier.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.