Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Protocole

p. 23-27


Texte intégral

1Comme il va de soi dans un protocole de ce type, les propositions que nous tenterons de justifier auront, à plus d’un titre, la forme de l’anticipation, même si elle se fonde sur une analyse de la situation présente ou d’un passé récent.

2 Anticipation en premier lieu puisqu’il y va d’une initiative historique : l’institution à venir d’un Collège international de philosophie qui serait en même temps un centre de recherche et de formation à la recherche dans les domaines des sciences, de l’interscience et des arts. Nous préciserons plus loin le sens que nous entendons donner à ces derniers mots dans l’économie de ce projet.

3Dès le principe, M. le ministre d’État, ministre de la Recherche et de l’Industrie, s’était déclaré comme nous convaincu de la possibilité et de l’urgence d’une telle création. Nous étions déjà assurés que ce dessein majeur serait à la mesure des nouvelles perspectives ouvertes à notre pays : en accord profond avec les principes et avec les engagements de cette nouvelle politique, il les illustrerait aussi avec éclat.

4Or, au terme de la mission qui nous a été confiée, nous croyons pouvoir confirmer que, dans son audace même, ce projet va en effet au-devant d’une demande large, puissante et empressée. C’est déjà une manière d’anticiper.

5Tout en répondant aux exigences actuelles que nous nous attacherons à définir, le succès d’une telle entreprise permettra à la société et à la nation de prendre de l’avance, ce qui, dans ce cas, n’est pas contradictoire avec l’attente exigeante et constitue une autre manière d’anticiper. Il reste à calculer les meilleures conditions possibles de cette avance, compte tenu des contraintes et des chances. Bien que tout ne soit pas ici calculable, c’est à la règle de ce calcul que nous essaierons d’ordonner le système de nos propositions.

6Autre anticipation, d’apparence encore plus paradoxale : au cours des années qui viennent, le Collège international de philosophie mettra à l’épreuve, dans leur ampleur, leur précision et leur cohérence, les analyses comme les hypothèses que nous esquissons ici, mais aussi les affirmations et les engagements qui, nous le souhaitons du moins, devront faire de cet avant-projet un appel autant qu’une démonstration. Cette vérification en acte sera l’une des finalités, parmi d’autres, parmi beaucoup d’autres, de l’institution nouvelle. Car on y travaillera aussi à analyser – en général – les rapports entre une institution de recherche et d’expérimentation d’un type nouveau et telle situation (sociale, politique, historique, technique, scientifique, philosophique, etc.), par exemple celle qui s’annonce, jusqu’à un certain point, comme la nôtre. Tâchant à être aussi autonome, commune, active et vigilante que possible, une telle réflexion sur sa propre condition de possibilité marquera l’un des traits les plus originaux de cette communauté de « chercheurs ». Nous en préciserons plus loin certaines conditions.

7 Anticipation enfin et surtout, car au-delà de toute programmation technoscientifique réglée sur des normes de productivité et sur telle ou telle « demande sociale » qu’on croit pouvoir identifier, au-delà des nécessaires et légitimes ambitions d’une recherche positive, il y va ici des conditions d’une pensée – dans la science, dans la philosophie ou au-delà d’elles – dont l’avenir, voire l’aventure, requiert un espace ouvert. Il s’agira d’un mouvement par lequel cette pensée se dégage des programmes de recherche rentabilisable et calculable, les évaluant à son tour jusque dans leur axiomatique la plus cachée. Sans jouer le rôle de contre-programme, encore moins de « critique » de la technoscience ou de la recherche philosophique, de l’épistémique en général, une telle pensée assumerait les risques d’un certain aléatoire. Nous disons ici pensée plutôt que recherche, technoscience ou philosophie, pour marquer cet écart subtil et décisif qui en dernière instance situera l’originalité de ce Collège : une pensée des limites ou aux limites (internes et externes) de la « recherche », historia, epistêmê ou tekhnê, qu’elle soit scientifique ou philosophique.

8Cette pensée n’aura pas nécessairement la forme traditionnelle de l’épistémologie, d’une nouvelle théorie de la connaissance, d’une philosophie transcendantale (« criticiste » ou « phénoménologiste ») ou d’une ontologie fondamentale comme tribunal des savoirs positifs ou des ontologies régionales. Ces schémas traditionnels ont marqué l’architecture de toutes les institutions de recherche et d’enseignement ; c’est, sinon contre cette architecture, du moins en dehors de ses contraintes, ailleurs et autrement, que le Collège international de philosophie cherchera son lieu.

9C’est le sens même des mots de fondation et d’institution qu’il faudrait ici, en conséquence et pour être absolument conséquent, déplacer et interroger à nouveaux frais. Mais l’économie et le genre même de cet avant-projet nous commandent d’en rester ici à des indications principielles, voire pré-principielles. Il se trouve d’ailleurs (ultime justification, philosophique, cette fois, et technoscientifique, pour « fonder » cette nouvelle institution) qu’il faut – et on sait qu’il faut – allier aujourd’hui dans la recherche calcul et aléa, programmation maîtrisable et chance de la pensée. Les innovations scientifiques les plus bouleversantes – et à terme les plus déterminantes par leurs effets technologiques – sont souvent venues surprendre et détourner les recherches programmées, prendre de vitesse des équipes installées dans leurs prévisions ou dans les limites apparemment assurées de leurs champs, les poussant à changer de rythme et à mettre en communications transversales des objets différents que les institutions établies tenaient séparés.

10C’est ce style mobile, « mobilisateur », que nous souhaitons pour un Collège qui ne sera installé ni dans la philosophie ni dans tel ou tel savoir en tant que dispositif théorico-institutionnel inamovible. En y multipliant les styles et les rythmes, on y accordera les plus grandes facilités possible aux initiatives expérimentales et aventurées, aux incursions provocatrices d’un lieu à l’autre.

11Il est très significatif, et l’histoire devrait le retenir, que l’idée d’un tel Collège se soit précisée en marge du Colloque national sur la recherche et la technologie, accompagnant ainsi un impressionnant mouvement de réflexion ou de programmation coordonnée. Sans ces assises, la nécessité d’un tel Collège n’aurait pas été aussi manifeste. Mais simultanément, c’est aussi pour équilibrer la positivité, indispensable sans doute, des programmes de recherche, pour en desserrer les urgences aussi bien que pour en évaluer les finalités éthiques et politiques, qu’une réflexion de « type philosophique » devenait plus nécessaire que jamais. Il paraît de plus en plus indispensable de penser le sens, la destination, les conditions de la recherche, du savoir technoscientifique et philosophique, au-delà des impératifs de rentabilité, qu’il s’agisse des résultats immédiats (et nous venons d’évoquer les effets, à terme, de certaines recherches imprévisibles et encore mal assurées de leurs objets) ou même de performance productive tout court. Dans la mesure même où la recherche technoscientifique ne cesse d’étendre la cohérence et la puissance de ses programmations, le régime de sa positivité exige une sorte de « respiration » philosophique. Quand cette recherche, dans ses formes « de pointe », s’empare directement du langage et de ses fonctions comme c’est le cas depuis quelques décennies, nous atteignons là un point critique.

12À l’instant où la puissance même de ces contraintes productivistes ouvre une crise – elle est sensible partout –, la réflexion et la décision critique s’imposent. C’est là un moment d’allure essentiellement philosophique, même s’il peut conduire au-delà du philosophique et questionner la philosophie implicite de la recherche (de façon très générale et très différenciée), comme le lien entre la pensée, la philosophie et le motif même de la recherche, aussi bien que du savoir en général. Précisons une fois pour toutes que dans sa plus grande extension, celle que nous lui accorderons dans ce contexte, le mot de savoir couvrira aussi bien le domaine des sciences (sociales, humaines, mathématiques et physiques) que celui des arts en tant qu’il donne lieu, d’une part, à des compétences et à des techniques (histoire de l’art, évaluation, théorie critique, méthodologie, etc.), et d’autre part, nous insisterons plus loin sur ce trait décisif du Collège, à des performances, à des activités performatives. Tekhnê et poiêsis seraient ici ces noms classiques pour les dimensions d’un Collège ouvert au savoir sous toutes ses formes : théorie philosophique et scientifique, pratique ou art (discursif ou non discursif).

13Le moment critique dont nous venons de parler concerne la totalité du savoir ainsi entendu. Certes, la philosophie ne s’épuise pas dans son pouvoir critique, qui a correspondu à l’une de ses phases et à l’un de ses mouvements. Néanmoins, c’est encore à la philosophie, à ce qu’on appelle encore de ce nom et qu’on croit reconnaître sous cette forme, que, de toute part, il est aujourd’hui demandé de répondre, de façon critique, à ladite crise. Et l’on sait que cette demande peut prendre toutes les formes, parfois naïves mais toujours graves, d’un appel au secours. Elle vient de toute part, mais il est remarquable que de plus en plus souvent elle soit adressée aux philosophes par les communautés scientifiques, artistiques ou culturelles les plus engagées dans le succès même de leurs recherches et de leurs performances. Car c’est parfois au cours du processus le plus efficient de ces recherches et de ces opérations que surgit l’interrogation de forme philosophique. Sur un mode qui n’est plus celui de l’Antiquité grecque, du Moyen Âge ou de l’Âge classique, une autre communication du savoir et de la philosophie redevient peut-être une nécessité intérieure à la recherche même, alors qu’un certain mouvement général des sciences semblait tendre à l’interrompre depuis quelque deux siècles.

14Le Collège ne se présentera pas comme une instance de recours pour des savoirs désorientés. Il ne fait que déclarer une situation qui a du mal à se rendre manifeste en raison des résistances diverses qui s’y opposent. Les langages sont maintenant non seulement les moyens, comme précédemment, mais l’objet des technosciences les plus fines. Comme objets, ils subissent le sort de tout objet de savoir : on ne sait plus ce qu’ils sont, on essaie sur eux des hypothèses. Comme moyens, ils communiquent aux savoirs la déstabilisation qui est la leur comme objets. C’est là une situation analogue à celle du langage philosophique : il a pour objet ses propres règles. Le Collège exhibera cette analogie.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.