Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Emmanuel Lévinas-Maurice Blanchot, penser la différence

 | 
Éric Hoppenot
, 
Alain Milon

Avertissement

Moufida Goucha

Texte intégral

1Le colloque « Lévinas-Blanchot : penser la différence » a été l’une des manifestations majeures organisées par l’ACCEL (Association pour la Célébration du Centenaire Emmanuel Lévinas) et ses amis, dans le cadre du centenaire Lévinas.Cette manifestation a été inscrite par l’UNESCO dans le cadre de la « Journée mondiale de la Philosophie ». Elle a réuni 62 chercheurs, philosophes, critiques littéraires, représentant quinze nationalités et quatre continents. La séance inaugurale a été ouverte par M. Olivier Bosc, Conseiller du ministre de la Culture qui a lu une allocution de M. Donnedieu de Vabres et par M. René Zapata, Chef du Bureau exécutif du Secteur des Sciences sociales et humaines de l’UNESCO. Le colloque a été également honoré de la présence de la fille d’Emmanuel Lévinas, Mme Simone Hansel, et de celle de Mlle Cidalia Fernandes Blanchot, fille adoptive de Maurice Blanchot. Le choix des organisateurs du colloque s’est porté sur la mise en œuvre d’une réflexion dont l’objectif était d’exposer les disjonctions entre ces deux pensées. Quelques communications introductives ont d’abord attiré l’attention sur des différences notoires entre Lévinas et Blanchot : l’absolument autre, le concept , l’appréhension du temps, ainsi que des analyses divergentes de certains philosophes (Hegel, Lavelle, Heidegger). Les différentes sessions, souvent parallèles, ont exposé des problématiques essentielles à la compréhension des deux oeuvres. On retiendra, entre autres :

  • La question de l’éthique, autour de quelques points majeurs : le mal, la responsabilité, l’altérité (du corps humain à celui de l’animal), les formes de la violence.
  • Le langage : la différence entre le Dire et le Dit, la pensée dialogique, le témoignage.
  • L’écriture et la littérature : autour de la poésie de Paul Celan, du concept d’oeuvre d’art, de la place de la littérature au sein du Logos philosophique.

2Chacune des communications a donné lieu à de nombreux échanges entre les orateurs et avec le public, dans un souci de dialogue, de clarté et d’approfondissement. Au-delà des divergences plusieurs communications ont rendu hommage à l’amitié discrète, mais profonde, une amitié qui n’a jamais cessé d’habiter Lévinas et Blanchot, une amitié simple, souvent lointaine, mais indéfectible amitié nourrie par les mêmes soucis : la philosophie, le privilège donné à l’éthique, l’attention au judaïsme et à l’État d’Israël. Un après-midi a d’ailleurs été entièrement consacré au judaïsme tel que Lévinas et Blanchot l’envisagent, dans une très forte proximité et dans une vive attention à la pensée des maîtres d’Israël. Le nombre des conférences étant trop important pour réaliser une publication exhaustive du colloque, le comité organisateur, n’a pu retenir qu’un peu plus d’une trentaine d’interventions. Nous remercions tous les auteurs ainsi que tous les participants du colloque, la qualité de leurs interventions ainsi que leur amitié ont été le principal gage de la réussite de cette manifestation. Enfin, ce colloque a pu être organisé grâce aux soutiens de nombreuses institutions : l’UNESCO, le Ministère de l’Éducation et de la Recherche, le Ministère de la Culture (en particulier les Archives Nationales de France), le Ministère des Affaires Étrangères, la Région Île-de-France, l’Organisation Internationale de la Francophonie, le Fonds Juif Social Unifié, la Fondation Estad Elahi. Des soutiens de la presse : le journal L’Arche, les Éditions Flammarion, les Éditions Complicités, la Radio Communauté Juive, la revue Philosophie Magazine, le journal Marianne et le site Akadem.

3Remerciements aux Archives Nationales de France (en particulier à Madame Danièle Neirinck et Monsieur Pierre Micaud) , sans qui ce livre n’aurait pu voir le jour. Au Secteur des Sciences sociales et humaines de l’UNESCO qui nous a accueillis chaleureusement lors de la Journée Mondiale de la Philosophie en novembre 2006 (nous remercions sincèrement Mesdames Moufida Goucha, Feriel Aït-Ouyahia et Kristina Balalovska). À l’ACCEL (Association pour la Célébration du Centenaire Emmanuel Lévinas) pour son soutien indéfectible. À Monsieur Olivier Bosc pour son aide et ses encouragements. À Mlle Isabelle Autran et aux Presses Universitaires de Paris 10 pour la réalisation de l’ouvrage.

4Éric Hoppenot, Arthur Cools, Jean-François Patricola, David Uhrig

5Lieu par excellence du dialogue entre les cultures et de la pluralité des expériences de la pensée, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture s’est avérée être un lieu privilégié et fort bienvenu pour la tenue du colloque « Lévinas-Blanchot : penser la différence », organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la philosophie en 2006.

6Cette histoire d’une amitié, d’un parcours commun, et parfois d’une même vision du monde, illustre à elle seule la portée et l’essence profonde du dialogue en tant que passerelle entre les individus et les cultures, au-delà de leurs différences et de leur histoire propre.

7L’objectif d’une rencontre comme celle qui est retranscrite dans cet ouvrage est assurément de nourrir ce dialogue et de l’irriguer des différents regards que l’on peut poser sur un échange entre deux individus qui, chacun à sa manière, auront laissé leur empreinte dans l’histoire. Les diverses lectures proposées ici par des chercheurs et des penseurs venus d’horizons différents, sur les sujets phares qui ont jalonné l’échange entre Lévinas et Blanchot constituent un vivier inépuisable offrant une redécouverte critique et stimulante d’un pan important de l’histoire de la philosophie contemporaine.

8L’UNESCO se réjouit de s’y être associée et d’avoir été un écrin à ce précieux travail.

Auteur

Chef de la Section Sécurité humaine, démocratie, philosophie UNESCO

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540