Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie filmique des marionnettes

 | 
Laurence Schifano

Auteurs

Texte intégral

1François Amy de la Bretèque (Université Paul-Valéry Montpellier III) est Docteur d’État. Professeur en Études cinématographiques, il est membre du Bureau de la cinémathèque euro-régionale « Institut jean Vigo » (Perpignan), responsable du colloque biennal « Cinéma et histoire/histoire du cinéma », responsable éditorial de la revue Archives et membre du comité de rédaction de la revue Les Cahiers de la Cinémathèque (Perpignan). Responsable du programme : « Histoire, archives et patrimoine dans le domaine du cinéma et des arts du spectacle » et correspondant au sein Centre de recherches « RIRRA21 » du programme ANR « cinémarchives », il est spécialiste des représentations de l’histoire au cinéma, en particulier des images du Moyen Âge à l’écran, et de l'histoire des formes filmiques. Parmi ses publications : La Légende de Robin des Bois (Toulouse, Privat, 2001), et L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental (Paris, Champion, 2004).

2Hélène Beauchamp consacre ses recherches aux écritures pour marionnettes. Sa thèse (2007, Paris IV) a porté sur « La marionnette, conscience critique et laboratoire du théâtre. Usages théoriques et scéniques de la marionnette entre les années 1890 et les années 1930 (Belgique, Espagne, France) ».

3Alexis Blanchet, Doctorant en études cinématographiques, est actuellement ATER à l’Université de Paris 10. Chercheur associé à la BNF (dépôt légal des documents numériques) depuis 2005 et membres du conseil d’administration de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, il étudie les synergies économiques, techniques et culturelles entre le cinéma et le jeu vidéo et prépare une thèse sur « Cinéma et jeu vidéo, histoire, analyse et théorie d’une synergie intermédiatique ». Son site internet est consultable à l’adresse suivante : http://www.jeuvideal.com.

4Fabien Boully est Maître de conférences en Études cinématographiques à l’Université de Paris 10. Il enseigne au Conservatoire Européen d’Écriture Audiovisuelle de Paris. Spécialiste de l’œuvre de Philippe Garrel à laquelle il a consacré sa thèse (« Entre deux personnes : esthétique de la co-présence dans la quatrième période du cinéma de Philippe Garrel », Lyon 2, 2005), il est l’auteur de nombreux articles parus dans des revues spécialisées ou dans des ouvrages collectifs comme L’Espace dans le film (Peter Lang, 2002), La Vie nouvelle. Nouvelle vision (Paris, Leo Scheer, 2005), Histoire(s) de films français (Paris, Bordas, 2006), Le Dictionnaire mondial des images (Paris, Nouveau monde) ou Le Dictionnaire de la télévision française (Paris, Nouveau monde, 2007). Il est également l’auteur d’un ouvrage critique consacré au film Mon Oncle de Jacques Tati (Paris, Atlande, 2007). Il a publié et codirigé le livre James Bond (2) 007. Anatomie d’un mythe populaire (Paris, Belin, 2007).

5Marguerite Chabrol est Maître de conférences en Études cinématographiques à l’Université de Paris 10 ; auteur d’une thèse sur « La théâtralité dans le cinéma classique hollywoodien : les mises en scène de George Cukor et Joseph Mankiewicz » (2004), elle travaille en esthétique du cinéma sur les notions de théâtralité et de musicalité. Elle est coauteur avec E. Jardonnet de Pickpocket de Robert Bresson (Paris, Atlande, 2005).

6Giorgio De Vincenti est professeur d’histoire et de critique du cinéma à l’Université de Roma Tre où il dirige le Département Comunicazione e Spettacolo. Membre de la commission de recherche du sénat académique, membre de la commission du Ministère du Spectacle pour les financements du cinéma, il est spécialiste de Jean Renoir et de la modernité cinématographique. Il travaille en particulier sur les relations entre le cinéma, le théâtre et les arts. Outre sa participation aux plus importantes revues de cinéma italienne, il a dirigé le volume X de la Storia del Cinema Italiano, « Gli anni 1960-1964 » (Scuola Nazionale di Cinema/Marsilio, Roma/Venezia 2001), et réalisé la section de l’Histoire du cinéma consacrée au cinéma moderne (éd. Roma Tre, 2007). Entre autres publications : Il cinema e i film. I Cahiers du cinéma 1951-1969 (Marsilio, Venezia 1980), Il concetto di modernità nel cinema (Pratiche, Parma 1993), Jean Renoir. La vita, i film (Marsilio, Venezia 1996).

7Brunella Eruli est Professeur à l’Université de Sienne ; ses recherches et ses publications portent entre autres sur Alfred Jarry et Kantor, ainsi que sur les avant-gardes du xxe siècle (futurisme italien, théâtre contemporain, Oulipo). Spécialiste des marionnettes, elle a été rédactrice en chef pour les articles thématiques de l’Encyclopédie mondiale de la marionnette. Elle dirige la revue internationale Puck la marionnette et les autres arts depuis 1987.

8Bernard Faivre est Professeur d’Études Théâtrales à l’Université de Paris 10. Il travaille actuellement sur les formes spectaculaires comiques, et plus particulièrement sur les formes populaires, de la fin du Moyen Âge au xxe siècle. Il a notamment publié une recension de toutes les farces conservées (Répertoire des farces françaises, des origines à Tabarin, Imprimerie nationale/Actes Sud, 1993) et deux volumes d’édition et de traduction de farces (Les Farces, Imprimerie nationale/Actes Sud, 1997 et 1999). Il a assuré la coordination et la présentation du numéro 40 de la revue Études Théâtrales. Théâtre populaire. Actualité d’une utopie, février 2008.

9Rose-Marie Godier est Maître de conférences en Études cinématographiques à l’Université de Paris 10 ; elle est l’auteur d’une thèse de doctorat, L’Automate et le cinéma dans La Règle du jeu de Jean Renoir, Le Limier de Joseph L. Mankiewicz, de Pickpocket de Robert Bresson publiée en 2005 (Paris, L’Harmattan). Ses recherches en esthétique portent sur le cinéma de fiction, en particulier sur Jean Renoir et sur le cinéma documentaire.

10Laurent Guido est Professeur assistant à l’Université de Lausanne. Il travaille principalement sur les relations entre le film, la corporalité et la musique, ainsi que sur l’historiographie du cinéma. Il a collaboré avec diverses institutions (Musée Olympique, Musée Rath, Grand Théâtre de Genève, Louvre, Cité de la Musique de Paris) et participé à de nombreux colloques internationaux en Suisse, Italie, Belgique, France, Allemagne, Etats-Unis et Canada. Outre une quarantaine d’études scientifiques dans des volumes collectifs et des périodiques internationaux comme Vertigo, 1895, Cinémaction, Cinema & Cie , Cycnos, Cinema, Dissonance, il a publié La Mise en scène du corps sportif/Spotlighting the Sporting Body (2002), L’Âge du rythme (2007) et dirigé le collectif Les Peurs de Hollywood (2006).

11Olivier Maillart est Professeur Agrégé de Lettres modernes, il enseigne actuellement au département des Arts du Spectacle de l’Université Paris 10. Il termine une thèse sur la représentation du fascisme dans la littérature et le cinéma sous la direction de Mme Laurence Schifano. Il a publié différentes études sur le cinéma italien et le cinéma d’épouvante. Il est également critique littéraire à L’Atelier du roman et à la Revue des deux mondes.

12Marie Martin, ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, Agrégée de Lettres classiques, est actuellement ATER à l’Université Paris 10. Auteur d’études sur le maniérisme et sur la poétique du rêve parus dans des revues comme Contre Bande Le Paon d’Hera, RITM ou à l’AFRHC, elle achève une thèse en Études cinématographiques sur la poétique du rêve à partir de l’exemple de l’avant-garde cinématographique française entre 1919 et 1934. Son enseignement et ses recherches portent sur l’esthétique cinématographique et plus particulièrement sur les relations entre le cinéma, les processus psychiques et les autres arts. Elle a écrit des articles sur Germaine Dulac, Marcel L’Herbier, Nanni Moretti, Peter Greenaway et sur l’ouvrage Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard.

13Raphaëlle Moine est Professeure en Études cinématographiques au département des Arts du spectacle de l’Université Paris 10. Elle a dirigé Le Cinéma français face aux genres (AFRHC, 2005) et, avec Martin Barnier, France/Hollywood : échanges cinématographiques et identités nationales (L’Harmattan, « Champs Visuels », 2002). Elle a dirigé Le Cinéma français face aux genres, Paris, AFRHC, 2005. Elle est également l’auteure de Les Genres du cinéma (Nathan, 2002/réédition Armand Colin, 2005) et de Remakes. Les films français à Hollywood (CNRS Éditions, 2007).

14François-Xavier Molia enseigne le cinéma à l’Université de Paris 10. Écrivain, cinéaste, spécialiste du cinéma hollywoodien, travaillant également sur les block-busters américains et leurs équivalents français, il est l’auteur d’une thèse « Un cinéma de la destruction : approches esthétiques, historique et industrielle du film-catastrophe hollywoodien » (Paris 10, 2007). Il a collaboré à plusieurs volumes universitaires, dont Le Cinéma français face aux genres (AFRHC, 2005), Les Peurs de Hollywood (Antipodes, 2006) et France at the Flicks. Trends in Contemporary French Popular Cinema (Cambridge Scholars Publishing, 2007).

15Julia Nussbaumer, Certifiée de Lettres modernes, est Doctorante en Études cinématographiques et en Littérature à l’Université de Paris 10. Ses recherches portent sur les jeux et les significations des métamorphoses dans les contes merveilleux littéraires et filmiques (Madame d’Aulnoy, Andersen, Collodi, Grimault, Comencini, Miazaki).

16Joanna Rajkumar, Agrégée de lettres modernes, est actuellement ATER en littérature comparée à l’Université de Paris 10. Elle prépare une thèse de littérature comparée sous la direction de Camille Dumoulié sur « Les limites du langage d’une fin de siècle à l’autre : Baudelaire, Hofmannsthal et Michaux ». Elle a entre autres publié des études sur les éléments de comparaison entre cinéma et littérature (Thomas Mann/Luchino Visconti) et sur la question de la traduction en poésie.

17Laurence Schifano est Professeur en Études cinématographiques à l’Université de Paris 10. Co-directrice de publications consacrées aux rapports entre cinéma et littérature dont, avec Christian Biet Représentations du procès. Droit, théâtre, littérature, cinéma (Publidix, 2003) et avec Claude Leroy, L’Empire du récit. Pour Francis Vanoye (Paris, Non-Lieu, 2007), elle est l’auteur d’ouvrages sur Visconti, Luchino Visconti, Les feux de la passion (Grand Prix de la biographie de l’Académie française 1988) et Le Guépard, étude critique (Nathan, 1991), sur Jean Cocteau (Orphée, Atlande, 2002), sur le cinéma italien Le Cinéma italien de 1945 à nos jours. Crise et création. (2e édition refondue, Colin, 2007) et sur le cinéma européen moderne. Ses recherches portent sur les questions de représentation en général et, plus particulièrement sur toutes les formes d’échange entre le cinéma, l’histoire et les représentations artistiques.

18Natacha Thiéry est Maître de conférences en Esthétique du cinéma à l’Université Paul Verlaine de Metz. Elle est l’auteur de Lubitsch, les voix du désir. Les comédies américaines, 1932-1946 (Liège, Cefal, 2000). Spécialiste de l’œuvre de Michael Powell auquel elle a consacré sa thèse en 2003 « Photogénie du désir. Les films de Michael Powell et Emeric Pressburger : 1945-1950 », elle s’est aussi intéressée à la question de la voix et de la parole chez Lubitsch et à l’analyse de la parole dans le cinéma muet des années 20. Ses travaux de recherche actuels se rapportent aux films qui installent une dialectique entre inquiétude herméneutique et plaisir de l’illusion, une tension entre transparence et opacité et qui, sans abdiquer la fiction, déjouent les attentes ou les codes et travaillent une modernité en acte.

19Francis Vanoye, Professeur émérite en Études cinématographiques de l’Université Paris 10, ancien Directeur du département des Arts du spectacle, il a dirigé la collection « Synopsis » chez Nathan. Il est l’auteur de Récit écrit-récit filmique (Paris, Nathan, 1989), Scénarios modèles-modèles de scénarios (Paris, Nathan, 1991), Précis d’analyse filmique (1992, en collaboration avec Anne Goliot-Lété), de L’Emprise du cinéma (Lyon, Aléas, 2005), ouvrages récemment réédités chez Armand Colin. Il a également publié, en collaboration avec Christine Delory-Momberger, La Gestalt, thérapie du mouvement (Paris, Vuibert, 2005) et il a assuré la coordination scientifique du Dictionnaire de l’image (Paris, Vuibert, 2006).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540