Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaissance, identité et intégration sociale

 | 
Christian Lazzeri
, 
Soraya Nour

Enjeux sociologiques

Les paradoxes de la manifestation de reconnaissance

Hermann Kocyba
Traduction de Olivier Voirol

Texte intégral

1Aujourd’hui, le concept de reconnaissance est populaire pour des raisons qui ont très peu à voir avec sa signification philosophique. Aucune étude sur le climat social en entreprise ne sort sans qu’il ne soit question de l’importance majeure pour la réussite de l’entreprise de la reconnaissance et de l’estime de soi. Le fait que, dans plusieurs domaines de la société, s’articulent des expériences de mépris, de non-respect, de dévalorisation et d’abaissement social ne prouve pas que les sociétés modernes contemporaines ne se préoccupent pas du thème de la reconnaissance. Bien au contraire. L’importance croissante du thème de la reconnaissance, particulièrement perceptible dans la littérature managériale, ne signifie en rien que nous soyons actuellement sur le bon chemin pour parvenir à dépasser les situations d’avilissement, de honte et de mépris au profit de formes authentiques de reconnaissance. Au contraire, des signes indiquent que la popularité du thème de la reconnaissance est plutôt à considérer comme un symptôme de la crise liée à la tendance actuelle d’érosion des ordres institutionnalisés de reconnaissance.

2L’importance surprenante du thème de la reconnaissance s’étend jusqu’à la littérature de conseil et de gestion. Des mouvements sociaux aux couleurs, aux objectifs différents et aux accents accusateurs ne manquent pas de renvoyer à des déficits effectifs de reconnaissance. De l’autre côté, un discours de conseil et d’assistance sociale promet en toute autorité d’identifier les déficits de reconnaissance exprimés ou présumés et d’y remédier. Y a-t-il cependant, aujourd’hui, un plus grand refus de la reconnaissance dans les sociétés que par le passé ? Le fait que la reconnaissance semble, dans une certaine mesure, s’être rétrécie est sans doute autant l’expression d’une érosion des ordres établis de reconnaissance que d’un besoin croissant de reconnaissance sociale. Cependant, il ne s’agit pas ici d’un simple problème de proportion. Une manifestation de reconnaissance trop « généreuse », c’est-à-dire indifférenciée, peut justement produire l’effet inverse de son intention, en étant vécue comme une forme de mépris rabaissant.

Les causes d’un besoin accru de reconnaissance

3Le besoin croissant de reconnaissance est issu de transformations actuelles dans l’économie et dans la société, à travers lesquelles les formes coutumières de communication gratifiante perdent leur pouvoir. Ceci rend perceptibles les déficits de reconnaissance et laisse en plan des attentes de reconnaissance qui ne peuvent être satisfaites par une manifestation stéréotypée d’estime. Les processus de réduction des hiérarchies, des aspects formels et des ritualisations, que nous pouvons à juste titre saluer comme un progrès normatif, au sens d’un accroissement de l’autonomie et des possibilités de réalisation personnelle, ont un revers. On peut sans regret se débarrasser du système des ordres, des signes honorifiques, des rituels de salutations différenciés selon les positions, des hiérarchies qui se combinent au sein d’une société marquée par des rangs, pour réaliser ensuite que c’est également renoncer à certaines formes de manifestation de reconnaissance. Les titres clinquants grâce auxquels des mérites peuvent être récompensés font à présent défaut. Devenues creuses, les cérémonies de la reconnaissance laissent un vide derrière elles. Au lieu d’une simple rhétorique, nous attendons désormais une reconnaissance authentique ; mais plus l’on s’efforce de la rendre crédible au moyen de la communication, plus le danger est grand de voir cet effort interprété comme une preuve de visées manipulatrices. À cela s’ajoute le fait que le monde du travail s’est à ce point transformé que les contributions à reconnaître se sont également diversifiées, si bien que les modèles de reconnaissance standardisés n’ont plus de prise et provoquent souvent plus un sentiment d’étrangeté qu’une impression d’être vraiment apprécié pour ses propres contributions.

4La disparition des formes établies de reconnaissance communicationnelle est souvent la contrepartie des nouvelles attentes de reconnaissance. De manière paradoxale, la perte de la reconnaissance peut ainsi aller de pair avec la suppression des hiérarchies. L’horizontalisation des hiérarchies bureaucratiques traditionnelles, ou leur suppression, provoque d’une part un élargissement des possibilités de reconnaissance et de réalisation de soi, parce que les employés se voient à présent attribuer des espaces de décision et de disposition qui étaient jusqu’alors systématiquement réservés à certaines positions de direction. Mais, avec les hiérarchies, ce sont aussi, en même temps, des formes établies d’évaluation et de reconnaissance qui disparaissent. La perte d’un cadre prévisible d’évaluation et de reconnaissance est souvent vécue comme une menace et déclenche une quête continue de vérification de la reconnaissance qui n’est jamais vraiment satisfaite.

5Les ordres de reconnaissance deviennent également problématiques du fait que les contacts de face-à-face s’étiolent au sein des univers de rendement. D’un côté, la reconnaissance doit être spécifique et sans l’arbitraire d’une simple tape sur le dos, elle doit justement se rapporter à des prestations concrètes et des capacités propres aux sujets humains. D’un autre côté, cependant, une manifestation de reconnaissance compétente et précise pour les dirigeants ou les collègues est souvent difficilement possible dans les conditions d’un travail flexible dont les exigences varient. Le besoin de reconnaissance augmente justement parce que, pour les acteurs eux-mêmes, la signification concrète d’un « bon » travail a souvent perdu son caractère évident et tangible. La fierté d’avoir réalisé avec brio une tâche difficile, d’avoir ajouté un apport important à un projet collectif, d’avoir contribué à un processus de travail coopératif ou d’avoir fabriqué un produit estimé socialement, risque aujourd’hui de perdre sa base sociale parce que la visibilité des tâches est compromise et que les catégories pertinentes d’évaluation ne sont disponibles que dans des cas exceptionnels.

  • 1 Kocyba Hermann, « Reconnaissance, subjectivisation, singularité », in Travailler, n° 18, 2007, p. (...)
  • 2 Voswinkel Stephan, « L’admiration sans appréciation. Les paradoxes de la double reconnaissance du (...)
  • 3 Dröge Kai, « “Jetzt lob’ mich doch endlich mal !” – Subjektivierte Arbeit und die Fallstricke ihre (...)

6Au cours des dernières décennies s’est développée une tendance à rattacher au travail des objectifs d’épanouissement personnel, de sorte que la reconnaissance est attendue pour accomplir avec succès des objectifs de réalisation de soi. Cela renforce le problème de l’évaluation autant que celui de la communication des évaluations, parce que la reconnaissance est à présent attendue sous une forme individualisée corrélative1. De plus en plus, nous attendons moins la valorisation d’une prestation qu’une forme d’admiration pour des prestations singulières et hors du commun2. En cela, cette attente ne peut cependant être formulée ouvertement puisque, une fois que le désir de reconnaissance est explicitement articulé, cette quête de reconnaissance est alors perçue comme un indice d’une personnalité dirigée de l’extérieur et menace aussitôt de tomber dans une auto-contradiction performative. Celui qui exige expressément de la reconnaissance dément du même coup les idéaux d’autonomie et d’authenticité auxquels il se réfère pourtant à travers son exigence3.

  • 4 Frey Bruno S., Not just for the money. An economic theory of personal motivation, Cheltenham, Elga (...)

7Selon une lecture populaire largement répandue, qui se retrouve également dans la littérature de conseil en gestion d’entreprise, la reconnaissance est en règle générale très étroitement associée à l’estime et aux éloges, mais clairement distinguée de la rémunération financière. C’est précisément le fait que la reconnaissance se différencie d’un paiement en monnaie qui fait sa spécificité. Dans les faits, il y a des contextes sociaux dans lesquels la reconnaissance et la rémunération ne vont pas l’une sans l’autre, comme il y en a où une rétribution apparaîtrait comme incongrue. Il y a des prestations qu’une compensation monétaire détériore, en quelque sorte. À l’inverse, il y a aussi des situations dans lesquelles une manifestation d’estime purement symbolique et communicationnelle apparaît comme inadéquate, et dans lesquelles nous comptons sur une prime financière. Cependant, des relations de reconnaissance particulièrement intensives ne se déploient pas partout où des sommes élevées doivent être versées. Les problèmes liés à l’accroissement des attentes de reconnaissance et à l’érosion des formes de reconnaissance établies ne peuvent de toute façon pas être résolus par l’introduction de formes monétaires de rétribution des prestations. Et puis, lorsque nous comprenons la rémunération d’une aptitude comme « reconnaissance » d’une contribution, comment vérifier que le niveau de cette prime de reconnaissance soit légitime ? Il y a probablement différents facteurs dans la rétribution monétaire. Comme nous le savons tous, il faut parfois avoir recours à des tribunaux occasionnels pour clarifier si certaines sommes peuvent être véritablement considérées comme une reconnaissance financière de prestations créatrices de valeur. À l’inverse, la littérature de conseil et de management ne cesse de souligner que la reconnaissance comme stimulation de création de valeur devient efficace justement quand les incitations financières ne fonctionnent plus4.

8L’argent ne signifie pas en soi une reconnaissance. Il ne légitime une prétention de statut social que sous des conditions très spécifiques – y compris lorsque celles-ci peuvent apparaître aujourd’hui plus ou moins banales. Dans des sociétés prémodernes, ce n’était pas l’argent mais la possession des terres ou l’appartenance à une communauté de prestige (les chevaliers, les marchands ou bien les maîtres de la Sorbonne) qui assurait un rang social. Le capitalisme de parias analysé par Max Weber, qui renvoie au fond à la position des Juifs au Moyen Âge, se base justement sur le fait que disposer de l’argent ne justifie aucun statut légitime au sein de cette société. C’est seulement sous la condition d’une extraterritorialité par rapport aux corporations que les opérations financières ont pu se développer. Aujourd’hui encore, partout où l’argent abonde, la reconnaissance ne règne pas forcément en maître. Et là où l’on verse de l’argent, des déficits de reconnaissance peuvent également se manifester. Par exemple, les revenus de transfert d’argent comme l’aide sociale peuvent être des expressions de reconnaissance d’une prétention socialement légitime, mais ils ne fondent aucune estime particulière ni n’apportent la preuve de la réalité ou du caractère essentiel de leur contribution.

9On peut résumer certaines tendances en disant que, souvent, le travail salarié n’est plus une expression évidente du fait que les efforts personnels apportent véritablement une contribution importante et tangible au bien-être de la communauté dans le cadre de la division sociale du travail. Le caractère d’évidence des activités personnelles s’efface souvent dans le contexte du travail moderne davantage fondé sur la connaissance, dans lequel le résultat n’est pas le plus souvent un produit physiquement tangible, à la différence des processus de production basés sur le travail manuel. Le seul fait de la rémunération monétaire ne compense pas cette dissolution de l’expérience au regard du caractère perceptible de sa contribution individuelle. La valeur d’usage de ses propres aptitudes perd d’autant plus de sa clarté que l’on se trouve dans des contextes de relations de service. En quoi consiste sa propre contribution tangible qui pourrait justifier sa fierté devant le travail accompli ? Alors que la valeur d’usage concrète des produits personnels de l’activité laborieuse n’est plus saisissable, le sujet de la contribution créative de valeur resurgit – sans, cependant, que le problème ne soit résolu. Les critères de jugement s’effondrent lorsque la signification du « bon travail » devient insaisissable. Les problèmes de catégorisation et de standardisation gagnent alors le centre de l’attention.

  • 5 Baethge Martin, « Arbeit, Vergesellschaftung, Identität – Zur zunehmenden normativen Subjektivieru (...)

10C’est dans la mesure où il est de plus en plus difficile d’évaluer le travail en fonction de la qualité de ses résultats (et le fait que ceux-ci soient fortement dépendants du marché comme de ses propres efforts n’en est pas la dernière cause), que le travail fait son apparition dans le projet en tant que réalisation de soi. D’une part, les objectifs de réalisation de soi deviennent des attentes légitimes en vue de son propre travail5, et d’autre part, cette tendance qui va jusqu’à la rhétorique du développement et de la réalisation de soi est une réaction à la perte de clarté de ses propres performances. Si celles-ci ne peuvent plus être décrites comme des contributions tangibles à un processus social général, le seul critère d’évaluation de sa propre contribution qui reste encore disponible est alors la signification subjective de chacun. Dans ces conditions, ce n’est plus la référence à une tâche sociale, à un travail collectif effectué sur le mode de la division sociale du travail qui peut être considérée comme une ressource de légitimation mais la seule assurance qu’il s’agit d’une expression authentique de la volonté individuelle et de la formation de soi. Si, dans la fable bien connue, le renard déclarait que les raisins qui étaient hors de sa portée étaient de toute façon trop acides à son goût, nous observons aujourd’hui la variante exactement inverse : le corbeau déclare que les raisins acides qu’il est contraint de manger sont doux.

Les problèmes de la manifestation de reconnaissance

  • 6 Maiwald Kai-Olaf, « Die Liebe und der häusliche Alltag – Überlegungen zu Anerkennungsstrukturen in (...)

11La manifestation de reconnaissance a un caractère performatif. Cependant, il serait peu porteur de vouloir saisir sa spécificité selon une typologie des actes de langage. Kai-Olaf Maiwald parle d’une « reconnaissance fonctionnelle » (fungierende Anerkennung) stockée dans les structures d’interaction6. Quand bien même il serait erroné de concevoir la reconnaissance comme le résultat d’un type d’actes de langage caractérisables de manière formelle, elle doit néanmoins être concevable sur un plan communicationnel. La communication de la reconnaissance peut d’ailleurs échouer. La reconnaissance n’est pas un acte monologique. Le partenaire ne veut pas être simplement reconnu par quiconque, mais il veut l’être par une personne concrète ou par un groupe de personnes, par exemple celui qui jouit d’une certaine position. De son côté, cette attente de reconnaissance incarne déjà, en soi, une forme de manifestation de reconnaissance.

12Puisque, selon la littérature managériale, la reconnaissance n’est pas seulement attendue et désirée socialement mais possède également un pouvoir de motivation et d’orientation du comportement, le problème de la manifestation de reconnaissance qui s’autodément fait son apparition : les manifestations de reconnaissance apparaissent de mauvaise foi et avant tout motivées stratégiquement lorsque des « philosophies d’entreprise » actuelles proclament que « celui qui sème la reconnaissance récolte la performance ». Ici, la manifestation de la reconnaissance n’apparaît plus comme la manifestation d’une estime particulière mais comme une tentative de manipuler le comportement productif des employés sans offrir de rémunération matérielle.

  • 7 Elster Jon, Sour Grapes. Studies in the Subversion of Rationality, Cambridge / UK, Cambridge Unive (...)
  • 8 Veyne Paul, Le Pain et le Cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique, Paris, Éditions (...)
  • 9 Dröge Kai, « “Jetzt lob’ mich doch endlich mal !” – Subjektivierte Arbeit und die Fallstricke ihre (...)

13Comme dans le cas de l’évergète antique analysé par Jon Elster7 à la suite de Paul Veyne8, qui aspire à l’influence politique comme bienfaiteur public et doit, pour cela, donner l’impression d’une générosité désintéressée, dans le cas d’une manifestation de reconnaissance authentique, il y a l’exigence d’une action dont les conditions de réussite sont apparemment liées au fait de ne pas pouvoir apparaître comme le résultat planifié d’un acte intentionnel, c’est-à-dire comme un acte motivé par le calcul stratégique. Un problème complémentaire apparaissant en quelque sorte en miroir se manifeste lorsque l’attente de reconnaissance ne peut être formulée parce que toute manifestation explicite de cette attente serait alors incompatible avec les idéaux d’authenticité et de développement de soi9.

  • 10 Honneth Axel, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

14À côté de ce problème du démenti performatif de la manifestation explicite de reconnaissance, apparaît le problème d’un éventuel mismatch catégoriel dans le cas d’une collision entre différents ordres de reconnaissance, ou plus précisément, entre des attentes de reconnaissance conflictuelles. Il ne s’agit pas seulement du cas comparativement banal dans lequel différentes sphères irréductibles de reconnaissance entrent en jeu : ni l’amour sans retenue ni une estime exprimée en termes économiques à l’égard de nos contributions ne nous offrent un succédané de reconnaissance juridique – nous aimerions également pouvoir réclamer des droits dans le cas où un partenaire mésestime nos prestations ou dans celui où un partenaire est dépourvu de sentiment amoureux. Mais en faisant complètement abstraction des différences fondamentales entre les sphères de l’amour, du droit et du travail10, il peut aussi y avoir des problèmes de compatibilité à l’intérieur d’une sphère lorsque, par exemple, le moment, le pourquoi ou le mode de reconnaissance sont vécus comme inappropriés, voire même offensants. Kierkegaard analyse comment l’échec de manifestation de reconnaissance finit par avoir un effet inverse en examinant l’exemple des théologiens et des employés de paroisse de son temps qui louaient l’apôtre Paul comme un orateur charismatique ou comme un écrivain génial et croyaient ainsi l’honorer – bien que cela fut faux.

15La reconnaissance au sens de l’estime présuppose le rapport à des normes et des valeurs communes. En même temps, ici, à la différence du cas de l’amour ou de la reconnaissance légale, une attribution de reconnaissance différenciée n’est pas seulement légitime mais aussi constitutive. Si l’on voulait résoudre le problème lié à l’attente d’une reconnaissance différenciée par des manifestations de reconnaissance indifférentes, portant sur tout et destinées à tous, cela serait interprété comme un préjudice à des attentes légitimes de reconnaissance spécifiques adaptées à des sphères différentes. La reconnaissance d’une contribution doit savoir en estimer la particularité. Si cela échoue, alors le mismatch apparaît souvent comme la preuve d’une manifestation de reconnaissance insincère, guidée par des motifs purement stratégiques. Souvent, la communication de la reconnaissance, c’est-à-dire la formulation langagière de l’estime et de la reconnaissance, n’est pas une résolution de conflits mais plutôt une scène permettant leur développement – contrairement à ce que la littérature managériale s’imagine souvent. En effet, il n’est pas rare de constater que nous ne partageons pas avec les autres les critères et les fruits de nos évaluations. Même lorsque nous partageons ces critères, il est évident que, normalement, nous jugeons aussi l’évaluation par les autres. Cela se manifeste par exemple de manière évidente lorsque le jugement d’une certaine personne nous est particulièrement important. Dans les processus de manifestation de la reconnaissance, il n’est pas rare de faire l’expérience de la divergence entre l’estime que nous avons de nous-mêmes et l’évaluation de notre personne et de notre action par les autres. Les critères évaluatifs sont aussi différents les uns des autres que le sont les procédures d’attribution. Et nous devons nous-mêmes réagir face à ces différences internes d’un jugement différencié. La reconnaissance renvoie ainsi à un jeu complexe entre une multitude d’acteurs impliqués.

  • 11 Honneth Axel, La Réification. Petit traité de Théorie pratique, Paris, Gallimard, 2007.

16Selon sa structure, la manifestation de reconnaissance est réflexive et s’opère entre des sujets qui se reconnaissent mutuellement : la lutte pour la reconnaissance, qui est tout aussi virulente, a pour objet des attentes concrètes de reconnaissance envers des formats déterminés de communication de la reconnaissance. En cela, il ne s’agit pas de la constellation brute du passage de la conscience à la conscience de soi analysée par Hegel dans la Phénoménologie de l’esprit. Nous pouvons d’ores et déjà partir du principe que le sujet se réfère à l’autre sujet non pas à la manière dont il se réfère à un objet qu’il chercherait (heureusement en vain) ensuite à objectiver. Il s’agit toujours d’emblée d’une relation avec un partenaire, d’un lien mutuel enchâssé dans une multiplicité d’interactions sociales. Dans les relations de reconnaissance, un sujet rencontre un autre sujet et reconnaît par là même qu’il veut de son côté être reconnu par lui. La reconnaissance signifie ainsi la reconnaissance à travers quelqu’un que nous reconnaissons nous-mêmes comme source de reconnaissance. En ce sens, la reconnaissance par quelqu’un qui ne serait pas reconnu comme une instance de reconnaissance ne serait pas une reconnaissance. Lorsque nous considérons plus précisément l’entrecroisement complexe et l’imbrication des relations sociales de reconnaissance, alors nous tombons sur des modèles de relations de reconnaissance asymétriques au sein desquelles la reconnaissance ne présente guère de structure réciproque : nous reconnaissons quelqu’un qui ne cherche pas une reconnaissance de notre part mais qui entend plutôt être reconnu par un autre groupe de référence (son supérieur, le groupe, ses anciens camarades, etc.). À l’inverse, nous pouvons tout à fait ne pas être animés par un besoin de reconnaissance dans notre comportement face à un groupe social spécifique parce que c’est ailleurs que nous attendons la reconnaissance pertinente pour notre identité sociale. Si des interactions peuvent ainsi renoncer à la reconnaissance réciproque en lien avec des groupes particuliers – et non sur le plan de la société dans son ensemble –, cela montre que, dans des cas empiriques isolés, la reconnaissance, dont le caractère constitutif est souligné du point de vue de la théorie sociale, n’offre en elle-même aucune garantie contre des formes crues d’« oubli de la reconnaissance11 ». Là où des ordres sociaux sont guidés par le principe oderint dum metuant, il ne s’agit pas – en dépit de la crainte du maître – de relations de reconnaissance réciproques puisque le complément structurel de la peur de l’esclave envers son maître fait défaut du côté du maître.

17La reconnaissance est une pratique et une communication. Elle n’est pas un acte interne, in foro interno. Mais la manifestation verbale « je te reconnais » n’est pas un acte valide de reconnaissance. Ici ne se pose pas seulement le problème de la sincérité et de l’authenticité de la manifestation de reconnaissance, qui apparaît avant tout progressivement lorsque naît l’impression que les éloges formulés sont avant tout motivés de manière stratégique. La reconnaissance doit chaque fois être vécue comme appropriée à la situation. Elle peut aussi arriver trop tard, elle peut venir du mauvais côté, elle peut être adressée de manière erronée, elle peut négliger l’aspect le plus important qui confère sa spécificité à une prestation, elle peut se produire par le mauvais médium et sur un mode erroné, elle peut être mal dimensionnée. La réussite de la reconnaissance dépend des attentes de reconnaissance établies, des orientations normatives et des principes de légitimation communs.

La reconnaissance comme management de la réputation ?

18C’est ici qu’apparaît le problème de la gestion et de la représentation de soi ainsi que de la réputation. Lorsque se dissout l’évidence de ce qu’est un « bon travail », lorsque les hiérarchies sociales et les changements de statut peuvent de moins en moins recourir à des rituels de reconnaissance établis, lorsque la réussite ne signifie progressivement plus rien d’autre que le succès sur le marché, ou lorsque la reconnaissance et la réciprocité se basent de moins en moins sur des rencontres sociales concrètes et répétées, alors les intermédiaires sociaux prennent une signification particulière. Les rating agencies, les audits et autres instances de certification, les procédés de monitoring et de visualisation tentent de différentes manières de prendre la place laissée vacante par les rituels de reconnaissance propres à une société marquée par des ordres. La réputation, les images de marque, la culture d’entreprise et la corporate identity servent toutes sans exception à la construction de la confiance dans les conditions d’une anonymisation croissante. Ainsi, les marchés ne pourraient pas fonctionner sans la reconnaissance au sens de la réputation et de la confiance.

  • 12 Polanyi Karl, The Great Transformation: The political and economic origins of our time, Boston, Be (...)
  • 13 Voir Voswinkel Stephan, Ein anerkennungstheoretischer Ansatz für die Wirtschaftssoziologie (Vortra (...)
  • 14 Karpik Lucien, L’Économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.

19Alors que les marchés peuvent être décrits selon Polanyi12 comme des organisations dans lesquelles les transactions économiques sont détachées d’un ancrage dans des relations de reconnaissance fondées sur des normes, un examen approfondi fait clairement apparaître que ces marchés arrachés à la morale présupposent de leur côté des cadres normatifs effectifs. Les relations de reconnaissance prennent ainsi une nouvelle signification pour la sphère de l’économie prétendument exempte de reconnaissance13. Et quand il s’agit d’une « économie de la singularité14 », une économie de la qualité qui consiste en la tentative d’identifier des qualités en termes de singularité, d’originalité ou de personnalisation d’une individualité conquise, on assiste au déploiement de processus d’évaluation très complexes. Ceux-ci se basent sur des informations et des savoirs complexes qui ne se laissent pas réduire au prix. Dans la recherche du bon produit, du grand vin, de la mise en scène la plus épatante de Wagner ou de Verdi, il ne s’agit pas d’une simple concurrence des prix. De même, la délégation des processus d’évaluation au guide Michelin, aux critiques littéraires, aux experts artistiques et à d’autres instances, suppose encore que nous croyons pouvoir, du moins en principe, juger de la compétence par l’intermédiaire de la réputation concernée et de la justesse de la confiance que nous lui accordons. Ainsi la reconnaissance et l’évaluation deviennent une partie de la compétence de l’agent économique. Toutefois, le présupposé de l’économie classique selon lequel chaque agent économique connaîtrait les prix et les utilités de chaque marchandise allait déjà à l’encontre des faits. Mais aujourd’hui, dans les conditions des marchés qui ne sont plus (seulement) gouvernés par les prix, des expertises de plus en plus complexes deviennent nécessaires de même que la capacité d’articuler des évaluations et des estimations subjectives.

20Le fonctionnement des intermédiaires de réputation présuppose l’acceptation de valeurs et de normes communes. L’instance d’intermédiation doit elle aussi être reconnue – indépendamment du fait qu’il s’agisse de Schufa, de la liste des bestsellers du Spiegel, du guide Michelin ou d’une association testant les produits. En cela, cette reconnaissance de l’instance intermédiaire de reconnaissance prend différents traits selon le domaine en question. Celles et ceux pour qui le guide Michelin est trop conservateur, ont la possibilité de se tourner vers le Gault-Millau, celles et ceux auxquels le jugement de Parker sur les vins ne convient pas, ont d’autres systèmes d’évaluation à disposition.

21En revanche, celles et ceux à qui un procédé standard de test de solvabilité ou de credit scoring ne convient pas, n’ont que très rarement la chance de pouvoir opter pour un autre procédé. De même, quand nous ne considérons pas les critères d’évaluation de base comme convaincants, nous n’avons souvent aucune chance de pouvoir faire valoir nos convictions normatives et nos critères d’évaluation. Nous ne sommes pas vraiment libres de décider du choix des critères d’évaluation que nous voulons reconnaître. Lorsque nous voulons être reconnus dans le cadre de certaines professions, communautés ou réseaux, lorsque nous accordons de la valeur à l’appartenance ou aux chances d’accès, ou encore lorsque nous avons besoin d’un crédit, nous devons être en principe prêts à endosser certaines valeurs et certains critères de base ou, du moins, à nous y soumettre.

22Cette sorte de reconnaissance qui s’incarne dans des appartenances, des affiliations et des chances de participation, est souvent mise de côté parce qu’elle n’est pas considérée comme une institutionnalisation d’ordres de reconnaissance mais plutôt – et à juste titre – comme le point de départ d’un vécu de l’aliénation et du mépris. La littérature de conseil sur la reconnaissance, qui met souvent simplement sur le même plan la reconnaissance et l’éloge, est aveugle à cette réalité et ne prend en compte que ces formes de reconnaissance qui s’adressent à nous en tant que personnes concrètes. L’analyse dissimule ainsi les dispositifs normatifs institutionnels qui continuent comme auparavant d’imprégner de manière décisive notre existence sociale. Dans le cas de l’individualisation des attentes de reconnaissance, il s’agit en même temps d’un problème non seulement lié à une perspective simplifiée, mais aussi issu des rapports sociaux – comme nous l’avons rapidement indiqué plus haut. Alors que le marché, comme la reconnaissance légale et les rôles fonctionnels au sein des bureaucraties organisées sur le mode de la division du travail, exclut systématiquement les sympathies et les antipathies personnelles, les propriétés relatives à la personne sont ainsi largement mises entre parenthèses, mais se caractérisent cependant souvent aujourd’hui par la référence à l’individualité et la singularité, déclenchant ainsi dans bien des cas, une dynamique de conflits de reconnaissance qui, à défaut de les éclairer de manière critique, masque les effets de la domination des processus de catégorisation rendus anonymes.

Une reconnaissance standardisée ?

23Les problèmes de reconnaissance, nous l’avons vu, ne consistent pas seulement en une privation de la reconnaissance, un refus de l’éloge ou une absence de manifestation de reconnaissance : ils consistent aussi dans le fait que les manifestations de reconnaissance sont vues comme motivées stratégiquement ou encore dans le fait qu’elles sont perçues comme mal adressées et comme inappropriées d’un point de vue catégorial. Pour une bonne part, elles consistent – et cela complète l’image d’une subjectivation et d’une singularisation des attentes de reconnaissance – dans le fait que nous sommes embrigadés dans des mécanismes sociaux d’évaluation et de catégorisation qui fixent largement la manière dont nous pouvons apparaître socialement, déterminent les ressources auxquelles nous pouvons recourir ainsi que la manière dont nous nous voyons dans les yeux des autres. Il ne s’agit pas en cela d’évaluations à travers des partenaires concrets, avec lesquels nous entretenons des relations de réciprocité dont nous pouvons faire l’expérience, mais souvent simplement de mécanismes rendus anonymes, dont les procédures nous affectent sans que nous puissions éviter d’être soumis à leurs évaluations ou, à l’inverse, sans que nous puissions, de notre côté, en faire l’objet d’une reconnaissance différenciée. Et même dans le cas où une évaluation à notre avantage se produit, nous ne pouvons la comprendre comme une confirmation pertinente à la lumière des normes sociales de reconnaissance.

24Dans la mesure où notre positionnement dans l’espace social est le résultat de mécanismes anonymisés et anonymisants de catégorisation et d’évaluation, les effets de reconnaissance générés par ce biais ne sont pas l’expression d’une réciprocité sociale vécue mais d’une coordination de l’action rendue à la morale à des seules fins stratégiques et dans laquelle il ne s’agit pas d’une relation de reconnaissance réciproque mais uniquement d’une sorte d’octroi évaluatif. Aussi bien dans le cas d’attentes de reconnaissance singularisées et individualisées jusqu’au paradoxe communicationnel, que dans le cas opposé de processus d’évaluation standardisés et normalisés, une monadologie sociale se substitue aux relations sociales de réciprocité et ne tient compte de la perspective complémentaire du partenaire que sur la base calculatrice du dilemme du prisonnier. Il s’agit ici de mécanismes de classification sociale responsables de notre positionnement dans l’espace social, d’ordres de reconnaissance effectifs d’un point de vue normatif, mais en même temps unilatéralisants et monologiques, auxquels ne correspondent aucune expérience de reconnaissance subjective liée à des actions et des efforts propres, qui sont au contraire largement déconnectés des relations et des ancrages du monde vécu. Le problème ne se situe pas seulement dans un dossier Schufa défavorable, qui peut avoir des effets dramatiques sur nos possibilités d’action sociale, mais aussi dans le cas d’une appréciation favorable que nous comprenons comme un refus d’informations négatives et non pas comme une approbation sociale ou comme l’indice d’une participation sociale pertinente. Cette sphère des processus anonymes de classification est une arène importante des luttes et des querelles ordinaires – précisément parce qu’elle n’est généralement pas perçue comme politique.

25Dans la mesure où le succès perd sa signification constitutive d’identité dans ces sphères de reconnaissance devenues abstraites, les conflits autour du pourquoi de la reconnaissance, autour de la singularité, de la dissemblance et de la personnalité du destinataire perdent leur sens. Le paradoxe réside ici dans le fait que ces contributions ne sont pas évaluables de manière standardisée, alors même que cette dissolution des critères d’évaluation émerge, justement, sur fond d’exigences accrues de définition et de spécification des critères. Lorsque des échelles de mesure ne sont plus disponibles, la solution ne peut plus être anything goes ou « je suis ok, tu es ok ». Comme nous l’avons vu précédemment, cette échelle fait justement défaut à l’exigence d’une reconnaissance individualisée et individualisante qui demeure toutefois non formulable. Ceci explique la signification croissante que prennent des formes spécifiques de figuration et d’examen de soi. Si, toutefois, la reconnaissance est effectivement constitutive pour la formation de la conscience de soi et de l’identité, alors il ne peut s’agir uniquement de formes de reconnaissance et d’évaluation algorithmiques à travers des procédés de rating et de scoring dans lesquels la réciprocité et la réflexivité sont largement suspendues et auxquels nous sommes livrés de manière plus ou moins passive. Si ce procédé d’une manifestation objectivante de la reconnaissance ignore l’intégration du sujet prétendument passif dans une relation sociale réciproque, alors l’individualisation radicale d’attentes de reconnaissance menace à l’inverse d’ignorer son rapport constitutif à des valeurs communes qui prennent sens de manière controversée.

  • 15 Voir Ricœur Paul, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004.

26Dans un sens très éloigné, la reconnaissance signifie aussi largement le processus cognitif par lequel nous identifions quelque chose en établissant ainsi un espace du comparable et du différent15. Cependant, la reconnaissance dans un sens normatif ne saurait consister dans le simple fait d’une traduction des résultats de tels exercices de schématisation cognitifs dans un modèle d’évaluation normatif. La reconnaissance au sein d’ordres de classification et d’évaluation objectivants et réifiants se réfère à des sphères dans lesquelles nous ne sommes que des objets de processus de classification, ou à des sphères dans lesquelles nous utilisons nos algorithmes préalables de jugement. À la place des relations de reconnaissance réciproque apparaissent des processus d’interaction sociale dans lesquels cette réciprocité est suspendue et où la reconnaissance est, en fin de compte, conçue de manière raccourcie selon le modèle de la connaissance d’un objet. À travers des stratégies sociales et techniques comme le management manipulatoire de la réputation, les constructions de classifications écartent toute possibilité de réciprocité des relations. C’est ainsi que naissent de nouvelles formes institutionnelles d’une prétendue communication de reconnaissance, dans lesquelles il ne s’agit absolument pas de reconnaissance mais de catégorisation.

27À l’heure actuelle, sur fond d’une perte de la légitimité et de la fonction des formes traditionnelles de relations de reconnaissance, les attentes comme les formes de manifestation de reconnaissance s’entremêlent dans des paradoxes communicationnels. C’est justement lorsqu’une reconnaissance « authentique », guidée par l’idéal de sincérité individuelle et de bonne foi, doit apparaître à la place de rituels institutionnalisés de reconnaissance qu’apparaît le danger que des attentes et des manifestations de reconnaissance ne puissent être communiquées à moins que leurs caractères de mutualité et de réciprocité soient abandonnés : lorsque la communication des attentes aussi bien que des manifestations de reconnaissance menace elle-même de démentir ses propres intentions, la relation entre communication et reconnaissance apparaît comme un rapport d’opposition. La reconnaissance réduite à des opérations de classification standardisées ne semble fonctionner comme pratique communicative que lorsqu’elle abandonne sa prétention de réciprocité.

28À côté des phénomènes de mépris ouvert, de refus d’estime et de manipulation rhétorique de la reconnaissance, l’examen des conflits sociétaux de reconnaissance a aussi pour thème les problèmes de catégorisation sociale qui émanent de ruptures des formes institutionnellement établies de communication de la reconnaissance. Ces dernières se manifestent, d’une part, par des tendances à l’individualisation des attentes de reconnaissance et par les paradoxes communicationnels qui en découlent et, d’autre part, par ce mécanisme de catégorisation dépouillé de réciprocité sociale et de réflexivité. Aujourd’hui, les paradoxes de la communication institutionnalisée de la reconnaissance s’imposent en particulier là où la dissolution des problèmes classiques de reconnaissance, sans abroger certes les mécanismes de classification et de catégorisation sociale, détruit leur caractère réflexif et réciproque.

29Institut für Sozialforschung, Frankfurt am Main

Notes

1 Kocyba Hermann, « Reconnaissance, subjectivisation, singularité », in Travailler, n° 18, 2007, p. 103-118.

2 Voswinkel Stephan, « L’admiration sans appréciation. Les paradoxes de la double reconnaissance du travail subjectivisé », in Travailler, n° 18, 2007, op. cit., p. 59-87.

3 Dröge Kai, « “Jetzt lob’ mich doch endlich mal !” – Subjektivierte Arbeit und die Fallstricke ihrer Anerkennung », in Die Gesellschaft als « institutionalisierte Anerkennungsordnung », Wimbauer Christine, Henninger Annette, Gottwald Markus (dir.), Opladen, Barbara Budrich, 2007, p. 97-117.

4 Frey Bruno S., Not just for the money. An economic theory of personal motivation, Cheltenham, Elgar, 1997.

5 Baethge Martin, « Arbeit, Vergesellschaftung, Identität – Zur zunehmenden normativen Subjektivierung der Arbeit », in Soziale Welt, n° 42 (1), 1991, p. 6-20.

6 Maiwald Kai-Olaf, « Die Liebe und der häusliche Alltag – Überlegungen zu Anerkennungsstrukturen in Paarbeziehungen », in Die Gesellschaft als « institutionalisierte Anerkennungsordnung », Wimbauer Christine, Henninger Annette, Gottwald Markus (dir.), Opladen, Barbara Budrich, 2007, p. 69-95, à la page 70.

7 Elster Jon, Sour Grapes. Studies in the Subversion of Rationality, Cambridge / UK, Cambridge University Press, 1983.

8 Veyne Paul, Le Pain et le Cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique, Paris, Éditions du Seuil, 1976.

9 Dröge Kai, « “Jetzt lob’ mich doch endlich mal !” – Subjektivierte Arbeit und die Fallstricke ihrer Anerkennung », op. cit.

10 Honneth Axel, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

11 Honneth Axel, La Réification. Petit traité de Théorie pratique, Paris, Gallimard, 2007.

12 Polanyi Karl, The Great Transformation: The political and economic origins of our time, Boston, Beacon Press, 2001.

13 Voir Voswinkel Stephan, Ein anerkennungstheoretischer Ansatz für die Wirtschaftssoziologie (Vortragsmanuskript), Frankfurt, 2008.

14 Karpik Lucien, L’Économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.

15 Voir Ricœur Paul, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004.

Auteur

Institut für Sozialforschung, Frankfurt am Main

Olivier Voirol (Traducteur)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540