Version classiqueVersion mobile

Le travail : activité productive et ordre social

 | 
François Vatin

Bibliographie indicative commentée

Texte intégral

Pour l’ensemble de l’ouvrage, on pourra se reporter à :

Thierry Pillon et François Vatin, Traité de sociologie du travail, Toulouse (2003), 2e édition 2008.

Dans ce volume de 500 pages, comportant plus de 1000 références bibliographiques, nous avons tenté une vaste synthèse sur la notion de travail et son approche sociologique. On peut circuler dans l’ouvrage grâce à un double index, des noms et des notions et à des renvois internes entre les chapitres et sous-chapitres.

Le présent opuscule a bénéficié de nos réflexions postérieures à la rédaction de ce traité. Les données relatives aux questions d’emploi ont été actualisées. Enfin, il a été rédigé dans l’esprit de ne donner aucune priorité à l’approche sociologique proprement dite.

1. La notion de travail dans tous ses états

1.1 Le mot et le concept de « travail » : les pièges de l’étymologie

Pierre Bouvier, Le Travail, Paris, PUF, 1991, 2e édition, 1994.

Un « Que-sais-je » à l’approche large. Disponible uniquement d’occasion ou en version électronique, car remplacé dans le catalogue de l’éditeur, sous le même titre, par un ouvrage de Dominique Méda.

Dominique Meda, Le Travail, Paris, PUF, 2010 et Le Travail, une valeur en voie de disparition ? Paris, Aubier, 1995, nouvelle édition enrichie, Champs, 2010.

Philosophe, sociologue, haut-fonctionnaire, Dominique Méda s’est fait connaître en 1995 par un ouvrage qui propose une vaste synthèse historique de la notion de travail. Sa réflexion repose sur une définition historicisée de la notion de travail qui tend à l’assimiler à celle de salariat, contrairement à la thèse défendue ici. Son propos est articulé à une critique politique du caractère trop hégémonique à son sens du travail dans la société contemporaine et à un appel à une libération de la contrainte de travail au bénéfice du développement des loisirs et de la vie sociale collective.

Hanna Arendt, Condition de l’homme moderne (1958), Paris, Agora, 2001.

Cet ouvrage de la philosophe allemande, disciple de Martin Heidegger alimente toute la critique du travail contemporaine, notamment celle de Dominique Méda. Référence incontournable, clairement en opposition avec la thèse défendue ici.

François Vatin, Le Travail et ses valeurs, Paris, Albin Michel, 2008.

Dans cet ouvrage, nous avons proposé une généalogie de la notion de travail, en rupture avec celles citées ci-dessus. Nous avons fait place notamment à l’approche de cette notion par les sciences de la nature et à la dimension technique de l’activité productive, ce qui nous a conduit aussi à penser dans d’autres termes les enjeux sociaux contemporains. L’enjeu serait moins de libérer les hommes du travail que de repenser la notion même de travail, devenue obscure en raison des transformations des formes productives.

1.2 Activité de travail et organisation sociale : contrainte productive et contrainte salariale

Adam Smith, Essai sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Paris, Garnier-Flammarion, 1991.

Karl Marx, Le Capital, livre 1 (1867-1883), nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, PUF 1993.

On ne saurait mieux faire que de lire (au moins) les cent premières pages de ces deux ouvrages majeurs de la pensée moderne.

1.3 Le travail vu par les sciences de la nature : de la physique à l’ergonomie

François Vatin, Le Travail. Économie et physique (1780-1830), Paris, PUF, 1993.

François Vatin, Le Travail, sciences et société, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1999.

François Vatin, Le Travail et ses valeurs, Paris, Albin Michel, 2008,

On nous excusera de citer ici exclusivement nos propres travaux. Le premier ouvrage expose en termes aussi simple que possible le concept de « travail » en mécanique pour en montrer la connexité avec la théorie économique. Dans la première partie du second ouvrage, on pourra suivre le cheminement scientifique qui mène de cette notion mécanique à une approche physiologique, puis psychologique de la notion de travail. Le troisième ouvrage propose une synthèse de l’ensemble de cette histoire conceptuelle.

1.4 Le travail est-il une marchandise ? Economie et sociologie

Karl Polanyi, La Grande transformation (1944), Paris, Gallimard, « Tel », 2009.

Ce grand ouvrage de l’anthropologue américain d’origine hongroise développe une histoire de l’Angleterre depuis le xviie siècle qui vise à montrer l’emprise croissante du marché sur la société et notamment sur le travail, réduit au rang de marchandise.

Mark Granovetter, Sociologie économique, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

À défaut de l’ouvrage de référence de ce sociologue américain sur le marché du travail non-traduit en français (Getting a Job, Chicago, University of Chicago Press, 1974), on lira les articles consacré au marché du travail dans ce recueil. Granovetter a reformulé la critique polanyienne du travail-marchandise en s’appuyant sur la notion de « réseau ». Il montre que ce que l’on appelle communément « marché du travail » ne correspond que très partiellement à un marché, puisqu’il repose pour une large part sur des liens sociaux préalables.

François Vatin, « Le travail-marchandise. Une fiction aliénante et émancipatrice », Problèmes économiques, n° 3 hors-série, février 2013 « Comprendre le marché du travail ».

Dans cet article, nous avons tenté une synthèse pédagogique de la question. On lira avec profit l’ensemble de ce numéro.

Anne Perrot, Les Nouvelles théories du marché du travail, Paris, La Découverte, 1992.

Petit ouvrage très pédagogique pour comprendre les développements contemporains de la théorie économique « standard » du marché du travail.

2. Saisir l’activité productive

2.1 Technique et travail

Marcel Mauss, Techniques, technologie et civilisation, Paris, PUF, 2012.

Un recueil de l’ensemble des articles sur la technique du sociologue français avec une excellente introduction de Nathan Schlanger.

Jacques Lafitte, Réflexions sur la science des machines (1932), Paris, Vrin, 1972.

Un petit ouvrage suggestif d’un ingénieur, qui établit les principes d’une science naturelle des machines qu’il dénomme « mécanologie ».

André Leroi-Gourhan, Le Geste et la parole (1964), Paris, Albin Michel, 2 vol., 1998.

Une grande fresque sur l’hominisation pensée sous le registre de la technicité par le fondateur de la tradition française d’anthropologie technique. Ouvrage daté mais toujours passionnant.

Jean-Pierre Séris, La Technique, Paris, PUF, 1994.

Ouvrage didactique d’un philosophe qui présente de façon précise les débats sur la valeur sociale de la technique, sans cacher sa critique de la technophobie.

Nicolas Dodier, L’Homme et la machine, Paris, Métailié, 1996.

Une étude contemporaine de sociologie du travail qui saisit le travail comme activité technicienne.

2.2 Division et organisation du travail

Jules Michelet, Le Peuple (1846), Paris, Flammarion, « GF », 1992.

Un petit ouvrage suggestif du grand historien romantique français, où celui-ci critique le règne du « machinisme » deshumanisant.

Émile Durkheim, De la division du travail social (1893), Paris, PUF, 2013.

La thèse du fondateur de l’école sociologique française. Mérite d’être consulté, même si la forme n’en est pas très attrayante.

Frederik Winslow Taylor, « La direction des ateliers » (1903), in Français Vatin, Organisation du travail et économie des entreprises, Paris, éd. d’Organisation, 1990.

La seule édition récente en français du texte de référence de l’ingénieur américain ; malheureusement épuisée en librairie.

Georges Friedmann, Le Travail en miettes (1956), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2012.

L’ouvrage le plus célèbre du fondateur de la sociologie du travail française. Une critique de la deshumanisation du travail moderne d’inspiration taylorienne.

Everett Hughes, Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

Un recueil passionnant de textes du sociologue interactionniste américain ; la première partie regroupe des textes datant des années 1950-1970 portant sur le travail et sa division sociale.

Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998.

Un manuel clair présentant les traditions anglo-saxonnes de sociologie des professions et les récents travaux français dans cette orientation.

Jean-Daniel Reynaud, Les Règles du jeu, Paris, Armand Colin, 1989.

Une analyse de la combinaison entre les règles formelles et les arrangements informels qui assure le fonctionnement des organisations de travail.

2.3 L’automation et la société post-industrielle

John Diebold, Automation. The Advent of the Automatic Factory, New York, Van Nostrand, 1952 ; traduction française : Automatisme. Vers l’usine automatique, Paris, Dunod, 1957.

L’ouvrage qui a promu le thème de l’automation aux États-Unis et dans le monde.

Pierre Naville, Vers l’automatisme social ? Paris, Gallimard, 1963.

Une étude sociologique datée et pourtant indépassée pour saisir les enjeux du travail dans le contexte de l’automatisation productive.

François Vatin, La Fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincskieck, 1987.

Mon étude dans le prolongement des travaux de Pierre Naville qui met l’accent sur le modèle des grandes « industries de flux » (raffinage pétrolier, grande industrie chimique, etc.)

Benjamin Coriat, Penser à l’envers : travail et organisation dans l’industrie japonaise, Paris, Christian Bourgois, 1991.

Un ouvrage qui analyse la diffusion des méthodes japonaises d’organisation (« flux tendus ») du travail dans les industries de construction métallurgique.

Alain Chenu, Sociologie des employés, Paris, La Découverte, 2005.

Un petit livre qui étudie l’emploi, mais aussi le travail de la catégorie floue des « employés ». Permet de saisir les enjeux de la tertiarisation de l’emploi en France.

2.4 Images du travail : peinture, littérature, cinéma

On recommande la lecture de trois beaux ouvrages sur le travail au xxe siècle :

Georges Navel, Travaux (1945), Paris, Folio.

Robert Linhart, L’Établi (1978), Paris, Les Éditions de Minuit.

Primo Levi, La Clé à molette (1978), Paris, 10-18.

Pour la peinture, on recommande de consulter le site des Musées nationaux : « L’histoire par l’image » : http://www.histoire-image.org

On y trouvera une riche iconographie accessible via un index. Consulter notamment les entrées : banlieue, électricité, futurisme, gare, monde ouvrier, ouvrier, petits métiers, Révolution industrielle, sidérurgie, socialisme, syndicalisme, tissage, travail agricole, usine.

Sur la représentation du travail au cinéma, on trouvera un article de synthèses :

Nicolas Hatzfeld, Gwenaële Rot et Alain Michel, « Le travail au cinéma. Un réapprentissage de la curiosité sociale », Esprit, juillet 2006, p. 1-26.

3. Le travail et l’ordre social

3.1 Les statuts sociaux du travail dans l’histoire

II n’y a pas à notre connaissance d’ouvrages de synthèse disponibles sur ce thème. On citera :

Robert Fossier, Le Travail au moyen-âge, Paris, Hachette, 2012. Une synthèse utile, mais qui reste descriptive.

Caroline Oudin-Bastide, Travail, capitalisme et société. Esclavagiste en Guadeloupe et Martinique, Paris, La Découverte, 2005.

Un ouvrage à la fois vivant et réflexif pour comprendre la logique du travail esclavagiste à l’époque moderne.

Yann Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998.

On cite pour mémoire cet ouvrage touffus, mais riche de données, qui inscrit la genèse du salariat dans l’histoire des formes de travail contraint.

François Vatin, L’Espérance-monde. Essai sur l’idée de progrès à l’heure de la mondialisation, Paris, Albin Michel, 2012.

On trouvera dans la première partie de cet ouvrage une réflexion sur la genèse du salariat en Afrique qui ouvre à la question de la mondialisation.

3.2 L’invention du salariat et le droit du travail moderne

François Vatin (dir.), Le Salariat. Théorie, histoire, formes, Paris, La Dispute, 2007.

Un ensemble d’articles sur la notion de salariat et ses transformations contemporaines.

Alain Supiot, Critique du droit du travail (1994), Paris, PUF, 2007.

Une magistrale étude, régulièrement réédité, présentant le droit du travail dans une perspective socio-juridique.

3.3 Emplois et emploi

Olivier Marchand et Claude Thélot, Le Travail en France (1800-2000), Paris, Nathan, 1997.

Cet ouvrage tente de construire des séries statistiques de très longues périodes sur le travail et l’emploi en France. L’exercice n’est pas sans risque, mais permet de mettre en évidence quelques grandes mutations de la société salariale.

Pour le reste, on se reportera au site de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) : www.insee.fr où l’on trouvera de nombreuses données statistiques sous forme de tableaux et de graphiques ainsi que des analyses sur l’évolution de l’emploi en France. Un moteur de recherche permet d’effectuer des recherches sur l’ensemble de la base de données.

3.4 Chômage et crise de la société salariale

Jacques Freyssinet, Le Chômage (1984), Paris, La Découverte, 2004.

Un petit ouvrage très clair, régulièrement réédité depuis vingt ans, qui expose le concept de chômage du point de vue des théories économiques et les problèmes de sa mesure statistique.

Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud, L’Invention du chômage, Paris, PUF, 1986.

Un ouvrage classique qui permet de comprendre comment la notion de chômage a été construite par les administrateurs et les statisticiens et le lien qu’elle entretient avec les fondements mêmes de la société salariale.

Didier Demazière, Sociologie des chômeurs, Paris, La Découverte, 2006.

En complément de celui de Jacques Freyssinet, cet ouvrage fait la synthèse des travaux de sociographie du chômage.

Paul Lazarfeld, Marie Jahoda, Hans Zeisel, Les Chômeurs de Marienthal (1931), Paris, Les Éditions de Minuit.

Une étude sociologique historique sur une population de chômeurs pendant la grande crise en Autriche.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search