Version classiqueVersion mobile

Le travail : activité productive et ordre social

 | 
François Vatin

Saisir l’activité productive

Texte intégral

2.1. Technique et travail

1Nous avons vu comment Marx s’opposait à Smith dans sa conception philosophique du travail. Avant d’être l’objet d’un échange social, le travail est d’abord, pour Marx,

  • 1 Karl Marx, Le Capital, livre 1 (1867-1883), nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre, P (...)

un procès qui se passe entre l’homme et la nature, un procès dans lequel l’homme règle et contrôle son métabolisme avec la nature par la médiation de sa propre action. Il se présente face à la matière naturelle comme une puissance naturelle lui-même. […] Mais en agissant sur la nature extérieure et en la modifiant par ce mouvement, il modifie aussi sa propre nature1.

2Marx invite ici à penser, en amont du concept de travail, celui de « technique ». En 1941, le sociologue et anthropologue français Marcel Mauss proposait cette définition de la technique :

  • 2 Marcel Mauss, « Les techniques et la technologie » (1941), édition annotée par F. Vatin, i (...)

On appelle technique un groupe de mouvements, d’actes, généralement et en majorité manuels, organisés et traditionnels, concourant à obtenir un but connu comme physique ou chimique ou organique2.

Il précisait :

Cette définition a pour but d’éliminer de la considération des techniques celles de la religion ou de l’art, dont les actes sont aussi souvent traditionnels et même aussi souvent techniques, mais dont le but est toujours différent du but purement matériel, et dont les moyens, même quand ils sont superposés à une technique, sont toujours différents de celle-ci. Par exemple les rituels du feu peuvent commander la technique du feu.

  • 3 André Leroi-Gourhan, Le Geste et la parole, Paris, Albin-Michel, 1964 (2 vol.), tome 1, p. (...)

3Cette définition permet de comprendre le caractère central, universel, que Mauss, comme Marx, accordent à la technique dans les sociétés humaines. La technique est caractérisée par sa finalité « matérielle », c’est-à-dire « utilitaire », qui la distingue de l’art, de la religion, de la science et la rapproche de l’économie. Mais elle est universelle, car une dimension technique est présente dans tous les actes humains comme finalité en quelque sorte « intermédiaire ». Prenons le cas de la crémation des corps des défunts dans la tradition hindoue : la combustion a une finalité ultime symbolique (religieuse) ; pourtant, elle reste soumise à un ordre technique dans sa réalisation matérielle. Cette universalité de la technique (« fait social total ») a permis aux historiens de classer les sociétés selon leur « développement » technique : « paléolithique » (ancien âge de pierre), « néolithique » (nouvel âge de pierre), âge du bronze, âge du fer, et pour, la période récente : « société industrielle », « société post-industrielle »... L’hypothèse sous-jacente à ces dénominations, formulée en 1964 par le préhistorien et anthropologue français André Leroi-Gourhan est qu’il y a une certaine homologie entre les stades de développement technique et l’évolution générale de la société (organisation sociale, système de croyance, etc.) : « La société façonne son comportement avec les instruments que lui offre le monde matériel ; les assurances sociales ne sont pas plus imaginables chez les chasseurs de mammouths que la famille patriarcale n’est pensable dans une cité industrielle.3 »

4Pour Leroi-Gourhan, ce primat de la technique a une origine biologique. Comme toute espèce vivante, l’homme interagit avec son environnement. Conformément à la théorie de Darwin, sa genèse biologique a résulté de cette interaction (adaptation). Selon Leroi-Gourhan, la genèse de l’homme moderne a sa source dans la bipédie. Celle-ci conduit au redressement de la face, qui permet l’extension de la boite crânienne et à la libération de la main, déchargée de la fonction de locomotion. Le développement de la main et celui du cerveau, du geste et de la parole, de la technique et de la connaissance sont ainsi, pour Leroi-Gourhan, indissociables. L’essor de la technique proprement dite commença quand l’homme moderne s’est fixé dans ses caractéristiques morphologiques fondamentales. Son adaptation à son environnement ne passa plus alors par la modification de son anatomie ou de sa conduite instinctive mais par les artefacts (les systèmes techniques : outils, machines) qu’il a interposés entre son corps et la nature extérieure. C’est parce que le développement technique poursuit le développement biologique de l’homme qu’il y a, pour Leroi-Gourhan, une certaine homologie entre ces deux processus. Les historiens des techniques ont montré en effet l’existence de « lignées techniques » organisé dans des arbres généalogiques. En effet, de même que les mutations biologiques s’opèrent sur le matériel génétique existant, de même les transformations techniques s’appuient sur les développements précédents. Il y a donc des « sentiers de dépendance ». Ceux-ci n’empêchent pas l’existence de ruptures, de bifurcations. On peut distinguer ainsi des « micro-évolutions » techniques, qui prolongent simplement les tendances précédentes, et des « macro-évolutions » quand émerge une nouvelle lignée technique.

5La technique, on l’a vu, est, selon la définition que nous avons empruntée à Mauss, un « acte » par lequel l’homme interagit avec la nature qui l’environne. En ce sens, contrairement à la représentation commune, la technique ne réside pas d’abord dans les objets (outils, machines, etc.). Les objets ne sont « techniques » que parce qu’ils témoignent de la façon dont ils ont été produits et de la façon dont ils sont utilisés. Un objet qui n’est plus utile n’est technique que dans la mémoire ; il devient un objet de musée. Inversement, un objet peut avoir un usage technique sans avoir été à proprement parler « produit ». Ainsi en est-il du bâton que nous ramassons et utilisons comme canne au cours d’une promenade, mais aussi d’outils en pierre primitifs, utilisés comme racloir ou comme masse dans leur état natif. Dans un second temps, de tels objets pourront être améliorés par le travail humain : on va tailler la canne pour lui donner une extrémité pointue et un pommeau confortable et peut-être la décorer ; on va casser intentionnellement le caillou pour lui donner un tranchant satisfaisant, etc.

  • 4 Jacques Lafitte, Réflexions sur la science des machines (1932), Paris, Vrin, 1972.

6Conformément à la démarche suivie par les archéologues, qui s’intéressent aux traces laissées par l’activité humaine pour reconstituer cette activité elle-même, la science sociale doit donc s’intéresser aux objets techniques et tout particulièrement aux instruments techniques de production : outils, machines, moteurs. L’« outil » peut être défini comme l’instrument direct du travail de la matière ; il peut être tenu en main (lime, scie, etc.), ou entraîné par une machine, qui devient alors une « machine-outil », selon une expression apparue au milieu du xixe siècle. Au sens classique, une « machine » (un treuil, une bicyclette), voire même une machine-outil (une machine à coudre ou à écrire) est un instrument qui transforme une force en une action techniquement utile. Elle est mue par un « moteur », c’est à dire une force animée (hommes ou animaux) ou inanimée (chute d’eau, force du vent, etc.) Avec l’invention des machines à vapeur, opérationnelles à la fin du xviiie siècle, puis du moteur à explosion et du moteur électrique, l’homme a exploité pour produire un mouvement mécanique l’énergie contenue dans les combustibles (bois, charbon, pétrole, nucléaire). Les « moteurs » eux-mêmes sont alors devenus des « machines ». En 1932, l’ingénieur français Jacques Lafitte a proposé un concept élargi de machine dans le cadre d’une discipline dont il entendait fournir les bases : la « mécanologie4 ». Les machines constituent pour lui l’ensemble des objets techniques, qu’il oppose aux corps « bruts » (physiques) d’une part, aux organismes vivants d’autre part. Il distingue trois grands types de machines, qu’il classe dans un ordre de complexité fonctionnelle croissant : Les « machines passives » sont les structures architecturales, du simple poteau aux formes architecturales les plus développées. À leur différence, les « machines actives » sont traversées par un flux d’énergie, du simple outil tenu à la main aux machines motorisés complexes. Enfin, les « machines réflexes » sont caractérisées par une « sensibilité » qui leur donne une capacité de rétro-action. Elles ouvrent la voie à l’automation, que nous traiterons dans le paragraphe 2.3.

  • 5 Nicolas Dodier, L’Homme et la machine, Paris, Métailié, 1996.
  • 6 Les historiens et sociologues français se sont appuyés sur un important chapitre du Capita (...)

7Dans les sociétés modernes, ainsi qu’y a insisté la sociologie des sciences et des techniques de Bruno Latour et Michel Callon, les individus sont de plus en plus reliés entre eux par l’intermédiaire d’artefacts techniques. Le sociologue Nicolas Dodier a parlé à ce propos de « solidarité technique5 ». Cette solidarité technique peut se manifester dans l’espace de la consommation et des loisirs (pensons au développement des médias et des moyens de communication moderne). Mais elle a d’abord façonné notre organisation productive. Les relations de travail sont, d’abord, des liens techniques. Marx s’est attaché à montrer la forme prise par ces liens techniques dans la société capitaliste. Inspiré par la littérature technologique anglaise, et notamment par Andrew Ure, qu’il appelait le « Pindare de la fabrique », il a étudié les transformations de l’organisation du travail au xixe siècle pour montrer comment l’exploitation capitaliste du travail était inscrite dans le système machinique lui-même. La tradition française d’histoire et de sociologie industrielle a repris ce thème en le synthétisant par l’expression de « machinisme » qui, en fait, ne se trouve pas chez Marx6. Par-delà Marx, cette tradition a hérité d’une critique sociale de la société industrielle, formulée notamment au xixe siècle par l’historien Jules Michelet :

  • 7 Jules Michelet, Le Peuple (1846), Paris, Flammarion, « GF », 1992, p. 144.

La merveille du Machinisme, ce serait de se passer d’hommes. Cherchons des forces qui, une fois mues par nous, puissent agir sans nous, comme les roues de l’horlogerie. Mues par nous ? c’est encore de l’homme, c’est un défaut. Que la nature fournisse, non seulement les éléments de la machine, mais le moteur... C’est alors qu’on créa ces ouvriers de fer, qui, de cent milles bras, cent mille dents, peignent, filent, tissent, œuvrent de toutes façons7.

  • 8 Georges Friedmann, Le Travail en miettes, Paris, Gallimard, 1956.

8Le sociologue Georges Friedmann a, au xxe siècle, incarné cette tradition de critique du machinisme, générant un travail abrutissant, sans qualification, dépourvu de sens. Le « travail à la chaîne », combinaison du découpage taylorien des tâches (voir paragraphe suivant) et du convoyeur mécanique conçu par l’ingénieur et producteur automobile Henry Ford, lui semblait incarner ce « travail en miettes », caractéristique de la société industrielle8. Pour parler le langage marxiste, le travail ne serait donc pas seulement « exploité » dans la société capitaliste (au sens où il fournirait un profit à l’employeur), il serait aussi « aliéné ». Soumis à des tâches répétitives, incapables de donner du sens à son activité, le travailleur serait réduit au rang de pur instrument au sein de la chaîne productive. Nous retrouvons là la conception négative du travail dont nous avons souligné la permanence dans la tradition occidentale d’inspiration judéo-chrétienne.

9Si elle n’est pas totalement dénuée de fondement, la dénonciation du caractère aliénant du travail industriel moderne a été largement exagérée. D’abord, les travaux des champs traditionels, auréolés de valeur bucolique (voir notre paragraphe 2.4), qu’on leur oppose, étaient, eux-aussi, souvent abrutissants et répétitifs. Ensuite, ce qu’on oublie souvent, la mécanisation du travail industriel moderne a, d’abord, supprimé le travail de manœuvre, qui dominait dans la grande industrie « pré-taylorienne » ; c’est la fonction même du convoyeur fordien. Enfin, le développement de la grande industrie moderne a généré de nombreuses nouvelles tâches, de préparation technique, d’entretien, de contrôle de qualité, d’encadrement des équipes, etc. Quand on évoque le remplacement sur la machine de l’« ouvrier professionnel » (OP), ouvrier de métier qualifié, par un « ouvrier spécialisé » (OS), sans qualification, on oublie de penser l’ensemble de la composition professionnelle de l’usine. En fait, les « ouvriers spécialisés » étaient désignés avant la seconde guerre mondiale par l’expression « manœuvres spécialisés ». Il s’agissait de manœuvres promus, auxquels on confiait une machine. Quand les machines ont pu être confiées à des ouvriers sans qualification, les anciens professionnels sont devenus l’encadrement technique de l’entreprise. La composition globale de l’emploi ouvrier, en termes de structure qualification, n’a cessé de s’élever tout au long du xxe siècle, du fait, notamment, de la disparition des manœuvres.

10La tertiarisation des activités depuis plusieurs décennies ne dément pas cette tendance générale. L’idée d’une tendance globale à la « déqualification » avec le développement du machinisme paraît peu compatible avec le mouvement d’élévation constante du niveau de formation de la main d’œuvre dont témoigne l’allongement de la scolarité. Au début du xxe siècle, seule une minorité de la main d’œuvre française savait lire et écrire. Cette compétence s’est aujourd’hui généralisée et est devenue pratiquement indispensable pour pouvoir travailler, à quelque niveau que ce soit dans la hiérarchie des emplois. Globalement, le développement de la technique « qualifie » plutôt qu’il ne « déqualifie » le travail. Mais ce processus complexe et ambivalent de transformations des exigences productives ne peut se comprendre qu’à partir de la notion de « division du travail » qu’il faut décliner à tous les niveaux de l’organisation sociale, depuis l’atelier jusqu’à la planète entière.

2.2. Division et organisation du travail

11L’idée de division du travail est probablement un des thèmes fondateurs de toute pensée sociale. Ainsi, Platon (427- 347 av. J.C.) soulignait-il déjà dans la République qu’« il en résulte dans chaque cas une production plus abondante, plus belle et plus facile, quand un seul exécute un seul produit, selon sa nature et au moment voulu, dispensé de tout le reste » (République, 2e livre). Moins philosophe, son contemporain Xenophon (430-355 av. J.C.), dont Marx raillait l’« instinct bourgeois caractéristique », analysait, dans des termes proches de ceux, futurs, d’Adam Smith, les liens entre division du travail et marché :

  • 9 Cyropédie, livre VIII, chapitre 2

Dans les grandes villes, au contraire [des petites], où chacun isolément trouve beaucoup d’acheteurs, il suffit d’un métier pour nourrir son homme. Il n’est même pas besoin d’un métier complet, car l’un fait des chaussures pour hommes et l’autre pour femmes. On en voit qui, pour vivre, n’ont qu’à tailler des habits, d’autres qu’à ajuster les pièces, d’autres qu’à les coudre. Il est de toute nécessité que celui qui fait l’opération la plus simple soit celui qui s’en acquitte le mieux9.

  • 10 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, op. cit.
  • 11 Adam Smith, op. cit., p. 82.

12Smith, que l’on présente souvent comme fondateur en la matière, s’inscrit donc dans une longue tradition. Il ouvre sa Richesse des nations (1776) par trois riches chapitres que Max Weber citera dans L’Éthique protestante10 comme l’« apothéose de la division du travail ». De ces trois chapitres, on ne retient en général que le premier qui expose le modèle de la manufacture d’épingles, repris en fait aux Encyclopédistes français. Smith y développe la thèse selon laquelle l’augmentation de la productivité du travail résulterait de trois mécanismes combinés : l’augmentation de l’habileté individuelle, l’épargne du temps « qui se perd communément en passant d’une sorte d’ouvrage à une autre », l’invention de machines. En se focalisant sur ce seul chapitre, on néglige la dimension anthropologique de la théorie de Smith. Pour lui, la division du travail a son origine dans la nature de l’homme, dans sa « disposition à trafiquer » qui résulte de ses capacités langagières. C’est donc une erreur de considérer que l’égoïsme serait, pour Smith, le moteur de la vie sociale. Sans doute, selon sa formule, « ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leur intérêt11 ». Mais on a trop vite lu cette phrase. Ce qui est significatif, ce n’est pas l’existence des deux égoïsmes : celui du consommateur et celui du commerçant, mais le fait qu’ils puissent être rendus compatibles et même convergents. Smith oppose les hommes qui échangent avec des chiens qui se battent pour un os. Eux aussi son « égoïstes », mais ils ne peuvent mettre en miroir leurs égoïsme pour satisfaire au mieux leurs intérêts respectifs : « On a jamais vu de chien faire de propos délibéré l’échange d’un os avec un autre chien. On a jamais vu d’animal chercher à faire entendre par sa voix ou ses gestes : Ceci est à moi, cela est à toi ; je te donnerai l’un pour l’autre ». Ce qui caractérise l’homme, pour Smith, c’est sa capacité à mettre en regard son intérêt et celui des autres et, en conséquence, à passer des marchés.

13Ainsi, pour Smith, comme plus tard pour Durkheim, mais sur des bases anthropologiques différentes, la division du travail constitue la base du lien social dans les sociétés développées. Ce n’est pourtant pas sur ce terrain que la théorie de Smith fut discutée au xixe siècle. La plupart des commentateurs, Marx compris, se centreront sur la dimension techno-économique du modèle. En 1831, l’ingénieur et économiste britannique Charles Babbage ajouta un quatrième principe à ceux de Smith : en divisant le travail, on peut classer les tâches selon le niveau de qualification et donc le salaire qu’elles exigent et ainsi optimiser l’emploi de la masse salariale. D’autres auteurs vont, en revanche, s’inquiéter des conséquences humaines d’une division sans cesse plus poussée du travail. La manufacture d’épingles de Smith devient alors un emblème négatif : le symbole d’un travail abrutissant. À l’origine de ce courant critique qui se poursuit, comme on l’a vu, jusqu’à la sociologie du travail contemporaine, on trouve un texte d’inspiration contre-révolutionnaire d’un littérateur lyonnais aujourd’hui oublié : Pierre-Edouard Lemontey (1762- 1826). Dans ce texte incisif daté de 1801, Lemontey développe un argumentaire abondamment repris :

  • 12 Pierre-Édouard Lemontey, « Influence morale de la division du travail considérée sous le r (...)

Plus la division du travail sera parfaite, et l’application des machines étendues, plus l’intelligence de l’ouvrier se resserrera. Une minute, une seconde, consommeront tout son savoir ; et la minute, la seconde suivante, verront répéter la même chose. Tel homme est destiné à ne représenter toute sa vie qu’un levier ; tel autre une cheville ou une manivelle. On voit bien que la nature humaine est de trop dans un pareil instrument, et que le mécanicien n’attend que le moment où son art perfectionné pourra y suppléer par un ressort. […] C’est un triste témoignage à se rendre que de n’avoir jamais levé qu’une soupape, ou de n’avoir fait jamais que la dix-huitième partie d’une épingle. Le sentiment de sa faiblesse sera donc le trait dominant de l’ouvrier-machine, et le rendra nécessairement timide et sédentaire12.

  • 13 Voir sur cette question François Vatin, Trois essais sur la genèse de la pensée sociologiq (...)

14Le texte de Lemontey inspira toute la pensée sociale française du xixe siècle, comme, par exemple, celle de Proudhon. C’est dans sa critique de Proudhon publiée en 1847, que Marx élabore sa propre analyse de la division du travail. Il insiste sur un point essentiel négligé par les auteurs avant lui : la différence entre la division du travail au sein de l’atelier (division technique du travail) et en dehors de l’atelier (division sociale du travail). La première est organisée par l’entrepreneur capitaliste alors que la seconde est soumise aux lois de la concurrence. Ce que Marx met en évidence ici, c’est la question du salariat, sur laquelle nous reviendrons plus loin. C’est cette réflexion qui l’amène à développer une histoire de l’organisation industrielle en s’appuyant sur la pensée technologique anglaise. Les spéculations philosophiques de Smith et de Proudhon sur le statut anthropologique de la division du travail cèdent la place au positivisme historique. Proudhon voyait le machinisme comme une antithèse de la division du travail. A contrario, Marx montre que le développement de la division du travail a accompagné les progrès du machinisme. La question fut reprise vingt-cinq ans plus tard par le fondateur de l’école sociologique française, Émile Durkheim dans sa thèse de doctorat. Ce n’est pas par hasard que Durkheim a choisi ce thème. Dans la filiation d’Auguste Comte, il entendait fonder la science sociale en lieu et place de cette « fausse science » que constituait à ses yeux l’économie politique. L’enjeu était donc de fournir une autre explication que celle fournie par les économistes d’un phénomène aussi important que la division du travail. On a souvent considéré que la thèse du Durkheim était une critique de l’organicisme d’Herbert Spencer. Ce n’est qu’en partie exact, car, en fait, Durkheim substitue à l’organicisme anglo-saxon, darwinien social, un organicisme français en vogue à l’époque13. Selon ce courant socio-biologique de la fin du xixe siècle, la société doit s’inspirer des leçons de la biologie. Mais le principe fondamental de la biologie ne serait pas celui de « lutte pour la vie », comme le pensaient, à tort, les anglo-saxons, mais, au contraire, celui de « solidarité ».

15Cette tradition biologique française prend sa source dans la théorie de la « division physiologique du travail » développée par Henri Milne Edwards en 1827. Ce biologiste distingue deux niveaux d’organicité. Dans le premier, celui des animaux les plus primitifs, les différents éléments de la structure sont identiques et simplement agrégés les uns aux autres. Dans le second, qui caractérise les animaux « supérieurs », les pièces élémentaires de la structure sont différenciées et interdépendantes les unes des autres :

La vie de l’individu, au lieu d’être la somme d’un nombre plus ou moins grand d’éléments de même nature, résulte de l’ensemble d’actes essentiellement distincts. Les diverses parties de l’économie animale concourent toutes au même but, mais chacune d’une manière qui lui est propre, et plus les facultés de l’être sont nombreuses et développées, plus la diversité de structure et la division du travail qui en résulte sont poussées loin.

16Les deux niveaux d’organicité distingués par Edwards correspondent aux deux formes de solidarité sociales distingués par Durkheim : la « solidarité mécanique » ou « par similitude » et la « solidarité organique », fondé sur le principe de division du travail social. Durkheim, qui cite Lemontey, craint pourtant un excès de division du travail qui conduirait à une dissolution de la société. Aussi, dans la réédition, en 1902, de son ouvrage, préconise-t-il la restauration des « corporations », ou « groupes professionnels », mesure qui fait partie du programme de la droite catholique sociale, à laquelle il n’adhère pourtant pas.

  • 14 Voir sur la sociologie des professions, Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des pro (...)
  • 15 Pierre Naville, La Théorie de l’orientation professionnelle, Paris, Gallimard, 1946.
  • 16 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1 (...)

17Une certaine connivence entre cette doctrine et la morale du travail prônée par le régime de Vichy pendant la seconde guerre mondiale (Charte du travail) tendra à la discréditer après la seconde guerre mondiale en France. En revanche, elle inspira la sociologie structuro-fonctionnaliste anglo-saxonne de Talcott Parsons et la sociologie classique des professions de Robert Merton à Eliot Freidson14. S’attachant à l’étude des professions instituées (les médecins, les professions juridiques), ces auteurs insistent sur la dimension morale des attributs professionnels. Cette idée se retrouve, critiquée et reformulée, chez les sociologues interactionnistes américains, et notamment Everett Hughes. Refusant de traiter de manière différentes professions « nobles » et « ignobles », celui-ci souligne la dimension « morale » de toute division du travail. Celle-ci participe en effet toujours d’une lutte de positions dans le « drame social du travail », chaque profession se définissant par rapport à ses voisines en cherchant à leur déléguer le « sale boulot » (par exemple, les médecins vis-à-vis des infirmières, les infirmières vis-à-vis des aides-soignantes, etc.). Ce qui se joue dans la division du travail n’est donc pas seulement une distribution technique des activités, mais bel et bien un jeu de composition hiérarchisée de la société. Des idées convergentes ont été développées par la sociologie française dans un autre cadre théorique. En 1946, le sociologue marxiste Pierre Naville (1904-1993), critiquait le fonctionnalisme des doctrines de l’orientation professionnelle qui visent à orienter chaque élève vers l’emploi qui lui serait le mieux adapté15. Il soulignait, citant Smith, que « la différence des talents parmi les individus n’est pas tant la cause que l’effet de la division du travail ». En s’attachant à comprendre les mécanismes sociaux qui distribuent les charges de travail dans la société salariale, via, notamment, les mécanismes d’orientation scolaire, Naville anticipait la théorie de la « reproduction sociale » développée par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron en 197016.

18Toute la difficulté de l’analyse de la division du travail est qu’en dépit de la distinction posée par Marx entre la division du travail au sein et en dehors de l’atelier, elle est toujours, inextricablement technique et sociale. D’un côté, on a bien à faire à une distribution des compétences. Mais ces compétences sont hiérarchisées, par exemple dans les systèmes de classification des conventions collectives. De plus, comme le précise Hughes déjà cité, la répartition du travail est, aussi, une répartition de la responsabilité :

  • 17 Everett Hughes, « Des erreurs dans le travail » (1951), in Le Regard sociologique, Paris, (...)

La division du travail dans la société n’est pas purement technique comme on le suggère souvent. Elle est aussi psychologique et morale. Nous déléguons à d’autres certaines choses, non seulement parce que nous ne pouvons les faire, mais aussi parce que nous ne souhaitons pas prendre le risque de faire une erreur. La culpabilité en cas d’échec serait trop lourde17.

  • 18 Jean-Daniel Reynaud, Les Règles du jeu, Paris, Armand Colin, 1989.

19Dans l’entreprise, l’activité du travailleur salarié est, en théorie, définie de façon hiérarchique et discrétionnaire par l’employeur. Comme Marx l’avait souligné, l’employeur, qui a acheté la « force de travail » du salarié a le droit de définir les conditions de son usage. Directement, dans les petites entreprises, ou, par l’intermédiaire de ses représentants (encadrement) dans les grosses, l’employeur répartit les tâches, les missions et les responsabilités. Cette logique hiérarchique est formalisée, dans les grandes entreprises, par des « organigrammes », représentations de l’organisation inventées par l’ingénieur français Henri Fayol en 1916. Mais cette présentation est bien sûr idéal-typique. La logique verticale de l’organisation salariale est toujours plus ou moins compensée, comme l’a montré la sociologie des organisations, par des modes de régulation « à la base » de l’activité collective (« régulation autonome » selon la formule de Jean-Daniel Reynaud18). De plus, au sein même de l’entreprise, peuvent se manifester des logiques professionnelles. Elles sont même codifiées par les classifications des conventions collectives. Dans une entreprise du bâtiment, on ne pourra pas demander à un plombier de faire un travail d’électricien. La division du travail a bien, comme le souligne Hughes, une dimension « morale », même dans le cadre de l’organisation salariale.

  • 19 Oliver Williamson, Les Institutions de l’économie (1985), Paris, Inter-éditions, 1994.

20Comme y a insisté la théorie économique contemporaine, la gestion de la division du travail au sein de l’entreprise a un coût : celui généré par la nécessité d’une organisation plus ou moins bureaucratique pour répartir les tâches et contrôler leur réalisation. L’économiste américain Oliver Williamson19 a montré, à la suite de son aîné Richard Coase, que si les firmes existaient, c’est parce que la gestion de la division du travail par le marché générait, aussi, des coûts, qu’il nomme les « coûts de transaction » : il faut mettre en concurrence ses fournisseurs, se couvrir face aux aléas commerciaux, etc. Suivant les circonstances, en fonction des variations relatives des coûts d’organisation et des coûts de transaction, les frontières de la firme se déplacent : on externalise certaines tâches ou fonction (sous-traitance) ou, au contraire, on les internalise. On peut aussi opter pour des solutions intermédiaires en organisant des dispositifs de concurrence au sein même de la firme. Il n’y a donc pas de rupture nette entre la division du travail interne à la firme et la division externe.

21Le caractère labile de la division du travail se joue aussi, et de plus en plus, à l’échelle internationale. Dès le début du xixe siècle, les économistes ont souligné les avantages du commerce international. Reprenant, à l’échelle internationale, l’argumentaire de Smith, David Ricardo a montré que les nations avaient intérêt à se spécialiser dans les productions pour lesquelles elles étaient le plus efficaces. Selon la théorie des « avantages comparatifs », si le pays A est plus efficace que le pays B, pour le bien x, mais aussi pour le bien y, il a quand même intérêt à se spécialiser dans la production de x si son avantage est proportionnellement plus grand pour ce produit-là. En dépit de retours en arrière dus aux grandes crises économiques, politiques et militaires qui ont marqué ces deux derniers siècles, la division internationale du travail n’a cessé de progresser. Aujourd’hui, les grandes firmes sont organisées à l’échelle internationale. Elles distribuent leurs activités entre leurs filiales dans les différents pays, mais aussi par contrats de sous-traitance avec des entreprises locales, notamment dans les pays émergents. Avec le développement des moyens de communication modernes, même une partie des services peut être délocalisée à l’échelle internationale. La division internationale du travail n’est donc plus de nature essentiellement commerciale, comme elle a pu l’être jusque dans les années 1970. Il s’agit d’une véritable organisation à l’échelle mondiale de l’atelier du monde.

2.3. L’automation et la société post-industrielle

22Comme principe technique, l’automatisme remonte aux origines même de la technique. Comme le souligne Jaques Lafitte (voir paragraphe 2.1), un simple piège à trappe constitue déjà une « machine réflexe », c’est-à-dire une machine dotée d’une sensibilité qui lui permet d’accomplir « automatiquement » (c’est-à-dire sans intervention de l’homme) l’action pour laquelle elle a été programmée. L’automatisme va toutefois connaître une fortune particulière dans la société européenne à partir de la Renaissance, vogue que l’on ne peut dissocier du cadre philosophique dans lequel s’est développée cette société. L’horloge constitue le modèle de référence de la pensée scientifique, technique, mais aussi cosmologique et sociale de l’Europe moderne. La mécanique classique (xviie-xviiie siècle) conçoit l’univers comme une grande horloge ; c’est aussi la figure qu’emploie à la même époque l’économie politique naissante pour penser la société. Le philosophe René Descartes se représente les animaux comme des « machines », c’est-à-dire de complexes mécanismes d’horlogerie. Le goût des « automates », tels ces « jacquemarts » que l’on installe dès le xive siècle sur les beffrois des hôtels de ville et jusque dans les riches maisons particulières, témoigne de ce projet d’une machine qui rivaliserait avec l’homme. Au xviiie siècle ce goût connaît une vogue particulière dans les cours princières avec notamment les chefs d’œuvres de Jacques de Vaucanson (1709-1782).

  • 20 Vaucanson a d’ailleurs lui-même contribué de façon importante aux innovations dans l’indus (...)

23Cette figure classique de l’automatisme, amusement des Princes, des peuples et des enfants, tend souvent à occulter les vraies questions techniques. Sans doute les progrès de l’horlogerie ont joué un rôle essentiel dans l’histoire technique moderne. Les jacquemarts sont contemporains des grands moulins hydrauliques, et, les automates de Vaucanson, des métiers à tisser de Jacquard20. C’est la même histoire technique qui court, dans le registre ludique et dans le registre industriel. Mais la recherche de l’imitation du comportement apparent de l’animal ou de l’homme ne constitue pas en fait la voie principale de l’automation industrielle. Il s’agit moins dans l’organisation industrielle d’imiter le geste de l’artisan que de trouver des voies nouvelles pour obtenir ce que son geste réalisait. Plus que comme une technique spécifique, l’automation doit être pensée comme un projet social : celui d’une organisation productive qui élimine tendanciellement le travail humain.

24En ce sens, le père intellectuel de l’automation industrielle moderne est moins Jacques de Vaucanson qu’Andrew Ure, l’inspirateur de Marx déjà cité (paragraphe 2.1). Le premier paragraphe de sa Philosophie des manufactures est éloquent :

  • 21 Andrew Ure, Philosophie des manufactures (1835), Bruxelles, Hauman, 1836, p. 1-2.

La plus parfaite des manufactures est celle qui peut se passer entièrement du travail des mains. La Science des manufactures est donc un exposé des principes généraux d’après lesquels l’industrie productive doit se régir à l’aide de machines automatiques21.

25L’objectif, explique-t-il plus loin, est de se débarrasser autant que faire se peut des « caprices de la main d’œuvre ». La manufacture sans hommes est un rêve capitaliste : celui d’une usine sans problèmes sociaux. Une quinzaine d’années plus tôt, Jean Charles Simonde de Sismondi avait déjà formulé cette idée, sur un mode ironique, contre les économistes ricardiens qui ne concevaient le travail humain que comme un coût :

  • 22 Jean de Sismondi, Nouveaux principes d’économie politique, Paris, 1819, tome 2, p. 331.

Il ne reste plus qu’à désirer que le roi demeuré tout seul dans l’île, en tournant constamment une manivelle, fasse accomplir par des automates l’ouvrage total de l’Angleterre22.

  • 23 John Diebold, Automation. The Advent of the Automatic Factory, New York, Van Nostrand, 195 (...)

26Le terme d’« automatisation » est présent dans la littérature technologique française depuis le milieu du xixe siècle. Mais finalement, après la seconde guerre mondiale, c’est le néologisme anglo-saxon « automation » qui s’imposera. Ce terme avait forgé en 1947 par D.S. Harper, vice-président de la société Ford de Cleveland, pour désigner le principe de manutention mécanique qui est au cœur de la démarche industrielle des usines Ford. Mais le terme est popularisé en 1952 par John Diebold dans un ouvrage qui fit date23. À la fin des années 1950, les publications d’ingénieurs, d’économistes et de sociologues se multiplient un peu partout sur le thème de l’automation. En France, le sociologue Pierre Naville dirige sur ce thème un ensemble copieux d’enquêtes entre 1957 et 1959. Inspiré par Marx, lui-même grand lecteur de Ure, Naville définit l’automation, par un principe de continuité productive :

  • 24 Pierre Naville (avec huit collaborateurs), L’Automation et le travail humain. Rapport d’en (...)

Il n’est pas toujours indispensable d’utiliser des techniques d’automatisme d’un niveau très élevé, pour assurer le fonctionnement d’un cycle de fabrication automatique. […] En conséquence, plutôt que la complexité des techniques d’automatisme, c’est la suppression des coupures dans le cours du processus de fabrication (coupures mécaniques nécessitant un travail de manutention, de mise en place ou de transformation) qui caractérise le mieux l’automatisme d’un ensemble industriel24.

Il insiste notamment sur le fait que l’automation se traduit souvent par une « chimisation de l’industrie » :

  • 25 Pierre Naville, Vers l’automatisme social ? Paris, Gallimard, 1963, p. 43.

L’outillage de production se conforme toujours d’avantage à l’état de matières traitées comme fluides, obtenues par des procédés thermiques, de pulvérisation, de décomposition chimique. La structure solide des produits n’est plus qu’un état final, adapté à l’usage humain, mais de moins en moins essentiel aux procédés de fabrication25.

  • 26 François Vatin, La Fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincskieck, 1987.

27Dans le sillage de Naville, nous avons nous-même défini l’automation par le principe de « fluidité industrielle26 ». Selon un tel schéma, les installations machiniques sont pensées comme un canal dans lequel la matière ouvragée circule sous la surveillance des opérateurs. On peut fournir une illustration élémentaire d’une telle organisation productive dans la technique millénaire qui consiste à transporter le bois dans de grossiers radeaux le long du cours naturel des rivières. L’archétype de la production fluide est déjà ici en place. Le travail humain est principalement mobilisé en amont et en aval du processus productif proprement dit (former les radeaux, réceptionner le bois) ; pendant le transport, le travail a une fonction régulatrice : surveiller la fluidité du cours du bois et intervenir au besoin quand des « bouchons » tendent à se former.

28Une telle logique de production est plus ancienne qu’on ne le croit dans un certain nombre de secteurs ou, tout au moins, pendant certaines phases de leur processus productif. Elle conduit à un mode de travail humain, principalement centré sur une fonction de surveillance-contrôle. Durant ces phases l’homme, n’a aucune tâche spécifique à accomplir sauf celle, virtuelle, de rester « vigilant » et celle, aléatoire, d’intervenir en cas de problème. Rappelons-nous à ce sujet la célèbre chanson du meunier :

Meunier tu dors,
Ton moulin, ton moulin va trop vite,
Meunier tu dors,
Ton moulin, ton moulin va trop fort.

Sans doute le meunier peut-il dormir sur son tas de farine pendant que le vent moud pour lui la farine ; mais il ne doit dormir que d’un œil sans quoi son moulin risque de s’emballer.

29La meunerie est une opération mécanique très anciennement fluidisée. Les grandes tours automatisées de l’industrie du grain, destinées à la préparation de l’alimentation animale, en dérivent directement. De nombreux secteurs de l’industrie agro-alimentaires (laiterie, sucrerie, industries des huiles, des boissons, etc.) relèvent également du modèle de fluidité. Toutefois, l’extension de la fluidité industrielle fut principalement le fait de secteurs fondés sur un principe de production chimique. Par sa nature même, la fabrication chimique résulte en effet d’une réaction des matières entre elles sans intervention directe de l’homme. L’homme suscite, organise, contrôle cette rencontre des matières, mais il reste à la périphérie du processus de transformation proprement dit. La fluidification des grandes industries chimiques va s’accomplir avec la mise en place à la fin du xixe siècle d’installations à processus continu pour la fabrication de produits chimiques de base : soude, chlore, acide sulfurique, ainsi que dans le secteur de l’énergie.

30Le raffinage pétrolier constitue à cet égard un cas emblématique. Une des premières raffineries françaises est ainsi décrite en 1882 par le journaliste industriel Victor Turgan :

  • 27 Julien Turgan, in Les Grandes usines de France, tome XV, 1882.

Rien n’est plus imposant que ces immenses réservoirs contenant plusieurs millions de litres et ces chaudières gigantesques retenant dans leurs flancs chacune plus de 10 000 litres et déversant à flot le liquide distillé. Ces gigantesques tours de fer munies d’escaliers tournants se détachant sur le ciel donnent une impression étrange où l’admiration n’est pas exempte d’une certaine appréhension. N’est-il pas effrayant de voir accumuler des quantités aussi énormes d’huile au-dessus d’un feu intense et des rangées de chaudières de dimensions colossales ? Mais tout est si bien combiné, les soins sont tels dans l’usine, les précautions sont si bien prises, qu’un tel sentiment de crainte qu’on éprouve au premier abord ne tarde pas à disparaître. Les hommes circulent sur ces appareils comme sur un véritable volcan. Il semble que ce volcan soit éteint, alors qu’au contraire, sans bruit, sans désordre, sans apparence menaçante, il est en pleine et utile activité27.

31L’industrie chimique traditionnelle était une industrie de main d’œuvre marquée par l’importance des manutentions, souvent pénibles, voire toxiques. Cette armée de manœuvres va progressivement disparaître avec l’intégration de la manutention dans le flux productif. Le personnel se concentre alors autour de la fonction de surveillance-contrôle des flux. Mais cette surveillance devient elle-même de plus en plus lointaine. Elle s’effectue de moins en moins sur les installations elles-mêmes par des « opérateurs extérieurs » ou « rondiers » et, de plus en plus, par des opérateurs « intérieurs » ou « tableautistes », installés dans une salle de contrôle où sont rassemblés des instruments de contrôle à distance des installations (aujourd’hui sur des écrans d’ordinateur). Ainsi, dans les industries les plus automatisées, les hommes surveillent un ordinateur, qui contrôle les dispositifs de régulation, qui commandent les actions sur les installations qui traitent le produit. D’une certaine manière, dans les industries de flux très automatisées, le travail devient inversement proportionnel à la production. Une fois les unités mises en route, celle-ci s’effectue toute seule ; en revanche, ce sont les incidents, les arrêts qui exigent la présence humaine. Comme le résumait déjà Pierre Naville en 1963 :

En somme, l’arrêt de la chaîne classique immobilise surtout des hommes, alors que l’arrêt de la ligne intégrée en mobilise.

  • 28 Voir notamment Benjamin Coriat, Penser à l’envers : travail et organisation dans l’industr (...)

Cette tendance à la fluidification des processus productifs s’est aujourd’hui généralisée dans les secteurs les plus divers. Le développement, dans les années 1980, des méthodes japonaises dites des « flux tendus » dans les grands secteurs de construction mécanique comme l’automobile en est un témoignage28.

32Avec le développement de la fluidité industrielle, c’est la notion même de travail qui se trouve interrogée. La figure classique de la « peine », de la « charge », qui imprègne encore fortement nos représentations rend de moins en moins compte de la nature du travail contemporain, y compris des souffrances qu’il peut générer. Un cas-limite de la tendance évoquée permet d’illustrer ce point : la figure de l’« astreinte ». Cette contrainte salariale, comparable à la « garde » des médecins ou des pompiers, n’impose aucune activité spécifique, ni même la présence dans un lieu spécifique réputé de « travail », mais seulement de rester « disponible », pour pouvoir intervenir sur un lieu déterminé dans un horizon temporel déterminé. Ainsi, dans les grandes industries de flux, aucun ingénieur n’est présent la nuit, mais, un ou plusieurs ingénieurs sont toujours consignés à proximité de l’usine, en cas de besoin.

33Dans ce contexte, la distinction commune, formalisée par le statisticien britannique Colin Clark entre les secteurs primaire (agriculture, mines et carrières), secondaire (transformation industrielle) et tertiaire (commerce, administration, service) perd largement de sa pertinence. Cette distinction des secteurs productifs recoupait très largement celle des classifications professionnelles : les agriculteurs dans le primaire, les ouvriers dans le secondaire, les employés dans le tertiaire. Si l’agriculture continue à constituer un secteur essentiel de l’économie, au niveau mondial comme national, dans un pays comme la France, les agriculteurs représentent aujourd’hui moins de 3 % de la population active. Par ailleurs, il n’y a plus recoupement entre grands secteurs d’activité et catégories socio-professionnelles. Aujourd’hui, en France, la majorité des « ouvriers » au sens de la nomenclature de l’INSEE (« professions et catégories socio-professionnelles ») travaillent dans le secteur des services. La distinction entre « employés » et « ouvriers », qui correspondait autrefois à une hiérarchie professionnelle, est aujourd’hui principalement une affaire de genres. Le ménage populaire-type aujourd’hui en France est composé d’un homme ouvrier et d’une femme employée. Enfin, l’« abstractisation » croissante du travail ouvrier et, parallèlement, comme on va le voir, l’« industrialisation » d’une partie du travail employé, tend à rendre de plus en plus tenue la distinction entre ces deux registres d’activité.

34L’industrialisation du travail administratif s’est développée au xxe siècle, avec des techniques d’abord mécaniques (machines comptables, machines à écrire, mécanographie), puis électro-mécaniques, enfin électroniques. Le signe prend ici la place de la matière sur laquelle intervient l’ouvrier de l’industrie. C’est par sa matérialisation, sous forme d’impulsions électriques par exemple, que l’information transite. Le traitement systématique de l’information n’est pas en sens profondément différent du traitement de la matière dans l’industrie proprement dite. Cette véritable industrie de l’information s’est développée dans les grandes entreprises tertiaires comme les banques et assurances. Elle caractérise aussi maintes fonctions tertiaires des grandes entreprises industrielles ou commerciales ainsi que de nombreux services publics, notamment ceux chargés de gestion financière (sécurité sociale, caisses d’allocation familiales, service des impôts, etc.).

35Le travail tertiaire ne se résume toutefois pas au travail administratif. De nombreux emplois y relèvent, non de la relation homme/machine, mais de la relation homme/homme ou « relation de service ». Les deux logiques peuvent toutefois être combinées : ainsi, une caissière de supermarché gère à la fois la circulation des marchandises mises à l’encaissement et la relation avec le client. Mais, à l’évidence, la relation de service se prête moins à la fluidification de l’organisation. Comme elle se prête, également, plus difficilement à la « délocalisation » dans des zones où la main d’œuvre est moins chère, selon la logique de mondialisation du salariat évoquée au paragraphe 2.2, ce type de tâches tend à occuper une fraction croissante de la main d’œuvre dans les pays développés comme la France. Ainsi, dans la fonction publique d’État, le groupe le plus important est aujourd’hui celui des enseignants. On a assisté également à une croissance importante du nombre de médecins, d’infirmières, mais aussi d’assistantes sociales, d’éducateurs, d’animateurs, etc. Enfin, le secteur tertiaire occupe un grand nombre d’emplois faiblement qualifiés, souvent occupés par des femmes et à temps partiel dans les domaines du commerce, de la restauration ou des « services à la personne » (gardiennage, gardes d’enfants ou de personnes âgées, etc.).

36Certains auteurs concluent de ces données que la tendance actuelle, dans le contexte de désindustrialisation de pays comme la France, serait à un renouveau d’une société de service, marqué par un retour de la domesticité, qui occupait une part importante de la main d’œuvre non-agricole dans les temps pré-industriels et qui n’avait cessé de voir sa part dans l’emploi diminuer tout au long des xixe et xxe siècle. Cette hypothèse est discutable. Il n’est pas d’activité en effet où l’on ne puisse imaginer un possible remplacement de l’homme par la machine. De même que les guichetiers ont pratiquement disparu dans les banques au cours des années 1980, on voit aujourd’hui se mettre en place des caisses automatiques dans les magasins. Des fonctions comme celle de police sont aussi de plus en plus souvent médiatisées par l’intermédiaire de caméras de surveillance, dont l’emploi rapproche le travail policier de celui des opérateurs de surveillance-contrôle des industries de flux. On voit aussi aujourd’hui apparaître des dispositifs d’enseignement, voire de soin à distance par l’intermédiaire des réseaux Internet.

37En fait, le développement ou la régression de certaines activités de service direct ne dépend pas exclusivement de la possibilité de mécaniser ou non la tâche mais aussi du déplacement des frontières entre l’espace marchand et l’espace domestique. Ainsi, à mesure que les progrès techniques suppriment certains de ces emplois, d’autres apparaissent ou réapparaissent. On ne donne plus son linge à laver à une blanchisseuse : la machine à laver domestique ou, au pire, le « lavomatique » y pourvoira. En revanche, des officines de couture et de retouche sont réapparues dans les rues des villes pour pallier le manque de temps, de compétence ou de désir d’effectuer ces tâches à domicile. Le dynamisme du secteur de la restauration s’explique par la régression de la préparation de repas à domicile. Le développement de la garde salariale d’enfants ou de personnes âgées est aussi lié à l’augmentation du taux d’activité féminin et à la régression des formes d’entraide familiale ou de voisinage. Mais ces tâches ne sont jamais à l’abri d’une concurrence « industrielle ». La baisse du coût des vêtements peut rendre prohibitif tout travail de retouche ; l’industrie du plat préparé est un concurrent direct de la restauration ; etc.

2.4. Images du travail : peinture, littérature, cinéma

  • 29 À l’inverse d’une telle représentation, on peut considérer que ce qui caractérise les soci (...)

38Selon la formule de Karl Polanyi, le travail n’est finalement « que l’autre nom que l’on donne à la vie des gens du peuple ». L’expression est discutable en ce qu’elle ramène le travail à l’état social plutôt qu’à l’activité. Elle est en ce sens datée, car elle prend son sens dans une conception binaire du monde social, partagé entre la plèbe, qui travaille, et l’élite, qui n’est pas soumis à cette contrainte29. Mais elle rend bien compte, pour l’essentiel, du travail vu par les artistes, peintres et dessinateurs, écrivains, cinéastes.

39Aussi loin que l’on remonte dans le temps, on trouvera des images du travail, au sens où il constitue la vie quotidienne des populations. Les scènes de chasse des peintures de Lascaux sont déjà, à leur manière, des scènes de travail, qui permettent de se faire une idée des techniques disponibles. On trouve des images des travaux des champs, mais aussi des travaux artisanaux, des hommes et des femmes, dans les arts de l’ancienne Égypte, de la Grèce, de Rome, de l’Occident médiéval ou de la Chine ancienne. Dans l’art du monde chrétien, où domine, jusqu’à la Renaissance, les thèmes religieux, ces représentations de la vie des gens du peuple apparaissent souvent au second plan, pour fournir une connotation vivante, familière, aux images édifiantes de l’Évangile ou de la vie des saints. De même, dans les vastes compositions de paysage apparues dans la peinture à la Renaissance, on placera volontiers un berger et son troupeau pour donner vie à la scène. La représentation des travaux peut également avoir une image symbolique ; ainsi, les images des travaux des champs évoquent la succession des saisons, celle des différents métiers symbolise des valeurs sociales.

40Le thème du travail ne devient probablement un objet en soi de représentation picturale que dans le courant du xixe siècle. Toutefois, comme dans le naturalisme en littérature (voir infra), la représentation picturale du travail resta longtemps associée à la figure du peuple et, plus particulièrement, du monde paysan, comme dans les célèbres tableaux de Jean-François Millet. Une rupture s’opère dans la seconde moitié du xixe siècle. D’une part, on voit apparaître dans les tableaux peints sur le vif par les « Impressionnistes » des paysages industriels, comme ceux de la banlieue parisienne chez Claude Monet. D’autre part, la montée des idéaux socialistes donne au monde ouvrier une nouvelle noblesse, celle de la puissance du travail, mais aussi de la lutte sociale, avec des représentations de grèves ou de manifestations, comme par exemple chez Alexandre Steinlen. Enfin et surtout, le travail lui-même devient l’objet d’une nouvelle attention portée au corps, saisi dans l’effort, comme dans les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte (1875) ou les repasseuses d’Edgar Degas (1884-86). Au xxe siècle, chez les peintres épris de modernité, ceux du futurisme russe ou italien, comme, aussi, chez Fernand Léger en France, l’ouvrier n’est plus un « pauvre », c’est d’abord un « bâtisseur » sûr de sa puissance, technique et politique. Cette représentation conquérante du travail est partagée par les iconographies fasciste et communiste.

41L’histoire de la représentation du travail en littérature est parallèle à celle que nous venons brièvement de dresser pour les arts plastiques. Depuis Virgile au moins, la poésie a rendu hommage à la figure bucolique des travaux des champs qui semblent en harmonie avec la nature, dont ils accompagnent le rythme cyclique. Au xviiie siècle, les travaux artisanaux font l’objet d’une représentation savante systématique (littéraire et iconographique) des Encyclopédistes. À la veille de la Révolution, le peuple de Paris fait son entrée dans la littérature chez Restif de la Bretonne ou dans les Tableaux de Paris de Sébastien Mercier, mais, comme encore Honoré de Balzac ou Eugène Sue sous la Restauration et la monarchie de juillet, ce n’est pas au travail que ces auteurs s’intéressent, mais aux mœurs du peuple urbain, à ses misères et à ses turpitudes. Dans la première moitié du xixe siècle, les enquêtes sur la misère ouvrière se multiplient, en France et en Angleterre. Elles inspirent une littérature sociale engagée, comme les romans de Charles Dickens en Angleterre ou les Misérables de Victor Hugo en France. Le thème du travail lui-même devient plus important chez Emile Zola, qui s’intéresse à l’organisation de la production dans les premiers grands magasins (Au bonheur des dames, 1883) ou dans les mines (Germinal, 1885).

42Longtemps, le travail ne put être dissocié en littérature de la question sociale. Messieurs les ronds-de-cuir. Tableaux-roman de la vie de bureau publié en 1891 par Georges Courteline tranche avec la tradition misérabiliste. Il s’agit d’une satire acerbe du monde des employés de bureau qui témoigne de l’entrée en scène d’une nouvelle figure salariale, celle de l’employé à statut appartenant aux classes moyennes. La vie professionnelle, celles des classes les plus diverses de la société, est très présente dans les grandes fresques romanesques du xxe siècle, comme Les Thibaud de Roger Martin du Gard (1922-1937), La Chronique des Pasquier de Georges Duhamel (1933-1945), les Hommes de bonne volonté de Jules Romain (1932-1946), ce qui marque l’émergence du travail comme condition commune dans la société moderne, conformément à l’expérience sociale de ses écrivains, expérience partagée avec leurs lecteurs.

43Le monde ouvrier proprement dit reste pourtant une « terre de mission », que l’on va visiter pour en partager la dureté, comme Simone Weil dans La Condition ouvrière (1937), ou pour prendre la mesure de son moral et de sa dangerosité sociale, comme Jacques Valdour, écrivain proche de l’Action française, qui multiplia les enquêtes « participatives », selon l’expression contemporaine, dans le monde ouvrier de l’entre-deux-guerres. Les intellectuels maoïstes « établis » dans les usines après 1968 nourriront cette tradition. Dans cette littérature, il faut citer L’établi, récit publié en 1978 par Robert Linhart, qui relate son expérience ouvrière à l’usine Citroën du quai de Javel à Paris en 1969. Chronique d’une désillusion militante, l’ouvrage est aussi un riche témoignage sur l’organisation taylorienne du travail à son acmé, que Linhart parvient remarquablement à décrire, vu depuis le poste de travail de l’OS.

44Mais, pour qu’émerge un discours littéraire sur le travail ouvrier lui-même et non sur la condition sociale ou l’engagement militant ouvrier, il fallait que les ouvriers eux-mêmes prennent la plume. En 1945, Georges Navel, enfant d’une famille ouvrière lorraine, militant dans les milieux anarchistes de l’entre-deux-guerres, ouvrier itinérant épris de liberté, alternant les emplois les plus divers (travaux des champs, travaux publics, ouvrier métallurgiste) et une vie d’écriture dans une maison isolée de Provence, publie un petit ouvrage où il décrit ses Travaux. Il y montre la fatigue du corps, mais aussi le plaisir du geste, le souci de sa justesse :

  • 30 Georges Navel, Travaux, Paris, Stock, 1945, réed. Folio.

La fatigue existe, mais le métier n’est ni bête ni abrutissant. Il faut travailler en souplesse, surveiller ses mouvements. On ne manie bien la pioche que si on lui a prêté de l’attention. Les terrassiers s’en servent avec économie d’effort. Leurs gestes sont intelligents, bien réglés. Manier la pelle sans excès de fatigue, faire chaque jour une tâche égale exige de l’habileté. Quand il doit rejeter de la terre d’une tranchée très profonde, il n’est pas de terrassier qui ne se réjouisse de son lancer de pelle. De la répétition du même effort naît un rythme, une cadence où le corps trouve sa plénitude. Il n’est pas plus facile de bien lancer sa pelle que de lancer un disque. Avant la fatigue, si la terre est bonne, glisse bien, chante sur la pelle, il y a au moins une heure dans la journée où le corps est heureux30.

45Après la seconde guerre mondiale, Primo Levi, rescapé des camps nazis, sur lesquels il a livré un témoignage, va reprendre son travail d’ingénieur chimiste. À la manière de Navel, c’est un écrivain-travailleur. Dans une série d’ouvrages, il a décrit son travail de chimiste, mais aussi, dans La Clé à molettes (1978) celui d’un technicien monteur de structures industrielles. Ces ouvrages rendent compte du travail comme expérience, enquête permanente pour résoudre des problèmes, grands ou petits, dans la confrontation de l’homme aux choses. Le travail n’est plus ici pensé comme une condition de classe, mais bien comme une activité productive, dont l’expérience n’est pas réservée aux fractions les plus pauvres de la société, mais partagée, sur des modes divers, par la grande majorité des citoyens dans une société démocratique.

46Le cinéma est quant à lui un art de la société industrielle, dont il dépend techniquement. La cinématographie, comme d’ailleurs la photographie qui l’a précédée, est en ce sens une technique aux usages multiples, dont ceux ludiques et/ou artistiques. L’image animée fascine et, dès l’émergence de cette technique, on en fit un spectacle, dans les foires et les salles de spectacles avant de lui dédier des lieux adaptés. Mais on peut aussi enregistrer cinématographiquement à fin d’études scientifiques, pour conserver une mémoire historique ou ethnographique, pour transmettre de l’information (journalisme), pour instruire (pédagogie), pour faire passer un message (propagande, publicité), voire pour des fonctions de police (caméras de surveillance). Ces différents usages de l’outil cinématographique ne sont d’ailleurs pas exclusifs les uns des autres, comme en témoigne, par exemple, le genre documentaire, qui peut osciller entre les fins scientifiques, mémorielles, pédagogiques ou artistiques.

47Dès l’origine du cinéma, le travail fut filmé à des fins scientifiques. La genèse même de cette technique est liée aux études physiologiques sur le mouvement qui participent au projet d’une science naturelle du travail examiné au paragraphe 1.2. La chronophotographie, ancêtre de la cinématographie, développée par Eadweard Muybridge aux États-Unis et par Jules Marey en France visait à enregistrer sur une plaque photographique les étapes successives du mouvement d’un homme ou d’un animal pour en faire l’étude cinétique. On enregistra de même le maniement des outils pour mieux comprendre l’efficacité des gestes et les améliorer. Franck Gilbreth, disciple de Taylor, filma ainsi les mouvements des ouvriers dans le but d’éliminer les gestes inutiles. Plus récemment, ergonomes et psychologues du travail ont utilisé les techniques d’enregistrement filmique du travail dans des démarches dites d’« autoconfrontation » qui consistent à faire réagir les travailleurs à partir de la projection du film les représentant au travail.

48Comme spectacle de divertissement, le cinéma apparaît après que la peinture et la littérature aient donné ses marques de noblesse au travail, plus ou moins confondu avec la geste héroïque du mouvement ouvrier. Le cinéma constitue un média particulièrement efficace pour donner corps à cette figure du travail, tout à la fois exploité par le capital et fier de sa capacité productive, tout en filmant les univers spectaculaire de la mine, de l’usine, de la machine. Dans cette veine, on adapte notamment des romans de Zola comme Germinal (Albert Capellani, 1913) ou La bête humaine (Jean Renoir, 1938). La révolution soviétique de 1917 survient en pleine phase de développement du cinéma. Les dirigeants bolcheviques vont immédiatement promouvoir cet art populaire dans lequel ils voient un instrument puissant de formation des masses. La Grève, premier film réalisé par Sergueï Eisenstein en 1924, met en scène l’exploitation capitaliste et la révolte ouvrière dans la Russie d’avant la révolution.

49Dans les années 1930, l’usine, symbole d’une modernité deshumanisante jusqu’à l’absurde, peut devenir le décor de comédies satiriques. En 1931, René Clair tourne en France À nous la liberté où il met en scène le travail à la chaine dans une séquence qui inspira celle, justement célèbre, du chef d’œuvre de Charlie Chaplin, Les Temps modernes. Ce dernier film, sorti en 1936, alors que l’Amérique est encore sous le choc de la grande crise, est resté comme l’expression à la fois la plus caustique et la plus poétique du monde de l’usine, qui n’est présent pourtant que dans la première partie de l’œuvre. Un quart de siècle plus tard, c’est l’univers des grands bureaux à l’organisation industrielle que Billy Wilder sut mettre en scène dans La Garçonnière (1960). Le héros, qui fait carrière dans l’entreprise de façon peu orthodoxe (en mettant sa garçonnière à la disposition des amours illégitimes de ses chefs) monte dans la tour de l’entreprise, des grands bureaux paysagers des premiers étages où crépitent les machines comptables jusqu’aux bureaux feutrés du sommet hiérarchique.

50Il est impossible de véritablement identifier, dans le patrimoine cinématographique, les films de fiction qui traitent du travail, car tous les films, peu ou prou, évoquent ce thème au sens où le travail constitue une dimension incontournable de l’existence sociale ordinaire. Les héros vont, la plupart du temps, être caractérisés socialement par leur travail et on les représentera donc souvent, même furtivement, dans leur activité professionnelle. Même des films d’un genre très codé, comme les films policiers, décrivent un décor de travail et des pratiques professionnelles qui sont au cœur même de l’intrigue. Ce que l’on entend communément par « films sur le travail », thématique qui a fait l’objet au cours de ces dernières années de diverses rencontres cinématographiques, désigne en général des films à l’intention plus ou moins militante, soit documentaire, soit de fiction, qui dénoncent les conditions et l’organisation du travail, et exaltent les révoltes salariales. Ici encore, le travail est plus pensé comme rapport social que comme activité productive. Dans ce genre, il faut bien sûr faire une place particulière au cinéma militant qui s’est développé dans les années post-1968 et qu’il faut inscrire dans le même moment culturel que la littérature d’établis que nous avons citée plus haut.

51Cette représentation du travail comme rapport de classe que l’on trouve dans le cinéma militant s’oppose à celle que l’on trouve dans les films d’entreprises qui présentent, à des fins de propagande industrielle, les processus productifs comme purement techniques, parfaitement régulés, où le travail prend une dimension totalement fonctionnelle et désincarnée. Il est ainsi très difficile d’échapper à ces deux registres normatifs opposés qui, l’un et l’autre, contournent le travail pour exalter, soit la lutte sociale, soit la conquête technique. Il est donc intéressant, pour conclure ce paragraphe, de donner deux « mentions spéciales » à deux films, très différents l’un de l’autre, mais qui, chacun, fournit une représentation suggestive des conditions du travail moderne. Le premier : Le chant du styrène, est un film tourné en 1958 par Alain Resnais à la demande de l’entreprise chimique Pechiney qui montre la fabrication de la matière plastique dans une usine à flux continu d’où le travail semble avoir disparu. Le texte en « voix off » a été écrit, en alexandrins, par l’écrivain français Raymond Queneau, qui connaissait bien les travaux de Pierre Naville sur l’automation cités au paragraphe 2.3 Ce film constitue ainsi une représentation particulièrement fine de la fluidité industrielle. Le second Humain, trop humain a été tourné en 1972 par Louis Malle à l’usine Citroën de Rennes. De longs plans montrent le travail répétitif des ouvriers et des ouvrières. Le film, muet et sans voix off, dépourvu de tout pathos, constitue l’antithèse, en quelque sorte, des Temps modernes de Chaplin. Aux antipodes de l’agitation burlesque de Chaplin, le travail posté apparaît dans son apparente lenteur qui respire l’ennui des journées sans fin.

52Au terme de ce paragraphe, on voit toute la difficulté d’une « représentation du travail », par la peinture, la littérature ou le cinéma. Car le travail n’existe jamais sur un mode générique. Il n’y a que « des travaux » selon le beau titre de l’ouvrage de Georges Navel. Quand on parle du « travail », on désigne une catégorie abstraite : la marchandise de la théorie économique ou le mouvement ouvrier de la pensée sociale. De plus, il est de plus en plus difficile de décrire les travaux modernes qui passent par la médiation d’instruments dans lesquels les gestes humains ont été incorporés. Comment représenter le travail du surveillant-opérateur ? Resnais, dans le Chant du styrène, montre des yeux en mouvement. Comment représenter le « travail de pensée », de plus en plus important dans toutes les activités professionnelles ? C’est une question que nous nous étions posée pour le choix de l’illustration de couverture de notre Traité de sociologie du travail, cité supra. Comment échapper aux écueils symétriques des figures archaïques du travail ou des représentations des usines « hi-tech » ? Nous avions opté pour un clin d’œil ironique : une reproduction du « penseur » d’Auguste Rodin, ce corps puissant plongé dans la méditation.

Notes

1 Karl Marx, Le Capital, livre 1 (1867-1883), nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, PUF, 1993, p. 199-200.

2 Marcel Mauss, « Les techniques et la technologie » (1941), édition annotée par F. Vatin, in Revue du Mauss, n° 23, 2004.

3 André Leroi-Gourhan, Le Geste et la parole, Paris, Albin-Michel, 1964 (2 vol.), tome 1, p. 209.

4 Jacques Lafitte, Réflexions sur la science des machines (1932), Paris, Vrin, 1972.

5 Nicolas Dodier, L’Homme et la machine, Paris, Métailié, 1996.

6 Les historiens et sociologues français se sont appuyés sur un important chapitre du Capital de Marx, intitulé, dans la traduction française historique de cet ouvrage : « le machinisme et la grande industrie ». Il s’agit là d’une erreur de traduction. Marx, en fait, évoquait, dans le prolongement des technologues anglais, la « machinerie », c’est-à-dire le complexe de machines.

7 Jules Michelet, Le Peuple (1846), Paris, Flammarion, « GF », 1992, p. 144.

8 Georges Friedmann, Le Travail en miettes, Paris, Gallimard, 1956.

9 Cyropédie, livre VIII, chapitre 2

10 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, op. cit.

11 Adam Smith, op. cit., p. 82.

12 Pierre-Édouard Lemontey, « Influence morale de la division du travail considérée sous le rapport de la conservation du gouvernement et de la stabilité des institutions sociales » (1801), édition annotée par F. Vatin, in Revue du Mauss, n° 27, 2006, p. 384-397.

13 Voir sur cette question François Vatin, Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique, Paris, La Découverte, 2005 (chapitre 2) et, pour une approche résumée, Le Travail et ses valeurs, op. cit., chapitre 3.

14 Voir sur la sociologie des professions, Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998.

15 Pierre Naville, La Théorie de l’orientation professionnelle, Paris, Gallimard, 1946.

16 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970.

17 Everett Hughes, « Des erreurs dans le travail » (1951), in Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, p. 87-97.

18 Jean-Daniel Reynaud, Les Règles du jeu, Paris, Armand Colin, 1989.

19 Oliver Williamson, Les Institutions de l’économie (1985), Paris, Inter-éditions, 1994.

20 Vaucanson a d’ailleurs lui-même contribué de façon importante aux innovations dans l’industrie textile et aurait même précédé Jacquard dans son invention du métier à tisser automatique.

21 Andrew Ure, Philosophie des manufactures (1835), Bruxelles, Hauman, 1836, p. 1-2.

22 Jean de Sismondi, Nouveaux principes d’économie politique, Paris, 1819, tome 2, p. 331.

23 John Diebold, Automation. The Advent of the Automatic Factory, New York, Van Nostrand, 1952, trad. fce., Automatisme. Vers l’usine automatique, Paris, Dunod, 1957.

24 Pierre Naville (avec huit collaborateurs), L’Automation et le travail humain. Rapport d’enquête, France (1957-1959) Paris, Éditions du CNRS, 1961, p. 620.

25 Pierre Naville, Vers l’automatisme social ? Paris, Gallimard, 1963, p. 43.

26 François Vatin, La Fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincskieck, 1987.

27 Julien Turgan, in Les Grandes usines de France, tome XV, 1882.

28 Voir notamment Benjamin Coriat, Penser à l’envers : travail et organisation dans l’industrie japonaise, Paris, Christian Bourgois, 1991.

29 À l’inverse d’une telle représentation, on peut considérer que ce qui caractérise les sociétés démocratiques modernes, c’est que la contrainte de travail est devenue socialement presque universelle, même si les formes de ce travail continuent à différencier les couches sociales. Pour le dire autrement, l’activité des couches dirigeantes se formule comme un « travail », ce qui n’a pas toujours été le cas.

30 Georges Navel, Travaux, Paris, Stock, 1945, réed. Folio.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search