Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaissance, identité et intégration sociale

 | 
Christian Lazzeri
, 
Soraya Nour

Identification et emphathie

Lecture de Freud sur le transfert et sa liquidation : comment passe-t-on de l’identification à la reconnaissance en situation analytique ?

Nuno Proença

Texte intégral

1Comme, à certains égards – et en m’interrogeant sur les conditions que le travail psychanalytique à la fois requiert et met en évidence – il me semble que la situation clinique est un laboratoire des virtualités sociales d’une individualité, je vous invite à une lecture de Freud sur le transfert et sa liquidation de façon à répondre à la question de savoir comment on passe de l’identification à la reconnaissance en situation psychanalytique. Ma réponse est que ce passage a lieu, entre autres, grâce à des formes particulières d’inclusion.

  • 1 À propos de la notion d’identification telle qu’elle est employée par la terminologie freudienne e (...)

2J’entends ici de façon générale l’identification1 comme un processus psychologique par lequel un sujet assimile un aspect, un trait, un attribut de l’autre et se transforme, totalement ou partiellement, sur le modèle de celui-ci. L’identification a aussi un rapport avec le verbe identifier, que ce soit au sens transitif ou au sens réflexif. Ainsi, nous identifions quelque chose ou quelqu’un, comme lorsque les suspects d’un crime sont identifiés par des témoins qui en reconnaissent les traits distinctifs. Ces traits sont parfois ceux d’un groupe et nous reconnaissons l’appartenance d’un individu à ce groupe parce que nous identifions chez lui les caractéristiques qui définissent les éléments de ce groupe. Cette forme d’identification est cognitive et logique. Qu’ensuite les éléments de ce groupe se reconnaissent parce qu’ils identifient chez d’autres les caractéristiques qu’ils tiennent comme étant celles qui les incluent dans un groupe ou un ensemble et voilà que nous sommes déjà dans le sens réflexif du verbe identifier. Des individus s’identifient, non seulement parce qu’ils reconnaissent ce qui relève d’eux-mêmes dans le rapport avec les autres, mais aussi parce qu’ils retrouvent chez d’autres des caractéristiques qui sont les leurs ou qu’ils assimilent, parmi lesquelles cette capacité à reconnaître et à identifier conjuguée de façon transitive ou réflexive. Mais, parmi les semblables, s’identifier revient à être en mesure de déterminer ce qui nous est propre et à dire : Ah oui, ça c’est moi ! (ce qui est une forme de la reconnaissance de soi) tout en déterminant par cela ce qui relève de l’autre et diffère : Ah non, lui ce n’est pas moi. Si nous revenons à l’identification de quelqu’un, par exemple des suspects ou une ancienne amie que nous rencontrons dans une gare, « identifier » repose sur « reconnaître » et la reconnaissance peut s’entendre comme l’acte qui rapporte la perception actuelle de quelqu’un à un souvenir qui enracine le présent dans l’intériorité et met en évidence une continuité entre passé et avenir, une unité malgré les changements et une identité en dépit des différences.

3Reste maintenant la question de la reconnaissance comme gratitude, mais aussi comme acceptation de la part d’institutions ou de groupes. On pourrait ajouter d’autres formes de reconnaissance comme estime, comme amour-propre, ou simplement comme affirmation ou acceptation des modes d’être, des choix d’être ou simplement de l’existence de soi ou d’autres. Ces formes de reconnaissance s’expriment à peu près comme ceci : Oui, c’est vrai, vous êtes comme ça, et c’est bien ou alors : oui, c’est bien vous, oui, c’est bien moi. Et, en un sens, ces formes accompagnent la reconnaissance comme réciprocité et celle-ci accompagne l’identification comme capacité à se mettre à la place d’un autre tenu pour égal. Ces formes de reconnaissance conjuguées avec des formes d’identification mettent en évidence la part des autres en nous. Le transfert tel qu’il est présenté par Freud est un phénomène qui met en jeu l’ensemble de ces formes d’identification auxquelles s’ajoutent des formes pathologiques de l’identification et de la reconnaissance, que l’on pourrait appeler volontiers fausse reconnaissance et fausse identification, qui font voir ce que peut avoir de flou la limite entre le soi et l’autre, entre le dedans et le dehors. Ce flou est un terrain propice pour que s’instaurent les quiproquos et les méprises qui fondent le transfert.

4La situation psychanalytique se caractérise par cela qu’elle réunit à partir de la règle fondamentale qui l’instaure un champ clinique particulier où la progression de l’investigation s’accompagne d’effets relationnels et thérapeutiques pour les sujets qui s’y engagent. Elle ouvre la possibilité de réunir des matériaux qui sont exclus de la vie consciente des individus mais qui se manifestent au sein de cette vie consciente par des formes pathogènes. Cette règle détermine également des procédés capables de tirer une plus-value cognitive et thérapeutique des rapports qui s’établissent entre les individus engagés dans ce travail. Rappelons-en rapidement une formulation qui souligne son rapport avec la remémoration :

  • 2 Freud Sigmund, « Psychanalyse » et « Théorie de la libido », in Résultats, Idées, Problèmes, tome (...)

On engage le traitement en invitant le patient à se mettre dans la situation d’un auto-observateur attentif et dénué de passion, à ne recueillir toujours que la surface de sa conscience et, d’une part à se faire un devoir de la plus totale franchise, d’autre part, à n’exclure de la communication aucune idée subite, même si : 1) on devait la ressentir comme par trop désagréable, ou même si 2) on ne pouvait pas la juger autrement qu’insensée, 3) par trop anodine, 4) étrangère à ce que l’on cherche. Il s’avère régulièrement que les idées subites, suscitant les critiques mentionnées en dernier, sont justement celles qui ont une valeur particulière pour la découverte de ce qui est soumis à l’oubli2.

5C’est justement en tant que résistance aux matériaux exclus des séries associatives des patients que vont se développer les transferts sur la personne du psychanalyste. Le transfert est lui aussi issu de ce qui concourt à l’oubli et à la formation de zones du tissu psychique qui sont refoulées. Du coup il sert l’effort d’exclusion de la vie consciente d’une part des matériaux psychiques. Comment cela ?

6Une des hypothèses que l’instauration de ce champ particulier émet de façon performative et qui, en un sens, apparaît tout au long des textes de Freud, des premiers écrits sur la psychothérapie de l’hystérie aux Constructions dans l’analyse datées de 1937, c’est qu’il est possible de retisser les fils de la mémoire et d’en réunifier le tissu par l’inclusion de matériaux refoulés. Cette réunion s’accompagne du passage d’un refus à une acceptation. L’autre hypothèse est que la remémoration des matériaux a une valeur explicative autant que thérapeutique. La réunion exhaustive des matériaux frappés par le refoulement, et leur inclusion dans la vie consciente équivaut à la disparition des symptômes. Une autre hypothèse de la clinique psychanalytique est que le jeu de forces opposées qui donnent naissance aux symptômes, les conflits intrapsychiques qui ont pour effet l’exclusion des matériaux vont être revécus intersubjectivement dans les rapports entre thérapeutes et patients. C’est donc par les rapports particulièrement étonnants qui sont ceux du transfert que ces matériaux vont faire leur retour dans le champ analytique et qu’ils vont être identifiés par les partenaires du travail avant d’être reconnus comme relevant de la vie psychique du patient. Par le transfert, et ensemble avec des matériaux frappés par l’oubli, à mesure qu’ils refont surface, vont être répétées les teneurs et les possibilités relationnelles qui ont accompagné la formation des matériaux pathogènes. En situation psychanalytique, nous explique Freud,

  • 3 Freud Sigmund, « Fragments d’une analyse d’hystérie, Dora », in Cinq psychanalyses, Paris, PUF, «  (...)

le transfert ne peut être évité, car il est utilisé à la formation de tous les obstacles qui rendent inaccessibles le matériel, et parce que la sensation de conviction relative à la justesse des contextes reconstruits ne se produit chez le malade qu’une fois le transfert résolu3.

7La reconstruction des contextes passés est reconstruction de l’édifice mnémonique et élargissement du tissu associatif. On le constate : cette reconstruction et cette levée du refoulement équivalent à une inclusion des matériaux mis à l’écart. Le revers de ce travail est la disparition progressive des symptômes et des conflits de la vie psychique qu’ils expriment.

8Mais ce phénomène transférentiel n’est pas limité à la psychanalyse. Il est aussi présent ailleurs, dans d’autres formes cliniques, et dans notre vie sociale. La différence c’est que le champ psychanalytique s’instaure aussi de la possibilité de l’identifier et d’en faire une utilisation thérapeutique. Dans ce terrain clinique qui s’avère pouvoir être un terrain de conflits, d’obstacle le plus redoutable le transfert devient l’arme la plus efficace.

  • 4 Ibid., p. 88.

La cure psychanalytique, écrit Freud, ne crée pas le transfert, elle ne fait que le démasquer, comme les autres phénomènes psychiques cachés. Ce qui différencie les autres cures de la psychanalyse ne se manifeste qu’en ceci : le malade, au cours [de celles-là] ne fait spontanément appel qu’à des transferts affectueux et amicaux en faveur de sa guérison ; là où c’est impossible, il se détache aussi vite que possible du médecin qui ne lui est pas « sympathique » et sans être influencé par lui. Dans le traitement psychanalytique, par contre, et ceci en rapport avec une autre motivation, toutes les tendances, même les tendances hostiles, doivent être réveillées, utilisées pour l’analyse en étant rendues conscientes ; ainsi se détruit sans cesse à nouveau le transfert4.

9La liquidation du transfert passe par la reconnaissance de matériaux rejetés et par la mise en jeu intersubjective des forces hostiles de refus et d’exclusion qui sont à l’œuvre dans la vie psychique d’un individu. Parce que le transfert agit comme une répétition qui s’ignore de schèmes relationnels de temps qui ne cessent d’avoir été, sa liquidation équivaut aussi à la reconnaissance d’un passé et à son intégration comme tel au sein des rapports sociaux présents. Mais pendant que le transfert dure, il repose sur des figures de fausse identification qui concourent à éviter que les matériaux soient pensés. Écoutons à nouveau Freud :

  • 5 Ibid., p. 86-87.

Que sont les transferts ? Ce sont de nouvelles éditions, des copies des tendances et des fantasmes qui doivent être éveillés et rendus conscients par les progrès de l’analyse, et dont le trait caractéristique est de remplacer une personne antérieurement connue par la personne du médecin. Autrement dit, un nombre considérable d’états psychiques antérieurs revivent, non pas comme états passés, mais comme rapports actuels avec la personne du médecin. Il y a des transferts qui ne diffèrent en rien de leur modèle quant à leur contenu, à l’exception de la personne remplacée. Ce sont donc, en se servant de la même métaphore, de simples rééditions stéréotypées, des réimpressions5.

10Pour que le transfert soit liquidé, les patients auront non seulement à reconnaître les matériaux psychiques qui leur sont propres, et du coup à se reconnaître (ah oui, ça c’est moi, ça relève de mon activité !) mais aussi à reconnaître la personne du médecin comme étant différente des personnes qui ont servi à la genèse des prototypes relationnels, des imagos, dont ils sont les porteurs. À cette fin, bien entendu, et pour poursuivre la métaphore, ils devront être en mesure de reconnaître que les originaux sont issus de leur vie psychique, et que la possibilité d’en rééditer des copies à la place d’êtres nouvellement rencontrés est également issue de leur vie intérieure. Il faudra identifier le leurre par la réadmission des matériaux exclus qui sont hallucinés au lieu de l’autre avant de reconnaître cet autre comme différant. Cette fausse identification, cette hallucination au lieu d’un autre est ce qui fait l’investissement transférentiel. D’abord, explique Freud,

  • 6 Freud Sigmund, « La dynamique du transfert », 1912, in La Technique psychanalytique, Paris, PUF, « (...)

ainsi que nous le prévoyons, cet investissement va s’attacher à des prototypes, conformément à l’un des clichés déjà présents chez le sujet en question. Ou encore le patient intègre le médecin dans l’une des « séries psychiques » qu’il a déjà établies dans son psychisme. Tout concorde avec les relations réelles entre le patient et son médecin quand, suivant l’heureuse expression de Jung, c’est l’imago paternelle qui donne la mesure de cette intégration. Mais le transfert n’est pas lié à ce prototype et peut se réaliser aussi selon les images maternelles, fraternelles, etc6.

11On retrouve une considération semblable à propos du transfert dans un texte intitulé « Sur la psychologie du lycéen » qui met en évidence par ailleurs l’importance du rôle social de ces prototypes relationnels très tôt définis dans la vie d’un individu.

  • 7 Freud Sigmund, « Sur la psychologie du lycéen », in Résultats, Idées, Problèmes, tome I, PUF, « Bi (...)

[L]es positions affectives vis-à-vis des autres personnes, qui sont de la dernière importance pour le comportement ultérieur de l’individu, sont arrêtées à un âge dont on ne soupçonne pas combien il est précoce. Dès les six premières années de l’enfance, le petit homme établit le mode et la tonalité affective de ses relations aux personnes de l’un et l’autre sexe, il peut à partir de là les développer et les transformer selon des directions déterminées, mais il ne peut plus les abolir. Les personnes auxquelles il se fixe de cette façon sont ses parents et ses frères et sœurs. Tous les êtres qu’il connaît plus tard deviennent pour lui des personnes substitutives de ces premiers objets de ses sentiments (peut-être aussi des personnes qui, en plus de ses parents, l’ont élevé) et se classent pour lui en séries qui procèdent des « imagines », comme nous disons, du père, de la mère, des frères, des sœurs, etc. Tous ceux qu’il connaît plus tard ont donc à assumer une sorte d’héritage sentimental, ils rencontrent des sympathies et des antipathies à la genèse desquelles ils n’ont eux-mêmes que peu contribué ; tout choix ultérieur d’amitié et d’amour se fait sur fond de traces mnésiques laissées par ces premiers modèles7.

12Ce sera le cas aussi pour les psychanalystes. Seulement, et pour des desseins thérapeutiques, celui-ci pourra mettre en lumière la répétition à l’œuvre dans la vie relationnelle d’un individu et transformer ce faisant les virtualités de ses rapports. Si le travail psychanalytique est mené avec succès, les limites du propre sont reconnues ainsi que les formes du transfert qui les prolongeaient par-delà l’autre et abolissaient la possibilité d’en reconnaître l’altérité. Par le transfert, le psychanalyste se trouve comme répondant au lieu d’un autre dont il révèle au patient (à des fins thérapeutiques ou de formation) l’importance dans la genèse de ses virtualités relationnelles et des possibilités de son être à un moment donné. Cette mise en lumière rend possible l’inclusion dans le tissu psychique conscient des matériaux frappés par le refoulement. Et c’est, il me semble, la règle fondamentale et sa formulation chaque fois réitérée de façon performative qui permettent de penser le phénomène du transfert comme une méprise fondée sur une analogie de rapport qui, en dernier ressort, revient à une identification par projection.

13Prenons comme exemple un cas transférentiel qui a l’avantage d’être présenté dans un texte que Freud consacre à l’étude de certaines formes sociales. On le trouve dans Psychologie des foules et analyse du moi. C’est le cas du meneur qui est mis à la place de l’idéal du moi des membres d’un groupe. Voilà une forme de transfert ostensiblement sociale. Selon l’hypothèse freudienne,

  • 8 Freud Sigmund, « Psychologie des foules et analyse du moi », 1921, in Essais de psychanalyse, Pari (...)

une telle foule primaire est une somme d’individus, qui ont mis un seul et même objet à la place de leur idéal du moi et se sont en conséquence, dans leur moi, identifiés les uns aux autres8.

  • 9 Ibid., p. 177.
  • 10 Ibid., p. 173.

14Ici, l’objet aimé sert à remplacer un idéal du moi propre, non atteint, « on l’aime à cause des perfections auxquelles on a aspiré pour le moi propre et qu’on voudrait maintenant se procurer par ce détour pour satisfaire son narcissisme9 ». Ce qui arrive avec les foules, mis à part l’effet d’identification entre ceux qui ont pour objet d’amour un même être qui incarne leur idéal, peut arriver entre le psychanalysant et le psychanalyste. Cela met en évidence, ce qui d’ailleurs est aussi une hypothèse freudienne, un moi partagé. Si l’idéal du moi a aussi « les fonctions d’auto-observation, de conscience morale, de censure onirique et l’exercice de l’influence essentielle lors du refoulement10 », le psychanalysant va chercher auprès du psychanalyste que ce dernier exerce auprès de lui ces fonctions. Pour liquider le transfert il faudrait que le patient soit en mesure d’identifier son idéal et de le distinguer de l’analyste. Cela aura lieu par insatisfaction de l’attente ainsi formulée par le psychanalysant. Elle est une non-reconnaissance de la part de l’analyste de l’identification que les patients établissent par le transfert, c’est-à-dire, la non-satisfaction de l’attente que celle-ci formule. La mise en lumière de la répétition de schèmes relationnels intra- et intersubjectifs ne peut se faire que s’ils ne trouvent pas satisfaction auprès des thérapeutes. Ainsi les thérapeutes apparaîtront-ils progressivement comme différant des objets qui satisfont ces figures relationnelles, et permettent la répétition de certaines manières d’être des patients. L’analyste travaillera aussi à défaire ce leurre transférentiel qui, en dernière instance, semble être projectif. Car, d’une certaine façon, le psychanalysant, par cet amour transférentiel, est dans un rapport d’identification à son thérapeute, dans un double sens, centripète autant que centrifuge. En aimant celui qui incarne son idéal, non seulement il est en train de projeter son idéal sur le psychanalyste, comme il est, par ce même amour de transfert, en train d’en acquérir les traits distinctifs jugés comme des perfections. On dira que le transfert est une méprise et un leurre. Il ne peut être liquidé que si les conditions de cette projection, de cette mise au-dehors-au-lieu-d’un-autre d’une part de soi sont reconnues et cessent d’exister. Cette mise au-dehors, d’après les hypothèses freudiennes qui concernent la projection, relève d’une tentative d’exclusion d’une part de soi. Cette exclusion repose, à son tour, sur un conflit entre des instances intrapsychiques. Faire cesser le conflit c’est permettre l’inclusion en soi des parties naguère jetées au-dehors, ce qui n’est possible que par la reconnaissance des matériaux psychiques frappés par le refoulement. En prolongeant les hypothèses de la seconde topique freudienne, la situation psychanalytique et le travail clinique qui s’y déroule vont instaurer un lieu psychique où les conflits intrasubjectifs, et intersubjectifs, réels ou fantasmatiques, vont pouvoir se manifester. La relation qui s’y instaure, à être ouverte à la communication et à la mise en paroles, serait en mesure de déjouer l’oubli et la répétition. Elle rendrait possible l’identification d’un passé et la reconnaissance de l’altérité. Elle s’accompagnerait de la cessation d’une identification pathogène qui est une hallucination à la surface sociale de schèmes relationnels qui accompagnent des matériaux psychiques frappés par le refus. Le transfert en situation psychanalytique va permettre à l’ensemble des identifications de se déployer et de se « délier » avant que le champ relationnel qu’elles définissent ne soit transformé.

15Le terme de « projection » tel qu’il est employé en psychanalyse équivaut à une expulsion hors de soi et à une localisation dans l’autre (à une mise hors de soi, au « dehors », là où se trouve un autre) d’un matériau pathogène qui est refusé, et dont l’inclusion en soi par reconnaissance et réadmission n’a pas (ou pas encore) eu lieu. On projette par expulsion hors de soi et localisation dans l’autre et au-dehors des qualités, des sentiments, des aspirations, des désirs, que nous refusons de reconnaître en nous. Le symptôme de défense qui accompagne la projection est la méfiance et le délire est la forme qu’assume dans ce cas-ci, de façon éminemment sociale, le retour du refoulé. Il y aurait chaque fois cette part de délire dans le rapport transférentiel. Dans le psychanalyste, des imago issues de l’histoire du psychanalysant sont hallucinés. Mais c’est seulement en tant que celui-ci n’est pas en mesure de les identifier comme issues de son dedans, c’est-à-dire, en tant qu’il est incapable de les reconnaître et de les inclure dans ce qu’il identifie comme étant issu de soi-même. Cette hallucination du dedans en tant que dehors, à la surface, est le résultat d’une forme d’exclusion. Mais il ne faut pas la confondre avec les fois où le psychanalyste « fait penser » à un tiers, par exemple. C’est cette impossibilité de penser à qui fait que le matériau frappé de refus est halluciné et mis à la place de ce ou, celui qui y fait penser. L’impossibilité de la reconnaissance de soi par soi, et de l’identification de la part des autres en soi, ceux dont nous portons le souvenir ou la mémoire, s’accompagne ici d’une identification pathogène parce qu’un élément du tissu associatif est refusé. C’est à se rendre inhospitalier à l’égard de ces autres issus de notre passé et dont nous sommes porteurs en notre mémoire que nous créons des conditions pour en halluciner de façon délirante le retour chez ceux dont nous nous méfions. Il y a donc un rapport entre exclusion et méfiance qui est mis en évidence par le délire. Freud a un mot sur le délire comme échec de la tentative d’inclusion des matériaux historiques qui composent la toile mnésique d’un sujet. Et comme c’est Freud lui-même qui instaure une analogie entre la vie psychique d’un individu et celle de l’humanité, je crois qu’à plus forte raison l’analogie avec des groupes sociaux est rendue très aisée. Du coup nous pouvons en profiter pour en évaluer les effets en termes d’inclusion (sociale) se faisant par la reconnaissance.

  • 11 Freud Sigmund, « Constructions dans l’analyse », in Résultats, Idées, Problèmes, tome II, op. cit.(...)

Les délires des malades m’apparaissent comme des équivalents des constructions que nous bâtissons dans le traitement psychanalytique, des tentatives d’explication et de restitution, qui, dans les conditions de la psychose, ne peuvent pourtant conduire qu’à remplacer le morceau de réalité qu’on dénie dans le présent par un autre morceau qu’on avait également dénié dans la période d’une enfance reculée. […] De même que l’effet de notre construction n’est dû qu’au fait qu’elle nous rend un morceau perdu d’histoire vécue, de même le délire doit sa force convaincante à la part de vérité historique qu’il met à la place de la réalité repoussée. De cette manière je pourrais appliquer au délire ce que, jadis, j’ai énoncé pour la seule hystérie : le malade souffre de réminiscences. Et enfin, [s]i l’on considère l’humanité comme un tout, et qu’on la mette à la place de l’individu isolé, on trouve qu’elle aussi a développé des délires inaccessibles à la critique logique et contredisant la réalité. S’ils peuvent malgré cela exercer un empire extraordinaire sur les hommes, la recherche conduit à la même conclusion que pour l’individu isolé. Leur pouvoir provient de leur contenu de vérité historique, vérité qu’ils ont été puiser dans le refoulement des temps originaires oubliés11.

16C’est donc sur ce mouvement de rejet d’une part de soi en tant qu’il est caractéristique de l’effort du refoulement et sur son rapport à la projection telle qu’elle est très précisément définie par la terminologie psychanalytique que j’aimerais m’attarder. Nous pourrons ainsi comprendre pourquoi rejet et refoulement poursuivent un mouvement d’exclusion qui est présent dans le transfert et pourquoi, en revanche, le gain mnésique qui accompagne la liquidation du transfert équivaut à une inclusion en soi de matériaux naguère frappés par le refus. Pour ce faire, et pour conclure, je vais reprendre un texte de Freud qui pourra nous éclairer à ce propos. Il ne traite pas directement de la projection ni de l’identification, mais de la dénégation. C’est d’ailleurs son titre. La projection et les leurres qu’elle crée en termes d’identification reposent en dernière analyse sur l’hypothèse d’une partition au sein de la personne et sur un rejet sur l’autre d’une part de soi qui est refusée. La réadmission au sein du moi des matériaux ainsi frappés de refus devrait s’accompagner, au contraire, d’une reconnaissance de soi par soi ; d’une adhésion de soi à soi et d’une inclusion en soi de ce qui, avant, a été mis au-dehors. Le texte sur la négation met en évidence une part logique de la structure de l’identification de soi. Le jugement affirmatif (oui, c’est moi) sera celui de la reconnaissance de ce qui relève du propre. Il s’exprime par l’adhésion de soi à soi, par l’acceptation de soi. Le jugement négatif, (non, cela n’est pas moi) en revanche, devrait accompagner un effort d’exclusion, de refus et de rejet de la part de soi qui se retrouve projetée au lieu de l’autre. Or, que nous dit Freud au sujet de la genèse psychique de ces deux formes de jugement ?

  • 12 Freud Sigmund, « La dénégation », in Résultats, Idées, Problèmes, tome II, op. cit., p. 138-139.

La fonction de jugement doit pour l’essentiel aboutir à deux décisions. Elle doit prononcer qu’une propriété est ou n’est pas à une chose, et elle doit concéder ou contester à une représentation l’existence dans la réalité. La propriété dont il doit être décidé pourrait originellement avoir été bonne ou mauvaise, utile ou nuisible. Exprimé dans le langage des motions pulsionnelles les plus anciennes, les motions orales : cela je veux le manger ou bien je veux le cracher, et en poussant plus avant le transfert [de sens] : cela je veux l’introduire en moi, et cela l’exclure hors de moi12.

17Si nous poursuivons la lecture de Freud nous trouverons encore une réponse à notre question de savoir ce que serait au fond l’inclusion dans l’hypothèse freudienne et en quoi elle déterminerait les rapports de soi à soi et de soi à d’autres.

  • 13 Ibid.

18L’étude du jugement nous dévoile et nous fait pénétrer, peut-être pour la première fois, la fonction intellectuelle à partir du jeu des motions pulsionnelles primaires. Le juger est le développement ultérieur, approprié à une fin de l’inclusion dans le moi ou de l’expulsion hors du moi qui, originellement, se produisaient selon le principe de plaisir. Sa polarité semble correspondre à l’opposition des deux groupes de pulsions dont nous avons accepté l’hypothèse. L’affirmation – comme substitut de l’unification – appartient à l’Éros, la négation – successeur de l’expulsion – appartient à la pulsion de destruction13.

Notes

1 À propos de la notion d’identification telle qu’elle est employée par la terminologie freudienne et sur la différence avec l’emploi du terme par la psychologie et la psychiatrie, nous pouvons nous reporter à l’article « Identification » du Vocabulaire de la psychanalyse de Laplanche Jean et Pontalis Jean-Bertrand, Paris, PUF.

2 Freud Sigmund, « Psychanalyse » et « Théorie de la libido », in Résultats, Idées, Problèmes, tome II, Paris, PUF, « Bibliothèque de psychanalyse », 1999, p. 55.

3 Freud Sigmund, « Fragments d’une analyse d’hystérie, Dora », in Cinq psychanalyses, Paris, PUF, « Bibliothèque de psychanalyse », 1993, p. 88.

4 Ibid., p. 88.

5 Ibid., p. 86-87.

6 Freud Sigmund, « La dynamique du transfert », 1912, in La Technique psychanalytique, Paris, PUF, « Bibliothèque de psychanalyse », 1953, p. 52. Le texte de C.G. Jung dont il s’agit a pour titre Wandlungen und Symbole der Libido et se trouve dans le Jahrbuch für Psychoanalyse, III.

7 Freud Sigmund, « Sur la psychologie du lycéen », in Résultats, Idées, Problèmes, tome I, PUF, « Bibliothèque de psychanalyse », Paris, 1984, p. 230.

8 Freud Sigmund, « Psychologie des foules et analyse du moi », 1921, in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 1981, p. 181.

9 Ibid., p. 177.

10 Ibid., p. 173.

11 Freud Sigmund, « Constructions dans l’analyse », in Résultats, Idées, Problèmes, tome II, op. cit., p. 281.

12 Freud Sigmund, « La dénégation », in Résultats, Idées, Problèmes, tome II, op. cit., p. 138-139.

13 Ibid.

Auteur

École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540