Version classiqueVersion mobile

La sociologie malgré tout

 | 
Alain Caillé

Considérations méthodologiques intermédiaires

Chapitre XI Jugements de fait, jugements de raison et jugements de valeur1

Texte intégral

  • 1 Une version plus courte de ce texte a été publiée in L’Économie normative, Brochier Hubert (...)

Àla différence de la littérature , du journalisme ou de l’idéologie, les sciences du social-historique (autre nom possible de la science sociale) seraient autorisées, croit-on le plus souvent, à se parer à bon droit du titre de sciences pour autant qu’elles parviennent ou au minimum s’efforcent d’émettre des propositions impersonnelles et objectives ; de produire, autrement dit, des jugements de fait ou de raison qui soient rigoureusement indépendants de tout jugement de valeur. C’est cette indépendance de la connaissance vis-à-vis de la normativité qui la rendrait scientifique.

1On voudrait suggérer ici, au contraire, qu’une telle tentative d’immuniser radicalement jugements de fait et de raison face aux risques d’une contamination normative, ou axiologique, est non seulement impossible mais aussi probablement non souhaitable. J’ai bien dit que j’espérais suggérer et non démontrer. Si l’on se met en effet en position de réfléchir sur les liens qu’entretiennent – ou que devraient entretenir – dans nos disciplines, jugements de fait, de raison et de valeur, la question se pose en effet aussitôt de savoir si cette investigation doit être effectuée d’un point de vue empirique, du point de vue de la Raison ou bien de celui de la normativité. La réponse à une telle question, d’ailleurs susceptible de se redoubler à l’infini, supposerait le problème résolu avant même d’avoir été traité. On conclura donc qu’entre ces trois types de jugements il existe une relation d’incertitude.

2Pour éviter de me laisser submerger par cette incertitude je procéderai par affirmations lapidaires et péremptoires, que je n’aurai pas le temps d’argumenter, mais que j’essayerai d’ordonner en les regroupant en quatre temps. Dans un premier, je procéderai à une esquisse de balisage du problème. Dans un deuxième j’essayerai de tirer quelques leçons sur les rapports entre jugements de réalité et jugements de valeur à partir d’une brève comparaison des positions de Durkheim et de Weber. Dans une troisième, plus brève encore, je dirai quelques mots sur la façon spécifique dont ce problème de la place de la normativité dans le processus de la connaissance se pose à la science économique. Et j’essayerai, pour finir, d’énoncer quelques conclusions générales dont je suis incapable de dire si c’est empiriquement, rationnellement ou normativement que mon propos les implique.

Premier balisage

31 – Il faudrait, pour commencer, nous mettre d’accord sur le degré d’unité de ce qu’on vient de qualifier de sciences du social historique. Sur la compréhension et l’extension de cette étiquette. La question se pose d’autant plus ici qu’il n’est pas certain que la science économique se considère comme faisant partie de ce qu’il devenu usuel d’appeler les sciences de l’Homme et de la société. Ici encore, le risque est grand de s’enliser dans des discussions sans fin. Posons donc que toutes les sciences du social historique, toutes les sciences de l’homme et de la société – en y incluant la science économique et probablement aussi la philosophie politique –, présentent au moins une unité négative, en creux. Elles sont en effet manifestement et communément irréductibles à deux grands blocs opposés d’activité discursive ou paradiscursive : celui que composent les mathématiques et les sciences expérimentales de la nature, d’une part ; celui de la littérature et de l’art, d’autre part. À la différence des activités comprises dans le second bloc elles visent, comme les activités discursives du premier bloc, à produire une connaissance explicite, systématique et en principe cumulable au terme d’une division organisée et instituée du travail intellectuel. Mais, à la différence des sciences mathématiques et expérimentales, elles se trouvent confrontées à une indétermination intrinsèque à leur objet ; cette indétermination qui résulte de ce que l’action ou les systèmes d’action qu’elles étudient ne se déploient pas mécaniquement, mais en fonction d’une visée de signifier et de faire sens.

  • 2 Sur ce point, d’une importance capitale, nous ne disposons que de fort peu d’analyses. Par (...)

42 – C’est ici qu’il apparaît que les jugements de valeur ne peuvent pas être aussi aisément exclus de nos disciplines qu’ils ne le sont de la physique ou des mathématiques. Nos objets d’étude sont en effet intrinsèquement normatifs2. Autrement dit : quand bien même le savant parviendrait à se préserver de tout jugement de valeur, il n’en resterait pas moins que ceux dont il étudie l’action et l’interaction, sujets individuels ou collectifs, sont, eux, constitués en tant que sujets de l’action précisément par ces jugements de valeur. La difficulté spécifique aux sciences du social historique, par rapport aux sciences dites exactes, tient à ce que leurs objets sont des sujets (ou des relations entre des sujets) qui émettent non seulement des jugements de fait et des jugements de raison – ce dont se préoccupe ce qu’on appelle aujourd’hui le cognitivisme –, mais autant ou plus, des jugements de valeur.

  • 3 Ducrot Oswald et Todorov Tzvetan, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Par (...)
  • 4 Qu’on me permette ici une touche personnalisée. Questionné par moi sur ce point, qui me se (...)

53 – Nous reviendrons sur cette question. Mais dans l’immédiat, au stade où nous en sommes, il reste à établir que la croyance dans l’idée que la séparation absolue des jugements de fait et des jugements de valeur représente la condition minimale et sine qua non de l’accès à la scientificité, est bien la croyance la mieux partagée dans nos disciplines. À ma grande surprise, je n’ai guère trouvé dans les manuels les illustrations de cette croyance que je cherchais. Mais on peut supposer, que c’est parce que cette croyance va absolument de soi et sans dire qu’il n’est même plus besoin de la rappeler. Elle constitue en effet, je crois, une évidence aux yeux de tous ceux pour qui la science sociale doit s’apparenter le plus possible à une physique sociale. Sans doute sont-ils particulièrement nombreux chez les économistes. Mais elle est très répandue également par exemple chez les anthropologues sensibles aux promesses d’un certain structuralisme. La chose est vraie également chez les linguistes. Dans la première édition de son Dictionnaire encyclopédique du langage3, par exemple, Oswald Ducrot présentait la science du langage comme une « copie des sciences de la nature ». Et même lorsqu’il est renoncé à l’idéal – ou au fantasme, comme on voudra – d’une possible identité de la science sociale avec les sciences de la nature, l’interdit sur les risques de confusion entre jugement positif et jugement normatif demeure. Il est encore très fort, par exemple, chez un Jean-Claude Passeron, dont l’œuvre épistémologique représente pourtant sans doute la contribution récente la plus importante à une critique de l’emprise du modèle expérimentaliste sur les cervelles des chercheurs en sciences sociales4. Tout ceci autorise à poser que le moment normatif constitue la dimension dont l’exclusion – ou, pour mieux dire, la forclusion – est ce qui alimente la dérive scientiste des sciences du social-historique. Ou, pour le dire autrement, des quatre impératifs méthodologico-épistémologiques qu’il est, comme nous venons de le voir dans l’introduction de cette partie, possible d’assigner, aux sciences sociales, l’impératif normatif est celui qui se tient en exclusion interne par rapport à leur champ épistémique.

64 – C’est ici que se pose la question, ou plutôt les questions, de la place que doivent occuper les jugements de valeur au sein de la science sociale. Le savant peut-il prétendre « comprendre » ou interpréter les valeurs qui constituent son objet d’étude en faisant abstraction de ses propres valeurs ? Et comment doit-il faire, seconde question ? Et enfin, quel est le but que vise l’activité scientifique ? Est-il un but exclusivement et purement cognitif ? N’est-il pas plutôt de contribuer à nous permettre de prendre des décisions en éclairant nos jugements de valeur ? Ou encore, les jugements de fait doivent-ils à jamais rester de simples jugements de fait, ou ont-ils vocation à se transformer de proche en proche, à se transmuer, en jugements de valeur ? Et selon quelle alchimie ? Ce sont précisément ces questions qui constituent le fond de la réflexion épistémologique de la grande tradition sociologique, celle de Durkheim et de Weber. Nous retournerons dans un instant à cette réflexion dans l’ambition de montrer qu’elle a buté sur un problème central mais non résolu. Mais il nous faut encore préciser pourquoi il n’est pas possible d’examiner ces problèmes directement et pourquoi le détour par les textes et les auteurs est nécessaire.

75 – Ce qu’il nous faut comprendre c’est que le moment normatif, que les épistémologies qui veulent rabattre les sciences sociales sur les sciences de la nature ou les mathématiques excluent, constitue en fait le moment structurant, en quelque sorte le déterminant en dernière instance des sciences sociales. Non seulement elles procèdent toujours de jugements de valeur ; non seulement elles n’ont de sens que si elles nous permettent de formuler des jugements de valeur mieux éclairés. Mais, plus subtilement, on pourrait montrer que, de même que leurs objets-sujets sont intrinsèquement normatifs, de même leur architectonique, leur texture intimes, tant empirique que rationnelle, sont de part en part traversés et structurés par des jugements de valeur ou par des préoccupations normatives.

  • 5 Voir sur ce point le débat entre le principal défenseur français du descriptivisme ethnomé (...)
  • 6 Une bonne part de l’activité philosophique récente d’inspiration analytique ou déconstruct (...)

86 – On pourrait en effet montrer comment il n’est pas de description concevable qui ne soit en fait ordonnée non seulement par des concepts, par des jugements de raison – la chose est bien connue – mais plus précisément, à la fois par des considérations pratiques et par des jugements de valeur. Faute de quoi la description serait à la fois infinie et dénuée de sens5. De même, il y aurait lieu d’examiner, sous l’angle de ce questionnement, les principales conceptualisations reçues dans les sciences sociales. L’examen montrerait vite, je crois, comment il n’est pas un concept significatif qui ne comporte une charge évaluative importante. Qu’il s’agisse des concepts d’intérêt, de classe sociale, d’individu, de stratégie rationnelle, de croyance, d’idéologie, d’habitus etc. Et, à y réfléchir, la chose va presque de soi. Sauf à risquer de devenir aussitôt inintelligible, les sciences ne peuvent pas inventer de toutes pièces des concepts auxquels ne correspondrait aucun des mots de la langue « naturelle ». Or, parce que l’homme est à la fois un animal qui parle et un animal évaluatif, les mots de la langue naturelle non seulement classent le monde mais l’évaluent et procèdent à sa hiérarchisation normative6. Pour autant que les concepts entretiennent encore quelque rapport avec le monde réel des hommes réels ils ne peuvent donc pas ne pas être tramés de normativité.

9Tentons de cerner ce problème de plus près en examinant la manière dont il a été posé par les deux plus grands auteurs de la tradition sociologique, Durkheim et Weber.

Jugements de fait et jugements de valeur chez Émile Durkheim et Max Weber

  • 7 Nous laissons largement de côté pour l’instant la question des jugements de raison.

101 – Chacun en effet propose une interprétation différente, voire opposée, de la manière dont s’interpénètrent et devraient s’interpénétrer jugements de fait et jugements de valeur7 En vue de clarifier la discussion il sera utile de distinguer trois moments bien distincts de cette interpénétration. Il est possible, en premier lieu de se demander dans quelle mesure les jugements de fait doivent rompre, et avec quel degré de radicalité, avec les jugements de valeur qui leur préexistent ; avec leur amont normatif. Dans quelle mesure, autrement dit, et pour le formuler en termes wébériens, l’activité cognitive des chercheurs dépend et doit dépendre de leur enracinement dans l’univers des valeurs, de leur Wertbeziehung. Par ailleurs on doit se demander dans quelle mesure les jugements de fait, ou de réalité, autorisent et doivent favoriser en aval les jugements de valeur, ce que Weber appelle les Werturteilen, ou dans quelle mesure, au contraire, ils sont ou doivent être indépendants d’eux. Reste enfin, et c’est la question la plus difficile à cerner, à déterminer ce qui se passe entre l’avant et l’après, entre l’amont et l’aval de la recherche, et à décider dans quelle mesure cet entre-deux, qui constitue le moment de la connaissance proprement dit, peut et doit être expurgé de toute charge et dimension normative. C’est sur l’articulation de ces trois moments que le débat inconscient et à distance entre Durkheim et Weber nous semble encore aujourd’hui instructif.

Un idéal partagé de neutralité axiologique

  • 8 Un Talcott Parsons continuera à proclamer haut et fort cette conviction qu’il n’y pas de d (...)

112 – L’un comme l’autre, on le sait, ont en commun de proclamer les titres de la sociologie à la scientificité en lui assignant à la fois le devoir et la possibilité d’émettre des jugements de fait qui soient rigoureusement indépendants de tout jugement de valeur. Mais chez l’un comme chez l’autre, il est possible de déceler, à les lire avec quelque attention, l’existence d’un doute plus ou moins secret qui les taraude et qui, dès qu’on y prête attention, rend soudain étrange et insaisissable l’idéal scientifique, voire scientiste, tout d’abord affirmé. Il n’est pas besoin de s’étendre longuement sur la force de l’emprise que cet idéal scientiste et positiviste exerce sur l’esprit de Durkheim. La chose lui a été suffisamment reprochée. Et toutes les Règles de la méthode sociologique sont là pour en attester. Au moins à en rester aux lectures reçues. Écarter avec vaillance et vigueur toutes les prénotions, traiter les faits sociaux comme des choses, autrement dit les objectiver radicalement – même si l’on n’ignore pas qu’ils sont d’ordre spirituel, qu’ils sont cosa mentale –, voilà qui, de toute évidence, est destiné à permettre d’énoncer des jugements parfaitement objectifs, de purs jugements de fait ne devant rien à la subjectivité des savants. Des jugements de fait en principe aussi objectifs que ceux des chimistes ou des physiciens. Aussi bien n’existe-t-il pas a priori, pour Durkheim, de différence de principe entre les sciences de la nature et les sciences sociales, sauf celles inhérentes au degré de complexité que présentent les phénomènes sociaux par rapport aux phénomènes naturels8

  • 9 Weber Max, Le Savant et le politique, Paris, Plon, « 10/18 », 1959, p. 92.

123 – Le rapport de Max Weber à l’idéal de la connaissance objective est plus complexe puisqu’il reconnaît – nous y reviendrons dans un instant –, que la sélection de l’objet de connaissance est toujours déterminée en fonction des valeurs du savant ou, plus précisément, du rapport que le savant entretient à un univers axiologique. C’est ce fait que Weber présente sous le nom de Wertbeziehung. Néammoins, l’enracinement normatif du savant, si celui-ci doit être effectivement un savant et non un « petit prophète privilégié et stipendié par l’État9 », est de mettre en quelque sorte ses valeurs de départ entre parenthèses, d’en faire abstraction, afin d’accéder à cette neutralité axiologique, à cette Wertfreiheit, qui constitue la marque sans équivoque de l’esprit scientifique. Le devoir de neutralité axiologique s’impose tout d’abord aux professeurs, qui doivent selon Weber abandonner leurs convictions éthiques et leurs jugements de valeur au vestiaire pour se borner à indiquer de la façon la plus neutre possible quelles sont les conséquences objectives probables des différents choix axiologiques concevables mais dont la démonstration est par essence hors du domaine de la science. Autrement dit, le professeur doit se borner à présenter une étude objective de la logique des moyens. Il n’a rien à dire en tant que tel sur les fins. Sur cette question du devoir de réserve normative des professeurs, l’hésitation de Weber est toutefois par moments explicite. Nous y reviendrons dans un instant. Il ne doute pas en revanche que les propositions scientifiques ne puissent être dites telles que pour autant qu’elles soient insensibles aux variations culturelles et à la diversité des Wertbeziehungen qu’elles impliquent.

  • 10 Weber Max, Essais sur la Théorie de la science, Paris, Plon, 1965, p. 131-132.

Une démonstration scientifique, méthodiquement correcte… doit pouvoir être reconnue comme exacte également par un Chinois ou plus précisément doit avoir cet objectif, bien qu’il ne soit peut-être pas possible de le réaliser pleinement par suite d’une insuffisance d’ordre matériel10.

Cette citation, en raison de l’incertitude sur laquelle elle s’achève, nous permet d’anticiper une de nos conclusions. Ce que M. Weber prône, c’est bien un idéal plus qu’une possibilité effective :

  • 11 Ibid.

Devenir capables de faire la distinction entre connaître (erkennen) et porter un jugement (beurteilen)… voilà tout ce à quoi nous désirons nous habituer à nouveau avec plus de fermeté11.

13Au moins quant à l’idéal, il n’existe donc pas de différence entre Durkheim et Weber. Tous deux visent à l’énonciation de jugements de réalité purement objectifs. À certains égards, et contrairement à ce qu’on croirait tout d’abord, Weber est peut-être même en la matière plus objectiviste et plus scientiste que Durkheim. En effet, il met en scène une distinction des jugements de fait et des jugements de valeur aussi tranchée et radicale que celle qu’il établit entre les fins et les moyens, entre la rationalité axiologique et la rationalité instrumentale (ou entre la rationalité substantielle et la rationalité formelle) ou entre l’éthique de la conviction et l’éthique de la responsabilité. Pour lui,

  • 12 Ibid., p. 418.

[…] la validité d’un impératif pratique entendu comme norme et d’autre part la validité d’une constatation empirique d’un fait sont deux choses absolument hétérogènes12.

144 – Durkheim et Weber s’opposent diamétralement quant à la méthodologie qu’ils prônent en vue de parvenir à élaborer des jugements de réalité objectifs. Pour le dire schématiquement et dans des termes trop convenus, le premier place ses espoirs dans l’explication et dans la recherche des lois nomothétiques objectives de la pratique sociale, là où le second privilégie la compréhension et la démarche idéaltypique. Mais l’un comme l’autre aspirent à la pure objectivité des jugements de fait. Si toutefois ils diffèrent, plus peut-être que par une opposition tranchée entre méthode explicative et démarche compréhensive, c’est en fonction du point sur lequel porte leur doute quant à la possibilité de larguer les amarres entre jugements de fait et jugements normatifs. Weber, au fond, doute qu’il soit réellement possible au savant de surmonter sa Wertbeziehung initiale, son enracinement normatif premier. Autrement dit, s’il espère qu’il soit possible de se défaire de l’emprise de ce qu’on pourrait appeler les jugements de valeur en amont pour parvenir à des jugements objectifs de réalité, il est persuadé que rien ne permet de passer de ces mêmes jugements de réalité à ce qu’on pourrait appeler symétriquement des jugements de valeur en aval, aux Werturteilen. À l’inverse, de même que la mise entre parenthèses des jugements de valeur initiaux ne pose guère problème à Durkheim, de même il affiche un grand optimisme sur la possibilité de déduire des jugements de valeur à partir des jugements de fait.

La normativité en amont de la connaissance objective

155 – Examinons tout d’abord la façon dont nos deux auteurs pensent l’opération chirurgicale du découpage opéré entre fait et norme en amont du processus de connaissance. Ici encore la position de Durkheim n’appelle pas grands commentaires. Elle suppose que si se débarrasser des prénotions est difficile, la tâche n’a rien d’impossible. Et qu’une fois ces prénotions écartées il ne reste qu’à mettre en œuvre la méthode scientifique, définie et caractérisée de façon à peu près univoque. Pour Weber, au contraire, l’entreprise de la connaissance ne se déroule nullement en état d’apesanteur normative. Seuls les intérêts culturels et axiologiques du moment peuvent déterminer le choix des objets d’étude qui paraissent dignes d’intérêt à un moment donné. Rien n’est plus étranger à Weber que l’image et l’idéal d’une science intemporelle. Ainsi écrit-il :

  • 13 Ibid., p. 171.

[…] il est absurde de croire… que le but, si éloigné soit-il, des sciences de la culture pourrait consister à élaborer un système clos de concepts qui condenserait d’une façon ou d’une autre la réalité dans une articulation définitive, à partir de laquelle on pourrait à nouveau la déduire après coup13.

  • 14 Ibid.

16Contrairement à ce qu’on pourrait croire cette critique de Weber ne s’adresse pas aux économistes, mais à certains historiens ! Aux uns comme aux autres pourrait toutefois être destinée la remarque que « le flux du devenir incommensurable coule sans arrêt vers l’éternité14 » et que tout découpage opéré dans ce flux insondable doit nécessairement être entaché sinon d’arbitraire au moins de contingence. Empruntons au meilleur commentateur français de Max Weber, Julien Freund, la description suivante des effets de l’indéracinable Wertbeziehung sur la recherche :

  • 15 Freund Julien, Sociologie de Max Weber, Paris, PUF, 1966, p. 48.

Le rapport aux valeurs, écrit J. Freund, a) détermine la sélection du thème à traiter… ; b) le thème une fois choisi, il oriente le tri entre l’essentiel et l’accessoire, c’est-à-dire qu’il définit l’individualité historique ou l’unité du problème en surmontant l’infinité des détails, éléments et documents ; c) ce faisant, il est la raison de la mise en rapport entre les divers éléments et de la signification qu’on leur confère ; d) il indique également quels sont les rapports de causalité à établir et jusqu’où il faut poursuivre la régression causale ; e) enfin, parce qu’il n’est pas une évaluation et exige une pensée articulée afin de permettre le contrôle et la vérification de la justesses des propositions, il écarte ce qui est simplement vécu ou vaguement senti15.

17Au stade où nous en sommes, il semble possible de résumer le credo méthodologique de Weber en disant qu’il reconnaît que la substance de l’intérêt scientifique n’est elle-même rien de scientifique, qu’elle est presque intégralement normative, mais qu’il espère malgré tout parvenir à dégager et à caractériser une forme du discours scientifique, purement objective parce qu’absolument indemne de tout empiètement de la substance normative ; une rationalité formelle de la science immunisée contre tout risque d’immixtion d’une rationalité – et a fortiori d’une irrationalité – substantielle incontrôlée. À lire la description par J. Freund des effets de la Wertbeziehung sur le cours le plus intime et le plus précis de la démarche de connaissance scientifique, on voit mal en fait comment une telle dichotomisation du fond et de la forme de l’intérêt scientifique est concevable et tenable. Aussi bien n’est-ce pas sur ce front que Weber se bat vraiment. Ce n’est pas de l’amont normatif qu’il tente de se préserver. Son principe de neutralité axiologique est tout entier tourné vers l’aval. La seule chose qui horrifie vraiment Weber est la prétention à faire passer pour une déduction scientifique ce qui procède en fait de la pluralité des valeurs ultimes et de la subjectivité axiologique irréductible des savants.

La normativité en aval de la connaissance objective

186 – C’est sur ce point qu’en bon néokantien il est intarissable. Et que, sur tous les tons et de toutes les façons possibles, il réaffirme l’impossibilité absolue de déduire l’obligation à partir du fait, de passer de l’être au devoir-être, du is au ought.

  • 16 Weber Max, Le Savant et le politique, op. cit., p. 77.

J’attends, écrit-il, que l’on me prouve qu’il n’y a pas de différence entre la question : Dans quel sens se développera probablement une situation effective, donnée concrètement… et cette autre : Doit-on intervenir dans une situation déterminée pour l’aider à se développer dans une direction déterminée…? Enfin, je voudais savoir si l’on peut confondre la question : Quelle opinion certaines personnes déterminées… se formeront-elles probablement… face à un probème quelconque ? et cette autre : Cette opinion qu’elles se formeront probablement ou certainement sera-t-elle la bonne ? Je demande donc si ces couples de questions opposées ont quoi que ce soit de commun quant à leur sens16 ?

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 76.
  • 19 Ibid., p. 83.

La science est mue par des intérêts, mais ces intérêts ne sont que des intérêts de connaissance. Pour autant qu’elle entend rester scientifique la science ne peut reconnaître de valeur qu’à ce qui est digne de connaissance (wissenswert)17. Il faut s’y résoudre et donner raison à Tolstoï : la science n’a pas de sens « puisqu’elle ne donne aucune réponse à la seule question qui nous importe : que devons-nous faire ? Comment devons-nous vivre18 ? ». Dans « la lutte qui oppose les dieux des différents ordres et des différentes valeurs » seul des prophètes peuvent trancher. Et rien, nous l’avons vu, ne serait plus malséant pour un professeur que de prendre la pose du prophète alors que seul lui revient le rôle ingrat mais éthiquement somptueux « d’apprendre à ses élèves à reconnaître qu’il y a des faits inconfortables19 ».

  • 20 « Poursuivre une fin qui nous laisse froids, qui ne nous semble pas bonne, qui ne touche p (...)

197 – Rien n’est plus étranger et antipathique à Durkheim que ce néokantisme austère et puritain. Durkheim n’a d’ailleurs de cesse, malgré son propre culte de la rigueur morale, de pourchasser l’excessive froideur de la morale kantienne et de soutenir qu’on ne saurait agir exclusivement par devoir et qu’il faut donc, pour fonder et penser la morale, adjoindre l’enthousiasme et le plaisir au devoir20 Point de doute pour lui que la science ne doive servir. Et en premier lieu à édifier une morale laïque et scientifique.

  • 21 Durkheim émile, Morale et philosophie, Paris, PUF, 1974, p. 87.

De même, écrit-il, que la science des choses physiques nous permet de redresser celles-ci, la science des faits moraux nous met en état de corriger, de redresser, de diriger le cours de la vie morale21.

Dès l’introduction de sa première œuvre importante, De la division du travail social, il affirmait que « ces recherches ne mériteraient pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif ». Ce n’est pas lui qui se contenterait d’un maigre brouet cognitif à base exclusivement d’intérêts de connaissance. Mieux, ou pire, cette abstinence lui apparaît au bout du compte immorale. Il est vrai que c’est chez son rival préféré qu’il croit devoir la stigmatiser.

  • 22 Durkheim Émile, Œuvres, tome II, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975, p. 180. Cité par Ste (...)

Je crois à la science et M. Tarde n’y croit pas. Car c’est ne pas y croire que de la réduire à n’être qu’un amusement intellectuel, bon tout au plus à nous renseigner sur ce qui est possible et impossible, mais incapable de servir à la réglementation positive de la conduite22.

La critique vaudrait autant pour Weber que pour Tarde à cela près qu’il est davantage soupçonnable de pratiquer la science dans le registre du devoir que dans celui de l’amusement. Quoi qu’il en soit, Durkheim réaffirme fièrement son programme d’une morale rationnelle et scientifique dans sa préface de la première édition des Règles de la méthode sociologique :

  • 23 Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1956, p. IX

Notre principal objectif, en effet, est d’étendre à la conduite humaine le rationalisme scientifique, en faisant voir que, considérée dans le passé, elle est réductible à des rapports de cause à effet qu’une opération non moins rationnelle peut transformer ensuite en règles d’action pour l’avenir23.

  • 24 Ibid., p. 49
  • 25 Ibid., p. 56.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid., p. 76

208 – En quoi consiste donc cette « opération non moins rationnelle », qui doit permettre selon Durkheim de passer rationnellement des jugements de fait aux jugements de valeur ? On connaît la réponse de Durkheim et ce qu’elle comporte de décevant pour qui, comme l’auteur de ces lignes, sympathise avec l’espoir durkheimien de réconcilier savoir et morale, et qui, comme lui, est persuadé que nos sciences sociales n’ont rigoureusement aucun sens si elles ne se mettent pas en mesure d’intervenir dans le siècle. Durkheim semble en effet placer tous ses espoirs dans la distinction du normal et du pathologique. Le normal ayant à voir avec la bonne santé et le pathologique avec la maladie, il suffit de déterminer ce qui est normal non pas dans l’absolu – ce qui nous ferait retomber dans les apories des philosophies de la morale –, mais normal pour une société déterminée à un moment spécifique de son histoire. Sur un mode très utilitariste en dépit de son anti-utilitarisme principiel, Durkheim écrit en effet que « pour les sociétés comme pour les individus, la santé est bonne et désirable, la maladie est au contraire la chose mauvaise et qui doit être évitée24 ». Le seul problème est de savoir comment déterminer objectivement ce qui est un état social normal et donc sain ? Ici, la réponse de Durkheim surprend par sa naïveté. De cette distinction du normal et du pathologique Durkheim sait faire en effet un usage qui déroge au moralisme rétrograde et lénifiant qu’elle semble impliquer. Tel est le cas lorsque sa démarche objectivante l’amène à conclure que le crime est un phénomène social normal et donc sain. Mais le corollaire de cette position qui défie courageusement le moralisme est ici l’affirmation selon laquelle « le type normal se confond avec le type moyen25 ». Quoi ! l’énigme résolue de la morale consisterait donc dans l’identification du bien au désirable et du désirable à une moyenne statistique ! C’est bien en effet la ligne de raisonnement principale que défend en la matière Durkheim en écrivant que « tout écart par rapport à cet étalon de la santé (que constitue le type moyen) est un phénomène morbide26 ». Et cette position à son tour n’est tenable que liée à un fonctionnalisme aussi intempestif qu’étroit, qui amène Durkheim à poser que « sauf les cas anormaux, chaque société a, en gros, la morale qu’il lui faut27 ». On frise ici le cercle vicieux. Pour que la distinction du normal et du pathologique autorise la transmutation des jugements de fait en jugements de valeur il faut qu’en moyenne le système de jugements de valeur en quoi consiste la morale d’une société soit normalement harmonisé à ce que la société est en fait et que la disharmonie entre morale et société soit statistiquement anormale et donc pathologique.

219 – Cette circularité traduit la gêne de Durkheim. Qui s’explique par le fait qu’il serait assez facile de montrer que son critère objectiviste de la moralité n’a de sens que pour une société close et sans histoire. Pour une société dont on peut être sûr, sinon qu’elle a la morale qu’il lui faut – car comment établir une telle proposition ? factuellement ? ou normativement ? –, au moins qu’elle ne connaît pas d’écart entre son être réel et sa morale officielle, son moi collectif idéal, puisque justement elle ne se pose pas le problème moral. Or l’ambition de Durkheim est de se donner les moyens de forger une morale pour la société d’aujourd’hui, ouverte et fondée sur une division du travail complexe. La chose implique de diachroniser la distinction du normal et du pathologique. Mais du coup les tâches de la science s’accroissent d’autant. Ce n’est plus seulement la statique sociale qu’il faut maîtriser. Ce sont les lois objectives du devenir social qu’il faut maintenant se mettre en position de connaître si l’on veut déterminer ce qui est normal, bon et désirable non seulement d’un point de vue statique mais au regard de l’histoire en marche.

  • 28 Ibid.

Il peut se faire en effet, [précise Durkheim], qu’à côté de la morale constitué et qui se maintient par la force de la tradition, des tendances nouvelles se fassent jour, plus ou moins conscientes d’elles-mêmes. La science des mœurs peut alors nous permettre de prendre parti entre ces morales divergentes : celle qui est, d’une part, celle qui tend à être de l’autre.
[…] Nous ne sommes donc nullement obligés, [poursuit-il], à nous incliner docilement devant l’opinion morale […] Il peut arriver […] que nous jugions de notre devoir de lutter contre des opinions que nous savons surannées28.

Arrêtons là ces citations. Plus nous les multiplions et plus elles semblent donner raison à Max Weber. Si « chaque société a la morale qu’il lui faut » et s’il existe un conflit entre l’ancienne société et la nouvelle qui se forme en son sein – ce qui représente, il faut bien en convenir, le cas absolument général, le cas moyen, et donc sain et normal à en croire Durkheim –, comment allons-nous arbitrer entre l’ancien et le nouveau ? Au nom de quoi ? L’évocation du type moyen est ici notoirement insuffisante puisque nous nous trouvons confrontés à au moins deux types moyens incommensurables. Et plus probablement, pour sortir du simplisme du cas d’école, à un nombre indéfini de « normalités » concurrentes.

  • 29 Ibid.

22Grande est donc la tentation d’accorder la victoire épistémologique sans conteste à Max Weber. Il serait toutefois erroné d’y céder trop vite. D’abord parce que lorsqu’elles renoncent aux facilités apparentes du critère de la normalité statistique, les analyses de Durkheim sont infiniment plus fines qu’on ne peut l’indiquer ici. Sa détermination sociologique du fait moral attend encore le commentaire attentif qu’elle mérite. Et sa certitude selon laquelle « en tout état de cause, nous ne pouvons aspirer à une autre morale que celle qui est réclamée par notre état social29 », mis à part le fait qu’on ne voit pas trop si elle est d’ordre normatif ou d’ordre positif, mérite pleine et entière considération. Mais, surtout, nous sommes encore loi d’avoir terminé notre examen, puisqu’il nous faut maintenant nous prononcer sur la plausibilité des espoirs placés tant par Durkheim que par Weber dans la possibilité de produire de purs jugements de réalité indemnes de tout jugement de valeur.

La normativité inhérente à la connaissance objective

2310 – Que le lecteur se rassure. Nous n’allons pas l’entraîner ici dans le détail des prescriptions et des démarches méthodologiques effectives de nos deux auteurs. Il faudrait pourtant le faire pour être précis et complet. Mais il existe bien d’autres méthodologies que les leurs qu’il n’y a pas de raison d’exclure de l’examen. Aussi bien, au risque d’une certaine superficialité, nous préférons nous en tenir ici aux positions de principe de nos deux champions, et nous borner à en dégager l’incertitude qu’elles laissent planer quant aux possibilités d’une connaissance objective pure. Incertitude qu’il est possible de deviner d’emblée, a priori en somme, si l’on articule les analyses données par Weber de la façon dont c’est la Wertbeziehung des savants qui, en amont, préside au découpage et à la sélection des objets de la connaissance et la conviction durkheimienne que la connaissance en science sociale n’a de sens que si elle est orientée vers des objectifs pratiques. Comment, prise en tenaille entre ces deux puissantes imprégnations normatives, en amont et en aval, la connaissance objective pourrait-elle accéder à la pureté revendiquée ?

2411 – Notons, pour commencer, que comme l’écrit Leo Strauss, approuvé par Raymond Aron,

  • 30 Strauss Léo, Droit naturel et histoire, Paris, Plon, 1954, p. 67.

[…] l’œuvre de Weber aurait été non seulement ennuyeuse mais absurde s’il n’eût parlé à tout bout de champ des vertus ou des vices intellectuels et moraux dans le registre approprié, celui de la louange ou du blâme30,

bref, s’il n’eût proféré à tout bout de champ, et contrairement à ses propres préceptes, des jugements de valeur. Plus précisément et plus finement peut-être, on pourrait sans doute montrer que l’œuvre de Weber est tout entière tendue vers l’effort d’énoncer et de justifier une sorte de méta-jugement de valeur synthétique à partir duquel et en vue duquel sont construits tous ses types idéaux. Car que nous dit la sociologie de Weber sinon qu’en toute chose il faut préférer, pour accepter la modernité – et il faut l’accepter –, la forme au fond ? l’instrumental à l’axiologique ? les moyens aux fins ? la bureaucratie à l’éthique, etc.? Et de surcroît ce méta-jugement de valeur synthétique est partiellement auto-réfutant puisqu’il est assorti de la pleine conscience du fait que ce qu’il nous enjoint de préférer est intrinsèquement moins désirable que ce qu’il nous invite à abjurer. C’est là ce qui fait à la fois le charme, le tragique et l’intérêt de la sociologie de Max Weber. Or, si elle nous parle encore n’est-ce pas parce que le dilemme en l’analyse de quoi elle consiste est effectivement présent au cœur de la modernité ? Si bien que le jugement de valeur synthétique wébérien peut sembler fondé sur des jugements de réalité, conformément aux prescriptions durkheimiennes. Et réciproquement…

  • 31 Muller Fabrice, in Revue du MAUSS semestrielle, n° 8, 1996.
  • 32 Sur cette notion, voir le chapitre suivant.

2512 – Comme le note à juste titre un analyste de Max Weber31, il y a en effet un point aveugle dans l’épistémologie wébérienne, pourtant si puissante et si élaborée. Ce point aveugle tient à ce qu’on ne sait pas si son analyse de la vocation du savant – celle qui soumet le savant à l’interdit de la confusion des registres cognitif et normatif – est elle-même d’ordre positif ou d’ordre normatif. En effet, il est frappant de constater, qu’ici, Weber déroge à sa propre méthodologie puisque la description qu’il nous donne de l’activité du savant n’est pas à proprement parler empirique et idéaltypique. Ou plutôt, si elle semble l’être c’est uniquement parce qu’elle tend vers un certain idéalisme en accentuant dans une description en apparence empirique la dimension de l’obligation morale et de la prescription. Plus qu’idéatypique elle est, pourrait-on dire, idéaliste typique (ou typiquement idéaliste)32. Weber est en effet d’autant moins fondé à présenter son analyse de la vocation scientifique et ses prescriptions méthodologiques comme tirées d’une analyse de la réalité objective de la science, qu’il passe son temps à stigmatiser ses collègues qui, justement, ne respectent pas l’impératif de la Wertfreiheit. Réciproquement, si Weber avait traité de l’épistémologie des sciences sociales sur un mode effectivement idéaltypique, il aurait dû faire droit à l’écart structurel entre l’idéal type et la réalité et faire toute sa place à la normativité refoulée mais toujours prête à s’engouffrer par cette brèche entre la réalité et le concept.

  • 33 Comme tous les grands savants du xixe siècle. Que l’on pense à Michelet, Quinet ou Guizot.
  • 34 Weber Max, Essais sur la Théorie de la science, op. cit., p. 404.

2613 – Et d’ailleurs, à y regarder d’un peu près, il n’est pas certain que Weber lui-même ait ajouté autant de foi qu’on pourrait le croire en cet idéal de la Wertfreiheit. Sans doute, au bout du compte, le considérait-il uniquement comme une sorte d’idéal régulateur, qu’il est bon de rappeler à certaines périodes un peu troublées de l’histoire, où déferlent les idéologies, mais auquel il ne convient pas d’accorder trop de crédit. Au début de son article, « Le sens de la neutralité axiologique », saluant son maître Schmoller, grand partisan de la pratique de « l’évaluation » dans les leçons universitaires33 il lui accorde que cela avait sans doute un sens en son époque, régie par un vrai sens de l’éthique, mais il ajoute qu’en quarante ans, les temps ont changé34. Qu’en somme les jugements de valeur, au nom desquels on s’autorisait les jugements de valeur, se sont dégradés ! Face à la cuistrerie et à l’impudence des jugements de valeur déguisés qui se présentent comme autant de purs jugements de fait, Weber déclare comprendre

  • 35 Ibid., p. 409.

[…] qu’un certain nombre de savants, parfaitement indépendants de caractère, persistent de nos jours à faire des évaluations dans leurs leçons, parce qu’ils sont trop fiers pour participer à cette singerie d’une apparente « neutralité axiologique35 ».

27Weber ajoute que cependant, « personnellement » il pense qu’ils feraient mieux de s’en abstenir. Mais, conclut-il,

  • 36 Outre Les Formes élémentaires de la vie religieuse, c’est ce que montre l’admirable De que (...)

[…] il est vrai que toutes ces considérations sont à leur tour des évaluations pratiques et pour cette raison on ne saurait leur donner une solution définitive36.

  • 37 Ibid. Si l’on poussait plus avant la discussion, on verrait qu’au bout du compte la seule (...)

On ne peut mieux dire que l’énoncé selon lequel il convient de trancher absolument entre jugements de fait et jugements de valeur est lui même un jugement de valeur et non un jugement de fait37.

2814 – Quant à Durkheim, qui cumule l’ambition de tendre au plus vite vers l’énonciation de jugements de valeur et celle de montrer comment les catégories intellectuelles ne sont autres en définitive que des catégories sociales réelles, les catégories mêmes de la pratique, il est voué à rendre les armes plus vite et plus facilement encore que Weber, et à concéder qu’il y a dans la distinction des jugements de fait et des jugements de valeur quelque chose d’indécidable. Ou, en tout cas, d’indéterminé. « Comment faut-il donc concevoir le rapport des jugements de valeur aux jugements de réalité ? » se demande-t-il à la fin de son article justement intitulé « Jugements de valeur et jugements de réalité » ? Et il répond :

De ce qui précède il résulte qu’il n’existe pas entre eux de différences de nature… Dira-t-on que les jugements de valeur mettent en jeu les idéaux ? Mais il n’en est pas autrement des jugements de réalité. Car les concepts sont également des constructions de l’esprit, partant, des idéaux.

Puuis il ajoute :

  • 38 Durkheim Émile, « Jugements de valeur et jugements de réalité », in Morale et philosophie(...)

Il n’y a pas une manière de penser et de juger pour poser des existences et une autre pour estimer des valeurs38.

  • 39 Ce qui n’implique pas de croire que les sciences de la nature seraient, elles, indemnes de (...)

2915 – De tout ce qui précède déduisons la conclusion qui nous paraît s’imposer à la suite de cet examen des épistémologies sociologiques croisées de Max Weber et d’Émile Durkheim, pourtant tout entières vouées en principe à garantir la possibilité de la scientificité des sciences sociales grâce à une séparation de la norme et du fait : la possibilité de cette séparation reste indéterminée, si bien qu’aucun fait comme aucun concept ne peuvent être avec certitude réputés axiologiquement neutres, value-free. Il est donc impératif d’en rabattre sur l’idéal d’une scientificité dure, calqué sur le modèle des sciences de la nature39. Une fois cette réduction drastique des ambitions effectuées et la place des jugements de valeur dûment réévaluée, on pourra concéder à Durkheim comme à Weber l’évidence : dans la mesure du possible, il faut en effet s’efforcer de distinguer jugements de valeur et jugements de fait. Mais pas au point d’en faire une religion ! Et pas au point de s’imaginer que la distinction puisse être menée jusqu’à son terme ultime.

Jugements de valeur et jugements de raison. Le cas de l’économie politique.

301 – La discussion que nous venons de mener, déjà passablement embrouillée, devrait être encore compliquée si elle devait vraiment concerner l’ensemble des sciences sociales et y inclure notamment la science économique. Nous ne nous sommes en effet préoccupés jusqu’à présent que des relations entre jugements de valeur et jugements de réalité sans distinguer parmi ces derniers ce qui relève de l’empirie et des jugement de fait proprement dits, et ce qui relève des jugements de raison, de la cohérence conceptuelle. Nous avons jusqu’à présent tenté d’établir que la distinction tranchée entre jugements de fait et jugements de valeur restait incertaine pour autant notamment qu’on ne sait jamais si elle est, ou si elle doit être, établie au nom d’un jugement de fait ou d’un jugement de valeur. Or, il y a dans ce débat une troisième entrée que nous avons jusqu’à présent totalement laissée de côté. C’est celle qui prétendrait trancher à partir d’un jugement de raison. Que cette possibilité tierce ne soit nullement illusoire ou introuvable, et qu’elle entretienne des affinités particulières avec la posture épistémologique propre aux économistes, c’est ce qui ressort suffisamment du fait que c’est précisément celle qu’endosse Léon Walras. Dans son Abrégé des éléments d’économie politique pure, s’affrontant précisément au problème qui nous occupe et critiquant comme il se doit les positions de ses devanciers, Léon Walras écrit ;

  • 40 Walras Léon, Abrégé des Éléments d’économie politique pure, Paris, Librairie générale de d (...)

Eh bien ! ne négligeons rien, quant à nous ; reprenons la question tout entière, et faisons la distinction d’une manière rationnelle, complète et définitive40.

  • 41 Ibid., p. 30.

Autrement dit, pour distinguer entre la science, l’art et la morale, entre ces discours dont les « criteriums respectifs sont le vrai, l’utile ou l’intérêt, et le bien41 », pour assigner leur place respective à l’économie pure, à l’économie appliquée et à l’économie sociale, c’est à la raison que Walras estime devoir recourir. Pour le dire dans notre langage, c’est aux jugements de raison qu’il appartiendrait de rendre raison, justement, de ce qui doit revenir, respectivement, aux jugements de fait, aux jugements de valeur et aux jugements de raison. Mais nous ne poursuivrons pas ici cette piste de réflexions nouvelles. Ne serait-ce que parce qu’il n’est pas certain que Walras occupe au sein de la science économique une position d’éminence aussi universellement incontestée que celle de Durkheim ou Weber en sociologie. Sur le rapport de la science économique à ce débat épistémologique je me bornerai donc à trois remarques honteusement télégraphiques.

312 – La première pour prendre note de ce qu’on trouve au sein de la science économique, et notamment de celle qui s’inspire de la tradition walraso-parétienne, plus que des échos du type d’articulation esquissée par Durkheim entre jugements de fait et jugements de valeur ; à cela près qu’ici ce sont les jugements de raison qui prennent la place des jugements de valeur. Mais la chaîne épistémologique envisagée est de même nature. Il conviendrait en premier lieu d’établir de façon indubitable de purs jugements de réalité. C’est à la théorie pure, à la théorie de la valeur et de l’échange, véritable équivalent de la mécanique pure et comme elle justiciable d’un traitement d’autant plus objectif que parfaitement mathématique, que revient cette tâche. Ensuite, mais ensuite seulement et à l’exact prorata de la vérité des énoncés proprement théoriques, il deviendrait possible, croit-on, d’établir ces jugements normatifs et cette théorie de la justice qui font l’objet de l’économie sociale ou de la welfare economics. Les jugements normatifs sont donc tributaires en droit des jugements de raison, comme ils le sont des jugements de fait chez Durkheim. Mais l’indistinction de principe entre concepts cognitifs et concepts normatifs que Durkheim n’établissait que timidement pour la sociologie est infiniment plus flagrante dans le cas de la science économique. Où l’économie normative ne peut sembler s’élever sur la base de l’économie positive pure que parce que cette dernière est déjà en fait largement normative.

  • 42 Rosanvallon Pierre, Le Capitalisme utopique, Paris, Éditions du Seuil, 1979.
  • 43 Berthoud Arnaud, « L’économie politique redécouvre-t-elle Aristote ? », in Revue du MAUSS, (...)

32N’épiloguons pas sur ce point de plus en plus reconnu désormais. Rappelons seulement pour mémoire qu’il a pu être soutenu que La Richesse des nations d’Adam Smith ne représentait pas tant une analyse positive de l’économie de la fin du xviiie siècle que le modèle normatif d’une économie à construire, comparable en son principe aux modèles normatifs de la philosophie politique42. Rappelons encore que peu d’économistes doutent de la charge normative de la théorie marxiste de la valeur travail. Or, si ce point est avéré, on voit mal comment il ne serait pas vrai également de l’ensemble des théories classiques dont la théorie marxiste ne se propose rien d’autre qu’une axiomatisation menée par le détour d’une critique. Rappelons enfin que la dimension intrinsèquement normative de l’économie censément pure de Walras est de plus en plus identifiée comme telle43.

  • 44 Constitutive de ce que nous avons appelé l’antinomie de la raison utilitaire.

333 – Une deuxième remarque est nécessaire pour signaler combien l’indétermination, spécifique à l’économie politique, du rapport entre jugements de fait, jugements de raison et jugements de valeur, est parallèle à l’indétermination propre à la matrice utilitariste générale dont il nous semble en effet, malgré certaines contestations récentes, que le discours économique est issu pour la plus grande part. On pourrait en effet caractériser la discursivité de type utilitariste par l’entrecroisement d’une double indétermination44 : celle, d’une part, qui résulte du fait qu’on ne sait jamais très bien s’il y est parlé au nom d’un jugement de fait – celui par exemple, qui pose les sujets économiques et sociaux comme des calculateurs rationnels – ou au nom d’un jugement de valeur – celui qui affirme qu’ils doivent ou devraient l’être, ou que la justice réside dans la satisfaction du bonheur du plus grand nombre. Celle d’autre part qui, parallèlement, tient au fait qu’il est raisonné – positivement ou normativement – tantôt du point de vue du sujet individuel, tantôt du sujet collectif. Pour ne donner qu’un seul exemple, la question de savoir si la théorie du choix du consommateur ou, plus généralement, la théorie de l’action rationnelle, est une théorie positive, susceptible de déboucher sur des jugements de réalité fondés à la fois en raison et en fait, ou au contraire une théorie exclusivement normative, cette question reste encore plus que largement ouverte.

344 – Il conviendrait, enfin, de s’interroger un peu sérieusement sur la signification normative de l’usage systématique par les économistes du modèle de l’homo œconomicus, soit fruste et rudimentaire, soit compliqué et enrichi par tous les raffinements cognitivistes et conventionnalistes, ou par tous les modèles de rationalité imparfaite, limitée ou contextuelle que l’on voudra. Pour aller vite : tous ces modèles, ceux notamment qui alimentent ce qu’il est convenu d’appeler la nouvelle microéconomie, présupposent la nature profondément asociale et amorale des sujets sociaux. Le recours à une telle hypothèse n’est pas toujours et dans tous les cas de figure dénué de fondement et de pertinence. Il est en effet des cas où l’hypothèse la plus plausible et la plus éclairante est celle de l’indifférence mutuelle des sujets entrant ou demeurant en interaction. Mais tel n’est pas le cas le plus général. Même sur un marché. Aussi bien les économistes, qui sont gens polis et de bonne compagnie, prennent-ils généralement soin, sauf dans les extrémismes beckériens ou assimilés, de préciser que le recours à de telles hypothèses est exclusivement méthodologique et ne préjuge en rien de ce qu’ils croient quant à la nature profonde des sujets sociaux. Mais parfois, on aimerait bien que les économistes nous disent ce qu’ils croient vraiment et en tirent les conséquences scientifiques. Car après tout, il faut bien convenir que cette hypothèse de l’homo œconomicus est empiriquement controuvée. Elle n’incarne pas un jugement de fait plausible. Il est par ailleurs difficile de lui trouver une charge normative galvanisante. Reste donc à la légitimer en termes de jugements de raison. Et telle est la justification qui est le plus souvent retenue aujourd’hui. Mais on a du mal à concevoir à quoi peut ressembler un jugement de raison que ne confirment ni les jugements de fait ni les jugements de valeur.

conclusion

35De ce que nous avons, sinon établi, au moins tenté de suggérer, il semble possible de tirer six séries d’implications principales.

361. Il conviendrait, tout d’abord, de donner plus de précision à l’idée que la distinction entre jugements de fait, jugements de raison et jugements de valeur est sujette à une indétermination principielle. Elle ne signifie évidemment pas qu’il ne puisse exister, par exemple, aucun jugement de fait. Qu’il faille un peu plus d’un hectare de prairie pour engraisser un gros bovin ou que telle bourgade compte 127 abonnés au téléphone le jour du recensement, peuvent être considérés comme autant de faits, dont il est toujours possible de discuter du degré de précision et de factualité, mais qui ne soulèvent pas de graves problèmes métaphysiques. Mais de tels faits ne signifient pas par eux-mêmes. C’est de cela qu’il faut rendre compte. Reformulons donc en ce sens notre proposition sous la forme d’une relation d’incertitude : a) Il est impossible, dans les sciences du social historique, d’énoncer une proposition qui soit à la fois exclusivement factuelle, rationnelle, immune de tout enjeu normatif (wertfrei) et digne d’intérêt (wissenswert).

372. De cette relation d’incertitude il ressort que les œuvres les plus dignes d’intérêt dans nos disciplines doivent être également celles qui présentent la plus forte charge normative. Il semble bien que tel soit empiriquement le cas et que ce que nous retenions en premier lieu de l’œuvre d’un Michelet, d’un Marx, d’un Walras, d’un Keynes, d’un Durkheim, d’un Weber, d’un Freud ou d’un Lévi-Strauss, ce soit d’abord leur message normatif spécifique. Leurs œuvres respectives sont insérées (embedded) dans la normativité. De cette observation, il est possible de tirer la conclusion que dans les paradigmes, épistémés ou programmes de recherche propres aux sciences du social historique, c’est bien, comme nous l’affirmions dès le début, le moment normatif qui est hiérarchiquement dominant par rapport aux moments descriptif, explicatif et interprétatif. Car non seulement, situé en amont et en aval du procès de la connaissance proprement dite, c’est lui qui lui confère sa finalité et ses enjeux, mais également il structure de l’intérieur chacun des trois autres moments.

383. Pour éviter tout malentendu – et le malentendu est ici particulièrement probable –, il importe de préciser que ces analyses ne tendent en aucune façon à accréditer l’idée qu’il serait possible de faire l’économie du travail scientifique et de substituer les jugements de valeur aux jugements de fait ou aux jugements de raison. Insister, comme nous l’avons fait, sur l’idée que les sciences du social historique doivent se soumettre aux quatre impératifs de la description, de l’explication, de la compréhension et de l’évaluation, implique au contraire et nécessairement de faire pleinement droit aux contraintes spécifiques à chacun de ces impératifs. La meilleure description n’est pas nécessairement celle qui présente la plus grande cohérence théorique ; et moins encore celle qui exhibe les meilleurs sentiments ! L’implication véritable de nos relations d’incertitude ne réside donc pas dans la négation des contraintes propres à chaque moment de la connaissance. Dans un souci de critiquer et de déconstruire les fétichismes respectifs de l’empirisme, du formalisme, de l’herméneutique ou de la donation de leçons plus ou moins politically correct, elle est d’attirer l’attention sur le fait qu’aucun de ces moments ne saurait s’auto-suffire – dans une sorte d’inceste méthodologique –, et que la dynamique propre aux sciences sociales réside dans la mise en relation et dans l’interpellation constantes des quatre impératifs.

  • 45 Dans tout ce passage, j’ai cité J. C.Passeron plus que librement, en réunissant le propos (...)
  • 46 Farouchement déniée, pour le coup, par J. C. Passeron, comme nous l’avons vu.

394. De cette série de remarques il est même possible de déduire, sinon un critère de la scientificité des sciences sociales – qui restera de toutes façons introuvable aussi longtemps qu’on définira la scientificité par référence exclusive aux sciences de la nature ou aux mathématiques –, au moins un indicateur de leur fécondité et de leur possible progressivité. Montrant comment il existe une incommensurabilité insurmontable entre des démarches sociologiques importantes, certaines valant plus par leur armature théorique et d’autres davantage par leur portée empirique, Jean-Claude Passeron établit comment ce fait ne nous conduit pas nécessairement à un relativisme impuissant ni à l’impossibilité de juger de la qualité des œuvres de science. Certaines sont en effet supérieures ou inférieures à d’autres sur les deux registres de la précision des jugements de fait et de la cohérence des jugements de valeur. Mieux, l’indice d’une conceptualisation éclairante, et donc scientifiquement satisfaisante, est de nous permettre de voir des faits que nous n’aurions pas vus sans elle45. Réciproquement, on pourrait soutenir que l’indice d’une bonne description est qu’elle nous amène à soulever des questions théoriques que nous ne posions pas avant elle. Mais ces critères de la fécondité scientifique doivent être encore généralisés pour faire droit à la prééminence hiérarchique du moment normatif46. Le critère de la qualité des jugements de fait et des jugements de raison, outre leur précision factuelle ou leur cohérence logique, réside dans leur capacité à faire naître des questions normatives qui n’auraient pas été posées sans eux. Et, réciproquement, le critère de la qualité d’une réflexion normative réside dans sa capacité à irriguer un travail de description, de conceptualisation et d’interprétation qui n’aurait pas été entrepris sans elle.

405. Le corollaire de ce qui précède est que les œuvres qui comptent dans le champ des sciences sociales valent à la fois par leur pertinence empirique, par leur pouvoir interprétatif, par leur puissance conceptuelle et par leur charge normative, même si chacune marie ces quatre dimensions dans des proportions qui sont à chaque fois différentes. Le corollaire de ce corollaire est qu’aucune théorie n’est jamais confirmée – ou plutôt, rendue plausible –, ni infirmée (réfutée, falsifiée) – ou plutôt, rendue non plausible – par une seule de ces quatre dimensions – par un test unique –, mais par le bloc des quatre. Et les confirmations et les infirmations des théories qui balisent le champ des sciences du social historique sont en dernier ressort des confirmations ou des infirmations normatives. La théorie marxiste a semblé plausible et scientifique, empiriquement fondée même pour l’étude de la réalité d’aujourd’hui, conceptuellement puissante, humainement éclairante, aussi longtemps que son message normatif et les valeurs qu’elle véhiculait sont restés attrayants. Elle a semblé basculer définitivement dans le registre de l’idéologie avec la chute du Mur de Berlin. Elle risque de revenir en grâce scientifique avec la chute des murs qui séparent les banlieues des villes.

416. Il faut, pour finir, soulever la question de savoir si des progrès sont concevables dans les sciences du social historique. C’est de cette question de savoir si elles sont capables d’organiser une certaine cumulativité des connaissances que dépend la possibilité même de leur scientificité. La réponse est délicate, pour les raisons que nous venons d’indiquer. Il est peu douteux que les sciences sociales contemporaines produisent, en ethnologie, en histoire ou en sociologie, des descriptions plus précises que la plupart de celles qu’on connaissait il y a un siècle ou cinquante ans. Peu douteux, également, que la science économique ne soit parvenue à un degré de sophistication formelle, et même de réflexivité sur cette sophistication, très supérieur à ce qui avait cours il n’y a guère. Néanmoins, si nous appliquons les critères de fécondité scientifique que nous venons d’établir, il est moins évident qu’on ne pourrait croire qu’on doive conclure à un progrès véritable. Les raffinements obtenus l’ont été en effet au terme non d’une synergie mais d’une scission croissante entre les divers impératifs méthodologiques de la description, de la théorisation ou de l’évaluation. Si bien que la description débouche de moins en moins sur la conceptualisation. Et réciproquement. Et que description et conceptualisation alimentent de moins en moins le travail collectif de l’évaluation, désormais exclus et forclos du champ de nos disciplines. À l’encontre du mouvement qui s’y observe nous poserons pour notre part que le seul progrès qui vaille dans les sciences du social historique est celui qui se traduit en définitive par une élévation et une complexification de la réflexivité normative. Nos disciplines ont cédé de plus en plus de cette dernière pour des gains d’empiricité et de formalisation, souvent illusoires voire contreproductifs. N’est-il pas grand temps d’amorcer le mouvement en sens inverse ?

Notes

1 Une version plus courte de ce texte a été publiée in L’Économie normative, Brochier Hubert, Frydman Roger, Gazier Bernard et Lallement Jérôme (dir.), Economica, 1997, p. 39-54.

2 Sur ce point, d’une importance capitale, nous ne disposons que de fort peu d’analyses. Parmi lesquelles celle de Hans Jonas, dans Le Principe responsabilité, Paris, Éditions du Cerf, « Champ éthique », 1993, chapitres III et IV ; et celle de Michel Freitag, dans Dialectique et société, 2 tomes, Lausanne/L’Âge d’homme, Montréal/éditions Saint Martin, 1986. Du même auteur on lira : « Genèse et destin de la sociologie », et « Ontologie et sciences humaines », tous deux dans Le Bulletin du MAUSS, n° 16, Décembre 1985. Et également, Le Naufrage de l’université et autres essais d’épistémologie politique, Québec/Nuits Blanches, Paris/La Découverte-MAUSS, 1995.

3 Ducrot Oswald et Todorov Tzvetan, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Éditions du Seuil. 1972.

4 Qu’on me permette ici une touche personnalisée. Questionné par moi sur ce point, qui me semble étrangement et fâcheusement absent de son par ailleurs excellent Le Raisonnement sociologique (Paris, Nathan, 1991), Jean-Claude Passeron m’écrit : « Si nous avions le temps je m’escrimerais… à vous faire reculer sur la facilité amalgamatique avec laquelle vous voyez du “scientisme” dans la théorie wébérienne de la “neutralité éthique” (Wertfreiheit) distinguée du “rapport (de compréhension des) aux valeurs” (Wertbeziehung). Évidemment, si vous arriviez à m’enfermer dans ce labyrinthe, comme dans un dilemme dont vous auriez eu le choix des barreaux, j’avouerais toujours sous la torture que je préfère encore être classé “scientiste” que “métaphysicien” ; et après avoir juré de ma sincérité sur un Évangile épistémologique (incunable malheureusement introuvable), je me retournerais, comme ce vieux forban de Galilée pour susurrer en douce à un confident que je n’entends pas “scientiste” que ce à quoi engage une “philosophie analytique” honnêtement “néopositiviste” ».

5 Voir sur ce point le débat entre le principal défenseur français du descriptivisme ethnométhodologique, Louis Quéré, et son principal critique, Michel Freitag, dans la Revue du MAUSS, n° 4, 3e trimestre 1989.

6 Une bonne part de l’activité philosophique récente d’inspiration analytique ou déconstructionniste consiste à démêler la polysémie et les connotations normatives des mots employés par la science. Il n’est pas certain que cette activité critique, en elle même légitime, puisse aller très loin sans saper ses propres bases. Elle est en un sens trop facile. Une fois le pli adopté, il est assez aisé de montrer les incertitudes de n’importe quelle notion. Mais la ligne d’horizon d’une inspiration critique de ce ce type est le non sens, puisqu’à pousser les choses à la limite, ne seraient plus recevables que les mots radicalement épurés, autrement dit ceux qui ne signifieraient plus rien.

7 Nous laissons largement de côté pour l’instant la question des jugements de raison.

8 Un Talcott Parsons continuera à proclamer haut et fort cette conviction qu’il n’y pas de différence de méthode entre la sociologie et les sciences de la nature.

9 Weber Max, Le Savant et le politique, Paris, Plon, « 10/18 », 1959, p. 92.

10 Weber Max, Essais sur la Théorie de la science, Paris, Plon, 1965, p. 131-132.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 418.

13 Ibid., p. 171.

14 Ibid.

15 Freund Julien, Sociologie de Max Weber, Paris, PUF, 1966, p. 48.

16 Weber Max, Le Savant et le politique, op. cit., p. 77.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 76.

19 Ibid., p. 83.

20 « Poursuivre une fin qui nous laisse froids, qui ne nous semble pas bonne, qui ne touche pas notre sensibilité, est chose psychologiquement impossible. Il faut donc qu’à côté de son caractère obligatoire, la fin morale soit désirée et désirable ; cette désirabilité est un second caractère de tout acte moral » [Durkheim, Morale et philosophie, Paris, PUF, 1974, p. 62]. Il est difficile de ne pas lire ces lignes de Durkheim comme une réponse, ou à tout le moins une esquisse de réponse, à ceux qui aujourd’hui croient pouvoir opposer une conception déontologique à une conception conséquentialiste de la morale et de la justice. Plus généralement, sur la sociologie durkheimienne comme résolution avant la lettre des antinomies inhérentes à l’opposition entre les libéraux et les communautariens américains on lira Mark Cladis [Cladis Mark, 1993, « Entre libéralisme et communautarisme, Émile Durkheim », in la Revue du MAUSS semestrielle, n° 2, 2d semestre.

21 Durkheim émile, Morale et philosophie, Paris, PUF, 1974, p. 87.

22 Durkheim Émile, Œuvres, tome II, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975, p. 180. Cité par Steiner Philippe, La Sociologie de Durkheim, Paris, La Découverte, « Repères », 1994, p. 64.

23 Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1956, p. IX

24 Ibid., p. 49

25 Ibid., p. 56.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 76

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Strauss Léo, Droit naturel et histoire, Paris, Plon, 1954, p. 67.

31 Muller Fabrice, in Revue du MAUSS semestrielle, n° 8, 1996.

32 Sur cette notion, voir le chapitre suivant.

33 Comme tous les grands savants du xixe siècle. Que l’on pense à Michelet, Quinet ou Guizot.

34 Weber Max, Essais sur la Théorie de la science, op. cit., p. 404.

35 Ibid., p. 409.

36 Outre Les Formes élémentaires de la vie religieuse, c’est ce que montre l’admirable De quelques formes de classifications primitives, corédigé avec Marcel Mauss.

37 Ibid. Si l’on poussait plus avant la discussion, on verrait qu’au bout du compte la seule chose qui semble vraiment insupportable à Weber ce n’est pas tant le fait que des professeurs vaticinent du haut de leur chaire, mais celui que leurs élèves ne puissent pas leur répondre. C’est en somme l’absence de démocratie au sein du débat axiologique. On ne peut que lui donner raison sur ce point et esquisser ainsi les contours d’un wébérianisme tempéré – tempéré en un sens et radicalisé en un autre –, qui, prenant acte de ce que les critères de la démarcation définitive entre le factuel et le normatif sont introuvables, plutôt que de censurer le débat normatif viserait à l’organiser selon les règles d’un débat démocratique. On n’oublie pas ici que c’est à une « solution » de ce type que Weber entend apparemment s’opposer « de la façon la plus farouche ». Aussi bien n’est-il pas question de défendre l’idée saugrenue que la vérité se trouverait quelque part du côté de la « moyenne des opinions » – ce qui nous rapprocherait du Durkheim théoricien de la normalité statistique par un biais inattendu –, et moins encore qu’elle pourrait être déterminée par un vote. Mais si les valeurs ultimes ne peuvent être réduites à un commun dénominateur rationnel, si la lutte des dieux n’est pas susceptible de s’abolir, et si les enjeux véritables de la connaissance du social historique portent sur les valeurs, alors ne nous reste-t-il pas à promouvoir une conception agonistique de la connaissance scientifique ?

38 Durkheim Émile, « Jugements de valeur et jugements de réalité », in Morale et philosophie…, op. cit., p. 119.

39 Ce qui n’implique pas de croire que les sciences de la nature seraient, elles, indemnes de tout jugement de valeur. Sur ce point on lira l’œuvre si méconnue en France du frère de Karl Polanyi, Michaël Polany. Et, à défaut et en attendant, sa présentation dans l’artice que lui consacre Fabrice Muller [Muller Fabrice, « Michaël Polanyi : science, foi et société », in la Revue du MAUSS semestrielle, n° 4, 1994, 2d semestre.

40 Walras Léon, Abrégé des Éléments d’économie politique pure, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1953, p. 25.

41 Ibid., p. 30.

42 Rosanvallon Pierre, Le Capitalisme utopique, Paris, Éditions du Seuil, 1979.

43 Berthoud Arnaud, « L’économie politique redécouvre-t-elle Aristote ? », in Revue du MAUSS, n° 15-16, Paris, La Découverte, 1992.

44 Constitutive de ce que nous avons appelé l’antinomie de la raison utilitaire.

45 Dans tout ce passage, j’ai cité J. C.Passeron plus que librement, en réunissant le propos présenté par lui dans un article soumis à un colloque sur « La théorie sociale aujourd’hui, bilan et perspectives », à l’université de Lausanne [Passeron Jean-Claude, « De la pluralité théorique en sociologie », in Revue européenne des sciences sociales, Cahiers Vilfredo Pareto, Tome XXXII, n° 99, Droz, Genève, 1994, p. 71-116] avec les explications orales données dans la discussion qui a suivi.

46 Farouchement déniée, pour le coup, par J. C. Passeron, comme nous l’avons vu.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search