Version classiqueVersion mobile

La sociologie malgré tout

 | 
Alain Caillé

L’aspiration anti-utilitariste de la sociologie classique

Chapitre VIII (bis) Post-scriptum : Mauss et Weber. Esquisse d’une comparaison systématique

Texte intégral

  • 1 Que j’avais esquissée oralement à l’occasion d’un séminaire organisé le 8 mars 2011 par le (...)

Dans la perspective d’une sociologie (science sociale) générale il serait absolument essentiel de dégager ce qu’il peut y avoir de commun aux deux auteurs capitaux de la tradition sociologique que sont, selon moi, Mauss et Weber, si radicalement différents, à tant d’égards, et pourtant, ou pour cela, si complémentaires. À cette fin, il conviendrait de procéder à une comparaison beaucoup plus systématique que celle amorcée dans la préface à Stephen Kalberg qu’on vient de lire. Un tel travail demanderait une attention et un temps considérables. Ici, je ne peux donner que quelques têtes de chapitre possibles d’une telle comparaison1.

  • 2 Silber Ilana, « Mauss, Weber et les trajectoires historiques du don », in la Revue du MAUS (...)

1Notons à titre d’introduction qu’il n’a existé que fort peu de rapports, de vie ou de lecture, entre Mauss et Weber. Je me contenterai sur ce point de citer Ilana Silber qui est certainement la sociologue qui se situe le plus exactement et le plus heureusement à l’intersection de nos deux auteurs : « Mauss semble quant à lui avoir lu certains travaux de Weber. Dans une note publiée en 1923 dans L’Année sociologique, il évoque la sociologie wébérienne, pour mieux l’opposer à la « sociologie catholique » de Max Scheler, sur un ton plutôt élogieux et complice : « Le regretté Max Weber, s’il n’a guère cité Durkheim et l’œuvre faite sous la direction de celui-ci, était beaucoup plus près de notre point de vue ». Pour autant, ses références à Weber restent très rares et, d’une façon générale, Mauss ne semble guère manifester d’intérêt particulier pour son œuvre ni de réelle proximité avec elle. Dans une lettre datée du 3 novembre 1936, il écrivait à Roger Bastide : « L’un de ceux que vous appréciez particulièrement, Max Weber, est un de ceux avec lesquels Durkheim, Hubert et moi communions le moins. » Plus explicitement encore, dans une lettre adressée à Gurvitch la même année, Mauss soulignait qu’il ne considérait pas Durkheim et Weber comme des auteurs de valeur égale. Par ailleurs, proche de Raymond Aron, il connaissait son intérêt pour Weber auquel ce dernier consacra d’importants développements dans son étude de 1935 consacrée à la sociologie allemande contemporaine. Sans que l’on puisse aujourd’hui disposer, selon Marcel Fournier (communication personnelle), de preuves concluantes, Mauss aurait rendu visite à Weber, une fois au moins, à Heidelberg et même remarqué quelques volumes de L’Année sociologique sur ses étagères2.

2Voilà, il faut bien l’avouer, qui n’incite guère à placer trop d’espoirs a priori dans la possibilité ou la désirabilité d’un rapprochement entre nos deux auteurs. On pourrait, il faudrait, s’interroger en profondeur sur les raisons de la cécité croisée entre les traditions sociologiques allemande et française. Sans nous aventurer dans une telle réflexion, contentons-nous de noter le lieu de la convergence principale entre Mauss et Weber, qui les situe dans un espace commun par rapport au marxisme. Tous deux nous offrent des éléments décisifs pour une théorie de la détermination du rapport social aussi par le sens. Et, plus précisément, pour une théorie de la production du sens et de son importance historique. Avant de tenter de préciser ce point, et la communauté de pensée entre Mauss et Weber, il est toutefois nécessaire de pointer tout ce qui les distingue et les sépare.

Les différences (évidentes) entre Mauss et Weber

  • Leurs objets sont presque incommensurables. Même s’il s’intéresse de près aux sociétés modernes (qu’on pense à ses textes sur la nation ou sur le bolchévisme), l’objet d’étude premier de Mauss est constitué par les sociétés sans État et sans marché, tandis que celui de Weber commence, avec les sociétés antiques, là où celui de Mauss s’arrête.
  • Tous deux s’intéressent centralement au fait religieux. Ni l’un ni l’autre ne se soucient d’en trouver l’essence et d’en donner une définition générale. Mais là où Weber s’intéresse au premier chef à ses évolutions historiques, Mauss, dans le sillage de Durkheim, est plutôt enclin à en rechercher une forme ou une autre d’origine.
  • Plus généralement, Mauss, dans l’Essai sur le don, est à la recherche des points communs entre des sociétés très éloignées dans le temps ou dans l’espace, d’un invariant – le « roc de la morale éternelle » – alors que toute la méthodologie wébérienne est destinée à saisir des singularités.
  • Weber n’accorde qu’une importance marginale au don. Même s’il le place au cœur des groupes universels, la famille, le voisinage, il n’en voit pour l’essentiel que la dimension de réciprocité immédiate, très proche du donnant/donnant. Sur ce thème, son ami Simmel est beaucoup plus proche de Mauss que lui.
  • Dans le sillage de Durkheim, Mauss reste implicitement attaché à l’idée d’une certaine unité des sociétés qu’il étudie. La sociologie est bien une science de la société. La démarche wébérienne, au contraire, ne connaît pas la société, mais uniquement des composantes ou des fragments de sociétés, dont les liens sont en partie contingents.
  • D’où la centralité chez Mauss de la notion de fait social total, et l’absence de toute notion équivalente chez Weber. Là encore, Simmel est plus proche de Mauss que ne l’est Weber. Son concept de Wechselwirkung – on traduit généralement par interaction, mais mieux vaudrait parler, peut-être, d’une efficace croisée généralisée –, évoque bien l’idée d’une résonance sociale générale qu’on trouve dans la notion de fait social total.
  • Les deux font un usage différent de la notion de sacré.
  • L’épistémologie wébérienne est infiniment plus sophistiquée que celle de Mauss, dont le Manuel d’ethnographie est, certes important, mais sectoriel et limité. Au reste, le rapport méthodologique et épistémologique de Mauss aux préceptes durkheimiens, reste en définitive assez flou.

3Première conclusion. De cet examen plus que sommaire des différences entre Mauss et Weber, il est permis de conclure qu’une tâche essentielle pour la science sociale serait de réussir l’introjection de l’épistémologie wébérienne dans la socio-anthropologie maussienne.

Les points communs

4Ce travail d’articulation sera d’autant plus possible et fécond que les points communs entre Mauss et Weber – effectifs ou potentiels – sont par ailleurs beaucoup plus importants qu’on ne pourrait le croire tout d’abord. Le fait principal est que l’un comme l’autre s’inscrivent dans une perspective de science sociale générale. De ce point de vue, il serait possible de dire de Mauss ce que nous disions de Weber dans la chapitre précédent :

  1. Weber (Mauss) n’est pas un philosophe.
  2. Weber (Mauss) n’est pas un sociologue
  3. Weber (Mauss) n’est pas l’anti-Marx.

5Mais, plus spécifiquement maintenant :

  • On trouvera chez l’un comme chez l’autre la même attention au concret et le refus de toute spéculation absconse.
  • L’un comme l’autre peuvent être dits anti-utilitaristes, c’est-à-dire critiques, positivement et normativement, de l’homo œconomicus. Positivement, ils sont tous deux persuadés que l’homme n’a pas toujours été un homo œconomicus, toujours et naturellement déjà-là. Comme auto-engendré. Il est au contraire, selon eux, le résultat d’un long processus historique. Et cela est vrai tout autant du marché et du capitalisme, les lieux d’exercice par excellence de l’homo œconomicus, qui n’est rien d’autre que l’homme qui juge de toute chose selon la logique de l’estimation marchande.
  • Normativement, ils sont tous deux critiques de l’homo œconomicus, qui n’est autre pour Weber que le dernier homme, celui qui a perdu son âme. Que celui à qui il faut tenter d’en redonner un peu en opérant un certain retour à de l’archaïque, diagnostiquera Mauss.
  • Cette double critique, positive et normative, de la figure de l’homo œconomicus va de pair avec des théories multidimensionnelles de l’action qui interdisent de tout rapporter, à la différence des théories utilitaristes, à la seule logique de l’intérêt. Une des difficultés de la comparaison est que la théorie maussienne de l’action est largement implicite. J’ai cru, pour ma part, pouvoir la reconstituer et l’axiomatiser en distinguant quatre mobiles organisés en deux paires d’opposés : intérêt pour soi/intérêt pour autrui, et obligation/liberté-créativité. L’articulation de cette typologie de l’action avec les notions wébériennes ne coule nullement de source et mériterait un véritable travail d’élucidation des enjeux. L’action traditionnelle est clairement du côté de l’obligation (maussienne et durkheimienne). L’action affective est en rapport avec l’intérêt pour autrui, avec toutes ses dimensions d’empathie, de sympathie et d’antipathie. L’action rationnelle par rapport aux moyens (Zweckrational) est, bien sûr, du côté de l’intérêt pour soi, mais les deux notions sont loin de se recouper étroitement. Quant à l’action rationnelle par rapport aux valeurs (Wertrational) elle a, elle aussi, à voir avec l’obligation (le sens du devoir), mais aussi peut-être avec la liberté-créativité. Si la comparaison est difficile, c’est parce que les catégories wébériennes ne sont pas tant produites en vue d’élaborer une théorie générale de l’action que de penser la singularité du rationalisme et des rationalisations occidentales modernes. Mais, si on ne conservait que leur dimension anthropologique générale, on ne serait sans doute pas bien éloigné des notions maussiennes. En tout état de cause, le point essentiel commun est l’idée de la multi-dimensionnalité de l’action et de l’irréductibilité de ses différentes modalités.
  • Mais il faut maintenant tenter d’aller plus loin. Le vrai travail à effectuer consisterait à montrer comment tant dans les types d’échange cérémoniel – ou de don agonistique – étudiés par Mauss que dans les rituels religieux, archaïques ou évolués, ce qui est en jeu c’est toujours une certaine articulation du don et de la reconnaissance. Avant même que les sociétés occidentales aient pu passer de l’honneur à la grâce, elles sont passées, et pas seulement elles, du mana ou du hau au salut. De Mauss à Weber, en quelque sorte. C’est cette continuité, et à la fois cette rupture, qu’il convient de saisir3. En ayant à l’esprit que la question nodale posée par les grandes religions (et même, d’une certaine façon, par les religions séculières) est celle de savoir en quoi consiste un vrai don ? Qui est le donateur suprême ? Qui est en même temps le « reconnaisseur » en dernière instance ? Le dispensateur de la reconnaissance qui reconnaît toutes les reconnaissances possibles. Non seulement le sujet supposé tout savoir et tout pouvoir, mais, plus profondément encore, tout donner et tout reconnaître.
  • C’est ici, on le sent bien, qu’il convient d’injecter de l’anthropologie maussienne dans la sociologie wébérienne. Qu’est-ce, en effet, qui fait valeur ? D’ou procède le charisme ? On ne répondra à ces questions qu’en regardant du côté du don et de la donation, et qu’en se rappelant que la grâce (le charisme) est du côté de la gratuité, autrement dit de ce qui dans le don excède l’échange, ou de ce qui dans les effets échappe à leurs causes.
  • Ainsi pourra être développée une théorie du pouvoir qui prendra pleinement au sérieux la distinction wébérienne entre Macht et Herrschaft – écrasée par la traduction de Herrschaft par « domination » et non par « pouvoir » – en distinguant entre les formes de pouvoir réversibles, comme le don, et les formes irréversibles, celles qui résultent de la pure violence – comme la Macht –, ou d’un don qui ne peut pas être rendu. Ce don, dit Mauss, qui rend inférieur et consacre la supériorité du donateur sur le receveur impuissant à réciproquer.

Esquisse d’une typologie mausso-wébérienne du pouvoir4

Du pouvoir

6Entendons par pouvoir : la capacité à coordonner des individus qui sans lui resteraient séparés, à faire naître entre eux un endettement mutuel positif en obtenant d’eux qu’ils fassent quelque chose qu’ils n’auraient pas fait spontanément.

7Distinguons quatre modes de coordination : par intérêt personnel / par l’aimance / par obligation / par l’enthousiasme.

8On distinguera donc 4 types de pouvoir. Ou encore 4 types de leaders, étant entendu qu’on se situe ici sur un plan d’immanence. La capacité d’obtenir des autres un certain type de conduite se maintient dans le cadre d’une certaine réciprocité/réversibilité. Un autre de ceux qui présentement obéissent peut, pourrait ou aurait pu être au pouvoir ou l’exercer.

9Distinguons donc : le pouvoir rationnel (disons le pouvoir stricto sensu) / l’influence (la chaîne des sympathies) / la contrainte (proche du pouvoir traditionnel de Weber, puisque la contrainte est ici immanente. Elle est contrainte liée au rappel des règles du jeu institué) / le charisme.

10On retrouve les catégories de Weber, plus une, l’influence.

De la domination

11On sort du plan d’immanence à partir du moment où pouvoir et obéissance se disjoignent structurellement, et où il s’établit une différence non réversible entre le détenteur du pouvoir et ceux qui doivent s’y plier. Monopolisation du pouvoir, d’un côté, assignation à l’obéissance de l’autre. On entre alors dans le registre de la domination, qui se distingue du pouvoir par la perte de la réciprocité. Par sa verticalisation. Registre auquel on peut assigner quatre modalités : la hiérarchie (donne des ordres) / la clientèle (donne des conseils impérieux) / la violence (donne des coups, la mort) / l’autorité (donne des avis).

Conclusion

12Quoi qu’on puisse penser du rapprochement ici proposé entre Mauss et Weber, il restera la certitude que leurs œuvres respectives constituent des pièces maîtresses de la science sociale générale (ou généraliste) affranchie du modèle économique dont il est urgent de définir les traits essentiels. Peut-être une bonne manière de procéder pourrait-elle être de poursuivre l’extraordinaire travail de production de types-idéaux amorcé par Weber dans Économie et société et de remanier ou d’enrichir nombre de ses types idéaux par des considérations inspirées par le paradigme du don. Et aussi par l’individualisme méthodologique complexe présenté dans le chapitre III.

Notes

1 Que j’avais esquissée oralement à l’occasion d’un séminaire organisé le 8 mars 2011 par les grands spécialistes français de Weber que sont Hinnerk Bruhn, Catherine Colliot-Thélène et Patrice Duran. Qu’ils soient ici remerciés de leur invitation et de leur écoute.

2 Silber Ilana, « Mauss, Weber et les trajectoires historiques du don », in la Revue du MAUSS semestrielle n° 36, « Marcel Mauss vivant », 2d semestre 2010, p. 362, note 2. Cet article présente la comparaison la plus achevée à ce jour de Mauss et de Weber.

3 Un beau travail préparatoire a été fait en ce sens par Park Jung Ho dans son Don, mana et salut religieux. Durkheim, Mauss, Weber, Bibliothèque du MAUSS numérique, 2010. Sur le passage du don archaïque au don propre aux religions monde, on ne peut que renvoyer à l’important article de Camille Tarot, « Repères pour une histoire de la naissance de la grâce », in la Revue du Mauss semestrielle n° 1, « Ce que donner veut dire. Don et intérêt », 1993, 1er semestre, p. 90-114.

4 J’extrais ces quelques lignes d’un travail plus développé (contenant également une typologie des formes d’obéissance et de révolte), publié sur le site de la Revue du Mauss permanente, www.journaldumauss.net.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search