Versión clásicaVersión móvil

La sociologie malgré tout

 | 
Alain Caillé

L’aspiration anti-utilitariste de la sociologie classique

Chapitre VIII Un Weber Maussien, un Mauss wébérien1 ?

Alain Caillé y Philippe Chanial

Texto completo

  • 1 Ce texte reprend l’introduction et la conclusion, rédigée par Alain Caillé et Philippe Cha (...)
  • 2 Passeron Jean-Claude, « La rationalité et les types de l’action sociale chez Weber », in R (...)
  • 3 Crucifié par Gurvitch, sauvé, presqu’in extremis, par Aron [Aron Raymond, Les Étapes de la (...)

« La sociologie est aujourd’hui toute entière wébérienne2 », suggérait récemment Jean-Claude Passeron. Dans le cas français, où la réception de l’œuvre de Weber fut si tardive, si réticente et si sélective, est-ce si sûr3 ?

  • 4 Weber Florence, Max Weber, Paris, Hachette, 2001, p. 5.

1Et d’ailleurs, comment peut-on être wébérien ? On peut l’être comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir. De nombreuses notions wébériennes ne sont-elles pas en effet tombées dans le domaine public4 ? Ne dit-on pas d’un professeur ennuyeux ou d’un politicien terne qu’il manque de « charisme » ? Ne ressasse-t-on pas à l’envi le prétendu clivage entre catholiques et protestants dans leur rapport à l’argent, faisant des premiers des « enrichis honteux » et des seconds des « enrichis décomplexés » ? N’est-il pas aujourd’hui devenu un lieu commun d’affirmer que nous vivrions dans un monde résolument « désenchanté » ?

  • 5 Sauf à fonder un néo-durkheimisme sur l’œuvre de Weber. Voir le plaidoyer holiste que défe (...)

2On peut aussi être wébérien par esprit de contradiction. Il n’y pas si longtemps encore, Weber n’était-il pas en effet avant tout l’homme d’un livre – qu’il ne conçut d’ailleurs jamais comme tel – L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, et à travers lui d’une thèse, souvent caricaturée, celle de l’origine religieuse du capitalisme moderne ? Un Weber prophète de « la revanche de Dieu » en quelque sorte, ou du moins, avocat de « la force des idées ». Bref l’anti-Marx. N’est-il pas aussi reconnu comme l’artisan d’une méthode, cette fameuse sociologie compréhensive, qu’il était (et reste) souvent de bon ton d’opposer à la sociologie explicative des faits sociaux, caractéristique de l’école française ? Au point, de Karl Popper à Raymond Boudon, de faire de Weber le précurseur de l’individualisme méthodologique. Bref, après l’anti-Marx, l’anti-Durkheim5.

3Certes, hors de la théorie sociologique générale, quelques uns de ses concepts avaient essaimé dans certains champs spécialisés de la discipline. On pouvait ainsi être un wébérien très sélectif. Qu’on songe au triomphe du concept de bureaucratie en sociologie des organisations, notamment chez Crozier ; ou à l’hégémonie du couple domination/légitimité en sociologie politique, notamment celle qu’inspire l’œuvre de Bourdieu. Seule la sociologie des religions, en raison de son ouverture nécessairement pluridisciplinaire tant à l’histoire qu’à la philosophie, sut très tôt recueillir et discuter l’héritage wébérien dans toute sa complexité et sa systématicité. Au risque, néanmoins, de rabattre l’ensemble de l’œuvre sur sa seule dimension d’histoire sociologique des faits religieux.

4Peut-être, alors, peut-on mieux saisir ce paradoxe hexagonal : après l’âge (d’or) des pionniers, des passeurs et des traducteurs, principalement Raymond Aron et Julien Freund, la tâche d’une synthèse ou d’une appréhension générale de l’œuvre de Weber fut abandonnée aux philosophes. C’est avant tout à eux, notamment Philippe Raynaud et surtout Catherine Colliot-Thélène, que l’on doit le regain des études wébériennes en France. Si leur apport est essentiel, il souffre néanmoins d’un autre tropisme : celui d’une lecture avant tout politique de Weber. Et surtout, revers de la médaille, cette consécration philosophique, par ailleurs légitime et fructueuse, ne tend-t-elle pas à faire passer pour secondaire ce qui constitue à l’évidence le cœur du projet de Weber : la constitution d’une science sociale générale ?

Prendre Max Weber enfin pleinement au sérieux

5Car si, près d’un siècle après sa mort, on veut enfin prendre Weber pleinement au sérieux et lui accorder toute l’importance qu’il mérite, il faut se convaincre, avant même d’entrer dans le détail de son œuvre, de quatre points essentiels :

61. Weber n’est pas un philosophe. Il connaît, bien sûr, la tradition philosophique, et on ne comprendrait pas pleinement sa démarche si l’on n’y percevait pas l’influence, notable, de Kant ou de Nietzsche par exemple. Mais personne plus que lui, à part sans doute Durkheim, n’a autant assumé le geste de séparation avec la philosophie qui donne naissance et légitimité spécifique aux sciences sociales. Séparation souvent mal comprise par les spécialistes des sciences humaines et sociales eux-mêmes, qui croient pouvoir se dispenser des questions issues de la philosophie, voire les répudier. Or, ce n’est nullement de cela qu’il s’agit en science sociale, au moins pour les plus grands de ses représentants. Et tout particulièrement pour Weber. Pour eux, les sciences sociales ne répudient pas les questions posées par la tradition philosophique, elles représentent une autre manière de traiter les problèmes soulevés par la philosophie morale et politique ou par la philosophie de la connaissance. Non plus par le biais de la spéculation conceptuelle et de l’affinement des concepts, ou par l’intermédiaire de paraboles théoriques (comme la fiction de l’état de nature ou du contrat social, par exemple), mais via une confrontation résolue à la réalité empirique des faits historiques et sociaux. Il s’agit bien de faire œuvre de science et pas seulement de pensée, même si, on le verra, la question du degré de conformité des sciences sociales aux canons des sciences de la nature reste amplement posée.

  • 6 Rappelons qu’il n’a durablement occupé que des chaires de droit et d’économie politique. C (...)

72. Weber n’est pas un « sociologue ». Cette deuxième affirmation surprendra certainement davantage. La sociologie de Weber n’est-elle pas enseignée à l’Université en première ou deuxième année des cursus de sociologie et donnée, avec celle de Durkheim, pour former la base même de la discipline ? Ou encore, Weber n’était-il pas selon Raymond Aron « le sociologue par excellence » ? Assurément ! Mais il n’en reste pas moins que, juriste de formation, Weber s’est longtemps considéré lui-même comme un économiste6, un économiste rattaché à l’école historiciste allemande (malgré ses sympathies pour Carl Menger) et donc, en ce sens, un économiste doublé d’un historien. Beaucoup plus qu’un sociologue au sens contemporain et récent du terme – c’est à dire le représentant d’une science sociale spécialisée parmi d’autres sciences sociales spécialisées – il doit être considéré comme l’auteur central de la science sociale, de la Sozialwissenschaft, alias la social science. Ou, si l’on veut, de la sociologie générale. Cela posé, on comprend mieux pourquoi si Weber est toujours très présent en science politique, les sociologues, au bout du compte, de plus en plus exclusivement tournés vers une microsociologie descriptiviste du présent, n’en font en réalité à peu près plus rien. On comprend moins bien pourquoi les historiens, férus de débats sur la méthode historique, ne s’y réfèrent guère, alors qu’il a posé pourtant avec une lucidité et une profondeur étonnantes l’essentiel des problèmes qui les agitent. Et il est tout aussi surprenant que ceux des économistes qui s’affranchissent peu ou prou de la doxa du modèle économique standard, fondé sur la naturalisation de la figure de l’homo œconomicus – on pense, en France à l’école de la régulation ou à l’école des conventions – semblent largement l’ignorer alors que, bien souvent, ils ne font que redécouvrir, pas à pas, les questions qu’il avait su poser dans toute leur acuité et leur ampleur.

  • 7 Comme le souligne Jean-Pierre Grossein : « L’obnubilation par la question de savoir si Web (...)
  • 8 Les supporters, serait-on tenté de traduire.

83. Weber n’est pas l’anti-Marx. Une des raisons importantes pour lesquelles, malgré son immense notoriété, Weber reste en définitive mal lu, mal compris et en conséquence très sous-utilisé, tient sans doute à ce qu’il est souvent présenté comme l’opposant principal de Marx, celui qui, loin de croire à la force des intérêts matériels et au déterminisme de la situation de classe, accréditerait l’idée que l’Histoire est régie par les croyances, les valeurs et les idées. Bref, un « idéaliste7 ». Du coup, parce qu’il a été de bon ton, longtemps, dans nombre de milieux académiques de placer ses pas dans ceux de Marx, et d’en appeler à la scientificité d’une forme ou une autre de matérialisme historique, il semblait et semble toujours hasardeux de trop se reposer sur Weber. Sauf, par un mouvement inverse, à en faire une sorte de prolongement de Marx, le « Marx de la bourgeoisie ». Pourtant, que les idées, les croyances ou les valeurs jouent un rôle important dans l’Histoire c’est là une évidence que seul un matérialisme simplet peut dénier. Du côté paramarxiste, on ne compte plus aujourd’hui les études qui révèlent le rôle joué dans l’avènement du néolibéralisme par la Société du Mont-Pèlerin et par les colloques de Davos, par exemple. Que les idées, les croyances exercent bel et bien une influence sur le cours du monde, qui en doute donc encore, même chez les marxistes orthodoxes ? Tout le problème est de se donner les moyens de déterminer laquelle, avec quel degré d’importance et comment. Par quel truchement. C’est là que la sociologie de Max Weber prend tout son poids. Bien éloignée d’une opposition naïve entre idéalisme et matérialisme, elle montre qu’idées, croyances et valeurs n’ont d’efficace historique que pour autant qu’elles sont appropriées, intériorisées, affichées et défendues par des groupes sociaux particuliers qui s’en font les supports, ou les « porteurs » (Träger)8. La question devient alors de savoir quelles sortes d’idées sont de manière typique produites, appropriées et portées par quels types de groupes sociaux eux-mêmes en rapport, et de quelle manière, avec quels autres groupes sociaux.

  • 9 L’ouvrage le plus convaincant sur ce point est selon nous le livre de Stephen Kalberg, La (...)

94. Weber est l’épistémologue et méthodologue capital de la science sociale. Les considérations qui précèdent n’auraient qu’un intérêt assez limité si elles devaient servir uniquement à rétablir quelques vérités en vue de contribuer à la gloire d’un auteur certes important dans l’histoire des sciences sociales mais inexorablement dépassé par les progrès ultérieurs de la connaissance. Or, tel n’est nullement le cas. Il est bien sûr possible et nécessaire de débattre de la précision historique de telle ou telle analyse par Weber de l’économie antique, de l’évolution du protestantisme, des rapports entre hindouisme et bouddhisme ou entre taoïsme et confucianisme, et de dizaines d’autres thèmes encore. Mais le point essentiel n’est pas là. Au-delà du nombre impressionnant de concepts et d’analyses idéaltypiques produits par Weber, sa contribution la plus importante à la science sociale générale, ou, si l’on préfère, à la macrosociologie réside dans sa réflexion épistémologique – à quel degré de scientificité les sciences sociales peuvent-elles prétendre ? – et dans la stratégie méthodologique qui en découle – que faire, dès lors qu’il est illusoire d’espérer appréhender scientifiquement la structure profonde et unique de la réalité historique sinon procéder par approximations grâce à la démarche idéaltypique ? Or, n’hésitons pas à l’affirmer avec force : sur ces questions essentielles pour les sciences sociales, il n’a rien été produit, et de loin, d’aussi puissant et profond que l’épistémologie et la méthodologie wébérienne9. Nous méconnaissons d’autant moins ce qu’une telle affirmation peut sembler avoir d’intempestif et d’inadmissible – les méthodologies légitimes ne sont-elles pas infiniment variées ? – que, pour notre part, n’étant pas dénués de sympathie pour l’anarchisme épistémologique d’un Paul Feyerabend pour lequel en matière de connaissance anything goes, tout est bon, et nous réclamant au premier chef de Marcel Mauss, nous devrions plutôt nous revendiquer de la méthode de son oncle, E. Durkheim. Contradiction ? Nous y reviendrons.

10Mais, dans l’immédiat, il convient d’expliquer pourquoi l’épistémologie et la méthodologie wébérienne, quoique si souvent saluées, ne sont en définitive guère débattues et prises en compte dans la plupart des débats actuels. Il y a à cela trois raisons principales : cette épistémologie (et la méthodologie qui en découle) est à la fois frustrante, complexe et fragmentaire. Intrinsèquement frustrante puisqu’elle nous enjoint d’en rabattre considérablement sur nos prétentions à pouvoir connaître la réalité sociale ultime, la réalité vraie en quelque sorte. Elle est également complexe, et donc difficile à fixer et à maîtriser, à proportion justement de la reconnaissance qu’elle implique de la complexité, presque infinie, de la réalité sociale. Enfin, si les élaborations wébériennes dans les débats épistémologiques et méthodologiques en science sociale sont si mal connues, c’est parce qu’elles sont peu lues. Et peu lues parce que, outre leur difficulté relative, elles se trouvent dispersées dans de multiples textes ou passages, traduits et édités trop souvent au petit bonheur la chance, si bien qu’il est très difficile de s’en faire une idée un peu systématique et cohérente.

11C’est tout l’intérêt du présent ouvrage de Stephen Kalberg, l’actuel spécialiste numéro 1 de Weber aux États-Unis, que de rassembler ces fragments en un tout cohérent et aisément accessible, et de nous donner ainsi une véritable introduction à la sociologie générale de Max Weber. Comment peut-on être wébérien (ou ne pas l’être), demandions-nous ? À cette question, cet ouvrage apporte paradoxalement des réponses d’autant plus neuves et stimulantes qu’il se refuse en quelque sorte d’y répondre. Car il ne s’agit pas pour lui – c’est toute la modestie, apparente, de cette introduction – de présenter une nouvelle interprétation de l’œuvre. La bonne, enfin trouvée après tant d’autres. Pour Kalberg, Weber n’est pas l’homme d’un livre, d’une thèse, d’un camp épistémologique ou paradigmatique, voire d’une seule discipline. Il est l’auteur d’un œuvre ouverte. Certes, comme Kalberg le montre magistralement, l’édifice est solide et ses fondations, épistémologiques et méthodologiques, à toute épreuve. Ou presque. Néanmoins, cette œuvre est aussi un chantier. Par son inachèvement d’abord, et surtout par les pistes multiples qu’elle ouvre sans les avoir épuisées, et qu’elle nous lègue. En ce sens, pour l’auteur, on n’est pas wébérien, on le devient, et ceci en mobilisant et en actualisant la boîte à outils, à concepts, à questions de Weber. D’où ce Weber résolument ouvert, actuel et vivant que Stephen Kalberg nous restitue. À ce titre, cette introduction à la sociologie de Max Weber est à la fois modeste et terriblement ambitieuse. À l’instar de l’œuvre de Weber lui-même, indissociablement ascétique et héroïque. Frustrant et exaltant.

Soziologie als Beruf10 : l’ascèse sociologique selon Max Weber

  • 10 La Sociologie comme vocation, célèbre pendant de La Politique comme vocation.
  • 11 Date donnée au hasard…

12Epistémologie frustrante disions-nous. On peut aisément s’en convaincre par contraste. Avec le marxisme, nous pouvions espérer cerner l’infrastructure « déterminante en dernière instance » de toute formation sociale. Avec Durkheim, les vrais déterminants objectifs du suicide, voire la centralité du sacré au cœur du social. Avec le structuralisme, les vraies structures de la parenté, des mythes ou des contes. Même chose pour l’économie avec l’école des Annales. Avec la théorie des choix rationnels, les vraies logiques enfin explicitées de la décision et du choix. Avec la psychanalyse, le noyau ultime du désir. Du côté des empiristes radicaux, on observe la même certitude qu’il doit être possible de dégager ou d’extraire une parcelle de pur réel. La microsociologie d’inspiration ethnométhodologique ou interactionniste symbolique participe, autrement, du même espoir. Chez les historiens ou les ethnographes, les monographies croient pouvoir restituer le tout de la microréalité observée, le marché des blés de telle ville en 142811, le système des vêtements en Champagne au xvie siècle, la manière de chasser le lion en Afrique dans telle ethnie à telle époque ou le rituel de mariage dans telle tribu amazonienne etc. Avec Weber au contraire il nous faut renoncer à toute aspiration à une vérité unique et définitive sur quelque phénomène que ce soit, à tout point de vue univoque et unilatéral, à toute position de surplomb sur le réel historique passé ou présent.

13Stephen Kalberg ne cesse de souligner cette modestie, cette prudence affichée par Weber. Car c’est bien, apparemment du moins, une sévère ascèse sociologique que Weber semble imposer au chercheur, avec, inévitablement, son lot de renoncements. À tel point que ses règles de la méthode apparaissent tout d’abord comme autant d’interdits. Évoquons-en et formulons-en deux.

Premier interdit :

  • 12 Weber Max, Essais sur la théorie de la science, Julien Freund (trad.), Paris, Agora Pocket (...)

Tu ne joueras pas les « prophètes accrédités par l’État », jamais tu ne t’abandonneras à débiter du haut d’une chaire, au nom de la science, des verdicts décisifs concernant la conception du monde12.

Second interdit :

Tu ne prétendras pas avoir accès au « sens du sens », sens de l’histoire ou des faits sociaux ; tu ne considéreras pas la science sociale comme une partie de chasse (à la contingence) et jamais tu ne prétendras pouvoir capturer le réel social-historique dans les filets de tes concepts et de tes lois.

14On aura reconnu, d’une part, son fameux plaidoyer pour la neutralité axiologique. De l’autre, son pluralisme et son perspectivisme, sa « riposte au défi hégélien » comme le dit Paul Ricœur, et plus généralement sa critique de toute prétention à dépasser le hiatus irrationalis entre concept et réalité, histoire et raison ; son profond scepticisme face au rêve, ou au cauchemar, d’une « science parfaite », d’un savoir absolu. […]

Conclusion : Les idées, les valeurs et les intérêts (de Marx à Weber, en passant par Mauss)

15Nous avons maintenant à peu près tous les éléments pour tenter de penser la manière dont à travers l’Histoire s’articulent les intérêts, les valeurs et les idées. Est-il possible grâce à Weber de dépasser de manière non idéaliste à la fois le marxisme vulgaire, le modèle de l’homo œconomicus cher à la science économique (et à une certaine psychanalyse) et les multiples variantes sociologiques de l’axiomatique de l’intérêt selon laquelle toute pratique humaine s’explique exclusivement et en dernière instance par le seul intérêt, l’« intérêt souverain » dont valeurs et idées et seraient que les masques ou les produits dérivés ? Quelle est la place et la puissance des intérêts pour Weber, quelle est la signification même de ce concept dans sa sociologie ? Il nous faut, pour conclure, entrer dans le vif de cette question qui engage justement son rapport à l’utilitarisme, et par là à l’œuvre de Marx et de Mauss.

16La messe semble dite dans ce passage bien connu – en clin d’œil à l’avant-propos de la Critique de l’économie politique de Marx – de l’« Introduction » à L’Éthique économique des religions mondiales :

  • 13 Weber Max, « Introduction à L’Éthique économique des religions mondiales », traduction Gro (...)

Ce sont les intérêts (matériels et idéels) et non les idées qui gouvernent directement l’action des hommes. Toutefois, les « visions du monde », qui ont été créées par le moyen d’« idées », ont très souvent joué le rôle d’aiguilleurs, en déterminant les voies à l’intérieur desquelles la dynamique des intérêts a été le moteur de l’action13.

17À en rester à une lecture paresseuse de ce texte, la sociologie de Max Weber pourrait passer pour une variante distinguée d’une axiomatique vulgaire de l’intérêt. Mais que nous dit en réalité Weber ? Apparemment deux choses toute simples. D’une part, que seule la dynamique des intérêts meut l’action ; d’autre part, que cette dynamique ne s’enclenche la plupart du temps que dans les limites des « idées » et visions du monde. Mais, chez Weber, nous le savons, rien n’est simple. Suggérons donc trois interprétations possibles de ce rapport des intérêts aux idées et aux valeurs.

  • 14 Mais Bourdieu n’est pas loin. Qu’est ce qui fait courir les hommes, se demande-t-il, sinon (...)

18La première, très partielle, relève de ce que nous pourrions nommer un utilitarisme (à peine) sophistiqué. Elle consiste à affirmer que ce sont bel et bien les intérêts qui mènent le monde, mais que ces intérêts sont de deux ordres : matériels, certes, mais aussi idéels. Pour le dire vite : besoin de bien-être (santé et prospérité) et besoin de sens (salut, idéaux et reconnaissance). Le profane et le sacré, un mélange caractéristique de l’homo duplex, au sens de Durkheim14.

19La seconde interprétation, qui intègre, elle, les deux faces de l’argument de Weber, relève de ce que nous appellerons un utilitarisme contextualisé. Tout en affirmant également la primauté des intérêts comme moteurs de l’action, elle précise immédiatement que la nature de ces intérêts, mais aussi la façon de les satisfaire, est définie, encadrée, voire prescrite par les idées et visions du monde d’une société, période ou civilisation données. On pourrait fixer cette deuxième interprétation en paraphrasant la fameuse formule de Marx dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte : « Les intérêts font l’histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, ils la font dans des conditions déterminées par les constellations de significations directement héritées du passé ».

  • 15 Laval Christian, L’Ambition sociologique, Paris, La Découverte/MAUSS, 2002, p. 397.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ce qui ne signifie pas que toute action serait purement adaptative, bref déterminée par le (...)

20Cette seconde interprétation, la plus courante, invite à en tenter une troisième, résolument dialectique, qui conduit à renverser toute théorie utilitariste de l’action, même sophistiquée ou contextualisée. Comme le suggère Christian Laval, s’il ne rechigne pas à parler le langage de l’intérêt, « avec Weber, ce n’est plus l’intérêt, au sens d’une satisfaction quelconque […] qui détermine le sens d’une activité ou d’une conduite, ce serait plutôt l’inverse15 ». Ou, pour l’exprimer autrement, l’homme ne donne pas du sens et de la valeur à ce qui l’intéresse. Au contraire, « l’homme est intéressé par ce qui a du sens et de la valeur pour lui, à un certain moment historique16 ». Une nouvelle fois, nous retrouvons l’anthropologie de Weber. Si le sens est premier par rapport à la perception (et à la satisfaction) de l’intérêt, n’est-ce pas parce que l’homme est d’abord un animal symbolique, un homo symbolicus, avant d’être un homo oeconomicus ? La quête de sens, telle qu’elle se cristallise dans des « idées » et des « visions du monde », est donc hiérarchiquement première par rapport à la quête d’intérêts. Tel n’est-il pas le principe même de la sociologie compréhensive wébérienne ? Pas de vie, pas de conduite de vie sans orientation significative de l’action. À ce titre, toute pratique est-elle une pratique symbolique à partir du moment où elle peut être référée ou indexée à un ensemble de significations instituées17 ? Dès lors, pas de sociologie – ou de sciences sociales – sans prise en compte de ce qui justifie, pour un type d’homme spécifique, la vie et les divers ordres de vie (lebensordnungen), c’est-à-dire les « cosmos de signification » d’une société donnée, dont les « bonnes raisons » mises en avant par l’individualisme méthodologique d’un R. Boudon ne constituent qu’une forme très appauvrie.

  • 18 « Eaux glacées » qui, sous la plume de Weber, se traduisent par cette « glaciation éthique (...)

21Bref, si les intérêts ne sont que ce que les systèmes de signification disent qu’ils sont, peut-on encore affirmer qu’ils soient, même pluralisés, même contextualisés, les moteurs de l’action ? Il est tentant, avec et contre Kalberg, de répondre par la négative. En apportant néanmoins deux nuances. Tout d’abord, conformément à l’anthropologie wébérienne et à sa critique du rationalisme occidental, il apparaît que l’action peut en effet être guidée par les seuls intérêts dans les contextes pratiques ou historiques où elle prend une forme purement adaptive, sur le modèle de la rationalité pratique et formelle. Bref, lorsqu’elle devient une action sans qualité, celle d’hommes ou de « type d’hommes » sans qualité. Celle des « derniers hommes » devenue intégralement utilitaristes. Le type d’homme qui semble triompher aujourd’hui. On a ici un écho à un thème central de Marx pour qui, ce n’est pas par essence mais uniquement dans le cadre du capitalisme que l’homme se noie dans « les eaux glacées du calcul égoïste18 ».

22Seconde nuance, de taille : même si Weber affirme la domination hiérarchique des idées sur les intérêts, il s’agit d’une hiérarchie enchevêtrée. Comme Kalberg ne cesse de le rappeler, Weber peut en effet légitimement affirmer conjointement l’autonomie et l’hétéronomie des idées. Ou, pour l’exprimer ainsi, si les idées disent, le plus souvent, ce que les intérêts sont, les intérêts quant à eux dictent ce que les idées font (ou feront). C’est le moment matérialiste wébérien : la force causale, autonome et interne des idées – ou des visions du monde ou des rationalités éthiques etc. – suppose tout un ensemble de facteurs externes (économiques, politiques etc.) sans lesquels elle ne pourrait s’exercer et ainsi façonner aucune conduite de vie. Les idées ne planent pas dans les airs. Leur efficace exige qu’elles soient remises sur leurs pieds. En ce sens, elles ne sont pas autosuffisantes ou immédiatement performatives.

  • 19 Ainsi, note Weber : « Les orientations ascétiques du protestantisme l’ont emporté partout (...)

23Hiérarchie enchevêtrée, disions-nous : les idées cadrent les intérêts mais les intérêts les portent. C’est dans cet esprit que Weber souligne notamment toute l’importance des « porteurs sociaux » (Träger) – groupes, classes, strates – qui assurent la diffusion des idées et visions du monde19. Or, l’intérêt (et le pouvoir) de ces groupes joue ici un rôle essentiel. Les doctrines de salut, par exemple, ne se développeront, et ainsi n’exerceront éventuellement une influence pratique, que dans la mesure où elles rencontreront les intérêts intramondains des groupes qui les font leurs. Tout d’abord, leurs intérêts matériels bien compris, mais aussi leurs intérêts de reconnaissance. Intérêt de statut, de puissance, bref de légitimation de leurs privilèges pour ceux qui en bénéficient. Ou, pour les groupes qui en sont dépourvus, promesses de compensation.

  • 20 Comme le montre l’accent mis par Weber sur les primes de salut (ou récompenses psychologiq (...)

24Généralisons l’analyse de Weber : toute quête de sens est en effet indissociable d’une « économie », de l’espoir de rétribution et de gratifications de toutes sortes, symboliques et matérielles20. Mais à la différence de Marx et de sa théorie de la superstructure, la religion – ou toute autre vision du monde – n’est ni l’opium du peuple ni la justification de la puissance des puissants. Weber le rappelle fortement dans ce même texte, l’« introduction » à L’Éthique économique des religions mondiales :

  • 21 Weber Max, « Introduction à l’Éthique économique des religions mondiales » in Sociologie d (...)

Les études qui suivent ne défendent d’aucune manière la thèse que la particularité des religiosités serait une simple fonction de la situation sociale de la couche qui en apparaît comme le porteur (Träger) caractéristique, quelque chose comme simplement son « idéologie » ou un reflet de ses intérêts matériels ou idéels […]. Une éthique religieuse peut bien, dans tel ou tel cas, avoir subi profondément des influences sociales, conditionnées par des facteurs économiques et politiques, mais ce sont d’abord des sources religieuses, et en premier lieu, le contenu de leur révélation et de leur promesse qui ont donné à cette éthique sa physionomie21.

  • 22 Bendix Reinhard, Max Weber, An intellectual Portait, New-York, Doubleday Anchor., 1962, p. (...)
  • 23 L’homme veut certes jouir, mais, précise Weber, « […] il se contente rarement du fait d’êt (...)

25Il y a donc bien une irréductibilité de la quête de sens au seul jeu de l’intérêt. Comme le souligne son biographe américain, Richard Bendix, Weber a bel et bien « transformé la grande intuition de Marx en montrant combien les intérêts matériels sont liés à la quête inextinguible par l’homme du sens et de l’idéal22 ». Tout utilitarisme vulgaire est donc immédiatement écarté23.

26On voit ainsi se dessiner une sorte de point de rencontre possible entre Marx, Mauss et Weber qui n’est peut-être rien d’autre que le lieu central, la matrice de cette science sociale générale qui tarde tant à se formuler mais qui serait pourtant indispensables aux différentes sciences sociales spécialisées, économie, histoire, démographie, anthropologie, sociologie, philosophie politique etc. pour penser le statut de ce qui revient à chacune en propre. Dans cette science sociale générale, dont tous les éléments sont là mais qui tardent à s’assembler de manière clairement intelligible, l’axiomatique de l’intérêt et la science économique ne représentent qu’un cas particulier. Le cas de loin le plus courant, le plus systématisé, le mieux formalisé et le plus influent, mais un cas particulier malgré tout.

  • 24 Jung Ho Park, Don, mana et salut religieux. Durkheim, Mauss, Weber, Bibliothèque du MAUSS (...)

27L’affirmation principielle de cette science sociale générale est celle qu’établit Mauss dans l’Essai sur le don, lorsqu’il écrit en 1925 que « l’homme n’a pas toujours été un animal économique » et qu’il précise que « l’homme économique n’est pas derrière nous mais devant nous ». À cette affirmation, Marx comme Weber souscriraient des deux mains. Mauss montre comment fonctionne une société, la société première qui ne met pas en rapport des hommes économiques mais des sujets sociaux qui ne deviennent tels qu’en entrant dans le cycle des échanges régi par ce qu’il nomme la triple obligation de donner, recevoir et rendre. Variante de ce que Marx tentait de penser sous les traits du communisme primitif. Weber prend les choses au sortir de la société première, lorsque la circulation du mana grâce au don ne suffisant plus à assurer l’équilibre du faste et du néfaste, les hommes se mettent en quête de salut24. Bien loin, montre-t-il, que l’homme économique soit présent de toute éternité ou qu’il ne naisse spontanément comme un résultat spontané de l’évolution économique naturelle, il n’advient qu’au terme d’une longue histoire de la quête du salut, par un détour paradoxal de la logique du sens au terme duquel le salut n’apparaît plus comme un résultat de l’action bonne mais comme sa précondition. Marx, à son tour, analyse la logique des rapports de force qui opposent les hommes, plus ou moins transformés en hommes économiques mais répartis en classes opposées de dominants et de dominés. Analyse imparable sous réserve que soit précisé ce qu’il subsiste malgré tout dans cet univers utilitariste de l’ancienne éthique du don et de la « dépense noble », ainsi que de la quête de sens impulsée par deux ou trois mille ans d’histoire des religions de salut. Ainsi que ce qui est susceptible d’en renaître sous des formes nouvelles.

  • 25 Mauss Marcel, « Essai sur le don » in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1989 (1925) (...)
  • 26 Ibid., p. 258.
  • 27 Vincent Jean-Marie, Max Weber ou la démocratie inachevée, Paris, Éditions du Félin, 1998, (...)

28En clin d’œil aux « eaux glacées » de Marx, Mauss ne nous rappelle-t-il pas que si, l’homme économique est certes devant nous, « nous sommes encore heureusement éloignés de ce constant et glacial calcul utilitaire25 », et que « nous n’avons pas qu’une morale de marchands26 » ? Et Weber lui-même, s’il évoque parfois la « glaciation éthique » qui nous attend, laisse néanmoins la porte (de l’histoire) ouverte à de nouveaux prophètes et à de nouveaux idéaux. Or, l’absolutisation (ou la naturalisation) d’une forme unique de rationalité, d’un ressort essentiel de l’agir humain – l’activité rationnelle quant aux moyens –, ne conduit-elle pas justement à nous frapper de cécité et à vouer à l’irrationnel ce qui ne correspond pas à ses propres critères : la gratuité, le don, le non-appréciable voire la démesure27 ?

Notas

1 Ce texte reprend l’introduction et la conclusion, rédigée par Alain Caillé et Philippe Chanial au livre de Stephen Kalberg, Les Valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte/MAUSS, 2010. Je remercie vivement Philippe Chanial de m’avoir autorisé à la reprendre ici. Par ailleurs, on ne saurait trop conseiller aux historiens de lire du même Stephen Kalberg, La Sociologie historique comparative de Max Weber (avec une préface d’Alain Caillé) que je crois tout à fait essentiel à l’épistémologie et à la méthodologie de leur discipline. Toujours dans une perspective de science sociale générale, bien sûr.

2 Passeron Jean-Claude, « La rationalité et les types de l’action sociale chez Weber », in Revue européenne des sciences sociales, t. 32, n° 98, 1994, p. 5.

3 Crucifié par Gurvitch, sauvé, presqu’in extremis, par Aron [Aron Raymond, Les Étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967] et Freund [Freund Julien, Sociologie de Max Weber, Paris, PUF, 1966], l’odyssée de Weber dans le champ de la sociologie française, jusqu’à sa toute récente « panthéonisation », a pour le moins été semé d’embûches et de polémiques [voir Pollak, « La place de Max Weber dans le champ intellectuel français », in Droit et Société, 1988, n° 9 et Hirschorn Monique, Max Weber et la sociologie française, Paris, L’Harmattan, 1988].

4 Weber Florence, Max Weber, Paris, Hachette, 2001, p. 5.

5 Sauf à fonder un néo-durkheimisme sur l’œuvre de Weber. Voir le plaidoyer holiste que défend Michel Maffesoli dans son ouvrage de 1985, La Connaissance ordinaire, sous-titré « Précis de sociologie compréhensive », Paris, Librairie des Méridiens, 1985.

6 Rappelons qu’il n’a durablement occupé que des chaires de droit et d’économie politique. Ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’il occupera, à Munich, une chaire de sociologie. Comme le rappelle Freund, la dénomination dont il se servait lui-même était celle de « science et politiques sociales ».

7 Comme le souligne Jean-Pierre Grossein : « L’obnubilation par la question de savoir si Weber était « idéaliste » ou « matérialiste », marxiste ou anti-marxiste, a longtemps constitué – et constitue encore – une entrave à la perception de l’originalité d’une œuvre qui se situe délibérément par delà l’idéalisme et le matérialisme », in Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, traduction par Grossein Jean-Pierre, Paris, Gallimard, « Tel », 2003, p. XXXV, (Éd. allemande 1920)..

8 Les supporters, serait-on tenté de traduire.

9 L’ouvrage le plus convaincant sur ce point est selon nous le livre de Stephen Kalberg, La Sociologie historique comparative de Max Weber, op. cit.

10 La Sociologie comme vocation, célèbre pendant de La Politique comme vocation.

11 Date donnée au hasard…

12 Weber Max, Essais sur la théorie de la science, Julien Freund (trad.), Paris, Agora Pocket, 1992, p. 371 (éd. allemande 1920).

13 Weber Max, « Introduction à L’Éthique économique des religions mondiales », traduction Grossein Jean-Pierre, in Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996, p. 349-350 (trad. modifiée), (éd. allemande 1920).

14 Mais Bourdieu n’est pas loin. Qu’est ce qui fait courir les hommes, se demande-t-il, sinon la quête de capital économique et de capital symbolique ? Mais aussi Boudon, à travers sa distinction entre rationalité utilitaire et rationalité axiologique.

15 Laval Christian, L’Ambition sociologique, Paris, La Découverte/MAUSS, 2002, p. 397.

16 Ibid.

17 Ce qui ne signifie pas que toute action serait purement adaptative, bref déterminée par les systèmes de signification qui l’oriente. Au contraire, afin de souligner combien l’action transforme les significations héritées, Weber ne cesse de mettre l’accent sur les tensions qui émergent de la confrontation des valeurs au réel et sur les conflits entre les différents « ordres de vie » ou « domaines sociétaux ».

18 « Eaux glacées » qui, sous la plume de Weber, se traduisent par cette « glaciation éthique », cette « cette nuit polaire, d’une obscurité et d’une dureté glaciale » qui pourrait bien constituer le destin de l’homme moderne [Weber Max, « La profession et la vocation d’homme politique » in Le Savant et le politique, Colliot-Thélène Catherine (trad.), Paris, La Découverte, 2003, p. 205].

19 Ainsi, note Weber : « Les orientations ascétiques du protestantisme l’ont emporté partout où la bourgeoisie constituait une puissance sociale ; les Églises réformées les moins ascétiques, l’anglicanisme et le luthérianisme, l’ont emporté là où dominait (alors) la puissance nobiliaire et princière », Weber Max, « L’état et la hiérocratie », in Sociologie des religions, Grossein Jean-Pierre (trad.), Paris, Gallimard, 1994, p. 307, (éd. allemande 1921). Sur le rôle de la caste des brahmanes dans la diffusion de l’hindouisme, voir la dernière section du chapitre : « L’effet méta-disciplinaire du tournant global en science sociale… » de cet ouvrage.

20 Comme le montre l’accent mis par Weber sur les primes de salut (ou récompenses psychologiques), notamment dans le cadre du protestantisme ascétique, l’influence exercée par les idées et visions du monde est inséparable de cet espoir de rétributions et de gratifications : « […] une éthique à ancrage religieux associe au comportement qu’elle suscite des récompenses psychologique (à caractère non économique) », in Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, op. cit., p. 33-34, souligné dans le texte]. Ainsi, c’est bien dans le langage d’une économie – non économique, bref symbolique, une économie du salut, condition de l’économie matérielle – que la rationalité éthique du protestantisme pu imprégner les pratiques, contribuer à forger une conduite de vie méthodique et un type d’humanité spécifique et satisfaire la quête de sens de ses fidèles.

21 Weber Max, « Introduction à l’Éthique économique des religions mondiales » in Sociologie des religions, op. cit., p. 335.

22 Bendix Reinhard, Max Weber, An intellectual Portait, New-York, Doubleday Anchor., 1962, p. 481.

23 L’homme veut certes jouir, mais, précise Weber, « […] il se contente rarement du fait d’être heureux ; il éprouve de surcroît le besoin d’y avoir droit ». « Le bonheur veut être “légitime” ». Weber Max, « Introduction à L’Éthique économique des religions mondiales » in Sociologie des religions, op. cit., p. 337. Et de même, le malheur doit-il être justifié, d’où l’importance de toutes les théodicées de la souffrance.

24 Jung Ho Park, Don, mana et salut religieux. Durkheim, Mauss, Weber, Bibliothèque du MAUSS numérique, 2010.

25 Mauss Marcel, « Essai sur le don » in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1989 (1925), p. 273.

26 Ibid., p. 258.

27 Vincent Jean-Marie, Max Weber ou la démocratie inachevée, Paris, Éditions du Félin, 1998, p. 138.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search