Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Poétique de la collection au xixe siècle

 | 
Dominique Pety

Une poésie du bibelot

Une poésie du bibelot

Texte intégral

1Le roman met en scène un sujet menacé par la prolifération des objets, et tire les conséquences narratologiques de ce constat emprunté à la réalité culturelle : le personnage, d’une part, est prisonnier d’un décor envahissant, porté au premier plan par la description ; parce que, d’autre part, il n’a plus la capacité d’agir, l’intrigue perd sa raison d’être.

2La poésie, parce qu’elle offre au sujet la liberté de l’expansion lyrique, et qu’elle n’admet la réalité que transmuée, est peut-être le lieu d’un repli. Mais on va voir que si le sujet tente de s’y ressaisir, ce sera encore par le biais de ses objets, non plus certes dans leur organisation matérielle et symbolique, mais comme dépositaires d’une psychologie et d’une parole poétique.

3La collection, là encore, manifeste sa prégnance ; mais parce qu’elle a aussi révélé ses dangers, elle va céder la place à une pratique dérivée, celle de la décoration. Celle-ci était partie prenante de la praxis de la collection, dans l’étape de son exposition. Mais on a vu qu’elle pouvait aussi s’imposer comme une autre logique, à distance de l’accumulation matérielle et des classements figés, en insistant sur le choix personnel et la vie domestique.

  • 1 Voir mon analyse dans Les Goncourt et la collection, op. cit., p. 109 sq. (« L’art dans la maison  (...)
  • 2 Dans le roman de Maupassant, Notre cœur (1890), l’héroïne marque de sa subjectivité les objets qu’ (...)

4Historiquement, la décoration, pratique culturelle à visée domestique et esthétique, s’impose à partir des années 1870, quand la notion d’art industriel puis d’art décoratif a conquis sa légitimité. Les premiers manuels de décoration intérieure paraissent dans les années 1880, à destination notamment d’un lectorat féminin1. On va voir justement la place qu’occupe la figure féminine dans les transpositions poétiques de la décoration, alors que, dans le roman, les collectionneurs sont presque toujours des personnages masculins. La femme, culturellement associée à la représentation du foyer, de la vie privée, de l’intériorité domestique, rejoint ici la muse, guide poétique, pour parrainer l’écriture du décoratif dans sa visée esthétique. Alors que le collectionneur affirmait sa maîtrise sur un univers d’objets, la transposition et la féminisation de sa fonction via la décoration vont devenir l’indice d’une dépossession2.

5Parce que collection et décoration se déploient dans l’habitation, il nous faut d’abord commencer par analyser la quête d’un espace privé, à l’abri des pressions de l’extériorité urbaine et sociale. Il sera plus facile d’établir ensuite une distinction entre les deux notions, tout en soulignant leur étroite parenté ; d’une esthétique du décoratif ainsi dégagée, nous analyserons alors quelques réalisations. Mais la décoration a surtout pour fonction de souligner la finalité psychologique et esthétique d’un univers d’objets, ainsi arrachés à une exclusive matérialité. C’est pourquoi il nous faudra évoquer l’espace privé comme lieu du rêve ou de l’intellectualité, avant de constater que cette spiritualité peut être aussi portée au compte des objets. Ce sont eux finalement qui semblent prendre en compte la parole poétique, celle que le poème en prose énonce sur le mode de la causerie, celle de la poésie versifiée, qui émane des objets mais cherche ensuite à leur échapper.

Notes

1 Voir mon analyse dans Les Goncourt et la collection, op. cit., p. 109 sq. (« L’art dans la maison »).

2 Dans le roman de Maupassant, Notre cœur (1890), l’héroïne marque de sa subjectivité les objets qu’elle collectionne. Mais elle accumule aussi les admirateurs, et réifie les hommes afin de mirer en eux son pouvoir séducteur. Elle tient ainsi un salon où les hommes figurent à titre d’objets décoratifs parmi des bibelots.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540