Version classiqueVersion mobile

Poétique de la collection au xixe siècle

 | 
Dominique Pety

L’histoire et le document

La « collecte » documentaire au xixe siècle

Texte intégral

  • 1 Carbonell C.-O., L’Historiographie, op. cit., p. 72.

1Dans la deuxième moitié du xviie siècle commence la publication de gros recueils de sources historiographiques ; elle ira s’amplifiant, au point qu’on peut estimer qu’à la fin du xviiie siècle, « les gisements de mémoire de l’Europe ont été multipliés par 20 ou 301 ». Ces recueils, qui concernent essentiellement l’histoire de l’Église et les papiers d’État, portent le titre de « codices », « collectiones » (Collections des lettres des papes, Collection des conciles…), « thesauri ». On voit ici apparaître, parmi d’autres, le mot de « collection » au premier sens du terme, comme réunion de textes, choisis et groupés ensemble. On rencontre aussi d’autres titres : « Actes », « Histoires » (Actes des martyrs, Histoire de la Bourgogne, etc.), qui désignent surtout l’unité thématique qui fédère ces recueils, ou encore « Gerbes », « Glanes », « Mélanges » dont la dénomination souligne au contraire le caractère aléatoire de la récolte et l’assemblage sans ordre, mais aussi l’ensemble démesuré dans lequel il a fallu puiser. La conscience d’une quantité et d’un éparpillement croissants a sans doute motivé le besoin de réunir. Mais ne s’exprime pas encore le sentiment d’une distance temporelle qui s’aggrave. Ainsi la notion de « document » n’apparaît pas, parce qu’elle est étroitement dépendante, comme on l’a vu, de l’existence d’une véritable conscience historique.

  • 2 On va analyser pour la France les développements de cette « fièvre documentaire » (formule de l’hi (...)
  • 3 P. Nora parle de la « démocratisation de la mémoire » que permettent ces publications, et de la «  (...)
  • 4 P. Larousse l’analyse ainsi : « Sauf quelques auteurs restés inédits jusque-là, c’est une simple r (...)

2Au xixe siècle, cette quête va reprendre et s’amplifier dans un état d’esprit nouveau, puisque se manifeste un véritable engouement pour le passé, qu’on retrouve, mais comme définitivement perdu. Parmi les différentes étapes de la collecte documentaire au cours du siècle2, il faut d’abord prendre en compte diverses initiatives privées engagées sous la Restauration. Elles diffèrent fondamentalement des compilations érudites antérieures, parce qu’elles concernent la publication, non de textes officiels, mais de mémoires rédigés par des historiens chroniqueurs et des témoins, et qu’elles ne s’adressent plus seulement à des spécialistes, mais à un public large, avide d’histoire ; d’où le choix de volumes in-octavo, d’un format plus commode que les in-quarto ou in-folio des bénédictins3. Entre 1819 et 1829, Petitot et Monmerqué publient ainsi une Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, du règne de Philippe-Auguste jusqu’en 1763 (78 vol. in-8°) ; elle sera poursuivie sous le même titre par Michaud et Poujoulat entre 1836 et 1838 (32 vol. gr. in-8°)4. C’est encore le même titre qui sert à Guizot entre 1823 et 1834 (31 vol.), et dans l’analyse qu’en propose Pierre Larousse dans son Dictionnaire, on voit bien apparaître le « document » comme composant essentiel de ces « collections » :

Ce recueil doit être considéré comme les pièces justificatives du principal ouvrage historique de M. Guizot, l’Histoire de la civilisation en France. Avant d’aborder ce sujet, le professeur jugea à propos de traduire et d’annoter nos vieilles chroniques, depuis Clovis jusqu’à Saint Louis. Ces documents primitifs étaient les moins connus ; il était donc utile de les réunir et de les mettre à la portée des hommes d’étude [...]. Rien ne peut dispenser de puiser aux sources ; aucun travail analytique ou synthétique, si exact et si judicieux qu’il soit, ne saurait tenir lieu des témoignages contemporains, des relations originales. Si confus, si embrouillés que soient ces matériaux, ils ont du moins le mérite de servir de preuves, et même celui de reproduire fidèlement le caractère et la physionomie du temps.

3Avec le vocabulaire juridique (« pièces justificatives », « preuves »), et les idées conjointes de transmission et d’authenticité (« témoignage », reproduction « fidèle »), se déploient bien le champ notionnel du document, et l’idée que le travail de l’historien passe d’abord par la réunion et la publication en recueils de textes anciens, garants d’une vérité. Avec l’expression « puiser aux sources », on voit apparaître la dénomination que prendront ensuite ces textes, définis comme supports indispensables d’une réflexion historique seconde : « sources », à l’origine d’un discours qui y cherche ses prémisses et sa légitimité.

4Des commentaires convergents sont donnés par Larousse à propos de deux autres importants recueils parus dans la même période, la Collection des Mémoires relatifs à la Révolution française (1820-1828) de Barrière et Berville, « recueil de documents et de pièces ou de preuves » dont il souligne l’utilité pour l’historien, pour juger d’un événement crucial, particulièrement complexe et controversé, et la Collection des Mémoires relatifs à la révolution d’Angleterre, publiée à partir de 1823 par Guizot, « documents historiques » dont la valeur probatoire (pour un événement en France « mal connu » et « mal jugé ») est fonction de la qualité de la traduction et des notices fournies par l’auteur.

  • 5 Voir par exemple des remarques du type :« La collection formée par M. Guizot ne renferme pas toute (...)

5L’analyse de ces cinq recueils permet à Larousse de souligner la légitimité d’une histoire fondée sur la publication de « documents ». Mais il faut aussi remarquer que cette analyse se fait à l’article « Collection » de son Dictionnaire. Après les collections d’objets d’art, il donne ainsi des exemples de collections qui sont des recueils de textes, et dont il commente les choix, compare la structure5. C’est bien la collection comme forme dont il souligne du même coup l’intérêt dans cette pratique de l’histoire, dans le montage qu’elle opère : primat des documents (ici tout à la fois pièces de collection et pièces à conviction) sélectionnés et rassemblés, éclairés par un discours annexe (notes, notices), qui doit toujours rester second.

  • 6 Bercé Françoise, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », in Les Lieux de mémoire, op. cit (...)
  • 7 Cité par F. Bercé, op. cit., p. 1568.
  • 8 Il faut aussi prendre en compte la collecte de « documents ethnographiques » avant la lettre, qu’o (...)

6À côté de ces initiatives individuelles amorcées sous la Restauration, il faut prendre en compte le travail des sociétés savantes, dont le nombre ira croissant tout au long du siècle6 : l’entreprise d’édition sera, avec la sauvegarde des monuments et la constitution de collections d’objets, une part essentielle de leur œuvre, et la plus durable. À l’imitation de la Société des antiquaires de Normandie, fondée en 1824, et qui compte parmi ses premiers objectifs la réunion et la publication des « faits propres à éclaircir et à compléter l’histoire du pays7 », les sociétés historiques et archéologiques qui apparaissent ensuite, à Paris et d’autres vieilles capitales provinciales, sont particulièrement motivées par la publication de textes anciens, liés à l’histoire locale. Ce qu’il faut ici souligner, c’est que cette préservation de l’écrit du passé va souvent de pair avec la préservation d’objets anciens. Les sociétés ont leur cabinet propre, qui s’enrichit au gré des donations (l’admission d’un nouveau sociétaire prévoit l’hommage d’un objet relatif aux antiquités, souvent issu des fouilles locales ; certains collectionneurs lèguent leur cabinet entier). Les collections de textes (publication de recueils) et les collections d’objets (réunion et exhibition) procèdent d’un même désir de protection et de valorisation de l’ancien, constitutif de l’identité locale8.

  • 9 Voir Theis Laurent, « Guizot et les institutions de mémoire », in Les Lieux de mémoire, op. cit., (...)

7L’une des plus importantes de ces sociétés savantes (elle comptera près de 400 membres dans les années 1840) est la Société d’histoire de France, fondée en 1833 par des historiens et amis politiques de Guizot, et « spécialement vouée à publier des documents originaux relatifs à notre histoire nationale », comme il l’écrira dans ses Mémoires9. En dépit de réalisations importantes (70 volumes, particulièrement de textes médiévaux, seront publiés dans les vingt-cinq premières années), ses moyens sont insuffisants, et Guizot, ministre de l’Instruction publique sous la Monarchie de Juillet, va inciter l’État à prendre le relais.

8Le 18 juillet 1834 est créé un comité « chargé de diriger les recherches et la publication de documents inédits relatifs à l’histoire de France », qui prendra ensuite le nom de Comité des travaux historiques et scientifiques. Un second Comité, créé le 10 janvier 1835, est chargé « de concourir à la recherche et à la publication de documents inédits de la littérature, de la philosophie, des sciences et des arts considérés dans leurs rapports avec l’histoire générale de la France ». Les documents sont ainsi présentés comme constitutifs de l’identité et de la continuité historique de la nation (en une sorte de proximité entre l’histoire comme événement et sa transposition en document) ; leur publication relève donc d’un devoir d’État. En outre, on commence à envisager une extension disciplinaire de la notion de « document » : des documents nouveaux sont à puiser hors de l’histoire comme discours, mais toujours pour servir à l’histoire comme cohérence événementielle, continuité dans le devenir de la nation.

  • 10 Inversement, à la fin de l’article « Document », P. Larousse fera l’analyse d’un ouvrage dont le t (...)

9En 1835 est donc lancée la publication d’une Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Parce qu’on y prend en compte des manuscrits de toute nature, et point seulement des Mémoires, c’est le terme de « document » qui apparaît ainsi dès le titre, couplé à celui plus habituel de « collection ». Mais c’est aussi parce que les publications antérieures ont servi à valider cette notion, et à en faire le support indispensable de l’histoire, dans sa construction (l’assemblage de ses moments), dans son authentification (le document est une preuve qui atteste). La collection, de mémoires d’abord, de documents ensuite, parce qu’elle est discontinue, permet et l’assemblage des morceaux, et la focalisation sur l’un d’entre eux convoqué comme garant10.

10Il convient par ailleurs de s’attarder sur la manière dont Guizot put motiver son projet. Lorsqu’il le défend devant les députés, en 1834, se manifeste le sentiment d’une imminence de la perte, d’où l’urgence inverse de la préservation :

  • 11 Cité par Theis Laurent, « Guizot et les institutions de mémoire », op. cit., p. 1589-1590.

Notre histoire, avant 1789, est en quelque sorte pour nous de l’histoire ancienne [...]. Il importe de se presser si l’on veut jouir de ces monuments. L’intelligence en sera perdue bientôt, de même que les monuments matériels disparaîtront11.

  • 12 Pour la distinction document/monument, sur laquelle nous aurons bien sûr à revenir, voir notamment (...)
  • 13 Cité par Theis Laurent, op. cit., p. 1592. Il faut rappeler qu’au même moment, Guizot crée le post (...)

11C’est la destruction matérielle qui fait prendre conscience de l’oubli ou de l’incompréhension qui peuvent advenir à un même degré de gravité sur le plan intellectuel. On retrouve d’une part cette dramatisation de l’histoire, cette représentation dramatique du passé comme perdu, à quoi est liée, comme nous l’avons suggéré, l’usage historique du « document ». On voit d’autre part comment la destinée des textes anciens est comparée au devenir des objets matériels : comme dans l’activité des sociétés savantes, les deux préoccupations vont ici de pair. Enfin, on peut apprécier cette dénomination de « monuments » qui supplante celle de « documents » quand le projet affiche sa dimension politique12. On retrouve la même transformation lexicale quand la Société d’histoire de France rend compte de manière officielle du rôle qu’elle est appelée à jouer dans le cadre du projet d’État, « vaste plan de publication des monuments originaux inédits de l’histoire de France », qui doit lui-même constituer un jour « un grand monument historique13 ». Ces documents dont les éditeurs ont répété qu’ils restituent, dans le simple assemblage des recueils de Collections, l’histoire de la nation, et que ces mêmes recueils ont, dans leur discontinuité même, valorisés, ces documents sont devenus, pour chacun d’eux, des représentations frappantes de l’histoire, des monuments ; ils ne sont pas seulement des outils au service de l’historien ; ils ont désormais une valeur propre dans la mémoire collective.

  • 14 Parallèlement à la publication de documents (avec la mise en forme – réunion, sélection, classemen (...)
  • 15 Bercé Françoise, op. cit., p. 1569. Voir aussi Theis Laurent, op. cit., p. 1390 sq.
  • 16 Carbonell C.-O., Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français 1865-188 (...)

12Sous l’impulsion de Guizot, qui sollicite la contribution des sociétés savantes aux initiatives publiques, les publications vont aller bon train, mais par rapport aux Collections de Mémoires du début du siècle, qui proposaient surtout des sources narratives, on va évoluer vers une histoire plus savante (publications de pièces d’archives, de cartulaires, constitution de répertoires…). En outre, sous le Second Empire, les progrès dans l’organisation des études secondaires et supérieures, les classements entrepris dans les archives et bibliothèques14, l’expérience aussi des publications antérieures, l’influence des chartistes en poste en province (l’École des Chartes existe depuis 1821), vont inciter à une érudition plus exigeante. Vers 1860-1870 se fondent des sociétés savantes exclusivement vouées à la publication de sources, qui prennent le nom d’Archives historiques (de la Gironde, du Poitou, du Limousin…)15. Dans les années 1870, ce sont aussi des organismes d’État qui se lancent dans des publications de sources : Ministère des Finances (Correspondance des contrôleurs généraux des finances), Ministère des Affaires étrangères (recueils de traités), Parlement (archives parlementaires), Conseil municipal de Paris (Histoire générale de Paris appuyée sur une « collection de documents »16).

13À l’issue de ce rapide parcours des initiatives tant publiques que privées qui ont orienté la quête documentaire au fil du xixe siècle, on peut voir que le rôle joué par la collection ne se milite pas au geste de la collecte. Parce que le terme de « collection » est le titre de nombre de recueils de documents, il engage une réflexion structurelle sur l’écriture de l’histoire, juxtaposition de discours pluriels (ceux des documents écrits), ou hiérarchisation des sources primaires insérées dans un discours secondaire dont il faut définir la fonction. En outre, parce que la quête documentaire se déroule de façon concomitante avec la pratique de la collection (collecte patrimoniale ou constitution de cabinets privés), la notion de document est très vite appelée à évoluer. C’est cette double perspective, la composition et la structuration du discours historique à partir du document écrit, et l’évolution de sa teneur et de sa visée quand il s’appuie sur d’autres types de documents, que nous devons désormais considérer.

Notes

1 Carbonell C.-O., L’Historiographie, op. cit., p. 72.

2 On va analyser pour la France les développements de cette « fièvre documentaire » (formule de l’historien Louis Halphen, citée par Carbonell), liée à l’essor des nationalismes, et qui touche bien sûr toute l’Europe. La science allemande joue un rôle pionnier, avec notamment la fondation en 1819 de la Société pour la recherche et la publication des documents de l’histoire germanique ancienne, qui publiera les Monumenta germaniae historica, et dont la Société d’histoire de France va s’inspirer.

3 P. Nora parle de la « démocratisation de la mémoire » que permettent ces publications, et de la « mode » qui s’en empare (Nora Pierre, « Les mémoires d’État », t. I, p. 1383-1427 in Les Lieux de mémoire, op. cit.).

4 P. Larousse l’analyse ainsi : « Sauf quelques auteurs restés inédits jusque-là, c’est une simple reproduction ou contrefaçon de la collection Petitot. [...] Une notice placée en tête de chacun des Mémoires caractérise l’auteur et l’époque ; des notes éclaircissent les points obscurs, les choses douteuses. À la suite du texte de chacun des Mémoires, se trouve une analyse critique et philosophique des principaux documents [...] de manière à compléter la narration de l’auteur. [...] Cette collection a un avantage et une infériorité sur celle de Petitot. Les notices sont moins complètes, moins intéressantes ; mais les erreurs commises par Petitot ont été corrigées ; de plus, on a mis à profit les découvertes de la science historique moderne. » (Grand Dictionnaire universel, article « Collection »).
Outre l’intérêt de cette analyse, dans la façon dont elle présente le discours d’escorte de l’historien par rapport aux documents, il faut mettre en valeur le point de vue qui la fonde : les éditeurs de recueils de mémoires des années 1820-1830 conçoivent la juxtaposition documentaire comme la transposition directe de l’histoire de la France dans son déroulé événementiel ; au contraire, Larousse s’intéresse plutôt aux documents comme supports d’un discours second, celui de l’histoire comme discipline.

5 Voir par exemple des remarques du type :« La collection formée par M. Guizot ne renferme pas toutes les anciennes chroniques [...]. C’est un choix utile et précieux, mais incomplet. » (Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France) ; « M. Guizot a recueilli dans sa collection, entre autres Mémoires, les relations écrites par [...]. Tous ces témoignages se complètent et se contrôlent l’un l’autre. » (Collection des Mémoires relatifs à la révolution d’Angleterre).

6 Bercé Françoise, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », in Les Lieux de mémoire, op. cit., t. I, p. 1545-1574. Voir aussi Bautier Robert-Henri, « L’apport des sociétés savantes à la publication des sources documentaires », in Actes du 100e congrès des Sociétés savantes, Paris, 1975, p. 91-98.

7 Cité par F. Bercé, op. cit., p. 1568.

8 Il faut aussi prendre en compte la collecte de « documents ethnographiques » avant la lettre, qu’organisent l’Académie celtique (1805) et les autres sociétés d’antiquaires qui apparaissent dans son sillage. Les questionnaires portant sur les monuments locaux, mais aussi sur les us et coutumes, seront suivis d’enquêtes thématiques plus ciblées : antiquités populaires, contes et légendes des régions, chansons populaires, etc. (communication de Scarpa Marie, « Ethnocritique et document », au séminaire Zola, 25 novembre 2005).

9 Voir Theis Laurent, « Guizot et les institutions de mémoire », in Les Lieux de mémoire, op. cit., t. I, p. 1575-1598.

10 Inversement, à la fin de l’article « Document », P. Larousse fera l’analyse d’un ouvrage dont le titre commence par le mot « Documents » (Neubauer Ad., Documents pour l’histoire des opinions et de la littérature des Karaïtes, Leipzig, 1866). On peut voir qu’à cette date le terme s’impose d’emblée, sans la caution préalable du mot de « collection ». Cette absence suggère en outre une présentation brute des matériaux offerts à l’étude d’un objet mal connu, les Caraïtes ou Karaïtes (le texte hésite entre les deux orthographes), secte juive des premiers siècles.

11 Cité par Theis Laurent, « Guizot et les institutions de mémoire », op. cit., p. 1589-1590.

12 Pour la distinction document/monument, sur laquelle nous aurons bien sûr à revenir, voir notamment Pomian Krzysztof, « Les archives. Du trésor des chartes au Caran », t. III, p. 3999-4066 dans Les Lieux de mémoire, op. cit., et les références qu’il donne en note (n. 6, p. 4058).

13 Cité par Theis Laurent, op. cit., p. 1592. Il faut rappeler qu’au même moment, Guizot crée le poste d’inspecteur des Monuments historiques.

14 Parallèlement à la publication de documents (avec la mise en forme – réunion, sélection, classement – qu’elle présuppose), il faut tenir compte aussi de la structuration des dépôts d’archives, et de la constitution de la notion même d’« archives ». De fait, P. Larousse définit les « archives » comme une « collection de documents manuscrits ou imprimés concernant l’histoire d’un État, d’une ville, d’une administration, d’une communauté, d’une famille ». Puis il évoque la réorganisation des archives sous le Premier Empire, et leur accroissement constant depuis (« Les archives nationales s’augmentent chaque jour des documents dont les ministères et les administrations qui en dépendent n’ont plus besoin pour leurs affaires courantes »). Il décrit ensuite le fonctionnement des archives : collecte (une circulaire de 1839 indique quels types de « pièces et documents » doivent être conservés) ; classement (circulaire de 1841) : il faut « rassembler les différents documents par fonds [origine], c’est-à-dire former collection de tous les titres qui proviennent d’un corps, d’un établissement, d’un individu » ; il faut ensuite « classer dans chaque fonds les documents suivant les matières » ; et finalement « coordonner les matières, selon les cas, d’après l’ordre chronologique, topographique ou simplement alphabétique ». On voit donc la structure complexe (hiérarchie et liens transversaux) à laquelle parvient cette collection de documents, pourtant réduite à la juxtaposition, puisqu’il n’y a pas, comme dans une publication, de texte liant.

15 Bercé Françoise, op. cit., p. 1569. Voir aussi Theis Laurent, op. cit., p. 1390 sq.

16 Carbonell C.-O., Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français 1865-1885, Paris, Privat, 1976, p. 117.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search