Version classiqueVersion mobile

La Ruine et le geste architectural

 | 
Pierre Hyppolite

Scénographies

La fonction critique des ruines. Volney

Sophie Lacroix

Texte intégral

1Le thème des ruines est déjà très présent dans la peinture des xvie et xviie siècles ; il occupe alors une place qui témoigne d’une conscience aiguë de la condition humaine. Il se donne comme une commodité d’expression pour formuler de manière élégante, la déploration d’un temps qui échappe au pouvoir de l’homme et qui ne laisse que des vestiges mutilés ; il peut aussi se faire l’instrument d’une glorification de la grandeur passée, ce qui alimente de surcroît la déploration des ravages présents.

2Le thème connaît un infléchissement majeur au milieu du xviiie siècle, car s’amorce alors un traitement de l’objet-ruine qui n’est plus dans la stricte continuité de l’apologie du passé glorieux ou de la déploration ; s’engage à ce moment précis, une considération nouvelle de la ruine. Elle consiste à accepter la ruine dans sa réalité de chose amoindrie, voire mutilée, ce qui suppose que ce moindre être soit intégré, accepté ; elle devient l’indice d’une situation de crise qui incite à questionner les raisons de la destruction.

  • 1 Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires (éd. d’août 1791), in Œuv (...)

3Un auteur de cette époque témoigne de manière exemplaire de cette nouvelle mentalité, c’est Volney, qui au retour d’un voyage dans les sites archéologiques du Moyen-Orient veut dégager « la leçon des ruines », et consacre donc aux vestiges contemplés son ouvrage Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires1.

4Nous nous proposons d’exposer sa pensée, qui coïncide avec l’époque du développement des chantiers de fouilles des antiquités, avec la naissance de l’archéologie, mais aussi avec une conscience historique nouvelle où le sentiment de la crise est dominant. Aborder cette pensée traductrice d’un regard neuf sur les ruines, c’est engager une interrogation qu’immédiatement nous formulerons ainsi : la ruine ne serait-elle pas le rappel de la part d’ombre tapie au cœur des Lumières, indispensable pour résister à la menace d’une déréalisation qui accompagne inévitablement une prédominance du pouvoir de la raison ?

5Pour répondre à ces questions, nous montrerons comment du sens concret des ruines archéologiques, on glisse vers un sens figuré qui rend compte du déclin des civilisations et même au-delà, qui fait signe vers un sens abstrait. Puis nous exposerons le point de vue critique de Volney sur l’Histoire.

Les ruines : du sens concret au sens figuré

  • 2 Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, introduit et annoté par Jean Gaulmier, Paris-La Haye (...)

6C’est après un voyage en Syrie (Baalbek en août 1784, Alep en janvier 1784) que Volney (1757-1820) compose d’abord un ouvrage qu’il publie en 1788 sous le titre Voyage en Égypte et en Syrie2 et ensuite, en 1791, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires qui lui vaudra un vrai succès, puisqu’on compte quatre éditions de l’ouvrage jusqu’en 1817 et onze nouvelles éditions de 1817 à 1824, c’est-à-dire après la mort de l’auteur.

7Les Ruines rendent un vibrant hommage aux monuments en péril, sont une sorte de voix pour ces restes figés dans le silence. Du registre concret des ruines archéologiques, Volney nous invite à une méditation sur la ruine des empires et sur la destruction des civilisations.

L’émotion et la réflexion mises en éveil par la destinée historique des civilisations

8L’ouvrage de Volney polarise toute la sensibilité en éveil de cette époque, en particulier pour les ruines qui constituent le patrimoine de l’humanité, celles de l’Antiquité. Les voyages en vogue depuis 1750 conduisent intellectuels et curieux jusqu’au Moyen-Orient où ils mènent des expéditions souvent périlleuses. C’est lors de son séjour en Égypte que Volney projette de visiter la Palestine et la Syrie. La poésie d’Ossian, mise au goût du jour par Macpherson et traduite en 1777, fournit également une référence dans sa formation pour le goût de l’Orient.

  • 3 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. III, p. 181.

9Le ton des Ruines est souvent emphatique, emprunt d’une émotion pathétique surtout dans les premiers chapitres : « Et vous, témoins de vingt siècles divers, temples saints ! Murs jadis glorieux3 ». Ce ton influencera des auteurs admiratifs de l’ouvrage : Senancour, Chateaubriand, Lamartine et même Hugo qui était hanté par les ruines ; quoiqu’on ne puisse lire Volney comme un préromantique, il puise néanmoins dans les premiers chapitres à une inspiration élégiaque qui annonce la génération de 1830.

  • 4 Volney, Voyage, op. cit., chap. XIX.

10Toutefois, dans son Voyage, il indiquait : « Le genre des voyages appartient à l’Histoire, non au roman4. » Aussi Les Ruines n’est-il pas un ouvrage qui exalte l’exotisme, mais le texte d’un historien témoin, qui glisse du sens concret des ruines à leur sens figuré pour dénoncer le despotisme dont il a constaté les effets. L’idée des Ruines date de 1787, et ce n’est qu’en 1791 qu’il accomplit l’œuvre, ce qui témoigne de la maturation de sa réflexion et de la charge de sens par rapport à son époque, qu’il veut donner aux ruines. En cherchant à circonscrire les raisons des vicissitudes observées,

  • 5 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. II, p. 176.
  • 6 Ibid., p. 177.

Que sont devenues tant de brillantes créations de la main de l’homme5 ?
D’où viennent de si funestes révolutions6 ?

11ou encore :

  • 7 Ibid., p. 176.

Où sont-ils ces remparts de Ninive, ces murs de Babylone, ces palais de Persépolis, ce temple de Baalbek et de Jérusalem7 ?

  • 8 Diderot Denis, Ruines et paysages. Salon III (1767), Paris, Hermann, « Savoir : Lettres », (...)

12l’ouvrage glisse de la contemplation de ces objets-fragments à l’idée de ruine qui se dégage à partir d’eux, dès lors que le propos déborde leur présence matérielle pour les poser comme des artifices méthodologiques pour penser l’Histoire. C’est ainsi que rejoignant la formule anticipatrice de Diderot : « Il faut ruiner un palais pour en faire un objet d’intérêt8 » parce que les lignes se transforment aisément en idée, Volney demande :

  • 9 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. II, p. 178-179.

Qui sait, me dis-je, si tel ne sera pas un jour l’abandon de nos propres contrées ? […] Qui sait si un voyageur comme moi ne s’assoira pas un jour sur de muettes ruines9 ?

13L’auteur confère par là à la ruine un statut de modèle abstrait, d’épure d’un processus qui est celui du devenir.

La mise en ruines : analyse psychophysique. Un principe de ruine

  • 10 Ibid., chap. X, p. 209.

14Volney fait appel à des ressorts psychologiques pour rendre compte de la menace qui perdure à travers l’histoire des sociétés : « La nature du cœur de l’homme10 », comme il désigne les mauvais penchants de l’humain.

  • 11 Ibid., chap. III, p. 183.
  • 12 Ibid., chap. X, p. 209.
  • 13 Ibid., chap. X, p. 213.
  • 14 Ibid., chap. X, p. 210.
  • 15 Ibid., chap. X, p. 209.
  • 16 Ibid.

15Si l’on cesse d’invoquer des puissances transcendantes qui relèvent de l’imaginaire, il convient au contraire de prendre en considération la réalité : « La source de ses calamités […] réside dans l’homme même, il la porte en son cœur11. » C’est donc en l’homme qu’il faut chercher un principe de ruine qui le porte à détruire ce qui fut édifié. Volney brosse un tableau de « l’enfance des nations, quand les hommes vivaient encore dans les forêts12 », qui fait ressortir l’harmonie, propre à cet état, entre les désirs et la disposition des biens ; cette harmonie qui procède de la conformité des « institutions sociales avec les véritables lois de la nature13 » assure « la liberté des personnes, la sûreté des propriétés, les bonnes mœurs et l’ordre14 ». La ruine résulte d’une déviation de cet état originel harmonieux quand « les lois sont vicieuses ou imparfaites ou que le gouvernement corrompu les enfreint15 ». Alors « un empire tombe en ruines ou se dissout16 ».

16Les ruines ne sont pas accidentelles mais elles sont structurelles car elles procèdent d’une propension bien humaine à altérer ce qui croît harmonieusement, à dévier ce qui lie l’individu à la société. On peut donc bien parler d’un principe de ruine qui produit son œuvre de déliaison. L’état de crise joue alors comme un révélateur de cette propension stucturelle.

17Quels sont précisément les agents de cette déviation qui ont la constance d’un principe ?

Les agents du principe de ruine

  • 17 Ibid., chap. XI, p. 217

18Volney diagnostique donc un vice du cœur humain qui développe immanquablement son venin : la cupidité qui engendre la tyrannie. Il exprime le lien au chapitre XI : « et l’art de la tyrannie naquit encore de la cupidité17. » Cette approche de l’histoire des révolutions des empires à partir d’un postulat psychologique s’inscrit dans la perspective de l’histoire biographique que Volney développera dans ses cours à l’École Normale, et que l’on pourrait considérer en prise avec une démarche des sciences de l’homme.

19L’auteur des Ruines repère deux agents du principe de ruine : l’amour de soi déréglé, et la raison obscurcie par les croyances religieuses.

  • 18 Ibid., chap. IX, p. 206
  • 19 Ibid., chap. XI, p. 218.
  • 20 Ibid., chap. XI, p. 222.
  • 21 Ibid.

20Cet amour de soi déréglé, puisqu’il n’a plus la mesure de son rapport harmonique avec les autres, ne sert que « la cupidité » qui tend « à dissoudre la société18 ». Ce sont donc les passions des hommes, et en particulier celles qui procèdent de cet amour de soi perverti, qui engagent dans « le cercle éternel des vicissitudes19 ». Le second agent réside dans le privilège accordé « au monde imaginaire » qui fait à l’homme « mépriser la Nature20 ». Privilégiant le monde imaginaire dont il se fait « une autre patrie, un asile21 », l’homme sombre dans l’ignorance. On reconnaît ici une critique qui vient logiquement à ce membre actif de la Constituante qui, dans le Journal de la sentinelle du peuple, dénonçait régulièrement les abus de l’esprit religieux. On reconnaît aussi une expression caractéristique de l’esprit des « Idéologues » dont il fait partie, comme son ami le médecin matérialiste Cabanis, très influent au sein du groupe. Si le mal est ainsi diagnostiqué, peut-on lui appliquer un remède ?

Une conception critique de l’histoire

Tous les espoirs résident dans la « Loi naturelle »

  • 22 Ibid., chap. XXIV, p. 378.
  • 23 Ibid., chap. XVII, p. 263.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

21Le seul remède consiste à opposer à cette déviation, à ce mépris de la nature, un retour à sa loi : « Recherchez les lois que la Nature a posées en nous pour nous diriger, dressez-en l’immuable et authentique code22. » Les ruines sont des révélateurs des malfaçons originaires ; elles ont une valeur « critique » au sens où elles sont indicateurs d’une crise, ou encore au sens que Kant donnera au terme, si elles permettent, comme le pense Volney, de dénoncer ce qui est mal fait, mal fondé, et d’envisager de le ré-instaurer sur de meilleures bases. Il est bien à cet égard, homme de son temps, critique et lucide, puisqu’il préconise pour éviter le péril des empires, de se tenir au plus près de la « Loi naturelle », elle seule pouvant fournir au citoyen la mesure de l’action droite, équilibrée. Les bases de la « Loi naturelle » sont tout d’abord « l’origine physique de toute justice et de tout droit23 », mais aussi, découlant de ces mêmes droits, « une égalité dans l’ordre de la nature24 » et la liberté : « Nul n’est soumis à autrui25. » Il peut ainsi résumer :

  • 26 Ibid.

L’égalité et la liberté sont deux attributs essentiels de l’homme, deux lois de la divinité inabrogeables et constitutives comme les propriétés physiques des éléments26.

  • 27 Volney, La Loi naturelle ou Principes physiques de la morale, présenté par Jean Gaulmier, (...)

22Ces pages des Ruines préfigurent le texte de La Loi naturelle ou Principes physiques de la morale, puisque dans cet ouvrage qui date de 1793, il définit la Loi naturelle comme « ordre régulier et constant des faits par lequel Dieu régit l’univers27 ».

  • 28 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. XXIV, p. 378.

23En droit donc, cette Loi naturelle est bien inscrite en l’homme, mais on ne peut pour autant assurer que les hommes, en fait, s’y réfèrent et qu’ils agissent conformément à ses prescriptions : « Recherchez les lois que la nature a posées en nous pour nous diriger et dressez-en l’authentique et immuable code28. »

24Les Ruines de Volney ne sont donc pas seulement l’occasion d’une effusion sentimentale sur la fatalité de la dégradation, mais une analyse critique sur le pouvoir de l’esprit, car Volney sait regarder les ruines qu’il contemple comme un symptôme à interpréter ; et interpréter c’est fournir une analyse critique du fondement qui débouche en partie sur l’espoir d’un avenir où il n’y aurait plus de ruines…

25Toutefois, peut-on supposer que, pour lui, les ruines sont à mettre au compte d’un moment dépassé de l’Humanité ? Sont-elles un passage obligé pour un avenir meilleur ?

Volney n’est pas dialecticien

  • 29 Ibid., chap. XIV, p. 248.
  • 30 Ibid., chap. XIX, p. 273.

26Volney représente ce courant de pensée plus sceptique, qui ne considère pas les ruines comme un mouvement inévitable de l’Histoire, pour que s’affirme un moment plus glorieux qui les justifie rétrospectivement. Car il ne croit pas à une éradication définitive des passions humaines qui engagerait pour toujours l’humanité sur la voie des Lumières, du progrès. Parce que les ruines tiennent à « la nature du cœur de l’homme » qui engendre les passions (aliénantes), il n’est pas vraiment permis d’assurer qu’un monde sans ruines est possible : aucune raison pour absorber ce négatif, qui s’affiche comme un rebut inévitable, constitutif de l’humanité de l’homme. Malgré son sens critique, son exigence de fonder positivement les sociétés en insistant sur la fidélité à la Loi naturelle, il exprime néanmoins très nettement son scepticisme : « Plus je médite sur la nature de l’homme, plus j’examine l’état présent des sociétés, moins un monde de sagesse et de félicité me semble possible à réaliser29. » Ailleurs, Volney avoue même éprouver « une crainte secrète30 ».

27On mesure donc la position ambiguë de l’idéologue qui, d’une part, engage une analyse critique en vue de proposer les fondements sains qui éviteraient la dégradation des empires, leur mise en ruines, et qui d’autre part, exprime ses réserves à l’égard d’un processus qui paraît inévitable, comme si la forme « ruine » était déjà inscrite dans la forme initiale, alors même que celle-ci développe son génie propre.

Une vision de l’Histoire

  • 31 Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. VII, Paris, Garnier, « Causerie du lundi 21 février 1 (...)

28À cause de l’absence de régulateur, Volney ne croit pas à une science de l’Histoire, et pour reprendre le mot de Sainte-Beuve, il semble être « plutôt contre que pour l’Histoire31 ».

29Si Les Ruines apparaissent comme « un testament rationaliste », on ne peut en conclure que cette raison assure le devenir de l’humanité. La raison est certes requise, mais elle n’est pas pour lui ce qui règle et légifère. Prédomine chez l’auteur des Ruines une mélancolie et une distance critique qui contrarient l’élan qui pourrait soutenir l’impulsion infaillible d’une loi. Aussi nous paraît-il peu enclin à dégager du désordre observé une idée directrice : les ruines elles-mêmes ne peuvent pas tenir lieu de loi de l’Histoire, même si Volney les juge constantes. Tout juste sont-elles un « principe » qui s’accorde avec la distance critique de l’auteur, ainsi qu’avec son anthropologie, qui met l’accent sur les passions, les obscurités des tendances humaines susceptibles de faire perdurer le phénomène de la mise en ruines. Ce « principe » vaudrait comme une sorte d’envers de la « Loi naturelle », une constante négative, mystérieuse et incodifiable, ce qui participe à son efficacité.

30Les Ruines conservent une valeur critique qui est le principal atout de l’ouvrage, à une époque écartelée entre le progressisme outrancier et le catastrophisme.

31Volney prend donc bien prétexte des ruines antiques contemplées pour méditer sur Les Révolutions des empires, et pour annoncer la fin d’une métaphysique qui soutient le rêve d’un progrès de l’humanité. On peut avancer qu’au fond de son entreprise, Volney dénonce l’illusion d’atteindre la réalité en son être intime, laquelle est fragmentée, et qu’il attribue donc aux ruines une fonction d’artifice méthodologique pour sensibiliser en ce temps de crise, à l’affaiblissement et à la confusion du réel.

« La leçon des ruines »

  • 32 Volney, Les Ruines, op. cit., p. 170.

32« O ruines ! Je retournerai vers vous prendre vos leçons ! » proclame Volney à la fin de son Invocation qui précède le chapitre I des Ruines32. Quelle est cette « leçon des ruines » ?

33Jouant sur le sens concret qui dévoile un autre sens, figuré celui-là, l’auteur prend prétexte d’une contemplation des vestiges archéologiques pour méditer sur « les Révolutions des empires ». Il nous semble que par ces glissements, les ruines assument plusieurs rôles pour Volney. Tout d’abord, elles sont un instrument de critique à l’égard d’une conception de l’homme qui méconnaît sa nature propre et ses tendances, qui n’a pas l’intelligence des lois qui le régissent. Cette méconnaissance conduit à la ruine des empires.

34Elles sont également des détours ou des intermédiaires pour évaluer à l’aune d’autres périodes analogues, le temps de crise qui se cache derrière l’étiquette générale des Lumières, car l’esprit critique s’exerce plus aisément sur ce qui est révolu.

35Enfin, elles peuvent servir de modèle d’une réalité qui n’est pas accessible à l’esprit, parce que cette réalité ne s’offre pas dans une unité transparente mais au contraire dans la confusion de la fragmentation.

36Les ruines sont donc pour lui, l’expérience au cœur même des Lumières, d’un affaiblissement du réel, dans ce qu’il peut avoir au contraire pour ses contemporains, de l’évidence du donné. Volney est dubitatif, en ce qu’il n’adhère pas à la certitude d’un réel accessible et sans ombre. Ce scepticisme contrebalance sa volonté de changement, ce qui confère à son œuvre Les Ruines un caractère assez ambigu. Il semble nourrir à l’égard de l’avenir, une croyance qui confine à la ferveur plus qu’à la certitude. Et si les ruines sont des objets d’effusion, comme le montre le début du texte, c’est parce qu’elles sont emblématiques d’une pensée qui a intégré l’incertitude.

Notes

1 Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires (éd. d’août 1791), in Œuvres du corpus des œuvres de philosophie en langue française, textes réunis et revus par Anne et Henry Deneys, t. 1, Paris, Fayard, 1989.

2 Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, introduit et annoté par Jean Gaulmier, Paris-La Haye, Mouton, 1959.

3 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. III, p. 181.

4 Volney, Voyage, op. cit., chap. XIX.

5 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. II, p. 176.

6 Ibid., p. 177.

7 Ibid., p. 176.

8 Diderot Denis, Ruines et paysages. Salon III (1767), Paris, Hermann, « Savoir : Lettres », 1995, p. 348.

9 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. II, p. 178-179.

10 Ibid., chap. X, p. 209.

11 Ibid., chap. III, p. 183.

12 Ibid., chap. X, p. 209.

13 Ibid., chap. X, p. 213.

14 Ibid., chap. X, p. 210.

15 Ibid., chap. X, p. 209.

16 Ibid.

17 Ibid., chap. XI, p. 217

18 Ibid., chap. IX, p. 206

19 Ibid., chap. XI, p. 218.

20 Ibid., chap. XI, p. 222.

21 Ibid.

22 Ibid., chap. XXIV, p. 378.

23 Ibid., chap. XVII, p. 263.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Volney, La Loi naturelle ou Principes physiques de la morale, présenté par Jean Gaulmier, Paris, Garnier, « Les Classiques de la politique », 1980, chap. I, p. 40.

28 Volney, Les Ruines, op. cit., chap. XXIV, p. 378.

29 Ibid., chap. XIV, p. 248.

30 Ibid., chap. XIX, p. 273.

31 Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. VII, Paris, Garnier, « Causerie du lundi 21 février 1853 », p. 419.

32 Volney, Les Ruines, op. cit., p. 170.

Auteur

Professeur de philosophie en classes préparatoires

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search