Version classiqueVersion mobile

La Ruine et le geste architectural

 | 
Pierre Hyppolite

Scénographies

Entre disparition et apparition. Souvenir des ruines, mémoire des pierres : les spolia

Laura Foulquier

Texte intégral

Rien ne périt, croyez-moi, dans le monde entier ;
mais tout varie, tout change d’aspect.
Ce qu’on appelle naître, c’est commencer une existence différente
de la précédente ; mourir, c’est la terminer.
Ovide, Les Métamorphoses.

  • 1 Apocalypse, XVIII, 2.
  • 2 Maître de Sarum, Paris, Bibliothèque nationale de France, Fr. 403, folio 27.

1« Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la Grande » cria l’ange1. Vers 1250, un enlumineur anglais, le Maître de Sarum, peint l’un des épisodes sans conteste les plus frappants de la révélation johannique, la Chute de Babylone2. La cité s’écroule. Les architectures se morcellent, se mêlent dans un curieux bric-à-brac et sombrent avec force et fureur vers le néant. La ruine de Babylone est un puzzle d’architectures disparates. La ruine de Babylone, c’est le fracas, le tumulte. La ruine de Babylone, c’est la chute terrible et furibonde, la folle débâcle d’architectures disloquées et enchevêtrées, le chaos :

  • 3 Apocalyspe, XVIII, 16-17.

Hélas, hélas ! Immense cité,
vêtue de lin, de pourpre et d’écarlate,
parée d’or, de pierres précieuses et de perles,
car une heure a suffi pour ruiner tout ce luxe3 !

2À la Babylone lumineuse et chatoyante, succède une Babylone sombre et moribonde. Babylone n’est plus que poussières et disparaît à jamais.

  • 4 Esch Arnold, Wiederverwendung von Antike im Mittelalter, Berlin, Walter de Gruyter, « Hans-Lietzman (...)

3Les architectures ruinées sont-elles promises à la disparition ? On s’est longtemps figuré le Moyen Âge comme une sorte de Léviathan avide et vorace, engloutissant, pêle-mêle, les dépouilles lapidaires de l’Antiquité. Dilapidés dans les systèmes constructifs, les vestiges erratiques des ruines dépecées perdaient toute intégrité pour devenir de vulgaires rebuts. Comment appréhender autrement les œuvres ensevelies dans les maçonneries des édifices médiévaux4 ?

4Vie et mort de ces architectures ? Non. Ces architectures traversent différents cycles d’existence et leur ruine n’entame pas forcément leur disparition définitive. Elle peut consacrer au contraire de nouvelles utilisations, en somme une nouvelle vie.

5La ruine d’un monument est la conséquence d’une chute qui engendre son éviction, voire sa disparition. Une pensée créatrice et directrice avait créé ces arrangements. Dorénavant, ne subsistent que quelques fragments, dispersés de façon incohérente. Architectures mutilées, béantes, les ruines sont des proies inertes et vulnérables.

  • 5 Esch Arnold, « Reimpiego », Enciclopedia dell’arte medievale, Roma, Istituto della enciclopedia ita (...)

6Et c’est précisément là qu’interviennent les différentes pratiques de remploi ou spolia5. Ce terme est issu du latin spolium qui désigne en premier lieu la dépouille d’un animal. Au pluriel, spolium devient spolia et caractérise les dépouilles guerrières, en somme les spoliations.

7Ce terme présente donc une connotation négative. Il y a dans ces actions de déprédations, l’idée d’une rapine violente et victorieuse. Peut-être le terme est-il alors mal choisi pour rendre compte de ces remplois, car il oriente clairement ces pratiques de réutilisation vers une forme de rapt et d’exhibition.

Alors pourquoi décider de conserver une telle dénomination ?

8Parce qu’il y a cette notion de dépouilles et dans le cadre d’un colloque sur la ruine, le terme prend tout son sens. Par dépouille est entendue une forme de dépossession. Dépouiller (du latin despoliare), c’est enlever ce qui couvre. Dépouiller, c’est dégarnir, dénuder. Cette dépossession aboutit à une disparition. On saisit dès lors que les pratiques de remploi, en dépouillant justement les derniers restes des monuments ruinés, semblent bien consacrer une disparition définitive.

9Les spolia sont la partie d’un tout irrémédiablement morcelé. Un tout, dont ne subsistent que les ruines disloquées. Vestiges malmenés d’arrangements qui s’avèrent éphémères et vulnérables, ces fragments incommodent et embarrassent. Ce qui embarrasse plus encore, c’est le devenir de ces ruines. Si certaines scandent les paysages et offrent aux voyageurs intrigués les glorieux vestiges d’un temps révolu, d’autres font office de façon plus triviale de carrières. Un tel usage indigne. On va exploiter ces ruines avilies et les dépecer en faisant fi du monument originel. Une telle exploitation s’apparente à une profanation. Et ce terme, choisi à dessein, est loin d’être anodin, car au sens premier, la profanation est l’action de traiter avec mépris les choses saintes et de les employer à un usage indigne. Voici à cet égard le devenir du Marneion de Gaza dans les premières années du ve siècle. Alors que les chrétiens détruisaient les temples, certains s’interrogeaient sur le sort de ce sanctuaire dédié à Zeus Marnas :

  • 6 Marc le Diacre, Vie de Porphyre, texte établi, traduit et commenté par Henri Grégoire et Marc-Antoi (...)

Lors donc que la cendre eut été déblayée et que toutes les abominations eurent été enlevées, le saint évêque ordonna que les débris du revêtement en marbre du Marneion, que l’on disait sacré et placé dans un lieu inviolable, surtout pour les femmes, serviraient à payer la place précédant le temple, à l’extérieur, pour être foulés aux pieds non seulement par les hommes, mais par les femmes, les chiens, les porcs et autres animaux6.

10Ce geste iconoclaste doit nous interpeller à juste titre. En foulant aux pieds les derniers vestiges du temple, la sacralité des lieux est violée. Un tel outrage opère un renversement sacrilège : issus d’un lieu naguère sacré, partant inaliénable, les objets de l’ancienne religion sont profanés. Inexorablement, les marbres s’érodent au gré des passages. Leur souvenir s’amenuise jusqu’à disparaître.

  • 7 Duret Luc, Néraudau Jean-Pierre, Urbanisme et métamorphoses de la Rome antique, Paris, Les Belles L (...)

11Lorsque l’on évoque les pratiques de remploi, c’est d’abord à Rome, où les églises regorgent de fragments antiques7, que l’on songe spontanément. La Rome du Moyen Âge foisonne de ruines antiques qui frappent bien sûr l’imagination des contemporains. À cet égard, voici les termes choisis par l’évêque du Mans, Hildebert de Lavardin, pour brosser le portrait de la ville dans les premières décennies du xiie siècle :

  • 8 de Lavardin Hildebert, « De Roma », Hildeberti Cenomannensis Episcopi Carmina Minora, textes réunis (...)

Rien n’est égal à toi, O Rome, alors que tu es presque toute ruinée. Combien tu fus grande quand tu étais intacte, tu nous le montres, mutilée. La longue suite du temps a détruit ta splendeur : les remparts de César et les temples des dieux gisent dans le marécage… Mais ni l’écoulement des années, ni la flamme, ni le glaive n’ont pu complètement abolir ton éclat8

12Incontestablement, c’est un regard plein de déférence que porte l’évêque. Pourtant, en dépit d’une émotion indéniable devant ces vestiges, c’est avec une satisfaction certaine qu’Hildebert de Lavardin décrit Rome comme une Babylone, comme une cité de perdition en proie aux vices et aux mensonges et rachetée par le christianisme. À la vaine gloriole, succède un temps nouveau, un temps de vérité, un temps chrétien. Et les ruines sont la marque de cette transition salvatrice :

  • 9 Ibid., vers 25-26.

[Les ruines] jonchent le sol, afin que le citoyen romain ne place pas son espoir en elles, et ne perde l’espoir et le bénéfice de la croix9.

13Ce qu’il faut retenir des vers d’Hildebert de Lavardin, c’est cette image des ruines comme césure chronologique : au temps du mensonge, succède le temps de la vérité. S’opère une véritable antinomie entre le temps impie et le temps chrétien. Et les ruines d’être finalement le résultat de cette équation doctrinale : les ruines sont la preuve irréfutable de la déliquescence, de l’effondrement (au sens propre du terme) de la cité antique (entendre la cité païenne) et de ses monuments. Un temps nouveau est à l’œuvre, un temps chrétien.

  • 10 À Rome, de nombreux chaufourniers (calcararii) avaient implanté leurs fours sur l’emprise même des (...)

14On ne s’étonnera donc pas des nombreux remplois dans les édifices religieux romains. Certes, de tels actes ne sont pas insignifiants et il y a sans doute une volonté idéologique. Mais d’autres critères, strictement pragmatiques, sont également à l’œuvre10. Le Saint-Siège est en quelque sorte propriétaire des vestiges et s’octroie naturellement le droit d’en disposer librement.

  • 11 Kinney Dale, « Spolia from the Baths of Caracalla in Santa Maria in Trastevere », Art Bulletin, LXV (...)

15À partir de 1140, par exemple, est engagée la reconstruction de l’église Santa Maria in Trastevere sous l’égide du pape Innocent II11. À cette occasion, Innocent II fit extraire des chapiteaux des Thermes de Caracalla pour orner l’église : aujourd’hui encore les huit chapiteaux ioniques sont visibles au niveau de la colonnade de la nef.

  • 12 Brenk Beat, « Sugers Spolien », Arte médievale, n° 1, 1983, p. 101-107.

16C’est encore cette Rome antique qui sert de modèle tutélaire à Suger, qui réforma l’abbaye Saint-Denis, au nord de Paris, lors des premières années de son abbatiat, à partir de 1122. Suger souhaita justement acheminer de Rome des colonnes pour la reconstruction de l’église. En réalité, les colonnes employées sont d’origine locale : grâce à une intervention divine, une carrière fut miraculeusement découverte et offrit les matériaux nécessaires aux tailleurs pour les campagnes menées par l’abbé. Néanmoins le désir de Suger est révélateur. Suger convoitait les « lapides » romains pour rehausser la filiation de Saint-Denis à l’antique Rome12.

  • 13 Suger, « Ecrit sur la consécration de Saint-Denis », Œuvres, texte établi, traduit et commenté par (...)

[…] à notre pensée et à notre esprit anxieux une seule idée dominait : les faire venir de Rome car dans le palais de Dioclétien et dans les autres thermes nous en avions souvent remarqué d’admirables [… ]13.

17Ce qu’il faut retenir de ces exemples, c’est qu’il semble y avoir une satisfaction certaine à l’exploitation des ruines antiques. À l’œuvre, des critères esthétiques. Des critères idéologiques encore : en l’occurrence, il y a une volonté de mettre en exergue une filiation prestigieuse à l’Antiquité et plus précisément à la Rome antique.

Quel est ailleurs le regard sur les ruines antiques et de quelle façon ce regard conditionne le devenir de ces monuments ?

  • 14 Demaison Louis, « Une description de Reims au xiie siècle », Bulletin archéologique du CTHS, 1892, (...)

18En fait, ce regard est équivoque et a de quoi dérouter de prime abord. Voici la description des ruines de la ville de Reims extraite de la Vie d’Adalbert, rédigée au xiie siècle14 :

Non loin de la ville, s’élevait jadis un vaste temple, sanctuaire exécrable des faux dieux. On voit encore en ces lieux une ruine d’aspect antique, dont les murs à demi écroulés et les pierres disjointes attirent les yeux et excitent l’admiration des voyageurs. On peut juger, en voyant la masse et l’immensité de ces débris, quelle grandeur et quel caractère imposant devait avoir le monument, lorsqu’il était encore debout. Sa destruction a été causée par l’action du temps, par le souffle du vent qui a fait effondrer l’édifice, et par le travail des hommes qui en ont dispersé les matériaux, et les ont employés à bâtir de nouveaux monuments et à construire les murailles voisines.

19Impassible, l’auteur évoque ce temple ruiné qui suscite certes la curiosité et l’admiration de la part des voyageurs. Pour autant, ses contemporains n’éprouvèrent manifestement aucun scrupule à dépecer ce monument. L’auteur ne nourrit aucune nostalgie. Non, le temple est conçu comme un vestige certes propice à l’émerveillement, mais c’est avant tout une carrière de pierres. Et aussi déstabilisant que cela puisse nous paraître, nous qui sommes pétris de ce regard patrimonial hérité de la Révolution française, c’est bien avant tout l’aspect pragmatique qui intéresse ici le rédacteur.

  • 15 Sot Michel, « Le mythe des origines romaines de Reims », Rome et les églises nationales (viie-xiiie(...)

20Pourtant, à Reims même, d’autres vestiges étaient au contraire valorisés. Ainsi la porte de Mars, considérée comme l’un des monuments phares de la cité, à la fois comme emblème de l’antiquité de la ville et plus encore des origines mythiques de la ville, puisque des bas-reliefs représentaient Romulus et Rémus allaités par la louve. Partant, il était dit que la cité des Rèmes avait été fondée par Rémus (l’étymologie n’en était-elle pas d’ailleurs la preuve irréfutable15 ?).

21Les attitudes à l’égard des ruines sont donc ambivalentes. Ambivalentes aussi sont les réutilisations. Parfois ces matériaux font l’objet d’un remploi qui les met en valeur au sein de ces nouvelles structures.

  • 16 Reveyron Nicolas, « Un chantier dans la ville. La reconstruction de la cathédrale de Lyon (xiie-xve(...)

22Lyon s’établit sur la colline de Fourvière. Au cours du iiie siècle, la ville haute fut abandonnée et les monuments qui la jalonnaient firent office de carrières. Ces friches étaient naturellement convoitées. Pour la construction de la collégiale Saint-Thomas de Fourvière, l’archevêque se réserva ainsi le droit « de creuser et d’extraire des blocs de marbre et de ce que l’on appelle communément de choin ». Il y a un aspect pragmatique indéniable. Mais il y a sans doute également une certaine émulation à l’œuvre dans le choix de telles réutilisations : certains monuments antiques étaient encore visibles et on peut tout logiquement penser que le remploi manifestait d’une certaine façon une filiation entre monuments antiques et médiévaux. Le chevet de la cathédrale Saint-Jean déploie ainsi un grand nombre de blocs remployés16.

  • 17 Foulquier Laura, « Notes sur les œuvres sculptées découvertes en remploi dans l’ensemble cathédrale (...)

23Les parties orientales de la cathédrale Notre-Dame et du baptistère Saint-Jean du Puy remploient un grand nombre de bas-reliefs et d’inscriptions17. Il s’agit d’une véritable mise en scène. Pourtant, si l’exhibition de ces sculptures semble être le fruit d’une volonté de la part des maîtres d’œuvre, de nombreux fragments sculptés avaient été engloutis dans les maçonneries de la cathédrale. Et de telles réutilisations désarçonnent.

24Relégués, évincés, voire éliminés, les remplois ne seraient-ils que de vulgaires déchets ? Il faut bien avouer que ces réutilisations consacrent une valeur nouvelle et discordante. Face à des recyclages si radicaux, ne serait-on pas tenté de considérer ces œuvres comme de médiocres rebuts ?

  • 18 Settis Salvatore, « Des ruines au musée. La destinée de la sculpture classique », Annales ESC, t. 4 (...)

25En fait, ce n’est véritablement qu’à la Renaissance que la conscience d’une certaine distance entre les vestiges du passé et le temps présent engendrera des attitudes différentes. Les vestiges de ces temps révolus sont alors considérés comme des objets de collections. Ils vont être sélectionnés pour leur valeur18.

  • 19 Pomian Krzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris et Venise, xvie-xviiie siècle, Paris (...)

[…] les déchets se transforment en des sémiophores. En effet, les vestiges de l’Antiquité ont eu durant des siècles le caractère de déchets. Sauf les pièces exceptionnelles qui, tenues en général pour des reliques, ont trouvé un abri dans les trésors des églises ou des princes – il en était ainsi, par exemple, des camées antiques – ces vestiges n’avaient ni signification ni utilité, ils ne circulaient pas parmi les hommes mais restaient le plus souvent ensevelis. Désormais, ils acquièrent une signification, parce qu’ils sont mis en rapport avec des textes qui viennent de l’Antiquité dont ils doivent rendre la compréhension possible. C’est pourquoi ils ne sont pas que des reliques ou des mirabilia ; ils deviennent des objets d’étude19.

26À cet égard, voici deux attitudes éloquentes. Les sarcophages jalonnant les Alyscamps, en Arles, faisaient l’objet d’une véritable mise en scène. Ce furent les religieux qui contribuèrent probablement à l’ordonnancement « muséographique » de ces sarcophages. Néanmoins, la plupart d’entre eux étaient très certainement visibles au Moyen Âge. Au xiie siècle, Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle décrit ainsi les lieux :

  • 20 Le Guide du Pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. et trad. par Jeanne Vieillard, Paris, Vrin (...)

Nulle part ailleurs, on ne pourrait trouver en aucun cimetière tant de tombes de marbre, ni de si grandes, alignées sur la terre. Elles sont d’un travail varié, portant d’antiques inscriptions sculptées en lettres latines, mais d’une langue inintelligible. Plus on regarde au loin, plus on voit s’allonger la file des sarcophages20.

27Incontestablement, l’auteur évoque avec admiration ces monuments funéraires. Mais ses propos révèlent bien une attitude somme toute passive, si ce n’est désinvolte. La promiscuité fait de ces œuvres des éléments somme toute banals : ces inscriptions font partie du paysage, elles ne suscitent pas la curiosité.

  • 21 In Forero-Mendoza Sabine, Le Temps des ruines. Le goût des ruines et les formes de la conscience hi (...)

28Toute différente est l’attitude de Giovanni Dondi, médecin padouan qui écrit dans le dernier tiers du xive siècle à Fra Gugliemo Centueri21. Dans cette lettre, il lui fait part de sa délectation certaine à déchiffrer les inscriptions antiques :

Je me souviens avoir lu des inscriptions sur quelques-uns d’entre eux, non sans un plaisir notable, et je pense que, de la même façon, tu as fait quelquefois des relevés ; je pense que tu t’es arrêté quelque temps avec une certaine extase et t’es-tu peut-être dit en toi-même : En vérité, voilà les témoignages d’hommes illustres.

29L’approche de Giovanni Dondi est minutieuse. C’est avec déférence qu’il évoque ses souvenirs. Et on l’imagine aisément découvrant, médusé, à l’instar d’un Poliphile, ces monuments épigraphiques. La grande différence entre ces deux témoignages distants de deux siècles est la volonté de comprendre. Et cette volonté de comprendre est toute entière subordonnée à une conscience nouvelle d’une distance chronologique entre le monde présent et le monde passé, un monde qui a été et qui n’est plus.

30Il en est de même pour les pratiques de remploi et l’exemple de Narbonne est à ce titre éloquent. Alors que l’insertion pragmatique des œuvres lapidaires dans l’enceinte de l’Antiquité tardive faisait peu de cas de leur statut originel et que de fait la majeure partie des œuvres ainsi englouties étaient insoupçonnables, François Ier fit enchâsser un certain nombre de sculptures antiques de façon ostensible lors de l’édification de la nouvelle enceinte. L’exhibition des œuvres ainsi remployées manifestait avec éclat le passé prestigieux de la ville. Il y avait là des motivations politiques et mémorielles.

  • 22 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fr. 403, folio 41 v.

31Après avoir amorcé notre propos par le désordre et l’obscurité de la Chute de Babylone, il était tentant de la clore par son pendant, la Nouvelle Jérusalem22, où l’ordre et la lumière règnent. Au-delà, ce sont deux visions qui s’affrontent : à la destruction, s’oppose la construction, à la laideur du désordre, s’oppose la beauté de l’ordre.

  • 23 Thomas d’Aquin, Summa theologica, texte établi par Jacques-Paul Migne, 1864, 4 vol., pars prima, qu (...)

32On comprend vite que les pratiques de remploi (à la fois l’acte d’extraire tels ou tels éléments et à la fois l’acte d’incruster pêle-mêle ces éléments) ont longtemps été considérées comme un acte négatif. Parce que le remploi est avant tout un fragment, et quoique introduit dans un nouveau cycle d’existence, il n’en signe pas moins la perte, la disparition d’un monument premier. Pendant longtemps, les remplois ont donc suscité les critiques les plus virulentes. La fragmentation engendrait naturellement l’incohérence, la discordance, et d’une certaine façon la laideur. Songeons à cet égard à la définition que donne de la beauté Thomas d’Aquin. La propriété première de la beauté était « l’intégrité ou l’achèvement », et de poursuivre, « en effet, les choses qui sont incomplètes sont, de ce fait, laides23 ». La beauté est donc synonyme d’ordre et de cohérence. Le désaccord, la discordance définiraient alors l’objet disgracieux.

Conclusion

  • 24 Ce néologisme fut inventé par l’abbé Grégoire, alors membre de la Convention, afin de fustiger les (...)

33Les pratiques de remploi doivent-elles être entendues comme un acte négatif, voire comme une forme de « vandalisme24 » ?

34Non. La réutilisation même de ces œuvres, au-delà d’une trop simple élimination, obéit d’une certaine façon à un nouvel ordre. En ordonnant ces différents matériaux, est accompli un geste créateur. Certes, le désordre détruit des agencements existants. Mais il en crée d’autres. Certes, le désordre suggère la destruction. Mais c’est sous le prisme de la construction et de la reconstruction qu’il faut envisager le désordre des éléments remployés. Au sens propre, il y a construction, puisque ces remplois sont autant d’éléments insérés dans le système constructif. Au sens figuré, il y a reconstruction, puisque ces vestiges promis à la ruine et à la disparition sont insérés dans un nouveau cycle d’existence.

Notes

1 Apocalypse, XVIII, 2.

2 Maître de Sarum, Paris, Bibliothèque nationale de France, Fr. 403, folio 27.

3 Apocalyspe, XVIII, 16-17.

4 Esch Arnold, Wiederverwendung von Antike im Mittelalter, Berlin, Walter de Gruyter, « Hans-Lietzmann-Vorlesungen », 2005. On consultera avec intérêt Greenhalgh Michael, « Ipsa ruina docet : l’uso dell’antico nel medioevo », Memoria dell’antico nell’arte italiana, I, L’uso dei classici, études réunies par Salvatore Settis, Torino, Giulio Einaudi, « Biblioteca di storia dell’arte, Nuova serie », 1984, p. 113-167.

5 Esch Arnold, « Reimpiego », Enciclopedia dell’arte medievale, Roma, Istituto della enciclopedia italiana, vol. IX, 1998, p. 876-883.

6 Marc le Diacre, Vie de Porphyre, texte établi, traduit et commenté par Henri Grégoire et Marc-Antoine Kugener, Paris, Les Belles Lettres, « Byzantine », 1930, 76.

7 Duret Luc, Néraudau Jean-Pierre, Urbanisme et métamorphoses de la Rome antique, Paris, Les Belles Lettres, « Réalia », 2001.

8 de Lavardin Hildebert, « De Roma », Hildeberti Cenomannensis Episcopi Carmina Minora, textes réunis par Alexander Brian Scott, Leipzig, B. G. Teubner, Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneriana, Auctores romani, 1969, I, vers 1-4.

9 Ibid., vers 25-26.

10 À Rome, de nombreux chaufourniers (calcararii) avaient implanté leurs fours sur l’emprise même des monuments antiques. La calcination des marbres était une industrie florissante : au cœur même de Rome, autour du Largo Argentina, le quartier était judicieusement dénommé Contrada Calcararii. Sur ce point, on consultera avec intérêt Bougard François, Hubert Etienne, « Nivibus concolor, spogiis levior : la fabrication de la chaux en Italie centrale au Moyen Âge », Liber amicorum. Etudes historiques offertes à P. Bougard, Arras, Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, « Histoire », 1987, p. 57-64 ; Cortonesi Alfio, « Fornaci e calcare a Roma e nel Lazio nel basso Medioevo », Scritti in onore di Filippo Caraffa, Anagni, « Biblioteca di Latium », 1986, p. 277-307.

11 Kinney Dale, « Spolia from the Baths of Caracalla in Santa Maria in Trastevere », Art Bulletin, LXVIII, 1986, p. 379-397.

12 Brenk Beat, « Sugers Spolien », Arte médievale, n° 1, 1983, p. 101-107.

13 Suger, « Ecrit sur la consécration de Saint-Denis », Œuvres, texte établi, traduit et commenté par Françoise Gasparri, Les Belles Lettres, « Les Classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge », 1996, p. 15.

14 Demaison Louis, « Une description de Reims au xiie siècle », Bulletin archéologique du CTHS, 1892, p. 378-395.

15 Sot Michel, « Le mythe des origines romaines de Reims », Rome et les églises nationales (viie-xiiie siècles), actes réunis par Claude Carozzi et Philippe George, Aix, Publications de l’université de Provence, 1991, p. 55-74.

16 Reveyron Nicolas, « Un chantier dans la ville. La reconstruction de la cathédrale de Lyon (xiie-xve siècles) », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, n° 33, 2002, p. 67-68.

17 Foulquier Laura, « Notes sur les œuvres sculptées découvertes en remploi dans l’ensemble cathédrale du Puy-en-Velay », Annales du Musée Crozatier, n° 15, 2006, p. 32-39.

18 Settis Salvatore, « Des ruines au musée. La destinée de la sculpture classique », Annales ESC, t. 48, n° 6, 1993, p. 1347-1380.

19 Pomian Krzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris et Venise, xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1987, p. 48.

20 Le Guide du Pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. et trad. par Jeanne Vieillard, Paris, Vrin, 1984.

21 In Forero-Mendoza Sabine, Le Temps des ruines. Le goût des ruines et les formes de la conscience historique à la Renaissance, Seyssel, Champ-Vallon, 2002. On consultera Gilbert Neal W., « A Letter of Giovanni Dondi dall’Orologio to Fra Gugliemo Centueri : A Fourteenth Century Episode in the Quarrel of the Ancients and the Moderns », Viator, n° 8, 1977, p. 330-338.

22 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fr. 403, folio 41 v.

23 Thomas d’Aquin, Summa theologica, texte établi par Jacques-Paul Migne, 1864, 4 vol., pars prima, quaest. XXXIX, 8c.

24 Ce néologisme fut inventé par l’abbé Grégoire, alors membre de la Convention, afin de fustiger les déprédations commises par les révolutionnaires. Le terme « vandalisme » lui-même nous embourbe d’avantage dans nos préjugés, puisque cette acception moderne assimile de manière bien rapide ces réutilisations à une destruction aveugle, conséquence d’une ignorance irraisonnée.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search