Version classiqueVersion mobile

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Conclusion

Le temps en ligne. Recherches au présent

Benjamin G. Thierry

Texte intégral

« C’est dans l’attente que se manifeste, que se révèle l’essence du temps.
Quelle supériorité de ne plus rien attendre ! »
Cioran Emil, Cahiers (1957-1972), Paris, Gallimard, 1997.

Dans son très célèbre Douze leçons sur l’histoire (Prost, 2010), Antoine Prost rappelle que « le premier travail de l’historien est la chronologie ». Si cela reste tout à fait vrai, les sujets traités dans ce livre publié à la suite du colloque Temps et Temporalités du Web suffiront à convaincre le lecteur que ce souci dépasse aujourd’hui largement les limites du champ historique : le temps est devenu l’un des biens communs en sciences sociales.

1En effet, sous des angles méthodologiques différents, à propos d’objets dissemblables et depuis des champs disciplinaires distincts, cet ouvrage a comme premier souci d’établir un périmètre de rencontre et d’échanges autour du temps. Il ne l’a pas fait dans l’épure, mais en envisageant les multiples interactions de ce dernier avec le Web, compris comme artefact, espace de pratiques et d’enjeux pour nos sociétés contemporaines.

2L’examen des chronologies applicables au Web est bien entendu central dans le propos de nombre des auteurs qui s’expriment ici. Il s’inscrit dans un large mouvement de prise en compte des conditions diachroniques de développement du numérique considéré comme un moyen de sortir du présentisme (Hartog, 2003), synonyme de myopie dans les analyses et souvent dénoncé comme tel (Miège, 2007 ; George, 2012 ; Bucheli & Wadhwani, 2013 ; Schafer & Thierry, 2015). La question des échelles à adopter est également prépondérante, d’autant qu’il s’agit de cerner un objet qui s’inscrit dans un périmètre chronologique à la fois étroit et relevant de l’histoire immédiate. La longue durée (Braudel, 1958 ; 2015), totem historien par excellence depuis l’immédiat après-guerre est donc questionnée à l’aune de cycles plus courts, mais dont la densité et le caractère de rupture justifient l’intérêt qu’on y porte.

3Le propos s’étend également aux constructions des temporalités par les acteurs du réseau des réseaux. Ces temporalités, ils les mettent en œuvre dans le cadre de leurs usages, discours et réalisations des artefacts numériques présents sur le Web. Ils les subissent aussi parfois. La donnée temporelle, qu’elle relève du rythme, de la durée ou du discours sur le passé est donc structurante, mais aussi parfois source de conflictualités.

  • 1 La revue Temporalités qu’évoque dans son chapitre Jean-Claude Domenget en constitue un exe (...)

4Au dernier niveau de l’analyse en quelque sorte, le discours de la recherche fait retour sur lui-même et questionne son propre usage du temps comme catégorie de l’analyse en proposant d’utiles mises au point sur ce construit forgé dans l’atelier de l’historien (Bucheli & Wadhwani, 2013) et qu’il propose maintenant en partage à ses collègues issus d’horizons différents1.

5C’est donc ce dialogue fécond qui justifie qu’on en souligne les aspects les plus saillants. Ainsi, loin de s’illusionner sur son caractère définitif et d’ultime bilan, le rôle de cette conclusion est tout au contraire d’envisager les pistes qu’il reste à suivre et les rapprochements à opérer. En un mot, les raisons de se voir à nouveau.

Le temps comme décalage

6Le temps des sciences sociales n’est pas le temps du physicien ou de l’horloger (Leduc, 2014). En effet, il est moins quantité mesurable qu’expérience individuelle et collective d’une durée.

  • 2 Dont la littérature nous donne quelques exemples récents (Renouard, 2016).

7De ce point de vue, celui du ressenti, le temps du Web est aujourd’hui abondamment analysé au travers de l’idée du décalage, de l’incompatibilité entre des rythmes prétendument humains et ceux qu’introduisent les réseaux. L’expérience de la navigation est ainsi souvent décrite au travers du registre de la désorientation, de la perte des repères temporels2 a contrario des activités du monde réel où, comme l’expose entre autres Mathew Crawford qui se fait le chantre d’un rapport au monde médié par la matière et ses résistances (Crawford, 2016), nous pouvons résister au « virtualisme », risque majeur de progressive désincarnation à nous-même (Crawford, 2010).

8Comme le montre dans ces pages David Douyère à propos de la prière en ligne, la thématique des temps différenciés et plus encore de la redécouverte d’un temps ralenti, propice à l’introspection et plus en phase avec ce qui serait proprement humain, est devenu un topos des discours sur le Web qui sied particulièrement bien à la pratique religieuse online. La chose n’est pas nouvelle, le rapport des technologies à la vitesse (Schivelbusch, 1990) et en particulier dans le cas des technologies de l’information et de la communication (Vitalis & Tétu, 2000 ; MacDougall, 2013 ; Musso, 2008) est profondément double. Il est à la fois célébré comme un élément de modernité et dénoncé comme un facteur ou un risque de déshumanisation (Virilio, 1977 ; 2010). En la matière, le religieux constitue un champ de rencontre pour des valeurs et des rythmes d’utilisation du temps profondément contradictoires (Amar, 2016). S’y révèlent des caractéristiques du ressenti de certains usagers mises en exergue dès le début des années 1990 par l’expérience de l’errance en ligne ; errance qui vient troubler notre perception : « Ceux qui passent beaucoup de temps connectés par les lignes téléphoniques, via leur modem, à des espaces virtuels, parlent souvent d’une sensation troublante de « présence » ; courir d’une conférence à une autre, jeter un œil sur les discussions en cours, cela ressemble étrangement à une errance » (Dery, 1994 : 565, cité in Dery, 1997 : 16-17).

9D’autre part, les risques de surcharge informationnelle et de désujettissement, analysés par Valérie Carayol dans l’activité numérique des cadres (Génin, 2007), montrent que le travail n’est pas épargné par cette lutte pour l’attention. Les conséquences sur nos perceptions, notre santé - y compris physique - ainsi que les injonctions à la disponibilité permanente ancrées dans des polychronicités personnelles, professionnelles ou technologiques, imposent au travailleur de nouvelles conditions de travail déstructurantes. Elles reposent sur la porosité entre les sphères personnelles et professionnelles et illustrent combien le numérique est devenu une chambre d’écho des « problèmes du management » au temps des réseaux (Askenazy, 2016).

10La question que pose le décalage n’est donc pas seulement d’en mesurer les effets, mais d’en déterminer aussi l’origine. Le Web induit-il ontologiquement une expérience du décalage, au moins sur le plan des temporalités, ou n’est-il que le simple véhicule technologique d’une colonisation néolibérale de nos existences privées, publiques et professionnelles (Boltanski & Chiapello, 2011 ; Biagini, 2012) dont même la nuit n’arrive plus à nous protéger (Crary, 2014) ?

Cycles et linéarités du temps en ligne

11Baigné de longue durée depuis Marc Bloch et Lucien Febvre, l’historien qui travaille à la mise en chronologie du Web ne manque pas de s’affronter à plusieurs difficultés concernant la manière d’articuler les échelles et les points de rupture d’une histoire courte, mais dont la densité semble compenser la brièveté.

12Le projet de la redécouverte d’un temps long appliqué au Web a d’abord consisté à articuler l’apparition des artefacts et des techniques à la cristallisation de conceptions préexistantes, d’imaginaires (Flichy, 2001a et 2001b ; Denoit, 2013) ou d’idéologies politiques (Loveluck, 2015) qui orientent le développement des technologies (Morozov, 2012 ; Abbate, 2010 ; Cardon, 2010). Les questions autour des filiations techniques (Abbate, 2000 ; Ceruzzi, 2003 ; Serres, 2000) ou médiatiques (Bory dans ce livre), y compris dans leurs antériorités nationales (Schafer & Thierry, 2012 ; Schafer, 2012 ; Goggin & McLelland, 2017), constituent une autre focale adoptée pour replacer l’apparition du Web dans un cadre chronologique élargi.

  • 3 L’expression apparaît en 2003 sous la plume de Dale Dougherty, employé d’O’Reilly Media, e (...)
  • 4 « Dans ce contexte [le Web 2.0], l’utopie du pouvoir de l’usager grâce à sa participation (...)
  • 5 « Tout d’abord, plusieurs anachronismes sont révélés, puisque la plupart des dispositifs i (...)

13Une échelle médiane pourrait consister en la recherche d’étapes, de ruptures et d’évènements-charnières qui permettent de rythmer l’existence du Web depuis son apparition au CERN jusqu’à nos jours. Bien entendu, les éditorialistes, bloggers et insiders divers ne se sont pas privés d’en user avec des fortunes diverses, à l’image du « Web 2.03 » qui constitue encore aujourd’hui un remarquable exemple de prêt-à-penser reposant en grande partie sur la célébration du rôle libératoire que jouerait la technique4. Le thème rebattu de la nouveauté révolutionnaire, profondément anachronique est également à l’œuvre dans cette histoire auto-référentielle du médium sur lui-même5.

14Les grandes figures d’entrepreneurs ou de chercheurs constituent un autre versant d’une histoire auto-célébrante qui n’arrive pas à rompre avec la figure du grand homme, seul responsable par son immense talent des ruptures technologiques qu’il promeut. Steve Jobs en offre un exemple caricatural à travers le déluge de biographies plus ou moins bien informées qui inondent les rayons de nos librairies (Isaacson, 2011 ; Venezia, 2010 ; Imbimbo, 2009 ; Sheen, 2009).

  • 6 Expression attachée à l’histoire du réseau Usenet, qui connaît à la même période que l’Int (...)

15À la recherche de césures qui permettraient de scander cette histoire du réseau sans en passer par une lecture internaliste ou hagiographique, Gustavo Gomez-Mejia propose d’étudier non pas les techniques, mais la vie et la mort des plateformes au travers des exemples de Geocities et Myspace ainsi que de leurs communautés d’usagers. Il montre combien l’attachement à des pratiques anciennes et à des interfaces datées déterminent dans les mémoires collectives de multiples âges d’or toujours regrettés. Ces âges d’or, correspondant à la découverte du réseau par une génération d’usagers, François Boyer en avait déjà repéré en 1995 un premier exemple dans son étude pionnière de la réception du rapport Théry par les internautes français. Alors que le Web balbutiait en France, il soulignait les regrets des early adopters hexagonaux, ces « vieux routiers » déjà nostalgiques d’une époque révolue où ils n’étaient pas entourés de tous ces nouveaux venus (Boyer, 1995), eux-mêmes condamnés à ressentir à leur tour et à plus ou moins long terme les effets de l’eternal september6.

16Cette nostalgie du « Web d’avant », si proche de la nostalgie que ressentent tous les usagers primitifs d’un média quand ce dernier élargit son audience et ce, depuis au moins le virage grand-public de la radio qui ringardise les sans-filistes dans les années 1920 aux États-Unis (Haring, 2007), illustre comment les mémoires collectives se structurent toujours autour d’un temps linéaire pour l’acteur, avec une séquence découverte-apogée-déclin, et néanmoins cyclique à l’échelle du médium par la succession des apogées, des déclins et du renouvellement des usagers qui annonce l’apogée suivant.

« Celui qui contrôle le passé, contrôle le futur » (Orwell, 1984)

17Ces multiples temps du Web qui structurent l’expérience de l’usager sont en partie influencés et modelés par les discours que portent les acteurs sur leur propre passé ou celui du réseau, car si le déclin se redoute, souvent l’apogée se décrète.

18Pour l’observateur attentif du réseau, force est également de constater que loin de n’être qu’un lieu régi par un présent éternel, le Web fourmille de mille discours sur un passé en réinterprétation constante et massivement utilisés par les acteurs qui s’y déploient (entreprises, communautés, etc.).

19Dans son étude de la Fabrique de la désuétude, Gustavo Gomez-Mejia montre ainsi comment les multiples catégories de discours sur l’histoire des entreprises engagent des dimensions imbriquées : le « discours des statistiques », ancré dans la logique du nombre (Rey, 2016), ne dit qu’un aspect de la vie des entreprises qu’il faut confronter aux discours techno-capitalistes et leur rôle d’accompagnement, parfois en contradiction avec le ressenti des communautés d’usagers.

20Des temporalités différenciées structurent ces mises en récit. Le discours sur le temps et sa maîtrise est en effet un enjeu central pour les entreprises de l’IT car il implique des valeurs cardinales dans nos sociétés techno-capitalistes : le nouveau et le désuet, l’innovant ou l’archaïque, le succès ou l’échec, qui sont autant de constructions discursives qui s’articulent à une trame temporelle réinterprétée en permanence, comme l’avait montré Julie Bouchard à propos du thème du retard technologique (Bouchard, 2008).

  • 7 La Révolution dans le cas français, commémorée en grande pompe en 1989 à l’orée de la déce (...)

21C’est une logique assez similaire que l’on voit à l’œuvre dans certaines stratégies de temporalisation liées à l’offre de vidéo à la demande étudiée par Christel Taillibert. Ou encore dans Vendre l’Internet et le Web à l’écran dans les années 1990 où Stéphanie Le Gallic décrit l’enrôlement du passé et de certains de ses symboles les plus marquants7 pour imposer l’Internet au moment où il se mue en bien de consommation courante. Décrit comme un élément émancipateur, libérateur et profondément moderne auprès d’un grand public qui est encore peu équipé et ignore à peu près tout de ce que l’artefact pourrait concrètement lui apporter (Thierry, 2012), la structure du discours publicitaire joue de la distorsion entre des symboliques qu’il rapproche pour mieux les subvertir.

22Il semble en aller de même avec les temps de commémoration et notamment ceux liés à la Grande Guerre, étudiée par Frédéric Clavert au travers de la mise en corpus d’une partie des messages échangés sur Twitter à ce propos. Si toute cette activité foisonnante autour du centenaire peut être interprétée comme une synchorisation (Beaude, 2012), comme le propose ici Boris Beaude, c’est-à-dire une action menée en commun et en interaction autour du souvenir, elle n’en relève pas moins de ce que Benjamin Loveluck interprète comme une auto-institution, c’est-à-dire une mise sous tutelle formelle d’expressions collectives par un médium qui impose ses logiques de production et de diffusion du message (Loveluck, 2015). Si « Twitter est un outil de mobilisation et de réappropriation du Centenaire » peut-être serait-il bon d’interroger également en quoi le Centenaire, comme tout évènement capté (Ibid.), devient à son tour un outil au service de Twitter.

  • 8 Des « Technologies créoles » à « l’impérialisme informel », tout un champ de l’analyse en (...)

23Les offres d’éditorialisation des films de famille qu’étudie Lénaïk Leyoudec donnent enfin un exemple des effets de la numérisation des traces du passé. Convertis, enrichis, « éditorialisés », les films de famille, comme les photographies personnelles, les emails, les données des espaces de stockage en ligne sont mis à la disposition d’acteurs qui obtiennent ainsi la possibilité de troquer notre intimité contre des services innovants comme en d’autres temps on troquait de la petite verroterie contre la terre des ancêtres8. Dans un futur proche, comme le souligne Olivier Ertzscheid et al. (2013), le contrôle qu’exercent les géants du numérique a vocation à s’étendre à toutes les mémoires du réseau pour n’en proposer qu’une version contrôlée et forcément favorable aux intérêts de ceux qui la promeuvent (Biagini, 2012). La bataille pour la maîtrise du passé semble ouverte : peut-être n’avons-nous jamais été aussi près de voir se réaliser le slogan de 1984.

24Pourtant sur le front du contrôle des temporalités, des micro-résistances s’organisent, parfois même sans avoir conscience du rôle de contradiction des formes dominantes d’organisation du temps qu’elles jouent. Dans leur article qui repose sur une méthodologie de recueil et d’interprétation des données issues de Twitter, Dario Compagno et Arnaud Mercier montrent par exemple comment le partage d’informations de presse par les twittos n’est pas entièrement régie par la dictature de l’hyperprésent comme on peut l’entendre ici ou là, mais fait également appel à des articles plus « anciens » pour éclairer les sujets de l’heure en refusant une certain forme de présentisme informationnel. Ce recours à la mémoire trouve toute sa valeur polémique dans le rôle de révélateur des mensonges d’aujourd’hui à la lumière des vérités d’hier qu’elle semble pouvoir jouer.

  • 9 L’on peut citer bien entendu l’exemple des Printemps arabes (Bortzmeyer, 2016), de la lutt (...)

25De leur côté, les nouveaux militantismes qui se sont saisis des opportunités du numérique9 usent également de cet arraisonnement du temps pour se libérer de la mainmise des « grands médias » sur la chronologie des évènements dans lesquels ils s’impliquent et dont ils entendent rythmer eux-mêmes non seulement le déroulement, mais également la médiatisation, comme l’illustre Carles Sora dans son chapitre intitulé « Expanding Temporal and Participative Digital Horizons Through Web Documentaries for Social Change ».

26La question de la possibilité ou non de subvertir les outils numériques restent néanmoins posée. Dans ce cadre, la maîtrise des discours sur le passé ou l’actualité n’en est qu’un des nombreux avatars. Est-il encore possible de créer des zones autonomes temporaires chères à Hakim Bay (Bey, 1998) ou la seule possibilité est-elle la voie néo-luddite (Webster & Ribons, 1986) du refus catégorique comme s’y résolvait déjà David Noble à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (Noble, 2016) face à la numérisation du monde ?

Les nouveaux territoires documentaires

27Pour réfléchir sur le temps et les temporalités, le chercheur s’affronte à la constitution d’un corpus qui doit fonder ses analyses à venir. Pour ce faire, de nouvelles méthodologies apparaissent de conserve et le Web, par sa nature particulière, s’établit aujourd’hui comme un terrain d’expérimentations fécond (Ruzé, 2009 ; Hine, 2015 ; Hai-Jew, 2017). L’ouvrage Temps et temporalités du Web donne à voir en partie cette rénovation : les sources qui y sont utilisées révèlent ces nouveaux fronts de la recherche dont les archives numérisées et nativement numériques (Schafer & Thierry, 2015) constituent une part non négligeable.

  • 10 Ainsi que son caractère éphémère que certaines institutions tentent de contrecarrer en lan (...)

28Au plus près des flux en quelque sorte, les réseaux socio-numériques sont convoqués par Frédéric Clavert dans le cadre de son analyse de la commémoration de la première guerre Mondiale sur Twitter, par Lena Hübner pour cerner les rapports du triptyque industrie - appareil politique - Usagers-citoyens aux États-Unis ou par Dario Compagno et Arnaud Mercier qui explorent la tension entre actualités et archives dans le cadre de la communication d’articles de presse sur Twitter. Bien entendu, la disponibilité de l’information10 impose au chercheur un travail d’analyse qui poursuit également un but d’archivage et de mise à disposition d’un corpus qui est constitué en partie dans l’instant et ne sera que difficilement reproductible sans son initiateur. Dans le cas de Twitter, l’archivage par la Bibliothèque du Congrès peut faire espérer l’ouverture de ces archives dans un futur plus ou moins lointain. Pour le moment et parce que le chercheur ne peut s’abstraire des contraintes du temps, il s’agit, comme a pu le faire Gérald Lachaud sur Facebook, de faire corpus à l’instant t, d’être présent à l’évènement sous peine d’en rater la mise en archives.

29L’autre tension que suscitent ces nouveaux corpus et les conditions particulières de leur exploitation est la dépendance du chercheur à l’égard des fonds d’archives et de données qui sont détenus par les entreprises de la Net Economy. Pour le moment, les géants du numérique n’ont pas (encore ?) pris conscience de l’importance de ces fonds pour la recherche ou n’en n’ont cure et l’on attend toujours les initiatives libératrices à l’image de celle de Saint-Gobain dans les années 1970 qui a permis l’émergence de l’histoire de l’entreprise en France (Griset & Bouvier, 2012). Ici encore, la synchronie de l’analyse avec l’évènement est de mise, mais plus encore, c’est la position d’insider du chercheur qui pose les éternelles questions de la distance à adopter face à l’objet étudié et à son milieu d’émergence : peut-on adopter et tenir une position de recherche critique ou simplement autonome quand on est salarié de Microsoft, de Google ou d’Orange, seul moyen d’accéder aux données de ces grands groupes ?

  • 11 Certaines anciennes à l’image du projet Internet Archive de Brewster Kahle (https://archiv (...)

30L’archive du Web quant à elle, dont Niels Brügger analyse dans ce livre les enjeux de temporalité, semble permettre une disponibilité plus importante et allant croissant. Fonctionnant sur une logique différente des silos d’informations que sont devenus les réseaux socio-numériques, elle est également l’objet de politiques de conservation11 qui permettent une mise à disposition de plus en plus aisée. Comme le montrent Gustavo Gomez-Mejia dans La fabrique de la désuétude. Regards diachroniques sur Geocities et Myspace ou Sophie Gebeil avec l’étude des mémoires de l’immigration maghrébine de 1999 à 2014, l’accès au passé récent du Web est possible et l’archive nativement numérique exploitable. Cette dernière s’établit aujourd’hui chez les contemporanéistes comme d’un usage parfaitement normal aux côtés des autres sources habituellement convoquées. Stéphanie Le Gallic qui fait reposer son analyse sur une multitude de croisements trans-médiatiques au plein sens du terme (archives nativement numériques, audiovisuelles, papier, etc.) le démontre et contribue ainsi à l’élargissement du territoire de l’historien.

Au futur

31Comme la Méditerranée avait presque imposé à Braudel de forger la longue durée pour enfin se livrer à l’historien (Braudel, 1958), le Web nous pousse à revoir nos catégories et nos méthodologies acquises, car la question du temps et des temporalités dans leurs diverses déclinaisons montre à quel point le réseau des réseaux ne se laisse pas saisir sans résistance. Cet ouvrage a esquissé quelques pistes de réponse, mais le champ des interrogations est encore particulièrement vaste et nous pouvons nous en réjouir.

Un temps persistant ?

32Comme expérience de la durée, souvent génératrice d’une impression de décalage, le temps passé en ligne questionne nos valeurs et les fait évoluer : est-il bénéfique ? Est-il un temps plein ou un vide ? S’il n’est plus que rarement envisagé sous l’angle de la hiérarchisation avec le temps passé AFK, il semble néanmoins exercer de plus en plus un impérialisme temporel sur nos instants déconnectés. Combien d’usagers sont tiraillés par l’impératif d’y être, d’en être, d’être là quand ils ne le sont pas ? Ne serait-ce pas une caractéristique forte des temporalités du Web que de coloniser aussi les moments que l’on passe hors de lui ? Comme les jeux en ligne massivement multi-joueurs, le temps du Web est-il devenu persistant pour mieux nous ramener toujours à lui ?

La forme du temps ?

  • 12 Voire https://www.guggenheim-bilbao.eus/fr/expositions/richard-serra-3/.

33Alors que les métaphores spatiales ont longtemps occupé le devant de la scène en contribuant à nous présenter les réseaux comme un lieu (Arora 2014), il est moins courant de les voir se comprendre à l’aune de la période, du cycle ou de la durée. C’est pourtant la question des formes du temps qui semble ici se jouer. En la matière, l’artiste peut proposer des réponses comme Richard Serra l’a fait avec sa célèbre installation La matière du temps que l’on peut admirer au Guggenheim de Bilbao12. Dans ces pages, nous avons vu pareillement s’esquisser une réflexion sur la circularité ou la linéarité des temporalités. Ici encore, les espaces de discussion sont largement ouverts : ces formes sont-elles liées au médium ou conjoncturellement attachées à des formes d’usage, voire une simple béquille de l’esprit qu’il faudrait abandonner au même titre que la métaphore spatiale ?

Le retour de l’événement ?

34Par son inscription dans une séquence de temps à la fois courte et pour quelques années encore liée au temps présent, le Web semble ancré dans l’étroit périmètre de l’événement. Pas tant celui que les Annales dénonçaient au travers de l’histoire-bataille de la fin du xixe siècle que cet événement dont Jacques Le Goff nous rappelait l’éternel retour en histoire en reprenant les analyses de Pierre Nora (Le Goff 1999) : multiple, « démesurément gonflé par les moyens de communication qui le produisent », il doit permettre de saisir le fonctionnement et les impensés d’une société à travers les représentations qu’elle se donne d’elle-même.

35Quelle meilleure voie à suivre pour se libérer de la culpabilité du travail sur l’instant qu’implique parfois le Web et le réintégrer dans le projet global de compréhension de la société que portent en commun les sciences humaines ?

36Si l’intuition braudélienne de l’importance de la longue durée ne doit pas pour autant être passée par pertes et profits, il semble tout autant nécessaire de renouer avec le sens de l’instant et de continuer à s’interroger sur l’intrication de multiples échelles quand on a vocation à arpenter les réseaux et leur écume toujours bouillonnante, sans pour autant oublier les grands fonds et leurs puissants courants.

Bibliographie

Bibliographie

Abbate Janet, Inventing the Internet, Cambridge MA, The MIT Press, 2000.

Abbate Janet, « Privatizing the Internet : Competing Visions and Chaotic Events, 1987-1995 », in IEEE Annals of history of computing, vol. 32, n° 1, 2010, p. 10-22.

Amar Pierre, Internet : le nouveau presbytère. Comment rassembler des brebis avec des souris, Paris, Lethielleux Editions, 2016.

Askenazy Philippe, « L’emploi face au changement technologique », in Idées économiques et sociales, n° 185, 2016, p. 45-51.

Beaude Boris, Internet, changer l’espace, changer la société. Les logiques contemporaines de synchorisation, Paris, FYP éditions, 2012.

Bey Hakim, TAZ : Zone autonome temporaire, Paris, Éditions de l’Eclat, 1998.

Biagini Cédric, L’Emprise numérique : Comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Paris, Éditions L’échappée, 2012.

Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

Bortzmeyzer Gabriel, « Révolution, touche replay », in Vacarme, n° 77, 2016, p. 74-83.

Bouchard Julie, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité (1940-1970), Paris, Septentrion, 2008.

Boyer François, « Les “internautes” débattent du rapport Théry. Sélection et commentaires », in Réseaux, vol. 13, n° 71, 1995, p. 83-105.

Braudel Fernand, « Histoire et sciences sociales. La longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 4, 1958, p. 725-753.

Bucheli Marcelo, Wadhwani Daniel R., Organizations in Time : History, Theory, Methods, Londres, Oxford University Press, 2013.

Cardon Dominique, La Démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Éditions du Seuil, 2010.

Ceruzzi Paul, A history of modern computing, Cambridge MA, The MIT Press, 2003.

Coutant Alexandre, Stenger Thomas, « Les médias sociaux : une histoire de participation », in Le Temps des médias, n° 18, 2012, p. 76-86.

Crary Jonathan, 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil, Paris, Zones, 2014.

Crawford Matthew B., Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, Éditions La Découverte, 2010.

Crawford Matthew B., Contact. Pourquoi nous avons perdu le monde et comment le retrouver, Paris, La Découverte, 2016.

Denoit (SD.) Nicole, L’Imaginaire et la représentation des nouvelles technologies de communication, Tours, Presses universitaire François Rabelais, 2013.

Dery Mark, Flame Wars : The Discourse of Cyberculture, Durham, Duke University Press Books, 1994.

Dery Mark, Vitesse virtuelle. La cyberculture aujourd’hui, Paris, Éditions Abbeville, 1997.

Ertzscheid Olivier, Gallezot Gabriel, Simonot Brigitte, « À la recherche de la “mémoire” du Web : sédiments, traces et temporalités des documents en ligne », in Manuel d’analyse du Web, Barats Christine, Paris, Armand Colin, 2013, p. 53-68.

Flichy Patrice, L’Imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001a.

Flichy Patrice, « La place de l’imaginaire dans l’action technique. Le cas de l’Internet », in Réseaux. Communication - Technologie - Société, vol. 5, n° 109, 2001b, p. 52-73.

Fromentin Marc, Rivière Philippe, Saint-Saëns Isabelle, « Quand la lutte des sans-papiers se met au numérique. Entretien croisé avec Mogniss Abdallah », in Plein droit, n° 110, 2016, p. 36-40.

Génin Émilie, La Porosité des temps chez les cadres. Proposition d’un modèle d’interactions entre temps personnel et temps professionnel, École des hautes études commerciales, thèse de doctorat sous la direction de Jacqueline Laufer, 2007.

George Éric, « L’étude des TIC au prisme de la recherche critique en communication », in La Sociologie des usages. Continuités et transformations, Vidal Geneviève (dir.), Paris, Lavoisier, 2012.

Goggin Gerard, MCLelland Mark, The Routledge Companion to Global Internet Histories, Londres, Routledge, 2017.

Griset Pascal, Bouvier Yves, « De l’histoire des techniques à l’histoire de l’innovation. Tendances de la recherche française en histoire contemporaine », in Histoire, économie & société, vol. 2, 2012, p. 29-43.

Hai-Jew Shalin, Data Analytics in Digital Humanities (Multimedia Systems and Applications), New York, Springer, 2017.

Haring Kristen, Ham radio’s technical culture, Cambridge MA, The MIT press, 2007.

Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

Hine Christine, Ethnography for the Internet. Embedded, Embodied and Everyday, New York, Bloomsbury Academic, 2015.

Imbimbo Anthony, Steve Jobs : the brilliant mind behind Apple, Pleasant-ville, Gareth Stevens Pub., 2009.

Isaacson Walter, Steve Jobs, New York, Simon & Schuster, 2011.

Jarrige François, Technocritiques, Paris, La Découverte, 2016.

Le Goff Jacques, « Les retours dans l’historiographie française actuelle », in Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 22 avril 1999, p. 9-19.

Leduc Jean, « Synchronie, diachronie », in Historiographies II. Concepts et débats, DelacroixChristian, DosseFrançois, GarciaPatrick, Offen-stadt Nicolas (dir.), Paris, Folio Histoire, 2014.

Loveluck Benjamin, Réseaux, libertés et contrôle. Une généalogie politique d’Internet, Paris, Armand Colin, 2015.

Macdougall Robert, The People’s Network : The Political Economy of the Telephone in the Gilded Age, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2013.

Miège Bernard, La Société conquise par la communication. Tome 3. Les Tic entre innovation technique et ancrage social, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2007.

Morozov Evgeny, The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom, New York, Public Affairs ed., 2012.

Musso Pierre, Les Télécommunications, Paris, La Découverte, 2008.

Noble David, Le Progrès sans le peuple. Ce que les nouvelles technologies font au travail, Paris, Agone, 2016.

Paloque-Berges Camille, « La mémoire culturelle d’Internet : le folklore de Usenet », in Le Temps des médias, n° 18, 2012, p. 111-123.

Arora Payal, The Leisure Commons : A Spatial History of Web 2.0, Londres, Routledge, 2014.

Prost Antoine, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 2010.

Maël, Fragments d’une mémoire infinie, Paris, Grasset, 2016.

Rey Olivier, Quand le monde s’est fait nombre, Paris, Stock, 2016.

Ruzé Emmanuel, « Traiter les archives de la toile. Une histoire d’un système d’information dans une communauté, WordPress (2003-2008) », in Entreprises et Histoire, n° 55, 2009, p. 74-89.

Schafer Valérie, La France en réseaux (tome 1). La rencontre des télécommunications et de l’informatique (1960-1980), Paris, Nuvis, 2012.

Schafer Valérie, Thierry Benjamin, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Paris, Nuvis, 2012.

Schafer Valérie, Thierry Benjamin, « L’ogre et la toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », in Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, n° 4, 2015, p. 75-95.

Schivelbusch Wolfgang, Histoire des voyages en train, Paris, Le Promeneur, 1990.

Serres Alexandre, Aux sources d’Internet : l’émergence d’ARPANET. Exploration du processus d’émergence d’une infrastructure informationnelle. Description des trajectoires des acteurs et actants, des filières et des réseaux constitutifs de la naissance d’ARPANET. Problèmes critiques et épistémologiques posés par l’histoire des innovations, Rennes II, Doctorat sous la direction de Christian Le Moënne et Jean-Max Noyer, 2000.

Sheen Barbara, Steve Jobs, Farmington Hills, MI, Lucent Books, 2009.

Thierry Benjamin, « “Révolution 0.1” Utilisateurs et communautés d’utilisateurs au premier âge de l’informatique personnelle et des réseaux grand public (1978-1990) », in Le Temps des médias, vol. 1, n° 18, 2012, p. 54-64.

Venezia Mike, Steve Jobs & Steve Wozniak : geek heroes who put the personal in computers, New York, Children’s Press, 2010.

Vidal Geneviève, « “Présentation” Instabilité et permanence des usages numériques, in Les Cahiers du numérique, vol. 9, 2013, p. 9-46.

Virilio Paul, Vitesse et politique. Essai de dromologie, Paris, Éditions Galilée, 1977.

Virilio Paul, Le Grand accélérateur, Paris, Éditions Galilée, 2010.

Vitalis André, Tétu Jean-François, Médias, temporalités et démocratie, Paris, Éditions Apogée, 2000.

Webster Frank, Ribons Kevin, Information Technology. A Luddite Analysis : Post-industrial Society or Capitalist Control ?, New York, Ablex Publishing Corp., 1986.

Notes

1 La revue Temporalités qu’évoque dans son chapitre Jean-Claude Domenget en constitue un exemple éclairant (https://temporalites.revues.org.).

2 Dont la littérature nous donne quelques exemples récents (Renouard, 2016).

3 L’expression apparaît en 2003 sous la plume de Dale Dougherty, employé d’O’Reilly Media, et sera popularisée par Tim O’Reilly à partir de 2004.

4 « Dans ce contexte [le Web 2.0], l’utopie du pouvoir de l’usager grâce à sa participation (ou l’illusion de participation) et à l’interactivité est à son comble » (Vidal, 2013).

5 « Tout d’abord, plusieurs anachronismes sont révélés, puisque la plupart des dispositifs inclus dans la définition des médias sociaux sont en réalité déjà anciens - et même antérieurs au Web 2.0 (communautés virtuelles, blogs, MMORPG, p2p, forums) » (Coutant & Stenger, 2012).

6 Expression attachée à l’histoire du réseau Usenet, qui connaît à la même période que l’Internet l’arrivée du grand public, au moment où AOL propose en septembre 1993 un double abonnement au Web et à Usenet provoquant, aux yeux des usagers des premiers temps, « des flots de néophytes qui se déversent alors dans les groupes et perturbent les habitudes des vétérans, ces derniers vivant cet afflux comme une invasion, menaçant l’harmonie rêvée. C’est le début d’une nouvelle ère, qui restera dans la mémoire culturelle de Usenet sous le nom de l’Eternal September (« le septembre qui n’en finit pas ») et qui nourrit le mythe d’une sphère idéale primitive, un paradis perdu à l’arrivée des nouvelles générations d’Internautes qui introduisent une véritable composante ‘populaire’ dans ce réseau alors très élitiste » (Paloque-Berges, 2012).

7 La Révolution dans le cas français, commémorée en grande pompe en 1989 à l’orée de la décennie d’arrivée du Web en France.

8 Des « Technologies créoles » à « l’impérialisme informel », tout un champ de l’analyse en termes de colonisation semble ouvert pour interpréter ces nouvelles modalités d’irruption de la technologie et ses conséquences politiques (Jarrige, 2016 : 291.)

9 L’on peut citer bien entendu l’exemple des Printemps arabes (Bortzmeyer, 2016), de la lutte pour la défense des sans-papiers (Fromentin et al., 2016), mais également celle des homosexuels en France avec la télématique (Schafer & Thierry, 2012). Ces nouveaux militantismes sont aussi à penser en continuité ou en rupture avec des formes plus anciennes de contestation au moment de leur passage sur la Toile, comme le propose Anaïs Theviot dans son étude comparative des trajectoires numériques du Parti socialiste et de l’Union pour un mouvement populaire.

10 Ainsi que son caractère éphémère que certaines institutions tentent de contrecarrer en lançant des campagnes d’archivage ; voire à ce sujet, le projet Web90 et le projet ASAP, largement structuré autour d’une collaboration avec l’INA et la BnF, collecteurs du Web et des réseaux socio-numériques en France (https://web90.hypotheses.org ; https://asap.hypotheses.org).

11 Certaines anciennes à l’image du projet Internet Archive de Brewster Kahle (https://archive.org) ou en France grâce à l’INA et à la BnF par exemple.

12 Voire https://www.guggenheim-bilbao.eus/fr/expositions/richard-serra-3/.

Auteur

Sorbonne Université – Institut des Sciences de la Communication (ISCC), CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC. Benjamin G. Thierry est maître de conférences en Histoire contemporaine à Sorbonne Université. Spécialiste de l’histoire des interfaces homme-machine et des facteurs de socialisation de l’informatique, il occupe également le poste de vice-président en charge des Humanités numériques et des systèmes d’information à l’université Paris-Sorbonne. Il a co-organisé le colloque Temps et temporalités du Web en 2015.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search