Versione classicaVersione mobile

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Agencements temporels

Flux de tweets et articles d’archives : comprendre les logiques sociales d’un apparent paradoxe temporel

Dario Compagno e Arnaud Mercier

Abstract

Il est d’usage de considérer le fil Twitter d’actualité, comme un flux temporel régi par un rythme effréné, où un sujet chasse l’autre. Et en effet la durée de vie d’un tweet pour espérer qu’il soit repris et partagé est globalement faible (24h maximum, souvent moins). Pourtant, des internautes remettent en circulation sur Twitter des articles vieux de plusieurs mois ou années, avec différentes finalités que cet article analyse pour comprendre la logique sociale de partages d’articles ayant vieilli.

Mots clés

Twitter, archives, médias, ressource documentaire, polémique

Testo integrale

  • 1 Projet Info-RSN : circulation et partage de l’information sur les réseaux socionumériques (...)

L’usage de Twitter pour s’informer est associé à une idée de flux, d’instantanéité et au caractère éphémère de ce qui circule sur Internet et la toile. Pourtant, à l’occasion d’un projet financé par l’ANR1 portant sur plusieurs millions de liens url issus de sites d’information partagés sur Twitter, nous avons pu isoler presque 70.000 tweets qui mettent en circulation des articles vieux de un mois à plusieurs années avant l’émission du tweet. Ce phénomène nous rappelle que si Internet est assimilé au flux et au quasi direct, il est aussi le lieu de l’archivage, du stock. Et les internautes peuvent vouloir faire revivre ces données d’archive. Nous analysons ici les logiques sociales de mise en circulation d’articles issus des archives des journaux en ligne.

1Cette étude définit une différence opératoire entre contenus d’actualité et contenus d’archives. Les premiers sont ceux mis en circulation moins d’un mois après leur publication, au contraire des secondes. Bien que forcément un peu arbitraire, ce seuil n’est pas immotivé : on aurait pu choisir une autre limite, en acceptant l’idée d’une « actualité » de plus longue durée, mais ce choix se justifie par le caractère très éphémère de ce qui est mis en circulation sur les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, et il nous permet de segmenter les archives (récentes, intermédiaires, anciennes) et donc de caractériser plus en détail le partage des contenus.

2Nous exposerons, dans un premier temps, les données d’archive issues de notre corpus de tweets afin de cerner le « profil temporel » des médias, avant de décortiquer les logiques sociales de mise en circulation des articles issus de leurs archives.

Données : tweets, articles et médias

3Les données sur lesquelles nous avons conduit nos analyses sont issues de la base de données mise en place au sein du projet ANR Info-RSN avec l’aide de la société Semiocast et du laboratoire LCOMS de l’université de Lorraine. La base inclut environ 13 millions de tweets produits pendant la période de cinq mois comprise entre le 15 mai 2014 et le 14 octobre de la même année. Il s’agit de tous les tweets qui contiennent des liens vers des contenus journalistiques publiés par un des 31 médias retenus pour la collecte (voir figure 1 pour la liste). La base Info-RSN contient également ces contenus journalistiques (environs 660.000 articles), permettant donc d’étudier exhaustivement leur mise en partage sur Twitter.

4Pour cette étude nous avons calculé l’écart temporel qui sépare la création de chaque tweet de la publication du contenu journalistique vers lequel il renvoie. Nous avons donc, pour commencer, créé un premier corpus de travail (Rastier, 2011) incluant tous les tweets (308.541 tweets) qui ont mis en circulation des contenus d’archives, selon la définition opératoire que nous avons choisie, datant donc de plus d’un mois au moment de la mise en circulation du tweet. Un deuxième corpus de tous ces contenus mis en partage plus d’un mois après leur publication a ainsi été créé (68.849 articles).

Figure 1 : Nombre d’articles mis en circulation et pourcentage des articles d’archives.

5La figure 1 montre la quantité totale d’articles qui ont circulé sur Twitter pendant la période de capture, par média (en gris clair). La figure montre également le pourcentage de contenus que nous classifions comme étant d’archives (barres gris foncé et en chiffres). On remarque immédiatement une loi de puissance : un nombre réduit de médias occupe une large partie de la twittosphère dédiée au partage d’informations journalistiques. En plus, les archives des différents médias ne sont pas mises en valeur de la même manière. Par exemple, Le Monde voit, en termes absolus, moitié moins d’articles être twittés par rapport au Figaro, mais un quart de ses articles vient de leurs archives, contre seulement 10 % de ceux du Figaro.

6La figure 2 (voir page suivante) permet d’explorer le nombre de tweets (et de retweets : en gris foncé et en chiffres) qui contiennent un lien vers un des médias dans le périmètre de capture des données. Il est intéressant de noter que cette distribution n’est pas conforme à celle de la figure 1 : pour certains médias – notamment Le Monde, Le Point et L’Express – on trouve un grand nombre de partages, bien que le nombre de contenus partagés (c’est-à-dire twittés au moins une fois) soit inférieur à celui d’autres médias, comme Le Figaro ou Le Parisien.

Figure 2 : Nombre de tweets (et pourcentage de retweets) renvoyant aux archives.

7Ces visualisations nous amènent à produire des hypothèses : il semble que les médias se différencient qualitativement par la manière dont leurs contenus circulent sur Twitter. Par exemple, les usagers font circuler massivement un nombre relativement réduit d’articles du Monde, dont une bonne partie (25 %) sont des contenus d’archives ; au contraire, les tweets qui renvoient vers Le Parisien sont en nombre bien inférieur (il s’agit en majorité de retweets), mais mobilisent une base bien plus large de contenus publiés, en large majorité d’actualité (96,5 %). Nous nous sommes intéressés à mieux décrire et comprendre ces différences.

Les pratiques médiatiques et les « profils temporels » des médias

  • 2 Le Web est désormais la première source d’information des américains âgés de moins de 50 a (...)
  • 3 Pour cette interprétation du concept d’interprétant et sa relation avec la production et l (...)

8L’activité des internautes laisse des traces complexes sur Twitter. Elle semble être orientée par des régularités ou pratiques médiatiques : on ne lit pas tous les médias de la même manière. L’étude des traces sur Twitter donne alors accès à la compréhension du comportement social, en particulier, dans notre cas, de la consommation médiatique qui s’opère de plus en plus sur les réseaux socionumériques2, comme le montre une autre partie du projet Info-RSN (Mercier et Pignard-Cheynel, 2017). Il s’agit de traces de partages volontaires d’informations, plutôt que de traces laissées sans le savoir par les internautes et récoltées directement par les sites web des médias. Nous étudions donc une activité complexe, composée de deux moments, un réceptif et l’autre productif : la réception du contenu journalistique – qui peut se réaliser sous une forme minimale, par exemple en recevant juste un tweet et lisant le titre de l’article qui y figure, sans même suivre le lien qu’il contient – et son partage sur Twitter. Nos données ne nous permettent pas de distinguer ces deux moments et donc d’isoler les facteurs qui les influencent individuellement. Cependant, nous pouvons étudier l’effet final sur les informations qui circulent sur Twitter. Les tweets sont dans cette perspective des interprétants, au sens de Ch.S. Peirce, signes résultant d’une activité interprétative, à l’origine de laquelle il y a d’autres signes et textes (les articles en ligne ou les tweets qui les mentionnent)3. Twitter, dans cette perspective, est un miroir de l’interprétation sociale, témoin de ce qui a été considéré comme pertinent et digne de partage par un grand nombre d’internautes.

Figure 3 : Segmentation des archives.

9La figure 3 montre le nombre de tweets liés à des contenus d’archives dans notre corpus, segmentés en huit classes selon l’écart temporel entre la publication de l’article et le partage sur Twitter. De la gauche vers la droite, on passe des archives les plus récentes (d’un à six mois d’écart), aux archives intermédiaires (de six mois à 5 ans), aux plus anciennes (plus que 5 ans). Les archives récentes sont beaucoup partagées (142.842 tweets au total, -24.000 tweets par mois), suivi par les archives intermédiaires (147.725 au total, - 2.700 tweets par mois) et par les anciennes (17.874 tweets).

10L’existence d’archives si « longues » est en soit une découverte. On conceptualise souvent Internet et surtout Twitter comme un lieu de « flux », incapable de garder la mémoire de l’information. Internet serait une sorte de mémoire à courte terme, mais incapable de faire sédimenter l’essentiel dans une mémoire à long terme. Or on observe, au contraire, que Internet est aussi un stock ou une « bibliothèque » : un système d’informations conservées de manière organisée et accessibles. Certains contenus journalistiques partagés pendant la récolte datent de plus de vingt ans, quand Internet avait une bien moindre importance dans la vie quotidienne. Twitter peut donc s’utiliser pour une fonction de « rappel », pour accéder aux archives et porter à la mémoire à court terme (le flux continu et éphémère) des informations pertinentes par rapport à l’actualité ou possédant une valeur historique dans l’absolu. L’analyse plus détaillée et qualitative des facteurs qui jouent un rôle dans cette actualisation des archives numériques fait l’objet de la deuxième partie de ce texte. Pour l’instant cherchons à avoir une vision d’ensemble des logiques de partage et à différentier les médias selon ce que nous appellerons leurs « profils temporels ».

11La figure 4 (voir page ci-contre) permet de comparer les dix médias dont les contenus ont été partagés le plus grand nombre de fois et de visualiser leur « profils ». Les lecteurs du Monde actualisent tous les segments de ses archives, des plus récentes aux plus anciennes ; les articles du Figaro datant de plus de 10 ans par contre ne sont pas mis en circulation (ce qui est sûrement dû au fait que l’interface web du quotidien ne permet pas d’accéder aux articles antérieurs à 2006). L’Express est le média parmi ces dix, dont les archives anciennes sont les plus valorisées (en terme relatif et même absolu, si on ne prend en compte que les articles vieux de plus de dix ans).

Une carte des « profils temporels » des médias

12Pour comparer les 31 médias de notre corpus, nous avons considéré le nombre de tweets renvoyant vers chaque segment d’archives comme une variable, permettant de les caractériser. Les « profils médiatiques » sont des descriptions multi-dimensionnelles des médias : chaque média est décrit sur la base de la quantité de partages de leurs archives, par segment. On peut alors utiliser une analyse des correspondances pour identifier des dimensions latentes capables de résumer la variance des données. Les deux dimensions les plus explicatives peuvent ensuite être utilisées pour créer une représentation graphique (figure 5, voir page suivante). L’analyse des correspondances permet de comparer proportionnellement la production des médias, en faisant abstraction des différences absolues entre les médias les plus largement mis en circulation, comme Le Monde, et les autres comme La Croix ou Melty.fr.

Figure 4 : « Profils temporels » des dix médias les plus twittés.

13Les abscisses et les ordonnées de la figure 5 sont les deux premières dimensions, résultat de l’analyse des correspondances, expliquant conjointement le 63,8 % de la variance des données. Les points représentent chacun un média : plus la couleur d’un point est foncée plus ce média a une haute fréquence relative (masse) (Greenacre et al., 2016). Les huit segments des archives sont représentés par les flèches : plus la couleur d’une flèche est foncée, plus cette variable a contribué à mettre en forme l’espace de représentation.

14On remarque une ligne qui traverse en diagonale le diagramme, allant du cadrant Sud-Est au cadrant Nord-Ouest. Bien que cette représentation a été construite tout en considérant la temporalité comme variable cardinale, on y retrouve a posteriori un ordre temporel linéaire. Cela semble confirmer qu’une polarité et une continuité existent dans le partage des archives des médias : les médias sont effectivement caractérisés par un accès cohérent à leurs archives, déterminé par des facteurs résumés et mis en évidence par l’analyse des correspondances.

Figure 5 : Analyse des correspondances des « profils temporels » des médias.

15Au coin en bas à droite du diagramme on trouve L’Équipe, évidemment caractérisée par la mise en partage des archives les plus récentes. Ce positionnement s’explique par la spécialisation thématique (sport) du quotidien, qui amène ses lecteurs à faire surtout référence à des contenus relativement récents, notamment des résultats sportifs vite remplacés par d’autres. En suivant la ligne, vers le centre du diagramme, on retrouve des médias dont on partage plus uniformément tous les segments des archives. Le Figaro et Le Monde, par exemple, sont l’objet d’un « rappel » qui concerne l’entièreté de leurs archives. Cela illustre bien leur statut de journaux dits « de référence », où on vient rechercher des éléments d’information dignes de confiance, dans les archives courtes, intermédiaires ou anciennes. L’Express et Le Point se trouvent à la fin de cette ligne, en haut à gauche. Par rapport aux autres médias, leurs lecteurs ont tendance à valoriser plus les archives intermédiaires que les récentes.

16Une deuxième ligne, allant du cadrant Sud-Ouest au cadrant Nord-Est, permet de différencier ultérieurement les médias par rapport à la mise en circulation de leurs archives anciennes (contenus vieux de plus de 5 ans). La large majorité des médias se trouve du côté Sud de cette ligne : ces médias ne donnent pas accès à leurs archives anciennes, ou en tout cas ces contenus ne sont pas valorisés par leurs lecteurs. Parmi les médias dont, au contraire, on met en partage les archives anciennes, Le Parisien, Libération et dans une moindre mesure La Dépêche se détachent des autres. Proportionnellement à la mise en circulation de la totalité de leurs contenus, les lecteurs de ces trois médias valorisent grandement les archives anciennes. En particulier, ce sont les contenus vieux de 10 à 20 ans qui permettent de distinguer ces trois médias des autres.

17Cette carte nous permet d’avoir une vision d’ensemble et de faire des hypothèses sur les facteurs (ici agrégés dans les deux dimensions de l’analyse des correspondances) qui motivent cette différenciation des médias. Il est maintenant important de coupler cette première analyse exploratoire et globale avec un regard plus qualitatif et détaillé, capable d’identifier certaines pistes interprétatives derrière les pratiques de partage des archives en ligne des médias.

Logiques de mise en circulation de l’archive

18Nous avons expliqué en introduction la difficulté à fixer une borne chronologique permettant de définir sans contestation possible une frontière entre des articles d’actualité et ce qui serait considéré comme une archive. Nous avons opté pour un délai d’un mois, ce qui en fait, nous en sommes conscients, une archive « proche » voire « fraîche ». Dans le rythme effréné de l’information sur Internet, dans le flux d’articles qui sont mis en circulation sur les réseaux socionumériques, dans l’accélération du traitement de l’information à l’heure des blogs, des sites, des chaînes d’information continu, il nous a semblé qu’un mois était déjà un délai où l’essentiel des articles étaient oubliés, enfouis sous des dizaines d’autres, devenus invisibles (voire pour certains obsolètes, tant l’actualité s’est emballée depuis). Toutefois, nous conservons un regard particulier sur ces articles d’archive proches, dont les logiques de remise en circulation ne correspondent pas à celles observées pour des articles plus anciens ou même beaucoup plus vieux. Nous observons que la viralité d’une archive proche est surtout liée à un phénomène qui marque la pénétration « tardive » ou pour dire mieux « décalée dans le temps » d’un article dans une communauté qui n’était pas dans le cœur de cible du média. Pour cette raison, le partage initial n’a pas touché cette communauté, qui n’était pas une cible. En revanche, lorsque des internautes font le pont vers une communauté extérieure à la sphère de référence, avec retard donc, l’article peut connaître sur Twitter une seconde vie.

19Un exemple spectaculaire (mais qui reste anecdotique) est celui d’un article du Monde (écrit en français donc) intitulé Des chauves-souris tombent du ciel, l’Australie ploie sous la chaleur. L’article est remis en circulation sur des comptes asiatiques (via des robots) grâce à la photo qui l’illustre :

Figure 6 : Exemple de mise en partage dans une communauté non visée initialement.

20Il faut reconnaître que la photo (figure 7) est originale et « mignonne » disent les tweets japonais, avec ces bébés chauve-souris emmitouflés dans des couvertures.

Figure 7 : Photo accompagnant un tweet d’archive proche.

L’article à valeur encyclopédique, devenu atemporel

21Lorsque l’on étudie dans le détail les articles qui sont remis en circulation après un certain laps de temps, on peut repérer certaines régularités en lien avec leur thématique. Sans surprise, une thématique est bien représentée dans notre corpus d’archives d’articles retwittés, il s’agit des commémorations. Le plus souvent annuel, donnant lieu à une médiatisation plus ou moins routinisée, l’événement commémoratif, par définition, revient sur des faits advenus et plutôt connus. Un article rappelant les faits peut donc acquérir facilement un statut d’archive que des internautes voulant se replonger dans les faits ou honorer la mémoire de tel ou tel partageront s’ils l’apprécient, même si l’article date d’un an ou même plus. On peut illustrer notre analyse à travers la volonté de commémoration d’un événement par une communauté concernée (ici les pieds noirs), revenant sur une tragédie trop oubliée à leurs yeux :

RT @Phil… : 5 juillet 1962 Massacre oublié de plus de 2000 pieds noirs à Oran en Algerie http://buff.ly/​1j4Id7y

22Dans le même esprit, on trouve des articles d’archives remis en circulation sur Twitter correspondant à des hommages ou des portraits de personnalités disparues, que des « fans » ont plaisir à partager. Le journal le Figaro cherche à donner vie à son patrimoine éditorial en diffusant par ce tweet de juin 2014 : « @Le_Figaro : Il y a tout juste 10 ans disparaissait Ray Charles, à l’âge de 73 ans » un article évoquant une biographie du chanteur américain paru en janvier 2010, avec un succès de 428 tweets et retweets.

23Les archives sont donc régulièrement utilisées comme ressources pédagogiques car le document est jugé à contenu non éphémère. C’est le cas de la réutilisation d’un article de L’Express, trois ans après, avec 3734 partages, au sujet de la disparition programmée du cougar, comme d’autres espèces menacées (figure 8).

Figure 8 : Tweet reprenant le titre d’un article de L’Express.

24Autre exemple (toujours issu de L’Express) : un article sur Auschwitz remis en circulation 11 ans après, et obtenant 870 partages, étalés sur quelques semaines, avec parfois des commentaires un peu critiques.

RT @sil… : Auschwitz la vérité http://po.st/​itXrmB Le titre est con, mais l’ouverture des archives du KGB livre 80 000 documents saisis en 1945

25Dont un qui juge utile de rappeler la date de parution, tant l’écart est grand ! :

RT @em… : « Auschwitz : la vérité ». Ce papier, dans les plus lus de L’Express depuis quelques jours, date de 1993. http://po.st/​YtJjNA

26Par conséquent, sans que des opportunités temporelles particulières justifient leur remise en circulation, on voit circuler sur Twitter des documents à caractère pédagogique et explicatif, qui ne vieillissent pas trop vite. Un article faisant le point sur les origines du conflit syrien, un an après le déclenchement de la guerre civile, restera pédagogiquement valable trois ans et demi après sa parution, puisque le point focal d’analyse n’a, lui, pas bougé.

27L’archive média remise en circulation sur Twitter correspond également à un tempo bien particulier, qui est celui du temps judiciaire. On le sait, la Justice prend le temps de l’enquête et de l’expertise avant de traiter une affaire. C’est même devenu un leitmotiv de dénoncer « la lenteur de la Justice », ses supposés « atermoiements »… Du coup, à des fins pédagogiques, des internautes mais aussi les journalistes eux-mêmes n’hésitent pas à remettre en circulation des anciens papiers qui faisaient le point sur l’affaire au moment des faits pour rafraîchir les mémoires. Pour lutter contre les effets du temps qui passe, ces liens url vers des documents archivés permet de raffermir nos connaissances sur le dossier.

Mobilisation du passé, valeur argumentative et probatrice

28Dans le même esprit, on voit remis en circulation des articles pour leur valeur d’attestation, d’administration de la preuve, lorsqu’il s’agit de rétablir une vérité (mettre une personnalité face à ses contradictions, prouver qu’elle a menti, ce que des journalistes font parfois dans notre corpus, sous forme de « fact checking », ou ce que font des citoyens redresseurs de tort ou dénonciateurs). Ce qui se passe alors sur Twitter n’est pas différent de ce que l’on peut observer sur You Tube ou Dailymotion, où des internautes fabriquent de petits montages vidéo grâce aux archives médias disponibles en ligne, afin de mettre en scène deux discours sur le mode avant/après. Un article du Figaro de juin 2011 où Alain Juppé se dit favorable au mariage gay est par exemple remis en circulation sur les réseaux socionumériques en 2014, dans le contexte de mobilisation de la Manif pour tous, et obtient 658 tweets et retweets. Les deux camps font circuler ce message : d’une part ceux qui s’y opposent et dénoncent ainsi Alain Juppé comme pas vraiment de droite (l’angle d’attaque qui affaiblira sa candidature aux primaires de 2016), et d’autre part les partisans de ce mariage gay, pour montrer que ce n’est pas qu’une réforme de gauche, d’où le succès de cet article vieux de trois ans. Dans le même esprit, pour la même cause, cette brève publiée sur le site FranceTVinfo.com en décembre 2013 est repartagée 694 fois en octobre 2014 au moment où elle peut servir à soutenir une revendication d’abolition des mariages gays. L’objectif est bien, comme l’indique ce tweet, de donner le plus de visibilité possible à cette information :

à R.T. MASSIVEMENT = L’Australie interdit le mariage homosexuel et annule ceux déjà célébrés http://www.francetvinfo.fr/​societe/​mariage/​mariage-et-homoparentalite/​l-australie-interdit-le-mariage-homo-sexuel-et-annule-ceux-deja-celebres_481222.html via @francetvinfo

29Le rapport entre un article et sa mise en circulation (surtout quand il est accompagné d’un commentaire) fonctionne dans les deux sens. On pense souvent que la mise en circulation d’une information produite par les médias génère un commentaire en réaction et le choix de partager cet article, pour le louer ou s’indigner. Mais le phénomène inverse existe. Des internautes, surtout lorsqu’ils suivent un agenda politique et polémique très clair, sont en quête d’informations qu’ils recueillent afin de venir alimenter leurs discours politiques. Dès lors, le « commentaire » et le partage ne sont pas une réaction mais au contraire, l’argument est là et vient s’y adjoindre un lien url pointant vers un site de média, y compris vers son fonds d’archives, pour en faire une illustration de ce qu’ils pensent. La presse n’est pas l’objet d’un commentaire, c’est l’intention initiale qui cherchent un article pour illustrer le propos.

30Notre corpus comporte également des pics de tweets mettant en circulation des articles dont la valeur est clairement historique ou du moins dont le rapport au temps est constitutif de son intérêt. C’est ainsi qu’on trouve des documents « d’anticipation » parus naguère, pour les mettre en confrontation avec le présent, sur un mode vérification des prophéties annoncées. Inversement, certains internautes exhument des articles anciens à l’occasion d’un fait contemporain pour induire un rapport de proximité (les racines) ou de mimétisme troublant avec l’actualité. C’est alors dans la tension entre le passé et le présent que s’explique cette rencontre entre le flux du fil d’actualité Twitter et le partage de documents d’archive. Un article du Figaro publié en août 2011 a connu un succès d’estime en octobre 2014 (373 tweets et retweets) à la fois parce qu’il jouait en soi sur la nostalgie d’un temps jugé révolu et parce qu’il apparaissait encore plus d’actualité en pleine polémique sur les rythmes scolaires et le laxisme supposé de la gauche au pouvoir en matière éducative. Sous le titre « Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège », de nombreux lecteurs du Figaro ont tenu à repartager ce texte. Le premier à initier ce geste le fait le 15 mai 2014, avec l’ajout d’un commentaire explicite : « Quelle honte ! ». Douze jours plus tard, deux nouveaux lecteurs le mettent en circulation et l’emballement se déclenche le 29 mai, avec 44 messages et 30 le lendemain. Et alors, les commentaires nostalgiques ou extrémistes se déchaînent et expliquent le succès de la remise en circulation :

- « Chaque année, la découverte du programme d’histoire de ma fille est un choc ! »
- « bonsoir, encore moi désolé mais là c’est le pompon »
- « Tellement vrai… aujourd’hui pour beaucoup de jeunes, penser le roman national est devenu abstrait voir impossible »
- « Au secours avant de connaître l’histoire des autres il faut connaître la sienne ! »
- « La « déconstruction » des esprits est en marche ! »
- « #ChangementDePeuple : nettoyage en conséquence des programmes d’#Histoire »
- « L’anti-France au pouvoir : Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège #RevolutionNationale »

31Mais une minorité d’internautes s’indigne et partage l’article pour s’opposer à son contenu :

« Cet article devrait tomber sous le coup de la diffamation pure ! »

32La lecture de faits d’actualité en mode « concordance des temps » justifie aussi la mise en parallèle de deux événements séparés et le dispositif Twitter favorise cette rencontre des temporalités.

RT @Ric… : Le génocide de la France au Cameroun, voilà ce qu’ils essaient de taire. http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2011/10/04/la-guerre-coloniale-du-cameroun-a-bien-eu-lieu_1581974_3232.htmlhttp://twitter.com/​RickySeezy/​status/​490252813369610241/​photo/​1

33Cet article de 2011 sur un fait historique (la guerre coloniale au Cameroun) est remis en circulation par un militant à des fins de dénonciation politique.

La force accusatrice et polémique de la mise en circulation de l’article d’archive

34Ces deux derniers exemples chevauchent un autre usage très présent de remobilisation d’articles anciens à des fins de mobilisations politiques (via souvent la dénonciation des adversaires). On assiste à des campagnes de dénigrement grâce à une savante orchestration, pour faire d’un fait ou d’un propos rapportés dans la presse, un scandale. La republication par plusieurs internautes du même message, en saute mouton, et avec diffusion au sein d’un réseau militant (comme ici de droite) garantissent une bonne exposition d’un article un peu oublié ou passé trop inaperçu à l’époque de sa parution. Sous le titre : « Le couple Royal-Hollande a sous-estimé son ISF, selon « Le Canard enchaîné »», cet article du Monde a été partagé 752 fois durant notre période de 6 mois de capture, en 2014, sept années après sa parution ! Devenu Président de la République, il est une cible plus intéressante, surtout dans des milieux proches du mouvement de la Manif pour tous, qui ne décolèrent pas contre l’obstination de F. Hollande à étendre le droit au mariage à tous les couples homosexuels.

35Les profils des usagers de Twitter qui rendent viral cet article vieux de 7 ans, ne laissent planer aucun doute. Citons entre autres : « Professeur retraité ; chrétien ; de droite sans fard ni complexe ; Les RT ne sont pas forcément adhésion ! » ; « D’accord je suis très à droite, mais avant tout je suis sur Twitter pour rire un peu bon sang, la France est triste & certains se la pètent sévère ».

36Et comme un tel article est totalement déconnecté de l’actualité immédiate, sa courbe temporelle Twitter ne correspond pas à ce qu’on observe dans la totalité de notre corpus (avec très souvent une forte concentration temporelle des tweets autour de la date de primo-publication de l’article). Au contraire, on voit (voir figure 9, page suivante) des à-coups, avec une série de pics de diffusion étalés sur plusieurs jours, entrecoupés de jours creux.

37De façon générale, un tel comportement sur Twitter relève de ce que nous nommons un « espace polémique », que l’on retrouve beaucoup à propos des tweets politiques. « Chez les citoyens la spontanéité associée à l’expressivité de soi ouvre la voie à un relâchement du contrôle social dans l’interaction avec autrui et ouvre un espace d’expression substitutif, qui autorise de nombreux débordements polémiques, où l’injure tient une place de choix » (Mercier, 2015 : 168). Comme il se doit dans la polémique, elle « prend toujours pour objet un discours autre et porte des jugements de valeur sur celui-ci » (Micheli, 2011 : 97). D’où l’intérêt rhétorique d’appuyer son propos de dénonciation et son attaque sur un lien url pointant vers un article, comme s’il s’agissait de prouver que ce n’est pas un jugement subjectif qui est en jeu mais bien un jugement factuel, attesté par un contenu produit par autrui. La mauvaise foi, caractéristique de la posture polémique repose alors non sur le fait mis en lien mais sur la manière d’établir des liens indus entre ces faits (ici passés) et la réalité présente. Dans une logique de fact cheking, certains journalistes s’emploient à jouer les redresseurs de torts, pointant que les archives médias sont parfois instrumentalisées pour une lutte idéologique. Dans notre corpus, figure ainsi le récit d’une église incendiée à Lyon dans un article de 20minutes.fr (dans la rubrique faits divers), qui a été remis en circulation huit ans plus tard. Un journaliste du Monde observant cette résurgence temporelle, écrit un message dénonçant une exploitation par les « Identitaires » (mouvement d’extrême-droite) :

Figure 9 - Distribution temporelle des partages d’un contenu vieux de sept années

RT @samuellaurent : Et donc l’église brûlée à Lyon La Duchère qu’agitent (encore) les identitaires c’était en 2006 et pas ce soir http://m.20minutes.fr/​lyon/​120280-eglise-incendiee-a-lyon

38Sont donc remis en circulation par des usagers de Twitter militants des articles portant sur des sujets polémiques. On trouve ainsi des réseaux militants qui font état de scandales politiques, d’affaires politico-financières afin de décrédibiliser ou déstabiliser un adversaire politique à un moment où il fait l’actualité pour une autre chose, qui lui serait favorable. C’est le cas au moment de l’affaire Thévenoud, du nom de cet éphémère secrétaire d’État qui a dû démissionner sitôt nommé puisqu’il est apparu qu’il n’avait pas payé ses impôts et d’autres charges depuis plusieurs années. Dans le jeu politicien d’échanges de coups, affaires contre affaires, la polémique autour de ce socialiste fraudeur provoque en retour la remise en circulation d’un article de l’Obs de juin 2014, concernant l’élu des Républicains, Patrick Balkany : « Balkany aurait reconnu avoir fraudé le fisc pendant 17 ans » (1428 tweets et retweets à partir du 10 septembre, soit bien plus qu’à la sortie de l’article), avec notamment un discours d’escorte en conformité avec la stratégie de retournement de l’accusation : « On n’entend pas l’UMP exiger leurs démissions comme pour Thevenoud ». On voit ici que l’archive acquiert de la valeur car ressortie au moment opportun, elle est un contrefeu, elle devient un argument dans une lutte politique.

Conclusion

39Dans une configuration temporelle marquée par l’accélération continue du temps social, avec des réseaux socionumériques qui se pilotent selon une logique du flux, de l’immédiateté, il apparaît quand même des usages où ce flux de l’hyperprésent rencontre des textes ayant un passé. C’est que précisément ces articles publiés plusieurs mois ou plusieurs années avant d’être remis en circulation, ont acquis une valeur. Une valeur en soi, car le contenu se révèle atemporel. Le propos de l’article lui confère une valeur en quelque sorte encyclopédique, qui va donc pouvoir continuer à intéresser des lecteurs et des usagers de Twitter lorsque le passé resurgira, à l’occasion d’une commémoration, d’un anniversaire, d’une disparition. Mais les cas plus fréquents concernent l’instrumentalisation de ces articles à des fins polémiques. La distorsion des temporalités entre la première parution et sa remise en circulation, provient alors de la valeur que le regard d’aujourd’hui confère à ces articles anciens. Le web est bien à la fois le monde du flux mondialisé, mais aussi celui du stock, sous forme de traces numériques laissées par le passage des internautes sur la toile. La réactivation de ces traces peut devenir une ressource argumentative et politique, notamment en situation polémique. C’est même le principal enseignement de ce sous-corpus extrait de notre corpus de plusieurs millions de tweets. On peut imaginer que cet usage a vocation à s’étendre et non disparaître, plus les usages de Twitter se seront établis, solidifiés, routinisés.

Bibliografia

Bibliographie

ECO Umberto, Trattato di semiotica generale, Milan, Bompiani, 1975 (trad. fr. partielle dans Le Signe, Paris, Poche, 1992 et La Production de signes, Paris, Poche, 1992).

Greenacre Michael, Nenadic Oleg, Friendly Michael, « Simple, Multiple and Joint Correspondence Analysis », 2016, en ligne : http://www.carme-n.org.

Mercier Arnaud, Pignard-Cheynel Nathalie, (dir.), Partager et commenter l’info sur les réseaux sociaux, Paris, éditions de la MSH, 2018.

Mercier Arnaud, « Twitter, espace politique, espace polémique. L’exemple des tweet-campagnes municipales en France (janvier-mars 2014) », in Les Cahiers du numérique, 2015, 11 (4), p. 145-168.

Micheli Raphaël, « Quand l’affrontement porte sur les mots en tant que mots : polémique et réflexivité langagière », in Semen, 2011, 31, p. 97-112.

Mitchell Amy, Gottfried Jeffrey, Barthel Michael, Shearer Elisa, « Pathways to News », in Pew Research Center Analyses, 2016, en ligne : http://www.journalism.org/2016/07/07/pathways-to-news/

Rastier François, La Mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion, 2011.

Note

1 Projet Info-RSN : circulation et partage de l’information sur les réseaux socionumériques et transformations du journalisme, co-animé par Nathalie Pignard-Cheynel et Arnaud Mercier, au sein du CREM, équipe Obsweb de février 2014 à mars 2017 (http://obsweb.net).

2 Le Web est désormais la première source d’information des américains âgés de moins de 50 ans (Mitchell et al., 2016).

3 Pour cette interprétation du concept d’interprétant et sa relation avec la production et la réception sémiotique, voir Eco, 1975.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1 : Nombre d’articles mis en circulation et pourcentage des articles d’archives.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-1.jpg
File image/jpeg, 27k
Legenda Figure 2 : Nombre de tweets (et pourcentage de retweets) renvoyant aux archives.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-2.jpg
File image/jpeg, 30k
Legenda Figure 3 : Segmentation des archives.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-3.jpg
File image/jpeg, 13k
Legenda Figure 4 : « Profils temporels » des dix médias les plus twittés.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-4.jpg
File image/jpeg, 22k
Legenda Figure 5 : Analyse des correspondances des « profils temporels » des médias.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-5.jpg
File image/jpeg, 27k
Legenda Figure 6 : Exemple de mise en partage dans une communauté non visée initialement.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-6.jpg
File image/jpeg, 29k
Legenda Figure 7 : Photo accompagnant un tweet d’archive proche.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-7.jpg
File image/jpeg, 25k
Legenda Figure 8 : Tweet reprenant le titre d’un article de L’Express.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-8.jpg
File image/jpeg, 16k
Legenda Figure 9 - Distribution temporelle des partages d’un contenu vieux de sept années
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6213/img-9.jpg
File image/jpeg, 14k

Autori

Université de Lorraine/CREM. Dario Compagno, docteur en sémiotique, est chercheur au CREM et maître de conférences à l’université de Lorraine, IUT de Metz. Ses recherches portent sur les intentions et l’auctorialité dans les médias digitaux et sur l’application de méthodes statistiques pour l’analyse du sens.

Université Paris 2/CREM, programme ANR Info-RSN. Arnaud Mercier est professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 2 Panthéon-Assas, et enseigne au sein de l’Institut français de presse (IFP). Il est membre du laboratoire CARISM et associé au CREM (université de Lorraine) où son projet de recherche financé par l’ANR est hébergé.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search