Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Agencements temporels

L’inscription de l’histoire de l’entreprise dans le schème organisateur de Facebook

Gérald Lachaud

Résumé

Cette contribution montre comment la communication numérique des entreprises s’empare des dispositifs temporels proposés par Facebook (fil d’actualité, timeline, rubrique de la page d’accueil) pour présenter, par la publication de posts et la mention d’une chronologie, les événements marquants qui constituent l’histoire d’une firme. L’évolution constatée entre 2013 et 2016 semble indiquer une localisation plus spécifique du passé dans l’organisation d’ensemble d’un compte Facebook.

Mots clés

Communication numérique, entreprise, Facebook, histoire

Texte intégral

Certains événements qui marquent la vie des entreprises ont parfois un retentissement médiatique considérable en raison de leurs conséquences sur l’économie, l’environnement, la technologie, voire la politique. D’autres, plus anecdotiques, alimenteront la chronique éphémère du buzz et du commentaire viral. Quelques-uns, enfin, discrets et peu connus, relèvent de la décision stratégique et ne démontreront leur importance que bien après leur survenue et leur déroulement.

1La possibilité de juger de la portée d’un événement repose en grande partie sur une capacité sémiotique à en définir la nouveauté, à en circonscrire la radicalité, mais aussi à en décrire les acteurs et à en signifier la complexité temporelle qui entremêle présent, avenir et passé (Lamizet, 2006 : 96-98).

2L’élaboration d’une narration explicative d’un événement n’est plus l’apanage des seuls médias et historiens. Depuis plusieurs décennies, la communication des entreprises s’empare aussi de cette fonction ; notamment dans le cadre d’un processus de « remémoration organisationnelle » qui contribue à la définition des buts pour lesquels un collectif de travail se mobilise (Feldman et Feldman, 2006). En effet, la capacité à conduire, mais aussi à décrire et à signifier l’événement actuel, antérieur ou à venir, devient une caractéristique essentielle des organisations (Zarifian, 1995 : 20-21). De même, la multiplication et l’éclatement des temporalités managériales rendent de plus en plus nécessaire un récit capable d’en assurer la continuité et la concordance (d’Almeida, 2001 : 10).

3Toutefois, cette élaboration d’une narration explicative de l’événement suppose un recul et une distance que plusieurs tendances semblent vouloir contrecarrer. Ainsi, l’immédiateté, l’instantanéité et la simultanéité tendent à devenir les nouvelles références de l’action imposées par le « culte de l’urgence » (Aubert, 2003). De plus, la « tyrannie de la visibilité » impose à tout acteur social de donner à voir, en temps réel, des pans entiers de son identité, voire de son intimité (Tisseron, 2011 : 335-336). Enfin, la rapidité du rythme de désuétude des expériences vécues, provoquée par l’accélération du changement social (Rosa, 2010 : 101), contribue à renforcer l’avènement d’un « régime d’historicité » tout entier tourné vers le seul instant présent (Hartog, 2003 : 51-55 ; 144-149).

4Nous pouvons donc nous interroger sur la place que la communication numérique des entreprises accorde aux événements qui ont marqué l’histoire d’une société multinationale.

5Cette communication numérique des entreprises mobilise plusieurs supports, depuis les sites web institutionnels et marchands jusqu’aux multiples réseaux sociaux numériques. Plusieurs raisons nous amènent à nous intéresser de manière privilégiée à Facebook. À la différence de Twitter, l’absence d’un nombre limité de caractères offre la possibilité d’un récit événementiel étoffé. De plus, Facebook oblige à inscrire chaque énonciation dans une temporalité et une chronologie précises, ce que n’impose pas un site web. Enfin, en tant que surface d’inscription et de navigation, la page-écran de Facebook se démarque de la page papier où, jusqu’à présent, l’histoire de l’entreprise prenait place et sens au fil des chapitres et des paragraphes.

6Ainsi, à l’aune d’un corpus étudié de manière longitudinale, entre 2013 et 2016, nous verrons, tout d’abord, quelle place la verticalité du schème organisateur de Facebook accorde aux événements constitutifs du passé des principales firmes françaises. Nous examinerons, ensuite, les conséquences de l’évolution de ce schème sur la visibilité de ces événements. Enfin, nous interrogerons la possibilité, au-delà d’une disparition apparente de la représentation du passé, d’une ouverture de Facebook à la pluralité des temporalités.

Méthodologie d’élaboration et de traitement du corpus

7Notre analyse porte sur les entreprises du CAC40 qui disposaient d’un compte Facebook institutionnel en 2013. Par compte Facebook institutionnel nous entendons le compte accessible à partir de la page d’accueil du site web institutionnel d’une entreprise. Ce compte peut donc être différent de celui développé par une marque rattachée à une firme cotée au CAC40, à l’exemple du groupe LVMH qui possède, entre autres, les marques Louis Vuitton, Moët mais aussi Givenchy ou encore Sephora.

8En 2013, seules dix-sept entreprises répondaient à ces conditions sur les quarante qui constituent l’indice boursier de référence de la place de Paris. Cette faible proportion s’explique par l’interrogation, à l’époque, sur le rôle et l’apport des réseaux sociaux numériques dans la dimension institutionnelle de la communication des entreprises. Un suivi longitudinal de ce corpus limité a eu lieu en 2015 et en 2016, avec sauvegarde permettant une consultation hors-ligne.

9L’investigation de chaque compte a porté sur le contenu de la page d’accueil de Facebook. Deux points de vue ont alors été privilégiés. Le point de vue diachronique étudie les modalités temporelles signifiées à l’écran : dates choisies dans le passé de l’entreprise, respect d’une chronologie régulière, prise en compte de l’année d’inscription sur Facebook… Le point de vue thématique considère les catégories d’événements historiques portés à la connaissance du public (fondation, acquisitions, innovations…).

10Cependant, les évolutions constatées amènent à intégrer dans l’analyse de l’interface de Facebook la notion de schème organisateur qui structure la relation entre les signes, une surface d’inscription et un destinataire utilisateur de cette surface d’inscription (Flon et Jeanneret, 2010 : 4). Articulant les trois termes de l’énonciation éditoriale, l’écriture, l’écran et la pratique, la notion de schème organisateur permet, selon nous, de saisir la globalité du processus de construction du sens par des formes sémiotiques aussi diverses que celles mobilisées dans l’univers du Web.

Le passé institutionnel de l’entreprise confronté à la temporalité de Facebook

11À la fin du xxe siècle, le passé et l’histoire de l’entreprise ont donné lieu à de nombreuses publications à caractère scientifique, sous la forme de thèses, de numéros thématiques et d’articles de revues spécialisées, ou à caractère promotionnel, sous la forme de beaux livres diffusés dans le cadre d’une action de communication interne ou de relations publiques. Or, ce riche contenu éditorial doit désormais composer avec les impératifs de la communication numérique.

Une temporalité inscrite dans la verticalité de la page-écran ?

12Pour l’heure, la présentation d’un site web, parfois qualifiée de « pages en écran » (Cotte, 2011 : 79-83), repose, pour l’essentiel, sur un schème organisateur inspiré par le monde de l’écrit et le principe du codex. Le discours de l’énonciateur est ainsi structuré à travers l’agencement de colonnes et de rubriques que les ressources typographiques de la titraille permettent, ensuite, de hiérarchiser.

13La configuration (Ricœur, 1983 : 116) du récit historique de l’entreprise peut donc prendre place, à la fois, dans la verticalité et dans l’horizontalité d’une page-écran souvent calquée sur le modèle d’un journal ou d’un magazine. Ce schème organisateur autorise donc l’insertion du temps, celui de la lecture mais aussi celui des événements et de leur relation, dans le parcours de dévoilement et de découverte d’un texte qui profite des virtualités latérales de l’écran. Cette logique devrait, d’ailleurs, être renforcée par l’évolution de la communication numérique et la généralisation des écrans mobiles et tactiles consultables, indifféremment, dans le sens vertical ou horizontal (Lachaud, 2016 : 147-149).

14Or, la consultation de Facebook, en 2013, repose d’abord et avant tout sur un schème organisateur dominé par la seule verticalité, celle du fil d’actualité situé au centre de l’écran.

15Certes, l’horizontalité reste présente. En effet, chaque année du fil d’actualité est précédée d’une bande de couleur blanche ou grise qui barre la largeur de l’écran. Le récit historique de l’entreprise s’accumule donc en strates successives selon un principe de temporalité où les événements passés, souvent censés expliquer le présent, sont découverts après les événements les plus récents (voir Figure n° 1).

16Cependant, pour « descendre » jusqu’aux origines les plus anciennes de l’entreprise qui l’intéressent, un « smartphonaute » ou un « mobinaute » doit cliquer sur la barre de défilement d’un navigateur ou agir sur un dispositif tactile. Toute fouille dans le passé sédimenté d’une firme dépend donc, entre autres, de la qualité du « régime exploratoire » (Auray et Vétel, 2013 : 170) suggéré par le schème organisateur de Facebook. De ce point de vue, il n’est pas sûr que la stratification bicolore du fil d’actualité soit suffisante.

Figure n° 1 : les strates temporelles du fil d’actualité, compte Facebook Essilor, 2013.

17Dès lors, dans quelle couche de mémoire ultime ce fil d’actualité doit-il signifier à l’internaute, par le mot « fondation », qu’il découvre, là, l’ultime début d’une histoire entrepreneuriale qu’il vient de lire à rebours ?

Des entreprises du CAC40 en quête d’origine(s)

18Dans une économie capitaliste dominée par les fusions et les acquisitions, rares sont les groupes du CAC40 à ne pas avoir eu leur organisation, mais aussi leur identité, bousculées par une prise de participation, une fusion ou un rachat. Situer le commencement d’une aventure industrielle, commerciale ou financière revient, aussi, pour la communication numérique de l’entreprise à s’interroger sur la question de l’ascendance.

19Nonobstant le cas particulier de quelques entreprises (GDF SUEZ devenue Engie, EADS devenue Airbus Group) qui affichaient en 2013 pour date de fondation leur inscription officielle sur Facebook, deux tendances se dégagent à l’examen de notre corpus.

20La première circonscrit le passé à la seule durée d’existence de l’entreprise définie par son identité institutionnelle en cours. Ce nominalisme empreint de présentisme conduit, donc, à une mémoire lacunaire qui s’arrête à la date de naissance officielle de la structure en activité et efface toutes les origines plus lointaines. C’est ainsi que le fil d’actualité du groupe Orange commence (ou plutôt cesse) en 2000 et occulte, entre autres, le passé de France Télécom. Rien, au titre de l’activité, de la réussite économique, de l’ancienneté ou de la gouvernance, ne permet de distinguer les firmes qui, outre Orange, agissent ainsi (EADS devenue Airbus Group, PPR devenue Kering, Lafarge fusionnée avec Holcim). Nous ne pouvons donc que constater la radicalité d’un choix qui éradique les anciennes marques et firmes contributrices et constitutives de l’existence actuelle d’une société.

21À l’inverse de la première tendance, la seconde accepte les origines multiples et plurielles. Elle aboutit à un processus mémoriel et généalogique qui prend en compte les différents lignages apparus avant même celui dont est issue, avec une conservation ou non du patronyme initial, l’entreprise titulaire du compte Facebook. Ainsi, outre sa propre histoire, la firme Total n’oublie pas d’intégrer au bas de son fil d’actualité le passé, lui-même complexe, des firmes Fina et Elf qu’elle a absorbées et qui l’ont même précédée. Cette tendance semble plutôt l’apanage des firmes industrielles comme Safran, Schneider Electric ou VINCI.

22De quelles instances décisionnelles le choix entre la première et la seconde tendance procède-t-il ? Notre méthodologie d’investigation n’apporte pas de réponse. Toutefois, à titre d’hypothèse exploratoire, nous savons que trois préoccupations managériales se sont longtemps affrontées pour définir les finalités d’un site web institutionnel d’entreprise (Rouquette, 2009 : 280-281). Ainsi, le service communication insiste sur l’obligation de cohérence, sur le fond et sur la forme, du site web avec l’identité globale de l’entreprise. Le service informatique met l’accent sur la modernisation et la standardisation des interfaces et des plates-formes qui servent de support technologique aux contenus. Le service marketing souligne la nécessité d’adapter les contenus à la logique d’individualisation de la relation client.

23Ces divergences expliquent, peut-être, les choix constatés dans notre corpus. À moins qu’ils ne soient tranchés à un niveau décisionnel plus élevé et qu’ils relèvent des prérogatives stratégiques des dirigeants.

Les entreprises prises dans les rets de la temporalité de Facebook

24L’évolution du schème organisateur de la page d’accueil d’un compte Facebook apparue au cours de l’année 2015 apporte de nouvelles possibilités de représentation de la temporalité. D’une part, la rubrique « récent », située au-dessus de la date de l’année 2015 en cours, permet de regrouper et de distinguer les posts considérés comme les plus immédiats. D’autre part, un dispositif synoptique, la timeline, situé sur le côté droit du fil d’actualité, permet de récapituler et de visualiser l’ensemble des dates jugées dignes de figurer parmi celles qui ont marqué la vie de l’entreprise. Par ailleurs, les bandes horizontales qui contribuaient à stratifier le fil d’actualité en couches successives disparaissent. Elles sont remplacées, au début de chaque année, par une invitation sur laquelle cliquer, composée d’une flèche et de la mention « toutes les actualités » (voir Figure n° 2).

Figure n° 2 : évolution du fil d’actualité, compte Facebook Engie, 2015.

25La coexistence, sur la même page-écran, des deux dispositifs temporels que sont la timeline et le fil d’actualité, produit-elle une « hétérogénéité sémiotique » (Bonaccorsi, 2013 : 128-130) qui laisse perplexes les responsables de la communication numérique des entreprises ? De fait, en 2015, les firmes du CAC40 paraissent s’interroger sur les dates clefs qu’il convient d’afficher à nouveau.

Timeline et fil d’actualité : deux fils sémiotiques pour une même trame narrative ?

26De manière globale, le nombre total d’années stipulées dans les timelines en 2015 augmente de 46 par rapport au nombre total d’années mentionnées dans les fils d’actualité de 2013. Hormis le cas des dates ajoutées au titre des années écoulées depuis 2013, cette évolution générale masque des disparités.

27Ainsi, LVMH et Saint-Gobain semblent considérer la timeline comme un dispositif sui generis dont la signification ne peut renvoyer qu’à la seule temporalité née avec l’histoire de Facebook. Aussi, la timeline de ces deux groupes, pourtant fort diserts sur leur histoire dans le fil d’actualité, n’indique aucune date avant l’année de leur inscription sur Facebook. Ce point de vue ne fait pas l’unanimité parmi les autres sociétés qui, elles aussi, accordaient déjà une place conséquente au passé dans le fil d’actualité. En effet, Bouygues, Renault, Total ou VINCI reprennent dans leur timeline l’intégralité des dates stipulées dans le fil d’actualité de 2013.

28À l’inverse de cette hésitation sur ce que la timeline est censée résumer d’un point de vue temporel, toutes les sociétés qui limitent leur histoire à la seule période définie par leur identité institutionnelle la plus actuelle et la plus récente étoffent la présentation de leur timeline de plusieurs dates, quatorze pour Orange, quinze pour Airbus Group, ex EADS, ou sept pour Engie, ex GDF SUEZ. Pour autant, la limite temporelle déjà imposée par la date de fondation indiquée sur le fil d’actualité de 2013 n’est jamais outrepassée. L’injonction de mise en visibilité du passé que pouvait constituer l’apparition de la timeline ne provoque donc pas de changement profond pour ces firmes.

Timeline et mémoire

29D’un point de vue visuel et sémiotique, le dispositif synoptique de la timeline uniformise dans un même ensemble des temporalités hétérogènes. D’une part, les « signes passeurs » (Davallon et Jeanneret, 2004 : 50) que sont les dates invitant à l’exploration de l’histoire de l’entreprise sont positionnés selon un principe graphique d’équidistance stricte qui annihile toute possibilité de rendre compte de la temporalité réelle qui les sépare ; et ce en totale rupture avec l’usage habituel d’une figuration proportionnelle du temps écoulé sur une frise ou un ruban chronologique. D’autre part, cette même timeline unifie trois séquences temporelles qui correspondent à des pratiques différentes de remémoration organisationnelle.

30Au sommet, une première séquence réunit dans la temporalité globale de la rubrique « récent » ou de la rubrique de l’année en cours (2015) des posts publiés selon le principe cumulatif de la série qui exclut tout travail de remémoration organisationnelle. Ces posts, empreints de l’actualité immédiate promue par l’entreprise, appellent les internautes à une relation conversationnelle, plus ou moins régulée par les équipes de community managers. En tant que « textiels » (Davallon, Noël-Cadet, Brochu, 2003 : 45-46), ils offrent aussi, selon nous, un point d’accès au récit multimédiatique global élaboré par les services de communication. Un récit dont une des caractéristiques est d’être inscrit, d’abord et avant tout, dans un flux actualisé en permanence et non plus dans un stock préexistant à toute lecture (Lits, 2010 : 120).

31Dominée par la temporalité régulière des dates annuelles affichées dans un ordre chronologique décroissant, une deuxième séquence se déroule, toujours en haut de la timeline, dans l’intervalle temporel entre l’année en cours (2015) et l’année d’inscription sur Facebook (2009 ou 2010 pour la majorité du corpus). Comme la séquence précédente, cette partie de la timeline permet d’accéder à la compilation systématique des posts publiés pour l’année considérée dans le fil d’actualité. Toutefois, leur caractère moins immédiat et daté semblerait les classer plutôt dans la logique narrative du récit en stock. D’autant que certaines entreprises (comme Bouygues) soumettent déjà les posts des années situées entre 2015 et la date d’inscription sur Facebook à un travail de remémoration organisationnelle. Le principe de visibilité immédiate et exhaustive qui régit la séquence précédente de la timeline est donc, ici, remplacé par une logique éditoriale affirmée. Ainsi, quelques événements emblématiques sont sélectionnés et mis en exergue avant l’ensemble des posts de l’année considérée (voir figure n° 3).

Figure n° 3 : l’événement emblématique précède les posts d’une année, compte Facebook Bouygues.

32La troisième séquence, qui correspond aux années antérieures à la date d’inscription sur Facebook, s’appuie d’abord et avant tout sur un travail de remémoration organisationnelle et d’éditorialisation. Les pratiques sont cependant variables selon les entreprises, quelle que soit leur ancienneté. Ainsi, Renault, fondée en 1898, compte cent onze années d’existence avant son inscription sur Facebook. Mais la firme n’affiche pourtant que douze années remarquables sur sa timeline. De son côté, Bouygues, fondée en 1952, arbore vingt-trois années sur sa timeline, pour une histoire avant Facebook d’une durée de cinquante-huit ans. De plus, la régularité de cette troisième séquence est également aléatoire. Chez Total, où les communicants se doublent sans doute de mémorialistes scrupuleux, l’écart maximum dans les annales numériques n’est que de huit ans. Chez Saint-Gobain, firme pourtant pionnière dans le domaine de l’histoire de l’entreprise (Torres, 1995 : 10-11), la chronique se fait plus disparate et oublieuse d’un riche passé archivistique, avec un écart maximum de cent soixante-cinq ans.

33Ces disparités, à la fois sémiotiques et pratiques, du schème organisateur de Facebook de 2015 étaient-elles insurmontables ? L’évolution apparue en 2016 paraît le confirmer.

Un passé en voie de relégation ?

34En 2016, la disparition de la timeline ne permet plus de visualiser dès la page d’accueil les dates marquantes de la vie de l’entreprise. Pour connaître ces dates, l’internaute doit explorer, de manière classique, le fil d’actualité ou s’en remettre à la rubrique « à propos » qui apporte deux modifications à l’ancienne timeline. Ainsi, les années ne sont plus reliées entre elles par un fil continu. Cette perte de lien symbolique pourrait accroître la discontinuité temporelle du récit historique de l’entreprise, réparti désormais sur des jalons isolés et indépendants. Cependant, ce risque sémiotique est sans doute réduit par la seconde modification qui permet d’ajouter à chaque année un texte de quelques lignes décrivant un ou plusieurs événements marquants. Par ailleurs, la rubrique « à propos » permet une présentation de plusieurs lignes de texte, renouant ainsi avec l’horizontalité du récit développé sur un codex. La plupart des entreprises indiquent leurs coordonnées, mentionnent leurs activités et missions principales et résument l’évolution suivie depuis leur création (voir figure n° 4).

Figure n° 4 : présentation de l’entreprise dans la rubrique « à propos », compte Facebook VINCI, 2016.

35Or, pour la quasi-totalité des entreprises, les années les plus récentes de l’ancienne timeline, à savoir les années 2015 à 2012 incluses, ne figurent plus dans les repères historiques de la rubrique « à propos ». Un tel unanimisme interroge. La contrainte technique du dispositif ne semble pas en cause. En effet, quelques rares entreprises maintiennent ces années perdues, soit dans leur intégralité (Bouygues), soit de manière plus ponctuelle (Airbus Group avec l’année 2014, Kering avec les années 2013 et 2012, Technip avec 2012). De plus, six firmes suppriment l’ensemble des dates qui jalonnaient leur histoire, pour ne plus conserver que la seule date de leur fondation. Cet effacement mémoriel concerne Essilor, Engie, Lafarge, Legrand, Publicis et Renault. Enfin, deux autres groupes renouent, à l’inverse, avec leur passé en affichant à nouveau les dates clefs qui figuraient dans leur fil d’actualité en 2013 mais qui avaient disparu de la timeline éditée en 2015 : LVMH et Saint-Gobain.

36Faut-il voir dans ces multiples disparitions et ces rares réapparitions une inaptitude collective à intégrer les événements immédiats et présents dans la longue durée des temps historiques ? Ne serions-nous pas, ici, en présence d’une nouvelle manifestation de la crise du temps caractérisée par l’incapacité d’une société à s’instituer et donc à s’auto-représenter dans toute la complexité de son rapport au passé et à l’avenir (Castoriadis, 1996) ?

37Mais peut-être faut-il aussi considérer le schème organisateur de Facebook comme un dispositif qui s’ouvre peu à peu à la pluralité des régimes d’historicité. Certes, tout semble indiquer que la prédominance et la prééminence du fil d’actualité consacrent le réseau social numérique au présentisme, dans lequel l’avenir, en tant que futur en attente, n’a plus droit de cité et où le passé, comme guide pour l’action présente, est rejeté. Mais d’autres rubriques, comme la rubrique « à propos », n’hébergent-elles pas, aussi, des fragments d’un « régime héroïque », où tout événement présent renvoie au mythe construit sur un événement originel unique : la fondation glorieuse d’une firme annonciatrice de succès à venir ? À moins que le contenu même de certains posts ne dévoilent quelques reliquats du « régime moderne », où le futurisme scientiste et positiviste considère l’histoire comme un processus inéluctable orienté par l’idée de Progrès (Hartog, 2003 : 51-55 ; 144-149).

Conclusion

38Les caractéristiques pragmatiques, sémiotiques et narratives du schème organisateur de Facebook méritent examen. Le parcours de lecture, vertical et descendant, garantit, certes, la fluidité iconique et textuelle du récit proposé par les entreprises. Mais l’inscription du récit entrepreneurial dans les dispositifs de représentation temporelle que sont le fil d’actualité et la timeline en assure, aussi, la fragmentation et la pluralité lectoriales. La communication des entreprises semble donc partagée sur les vertus propédeutique et herméneutique de l’outil numérique qu’est Facebook.

39À l’instar d’autres supports, Facebook admet les « pratiques de lissage » et d’atténuation de la conflictualité constatées, aussi, dans la construction des discours institutionnels (Oger et Ollivier-Yaniv, 2006). L’oubli et l’amnésie dont certaines entreprises usent à l’évidence dans leur travail de remémoration organisationnelle en témoignent. De plus, à la différence des pages d’un livre ou de celles d’un site web, le schème organisateur de Facebook ne laisse guère de place à l’énonciateur pour développer un récit au long cours, où adjuvants et opposants, acteurs et actants, participent d’une histoire unique et singulière : celle de la réussite d’une société multinationale. Cette contrainte sémio-pragmatique qui pèse sur les pratiques professionnelles d’énonciation éditoriale renvoie à l’étude de la praxis sociale des internautes. Dans cette perspective, le dispositif constitué par le fil d’actualité de Facebook, les liens hypertextes qui l’émaillent et le parcours de défilement sur un écran tactile nous inciteraient à questionner la permanence et l’héritage des pratiques anthropologiques de « l’Homme trace » (Galinon-Mélénec, 2011 : 13-14). En effet, confrontés à un monde de lignes et d’empreintes, les chasseurs-cueilleurs que nous fûmes apprirent, d’abord, à se déplacer selon une logique de cheminement. Seule comptait, alors, la perception immédiate et vigilante, ici et maintenant, des signes témoignant d’une piste à explorer, à suivre ou à fuir. La révolution des transports amena le voyageur à délaisser l’importance vitale de cette perception de l’environnement. Désormais associé à un temps libre forcé, le déplacement entra dans une logique de traversée qui admettait l’exercice d’une autre activité en soi (lire, écouter, discuter, dormir…) ou favorisait la concentration sur les seuls intérêt et enjeu de la destination finale à venir. Enfin, la modernité offrit l’exploration et la contemplation intellectuelles d’un territoire cartographié et répertorié, avant d’en proposer le survol physique. Le déplacement s’accompagna, alors, d’une élévation du regard au-dessus d’un territoire qui pouvait désormais se prêter à la projection de réseaux configurés en fonction de points privilégiés considérés comme signifiants et importants (Ingold, 2011 : 97-100).

40Ainsi, en proposant une série organisée de traces inscrites sur la surface tactile de l’écran, Facebook propose, certes, un dispositif qui invite à un regard surplombant rétrospectif et qui encourage le déplacement direct d’une année vers une autre. Mais il contribue, sans doute aussi, à nous faire redécouvrir les vertus de l’ancestral cheminement, plus ou moins erratique, que la technologie avait pourtant contribué à évacuer de nos vies personnelles et professionnelles.

Bibliographie

Bibliographie

d’Almeida Nicole, Les Promesses de la communication, Paris, PUF, Sciences, Modernités, « Philosophies », 2001.

Aubert Nicole, Le Culte de l’urgence. La société malade de son temps, Paris, Flammarion, « Champs Essais », 2003.

Auray Nicolas, Vetel Bruno, « L’exploration comme modalité d’ouverture attentionnelle. Design et régulation d’un jeu freemium », in Réseaux, 2013/6, n° 182, p. 153-186.

Bonaccorsi Julia, « Approches sémiologiques du Web », in Manuel d’analyse du Web, Barats Christine (dir.), Paris, Armand Colin, « U », 2013.

Castoriadis Cornélius, La Montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe, IV, Éditions du Seuil, 1996.

Cotte Dominique, Émergences et transformations des formes médiatiques, Paris, Hermès Lavoisier, 2011.

Davallon Jean, Jeanneret Yves, « La fausse évidence du lien hypertexte », in Communication et langages, 2004, n° 140, p. 43-54.

Davallon Jean, Noël-Cadet Nathalie, Brochu Danièle, « L’usage dans le texte. Les « traces d’usage » du site Gallica », in Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques dans les médias informatisés, Souchier Emmanuël, Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle (dir.), BPI, Centre Georges Pompidou, 2003.

Feldman Regina M., Feldman Steven P., « What links the Chain : An Essay on Organizational Remembering as Practice », in Organization, 2006, 13 (6), p. 861-887.

Flon Émilie, Jeanneret Yves, « La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémio-pragmatique des écrits d’écran », in Revue des Interactions Humaines Médiatisées, 2010, vol. 11, n° 1, p. 3-33.

Galinon-Mélénec Béatrice, « L’Homme-trace. Arguments », in L’Homme-trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Galinon-Mélénec Béatrice (dir.), CNRS Editions, 2011.

Hartog François, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

Ingold Tim, Une brève histoire des lignes, Zones Sensibles Éditions, 2011.

Lachaud Gérald, « La pérennité des identités sociales des internautes à l’heure des évolutions de la communication numérique. L’exemple des pages d’accueil des sites institutionnels des entreprises du CAC40 », in Les Enjeux de l’information et de la communication, 2016, n° 17/3A p. 143-155.

Lamizet Bernard, Sémiotique de l’événement, Bruxelles, de Boeck, 2010.

Lits Marc, « L’impossible clôture des récits multimédiatiques », in A contrario, 2010/1, n° 13, p. 113-124.

Oger Claire, Ollivier-Yaniv Caroline, « Conjurer le désordre discursif. Les procédés de « lissage » dans la fabrique du discours institutionnel », in Mots. Les langages du politique, 2006, n° 81, p. 63-77.

Ricœur Paul, Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil, 1983.

Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, Théories critiques, 2010.

Rouquette Sébastien, L’Analyse des sites Internet. Une radiographie du cyberesp@ce, Paris/Bruxelles, INA/De Boeck, 2009.

Torres Félix, « Histoires et mémoires de l’entreprises », in Communication et organisation, 1995, n° 7, p. 157-194.

Tisseron Serge, « Les nouveaux réseaux sociaux : visibilité et invisibilité sur le net », in Les Tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Aubert Nicole, Haroche Claudine (dir.), Toulouse, Erès, 2011.

Zarifian Philippe, Le Travail et l’événement. Essai sociologique sur le travail industriel à l’époque actuelle, Paris, L’Harmattan, 1995.

Table des illustrations

Légende Figure n° 1 : les strates temporelles du fil d’actualité, compte Facebook Essilor, 2013.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure n° 2 : évolution du fil d’actualité, compte Facebook Engie, 2015.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure n° 3 : l’événement emblématique précède les posts d’une année, compte Facebook Bouygues.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure n° 4 : présentation de l’entreprise dans la rubrique « à propos », compte Facebook VINCI, 2016.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Gérald Lachaud est enseignant-chercheur à l’université Jean-Moulin Lyon 3, membre d’ELICO Lyon 3. Ses travaux s’inscrivent dans une perspective sémiotique, communicationnelle et organisationnelle. Ils portent sur la communication numérique et sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540