Version classiqueVersion mobile

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Rythmes et tensions

Quelques principes pour analyser les temporalités du Web

Jean-Claude Domenget

Résumé

Analyser les temporalités du Web implique un ensemble de principes, exposés dans ce chapitre. Il s’agit de passer d’un objet abstrait, le temps, à des objets concrets, les temporalités ; de s’appuyer sur la richesse notionnelle développée par les études sur les temporalités ; d’analyser le Web comme un dispositif sociotechnique complexe ou encore d’en faire un objet d’étude foncièrement interdisciplinaire.

Mots clés

Temporalités du Web, interdisciplinarité, épistémologie, métho dologie, sciences de l’information et de la communication.

Texte intégral

  • 1 http://temporalites.revues.org/534

Le projet éditorial de la revue Temporalités met l’accent sur l’intérêt d’approches interdisciplinaires afin d’aborder cet objet de recherche transversal qu’est l’étude des temporalités en sciences humaines et sociales (SHS). Elle liste ainsi un ensemble de pistes de recherche qu’elle soutient : « fondements des distinctions entre les temps ; articulation et conflits entre temporalités ; confrontations de diverses conceptions, usages, et langages du temps ; modes d’historicité des disciplines ; confrontations de catégorisations philosophiques à des travaux empiriques…1 ». La dimension interdisciplinaire des temporalités permet d’envisager un chemin tout tracé pour les sciences de l’information et de la communication (SIC), lesquelles se nourrissent depuis l’origine de l’interdisciplinarité. En effet, le Web, en tant que dispositif sociotechnique complexe, pose un ensemble d’enjeux épistémologiques et méthodologiques aux chercheurs en SHS en général, en SIC en particulier (Barats, 2016). Quant aux temporalités, elles n’ont pas été considérées comme « une grande transversale d’intérêt scientifique » (Grossin, 1996, p. 14). Les intérêts sont le plus souvent éclatés selon les objets de recherche, et une relation unique est construite entre les temps et les activités : temps de travail, temps des loisirs, temps des retraités, etc.

1Dans ce contexte, les chercheurs peuvent être pris d’un sentiment de flou, de manque de repères, s’ils essaient de faire le lien entre l’approche interactionniste du temps de Norbert Élias, l’approche phénoménologique de Maurice Merleau-Ponty ou l’analyse de la pluralité des temps sociaux chez Georges Gurvitch. Il ne semble pas exister, à proprement parler, un vocabulaire commun ou une « grammaire des temporalités », permettant de situer les notions et concepts mobilisés par les chercheurs : passé, présent, futur, vitesse, accélération, urgence, durée, instantanéité, immédiateté, temps réel, lenteur, événement, etc.

2Pour aborder ces enjeux, ce chapitre propose quelques principes d’analyse des temporalités du Web, esquissés à partir d’une réflexion épistémologique et méthodologique sur l’étude des temporalités en SHS. Je propose d’aborder quatre principes qui me semblent essentiels pour l’analyse soit des temporalités du Web en tant qu’objet de recherche, soit d’un objet de recherche lié au web, sous l’angle des temporalités :

  • le premier concerne la place d’une réflexion philosophique sur le temps, comme préalable indispensable à l’étude des temporalités. Autrement dit, faut-il un cadrage conceptuel philosophique avant de pouvoir questionner les temporalités du Web ou analyser le Web sous l’angle des temporalités ?
  • Le deuxième principe interroge l’existence de concepts ou d’un vocabulaire temporaliste2 qui serait importable pour l’analyse des temporalités du Web. Si bien sûr la définition d’un tel vocabulaire dépend de l’objet de recherche en lui-même, existe-t-il des propositions d’analyse de la pluralité des temporalités adaptables au web ?
  • Le troisième principe porte sur la dimension méthodologique de l’analyse. Comment analyser les temporalités du Web ? Outre l’évocation de méthodes utilisées pour analyser les temporalités en SHS, la question s’intéresse également aux principes épistémologiques à suivre, permettant de passer de méthodes d’analyse d’un objet abstrait à des objets concrets.
  • Le quatrième principe interroge l’ancrage d’une analyse des temporalités du Web dans les paradigmes ou axes de recherche en information-communication. Dans quels paradigmes ou axes de recherche, structurant la discipline, l’analyse des temporalités du Web peut-elle s’inscrire ?

3Le passage d’un objet abstrait, le temps, à des objets concrets, les temporalités, sera complété par la proposition d’une « grammaire des temporalités », à partir de l’héritage sociologique de William Grossin. Puis les questions méthodologiques et épistémologiques liées au web seront précisées afin d’intégrer ces approches en SIC.

Du temps aux temporalités du Web

  • 3 À noter que ce texte a été publié une première fois sous la forme d’un article dans le n°  (...)

4Dans ce chapitre, l’acception principale du concept de temporalités est fournie par Claude Dubar qui le distingue du « temps philosophique ». La notion de temporalités peut être définie « soit abstraitement comme formes diverses d’agencement du passé, du présent et de l’avenir, soit concrètement comme modes d’organisation temporelle des champs sociaux (travail, famille, politique, loisir…) » (Dubar, 2015, p. 52)3. Cette définition des temporalités renvoie donc à la fois aux « moments » du temps (passé, présent, avenir) et aux « domaines » de structuration du temps (travail, famille, politique, loisir, etc.) (Dubar et Rolle, 2008). En s’intéressant aux temporalités, il s’agit comme le souligne ce chercheur de passer d’un objet abstrait de réflexion philosophique, le temps, à un ensemble d’objets scientifiques concrets, quantitatifs et qualitatifs, différenciés selon des échelles et des significations déterminées, les temporalités. Les temporalités peuvent donc également être appréhendées à travers les « échelles » de temps (courte/ moyenne/longue durée) et les significations associées à la gestion du temps (maîtrisé, planifié, aléas, imprévus, etc.). En avançant cette distinction fondamentale entre le temps philosophique et les temporalités sociales, il ne s’agit pas de rejeter toute conception philosophique en relation avec les temporalités, mais démarrer une recherche portant sur un tel objet ou intégrant cette clé d’analyse, par un détour philosophique sans formation préalable ou acquis antérieur, met au risque de se noyer dans cet océan qui semble infini.

5De cette définition des temporalités il est possible de tirer un premier apport essentiel pour l’analyse des temporalités du Web. Différents niveaux d’analyse des temporalités ou « échelles de temps » doivent être pris en compte, permettant de mettre en avant les conflits et les articulations temporels qui se négocient lors des usages.

  • 4 Pour des analyses riches du concept de rythme, voir la plateforme http://rhuthmos.eu/

6Prenons l’exemple des pratiques de communication professionnelle sur le Web (Domenget et Millette, 2017). Une analyse sociotechnique de la temporalité du Web conduit à la qualifier de temporalité accélérée, renvoyant à un idéal communicationnel d’instantanéité des échanges et un modèle technique basé sur le temps réel. En effet, les normes de réactivité auxquelles la présence en ligne doit se conformer construisent un cadre de référence dans lequel l’urgence et l’anticipation apparaissent comme des nécessités extérieures qui « font autorité » (Carayol, 2006). Pour palier aux risques liés à de telles contraintes, des processus de gestion stratégiques sont mis en place, dont les cycles constituent autant de cadres temporels. Cette temporalité planifiée du Web rentre en tension d’un côté avec la culture temporelle marquée par l’urgence (Aubert, 2003) et de l’autre avec la durée dans laquelle s’inscrit la construction de relations. La focalisation sur l’instant, au détriment du temps long n’est bien sûr pas spécifique au web et touche de nombreux champs des sociétés de la modernité tardive ou de l’hypermodernité. « L’immédiateté communicationnelle » (Jauréguiberry, 2014) traduit un « malaise dans la temporalité », une difficulté à nous envisager dans la durée, à nous inscrire dans la trame d’un temps collectif (Zawadzki, 2002). Elle renvoie également à la dénonciation d’un « présentisme » (Hartog, 2003), symbolisant la restriction de l’horizon temporel sur le court terme. Au niveau individuel, ce type d’analyse se traduit par les dénonciations de la montée de la pression temporelle, du stress dans les activités liées au travail et du non-respect des rythmes4, notamment biologiques.

7L’analyse des temporalités du Web est par ailleurs favorisée par l’apport d’un autre auteur majeur de ce domaine, William Grossin, à travers la recension d’un vocabulaire et la proposition d’une « grammaire des temporalités ».

Une « grammaire » pour analyser les temporalités du web

8Ce point souhaite reprendre la proposition de Michel Lallement (2008) de construire une « grammaire des temporalités », à partir de l’héritage sociologique de Grossin (1996), pour analyser les temporalités du Web. Le vocabulaire des temps peut être précisé, à partir de valeurs ou de qualificatifs divers, et en intégrant quatre notions : le cadre temporel, le milieu temporel, les cultures temporelles et l’équation temporelle personnelle.

Le vocabulaire des temps

  • 5 Voir les trente-deux couples de qualificatifs dans une traduction française (Grossin, 1996 (...)

9Le vocabulaire usuel consacré aux temps s’élargit au fur et à mesure que l’intérêt grandit pour les questions temporelles. Dans son livre, Grossin souligne deux évolutions importantes : l’association de plus en plus précise entre temps et valeurs d’un côté, le choix d’adjectifs connotant l’attitude à l’égard « du » temps de l’autre. Le couple « temps et valeurs » a notamment été étudié par Giovanni Gasparini (1994), lequel a dressé un tableau des qualités des temps comprenant trente-deux couples antinomiques5. Ainsi, le temps peut être qualitatif/quantitatif, cyclique/linéaire, éphémère/ durable, lent/rapide, individuel/collectif, libre-libéré-pour soi/construit-obligé-aliéné, choisi/subi, plein/vide, etc. Une deuxième piste de précision concerne le choix d’adjectifs connotant l’attitude à l’égard « du » temps. Les temps peuvent recevoir des connotations positives (agréable, intéressant, épanouissant, amical, etc.) mais aussi négatives (désagréable, inintéressant, abêtissant, impersonnel, etc.) (Ramos, 1994). Ainsi, le profil des temporalités du Web est construit, éphémère et durable, rapide, collectif, subi, ouvert, riche (de contenu), intense, dense et concentré, etc. Celles-ci peuvent être perçues comme variées, agréables, utiles mais aussi inorganisées, insatisfaisantes, etc. Ces valeurs et ces qualificatifs permettent de préciser les temps particuliers que l’on étudie. Ils sont complétés par une syntaxe comprenant différentes notions.

La notion de cadre temporel

10La notion de cadre temporel présente de nombreuses caractéristiques (rigidité, restriction, fermeture, coercition, régularité etc.). Elle permet de rendre compte de la multiplicité des constructions temporelles autour de l’horloge et de la variété des assemblages possibles. Car « les cadres temporels sont divers. Ils peuvent être naturels ou construits, personnels ou collectifs, actifs ou passifs, intangibles ou labiles, structurés ou non, hebdomadaires ou quotidien » (Lallement, 2008). Comme nous l’avons vu dans l’exemple de la communication professionnelle sur le Web, les cadres temporels du Web sont construits à partir de normes cherchant à planifier les relations. Ils sont à visée personnelle, mais de plus basés sur des instruments de mesure (par exemple les tableaux de bord d’activités proposés par de nombreux services en ligne) qui orientent les activités en ligne. Ils sont plutôt labiles (horaire variable de connexion) et non structurés (facilité à passer d’une tâche précise à une exploration (Auray, 2016), par définition aléatoire). Les configurations de ces cadres temporels se révèlent également très nombreuses, allant de l’imbrication aux conflits.

La notion de milieu temporel

11La notion de milieu temporel se détache de celle de cadre temporel. « Un milieu temporel est un assemblage de plusieurs temps » (Grossin, 1996, p. 40). Cette notion renvoie à l’idée que certains temps sont incommensurables. Pour avancer dans cette compréhension, Grossin a établi un tableau différenciant les qualificatifs entre cadres temporels et milieux temporels.

Cadres temporels Milieux temporels
Rigides
Imposés
Restreints, unicistes, réducteurs
Fermés. Ils refusent le milieu temporel
Réguliers et réitérés
Imbriqués en configurations
Construits sur des mesures d’horloge
Souples
Libres
Étendus, pluralistes, extensibles
Ouverts. Ils accueillent des cadres temporels
Changeants, modifiables
Associés sans rigueur
Sans rapport étroit avec un ordre chronologique

Tableau n° 1 : Caractéristiques comparées des cadres temporels et des milieux temporels (ibid., p. 44)

12Intégrer la notion de milieu temporel dans son vocabulaire, c’est donc penser à ces assemblages de plusieurs temps qui sont ouverts, souples, changeants, sans rapport étroit avec une idée de mesure, etc. Analyser des situations ou des activités comme étant un milieu temporel permet alors d’être sensible à l’incertitude, aux aléas, aux changements. Là encore la notion d’exploration, analysée par Nicolas Auray permet de comprendre que le Web peut être considéré différemment d’un système de recommandation généralisée (Kembellec, Chartron et Saleh, 2014) dans lequel les grands acteurs du Web tenteraient de l’enfermer. En effet, le Web peut aussi être analysé comme un milieu temporel souple, libre, étendu, changeant, etc.

La notion de cultures temporelles

13Troisième notion, les cultures temporelles sont reconnues depuis longtemps comme étant différentes les unes des autres. Elles façonnent des représentations communes, des manières de faire, de sentir et d’agir qui portent la marque d’un ici (un groupe, une société donnée) et d’un maintenant (une période, une génération) (Grossin, 1996, p. 44-51). Les cultures temporelles sont éminemment variables. Il s’agit d’un ensemble de modèles, normes, valeurs concernant les temps sociaux. Analyser le Web sous l’angle des cultures temporelles, c’est questionner l’unicité de son inscription dans une culture temporelle marquée par « le culte de l’urgence » (Aubert, 2003), l’accélération sociale (Rosa, 2010), l’injonction à une réaction immédiate et des difficultés de gestion du temps. Autrement dit, en reprenant la distinction aujourd’hui classique proposée par Edward T. Hall, entre « temps monochrone » et « temps polychrone » (1984), la temporalité du Web fait-elle uniquement partie de ce premier type de culture temporelle ou intègre-t-elle des caractéristiques du second type, comme l’absence de structuration, la complexité, le caractère distendu, la possibilité de suspensions, etc.?

La notion d’équation temporelle personnelle

14Une dernière notion, appelée équation temporelle personnelle, désigne l’organisation et l’horizon spécifiques des temporalités agencées par une personne singulière. Elle rassemble un ensemble de qualités, dont la gestion temporelle (inorganisation temporelle, passivité/gestion temporelle active et avisée) (Grossin, 1996, p. 121-156). Notons qu’il existe une diversité d’équations temporelles d’une personne à l’autre et des configurations propres à des groupes ou des catégories de personnes qui exercent la même profession ou qui vivent enserrés dans des cadres temporels analogues ou simplement nombreux. Ces notions d’équation temporelle personnelle et de configurations temporelles collectives permettent d’analyser l’hétérogénéité temporelle telle qu’elle est vécue par des individus ou des collectifs. Elle invite à préciser le travail d’articulation temporelle réalisé par les usagers en intégrant la temporalité du Web.

15Fort de ce vocabulaire et de ces quatre notions – les cadres temporels, le milieu temporel, les cultures temporelles, l’équation temporelle personnelle –, il est possible d›analyser les temporalités du Web dans leur pluralité.

Principes méthodologiques

16Parmi les diverses méthodologies d’analyse des temporalités sociales (budget-temps, études statistiques, récits biographiques, etc.), les approches pragmatiques me semblent essentielles afin d’analyser les temporalités du Web et de sortir de discours trop englobants. Un ensemble de repères méthodologiques ont déjà été listés : rendre visible les temps, reconnaître la multiplicité des temps sociaux, analyser scientifiquement les temps par des études empiriques ou encore interroger les conceptions dominantes et idéologiques du temps (Thoemmes et Terssac, 2006). Concernant les temporalités du Web, il est ainsi essentiel de tenir compte de la dimension sociotechnique du Web, en tant que dispositif, et des temporalités associées.

Le web comme dispositif sociotechnique complexe

17Dans son analyse du Web comme dispositif, Laurence Monnoyer-Smith a souligné la nécessité « de bien prendre la mesure des relations de médiations complexes qui contribuent à façonner le Web tout autant qu’elles sont contraintes par lui et d’en tirer des conséquences, tant sur le plan théorique que sur le plan méthodologique, pour qui souhaite interroger les pratiques qui se développent en ligne » (Monnoyer-Smith, 2016, p. 13). Les conséquences qu’un dispositif comme le Web peut avoir sur l’évolution des rapports à soi et des rapports sociaux, sur la formation et la structuration de marchés, sur les formes, les conceptions et les limites de l’espace public, constituent un enjeu important de la recherche. Cette vocation apparaît d’autant plus critique que de nombreux travaux ont démontré la force des idéologies qui sont associées aux dispositifs d’information-communication et qui s’avèrent d’autant plus séduisantes qu’elles portent non seulement un projet technique d’optimisation du monde, mais aussi un projet communicationnel d’amélioration du lien social (Rebillard, 2007 ; Jauréguiberry et Proulx, 2011). Dans cet objectif, il est essentiel de rappeler également qu’un cadre d’analyse complexe a été au cœur du programme de la socio-politique des usages, appelant à ne pas réduire l’explication des usages à un principe unique mais plutôt à prendre constamment en compte « les interrelations complexes entre outil et contexte, offre et utilisation, technique et social » (Vedel, 1994, p. 32).

18En mettant en lumière le caractère actif de l’usager, ses pratiques sociales, les prescriptions inscrites dans l’objet technique, les stratégies des grands acteurs du marché, les perceptions sociales de la technique ou l’aspect processuel de la définition d’une offre en convergence avec les « groupes sociaux pertinents » (Akrich, Latour et Callon, 2006), l’association des travaux menés sur ces questions offre une vision complexe de l’objet de recherche à construire. De même, la complexité des phénomènes socio-techniques rend effectivement délicat de circonscrire le terrain concerné (Jouët et Le Caroff, 2013). L’évolution rapide des dispositifs, désormais prise en compte et exploitée dans leur conception même (Latzko-Toth, 2014), rend suspecte toute tentative de généralisation. Face à ces défis, il s’agit de saisir les nuances du processus de stabilisation des usages, tout en conservant une posture critique. Cette ambition nécessite effectivement de réussir à articuler plusieurs dimensions dont des temporalités différentes (l’immédiat et le long terme), ainsi que des cadres théoriques et méthodologiques hétéroclites (analyse de discours et approches ethnographiques ou sociologiques notamment).

Les temporalités comme construction sociotechnique

19Pour appréhender les temporalités comme un outil d’intelligibilité des phénomènes sociaux analysés, plusieurs chercheurs ont pointé l’intérêt de mettre l’accent sur l’analyse des modalités d’articulation des temporalités, en incluant leur dimension sociotechnique. Cette dernière se concrétise notamment à travers les multiples artefacts de « mesure du temps ». Dans cette lignée, le programme d’étude des articulations temporelles (hétérogénéité temporelle et sa prise en charge dans l’activité de travail) proposé par Caroline Datchary et Gérald Gaglio (2014) permet de questionner, contextualiser, critiquer le large consensus autour de la généralisation de la temporalité de l’urgence (Laïdi, 1999 ; Aubert, 2003) et de l’accélération sociale (Rosa, 2010), en relevant les multiples temporalités en jeu et en analysant les réponses collectives et individuelles à cette hétérogénéité temporelle. « Les temporalités sont donc des constructions socio-techniques qui embrassent conjointement des temps comptés, mesurés, prescrits, équipés par des artefacts, et des temps intersubjectifs, propres à des collectifs ou à des personnes » (Datchary et Gaglio, 2014, p. 10).

20À travers cette définition, les auteurs rappellent qu’au-delà d’une illusoire « maîtrise du temps », l’enjeu fondamental visé par le développement de tous les artefacts de « mesure du temps » reste, dans la perspective de Norbert Elias (1996), d’aider les hommes à s’orienter et à réguler leurs activités. Une fois la focale pointée sur l’articulation des temporalités, il reste « à savoir comment ces divers outils et équipements affectent le temps et la manière dont les personnes le vivent » (Datchary et Gaglio, 2014, p. 4). En suivant ce programme, l’idée est de dépasser l’analyse d’une temporalité technique marquée le plus souvent par l’urgence, l’immédiateté, l’instantanéité, la régularité pour tenir compte également de l’incertitude, de l’inachevé, de l’instabilité, de la fragilité des activités, au travers des négociations temporelles effectuées par les individus et les collectifs.

21Une fois les précautions épistémologiques et théoriques prises, afin d’analyser la complexité du Web et des temporalités en jeu, reste à ancrer cette étude dans les courants de recherche existants.

Un ancrage dans l’analyse des temporalités en information-communication

22Au-delà des Internet Studies (Dutton, 2013), la prise en compte de paradigmes et concepts posés par les recherches sur les temporalités en SIC permet de faire des temporalités un outil d’intelligibilité des phénomènes info-communicationnels analysés.

Cinq paradigmes d’analyse des temporalités en SIC (1995-2010)

23Analysant les ancrages théoriques et les problèmes de méthodes posés par une analyse des temporalités médiatiques en SIC, Luc Jaëcklé (2001) a distingué quatre paradigmes d’analyse :

  • le paradigme narratologique indique que les récits constituent des repères pour le sujet afin de circuler entre présent, passé et futur (Lits, 1995) ;
  • Le paradigme médiologique-technique (on dirait aujourd’hui sociotechnique) met l’accent sur le support et les questions de la durée, de la vitesse, de l’accélération et de la synchronie qui caractérisent un dispositif (Stiegler, 1996 ; Virilio, 1993) ;
  • le paradigme socio-politique aborde notamment les superpositions, oppositions, complémentarités des temps (celui du politique, des communautés, de la société, de la science, des arts, des médias, etc.) (Vitalis, 2000) ;
  • le paradigme socio-cognitif porte sur l’apprentissage des catégories temporelles au travers de gestes, d’échanges, d’interactions s’appuyant sur des croyances et des savoirs, etc. (Perriault, 1998).

24À ces quatre paradigmes concernant les temporalités médiatiques, j’en ajouterai un cinquième développé par la suite :

– le paradigme organisationnel qui s’est concentré dans un premier temps sur les liens entre les figures de l’urgence et la communication (Carayol, 2006), pour ensuite être ouvert à d’autres aspects des temporalités organisationnelles (Carayol et Bouldoires, 2012).

25L’analyse des temporalités du Web peut s’inscrire dans chacun de ces paradigmes et surtout, au croisement de plusieurs d’entre eux. À titre d’exemple, la réflexion de Franck Rebillard sur le concept de configuration sociotechnique (2007) permet d’analyser l’essor d’Internet sur le temps long, en reliant les transformations sociales conjoncturelles à des évolutions sociales historiques plus structurelles et de penser les technologies dans une perspective cumulative (supports se nourrissant des phases antérieures).

Cinq axes de recherche pour analyser le temps, les temporalités et l’information-communication (2010 à nos jours)

26En 2016, le dernier congrès de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication) a eu justement pour thème : « Temps, temporalités et information-communication ». Le questionnement a porté sur l’état d’avancement et le développement de la réflexion sur le temps et les temporalités des phénomènes info-communicationnels, la nécessaire vigilance critique sur les usages du temps et des temporalités dans leurs formes classiques comme dans les dispositifs numériques, ou encore les pistes de recherche ouvertes par les changements dans les rapports aux temporalités liés aux évolutions sociales et techniques. Cinq axes de questionnement ont été retenus – penser le temps et les temporalités : théories et méthodes ; habiter et appréhender le temps par les technologies : dispositifs et usages ; fixer le temps et ses traces : mémoire, récits et oubli ; articuler les temporalités, perdre son temps, le prendre : normes, formes et évolutions ; enfin croiser : ères temporelles, aires culturelles.

27Partant du bilan proposé en conclusion du congrès (Walter, 2016), l’analyse des temporalités du Web peut être poursuivie selon au moins trois pistes de recherche. Une première porte sur les rapports entre une perception du temps à l’échelle des individus et le temps long de l’histoire. En effet, la question de l’articulation des « échelles temporelles » dans l’analyse d’un phénomène info-communicationnel est de nature à orienter le point de vue des chercheurs sur ce qui se joue, entre les moments spécifiques liés à une situation et le temps long des changements sociaux et des évolutions techniques. Une seconde piste concerne l’analyse de la culture temporelle des sociétés de la modernité tardive, sous l’angle de l’accélération. Les chercheurs ne se sont pas limités à cela, bien au contraire, montrant que les rapports au temps se sont complexifiés dans les configurations sociotechniques actuelles. Dans cette analyse de la généalogie d’une transformation sociale aussi forte que celle de l’accélération sociale et de ces conséquences aujourd’hui sur les individus comme sur les relations sociales, une force des SIC est de proposer une réflexion poussée sur les dispositifs et leurs usages, à la fois dans la médiation des temporalités et surtout dans la transformation des conceptions du temps chez les individus. Une dernière piste consiste à renforcer la prise en compte de la dimension culturelle dans l’analyse des temporalités et dans l’interrogation de nos objets de recherche. Oublier qu’elles sont liés à une « ère temporelle » et une « aire culturelle » conduit à sous-estimer par exemple les sources de ralentissement dans le processus d’accélération sociale.

Conclusion

28Les approches temporalistes présentent un certain nombre d’atouts que l’on peut distinguer sous forme de principes pour analyser les temporalités du Web : passer d’un objet abstrait, le temps, à des objets concrets, les temporalités ; s’appuyer sur la richesse notionnelle développée par les études sur les temporalités ; analyser le Web comme un dispositif sociotechnique complexe ou encore en faire un objet d’étude foncièrement interdisciplinaire.

29Ainsi, afin d’éviter l’écueil de l’emprise du court terme dans notre façon de concevoir les temporalités, divers instruments d’enquête pourraient être mobilisés de façon complémentaire dans une approche temporaliste du Web (observation de longue durée, entretien qualitatif, analyse de traces, méthodes hybrides, etc.).

30L’interdisciplinarité est essentielle, à l’opposé du mouvement provoqué par l’institutionnalisation universitaire qui a signifié pour la plupart des disciplines des SHS une spécialisation accrue et une fermeture à l’égard des disciplines voisines. À titre d’exemple, malgré les propositions « pour une science des temps » (Grossin, 1996) et pour une « sociologie du temps » (Pronovost, 1996), les temps ne constituent toujours pas un sous-domaine d’étude de la sociologie contemporaine française (Paradeise, Lorrain et Demazière, 2015). L’analyse des temporalités du Web gagnerait à participer au projet d’animation de la recherche interdisciplinaire sur les temps que mène par exemple la revue Temporalités.

31Un dernier principe complémentaire peut être évoqué. Il relève d’une approche des temporalités selon une démarche écologique ou éthique, défendue également par Grossin. L’écologie temporelle correspond au droit pour les êtres humains au respect des milieux temporels naturels, auxquels nos organismes biologiques se sont adaptés au cours des millénaires (1996). Cette démarche écologique ne concerne pas ici le respect et la protection de l’environnement spatial et de la nature mais bien de l’environnement temporel. Cette ambition collective doit permettre une harmonisation des temporalités multiples, dans le respect des temporalités individuelles. S’inscrivant dans une perspective humaniste et dans la durée, elle constitue la trame d’une nouvelle représentation collective de notre rapport au temps.

Bibliographie

Bibliographie

Akrich Madeleine, Callon Michel et Latour Bernard, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, 2006.

Aubert Nicole, Le Culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Flammarion, 2003.

Auray Nicolas, L’Alerte ou l’enquête. Une sociologie pragmatique du numérique, Paris, Presses des Mines, 2016.

Barats Christine (dir.), Manuel d’analyse du Web en Sciences Humaines et Sociales, Paris, Armand Colin, 2016.

Carayol Valérie (dir.), « Figures de l’urgence et communication », in Communication & organisation, n° 29, 2006.

Carayol Valérie, Bouldoires Alain (dir.), Discordances des temps. Rythmes, temporalités, urgence à l’ère de la globalisation de la communication, Pessac, Presses de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012.

Datchary Caroline, Gaglio Gérald, « Hétérogénéité temporelle et activité de travail. Entre conflits et articulations », in Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 8, n° 1 (« À la recherche du métronome invisible des organisations »), 2014, p. 1-22.

DomengetJean-Claude, Millette Josianne, « Trajectoires et temporalités de la communication professionnelle sur le Web », in E-réputation et influenceurs dans les médias sociaux : nouveaux enjeux pour les organisations, Charest Francine, Alcantara Christophe, Lavigne Alain et Moumouni Charles (dir.), Québec, PUQ, 2017, p. 25-39.

Dubar Claude, « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », in Reconnaissance et temporalités. Une approche info-communicationnelle, Domenget Jean-Claude, Larroche Valérie et Peyrelong Marie-France (dir.), Paris, L’Harmattan, 2015, p. 37-55.

Dubar Claude, Rolle Christine, « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », in Temporalités, n° 8, 2008, htttp ://temporalites.revues.org/57

Dutton William, H (dir.), The Oxford Handbook of Internet Studies, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Élias Norbert, Du temps (traduit de l’allemand par Michèle Dulin), Paris, Fayard, 1996 [1984].

Gasparini Giovanni, La Dimensione sociale del tempo, Milan, Franco Angeli, 1994.

Grossin William, Pour une science des temps, Toulouse, Octarès, 1996.

Hall Edward T., La Danse de la vie. Temps culturel et temps vécu, Paris, Le Seuil, 1984.

Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

Jaëckle Luc, « Le temps comme objet de recherche pour les sciences de l’information et de la communication », in Actes du XIIe Congrès national des sciences de l’information et de la communication, Paris, Édition SFSIC, 2001, p. 241-248.

Jaureguiberry Francis, « La déconnexion aux technologies de communication », in Réseaux, n° 186 (« Déconnexions »), 2014, p. 15-49.

Jaureguiberry Francis et Proulx Serge, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Éditions Érès, 2011.

Jouët Josiane, Le Caroff Coralie, « L’observation ethnographique en ligne », in Barats Christine (dir.), in Manuel d’analyse du Web en Sciences Humaines et Sociales, Paris, Armand Colin, 2016, p. 147-165.

Kembellec Gérald, Chartron Ghislaine, Saleh Imad, Les Moteurs et systèmes de recommandation, Londres, ISTE éditions, 2014.

Laïdi Zaki, La Tyrannie de l’urgence, Montréal, Fides, 1999.

Lallement Michel, « Une antinomie durkheimienne… et au-delà », in Temporalités, n° 8 (« Les temporalités dans les sciences sociales »), 2008, http://temporalites.revues.org/72

Latzko-Toth Guillaume, « La contribution des usagers au développement des médias numériques », in La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Proulx Serge, Garcia José Luis et Heaton Lorna (dir.), Québec, PUQ, 2014, p. 129-141.

Lits Marc (dir.), « Le temps médiatique » in Recherches en communication, n° 3 (« Le temps médiatique »), 1995, http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/issue/view/61

Monnoyer-Smith Laurence, « Le Web comme dispositif. Comment appréhender le complexe ? », in Manuel d’analyse du Web en Sciences Humaines et Sociales, Barats Christine (dir.), Paris, Armand Colin, 2016, p. 11-30.

Paradeise Catherine, Lorrain Dominique et Demaziere Didier (dir.), Les Sociologies françaises. Héritages et perspectives 1960 – 2010, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Perriault Jacques, « Le temps dans la construction des savoirs à l’aide des médias », in Revue européenne des sciences sociales, vol. 36 n° 111 (« Mémoires et savoirs à l’ère de l’information »), 1998, p. 109-118.

Pronovost Gilles, Sociologie du temps, Bruxelles, De Bœck, 1996.

Ramos Jean-Marc, « Temps, mémoire, écritures », in Les Cahiers du cerfee, n° 10, 1994.

Rebillard Franck, Le Web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’Internet, Paris, L’Harmattan, 2007.

Rosa Harmut, Accélération. Pour une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010.

Stiegler Bernard, La Technique et le temps 2. La désorientation, Paris, Galilée, 1996.

Thoemmes Jens, Terssac Gilbert de (dir.), Les Temporalités sociales. Repères méthodologiques, Toulouse, Octarès Éditions, 2006.

Vedel Thierry, « Sociologie des innovations technologiques des usagers. Introduction à une socio-politique des usages », in Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Vitalis André (dir.), Rennes, Éditions Apogée, 1994, p. 13-43.

Virilio Paul, L’Art du moteur, Paris, éd. Galilée, 1993.

Vitalis André, « Temps médiatique et temps politique. L’improbable rencontre », in Médias, temporalités et démocratie, Vitalis André, Tétu Jean-François, Palmer Michael et Castagna Bernard (dir.), Rennes, Apogée, 2000, p. 253-264.

Walter Jacques, « Bilan oral du congrès », XXe Congrès national des sciences de l’information et de la communication (« Temps, temporalités et information-communication »), Metz, université de Lorraine, 10 juin 2016.

Zawadski Paul (dir.), Malaise dans la temporalité, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

Notes

1 http://temporalites.revues.org/534

2 William Grossin précise dans une note (1996, p. 15) que le néologisme « temporalistes » fut suggéré par le psychologue Jean-Marc Ramos en 1984 lors du lancement de la « lettre interdisciplinaire de liaison entre chercheurs attachés à l’étude des temps dans les sciences humaines ». Je l’utilise pour ma part pour englober ce domaine de recherche sur les temporalités.

3 À noter que ce texte a été publié une première fois sous la forme d’un article dans le n° 8 de la revue Temporalités consacrée aux temporalités dans les sciences sociales (2008). https://temporalites.revues.org/137

4 Pour des analyses riches du concept de rythme, voir la plateforme http://rhuthmos.eu/

5 Voir les trente-deux couples de qualificatifs dans une traduction française (Grossin, 1996, p. 251-252).

Auteur

Laboratoire Elliadd, université Bourgogne Franche-Comté. Jean-Claude Domenget est maître de conférences à l’université de Bourgogne Franche-Comté. Membre du laboratoire Elliadd, ses recherches portent sur les usages professionnels des médias socionumériques, l’innovation par les usages, les identités professionnelles numériques, la professionnalisation des communicateurs et les temporalités en information-communication.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search