Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Rythmes et tensions

Web et temporalité religieuse : le temps de la prière chrétienne, un ralentissement numérique ?

David Douyère

Résumé

Les sites web chrétiens catholiques, quand ils sont tournés vers la prière, proposent une rupture temporelle et invitent au ralentissement. Cette étude de la « prière assistée par ordinateur » sur le Web permet de dégager des incitations à des temporalités spécifiques, par des acteurs qui utilisent le Web comme un outil de « nouvelle évangélisation numérique ».

Mots-clé

temps, prière, Internet, liturgie, catholicisme.

Texte intégral

Notre attention portée au rôle du temps dans la consultation de dispositifs numériques dits « de prière » s’est constituée avec un message inséré au début des powerpoints de prière, diaporamas de méditation, conçus par les sœurs bénédictines de l’abbaye Sainte-Marie des Deux Montagnes, au Québec (Douyère 2011 et 2015), qui invitaient en effet à ne pas cliquer trop vite, à entrer dans le temps de la méditation. Il nous a semblé que les sites web de spiritualité chrétienne catholique (Notre-Dame du Web, Une retraite dans la Ville, Rencontrer Jésus, celui du sanctuaire de Lourdes pour les principaux sites français…) effectuaient de la sorte une proposition temporelle spécifique, en contexte chrétien. Ce sont les signes de cette proposition que nous nous proposons de recueillir ici, avant que de les interpréter.

Temps, numérique et religieux

1Trois considérations préalables s’imposent toutefois à l’étude de ces sites et à l’examen de cette proposition d’une offre de temporalité spécifique. La première concerne l’offre de contenu et le temps, la deuxième la temporalisation chrétienne, la troisième l’investissement du numérique par les religions, et le christianisme catholique en particulier.

Le Web et le temps

2Poser trop vite que les sites de prière chrétienne offrent une temporalité spécifique, fondée sur un ralentissement, idéologiquement marqué (s’opposant au rythme de la société post-industrielle, à la pratique de la consommation, etc.), ce serait rejoindre le discours qui les soutient, mais ce serait aussi oublier que toute offre culturelle inclut une temporalité spécifique liée à la lecture, s’il s’agit d’un livre, au déroulement du spectacle, à l’écoute, etc. La promotion de ces activités peut inclure cette incitation au ralentissement (par ex. « le temps de la lecture »). En ligne, la consultation de vidéos pornographiques inclut aussi une temporalité spécifique, celles-ci fussent-elles brèves, ainsi qu’une mise en jeu du corps.

3La spécificité de ces espaces dits de prière serait d’inclure ce discours du ralentissement et de la déconnexion (Frère, 2017), en image et référence au modèle d’un certain type de prière chrétienne, celle des moines du désert et des religieux.

La temporalisation chrétienne

4Le cadre culturel chrétien, comme espace de pratique et de croyance religieuse (puisque la croyance, comme compétence critique, est ici sollicitée) construit une temporalité eschatologique (attente de la venue du Christ à la fin des temps, dans la « parousie ») et rituelle : la liturgie catholique est ainsi structurée en « temps » (l’avent, le temps ordinaire, Noël, le temps pascal…) qui instancient le récit du « salut », soit la visite divine de l’humanité. Cette histoire que la liturgie reprend et raconte serait celle de l’Incarnation (Douyère, 2013) du Christ. La pratique liturgique catholique, si elle est suivie (mais elle l’est peu) est donc une pratique foncièrement temporalisée. À l’intérieur de cette structure liturgique, des pratiques de temporalité spécifique peuvent apparaître : la médiation personnelle (qui reçoit plusieurs noms dans la tradition : oraison, prière…), le retour sur soi de la confession, la retraite, temps de détachement orant, seul et en communauté. De même qu’il joue sur l’articulation sociale, et sa reconfiguration, et l’espace, de même le christianisme joue-t-il sur les temporalités : mémoire, par la célébration eucharistique du repas de Jésus de Nazareth, préfiguration de l’avenir (apocalypse et fin des temps), insertion dans les temporalités ordinaires (actions de charité) ou retrait à l’égard de celles-ci. Parmi ces propositions de rupture temporelle, la prière individuelle constitue un temps spécifique, soit dans l’oraison, structurée et guidée de multiples façons par les différentes traditions spirituelles chrétiennes, soit dans les prières outillées, comme celle du rosaire et du chapelet, articulant des formules à réciter, organisées suivant une narration spécifique, elle-même temporalisée. Il est probable que dans une logique d’imitation (Dula, 2015), les « espaces » de prière numériques reprennent ces dispositifs et leur rapport au temps.

Numérique et religieux

5Enfin, la mobilisation des technologies numériques d’information et de communication par les religions (Douyère, 2016), qui s’inscrit dans la longue histoire de la réquisition par les mouvements religieux de tous les dispositifs matériels pouvant porter une prétention signifiante et dans l’utilisation par ces courants de tous les dispositifs de communication, sans exception (Lagrée, 2000 ; Pinto De Oliveira, 1968), encourage à la fois la diffusion d’images, fixes ou animées, de textes, de séquences sonores, dans une logique d’information religieuse, de partage d’idées, d’échange communautaire, de pratique para-rituelle (Douyère, 2016 (b)). Si des communautés en ligne se développent depuis le début de l’Internet (Campbell, 2013, 2010 et 2010 (b) ; Howard, 2011), le christianisme catholique (et avec lui l’orthodoxie chrétienne, voir Levalois, 2012) privilégie encore la présence humaine comme garante et condition de la sacramentalité : les moments spécifiques de la présence du dieu chrétien qui voient apparaître une « action » supposée de celui-ci sont liés à la présence humaine. L’eucharistie, la pénitence, ou le mariage (mais aussi l’ordre ou la confirmation) ne peuvent être célébrés qu’en présence physique. Les dispositifs numériques religieux, en régime catholique, ne constituent donc pas des sacrements, mais relèvent de la vie de la foi, et sont parfois appelé « sacramentaux ». La prière, la vénération des images peuvent être transposés ou pratiqués en ligne parce qu’ils ne sont pas des sacrements. Enfin, la diffusion de ressources chrétiennes catholiques en ligne constitue un programme explicite des églises locales et une invitation faite par l’Église de Rome, sise au Vatican, et par son évêque, le pape, dans ses messages pour les journées mondiales de la communication sociale, notamment.

Quatre temps de prière numériquement assistée

6Passons donc à l’examen de sites qui déploient une offre de prière en ligne. Nous avons retenu quatre sites, qui apparaissent comme dominants dans le paysage numérique catholique français (Bustarret et Maindreville, 2015) : celui du sanctuaire marial de Lourdes, site catholique le plus fréquenté de France, le site catholique français officiel, Rencontrer Jésus, conçu par la Conférence des évêques de France, celui, très consulté, des dominicains de Lille, Retraite dans la ville et enfin le site de la « famille ignatienne » (sphère jésuite) Notre Dame du Web.

  • 1 Boris Beaude (2014) parle à ce propos du fait d’être là mais ailleurs.

7Quelques mots de la « méthode » et de l’approche développées : consultation des sites repérés comme les plus pertinents et réputés du paysage web catholique français, lecture qui pourrait être qualifiée de « socio-sémiotique » s’il s’agissait par-là de désigner le fait que les signes sont étudiés et la dimension sociale prise en compte. Nous ne nous livrons pas ici à une étude des pratiques, qui nous échappent donc, mais de ce qui s’offre à l’usager, pensé pour lui, avec une attention portée au discours (au lexique) et à la désignation comme à la structuration de l’expérience temporelle, dans le cadre de cette (dés) expérience spatiale qu’est le Web1. Nous portons notre attention aux « objets numériques » proposés par les sites web, et à leur prétention énonciative (Jeanneret, 2014). Nous savons en effet que la « méditation » et la « prière », en tant qu’elles recouvrent une expérience sensorielle, affective et cognitive, portée par le langage et la régulation d’états corporels, d’ouverture d’un « espace intérieur » en supposé dialogue avec la divinité, et qui la construit ce faisant, se trouvent structurées par des dispositifs « spirituels » conçus par les agents religieux (Douyère, 2014 ; Catellani, 2014). Ces dispositifs, longtemps conçus autour d’objets (crucifix, icônes, chemins de croix, images de la vierge, chapelets, voir Certeau, 1987) et de supports imprimés (organisation par étapes de la méditation, image) se trouvent aujourd’hui en partie transposés sur le Web (Douyère, 2014). L’idée d’une inscription de ces dispositifs oro-scripto-visuels numériques dans une continuité historique est donc présente dans cette approche, quand bien même elle sera peu visible ici. Enfin, notre approche se veut compréhensive, et interprétative, en ce qu’elle s’efforce de comprendre et de restituer la dimension spirituelle et théologique de ces appareils, sans les qualifier a priori comme des dispositifs de prorogation ou de masquage idéologique, ce qu’ils sont également. Enfin, nous ne sommes pas en mesure d’étudier la dimension psychologique (ce que signifie se recueillir face à un site web, comment cela prend place dans la vie des personnes, en quoi cela consiste, quelle pause cela opère, quel processus menant à tenir le langage pour réel et à réaliser l’affect dans un imaginaire cela implique). Nous nous tenons donc à cette lisière de la psychopathologie du religieux, sans y pénétrer. Ceci posé, prenons le temps de nous engager dans la proposition de prière portée par ces sites.

Notre-Dame de Lourdes : le temps du rosaire

  • 2 http://fr.lourdes-france.org/prier/chapelet/prier-le-rosaire
  • 3 http://fr.lourdes-france.org/prier/chapelet
  • 4 Par ex. http://fr.lourdes-france.org/tv-lourdes/?yid=qy9yyp6XaV4

8Le site web du sanctuaire Notre-Dame de Lourdes, pièce d’un vaste dispositif multimédia étudié par Paul Bernadou (2016, 2015) n’inscrit pas nommément l’idée d’une temporalité ou d’un ralentissement dans la prière ou la méditation. Cependant son inscription temporelle est très marquée. Il propose en effet avant tout une webcam de la grotte de Lourdes, et la possibilité de suivre « en direct » la récitation du chapelet (rosaire) : « Vous pouvez vous associer quotidiennement à la prière du rosaire médité en direct de la Grotte de Massabielle2 ». La temporalité, outre celle du direct et du « temps réel », est alors celle des heures du chapelet (15h, 18h, 21h durant les pèlerinages), et de la durée de la récitation des mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux, qui, alternant la récitation de « Notre-Père » et de « Je vous salue Marie », dans la répétition (autre dimension temporelle), permettent de revisiter le parcours de la vie de la Vierge Marie et de rappeler l’incarnation temporelle du dieu chrétien en la personne de Jésus de Nazareth. Cette prière aurait été en son temps celle de Bernadette Soubirous (« Comme Bernadette à la Grotte, prendre son chapelet à la main et prier3. »), qui aurait fait face à cette apparition, historicisant la relation orante au divin, en un geste mémoriel. La séquence du chapelet dure environ, d’après les vidéos qui la captent en différé (rubrique TV Lourdes / vidéos à la demande), 40 minutes4.

  • 5 http://fr.lourdes-france.org/prier/neuvaines/neuvaine-a-notre-dame-du-bon-retour
  • 6 http://fr.lourdes-france.org/tv-lourdes/
  • 7 http://fr.lourdes-france.org/intention-de-priere-a-la-grotte
  • 8 http://fr.lourdes-france.org/prier
  • 9 http://fr.lourdes-france.org/prier/adoration-eucharistique

9Dans la rubrique « Prier » du site du sanctuaire marial, la proposition de neuvaines inclut également une dimension temporelle : celle d’une prière réitérée neuf jours, consécutifs ou non, en lien éventuellement avec une date de célébration rituelle de la Vierge Marie (11 février, fête de Notre Dame de Lourdes ; 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception), ou au retour d’un pèlerinage (« Neuvaine du retour » qui relient « les jours qui suivent » le pèlerinage au « maintenant »5). Par ailleurs, suivre les processions en ligne, ou une eucharistie, suppose de s’inscrire dans la temporalité proposée par le programme déroulant figurant en pavé en colonne de droite du site6. La possibilité de déposer un cierge en ligne, comme dans de nombreux sanctuaires catholiques dans le monde, n’indique pas la durée de consumation de celui-ci, mais seulement son poids. Il faut noter d’ailleurs que cet acte peut figurer comme une délégation temporelle, la consomption du cierge portant « plus longtemps » la prière que ne le ferait l’orant, suivant l’indication souvent présente dans les églises catholiques françaises, en une délégation matérielle de la prière. Enfin, une temporalité spécifique apparaît dans la page consacrée au dépôt d’intentions de prière : « Pour acheminer vos intentions de prière à la Grotte de Massabielle, vous pouvez : téléphoner au : 0 892 46 00 12 (34 centimes la minute)7 ». La seule rubrique du site qui indique donc un ralentissement temporel dans la prière est celle consacrée à l’adoration eucharistique (dite également « du Saint-Sacrement ») : « Prendre un temps d’adoration », qui constitue « Une pause dans l’effervescence de Lourdes, un temps de cœur à cœur avec Jésus8. ». L’adoration apparaît alors comme un temps ralenti par rapport au temps rituel lui-même, une décélération dans l’espace et le temps liturgique marial. Cette contemplation – outre son sens christologique – prend elle-même un sens eschatologique (annonce de la parousie, « qu’il vienne9 »), indique le site. Elle n’est proposée semble-t-il qu’au sanctuaire pyrénéen, et non sur son site web. La temporalité de la prière proposée sur le site Notre-Dame de Lourdes est donc celle du sanctuaire, et invite à le rejoindre, à s’y coordonner, notamment par l’ajusteur temporel et le pont spatial que constitue la webcam, qui permet d’« être ensemble », devant la grotte, au même moment, dans la prolongation de la logique spéculaire portée par le site des apparitions mariales (Douyère et Catellani, 2016), et par l’indicateur que constitue le programme. Le menu « Horaires » apparaît en effet dès la page d’accueil du site. Le site, enfin, en matière de temporalité, propose constamment une référence à Bernadette Soubirous en un mouvement d’historicisation enracinée, de mémoire et de renvoi à l’expérience fondatrice, que l’orant est invité à s’approprier.

Rencontrer Jésus : le temps d’une vie

  • 10 http://jesus.catholique.fr/

10Sur le site Rencontrer Jésus10 voulu par la Conférence des évêques de France, créé pour présenter une dimension « spirituelle » de la foi catholique, et non seulement les horaires de célébration et les textes de l’Église de France (Laby, 2015), la dimension temporelle n’apparaît aucunement. De nombreux témoignages de « la rencontre avec Jésus » (qui certes construisent une temporalité, en articulant « l’avant » à la rencontre divine ainsi narrée), et des textes de prière apparaissent, sans que la méditation soit réellement guidée autrement que par les éléments de ces mosaïques de ressources. Nous n’avons pas, ici, de temporalité spécifique de l’oraison numériquement assistée. On peut seulement noter que le croisement de ressources thématisées « prend du temps » et que le site consomme médiatiquement le temps du « curieux » de Jésus, comme le fait une liturgie (pendant ce temps-là, on n’est pas ailleurs).

Une retraite dans la ville : « s’arrêter »

  • 11 http://www.retraitedanslaville.org/
  • 12 La sociologue Isabelle Jonveaux (2007 et 2013) a étudié ce site conçu en 2003, développé e (...)
  • 13 http://careme.retraitedanslaville.org/
  • 14 http://psaume.retraitedanslaville.org/
  • 15 http://dimanche.retraitedanslaville.org/
  • 16 http://dimanche.retraitedanslaville.org/

11Le « portail » web Retraite dans la ville11, animé par les Dominicains de la Province de France situés à Lille12, place ses propositions de prières et de méditations temporalisées et inscrites dans la liturgie chrétienne catholique (avent, carême, temps liturgiques qui précèdent Noël et Pâques) sous l’égide de slogans qui invitent à « prendre le temps » : « S’arrêter, prendre le temps13 », proclame le site Carême dans la ville, « S’arrêter, vivre une attente », indique Avent dans la ville. D’autres sous-sites de ce portail catholique reprennent ce type de slogan, avec un marquage plus spatial que temporel, mais à probable signification temporelle : « S’arrêter, goûter une parole14 » (Psaume dans la ville), « S’arrêter, écouter la parole15 » (Dimanche dans la ville). « Bienvenue sur le site Dimanche dans la ville. Le site Dimanche dans la ville, créé par les frères dominicains de Lille et de la Province Dominicaine de France, vous propose de vous arrêter et de goûter la Parole de Dieu, à travers les lectures des messes de chaque dimanche16 », indique ce site.

  • 17 http://avent.retraitedanslaville.org/#sthash.bftQ4Ppk.dpuf

12Hormis ces accroches liminaires, portiques d’une temporalisation ralentie, et leurs rares développements, les sites du portail dominicain ne portent pas d’inscription temporelle spécifique, autre que celle de la liturgie chrétienne, que soutient la proposition numérique. C’est le travail du serveur à destination des terminaux mobiles et adresses de courriel qui est cadencé et proprement temporel, puisque psaumes, médiations, commentaires bibliques, prédications se trouvent envoyés vers les usagers inscrits, quotidiennement, durant le temps de l’avent ou du carême, et construisent donc un usage temporalisé. Ainsi une fenêtre pop-up propose-t-elle : « Vous inscrire à Avent dans la Ville vous permet de recevoir chaque jour du 28 novembre au 25 décembre 2015 dans votre boîte mail les méditations quotidiennes et les icônes vous permettant d’écouter le temps de prière et d’accéder aux autres rubriques du site. »17. La temporalisation réside donc dans la fragmentation quotidienne et la pratique « spirituelle » de l’usager, rythmée et soutenue par ces envois. S’y développe une distribution répétitive fragmentée et progressive qui construit l’individualisation du temps liturgique, analogue aux livres de prière monastiques ou ecclésiastiques (La Liturgie des Heures, l’ancien « bréviaire ») ou aux missels de poche mensuels et jetables (Magnificat, Prions en l’Église), offrant les textes de la messe du jour et des prières, qui alimentent textuellement la pratique fidèle. Ceci est également analogue, au-delà de ces supports imprimés qui opèrent une distribution analogique du flux de parole ecclésial, à l’organisation liturgique chrétienne et catholique elle-même, qui distribue en jours, fêtes, mois et années la lecture des textes bibliques et le recensement du « mystère » chrétien, soit la Résurrection, la divinité du Christ et la venue du « Royaume de Dieu », qu’annoncent, selon les interprétants, ces textes. La distribution réitérée des paroles annonce la fin des temps, suivant le modèle chrétien, et la construit discursivement.

  • 18 http://weekend.retraitedanslaville.org/
  • 19 https://retraitedanslaville.iraiser.eu/b/mon-don

13La section « Retraite au couvent », qui propose un hébergement et une venue au couvent des dominicains de Lille, est plus explicite sur la dimension temporelle, prenant acte de la faible offre temporelle apaisante du site, en terme de ralentissement orant : « Besoin de souffler plus que cinq minutes ? Envie d’une pause ailleurs que derrière votre ordinateur ? […] Les frères dominicains de Lille vous accueillent le temps d’un weekend. Une pause pour écouter et vivre la Parole de Dieu, à l’école des prédicateurs de Retraite dans la Ville. Un temps pour méditer et se reposer à l’écart, porté par notre communauté. »18. Enfin, dernière trace d’inscription de la temporalité sur le portail Retraite dans la ville : la date d’expiration de la carte bancaire19, dans la section invitant aux dons.

Notre-Dame du Web : « prendre le temps »

  • 20 « La spiritualité ignatienne propose une manière de prier qui se décompose facilement en p (...)
  • 21 http://www.ndweb.org/prier-en-7-etapes/
  • 22 http://www.ndweb.org/prier-en-7-etapes/
  • 23 http://www.ndweb.org/prier-en-7-etapes/
  • 24 Car « Quand est venu le temps de se séparer, je ne laisse pas mon ami, mon amie partir san (...)

14La spiritualité jésuite (ignatienne) proposée par le site Notre-Dame du Web, créé en 2000 (Cattelani, 2015, 2014 et 2014 (b)), est fondée sur la progressivité et une structuration par étapes20. Le site insiste, dans son guide de la prière « en sept étapes », et à de multiples endroits (prière à partir d’œuvres d’art, de textes spirituels, de « kits spirituels »…), sur la nécessité de « prendre son temps », qui revient comme une antienne. Une véritable conduite du temps apparaît, qui conditionne la prière : « Je fixe l’heure et le jour du rendez-vous. Je décide de la durée à cocher sur mon agenda, 10 minutes, 20, 30 ? 60 ? » (1, se préparer)21, « je prends également le temps d’accueillir Dieu et de me laisser accueillir par lui. » (2, accueillir)22, « Avant de me mettre à l’écoute du Seigneur, je prends le temps de lui demander ce que je veux. » (3, demander)23. Sur le modèle des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, le temps est aussi celui de la visualisation des lieux des scènes évangéliques (« je prends du temps pour regarder où se passe la scène, quels sont les personnages et ce qu’ils font, j’écoute ce qu’ils disent. »). Même chose avec l’image non plus mentale mais aussi physique que constitue l’œuvre d’art contemplée (« je prends du temps pour la contempler, m’y plonger, la laisser produire des “choses” en moi… »). Le temps est enfin celui de l’adieu, de la clôture du colloque divin24 : « dans la prière je ne quitte pas le lieu de la rencontre avec Dieu sans prendre le temps de lui dire ce qui a été important pour moi dans ce moment de partage. Je reprends donc la parole après avoir laissé Dieu me parler. Et quelques minutes avant le terme de la durée que je m’étais fixée (10, 20, 30 minutes ou plus), je lui dis avec simplicité ce qui m’habite, et le lui confie… ». La mémoire de ce qui s’est passé « avec lui » sera enfin à conserver dans le souvenir. Le temps semble ainsi le moteur de la méditation et de la rencontre du dieu chrétien, dans une école spirituelle fondée sur l’expérience et la progressivité. Il faut noter que ce temps n’est pas celui du site, mais celui conseillé à l’internaute orant.

  • 25 http://www.ndweb.org/prier-a-partir-de/un-ecrit-spirituel/
  • 26 http://www.ndweb.org/retraites-en-ligne/les-kits/
  • 27 http://www.ndweb.org/retraites-en-ligne/retraite-premiers-pas/
  • 28 http://www.ndweb.org/inscriptions/
  • 29 http://www.ndweb.org/la-spiritualite-ignatienne/recit-du-pelerin/

15Pour la méditation à partir de textes, c’est le temps de la lecture qui se voit regardé, en une invitation à la lenteur : « Un écrit spirituel est comme l’écho que provoquent l’écoute et la prière de la Parole de Dieu dans la vie d’une femme ou d’un homme. Il se lit en prenant son temps, en dégustant chacune des phrases, en savourant l’expérience de Dieu dont il témoigne25. » Ailleurs, le temps auquel l’internaute est convié est celui de la relecture (« Participer à la prière continue ») : « prendre le temps de relire ce que l’on a écrit ». D’autres prescriptions temporelles apparaissent systématiquement sur le site : le moment (« quand ? ») et la durée (par ex : « 15 min26. »). Il apparaît ainsi que la méditation chrétienne, est, ici, la maîtrise du temps : le laisser vous enclore. Le dieu chrétien se manifeste dans le temps, pour peu qu’on lui demande d’apparaître. Le temps sert ici l’infusion langagière et discursive, il confère du poids à la méditation des images et des textes. Le temps, c’est aussi, bien entendu, le temps liturgique, et le site, à l’instar de Retraite dans la ville, propose des retraites de l’avent et de carême. Les « cyber-retraites » en ligne proposées sont naturellement configurées autour d’un rythme précis : « Pédagogie : Deux fois par semaine, durant trois semaines, seront proposés [...]27 ». Des calendriers de retraite en ligne, par degré, sont donnés sur le site28. Enfin, une page, en construction (« Récits du pèlerin »), invite à « la patience29 ».

Interprétation et conclusion

  • 30 Nous avons étudié ces matrices et leur visibilité numérique dans Douyère et Catellani, 201 (...)

16Comment comprendre ces énoncés, et la temporalisation de ces propositions spirituelles ? Globalement la dimension temporelle est donc présente de façon fort différente sur ces sites catholiques. Elle apparaît de façon liminaire, ou pas du tout, sur certains. La connexion avec le temps liturgique paraît en revanche presque toujours forte. Parfois, le site, quand il est lié à un sanctuaire majeur, renvoie à la temporalité de celui-ci, quand d’autres sites (Retraite dans la ville) construisent une temporalité autonome, si l’on peut dire. Une spiritualité fortement temporalisée, fondée sur la progressivité, place le temps au premier plan, celui de conducteur indispensable. Les spiritualités qui orientent ces sites (sanctuaire marial, spiritualité dominicaine, ignacienne, catholique « officielle » et généraliste), soit les différentes matrices culturelles30 chrétiennes catholiques, déterminent des rapports au temps différenciés.

17L’invitation au ralentissement, l’inscription d’une temporalité spécifique est, hormis une approche, progressive plus qu’interruptive (le temps est l’outil), peu présente sur ces sites, contrairement à notre hypothèse de départ. Une étude des pratiques de consultation des sites ou des contenus numériques acheminés par les serveurs vers les terminaux nomades permettrait de saisir si les temporalités de la pratique s’inscrivent dans un « ralentissement », mais c’est probable.

18La dilatation ou l’espacement du temps par la proposition d’une expérience intérieure langagière et visuelle menée « en société », figurée par le site web et ses connexions, constitue l’offre de ces sites chrétiens catholiques, qui s’inscrivent donc dans la proposition émotionnelle-cognitive qu’effectue cette religion : expérience de la joie, de l’amour, de la déconnexion temporelle, de la faute, jadis (ces expériences se trouvant régulièrement requalifiées ou renouvelées au fur et à mesure que la tradition se constitue d’une relecture différenciée des textes), du sentiment d’attention portée à autrui, de la charité, comme un « déplacement de l’expérience ».

  • 31 Sensation décrite à titre générique par Bratosin, Tudor et Coman, 2010.

19Le web est donc un dispositif matériel qui, dans la lignée de l’appareillage matériel (Meyer, 2006) et technique (Stolow, 2012) développé par les religions pour constituer une expérience, un cadre sémiotique et une mise en relation, reprenant ces signes et les transposant numériquement, provoque une sensation religieuse31. Il peut induire un sentiment de ralentissement temporel, et de mise en relation « avec soi » et le dieu chrétien, par la médiation du langage, de la voix, de la musique et de l’image, opportunément appareillés, qui permettent de penser, de croire, un temps, que tout cela a un sens, est le sens.

Bibliographie

Bibliographie

Beaude Boris, Les Fins d’Internet, Paris, Fyp, 2014.

Bernadou Paul, « Numérique et pèlerinage à Lourdes : expériences, remarques anthropologiques, mutation de l’espace public ? », in Religions, laïcités et sociétés au tournant des humanités numériques Bratosin Stefan, Tudor Mihaela-Alexandra (dir.), actes du colloque ComSymbol, s.l., Iarsic, 2016, p. 56-79.

Bernadou Paul et Guinle-Lorinet Sylvie, « Une webcam à la grotte : le sanctuaire marial de Lourdes et l’introduction des TNIC », in Tic & société, vol. 9, n° 1-2, 2015, http://ticetsociete.revues.org/1880.

Bratosin Stefan, Tudor Mihaela-Alexandra et Coman Iacob, « La pratique du sacré dans le world wide web : une expérience innovante de la norme », in Sciences de la société, n° 81, 2010, p. 121-134, http://sds.revues.org/875.

Bustarret Marie-Caroline et Maindreville Rémi de [propos recueillis par], « Une Église aux multiples visages, table-ronde », in Christus, n° 248 (« La Conversion numérique, Au-delà de la connexion »), 2015, p. 450-458.

Campbell Heidi A. (dir.), Digital Religion, Understanding Religious Practice in New Media Worlds, New York, Routledge, 2013.

Campbell Heidi A., When Religion Meets New Media, New York, Routledge, 2010.

Campbell Heidi A., Exploring Religious Community Online, We are One in the Network [2005], New York, Peter Lang, 2010 (b).

Catellani Andrea, « Images électroniques pour la prière : sémiotique et archéologie du site “Notre Dame du Web” », in LambertFrédéric (dir.), Prières et Propagandes. Études sur la prière dans les arènes publiques. Suivi du livre I de La Prière de Marcel Mauss, Paris, Hermann, 2014, p. 331-346.

Catellani Andrea, « Prier en ligne à partir d’images : observations sémiotiques sur le site“Notre Dame du Web” », in Mei, Médiation & Information, n° 38, 2014 (b), p. 101-112.

Catellani Andrea, « Pastorale et prière en ligne : le cas de Notre Dame du Web », in Le Religieux sur Internet, Duteil-Ogata Fabienne, Jonveaux Isabelle, Kuczynski Liliane et Nizard Sophie (dir.), Paris, afsr, L’Harmattan, « Religions en questions », 2015, p. 203-216.

Certeau Michel de, La Faiblesse de croire, Paris, Éditions du Seuil, 1987.

Douyère David, « La prière assistée par ordinateur », in Médium, n° 27, 2011, p. 140-154.

Douyère David, « L’Incarnation comme communication, ou l’auto-communication de Dieu en régime chrétien », in Questions de communication, n° 23, 2013, p. 31-55.

Douyère David, « L’image de piété chrétienne, objet-support de la croyance ? Communiquer la foi par l’image, de l’imprimé au numérique », in Recherches en communication, n° 38, 2014, p. 29-46.

Douyère David, « Accompagner et susciter la prière à distance : les prières méditatives en diaporamas de l’abbaye bénédictine Sainte-Marie des Deux-Montagnes », in Le Religieux sur Internet, Duteil-Ogata Fabienne, Jonveaux Isabelle, Kuczynski Liliane, Nizard Sophie (dir.), Paris, afsr, L’Harmattan, « Religions en questions », 2015, p. 217-230.

Douyère David, « De la mobilisation de la communication numérique par les religions », in Tic & société, vol. 9, n° 1-2, 2016, http://ticetsociete.revues.org/1822.

Douyère David, « Le christianisme en communication(s) », in Communication & Langages, n° 189, 2016 (b), p. 25-46.

Douyère David et Catellani Andrea, « Lire les spiritualités en ligne ? Lignes & traditions spirituelles de sites catholiques de prière francophones », in Religions, laïcités et sociétés au tournant des humanités numériques, Bratosin Stefan et Tudor Mihaela-Alexandra (dir.), actes du colloque ComSymbol, s.l., Iarsic, 2016, p. 150-172.

Dula Daiana, La Communication géminée, mimesis et médias informatisés, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Normandie Université, Le Havre, école doctorale « Hommes, sociétés, risques, territoires », 29 juin 2015, tome II, 314 p. (dactyl.).

Howard Robert Glenn, Digital Jesus, The Making of a New Christian Fundamentalist Community on the Internet, New York et Londres, New York University Press, 2011.

Jeanneret Yves, Critique de la trivialité, Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Non Standard, 2014.

Jonveaux Isabelle, « Une retraite de Carême sur Internet », in Archives de sciences sociales des religions, n° 139, 2007, p. 157-176.

Jonveaux Isabelle, Dieu en ligne, Expériences et pratiques religieuses sur Internet, Paris, Bayard, 2013.

Laby Renaud, « Église et Internet. Une sociologie des sites web paroissiaux et diocésains », in Études, n° 5, 2015, p. 69-79.

Lagrée Michel, La Bénédiction de Prométhée, Paris, Fayard, 2000.

Levalois Christophe, Prendre soin de l’autre : une vision chrétienne de la communication, Paris, Éditions du Cerf, 2012.

Meyer Birgit et Moors Annelies (dir.), Religion, Media and the Public Sphere, Bloomington, University Press, 2006.

Pinto De Oliveira, Carlos Josaphat, Information et Propagande, responsabilités chrétiennes, Paris, Éditions du Cerf, 1968.

Stolow Jeremy (dir.), Deus in Machina : Religion, Technology, and the Things in Between, New York, Fordham University Press, 2012.

Notes

1 Boris Beaude (2014) parle à ce propos du fait d’être là mais ailleurs.

2 http://fr.lourdes-france.org/prier/chapelet/prier-le-rosaire

3 http://fr.lourdes-france.org/prier/chapelet

4 Par ex. http://fr.lourdes-france.org/tv-lourdes/?yid=qy9yyp6XaV4

5 http://fr.lourdes-france.org/prier/neuvaines/neuvaine-a-notre-dame-du-bon-retour

6 http://fr.lourdes-france.org/tv-lourdes/

7 http://fr.lourdes-france.org/intention-de-priere-a-la-grotte

8 http://fr.lourdes-france.org/prier

9 http://fr.lourdes-france.org/prier/adoration-eucharistique

10 http://jesus.catholique.fr/

11 http://www.retraitedanslaville.org/

12 La sociologue Isabelle Jonveaux (2007 et 2013) a étudié ce site conçu en 2003, développé en 2011, en s’intéressant aux pratiques des usagers.

13 http://careme.retraitedanslaville.org/

14 http://psaume.retraitedanslaville.org/

15 http://dimanche.retraitedanslaville.org/

16 http://dimanche.retraitedanslaville.org/

17 http://avent.retraitedanslaville.org/#sthash.bftQ4Ppk.dpuf

18 http://weekend.retraitedanslaville.org/

19 https://retraitedanslaville.iraiser.eu/b/mon-don

20 « La spiritualité ignatienne propose une manière de prier qui se décompose facilement en plusieurs temps. La pédagogie qu’elle met ainsi en œuvre permet une personnalisation de la relation au Seigneur. Chacun apprend ainsi petit à petit comment le Seigneur lui parle dans son histoire, comment il l’invite à marcher avec lui. », http://www.ndweb.org/comment-prier/. Voir Catellani, 2014.

21 http://www.ndweb.org/prier-en-7-etapes/

22 http://www.ndweb.org/prier-en-7-etapes/

23 http://www.ndweb.org/prier-en-7-etapes/

24 Car « Quand est venu le temps de se séparer, je ne laisse pas mon ami, mon amie partir sans lui avoir dit quelques mots sur notre rencontre, ces mots que l’on dit sur le pas de la porte et qui sont si importants. ».

25 http://www.ndweb.org/prier-a-partir-de/un-ecrit-spirituel/

26 http://www.ndweb.org/retraites-en-ligne/les-kits/

27 http://www.ndweb.org/retraites-en-ligne/retraite-premiers-pas/

28 http://www.ndweb.org/inscriptions/

29 http://www.ndweb.org/la-spiritualite-ignatienne/recit-du-pelerin/

30 Nous avons étudié ces matrices et leur visibilité numérique dans Douyère et Catellani, 2016.

31 Sensation décrite à titre générique par Bratosin, Tudor et Coman, 2010.

Auteur

Université de Tours, Prim. David Douyère est professeur de Sciences de l’information et de la communication à l’iut de Tours et anime l’équipe Prim, Pratiques et ressources de l’information et des médiations à l’Université de Tours. Ses recherches portent sur les dimensions communicationnelles du religieux dans le christianisme catholique. Il a co-fondé le réseau Relicom, « Communication et espaces du religieux ».

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540