Version classiqueVersion mobile

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Traces et mémoires

Temporalités des mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web français (1999-2014) : une histoire entre filiations et recompositions

Sophie Gebeil

Résumé

Le Web contribue au processus de mémorialisation maghrébine tout en l’inscrivant dans des perspectives multiples et parfois contradictoires. La mémoire est alors convoquée pour faire patrimoine, pour lutter contre le racisme, pour faire communauté mais aussi simplement pour prendre la parole dans l’espace public. Dans ces conditions, le processus de mémorialisation en ligne s’inscrit dans des temporalités enchevêtrées, articulant le temps relativement long des luttes militantes immigrées, tout en participant à la présentification de l’histoire, en suivant le rythme de l’actualité politique et du temps commémoratif.

Mots clés

Mémoire, histoire, immigration, temporalités

Texte intégral

L’historiographie des migrations a intégré dans ses questionnements les représentations et les enjeux mémoriels, et ce depuis plusieurs années (Poinsot et Weber, 2014). Pour écrire cette « histoire au second degré » (Nora, 2002), les historiens ont pris pour objet d’étude les productions émanant d’acteurs divers (écrivains, réalisateurs, artistes, militants associatifs, etc.) proposant une mise en récit publique d’un passé perçu, dans le cas de l’immigration, comme stigmatisé (Ribert, 2011).

  • 1 Voir à ce propos le travail de Gérôme Truc (2016) sur l’impact des attentats du 11 septemb (...)

1Dans les années 2000, le Web devient un espace d’expression pour ces mémoires dans un contexte de patrimonialisation marqué notamment par l’ouverture de la Cité nationale pour l’histoire de l’immigration (CNHI) en 2006. La décennie est également ponctuée, sur fonds de menace terroriste1, par de multiples tensions concernant la place de l’islam dans la société française.

  • 2 Les treize dispositifs centraux sont intégrés aux archives du Web conservées dans le cadre (...)

2Dans ce contexte historiographique, social et politique, j’ai souhaité étudier au cours d’un doctorat en histoire contemporaine soutenu en décembre 2015 les modalités selon lesquelles les acteurs mémoriels se saisissaient de la Toile et donnaient à voir leur propre vision du passé (Gebeil, 2015). Pour écrire l’histoire de la fabrique de ces mémoires en ligne de 1999 à 2014, les archives du Web français de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) et de la Bibliothèque nationale de France (BnF) ont été mobilisées comme sources historiques, non sans nécessiter un questionnement épistémologique et méthodologique. Le choix a été de construire une histoire qualitative et sociale à partir de treize dispositifs numériques mémoriels2. Cette histoire « pensée par cas » (Passeron et Revel, 2005) visait à passer derrière l’écran pour analyser le temps de la fabrique des dispositifs et les motivations des acteurs.

3À partir de ce corpus, il s’agira ici de mettre en exergue l’enchevêtrement des strates mémorielles et des temporalités qui permet de saisir les reconfigurations à l’œuvre sur la Toile dans les années 2000. Le temps sociotechnique de la Toile, marqué par la migration de contenus pré-Web mais aussi par la création de contenus spécifiques aux temporalités narratives particulières, est ainsi appréhendé au regard des temporalités plus longues des mouvements historiques. Si les héritages propres à l’histoire de l’immigration maghrébine au xxe siècle pèsent sur le paysage mémoriel des années 2000, comme nous le montrerons pour commencer, celui-ci est soumis à de nouvelles dynamiques à l’échelle de la décennie que nous étudierons dans un second temps, avant d’analyser enfin le temps court des commémorations à l’image du 50e anniversaire du 17 octobre 1961 en 2011.

Le paysage mémoriel des années 2000 en prise avec les héritages des luttes immigrées antérieures

La « conversion numérique3 » des mémoires de l’immigration maghrébine de 1999 à 2014

  • 3 Par référence à Doueihi, 2008.

4Dans les années 2000, les acteurs traditionnels de la mémoire que sont les associations et les institutions patrimoniales côtoient en ligne les internautes, les médias de minorité, les blogueurs et les concepteurs de Webdo-cumentaires. Les dispositifs consacrés aux mémoires de l’immigration maghrébine témoignent de l’appropriation pragmatique des outils de publication en ligne par ces acteurs mémoriels anciens et nouveaux.

  • 4 Association Génériques, « Journaux de l’immigration », http://www.generiques.org/journaux_ (...)

5En effet, au début des années 2000, le Web est d’abord un espace de médiation de contenus, parfois confidentiels, créés antérieurement, et qui connaissent une « seconde vie » sur la Toile. C’est par exemple le cas des premières bases de données mises en ligne sur le site de Génériques4 dès 2002 ou du film Reflet d’une mémoire réalisé en 2004 et diffusé sur AnonymalTV.

6Initialement inspirées des formats pré-Web, les productions évoluent toutefois vers des dispositifs hypermédias conçus spécifiquement pour la Toile.

7En plus des productions préexistantes mises en ligne, les acteurs mémoriels créent de nouveaux dispositifs à partir de leurs archives et de leurs témoignages. Au milieu de la décennie, les formats audiovisuels prennent de l’ampleur, à l’image de l’animation « Flash » Deux siècles d’histoire de l’immigration mise en ligne par la CNHI en 2005.

  • 5 Le rapport de préfiguration de 2001 prévoyait déjà une utilisation importante du Web (El Y (...)

8Dans les années suivantes naissent les webTV de Kabyle.com (2006) et OummaTV (2008). Les outils de publication (CMS, blog, médias sociaux) permettent de fabriquer rapidement et à moindre coût une narration du passé. L’émergence de nouveaux types de dispositifs n’efface pas l’usage d’anciens formats se référant à l’édition éducative ou à la muséographie5. Ces dispositifs hétérogènes s’inscrivent dans des registres mémoriels divers, entre exercices de mémoires et usages de l’histoire.

Entre exercices de mémoires et usages de l’histoire

  • 6 MNHI, « Galerie de portraits », http://www.histoireimmigration.fr/index.php?lg=fr&nav=68 (...)
  • 7 Entendu comme étant « le sentiment subjectif, traditionnel et affectif, des participants d (...)
  • 8 Exposition « Générations : un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France », 17  (...)

9Cinq registres caractérisent le paysage mémoriel en ligne de 1999 à 2014. D’abord le 17 octobre 1961, dont il sera question ultérieurement, relève d’une approche douloureuse et traumatique dans laquelle se mêlent les souffrances économiques et sociales rencontrées par les populations maghrébines de France et les mémoires de la guerre d’Algérie en métropole. Au fil de la décennie, cette dimension est également associée aux mémoires « postcoloniales » médiatisées par le Mouvement des Indigènes de la République (MIR). Elles s’opposent aux mémoires de l’enracinement qui mettent en exergue des parcours d’intégration dans la société française et sont davantage portées par la CNHI6. Cette mémoire patrimoniale contraste avec les mémoires culturelles et cultuelles visant davantage à fonder l’identité d’un groupe minoritaire. Les dynamiques de communalisation7 concernent principalement l’essor d’une mémoire musulmane de l’immigration (site Oumma.com) et la valorisation du « patrimoine symbolique » (Dirèche, 1997) berbère dans une perspective diasporique (site Kabyle. com). Au cours de la décennie, émerge également une approche centrée sur l’héritage culturel de l’immigration maghrébine avec pour temps fort l’exposition Générations à la CNHI en 20098. Enfin, les mémoires militantes mettent en évidence le rôle des immigrés dans les luttes sociales en France avec pour point d’orgue le 30ème anniversaire de la Marche pour l’Égalité et contre le racisme en 2013 (Gebeil, 2016). Dans l’ensemble, ces différents registres ne sont pas nés avec le Web mais s’inscrivent dans des filiations sociales et politiques ayant émergé au xxe siècle.

Le « temps long » des mémoires de l’immigration maghrébine

10Qu’il s’agisse d’approches militantes, coloniales ou sociales présentes sur le Web, les filiations sont nombreuses avec les mouvements antérieurs, dont les problématiques se rencontrent et se mélangent d’ailleurs à partir des années 1970.

  • 9 Karlin Daniel, Laine Tony et Ben Jelloun Tahar, La Mal vie, Antenne 2, 26 novembre 1978, c (...)
  • 10 127 rue de la Garenne, le bidonville de la Folie – Nanterre », Laurent Maffre et Thomas Ga (...)

11Bien avant l’immigration familiale, plusieurs romans font état de la misère sociale des travailleurs maghrébins en métropole, à l’image de l’écrivain Driss Chraïbi dans son roman Les Boucs (Chraïbi, 1982) dès 1955 (Gastaut, 2009 : 220-228). À partir des années 1970, les documentaire tels que La mal vie9 accompagnent la publication d’autobiographies en donnant une visibilité aux bidonvilles (Cohen, 2011) et aux espaces de l’univers immigré. On retrouve cette vision sur la Toile des années 2000 dans le webdocumentaire « 127 rue de la Garenne, le bidonville de la Folie, Nanterre10 » (2012).

  • 11 On peut citer ici la première exposition virtuelle consacrée aux Chibanis (2003), l’intégr (...)
  • 12 Association Génériques, Saïd Bouziri, l’humain au cœur de la vie, Paris, Mémoire générique (...)

12Dans les années 1970, les militants ayant eux-mêmes vécu la migration se mobilisent. Cette mémoire des luttes est particulièrement mise en lumière dans les dispositifs en ligne de l’association Génériques dès 199911. Fondée en 1987 par Saïd Bouziri, Driss El-Yazimi et Farid Aïouch avec un objectif mémoriel, l’association s’inscrit conjointement dans l’histoire de la gauche prolétarienne de l’après-guerre et dans celle du mouvement social immigré parisien. Elle est le fruit d’anciens membres du journal associatif Sans Frontière (1979-1985)12 qui rassemblent leurs archives personnelles pour constituer les premiers fonds de Génériques. L’approche mémorielle de l’association est alors caractéristique du « tournant culturel » (Escafre-Dublet, 2014) qui marque la militance immigrée à l’orée des années 1990.

  • 13 Lallaoui Mehdi et Langlois Bernard, Les Massacres de Sétif un certain 8 mai 1945, ADAV, Mé (...)
  • 14 Fondée en 1990, elle rassemble à l’origine : Mehdi Lallaoui (réalisateur et enfant de mani (...)

13Par ailleurs, le mouvement social né dans les années 1970 aborde également la question coloniale, et notamment la Guerre d’Indépendance Algérienne, élément consubstantiel des mémoires de l’immigration maghrébine. Dans son travail sur l’histoire de l’antiracisme en France, Jim House a ainsi montré, comment, dans les années 1970, une génération d’étudiants a rencontré, au contact des militants d’extrême-gauche, les mémoires métropolitaines de la guerre. Cette « mémoire empruntée » est devenue une référence centrale qui a été transmise et réinvestie, au service des luttes sociales immigrées (House, 1997 : 336-340). Si elle n’est pas absente du mouvement « beur », c’est principalement à partir des années 1990 que le besoin de mobiliser les traces du passé colonial s’affirme (Hargreaves, 2011), comme l’illustre le film Le massacre de Sétif13 (1996) de Mehdi Lallaoui, fondateur de l’association « Au nom de la mémoire14 ». Ces mouvements pré-Web rencontrent toutefois sur la Toile des problématiques inédites, propres aux années 2000.

Les dynamiques mémorielles en ligne dans les années 2000

14À l’échelle de la décennie, le paysage mémoriel est impacté par l’émergence de lectures postcoloniales et par les processus de communalisation, sur fonds de patrimonialisation de l’immigration en France.

Le tournant postcolonial de 2005

15L’année 2005 est marquée par l’émergence de la grille de lecture postcoloniale qui lie durablement mémoires de l’immigration maghrébine et mémoires coloniales. Initialement, les postcolonial studies anglo-saxonnes constituent « une approche théorique privilégiant les relations entre colonisateurs et colonisés » (Hargreaves, 2007a), mettant au centre de la démarche le point de vue des colonisés, des « subalterns ».

  • 15 « Nous sommes les Indigènes de la République… », in Oumma.com, janvier 2005, http://oumma. (...)
  • 16 Voir notamment : Oumma.com, « Pascal Blanchard : La fracture coloniale en France est visib (...)
  • 17 Bouchareb Rachid, Indigènes, 2006. Voir notamment Domanico (2007) et Hargreaves (2007b).
  • 18 Association Ancrages, « Contributions », http://ancrages.free.fr/contribution.htm, version (...)
  • 19 Voir par exemple : « Va te faire intégrer », https://vatefaireintegrer.wordpress. com, Arc (...)

16Cependant, le terme postcolonial est principalement utilisé dans le corpus selon un sens différent, principalement porté par le Mouvement des Indigènes de la République (MIR). Dans l’appel15 publié en janvier 2005 sur le site Oumma.com, le MIR dénonce le caractère colonial de la France contemporaine (Bertrand, 2006 : 28). Le mariage entre la République et la colonisation serait la source des inégalités et des discriminations actuelles. Entre 2005 et 2008, Oumma.com accorde une place importante à cette question et relaie notamment la publication de l’ouvrage La fracture coloniale (Blanchard, Bancel et Lemaire, 2005)16. Dans le même temps, sans être lié au MIR, le film Indigènes (2006) vient renforcer la jonction entre mémoires coloniales et immigration17. Il est ainsi cité dans plusieurs dispositifs en ligne dédiés aux mémoires maghrébines18. Plus largement, l’union colonisation/immigration médiatisée en 2005/2006 s’impose comme un registre supplémentaire dans le paysage mémoriel en ligne, non sans anachronisme. Il arrive parfois que les mémoires de l’esclavage à l’époque moderne et celles de l’immigration maghrébine19 soient traitées comme des processus similaires, au prisme des discriminations actuelles dont sont victimes les personnes perçues comme « noires » ou « arabes ». Néanmoins si les initiatives du MIR sont suivies par les acteurs mémoriels, l’enquête orale fait ressortir un regard critique sur la vision ethnicisante et les limites d’une lecture centrée sur l’idée d’un « continuum colonial » (Hargreaves, 2012).

  • 20 « Les musulmans qui font et feront la France ne sont plus des notables à acheter ou des in (...)

17L’année 2005 constitue bien un temps fort de la médiatisation d’une lecture postcoloniale des migrations, mais les archives du Web montrent toutefois que l’idée d’un continuum colonial est antérieure à 2005, notamment sur Oumma.com. Dès février 2003, un texte de Tariq Ramadan dénonce le projet de loi sur l’interdiction du voile à l’école qu’il perçoit comme paternaliste et néo-colonialiste dans le traitement fait aux citoyens musulmans20. Les débats de 2003/2004 apparaissent ainsi comme un moment de jonction entre plusieurs collectifs opposés à la loi, dont plusieurs futurs membres du MIR (Lorcerie, 2005), contribuant également à une lecture religieuse de l’histoire de l’immigration.

Entre communalisation et patrimonialisation

  • 21 « Moi, j’étais un fan de Mohammed Ali et forcément, on faisait le parallèle entre notre si (...)
  • 22 Branine Saïd, « Portrait du cheikh Missoum Abdelmadjid Chaoui », Oumma.com, 27 mai 2000, h (...)

18Dans la première version de Oumma.com (2001-2003), les fondateurs du site rendent hommage aux icônes de la culture de masse musulmanes telles que Malcom X, comme le faisaient déjà les Marcheurs de 198321, mais proposent aussi des biographies d’imams français tels que le « Portrait du cheikh Missoum Abdelmadjid Chaoui22 » (2000).

  • 23 Vidéos de Sadek Sellam sur Oumma. Com et Sellam (2006).
  • 24 Voir notamment le portrait d’Ismaël Hajji dont le récit de vie est principalement centré s (...)

19Dans ce texte, l’identification religieuse supplante le recours à la nationalité d’origine, ici algérienne, principalement convoquée pour rappeler le lieu et le contexte de naissance de l’imam : dans la Wilaya de Médéa en 1958, « en pleine guerre d’Algérie ». Ensuite, le récit met en exergue une intégration réussie par la pratique religieuse. A. Chaoui devient imam dans les Hauts-de-Seine durant les années 1980 où il est « apprécié des jeunes » puis il officie en tant qu’aumônier dans la prison de Nanterre obtenant ainsi un « retour au calme ». L’article met également en évidence les enjeux de temporalités au sein du mouvement social musulman, lui redonnant ainsi son historicité23. En effet, A. Chaoui fonde en 1995 le Collectif Uni des Musulmans de France en 1995. Cette initiative illustre le développement, notamment à l’échelle locale, des associations islamiques depuis les années 1980 (Withol de Wenden et Leveau, 2001). Si la valorisation de parcours d’intégration est un vecteur classique des formes d’expression de l’antiracisme, c’est bien la dimension religieuse qui est ici mise en avant, contrairement aux « Portraits singuliers » visibles sur le site de la CNHI24 dès 2005. Comme sur Oumma.com, ces récits de réussites associent des éléments biographiques et la valorisation du rôle social d’individus au service de leurs concitoyens, mais dans le média musulman, la relation aux autres passe par l’implication religieuse, très peu présente dans les portraits du CNHI. La vision d’Oumma.com s’oppose trait pour trait à la mémoire patrimonialisée du CNHI. La mise en visibilité d’une histoire religieuse de l’immigration apparaît comme un patrimoine alternatif à la vision plus globale du Musée d’Histoire de l’Immigration qui met en avant l’histoire des immigrés en France depuis l’époque moderne selon une approche davantage globalisante. Elle témoigne de la volonté de construire une identité différencialiste qui ne se reconnaît pas dans le processus de patrimonialisation « officiel ».

20L’ensemble des mémoires éparpillées et multiples se rejoint à l’occasion des commémorations, comme ce fut le cas lors du cinquantième anniversaire du 17 octobre 1961 en 2011, célébré par la majorité des acteurs du corpus.

Le temps de l’événement : fabrique commémorative en ligne à travers le17 octobre1961

Deux webdocumentaires commémoratifs dédiés au 17 octobre 1961

  • 25 Raspouteam (collectif), « 17.10.61, un webdoc de Raspouteam », Ina, http://www.ina.fr/medi (...)
  • 26 Olivier Lambert et Thomas Salva, « 17 octobre 1961, La nuit oubliée », in Lemonde. fr, htt (...)
  • 27 Entretien avec Olivier Lambert, 23 juin 2014, Aix-en-Provence, Archive sonore déposée à la (...)
  • 28 Sur les spécificités narratives des deux projets voir Brand, 2016.
  • 29 Entretien avec Olivier Lambert, 23 juin 2014, op. cit. ; Raspouteam (Collectif), Recours a (...)

21En 2011, deux webdocumentaires 17.10.6125 et La Nuit oubliée26 (LNO) donnaient à voir, dans des registres scénographiques distincts, les mémoires de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 (House et Mac Master, 2008 ; Thénault, 2000). 17.10.1961 est réalisé par Raspouteam, un collectif de street art fondé en 2005. LNO a été conçu par Olivier Lambert, diplômé d’un Master de journalisme et Thomas Salva, photographe27. Les deux projets visent à dévoiler un événement considéré comme oublié de la mémoire collective, voire occulté par l’État français28. Il s’agit aussi de mettre en exergue la pluralité des points de vue sur le massacre (celui de l’État, des forces de l’ordre, des manifestants algériens, des témoins oculaires) au moyen de références historiographiques, d’archives et de témoignages. Dans les deux cas, les réalisateurs ne revendiquent pas de légitimité historique particulière. Raspouteam s’inscrit dans une démarche de création artistique, l’histoire étant une source d’inspiration. De même, O. Lambert et T. Salva considèrent leur travail comme une enquête journalistique et rejettent l’idée d’un dispositif pédagogique29.

Temporalités commémoratives à l’ère du Web

  • 30 Principalement des extraits des films Octobre à Paris de Jacques Panijel (1962), Ici on no (...)
  • 31 Raspouteam (Collectif), Recours au numérique et accessibilité de l’histoire dans les espac (...)
  • 32 Collecte effectuée sur la plateforme Kisskissbankbank, https://www.kisskiss-bankbank.com/p (...)
  • 33 Pour Raspouteam : compteTwitter, https://twitter.com/hashtag/17octobre?src=hash, Facebook  (...)
  • 34 Oumma.com, « 19 octobre 1961, témoignage d’un soldat français en Algérie : ici on noit les (...)
  • 35 Compte de l’utilisateur « Jugmez mont » https://www.youtube.com/watch?v=gvpYCwP8dPc. Cette (...)

22Pour « dévoiler » les mémoires de l’événement, ces « écritures interactives » (Collet et Paquienséguy, 2015 ; Papilloud, 2010 ; Broudoux, 2011) s’appuient sur l’écrasement de la distance temporelle séparant le passé du présent. Il s’agit de faire revivre l’événement, notamment en superposant des images actuelles des lieux de la manifestation avec des archives photographiques ou audiovisuelles30 selon plusieurs procédés : calques, fondus, mais aussi QR codes dans les rues de Paris (Raspouteam). Au fil des parcours de narration, le « spectacteur » (Weissberg in Charbonnier, 2016) devient un « témoin en immersion », partie prenante de la manifestation. Invité à réagir, il peut relayer les contenus sur les réseaux socionumériques. L’écrasement des temporalités fait écho avec un temps de fabrication bref. Les deux projets sont construits hors rémunération salariale. Pour 17.10.61 de Raspouteam, la conception s’est faite en trois mois grâce à un « ami développeur » au sein de l’entreprise MRM Paris31. Pour La nuit oubliée, le temps de conception fut plus long, du fait d’une collecte participative32 et d’un suivi de la formation à l’outil W3DOC. Par ailleurs, ces deux dispositifs mettent en exergue les temporalités de la réception, de la circulation et du réemploi des contenus en ligne. Il s’agit d’abord d’un temps cyclique lié à la date anniversaire du 17 octobre 1961 lors de laquelle les auteurs médiatisent les webdocumentaires33. À ce temps contrôlé s’ajoute celui de l’appropriation des dispositifs soumis à des processus de « réingénierie documentaire » (Salaün, 2012). Par exemple, Oumma.com publie le 17 octobre 2014 un article intitulé « témoignage d’un soldat français en Algérie34». La page ne reprend qu’une seule vidéo décontextualisée du webdocumentaire : le récit du personnage Lucien. Présentée comme un témoignage authentique, la vidéo est encapsulée depuis la plateforme Youtube35 dans laquelle deux commentaires d’internautes dénoncent la supercherie.

Filiations mémorielles et continuité des pratiques

  • 36 Le film de l’association « Au nom de la mémoire » n’est pas cité : Lallaoui Mehdi et Denis(...)
  • 37 Simon Abkarian, Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Jean-François Guerlach, Hammou Gr (...)
  • 38 Déclaration de François Hollande du 17 octobre 2012 : « Le 17 octobre 1961, des Algériens (...)
  • 39 Association 17 octobre 1961 : contre l’oubli, http://17octobre1961.free.fr/, consulté le 1 (...)

23Si l’événement est présenté et perçu comme occulté, le 17 octobre 1961 a néanmoins fait l’objet de travaux de recherche et de nombreuses productions culturelles depuis les années 1960 (Thénault, 2000 : 70-76). Deux phases de la mémoire du 17 octobre sont ainsi particulièrement mobilisées dans les deux webdocumentaires : le temps de la marginalisation de l’événement (1961-1968) et celui de sa médiatisation croissante des années 1998- 2011, à l’aune du procès M. Papon/Einaudi et des commémorations de 2001 (House et Mac Master, 2008). En revanche, la « mémoire souterraine » des enfants des manifestants et des militants franco-algériens des années 1980 et 1990 est moins visible36. En outre, malgré des aspects relevant de l’autoproduction, les acteurs audiovisuels et cinématographiques antérieurs au Web sont bien présents qu’il s’agisse du journal Le Monde pour LNO ou de la société Agat Film Production apportant la contribution d’acteurs renommés37. Enfin, si en 2011, la médiatisation importante du 17 octobre 1961 déboucha sur une reconnaissance étatique partielle38, les archives du Web témoignent d’une amplification mémorielle impulsée dès 2001, à l’image du site de l’association « 17 octobre 1961 : contre l’oubli39 ».

Conclusion

24Historiciser les dispositifs numériques mémoriels sur le Web français dans les années 2000 nécessite de replacer ces contenus dans l’épaisseur des temporalités : le temps long de la médiation de ces mémoires depuis la seconde moitié du xxe siècle, le temps de la décennie dans un contexte de patrimonialisation et de défiance vis-à-vis de l’islam et le temps court des commémorations. Les acteurs mémoriels mobilisent en ligne des références issues d’héritages antérieurs multiples qui font l’objet d’une nouvelle interprétation au gré des événements propres aux années 2000. Ainsi les vicissitudes du processus de patrimonialisation de l’immigration se déroulent dans un contexte marqué par des tensions sur la place des mémoires coloniales et de l’islam en France. Face à cette situation, les divers dispositifs mémoriels en ligne rejouent les débats anciens portant sur la place des minorités, entre différencialisme (religieux, ethnique ou culturel) et égalitarisme républicain. L’enchevêtrement des temporalités met ainsi en exergue des ruptures importantes relevant principalement de la diversification des acteurs mémoriels et de l’émergence de lectures alternatives peu visibles dans les médias préexistants (communalisation et postcolonialisme). Dans le même temps, le recours aux productions culturelles pré-Web témoigne des continuités à l’œuvre en contexte de transition numérique, tout en les soumettant à de nouvelles pratiques telles que la réingénierie documentaire comme l’illustre le cas du 17 octobre 1961. Les dispositifs mémoriels constituent dès lors des objets épars que l’internaute peut s’approprier pour construire, à travers sa propre vision du passé, son identité numérique.

Bibliographie

Bibliographie

Bertrand Romain, « La mise en cause(s) du « fait colonial » : retour sur une controverse publique », in Politique africaine, n° 2/102, 2006, DOI : 10.3917/polaf.102.0028, consulté le 15 janvier 2017.

Blanchard Pascal, Bancel Nicolas et Lemaire Sandrine (dir.), La Fracture coloniale : la société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, 2005.

Brand Philippe, « Des nœuds dans le Web : la commémoration du 17 octobre 1961 sur Internet », in Entrelacs, 12, 2016, http://entrelacs.revues.org/1874, consulté le 17 janvier 2017.

Broudoux Evelyne, « Le documentaire élargi au web », in Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 2, 2011, p. 25-42.

Chraïbi Driss, Les Boucs, Paris, Denoël, « Médianes », 1982.

Cohen Muriel, « Les bidonvilles de Nanterre : entre trop plein de mémoire et silences ? », in Diasporas, vol. 17, 2011, p. 17-22.

Cohen Évelyne, La Télévision sur la scène du politique. Un service public pendant les Trente Glorieuses, Institut national de l’Audiovisuel INA, « Mémoires de télévision », 2009.

Collet Laurent, Paquienséguy Françoise, « Imaginaires, techniques et pratiques de l’écriture multimédia interactive : des cd-rom aux e-albums culturels », in Interfaces Numériques. Les éditions du design numérique, 2015, n° 2/4, p. 237-250. http://editions-design-numerique.fr/index.php/page-d-exemple/page-des-parutions/les-numeros-de-2015.

Dirèche Karima, Histoire de l’émigration kabyle en France au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997.

Domanico Cyril, Quand Indigènes fabrique de la mémoire : Pratiques, enjeux et réappropriations mémorielles de notre temps, Master 2 d’Histoire des Mondes Méditerranéens, Européens et Africains, dir. Maryline Crivello, université de Provence, 2011.

Doueihi Milad, La Grande conversion numérique, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

El Yazami Driss et Schwartz Laurent, Rapport pour la création d’un Centre national de l’histoire et des cultures de l’immigration, 2001, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/014000807.pdf, consulté le 10 janvier 2017.

Escafre-Dublet Angéline, Culture et immigration de la question sociale à l’enjeu politique 1958-2007, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2014.

Gastaut Yvan, « Des vies d’immigrés à livre ouvert », in Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France, Paris, Gallimard, Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 2009, p. 220-228.

Gebeil Sophie, La Fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web français de 1999 à 2014, doctorat d’Histoire contemporaine, dir. Maryline Crivello, 2015, Aix-Marseille Université.

Gebeil Sophie, « Les mémoires de la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Dans les archives du Web », in Hommes & Migrations, n° 1/1313, 2016 (n° 1313), p. 115-122, http://www.cairn.info/revue-hommes-et-migrations-2016-1-page-115.htm, consulté le 15 janvier 2017.

Hargreaves Alec G., « De la victoire de la gauche à la percée de l’extrême droite : l’ethnicisation du jeu électoral français », in Histoire@Politique, n° 1/16, 2012, p. 154-165, http://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2012-1-page-154.htm, consulté le 15 janvier 2017.

Hargreaves Alec G., « Chemins de traverse. Vers une reconnaissance de la postcolonialité en France », in Mouvements, n° 3/51, 2007a, p. 24-31. http://www.cairn.info/revue-mouvements-2007-3-page-24.htm, consulté le 15 janvier 2017.

Hargreaves Alec G, « Indigènes : a sign of the times », in REsEaRch in afRican litERatuREs, 2007b, n° 4/38, p. 204-216, https://muse.jhu. edu/article/223023/summary, consulté le 15 janvier 2017.

Hargreaves Alec G., « Traces littéraires des minorités postcoloniales en France », in Mouvements, HS n° 1, 2011, p. 36-44, http://www.cairn.info/revue-mouvements-2011-HS-page-36.htm, consulté le 25 janvier 2017.

House James Robert, Antiracism and antiracist discourse in France from 1900 to the present day, doctorat d’études francophones, université de Leeds, 1997, p. 336-340.

House Jim et Mac Master Neil, Paris, 1961 : les Algériens, la terreur d’Etat et la mémoire, Paris, Tallandier, 2008.

Lorcerie Françoise, « La politisation du voile islamique en 2003-2004 », in La Politisation du voile l’affaire en France, en Europe et dans le monde arabe, Paris, l’Harmattan, 2005, p. 11-36.

Mills-Affif Édouard, Filmer les immigrés : les représentations audiovisuelles de l’immigration à la télévision française, 1960-1986, Paris, De Boeck, « Histoire », 2004.

Nora Pierre, « Pour une histoire au second degré », in Le Débat, n° 5/122, 2002, p. 24-31.

Papilloud Christian, « L’interactivité », in Tic & société, n° 1/4, 2010, http://ticetsociete.revues.org/769, consulté le 17 janvier 2017.

Passeron Jean-Claude, Revel Jacques, Penser par cas, Paris, École des hautes études en sciences sociales, « Enquête », Paris, 2005.

Poinsot Marie, Weber Serge, Migrations et mutations de la société française, Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », 2014.

Ribert Evelyne, « Formes, supports et usages des mémoires des migrations. Mémoires glorieuses, douloureuses, tues », in Migrations Société, n° 137, 2011, p. 59-78, http://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2011-5-page-59.htm, consulté le 10 janvier 2017.

Salaün Jean-Michel. Vu, lu, su : les architectes de l’information face à l’oligopole du Web, Paris, La Découverte, 2012.

Sellam Sadek, La France et ses musulmans. Un siècle de politique musulmane (1895-2005), Paris, Fayard, 2006.

Thénault Sylvie, « Le fantasme du secret d’Etat autour du 17 octobre 1961 », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2000, n° 1/58, p. 70-76.

Truc Gérôme, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris, Presses Universitaires de France, 2016.

Veyrat-Masson Isabelle « Le documentaire à base d’archives au cœur de l’histoire à la télévision », in e-dossier de l’audiovisuel : l’extension des usages de l’archive audiovisuelle, Ina, 2014, http://www.ina-expert.com/e-dossiers-de-l-audiovisuel/le-documentaire-a-base-darchives-au-c-ur-de-l-histoire-a-la-television.html, consulté le 15 janvier 2017.

Weber Max, Chavy Jacques et De Dampierre Éric, Paris, Plon, 1971, cité par Mesini Béatrice, « Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ? », in Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, n° 56, 2011, p. 148-165.

Weissberg Jean-Louis, Présences à distance. Déplacement virtuel et réseaux numériques. Pourquoi nous ne croyons plus à la télévision, Paris, L’Harmattan, 2000, cité par Charbonnier Marianne, « Le montage à l’épreuve du webdocumentaire », in Entrelacs, n° 12, 2016, http://entrelacs.revues.org/1802, consulté le 15 janvier 2017.

Wihtol de wenden Catherine, Leveau Rémy, La Beurgeoisie : les trois âges de la vie associative issue de l’immigration, Paris, CNRS éditions, 2001.

Notes

1 Voir à ce propos le travail de Gérôme Truc (2016) sur l’impact des attentats du 11 septembre 2001, de Londres et de Madrid (2005) sur les sociétés européennes.

2 Les treize dispositifs centraux sont intégrés aux archives du Web conservées dans le cadre du dépôt légal par la BnF : www.generiques.org (association Génériques), www.oumma.com, (Oumma.com), www.histoire-immigration.fr (MNHI), http://cometik.info (association Com’étik Diffusion), http://mtouhami.fr/ (blog de Touhami Moualek), https://arabesdefrance.wordpress.com (blog Arabes de France), www.kabyle.com (Kabyle.com) ; Ina : http://bidonville-nanterre.arte.tv (127 rue de la Garenne, le bidonville de la Folie – Nanterre), www.oummatv.tv (OummaTV), http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2011/10/17/la-nuit-oubliee_1587567_3224.html (La nuit oubliée), http://www.ina.fr/medias/webdocs/17oct/home.html(17.10.61 un webdoc de Raspouteam).

3 Par référence à Doueihi, 2008.

4 Association Génériques, « Journaux de l’immigration », http://www.generiques.org/journaux_immigration.html, version du 6 mars 2003, Archives de l’Internet, Dépôt légal du numérique, BNF.

5 Le rapport de préfiguration de 2001 prévoyait déjà une utilisation importante du Web (El Yazami et Schwartz, 2001). Voir également les expositions virtuelles de l’association Génériques en 2003 puis en 2013 sur Google Open Gallery : Association Génériques, Brault Philippe, « Cela commence par », http://www.generiques.org/expositions/philippe_brault/expoBrault.html, version du 30 avril 2003, Dépôt Légal du Numérique, BnF. L’association réalise deux expositions virtuelles en 2014 sur Google Open Gallery Association Générique, « 1972 – 1983, Mouvements et luttes des immigré-e-s contre les discriminations et pour l’égalité », Exposition virtuelle, Association Génériques, Google Cultural Institute, https://www.google.com/culturalinstitute/exhibit/mouvements-et-luttes-des-immigrée-scontre-les-discriminations-et-pour-l-égalité/AQ-5Nl1g?position=64%2C0 ; « Femmes dans l’immigration pour l’égalité et contre les discriminations », https://www.google.com/culturalinstitute/exhibit/femmes-del’immigration %, consulté le 17 janvier 2017.

6 MNHI, « Galerie de portraits », http://www.histoireimmigration.fr/index.php?lg=fr&nav=68&flash=0, version du 10 octobre 2005, Dépôt légal du numérique, BnF.

7 Entendu comme étant « le sentiment subjectif, traditionnel et affectif, des participants d’appartenir à une communauté ou groupe » d’après Weber, Chavy et De Dampierre in Mesini, 2001 : 148-165.

8 Exposition « Générations : un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France », 17 novembre 2009 au 18 avril 2010 à la CNHI.

9 Karlin Daniel, Laine Tony et Ben Jelloun Tahar, La Mal vie, Antenne 2, 26 novembre 1978, cité par Mills-Affif, 2004 ; voir également Cohen 2009.

10 127 rue de la Garenne, le bidonville de la Folie – Nanterre », Laurent Maffre et Thomas Gabison, Arte, http://bidonville-nanterre.arte.tv/, Dépôt légal du Web média, Ina, consulté en ligne le 31 janvier 2017 ; en lien avec le roman graphique : Laurent MAFFRE, Monique HERVO, Demain, demain, Paris, Actes Sud, 2011.

11 On peut citer ici la première exposition virtuelle consacrée aux Chibanis (2003), l’intégration dans Odysséo de nombreuses ressources en lien avec l’exposition « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France » (2009), les deux expositions virtuelles réalisées sur Google Gallery (2013-2014).

12 Association Génériques, Saïd Bouziri, l’humain au cœur de la vie, Paris, Mémoire génériques, 2012.

13 Lallaoui Mehdi et Langlois Bernard, Les Massacres de Sétif un certain 8 mai 1945, ADAV, Mémoires Vives Production, 1995. Ce massacre perpétré le 8 mai 1945 en Algérie est largement repris à partir de 2005 par le MIR qui y voit un événement « occulté » sans se référer alors aux initiatives antérieures.

14 Fondée en 1990, elle rassemble à l’origine : Mehdi Lallaoui (réalisateur et enfant de manifestant), Samia Messaoudi (journaliste et fondatrice de Radio Beur), Agnès Denis (réalisatrice), David Assouline (militant antiraciste, homme politique et historien de formation) et Anne Tristan (journaliste, militante antiraciste).

15 « Nous sommes les Indigènes de la République… », in Oumma.com, janvier 2005, http://oumma.com/petition-colonisation.php3?id_article=1355, version du 21 janvier 2005, Dépôt légal du numérique, Archives de l’Internet, BnF.

16 Voir notamment : Oumma.com, « Pascal Blanchard : La fracture coloniale en France est visible, mettez un pied dans une banlieue et regardez... », 3 décembre 2005, http://oummatv.tv/fracture-coloniale-visible-mettez-pied-banlieue-regardez, Dépôt légal du Web média, Ina.

17 Bouchareb Rachid, Indigènes, 2006. Voir notamment Domanico (2007) et Hargreaves (2007b).

18 Association Ancrages, « Contributions », http://ancrages.free.fr/contribution.htm, version du 30 décembre 2008, Archives de l’Internet, Dépôt légal du numérique, BNF. Le DVD : Association Ancrages, Les soldats inconnus, 15 min, 2004-2007.

19 Voir par exemple : « Va te faire intégrer », https://vatefaireintegrer.wordpress. com, Archives de l’Internet, Dépôt légal du numérique, BNF, consulté en ligne le 10 octobre 2015.

20 « Les musulmans qui font et feront la France ne sont plus des notables à acheter ou des indigènes à rééduquer », Ramadan Tariq, « Lettre ouverte à MM. Sarkozy et à Ferry », Oumma.com, 7 mai 2003, http://oumma.com/article.php3?id_article=628, version du 2 juin 2003, Dépôt légal du numérique, Archives de l’Internet, BNF.

21 « Moi, j’étais un fan de Mohammed Ali et forcément, on faisait le parallèle entre notre situation et celle des Noirs aux États-Unis », Nouredine Hagoug, Histoires singulières, 2010, http://portraits.histoire-immigration.fr/documentspdf/hagoug.pdf, Archives de l’Internet, Dépôt légal du numérique, BNF, également disponible en ligne, consulté le 20 septembre 2015.

22 Branine Saïd, « Portrait du cheikh Missoum Abdelmadjid Chaoui », Oumma.com, 27 mai 2000, http://allahouakbar.com/article/afficher_article.asp?NumArticle=49, Dépôt légal du numérique, BNF, version du 20 avril 2001.

23 Vidéos de Sadek Sellam sur Oumma. Com et Sellam (2006).

24 Voir notamment le portrait d’Ismaël Hajji dont le récit de vie est principalement centré sur son parcours de migration depuis le Maroc, son installation en France et son rôle social auprès des habitants du quartier, CNHI, « Galerie de portraits », http://www.histoire-immigration.fr/index.php?lg=fr&nav=68&flash=0, version du 10 octobre 2005, Dépôt légal du numérique, Archives de l’Internet, BnF.

25 Raspouteam (collectif), « 17.10.61, un webdoc de Raspouteam », Ina, http://www.ina.fr/medias/webdocs/17oct/index.html, consulté le 15 janvier 2017, Dépôt légal du Web média, Ina.

26 Olivier Lambert et Thomas Salva, « 17 octobre 1961, La nuit oubliée », in Lemonde. fr, http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2011/10/17/la-nuit-oubliee_1587567_3224.html, consulté le 15 janvier 2017, Dépôt légal du Web média, Ina.

27 Entretien avec Olivier Lambert, 23 juin 2014, Aix-en-Provence, Archive sonore déposée à la Phonothèque de la MMSH, http://phonotheque.mmsh.humanum.fr/dyn/portal/index.seam?page=home& ; Raspouteam (Collectif), Recours au numérique et accessibilité de l’histoire dans les espaces publics, Mediamed, Ressources multimedia en sciences humaines sur la Méditerranée, http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/Atri/Pages/raspouteam.aspx.

28 Sur les spécificités narratives des deux projets voir Brand, 2016.

29 Entretien avec Olivier Lambert, 23 juin 2014, op. cit. ; Raspouteam (Collectif), Recours au numérique et accessibilité de l’histoire dans les espaces publics, Mediamed, op. cit.

30 Principalement des extraits des films Octobre à Paris de Jacques Panijel (1962), Ici on noie les Algériens de Yasmina Adi (2011), et des extraits du journal télévisé de l’ORTF datant du 18 octobre 1962 donnant à voir les forces de police en train de regrouper les manifestants qui tentent de se disperser (Ina).

31 Raspouteam (Collectif), Recours au numérique et accessibilité de l’histoire dans les espaces publics, Mediamed, op. cit.

32 Collecte effectuée sur la plateforme Kisskissbankbank, https://www.kisskiss-bankbank.com/projects/la-nuit-oubliee-17-octobre-1961, consulté en ligne le 10 janvier 2017.

33 Pour Raspouteam : compteTwitter, https://twitter.com/hashtag/17octobre?src=hash, Facebook : https://www.facebook.com/17.10.61.le.webdoc/ ; Olivier Lambert et Thomas Salva : Twitter, https://twitter.com/17octobre1961, Facebook, https://www.facebook.com/pages/La-nuit-oubli%C3%A9e-17-octobre-1961/240488362638161?_rdr=p, consultés en ligne le 17 janvier 2017.

34 Oumma.com, « 19 octobre 1961, témoignage d’un soldat français en Algérie : ici on noit les Algériens (vidéo) », 14 octobre 2014, http://oumma.com/214630/17-octobre-1961-temoignage-d-un-soldat-francais-on-no, consulté le 15 janvier 2017, Dépôt légal du numérique, Archives de l’Internet, BnF.

35 Compte de l’utilisateur « Jugmez mont » https://www.youtube.com/watch?v=gvpYCwP8dPc. Cette récupération est également soulignée par Philippe Brand, op. cit. Elle avait été publiée sur Viméo par Raspouteam : https://vimeo.com/ user8928348.

36 Le film de l’association « Au nom de la mémoire » n’est pas cité : Lallaoui Mehdi et Denis Agnès (réals.), Le Silence du fleuve : 17 octobre 1961, Bezons, Mémoires vives Productions, 1991.

37 Simon Abkarian, Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Jean-François Guerlach, Hammou Graïa, Sabrina Ouazani, Lyes Salem, Robinson Stévenin. Agat Film Production a également produit le film documentaire de Yasmina Adi Ici on noie les Algériens (2011)

38 Déclaration de François Hollande du 17 octobre 2012 : « Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. », Communiqué de presse de l’Elysée, http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/17-octobre-196/, consulté le 15 janvier 2017.

39 Association 17 octobre 1961 : contre l’oubli, http://17octobre1961.free.fr/, consulté le 10 janvier 2017.

Auteur

Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME. Sophie Gebeil est enseignant-chercheur à l’UMR 7303 Telemme et à l’ESPé d’Aix-Marseille Université. Dans sa thèse sur la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur la toile dans les années 2000, elle a travaillé sur un corpus constitué dans le cadre du dépôt légal du Web français géré par l’Ina et la BnF.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search