Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Traces et mémoires

Recontextualiser un patrimoine culturel via le Web sémantique

Lénaïk Leyoudec

Résumé

Les données liées et ouvertes sur le Web sont appréhendées ici comme le terreau d’une démarche d’éditorialisation de films de famille. Famille™, une application Web expérimentale destinée à la réappropriation du patrimoine culturel du particulier, constitue le milieu de cette démarche.

Mots clés

Editorialisation, document, Web sémantique, application Web

Texte intégral

La société occidentale produit, depuis plus d’un siècle et désormais de manière industrielle, des objets de mémoire parmi lesquels les photographies et les films de famille. Dans l’espace de communication incarné par la sphère familiale, ces objets constituent un patrimoine culturel, somme de documents préservés et transmis aux futures générations. À l’instar des autres champs patrimoniaux, le patrimoine culturel audiovisuel du particulier fait l’objet d’une valorisation par le biais d’acteurs socio-économiques dont la mission s’incarne dans la préservation de l’intégrité de ces objets de mémoire. Outre la gestion du fossé d’obsolescence associé au document analogique (Bachimont, 2010 : 22), les « numérisateurs » sont confrontés à un second fossé : la lisibilité culturelle du document. En effet, la valeur de la résolution de l’image numérisée importe peu si personne n’est capable de témoigner sur ce qui apparaît à l’écran. Alors que le patrimoine peut être perçu comme le fruit d’une « filiation inversée », l’instauration d’une relation à l’autre dans le temps et l’espace, ces acteurs socio-économiques tentent d’accompagner l’opérationnalisation de cette filiation : la patrimonialisation (Davallon, 2006 : 27).

1Le choix de Perfect Memory SA, société éditrice de logiciels spécialisée dans le Web sémantique, réside dans la conception et la commercialisation d’un service baptisé Famille™, qui constitue l’objet d’étude de notre recherche en convention industrielle de formation par la recherche. D’un point de vue technique, Famille™ est une application Web, c’est-à-dire un programme mobilisé par un utilisateur afin de réaliser une tâche, ici gérer des photographies et films de famille numérisés. Ce programme a la particularité d’être manipulable à l’aide d’un navigateur Web, lui-même conçu pour consulter et afficher le World Wide Web. D’un point de vue théorique, Famille™ est un architexte, un « outil qui permet l’existence de l’écrit à l’écran et qui, non content de représenter la structure du texte, en commande l’exécution et la réalisation » (Jeanneret, Le Marec et Souchier, 2003 : 23).

2L’enjeu sous-jacent à notre recherche réside dans la formulation des conditions d’une valorisation du patrimoine culturel du particulier. Plus spécifiquement, l’accent est placé sur l’appréhension du fossé d’intelligibilité associé au document versé par l’utilisateur du service. Ayant constitué un corpus de documents, appartenant au genre du « cinéma privé » (Allard, 1994), préservés au sein de différentes institutions patrimoniales (Cinémathèque de Bretagne, Forum des images, Institut national de l’audiovisuel et Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense) qui constituent un terrain d’investigation relatif à l’intelligibilité du document, nous formulons l’hypothèse d’une valorisation du patrimoine culturel du particulier par le biais de l’éditorialisation des documents versés sur l’application Web. Historiquement « processus consistant à enrôler des ressources pour les intégrer dans une nouvelle publication » (Bachimont, 2007 : 21), l’éditorialisation est aujourd’hui appréhendée comme « l’ensemble des dynamiques qui produisent l’espace numérique » (Vitali-Rosati, 2016 : 1). Notre démarche consiste à enrichir le service Famille™ d’une approche d’éditorialisation, c’est-à-dire une démarche consistant à fournir à l’utilisateur un panel d’outils lui permettant de se réapproprier son patrimoine culturel. Parmi ces outils, une typologie d’annotations de la production familiale est appréhendée comme moyen donné à l’utilisateur de témoigner sur ce qu’il voit à l’image, de contextualiser le film.

Appliquer un parcours interprétatif à un corpus de films de famille

3En amont de l’implémentation de l’approche d’éditorialisation dans l’architexte, il convient de faire émerger la typologie d’annotations. La sémantique différentielle, méthodologie d’interprétation du texte, est ici mobilisée suite au postulat d’une compatibilité de cette approche avec d’autres objets culturels : « la problématique interprétative dépasse les textes et peut s’étendre à d’autres objets culturels, comme les images » (Rastier, 2009 : VI). Notre démarche consiste à appliquer un parcours interprétatif – « suite d’opérations cognitives permettant d’assigner une signification à une séquence linguistique » (Rastier, 2009 : 277) - à un corpus de productions familiales afin d’en extraire les invariants dans l’interprétation, transcrite ensuite en une typologie d’annotations. Ce parcours se décline en plusieurs étapes : l’agrégation des saillances perceptives apparaissant à l’image, suivie d’une sémiotisation de ces saillances, à savoir une déconstruction du signe en signifiants et signifiés. Enfin, une montée en généralité est réalisée via l’articulation de ces éléments et prend la forme de l’actualisation de traits sémantiques : « moments stabilisés dans des parcours interprétatifs » (Rastier, 2009 : VI). La récurrence – isotopie – de certains traits au fur et à mesure des parcours interprétatifs actualise plusieurs classes sémantiques propres à l’interprétation d’un genre homogène de contenus, le cinéma privé. Pour plus de détails concernant notre méthodologie et les parcours interprétatifs réalisés, nous renvoyons le lecteur au mémoire complet associé à cette recherche (Leyoudec, 2017).

4Néanmoins, en guise d’aperçu de notre démarche interprétative, nous pouvons introduire le photogramme suivant, extrait du segment n° 48 du film Fête de Jeanne d’Arc, 4ème centenaire du collège d’Ancenis, associé au corpus d’étude Cinémathèque de Bretagne. Le photogramme embrasse l’ensemble de l’extrait (3’04’’-3’13’’) au sein duquel le mouvement des personnes apparaissant à l’écran est relativement limité. Parmi les saillances perceptives présentes, nous relevons « femme habillée avec distinction », « jeune fille en robe blanche » et « jardin ». Initiant la sémiotisation, la saillance n° 3 correspond au signifiant pelouse et au signifié connotatif ‘jardin d’une maison individuelle’. Nous actualisons les traits /jardin privé/, /maison individuelle/. La saillance n° 2 renvoie au signifiant robe blanche et au signifié connotatif “robe de première communion”. Nous actualisons les traits /robe de communion/, /communiante/ et /cérémonie/. L’hypothèse que la femme apparaissant aux côtés de la communiante n’est autre que sa marraine ne pouvant être vérifiée, nous ne pouvons actualiser le trait /marraine/. Nous faisons ici l’impasse sur les autres traits actualisés, à l’instar de /regard caméra/ ou /tournage en extérieur/ afin de nous focaliser sur ces traits documentarisants. Leur conjonction avec ceux actualisés dans les autres parcours interprétatifs permet une montée en généralité : quatre classes sémantiques apparaissent à travers notre exemple : le trait /communiante/ correspond à la classe //personne//, le trait /robe de communion/ dépend de la classe //objet//, les traits /jardin privé/ et /maison individuelle/ sont bien des lieux (//lieu//) tandis que le trait /cérémonie/ dépend de la classe //événement//.

Figure n° 1 : Photogramme extrait du segment n° 48 du film Fête de Jeanne d’Arc, 4e centenaire du collège d’Ancenis

(crédits Cinémathèque de Bretagne).

Mettre en perspective les traits sémantiques identifiés

5L’agrégation des vingt-et-un parcours interprétatifs réalisés sur le corpus de films fait émerger un certain nombre de classes sémantiques. Dans notre approche de la valorisation du patrimoine culturel par la recontextualisation, nous mettons l’accent ou, plus précisément, « instrumentons » uniquement les classes sémantiques suivantes : //personne//, //objet//, //lieu// et //événement//.

6Poursuivant notre démarche de montée en généralité, intéressons-nous à l’identité et à la fonction des classes sémantiques agrégées. D’abord, elles correspondent à autant de catégories d’informations pouvant être extraites du document. Ensuite, on peut dire que les informations dont dépendent ces classes sont de type historique, c’est-à-dire qu’elles font sens à l’époque de la captation, plus forcément aujourd’hui. Dès lors, les traits sémantiques agrégés sont autant de marqueurs qui cristallisent l’écart entre le présent de la captation et le présent du visionnage. Extraits par la démarche interprétative, ces marqueurs (architecturaux, sociaux, etc.) peuvent ainsi fournir des éléments de compréhension du présent de la captation à un certain public : chercheurs (historiens, sociologues, anthropologues), professionnels de l’image (documentaristes) et simples curieux. Chaque marqueur est un élément supplémentaire qui permet au spectateur de comprendre le document qu’il visionne. Un unique marqueur demeure ambigu tandis que la confrontation de différents marqueurs favorise la compréhension du film dans une optique temporelle.

7La notion d’espace de communication nous permet de circonscrire le champ d’application de ces traits. Cette notion est entendue par Roger Odin de la manière suivante : « espace à l’intérieur duquel le faisceau de contraintes pousse les actants (E) et (R) à produire du sens sur le même axe de pertinence » (Odin, 2011 : 39). Interrogeant également les productions familiales, Roger Odin intègre ces dernières au sein de deux espaces de communication complémentaires : « d’une part, l’espace de communication du document : la production du sens s’y fait avec le mode documentarisant, les actants de la communication s’y comportent en chercheurs mobilisant des opérateurs analyseurs pour faire produire aux films des informations ; d’autre part, l’espace de la mémoire collective : l’opérateur film y fonctionne comme stimulateur (mode privé) et les actants se comportent en membres d’une communauté » (Odin, 2011 : 106). Si nous abordons l’espace de communication de la mémoire collective au sein de notre mémoire de thèse, nous mettons ici l’accent sur le premier espace associé aux films de famille. Dans ce dernier, les actants – ici les membres de l’institution familiale – appréhendent les productions familiales en tant que documents. À l’intérieur de ce cadre, plusieurs modes peuvent coexister. Odin (2011 : 46) appréhende un mode comme une « construction théorique visant à structurer en ensembles fonctionnels les processus de production de sens ». En choisissant d’interroger les productions familiales en tant que documents, un mode est proéminent : le mode documentarisant. Le film de famille est ainsi perçu comme la strate vierge d’un site archéologique, interrogé par le spectateur qui tente d’en extraire des informations sur la société que met à l’image le film. L’auteur nous explique que, lues sur le mode documentarisant, les productions familiales « apportent des informations précieuses sur des pans entiers de la société qui ne sont pas documentés par les instances officielles ou les reportages professionnels » (Odin, 2011 : 104).

8L’application du mode documentarisant à l’espace de communication dans lequel notre recherche s’inscrit confirme notre intuition. Les parcours interprétatifs ont permis d’identifier différentes catégories de traits sémantiques et, en particulier, ceux que nous baptisons les marqueurs « documentarisants ». En guise d’ouverture, mettons-les en perspective. Identifier le marqueur et annoter le document correspond à une forme d’« écriture de l’histoire » (De Certeau, 2002). L’utilisateur qui consulte le document enrichi bénéficie de la capitalisation de l’utilisateur précédent, les marqueurs documentarisants étant autant de petits cailloux permettant de renouer le fil de la production familiale.

9Quant à leur fonction, au même titre que les autres catégories, les marqueurs documentarisants participent à la compréhension du document au sens qui lui est donné en sémantique : « La compréhension, déliée des réquisits psychologiques, est une interprétation : elle consiste à stipuler, sous la forme de paraphrases intralinguistiques, (1) quels traits sémantiques sont actualisés dans un texte, (2) quelles sont les relations qui les structurent, et (3) quels indices et/ou prescriptions permettent d’actualiser ces traits et d’établir ces relations, qui sont autant de chemins élémentaires pour des parcours interprétatifs » (Rastier et als, 2001 : 11-12). Les marqueurs documentarisants constituent une partie des résultats de nos parcours interprétatifs, nous pouvons les mobiliser a posteriori pour reconstruire l’intelligibilité du document. Associés au document, ces marqueurs facilitent son interprétation sous le mode documentarisant et nous formulons l’hypothèse qu’ils permettent la contextualisation du document. Alors qu’à chacune des catégories de marqueurs de mémoire est associé un mode de lecture différent, les marqueurs documentarisants sont mobilisés dans le cadre d’une lecture « encyclopédique » du document, dans laquelle l’utilisateur va s’intéresser aux éléments d’intérêt et chercher à contextualiser le document. Ce mode de lecture coexiste avec d’autres modes qui considèrent le document par un autre point de vue. De la date inscrite à la main au revers de la photographie de famille en passant par la métadonnée associée au document numérique, ces marqueurs participent ainsi à la contextualisation du document lors du parcours interprétatif.

Construire une approche d’éditorialisation mobilisant les données liées et ouvertes

10L’identification de classes sémantiques récurrentes dans l’interprétation de productions familiales nous permet, d’ores et déjà, d’intégrer au service Famille™ une fonctionnalité d’annotations autour de ces classes : un utilisateur qui visionne une production familiale peut ainsi identifier une personne, un lieu, un objet ou un événement lorsque ces éléments apparaissent à l’image. Autrement dit, l’utilisateur ajoute une annotation sémantique de type « Personne », « Lieu », « Objet » ou « Événement » à un objet éditorial (Fête de Jeanne d’Arc, 4e centenaire du collège d’Ancenis par exemple). L’annotation possède une propriété spécifique : un timecode de début et un timecode de fin.

11La capture d’écran du service Famille™ suite à une annotation de type « Lieu » illustre l’enjeu offert par cette fonctionnalité. Si l’utilisateur annote le film avec l’entité « La Sèvre nantaise », il possède un certain nombre d’informations sur cette rivière de Loire-Atlantique car il a été capable de la reconnaître à l’image. Au contraire, un utilisateur ignorant tout de cette rivière ne verra pas forcément sa compréhension du film favorisée à la lecture de cet unique libellé. La capacité du dispositif à fournir des informations contextuelles liées aux annotations peut répondre à cette limite. Dans ce contexte, les données liées et ouvertes sur le Web (Linked Open Data) sont interrogées en tant que ressources contextuelles pouvant être rapatriées dans le service Famille™ suite à une opération d’annotation.

Figure n° 2 : Annotation de type « Lieu » sur le service Famille™

(crédits Perfect Memory).

12L’appellation Linked Open Data illustre la conjonction – à l’échelle des données – d’une structure (données liées) et d’un statut (données ouvertes). Ce contexte spécifique crée une interopérabilité à la fois technique (portée par le format Resource Description Framework), juridique (absence de copyright) mais également économique (liberté d’accès). L’initiative Linked Open Data est lancée en 2006 par Tim Berners-Lee, qui publie quatre principes (Berners-Lee, 2006) centrés autour de la notion d’identifiant unique (Uniform Resource Identifier). Le projet Linking Open Data émerge en 2007, il rassemble d’abord des universitaires puis différentes institutions comme la BBC ou la Library of Congress (Heath et als., 2009). À partir de ce moment, ces acteurs publient sur le Web des données liées et ouvertes, ils favorisent ainsi l’émergence d’un réseau de ressources que nous mobilisons dans notre approche d’éditorialisation. En 2014, plus de 570 silos de données sont répertoriés par le projet Linked Open Data Cloud et au total plus de 900.000 documents décrivant plus de huit millions de ressources ont été déployés. Des silos généralistes tels que Wikidata ou DBpedia coexistent avec des silos spécifiques.

  • 1 https://schema.org/Person ; http://schema.org/location ; https://schema.org/Thing ; http:/ (...)

13Forte d’un audit des notices présentes sur les différents silos de données, la typologie de classes sémantiques identifiées trouve son équivalent en catégories de ressources liées et ouvertes sur le Web, au sein d’ontologies généralistes (upper ontologies) à l’instar de Schema.org1. Dès lors, un pont est construit entre ces bases de connaissances et le service Famille™ via une interface de programmation (API). La chaîne de caractères saisie par un utilisateur du service est appréhendée comme une entité sémantique du type choisi (« Personne », « Lieu », « Objet » ou « Événement ») tandis qu’une base de connaissances généraliste à l’instar de DBpedia est interrogée vis-à-vis de cette entité. L’utilisateur obtient une liste de résultats des ressources proches de l’entité saisie et peut choisir celle qui correspond à son annotation. Contrairement à une annotation automatique qui ferait abstraction de l’homonymie, le choix final de l’utilisateur limite l’association de ressources hors sujet.

Figure n° 3 : Capture d’écran de la notice « Sèvre nantaise » en français sur le site Wikidata.org

Éditorialiser les productions familiales : mise en situation

14Revenons sur la figure n° 2, elle constitue la première photographie de la chaîne d’éditorialisation et illustre le résultat d’un cycle d’annotations manuelles. On observe deux éléments d’intérêt : la ligne de temps (timeline) dans la partie inférieure de la page puis, en surimpression, un encadré correspondant au détail d’une annotation.

15Dans un premier temps, le choix du développement et de l’implémentation d’une ligne de temps recueillant des annotations « time-codées » répond à la nécessité d’une description toujours plus poussée du document et, en particulier, du document temporel comme les productions familiales. Cette ligne de temps, destinée à accueillir des annotations, favorise une expérience graphique du document et participe à l’appropriation de ce dernier par son utilisateur tout en étant un espace d’inscription. La ligne de temps vient ici répondre à l’hypothèse qu’il est possible de faire coexister dans la même vue d’un document des annotations et informations contextuelles favorisant la compréhension du document par l’utilisateur. L’ensemble a pour fonction de faire émerger un contexte favorable à la construction d’une intelligibilité du document. Cette coexistence est un choix éditorial car il accompagne le parcours interprétatif de l’utilisateur : si l’information permettant de comprendre le film sous ses yeux se trouve quelques clics plus profondément dans l’application Web, l’utilisateur ne risque-t-il pas de passer à côté de l’information ? La ligne de temps ici présente accueille, en son sein, différentes annotations réalisées manuellement lors de la consultation du film. Outre les annotations de type « personne », nous observons les annotations correspondant aux occurrences des traits sémantiques //objet// (bicyclette et voiture) et //lieu// (jardin et rivière).

16Le second point d’intérêt – l’encadré détaillant une annotation – est l’approfondissement de ce choix éditorial de faire coexister plusieurs régimes d’écrits d’écran. Dans l’exemple, au moment du film où l’on observe la Sèvre nantaise, rivière de Loire-Atlantique, une annotation a été ajoutée permettant l’association de la ressource issue de DBpedia « Sèvre nantaise » à l’objet éditorial Fête de Jeanne d’Arc, 4ème centenaire du collège d’Ancenis. L’entité sémantique « Sèvre nantaise » est ainsi placée à 2’57’’ sur la ligne de temps. La sélection de l’annotation ouvre un encadré permettant à l’utilisateur de consulter les informations contextuelles sur le lieu, d’éditer l’annotation ou de partir de l’annotation pour découvrir d’autres entités sémantiques via la navigation par graphe d’entités. Cette coexistence d’écrits d’écran dont la temporalité et l’auctorialité se différencient mérite d’être interrogée.

17La deuxième photographie de la chaîne d’éditorialisation consiste en la présentation de l’interface de consultation des ressources par graphe d’entités (figure n° 4). Le parti pris éditorial dans la conception de cette représentation de l’information est la possibilité offerte à l’utilisateur d’entrer dans le film non plus par sa consultation mais bien par les ressources liées à l’objet éditorial. Le type de relation qui relie la ressource et l’objet éditorial est précisé, tandis que l’utilisateur peut appliquer un filtre par type ou cliquer sur une des ressources présentées. La représentation graphique se reforme ainsi en plaçant, au centre, la ressource choisie et ainsi de suite. Cette interface se fonde sur le caractère heuristique des signes passeurs que sont les icônes associées aux ressources. Cette vue tend à favoriser un usage se rapprochant de la sérendipité, ou le fait de faire une découverte par hasard, et par sagacité alors que l’on cherchait autre chose. Pour rappel, le signe passeur est entendu comme un « type de signe propre aux écrits d’écran qui repose sur un triple processus de production du sens – intégrer un signe particulier au texte présent à l’écran, le marquer comme susceptible d’être activé, anticiper, à travers lui, le texte destiné à être affiché » (Jeanneret, 2014 : 15).

Figure n° 4 : Représentation graphique de ressources liées à un objet éditorial

(crédits Perfect Memory).

18La troisième photographie de la chaîne consiste en l’interface de recherche avancée (figure n° 5). Une fois l’opération d’annotation réalisée, la possibilité de trouver un extrait mettant à l’image un élément spécifique est plébiscitée par les utilisateurs. L’interface de recherche comprend ainsi plusieurs filtres : la possibilité de trier par type de contenu (audio, vidéo, texte, image), puis la possibilité de chercher une ressource spécifique et la relation qui l’unit à l’objet éditorial. Dans notre cas, nous avons recherché un objet éditorial lié à la ressource de type « lieu »« Sèvre nantaise » par une relation de type « met à l’image ». Un seul objet éditorial répond aux critères, il s’agit de Fête de Jeanne d’Arc, 4e centenaire du collège d’Ancenis.

Figure n° 5 : Interface de recherche avancée sur l’architexte Famille™

(crédits Perfect Memory).

19La quatrième photographie de la chaîne s’intéresse à la possibilité de créer une ressource inexistante dans les bases de connaissances ouvertes (figure n° 6). Dans le cas de l’entité « Première communion », liée aux traits /robe de communion/, /communiante/ et /cérémonie/, tous les trois actualisés dans le parcours interprétatif, aucun résultat n’était présent parmi les bases de connaissances généralistes. Seule l’entité « communion » est représentée. La possibilité offerte à l’utilisateur de créer une ressource est ainsi implémentée. Au moment où la jeune fille apparaît, l’utilisateur peut associer l’entité sémantique de type « événement » (classe sémantique //événement//) « Première communion » à l’objet éditorial. Cette entité peut rester vierge d’informations ou être enrichie localement. Cette nouvelle annotation peut ensuite faire l’objet d’une recherche avancée tandis qu’un graphe peut être constitué à partir de cette entité. La chaîne d’éditorialisation comporte plusieurs étapes : l’importation du document, l’annotation manuelle et, enfin, la consultation sous différentes formes : vue détaillée ou navigation par graphes d’entités. L’architexte permet la migration du document numérisé à la ressource enrichie. Nous avons observé la manière dont il permettait l’existence d’écrits d’écran, moins les contraintes que l’architexte appose à l’usage sous-jacent au service : la réappropriation du patrimoine culturel.

Figure n° 6 : Interface de création de ressources sur l’architexte Famille™

(crédits Perfect Memory).

Recontextualiser un patrimoine culturel, est-ce le valoriser ?

20Après avoir décrit les étapes de notre démarche d’éditorialisation, il convient de revenir sur son impact sur les films de famille versés sur le service Famille™. Donnant la possibilité à un utilisateur de témoigner sur ce qu’il perçoit à l’image, nous pouvons statuer que le service freine la décontextualisation : en annotant le film, l’utilisateur laisse des pistes d’interprétation supplémentaires pour l’utilisateur qui lui succède.

21D’un autre côté, enrichi de ressources par la démarche d’éditorialisation, le film de famille voit son statut documentaire altéré : il n’est plus un document dont l’intégrité et l’authenticité sont prouvées. En ajoutant de nouvelles ressources à l’objet éditorial Fête de Jeanne d’Arc, 4ecentenaire du collège d’Ancenis, celui-ci devient une nouvelle publication. Le document est basculé depuis un contexte spécifique - la production familiale visionnée sur un dispositif technique associé au format du document - vers un autre contexte : la lecture-écriture permise par le service Famille™. L’architexte procède d’une recontextualisation des productions familiales, d’une « réinvention des images » (Treleani, 2013 : 4).

22Si elle préserve l’intelligibilité de l’œuvre dans une certaine mesure (nous avons observé que les bases de connaissances ouvertes ne sont, en aucun cas, exhaustives quant aux annotations réalisées), cette « reproposition » perturbe le lien implicite entre une personne et une œuvre, entre un membre de la famille et le film de sa famille. Un filtre supplémentaire composé de ressources associées au film est placé, de la même manière que l’architexte est, en soi, une médiation supplémentaire qui empêche un contact direct avec le document. Or, sans médiation, l’œuvre demeure, le plus souvent, inintelligible. Un curseur doit être placé afin d’accompagner les utilisateurs dans la démarche de réappropriation patrimoniale, sans pour autant dénaturer l’œuvre.

23L’enjeu identifié fait écho à la tension présente dans les métiers du patrimoine culturel : doit-on favoriser la mise sous cloche d’un monument ou en autoriser sa restauration à l’identique, voire créative ?

24Dès lors que le document numérique fait patrimoine, c’est-à-dire qu’il est perçu par une communauté (ici l’institution familiale) comme nécessaire à son identité, son appréhension et, de fait, son instrumentation doivent correspondre à une déontologie similaire aux métiers du patrimoine culturel. La propriété numérique n’absout pas le document d’un statut patrimonial en devenir, en témoignent les réflexions actuelles dédiées au « patrimoine né-numérique » ou Born-Digital Heritage (Musiani et Schafer, 2017).

Bibliographie

Bibliographie

Allard Laurence, L’Espace public esthétique et les amateurs : l’exemple du cinéma privé, thèse de doctorat, université Paris III La Sorbonne nouvelle, 1994.

Bachimont Bruno, « Nouvelles tendances applicatives : de l’indexation à l’éditorialisation », in Gros P., L’Indexation multimédia, Paris, Hermès, 2007, p. 15-29.

Bachimont Bruno, « La présence de l’archive : réinventer et justifier », in Intellectica, n° 53-54, 2010, p. 281-309 [en ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00769664/document.

Berners-lee Tim, « Linked Data », in W3C, 2006 [en ligne] http://www.w3.org/DesignIssues/LinkedData.html.

Certeau Michel de, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2002.

Davallon Jean, Le Don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Lavoisier, 2006.

Heath Tom, Hepp Martin, Bizer Christian (dir.), « Special Issue on Linked Data », in International Journal on Semantic Web and Information Systems, 2009.

Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle et Souchier Emmanuël, Lire, écrire, récrire : Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI, 2003.

Jeanneret Yves, Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éditions Non Standard, 2014.

Leyoudec Lénaïk, L’éditorialisation du film de famille. L’architexte Famille™ comme support d’un exercice de la mémoire, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, université de technologie de Compiègne, 2017.

Musiani Francesca, Schafer Valérie, « Patrimoine et patrimonialisation numériques », in Reset, n° 6, 2017 [en ligne] https://reset.revues.org/770.

Odin Roger, Les espaces de la communication : Introduction à la sémio-pragmatique, Paris, PUG, 2011.

Rastier François, Cavazza Marc et Abeille Anne (dir.), Sémantique pour l’analyse. De la linguistique à l’informatique, Paris, Masson, 2001.

Rastier François, Sémantique interprétative, Paris, PUF, 2009.

Treleani Matteo, « Recontextualisation : ce que les médias numériques font aux documents audiovisuels », in Réseaux, vol. 31, n˚ 177/2013, p. 233-258.

Vitali Rosati Marcello, « What is Editorialization ? », in Sens public, 2016, [En ligne] http://sens-public.org/article1059.html.

Notes

1 https://schema.org/Person ; http://schema.org/location ; https://schema.org/Thing ; http://schema.org/Event

Table des illustrations

Légende Figure n° 1 : Photogramme extrait du segment n° 48 du film Fête de Jeanne d’Arc, 4e centenaire du collège d’Ancenis
Crédits (crédits Cinémathèque de Bretagne).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure n° 2 : Annotation de type « Lieu » sur le service Famille™
Crédits (crédits Perfect Memory).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Figure n° 3 : Capture d’écran de la notice « Sèvre nantaise » en français sur le site Wikidata.org
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure n° 4 : Représentation graphique de ressources liées à un objet éditorial
Crédits (crédits Perfect Memory).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure n° 5 : Interface de recherche avancée sur l’architexte Famille™
Crédits (crédits Perfect Memory).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure n° 6 : Interface de création de ressources sur l’architexte Famille™
Crédits (crédits Perfect Memory).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6098/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Sorbonne universités, université de technologie de Compiègne, EA 2223 Costech - Connaissance, Organisation et Systèmes Techniques, Centre Pierre Guillaumat. Lénaïk Leyoudec est historien de formation et doctorant CIFRE en Sciences de l’information et de la communication partagé entre l’université de technologie de Compiègne et l’éditeur logiciel Perfect Memory SA. Il interroge l’éditorialisation du patrimoine culturel du particulier par le biais de l’architexte Famille™, développé par Perfect Memory.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540