Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et temporalités du Web

 | 
Valérie Schafer

Le Web d’avant

Pour une analyse socio-historique de l’usage du Web au sein des partis politiques français

Étude comparative des trajectoires numériques du Parti socialiste et de l’Union pour un mouvement populaire

Anaïs Theviot

Résumé

Les partis politiques français ont progressivement intégré le numérique dans leurs stratégies de communication et de mobilisation. Plusieurs travaux analysent l’usage du Web lors des campagnes électorales. Mais la focalisation sur ce moment intense de la vie politique a souvent laissé de côté une mise en perspective historique. Ce chapitre propose de donner une épaisseur historique à l’introduction du Web au sein du Parti socialiste (PS) et de l’Union pour un mouvement populaire (UMP).

Mots clés

parti politique, socio-histoire, Internet, réseaux sociaux, cam pagne électorale

Texte intégral

En l’espace de dix ans, Internet s’est propulsé en France comme outil incontournable de communication politique et partisane. Cet attrait pour les technologies est particulièrement saillant au moment des campagnes électorales où les candidats se livrent à une véritable « course politique virtuelle » (Barboni & Treille 2010 : 1137), comme l’ont montré les campagnes pour l’élection présidentielle de 2007 (Yanoshevsky, 2009 ; Vaccari, 2008) et de 2012 (Mabi & Theviot, 2014).

  • 1 On retrouve le même biais dans les études anglo-saxonnes, si bien que D. Kreiss (2012) inv (...)
  • 2 On note toutefois quelques exceptions avec les travaux récents de T. Zetlaoui (2015).

1De nombreux travaux analysent désormais l’usage du Web lors de ces campagnes électorales (Greffet, 2011 ; Stromer-Galley, 2014). Mais la focalisation sur ce moment intense de la vie politique a souvent laissé de côté une mise en perspective historique. Que ce soit pour les travaux anglophones1 ou francophones (Beauvallet & Ronai, 2005 ; Desquinabo, 2008), le numérique est souvent pris comme un objet de recherche « nouveau » et s’avère peu ancré dans les dynamiques socio-historiques partisanes2. Il est étudié dans le contexte d’une élection ou d’un événement, mais n’est pas compris dans une approche plus globale qui irait questionner son appropriation par les partis politiques à long terme. En France, le manque de perspective historique conduit par exemple à une certaine naturalisation de la campagne de Ségolène Royal en 2007, considérée comme point de départ de l’organisation de l’activisme de terrain en ligne. S’obliger à prendre un certain recul historique permet de mettre au jour les enjeux internes aux partis politiques qui ont présidé à l’introduction du numérique.

2L’ambition de ce chapitre est de réintroduire cette dimension processuelle, notamment en prêtant attention au contexte institutionnel qui a permis le développement de l’usage du numérique au sein des deux principaux partis de gouvernements français : le Parti socialiste (PS) et l’Union pour un mouvement populaire (UMP). La période étudiée prend comme point de départ l’année 2002. Cette date consacre la naissance de l’UMP avec la tenue du congrès du 17 novembre 2002 et marque une étape dans l’usage du Web avec la mise en place d’un scrutin par Internet visant à élire un des cinq candidats à la présidence du parti. Pour le PS, 2002 fait écho à la défaite de Lionel Jospin à l’élection présidentielle qui a donné lieu à une refonte complète des directions partisanes, au siège du PS, à Solferino. En amont du congrès socialiste de Dijon (16-18 mai 2003), un collectif regroupant six secrétaires de fédération lance un « appel pour la refondation du PS » afin d’afficher leur volonté de « démocratiser » la préparation des congrès socialistes et le recours au web est évoqué pour promouvoir des formes de consultation élargie des adhérents dans le fonctionnement interne du parti. À cette date, le PS, tout comme l’UMP n’avaient pas de direction du Web, mais seulement quelques chargés du numérique qui étaient intégrés à la direction de la communication de ces partis.

  • 3 Pour cette enquête, une cinquantaine d’entretiens a été réalisée avec plusieurs membres de (...)
  • 4 Ce travail repose en partie sur notre thèse de doctorat en science politique, soutenue en  (...)

3L’étude s’appuiera sur les articles de presse, la littérature académique disponible et les documents internes au parti (organigramme, etc.), complétés par plus de cinquante entretiens3 effectués avec les professionnels de la communication partisane digitale de ces deux partis, notamment les membres des directions de la communication4.

4Notre analyse se consacre tout d’abord aux changements du début des années 2000 qui ont vu apparaître, de manière rapide à l’UMP, un usage orchestré du numérique, associé à sa refondation, alors qu’au PS le processus de « numérisation » s’est déroulé à tâtons. Puis, le lien sera fait entre rythme imposé par le calendrier électoral et innovations numériques.

2002 : Moderniser les institutions partisanes

  • 5 Pour plus de détails sur la création de l’UMP, se référer à l’ouvrage de Haegel (2013).

5Lors du Congrès du 17 novembre 20025 est mis en place un scrutin par Internet visant à élire un des cinq candidats à la présidence de l’UMP - dont les deux principaux sont des anciens du Rassemblement pour la République (RPR). Cette volonté d’instaurer des méthodes de vote en ligne s’inscrit dans une stratégie de refonte du parti. La nouvelle UMP veut se démarquer de l’ancien RPR et le recours au numérique paraît un moyen aisé pour donner l’image d’un parti moderne. En 2002, le PS doit de son côté faire face à une profonde défaite subie lors de l’élection présidentielle, marquée par le départ de Lionel Jospin de la vie politique. Ce contexte difficile amène les cadres du parti à remettre en cause les manières de fonctionner traditionnelles et à proposer des réformes pour le moderniser.

Naissance de l’UMP et mise en place du vote numérique interne

6Le 23 avril 2002, l’UMP (« Union pour la Majorité Présidentielle ») est officiellement créée. Ayant suscité la surprise deux jours plus tôt, la présence au second tour de Jean-Marie Le Pen, tête de liste du Front National (FN - parti d’extrême droite français) permet en effet à Jacques Chirac et à ses partisans de justifier une refondation unitaire des partis de droite afin de contrer la montée du FN. Le Congrès du 17 novembre 2002 incarne symboliquement le moment de la naissance de l’UMP. C’est également le moment du lancement d’un scrutin par Internet visant à élire un des cinq candidats – dont les deux principaux sont des anciens RPR. La participation enregistrée lors de ce vote est faible puisqu’elle atteint seulement 29 %, soit une désignation de l’équipe dirigeante par seulement 22,9 % de l’ensemble des militants, – Laurent Olivier souligne cependant qu’il « est plus raisonnable de tabler en fait sur une participation de 50 %, en raison de la nette surévaluation du nombre d’adhérents inscrits à l’UMP » (Olivier, 2003 : 761). Ce scrutin par Internet vise à donner l’image d’un parti modernisé et unifié qui s’engage sur le chemin des innovations technologiques et institutionnelles.

  • 6 Le RPR est connu pour la primauté donnée au chef et la cooptation, la démocratie interne n (...)

7En effet, la création de l’UMP s’accompagne d’une démocratisation supposée par rapport aux partis qui la composent6. La structure composite de l’UMP à travers l’absorption de plusieurs formations politiques préexistantes – courants qui ne sont pourtant pas institutionnalisés – l’oblige à introduire encore davantage d’espaces de débats dans son fonctionnement. C’est dans ce contexte de désir de reconnaissance du pluralisme de l’UMP que Nicolas Sarkozy développe une rhétorique autour du débat et développe avec ses équipes les modalités d’échanges internes en ligne. Suite à l’élection de N. Sarkozy en 2004 à la tête du parti, la nouvelle direction organise des débats en interne, portant notamment sur l’élaboration d’un programme unitaire dans la perspective des élections législatives de juin 2007, et utilise Internet pour communiquer sur cette démarche participative et la mettre en œuvre. Ainsi, en 2005, lors de l’organisation de débats autour des dix-huit conventions thématiques dans la perspective des élections de 2007, les propositions sont mises en ligne sur un site web. Les adhérents sont invités à commenter ces propositions en répondant à un questionnaire en ligne (disponible aussi dans la revue Le Magazine de l’Union).

8L’année 2002 a marqué la volonté d’inscrire le numérique dans le fonctionnement de l’UMP. Mais cela s’est réellement concrétisé en 2004, avec l’arrivée de N. Sarkozy à la tête du mouvement. Ce dernier a favorisé l’introduction du numérique, en cohérence avec son discours autour de la « modernisation » du parti et le recrutement de nouveaux adhérents (Bargel & Petitfils, 2009). L’introduction du numérique à l’UMP fait aussi écho à des enjeux internes. En effet, recruter en ligne des nouveaux adhérents favorise une déterritorialisation (au moins de départ) de ces derniers. Ce déracinement territorial convient au nouveau président de l’UMP : cela permet d’éloigner les nouveaux adhérents des logiques locales d’allégeances aux courants. Le recrutement en ligne permet ainsi de renforcer la personnalisation de l’UMP, favorable à Nicolas Sarkozy qui cherche à renouveler la base militante, issue majoritairement du RPR.

Défaites électorales et intégration du numérique par à-coups au PS

  • 7 Les adhérents ne sont pas rattachés à une section territoriale du parti et communiquent en (...)
  • 8 La création de cette section virtuelle socialiste est toutefois très précoce puisqu’il fau (...)

9Bien que dès 1998, le PS fonde une « section virtuelle »7, il faut attendre le congrès de 2005 pour que le parti s’ouvre véritablement au numérique, notamment dans le recrutement de nouveaux adhérents en ligne – processus engagé dès 2004 par l’UMP8.

  • 9 « Premiers enseignements de l’usage d’Internet dans les élections américaines », Lettre n° (...)

10En novembre 1999, la lettre n° 13 de la section dite virtuelle est consacrée aux enseignements à retirer des campagnes numériques américaines pour celles à venir en France : « Les élections présidentielles 2000 pourraient être au web ce que la compétition présidentielle de 1960 fut à la télévision. »9. Ainsi, cette section alerte le parti sur les initiatives numériques et permet d’offrir un espace de dialogue aux adhérents intéressés par cette thématique. Mais ses recommandations n’ont que peu d’échos dans les réseaux nationaux du parti ce qui dénote bien de la faible intégration du numérique au sein du PS à la fin des années 1990. Seul un petit groupe d’experts y accordent de l’intérêt. En décembre 2003, la section revendiquait 230 participants : soixante « adhérents » (ils adhérent au PS via la section virtuelle Temps réels), soixante-dix « membres associés » (déjà membres du PS, ils participent aux travaux de Temps réels sans quitter leur propre section) et cent « correspondants » (ils participent aux travaux de Temps réels, sans adhérer au PS).

  • 10 Présentation du contenu des six contributions, s’intéressant notamment au télétravail, à l (...)
  • 11 Les motions 1 (F. Hollande) et 2 (L. Fabius) l’évoquent de façon éparse, la motion 4 (Jean (...)

11Même si elle regroupe seulement une minorité d’adhérents, les membres de la section virtuelle Temps Réels ont su se faire entendre lors du congrès socialiste du Mans en 2005. Les responsables de Temps Réels ont porté six contributions thématiques concernant les technologies de l’information et de la communication10. Ce nouvel intérêt pour le numérique au PS est facilement visible avec l’intégration de cette thématique au sein même des propositions de plusieurs motions11. C’est le cas par exemple de celle de François Hollande, qui indique :

  • 12 Archive du dossier présenté par la motion 1 lors du congrès de 2005, p. 45-46.

« B – Un parti ouvert
Nous savons que le nombre des militants socialistes est trop faible (…) C’est pourquoi, nous devons mettre en œuvre un grand plan de développement du parti (…) Internet doit permettre de diffuser des jeux de fiches et de constituer une banque de données. Dans la communication enfin. (…) les campagnes récentes ont montré toute l’importance des technologies modernes pour la communication interne comme pour la communication extérieure. Un nouveau site Internet va être ouvert cet automne. Les fédérations se verront également dotées gratuitement de sites qui pourront être déclinés au niveau des sections. »12

12Étant donné l’intérêt récent porté au numérique, est décidée lors de ce congrès, la mise en place d’un pôle « développement du parti », dont relèvent les technologies de l’information et de la communication (TIC), autour de Jack Lang.

13L’intégration du numérique au sein de l’UMP et du PS est rythmée par des enjeux internes propres. Toutefois, il semble que pour ces deux partis, la volonté de recruter des nouveaux adhérents pour renouveler la base militante a joué un rôle fort dans l’introduction de dispositifs numériques.

Une numérisation, rythmée par les campagnes électorales nationales

  • 13 La période de pré-campagne est régie par « des négociations souterraines et inégales, des (...)
  • 14 Au fondement, Désirs d’Avenir est le nom d’une association regroupant les partisans de S. (...)

14Depuis le début des années 2000, les « pré-campagnes13 » apparaissent comme un moment d’expérimentations numériques. En amont de la primaire socialiste fermée de 2006, face à la baisse des effectifs, le PS avait proposé une adhésion sur Internet à vingt euros. Cette première adhésion à faible coût et possible en ligne était en soi une forme d’innovation, annonçant déjà les primaires ouvertes. La pré-campagne de l’élection présidentielle de 2012 a, quant à elle, été marquée par la création et la multiplication par effet de mimétisme de réseaux sociaux partisans, visant à moderniser la mobilisation militante. Chaque campagne électorale présidentielle porte d’ailleurs son lot d’innovations techniques : 2007 a été ainsi marquée par la mise en place de la plateforme participative de S. Royal – Désirs D’avenir14 – ; 2012 par l’usage intense des réseaux sociaux – notamment Twitter et Facebook – ; et enfin 2017 semble s’orienter vers une exploitation des données numériques (Theviot, 2016).

« Ouvrir » le parti avec l’adhésion en ligne pour « démocratiser » les Primaires internes

15Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2007, le PS est face à un défi : recruter de nouveaux adhérents pour contrer son adversaire direct, l’UMP, devenu le premier parti militant de France, dépassant en nombre d’adhérents son concurrent socialiste. L’UMP permet les adhésions en ligne, ce qui n’est pas le cas du PS. À la veille de l’organisation de primaires fermées de 2006, le PS se voit donc contraint de réformer en profondeur son mode de recrutement. Le travail des modalités d’ouverture du parti est confié à J. Lang, alors à la tête du nouveau pôle « développement du parti ».

16En contrepartie de vingt euros, le nouvel adhérent socialiste a pu acquérir le droit de désigner son candidat à l’élection présidentielle. En faisant baisser le coût des cotisations, il s’agissait d’une première réduction de l’écart entre sympathisants et adhérents qui s’est traduite par une arrivée massive, et souvent non-renouvelée, de nouveaux adhérents dans l’objectif du vote à la primaire socialiste.

  • 15 « L’adhésion à un parti politique », in L’Express, 1er septembre 2008. En ligne : L’Expres (...)

17Lancée le 9 mars 2006 (et s’arrêtant le 1er juin), cette campagne d’adhésion est assortie d’une campagne de communication afin de faire connaître aux citoyens cette initiative à faible coût – matériel, mais aussi symbolique (plus besoin de se déplacer à une permanence du parti pour prendre sa carte, un clic suffit) – si bien que certains médias la qualifie de « low-cost15 ». Sur la Toile, certains adhérents font connaître via leurs blogs cette adhésion « pas chère » pour voter aux primaires socialistes et éviter ainsi la désignation des « vieux barons de la gauche » (voir figure 1). L’adhésion à vingt euros est également possible par voie postale et par téléphone, mais la nouveauté de la possibilité d’adhérer en ligne l’a résumée, dans l’esprit des militants, à une adhésion par Internet : ainsi, les adhérents à vingt euros sont aussi souvent appelés « adhérents-Internet ».

18Le faible coût de l’adhésion engendre un débat interne au parti pour décider si ces « adhérents à vingt euros » seraient des vrais adhérents et s’ils auraient les mêmes droits que les autres. Cette discussion pose les jalons des tensions au PS, entre la volonté d’ouvrir le parti et celle de maintenir la répartition des courants politiques. Le PS déclare avoir enregistré plus de 75 000 demandes d’adhésion dont 55 000 avaient été concrétisées avant l’été. Cette arrivée massive de nouveaux adhérents, dans un parti qui en comptait auparavant 120 000, modifie les équilibres internes. Le succès de S. Royal lors des primaires internes - qui l’emporte à plus de 61 % (dont les deux-tiers proviennent de nouveaux adhérents) – illustre le déséquilibre opéré sur la répartition des adhérents au sein des courants. L’afflux de ces 75 000 nouveaux adhérents vient brouiller les calculs partisans. Certains diront même par la suite que S. Royal n’était pas la candidate du parti, au sens où elle a été élue via le vote des adhérents à vingt euros.

Figure 1 – Capture d’écran d’un blog d’un nouvel adhérent socialiste à vingt euros.

[Source en ligne : <http://blog.barbayellow.com/​2006/​05/​09/​j-ai-claque-20-euros/​>, consulté le 12.06.2015].

  • 16 Le vote sur le projet socialiste n’a mobilisé que 50 % des 220 000 inscrits.
  • 17 « Les 20 euros quittent le navire », Libération, 22 octobre 2007. En ligne : Libération, <http://www.liberation.fr/evenement/2007/10/22/les-20-euros-quittent-le-navire-ps_104347>,</http> (...)

19Ces nouveaux militants « hors-sol », reconfigurant les stratégies internes, n’ont pas été forcement bien accueillis lorsqu’ils se rendaient dans leur section (et tentaient de « revenir dans le sol ») puisque ils sont accusés de diluer l’identité militante et de remettre en cause le modèle génétique du parti (Lefebvre, 2003). L’ouverture des adhésions est pensée comme un moyen d’améliorer la visibilité du parti et de coller davantage aux « attentes » de « l’électorat de gauche », mais elle entre en confrontation avec les intérêts et équilibres internes. La faible participation des adhérents à vingt euros lors des investitures pour les élections municipales et lors du congrès de Reims16 atteste bien d’une intégration difficile dans les rangs du PS. Ces déçus n’ont d’ailleurs pas pour la plupart renouvelé leur adhésion17. Le rôle de la socialisation militante ne peut être négligé dans l’intégration des adhérents au sein de l’institution partisane (Sawicki, 2003).

Préparer 2012 avec le développement de réseaux sociaux partisans

  • 18 Marc Abélès, « Les primaires ou le triomphe du sympathisant », Libération, 2 septembre 200 (...)

20Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012 et après un référendum militant le 1er octobre 2009, un texte intitulé « la rénovation » a été soumis au vote du conseil national socialiste le 8 juin 2010 et adopté le 3 juillet 2010 lors d’une « convention nationale sur la rénovation » s’appuyant sur un rapport produit par Arnaud Montebourg et Olivier Ferrand à destination de la première secrétaire Martine Aubry. Un des éléments les plus marquants de cette convention a été la décision de mettre en place des primaires ouvertes pour choisir le candidat à l’élection présidentielle de 2012. Là encore, la période des pré-campagnes semble être mise à l’honneur avec la mise en place de ces primaires ouvertes. Inspiré des exemples italiens et américains, le dispositif vise à renforcer la légitimité du candidat socialiste en donnant la possibilité aux sympathisants18, en plus des adhérents, de venir voter pour un des candidats à l’investiture. L’exercice illustre la volonté « d’ouvrir » le parti et d’aller à la rencontre des Français de gauche non-adhérents.

  • 19 En ligne : La Coopol, < http://www.lacoopol.fr/presentation>, consulté le 28.09.2013.
  • 20 Martine Aubry, Première secrétaire du PS, le 12 janvier 2010, lors de la présentation de l (...)

21La mise en place du réseau social socialiste, la Coopol19 (ou Coopérative politique), lancé le 12 janvier 2010, s’inscrit aussi dans cette démarche d’ouverture puisque tous les sympathisants de gauche peuvent s’y inscrire et prendre part aux discussions militantes. Il s’agit aussi d’avoir un temps d’avance dans la préparation de la campagne présidentielle de 2012 : lancer une telle plateforme d’organisation militante en 2010 permet aux adhérents de s’approprier son fonctionnement pour 2012. Selon sa présentation officielle, « c’est un outil qui permet une meilleure organisation pour les militants, c’est-à-dire qu’on leur permet d’échanger entre eux, de porter entre eux des actions, des manifestations, des groupes de travail, des groupes de réflexion, pas seulement sur leur territoire, mais un peu partout en France20 ».

  • 21 Ce réseau s’assimile à un agrégateur et à un producteur de contenu, plus qu’à un espace de (...)

22Une semaine auparavant, l’UMP a également lancé son propre réseau social partisan : les Créateurs de possibles. Il faut dire qu’en 2010, nombreux sont les partis qui ont créé leur propre plateforme communautaire : les Démocrates pour le Modem21, Think Centre pour le Nouveau Centre, etc. Créer son réseau social s’inscrit dans une logique de mimétisme, mais aussi dans une approche de contrôle du Web. En effet, les partis politiques sont plus à même d’encadrer ce qui se dit en ligne sur un espace de discussion qu’ils ont eux-mêmes élaboré et dont ils peuvent modifier les paramètres techniques, l’architecture et le design.

  • 22 Thierry Solère, directeur de la campagne numérique de Nicolas Sarkozy en 2007. Entretien d (...)

23Le numérique n’est pas alors utilisé dans une vision interactive : ces réseaux sociaux partisans sont davantage des vitrines technologiques, des moyens de rendre plus pragmatique le militantisme par l’offre d’actions que des espaces d’échange. Cette approche de contrôle du réseau a conduit à son échec. Celui créé par l’UMP a dû fermer avant même la campagne. Le propos rétrospectif du directeur de la campagne numérique de Nicolas Sarkozy est sévère : « c’est nul ça [les Créateurs de possibles]… C’est complément bidon ça, ça a été un échec cuisant, c’est fermé d’ailleurs depuis…22 ». Du côté socialiste, un des responsables de la campagne en ligne de François Hollande explicite les raisons de l’échec de ces réseaux :

  • 23 Romain Pigenel, responsable du pôle Influence au QG de François Hollande pendant la campag (...)

« Moi, j’avais écrit très tôt, dès la sortie de la Coopol en 2010, que ça ne fonctionnerait pas […] Et l’UMP a fait la même erreur. Tous les partis ont fait la même erreur à l’époque parce qu’ils ont tous eu ce raisonnement archaïque consistant à dire… Enfin à la fois, ils avaient compris qu’il fallait être sur les réseaux sociaux. Et en même temps, ils étaient emportés par, je dirais, “la mentalité archaïque des partis” qui est de dire : “il faut tout contrôler, tout garder et donc on va faire venir les gens chez nous plutôt que s’ouvrir”. Et ça a été un échec. Voilà, les Créateurs du possible [sic] se sont cassés la gueule méchamment. La Coopol guère mieux. On a oublié que les Verts, que le Nouveau Centre, le Modem avaient lancé des plateformes qui sont toutes aujourd’hui disparues et qui ont coûté des fortunes23 »

24Stephen Coleman a travaillé sur l’échec des dispositifs numériques mis en place pour intéresser les jeunes Anglais aux institutions publiques. Selon l’auteur, ce revers s’explique par la conception de la citoyenneté inscrite au cœur de ces dispositifs, qu’il qualifie de « managed citizenship ». Le dispositif technique propose en effet un encadrement trop rigide qui amène les jeunes citoyens à se retirer de cette expérience, souhaitant un modèle plus libre – désigné dans l’article par « autonomous citizenship » – qui valorise la circulation de l’information et la créativité dans la production de contenus (Coleman, 2008). Dans la même optique, le cadrage des réseaux sociaux partisans du PS et de l’UMP a conduit à leur échec.

25À l’UMP, avec les Créateurs de possibles, a été proposé un réseau ouvert mettant en avant le débat d’idées citoyen alors que ce parti de gouvernement ne bénéficie pas d’une communauté partisane en ligne, capable d’activer ce réseau pour le faire connaître au grand public. À l’inverse, le PS a mis en place un réseau plus fermé (destiné aux militants et sympathisants) qui s’est avéré fortement encadré alors que ce parti possède une forte culture du débat d’idées. Cette inadéquation du cadrage avec la culture partisane a amené les militants à délaisser ces outils qui ne leur correspondaient pas.

Conclusion. « Faire croire » à l’innovation

26Les partis politiques sont souvent appréhendés comme de vieilles institutions qui rencontrent des difficultés à répondre aux demandes citoyennes. L’usage intense du numérique se veut une occasion pour ces organisations de rompre avec ces représentations péjoratives. La pré-campagne est alors une période propice pour préparer la démonstration de la modernité, tout comme les défaites électorales qui imposent une remise en question interne. Ainsi, les échecs électoraux du PS (1993, 1995, 2002, 2007) ont ouvert des discussions sur sa « refondation », sa « rénovation », sa « modernisation » et Internet est vu comme un vecteur de changement pour réformer le parti.

27Le développement des outils numériques se fait donc par à-coups successifs en fonction du calendrier électoral. Cela est particulièrement prégnant pour le rendez-vous de l’élection présidentielle, mais ne se constate guère pour des élections locales qui n’engendrent pas les mêmes investissements financiers permettant des développements technologiques.

28L’objectif principal de l’usage du numérique par les partis politiques français est donc de restaurer leur image : paraître innovant, à la pointe de la technologie, « être dans le coup ». On l’a vu, certaines innovations comme les réseaux sociaux partisans ont conduit à des échecs, mais ont fait parler du parti médiatiquement lors du lancement de ces outils, en lui accolant une étiquette de modernité. Les innovations proclamées sont d’ailleurs largement trompeuses : elles ne sont souvent que des imitations de ce qui a déjà été testé ailleurs et se coulent dans les pratiques traditionnelles de l’institution partisane.

  • 24 Ils se posent alors comme des moteurs de la « rénovation ».

29En effet, la réelle conversion du PS et de l’UMP à Internet doit peu à un engouement technique et beaucoup à des enjeux de fonctionnement interne. Il s’agit de recruter des adhérents, d’ouvrir le parti afin de répondre à des attentes de nouveaux cadres du parti qui cherchent à rompre les équilibres internes précédents. Tout comme l’ouverture des primaires socialistes aux « adhérents Internet à vingt euros », les oppositions entre « ancien » et « nouveau » modèle militant dissimulent des enjeux tactiques. Autrement dit, la montée en puissance du numérique est indissociable de luttes symboliques et politiques, contribuant à légitimer certains promoteurs24 de ces « nouvelles » formes d’engagement.

Bibliographie

Bibliographie

Barboni Thierry, Treille Eric, « L’engagement 2.0 », in Revue française de science politique, 60, 2010, p. 1137-1157.

Bargel Lucie, Petitfils Anne-Sophie, « “Militants et populaires !” Une organisation de jeunesse sarkozyste en campagne. L’activation périodique d’une offre organisationnelle de militantisme et ses appropriations pratiques et symboliques », in Revue française de science politique, 59, 1, 2009, p. 51-75.

Beauvallet Godefroy, Ronai Maurice, « Vivre a temps réels », in Réseaux, 1, 129-130, 2005, p. 275-309.

Coleman Stephen, « Doing IT for Themselves : Management versus Autonomy in Youth E-Citizenship », in Bennet Lance (dir.), Civil Life Online : How Media Can Engage Youth, Cambridge, MIT Press, 2008, p. 189-206.

En ligne : <http://mitpress2.mit.edu/books/chapters/0262026341chap9.pdf>, consulté le 21.10.2016.

Desquinabo Nicolas, « Dynamiques et impacts des propositions politiques dans les webforums partisans », in Réseaux, 26, 150, 2008, p. 107-132.

Greffet Fabienne (dir.), Continuerlalutte.com Les partis politiques sur le Web, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

Haegel Florence, Les Droites en fusion, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

Kreiss Daniel, Taking our Country Back, The Crafting of Networked Politics from Howard Dean to Barack Obama, Oxford University Press, 2012.

Lefebvre Rémi, « Le militantisme socialiste n’est plus ce qu’il n’a jamais été », in Politix, 102, 2013, p. 7-33.

Mabi Clément, Theviot Anaïs, « La rénovation par le Web ? Dispositifs numériques et évolution du militantisme au PS », in Participations, 8, 2014, p. 97-126.

Olivier Laurent, « Ambiguïtés de la démocratisation partisane en France (PS, RPR, UMP) », in Revue française de science politique, 53, 2003, p. 761-790.

Restier-Melleray Christiane, Que sont devenues nos campagnes électorales ?, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2002.

Sawicki Frederic, « Les temps de l’engagement », in Lagroye Jacques (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003, p. 123-146.

Stromer-Galley Jennifer, Presidential Campaigning in the Internet Age, Oxford, Oxford University Press, 2014.

Theviot Anaïs, « Les primaires : terrain d’expérimentation de l’innovation politique ? Le cas de la campagne d’A. Juppé en 2016 : une mobilisation « scientifique » orchestrée par les data », in Les Primaires ouvertes en France, Lefebvre Remi et Treille Eric (dir.), PUR, octobre 2016, p. 213-238.

Vaccari Christian, « Surfing to the Élysée : the Internet in the 2007 French Elections », in French Politics, 6 (1), 2008, p. 1-22.

Yanoshevsky Galia, « L’usage des vidéoblogs dans l’élection présidentielle de 2007. Vers une image plurigérée des candidats », in Mots. Les langages du politique, 89, 2009, p. 57-68.

Zetlaoui Tiphaine, « Histoires(s) politique(s) de l’Internet : de l’amnésie au formatage idéologique », in revue CIRCAV, 24, 2015, p. 47-60.

Notes

1 On retrouve le même biais dans les études anglo-saxonnes, si bien que D. Kreiss (2012) invite ses collègues américains à reconsidérer la dimension temporelle dans leurs recherches.

2 On note toutefois quelques exceptions avec les travaux récents de T. Zetlaoui (2015).

3 Pour cette enquête, une cinquantaine d’entretiens a été réalisée avec plusieurs membres des équipes numériques de campagne de l’élection présidentielle de 2002, 2007 et 2012. Au moment des interviews (en 2012-2013), soit quatre ans à dix ans plus tard, les enquêtés n’avaient plus précisément en tête le déroulement de la campagne de 2002 ou de 2007. Il en reste des représentations construites, imaginées, réinventées a posteriori. Celles-ci sont aussi révélatrices des fantasmes et des mythes qui imprègnent le discours des enquêtés.

4 Ce travail repose en partie sur notre thèse de doctorat en science politique, soutenue en 2014 : Mobiliser et militer sur Internet. Reconfigurations des organisations partisanes et du militantisme au Parti socialiste et à l’Union pour un mouvement populaire. Institut d’Etudes politiques de Bordeaux, Centre Émile Durkheim, 2014.

5 Pour plus de détails sur la création de l’UMP, se référer à l’ouvrage de Haegel (2013).

6 Le RPR est connu pour la primauté donnée au chef et la cooptation, la démocratie interne n’étant pas au fondement de cette organisation.

7 Les adhérents ne sont pas rattachés à une section territoriale du parti et communiquent en ligne, en privilégiant les thématiques sur le numérique.

8 La création de cette section virtuelle socialiste est toutefois très précoce puisqu’il faut attendre 2007 pour que soit créée une Fédération numérique à l’UMP.

9 « Premiers enseignements de l’usage d’Internet dans les élections américaines », Lettre n° 13, 20 novembre 1999. Archives en ligne des lettres de la section numérique ; En ligne <http://lasectionnumeriquedups.net/lettre-n%C2%B013-premiers-enseignements-de-l%E2%80%99usage-d%E2%80%99Internet-dans-les-elec-tions-americaines/>, consulté le 15.06.2016.

10 Présentation du contenu des six contributions, s’intéressant notamment au télétravail, à la réduction de la « fracture numérique », à la maîtrise sociale des technologies de l’information, etc. En ligne : <http://lasectionnumeriquedups.net/six-contributions-thematiques-technotropes-pour-un-congres/>, consulté le 15.01.2016.

11 Les motions 1 (F. Hollande) et 2 (L. Fabius) l’évoquent de façon éparse, la motion 4 (Jean-Marie Bockel) s’y intéresse de façon plus globale en parlant d’innovation en général, alors que la motion 5 (Nouveau Parti socialiste pour une alternative socialiste) y consacre une rubrique entière. La motion 3 (Utopia), quant à elle, n’y fait pas référence.

12 Archive du dossier présenté par la motion 1 lors du congrès de 2005, p. 45-46.

13 La période de pré-campagne est régie par « des négociations souterraines et inégales, des actions stratégiques et des concurrences personnelles, sans activité particulière en direction de l’électorat. » Restier-Melleray (2002 : 182).

14 Au fondement, Désirs d’Avenir est le nom d’une association regroupant les partisans de S. Royal. Ses statuts ont été déposés le 13 décembre 2005. Cet intitulé a ensuite été emprunté à l’association pour désigner le site Internet mis en place par l’équipe web de S. Royal en 2007. 135 000 contributions ont été enregistrées sur ce site et synthétisées dans « Les Cahiers d’espérance ».

15 « L’adhésion à un parti politique », in L’Express, 1er septembre 2008. En ligne : L’Express, <http://lexpansion.lexpress.fr/economie/l-adhesion-a-un-parti-politique_161200.html>, consulté le 15.01.2016.

16 Le vote sur le projet socialiste n’a mobilisé que 50 % des 220 000 inscrits.

17 « Les 20 euros quittent le navire », Libération, 22 octobre 2007. En ligne : Libération, <http://www.liberation.fr/evenement/2007/10/22/les-20-euros-quittent-le-navire-ps_104347>, consulté le 15.01.2016 ; « Les déçus du PS ont le sentiment de ne pas avoir été entendu », La Croix, 15 octobre 2008. En ligne : La Croix, <http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-decus-du-PS-ont-le-sentiment-de-ne-pas-avoir-ete-entendus-_NG_-2008-10-15-678763>, consulté le 15.01.2016.

18 Marc Abélès, « Les primaires ou le triomphe du sympathisant », Libération, 2 septembre 2009.

19 En ligne : La Coopol, < http://www.lacoopol.fr/presentation>, consulté le 28.09.2013.

20 Martine Aubry, Première secrétaire du PS, le 12 janvier 2010, lors de la présentation de la Coopol à la presse.
En ligne : <http://www.dailymotion.com/video/xbu3sq_martine-aubry-presente-la-coopol_news>, consulté le 12.03.2010.

21 Ce réseau s’assimile à un agrégateur et à un producteur de contenu, plus qu’à un espace de discussion ou de mobilisation. L’objectif est d’occuper le Web, de faire circuler les idées et de les diffuser au plus grand nombre.

22 Thierry Solère, directeur de la campagne numérique de Nicolas Sarkozy en 2007. Entretien du 16 juin 2011.

23 Romain Pigenel, responsable du pôle Influence au QG de François Hollande pendant la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Entretien du 11 octobre 2012.

24 Ils se posent alors comme des moteurs de la « rénovation ».

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Capture d’écran d’un blog d’un nouvel adhérent socialiste à vingt euros.
Crédits [Source en ligne : <http://blog.barbayellow.com/​2006/​05/​09/​j-ai-claque-20-euros/​>, consulté le 12.06.2015].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/6063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Université Catholique de l’Ouest, CRAPE. Anaïs Theviot, docteure en science politique et MCF en Sciences de l’information et de la communication, s’intéresse au militantisme partisan en ligne. Sa thèse étudie l’usage du Web par les adhérents, ainsi que les stratégies numériques du Parti socialiste et de l’Union pour un mouvement populaire en période de campagne électorale. Ses recherches ont donné lieu à une dizaine de publications dans des revues à comité de lecture (dont la Revue française de science politique, Mots, French politics, etc.) et l’ont conduite à intégrer des programmes collectifs de recherche (LEGIPAR, enpolitique.com, GENEREL, etc.).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540