Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éducation de l’écolier sourd, histoire d’une orthopédie, 1822 à 1910

 | 
Didier Séguillon

Partie 2. 1822-1880 : De l’art de prévenir et corriger les corps à celui de faire entendre et parler. Une orthopédie en construction ?

Une orthopédie préventive au service de « l’art de faire entendre »

Texte intégral

1À l’instar de la gymnastique, les promenades tout comme la surveillance de l’alimentation sont autant d’éléments visant une bonne hygiène. L’air et bientôt le grand air sont également des aspects présentés comme essentiels dans l’éducation des enfants sourds en France dans cette seconde partie du xixe siècle.

2L’éducation se place progressivement sous le contrôle direct des médecins. La surdi-mutité devient alors un objet médical et chirurgical de premier plan, l’orthopédie en usage dans l’éducation des écoliers sourds change ainsi de nature, passant de la référence militaire à celle de la médecine. L’ensemble des règles de vie est concerné par les transformations des représentations du corps. Au milieu du xixe, le corps n’est plus une simple mécanique. Il est une machine telle celle de l’industrie, productrice d’énergie et créatrice de rendement. Le souffle est alors comparé à celui de la locomotive. On cherche déjà à mesurer ce que l’on ne va pas tarder à nommer la « capacité respiratoire vitale ». Hutchinson invente un appareil en 1846 pour évaluer cette capacité, matériel qui est massivement utilisé à la fin du siècle dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds. Dans la perspective non pas d’hygiène à donner aux enfants sourds à proprement parler, mais d’une hygiène curative, on soigne, on opère, on trépane les crânes pour tenter de faire entendre le jeune sourd, marquant ainsi une des pages les plus noires de l’histoire des sourds et de la surdité. L’entreprise orthopédique mise progressivement en place au cours du xixe siècle va bientôt être à son zénith, avec des expérimentations chirurgicales des plus audacieuses. Elle sera poursuivie par la mise en œuvre de l’éducation auditive, dernier maillon de ce processus d’orthopédie.

La prévention par une hygiène bien « maîtrisée »

  • 1 Vigarello Georges, Le sain et le malsain : santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, (...)
  • 2 Ibid., p. 188.

3L’intérêt pour la respiration en général et pour le souffle en particulier est la conséquence directe de l’angoisse à l’encontre de la phtisie et du mal des poitrinaires dans cette seconde moitié du xixe siècle. La prévention passe par le bon usage de l’air (cf. annexe a, en fin de chapitre). C’est « le changement d’air, en définitive, qui semble pouvoir alléger l’oppression des poitrinaires. […] C’est le voisinage des collines et des rivages, le séjour aux éthers libres et légers1 » qui semblent retenir toute l’attention des médecins et des pouvoirs publics au milieu de ce xixe siècle. C’est donc, selon l’expression de Georges Vigarello, la perspective d’un « État hygiéniste » qui se profile et la volonté que « l’hygiène aspire à perfectionner la nature humaine en général ». C’est cette quête « aériste », nous semble-t-il, en rejoignant le sentiment de Georges Vigarello sur ce point, qu’il faut mettre en relation avec la nouvelle place prise par la médecine et ses praticiens. Le statut du médecin n’est plus vraiment le même, son rôle préventif non plus : « Homme des Lumières, il revendique une influence qu’il n’avait pas2. » Pour asseoir cette nouvelle influence, les médecins ne manquent pas de faire appel à la diffusion du savoir médical, par le canal de la presse notamment, alors en pleine expansion. La prévention des maux relèvera dorénavant du seul médecin, ce qui avait expliqué, notamment, la nomination du docteur Itard à l’INJS de Paris, son rôle au sein de l’institution en matière médicale (secteur en perpétuelle expansion depuis le début du siècle), puis de Ménière, Blanchet, mais aussi en matière pédagogique, ce qui ne relève pourtant pas de leurs prérogatives. Cette nécessité d’aérer les enfants, au-delà des préoccupations de santé, est particulièrement présente dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds et préfigure déjà tout ce qui se mettra en place autour de la nécessité édictée pour les enfants sourds d’exercer leur respiration, élément consubstantiel à une bonne éducation de la parole. L’idée est que par un travail régulier et systématique de la respiration, celle-ci doit permettre une bonne expression orale (cf. annexe b). La respiration devient source directe d’énergie, l’oxygène transforme l’acte respiratoire en acte moteur. Cette idée, promue par les pédagogues, sera particulièrement développée dans la prochaine période étudiée. L’éducation de l’écolier va se transformer, profondément, par la pratique d’une multitude d’exercices de type respiratoire. L’orthopédie appliquée à l’éducation des jeunes sourds convertit celle-ci en une recherche de normalisation maximale de son mode de communication et le corps de l’enfant sourd, encore une fois, se trouve, dans ce travail sur la respiration, au cœur de l’entreprise orthopédique dans cette deuxième moitié du xixe siècle.

  • 3 Prosper Ménière (1799-1862). Né en 1799 à Angers, docteur en médecine, professeur agrégé d (...)

4Alors que la toux persistante continue à terroriser les populations, et à juste titre puisque près d’un tiers des décès sont liés plus ou moins directement aux maladies respiratoires, l’hygiène respiratoire s’amorce donc avec les conseils de promenade au grand air et avec la pratique du « bain d’air ». L’air pur, de l’avis général, convient en tout premier lieu à certains tempéraments, notamment dits lymphatiques, mais aussi aux enfants scrofuleux, et donc aux enfants sourds qui sont alors présentés comme étant particulièrement porteurs de ces affections. L’alimentation du jeune sourd passe plus nettement sous la surveillance de la médecine et de ses praticiens. En effet, l’aliment est maintenant perçu comme un combustible de l’oxygène pulmonaire. Certains suggèrent la prévention de la phtisie par l’alimentation. Dans cette perspective, on va contrôler les aliments des individus susceptibles de contracter cette maladie, dont les jeunes sourds. Le médecin qui surveille l’état sanitaire des élèves sourds au sein des grandes institutions de jeunes sourds se trouve chargé de cette tâche. Il peut donc lui arriver de donner son avis sur tel ou tel problème lié à l’alimentation. Prosper Ménière3, médecin à l’INJS de Paris, soumet la réflexion suivante aux membres du conseil d’administration : « Le règlement alloue à chaque élève un kilogramme de viande par semaine. Ce kilogramme est réduit à moitié par la cuisson de sorte que chaque élève n’a réellement qu’une livre de viande à manger par semaine. Sur les quatorze repas par semaine, huit seulement se composent de viande, les six autres sont formés de légumes. Or, si on ajoute à ces six repas maigres les deux goûters de chaque jour qui ne se font qu’avec du pain, on verra que les matières végétales entrent pour plus de cinq-huitièmes dans la teneur totale des aliments consommés par chaque élève. La plupart des sourds-muets sont scrofuleux. La prédominance du système lymphatique chez eux est sans doute le résultat de beaucoup de causes extérieures, mais on voit qu’une alimentation insuffisante est la plus efficace de toutes. Nos élèves respirent un air pur, ils vivent dans un espace large, aéré, chauffé, ils sont bien vêtus, il n’y a donc que le régime alimentaire qui laisse quelque trop à désirer. Les aliments farineux ne contiennent pas assez de principes ajoutés et ne stimulent pas l’organisme autant que cela est nécessaire chez nos élèves. Sur 28 repas par semaine, 20 sont composés exclusivement de substances végétales, et encore sur les huit autres ne voit-on entrer la viande qu’en très petite proportion. Il en résulte que les sourds-muets mangent de manière à se donner de fréquentes indigestions. Il faut ajouter que la viande est en général trop cuite, ce qui constitue un aliment peu agréable et peu nourrissant (cf. annexe c). » À l’institution de Bordeaux, le nombre de repas gras, qui était de 8 par semaine en 1855, a été successivement élevé à 9, puis à 10 et enfin, à 12, les élèves dits « délicats » faisant même 1 repas gras de plus par semaine. L’allocation de viande par plat, qui était de 120 g est portée à 140, soit 117 g exactement de viande cuite, l’allocation de vin elle, passant de 16 centilitres par repas à 20 centilitres. Enfin, le régime alimentaire, qui différait jusque-là pour les élèves boursiers, est unifié.

5Cette surveillance de la nourriture n’est pas due à un quelconque hasard. En effet, alors que le jeune sourd est toujours présenté comme étant plus particulièrement atteint par la phtisie pulmonaire, il est partout souligné dans les traités de médecine l’importance de la nourriture pour guérir la phtisie. On accuse ici ou là, les aliments « de hauts goûts », les liqueurs, des denrées qui déclencheraient les crachements de sang porteurs du mal. Les administrateurs de l’institution de Bordeaux se préoccupent de faire pratiquer le bain en mer pour les jeunes sourds. Les administrateurs de Paris eux, tentent de trouver un palliatif à l’éloignement de la mer : ils font pratiquer les bains « en rivière de Seine » et font construire une salle de bains ordinaire et une salle de bains à vapeur. L’orthopédie par la prévention du corps passe donc par le bon usage de l’air mais aussi de l’eau, dans la deuxième partie du xixe siècle.

La prévention par le bon usage de l’eau

  • 4 Adolphe de Lanneau (1796-1881). Directeur du collège Sainte-Barbe de 1818 à 1838, maire du (...)

6La propreté du corps est devenue un enjeu plus marqué au milieu du xixe siècle (cf. annexe d). Dans cette perspective, dès le début du xixe siècle, on avait déjà fait installer des baignoires dans les grands établissements d’éducation pour de jeunes sourds, à l’image de l’INJS de Paris (cf. annexe e). Avec l’installation de ce dispositif, l’INJS de Paris est très en avance sur les autres institutions publiques. L’idée que l’eau aurait bien un rôle prophylactique envers les maladies dont les sourds seraient porteurs semble bien présente dans les discours justifiant la mise en place de ce dispositif. Mais la fonction des INJS comme vitrines de ce qui se fait de mieux en France vis-à-vis des puissances étrangères, semble néanmoins prépondérante. Adolphe de Lanneau4 est non seulement un partisan de la gymnastique comme nous l’avons déjà vu, mais encore un artisan de cette hygiène corporelle par le bon usage de l’eau, participant ainsi au processus d’orthopédie ou « art de prévenir et de corriger, chez les enfants, les difformités du corps » dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds (cf. annexe f).

  • 5 Cornie Adrien, Étude sur l’institution nationale des sourdes-muettes de Bordeaux 1786- 190 (...)
  • 6 Andrieu Gilbert, L’homme et la force. Des marchands de la force au culte de la forme (xixe(...)

7À Bordeaux, le bain de mer est introduit dès 1846 sur les propositions du docteur Liaubon, médecin de l’institution de Bordeaux. Face aux conditions hygiéniques qualifiées de précaires à cette époque, ce dernier préconisa les bains en mer. Ainsi, l’établissement prit l’habitude d’envoyer « à peu près tous les ans, aux bains de mer, les élèves dont la constitution paraissait réclamer le plus impérieusement un traitement tonique5 ». L’usage des bains « en rivière de Seine » qui apparaît au début du xixe siècle, s’appuie, lui, sur une certaine idée de l’hygiène bien sûr, mais aussi sur les idées de la physiologie moderne encore naissantes. Ainsi, l’image de l’eau est celle d’un liquide qui pénètre dans le corps, qui se mélange avec le sang en le fluidifiant et en facilite les sécrétions et les excrétions. L’effet du bain, notamment du bain froid qui est pratiqué en rivière l’été, est perçu comme bénéfique par l’effet sur les pores de la peau que la fraîcheur de l’eau raffermit. Le bain préserve donc de la maladie que la chaleur à tendance à développer. Ainsi, comme le souligne Gilbert Andrieu, « si la porosité de la peau semble marquer la première moitié du xixe siècle, l’action de la température de l’eau retient l’attention des chercheurs qui s’ouvrent peu à peu à l’hydrothérapie6 », c’est-à-dire à l’usage du bain froid qui raffermit la peau mais aussi le caractère, alors que les bains chauds qui favorisent l’ouverture des pores de la peau, calment et donc fragilisent. Il semble, à suivre pas à pas les explications physiologiques, que la peau soit une sorte de membrane perméable facilitant les échanges entre un milieu intérieur et un milieu extérieur. Les élèves sourds de l’INJS de Paris en pratiquant le bain froid « en rivière de Seine » respectent donc les conseils des hygiénistes de l’époque, tout en cherchant à entretenir leur santé. Vers 1850, l’heure n’est pas encore à l’apprentissage de la natation. Les bains se font directement en eau vive, parfois dans les piscines aménagées dans les eaux de la Seine. La préoccupation hygiénique liée à l’utilisation de l’eau en particulier se précise et devient une préoccupation importante pour les administrateurs des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds. L’eau est utilisée dans différentes thérapeutiques. Elle dissoudrait les impuretés, les déformations et les infirmités. L’eau permettrait donc un retour à un état de nature.

  • 7 Archives INJS de Paris, non classées, 1862.

8Le docteur Blanchet, devenu médecin-chef à l’INJS de Paris, dans un rapport circonstancié adressé au ministre, l’informe de « l’utilité de compléter le service de balnéation, d’organiser des douches et un système hydrothérapique si nécessaire à la constitution, au tempérament et à diverses affections d’un assez grand nombre de ces enfants. La mise en pratique d’une partie de ces propositions a déjà produit une amélioration dans la santé de nos élèves, ainsi que le démontre l’état des registres […] Nous croyons pouvoir attribuer aussi une partie de ces heureux résultats aux soins que nous avons pris d’établir une fois par semaine, l’inspection générale de tous les élèves, et de soumettre à une visite quotidienne et à des soins spéciaux, tous ceux dont la constitution, le tempérament ou des affections particulières réclament une surveillance active. Les exercices de gymnastique, les bains plus fréquents administrés ont eu aussi une large part dans les résultats obtenus7 ». Après l’engagement de l’État dans la pratique de la santé au milieu du xixe siècle, un débat apparaît et sera récurrent pour les sourds, au moins dans les décennies à venir, celui de la dégénérescence et de « l’abâtardissement » de l’espèce, de la race. Il induira à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle les dérives eugénistes que nous connaissons tous. La soi-disant désorganisation corporelle du jeune sourd, « les scrofules » dont il serait plus particulièrement porteur, « les écoulements purulents, et toutes les affections cutanées » décrits avec grand soin par Puybonnieux au milieu du xixe siècle, serait les signes d’un état de dégénérescence, le produit d’une « abâtardisation ». L’idée qui s’insinue dans la majorité des discours est celle d’un risque de déficience biologique, produit de l’hérédité, un désordre qui pourrait gagner les générations successives telle une contagion. Les nouvelles théories biologiques de Lamarck, notamment, aident tout naturellement, à alimenter ce discours. Les organes mis au repos ou en sommeil durant la vie iraient s’atrophiant pour les descendants. C’est ce transformisme qui expliquerait les dégénérescences. Dans le cadre de la surdité, cela pourrait expliquer aussi, peut-être partiellement, cette volonté de faire entendre le jeune sourd et bientôt de le faire parler. En effet, entraîner le jeune sourd à entendre quelques sons, quelques bruits, lui apprendre à dire même quelques mots, pourrait alors, même si il n’en tire pas profit lui-même, profiter à sa lignée. Arrivé à l’âge adulte, il transmettrait des gènes mieux armés et susceptibles d’enrayer la surdité dont il est porteur. On cesserait donc d’être sourd par un entraînement auditif adapté, une bonne alimentation et un bon usage de l’air et de l’eau.

  • 8 Archives INJS de Paris, Règlement général sur l’administration et le régime intérieur de l (...)

9L’idée générale de laver le sourd de ses impuretés pour récupérer un état de moindre surdité demeure donc tout au long du xixe siècle et au début du xxe siècle. L’utilisation de l’eau signifie symboliquement gommer les infirmités, permettant ainsi une forme de régénérescence, sans que cette référence soit vraiment explicite, en cette deuxième moitié de siècle. L’établissement de bains créé au sein même de l’INJS de Paris est l’un des premiers construits dans un établissement public d’enseignement. L’INJS de Paris et plus généralement les grands établissements pour jeunes sourds sont alors les lieux de pratiques hygiéniques particulières et très novatrices pour cette époque. L’hydrothérapie qui était déjà présente dans l’orthopédie naissante du début du xixe siècle à l’INJS de Paris, en deviendra un élément central sous la Troisième République, complément de l’orthopédie oraliste qui sera alors en usage. La médecine comme science de la normalisation prend désormais définitivement pied dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds où le médecin-chef est consulté pour toutes les décisions à prendre dans son fonctionnement. L’admission est purement conditionnée par la surdité. Les degrés de surdi-mutité, d’intelligence et d’aptitude physique de chaque enfant sont l’objet d’un contrôle médical dans la quinzaine qui suit l’entrée à l’institut, ainsi qu’à la fin de la première année d’études. Le mutisme doit être chez l’enfant la conséquence de la surdité et non celle de l’idiotie. Une commission composée du directeur, du censeur, du médecin, procède à l’examen de l’enfant. Les enfants qui, à la suite de cet examen, ne paraîtraient pas « remplir les conditions physiques et intellectuelles nécessaires seront rendus à leurs parents8 ». On traque donc le « faux enfant sourd » ou le jeune sourd « idiot ou déficient intellectuel ». Mais surtout, le jeune sourd deviendra objet de multiples expérimentations dans le but d’en faire un entendant. On soigne, on répare, on trépane le crâne du jeune sourd pour qu’il puisse entendre. Le jeune sourd n’entendra pas, ne se remettra que très rarement de telles interventions. Le corps du jeune devient objet d’une orthopédie médicale des plus féroces.

Expérimentations orthopédiques et éducation auditive : dernier maillon du projet orthopédique

  • 9 César Auguste Baudeloque (1795-1851). Cousin germain de Louis Auguste Baudeloque, médecin (...)

10L’anatomie de l’oreille est, dans la deuxième moitié du xixe siècle, un domaine bien connu de l’otologie (cf. annexe g). Les purgatifs, les injections irritantes dans la trompe d’Eustache, les préparations prurigineuses et amères, les vaporisations d’éther dans le conduit auditif, les cautérisations de la mastoïde, sont autant de procédés utilisés dans le traitement des maladies de l’oreille. Parmi l’ensemble de ces procédés, il y en a un qui tient une place privilégiée, c’est la trépanation. En effet, puisque les sons n’arrivent pas au cerveau par la médiation de l’oreille, il faut supprimer ce qui fait obstacle à son passage. L’enjeu est bien la mise en évidence de la curabilité de la surdité avec toutes ses conséquences pour les sourds et leur communauté. La volonté de faire du sourd un entendant entraîne de multiples expérimentations médicales. Le docteur Baudeloque9, bien qu’étranger à l’Institut, opère et trépane, dans l’idée que l’oreille est un trou et que si le trou est bouché il ne reste qu’à en percer un second à côté. Pourquoi de tels choix de la part du docteur Baudeloque ? Recherche de notoriété, recherche de reconnaissance professionnelle, peut-être. Sadisme, un peu sans doute et probablement aussi espoir du scientifique qui s’estime toujours sur le chemin de « la » découverte qui va transformer le monde ou la science et qui de médecin, devient apprenti-sorcier, oubliant au passage les limites à fixer à toute expérimentation. Ou faut-il entrevoir ici un problème de pouvoir entre l’hôpital et l’INJS de Paris ou encore entre l’académie de médecine et celle de chirurgie ? Nous n’avons pas trouvé de réponse à ces questions. Néanmoins, le projet implicite est de faire entendre le jeune sourd pour le rendre à la société qui est dans sa quasi-totalité entendante, participant ainsi à l’écriture d’une nouvelle page de cette orthopédie maintenant hautement médicalisée et où les chirurgiens règnent en maîtres.

  • 10 Archives de l’INJS de Paris, non classées, 1851.

11Face à ces expérimentations des plus audacieuses, des personnalités se mobilisent, tel le docteur Ménière, médecin-chef de l’INJS de Paris. Ainsi, dans une correspondance de 1851, Ménière s’insurge contre ce genre de pratiques et les critique très vivement : « La marche suivie par tous les prétendus inventeurs de méthode curative de la surdi-mutité est toujours la même. Ils demandent à produire des enfants guéris, avec des certificats de complaisance, mais sans aucune garantie. Ils demandent en outre, à faire des expériences devant un conseil général, devant une commission administrative et se gardent bien de proposer ces épreuves devant l’académie de médecine ou devant la section médico-chirurgicale de l’institut. En un mot, ils fuient le jugement des personnes vraiment compétentes. Monsieur Baudeloque dit qu’il guérit sans opération. Il a donc bien modifié sa méthode, car il y a en ce moment dans la maison des sourds-muets une jeune fille à laquelle il a pratiqué la trépanation du crâne pour la faire entendre au travers de la cicatrice. Cette enfant n’en est pas moins sourde qu’avant cette opération si grave, si audacieuse. Il faut toujours tenir compte de ceci, quand il s’agit du traitement de la surdi-mutité : - il y a des enfants qui deviennent sourds-muets à 4 ans, à 6 ans et plus tard encore. Ceux-là qui ont parlé et qui conservent un peu d’audition peuvent parler et entendre, mais jamais au point de recevoir fructueusement l’éducation orale ordinaire ; - il y a des enfants incomplètement sourds-muets de naissance, ceux-là sont aptes à prononcer quelques mots, mais ils n’entendent jamais assez bien pour parler comme les entendants ordinaires. La principale question est celle-ci : y a-t-il avantage réel pour un sourd-muet de recevoir une autre éducation que celle qui se rapporte à son infirmité ? Le temps employé à ce travail ingrat ne serait-il pas mieux consacré à l’acquisition des seules connaissances utiles à un infirme, en un mot l’éducation industrielle ne vaudrait-elle pas mieux cent fois pour le sourd-muet que l’acquisition pénible et nécessairement très incomplète des rudiments de parole et de chant que l’on s’efforce de lui enseigner en dépit de la nature10 ? »

12Ménière est en rupture avec les conceptions qu’a développées Itard à la fin de sa vie concernant l’oralisme et en rupture également avec la chirurgie expérimentale et sans véritable éthique, pratiquée sur les sourds. C’est le premier à différencier clairement les deux types de populations d’enfants sourds et à dénoncer l’éducation oraliste pour les enfants sourds de naissance (cf. annexe h). De ce point de vue, il apparaît comme un avant-gardiste car le corollaire de sa réflexion, même s’il n’est pas formulé clairement, c’est l’utilisation de la LSF, pour donner à ces enfants une éducation efficace qui leur procure plus tard un métier. Blanchet lui, se situe en rupture avec les conceptions de la surdi-mutité développées par Ménière et reprend à son compte la philosophie et les préceptes du docteur Itard et ce, bien avant sa nomination en tant que médecin-chef à l’INJS de Paris. Dès lors, il effectue un certain nombre d’interventions chirurgicales expérimentales et fait, par ailleurs, la promotion de la méthode orale en mettant au point des exercices visant la récupération auditive. Ménière s’insurge contre ce genre de pratiques et les critique vigoureusement. On assiste donc, dans cette seconde moitié du xixe siècle, à l’établissement d’une véritable orthopédie d’essence médicale dans le domaine de la surdité et de l’éducation des enfants sourds. Celle-ci se manifeste aussi par l’élaboration de classifications des types de surdité et de leurs mesures audiométriques, héritières des premières mesures faites par Itard, dernière condition nécessaire de la quantification de la maladie « surdité ». Le sourd perd définitivement là son statut existentiel, pour ne devenir que le sujet d’une maladie du corps. Dès lors, l’orthopédie dans l’éducation des enfants sourds se formalise et se justifie, il s’agit maintenant de palliatifs ou d’aides à la rééducation. On entre de plain-pied dans un processus de mécanisation et de médicalisation de la surdité. L’éducation des restes auditifs est le dernier maillon de la mise en œuvre d’une orthopédie basée sur l’apprentissage de la parole dans l’éducation des enfants sourds. Elle se réalisera par la conceptualisation de ce que peut être une éducation auditive bien pensée par le docteur Blanchet.

  • 11 Variot Bernard, Approche de quelques aspects de la vie sociale des sourds-muets et de leur (...)
  • 12 Blanchet Alexandre, La Surdi-mutité. Traité philosophique et médical, Paris, 1852, p. 412.
  • 13 Blanchet Alexandre, Moyens d’universaliser l’éducation des sourds-muets sans les séparer d (...)

13« Tenter de guérir la surdité est une chose. Éduquer et aider à utiliser ce qui reste de l’audition en est une autre », comme le signale Bernard Variot11. L’idée d’éduquer et d’utiliser les restes auditifs du jeune sourd revient à Itard. En effet, c’est lui qui le premier tente d’éduquer l’oreille par un travail régulier d’écoute. D’autres comme Blanchet popularisent cette idée. Il sera pour l’histoire le précurseur de la rééducation par une éducation tactile. Son idée est que le son a un équivalent en termes de sensation tactile. Après une évaluation à l’aide de divers diapasons et d’un acoumètre conçu par Itard, il classe les sourds ou déficients auditifs en fonction de leurs perceptions des vibrations. Par un travail adapté, il stimule les restes auditifs de quelques enfants sourds. Blanchet, qui prétend guérir les enfants de la surdité, emploie pour cela le chant, mais aussi de nombreux instruments de musique tels que l’orgue, l’harmonica, le piano. Le fondement de son enseignement repose sur des principes simples. Ainsi, « après avoir déterminé quelle est la série des sons perçus par le sourd-muet, nous l’habituons à les distinguer les uns des autres ; ensuite nous le formons à reconnaître les sons de diverses natures et d’intensités variées. Et aussitôt que son appareil vocal se trouve en rapport avec le nombre de vibrations perçues, nous lui faisons commencer les exercices de gymnastique vocale et auditive12 ». Blanchet préconise donc l’éducation auditive des restes auditifs. « Combattre les troubles fonctionnels de l’appareil auditif et vocal du sourd-muet et du sourd, à l’aide de la gymnastique vocale et auditive, du chant, de la lecture à haute voix, de la conversation mutuelle par l’oreille, de la musique vocale, instrumentale appliqués à ces divers exercices méthodiques et déterminés13. » Cette éducation de l’oreille est donc l’ancêtre de l’actuelle éducation auditive dont le jeune sourd est l’objet dans les écoles où est enseignée la parole (cf. annexe i).

Annexes

Annexe : notes de fin de chapitre

a. Déjà au moment de sa création, un des arguments pour le choix de l’implantation de l’institut de Paris avait été la qualité de l’air sur le site du séminaire de Saint-Magloire, rue Saint-Jacques, (Archives INJS de Paris, non classées, 1808) les élèves sourds de l’institut devaient bénéficier du meilleur air de la capitale. Ainsi, « lorsque le temps et la saison le permettent, on fait une promenade extérieure » (Archives INJS de Paris, article 56, titre 12 du Règlement pour l’institution nationale des sourds-muets de naissance à Paris, 1800). Le renouvellement de l’air était déjà à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle une préoccupation majeure pour les administrateurs des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds.

b. Les découvertes de Lavoisier et notamment celle portant sur l’isolement de l’oxygène qui transforme le sens même de la respiration, se trouvent à l’origine directe de cette nouvelle conception de la respiration et de ses applications dans le domaine de l’éducation des enfants. La respiration n’est plus présentée comme un simple mécanisme de rafraîchissement du sang, de flux assistant le cœur (Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794). Chimiste, il étudie notamment les éléments constituant l’air atmosphérique. Il fait progresser les connaissances sur le rôle de l’oxygène dans la respiration).

c. À propos de l’usage de la viande dans l’alimentation, une lettre nous apprend que Ménière, consulté de nouveau sur l’usage de la viande de porc dans le régime alimentaire, déclarait « le repousser entièrement comme nuisible et même dangereux ». Cette opinion paraît trop absolue à la commission consultative qui est d’avis « qu’en ayant soin d’éviter l’abus, la viande de porc peut être employée modérément dans l’alimentation des élèves ». Ménière poursuit : « Les élèves reçoivent un décilitre de vin par jour, ce qui suffit à peine pour rougir l’eau qu’ils boivent à chaque repas. Comment se fait-il qu’on en accorde le double aux jeunes aveugles ? La boisson fermentée étant éminemment utile aux individus, il y aurait un grand avantage pour les sourds-muets à recevoir une plus grande quantité de vin ou une dose convenable de bière chargée de houblon. » (Archives INJS de Paris, non classées, 1838). D’après ces considérations, le médecin de l’institut a l’honneur de proposer à messieurs les membres du conseil d’administration : « - d’ajouter un demi-kilogramme de viande à la portion attribuée par le règlement à chaque élève, ce qui donnerait deux repas gras de plus par semaine, le lundi et le mercredi soir ; - de donner un demi-litre de vin de plus par division de vingt élèves, ou de remplacer ce supplément par un litre de bière forte. » (Archives INJS de Paris, non classées, 1838). Les investigations des médecins peuvent également les amener à proposer de nouveaux « aliments » qui seraient particulièrement recommandables pour les élèves sourds à cause de leur « infirmité ». Aussi, Ménière dans une correspondance aux membres du conseil d’administration rend compte de sa visite dans un établissement qui prépare de la bière. Il fait le commentaire suivant : « J’ai goûté cette boisson que j’ai trouvée aromatique et suffisamment chargée de houblon. En cet état, la bière me paraît convenir à beaucoup de nos enfants et je me propose si le conseil m’y autorise, de faire un choix parmi les élèves et de désigner ceux qui seront soumis à l’usage de cette boisson médicamenteuse. » (Archives INJS de Paris, non classées, 1839). Les conclusions prêtent aujourd’hui à sourire, mais la volonté évidente des médecins à cette époque est de lutter contre ce qu’ils appellent « l’état malingre » du sourd, qui leur apparaît être sans doute une conséquence de la surdité, mais peut-être aussi une de ses causes. En améliorant l’état général physique du sourd, on suppose que la surdité n’empirera pas et qu’éventuellement même l’audition pourra s’améliorer. La surveillance de l’alimentation du jeune sourd devient progressivement un aspect de l’orthopédie préventive dans les lieux d’éducation pour enfants sourds. Il faut se souvenir que le problème central au xixe siècle et qui le sera aussi dans la première moitié du xxe demeure la tuberculose. La prise de poids signifie alors la guérison. L’usage et les recommandations concernant les végétaux par rapport à la viande vont dans le même sens. En effet, on continue de se méfier de la viande qui, dans les représentations du xixe siècle, excite, et qui peut ainsi exciter les instincts « excessifs » du jeune sourd. « Les établissements sont toujours placés dans les positions les plus salubres possible. Le régime physique est toujours pensé pour être des plus favorables pour la santé des élèves. » (Document de présentation de l’institution royale des sourds-muets de naissance à Paris, Paris, Imprimerie de Plassan et Cie, 1832, p. 2). L’administration de l’INJS de Paris, par exemple, avait déjà rappelé que l’épidémie de choléra qui a sévi en 1832 n’a eu qu’un effet limité sur la population de ses élèves en raison du « parfait état sanitaire qui a subsisté dans l’établissement au cours de la calamité qui a affligé la capitale ». Il n’est fait aucune mention d’un quelconque décès pendant cette période.

d. La propreté du corps devient un enjeu d’importance dans la deuxième moitié du xixe siècle, mais, dès la création des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds à la fin du xviiie siècle, il existait déjà une certaine idée de l’hygiène. En effet, il est précisé dans le règlement de l’INJS de Paris « qu’après la prière, dans la saison d’été, les élèves seront conduits au bain » (Archives INJS de Paris, article 2, titre 3 du règlement d’établissement des sourds-muets et aveugles-nés, 1792). Les bains, tout comme l’a été la gymnastique et à un degré moindre les promenades, trouvent une place privilégiée dans les écoles pour enfants sourds en France. Cette prise en compte a été précédée, tout au long du xviiie siècle, par un retour des pratiques hygiéniques en France. L’hygiène devient alors progressivement ce que l’on définit comme « la science qui enseigne les mesures propres à conserver la santé » et l’hygiène publique comme « l’ensemble des connaissances qui assurent la santé des populations considérées en masse ». Les cliniciens établissent alors les bases du diagnostic dit différentiel des maladies contagieuses, permettant ainsi de les individualiser : les épidémies s’en trouvent mieux étudiées et une prévention collective embryonnaire voit le jour. Par ailleurs, d’abord accessible aux seules classes supérieures puis, progressivement à l’ensemble des populations au cours du xixe et xxe siècle, l’utilisation de l’eau se modifie notablement. La pratique du bain devient ainsi une réalité au milieu du xviiie siècle. On se baigne parfois par plaisir, mais plus sûrement par souci de propreté. Les conditions concrètes de l’hygiène ont déjà largement changé. C’est donc dans ce nouveau contexte hygiénique, dont ils appliqueront largement les principes, que les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds se sont créés. Le nouveau souci de l’hygiène du corps (Rauch André, Le souci du corps, Paris, PUF l’éducateur, 1983) s’est expliqué également par une situation d’insalubrité générale encore préoccupante à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Pour comprendre les tentatives de rationalisation de la santé publique, il faut tenir compte de la nouvelle idéologie faisant de la perspective sanitaire une logique sociale. « L’hygiène ce n’est plus l’adjectif qualificatif de la santé, mais l’ensemble des dispositifs et des savoirs favorisant son entretien. C’est une discipline particulière de la médecine. C’est un corpus de connaissance et non plus un qualificatif physique. » (Vigarello Georges, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Seuil, Paris, 1985, p. 182). On se penchera au cours du xixe siècle sur l’hygiène du travail, l’hygiène hospitalière, en un mot sur l’hygiène des milieux, en étudiant en particulier la viciation de l’atmosphère des locaux. Ces nouvelles connaissances contribueront à la mise en place des prémices d’une hygiène sociale qui se manifeste par un intérêt certain pour les problèmes de l’enfance. Les premiers hospices d’enfants trouvés sont créés et en 1794, trois chaires d’hygiène voient le jour à Paris, Montpellier et Strasbourg. On assiste à la publication des premiers traités portant sur la toilette. La propreté y est définie comme « les soins exacts du corps ». Cette notion de propreté est un élément essentiel de la notion plus générale d’hygiène. À la fin du xviiie siècle et au début du xixe, « les manuels traitant de la santé changent de titre. Tous étaient consacrés jusqu’ici à « l’entretien » ou à la « conservation » de la santé. Tous deviennent maintenant des traités ou des manuels « d’hygiène » (Vigarello Georges, op. cit., 1985, p. 169). À l’émergence de ces préoccupations hygiéniques, il est nécessaire de lier l’apparition même de la pratique d’une éducation physique dans le milieu du xviiie siècle, notamment Béziers Brouzet N. de, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, Cavelier, 1754 et Ballexerd J., Dissertation sur l’éducation physique des enfants depuis leur naissance jusqu’à l’âge de la puberté, Paris, Vallet-La-Chapelle, 1762).

e. En réponse à une lettre des administrateurs relative à l’emploi d’une somme de 6000 francs pour les grosses et menues réparations de l’INJS de Paris, Beaumont, architecte de l’institution, rend compte du détail de l’emploi de cette somme. Il détaille les dépenses engagées qui aboutissent à un reliquat de 1105 francs. Aussi, il propose « qu’à l’aide de cette somme, il serait possible d’établir la salle de bains que vous jugiez indispensable pour la santé des élèves » (Archives INJS de Paris, non classées, 16 juin 1808). La proposition d’établir une salle de bains répond à la nécessité de pratiquer le bain lors de la mauvaise saison. Ainsi, comme nous l’avons déjà rappelé, cette construction est à mettre en relation avec les nouveaux rapports à l’hygiène en général et à l’hygiène corporelle en particulier. La finalité des bains est maintenant clairement la propreté. Dans une lettre datée du 23 mai 1822, (Archives INJS de Paris, non classées, 1822), le conseiller d’État et directeur des travaux de voirie, en réponse à une demande du baron de Gérando, avait déjà chargé Peyre, architecte de l’institution, de dresser le devis des travaux à réaliser dans le bâtiment occupé par les jeunes filles sourdes en vue de l’installation d’une salle de bains. Ces travaux avaient été jugés nécessaires au regard de la salubrité et de la propreté, en vue d’une meilleure conservation de la santé. Une première salle de bains avait donc été construite (Deuxième circulaire internationale, 1829). La séparation des espaces réservés aux garçons et aux filles oblige quelques années plus tard l’administration de l’établissement à faire exécuter dans le nouveau bâtiment des filles une salle de bains avec baignoire (Archives INJS de Paris, non classées, 1826). Cette recherche de salubrité et de propreté est relayée par le corps médical. Ainsi, dans une lettre adressée à Peyre (Archives INJS de Paris, non classées, 1827), Itard exprime le désir de l’installation dans la salle de bains des élèves sourdes d’une baignoire en cuivre. La restauration du bâtiment des garçons sourds en 1833 donne enfin l’occasion d’une demande d’installation dans la salle de bains de 3 baignoires (Archives INJS de Paris, non classées, 1833). Ces réalisations sont l’amorce de l’édification d’un véritable établissement de bains à l’institution de Paris quelques années plus tard.

f. Adolphe de Lanneau fait une proposition de travaux en 1844, (Archives INJS de Paris, non classées, 1844) afin de réaliser au sein même de l’INJS de Paris un véritable établissement de bains. C’est un établissement de bains et de bains de pieds qui accueille 30 élèves à la fois. Le devis des travaux à exécuter prévoit sa réalisation au cours de l’année 1847 (Archives INJS de Paris, non classées, 1847). Il est ainsi prévu un établissement de bains et dépendances (24 baignoires et une chaudière) pour un montant de 25000 francs. Les travaux de maçonnerie, charpente, menuiserie, serrurerie, marbrerie, couverture, etc., pour l’établissement de la salle de bains sont réalisés au cours de l’année. L’établissement est construit dans une petite cour donnant sur le passage du quartier des filles, de manière à ce que les bains soient accessibles aux garçons et aux filles, qui en feront usage alternativement, afin « d’éviter les inconvénients de la simultanéité » (Archives INJS de Paris, non classées, 1847). Cela confirme les peurs qui hantent alors les administrateurs de tels établissements. La grande salle de bains est pourvue d’appareils hydrothérapiques qui complètent les ressources hygiéniques ou thérapeutiques du médecin-chef de l’établissement pour prévenir, conserver ou rétablir la santé des jeunes sourds. Cette préoccupation sera toujours omniprésente au sein de l’INJS de Paris qui devient sous le Second Empire une des principales vitrines de l’enseignement spécialisé en France.

g. Après les découvertes dans l’Antiquité de la trompe d’Eustache, du labyrinthe et les descriptions du tympan, des nerfs acoustique et facial, la Renaissance fait progresser de façon significative les connaissances en matière d’anatomie, de physiologie et de pathologie de l’oreille. Ces découvertes engendrent des applications tant au plan palliatif que curatif. Dans ce dernier domaine, les effets observés sont des plus aléatoires. Le cathétérisme de la trompe d’Eustache, c’est-à-dire l’introduction dans la trompe d’un tube dans lequel on injecte des liquides les plus variés, est souvent un échec et généralement fatal à celui sur lequel il est pratiqué. Les trépanations de la mastoïde subissent les mêmes échecs que le cathétérisme. Le docteur Le Bouvier-Desmortier signale dans son ouvrage l’expérience d’un de ses confrères (Le Bouvier-Desmortier Urbain, Mémoire ou considérations sur les sourds-muets de naissance et sur les moyens de donner l’ouïe et la parole à ceux qui en sont susceptibles, Paris, 1800). Ce dernier traitait non pas la surdité, mais la mutité et ce à l’aide de badigeons de moutarde appliqués dans l’arrière-gorge du jeune sourd. À l’image de cette anecdote, les expériences médicales les plus audacieuses mais aussi les plus aventureuses, se multiplient. Itard n’est pas en reste. Il est lui-même à l’origine de nombreuses opérations, souvent peu concluantes, comme en témoigne le passage suivant : « Lorsque les premières injections n’arrivaient pas jusqu’au fond de la caisse, je me livrais à l’espoir du succès ; je répétais davantage mes injections, je les poussais avec plus de violence au fond de l’organe. […] Quand la douleur durait plus d’une journée, et souvent même sans qu’elle se prolongeât aussi longtemps, elle s’accompagnait de quelques accidents ; survenaient des maux de tête, des étourdissements, une augmentation sensible de la surdité, de la fièvre qui durait quelquefois trente-six à quarante-huit heures, une inflammation de l’oreille, etc. Mes tentatives sur cent vingt individus sourds-muets, admis à l’institution, quoiqu’infructueuses pour leur guérison, n’ont pas été sans quelques profits pour la science. » (Docteur Deleau Jeune, Réfutation des assertions de M. Itard sur le traitement des sourds-muets, Paris, sd, p. 2 et p. 5).

h. Les surdités sont habituellement classées selon qu’elles atteignent l’oreille externe, l’oreille moyenne, c’est-à-dire la caisse du tympan, ou l’oreille interne, siège de l’analyseur sensoriel. Dans les deux premiers cas on parle de surdité de transmission, reconnaissable au fait que la conduction aérienne est diminuée ou abolie, alors que la transmission osseuse est conservée. Dans le dernier cas, on utilise le terme de surdité de perception. La surdité dans ses différentes formes entraîne des déficiences sensorielles altérant la qualité et l’intensité de la perception sonore. Le son est caractérisé par son intensité (mesurée en décibels : db) et par sa fréquence (mesurée en hertz : htz). On classe les surdités en fonction de la perception de la parole de la façon suivante : niveau de surdité légère, perte de 20 à 40 db, peu de difficulté de perception de la parole. Niveau de surdité moyenne, perte de 40 à 60 db, des difficultés de perception, confusion de voyelles et de consonnes. Niveau de surdité sévère, perte de 60 à 80 db, compréhension très partielle du langage. Niveau de surdité profonde, perte de 80 db et plus, aucune parole n’est perçue. La définition de la surdité en termes de perte d’audition ne peut à elle seule être un indicateur pertinent. La surdité, plus qu’une infirmité physique, est surtout un rapport social, une façon d’être au monde. On est donc sourd avec sa perception du monde, avec ses propres stratégies d’apprentissage, etc. La surdité est, en effet, à l’origine de la perturbation de la vie de relation dans son aspect communicationnel pour celui qui en est atteint, mais aussi pour son interlocuteur entendant.

i. En effet, selon Denise Busquet et Christiane Mottier, l’utilisation du sens tactile sera reprise aux États-Unis en 1926 par miss Alcorn, puis par Robert H. Gault qui mettra en évidence l’acuité tactile de la face palmaire de la main et utilisera, pour rééduquer les sourds, une méthode vibro-tactile et visuelle. En 1938, le docteur Barczi de Budapest lui ajoutera l’éducation des restes auditifs, créant une méthode « auditivo-tactile » que perfectionnera en 1959 le professeur Gubérina au centre « SUVAG de Zagreb ». Elle est donc la base de l’actuelle éducation de la parole par la méthode verbotonale.

Notes

1 Vigarello Georges, Le sain et le malsain : santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, octobre 1993, p. 183.

2 Ibid., p. 188.

3 Prosper Ménière (1799-1862). Né en 1799 à Angers, docteur en médecine, professeur agrégé de la faculté de médecine de Paris, il meurt en 1862. Médecin en chef de l’institution nationale de Paris de 1838 à 1862, il publie notamment De la guérison de la surdi-mutité et de l’éducation des sourds-muets. Il est de ceux qui pensent que la surdité totale n’est pas guérissable et que les enfants sourds doivent bénéficier d’une éducation spéciale. Durant toute son activité en tant que médecin chef à l’INJS de Paris, il sera un défenseur du bien-fondé de l’utilisation de la langue des signes dans l’éducation des enfants sourds, il tentera par tous les moyens de dénoncer les charlatans et leurs pratiques médicales douteuses. En conséquence de quoi, il sera un opposant actif au docteur Blanchet et à ses conceptions médicales et pédagogiques visant une intégration scolaire des enfants sourds dans les écoles ordinaires.

4 Adolphe de Lanneau (1796-1881). Directeur du collège Sainte-Barbe de 1818 à 1838, maire du xiie arrondissement de Paris de 1830 à 1848, commissaire de guerre de 1813 à 1823, il devient directeur de l’institution des sourds-muets de Paris en 1838. C’est lui qui rétablira la légitimité des enseignants sourds dans leurs fonctions en 1838 au sein de l’INJS de Paris et sera un allié objectif de la communauté sourde dans sa lutte pour être reconnue en tant que communauté linguistique à part entière. Il démissionne en 1858, l’heure est en effet à la mise en œuvre de projets d’expérimentation visant à l’intégration scolaire des enfants sourds et à l’introduction massive de techniques d’oralisation et de démutisation dans l’éducation des enfants sourds en France.

5 Cornie Adrien, Étude sur l’institution nationale des sourdes-muettes de Bordeaux 1786- 1903, Bordeaux, Imprimerie nouvelle F. Pech et Cie, 1903, p. 105 (deuxième édition).

6 Andrieu Gilbert, L’homme et la force. Des marchands de la force au culte de la forme (xixe et xxe siècles), Joinville-le-Pont, Éditions Actio, 1988, p. 79.

7 Archives INJS de Paris, non classées, 1862.

8 Archives INJS de Paris, Règlement général sur l’administration et le régime intérieur de l’institution impériale des sourds-muets de Paris, article 12, titre 1, 1867.

9 César Auguste Baudeloque (1795-1851). Cousin germain de Louis Auguste Baudeloque, médecin accoucheur (1800-1863), lui-même neveu de Jean-Louis Baudeloque (1746-1810), très célèbre médecin accoucheur français dont un certain nombre de maternités porte son nom. César Auguste Baudeloque fit des études sur les causes, la nature et le traitement de la scrofule (1833). C’est donc à ce titre, semble-t-il, qu’il s’est intéressé aux jeunes sourds et qu’il a fait ces différentes expérimentations.

10 Archives de l’INJS de Paris, non classées, 1851.

11 Variot Bernard, Approche de quelques aspects de la vie sociale des sourds-muets et de leur instruction au milieu du xixe siècle, vus au travers de L’Impartial, journal de l’enseignement des sourds-muets, 1856-1859, Thèse pour l’obtention du certificat d’aptitude au professorat des instituts nationaux de jeunes sourds. Rennes, 1980.

12 Blanchet Alexandre, La Surdi-mutité. Traité philosophique et médical, Paris, 1852, p. 412.

13 Blanchet Alexandre, Moyens d’universaliser l’éducation des sourds-muets sans les séparer de la famille et des parlants, Paris, Labbé, 1859, p. 4.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540