Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éducation de l’écolier sourd, histoire d’une orthopédie, 1822 à 1910

 | 
Didier Séguillon

Partie 2. 1822-1880 : De l’art de prévenir et corriger les corps à celui de faire entendre et parler. Une orthopédie en construction ?

La gymnastique : élément initial du projet orthopédique

Texte intégral

  • 1 Ariès Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Seuil, « Points histoir (...)

Avec la fin du xviiie siècle, c’est la conception générale du corps, décrit comme un corps mécanique, qui autorise de nouveaux gestes préventifs. À ce titre, la gymnastique va prendre une place de plus en plus importante tout au long du xixe siècle. La gymnastique en tant que telle, c’est-à-dire, en tant que pratique pensée, organisée comme un système, ne fut pourtant pas une préoccupation pour les premiers administrateurs des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds tels que l’abbé Sicard, premier directeur de l’INJS de Paris. Elle n’apparaîtra vraiment au sein de l’institution parisienne qu’à la toute fin de son directorat. En ce début de xixe siècle, le jeu est encore un ciment de sociabilité, une valeur connue et reconnue1. Les élèves des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds pratiquent encore, à l’instar des enfants non sourds, la corde à sauter, le saute-mouton, le cheval fondu, la balle au prisonnier, le diable boiteux, le peten-gueule, etc. La gymnastique va être accueillie avec bienveillance par les administrateurs et les personnes chargées de l’éducation des enfants sourds, participant ainsi à la naissance de ce qui va être un vaste mouvement orthopédique pour les enfants sourds en France. La gymnastique se présente comme le premier élément de ce projet, premier dans le sens où cette pratique ne sera pas l’élément déterminant sur lequel ce projet repose, mais parce que, chronologiquement, elle va être utilisée en premier pour amorcer et entreprendre cette orthopédie. La mise en activité du corps dans le jeu va alors progressivement être orientée vers la gymnastique naissante, notamment celle de Francisco Amoros, pratique particulièrement normative dans ce vaste projet d’éducation.

Amoros : sa gymnastique, son projet orthopédique

  • 2 Lorre Christine, « L’Institution des sourds-muets dans ses nouveaux bâtiments de la rue Sa (...)
  • 3 Commission créée par le décret ministériel du 10 mai 1821. Rapport sur l’utilité du gymnas (...)
  • 4 On assiste ainsi à ce qui sera une constante tout au long du xixe et xxe siècle, à la tran (...)

1Un des rares témoignages qui nous est donné au sujet de la gymnastique au tout début du xixe siècle et avant l’introduction de la gymnastique amorosienne, est une correspondance de l’abbé Sicard avec le ministre des Cultes, en date du 14 juillet 1808. Dans cette lettre, Sicard s’élève contre l’idée de déménager son Institution dans une maison qui lui parait être « un vrai cloaque dont le mauvais air doit être pestilentiel », et il ne voit pas « comment on pourrait y placer, d’une manière convenable, quatre-vingts enfants qui ont plus besoin que les autres individus d’un air pur et salubre et d’une étendue propre à tous les exercices de la gymnastique2 ». Cette préoccupation de la nécessité de la gymnastique est donc déjà présente, même si elle ne prendra toute son ampleur dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds, et notamment à l’INJS de Paris, que quelques années plus tard sous l’impulsion du baron de Gérando, séduit par la méthode du colonel Amoros. Ce dernier, espagnol d’origine, arrive à Paris en 1814 et se fait inscrire en septembre 1815 à la société pour l’instruction élémentaire. Dans la présentation de sa méthode de gymnastique, il insiste longuement sur la nécessité d’organiser « un beau système d’éducation physique en France ». Son auditoire est constitué d’hommes d’élite et notamment du baron de Gérando. L’utilité publique du gymnase normal militaire de Francisco Amoros est reconnue par un décret ministériel du 10 mai 1821. Il est dit notamment dans le rapport de la commission de création que « la commission, en assistant aux exercices que M. Amoros faisait exécuter aux sous-officiers et soldats de l’année dernière, a reconnu qu’ils devaient avoir pour résultat d’augmenter dans les élèves l’adresse et la vigueur et de leur inspirer l’esprit d’ordre, la fermeté et la hardiesse ; que la plupart des exercices recevraient à la guerre d’utiles applications. Elle décida à l’unanimité que l’établissement de M. Amoros méritait de faire partie des institutions militaires. Elle croit devoir faire connaître à son excellence que le résultat d’une commission de médecine créée par le ministère de l’Intérieur en 1818 pour savoir de quelle utilité pourraient être ces exercices pour la santé, a prouvé d’une manière incontestable que la gymnastique offre un moyen puissant de faciliter le développement des organes, de favoriser la circulation du sang et des humeurs, la conservation de la santé et la prolongation de la vie3 ». Le pouvoir politique veut donc appliquer la gymnastique amorosienne, d’essence militaire, à l’institution éducative4. La gymnastique doit alors « développer les organes, favoriser la circulation du sang, l’adresse », mais aussi « la vigueur du corps » pour le rendre plus fort, afin de mieux lutter contre la maladie. Elle est ainsi considérée comme un élément prophylactique pour une bonne santé, mais elle est aussi, et surtout peut-être, morale. En effet, ne doit-elle pas inspirer « l’esprit d’ordre », la « fermeté » et la « hardiesse » ?

  • 5 Commission d’instruction publique composée de MM. l’abbé Gauthier, De la Borne Lerot, Ball (...)
  • 6 Déclaration de plusieurs témoins et pères de famille à l’occasion de séances publiques d’e (...)

2Dans son rapport, très favorable, sur le cours de gymnastique amorosienne, la commission d’instruction publique de la société pour l’instruction élémentaire rappelle que « le but de la gymnastique doit être de régler les exercices du corps, de manière à les faire servir à l’entretien de la santé et au développement progressif de toutes les facultés physiques et morales5 ». Le but de la gymnastique amorosienne est bien de normaliser le corps, pour le civiliser, le domestiquer et le rendre ainsi conforme à ce qui est alors admis et valorisé par la morale et les bonnes mœurs. La pratique de la gymnastique doit permettre de conserver la santé, de participer à son entretien, mais aussi, et cela est nouveau en ce début de xixe siècle, à son développement. Ce développement est à la fois physique et moral. Une déclaration de plusieurs témoins et « pères de famille » à l’occasion de séances publiques d’exercices de gymnastique qui ont lieu les 21 et 24 novembre 1817 à l’institut académique des nations européennes sous la direction et par les soins du colonel Amoros, nous informe encore que « ce système d’éducation physique et gymnastique, associé aux autres branches de l’éducation religieuse et morale, intellectuelle et littéraire, a été reconnu bon et avantageux pour les élèves en particulier, et pour la société et le gouvernement dont les intérêts sont communs et indivisibles6 ». Ce qui est à souligner dans ces propos, c’est bien la convergence d’intérêts qui existe dans l’introduction de la gymnastique en France par Francisco Amoros. Tous, en effet, y trouvent leur compte : les élèves, la société, le gouvernement et… Amoros lui-même bien sûr qui va trouver dans cette reconnaissance la notoriété qui lui manque encore. Le gouvernement, lui, cherche à asseoir son autorité, qui est toujours faible, face aux îlots de contestation et aux nostalgiques, bonapartistes et révolutionnaires notamment. La société bourgeoise elle, voit dans la pratique de la gymnastique un moyen de faire taire les instincts excessifs de la jeunesse. Elle voit aussi, et surtout peut-être, le moyen de discipliner et d’ordonner les enfants et les jeunes, de donner l’esprit de corps qui manque après les turbulences de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle. L’élève, quant à lui, aura peut-être quelques plaisirs à pratiquer la gymnastique ; mais à quel prix ?

  • 7 Amoros Francisco, Gymnase normal, militaire et civil, Opinion de M. le baron de Gérando, C (...)

3C’est surtout l’opinion du baron de Gérando, en date du 8 mai 1819, qui nous semble riche d’enseignements sur l’intérêt et la nécessité de l’introduction de la gymnastique amorosienne en France et dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds en particulier, devenant ainsi un des premiers aspects du projet d’orthopédie pour les écoliers sourds. Il considère, en effet, « comme démontré que les exercices de gymnastique dont nous devons en France, l’introduction et le premier exemple à Francisco Amoros, indépendamment de l’heureux effet qu’ils produisent immédiatement sur la santé et le développement des forces physiques, ont encore le genre d’utilité indirecte sous le rapport moral, qui est d’une grande importance, soit comme préservatifs soit comme remèdes ; qu’ils influencent l’humeur, sur la fermeté du caractère : en quelques circonstances même, ils peuvent étendre cette influence au développement des facultés intellectuelles et leur donner l’essor chez les enfants apathiques, retardés ou découragés7 ». Incontestablement, De Gérando est un novateur, un véritable précurseur en matière de gymnastique pour les enfants et personnes déficientes. Il souligne volontiers l’importance du mouvement et de l’activité physique pour ces dernières. Il rappelle que la gymnastique a une véritable influence sur la formation du caractère, voire sur le développement des facultés intellectuelles. Il souligne, enfin, que l’activité physique à travers la pratique de la gymnastique est un excellent moyen de fatiguer les corps des jeunes adolescents et ainsi de les détourner de leurs activités et désirs sexuels naissants. La gymnastique est donc à la fois un élément de prévention, mais aussi un remède, un élément curatif ; elle doit, par ce qu’elle possède de morale, contrer les débordements sexuels possibles, comme nous le verrons dans le prochain chapitre.

  • 8 Le comte de Chabrol est alors préfet de département de la Seine.
  • 9 Archives INJS de Paris, non classées, 1832.
  • 10 Désiré Ordinaire (1773- ?). Médecin, professeur d’histoire naturelle et doyen de la facult (...)
  • 11 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.
  • 12 Archives INJS de Paris, non classées, 1832.
  • 13 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.
  • 14 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.
  • 15 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.

4Le comte de Chabrol8 décide que le colonel Amoros sera nommé directeur d’un établissement d’éducation physique, gymnastique et morale et que cet établissement, situé à Paris, sera gratuitement ouvert aux élèves de toutes les écoles royales dont l’INJS de Paris. Les élèves sourds de Paris pratiquent alors régulièrement la gymnastique dans l’établissement du colonel Amoros et ce, dès la création du gymnase normal civil en 1818. Dans une lettre adressée au directeur de l’institution9, Amoros place son discours dans une problématique sociale, voire humanitaire vis-à-vis des enfants sourds. Selon ses propres dires, ils ont toujours été reçus comme bon semblait aux administrateurs dans le gymnase du colonel Amoros. Il mentionne que ces élèves, plus que tous autres, par la raison même « qu’ils sont plus malheureux et plus difficiles à instruire » ont besoin de cette gymnastique. Amoros ne manquant aucune occasion de légitimer sa gymnastique demande au directeur de l’INJS de Paris, Désiré Ordinaire10, de manifester son opinion par écrit sur les méthodes qu’il utilise avec les écoliers sourds. Il lui demande également de libérer une vingtaine d’élèves pour une démonstration qui aura lieu le dimanche suivant. Il ajoute : « Il conviendrait infiniment que vous eussiez la bonté de m’envoyer aujourd’hui ces élèves, à deux heures précises, pour leur faire connaître les mouvements ou les exercices qu’ils feront, car nous exécutons aujourd’hui une espèce de répétition générale11. » En réponse à la lettre du colonel Amoros, Désiré Ordinaire le remercie « pour l’attention bienveillante avec laquelle [vous avez] admis [nos] élèves à pratiquer dernièrement encore aux exercices de gymnastique de [votre] établissement, et pour la générosité avec laquelle [vous] les y [avez] accueillis depuis longtemps toutes les fois qu’ils s’y sont présentés12 ». Il se souvient, en effet, « d’avoir été dans le cas d’apprécier l’application que vous savez faire de ces exercices, la direction que vous leur donnez et le but moral auquel vous les faites concourir13 ». Il se dit « affligé que vous [Amoros] puissiez supposer que j’ai refusé de vous exprimer mon opinion sur votre méthode. Je me plais à la proclamer dans toute circonstance et tout ce que j’en connais me paraît digne d’éloges. Mais, après l’assentiment que j’ai cru général des personnes les plus recommandables et des juges les plus compétents, je n’ai pas dû croire que le suffrage d’un homme inconnu dans la capitale et qui ne fait que d’y arriver puisse être de quelque valeur pour vous14 ». Il précise enfin que « dernièrement encore, vous avez bien voulu les inviter à prendre part aux exercices qui ont eu lieu en présence du Prince royal, non seulement vous avez encouragé par des couronnes leurs faibles effets, mais encore vous avez fait pratiquer à la gratification que le Prince a daigné accorder à ceux qui étaient signalés15 ».

  • 16 Amoros Francisco, Discours d’ouverture de son cours d’éducation physique, gymnastique et m (...)
  • 17 Opinion du baron de Gérando rapportée par Francisco Amoros dans un mémoire lu à la société (...)
  • 18 Alexandre Louis Paul Blanchet (1819-1867). Nommé chirurgien attaché à l’INJS de Paris en 1 (...)

5Amoros veut faire de la gymnastique une « œuvre d’humanité », préface de toute bonne éducation et première partie de cette culture qui rend « l’homme parfait ». C’est l’idée directrice du gymnase amorosien. Amoros veut, en effet, en faire à la fois « un apprentissage de toutes les professions, une aide au développement de nos facultés intellectuelles et morales et une introduction à la pratique de toutes les vertus sociales16 ». Dans un rapport, De Gérando souligne ces différents aspects. Il nous renseigne également sur les représentations qu’il a des jeunes sourds et sur les aptitudes de ces derniers à pratiquer la gymnastique. En effet, « les élèves sourds-muets de l’institution royale de Paris suivent leur maître sans effort dans cette route tracée par la nature. Ils le devancent presque ; on est surpris de les voir ensuite raisonner mieux que les autres hommes ; c’est que leurs idées ont été mieux faites. On est surpris de la facilité avec laquelle ils rendent compte de toutes leurs connaissances, c’est qu’ils ont pu observer eux-mêmes comment ils les forment. C’est que, dirigés par des maîtres habiles, ils ont fait avec réflexion ce que nous faisons d’une manière mécanique17 ». De Gérando nous donne une image particulièrement positive de l’écolier sourd, mais celle-ci demeure en décalage avec la perception du sens commun à cette époque. En effet, dans cette première moitié de siècle, des textes font encore très souvent apparaître l’image du monstre ou de « l’infirme moral ». Dans tous les cas, on considère le jeune sourd comme porteur de stigmates corporels. Ces derniers serviront de nouveau à la fin du siècle à établir une classification des sourds qui les décrétera éducables ou non éducables. On peut peut-être percevoir ici deux conceptions de ce que peut ou ce que va être l’éducation des jeunes sourds à l’époque. La première, celle des docteurs Itard, Blanchet18 bientôt, et d’autres encore qui voient les jeunes sourds comme des malades auxquels il faut appliquer des « traitements » qui vont jusqu’à la chirurgie, et la seconde, qui serait celle De Gérando, et dans une certaine mesure celle du colonel Amoros qui pensent qu’en « domptant » les humeurs excessives des jeunes sourds dans des structures paramilitaires, on en fera des personnes intégrables. Pour l’heure, c’est sur une telle représentation du jeune sourd que se constitue l’orthopédie qui sera en usage dans l’éducation des enfants sourds en France pendant les décennies à venir. Il est nécessaire pour les administrateurs des grands établissements d’éducation de jeunes sourds d’instaurer une nouvelle modalité du projet d’orthopédie qui se met progressivement en place à cette période. Celle-ci vise directement la surveillance des corps et la lutte contre l’onanisme est alors primordiale.

La gymnastique amorosienne, élément central de la lutte contre l’onanisme

  • 19 Bally, Rapport de la société de médecine de Paris sur un manuscrit de M. Clias intitulé Gy (...)

6La lutte contre l’onanisme dans le processus d’orthopédie emprunte alors la gymnastique amorosienne. Elle va alors être encouragée et soutenue par un grand nombre de médecins. Ceux-ci s’empressent de louer et de recommander la pratique de cette « palestre ». Le docteur Bally déclare notamment que « si cet exemple était imité dans les grands cloîtres qu’on désigne sous les noms de lycées et collèges, on rendrait au corps ce que les entraves lui ravissent : au lieu de chétives marionnettes, on donnerait à la société des individus sains de corps et d’esprit19 ».

  • 20 On trouve ici une idée forte répandue et qui perdure encore aujourd’hui. En effet, et dans (...)
  • 21 Amoros Francisco, Gymnase normal, Rapport de Tissot, 1821, p. 70-75.
  • 22 Cette croisade débute en effet en France vers 1760 avec le livre de Tissotsamuel Auguste, (...)
  • 23 Foucault Michel, Résumés de cours 1970-1982 : Conférences, Essais et leçons du Collège de (...)
  • 24 Archives nationales (F.17 2647). Amoros Francisco. Discours prononcé à la séance générale (...)

7Apparemment, la masturbation absorberait les forces vives de celui ou de celle qui s’y adonnerait20. La pratique de la gymnastique est alors présentée comme un des remèdes contre ce prétendu fléau auquel les tenants de la bonne morale bourgeoise n’ont pas trouvé de « préservatif ». Le Dictionnaire des sciences médicales, dans ses éditions du début du xixe siècle, s’empresse de signaler dans plusieurs articles les services thérapeutiques et moraux de cette gymnastique. Tissot vient lui-même visiter l’établissement du colonel Amoros qu’il considère comme un des continuateurs de son œuvre21. Tissot est alors le chef de file d’un mouvement contre les pratiques onaniques22. L’onanisme est apparu comme une figure toute nouvelle au xviiie siècle23. La croisade contre la masturbation rompt avec les conceptions du corps au xviie siècle qui étaient jusque-là plus libérales, sur cet aspect au moins. Ces nouvelles préoccupations apparaissent au moment des profondes transformations en matière de sexualité, d’organisation familiale, de rapport au corps et à la santé. Ainsi, Amoros se fait fort de corriger les masturbateurs qui lui sont confiés. « Les manœuvres honteuses et destructrices de la santé, des mœurs et de cette pureté sainte qui doit distinguer l’enfance, se sont éteintes chez tous ceux qui en ayant contracté la funeste habitude, sont venus se livrer ici aux exercices de gymnastique24. » La pratique de la gymnastique amorosienne se présente ainsi comme un exutoire, une pratique permettant de fatiguer les corps et de décharger « les énergies sexuelles » du jeune.

  • 25 Amoros Francisco. Rapport sur le Gymnase normal fait au conseil d’Administration au nom de (...)
  • 26 Amoros Francisco, Rapport de M. le préfet de Seine sur l’établissement de la gymnastique d (...)
  • 27 Amoros Francisco, Gymnase normal, militaire et civil. Idées et état de cette institution a (...)
  • 28 Amoros Francisco, op. cit., 1821.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.

8De nombreux médecins sont également d’ardents propagandistes des exercices physiques et notamment promoteurs de la gymnastique du colonel Amoros25. Il est sage, comme le souligne le préfet de la Seine, « de donner à l’enfant un aliment pour le détourner de pensées et d’images trop séduisantes26 ». Bally, rapporteur de la commission de la société de médecine de Paris, après avoir visité l’établissement fondé par Amoros, après en avoir fait un compte rendu très favorable et cité les différents exercices remarqués, déclare « d’autres observations, qui intéressent plus directement l’hygiène et la thérapeutique, ont constaté les bons effets de la méthode. Les enfants moroses ont pris l’expansion, l’hilarité naturelle à leur âge ; quelques lymphatiques ont acquis une physionomie expressive, un coloris animé et les faibles ont vu se développer rapidement leurs forces. Rien n’est plus commun à ces remarques ; nous avons été nous-mêmes les témoins de la révolution heureuse opérée sur le teint olivâtre de deux adolescents, qui l’ont promptement échangé contre des traits plus expressifs et des couleurs plus fraîches, plus fondues. Telles sont les remarques que nous avons faites dans les institutions qui nous ont paru un champ de féerie et de métamorphose salutaire27 ». Amoros ne manque jamais de « vendre » sa gymnastique. Dans ces conditions, n’irait-il pas jusqu’à « adapter » son discours en fonction de son auditoire ou de l’appartenance économique de son interlocuteur ? Il nous semble que c’est bien le cas ici, où Amoros va dans « le sens du poil », afin de légitimer sa méthode en l’adaptant au besoin à une population d’enfants particuliers (cf. annexe a, en fin de chapitre). Par ailleurs et en rapport avec l’usage des chants que l’on pratique dans le gymnase et l’influence qu’ils exercent, voici ce que Bally énonce au nom de la commission : « Il [Amoros] ne s’est pas borné à introduire le rythme pour maintenir l’ordre, la régularité et obtenir la précision ; il a porté plus loin la profondeur de ses vues, en donnant un but moral à tous les mouvements et à tous les succès de ses élèves : ils apprennent donc chaque jour qu’ils seront utiles à leurs semblables dans mille circonstances critiques, si les manœuvres du gymnase leur deviennent familières. On cherche ainsi à leur inspirer des idées de courage, de constance, de fermeté, d’élévation dans les sentiments, et ces préceptes, fortifiés par les leçons orales, se trouvent sans cesse dans les cantiques composés et publiés à cet effet. Indépendamment des effets du rythme sur l’harmonie et la précision des mouvements, la musique a cet autre avantage qu’elle rend les pratiques moins monotones et plus agréables ; l’ennui ne les accompagne pas ; elles s’exercent au contraire avec joie et toujours avec un nouveau plaisir28. » La société de médecine de Paris reconnaît le bienfait du chant sur les humeurs et déclare que l’établissement de Francisco Amoros guérit plusieurs maladies. « La méthode et l’établissement de F. Amoros ont eu pour résultat d’avoir une influence morale positive très importante et de faire guérir plusieurs maladies incurables par d’autres moyens, parmi lesquelles on doit compter le fatal onanisme29. » La gymnastique amorosienne, de par l’utilisation du chant qu’elle suppose, développe les capacités respiratoires des jeunes sourds et est en ce sens une préfiguration de l’éducation « oraliste » qui prendra toute sa place à la fin de ce siècle. Ce dernier aspect fut-il un aspect premier ou bien un aspect anodin dans le choix de la gymnastique amorosienne ? Rien ne nous l’indique. Mais il semble difficile de penser que cet aspect n’ait été qu’accessoire dans le choix de cette gymnastique. En effet, dans le rapport de la commission de la médecine de Paris, Bally ne note-t-il pas au sujet de l’hygiène de la voix : « Vous apercevez déjà qu’en agissant aussi sur les organes, en même temps qu’on le fait sur l’appareil locomoteur des extrémités, la poitrine doit recueillir plus de force, plus d’énergie ; ainsi donc, vous applaudirez à ce concours bien entendu du chant et du mouvement, harmonie de deux combinaisons qu’on peut, dans nos temps modernes, considérer comme un perfectionnement dû à notre savant gymnasiarque30. »

  • 31 Laisné Napoléon (1811-1896). Né en 1811, élève de Francisco Amoros, il devient sous-inspec (...)
  • 32 Laprade Victor de, L’éducation homicide : plaidoyer pour l’enfance, Paris, E. Dentu librai (...)
  • 33 Aujourd’hui encore n’attribue-t-on pas au sourd une sexualité déviante ? Le dicton n’affir (...)

9L’introduction de la gymnastique amorosienne à l’INJS de Paris qui sera poursuivie par Napoléon Laisné31 n’est donc pas due à un quelconque hasard. Cette lutte contre l’onanisme n’est cependant pas l’apanage des seules institutions pour enfants sourds, les mêmes préoccupations et des dispositions identiques sont prises dans la plupart des grands internats français, comme peut en témoigner Victor de Laprade dans son ouvrage L’éducation homicide32. Mais cette lutte est, nous semble-t-il, plus farouche qu’ailleurs, en raison de la « sexualité douteuse » dont les personnes sourdes sont alors affublées33.

10La transformation des grands dortoirs qui permet une surveillance efficace contre des méfaits possibles, en petites chambres, s’est réalisée beaucoup plus lentement dans les institutions pour enfants sourds que dans l’ensemble des internats en France. Jamais vraiment formulés, ces préjugés sont en permanence encore aujourd’hui dans le dire et le faire des personnes chargés de l’éducation de ces enfants. Ces représentations sont, sans aucun doute, l’héritage de cette véritable chasse à l’onanisme qui a caractérisé la première partie du xixe siècle, avec son cortège de prérogatives orthopédiques.

De Gérando et la gymnastique

  • 34 De Gérando Joseph-Marie, Cours normal des instituteurs primaires ou Directives relatives à (...)

11Dans un « Avis » en tout début de la troisième édition de l’ouvrage Cours normal des instituteurs primaires ou Directions relatives à l’éducation physique, morale et intellectuelle dans les écoles primaires, les éditeurs retracent la genèse de cette publication. Ainsi, expliquent-ils, l’initiative en revient au comte de Chabrol qui, pendant son administration, décida de contribuer au développement de l’éducation primaire dans le département de la Seine et permit d’établir, à Paris, la première école normale pour les instituteurs primaires. La commission ayant la charge de surveiller et de diriger cet établissement sentit rapidement le besoin de donner aux élèves instituteurs des directives en matière d’enseignement. Le baron de Gérando fut chargé de ce cours et on lui demanda de mettre par écrit, sous la forme d’entretiens, ses différentes directives. La première publication eut lieu en 1832 et fut rapidement épuisée. Elle fut rééditée à cinq reprises, montrant ainsi à la fois la qualité de cet ouvrage, mais aussi son utilité à l’heure où l’école primaire en France se met en place. Cet ouvrage devient donc un outil pour la formation des futurs instituteurs primaires du département de la Seine. Ce cours doit en principe donner les directions, c’est-à-dire les principes fondateurs d’une bonne éducation pour le jeune élève et non pas uniquement, comme nous allons le voir maintenant, les fondements d’une seule bonne instruction. Ce qui nous semble particulièrement novateur, c’est sa conception de la mission de l’école, à savoir, éducation et non seulement instruction. En effet, ne dit-il pas qu’il « emploie le terme d’éducation pour bien marquer le but général et essentiel, au lieu de celui d’instruction dont on a coutume de faire usage34 ».

  • 35 Ibid., p. 43.
  • 36 Vigarello Georges, Le propre et le sale, Paris, Seuil, 1985.
  • 37 De Gérando Joseph-Marie, op. cit., 1839, p. 45.
  • 38 Ibid., p. 47.
  • 39 Ne pourrait-on pas voir ici les propos d’un des précurseurs des méthodes actives ? Ne pour (...)
  • 40 De Gérando Joseph-Marie, op. cit., 1839, p. 46.

12Pour le baron de Gérando, l’éducation et l’instruction sont étroitement unies, mais l’instruction n’est qu’une branche de l’éducation, « une branche subordonnée ». Ce qui nous semble également novateur, c’est que ces directives visent l’éducation intellectuelle, on pouvait s’en douter, mais aussi morale. Là aussi, cela semble logique à cette époque où l’école, même publique, est toujours pour l’essentiel aux mains de religieux, la religion gouvernant encore beaucoup des aspects de la vie quotidienne des Français. Non, ce qui est particulièrement novateur, ce sont les directives sur l’éducation physique, mise en si bonne place en ce début des années 1830, mais aussi les conceptions particulièrement avant-gardistes qui y sont avancées. En effet, dans le quatrième entretien intitulé « De l’éducation physique », De Gérando fait un véritable plaidoyer pour l’éducation physique, une éducation « des divers organes du corps ». Alors que l’éducation physique « doit les premiers soins à l’enfance », éducation essentiellement prodiguée par la mère, elle les doit également, et plus peut-être encore, lors de l’admission des enfants à l’école. L’éducation physique a d’abord pour objectif la santé. En effet, De Gérando affirme « qu’alors même que l’éducation physique des enfants n’aurait d’autre objet que de leur procurer une bonne santé, de développer leurs forces mécaniques, ne serait-ce pas déjà un motif suffisant pour exercer la tendre sollicitude de l’instituteur, puisque dans la vie laborieuse qui les attend, cette santé et ces forces seront leurs premières ressources, leur plus sûr moyen d’existence35 ». Mais De Gérando assigne d’autres finalités à l’éducation physique. Elle agit aussi « d’une manière puissante, constante, variée, sur le développement du cœur et de l’intelligence ». Ainsi, parmi les « soins » que l’instituteur peut et doit donner au corps du jeune enfant, il en est qui ont une influence « morale », tels ceux de la propreté. La propreté de la personne, de ses vêtements, est à cette époque une nouvelle règle de l’hygiène, comme nous le verrons par la suite et comme le développe Georges Vigarello dans son ouvrage Le propre et le sale36. Elle doit prévenir des maladies, elle doit « entretenir les organes dans un état de fraîcheur », elle contribue à exercer la « vigilance, l’attention » mais, aussi, elle doit favoriser « les idées de décence, les habitudes d’ordre ». Pour De Gérando, « rien n’est plus nécessaire, tout ensemble et pour entretenir la santé des enfants, et pour développer leurs forces, qu’un exercice modéré, varié, régulier37 ». La pratique de la natation est recommandée dans ce cours où les instituteurs sont invités à bien veiller et à prévenir les nombreux et graves accidents que la natation pourrait occasionner. Le bain est aussi recommandé, ce que De Gérando fait traduire, à l’INJS de Paris, par la mise en place d’un grand établissement de bains, comme nous le verrons dans le quatrième chapitre de cette seconde période. Il est également recommandé que les élèves ne demeurent pas trop longtemps immobiles, que « les enfants se tiennent debout, s’asseyent, marchent, remuent les bras, les mains, la tête ». Le grimper, le balancer, la suspension, etc., sont indiqués, mais en ordre s’il vous plaît ! « L’agilité » par la course, par les sauts, est également préconisée tout comme l’utilisation et les exercices à l’aide de corde, cerceau, cerf-volant, etc. Le temps des récréations doit être employé à la pratique de ces différents exercices. Les promenades sont également d’une grande utilité à une éducation physique bien comprise. La gymnastique enfin, alors « qu’on s’occupe d’examiner par quels moyens on pourrait l’introduire dans nos écoles primaires », doit s’appuyer sur des principes simples. Elle doit avoir pour but « d’exercer à la fois les muscles du corps, dans une constante harmonie, et de les amener par une gradation continuelle et sensible au plus haut degré de précision et de force dans les mouvements38 ». Elle doit se pratiquer dans un local sain, c’est-à-dire à l’abri de l’humidité. Il doit être vaste, aéré et les rayons du soleil doivent y pénétrer, ces conditions ayant une action certaine sur la santé des élèves. Ce régime d’une activité corporelle bien ordonnée exerce, aux yeux du baron de Gérando39, « l’influence la plus favorable sur le caractère des enfants ; elle les entretient dans la gaieté douce et sereine qui les dispose à son tour à la docilité et à l’obéissance40 » et sera un élément clé dans la mise en place de son projet orthopédique dans l’éducation des enfants sourds.

  • 41 Ibid., p. 51.
  • 42 Ibid., p. 52.
  • 43 Le 27 mai 1833, Adolphe Thiers, alors ministre du Commerce et des Travaux publics, supprim (...)

13Mais il est un autre aspect que De Gérando souligne dans son Cours normal des instituteurs primaires, qui est l’éducation des sens et notamment celle de l’ouïe. Pour De Gérando, « l’éducation du sens de l’ouïe s’opère d’une manière admirable par la parole. L’éducation de l’ouïe n’a pas seulement pour objet d’apprendre à discerner les sons, mais aussi à apprécier les tons, la mélodie, les accords et les expressions infiniment variées qui en résultent. Tout cela se trouve dans la parole. Accoutumez vos élèves à acquérir une bonne prononciation […] vous les disposerez aussi à mieux réfléchir en parlant41 ». Cette conception de la relation entre l’accès à l’abstrait et la fonction langagière de la parole orale – opposée à la parole gestuelle – explique pour une grande part, nous semble-t-il, les conceptions en matière d’éducation pour les jeunes sourds dans les grands établissements d’éducation, dans ce deuxième quart du xixe siècle. En effet, pour De Gérando, l’apprentissage de la parole orale – en opposition à la parole gestuelle – est le plus sûr moyen d’accéder à la connaissance et le chant, son complément naturel. Pour De Gérando, le chant qui « seconde le jeu des poumons et fortifie la poitrine des enfants », doit faire partie d’une éducation physique. Alors que la musique et le chant sont présentés comme autant d’éléments favorisant les mouvements musculaires, De Gérando voit en ceux-ci « une puissance encore plus utile pour exciter et nourrir tous les sentiments purs et généreux. Ils attendrissent, élèvent, calmant l’âme tour à tour42 ». Alors que le baron de Gérando s’adresse aux instituteurs de la Seine, la collaboration entre l’INJS de Paris et Amoros s’arrête après près de quinze années43 et l’école de Paris se tourne vers d’autres partenaires. Ainsi, à partir de 1835, la gymnastique s’organise avec de nouveaux interlocuteurs. Les jeunes sourdes pratiquent la gymnastique dans les établissements de madame Masson de la Malmaison, alors que les garçons pratiquent la gymnastique avec les élèves du collège royal Louis-Le-Grand, marquant ainsi une forme d’ouverture de l’institution vers le monde extérieur, signe avant-coureur du mouvement d’inclusion scolaire des jeunes sourds dans les établissements d’éducation « ordinaires ».

La pratique de la gymnastique des jeunes sourds : un élément vers l’inclusion scolaire

  • 44 Archives INJS de Paris, non classées, 1835.
  • 45 E. Masson de la Malmaison. Directrice de plusieurs gymnases à Paris et dans sa région. La (...)
  • 46 Archives INJS de Paris, non classées, 1835.
  • 47 Andrieu Gilbert, L’homme et la force. Des marchands de la force au culte de la forme (xixe(...)
  • 48 Andrieu Gilbert, op. cit., 1988, p. 117.

14Quelque temps après la fermeture des établissements du colonel Amoros en 1833, les administrateurs de l’INJS de Paris sollicitent de nouveaux interlocuteurs. On assiste, dès lors, à la première tentative de faire pratiquer la gymnastique aux jeunes sourdes et ce, en dehors de l’établissement même. Cette première expérience est absolument exceptionnelle pour l’époque. Alors pourquoi l’introduction de la gymnastique pour les élèves sourdes ? Préoccupation hygiénique, peut-être. « Détournement des énergies » de ces jeunes filles : sûrement. L’administration de l’institut de Paris demande tout naturellement à Itard de bien vouloir, du fait de « ses connaissances spéciales dans tout ce qui intéresse la santé de ces jeunes filles, indiquer tout ce qui pourrait convenir à leur développement physique et qui aurait aussi une influence morale44 ». La gymnastique des élèves sourdes s’organise à l’institution de madame E. Masson de la Malmaison45. Elle précise, en effet, dans une correspondance : « La confiance que vous m’avez témoignée dans la visite que vous avez daigné me faire, m’autorise à vous dire que désirant m’associer d’esprit et de cœur à la bienveillante philanthropie du directeur de la maison des sourdes-muettes, je viens proposer d’établir à mes frais et de donner gratuitement à cette maison mon gymnase de Versailles dont je vous ai parlé et qui se trouve fait sur le même modèle que celui de Paris. […] Je pense, Monsieur, remplir mieux votre but d’économie, puisque, par ma proposition, je vous évite tous les frais d’un établissement, je rends l’exécution de votre projet plus prompte, plus perfectionnée, en me chargeant même de la gestion de cet établissement. J’oserai, Monsieur, pour cela réclamer le privilège de diriger cet établissement toute ma vie ou de le faire diriger en mon nom et par des personnes instruites par moi, afin que le bon ordre sanitaire que j’y aurai établi ne se perdît pas46. » La gymnastique de madame Masson de la Malmaison est une gymnastique de type « orthopédique », nettement orientée vers la rééducation. Madame Masson de la Malmaison dirige depuis 1826 un institut de gymnastique et d’orthopédie composé de deux, puis de trois établissements. Pour elle, « l’orthopédie est une science qui ressort de la médecine et s’adresse aux malades », ce que deviennent les jeunes sourds et les jeunes sourdes en cette fin de première partie de siècle. La méthode consiste « dans l’emploi naturel des mouvements gymniques unis à d’autres soins hygiéniques appliqués d’une manière spéciale aux déviations de la taille et aux maladies qui en favorisent le développement ; un système simple, naturel, toujours efficace, sans aucun danger47 ». On ne sait pas exactement si les jeunes sourdes de l’institut de Paris ont pratiqué réellement cette gymnastique, nous n’en avons pas trouvé la preuve, mais la correspondance de madame Masson de la Malmaison montre bien la volonté des administrateurs de l’INJS de Paris de faire pratiquer la gymnastique aux jeunes filles, une gymnastique de type « orthopédique » plutôt qu’une gymnastique « orientée avant tout vers une hygiène qui met en jeu la force et son développement pour un plaisir qui n’est pas encore athlétique48 ».

  • 49 Archives INJS de Paris, non classées, 1835.
  • 50 Ibid.

15À cette même date, les administrateurs de l’INJS de Paris sollicitent, par ailleurs, les administrateurs du collège royal Louis-Le-Grand pour que les jeunes sourds de l’INJS de Paris puissent continuer à pratiquer la gymnastique. À la suite d’une correspondance49, le proviseur du collège royal Louis-Le-Grand répond en ces termes à Désiré Ordinaire : « Après avoir réfléchi, je ne vois aucun obstacle à ce que quelques-uns de vos jeunes gens suivent les exercices de notre gymnastique. Du reste, je regarde toujours comme indispensable que vos jeunes gens soient vêtus comme les nôtres, d’un pantalon et d’une veste en grosse étoffe. Le gymnasiarque juge ces dispositions utiles pour faciliter tous les exercices auxquels ils devront se livrer. La ceinture est également nécessaire pour les soutenir lorsqu’ils montent aux grands mâts et les préserver de tout danger. Il conviendra seulement qu’elle ne soit pas tout à fait pareille à celle de nos élèves, afin que monsieur Schrende sache à qui il a affaire et emploie les moyens convenables de se faire entendre50. » Les élèves sont alors évalués à partir de la fiche des élèves des collèges royaux. Cette fiche indique les résultats obtenus par les élèves dans les exercices de course, de résistance et de vélocité, de sauts : en largeur, en profondeur, en hauteur, à la perche en largeur et à la perche en hauteur ; d’exercices de fermeté, de résistance de grimper : de mâts, d’échelles de corde et de bois, de cordes nouées et lisses, de perches vacillantes, d’exercices d’anneaux de corde, de poutre : à cheval sur la poutre, se mettre debout, tomber, se rétablir et voltiger ; d’exercices aux barres parallèles ou sur les anneaux, de passage de la rivière et de monter debout sur le portique.

16L’INJS de Paris ne semble avoir aucune difficulté à associer pour la pratique de la gymnastique des personnes extérieures, alors que l’établissement est toujours et pour de longues années encore, centré sur lui-même, coupé de tout contact avec l’extérieur. Si cette pratique est ainsi rendue possible, c’est qu’elle est particulièrement importante aux yeux des administrateurs de l’époque et qu’elle est toujours au centre de la mise en œuvre du processus d’orthopédie dans l’éducation des jeunes sourds. Cette première ouverture de l’institution vers l’extérieur, due à l’importance accordée à la gymnastique par les administrateurs, peut être vue comme une première forme du mouvement plus général d’inclusion scolaire qui aura lieu quelques années plus tard. Dès que possible cependant, la gymnastique sera rapatriée à l’intérieur des murs de l’institution, ce qui sera fait dès 1838. Toutefois, la pratique commune de la gymnastique par des élèves sourds et des élèves entendants dès les années 1830 a concrétisé l’idée d’une intégration possible dont la gymnastique serait le support. Cette idée sera promue ensuite à l’échelle de toute l’Europe et du Nouveau Monde. L’éducation du corps, la recherche d’une bonne hygiène, constitueront le ferment de l’internationalisation du processus d’orthopédie en matière d’éducation des enfants sourds et la gymnastique son support privilégié. La place du corps comme élément essentiel dans ce processus est tout à fait remarquable. Ce corps semble devoir être l’objet d’un investissement qui va d’ailleurs devenir de plus en plus massif. Le corps de l’écolier sourd est ainsi le sujet de toutes les attentions, en raison notamment de la place qu’il possède « naturellement » pour sa communication. Ce fort investissement n’est pas l’exclusivité des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds français, il est présent, parfois sous des formes différentes, dans un très grand nombre d’établissements européens.

L’éducation du corps au centre de la construction d’une orthopédie internationale

  • 51 Institution des sourds-muets de Paris. Première circulaire de l’institut royal des sourds- (...)

17Des transformations d’ordre administratif ont donc été réalisées dans les grands établissements d’éducation pour jeunes sourds en France, mais aussi à l’étranger, dans le deuxième quart du xixe siècle. Ces transformations ont eu pour origine la rédaction et la diffusion en 1827, auprès de l’ensemble des institutions étrangères s’occupant de l’éducation des enfants sourds, de la première circulaire internationale, suivie en 1829, 1832 et 1836, des deuxième, troisième et quatrième circulaires51. Elles décrivent l’état des connaissances et des pratiques dans le monde, en matière d’éducation des sourds, mais, surtout, cherchent à imposer à l’ensemble des établissements d’éducation du monde occidental et colonisé, le processus d’orthopédie alors en pleine constitution. Cela traduit une volonté de rayonnement mondial, doublée de l’intention d’ériger l’institut de Paris en référence incontournable en matière d’éducation des enfants sourds. Ainsi, parle-t-on, dans la première circulaire, de ne confier aux sourds que la fonction de répétiteurs et non plus celle d’enseignants à part entière. Un comité est d’ailleurs créé pour réfléchir aux méthodes d’enseignement et contrôler leur application, conseil dont sont exclus les enseignants sourds et l’ensemble des pédagogues, mais qui est composé « d’éminents savants ». L’objectif nettement affirmé est l’enseignement de la langue orale et la mise en place de son cortège de techniques orthopédiques visant « l’oralisation » et la lecture sur les lèvres. Ainsi, les enseignants sourds, qui avaient fait leur apparition sous le directorat de Sicard, vont être progressivement exclus des structures d’enseignement tout au long du xixe siècle, préfigurant les conséquences directes de l’application de ce projet orthopédique pour les enfants sourds. On fait ainsi appel à toutes les informations sur les différentes tentatives d’apprentissage de la parole et les méthodes pouvant alors exister dans les autres établissements pour faire parler l’enfant sourd et pour le faire lire sur les lèvres. En concomitance avec cette nouvelle quête et à l’image des grands établissements d’éducation pour jeunes sourds en France, il est fait appel à la gymnastique, à son introduction massive dans l’éducation des écoliers sourds, mais, aussi, et plus généralement, à un fort investissement du corps du jeune sourd. Voilà qui démontre, une nouvelle fois, la place de ce corps dans le processus de normalisation qui est dorénavant en marche.

  • 52 Depuis la mort de Sicard en 1822, il a été procédé à la rédaction d’un manuel d’exercices (...)
  • 53 Compte. Suisse tout comme Clias, il ne laissera pas de trace de son activité de gymnaste. (...)
  • 54 Johann Heinrich de Pestalozzi (1746-1827). Grand pédagogue suisse, il tente d’appliquer au (...)
  • 55 Phokion Heinrich Clias (1782-1854). D’abord enseignant à Groningen en 1806, il enseigne en (...)
  • 56 Clias Phokion Heinrich, Gymnastique élémentaire ou cours analytique et gradué d’exercices, (...)

18Dans la première circulaire et afin de donner l’exemple, l’administration de l’INJS de Paris expose ce qui, de son point de vue, est essentiel. En effet, outre les principales améliorations – ou prétendues telles – introduites par l’administration de Paris, depuis la mort de l’abbé Sicard52, la pratique gymnique est massivement introduite dans l’éducation des enfants sourds sous la direction de M. Compte53, formé par Pestalozzi54 en Suisse, et contemporain de Clias55, ce qui constitue une alternative à la seule pratique de la gymnastique amorosienne à l’INJS de Paris. La méthode d’enseignement appliquée à la pratique des exercices est méthodique, les exercices sont gradués et se succèdent de manière que les premiers soient sans cesse préparatoires pour les suivants et ne puissent (ni ne doivent) présenter le moindre danger dans leur application. On commence par soumettre les élèves à des exercices préparatoires, qui n’exigent pas l’utilisation de matériel (engins ou agrès). Ces exercices préparatoires consistent à solliciter l’ensemble des articulations du corps sans aucune exclusive. Ils comprennent une soixantaine de mouvements qui ont tous pour but d’améliorer la souplesse articulaire, de favoriser le développement musculaire et de prévenir la fatigue. Ces exercices préparatoires sont suivis de ceux de la marche, de la course et du saut. La séance se poursuit à l’aide d’engins ou d’agrès – cheval de bois, barres parallèles, barres horizontales, barre oblique. Ces installations sont complétées par un portique composé d’un grand mât, de deux mâts plus petits, d’une traverse qui unit ces deux mâts à la hauteur des trois quarts du grand mât, d’une hune fixée à la traverse, de deux cordes, l’une à nœuds, l’autre « unie » (lisse), toutes deux suspendues sous la traverse, de deux perches fixées à la hune et d’une grande échelle. Autant les différentes barres sont destinées à fortifier les muscles des bras, de la poitrine et de l’abdomen, autant le travail au portique est relatif à « l’art de grimper » ; et le cheval de bois, à « l’art de la voltige ». Le plan de gymnastique poursuivi par les élèves sourds de l’INJS de Paris n’est donc autre que celui décrit par Clias dans son Cours analytique et gradué d’exercices, publié en 181956. Cette gymnastique est donc une alternative par rapport à celle du colonel Amoros, l’objectif de préparation militaire y est moins présent, la lutte explicite contre l’onanisme est officiellement absente, une préoccupation plus « éducative », plus tangible, existe.

  • 57 Deuxième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les in (...)
  • 58 Christophe Édouard Morel (1805-1857). Après des études secondaires à Besançon, il devient (...)
  • 59 Deuxième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les in (...)

19Dans la deuxième circulaire, la gymnastique est alors considérée comme une « branche » à part entière de l’hygiène, parce qu’en développant les facultés physiques, « elle contribue en même temps à conserver le corps dans un état de santé57 ». Aussi est-elle introduite dans beaucoup d’écoles pour jeunes sourds dans toute l’Europe. En ce qui concerne les bains de mer, le rédacteur de la circulaire, Édouard Morel58, souligne que l’institut de Paris ne bénéficie pas géographiquement des mêmes avantages que celui de Copenhague pour lequel un certain chevalier Abrahamson, danois, indique que « rien ne leur convient mieux que les exercices de gymnastique et les bains de mer. Pour les garçons, il y a, pendant toute l’année, à l’exception de l’hiver, trois exercices par semaine, chaque exercice est de deux heures. Pendant l’été, on les fait baigner tous les jours dans la mer : aussi, presque tous savent-ils nager. Les filles font habituellement de très longues promenades et prennent, pendant l’été, des bains de mer deux fois par semaine. Les suites de ce système ont été si heureuses, que le nombre des malades, qui était de six à sept sur quarante élèves en 1822 et qui, dans les années 1823, 1824, 1825, était réduit à un douzième du nombre des élèves, n’est plus actuellement que d’un trentième ou d’un quarantième59 ». Est-ce pour pallier à sa situation géographique défavorable et qui le fait passer au second plan, que l’institut de Paris fera pratiquer des bains en rivière de Seine et sera doté dès 1842 d’un des premiers établissements de bains dans un établissement d’enseignement, comme nous le verrons dans le quatrième chapitre de cette deuxième période.

  • 60 Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les i (...)
  • 61 Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les i (...)
  • 62 Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les i (...)
  • 63 Vigarello Georges, Le sain et le malsain : Santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, (...)
  • 64 Ibid., p. 176.

20La publication de la troisième circulaire en 1832 marque une rupture à la fois dans le vocabulaire, mais aussi dans le contenu de ce qui va dorénavant s’appeler éducation physique. En effet, le terme de gymnastique est remplacé par celui d’éducation physique, à l’heure où le baron de Gérando publie son Cours normal à l’intention des écoles normales d’instituteurs, sur les recommandations de l’éducation physique à l’école, comme nous l’avons déjà vu au milieu de ce chapitre. On assiste donc à un glissement d’une technique à une action plus globale, s’attachant plus à celui qui est l’objet de cette pratique qu’à la pratique elle-même. L’éducation physique devient un concept plus large incluant les techniques gymniques bien sûr, mais aussi une préparation utilitaire par et pour un métier. L’éducation physique doit « favoriser l’éducation intellectuelle et morale. Elle consiste à donner aux élèves le goût de l’activité, à les exercer à l’adresse et à les accoutumer à l’amour de l’ordre. Comme la plupart des sourds-muets sont destinés à vivre un jour du travail de leurs mains, l’apprentissage d’un état leur est indispensable et cette partie de l’éducation ne saurait être négligée dans la bonne institution ; toutefois, elle ne doit jamais s’exercer aux dépens de l’instruction intellectuelle qui est l’objet principal60 ». Dans cette perspective, les institutions d’Europe, mais aussi d’Asie et d’Amérique s’attacheront à donner aux exercices de leurs élèves une nouvelle orientation, les jeux et les promenades devant concourir à l’instruction des élèves. À l’institution de Bachtelen en Allemagne, les jeunes sourds se livrent eux, aux exercices de gymnastique de Friedrich Ludwig Jahn (1778-1852). Alors qu’à l’institution de Gmünd, toujours en Allemagne, l’Administration a fait l’acquisition d’un local permettant, semble-t-il, « de donner plus de développement à l’éducation physique des élèves. Le bâtiment est accompagné d’un jardin et d’une cour. Dans cette dernière se trouvent les appareils nécessaires aux exercices de gymnastique61 ». À l’institution de Modène en Italie, les soins de la santé et l’apprentissage d’un métier sont l’objet d’une vive sollicitude. On veille à ce que les aliments soient sains et de digestion facile, et que les vêtements soient tenus avec une grande propreté. Plusieurs fois par jour, on prescrit l’exercice au grand air, dans le jardin. Les divertissements sont de la nature de ceux qui exigent du mouvement, comme la paume, le volant, la balançoire. Quant à l’apprentissage d’un métier, les élèves filles sont instruites dans presque tous les travaux considérés de leur sexe, comme filer, tisser, broder, coudre, tricoter, faire de la dentelle et des franges, etc. En outre, elles sont occupées aux différents travaux de la maison, de la cuisine, du jardin, selon leur force et leur condition. À l’institution de Sienne, les élèves garçons apprennent à dessiner et se livrent à l’apprentissage des métiers de cordonnier et de tailleur. L’abbé Boselli, italien et enseignant auprès de jeunes sourds, regarde l’apprentissage d’un métier comme une chose accessoire dans l’organisation d’un établissement ; il en reconnaît cependant le besoin pour une grande partie des sourds ; mais il déplore cette nécessité qui enlève à l’instituteur un temps précieux pour l’éducation intellectuelle et morale de ses élèves. L’institution de Gêne offre, elle, aux « enfants d’une condition inférieure », l’apprentissage d’un métier qui puisse leur procurer une honnête existence : les uns se livrent au dessin, d’autres apprennent le métier de cordonnier ou celui de relieur. À l’institution de Saint-Pétersbourg, les jeunes sourds qui apprennent un métier vont dans les ateliers de la maison des enfants trouvés, alors que l’instituteur en chef de l’école de la ville d’Edgbaston au Royaume Uni, est, lui, tout à fait opposé à l’introduction de travaux industriels au sein d’un établissement spécialisé pour jeunes sourds. Il craint que des travaux manuels ne détournent les enfants de leurs études. Alors que, selon l’administration de l’INJS de Paris, en permettant aux jeunes sourds de cultiver le jardin, on n’a pas pour but d’en faire des jardiniers, ni des domestiques, mais de leur procurer une récréation saine et un exercice qui puisse leur devenir utile quand ils quitteront l’institut. L’école des sourds de la ville d’Exerter en Angleterre, possède un atelier de cordonniers et les élèves qui n’apprennent pas la gravure sur bois, l’ébénisterie ou la couture pour devenir tailleur, vont en ville pour s’y initier – ce qui signifie que, contrairement aux institutions françaises notamment, cette institution ne possède pas ses propres locaux d’apprentissage ; les élèves doivent donc se rendre hors des murs de l’institution pour suivre leur apprentissage, ce qui démontre une conception très différente de celle des institutions françaises, plus refermées sur elles-mêmes. L’institution suisse de Zurich, pour sa part, accoutume les élèves à la plus grande propreté, le régime alimentaire des élèves est simple, mais aux dires des administrateurs, « nourrissant et bien préparé ». Outre les récréations dans le jardin avant et après le repas, les élèves font régulièrement, et presque toujours sous la conduite de l’instituteur en chef, des promenades qui sont une occasion toute naturelle de les instruire sur un grand nombre d’objets. En été, les élèves des deux sexes usent fréquemment des bains du lac de Zurich et les garçons apprennent à nager, ce qui est exceptionnel pour l’époque et pour les jeunes sourds qui plus est. Un des élèves les plus âgés ayant assisté aux exercices de gymnastique du collège public voisin, dirige à son tour ses camarades dans ces mêmes exercices. À l’institution de Pforzhein, tout comme à celle de Hildesheim, la santé des élèves est l’objet d’une attention toute spéciale ; le médecin prescrit le régime alimentaire et les soins physiques particuliers au regard des toutes nouvelles données des lois de l’hygiène. Le jardin de l’établissement est traversé par un canal où les élèves prennent des bains pendant l’été. Ils se livrent aussi aux exercices de gymnastique. Dans cette dernière école, « l’éducation industrielle » n’est pas négligée, les élèves les plus jeunes apprennent à tricoter et aident à de petits travaux domestiques ; ceux qui sont plus grands apprennent le cartonnage et l’ébénisterie et ceux qui montrent des dispositions pour le dessin travaillent dans un atelier de lithographie annexé à l’institution. Deux ans avant leur sortie de l’établissement, les élèves fréquentent, plusieurs heures par jour, des ateliers en ville, pour se livrer à l’apprentissage des métiers de tailleur, de cordonnier, serrurier, ébéniste, relieur et de vannier. Les filles s’occupent d’abord des soins du ménage et, plus tard, elles apprennent à tricoter, filer, coudre, broder, repasser le linge et fabriquer des fleurs artificielles. Les élèves de l’un et l’autre sexe se livrent en outre à l’horticulture dans le jardin de l’institution. Ni à l’institution de Leipzig, pas plus qu’à celle de Berlin, on ne s’occupe de « l’éducation industrielle » des élèves. Seules les jeunes sourdes se livrent aux travaux dits féminins : ménage, couture. Dans cette dernière institution, les élèves vont à la promenade tous les mercredis. Par ailleurs, dans l’institution des sourds de Brunnader, l’éducation physique des élèves est l’objet de la sollicitude la plus assidue. En effet, on « a eu l’heureuse idée d’associer aux études les travaux des champs qui ont une influence si salutaire sur la santé62 ». On trouve ici déjà l’idée du retour à la nature, à la campagne, en opposition à la ville, porteuse de tous les maux, réflexion toute actuelle. En cette première moitié de xixe siècle, ce n’est plus seulement, comme l’affirme Georges Vigarello, « la mécanique du corps qui autorise de nouveaux gestes préventifs, c’est encore la manière de traiter les éléments physiques, celles d’habiter les lieux, celle d’y conduire les flux63 ». À la ville, la respiration est alors l’objet de nouvelles attentions. « Les foules et leurs exhalations ne risqueraient-elles pas d’accroître le danger des villes64 ? » Le regroupement des hommes, l’encombrement des différents lieux sont alors présentés comme autant d’espaces et d’objets d’inquiétude de la ville. Il y aurait un manque d’air que la campagne seule serait en position de redonner à l’individu, au jeune sourd. La pratique pédagogique de l’exercice physique par la gymnastique va devenir encore plus insistante dans la deuxième partie du xixe siècle (cf. annexe b).

21À la lecture de ces différentes pratiques, on peut noter que l’éducation physique est une réalité dans les grandes institutions pour jeunes sourds des pays en voie d’industrialisation, dans la première moitié du xixe siècle et qu’elle devient une pratique « phare » dans les grands établissements européens et plus généralement occidentaux (cf. annexe c). On voit, à travers la large diffusion de celle-ci, la mise en œuvre progressive du vaste projet d’orthopédie qui va s’étendre à l’ensemble des établissements, jusqu’en Outre-Atlantique. La gymnastique occupe une place privilégiée dans l’organisation des grands établissements d’éducation de jeunes sourds à la fin de cette première moitié de siècle et ce, malgré les dires des quelques administrateurs d’établissements, notamment italiens. Le corps est donc à cette époque objet de toutes les attentions et d’une véritable stratégie éducative dans toute l’Europe. Par contre, l’exercice du corps dans le jeu et l’apprentissage d’une profession industrielle ne revêtent pas la même importance dans l’ensemble de ces grands établissements. En effet, les opinions semblent partagées sur l’importance à donner à l’apprentissage et la formation à un métier. Pour les uns, ce temps doit être essentiellement consacré à l’éducation intellectuelle et surtout morale – les religieux notamment. Pour les autres – et c’est l’avis des administrateurs de l’INJS de Paris – il est nécessaire de donner une formation pratique à l’élève scolarisé dans l’institution, pour qu’il puisse subvenir à ses besoins à la sortie de l’institut. Mais le résultat est là, les jeunes sourds, dans leur ensemble, suivent une formation qui est plutôt manuelle et ne prépare pas, ou peu, à des métiers intellectuels ou aux professions libérales, à l’exception de formations artistiques qui seront, elles, à l’origine de nombreuses réussites, comme nous le verrons dans la prochaine période.

  • 65 La notion de régénération sociale renvoie peut-être ici à l’idée d’une meilleure intégrati (...)
  • 66 Quatrième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris à toutes les institutio (...)

22Dans l’avant-propos de la circulaire internationale de 1836, la quatrième, le rédacteur, au nom de l’institution des sourds de Paris, se félicite que le vœu général émis lors de la première circulaire soit atteint, à savoir « d’offrir un point de ralliement, un centre de communications réciproques à tous les hommes éclairés qui se dévouent à la régénération sociale65 des sourds-muets. Le cercle de ses relations (à l’INJS de Paris) s’agrandit de jour en jour ; une heureuse émulation s’établit entre tous les instituteurs ; chacun apporte son tribut à la cause commune ; chacun veut prendre la parole dans ce congrès philanthropique. Ce concours de lumières est le plus puissant moyen de hâter le perfectionnement et la propagation de l’art d’instruire les sourds-muets. Unis d’intention et d’efforts, les établissements de sourds-muets donnent, par cette alliance, un bel exemple à toutes les autres institutions d’humanité. Quels résultats, en effet, ne serait-on pas en droit d’attendre, si, dans les différentes parties du globe, les institutions qui tendent à un même but, oubliant les limites territoriales et rapprochant par la pensée la distance qui les sépare, formaient une vaste confédération et choisissaient un centre pour mettre en commun leurs observations, leurs recherches et leurs travaux ! Un jour peut-être, le progrès de la civilisation réalisera de semblables associations ; l’humanité ne connaîtra plus de frontières et alors les institutions de sourds-muets pourront revendiquer l’honneur d’avoir pris une honorable initiative66 ». La gymnastique se présente comme une authentique pratique au service d’un projet orthopédique international, dans la mesure où elle se pratique dans la quasi-totalité des établissements de l’époque. Elle apparaît au centre de la construction européenne en matière d’éducation des enfants sourds et comme le laboratoire, la préfiguration du mouvement que l’on pourrait qualifier aujourd’hui d’inclusion scolaire des jeunes sourds dans des établissements « ordinaires ». De Gérando, déjà concepteur de la mise en œuvre de ce projet orthopédique pour les écoliers sourds, sera également le théoricien du mouvement d’inclusion scolaire des jeunes sourds dans les classes et les écoles « ordinaires ». Le docteur Blanchet sera lui le propagandiste efficace de cette inclusion scolaire. Ils seront à ce titre les acteurs du processus d’orthopédie de l’éducation des écoliers sourds et stigmatiseront le mouvement d’opposition sourd qui se met progressivement en place.

Annexes

Annexe : notes de fin de chapitre

a. La promotion de la gymnastique sera l’objet d’un renouveau avec l’entrée en fonction d’Adolphe de Lanneau à la direction de l’institution de Paris, alors que celle-ci semble toujours ignorée à l’INJS de Bordeaux. Napoléon Laisné est chargé d’élaborer des plans en vue de la construction de gymnases au sein de l’institution parisienne en 1842. La méthode de Laisné se différencie selon les élèves auxquels elle s’adresse, ce qui se veut différent de la gymnastique amorosienne. Pour les scolaires, la gymnastique définie fait appel à la volonté, sans exclure complètement l’amusement et le plaisir. Laisné tente, en effet, de conquérir à la gymnastique de nouveaux publics, notamment scolaires. Il veut, néanmoins, que les jeunes gens des écoles, collèges et lycées ne soient ni moins robustes ni moins lestes que des soldats. Il établit un projet et fait construire deux gymnases (non couverts) pour les deux sexes à l’INJS de Paris, en 1846. Son projet prévoit l’acquisition d’un important matériel. Le gymnase des garçons doit comprendre un portique et une poutre de 10 mètres de longueur, un système de barres parallèles et de barres fixes, un cheval de bois rembourré en crin et recouvert en cuir, un sautoir fixe et son fossé, dix mètres courant de barre à suspension en fer, 20 perches à sauter de différentes longueurs, 20 paires de bâtons à lutter. Le gymnase sera entouré d’une treille de deux mètres de hauteur et d’une porte. Le gymnase des filles doit être lui, plus petit, avec un portique à balançoire brachiale, un système de barres parallèles et de barres fixes et un système de barres à suspension en fer, le tout entouré d’un treillage de 1 mètre de hauteur, de poteaux en chêne et d’une porte. Le devis de l’ensemble des travaux à réaliser au sein de l’institut indique que l’exécution de ces travaux sera répartie en fonction des critères d’urgence. Le coût de l’installation d’appareils de gymnastique, pour l’année 1849, s’élève à 5300 francs (Archives INJS de Paris, non classées, 1846). Le devis définitif est accepté le 10 août 1846. Ces travaux se font sous la direction de Philippon, architecte de l’Institution, sous le contrôle de Laisné. Finalement, la liquidation des dépenses de l’exercice de 1846 indique la construction de deux gymnases pour un montant de 5300 francs, (Archives INJS de Paris, non classées, 1847) ce qui signifie qu’elle n’a pas été effective comme le prévoyait le plan de financement en 1849, mais dès l’année 1846. L’administration de l’époque a donc retenu ce projet comme largement prioritaire, la gymnastique faisant toujours partie, de façon prédominante, du processus d’orthopédie mis en œuvre dans les grands établissements d’éducation et souligne une nouvelle fois la place du corps du jeune sourd dans ce projet.

b. Un nouveau projet de construction d’un gymnase, couvert celui-là, débutera en 1860. Il s’agit plus d’un hangar que d’un gymnase dans un premier temps. Une correspondance du directeur de l’institution de Paris à Philippon, architecte de l’institut, indiquant les travaux à réaliser pour l’année 1861, (Archives INJS de Paris, non classées, 18 octobre 1860) mentionne la détérioration rapide des appareils de gymnastique du gymnase établi dans le préau de l’institution (cour non couverte réalisée par Napoléon Laisné) et demande donc la construction d’un hangar pour la gymnastique dans le préau des grands (Archives INJS de Paris, non classées, 21 novembre 1860). Dans un rapport à la commission consultative, le directeur rappelle les conditions de la réorganisation de l’école (décision ministérielle du 23 septembre 1859) en deux quartiers : grand et petit, et souligne également la nécessité d’installer un hangar pour la gymnastique (Archives INJS de Paris, non classées, 7 décembre 1860). Le président de la commission consultative donne un avis favorable à la construction de ce hangar pour la pratique de la gymnastique (Archives INJS de Paris, non classées, 7 décembre 1860). Le directeur demande au ministre de l’Intérieur de transmettre au plus vite pour avis au ministre d’État cette demande qui lui semble être une urgence (Archives INJS de Paris, non classées, 19 janvier 1861). Un rapport d’inspecteurs généraux de bienfaisance est établi à partir des propositions du directeur de l’INJS de Paris. La commission donne un avis favorable à la réalisation d’un hangar pour couvrir les appareils de gymnastique, mais seulement pour mettre à l’abri ces appareils et les enfants qui prennent des leçons. « Elle ne pense pas qu’il soit nécessaire d’élever un hangar de trois cent trente mètres carrés pour faire une salle de récréation pour tous les enfants pendant les mauvais jours. » (Archives INJS de Paris, non classées, 20 avril 1861). Le directeur dans une correspondance au ministre souligne à nouveau en 1861, la nécessité de la construction d’un hangar de gymnastique. Il y joint des explications où l’on peut noter que ce hangar est prévu pour le grand quartier et qu’il doit donc être vaste (Archives INJS de Paris, non classées, 13 juin 1861). Le ministre de l’Intérieur informe le directeur de la tenue d’une nouvelle réunion de la commission des inspecteurs généraux (Archives INJS de Paris, non classées, 14 novembre 1861). Le gymnase est enfin construit en 1866. « On a pris dans le préau qui confronte à la rue d’Enfer [actuellement rue Henri Barbusse] l’espace nécessaire pour l’installation d’un gymnase couvert. Le gymnase, l’un des plus vastes de Paris est pourvu de tous les appareils nécessaires pour développer, par des exercices gradués, les forces et l’agilité des jeunes sourds-muets, dont la constitution, généralement maladive, commande de ne négliger aucun des moyens propres à la raffermir. »

c. L’institution possède ainsi un gymnase où les élèves sont admis à suivre les leçons d’un professeur attaché à la maison. Des exercices de gymnastique proportionnés à leur âge concourent à les maintenir en santé et à fortifier leur tempérament. (Les Établissements généraux de bienfaisance, monographies présentées à sa majesté, Paris, Imprimerie impériale, 1866). Cette idée d’un gymnase couvert a donc été une grande priorité pour le directeur et les administrateurs avec une évolution notable par rapport aux premières demandes des années 1830, puisque la vocation de ce gymnase est de permettre de grands mouvements d’ensemble, la préparation des défilés, mais toujours au centre du processus d’orthopédie. Le ministère, d’abord réticent, a cédé devant ces arguments, le caractère de prestige de l’institution étant sans doute déterminant. Cette construction est également à mettre en relation avec le décret Hillaret du nom de son rapporteur, qui institue en 1869 que « la gymnastique fait partie de l’enseignement donné dans les lycées impériaux et les collèges communaux ». Ce décret vient donc entériner une situation déjà et depuis de longues années effective à l’INJS de Paris. (Décret portant sur l’organisation de l’enseignement de la gymnastique, Titre 1, Article 1. 3 février 1869). L’objectif est toujours moral comme ce fut le cas avec la pratique de la gymnastique amorosienne, qui a été aussi au service de l’éducation de la parole, car elle a été choisie parce qu’elle repose également sur le chant. Mais un nouvel objectif apparaît, celui de développer la cage thoracique de l’élève. Le travail des poumons va être un travail à part entière dans la deuxième partie de ce siècle, car ils sont l’instrument qui fait entrer et sortir l’oxygène dans le corps ; le travail des poumons contribue ainsi à améliorer la santé des enfants.

Notes

1 Ariès Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Seuil, « Points histoire » 1975.

2 Lorre Christine, « L’Institution des sourds-muets dans ses nouveaux bâtiments de la rue Saint-Jacques », Catalogue de l’exposition « Le pouvoir des signes », Paris, INJS, 1989, p. 161.

3 Commission créée par le décret ministériel du 10 mai 1821. Rapport sur l’utilité du gymnase normal militaire.

4 On assiste ainsi à ce qui sera une constante tout au long du xixe et xxe siècle, à la transposition telle quelle d’une pratique au départ extérieure au système scolaire proprement dit. L’objectif explicite est d’abord l’éducation de l’aspect physique, c’est-à-dire que la gymnastique s’intéresse de façon prioritaire au corps, à son éducation, à sa normalisation.

5 Commission d’instruction publique composée de MM. l’abbé Gauthier, De la Borne Lerot, Bally, Julien, De Gérando, Jomard, de Montègre. Extrait du rapport sur le cours de gymnastique de F. Amoros. 1815.

6 Déclaration de plusieurs témoins et pères de famille à l’occasion de séances publiques d’exercices gymniques, qui ont eu lieu les 21 et 24 novembre 1817 à l’institut académique des nations européennes, sous la direction et par les soins de F. Amoros, professeur d’éducation physique et gymnastique.

7 Amoros Francisco, Gymnase normal, militaire et civil, Opinion de M. le baron de Gérando, Conseil d’État, Paris, Imprimerie Rougeron, 1821.

8 Le comte de Chabrol est alors préfet de département de la Seine.

9 Archives INJS de Paris, non classées, 1832.

10 Désiré Ordinaire (1773- ?). Médecin, professeur d’histoire naturelle et doyen de la faculté des sciences académiques de Besançon en 1810, il devient inspecteur d’académie en 1819, puis chargé des fonctions de recteur auprès du président du conseil royal en 1921, recteur de l’académie de Strasbourg en 1824 et enfin directeur de l’institut national de Paris à partir de 1831. Il prend sa retraite en 1838. Il sera un auxiliaire efficace du baron de Gérando dans sa tentative de mise en place d’un enseignement « oraliste » en France.

11 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.

12 Archives INJS de Paris, non classées, 1832.

13 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.

14 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.

15 Archives INJS de Paris, op. cit., 1832.

16 Amoros Francisco, Discours d’ouverture de son cours d’éducation physique, gymnastique et morale. 1820.

17 Opinion du baron de Gérando rapportée par Francisco Amoros dans un mémoire lu à la société pour l’instruction élémentaire de Paris, dans les séances du 6 et 20 septembre 1815 sur les avantages de la méthode d’éducation de Pestalozzi et sur l’expérience décisive faite en Espagne en faveur de cette méthode par F. Amoros, Paris, Favre, 1815, p. 67.

18 Alexandre Louis Paul Blanchet (1819-1867). Nommé chirurgien attaché à l’INJS de Paris en 1848, il devient médecin-chef de l’institution nationale de Paris de 1862 à 1867 où il pratique de nombreuses opérations chirurgicales des plus audacieuses. Par ailleurs, il tente de mettre au point les modalités d’admission des enfants sourds dans les écoles d’entendants et publie notamment en 1850 le premier tome de La surdi-mutité. Traité philosophique et médical et le second en 1852 ; en 1853 il publie un Rapport de l’académie impériale à M. le ministre de l’Intérieur sur un mémoire relatif à l’enseignement de la parole aux sourds-muets et au traitement de la surdi-mutité, suivi des documents relatifs à la discussion du rapport et en 1856 Moyens d’universaliser l’éducation des sourds-muets sans les séparer de la famille et des parlants. On doit le considérer comme le père des premières mises en œuvre de l’inclusion scolaire en France pour les enfants sourds, mais aussi pour les enfants aveugles. Il sera donc le véritable promoteur de cette conception éducative qui repose sur l’idée que le meilleur moyen d’intégrer socialement les enfants déficients est de les placer lors de leur éducation et le plus tôt possible dans des classes « ordinaires », conception particulièrement mise en avant aujourd’hui sans vraiment avoir pris le temps, d’en mesurer les conséquences pour les bienfaits des enfants sourds.

19 Bally, Rapport de la société de médecine de Paris sur un manuscrit de M. Clias intitulé Gymnastique élémentaire, Paris, 1819, p. 30-31.

20 On trouve ici une idée forte répandue et qui perdure encore aujourd’hui. En effet, et dans le milieu sportif notamment, ne dit-on pas que s’adonner à cette « pratique coupable », c’est prendre le risque de se fatiguer et d’échouer lors de la prochaine compétition ou du prochain match. La décharge sexuelle en tant que telle serait donc un facteur de fatigue, la masturbation, une pratique répréhensible par la morale, provoquant des troubles physiques qui, à terme, seraient perturbateurs pour le développement du jeune et source de dérèglement pour la santé.

21 Amoros Francisco, Gymnase normal, Rapport de Tissot, 1821, p. 70-75.

22 Cette croisade débute en effet en France vers 1760 avec le livre de Tissotsamuel Auguste, Gymnastique médicale et chirurgicale, après être apparue en Angleterre et en Allemagne. L’onanisme est alors présenté comme étant à l’origine d’une série de troubles physiques.

23 Foucault Michel, Résumés de cours 1970-1982 : Conférences, Essais et leçons du Collège de France, Paris, Édition Julliard, 1989.

24 Archives nationales (F.17 2647). Amoros Francisco. Discours prononcé à la séance générale du 23 septembre 1822, p. 5-6.

25 Amoros Francisco. Rapport sur le Gymnase normal fait au conseil d’Administration au nom de la commission chargée de cet établissement par M. F. Antommarchi, suite à la visite de cet établissement le 16 mars 1834, Brochure de l’académie de l’industrie agricole manufacture et commerciale, Paris, 1834, p. 13.

26 Amoros Francisco, Rapport de M. le préfet de Seine sur l’établissement de la gymnastique de M. Amoros, mémoire pour le gymnase normal, militaire et civil, Paris, Renouard, 1824, p. 37.

27 Amoros Francisco, Gymnase normal, militaire et civil. Idées et état de cette institution au commencement de l’année 1821, Paris, Imprimerie Rougeron.

28 Amoros Francisco, op. cit., 1821.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Laisné Napoléon (1811-1896). Né en 1811, élève de Francisco Amoros, il devient sous-inspecteur des travaux et exercices au gymnase normal militaire et civil de Paris. En 1837, lorsque le gymnase amorosien ferme, Napoléon Laisné devient professeur de gymnastique au couvent des Oiseaux puis il enseigne dans les hôpitaux parisiens, au lycée Saint-Louis, à l’École polytechnique, à l’institut des jeunes aveugles et peut-être à l’INJS de Paris. Il est nommé en 1873 inspecteur de gymnastique des écoles municipales et communales de Paris et publie en 1850 La gymnastique pratique avec description des exercices, construction et prix des machines. Il meurt le 18 mai 1896 non sans avoir impulsé au milieu du xixe siècle l’éducation physique au sein de l’INJS de Paris.

32 Laprade Victor de, L’éducation homicide : plaidoyer pour l’enfance, Paris, E. Dentu libraire éditeur, 1867.

33 Aujourd’hui encore n’attribue-t-on pas au sourd une sexualité déviante ? Le dicton n’affirme-t-il pas que la masturbation rend sourd ?

34 De Gérando Joseph-Marie, Cours normal des instituteurs primaires ou Directives relatives à l’éducation physique, morale et intellectuelle dans les écoles primaires, Paris, Jules Renouard et Cie, Libraires, Troisième édition, 1839, p. 29.

35 Ibid., p. 43.

36 Vigarello Georges, Le propre et le sale, Paris, Seuil, 1985.

37 De Gérando Joseph-Marie, op. cit., 1839, p. 45.

38 Ibid., p. 47.

39 Ne pourrait-on pas voir ici les propos d’un des précurseurs des méthodes actives ? Ne pourrait-on pas lire ici les propos d’un homme d’un autre temps, recommandant des efforts longs, réguliers, comme aujourd’hui ce que nous qualifions d’effort aérobie ? La place du bain et l’usage de la natation est encore à son tout début comme nous le montrera par la suite Georges Vigarello (Le propre et le sale, Paris, Seuil, 1985).

40 De Gérando Joseph-Marie, op. cit., 1839, p. 46.

41 Ibid., p. 51.

42 Ibid., p. 52.

43 Le 27 mai 1833, Adolphe Thiers, alors ministre du Commerce et des Travaux publics, supprime la subvention destinée au renouvellement et à l’entretien du matériel de gymnastique, le gymnase civil étant inscrit au budget du commerce et assimilé aux écoles d’arts et métiers.

44 Archives INJS de Paris, non classées, 1835.

45 E. Masson de la Malmaison. Directrice de plusieurs gymnases à Paris et dans sa région. La gymnastique qu’elle propose dans ses gymnases est une gymnastique de type orthopédique.

46 Archives INJS de Paris, non classées, 1835.

47 Andrieu Gilbert, L’homme et la force. Des marchands de la force au culte de la forme (xixe et xxe siècles), Joinville-le-Pont, Éditions Actio, 1988, p. 117.

48 Andrieu Gilbert, op. cit., 1988, p. 117.

49 Archives INJS de Paris, non classées, 1835.

50 Ibid.

51 Institution des sourds-muets de Paris. Première circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris à toutes les institutions de sourds-muets de l’Europe et de l’Amérique, Paris, Imprimerie de Terzuolo, 1840, 3e édition (première édition en 1827). Institution des sourds-muets de Paris. Deuxième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris à toutes les institutions de sourds-muets de l’Europe et de l’Amérique, Paris, Imprimerie royale, 1829. Institution des sourds-muets de Paris, Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris à toutes les institutions de sourds-muets de l’Europe, de l’Amérique et de l’Asie, Paris, Imprimerie royale, 1832. Institution des sourds-muets de Paris. Quatrième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris à toutes les institutions de sourds-muets de l’Europe, de l’Amérique et de l’Asie, Paris, Imprimerie royale, 1836.

52 Depuis la mort de Sicard en 1822, il a été procédé à la rédaction d’un manuel d’exercices qui doit servir de guide aux instituteurs dans la pratique de l’art et dans son application à la langue française ; la création d’ateliers qui doivent offrir aux jeunes sourds l’apprentissage aux travaux industriels « dont ils sont le plus capables » ; l’élaboration des bases d’un régime alimentaire spécial, jugé le plus convenable pour les jeunes sourds qui, atteints d’une surdité imparfaite, sont capables de recouvrer une plus grande faculté d’audition.

53 Compte. Suisse tout comme Clias, il ne laissera pas de trace de son activité de gymnaste. Il sera néanmoins, trois années de suite, attaché comme gymnaste à l’INJS de Paris de 1827 à 1830, avant de le retrouver formateur en gymnastique attaché à la ville de Paris quelques années plus tard.

54 Johann Heinrich de Pestalozzi (1746-1827). Grand pédagogue suisse, il tente d’appliquer aux classes populaires de nouveaux principes en matière d’éducation. Il crée de nombreux instituts où il attribue une large part aux activités physiques des élèves.

55 Phokion Heinrich Clias (1782-1854). D’abord enseignant à Groningen en 1806, il enseigne ensuite en Suisse dans un institut, à l’académie de Berne, il arrive à Paris en 1817. Il publie en 1819 Gymnastique élémentaire ou cours analytique et gradués d’exercices, Paris, Colas. Puis il partira d’abord en Angleterre, reviendra à Paris et retournera enfin en Suisse.

56 Clias Phokion Heinrich, Gymnastique élémentaire ou cours analytique et gradué d’exercices, Paris, Colas, 1819.

57 Deuxième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les institutions de sourds-muets d’Europe et d’Amérique, Paris, Imprimerie de Terzuolo, 1841.

58 Christophe Édouard Morel (1805-1857). Après des études secondaires à Besançon, il devient aspirant (1824), puis répétiteur (1826) et enfin professeur en 1829 à l’INJS de Paris. Il devient ensuite secrétaire/archiviste et est notamment le rédacteur des différentes circulaires internationales.

59 Deuxième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les institutions de sourds-muets d’Europe et d’Amérique, Paris, Imprimerie de Terzuolo, 1841, p. 56.

60 Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les institutions de sourds-muets d’Europe, d’Amérique et d’Asie, Imprimerie royale, 1832, p. 109.

61 Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les institutions de sourds-muets d’Europe, d’Amérique et d’Asie, Imprimerie royale, 1832, p. 112.

62 Troisième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris adressée à toutes les institutions de sourds-muets d’Europe, d’Amérique et d’Asie, Imprimerie royale, 1832, p. 113.

63 Vigarello Georges, Le sain et le malsain : Santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, octobre 1993, p. 176.

64 Ibid., p. 176.

65 La notion de régénération sociale renvoie peut-être ici à l’idée d’une meilleure intégration sociale du sourd et d’une amélioration de sa condition sociale.

66 Quatrième circulaire de l’institut royal des sourds-muets de Paris à toutes les institutions de sourds muets de l’Europe, de l’Amérique et de l’Asie, Paris, Imprimerie royale, 1836, p. 6.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540