Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Espaces anthropologiques dans et hors du livre

Livre et possession : présentation commentée des comportements typologiques de P.-L. Courier et du Marquis F. Taccone

Dominique J. M. Soulas de Russel

Texte intégral

  • 1 Membre et responsable pour l’Allemagne du CIPA (Collège international de psychanalyse et d’anthrop (...)

1Note portant sur l’auteur1

2La difficile mission de définir le livre inspira la fameuse boutade philosophique, dont l’auteur demeuré anonyme n’était pas dépourvu de génie : « le livre est. » La profondeur multidimensionnelle et laconique de cette formulation pourrait, notamment, être prolongée par : « le livre est [...] ce que l’on en fait. » Une des méthodes envisageables pour cerner l’aspect fonctionnel ainsi exprimé peut consister à confronter le cursus de personnalités historiques, connues pour leur intérêt à l’égard du livre, à la question : « Qu’as-tu fait du livre ? » ou encore, plus concrètement : « Qu’as-tu fait de tes livres ? » et à analyser leurs réponses biographiques. La prolongation logique de cette interrogation, à instruire de la même manière, est : « Qu’ont fait de toi les livres ? » C’est ce que cet essai propose d’entreprendre, au moyen de l’exemple illustratif de deux figures caractéristiques, qui furent choisies parce qu’à même de nourrir, de manière particulièrement généreuse, les réflexions sur la nature du livre.

3En 1807, Naples fut le cadre d’une rencontre singulière, uniquement due à la passion du livre. Paul-Louis Courier, qui n’était pas encore le polémiste que nous connaissons, s’y lia d’amitié avec un marquis italien, Francesco Taccone. Ces deux personnalités hautes en couleurs illustrent d’une manière rarement claire deux types de relation personnelle au livre, qui joua un rôle capital dans leurs vies. Leurs expériences individuelles montrent de quelle manière l’intérêt voué au livre, tant à son contenu culturel qu’à sa fonction, est rendu visible par certaines attitudes extrêmes quant à son contenant. Sans se perdre dans les détails descriptifs ni des analyses trop techniques, cet article a donc pour objet de décrire ce qui peut être compris comme deux variétés, deux types de comportements fortement caractérisés. Ils permettent d’éclairer, avec l’acuité de leurs excès, d’importants aspects du rapport de l’homme au livre. Étudiée sur le plan de la possession, cette relation peut être active ou passive.

Le possessif du livre : Paul-Louis Courier (1772-1825)

  • 2 Successivement : le curé de Cinq-Mars-La-Pile, J.-M. Duroncé, J.-F. Callet et J. B. Labbey.

4Alors qu’il servait comme officier subalterne dans l’Armée d’Italie, le jeune érudit passionné de culture antique n’avait qu’une idée en tête, qu’un unique et véritable intérêt : profiter de ses affectations militaires pour visiter les bibliothèques de la péninsule, y dénicher des ouvrages rares, lire, lire et lire encore. C’est qu’il avait commencé fort tôt à fréquenter les livres. Sa mère, Louise-Élisabeth Laborde, bourgeoise très cultivée, l’initia à la lecture dès ses quatre ans. Il apprit ensuite de son père Jean-Paul Courier (1732-1795), homme d’une culture remarquable, l’amour des livres et à les concevoir comme unique source de tout savoir. C’est par eux que Paul-Louis découvrit le monde et en eux sa propre destinée : celle de se vouer aux jouissances et à la traduction des Antiques, puis à l’écriture. Encouragé par ses précepteurs2, il lut ainsi dès quatorze ans la volumineuse Histoire d’Hérodote et traduisit trois ans plus tard les cinq premiers chapitres de Daphnis et Chloé.

  • 3 Lettre à sa mère, écrite à Thionville (où il était affecté au 7e Régiment d’artillerie à pied), ci (...)
  • 4 Auerbach Erich, « Paul-Louis Courier », in Vier Untersuchungen zur Geschichte der französischen Bi (...)
  • 5 Le philologue Jérémie-Jacques Oberlin (1735-1806) en avait été nommé conservateur adjoint dès 1764 (...)
  • 6 À la bibliothèque de Parme, Courier étudie le traité de Xénophon sur la cavalerie, dont la traduct (...)

5Paul-Louis évolue donc depuis toujours dans le monde des livres, dans lequel il a la dangereuse tendance à s’enfermer, celle-là même qui, selon Érasme, mènerait à la folie : « Mes livres font ma joie et presque ma seule société. Je ne m’ennuie que quand on me force à les quitter et les retrouve toujours avec plaisir3. » L’isolement consécutif à la lecture intensive fait de Courier une sorte de misanthrope : « et il se méfiait de quiconque, par les circonstances de la vie, s’approchait trop près4 ».Ce sont paradoxalement les livres, barreaux de sa cage, qui servent de vecteurs aux rares relations sérieuses qu’il noue pendant sa jeune carrière militaire. Envoyé à Strasbourg en 1802, Oberlin, conservateur de la bibliothèque de la ville5, devient son ami ; passant dans la région de Parme en 1805, il lie sympathie avec le bibliothécaire Pezzana6 ; à Naples, en 1807, c’est le marquis Taccone qu’il fréquente, bibliomane dont nous parlerons plus bas ; en 1807 et 1809, c’est autour de del Furia, conservateur de la bibliothèque de Florence. Mais ces rapports humains plus intenses que les autres ne sont pas neutres, s’ils ne sont pas intéressés. Ils sont soutenus par une tendance quasi existentielle de la personnalité de Courier : celle de se ménager les conditions de pouvoir découvrir des textes rares ou, pour le moins, de consulter de manière privilégiée des ouvrages lui permettant d’avancer dans ses recherches. Il y a plus encore dans son attitude : chez lui, l’irrépressible désir de s’approprier intellectuellement le contenu du livre conduit parfois à celui, moins admirable, de s’emparer matériellement de son contenant... Et Paul-Louis n’hésite pas, pour assouvir sa passion, à mettre en péril les relations intenses, faites d’échanges audacieux et fructueux, de longues ou difficiles discussions et d’entraide intellectuelle qui le lient avec ces personnalités, pourtant extrêmement bienveillantes et obligeantes à son égard. Trois exemples illustrent clairement cette attitude particulière.

  • 7 Il s’agit de son Étude sur une nouvelle édition d’Athénée par Monsieur Schweighœuser en 1802 (comm (...)
  • 8 Il appela notamment del Furia « Un cuistre, ancien cordonnier, comme son père, garde d’une bibliot (...)
  • 9 Et lui coûta plus tard son élection, en soi méritée, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettr (...)

6En 1802, Courier déçoit la confiance d’Oberlin, qui a placé ses rayons à son entière disposition. Il a pourtant, avec l’expert strasbourgeois, disserté sur la traduction de Schweighäuser, ce qui l’aida bien à préparer sa publication7, qui fut remarquée. Cela ne saurait retenir le jeune officier : il « oublie » de rendre au bibliothécaire des ouvrages particulièrement intéressants, qu’il emporte avec lui à Paris. S’ensuit, pour l’Alsacien, le véritable cauchemar bibliothéconomique qu’on imagine. En 1805, c’est à l’Italien Pezzana d’en faire l’expérience alors qu’il est chargé par le sympathique capitaine Courier d’empaqueter ses livres personnels afin de les faire parvenir à sa nouvelle adresse de Reggio d’Emilia. Sa surprise est grande de constater la présence, dans le lot à envoyer, de deux volumes rares issus de ses collections, adoptés par le Français ! Mais c’est sans aucun doute l’affaire de la tache d’encre qui fait le plus de remous autour de cet officier aussi cultivé que régulièrement accusé d’indélicatesse. En 1807, dans la fameuse bibliothèque de la Badia, il avait découvert l’existence d’un manuscrit qui permettait de combler les blancs du Daphnis et Chloé de Longus. Courier, libéré de ses contraintes militaires, revient à Florence en 1809 pour enfin exploiter cette trouvaille. Del Furia, conservateur de la bibliothèque, aide obligeamment l’intellectuel passionné à déchiffrer et à collationner le document. Mais cette collaboration connaît une fin des plus brutales : le 10 novembre, Paul-Louis entache d’encre le plus intéressant feuillet, qui est altéré de telle façon que ce texte jusqu’alors inconnu en devient complètement illisible. Courier repousse les accusations de malveillance, mais ses protestations, par ailleurs bien tardives, perdent notablement de leur crédibilité quand il refuse de communiquer au bibliothécaire sa copie de l’original. Il craint d’être doublé par le Florentin pour la publication du passage sensationnel. S’ensuit une effroyable bataille8 par journaux italiens et français interposés, qui fit de cette affaire le scandale9 et vit naître en Courier le polémiste que l’on sait.

  • 10 Les ouvrages, monographiques ou non, qui traitent de Paul-Louis Courier ne mettent curieusement pa (...)
  • 11 Lettre à M. Boissonade, écrite à Tivoli le 15 septembre 1810, cité in Raimbault Philippe, Paul-Lou (...)

7Mais ce qui nous intéresse ici, à travers ces informations historiques, est ce qu’elles révèlent des ressorts de l’attitude de Paul-Louis Courier envers le livre : Qu’en a-t-il fait ? Dans ces trois incidents successifs10 se dessine chaque fois plus nettement le profil d’un amateur éclairé mais possessif, qui met les ouvrages au service de son dessein propre et ne les utilise que pour son avantage exclusif. Courier ne partage pas ses informations avec autrui et fait plus que se les approprier : il se les accapare littéralement pour se faire un nomou renforcer sa réputation dans le domaine érudit qu’il a décidé d’investir. Il ne respecte pas le livre dans sa fonction, première même avant Gutenberg, de plus large multiplicateur possible des connaissances. Bien au contraire, il entreprend par ses confiscations, qu’il dérobe ou détruise, de supprimer cette qualité essentielle du livre, cela même au sein de l’institution qui, par excellence, doit la promouvoir : la bibliothèque d’accès libre. Courier a bien possédé les livres, au sens où, après les avoir choisis et séduits sur la base d’un intérêt authentique, il les détourne de leur finalité pour les réserver à sa manipulation personnelle. Il fait du livre subjectivement intéressant sa chose exclusive, la réduisant, en fin de compte, à l’instrument d’un profit égoïste. Et Courier, confiscateur égocentrique, s’octroie à lui seul le droit d’agir ainsi ; il s’érige en victime quand les fruits incriminés de son travail florentin furent retirés de la place par les autorités : « J’ai peur, si je redemandais mon livre saisi, qu’ont me saisît moi-même11. »

  • 12 Auerbach Erich, « Paul-Louis Courier », in Vier Untersuchungen zur Geschichte der französischen Bi (...)

8Comment expliquer la cause et le développement du phénomène capteur chez P.-L. Courier ? De manière générale, il existe une différence certaine, en ce qui concerne le rapport au livre, entre le lecteur « neutre » et celui qui utilise le livre pour écrire, qu’il soit mû par des motivations professionnelles ou non. Dans ce dernier cas, il est établi que la relation à l’ouvrage est plus tendue, plus complexe et intense ; elle a ainsi tendance à exacerber les comportements à son égard (possessivité, attitudes de protection, d’adulation, sensibilité aux conditions de prêt, plus grande matérialisation et instrumentalisation, etc.). De manière particulière, cette propension naturelle trouve chez Courier un terrain extrêmement favorable. S’il se distingue par l’agilité de son intelligence et son adresse d’écriture, Paul-Louis est dépourvu de véritable génie créatif, de créativité, ainsi que l’a magistralement démontré E. Auerbach12. À l’époque de nos trois exemples, c’est dans ce qui a été écrit, par d’autres et avant lui, qu’il trouve la matière inspiratrice de son action, qui ne brille que par l’effet de ses deux qualités plus haut citées. Ce qui est évident pour le Courier érudit et traducteur des Anciens l’est aussi pour le côté polémiste qui commence à poindre en lui : c’est en comparant la société qui lui était contemporaine à l’Antiquité, dont il extrait principes et valeurs, qu’il prend position, qu’il réagit, tance et exige. Cela le pousse à pratiquer ce que l’on pourrait décrire comme un enlèvement intellectuel de Sabines : son œuvre est alors le résultat d’un croisement avec ce dont il était dépourvu, mais disponible dans le livre.

9Le type du rapport au livre illustré par Courier ne se limite ni à sa personne, ni à sa variante individuelle. La possessivité exclusive se retrouve chez tout lecteur qui place son intérêt personnel – non obligatoirement intellectuel – au-dessus de celui des autres. Ce comportement privatif et privatoire est motivé par le désir de se ménager, puis de se réserver le monopole de la richesse intrinsèque du livre, d’empêcher sa propagation tel un bibliotaphe (cela peut en effet mener jusqu’à la destruction). Plusieurs variétés d’attitudes de captation, outre celle dont il fut plus haut question, peuvent conduire au même effet. Elles vont concrètement de celle du lecteur émotionnel-naïf et du bibliolâtre, chaque fois qu’il s’enthousiasme et s’identifie au point de désirer porter l’ouvrage en permanence sur lui pour pouvoir s’y référer à tout instant, à celle du lecteur parasitaire ou tout bonnement paresseux, qui dérobe tout ou partie du livre pour ne pas avoir à se donner la peine de prendre des notes. Avec la montée actuelle de l’individualisme, ces comportements sont aujourd’hui de plus en plus fréquents. En juin 1975, l’administration de la Bibliothèque nationale avait fait disposer à l’entrée de la salle de lecture un petit panneau dénonçant les agissements confiscatoires d’un universitaire (dont l’anonymat était préservé, mais la faculté désignée) ; un tel affichage recouvrirait de nos jours, malgré toutes les mesures de contrôle et de limitation, plusieurs mètres du béton de la BNF...

Un possédé du livre : le marquis Francesco Taccone (1763-1818)

  • 13 Séjour qu’il ne quitta pour cela qu’à regret : voir Russo François, (Université de Trieste), Immag (...)
  • 14 Et qui partage en cela l’opinion dédaigneuse de Stendhal : « un petit journal grand comme la main, (...)
  • 15 Guillaume-Emmanuel-Joseph Guilhem de Clermont-Lodève, baron de Sainte-Croix (1746-1809). Cet ancie (...)
  • 16 Pour une biographie détaillée, voir Accataris L., Le biografie degli uomini illustri delle Calabri (...)

10C’est également l’appât du livre, avec tout ce qu’il comportait pour Courier, qui le conduisit à connaître, puis à fréquenter Taccone (ou Tacconi) auquel il se lia en 180713. L’officier malgré lui, peu intéressé par les publications contemporaines de la Péninsule14, est attiré par les collections anciennes du marquis, principalement pour avancer dans son projet de traduction des deux traités sur la cavalerie qu’il réalisait avec l’appui du baron de Sainte-Croix15. La bibliothèque du Napolitain jouit alors d’une réputation au moins régionale et Paul-Louis y exploite des versions, nouvelles pour lui, du texte de Xénophon (voir supra). L’histoire des déboires de Taccone, comme sa structure personnelle est plus simple que celle de Paul-Louis, qui le considérait comme un « homme admirable » ; elle peut être présentée en quelques traits16.

  • 17 Qui le taraudait : il avait également collectionné les porcelaines dorées, les bronzes anciens et (...)
  • 18 Entre autres, bien sûr, celui d’être l’un des conservateurs de la Bibliothèque royale.
  • 19 Voir Lautmann Jean-Pierre, Paul-Louis Courier ou la plume indomptée, Chambray-lès-Tours 2001, C. L (...)
  • 20 Dont il fut départi en 1811 et qui échut à la bibliothèque universitaire de Naples (constituée par (...)
  • 21 Lettre de Paul-Louis Courier à Étienne Clavier du 29 août 1809 (in Lautmann Jean-Pierre, Paul-Loui (...)
  • 22 Celle-là même qui inspira A. Dumas, qui mit en scène le personnage du marquis Taccone dans le livr (...)

11Francesco Taccone était venu à la collection de livres pour une double raison, classique à son époque. D’une part, c’est un homme de culture qui avait pleinement profité de l’excellente formation distillée par les meilleurs précepteurs au fils de bonne famille qu’il avait été. La chasse et les armes, en revanche, ne l’intéressaient guère. D’autre part, la constitution d’une bibliothèque bellement fournie était une mode qui se répandit généreusement, en Italie méridionale, à compter de la fin du xviiie siècle. Constituée selon le type encyclopédiste, une telle collection était synonyme de prestige intellectuel, tout à la fois preuve d’ouverture et de modernité. On a alors encore en tête les beaux modèles français du duc de la Vallière, du chancelier d’Aguesseau, de Turgot et du Suédois Bure. Mais, chez F. Taccone, que Courier qualifie sans exagération aucune de « grand amateur de livres », la constitution d’une bibliothèque va de beaucoup dépasser ce phénomène collecteur17 motivé par l’amour et la recherche de livres intéressants. Très vite, sa bibliophilie avertie (notamment en matière d’ouvrages à thèmes ou auteurs antiques, alors très en vogue) conjuguée à sa bibliognosie se met à produire une véritable bibliomanie, c’est-à-dire que l’acquisition de livres, de simple hobby, évolue progressivement chez lui en manie, en tendance mal contrôlée, caractérisée par une suractivité en ce domaine. L’achat d’ouvrages se mit ainsi à prendre une qualité de plus en plus compulsive chez ce marquis sinon comblé de charges et d’honneurs18. Ce n’étaient aucunement les reliures de parchemin, les dos mouchetés, les dorures, la qualité ni la rareté des éditions qui l’attiraient, mais un besoin d’acquérir les œuvres imprimées des auteurs qu’il aimait ou appréciait, innombrables en la tête bien formée de ce véritable honnête homme, qui d’ailleurs écrivait. Partant, Francesco Taccone connaissait le contenu général de la plupart des ouvrages de sa magnifique bibliothèque, mais, phénomène qui surprit le passionné Courier et interloquait nombre de ses visiteurs, il ne les lisait pas19. Non, le but de cet original était de constituer par la collection20, à l’infini, le panthéon livresque des auteurs qui, à son avis, marquaient ou avaient marqué par leur création l’esprit de son temps. Cette activité avait en outre une fonction démonstrative d’affichage de codes. Balzac a dit, en son château de Saché rempli de livres, que la collection était le début de la folie. Cette remarque, liée au livre et à l’opinion précitée d’Érasme, trouve en Taccone une vérification éclatante, car le bibliomane devient bientôt bibliopathe. Si la bibliomanie ne va, dit-on d’expérience, guère au-delà de l’excentricité et qu’elle ne s’exaspère que rarement davantage, il en va différemment de cette véritable maladie de l’esprit qui peut, avec les profonds dérangements comportementaux et les véritables blocages qu’elle induit, conduire à de graves excès. Et voilà en effet que le dispendieux marquis s’endette sans mesure – et un marchese a bien du crédit –, empruntant sans compter ni jamais pouvoir rembourser un centisemo, tirant d’innombrables traites de cavalerie. Dans ce qui est devenu l’enfermement dans une véritable frénésie, il en arrive même à produire de la fausse monnaie afin de pouvoir, toute ressource d’emprunt définitivement épuisée, assouvir sa passion irrépressible. Il terminera ce parcours – éhonté pour le « Grand Trésorier de la Couronne » qu’il était – en geôle pour faux-monnayage et dettes : « À Naples, on vient de mettre aux galères mon meilleur ami, le marquis Tacconi qui faisait de faux billets pour acheter des livres21 ».L’aristocrate dispendieux et pour cela criminel ne fut pas pour autant conspué par ses concitoyens, qui montrèrent au contraire de la compréhension pour les actes du prisonnier. Car c’est au xixe et en Italie que naît et se développe déjà la notion d’exception passionnelle qui, pour les criminologues de la Péninsule, ne devrait tout au plus qu’aboutir à une responsabilité atténuée ou, au mieux, à la non-condamnation (par application de la fameuse « excuse pénale ») des actes accomplis sous l’emprise de la passion. C’est, au diapason de cet environnement culturel, avec cette même bienveillance dans laquelle pointe un certain amusement, que Paul-Louis Courier décrit le marquis22.

  • 23 Même Auguste-Frédéric-Ferdinand de Kotzebue (1761-1819), l’ennemi de Goethe et de Napoléon, le pam (...)
  • 24 Lettre de juillet 1807 au baron de Sainte-Croix : « Je passe ici mes jours, longs et brûlants, dan (...)

12Mais, à la différence de son ami français, F. Taccone avait tenu sa riche et fraîche bibliothèque aimablement ouverte aux chercheurs23 – Courier fut l’un d’eux24 – et surtout aux étudiants, leur laissant généreusement le loisir d’exploiter les ressources détaillées de ses volumes. Le marquis n’est donc aucunement le connaisseur exclusif qu’était Paul-Louis. Il correspond au type dit « contemplatif » de l’amateur : sa relation au livre – c’est-à-dire à l’œuvre qu’il contient et à l’intention intellectuelle signalée par son auteur – est éthérée, car elle n’ouvre pas à l’action naturelle à laquelle elle conduit habituellement : à sa lecture. La conscience de posséder suffit au marquis, à la fois flatté et persuadé, par la collection qu’il constitue, de participer au dynamisme et par là même au pouvoir culturel qui conduit son époque. Il s’agit, en fin d’analyse, d’une forte relation de type platonique au livre, dont le rôle symbolique est celui d’une sorte de fétiche admiré au sein d’une activité intellectuelle particulière. On peut comparer cette attitude à celle de la fascination morbide inspirée chez certains par la possession d’armes blanches ou à feu, qu’ils n’utilisent jamais, mais collectionnent et adulent. Nous sommes tous, à divers degrés, le produit de nos livres. Ce phénomène, qui se cantonne habituellement à l’intellect, va plus loin chez Taccone : c’est le livre qui a fait de cet honnête homme un délinquant, il est sa victime alors que Courier, au contraire, le maltraitait.

13Quelles explications peut-on appliquer au phénomène illustré par le marquis Taccone, véritable possédé du livre ?

  • 25 Voir rouch Jean, La Religion et la magie songhay, Paris, PUF, 1960.
  • 26 Voir Soulas De Russel Dominique, L’Œil et la plume. Initiation pratique à l’ethnographie, INDRAP/G (...)
  • 27 Ibid., p. 58-59 et p. 64-65.

14La culture occidentale de la possession, qui voit en elle une action démoniaque et éthique d’envergure, ne reconnaît pas celle-ci dans le cas du collectionneur napolitain. C’est vers l’animisme, plus ou moins islamisé ou christianisé et connaissant donc la culture écrite, que l’on peut tout d’abord se tourner pour trouver une description culturelle en ce domaine. Par exemple, les Zarmas (Niger) chers à Jean Rouch25 verraient en F. Taccone la victime de folleys du livre, contre lesquels il aurait négligé de se protéger ou qu’il aurait provoqué par son attitude déviante et irrespectueuse26. Ce pourrait aussi être l’effet d’agissements malveillants (commandités, la plupart du temps, par des ennemis ou des jaloux du sujet), des tcherkows jeteurs de sort. Les Malinkés du Nimba (Libéria), pour leur part, y décèleraient les débuts de l’action nocive d’une ninè ou d’une djina, les Kikongos (R. D. C.) et bien d’autres cultures traditionnelles magico-religieuses feraient de même27. Elles proposent à la victime, tout en l’excusant entièrement pour ses agissements dont elle n’est pas responsable, une délivrance au moyen de rites de guérison. Notre psychanalyse, quant à elle, voit en l’attitude marquée du bibliopathe une variété de cathexis objectale, d’attachement aliénant à un objet. Selon la vision classique des freudiens, l’énergie psychique du ça vient s’investir en un objet sous l’influence du moi, conduisant à l’identification du sujet à l’objet, qui renvoie sur celui-ci l’énergie libidinale. L’intérêt émotionnel marqué pour l’objet symbolique – ici le livre –, qui voit l’énergie psychique se lier à lui, s’exprime par une attitude constante et rigide – ici la collection forcenée. Les causes de ce phénomène sont des souhaits cachés ou des pulsions inconscientes non réalisées, ou encore proviennent d’une phase ancienne du développement libidinal, qui relie le sujet alors perturbé à des objets caractéristiques. Ceux-ci, suscitant un intérêt à tendance exclusive, restent dès lors attachés affectivement à sa personnalité, ce que l’on décrit globalement comme fixation. La réduction de cet attachement à l’objet fixateur, au moyen d’un traitement psychanalytique libérant de la monomanie, conduit à un retour à soi-même (narcissisme secondaire).

15L’attitude de Francesco Taccone et les réflexions spéculatives qu’elle suscite montrent bien que le livre, alors même qu’il est caché par son apparente matérialité, n’est pas un objet comme les autres : il fait partie de ceux qui concentrent l’attention parce qu’ils sont particulièrement chargés de significations symboliques. Chez ceux qui l’appréhendent, il suscite toujours une relation particulière qui peut aller jusqu’à l’envoûtement et qui, en tout état de cause, cristallise les plus intimes élans de leur individualité. Le livre, dans son rapport à nous-même, est beaucoup moins neutre et notre attitude par rapport à lui bien plus irréfléchie ou émotionnelle que l’on croit le savoir. Le marquis italien invite, par son expérience particulièrement forte à ces égards, chacun de nous à reconsidérer notre relation aux livres dont nous nous entourons, ceci dans le sens d’une analyse vraiment attentive et critique. Cela peut commencer par l’essai de répondre à la question : quelles sont les motivations profondes qui peuvent bien nous pousser à lire et relire certains des ouvrages de notre bibliothèque personnelle, alors que nous en délaissons d’autres, que nous avons pourtant acquis parce qu’ils nous intéressent et que nous continuons à conserver ; que faisons-nous de ces livres ?

  • 28 Lettre de Paul-Louis Courier à Étienne Clavier du 29 août 1809, in Lautmann Jean-Pierre, Paul-Loui (...)
  • 29 Avec toute la complexité des éléments la constituant ; Essig Carola, Soulas De Russel Dominique, S(...)

16Nos deux personnages typés ne sont exceptionnels que par leur radicalisme. Il y a, chez chacun d’entre nous, plus ou moins amateurs de livres, toujours un peu de Courier, un peu de Francesco Taccone et plus encore. Par exemple, Paul-Louis Courier rencontra en Italie une autre figure de caractère, liée érotiquement au livre : le célèbre poète Luigi Lamberti (1759-1818), qu’il décrit ainsi : « Il aime les livres charnellement. Il les caresse, les baise, et que sais-je encore28 ? » Si l’on peut sans aucun doute parvenir à une définition générale et conceptuelle du livre au moyen de l’énumération de ses caractéristiques constatées et partagées, ainsi que les contributions au présent ouvrage en ouvrent la possibilité, l’usage que l’on en a, partant son image29, dépend au plus haut degré de la personnalité de son « utilisateur ». Voici pourquoi la définition fonctionnelle du livre restera toujours, en dernier ressort, dominée par des éléments irréductiblement subjectifs qui déterminent aussi bien ce que nous en faisons que ce qu’il fait de nous.

17Auf der Suche nach einer funktionellen Definition des Buches wird mittels zweier extremen biographischen Erfahrungen den besitzergreifenden Bezug analysiert, den man damit (mit ihm) aufbauen kann. Exemplarisch wird der Fall (von) P.-L. Courier vorgenommen, mit seiner gut dokumentierten, egoistischen Neigung, Bibliotheksbestände zu konfizieren, um sich die für ihn lebenserfüllenden Exklusivität der (ihrer) schriftstellerischen Ausnutzung zu sichern. Dann follgt das Beispiel seines Freundes, des neapolitanischen Marquis Taccone, der monomanisch Bücher – die er nicht las – ankaufte, bis es ihn zum Ruin führte. Seine Zwangslust, Bücher zu besitzen war im Unterschied zu Courier rein kontemplativer Natur. Taccone hielt auch seine Sammlung er für andere stets offen. Dieser Sonderbezug zum Buch lässt sich nur anhand magisch-esoterischer und psychologischer Betrachtungen beleuchten. Beide Beispiele zeigen wie das Buch kein übliches Gegenstand ist, sondern mit uns eine komplexe Verbindung herstellt, die über unsere eigene Persönlichkeit als (Nicht)Nützer immer Tiefgründiges verrät.

Notes

1 Membre et responsable pour l’Allemagne du CIPA (Collège international de psychanalyse et d’anthropologie, Paris).

2 Successivement : le curé de Cinq-Mars-La-Pile, J.-M. Duroncé, J.-F. Callet et J. B. Labbey.

3 Lettre à sa mère, écrite à Thionville (où il était affecté au 7e Régiment d’artillerie à pied), cité in Raimbault Philippe, Paul-Louis Courier : polémiste ou politique ?, Mémoire soutenu à l’Institut d’études politiques de Toulouse, 1995 (dactyl.), p. 5.

4 Auerbach Erich, « Paul-Louis Courier », in Vier Untersuchungen zur Geschichte der französischen Bildung, Berne, A. Franke AG éd., 1951, p. 98 (« traduction/adaptation commentée » par Pellegrini L. et Soulas de Russel Dominique, à paraître, in Cahiers Paul-Louis Courier, t. IV, 2007, p. 25).

5 Le philologue Jérémie-Jacques Oberlin (1735-1806) en avait été nommé conservateur adjoint dès 1764. Après une carrière professorale et politique, il était membre correspondant de l’Institut à l’époque où Paul-Louis fit sa connaissance. Il édita, ce qui intéressait particulièrement ce dernier, plusieurs auteurs anciens.

6 À la bibliothèque de Parme, Courier étudie le traité de Xénophon sur la cavalerie, dont la traduction n’aboutira qu’en septembre 1813 car il n’utilise pas moins de sept versions différentes.

7 Il s’agit de son Étude sur une nouvelle édition d’Athénée par Monsieur Schweighœuser en 1802 (comme pour toutes les œuvres ou citations de Paul-Louis Courier sans référence particulière, choisie pour son commentaire contextuel : Allem Maurice, Courier, Paul-Louis, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la la Pléiade », 1964), qui lui valut les plus grands éloges des lettrés parisiens.

8 Il appela notamment del Furia « Un cuistre, ancien cordonnier, comme son père, garde d’une bibliothèque qu’il devait encore balayer, qui fait aujourd’hui de mauvais livres n’ayant pu faire de bons souliers » (cité in Raimbault Philippe, Paul-Louis Courier : polémiste ou politique ?, op. cit., p. 12).

9 Et lui coûta plus tard son élection, en soi méritée, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

10 Les ouvrages, monographiques ou non, qui traitent de Paul-Louis Courier ne mettent curieusement pas ces trois éléments en perspective. Les détracteurs comme les admirateurs du polémiste les traitent de manière isolée. Ses défenseurs évoquent le désintéressement (comme le fit Paul-Louis lui-même), la distraction du personnage et même un « amour des livres », bien que paradoxal dans son effet destructeur, pour tenter au moins d’estomper sa responsabilité.

11 Lettre à M. Boissonade, écrite à Tivoli le 15 septembre 1810, cité in Raimbault Philippe, Paul-Louis Courier : polémiste ou politique ?, op. cit., p. 12.

12 Auerbach Erich, « Paul-Louis Courier », in Vier Untersuchungen zur Geschichte der französischen Bildung, op. cit., p. 77 et p. 102-105.

13 Séjour qu’il ne quitta pour cela qu’à regret : voir Russo François, (Université de Trieste), Immaginidi Romadalla Francia : Saint-Amante Courier, http:/www.pspedizioni.it/ode/ar ticoli/art13.htm, 2005, p. 5 : « oltre all’indicibile rammarico ch’io provai in dovermi separare dagli amici [...] » (lettre de Paul-Louis Courier au marquis Taccone à Naples du 10 mai 1807).

14 Et qui partage en cela l’opinion dédaigneuse de Stendhal : « un petit journal grand comme la main, imprimé sur du papier sale » ; « leur grande affaire était d’imprimer des sonnets sur de petits mouchoirs de taffetas rose » (La Chartreuse de Parme, in Frische Cornelia et Soulas Russel Dominique, « Deux hommes, une maîtresse : la passion de Courier et de Stendhal pour l’Italie », in Cahiers Paul-Louis Courier, tome IV/1, 2005, p. 19 et 20).

15 Guillaume-Emmanuel-Joseph Guilhem de Clermont-Lodève, baron de Sainte-Croix (1746-1809). Cet ancien militaire devenu antiquaire, membre de l’Institut, avait obtenu un prix académique pour son Examen critique des historiens d’Alexandre (1775) et brillait depuis par l’éclectisme de ses publications.

16 Pour une biographie détaillée, voir Accataris L., Le biografie degli uomini illustri delle Calabrie, vol. 3, Reggio, 1877, art. « Taccone ».

17 Qui le taraudait : il avait également collectionné les porcelaines dorées, les bronzes anciens et modernes ainsi que les peintures de maîtres (il possédait une Madone de Raphaël).

18 Entre autres, bien sûr, celui d’être l’un des conservateurs de la Bibliothèque royale.

19 Voir Lautmann Jean-Pierre, Paul-Louis Courier ou la plume indomptée, Chambray-lès-Tours 2001, C. L. D. éd., p. 103. Mais Paul-Louis exagérait ces traits du personnage quand il écrivait à Sainte-Croix qu’il ne les lisait jamais et, plus encore : « je pense que, de sa vie, il n’a jamais ouvert un livre ».

20 Dont il fut départi en 1811 et qui échut à la bibliothèque universitaire de Naples (constituée par J. Marat).

21 Lettre de Paul-Louis Courier à Étienne Clavier du 29 août 1809 (in Lautmann Jean-Pierre, Paul-Louis Courier ou la plume indomptée, op. cit., p. 103).

22 Celle-là même qui inspira A. Dumas, qui mit en scène le personnage du marquis Taccone dans le livre III, chapitres I et IV de ses Bourbons de Naples.

23 Même Auguste-Frédéric-Ferdinand de Kotzebue (1761-1819), l’ennemi de Goethe et de Napoléon, le pamphlétaire dénonciateur volontiers railleur, ne tarissait pas d’éloges à son égard : « De retour dans ma patrie, je ne manquerai pas de me louer de l’accueil gracieux dont Votre Excellence honore ceux qui cultivent les sciences » (lettre à Taccone du 10 novembre 1804, in Accataris L., Le biografie degli uomini illustri delle Calabrie, vol. 3, op. cit.).

24 Lettre de juillet 1807 au baron de Sainte-Croix : « Je passe ici mes jours, longs et brûlants, dans la bibliothèque du marquis Taccone, à traduire pour vous Xénophon, non sans peine : le texte est gâté. Ce marquis vaut de l’or. C’est la perle des hommes, il a tous les livres possibles, qui sont tous à ma disposition ; quand je serai parti, je ne sais qui les lira ! ».

25 Voir rouch Jean, La Religion et la magie songhay, Paris, PUF, 1960.

26 Voir Soulas De Russel Dominique, L’Œil et la plume. Initiation pratique à l’ethnographie, INDRAP/GTZ éd., Niamey-Eschborn, 1996, p. 39-44.

27 Ibid., p. 58-59 et p. 64-65.

28 Lettre de Paul-Louis Courier à Étienne Clavier du 29 août 1809, in Lautmann Jean-Pierre, Paul-Louis Courier ou la plume indomptée, op. cit., p. 103.

29 Avec toute la complexité des éléments la constituant ; Essig Carola, Soulas De Russel Dominique, Semanakova Marcela, Das Image, Sternenfels, Verlag Wissenschaft und Praxis, 2003, p. 19.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540