Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Troisième partie. Passage en revue

En guise de conclusion

Texte intégral

  • 1 Il intégrera également le comité de rédaction de la revue d’histoire Le Mouvement social en 1965.
  • 2 Dans un courrier daté du 25 octobre 1966, Alain Touraine sollicite le directeur du Seuil pour organ (...)
  • 3 On notera l’absence de représentants de l’Université et une forte présence de cette institution qu’ (...)

En 1966 les quatre membres fondateurs du comité de rédaction passent la main. Il faut dire qu’eux-mêmes franchissent un cap : trois d’entre eux ont déjà signé des ouvrages majeurs : Les Syndicats en France pour Jean-Daniel Reynaud en 1963, Sociologie de l’action et La Conscience ouvrière pour Alain Touraine en 1965 et 1966, Le Phénomène bureaucratique et Le Monde des employés de bureau pour Michel Crozier en 1963 et 1965. Michel Crozier et Jean-Daniel Reynaud viennent de prendre de nouvelles responsabilités. Le premier fonde le Groupe de sociologie des organisations en 1966 et le second remplace depuis 1965 avec François Isambert, Edgar Morin à la tête du comité de rédaction de la Revue française de sociologie1. Alain Touraine vient d’être recruté à l’université de Nanterre2. Dans leurs entretiens, ils évoquent la charge de travail mais aussi la volonté de passer le relais pour mieux se consacrer à leurs domaines d’intérêts spécifiques qui, à la fin de la période, se profilent assez nettement. Ils laissent la revue à leurs disciples. Le nouveau comité de rédaction s’étoffe sensiblement. Il sera composé d’Odile Benoît-Guilbot (CNRS, CES), Claude Durand (CNRS, EPHE), Lucien Karpik (EPHE), Jacques Lautman (CNRS), Marc Maurice (ISST), Bernard Mottez (CNRS, EPHE), Daniel Pécaut (EPHE)3.

  • 4 Composée de Georges Friedmann, président, Jean Stoetzel vice-président, Werner Ackermann, Philippe (...)

1Cette transition se fait toutefois sans coupure radicale comme l’atteste la lettre, datant de 1973, présentée ci-dessous, destinée à la conquête de nouveaux abonnés. Les fondateurs deviendront par ailleurs membres d’un « comité de direction », jusqu’en 1974, année où celui-ci laisse la place au seul comité de rédaction. Mais leurs noms ne disparaîtront pas pour autant de la revue : on les retrouve avec d’autres sociologues, comme membres de l’Association pour le développement de la sociologie du travail4.

Quand le nom de trois fondateurs sert encore sept ans plus tard d’argument de promotion (1973)

Les Éditions du Seuil

Un numéro gratuit de Sociologie du travail pour tout nouvel abonné Les tensions et les conflits que connaissent les entreprises, les administrations et toutes les grandes organisations tout autant que les nouveaux modes d’organisation de gestion et des décisions commandent largement la vie de notre société. C’est le but que s’est fixé la revue Sociologie du travail publiée avec le concours du CNRS. Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine, connus pour la portée théorique et pratique de leur analyse des faits sociaux, l’ont fondée il y a 13 ans et continuent d’en constituer le comité de direction. Un groupe de sociologues de la nouvelle génération en dirige la rédaction. Ils y ont rassemblé une série d’études, aux implications concrètes, concernant l’entreprise, les relations professionnelles, les mouvements sociaux, le syndicalisme, le patronat, la formation etc.
De parution trimestrielle, chaque numéro regroupe en 120 pages plusieurs articles de fond auxquels s’ajoutent des notes critiques, des comptes rendus détaillés d’ouvrages consacrés aux problèmes contemporains, et les débats qu’ils inspirent.
Sociologie du travail constitue un véritable instrument vous permettant de reprendre à votre compte des réflexions provoquées par les faits sociaux les plus révélateurs de votre époque.

Sociologie du travail vous donne la possibilité d’envisager les problèmes d’organisation en vous référant aux conclusions scientifiques qui découlent d’expériences et de leurs interprétations sociologiques.
La carte jointe vous permettra de vous abonner, d’inscrire le numéro gratuit que vous aurez choisi, et de nous commander d’autres numéros déjà parus.

Alain Touraine

  • 5 Archives IMEC, fonds Touraine 70, n° 2, TRN 9.13 IMEC 180 185.

Le directeur gérant5

  • 6 Archives IMEC, dossier Seuil années 70, TRN 9.11, fonds Touraine.

2C’est Alain Touraine qui, semble-t-il, reste le plus directement lié à la revue puisqu’il demeure, du moins officiellement, son « directeur gérant », jusqu’en avril 1977, date à laquelle il souhaite, dit-il « mettre le droit en accord avec le fait » et adresse sa démission à Jean Bardet6.

3Le projet des fondateurs et la « forme » prise par la discipline durant ces six premières années peuvent être saisis de deux manières : à partir de ce qu’ils nous ont dit ou laissé entendre et à partir de ce qui a été publié dans les premiers numéros de la revue. Deux sources nous ont servi. La genèse du domaine s’observe dans les thèmes de prédilection, dans le choix des méthodes et des auteurs. Mais ce travail d’élaboration s’opère aussi « sur pièces », en mobilisant des modèles ou des contre-modèles, plus ou moins explicites. À côté des présupposés, des acquis désormais consolidés, qui ne sont plus guère discutés et qui, de ce fait, ne sont pas nécessairement les mêmes pour tous, la revue reste une tribune moins sûre d’elle-même et de son périmètre. Les certitudes, les doutes et les interrogations s’y côtoient. On comprend mieux, à la lumière de ces incertitudes assumées, le sens du positionnement partagé par les fondateurs qui peut se résumer ainsi : on est ferme sur ce qu’on ne veut pas, mais on n’est pas sûr de vouloir la même chose… et cette diversité, non seulement on la revendique, mais on la nourrit, à distance des chapelles et des dogmes.

4Derrière les débats dont la revue se fait l’écho, trois enjeux indissociables sont aisément repérables : la capitalisation et la valorisation des recherches, la consolidation d’une discipline et enfin, en toile de fond, l’affirmation pour chacun des fondateurs de leurs centres d’intérêts spécifiques. Sociologie du développement, mouvement social et conscience ouvrière pour Alain Touraine ; étude du pouvoir et de l’administration chez Michel Crozier ; relations professionnelles pour Jean-Daniel Reynaud. Trois prises différentes sur un même paradigme, celui d’une sociologie de l’acteur.

51959-2009. Ce livre s’achève cinquante ans après la naissance de Sociologie du travail.

  • 7 Dans un numéro de 1989 célébrant les trente ans de Sociologie du travail, Claude Durand et Odile Be (...)

6Depuis 1966 la revue, à l’image de la discipline elle-même, n’a cessé de se transformer et donc de susciter des bilans. Elle n’a pas pour autant changé de titre, faisant preuve par là d’une obstination identitaire remarquable. La plupart de ces bilans seront suscités par la revue elle-même, à l’occasion d’un événement particulier ou d’anniversaires7. Elle n’a cessé de solliciter des regards, proches ou lointains, rétrospectifs, prospectifs, critiques, croisés, pour tenter de saisir les inflexions thématiques et, par extension, celles de la discipline elle-même.

  • 8 Fridenson Patrick, « Portrait du Mouvement social », in Le Mouvement social, n° 151, 1990, p. 3-10.
  • 9 Burguière André, « Histoire d’une histoire : la naissance des Annales », in Annales, ESC, vol. 34, (...)
  • 10 Girard Alain, Verret Michel, « Point critique pour un cinquantenaire. Contribution d’un sociologue  (...)
  • 11 Balandier Georges, « Préface sur un cinquantenaire », in Cahiers internationaux de sociologie, n° s (...)
  • 12 Leca Jean, « Une relecture cavalière des débuts »», in Revue française de sociologie, vol. 51, n° 1 (...)
  • 13 Rosental Paul-André, « Jean-Stoetzel, la démographie et l’opinion : autour des soixante ans de Popu (...)
  • 14 Besnard Philippe, op. cit. 1998.

7Plus généralement, les revues en sciences sociales connaissent dans leur ensemble une belle vitalité et Sociologie du travail n’est pas en reste. L’activité de commémoration est un bon moment pour prendre la mesure de leur longévité, comme le constate Patrick Fridenson dans son éditorial consacré aux trente ans du Mouvement social : « La mode est à la célébration des anniversaires des revues. En 1989 on a fêté les soixante ans des Annales, les trente ans de Sociologie du travail, les dix ans de Culture technique8… » On pourrait compléter la liste par plusieurs noces d’or : celles de la revue les Annales en 19799, de Population en 199510, des Cahiers internationaux de sociologie en 199611, de la Revue française de science politique en 200112 et des Archives de sociologie des religions en 2006. Le soixantième anniversaire de Population, est célébré en 200613. Plus rares sont les revues qui dépassent les cent ans comme L’Année sociologique14.

  • 15 Amiot Michel, 1/1980.
  • 16 Wieworka Michel, « Sociologie du travail, sociologie critique ? – Table ronde », in Sociologie du t (...)
  • 17 Reynaud Jean-Daniel, « Sociologie du travail ou science de l’action sociale ? », in Sociologie du t (...)

8Au fur et à mesure que les revues vieillissent, la formule se transforme. Depuis ses vingt ans, Sociologie du travail se prête comme les autres à ce rituel de la commémoration qui a connu plusieurs formats : un numéro de revue pour les 20 ans, l’organisation d’une journée débat suivie d’un numéro spécial pour les 30 ans, un colloque à l’occasion du quarantenaire qui se traduit par la publication d’un ouvrage collectif, chez Elsévier, l’éditeur qui a pris la relève après Dunod en 1999. L’exercice renouvelé chaque décennie, donne souvent lieu, pour mieux construire l’avenir, à des propositions programmatiques destinées à surmonter les écueils ou les impasses identifiés. Et chaque fois le bilan est de rigueur. À chacun de tirer le fil d’une option singulière : « l’exploration de la marge de jeu laissée à la sociologie du travail par la demande sociale et les contraintes de la recherche empirique15 », l’essoufflement de la « tradition critique de la sociologie du travail16 » ou encore « l’éclatement de la discipline » et la construction d’une « sociologie de l’action » pour dépasser les impasses de la sociologie du travail17, pour ne prendre que quelques exemples.

9Ces reconstitutions ne sont jamais dépourvues d’illusion rétrospective et traduisent le plus souvent une représentation des premières années de la revue caractérisées par son unité et l’évidence de ses orientations.

  • 18 Burguière André, op. cit., p. 1347.
  • 19 André Burguière évoque « les convertis de fraîche date, parce qu’elle fait oublier leur hostilité p (...)
  • 20 Comme par exemple, Michel Winock et Goulven Boudic pour Esprit, Philippe Besnard pour L’Année Socio (...)

10Or il n’en est rien comme on l’a vu. « Les célébrations ne sont pas toujours les meilleures conseillères de la recherche historique » rappelle André Burguière18 à propos de la célébration de la naissance de la revue d’histoire les Annales. En effet, aux anniversaires sont attachés les risques d’une commémoration trop hâtive, celle d’une « vision rétrospective en forme d’évolution nécessaire » qui « arrange tout le monde [… ]19 ». Les recherches historiques les plus abouties se situent souvent hors du cadre commémoratif. Dans ce cas, la revue est alors une ressource, un objet empirique permettant d’atteindre autre chose : un mouvement, un groupe d’intellectuels, une époque, une école20.

11Notre ouvrage, publié au moment où la revue célèbre son cinquantenaire, n’a été ni écrit ni conçu en vue de cet anniversaire. Quand nous avons entamé cette recherche, tel n’était pas notre horizon. Si la revue constituait bien pour nous un prétexte pour interpeller un quatuor de sociologues, elle n’était pas le seul objet de notre investigation. Nous voulions aussi retracer la genèse d’une discipline qui avait fait du travail son « noyau dur ».

12Notre démarche a donc consisté à suivre le cheminement inverse à celui des célébrations festives, à utiliser la loupe plus que le rétroviseur, en mettant en regard une pluralité de sources : témoignages oraux, archives et les colonnes de la revue elle-même. Conformément aux canons du travail empirique, cette démarche qui consiste à aller voir « sur le terrain » offre une image plus dense, parce qu’à plusieurs voix, de ce qu’était la discipline à ses débuts.

  • 21 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », op. cit.

13Ce détour montre que « la sociologie du travail » de Sociologie du travail en ces années-là ne se laisse ni enfermer dans ni réduire à un cadre unique d’interprétation. Née dans la foulée d’un puissant mouvement d’institutionnalisation, cette sociologie en construction témoigne d’un processus de professionnalisation et d’engagements scientifiques mouvants : elle renâcle à se laisser piéger dans des cases trop carrées. Jean-René Tréanton avait bien raison de parler de « sociologues du travail21 ».

14Rappelons enfin que la sociologie dont il a été question tout au long de ce livre est non seulement située « dans » le temps, mais elle est aussi une sociologie « d’un temps ». C’est sur ce moment-là de la re-naissance d’une discipline et de la naissance d’un domaine de recherche centré sur le travail, un moment qui ne se confond ni avec le début des années soixante-dix et encore moins avec les années quatre-vingts, que nous avons mené l’enquête. La « sociologie du travail » examinée dans ces pages est celle d’une période charnière, pour qui s’intéresse à l’histoire de la discipline. Une période où sociologues, hauts fonctionnaires, syndicalistes, dirigeants tentent d’apprendre à se connaître et à dialoguer par le truchement de la connaissance.

15C’est une sociologie post-friedmanienne, qui voudrait croire au progrès technique, à un avenir meilleur et qui aspire à y contribuer grâce au savoir. Une sociologie qui naît des premières grandes enquêtes d’après-guerre où l’on pense modernisation plus que révolution ou exploitation. Cette orientation va connaître d’autres inflexions, au moment où se prépare mai 1968, pour la sociologie du travail et pour la ligne éditoriale de la revue. Mais ceci est une autre histoire…

16Cette période, que nous avons redécouverte en écoutant les fondateurs, justifiait leur initiative, expliquait leurs choix. Leur association ne pouvait se comprendre sans elle. C’était d’elle, pour elle et en elle qu’était née la revue, elle qui lui avait donné sa raison d’être. Elle qui justifiait les orientations intellectuelles majeures adoptées par les fondateurs. Elle enfin qui expliquait son objet, son titre et son public.

17Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud y reviennent tous deux pour qualifier, chacun à sa manière, l’entreprise intellectuelle qui fut la leur. La portée qu’ils reconnaissent, aujourd’hui, à cette expérience collective n’en a que plus d’intérêt :

N’oubliez pas qu’il s’agit d’évoquer une période vieille de 50 ans et qui n’a pas été pour nous-mêmes un moment central de notre carrière puisque c’est au contraire après notre période de sociologie du travail que nous nous sommes orientés dans des directions différentes. En revanche, je tiens à vous dire l’importance que j’attache au fait que ce sont les problèmes du travail qui ont été au cœur de la renaissance de la sociologie pour des raisons qui tenaient plus à la situation historique qu’à nos choix intellectuels. C’est ce qui fait que la sociologie du travail reste un élément significatif de l’histoire de la sociologie en France. (Alain Touraine, lettre du 25 janvier 2004).

Je voudrais dire enfin que je me sens d’accord avec les deux points de la lettre de Touraine. Oui, c’est à un moment déterminé de la renaissance de la sociologie, mais aussi dans un contexte social déterminé que notre entreprise doit être comprise. Mais je voudrais insister sur son dernier point : sans exagérer l’importance de ce moment, je crois que c’est bien un apport au développement de la sociologie et qu’un certain nombre d’idées centrales y ont été introduites, idées centrales qui gardent une valeur aujourd’hui. C’est, après tout, ce que signifient mes remarques précédentes. En bref, je pense, peut-être avec un excès d’optimisme, qu’il y a bien un aspect cumulatif de la recherche en sciences sociales, si incertain que soit le résultat des embardées successives par lesquelles elle se constitue. Il est tout à fait vrai que ce que nous avons fait est un peu à l’écart d’un grand nombre des modes et des paradigmes qui ont tour à tour animé la vie intellectuelle en France. Mesurées à cette aune, notre audience et donc notre action ont été bien limitées. Référées à ce que j’oserais appeler en toute prétention la recherche scientifique ou, pourquoi pas, la recherche de la vérité, elles sont un peu moins négligeables. (Jean-Daniel Reynaud, courrier daté du 9 juillet 2008).

  • 22 Comme le rappelle Vincent Viet. Viet Vincent, « De la Revue française du travail à la Revue françai (...)

18Ce faisant avons-nous su écarter le risque d’une analyse purement endogène de la revue ? Avons-nous su rendre justice aux témoignages recueillis ? Dans la conversation organisée avec les autres sources rassemblées, les propos des « pères fondateurs » échappent, nous l’espérons, au danger qui menace souvent le récit des « temps héroïques (et homériques) quand tout restait à dire et à faire22 ».

Notes

1 Il intégrera également le comité de rédaction de la revue d’histoire Le Mouvement social en 1965.

2 Dans un courrier daté du 25 octobre 1966, Alain Touraine sollicite le directeur du Seuil pour organiser la publication de ses ouvrage et de la revue à l’université de Nanterre !
« Je me permets de vous informer qu’il a été récemment ouvert, à la Faculté de Nanterre, un emplacement de vente de livres par les Messageries Hachette, où sont mis en vente des livres à l’intention des étudiants de la Faculté.
Étant, depuis cette année, chargé d’enseignement à la Faculté de Nanterre, je serai très heureux que mes livres publiés au Seuil et Sociologie du travail y figurent.
Je ne doute pas que le public s’y intéresse. Il conviendra donc que l’un de vos collaborateurs se mette en relation avec Madame Charenton au service du Matériel à la Faculté
Croyez, je vous prie, Monsieur, à l’assurance de mon souvenir le meilleur
Alain Touraine. » [Archives IMEC, TRN 9.11, fonds Touraine].

3 On notera l’absence de représentants de l’Université et une forte présence de cette institution qu’est l’École pratique des hautes études

4 Composée de Georges Friedmann, président, Jean Stoetzel vice-président, Werner Ackermann, Philippe Bernoux, Michel Crozier, John Goldthorpe, Haroun Jamous, Lucien Karpik, Bernard Mottez, Alessandro Pizzorno, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et les membres du comité de rédaction.

5 Archives IMEC, fonds Touraine 70, n° 2, TRN 9.13 IMEC 180 185.

6 Archives IMEC, dossier Seuil années 70, TRN 9.11, fonds Touraine.

7 Dans un numéro de 1989 célébrant les trente ans de Sociologie du travail, Claude Durand et Odile Benoît Guilbot évoquent ce « rythme des anniversaires »« utile pour arrêter un moment le quotidien et laisser place à la réflexion ». De même, Marc Maurice et Anni Borzeix justifient l’exercice : « La célébration d’un anniversaire – les 40 ans de la revue Sociologie du travail – est un phénomène éminemment social, chargé de significations symboliques, porteur de mémoire accumulée, riche en projet. Célébrer un tel événement dans ce cas, c’est à la fois évaluer le chemin parcouru et celui dans lequel on s’engage. », Borzeix Anni et Maurice Marc, « Mémoire et projets », in Sociologies du travail : 40 ans après, Pouchet Amélie (dir.), Paris, Elsevier, 2001, p. 1.

8 Fridenson Patrick, « Portrait du Mouvement social », in Le Mouvement social, n° 151, 1990, p. 3-10.

9 Burguière André, « Histoire d’une histoire : la naissance des Annales », in Annales, ESC, vol. 34, n° 6, 1979, p. 1347-1359 ; Revel Jacques, « Histoire et sciences sociales : les paradigmes des Annales », op. cit., p. 1360-1376.

10 Girard Alain, Verret Michel, « Point critique pour un cinquantenaire. Contribution d’un sociologue », in Population, vol. 6, 1995, p. 1379-1385.

11 Balandier Georges, « Préface sur un cinquantenaire », in Cahiers internationaux de sociologie, n° spécial, 1996, p. 6-15.

12 Leca Jean, « Une relecture cavalière des débuts »», in Revue française de sociologie, vol. 51, n° 1-2, février avril 2001, p. 5-17 ; Poulat Émile, « Aux origines du groupe de sociologie des réligions et de ses archives », in Archives de sciences sociales des religions, n° 136, 2006, p. 25-37.

13 Rosental Paul-André, « Jean-Stoetzel, la démographie et l’opinion : autour des soixante ans de Population », in Population, vol. 61, n° 1-2, 2006, p. 31-44.

14 Besnard Philippe, op. cit. 1998.

15 Amiot Michel, 1/1980.

16 Wieworka Michel, « Sociologie du travail, sociologie critique ? – Table ronde », in Sociologie du travail, 1989, p. 97-98.

17 Reynaud Jean-Daniel, « Sociologie du travail ou science de l’action sociale ? », in Sociologie du travail, n° spécial 30 ans, 1989, p. 17-23.

18 Burguière André, op. cit., p. 1347.

19 André Burguière évoque « les convertis de fraîche date, parce qu’elle fait oublier leur hostilité première aux idées des Annales […]. Elle arrange aussi les “héritiers” des Annales qui doivent sans cesse justifier leur droit à l’héritage par une filiation directe et continue ». Ce rappel est mis en avant pour montrer que la revue « n’était ni nécessaire ni attendue », qu’il n’y avait aucune « vocation particulière chez les historiens français des années 30 à opérer la conversion théorique que leur proposaient Marc Bloch et Lucien Febvre ».

20 Comme par exemple, Michel Winock et Goulven Boudic pour Esprit, Philippe Besnard pour L’Année Sociologique, Philippe Gotraux pour Socialisme ou barbarie, André Burguière pour les Annales.

21 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », op. cit.

22 Comme le rappelle Vincent Viet. Viet Vincent, « De la Revue française du travail à la Revue française des Affaires sociales : une histoire passée en revue », in Revue française des affaires sociales, n° 4, 2006, p. 47-60.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search