Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Troisième partie. Passage en revue

Titres et travaux

Texte intégral

L’examen des six premières années de livraison permet d’identifier quels sont les secteurs, les populations concernées et les sujets traités. La base documentaire de ce repérage est synthétisée dans le tableau récapitulatif qui suit, établi par ordre chronologique. Il recense non pas l’ensemble des articles parus durant la période mais tous les articles issus d’enquêtes de terrain françaises publiés entre 1959 et 1966. Ce relevé mêle des contributions sociologiques et psycho-sociologiques. Sa lecture accrédite la thèse de la diversité des situations, des secteurs et des sujets abordés que nous souhaitons soutenir. Sont couverts des thèmes classiques liés au travail en entreprise (la rémunération, la formation, l’embauche, la promotion, le commandement, la reconversion, l’automation, le syndicalisme, les relations professionnelles et les relations de pouvoir). Mais pas seulement : des enquêtes ont aussi lieu dans des « entités » moins entrepreneuriales, telles que l’école, les associations, les administrations, les sociétés traditionnelles. À cette variété (relative) des organisations étudiées s’ajoute celle des variables explicatives retenues qui croise elle-même celle des objets explorés. On trouve pêle-mêle des contributions sur les attitudes, la résistance, l’influence, la mobilité, le statut, la position, la satisfaction, le jugement, le choix, les pratiques, le niveau d’aspiration, l’intervention, sans oublier la démocratie, et la participation.

1Cette diversité va de pair avec trois constats plus généraux. Le premier n’a rien pour surprendre : il s’agit du poids de l’industrie ; les deux autres sont moins attendus : les populations étudiées sont plus variées qu’on ne le dit souvent et enfin, l’intérêt soutenu porté à la question des attitudes dans ces travaux, atteste des proximités entre sociologie et psychologie du travail au moins autant que des influences marxistes.

Le poids de l’industrie et la diversité des populations étudiées

  • 1 Dont le secteur est clairement identifiable.

2La moitié – mais la moitié seulement – des articles1 portent sur l’un des trois secteurs phares de l’économie de l’époque : la sidérurgie, la mine et la métallurgie et ces contributions s’intéressent majoritairement (mais non exclusivement, nous le verrons) aux ouvriers. L’importance de ces secteurs s’explique par l’ampleur de certaines enquêtes qui donnent lieu à plusieurs publications successives. On pense aux enquêtes financées par la CECA et le Commissariat à la productivité sur la sidérurgie. Les débats consacrés à la rémunération au rendement suscitent une nouvelle série d’articles auxquels on pourrait rajouter ceux des chercheurs allemands et belges Burkart Lutz, Christian Dejean, Marcel Bolle de Bal. La mine n’est présente qu’à travers les contributions de Serge Moscovici. De manière attendue, l’automobile et l’industrie mécanique et métallurgique sont bien représentées ainsi que la construction électrique (Odile Benoît et Marc Maurice). Notons enfin, plus surprenant, qu’il n’est question de la chaîne de montage durant ces six ans que dans une seule contribution, celle de Renaud Sainsaulieu. D’autres secteurs de l’industrie sont investis : l’imprimerie, la chimie ; les travaux de Madeleine Guilbert, Nicole Lowit, Monique Roussel reposent, eux, sur une enquête concernant trois branches : métaux, chimie et alimentation. Enfin, l’administration n’est pas oubliée. Jean-Daniel Reynaud et Antoinette Catrice-Lorey ont réalisé une étude sur les assurés de la sécurité sociale. Mais c’est surtout les travaux de Michel Crozier et son équipe qui ouvrent ce domaine à la recherche.

3Au total, et si l’on s’en tient aux lieux d’enquête, l’ouverture souhaitée par Georges Friedmann dans son article liminaire demeure timide. L’industrie lourde reste bien le centre d’intérêt majeur mais non exclusif des sociologues du travail qui signent dans cette revue. Il faut compter sur les contributions des psychosociologues – qui rendent compte dans Sociologie du travail de recherches-interventions – pour investir des terrains moins « typés » dans le domaine de la distribution avec une centrale d’achat Prisunic (Max Pagès) et des services aux personnes : établissement scolaire (Robert Pagès) et hospitalier (André Levy).

4En revanche, si l’on regarde de plus près le type de « travailleur » étudié par les sociologues, on est assez loin de la figure-type de « l’ouvrier-masculin-de-la-grande-industrie ». Le « travailleur » dont il est question ne s’y réduit pas. La diversité d’origine des groupes professionnels étudiés dans les livraisons des années 1959 à 1966 est même assez remarquable. Outre les ouvriers de la sidérurgie et de la mine, il est question de :

2. La base documentaire est cette fois un peu plus large : elle intègre aux articles issus d’enquêtes de terrain françaises, des recherches qui reposent sur d’autres types de sources documentaires (démographiques, statistiques…).
3. Remi Clignet et Philip Foster proposent par ailleurs une enquête en Côte-d’Ivoire sur les employés de bureau dans le 2/1965.
4. François Bourricaud qui apporte sa contribution à la revue (3/1961) dans un article consacré au « Malaise patronal » avait été un précurseur en la matière avec un article remarqué publié dans une revue d’économie : Bourricaud François, « Contribution à la sociologie du chef d’entreprise : le “Jeune Patron” tel qu’il se voit et tel qu’il voudrait être », in Revue économique, n° 6, novembre 1958, p. 896-911.

5Sans oublier, en guise de mise en abyme, les chercheurs eux-mêmes dans une série de contributions consacrées à la « Sociologie du travail sociologique » (Mendras, Touraine, Chombart de Lauwe 3/1965) qui dressent un bilan alarmiste des conditions d’organisation de la recherche en sociologie.

6Plus qu’à la simple diversité des catégories socio-professionnelles analysées c’est aux questions qui sont posées à leur égard qu’il faut porter attention.

  • 2 Cf. notamment la note critique que Jean-Daniel Reynaud consacre à Peter Drucker (3/1960), ainsi que (...)

7L’intérêt porté à l’action managériale se lit aussi bien dans les notes de lecture consacrées à des ouvrages étrangers2 que dans la sollicitation d’articles d’auteurs étrangers. L’anglais A.C. Hamblin (3/1963) de la London School traite des fonctions de la maîtrise, Arnold Tannenbaum (3/1965) aborde une thématique transversale à la plupart des études sur les contremaîtres : celle de la formation et de la critique des techniques issue des relations humaines. La contribution de Fernando Henrique Cardoso (3/1963) sur « La mentalité des entrepreneurs à Sao Paulo » ou celle de l’anglais Tom Burns (2/1962) sur « Des fins et des moyens dans la direction des entreprises », ou encore une contribution sur le rôle des ingénieurs en Pologne (1/1966) confirment cet intérêt même si, de fait, les enquêtes empiriques sur les dirigeants se limitent encore trop souvent à des déclarations d’intention. Une longue note critique de Bernard Mottez dans le n° 3/1962 intitulée « Le patronat français vu par les américains », évoque d’ailleurs la difficulté de ce chantier :

Il est clair qu’aucun jugement ne pourra être valablement porté sur le patronat français tant que des études empiriques et systématiques ne lui auront pas été consacrées. Mais le patronat ne porte-t-il pas lui-même une part des responsabilités dans cette carence, précisément à cause de certains des traits qui lui sont communément reprochés ? Son autoritarisme, son goût du secret, ne l’incitent guère à accepter qu’un tiers étudie ses pratiques. En se prêtant à l’investigation du chercheur il apporterait pourtant du même coup, le meilleur démenti à bien des critiques qui lui sont faites. De la part des sociologues, on exige plus que des réquisitoires et des exhortations, on exige qu’ils nous expliquent comment les situations se transforment. (Mottez 3/1962, p. 293).

8Cette exigence formulée par Bernard Mottez – que les sociologues « nous expliquent comment les situations se transforment » – est-elle honorée ? On peut en relever plusieurs signes. D’abord une attention soutenue à l’identification de phénomènes émergents. Divers groupes sociaux (les « non manuels », les techniciens, les cadres) font preuve d’attitudes, de valeurs et de pratiques méconnues qui ne rentrent pas dans les cadres classiques d’analyse. L’insistance sur l’étude de catégories « nouvelles » de salariés est bien explicitée dans le paragraphe introductif de l’article d’Odile Benoît et Marc Maurice (2/1960) :

[...] L’évolution des techniques de production entraîne de profonds changements : la proportion des non manuels et des cadres s’accroît considérablement dans certains secteurs industriels. Les relations collectives de travail intéressent, à des degrés divers et de façons diverses, ces nouvelles catégories de salariés. On sait cependant peu de choses sur les attitudes prédominantes et leurs valeurs dans ce domaine ou sur la manière dont ils se situent par rapport aux ouvriers et à la direction. (Odile Benoît et Marc Maurice, 2/1960 p. 151).

9Comment interpréter ces incongruités, à quelles corrélations faire appel pour les expliquer ? Des dessinateurs qui manifesteraient une attitude hostile à la direction, des cadres qui auraient une attitude « à l’égard de l’entreprise et de la direction moins défavorable que chez les dessinateurs et plus que chez les employés ou agents de maîtrise », des agents de maîtrise « favorables à la direction » et s’intéressant « peu aux syndicats », telles sont les populations dignes d’attention sociologique que se proposent d’étudier ces auteurs.

10On trouve une interrogation similaire, relative à la catégorie de « contremaître » chez O. Chapuis et J.-M. Bourrouillhou (1/1961) qui, à partir d’une étude réalisée dans la région bordelaise, tentent d’expliquer le positionnement de ces salariés et établissent une corrélation entre le degré de bureaucratisation de l’organisation et l’identification des contremaîtres à la direction :

Les variables qui permettent d’expliquer l’identification des contremaîtres à la direction paraissent dépendre d’un facteur principal, le degré de bureaucratisation des entreprises. Que la bureaucratisation s’accompagne de procédures de promotion plus nombreuses et plus précises, ainsi que d’une politique de personnel plus cohérente, cela est évident. Mais la bureaucratisation s’accompagne aussi d’une modification des rapports d’autorité entre les divers niveaux hiérarchiques de l’entreprise : au niveau du contremaître, on passe peu à peu d’une autorité « personnelle » à une autorité plus « légale » et rationnelle. C’est dans ce cadre légal et rationnel où sa dépendance personnelle est la plus faible que le contremaître se sent le plus solidaire de la direction. (O. Chapuis et J.-M. Bourrouillhou, 1/1961, p. 39).

11Mais cette préoccupation – rendre compte de situations qui se transforment – n’est pas réservée aux catégories émergentes. On la retrouve aussi dans les recherches sur des populations ouvrières traditionnelles, chez les professionnels de l’industrie métallurgique. Il en est ainsi des travaux réalisés autour d’Alain Touraine dans le cadre du LSI qui comparent les professionnels de fabrication (serruriers), les ouvriers d’entretien et les régleurs (Bernard 4/1962). C’est aussi le cas des jeunes ouvriers étudiés par Nicole de Maupeou-Leplâtre (1/1960) qui s’interroge, elle aussi, sur la faible « conscience ouvrière » de cette population. C’est moins la classe ou la profession qu’il faut mobiliser pour expliquer cette anomalie estime-t-elle que la variable de position au sein d’une communauté. Le jeune ouvrier considéré comme « mineur dans le monde du travail » est dans une position telle qu’il ne peut être que « conformiste, soumis au paternalisme ambiant ou bien ruer dans les brancards, rejeter son cadre de travail et de vie actuelle ». Tenus à l’écart de la communauté ouvrière adulte, ces jeunes sont « très peu imprégnés des normes de cette communauté », en même temps qu’ils souhaitent eux-mêmes « rester hors du coup » (p. 48). La sociologue met en évidence un sentiment d’impuissance à agir sur la situation de travail, parce qu’ils sont persuadés de « n’avoir aucun pouvoir dans l’entreprise » ce qui permet de rendre compte d’une forte « instabilité professionnelle ».

  • 3 Touraine Alain et Ragazzi Orietta, Ouvriers d’origine agricole, Paris, Éditions du Seuil, 1961. Ce (...)
  • 4 Pour un compte rendu de l’ouvrage dans Sociologie du travail, voir la note de Lucien Karpik (3/1961 (...)

12Enfin, les travaux d’Alain Touraine (3/1960) sur les ouvriers d’origine agricoles sont également instructifs. Que montre en effet cette recherche ? Que la projection dans l’avenir pèse plus que la condition sociale chez ces ouvriers atypiques : « Leur activité professionnelle est plus un emploi qu’une condition. » Ils sont caractérisés par « un système d’attitudes dominées par un projet personnel plus que par la conscience d’une condition sociale, elle-même considérée comme temporaire ». L’accent mis sur l’importance du projet de mobilité sociale et le faible enjeu que revêtent pour les ouvriers les conditions professionnelles de travail met au jour des logiques d’engagement par rapport au travail mais aussi au mouvement social qui ne se laissent pas enfermer dans un moule unique d’action. Cet article, qui annonce l’ouvrage publié par Alain Touraine en 1961 avec Orietta Ragazzi3, permet de développer une thèse singulière en montrant comment les aspirations des travailleurs (identifiées à travers leur projet de mobilité sociale) pèsent sur les attitudes et du coup renseignent aussi sur les modalités de formation de la « classe ouvrière4 ». Cette analyse annonce celles de l’auteur sur l’industrialisation en Amérique latine et notamment au Brésil (4/1961) et ouvre sur une sociologie du développement.

Le paradigme des attitudes

13C’est précisément le plus souvent sous l’angle assez « daté » de l’attitude – et non du poste ou de l’activité – qu’est abordée la question du travail. Sur la période étudiée une vingtaine d’articles issus d’enquêtes françaises se focalisent sur ce thème. Mais quel en est au juste le sens ?

  • 5 C’est dans les termes suivants que Jean-Daniel Reynaud a tenu à le rappeler : « [cette notion] intr (...)
  • 6 On pense par exemple au conflit social déclenché fin 1961 suite à l’annonce de la fermeture du bass (...)
  • 7 CFDT, Les Dégâts du progrès, Paris, Éditions du Seuil, 1977.
  • 8 Martin Olivier et Vannier Patricia, « La Sociologie française après 1945 : places et rôles des méth (...)
  • 9 Sur la notion d’attitude voir Stoetzel Jean, « La Psychologie sociale et la théorie des attitudes » (...)

14Si la valeur explicative de cette notion psychosociologique paraît aujourd’hui limitée sa portée théorique va sans doute plus loin5. Elle n’est pas sans rapport par ailleurs avec la préoccupation politique des commanditaires étatiques de ces enquêtes. Pour eux, il s’agit – dans ce pays où le parti communiste est encore le premier parti de France – de planifier le changement sans bouleversement radical et de promouvoir le progrès économique. Dès lors les questions structurantes et les connaissances pertinentes attendues des sociologues portent sur les comportements des salariés face « au changement ». Étudier les attitudes c’est interposer entre le schéma stimulus-réponse une disposition à agir, acquise, instable, collective. Est ainsi placé au cœur de l’analyse l’ensemble des transformations rapides qu’il a fallu aux travailleurs « digérer » depuis la fin de la guerre pour moderniser le pays : le « progrès technique » et ses conséquences sur les formes de l’emploi, les conditions de travail, l’adaptation/modernisation nécessaire des entreprises et des grandes administrations, l’évolution des forces syndicales. L’attitude est leur mot pour le dire. Il s’agit d’œuvrer par la connaissance scientifique au « changement de la société », et tel est, en ce début de années soixante, l’un des rôles attendus de la revue. De « l’attitude » des salariés dépendent au bout du compte les chances d’un réformisme progressif sans révolte sociale ni soulèvement populaire. Protestataires et engagés dans l’action collective, face aux reconversions6 que connaît déjà le pays, face à ce qu’on nommera plus tard « les dégâts du progrès7 » les salariés risquent d’alimenter le mouvement social. Mais cette attention portée à l’attitude, comme l’ont souligné Olivier Martin et Patricia Vannier8, est aussi en lien avec l’importation des méthodes d’enquête de la psychologie vers la sociologie, « transport » qui s’accompagne aussi des concepts correspondants9. Elle est enfin, au-delà de ces raisons politiques et méthodologiques, une prise de position théorique : s’attacher aux attitudes est aussi une façon d’affirmer que l’important, pour les chercheurs, est de s’attacher non seulement aux comportements ou aux opinions des salariés mais surtout aux significations qu’ils accordent à ces bouleversements.

15C’est à en élucider le sens – tout en explorant les « déterminants » de ces attitudes – que se consacreront les travaux des sociologues. Le terme d’attitude, dans les articles, est ainsi associé à un ensemble de phénomènes qui font presque le tour de la condition salariale :

- le progrès technique : « attitudes » par rapport aux changements techniques liés à l’introduction de l’automation (Durand 1/1959 ; 4/1960) ;
- une autre catégorie de salariés : « attitudes » par rapport aux agents de maîtrise ou à l’encadrement ;
- un système de salaire : « attitudes » devant l’évolution des formes de rémunération ou de promotion (Durand 1/1959, 2/1964) (Guilbert 2/1960) ;
- une profession : « attitudes » de jeunes filles devant une profession technique (Legoux 3/1962) ;
- les syndicats : « attitudes » encore par rapport à l’engagement syndical (Maurice 3/1965) (Benoit 3/1962), (Chaumont 2/1962) ;
- une institution : « attitudes » des salariés enfin – i.e. leur « attachement » – à l’égard d’une institution de redistribution la Sécurité sociale (Reynaud, Catrice-Lorey 1/1960) ;
- la mobilité sociale : (Touraine 3/1960), (Maupeou 2/1961), (Brams, Torcuato di Tella 4/1961).

16La question des réactions « face au changement » concerne aussi bien le monde des entreprises « productives » que celui des organisations administratives montrant la continuité des problématiques entre des champs de recherche non disjoints ou adjacents. Ainsi l’administration se trouve au centre du numéro spécial qui clôt la période, dirigé par Michel Crozier (le 3/1966) sur « L’administration face au changement ».

17Dans le même registre et toujours associé au thème de « l’attitude » se greffe celui de « la satisfaction » au travail, concept mobilisé cette fois pour expliquer (autant que pour décrire) des comportements de retrait, de résistance (Touraine, Bernard, Bassoul, 4/1960).

18Sous l’effet conjugué de l’industrialisation et de l’urbanisation, le thème de la mobilité sociale est aussi très présent dans les travaux d’Alain Touraine (3/1960) par exemple et de ceux qui ont travaillé sous sa direction (Brams et Torcuato di Tella 4/1961). Cette thématique n’est pas spécifiquement française et fait l’objet d’un débat au sein de la communauté professionnelle internationale. Elle est présente en Amérique Latine, chez Gino Germani (4/1965) mais aussi en Amérique du Nord. Ainsi l’article des chercheuses new-yorkaises Suzanne Keller et Marisa Zavalloni (1/1962) qu’évoque Jean-René Tréanton dans son entretien sur les aspirations à la mobilité et dans le même numéro, celui de Nicole de Maupeou (1/1962) sur les jeunes ouvriers, visent à discuter la portée de thèses américaines dominantes développées par des auteurs comme Bendix et Lipset ou Hymann. L’Allemand Friedrich Fürstenberg (1/1961) s’intéresse aux pratiques de mobilité et de promotion complétant ainsi cette question.

  • 10 C’est ainsi que Lucien Karpik (2/1966) fait un détour par l’urbanisation pour explorer la question (...)

19Si l’on retrouve dans ces articles une interrogation similaire à celle de la tradition de la sociologie industrielle américaine – quels sont les facteurs « déterminant » les attitudes ? –, les auteurs français mobilisent, quant à eux, des schémas explicatifs qui débordent le cadre de l’atelier. Les systèmes explicatifs fonctionnent par élargissement progressif. Ainsi, la notion de « situation de travail » se décline de multiples façons et permet de sortir de l’échelle réductrice de la plant sociology de l’École des relations humaines. La situation est plus englobante. Elle s’étend à l’environnement économique, politique, social et culturel10 qui trouve ainsi sa place dans l’explication. Dans son enquête sur la « faible » conscience de classe des jeunes ouvriers, Nicole de Maupeou (1/1961) note que leurs comportements professionnels et sociaux dépendent beaucoup plus de « leur position sociale de jeune dans le monde du travail que de leur âge ou de leur condition ouvrière ». Autre illustration : pour Odile Benoît et Marc Maurice (2/1960) qui s’intéressent à des travailleurs comme les dessinateurs, l’explication par les « attitudes » est à mettre en rapport avec la situation de travail qui se « mesure en concentration spatiale, représentation du travail dans le processus global, l’avenir professionnel, la situation sur le marché du travail ou de l’indépendance à l’égard de l’entreprise comme source de travail ».

20On note encore chez Michel Crozier ce même souci de diversification des problématiques. Entre le risque de « microscopisme » sociologique américain et le « macrosco-pisme » des déterminants trop généraux, il souligne la pertinence d’une analyse en termes de relations de pouvoir (1/1960) :

Le grand essor des recherches empiriques dans les sciences humaines avait négligé jusqu’à ces dernières années les problèmes de pouvoir et les relations de pouvoir. Entre l’étude macroscopique des régularités et des modèles de comportement individuel et de comportement de groupe en fonction des déterminants généraux d’ordres technique, économique et culturel, domaine du sociologue, et l’étude microscopique mais tout aussi abstraite des régularités et des modèles de relations psychologiques entre individus et entre groupes, domaine du psychologue social, l’analyse des systèmes de relations existant dans les organisations vivantes de nos sociétés était abandonnée au raisonnement déductif ou à la réflexion humaniste traditionnelle. (Michel Crozier, 1/1960, p. 61).

21Suivant les orientations déjà formulées par le juriste Paul Durand (1/1960) dans son article programmatique, Yves Delamotte (2/1961), de son côté, invite les sociologues (qu’il considère encore trop « sous l’influence tenace d’une microsociologie qui a découvert le groupe “informel” et qui donne une place au spontané, à l’imprévu ») à intégrer dans leur analyse l’examen des règles de droit :

En particulier, si comme l’a relevé Naville, la situation de travail de l’ouvrier caractérise plus sa condition que l’acte de travail lui-même, n’est-il pas nécessaire d’examiner tous les aspects de cette situation notamment les possibilités de recours de l’ouvrier contre les décisions des chefs dont il estime qu’elles le lèsent. (Yves Delamotte, 2/1961 p. 114).

22Enfin, dans sa recherche sur les ouvriers d’origine agricoles, Alain Touraine (3/1960) estime que les attitudes au travail sont aussi « dominées par des buts qui sont d’ordre avant tout économique » et qu’il importe de ne pas négliger ces dimensions socio-économiques dans la construction des aspirations des salariés. À propos d’un compte rendu élogieux de l’enquête de Serge Moscovici « Reconversion industrielle et changements sociaux dans l’Aude » il revient avec insistance sur la nécessité d’une ouverture du spectre de l’analyse sociologique à « l’expérience globale » de l’individu :

L’auteur aurait pu isoler un sujet d’étude aujourd’hui habituel : les attitudes ouvrières à l’égard des changements techniques, mais il a pensé – à juste titre – qu’il était difficile de séparer l’entreprise de la communauté et les attitudes spécifiques de l’ensemble des attitudes et des relations sociales auxquelles elles sont liées. C’est un Yankee City français qu’il veut décrire et analyser. Son étude y gagne en ampleur et s’enrichit de chapitres très pénétrants sur le chômage, les relations de travail dans le système traditionnel, la politique patronale face à la crise. Elle démontre clairement à la fois que l’adaptation à un travail nouveau est adoption de normes sociales autant qu’apprentissage d’une fonction technique et que les attitudes à l’égard du changement sont déterminées par une expérience globale, dominée par la crise où est entré un genre de vie traditionnelle. (Alain Touraine, 3/1961, p. 296).

23On le voit, cet élargissement des problématiques au delà d’une plant sociology étriquée annonce une sociologie de l’acteur dont les fondateurs de la revue, chacun dans sa voie propre, deviendront les promoteurs.

  • 11 Le choix des rubriques qui servent à classer par thème les articles dans les tables ont évolué à tr (...)

24Une fois relevée cette place centrale faite au paradigme des attitudes dont nous venons d’esquisser les sources, les figures et les nuances, comment regrouper11 en quelques points saillants les autres sujets qui reviennent dans la revue ? Pour nous en tenir à l’essentiel nous nous limiterons à deux tendances lourdes qui se dégagent de l’examen : la faible part du Work et l’importance du Labor, d’une part ; la forte visibilité des recherches sur les entreprises et les organisations, de l’autre.

La faible part du Work et l’importance du Labor12

  • 12 Le choix de ce titre et le développement qui va suivre doivent beaucoup à nos discussions avec Fran (...)
  • 13 Bravermann Harry, Travail et capitalisme monopoliste, Paris, Maspero, 1976.

25Contrairement aux idées reçues, l’organisation dite taylorienne du travail et ses avatars – le travail en miettes, la déshumanisation, la chaîne… – n’est pas au centre des sujets couverts par la revue. Cette thématique développée par Friedmann reviendra en force dans les années 1970 notamment à la suite de la révolte des OS et de l’influence de la sociologie marxiste bravermanienne13. Les questions du poste, de la qualification, du travail industriel ne sont certes pas absentes mais elles servent surtout de tremplin pour rebondir, à partir du travail, sur les enjeux de société à portée socio-politique plus large comme ceux de la réforme de l’entreprise, des systèmes de salaire, de la démocratie industrielle, de la négociation professionnelle, de la planification, du progrès technique, thèmes qui occupent le centre du débat social dans les années soixante.

  • 14 « Le fait que le mot “travail” en français couvre à la fois “work” et “labor” ne révèle pas seuleme (...)

26Cette remarque éclaire la suivante. Dans son premier entretien, Jean-Daniel Reynaud relevait un point important : « L’ambiguïté14 du mot “travail” qui peut se traduire aussi bien par labo (u) r (le travail organisé, ou le mouvement ouvrier) ou par work (l’activité de travail) nous convenait ». Au regard de la recension faite sur les contributions issues des enquêtes françaises, on peut dire que la première acception (labor) l’a très largement emportée sur la seconde (work) durant ces six premières années de parution.

  • 15 Pour une analyse plus globale de la place de l’activité dans la discipline, nous renvoyons à Bidet (...)

27Les contributions qui mettent le travail au sens de work au cœur de leur sujet se comptent sur les doigts d’une main et encore ; elles traitent plutôt des formes de la résistance au travail plus que du contenu de l’activité15 :

  • 16 Sainsaulieu Renaud, L’Identité au travail, Paris, Presses de la FNSP, 1977.

- Claude Durand (1/1959) s’interroge sur les pratiques de travail – ici le freinage – au regard des formes de rémunération et les motivations ouvrières ;
- Alfred Willener (1/1960), lui, et toujours à propos du freinage, étudie « l’influence du lamineur sur la production en rapport avec le développement de l’automatisation » ;
- Pierre Naville et Jacques Palierne (3/1960) s’intéressent aux incidences de l’automation sur le contenu et les conditions du travail ;
- Pierre Bernard, René Bassoul et Alain Touraine (4/1960) étudient finement les pratiques de résistance ouvrière annonçant les catégories que mobilisera Sainsaulieu dans ses travaux sur l’identité au travail (en particulier le retrait ouvrier)16 ;
- Renaud Sainsaulieu propose lui-même un article mettant au cœur de son étude les stratégies d’action au sein du groupe ouvrier (2/1965).

28C’est en tant que « catégorie structurante » de l’analyse que le travail demeure bien le point d’ancrage et une justification, pour traiter du labor dont le poids dans la revue est tout à fait considérable, aussi bien sous l’angle du travail organisé que sous celui du mouvement ouvrier.

29L’étude du syndicalisme occupe une place de choix : une dizaine d’articles portent sur la situation française auxquels il faut ajouter ceux des deux numéros de la revue dont celui sur l’Amérique Latine, dirigé par Alain Touraine, spécialement consacrés à la question syndicale et un sur le Japon (soit au total une vingtaine d’articles). Sous quels angles ?

30Celui de l’adaptation nécessaire du syndicalisme face aux évolutions professionnelles, liée à l’émergence de nouvelles catégories de travailleurs (techniciens, cadres) dont l’engagement syndical reste incertain (Maurice 3/1965, Benoît 3/1962, Durand 3/1964). L’évolution de la CFTC donne lieu à deux contributions (Maurice 1/1965 ; Berthon 1/1962).

31Celui de l’évolution des relations professionnelles en France. Deux thèmes seront plus particulièrement creusés à ce propos : la question du niveau des négociations collectives (l’économiste François Sellier apporte sur ce point deux contributions (4/1960, 2/1964), ainsi qu’un chercheur américain invité à l’ISST, Frederic Meyers de l’Institut of Industrial Relations de l’université de Californie à Los Angeles (1/1965 ; 2/1965)) ; et celui des fonctions de la section syndicale d’entreprise et du rôle du comité d’entreprise (recherches de Maurice de Montuclard 4/1960, 2/1965, d’Yves Delamotte 2/1961). Ces thèmes alimentent la réflexion sur des enjeux plus larges liés par exemple à la démocratie syndicale (note d’Erbes-Seguin 4/1964).

32Celui enfin des comparaisons internationales. La curiosité pour le reste du monde est frappante. Une veille particulièrement attentive s’exerce dans le cadre d’articles ou de notes critiques sur le syndicalisme américain, par Jacques Dofny (3/1961) et Jean-René Tréanton (1/1962), anglais, par Jean-Daniel Reynaud (2/1962), norvégien, par François Sellier (4/1960). Les articles écrits par des chercheurs étrangers sont nombreux : belge (Chaumont 2/1962), allemands (Lutz 1/1964), (Dahrendorf 2/1962), italien (Trentin 2/1962), anglais (Phelps Brown 2/1960), américains (Tannebaum 2/1960), (Sieber 4/1964), (Lipset 3/1961), japonais (Taishiro Shirai 2/1966), latinos américains (4/1961).

  • 17 Crozier Michel, « Terre de commandement », in Esprit, décembre 1957, op. cit.
  • 18 Winock Michel, « Esprit », des intellectuels dans la cité (1930-1950), Paris, Éditions du Seuil, 19 (...)

33D’une portée plus politique et souvent abordées à partir du thème du syndicalisme, la participation et la réforme de l’entreprise sont traitées dans de nombreuses contributions. Dans sa recherche sur l’histoire de la revue Esprit, l’historien Michel Winock avait relevé que déjà, en 1957, Michel Crozier avait mis au cœur d’une de ses contributions17 le thème de la participation, mot qui désignait pour son auteur « l’une des tâches auxquelles la société française devait s’appliquer pour rompre avec des siècles d’irresponsabilité individuelle et d’autorité étatique18 ». Quelques années plus tard, la présence de ces sujets dans les colonnes de la revue est suscitée par des questions d’actualité : le développement d’une institution comme le comité d’entreprise dont Maurice Montuclard (4/1960 ; 2/1965) ou Yves Delamotte (2/1961) s’efforcent de mesurer la portée en tant qu’instrument de participation. Il en est de même pour le rôle de la section syndicale d’entreprise comme instance pertinente de négociation collective évoquée par Michel Crozier (1/1964) dans une note consacrée à l’ouvrage de François Bloch Lainé déjà cité. Par l’intermédiaire de Michel Crozier la revue fait écho aux discussions au sein du Club Jean Moulin. L’intérêt pour la participation est également renouvelé par les débats et expériences qui foisonnent de toute part et dont la revue rend compte : conseils ouvriers en Pologne (numéro sur la Pologne 1/1966), tradition de cogestion en Allemagne et son évolution (Lutz 1/1959 et 1/1964, Darhendorf 2/1962, Parodi 3/1964), expérience Yougoslave (Ahtik 1/1963, Meister 1/1964). Les « organisations volontaires » et notamment les associations françaises mais aussi italiennes (Meister 3/1961) et américaines (Evan 3/1963) font l’objet d’études.

  • 19 Grémion Pierre, L’Intelligence de l’anticommunisme. Le congrès pour la liberté de la culture à Pari (...)

34Comment expliquer cette attention soutenue pour ces sujets ? Reprenons à notre compte l’analyse que fait Pierre Grémion de la prééminence de ces objets d’études dans un séminaire organisé à Vienne en 1958, dans le cadre du congrès pour la liberté de la culture : « l’examen des problèmes de démocratie industrielle ne se situe plus exclusivement en référence à l’histoire du mouvement ouvrier et au socialisme : il intègre aussi l’analyse des expériences tentées par les directions novatrices des grandes firmes industrielles. Les problèmes classiques de l’exploitation sont de la sorte replacés à l’intérieur du cadre des relations entre gouvernants et gouvernés. En se désidéologisant ils se politisent, si l’on comprend la politique comme la recherche d’un équilibre de pouvoir entre acteurs sociaux19. »

  • 20 Ralf Dahrendorf (1929-2009), auteur de Classes et conflits de classes dans la société industrielle, (...)

35L’extrait qui suit d’un article de Ralf Dahrendorf20 sur la cogestion en Allemagne est un concentré de ces divers sujets d’enquête qui paraissent a priori disparates mais qui soulignent bien l’intrication entre les différentes dimensions du Labor et l’exercice de l’autorité dans l’entreprise :

Entre la prison entreprise et l’entreprise prison et l’entreprise sidérurgique allemande pratiquant la cogestion, entre les coopératives israéliennes de production et les entreprises communistes d’État, entre l’entreprise super rationalisée de fine mécanique aux États-Unis et une entreprise sidérurgique vieux style en Europe, que de différences d’organisation interne ! [...] Il semble que les syndicats allemands cherchent à trouver des voies pour « démocratiser » la structure interne des entreprises ; par là on entendrait avant tout faire en sorte que dans l’entreprise – comme dans l’État – le citoyen puisse participer à l’exercice de l’autorité. Poursuivant l’analogie avec la politique on pourrait dire que la plupart des structures industrielles ressemblent à une structure coloniale plus ou moins débonnaire – et là se situent les différentes « idéologies patronales » (Bendix) [...]. Si la capacité de prendre des décisions suffit dans les affaires de l’État, des compétences particulières sont indispensables dans l’entreprise. Pour le moins dans de grandes entreprises, l’existence d’un « gouvernement » qualifié et permanent et d’une « opposition également permanente » semble donc – en dehors des opinions qu’on peut avoir en matière politique et sociale – constituer finalement au sens économique du terme, un principe rationnel d’organisation. (Ralf Dahrendorf, 2/1962, p. 166).

36Toujours dans cette rubrique générique du Labor, une autre question essentielle est celle des formes et du niveau du salaire ouvrier, examinée sous différentes dimensions :

- celle du lien entre niveau d’aspiration, statut professionnel et revenu (Maupeou 1/1962) ;
- celle de l’attachement à la sécurité sociale selon le revenu (Reynaud, Catrice-Lorey 1/1960) ;
- celle du marchandage et de la rationalisation (Mottez 3/1960, 3/1962) ;
- celle du lien entre la rémunération au rendement et la motivation ouvrière (Durand 1/1959, Guilbert 2/1960) ;
- celle enfin de l’évolution des formes de salaire (Sellier 3/1964).

  • 21 Sur ces débats voir ce qu’en dit Bunel Jean, « La sociologie, la mensualisation et les relations pr (...)

37Un numéro spécial consacré au salaire au rendement21 fera du reste une large place à une controverse entre Marcel Bolle de Bal et ses détracteurs (cf. encadré ci-dessous).

  • 22 Seuls deux articles étrangers, belge et anglais, portent directement sur ce thème : ceux de John Go (...)
  • 23 Thème qui croise celui de la mobilité sociale évoqué plus haut.

38Pour en terminer avec cette rubrique consacrée au labor, notons la quasi-inexistence d’un sujet qui connaîtra un large développement après 1968, les conflits du travail22 et l’importance accordée, en revanche, à la formation professionnelle ainsi qu’à la promotion dans l’entreprise23. Un numéro spécial, ouvert à des auteurs de la société civile, sous la direction de Jean-Daniel Reynaud (4/1963), sera consacré à ces sujets qui, selon lui, doivent « faire l’objet d’une politique consciente au niveau de l’entreprise comme, à certains égards, au niveau national ». Le politique n’est donc jamais bien loin…

Dispute à plusieurs voix : autour du salaire au rendement (n° 2/1964)
Dans un article intitulé « Crise, mutation et dépassement de la rémunération au rendement », Marcel Bolle de Bal dénonçait la « démystification sociologique (la crise de la rémunération au rendement) », thèse à laquelle la présente revue aurait selon lui « puissamment et utilement contribué » en publiant des contributions de Claude Durand (1/1959), Alfred Willener (1/1960), Christian Dejan (2/1961). Il dit vouloir y opposer une « réalité sociologique » à savoir « la prospérité de la rémunération au rendement ». En raison de l’importance des réactions qu’il a suscitées de la part des auteurs visés, Sociologie du travail s’est transformée en une tribune.
La critique la plus dure est portée par Burkart Lutz et Alfred Willener qui démontent point par point l’argument notamment en remettant en cause sa démarche méthodologique : « Nous ne nous étendrons pas sur l’analyse des statistiques à laquelle s’est livré Bolle de Bal. Il y a nous semble-t-il quelque chose d’artificiel dans ce procédé qui consiste à opposer aux options des experts, des chiffres portant sur des unités considérables à partir de définitions variables et qu’il est difficile de ce fait d’interpréter honnêtement. 

  • 24 Notons que ce numéro spécial ne mettra pas fin à la discussion puisque un numéro ultérieur (3/1964) (...)

Marcel Bolle de Bal ne sortira pas indemne de ces échanges où les impétrants ne manquent pas de souligner la faiblesse empirique et théorique des arguments avancés. Beau joueur, à qui la revue concède le dernier mot, il reconnaîtra le caractère précieux de l’espace de débat ainsi offert : trop souvent les articles et analyses sociologiques ne sont que monologues sans échos. Il convient de féliciter les responsables de la présente revue qui ont aperçu et saisi l’occasion de rompre ce cercle vicieux : même si toutes les contraintes n’ont pu être surmontées, même si le dialogue réel n’a pu s’engager sans quelques hésitations et malentendus, leur initiative n’aura pas été vaine car elle aura probablement permis de déblayer le terrain. Lorsque j’ai accepté de rédiger le document de base, point de départ pour le débat, j’espérais susciter une véritable discussion scientifique. Et de fait, mon article a provoqué des réactions intéressantes, mais dont la vivacité demeure pour moi une source d’étonnement. (Marcel Bolle de Bal, 2/1964, p. 177)24.

Première page de l’article de Burkart Lutz en réponse à Marcel Bolle de Bal, avant qu’il ne soit publié dans les colonnes de Sociologie du travail, retrouvé dans les archives du Cadis, fonds A. Touraine (EHESS).

La visibilité des recherches sur les entreprises et les organisations

39Les structures, les modes de gouvernement, les instances de régulation des organisations en général et des entreprises en particulier retiennent l’attention de nombre d’auteurs autant que les questions d’actualité sociale. La lecture attentive des premiers numéros de la revue invite donc à reconsidérer ces partitions qui s’accompagnent d’une vision de la sociologie du travail « des premiers temps » exclusivement consacrée à l’étude du monde ouvrier, désintéressée des questions organisationnelles. Sous quel angle l’organisation et l’entreprise sont-elles l’objet d’attention sociologique ? Michel Crozier est-il le seul porte-parole des problématiques organisationnelles ?

  • 25 Pour un développement sur ce point voir Rot Gwenaële, Sociologie de l’atelier. Renault, le travail (...)
  • 26 Reynaud Jean-Daniel, « Sociologie de l’entreprise », in Hierche H. (dir.), Les Techniques modernes (...)
  • 27 Voir ses recensions dans L’Année sociologique en 1954.
  • 28 Cf. les travaux de Renaud Sainsaulieu et Denis Segrestin : Sainsaulieu Renaud, Segrestin Denis, « V (...)

40Les fondateurs ont eu maintes occasions de s’expliquer sur le sujet. Les travaux d’Alain Touraine menés aux usines Renault et ses analyses sur les incidences de l’automatisation l’ont sensibilisé, très tôt, à ne plus penser le travail dans l’atelier en termes de logique de poste et à se saisir de l’entreprise comme niveau pertinent d’analyse sociologique25. Jean-Daniel Reynaud dans le Traité de sociologie du travail (1962) et dans un ouvrage édité par H. Hierche26 a lui aussi publié des articles consacrés à l’entreprise27. L’intérêt porté à cette dernière peut se lire également dans les propos d’un représentant de la puissance publique comme Pierre Bize (2/1960), qui dresse un véritable plaidoyer en faveur de la réhabilitation de l’entreprise. Ce plaidoyer évoque celui que l’on retrouvera dans les années 198028, après l’arrivée de la gauche au pouvoir, sous les traits de « l’entreprise institution » :

[La civilisation industrielle qui] a tout d’abord éloigné les hommes de la culture, est en train de leur en rendre le besoin et les moyens. Dans cette civilisation, les entreprises font étroitement corps avec la collectivité humaine dont elles sont parties intégrantes. Elles remplissent des fonctions économiques et sociales – elles assument également une mission culturelle : celle de créer des valeurs morales, intellectuelles, esthétiques même. Ainsi leur existence et leur développement se trouvent-ils définitivement justifiés non pas tellement par leur réussite économique et par l’élévation du niveau de vie qu’elles permettent mais aussi et peut-être même surtout, par les responsabilités grandissantes qu’elles revendiquent dans « le mouvement intellectuel, les théories et les rêves, les ambitions et les modes » où elles retrouvent les valeurs fondamentales de la culture classique. (Pierre Bize, 2/1960, p. 140).

41L’évolution des formes organisationnelles et des dynamiques sociales internes qui les animent (qu’il s’agisse de l’entreprise industrielle, des associations, des administrations) intéresse de nombreux chercheurs. Indéniablement, Michel Crozier est l’un de ceux qui paraît le plus attentif à l’analyse organisationnelle. On le voit dans les articles publiés sur « Les relations de pouvoir dans un système d’organisation bureaucratique » (1/1960) et « La pratique du commandement en milieu administratif » (1/1961) (avec B. Pradier) qui annoncent les thèses qu’il défendra dans Le Phénomène bureaucratique. Cet intérêt pour les modes de gouvernement des administrations mais aussi des entreprises se trouve aussi dans ses notes critiques sur la littérature anglo-saxone :

Notes critiques :
« Quelques études récentes sur le monde des employés de bureau », 2/1960, p. 175-182.
« Quelques développements récents des recherches théoriques sur les organisations », 2/1961, p. 182-185 ;
« De l’étude des “relations humaines” à l’étude des systèmes de pouvoir », 1/1961.

  • 29 Chapitre 2, deuxième partie, « L’organisation professionnelle de l’entreprise » ; chapitre 12, « Po (...)

42Mais il est loin d’être le seul à investir des problématiques « organisationnelles ». C’est ainsi qu’Alain Touraine (1/1959), dans le premier numéro de la revue, publie un article intitulé « Entreprise et bureaucratie ». Il propose un survey de la sociologie américaine où l’on voit l’apport de tous les grands analystes de la bureaucratie (Peter Blau, Robert Merton, Alvin Gouldner, William Foot Whyte, Philip Selznick) qui représentent des auteurs de référence et d’inspiration pour Michel Crozier. Cet intérêt se retrouvera d’ailleurs dans le Traité de sociologie du travail29 et aussi dans les travaux de certains de ses disciples comme Bernard Mottez, ou Pierre Bernard (4/1962) qui, s’appuyant sur les recherches d’Alain Touraine, rapporte ainsi cette définition :

Si l’on se détache de l’analyse menée en termes de relations humaines on peut considérer l’entreprise comme un rapport entre un système technique, un système d’organisation et un système de pouvoir ou pour reprendre une formule d’Alain Touraine, « comme un ensemble cohérent de moyens matériels permettant de passer d’une intention économique à une réalisation technique. » (Pierre Bernard, 4/1962, p. 350).

43Robert Pagès (1/1963), un psychosociologue s’interrogeant sur « la finalité des organisations » dont il se demande si elle est « assimilable à celle des machines ou des organismes », contribue aux réflexions sur l’évolution des formes organisationnelles et à la problématique des frontières organisationnelles (4/1965).

44Les articles étrangers publiés dans la revue sont aussi un bon indice de cet intérêt. Ici les textes français et étrangers se répondent et s’articulent étroitement. À travers ces articles il est d’ailleurs significatif de voir l’effort de dénomination déployé pour définir l’entreprise. Celle-ci n’est pas vue comme un univers de consensus, mais comme une institution en tension, ouverte sur l’extérieur : « l’autarcie sociale » ne serait qu’un vœux utopique, écrit Fürstenberg (1/1961), inscrit dans un processus de transformation dont la légitimité n’est jamais donnée d’avance. C’est une représentation résolument dynamique qui se dégage de ces communications même lorsqu’elles partagent des perspectives d’analyse aussi diverses que celles proposées par Fürstenberg (1/1961), Ralf Darhendorf (2/1962), Tom Burns (3/1962) ou encore Fred H. Goldner (4/1965) dont les vues étonnamment modernes sur la « responsabilité sociale de l’entreprise » méritent reproduction :

De même que la société tend à ressembler de plus en plus à une grande organisation, de même les organisations se rapprochent-elles de plus en plus des sociétés. Le déclin de la propriété, le rôle accru du gouvernement et le souci plus poussé de la responsabilité sociale font que les frontières de la corporation deviennent moins claires. En outre celle-ci tend à obéir à une pluralité d’objectifs. Le simple but du profit n’est plus opérationnel… Du fait qu’elles revêtent désormais le caractère d’institution, le profit s’inscrit dans une perspective à long terme. Plus la structure de l’organisation apparaît à nos yeux comme orientée vers une pluralité de buts, plus il devient difficile de définir ses frontières à la lumière de l’objectif visé. La pluralité d’objectifs se reflète aussi dans le système pluraliste de compétition qui oppose les groupes à l’intérieur de l’organisation. Celle-ci devient de moins en moins hiérarchie. Les rapports entre les managers s’établissent davantage d’après les lignes horizontales que d’après des lignes verticales. C’est dans ce domaine que nous avons un besoin urgent de multiplier les recherches. Le changement ne consiste pas seulement en ceci que le système d’autorité fondé sur la hiérarchie est en conflit avec le système fondé sur l’expertise mais dans le fait que les relations entre les managers ne s’inscrivent plus dans une structure d’autorité vraiment claire et précise. Il y a moins de conflits entre les fonctionnels et les hiérarchiques parce que la ligne hiérarchique semble en voie de disparition, ce qui contribue le plus à affaiblir les règles du jeu associées à l’autorité et la difficulté croissante que le sommet de la pyramide éprouve à se légitimer [...] l’effort de légitimation se retrouve désormais vers l’intérieur de l’entreprise. (Fred H. Goldner, 4/1965, p. 345).

  • 30 Voir par exemple Robert Pagès : « Or, en matière d’organisation et pour les interventions qui nous (...)

45Derrière la diversité de ces analyses, on retiendra quelques « acquis » qui permettent de dégager un fonds commun concernant la représentation des organisations et des entreprises. Celles-ci sont reconnues comme des univers dont les modes de fonctionnement peuvent difficilement faire l’objet d’une analyse causale simple. Cette complexité30 est à rattacher aux marges de manœuvre de ceux qui la composent (comme les contremaîtres de Chapuis et al., 1/1960), à la pluralité des intérêts existants (Crozier) ou des « aspirations à la mobilité » (Touraine). Ces caractéristiques supposent de placer l’échelle d’analyse sociologique non pas simplement au niveau du système de relations sociales mais de porter l’attention aussi aux différentes instances de décision, à la structure d’ensemble de l’entreprise, donc aux formes organisationnelles qui la caractérisent ainsi qu’aux techniques productives qui y sont employées.

Absences et présences discrètes

46Sociologie du travail couvre-t-elle à l’époque la production disponible relevant de cette jeune discipline ? Dans l’ensemble, oui. Les « exceptions » peuvent s’interpréter comme la marque de certains rattachements institutionnels. Ainsi, même si les sociologues du travail sont toujours « distribués » autour de plusieurs espaces de publication, les chercheurs du CES qui ne menaient pas de recherche pour l’ISST ont prioritairement livré leurs articles à la Revue française de sociologie, et quelques-uns d’entre eux n’ont pas publié dans Sociologie du travail sur cette période. C’est le cas d’Ida Berger (les institutrices), Jacqueline Frisch-Gauthier, Vivianne Isambert Jamati (le travail à l’usine), Raymond Ledrut (le chômage).

47Deux « absences » plus importantes aisées à repérer s’expliquent également par une division du travail éditorial entre des revues contemporaines.

  • 31 Pierre Naville, « Vers l’automatisme social », in Revue française de sociologie, n° 3, 1960, p. 275 (...)

48Premier exemple : les travaux menés sur l’automation par Pierre Naville et son équipe, réalisés, entre 1958 et 1960, dans différents secteurs industriels (chimie, pétrole, mécanique, textile, imprimerie), n’ont donné lieu qu’à une seule publication dans les colonnes de Sociologie du travail (Naville et Palierne 3/1960). Aussi, compte tenu de l’ampleur de l’étude, on peut estimer que celle-ci est sous-représentée dans la revue. Cette situation s’explique là encore aisément par le fait, comme l’a rappelé Jean-René Tréanton dans son entretien, que Pierre Naville avait créé, en 1957, sa propre revue, les Cahiers d’étude de l’automation, dans laquelle des résultats de cette enquête ont été publiés. Autre explication : on peut également penser que cette recherche, qui n’avait pas été réalisée dans le cadre de l’ISST, « obligeait » moins Naville vis-à-vis de Sociologie du travail. Membre du comité de patronage de la Revue française de sociologie il avait ensuite privilégié celle-ci pour publier un article annonçant son ouvrage, Vers l’automatisme social31 ? publié chez Gallimard en 1963.

Où publiaient les « navilliens » ?
Rolle Pierre, « Norme et chronométrage dans le salaire au rendement », in Cahiers d’étude des sociétés industrielles et de l’automation, n° 4, 1962,
Rolle Pierre, « Les ouvriers et la médecine du travail », in Revue française de sociologie, vol. 3, n° 3, 1962.
Grossin William, « Temps machine et temps homme. Quelques résultats d’une enquête sur l’automation » et « L’opinion des chefs d’établissements sur l’intérêt de l’automation dans la construction mécanique et électrique », in Cahiers d’étude des sociétés industrielles et de l’automation, n° 4, 1962.
BARRIERChristiane, « Production en continu, répartition des tâches et adaptabilité de l’entreprise », in Cahiers d’étude de l’automation et des sociétés industrielles, n° 3, 1962.
Lahalle Dominique et Lowit-Fratellini Nicole, « Les attitudes ouvrières en face du progrès technique et de la productivité », in Cahiers d’étude de l’automation et des sociétés industrielles, n° 3, 1962.
Lahalle Dominique, « Problèmes du syndicalisme ouvrier. Observations faites au cours d’une enquête sociologique dans l’industrie textile du Nord », in Revue française de sociologie, vol. 3, n° 2, 1962.

49Il n’en reste pas moins que Sociologie du travail a rendu compte de ces recherches sur l’automation en signalant la parution des différents numéros des Cahiers d’étude de l’automation et des sociétés industrielles (Tréanton 1/1959, p. 89 ; Durand 3/1962, p. 292), sans oublier les recensions des ouvrages de sociologie du travail de Pierre Naville par Alain Touraine.

  • 32 Pour une analyse par Henri Mendras lui-même voir Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souveni (...)
  • 33 Un numéro spécial sera d’ailleurs consacré à la sociologie rurale en 1965.
  • 34 Pour un bilan sur les recherches menées en sociologie rurale au début des années soixante voir la R (...)
  • 35 Bourdieu Pierre, « Célibat et condition paysanne », op. cit. p. 32-135.

50Second exemple. Si les sociologues concernés s’intéressent bien à des travailleurs variés, on notera toutefois, qu’à l’exception des travaux d’Alain Touraine sur la mobilité des ouvriers d’origine agricole, l’évolution du travail agricole en France (qui représente encore 20 % de la population active) est un sujet important mais peu présent dans les colonnes de la revue. Cette discrétion est moins la manifestation d’un désintérêt sociologique pour ce secteur que le corollaire des découpages institutionnels. Les recherches sur l’agriculture ont été principalement regroupées autour d’Henri Mendras32 et trouvent d’autres espaces de publication, en particulier dans la Revue française de sociologie dont Mendras est l’un des membre du comité de rédaction33 et dans la jeune revue Études rurales, crée en 196034, celle-là même où Pierre Bourdieu publie son long article sur sa recherche sur les paysans du Béarn35.

51Si la revue couvre donc en grande partie – à quelques exceptions près, dues à la division du travail éditorial – la production « disponible », elle est en revanche loin de couvrir l’ensemble des sujets potentiels relatifs au travail et surtout aux « communautés humaines réunies à son occasion » (Friedmann) durant la période. Deux exemples seulement. Le premier souligne la distance observée dans la revue par rapport à l’actualité. Les thèmes trop « chauds » lui échappent. Ainsi, les conflits sociaux et tout spécialement les grèves des mineurs de Decazeville (1961-1962), déclenchées suite à la décision du ministre de l’Économie de fermer ce bassin minier ne fera l’objet d’aucun article. Ce silence est justifié en ces termes par Alain Touraine, lors d’un colloque organisé à Lille en 1963, en réponse à la question de savoir si les sociologues se sont « intéressés à l’étude de ce conflit » :

  • 36 Touraine Alain, « Discussion », in Charbon et sciences humaines. Industrie et artisanat, Trenard Lo (...)

Non, à ma connaissance. Il y a seulement des études, disons journalistiques, qui peuvent être d’un grand intérêt d’ailleurs [...]. Vous soulevez un problème d’organisation ; en somme, faut-il ou ne faut-il pas suivre l’actualité ? Faut-il ou ne faut-il pas avoir des équipes volantes d’intervention ? Ceci est relativement difficile. On ne peut pas appeler les pompiers à la veille de l’incendie36.

  • 37 Maryse Tripier dans son article « passe de 60 à 80 % ». Tripier Maryse, « Concurrence et différence (...)
  • 38 Mottez Bernard, « Avant-propos du numéro spécial sur les travailleurs immigrés », in Sociologie du (...)

52Le second exemple, celui des travailleurs immigrés, confirme que tout « sujet » a une histoire et que la visibilité des travailleurs étrangers dépendra en grande partie de leur participation aux luttes et à leurs rapports avec les syndicats ouvriers. Bien que leur présence soit déjà massive dans les années soixante dans les emplois non qualifiés de l’automobile37, du bâtiment, de la sidérurgie, il faudra attendre 1972 et l’apparition des travailleurs immigrés comme « acteurs autonomes, leurs luttes comme travailleurs immigrés38 », pour que la revue consacre à ce sujet un numéro spécial :

La presse quotidienne, la presse politique, celle des partis et des syndicats, la radio et la télévision ont en effet consacré aux travailleurs immigrés depuis quelques années plus de colonnes et d’heures d’antenne qu’elles ne leur avaient consacrées auparavant pendant vingt ans peut-être. Un inventaire des articles, mémoires de thèse et ouvrages consacrés au même problème de 1945 à 1968 est vite dressé. (Mottez Bernard, avant-propos numéro spécial sur les travailleurs immigrés, Sociologie du travail, n° 3/1972 p. 257).

53On voit que certains sujets spécifiques, qui font l’objet de débats de société, n’ont pas eu d’écho direct dans la revue : ils ont été publiés ailleurs, parfois avec la contribution des fondateurs ou d’auteurs de la revue : sur le loisir (Esprit, juin 1959) ; sur la « nouvelle » classe ouvrière (Arguments, 1959) ; sur la place du travail des femmes (Esprit, mai 1961), même si, grâce aux contributions de Madeleine Guilbert, Sociologie du travail n’a pas fait l’impasse sur le travail des femmes. Et qu’en est-il des auteures ?

Les femmes dans Sociologie du travail

  • 39 Alors que dans les années d’après guerre, les universités restent particulièrement fermées aux ense (...)

54Même si elles restent très minoritaires (15 % des chercheurs qui écrivent dans Sociologie du travail sont des femmes), les femmes ne sont donc pas absentes39. Qui sont-elles durant la période étudiée ? Odile Benoît (2/1960 ; 1962), Antoinette Catrice-Lorey, Madeleine Guilbert (2/1960 ; 1/1964), Janine Larue (1/963), Nicole Lowitt, Monique Roussel (1/1964), Nicole de Maupeou (1/1960 ; 1/1962), Jeanne Parodi (3/1964). La majorité d’entre elles sont chercheuses titulaires ou contractuelles au CES et/ou à l’ISST. Sur quoi travaillent-elles ? Les assurés de la sécurité sociale (Antoinette Catrice-Lorey), les jeunes ouvriers (Nicole Meaupeou), les ouvriers et ouvrières agricoles (Orietta Raggazi), les pratiques d’embauche (Guilbert, Lowitt, Roussel 1/1964), l’action syndicale (Jeanne Parodi), les loisirs ouvriers (Janine Larue). On le voit il n’y a pas à proprement parler de spécialisation par « genre ». Toutes les chercheuses sont-elles représentées dans les colonnes de la revue ? Pas tout à fait : Vivianne Isambert, Claudine Marenco, Jacqueline Frisch-Gauthier, Ida Berger publieront ailleurs (Revue française de sociologie, Cahiers d’étude de l’automation, Revue française du travail).

Madeleine Guilbert, une femme qui travaille sur les femmes
Parmi les auteurs de Sociologie du travail Madeleine Guilbert se détache à plus d’un titre. L’attention portée à son parcours et à ses travaux publiés sur la période illustre le caractère aussi exceptionnel qu’emblématique de cet itinéraire de femme pionnière.
On l’a vu, la plupart des chercheuses publiant dans Sociologie du travail ne sont pas spécialisée dans les travaux sur les femmes. L’une d’entre elle fait exception : Madeleine Guilbert à qui l’on doit les premières enquêtes de sociologie du travail s’intéressant au travail des femmes dans l’industrie.
Née en 1910 elle n’appartient pas tout à fait à la génération des fondateurs. Membre du Parti communiste, ancienne résistante, elle est de 10 ans leur aînée. Trop éloignée d’eux en terme de trajectoire, d’affinités politique, d’âge, (de sexe ?), pour faire partie du nouveau groupe, elle n’en demeure pas moins une fidèle contributrice à Sociologie du travail puisqu’elle apporte sur la période plusieurs articles.
Diplômée de philosophie elle devient tout d’abord enseignante. Après la guerre elle entre comme chargée de mission au Centre d’études et de statistiques du ministère du Travail où le ministre communiste Ambroise Croisat lance les premières études sur le travail des femmes. Madeleine Guilbert publie alors ses premières études dans la Revue française du travail.
Guilbert Madeleine, « Le travail des femmes », in Revue française du travail, n° 8, novembre 1946, p. 663-670.
Guilbert Madeleine, « Compte rendu d’une enquête sur les conditions de vie de la femme salariée dans la région parisienne », in Revue française du travail, n° 9, décembre 1946, p. 790-803.
Guilbert Madeleine, « L’évolution des effectifs du travail féminin en France depuis 1946 », in Revue française du travail, n° 18, septembre 1947, p. 754-777.
En 1950, elle entre au Centre d’études sociologiques, où l’on trouve comme chargées de recherche Marie Josée Chombart de Lauwe, Vivianne Isambert-Jamati (avec qui elle réalisera des recherches), Andrée Michel, Germaine Tillion, qui mèneront elles aussi des travaux sur les femmes.
Avant de soutenir, en 1966, sa thèse principale de doctorat sur « Les fonctions des femmes dans l’industrie » et à sa thèse complémentaire sur « Les femmes et l’organisation syndicale (période 1895-1914) » elle apporta trois contributions à Sociologie du travail :
Guilbert Madeleine « Rémunération au temps et rémunération au rendement. Étude dans les industries des métaux de la région parisienne », in Sociologie du travail 2/1960, p. 107-121.
Guilbert Madeleine « Les mouvements du personnel dans quelques industries de la région parisienne », in Sociologie du travail, 4/1962, p. 45-59.
Guilbert Madeleine, Lowit Nicole, Roussel Monique, « La pratique de l’embauche dans quelques industries de la région parisienne », in Sociologie du travail, 1/1964, p. 39-62.
Outre ces trois articles elle en publiera autant dans la Revue française de sociologie ainsi qu’un chapitre du Traité de sociologie du travail :
Guilbert Madeleine et Isambert-Jamati Vivianne, « La répartition par sexe », in Traité de sociologie du travail, t. 1, 1961, p. 266-282.
Guilbert Madeleine, « Les modes de recrutement de la main d’oeuvre dans quelques industries de la région parisienne », in Revue française de sociologie, vol. 3, n° 1, 1962, p. 37-54.
Guilbert Madeleine, Lowit Nicole, Creusen Joseph, « Problèmes de méthode pour une enquête de budget-temps. Les cumuls d’opération », in Revue française de sociologie, vol. 6, n° 3, 1965, 6, p. 325-335.
D’autres revues lui ouvriront également leurs colonnes :
Guilbert Madeleine et Isambert-Jamati Viviane, « Une étude de biographies professionnelles. Formation et carrière professionnelles de 1 000 jeunes femmes de la région parisienne », in Population, vol 13, 1958, p. 646-662.
Guilbert Madeleine, « Quelques aspects actuels des problèmes du travail féminin », in Journal de Psychologie normale et pathologique, 54, 1957, p. 35-50.
Guilbert Madeleine, « Les problèmes du travail industriel des femmes et l’évolution des techniques », in Le Mouvement social, n° 61, 1967, p. 33-46.
Guilbert Madeleine et Isambert-Jamati Vivianne, « Étude de psychosociologie du travail », in Bulletin du CERP, 7, 1958, p. 107-156.
Munie de son doctorat, Madeleine Guilbert continua ses travaux et enseigna la sociologie à l’université Rabelais de Tours de 1969 à 1979.

***

55Essayons, pour terminer ce passage en revue, de relever ce qui fait la spécificité de Sociologie du travail au cours de ses premières années. Revue d’un objet ou d’une discipline ? D’une institution, d’une école ou d’une personnalité ?

56Plusieurs traits imbriqués forment sa « marque de fabrique », par rapport à l’ensemble des revues de sciences sociales de l’époque : son centrage, son mode de direction et son autonomie institutionnelle.

57Sociologie du travail est la revue d’une discipline, mais son originalité tient à sa focalisation sur un objet, qui s’affiche, nous l’avons vu, davantage sous l’angle du Labor que de celui du Work : les contours d’une sous-spécialisation en découlent. À cet égard, elle ressemble, par la ligne éditoriale qui lui a été donnée, à d’autres revues qui comme elle croisent ces deux entrées – à savoir une discipline et un objet – comme Le Mouvement social qui a construit son noyau dur éditorial autour du travail ouvrier et de l’histoire ou encore les Archives de sociologie des religions.

58Cette tension entre une discipline naissante et un objet incontournable fait sa force. L’objet travail jouit, dans cette société industrielle de la fin des années cinquante, d’un statut privilégié. Après les faits sociaux à caractère religieux, juridique, économique, moral, sujets qui parcourent les sommaires de L’Année sociologique, animée par Durkheim, c’est désormais sur le travail au sens large qu’il faut compter pour trouver explication. Cette position que résume la formule de la « centralité du travail » a plusieurs avantages : elle assure à la revue une identité durable, une vocation généraliste tout en lui tenant lieu de théorie sociologique. Désormais prométhéenne, la société moderne « est » ce qu’elle « fait ». Savoir où elle va, ce qu’elle sera, suppose donc d’analyser, sociologiquement, ce « faire ». Telle est la ligne que suivent les fondateurs et qui se traduira par une sociologie de l’action à plusieurs voix, plus que par une sociologie des forces productives. Revue d’une génération montante, prenant en charge un objet polymorphe mais nettement ciblé, elle a su trouver sa « niche » dans un paysage éditorial en pleine recomposition.

59Sociologie du travail prend place, en fait, dans un « entre-deux », entre les revues qui privilégient l’objet sur la discipline et celles, plus nombreuses à cette époque de renouvellement des sciences sociales, qui se définissent avant tout par la discipline. Ainsi la Revue française de sociologie (1960) opte pour la carte de la disciplinarité (la sociologie) sans condition d’objet. On retrouve ce choix aux Annales (1946), à la Revue française de science politique (1951) ou à la Revue économique (1951). Toutes ces revues semblent partager une même orientation et en tout cas une fonction éditoriale commune : s’afficher comme revue-étendard d’une discipline qu’elles ont pour vocation de représenter et de promouvoir, tout en assurant les conditions d’un dialogue interdisciplinaire nourri.

60Comme Sociologie du travail, elles se sont d’ailleurs toutes dotées de comités de « rédaction », de « direction » ou de « parrainage » : Lucien Febvre, Fernand Braudel, Georges Friedmann, Charles Morazé pour les Annales ; Raymond Aron, Jacques Chapsal, Jean-Jacques Chevallier, François Goguel, Maurice Duverger, Jean Stoetzel pour la Revue française de science politique ; Georges Davy, Gabriel Lebras, Raymond Aron, Georges Friedmann, Georges Gurvitch, Michel Lejeune, Henri Levy-Bruhl, Pierre Naville pour le « Comité de patronage » de la Revue française de sociologie ; Albert Aftalion, Fernand Braudel, Ernest Labrousse, Jean Lhomme, Jean Marchal pour la Revue économique, etc.

61Autre formule moins fréquente, l’ancrage transdisciplinaire autour d’un objet : ce fut le cas par exemple de Population, de même qu’Études rurales dont « l’étude scientifique des campagnes » constitue la colonne vertébrale et le point fédérateur, choix qui implique l’apport conjugué de l’ensemble des sciences sociales.

  • 40 Burguière André, L’École des Annales, une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2005.

62Sociologie du travail se distingue encore de ses cousines sur un autre point : sa direction collégiale. Elle n’est ni une revue « d’école » (comme les Annales)40, ni une revue d’un seul homme, situation plus fréquent à l’époque – on peut citer Gurvitch pour les Cahiers internationaux de sociologie, Alfred Sauvy pour Population, Pierre Naville pour les Cahiers de l’automation, ni la revue d’un tandem (comme celui de Marc Bloch et Lucien Febvre). Mais elle n’est pas non plus la revue d’une institution comme Population, émanation de l’INED, L’Année psychologique issue du Laboratoire de psychologie-physiologie de la Sorbonne, ou encore la Revue française du travail (ministère du Travail).

63Ces différents aspects forment un tout. C’est parce qu’elle était tenue par un jeune quatuor composé de personnalités multiples que Sociologie du travail n’a pas été, ne pouvait pas être, une revue d’école comme le deviendront les Actes de la recherche, revue fondée par Pierre Bourdieu. Ni tout à fait installés, ni vraiment « consacrés », les membres du quatuor avaient opté pour un pacte contraire à cette formule : le partenariat volontaire. La revue ne pouvait être qu’une affaire d’équipe. Il est une autre raison à cet esprit collégial de la revue. Elle est liée à cette conviction partagée par les fondateurs que la sociologie du travail peut et doit être une science pour l’action. Tout en servant de tremplin pour publier leurs travaux et ceux de leurs pairs, de tribune pour discuter et défendre leurs thèses, la revue qu’ils dirigeaient est aussi un support offert à la discipline. Ce faisant ils oeuvrent à sa constitution. Mais la revue doit rester, à leurs yeux, un instrument au service d’une collectivité large : la communauté des chercheurs, mais surtout celle, beaucoup moins étroite, des acteurs de la société civile que les sociologues rêvaient d’éclairer. Fidèle à cette mission essentielle – la diffusion des connaissances empiriques issues des résultats de la recherche – la revue servira moins à expliquer, à interpréter le monde ou à promouvoir une école de pensée, qu’à le décrire (et le servir, si possible). C’est en dehors du cadre de la revue et après l’avoir quittée que deux des fondateurs, Alain Touraine et Michel Crozier, feront « école ».

Notes

1 Dont le secteur est clairement identifiable.

2 Cf. notamment la note critique que Jean-Daniel Reynaud consacre à Peter Drucker (3/1960), ainsi que les comptes rendus de Jacques Lautmann sur les ouvrages de Granick David, Les Entreprises européennes : par qui et comment sont elles dirigées ? Paris, Les Éditions d’organisation, n° 1/1965 p. 107-108 et de Allen A. Louis, Le Métier de directeur, Paris, Les Éditions d’organisation, 1/1965, p. 108-109.

3 Touraine Alain et Ragazzi Orietta, Ouvriers d’origine agricole, Paris, Éditions du Seuil, 1961. Ce livre est le premier publié par le LSI.

4 Pour un compte rendu de l’ouvrage dans Sociologie du travail, voir la note de Lucien Karpik (3/1961, p. 297-298).

5 C’est dans les termes suivants que Jean-Daniel Reynaud a tenu à le rappeler : « [cette notion] introduisait à cette date deux inflexions essentielles dans la recherche sociologique. D’une part, elle obligeait à respecter ce qui est le plus important dans l’individualisme méthodologique : l’exigence d’expliquer les faits sociaux non par des causalités obscures mais comme des actions. De l’autre […] leur intérêt était non d’expliquer comment des individus réagissent à une situation comme une bille frappe une bille, mais de mettre au premier plan de l’intelligence des faits la signification que ces individus donnent à cette situation ». (Courrier, op. cit. du 9 juillet 2008).

6 On pense par exemple au conflit social déclenché fin 1961 suite à l’annonce de la fermeture du bassin minier de Decazeville.

7 CFDT, Les Dégâts du progrès, Paris, Éditions du Seuil, 1977.

8 Martin Olivier et Vannier Patricia, « La Sociologie française après 1945 : places et rôles des méthodes issues de la psychologie », in Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 6, 2002, p. 118.

9 Sur la notion d’attitude voir Stoetzel Jean, « La Psychologie sociale et la théorie des attitudes », in Annales sociologiques, Série A, fasc.4, 1941, p. 1-24 ; Stoetzel Jean, « La Conception actuelle de la notion d’attitude en psychologie sociale », in Bulletin de psychologie, n° 16, 1963, p. 1003-1009. Voir également le chapitre III du Traité de Psychologie sociale de Roger Daval et al., op. cit., consacré aux échelles d’attitudes, p. 192-342. Pour une analyse critique, Blumer Herbert, « Attitudes and the Social Act », in Social Problems, vol. 3, n° 2, p. 59-65. 1955 (travaux cités par Jean-Michel Chapoulie dans son introduction à l’ouvrage de Donald Roy). Roy Donald, Un sociologue à l’usine, Paris, La Découverte, « Grands classiques », 2006.

10 C’est ainsi que Lucien Karpik (2/1966) fait un détour par l’urbanisation pour explorer la question de la satisfaction au travail.

11 Le choix des rubriques qui servent à classer par thème les articles dans les tables ont évolué à travers les âges. Ces nomenclatures mériteraient une analyse en soi. On se reportera avec intérêt aux Tables de la revue qui couvrent la période 1959-1999. Sur ces 40 années de la parution on peut en effet suivre les naissances et les disparitions de ces catégories au gré des périodes. La comparaison entre la période qui englobe celle qui nous occupe ici (1959-1972) et la suivante qui couvre les années 1973-1979 fait apparaître quelques disparitions significatives, évolutions qui ont marqué la revue au début des années 1970. Parmi les disparitions on trouve : « Bureaucratie », « Innovation », « Patronat », « Intervention », « Problèmes de la jeunesse » tandis qu’aucune nouvelle rubrique n’est créée.

12 Le choix de ce titre et le développement qui va suivre doivent beaucoup à nos discussions avec François Vatin, à la suite de son commentaire d’une première version de notre manuscrit.

13 Bravermann Harry, Travail et capitalisme monopoliste, Paris, Maspero, 1976.

14 « Le fait que le mot “travail” en français couvre à la fois “work” et “labor” ne révèle pas seulement une ambiguïté : le travail ainsi désigné est défini dans un ensemble collectif » précisera-t-il à la relecture de cet entretien (courrier du 9 juillet 2008).

15 Pour une analyse plus globale de la place de l’activité dans la discipline, nous renvoyons à Bidet Alexandra, « Le travail et sa sociologie au prisme de l’activité », in Sociologie du travail et activité, BIDETAlexandra (dir.), Borzeix Anni, Pillon Thierry, Rot Gwenaële, Vatin François, Toulouse, Octarès, 2006, p. 32-35.

16 Sainsaulieu Renaud, L’Identité au travail, Paris, Presses de la FNSP, 1977.

17 Crozier Michel, « Terre de commandement », in Esprit, décembre 1957, op. cit.

18 Winock Michel, « Esprit », des intellectuels dans la cité (1930-1950), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 400.

19 Grémion Pierre, L’Intelligence de l’anticommunisme. Le congrès pour la liberté de la culture à Paris (1950-1975), Paris, Fayard, 1995, p. 350.

20 Ralf Dahrendorf (1929-2009), auteur de Classes et conflits de classes dans la société industrielle, publié en allemand en 1957. Ce sociologue d’origine allemande avait étudié dans les années 1950 les rapports d’autorité et l’inégale distribution des rôles de commandement et de subordination pour rendre compte des conflits de classe. Son ouvrage fut publié en 1972 mais Sociologie du travail fit connaitre ses travaux à un public français avant l’heure. Il devint un sociologue de notoriété internationale, fut le directeur de la London School of Economics (1974-1984), et homme politique européen.

21 Sur ces débats voir ce qu’en dit Bunel Jean, « La sociologie, la mensualisation et les relations professionnelles », in Variations autour de la régulation sociale, op.cit., p. 107-113. Sources de ces recherches : rapports de recherche de Burkart Lutz et Alfred Willener, Niveau de mécanisation et mode de rémunération, Luxembourg, CECA, 1960 ; Dofny Jacques, Travail, technique et mode de rémunération, Luxembourg, CECA, 1962 ; Bolle De Bal Marcel, Dejan Christian, Évolution des modes de liaison des salaires à la production, Luxembourg, CECA, 1963.

22 Seuls deux articles étrangers, belge et anglais, portent directement sur ce thème : ceux de John Goldthorpe (1/1961) et de Maurice Chaumont (2/1962).

23 Thème qui croise celui de la mobilité sociale évoqué plus haut.

24 Notons que ce numéro spécial ne mettra pas fin à la discussion puisque un numéro ultérieur (3/1964) sur « Le point de vue d’un économiste sur ce problème » (François Sellier) sera présenté pour infirmer une nouvelle fois les thèses de Bolle de Bal.

25 Pour un développement sur ce point voir Rot Gwenaële, Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier et le sociologue, op. cit., p. 14-20.

26 Reynaud Jean-Daniel, « Sociologie de l’entreprise », in Hierche H. (dir.), Les Techniques modernes de gestion des entreprises, Paris, Dunod, 1962, p. 218-234.

27 Voir ses recensions dans L’Année sociologique en 1954.

28 Cf. les travaux de Renaud Sainsaulieu et Denis Segrestin : Sainsaulieu Renaud, Segrestin Denis, « Vers une théorie sociologique de l’entreprise » in Sociologie du travail, vol. 28, n° 3, 1986, p. 335-352 ; puis ultérieurement ceux de Christian Thuderoz : Thuderoz Christian, Sociologie des entreprises, Paris, La Découverte, 1997.

29 Chapitre 2, deuxième partie, « L’organisation professionnelle de l’entreprise » ; chapitre 12, « Pouvoir et décision dans l’entreprise », op. cit.

30 Voir par exemple Robert Pagès : « Or, en matière d’organisation et pour les interventions qui nous concernent, l’établissement d’un modèle formel est souvent aisé, mais l’optimisation réelle est complexe à cause de la complexité même des objectifs ou des fins auxquels elle se réfère » (Robert Pagès, 1/1963, p. 66).

31 Pierre Naville, « Vers l’automatisme social », in Revue française de sociologie, n° 3, 1960, p. 275- 285. Pour une présentation de cet article et des recherches qui lui sont associées voir Rot Gwenaële et Vatin François, « Pierre Naville de l’automation industrielle à l’automatisme social », in Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, op. cit., 2007. Sur la période étudiée, Naville avait publié deux autres articles dans la Revue française de sociologie : l’un sur la guerre (2/1961) l’autre sur l’audiovisuel (2/1966).

32 Pour une analyse par Henri Mendras lui-même voir Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souvenir d’un vieux mandarin, Paris, Actes Sud, 1995 ; Mendras Henri « L’invention de la paysannerie : un moment de l’histoire de la sociologie française d’après-guerre », in Revue française de sociologie, vol. 41, n° 3, 2000, p. 539-552.

33 Un numéro spécial sera d’ailleurs consacré à la sociologie rurale en 1965.

34 Pour un bilan sur les recherches menées en sociologie rurale au début des années soixante voir la Revue française de sociologie, vol. III, n° 1, 1963, p. 65, vol. VII, 1965, et L’Année sociologique, vol. X, 1963, p. 285-314.

35 Bourdieu Pierre, « Célibat et condition paysanne », op. cit. p. 32-135.

36 Touraine Alain, « Discussion », in Charbon et sciences humaines. Industrie et artisanat, Trenard Louis (dir.), mai 1963, Actes du colloque organisé par la Faculté des lettres de l’université de Lille, mai 1963, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1966.

37 Maryse Tripier dans son article « passe de 60 à 80 % ». Tripier Maryse, « Concurrence et différence ; les problèmes posés au syndicalisme ouvrier par les travailleurs immigrés », in Sociologie du travail, n° 3/1972, p. 335.

38 Mottez Bernard, « Avant-propos du numéro spécial sur les travailleurs immigrés », in Sociologie du travail, n° 3/1972.

39 Alors que dans les années d’après guerre, les universités restent particulièrement fermées aux enseignantes, le CNRS offre d’avantage de perspectives. En effet, « l’institution récente, ne dispose pas encore du prestige et de l’assurance de carrières rémunératrices qui assureraient un monopole masculin » (Chaperon Sylvie, « Une génération d’intellectuels dans le sillage de Simone de Beauvoir », in Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 13, 2000, p. 99-116).

40 Burguière André, L’École des Annales, une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2005.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende 2. La base documentaire est cette fois un peu plus large : elle intègre aux articles issus d’enquêtes de terrain françaises, des recherches qui reposent sur d’autres types de sources documentaires (démographiques, statistiques…).3. Remi Clignet et Philip Foster proposent par ailleurs une enquête en Côte-d’Ivoire sur les employés de bureau dans le 2/1965.4. François Bourricaud qui apporte sa contribution à la revue (3/1961) dans un article consacré au « Malaise patronal » avait été un précurseur en la matière avec un article remarqué publié dans une revue d’économie : Bourricaud François, « Contribution à la sociologie du chef d’entreprise : le “Jeune Patron” tel qu’il se voit et tel qu’il voudrait être », in Revue économique, n° 6, novembre 1958, p. 896-911.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search