Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Troisième partie. Passage en revue

Travail, terrain, empirie

Texte intégral

La sociologie du travail naissante, telle que celle-ci se livre dans les colonnes de cette revue, ne correspond que d’assez loin à certaines représentations qui continuent encore aujourd’hui à circuler. Prenons quelques exemples pour les discuter et notamment celle de l’image d’Épinal bien connue : la sociologie du travail française, à ses débuts, aurait été étroitement focalisée sur la figure centrale de l’ouvrier, lui-même à son poste, dans son atelier. Cette image ne rend pas justice à l’ampleur de la curiosité sociologique dont témoigne la revue à ses origines et empêche de voir d’où nous venons.

  • 1 Monjardet Dominique, « À la recherche des fondateurs : les traités de sociologie du travail », in L (...)
  • 2 Tripier Pierre, Rapport sur le développement de la sociologie du travail, préparé pour le PIRT-TEM, (...)
  • 3 Lallement Michel, « Du travail à l’emploi, de l’organisation à l’entreprise : un double tournant pr (...)
  • 4 Thuderoz Christian, Sociologie des entreprises, Paris, La Découverte, « Repères », 1997, p. 7
  • 5 Erbès-Seguin Sabine, Sociologie du travail, Paris, La Découverte, « Repères », 1999.
  • 6 Prost Antoine, « Qu’est-il arrivé à la sociologie du travail française ? », in Le Mouvement social, (...)
  • 7 On peut penser que s’ils ne doivent « plus » s’y limiter c’est qu’ils ont eu tendance à l’être…

1Dominique Monjardet lorsqu’il fait le point sur « l’école Friedmann », à partir il est vrai de l’étude du Traité de sociologie du travail paru en 1961 (et non de la revue), estime que « l’ouvrier qualifié de la grande industrie de sexe masculin (et de préférence conscient et organisé) » serait le personnage « central » de la sociologie industrielle française1. Autre exemple, la métaphore théâtrale de Pierre Tripier2, cette règle des « trois unités » qui caractériserait la sociologie du travail : unités de lieu, l’atelier, de temps, le survey, d’action, l’implication dans le travail. Cette métaphore de la tragédie classique servant à caractériser une sociologie du travail elle-même « classique » est si « parlante » qu’elle fonctionne comme un abrégé de savoir et un modèle d’interprétation. Michel Lallement reprend ainsi la formule à son compte lorsqu’il écrit : « la sociologie du travail s’enferme en effet dans l’atelier (unité de lieu), ne rend raison des comportements et des situations qu’en coupe instantanée en ignorant la trajectoire biographique des salariés (unité de temps) et elle ne s’intéresse enfin qu’à l’acte de travail (unité d’action)3 ». Christian Thuderoz dans son ouvrage consacré à la Sociologie des entreprises, définit la sociologie du travail traditionnelle comme une « sociologie de l’atelier4 » et affirme que la sociologie de cette « seconde fondation » s’est « détournée du monde patronal », qu’elle a « ignoré les contremaîtres » parce qu’elle « fut toute entière tournée vers le seul poste de travail (la machine, la gestuelle de l’opérateur, sa classification) ». Sabine Erbès-Seguin évoque quant à elle des recherches « trop exclusivement centrées sur la relation entre l’individu et la machine5 ». Cette image a la vie dure. On la retrouve chez l’historien Antoine Prost, lorsqu’il parle des sociologues qui se limitent souvent au « cadre étroit des monographie d’atelier ou d’usine6 ». C’est d’ailleurs une image que le comité de rédaction semble partager et contribuera lui-même à diffuser lorsque, sous sa signature en 1974, on peut lire que « les problèmes les plus intéressants actuellement ne se limitent plus à l’élucidation des phénomènes qu’on peut observer dans les ateliers de production » (2/1974, p. 221)7.

2Ces assertions servent, le plus souvent, à autre chose qu’à des fins de connaissance et notamment à se positionner dans le champ, à prendre la mesure de la distance parcourue, à caractériser les évolutions internes de la sociologie du travail, à distinguer ce qu’elle a été de ce qu’elle est devenue. Il faut bien dire qu’elles ne sont sans doute pas dénuées de tout fondement. Le centrage de la revue sur le travail est largement avéré mais il ne se limite certainement pas au travail ouvrier et surtout n’adopte pas le format réducteur suggéré.

3Qu’en disent les fondateurs ? À l’exception de Michel Crozier, les fondateurs sont plus nuancés dans leurs témoignages écrits rétrospectifs.

4Michel Crozier, s’exprimant en 1991, en tant que représentant d’une sociologie des organisations désireuse de rompre avec « la » sociologie du travail, partage le stéréotype lorsqu’il écrit :

Ce n’est plus naturellement le travail ouvrier, fondement philosophico-moral de la société, qui peut rester central. L’ouvriérisme et le millénarisme social qui animaient les sociologues des années 1950 et 1960 n’ont plus de sens. (Crozier Michel, « La sociologie du travail dans le discours sociologique : les paradoxes de la marginalisation et de l’éclatement », in Sociologie et sociétés, vol. 23, n° 2, 1991, p. 59-60).

  • 8 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », op. cit.

5Remettant en cause la démarche et les propos de Dominique Monjardet dans une note présentée en 1986 dans la Revue française de sociologie Jean-René Tréanton8 précise que la préoccupation de départ de Georges Friedmann et des membres de son équipe n’est pas l’étude de l’ouvrier qualifié mais celle du « déclin de ce type d’ouvrier au profit de l’OS masculin ou féminin voué aux taches répétitives et parcellaires » même si, rappelle-t-il, la grande industrie n’est pas le centre de préoccupation exclusif des sociologues. En discutant l’idée même de l’existence d’une « école Friedmann » il insiste sur le fait qu’il est préférable de parler de « sociologues du travail » plutôt que de « sociologie du travail », « conceptualisation exposée à toutes les chausse-trappes du holisme ».

6Revenant, en 1989, sur le sens historique à donner à la création d’une revue consacrée au travail, Jean-Daniel Reynaud, dans les colonnes mêmes de Sociologie du travail, entend réhabiliter une image nettement plus large de l’objet de la discipline à ses débuts, inscrite dans une tradition politique, étendue à une sociologie de l’action collective et de l’acteur social et surtout plus nuancée (« à l’inverse, écrit-il, de sa version marxiste la plus populaire ») que celles évoquées plus haut :

Consacrer une revue à étudier le travail c’est assurément s’inscrire dans une grande tradition politique et sociale, celle qui fait de la relation du travail, coopération productive et exploitation, l’endroit où se nouent les liens et les antagonismes sociaux, celui à partir duquel se définissent les classes et les formations sociales. Mais c’était aussi la prendre à l’inverse de sa version marxiste la plus populaire : en s’intéressant à la création industrielle et non pas seulement à l’exploitation, à l’invention technique (on ne disait pas encore nouvelle technologie) et non pas seulement aux mouvements du capital, aux formes d’organisation et de salaire avec la part qu’elles sont obligées de faire à la stratégie autonome des exécutants et non pas seulement à l’ordre bureaucratique. Ces thèmes (introduisaient) « à une sociologie de l’action collective et de l’acteur social. » (Reynaud Jean-Daniel, Sociologie du travail, numéro hors-série, Journée-débats du 8 novembre 1989, p. 17).

7Reprenant à son compte la distinction entre sociologie du travail « classique » et la « nouvelle sociologie du travail » (celle de 1994) Alain Touraine, dans sa préface au nouveau Traité de sociologie du travail, revient sur l’histoire de la discipline et son ancrage initial dans la situation technique et professionnelle de travail :

Pendant longtemps, la sociologie du travail et plus précisément la sociologie industrielle fut, dans les sociétés industrielles, l’étude de leur historicité, donc de la lutte des entrepreneurs et des managers avec les salariés pour donner une forme sociale à la rationalisation, considérée comme le principe culturel central des sociétés industrielles. Ses thèmes principaux ont toujours été l’étude des politiques patronales, du taylorisme aux systèmes de salaires ou de relations humaines, et celle des conduites ouvrières allant des attitudes au travail et de l’organisation informelle des ateliers à l’action syndicale et politique, et sa particularité par rapport aux études économiques, libérales ou marxistes, a constamment été sa référence à la situation technique et professionnelle de travail plutôt qu’à la conjoncture économique ou à la nature de la société [...]. Aux États-Unis, ce point de vue ne prit jamais une grande importance, ce qui prouve que la sociologie du travail ne se définit pas par son objet mais plutôt par sa démarche, par un certain mode de représentation de la vie sociale. [...] Cette sociologie du travail classique s’est rapidement transformée et surtout différenciée, mais il serait faux d’en conclure qu’elle a éclaté et disparu. Au contraire, l’évolution de la sociologie du travail a fait d’elle de plus en plus une sociologie des acteurs, aussi bien quand elle devenait une sociologie des organisations que quand elle s’intéressait aux relations professionnelles ou quand elle se rapprochait d’une sociologie des mouvements sociaux. Ce qui a vite et heureusement dépéri c’est une idéologie ouvriériste qui identifiait une catégorie sociale au « sens de l’histoire », donc à une sorte de théodicitée sécularisée qui s’est déplacée ensuite vers le Tiers monde [...]. L’ancienne sociologie du travail a été tentée de définir entièrement les acteurs par le travail, c’est-à-dire par la place qu’ils occupent dans un système de production défini par la modernisation, par certaines formes de division du travail, de différenciation de sous-systèmes sociaux, d’application de la raison instrumentale et du calcul à la production. (Touraine Alain, « Préface », in Traité de sociologie du travail, Pichaut François et Coster de (dir.), Bruxelles, De Boeck, 1994, p. VI-XII).

8Mises au point ou bilans, les citations qui précèdent répondent à des objectifs et des intentions différents. Elles participent évidemment d’une interprétation rétrospective sur ce qu’était – ou n’était pas – la sociologie du travail des années 1960. Et ces portraits de la discipline en apprennent autant sur les sociologues que sont devenus par la suite les fondateurs que sur les options intellectuelles d’alors. Replaçons nous donc dans le contexte (historique), en 1959, de manière à mieux comprendre pourquoi le travail (et quel travail ?) s’est imposé comme objet pour une revue.

Pourquoi le travail en 1959 ?

  • 9 Voir aussi Michel Crozier évoquant les débuts : « Pour comprendre ce qui s’est passé et ce que nous (...)
  • 10 Il le fait dans un entretien accordé à la revue Esprit, op. cit, 1975, p. 587-605 et dans Un désir (...)

9Jean-René Tréanton rappelle dans son entretien l’influence de Georges Friedmann dont « le grand mérite avait été d’encourager [les jeunes], à pratiquer une sociologie très proche du concret » et insiste sur la vision « assez large du “travail”, plus large que celle qu’en avaient les américains » (qui pensaient au travail en termes de relations humaines). Une acception « plus large, parce qu’il y avait en France une très forte tradition marxiste » qui « renvoyait à tout ce qui concerne la transformation du monde par le travail ». Jean-Daniel Reynaud, dans le sien, se souvient de l’évidence d’une telle orientation « [elle] était claire : étudier les problèmes contemporains et en faire une étude empirique, une étude sur le terrain ». « Tout tournait autour du travail », commence par rappeler Michel Crozier, avant d’évoquer l’importance du « compagnonnage de terrain9 » : « travail comme source de la valeur, travail qui n’était pas apprécié comme il devait l’être, et en même temps, travail à partir de quoi on pouvait comprendre la société ». Alain Touraine qui aime bien se définir comme « homme du feu10 » rappelle de façon imagée combien le travail constituait la « catégorie structurante », celle à partir de laquelle la vie sociale pouvait et devait s’analyser : « Si vous voulez comprendre la société, montez en haut d’un terril, ne montez pas en haut de la Tour Eiffel ou de l’Arc de Triomphe ! » conseille-t-il.

10Cette correspondance admise dès le départ par les fondateurs entre ces trois termes – travail, réalité, terrain – est sans doute à l’origine du pacte intellectuel qui les a réunis. Il y en a sans doute d’autres, plus discrets : leur commun désir d’œuvrer au dépassement du marxisme dominant de l’époque, de « penser » une deuxième gauche et, dans un tout autre registre, l’absence d’une expérience essentielle : le fait de ne pas avoir fait la guerre. L’entrée en sociologie du travail, l’importance accordée aux ouvriers, au mouvement social, tout en restant loin du Parti communiste, relevait peut-être pour les fondateurs d’une démarche « compensatrice ». Ajoutons sur un registre plus biographique que tout se passe comme si, partant du travail, la connexion avec « la réalité » que ces jeunes sociologues d’origine bourgeoise, restés sous cloche pendant la guerre souhaitaient redécouvrir, devenait enfin à leur portée. Ils avaient découvert en somme, ou plutôt « élaboré » tout à la fois le cadre théorique et méthodologique servant au mieux leur objet. La revue, elle, va décliner le programme de recherche qui découle de ce fil d’Ariane.

  • 11 Dont les 2/3 sont des enquêtes francophones (françaises et belges)
  • 12 Callon Michel, « Les méthodes d’analyse des grands nombres », in Sociologies du travail 40 ans aprè (...)

11Si, au début des années soixante, l’objet « travail » s’impose avec une telle évidence aux quatre fondateurs de la revue, c’est donc au nom d’une conviction simple et robuste à la fois qui peut se résumer en deux propositions : le travail « c’est » la « réalité » et le « terrain » le moyen d’y accéder. Plus de 75 % des articles publiés entre 1959 et 1966 sont issus de monographies d’enquêtes de terrain11. C’est ce postulat d’équivalence entre travail, réalité et empirie qui a servi de raison d’être et de socle au projet éditorial de la revue. Le principe épistémologique – ce « goût immodéré pour les études de terrain12 » – était apparemment limpide : aller voir, sur place.

12Poursuivons l’enquête. De quel « travail » s’agissait-il à l’époque ? Pour approcher le sens que revêtait ce mot, tournons-nous cette fois vers celui qui reste, avec Pierre Naville, le père fondateur de la discipline. C’est à Georges Friedmann que revient l’introduction du premier numéro de la revue avec un article qui fera date.

Problèmes de définitions et de limites par Georges Friedmann, 1959
Le terme de sociologie industrielle semble trop restreint pour cette jeune discipline en pleine expansion qu’on appellerait plus justement sociologie du travail. Dans l’état actuel de la recherche, elle prend pour objet des réalités globales saisies sous divers angles et ne comporte qu’artificiellement des secteurs bien délimités. (Résumé de l’article, 1/1959, p. 1).
La sociologie scientifique, née en Europe et aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, a d’abord porté son intérêt sur les faits sociaux de caractères religieux, juridique, économique, moral. On voit ces préoccupations en parcourant, par exemple, les sommaires de L’Année sociologique animée par Durkheim et ses premiers collaborateurs. Cependant l’incessant progrès des techniques de production, l’énorme croissance en nombre et en volume des entreprises, la place de plus en plus grande de l’industrie dans l’activité sociale, le renforcement des associations syndicales et, parallèlement, les conflits entre employés et employeurs, l’importance prise, à la suite du taylorisme, par les systèmes d’« organisation scientifique du travail » (scientific management) ont tourné l’attention des sociologues vers les divers groupes que les hommes forment entre eux à l’occasion des activités de travail […]. La sociologie du travail peut en effet être considérée, dans son extension la plus vaste, comme l’étude, sous leurs divers aspects, de toutes les collectivités humaines qui se constituent à l’occasion des activités de travail [...]. Toute collectivité de travail présentant certains traits minima de stabilité (dont il sera question à propos des concepts de structure et d’organisation) peut être un objet d’étude pour la sociologie du travail : une entreprise industrielle aussi bien qu’un paquebot transatlantique ou un chalutier de pêche, une grande exploitation d’agriculture intensive mais aussi une ferme de petit exploitant où travaillent quelques commis avec la famille du fermier, un grand magasin Monoprix mais aussi une boutique employant quelques vendeurs, un atelier d’artisan et un bureau de préfecture, un équipage d’avion se reconstituant à intervalles réguliers sur une ligne aérienne ou le personnel d’une automotrice de la SNCF. (Georges Friedmann, 1/1959, p. 1-3).

  • 13 Sur cette distinction liminaire, qui signe l’acte de naissance de la discipline et sert toujours à (...)
  • 14 Elle est d’ailleurs abondamment reprise à l’occasion d’anniversaires ou d’éditoriaux ultérieurs de (...)

13Cet article était initialement destiné au Traité de sociologie du travail publié deux ans plus tard. Plus qu’un simple exercice de terminologie – pourquoi préférer le terme de sociologie « du travail » à celui de sociologie « industrielle13 » – la définition proposée dans l’extrait qui suit répond en fait à plusieurs objectifs emboîtés : prendre acte des bouleversements inédits qui marquent la société et qui justifient la naissance d’un nouveau domaine de recherche ; cerner de manière non restrictive le champ d’investigation à couvrir, dans et hors de l’usine ; nommer les agrégats humains dignes d’étude : le périmètre délimité est vaste puisqu’il contient toutes les collectivités formées à l’occasion du travail. Cette proposition est suffisamment large pour étayer l’espoir des fondateurs de la revue : faire de la sociologie du travail une sociologie générale. Elle est suffisamment programmatique aussi pour continuer à servir de référence légitime chaque fois qu’il sera nécessaire de réaffirmer l’identité profonde de la revue ou la source de la discipline14. Enfin, elle est suffisamment liée à un type de société – la société industrielle – pour couvrir les évolutions marquantes durant plusieurs décennies.

  • 15 Voici ce qu’en dit Raymond Aron en 1983 évoquant son propre rapport au terrain : « J’appartiens à u (...)
  • 16 Malgré quelques critiques : Erbès-Seguin Sabine, Sociologie du travail, op. cit, p. 35 parle par ex (...)
  • 17 Domaine investi on le sait, par l’ergonomie (sur ce point, voir Borzeix Anni, « De quelques fausses (...)
  • 18 Voir les archives présentées dans la partie précédente, p. 139.

14N’ayant pas totalement achevé sa « conversion » à l’empirie, d’après Raymond Aron15, Friedmann ne s’engagera pas lui-même directement dans de lourdes enquêtes de terrain et passera le relais à la génération suivante. Mais ce qui frappe aujourd’hui, plus d’un demi-siècle plus tard, et qui explique sans doute la pérennité de la formule16, c’est le caractère englobant de cette définition. Ce sont les groupes humains – tout groupe humain – réunis « à l’occasion du travail » – plus que les activités auxquelles le travail donne lieu17 – que privilégie Georges Friedmann. C’est ensuite son caractère résolument extensif et multisectoriel : un paquebot ou une exploitation agricole méritent autant d’attention qu’une entreprise industrielle. C’est enfin son caractère historiquement situé, à une époque où le « progrès technique » et l’essor de la production (reconstruction oblige) semblaient sans limites. À l’exception de la référence à l’étude de la vie hors travail dans ses rapports à la vie de travail, la correspondance avec les différents points annoncés dans la brochure publicitaire de présentation la revue : « attitudes et comportements des travailleurs : ouvriers, employés, techniciens et cadres » ; « aspects humains de l’organisation des entreprises » ; « progrès technique, […] développement industriel et leurs effets sur l’homme18 » est effective.

15Jusqu’à quel point ce programme de recherche a-t-il été honoré ?

Aux sources des articles : des enquêtes et des thèses

16Cette définition programmatique s’adosse à un existant, un état de la recherche « déjà là ». Quand Friedmann écrit ces lignes c’est, comme le rappelle Jean-René Tréanton dans son entretien, dans un contexte institutionnel déjà bien structuré. En effet, on ne peut pas dissocier l’expression de ces « intentions » des conditions institutionnelles de la production sociologique.

17Les institutions de la recherche

18Si juste après la guerre tout est à créer, en 1959, le paysage institutionnel n’est déjà plus le même. Il s’est étoffé. Au début des années 1950, de grandes enquêtes empiriques impulsées dans le cadre du Centre d’études sociologiques (CES), et surtout, à partir de 1954, dans celui de l’Institut des sciences sociales du travail (ISST) ont déjà livré une masse considérable de résultats de recherche. Ces institutions seront, dans ce contexte, parties prenantes de la création de deux revues d’importance pour la sociologie française.

  • 19 Jean Stoetzel fut le directeur du centre de 1956 à 1968. Pour une présentation de l’activité du CES (...)
  • 20 Qui sont les sociologues du travail rattachés au CES au tout début des années soixante ? Citons : J (...)

19Le CES fondé en janvier 1946 à l’initiative de Georges Gurvitch et dirigé par Jean Stoetzel sur la période qui nous intéresse19, comprend, en 1959, une quarantaine de chercheurs dont une dizaine de sociologues du travail. La Revue française de sociologie, émanation du CES est créée quelques mois après Sociologie du travail et devient dans ses premières années un relais important de diffusion des travaux menés au sein de cette institution. Mais sur la période 1960-1966 les travaux de sociologie du travail ne représentaient que 10 % des articles publiés dans cette revue généraliste et la plupart des sociologues du travail du CES publièrent aussi et de manière plus importante dans Sociologie du travail20.

Le CES – Rapport d’activité pour la période 1950-1955
« Au début de la période à laquelle le rapport est consacré, le Centre d’Études Sociologiques entrait dans sa cinquième année. Il avait été fondé en effet en 1946 par des sociologues soucieux de conserver à notre pays le haut rang qu’il s’était acquis dans les disciplines sociologiques, tout en le faisant participer activement au vaste mouvement d’observation des faits sociaux, par des moyens d’une extrême rigueur, qui anime toutes les Écoles sociologiques. On situera exactement l’atmosphère spirituelle dans laquelle il a grandi en évoquant le resserrement de nos liens intellectuels avec les Américains, et d’autre part, la création ou la rénovation, sur le sol même de notre pays, d’institutions comme l’Institut National de la Statistique et d’Enquêtes Economiques, l’Institut National d’Études Démographiques, l’Institut d’Études du Travail de la faculté des Lettres de l’université de Paris, la VIe Section de l’École des Hautes études, etc. Le Centre d’Études Sociologiques tient sa place dans un ensemble où il a pour mission de grouper les chercheurs du Centre National de la Recherche Scientifique sur un plan strictement sociologique, de leur fournir les moyens de poursuivre leurs recherches (moyens en personnel et en matériel), de faire connaître les résultats de leurs travaux sous contrôle des membres du Comité de Direction ou de toute personne habilitée par eux, enfin, de multiplier les contacts des sociologues avec tous ceux qui travaillent dans des disciplines voisines, en France ou à l’étranger. Dès l’origine, il a eu des relations de collaboration et d’échange de personnes avec les grandes fondations américaines (Fullbright, Rockefeller), avec les universités d’Outre-Atlantique, avec la London School of Economics, avec les universités belges et, singulièrement, l’université Libre de Bruxelles (Institut Solvay), avec les sociologues italiens, et depuis quelques années, avec les sociologues allemands (Hambourg, Cologne, Francfort). Son activité s’inscrit donc non seulement dans un cadre national mais dans un cadre international. Ses rapports avec les organismes directeurs de l’Unesco sont constants.
Je ne puis ici qu’indiquer les principaux résultats obtenus au cours des cinq dernières années. Je détacherai particulièrement l’ensemble des articles publiés dans les Cahiers Internationaux de Sociologie, articles que dirige un de ses initiateurs (M. Gurvitch). La sociologie théorique, aussi bien que l’observation de la réalité sociale par de grandes enquêtes, y ont également leur place. Sous l’impulsion d’un autre membre du Comité de Direction (M. Friedmann), les travaux de sociologie industrielle ont été poursuivis dans diverses parties du territoire français. Sans parler des enquêtes en cours de publication, les résultats qui ont été livrés au public forment un ensemble déjà très important. On doit encore mentionner, dans un autre ordre d’idée, l’activité de l’équipe de sociologie urbaine [...].
Je bornerai là ces considérations sur le passé pour marquer que l’orientation actuelle de l’activité du Centre d’Études Sociologiques se poursuit dans le même sens, mais avec une intensité plus grande, malgré les difficultés de plus en plus considérables que nous pourrions éprouver à apporter à nos chercheurs l’aide dont ils ont besoin sous forme de vacations, de missions et surtout de locaux. La liste des enquêtes en cours donnée en annexe, précise notre orientation. Il a pu sembler, à l’origine, que la vulgarisation des tendances des écoles sociologiques en France et à l’étranger était une de nos fonctions essentielles. Mais cette fonction, que nous n’entendons pas cependant abandonner, est, par une évolution quasi spontanée, passée au second plan. La recherche pure, poursuivie par des équipes qui gardent entre elles une étroite liaison et un esprit commun, est désormais au premier plan. Ainsi avec le temps, la vocation de cette institution s’est-elle précisée. Les pièces annexées donnent un caractère concret à cette constatation.
Je voudrais, en terminant, marquer que le Centre d’Études Sociologiques, en entrant franchement dans le courant intellectuel le plus moderne, a tenu à ne rien sacrifier de ce qui fait la couleur propre et originale de la sociologie française. À cet égard, on doit évoquer la récente organisation d’une équipe de sociologie religieuse, sous l’impulsion de M. G. Le Bras. Ses méthodes rénovent les études de cet ordre.
Le désir de tous ceux qui, à quelque degré, ont la charge du Centre d’Études Sociologiques, est de lui conserver, sans rien sacrifier de la rigueur des méthodes statistiques, ce contact étroit et personnel avec la vie, sans lequel, il n’y a pas de sociologie. »
[Source archives nationales, Fontainebleau versement 19780305 art 11]
Texte non signé vraisemblablement écrit par Maximilien Sorre (1880-1962) avant que Jean Stoetzel
ne le remplace à la direction du CES en 1956.

  • 21 Connectée dès lors que les responsables du CES faisaient partie des organes de direction de l’ISST (...)
  • 22 Rappelons qu’en 1959 un groupe d’experts présidé par Michel Debré alors premier ministre, accompagn (...)

20Seconde institution étroitement connectée à la première21, dont les principaux animateurs ont participé à la création de Sociologie du travail, l’ISST (à travers sa section recherche) constitue un relais particulièrement efficace entre les chercheurs, les pouvoirs publics et les entreprises. La mission de cette section était d’organiser des enquêtes empiriques sur le travail dans l’industrie mais également dans l’administration à une époque où les pouvoirs publics en appellent à sa réforme22. Des organismes internationaux – l’Agence européenne de productivité, la CECA – ou nationaux – le Commissariat général du plan d’équipement et de la productivité, la Caisse nationale de sécurité sociale, un service médicosocial du travail, ou encore le Comité de coordination de la promotion sociale – ont confié à cet organisme la réalisation d’enquêtes. Celles-ci étaient la plupart du temps dirigées et réalisées par des chercheurs du CES assistés en général par des vacataires qui, pour certains d’entre eux, forts de cette expérience, intégrèrent le CNRS. La revue a publié des travaux issus de ces recherches.

21Dans sa présentation du rôle de l’ISST en 1958, au moment même où le projet de création d’une revue de sociologie du travail était discuté au sein de cette institution, Yves Delamotte, son secrétaire général, précise un point en pleine convergence avec les orientations fixées par Georges Friedmann dans l’article inaugural de Sociologie du travail et qui définit aussi l’usage social et le public visé par la production sociologique :

Une des préoccupations essentielles de l’Institut, en mettant sur pied les recherches qui viennent d’être énumérées, a été de ne pas restreindre la sociologie industrielle à la seule sociologie ouvrière ; les recherches sur les organisations portent, non seulement sur les ouvriers, mais sur les cadres et la direction ; d’autres études ne portent que sur les cadres [...].
D’autre part, l’ISST souhaite vivement que les recherches publiées sous son égide soient lues et commentées par les milieux industriels et les syndicats (et pas seulement par les sociologues) qui y trouveront espère-t-il des indications en vue d’une action constructive, dans cet esprit ; d’une part, il recherche toutes les occasions de discussion des problèmes abordés au cours de ses travaux avec des personnes responsables qui s’y intéressent ; d’autre part, il veille à ce que ces études soient rédigées dans un langage simple. (Delamotte Yves, Revue française du travail, 1/1958, p. 21).

22L’organisme réclame des connaissances empiriques lisibles plus descriptives qu’interprétatives. L’exigence d’un tel format explique pour une large part celui des articles issus de ces enquêtes et publiés dans la revue.

23Un autre organisme, lié au ministère du Travail, le Centre d’études et de recherches psychotechniques (CERP) qui accueille des chercheurs en psychosociologie mérite également mention : la grande recherche sur la mobilité des mineurs réalisée dans le cadre de cette institution et financée par les Charbonnages de France donne lieu à deux articles dans Sociologie du travail (Moscovici 1/1959 ; 3/1960), tandis que Guy Barbichon, et Jean-Marie Faverge, également chercheurs dans cette institution, publient des articles (4/1963 et 4/1964). Il reste que pour l’essentiel, les chercheurs du CERP communiquent dans le Bulletin du CERP (créé en 1952) leurs résultats de recherches sur le travail.

  • 23 Ainsi la CECA finance dans ce cadre européen des enquêtes de l’ISST (notamment celle présentée par (...)
  • 24 Maurice Marc, « Le déterminisme technologique dans la sociologie du travail (1955-1980), un changem (...)
  • 25 Drouard Alain, « Réflexions sur une chronologie, le développement des sciences sociales en France d (...)

24Si la revue fait la part belle à la restitution des résultats des grandes enquêtes financées par des institutions publiques – à l’instar de l’enquête pionnière de Mont-Saint-Martin – celles-ci ne sont pas cantonnées aux recherches hexagonales. La recherche à l’époque est aussi européenne. Sont également publiés des textes de chercheurs européens qui travaillent sur des thèmes comparables, voire qui participent aux mêmes enquêtes ; la CECA et l’Agence européenne de productivité financent certaines d’entre elles23, comme le rappelle Marc Maurice24, celle sur « les attitudes des ouvriers en face des changements techniques ». C’est dans le cadre de cette recherche que s’inscrivent les travaux présentés par Alfred Willener (4/1962), l’allemand Burkart Lutz (2/1964) ainsi que ceux de sociologues belges : Christian Dejean, Marcel Bolle de Bal (2/1964). De telles enquêtes « n’ont été possibles que parce qu’il y avait tant du côté de l’offre que de la demande de recherche un accord sur les postulats initiaux, à savoir que “le progrès technique est le facteur essentiel du développement économique et social” » et la conscience « aussi bien chez les chercheurs que chez leurs interlocuteurs d’un “retard” à rattraper ou de lacunes à combler25 ».

25L’importance des enquêtes de l’ISST dans Sociologie du travail

  • 26 Autres liens institutionnels : Jean-Daniel Reynaud, proche de Yves Delamotte appartiendra d’ailleur (...)

26Même si, nous l’avons vu, Sociologie du travail n’est pas finalement « la revue de l’ISST », elle reste, du moins dans ses toutes premières années, liée à cette institution. Ce lien est d’ailleurs symboliquement affirmé par la présence de son secrétaire général, Yves Delamotte, dans le premier numéro de Sociologie du travail, qui signe un article sur « Conflit industriel et participation ouvrière » et par celle du directeur de la section enseignement, le juriste Paul Durand, dans le second numéro (1/1960)26. Si l’on prend les livraisons des années 1959 et 1960 soit les cinq premiers numéros, sur quinze monographies françaises (enquêtes en sociologie ou psychosociologie), la moitié sont issues d’enquêtes financées par l’ISST. Les rapports touffus de l’ISST sont transformés en articles concis et plus facilement accessibles sur des sujets tels que les rémunérations au rendement, les positions syndicales et ouvrières sur le progrès technique, la sécurité sociale, les jeunes ouvriers, les relations de pouvoir dans un système d’organisation bureaucratique, les groupes professionnels et les relations collectives de travail. Les premières livraisons de Sociologie du travail ont été ainsi bien alimentées par cette production sociologique existante.

Articles et rapports issus de travaux impulsés par l’ISST, 1959-1960
- Les deux écrits de Claude Durand (1/1959, 4/1960) sur les « Rémunérations au rendement et motivations ouvrières » et « Positions syndicales et attitudes ouvrières à l’égard du progrès technique » issus d’une enquête collective sur la sidérurgie (Rapport ISST correspondant : J. Dofny, C. Durand, J-D, Reynaud, A. Touraine, Les attitudes des ouvriers de la sidérurgie en face des changements techniques, ISST, décembre 1957, 296 pages).
- Un article de Jean-Daniel Reynaud et Antoinette Catrice-Lorey (1/1960) sur « L’attachement à la Sécurité sociale selon les revenus » (Rapport ISST correspondant : J-D. Reynaud, A. Catrice-Lorey, Les assurés et la sécurité sociale. Etude sur les assurés du régime général. Avec la collaboration de Guy de Beauregard, juin 1959, deux volumes, 241 et 70 pages). [Pour une présentation du projet d’enquête voir plus loin].
- Une présentation de l’enquête de Nicole Maupeou-Leplâtre sur les jeunes ouvriers : « Les attitudes du jeune ouvrier dans l’industrie » (1/1960), « Niveau d’aspiration, statut professionnel et revenu. Une étude sur de jeunes ouvriers parisiens » (1/1962), « Jeunes ouvriers et promotion » (4/1963). (Rapports ISST correspondant : N. de Maupeou-Leplâtre, Le cheminement professionnel des jeunes ouvriers. Première partie : étude rétrospective des carrières, juillet 1961, deux tomes, 197 et 129 pages. Deuxième partie : les projets et les aspirations, janvier 1963, 142 pages).
- Une contribution d’Alfred Willener (1/1960) sur « Le problème de l’influence ouvrière sur la production » (Rapport ISST correspondant : C. Durand, C. Prestat, A. Willener, Niveau de mécanisation et mode de rémunération, octobre 1958, 311 pages).
- Une présentation des recherches de Michel Crozier (1/1960) sur les « Relations de pouvoir dans un système d’organisation bureaucratique », et (signé avec Bernard Pradier) sur « La pratique du commandement en milieu administratif », n° 1/1961. (Rapports ISST correspondants : M. Crozier, P. Guetta, Une organisation administrative au travail décembre 1956, 198 pages, M. Crozier, B. Pradier Groupes et chefs. Les relations hiérarchiques dans six compagnies d’assurance parisiennes, juillet 1959, 92 pages).
- Un article d’Odile Benoît et Marc Maurice (2/1960) sur les « Groupes professionnels et les relations collectives de travail dans une entreprise ». (Rapport ISST correspondant : O. Benoît, M. Maurice, Les relations entre direction et salariés : enquête psychosociologique dans une entreprise de construction électrique, mai 1960, 2 volumes, 342 et 250 pages).

27Dans le second numéro de Sociologie du travail, en 1960, Jean-Daniel Reynaud co-signe avec Antoinette Catrice- Lorey un article intitulé « L’attachement à la Sécurité sociale selon e revenu ». Cet article est le fruit d’une grosse enquête menée au sein de l’ISST. Une archive retrouvée (projet d’étude) précise bien un certain nombre d’enjeux socio-politiques et souigne le caractère très « organisé » que suppose la mise en place d’une telle enquête.

Une étude sur la Sécurité sociale Arguments d’un projet et programme d’étude (1957)
I. Intérêt d’une étude sociologique
Les institutions actuelles de Sécurité sociale posent des problèmes qui relèvent de l’économie, de l’hygiène, de la médecine. La répartition des charges et des prestations, leur effets sur l’emploi et l’activité, les résultats de la prévention et des soins sur les taux de morbidité et de mortalité, l’efficacité de la politique de prévention des accidents, offrent et ont offert à l’économiste, au démographe, à l’hygiéniste une riche matière à étude. Ce bilan est loin d’être achevé. Peut-on cependant se borner à ce genre de travaux ? L’institution de la Sécurité sociale, sous deux aspects au moins, est aussi un domaine d’études pour le sociologue : tout d’abord, elle transforme les rapports entre les médecins et malades, entre employeurs et employés, entre assurés eux-mêmes ; elle créé des situations et des rapports sociaux nouveaux ; en second lieu, elle fait naître ou transforme une vaste organisation dont il faut définir les rapports avec les cotisants dont elle gère les fonds, avec le malades ou les accidentés auxquels elle verse les prestations, avec l’État qui la contrôle, avec les médecins dont la profession s’exerce désormais dans des conditions différentes.
L’ampleur d’un tel problème exclut de toute évidence qu’il soit abordé de front en une fois. Les rapports sociaux ainsi désignés s’analysent en comportements, en attitudes, en relations et cette tâche exige qu’on procède par enquêtes empiriques. C’est donc, si l’on voulait traiter tout le problème, une série d’enquêtes qu’il faudrait envisager. Les sujets pourraient en être : la Sécurité sociale et les assurés, la Sécurité sociale et les employeurs, la Sécurité sociale et les médecins, la Sécurité sociale et l’État, etc.
L’intérêt scientifique de telles études n’est pas à démontrer : c’est l’un des aspects fondamentaux de l’évolution sociale contemporaine que le développement de ce qu’on a pu appeler « la politique de Sécurité sociale ». Mais une connaissance plus précise de ces problèmes présenterait également un intérêt pratique : en permettant d’analyser les obstacles que rencontre l’action de la Sécurité sociale, les attitudes auxquelles elle se heurte ou qui la favorisent, ces études pourraient apporter une contribution utile à la définition de la politique qu’entendent suivre les organismes de Sécurité sociale à l’égard des principaux intéressés. [...]
IV. Planning de l’étude
L’étude dont la durée serait de 24 mois commencerait le 1er janvier 1957 et s’achèverait en décembre 1958 ; elle se déroulerait ainsi :
1er janvier 1957 -31 juillet 1957 (7 mois) : documentation et analyse qualitative.
1er septembre 1957-31 décembre 1957 (4 mois) : pré-enquête.
1er janvier 1958-28 février 1958 (2 moins) : enquête.
1er mars 1958-31 mai 1958 (2 mois) : exploitation des résultats et rédaction d’un rapport préliminaire.
1er septembre 1958-31 décembre 1958 (5 mois) : rédaction définitive du rapport.
L’enquête serait dirigée par M. J.-D. Reynaud. Il serait assisté d’un chercheur recruté pour toute la durée de l’enquête, et pendant neuf mois, d’une aide technique. Des enquêteurs, rémunérés à la vacation, participeraient à la campagne d’interviews. Il y aurait lieu de prévoir également quelques vacations pour les travaux de codage. »
[
Sécurité sociale », Université de Paris, Institut des sciences sociales du travail, 8 p.
Archives nationales versement 200110498/194].
Sources : note (non signée) Projet d’une étude sur « Les assurés en face de la

28Au sein de l’ISST, Nicole Leplâtre a conduit une série d’études sur les jeunes ouvriers. L’enquête est née d’une demande de responsables d’un service médical du travail demandant à l’ISST de l’aider à élaborer une politique médicale et sociale « fondée sur la connaissance des caractéristiques concrètes de cette main d’œuvre juvénile ». Suite aux recherches entreprises, quatre articles ont été publiés dans Sociologie du travail : « Le jeune ouvrier dans l’entreprise : une situation de “minorité” » (1/1960), « Niveau d’aspiration, statut professionnel et revenu » (1/1962), « Jeunes ouvriers et promotion » (4/1963), « Présence et signification d’une conscience collective jeune » (1/1967).

L’insertion sociale des jeunes ouvriers, projet d’enquête sociologique (1958)
L’insertion sociale du jeune n’est autre chose que son introduction dans la société au sortir de la période de dépendance sociale qu’est la scolarité.
Le jeune travailleur doit alors acquérir une notion claire de son propre statut social (qui il est dans la société, ce qu’on attend de lui, ce à quoi il peut prétendre) et adopter un ensemble de normes sociales (modèles et valeurs qui régiront son comportement et ses attitudes dans la société).
On étudiera, dans la présente enquête, non seulement ces perceptions du statut social, ces valeurs et ces modèles sociaux en eux-mêmes, mais aussi le processus de leur structuration et les conflits éventuels que connaissent les jeunes travailleurs au cours de leurs efforts d’insertion sociale.
Il s’agira dans tous les cas de chercher à comprendre et à expliquer, dans une optique sociologique, les phénomènes étudiés.
L’enquête portera sur des jeunes ouvriers, cette catégorie de jeunes travailleurs ayant déjà fait l’objet d’une enquête de l’Institut des sciences sociales du travail : cette première exploration a permis de formuler des hypothèses et des problèmes qui doivent être approfondis.
Une étude sur l’insertion sociale des jeunes ouvriers a aussi un intérêt pratique particulier : l’entrée au travail étant plus précoce dans les catégories ouvrières que dans les autres catégories professionnelles (employés et techniciens, par exemple), c’est surtout dans la jeunesse ouvrière que l’adolescence, période de fragilité psychologique, est parallèle à l’entrée dans la population active, dans la société adulte : or il est certain que des difficultés d’insertion sociale ont des retentissements encore plus graves sur des adolescents de 15-16 ans que sur de jeunes gens de 20 ans, précisément à cause d’une plus grande fragilité de la personnalité.
Enfin, l’un des problèmes le plus fréquemment débattus aujourd’hui est celui de l’évolution socio-culturelle de la classe ouvrière française (on déclare souvent qu’elle s’embourgeoise) ; d’autre part, c’est principalement à la jeunesse ouvrière que pensent ceux qui, aujourd’hui, élaborent des politiques neuves en matière de formation et de promotion : autant de raisons d’accorder la priorité aux jeunes ouvriers lorsqu’on étudie des phénomènes d’insertion sociale.
Leplâtre Nicole, L’Insertion sociale des jeunes ouvriers. Projet d’enquête sociologique,
ISST, note dactylographiée le 15 septembre 1958, 11 p. [
Sources : archives CSO].

Couverture d’un rapport « exploratoire » de l’ISST d’après une enquête réalisée en 1956-1957 par Nicole Leplâtre et Claudine Marenco. Encadré : la « dédicace » à Michel Crozier, de sa première page. [Sources : archives du Centre de sociologie des organisations].

De jeunes ouvriers en tenue de travail sur fond de cheminées d’usine, illustrant la communication de Nicole Leplâtre, en 1959 dans La Nef.

De jeunes ouvriers en tenue de travail sur fond de cheminées d’usine, illustrant la communication de Nicole Leplâtre, en 1959 dans La Nef.

Que pensent les jeunes ouvriers ? La Nef, mars 1959
Les recherches de l’ISST ont fait l’objet de publications non circonscrites à l’espace de Sociologie du travail. C’est le cas pour ces enquêtes sur les jeunes ouvriers. D’autres revues ont été les relais de ces recherches, comme la Revue française du travail, « Quelques résultats d’une enquête sociologique sur les pensionnaires des foyers de jeunes travailleurs », in Revue française du travail, n° 2 avril-juin 1965, p. 33-51 ou encore La Nef « Que pensent les jeunes ouvriers ? », mars 1959, p. 38-44 qui l’année même de création de Sociologie du travail accorde une « tribune » à Nicole Maupeou pour présenter l’enquête.
C’est en ces termes que l’éditorialiste de la revue introduit l’article :
« Que savons-nous des adolescents du milieu ouvrier, de ces jeunes qui, bien souvent dès l’âge de quatorze ans, entrent dans la vie de travail, touchent un salaire, sont soumis aux exigences de la production et jetés dans une société d’adultes où l’irresponsabilité de l’enfance n’est plus admise ? Seules les enquêtes objectives, faites “sur le terrain” et portant sur des groupe d’adolescents bien définis, permettent d’apporter à ces questions un commencement de réponse. Les pages qui suivent sont tirées d’une étude publiée récemment par l’Institut des sciences sociales du travail : cet organisme créé en 1954 à l’instigation de l’université de Paris et du ministère du Travail, réalise depuis lors un ensemble de recherches de sociologie industrielle au rang desquelles figure un programme d’enquête sur la jeunesse ouvrière. Nous avons demandé à Nicole Maupeou-Leplâtre qui a mené cette enquête, en collaboration avec Claudine Marenco et Denise Rocher, de résumer ici, pour les lecteurs de La Nef, les principales conclusions qui se dégagent de l’analyse de 300 interviews de jeunes ouvriers parisiens âgés de quatorze à dix-huit ans. »
Dans le texte la chercheuse indique : « On pouvait parler, en 1957, d’un style vestimentaire typiquement “jeune ouvrier”, tout à fait différent du style employé. L’habillement de tous les jours était généralement composés d’un “blue jean”, d’une chemise à carreaux, d’un tricot à col roulé, d’un blouson de suédine ou de cuir, de chaussures “à l’italienne”. »
Un certain nombre de ces jeunes ouvriers allaient atteindre l’âge du service militaire et beaucoup connaître la guerre d’Algérie.

  • 27 Guilbert, Lowit, Roussel (1/1964), Maurice (3/1965), Reynaud, Bernoux et Lavorel (4/1966).
  • 28 Centre de recherche ad hoc créé par Pierre Naville pour mener à bien sa grande enquête sur l’automa (...)
  • 29 Raymond Aron (50 ans de réflexion politique. Mémoires, op. cit., p. 349) revient sur cette création (...)
  • 30 Après une tentative infructueuse de rapprochement avec le LSI. Quant à Jean-Daniel Reynaud, il créa (...)
  • 31 Plus proche d’Yves Delamotte, Jean-Daniel Reynaud intégrera en 1967, le Conseil de perfectionnement (...)
  • 32 Prost Antoine, « Les origines de la politique de la recherche en France (1939-1958) », in Cahiers p (...)
  • 33 Masson Philippe, « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la D (...)
  • 34 Ibid.

29Ajoutons qu’au milieu des années soixante l’ISST perdra de son importance et se fera moins présent comme fournisseur de matière pour la revue même si, décalage temporel aidant, celle-ci publie toujours des articles issus de ses recherches27. Il faut dire aussi que les lieux de production de la recherche en sociologie et les sources de financement se diversifient dès la fin des années 1950 avec notamment la création d’autres laboratoires : Laboratoire de sociologie industrielle (LSI) d’Alain Touraine (1958), le – provisoire – bureau de l’automation créé par Pierre Naville28, le Centre européen de sociologie historique créé par Raymond Aron dans le cadre de la VIe section (co-dirigé et animé par Pierre Bourdieu29) et qui accueillit pendant quelques années Michel Crozier, lui-même créant le Groupe de sociologie des organisations en 196630. Dans ces laboratoires sera formée – notamment par les fondateurs – une nouvelle génération de chercheurs. Alain Touraine et Michel Crozier s’éloignent de l’ISST31. Par ailleurs à partir du début des années 1960 avec la création de la DGRST32, d’autres formes de financement (sur contrats publics) se développent. Forts de leur expérience de recherches empiriques, les sociologues nés dans les années vingt (et au premier rang desquels figurent Michel Crozier, Alain Touraine, Jean-Daniel Reynaud) se retrouvent en bonne place pour participer aux organes de décision et bénéficier des ressources. Ces nouvelles mannes financières ont permis à ces chercheurs de constituer et/ou de consolider leurs équipes et ont fourni un levier essentiel pour construire leur autonomie dans leur profession33. Pour autant elles ne changèrent pas les formules de recherche, comme l’a bien montré Philippe Masson, ce qui permet d’expliquer aussi la continuité de la « ligne » éditoriale de la revue durant cette période34.

30Des thèses

  • 35 Le doctorat de troisième cycle a été créé en avril 1958, l’année même où les facultés des Lettres d (...)

31La revue se fait également le relais de travaux de thèses d’État et de troisième cycle35 diversifiant les thématiques traitées jusque là aux loisirs, aux idéologies patronales, aux comités d’entreprise, à la culture. Citons notamment par ordre chronologique de soutenance :

Janine Larue, Le Loisir : sa nature et ses conditions chez quelques métallurgistes toulousains, thèse de troisième cycle, l’EPHE 1961. (1/1963).
Bernard Mottez, L’Évolution des systèmes de rémunération : essai sur les pratiques et les idéologies patronales, thèse de troisième cycle, université de Paris Faculté des lettres et sciences humaines, 1963. (3/1960 ; 3/1962).
Maurice de Montuclard, La Dynamique des comités d’entreprise : exploration sociologique de quelques effets de l’institution des comités d’entreprise sur les relations industrielles, thèse de doctorat, université de Paris, Faculté des lettres et sciences humaines, Paris, 1963. (4/1960 ; 2/1965).
René Kaës, La Culture, son image chez les ouvriers français, thèse de troisième cycle en psychologie, 1966. (3/1963).
Nicole Maupeou-Leplâtre, Les Jeunes ouvriers de moins de 20 ans : signification et fondements de quelques comportements au travail et attitudes sociales, thèse de troisième cycle, EPHE, VIe section, 1966. (1/1961 ; 1/1962 ; 4/1963).
Madeleine Guilbert, Les Fonctions des femmes dans l’industrie, thèse principale pour le doctorat présentée à la faculté des lettres de l’université de Paris, Faculté des lettres et sciences humaines, 1966 (1/1962 ; 2/1960).
François Bourricaud, Changement à Puno. Etude de sociologie andine, thèse complémentaire pour le doctorat ès Lettres, présentée à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Paris (Paris IHEEAL). (4/1961).
Renaud Sainsaulieu, L’Identité au travail, Thèse de doctorat d’État, université de Paris V, 1976 (3/1965).

Remerciements
Bernard Mottez, on l’a vu, fut le premier enquêteur de la grande enquête de Mont-Saint-Martin. Disciple d’Alain Touraine, il fut chargé à partir de 1961 de gérer la rubrique « compte rendu » de Sociologie du travail en compagnie de Claude Durand. On lui doit de riches notes de lecture en particulier d’ouvrages allemands. En 1966, lorsque les fondateurs passent le relais, il allait de soi que Bernard Mottez fasse partie de la nouvelle équipe du comité de rédaction. En 1966 son ouvrage Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales est publié aux éditions du CNRS. Ce livre, que l’on peut aujourd’hui considérer comme un ouvrage de référence sur l’histoire du salariat, est l’édition remaniée de sa thèse de troisième cycle soutenue le 22 novembre 1963 à la Sorbonne. Avant la publication de cette thèse, deux articles de l’auteur avaient été publiés dans Sociologie du travail. La page de remerciements constitue un document historique en ce qu’il révèle un petit microcosme de sociabilités où l’on retrouve les sociologues familiers de Sociologie du travail :
« Je tiens à remercier de ses remarques M. J. Stoetzel, professeur à la Sorbonne et directeur du Centre d’études sociologiques, qui présidait mon jury ; j’espère avoir su en tirer le profit maximum en procédant à la nouvelle rédaction.
Je remercie particulièrement M. le professeur G. Friedmann, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, qui avait accepté de diriger ma thèse, du temps qu’il a bien voulu consacrer à discuter mon travail et de ses conseils et de ses critiques qui m’ont été précieux.

J’ai le plaisir de pouvoir exprimer ici publiquement toute ma reconnaissance à M.A. Touraine, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, mon directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire de sociologie industrielle de l’École Pratique des Hautes Études (VIe section) au sein duquel cette recherche fut menée. Il est difficile de dire tout ce que lui doit un travail qui porte aussi clairement sa marque. Je lui suis redevable de ma formation sociologique, de ma sensibilité aux problèmes et aux thèmes abordés par ce travail et du choix du sujet. J’ai bénéficié tout au cours de ce travail non seulement de ses encouragements, de ses suggestions stimulantes et de ses critiques, mais de l’apport constant du milieu qu’il a créé et au sein duquel il prodigue son enseignement. Je remercie donc également ici les participants de son séminaire à l’École pratique des hautes études au cours duquel j’ai eu plusieurs fois la possibilité de soumettre mon travail à la discussion, et tout particulièrement mes camarades du laboratoire de sociologie industrielle.
La rédaction définitive de cet ouvrage doit beaucoup à M. J. D. Reynaud, professeur au Conservatoire des Arts et Métiers, aux conseils duquel j’ai eu souvent recours. Je le remercie de m’avoir généreusement fait profiter de ses connaissances et de son expérience ; ses critiques, toujours si pertinentes, ne m’ont pas conduit à de simples rectifications de détail ; certaines réorientations partielles et certains développements sont les fruits de ses suggestions nombreuses et précises.
Je tiens enfin à exprimer ma gratitude envers tous ceux qui, par la lecture du premier manuscrit ou par la discussion des thèmes exprimés ici, m’ont apporté leur concours, notamment J.R. Tréanton, chargé d’enseignement à Lille, M. Crozier, maître de recherches au CNRS, qui a réussi à susciter dans le cadre de son séminaire des échanges de vue à la fois passionnés et fructueux sur les problèmes de la rémunération au rendement, et mes collègues et amis dont la compétence particulière sur le sujet m’a été précieuse, C. Durand, chargé de recherches au CNRS, chercheur au laboratoire de sociologie industrielle, A. Willener, attaché de recherches au CNRS et M. Bolle de Bal, chargé de recherches à l’Institut Solvay et chargé de cours à l’université libre de Bruxelles.

Note manuscrite de Jean-Daniel Reynaud commentant le manuscrit de Bernard Mottez. [Sources : archives Bernard Mottez].

Formats et méthodes

32Poursuivons l’enquête sous l’angle méthodologique cette fois, sur les conditions de production de la recherche. La grande majorité des articles qui restituent ces enquêtes convergent vers un format relativement standard. Domine l’exposé de résultats quantifiés en réponse à des questions telles que : quelle est « l’attitude » de l’ouvrier, du jeune, du technicien… face au changement technique, au syndicalisme, au système de rémunération…

  • 36 Vannier Patricia, « Inscription scientifique et mise en norme des savoirs dans le texte sociologiqu (...)

33Ces monographies sont généralement étayées par un dispositif de mesure des données et illustrées par des tableaux statistiques. Si l’on prend le rapport tableaux/études monographiques françaises on avoisine un taux de 80 %. Au total nous avons dénombré environ 250 tableaux statistiques sur la période 1959-1966. Patricia Vannier qui a étudié la mise en norme des savoirs dans le texte sociologique de l’après-guerre rappelle que cette « entrée des schémas et tableaux dans le texte sociologique correspond au développement dans les années 1960 des moyens techniques du CES (calculateurs, trieuses, perforatrices) et à la création de différents services (mécanographique, mathématique et de reproduction)36 ». En revanche, les bibliographies étoffées sont rares : ainsi sur les cinq premiers numéros, près de 60 % des articles ont moins de deux références bibliographiques.

34Un outil emblématique de l’enquête quantitative : la carte perforée

Carte perforée ayant servi au traitement des données quantitatives de l’enquête sur les tabacs.[

Sources : archives de Michel Crozier, Centre de sociologie des organisations].

  • 37 Vannier Patricia, op. cit. ; Chapoulie, Jean-Michel, « La seconde fondation… », op. cit., p. 340.

35Ces articles français issus d’enquêtes empiriques se calent sur le modèle des articles américains développant des études comparables. De toute évidence, le référentiel lazarsfeldien est très présent. La référence aux données quantitatives donne une idée de la nature et de l’ampleur des matériaux réunis. La quantification est à la fois un argument et un outil probatoire du texte sociologique37 permettant une reconnaissance du caractère scientifique de ces recherches, comme le montrent ci-contre les exemples du type d’« argument » numérique avancé.

Échantillons et dénombrements : exemples
La recherche de Serge Moscovici (1/1959) sur la mobilité des mineurs porte sur « 10 entreprises occupant 26 000 ouvriers appartenant à douze branches d’activités industrielles dans plusieurs régions de France » ; il est indiqué « qu’un échantillon de 365 mineurs a été tiré au hasard par des procédés mécanographiques (méthode : stratification avec fraction sondée constante) » ;
Nicole de Maupeou (1/1960) précise que son enquête par questionnaires repose sur « des observations statistiques et cliniques portant sur 300 apprentis et jeunes ouvriers » (qui exercent des travaux non qualifiés) âgés de 14 à 18 ans ;
Madeleine Guilbert (2/1960) s’appuie sur des « données recueillies en 1957 et 1958, dans 120 entreprises des industries mécaniques et électriques de la Seine ;
L’enquête d’Yves Legoux (4/1960) présentée comme « une étude originale quantitative auprès d’une population étudiante préparant l’examen de sortie d’écoles de chimie formant des cadres moyens et des auteurs des cours de Promotion du travail de chimie du CNAM de Lyon » repose sur « un millier de questionnaires envoyés » ;
René Bassoul, Pierre Bernard et Alain Touraine (4/1960) ont mené leur étude sur l’engagement au travail sur la base d’« une enquête quantitative auprès de 150 ouvrières spécialisées et 83 ouvriers qualifiés d’une entreprise de téléphonie de la région parisienne » ;
L’enquête quantitative sur les contremaîtres, réalisée par Bourdouillou (1/1961) (87 contremaîtres sur 1 400 répondants) recourt à « l’analyse multifactorielle de Thurstone » ;
C’est en collaboration avec les services Algériens de l’INSEE que Pierre Bourdieu construit son échantillon (« 150 sujets tirés sur 3 000 ») ;
L’étude de Marc Maurice (3/1965) sonde « les militants adhérents et sympathisants de 32 sections syndicales [...] : 1 700 questionnaires ont été dépouillés dont 220 émanant de militants, 100 d’adhérents et 380 de sympathisants » ;
Il est indiqué que c’est une « enquête méthodique dans cent entreprises » de la région parisienne que mènent Guilbert, Lowit et al. (1/1964).

36Cet usage des méthodes quantitatives par les sociologues indique aussi l’influence de la psychologie sociale ; les frontières avec cette discipline sœur sont en effet peu marquées à l’époque, comme nous l’avons vu.

  • 38 Marcel Jean-Christophe, « Le déploiement de la recherche au Centre d’études sociologiques (1945-196 (...)
  • 39 Reynaud Jean-Daniel, Cours de psychosociologie industrielle, Paris, FNSP, 1956.

37Jean-Christophe Marcel38 estime que dans les premières années du fonctionnement du CES « les psychosociologues semblent avoir eu l’activité la plus importante [en matière de méthodologie], car ce sont ceux qui sont les plus au fait des dernières avancées méthodologiques, émanant notamment des travaux effectués outre-Atlantique ». L’auteur relève la grande réceptivité aux méthodes psychologiques des leaders de la sociologie du travail, Pierre Naville et Georges Friedmann, et son corollaire « la tonalité psychologique des travaux des « dauphins », Jean-Daniel Reynaud et Jean-René Tréanton ». Les archives du CES montrent en effet qu’en 1952-1953, les « perspectives de recherches » font état d’une présentation par Jean-Daniel Reynaud des « recherches de psychologie sociale sur la personnalité ». Autre exemple : en 1957-1958 le bilan de l’année mentionne l’exposé de Jean-René Tréanton sur les « Aspects psychologiques et sociaux du vieillissement de la population active ». Dans le même sens on pourrait ajouter que le cours que donnait Jean-Daniel Reynaud à Sciences-Po, en 1956, était un cours intitulé « psychosociologie industrielle39 ».

  • 40 Roger Daval, François Bourricaud et Yves Delamotte.

38L’importance accordée aux méthodes mathématiques est indéniable. On en trouve une justification percutante dans la préface de Jean Stoetzel au Traité de psychologie sociale, auquel ont d’ailleurs contribué trois auteurs de Sociologie du travail40 :

En réalité l’introduction de la mathématique dans une branche de la science y signifie avant tout l’intention de remplacer le profond par l’explicite, le confus par l’analysé, le substantiel par l’opérationnel. En face du chaos des données, qu’on ne sait pas par quel bout saisir, on s’efforce d’établir un ordre, un ordre qui ne peut être que celui de la pensée, qui n’est pas et qui ne peut être celui des choses. Il n’est pas vrai que Dieu soit mathématicien, celui qui est mathématicien ou du moins qui peut le devenir s’il le veut, c’est l’homme. Qu’on lise par exemple avec attention le chapitre sur les échelles d’attitudes, à notre avis probablement le meilleur du livre, et qu’on réfléchisse à sa signification épistémologique : on y verra un renoncement au substantialisme ontologique et l’adoption d’une pensée purement opérationnelle. L’usage des mathématiques indique ainsi la volonté d’expulser le bon sens, nous voulons dire le sens commun, hors de la cité des scientifiques. Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! Un terme est mis à l’arrogance naïve des incompétents qui, maniant agréablement et habilement l’art du langage, savaient aisément se placer du côté du bon sens, de la plausibilité, et se concilier les rieurs. (Stoetzel Jean, Traité de psychologie sociale, op. cit., 1963, préface, p. XV).

  • 41 Pécaut Daniel, « La sociologie à la VIe section », in Une école pour les sciences sociales. De la V (...)

39Ceci dit, comme le rappelle Daniel Pécaut41, si la prolifération des recherches qui recourent aux méthodes quantitatives caractérise la période (elles s’essouffleront à partir de la décennie suivante), ces enquêtes n’ont à « aucun moment exclu d’autres types de recherche ou de méthode ». Ce constat formulé ici pour la sociologie en général, vaut aussi pour la sociologie du travail.

40Tris statistiques et analyse de contenu d’entretiens sont combinés. Nicole de Maupeou (1/1962) a rassemblé « 419 histoires individuelles reconstituées par voie d’interviews menées auprès de jeunes ». Michel Crozier (1/9161) précise que 300 employés et cadres subalternes ont été interrogés « par questions ouvertes élaborées à la suite d’une phase préparatoire d’observation ». Certaines enquêtes s’appuient aussi sur des démarches de type ethnographique (Bourdieu 1/1963, Sainsaulieu 2/1965). D’autres font appel à des corpus documentaires : à des revues patronales chez François Bourricaud (3/1961), à des archives chez Bernard Mottez (3/1960), à l’analyse de programmes syndicaux chez Jeanne Parodi (3/1964).

  • 42 Constante historique marquant un certain désintérêt en sociologie pour l’observation participante e (...)

41Plus rare toutefois est l’utilisation de l’observation participante. Alors qu’aux États-Unis, cette méthode est déjà bien installée dans une certaine tradition sociologique (École de Chicago)42, seul un auteur (Sainsaulieu 2/1965) s’en réclame, et encore, en note :

Très conscient des nombreux inconvénients de cette méthode de collecte d’informations, nous les avons partiellement limités par une série d’entretiens effectués après chaque campagne d’observation ; nous avons pensé qu’elle offrait le grand avantage de saisir sur le vif les rapports de force entre ouvriers et maîtrise. L’ensemble des semaines passées à travailler en usine comme ouvrier recouvre une période de 5 mois au cours des années 1962 et 1963. (Renaud Sainsaulieu, 2/1965, note de bas de page p. 164).

  • 43 Frisch-Gauthier Jacqueline « Le rire dans les relations de travail », in Revue française de sociolo (...)
  • 44 Lié au groupe d’ethnologie sociale de Paul H. Chombart de Lauwe, Retel Jacques-Olivier, Les Gens de (...)
  • 45 Peneff Jean, « Les débuts de l’observation participante ou les premiers sociologues en usine », in (...)
  • 46 Un article d’une sociologue polonaise repose également sur une enquête par observation participante (...)

42Sur la période étudiée, il faut se reporter aux recherches (publiées ailleurs que dans Sociologie du travail) d’Andrieux et Lignon (1960) et de Jacqueline Frisch-Gauthier sur le rire au travail43 ou encore celle de Jacques-Olivier Retel sur les gens de l’hôtellerie44, pour trouver des travaux utilisant cette approche dont la légitimité reste encore fragile45. La note critique de Jacques Dofny sur l’ouvrage d’Andrée Andrieux et Jean Lignon sur L’ouvrier d’aujourd’hui indique que sans cadrage minimal, la méthode est risquée46 :

L’observation participante pour être rigoureuse suppose une armature théorique et méthodologique préalable et la définition d’un problème très précis comme par exemple dans l’étude de D. Roy sur les comportements ouvriers à l’égard du salaire au rendement [...]. Mais quand il s’agit d’étudier un problème aussi vaste et imprécis que la « condition ouvrière » ou la « personnalité ouvrière » alors on serait tenté d’écrire que c’est un exemple à ne pas suivre, au risque de tomber dans des récits pleins d’intérêt, certes, mais qui ne font pas progresser la recherche en tant que recherche. (Jacques Dofny, 2/1961, p. 192).

43Quant à la portée générale de ces enquêtes, quelle que soit la méthode, la prudence est de mise. Il est fréquent de voir les articles s’achever sur des formules de précaution comme celles qui suivent :

Nous n’essaierons pas de pousser plus loin une analyse trop fragile. Nous voudrions seulement indiquer que nous voyons surtout son utilité dans cette nouvelle perspective qu’elle suggère au sociologue qui s’intéresse au problème de la bureaucratie : étudier les limites que tracent à son extension les modèles de relation d’autorité prévalant dans nos sociétés en général et dans chacune d’elle en particulier. (Michel Crozier, 1/1960, p. 75).
D’autres enquêtes sont nécessaires pour que les sociologues puissent passer du niveau actuel des hypothèses de travail au niveau des généralisations sans restriction. (Christian Dejean, 2/1961, p. 139).
[Ces réflexions] ne représentent en fait que des hypothèses de travail ou, tout au plus, un point d’arrêt et de réflexion au cours d’un programme de recherche à peine commencé et que l’on souhaite long et diversifié. (Albert Meister, 3/1961, p. 337).
Nous avons au passage avancé quelques hypothèses. Il est clair cependant que les mouvements de main d’œuvre, quel que soit l’angle sous lequel on les envisage, mettent en jeu un ensemble extrêmement complexe de facteurs ; c’est pourquoi nous avons dû souvent nous borner à constater des faits qui mériteraient des études plus approfondies. (Madeleine Guilbert 1/1962, p. 59).

44Ces prudences n’empêchent pas la revue d’accueillir dans ses colonnes d’autres études plus proches de l’essai et moins chargées en formules de précaution comme celles d’Alain Touraine sur le développement et l’Amérique Latine (4/1961 ; 1/1965).

45Notons enfin, toujours à propos du format de production, que la plupart des enquêtes de terrain supposent, en raison de leur ampleur, l’organisation d’un travail collectif qui repose sur une division du travail sociologique. Parmi les responsables d’équipe on retrouve en bonne place les fondateurs de la revue et leurs collaborateurs. En effet, les alliances fondées au début des années cinquante autour de Friedmann pour monter des équipes nécessaires à la réalisation de ces recherches participent à la définition des hiérarchies professionnelles. À la fin des années 1950, les « seconds » deviendront « premiers » et animeront leurs propres équipes et la revue. Par ailleurs ces équipes serviront de vivier pour assurer la relève du comité de rédaction après le départ des fondateurs en 1966.

La norme en creux ou l’empreinte des fondateurs

46La revue est une institution où la sociologie du travail se construit parce qu’il y est aussi dit à quoi elle doit ressembler. À travers les partis pris exprimés par les fondateurs sur ce que « doit être » l’objet de la sociologie du travail, sa méthode, ses apports, on peut lire les lignes de force d’une discipline en constitution. L’empirie seule ne suffit pas pour faire de la sociologie. Que faut-il d’autre ? Et surtout que faut-il éviter de faire ? La discussion à ce sujet occupe une place importante bien que souvent en creux, notamment dans certaines notes critiques ou comptes rendus et dans les textes de la rubrique « Poids et mesures ».

  • 47 À propos de laquelle Alain Touraine dans son bilan du Traité de sociologie du travail souligne comb (...)

47Dans ces espaces, la règle se précise, s’énonce. C’est là qu’il faut aller voir pour se faire une idée plus nette des partis pris méthodologiques et épistémologiques dont la revue porte la trace. Les comptes rendus et notes critiques deviennent des instruments de production de la norme, sources de jugements – parfois féroces – qui dépassent le cadre de la « simple » recension. « L’erreur » ou l’orientation suivies par certains auteurs suscitent l’opprobre ou la réserve et donnent prise à la disqualification du texte sociologique. Parmi les défauts majeurs identifiés on retrouve ce qu’exprimaient les fondateurs dans leurs entretiens : la tentation « philosophique », l’absence d’hypothèses et de principes d’analyse, l’absence de rigueur méthodologique et d’enquête systématique, le poids de l’idéologie47. Dans ces rappels à l’ordre c’est bien une certaine définition de la sociologie et du métier de sociologue qui est en jeu. Les règles qui en découlent participent pleinement à la construction de la légitimité de la discipline.

48Alain Touraine saisit par exemple l’occasion d’un compte rendu critique de l’ouvrage qu’André Gorz publie en 1963, Stratégie ouvrière et néocapitalisme, pour procéder à une piqûre de rappel acerbe. Principes moraux et critique économique confondus entretiennent une pensée « pré-sociologique » :

J’éprouve personnellement une certaine irritation à voir se répéter sans cesse la même opération intellectuelle, arbitraire : on pose comme une évidence l’équivalence de la société industrielle et du capitalisme quand on examine les pays occidentaux (les seuls qu’on puisse commodément étudier) et par conséquent on identifie la défense des libertés sociales avec la lutte contre un certain mode de propriété. Est-il si évident que la soumission de la consommation à l’accumulation soit le propre du capitalisme ? Certainement pas, comme le dit lui-même André Gorz (p. 97, n.1). Il en résulte une confusion fâcheuse entre des principes moraux et une critique économique. Cette confusion ne peut être maintenue que pour autant qu’on n’examine pas vraiment la réalité sociale. On se contente d’interpréter quelques faits sans jamais se livrer à une étude approfondie d’aucun [...]. Mais tant qu’on oppose en blanc et en noir des industriels qui ne sont pas des industrialisateurs mais seulement des profiteurs, et le peuple qui n’attend que l’occasion de se gérer directement dans une société entièrement transparente à elle-même, on ne fait que s’attarder dans une pensée pré-sociologique chargée d’affirmations dogmatiques. Un tel travail peut être d’une grande importance pratique, surtout quand il est mené avec un esprit aussi ouvert que celui d’André Gorz mais il n’apporte rien au sociologue. Il faut reconnaître d’ailleurs que Gorz a le mérite de ne jamais recourir aux travaux des sociologues [...]. Toute ressemblance entre [ce livre] et une étude sociologique ne peut être que fortuite. (Alain Touraine, 4/1964, p. 432-433).

  • 48 Études sociologiques, Recherches internationales à la lumière du marxisme, n° 17, janvier-février 1 (...)

49Dans un compte rendu sans appel sur les sociologues soviétiques, Jean-Daniel Reynaud, lui, fait d’une pierre deux coups. La critique méthodologique sert d’amorce pour dénoncer les démarches idéologiques, et ici, l’idéologie communiste. Il rappelle que c’est en 1956 que des soviétiques participent, pour la première fois, à un congrès international de sociologie, participation qui justifie la traduction des textes dans la publication dont Jean-Daniel Reynaud rend compte48 :

Que le thème de sociologie ait maintenant droit de cité dans les pays de l’Est, que pour justifier son emploi un certain nombre de travaux soient entrepris, voilà en effet un événement important. La plupart de ces articles ignorent pratiquement tout ce qu’est une analyse sociologique : non parce qu’ils ont une méthode et une théorie différentes de celles des « occidentaux » mais parce qu’ils n’en ont aucune. Il serait trop facile, et même fastidieux, de montrer à quel point l’invocation rituelle du marxisme léninisme y sert de paravent devant les faits plutôt que de fil conducteur pour les analyses, de montrer aussi la part importante qu’y tiennent le discours moral et l’autojustification aux dépens de l’étude proprement dite. Mais ils ont un mérite majeur, celui d’exister. Il est évidemment possible que les études d’inspiration communiste se maintiennent dans cette médiocrité déclamatoire. Mais ce n’est pas le plus probable : l’étude sociologique a sa logique propre, au moins dans les moyens de démonstration et de vérification, et si l’on veut rendre compte des faits, il faut bien employer ces moyens. Il ne serait pas surprenant que dans quelques années, une véritable discussion scientifique soit possible et qu’il y ait dans les pays de l’Est (avec l’aide de la Pologne qui possède à cet égard une riche tradition) de véritables sociologues. (Jean-Daniel Reynaud, 2/1961, p. 200-201).

  • 49 Les Conseils ouvriers en Pologne, Cahiers de la FNSP, Paris, Armand Colin, 1960.

50Relevons encore « l’absence d’un principe d’analyse et d’hypothèse de travail » dénoncée par Marc Maurice (2/1963) à propos d’un ouvrage de Robert Gubbels, La grève, qui cite en contre-exemple positif sur un sujet comparable, la recherche de Maurice Chaumont (2/1962) publiée dans la revue et qui l’amène à rejeter l’ouvrage de la catégorie « livre sociologique ». Ou encore Odile Benoît (2/1961) qui reproche à André Babeau, auteur d’un livre sur les conseils ouvriers49, une méthode d’analyse insuffisamment rigoureuse et la minceur de son corpus (la presse) pour rendre compte du fonctionnement des conseils ouvriers en Pologne.

51L’un des enseignements à tirer de ces règles de la méthode est que les approches incapables de tenir le chercheur à distance de ses penchants affectifs ou idéologiques sont inévitablement suspectes.

  • 50 Refus momentané ? Dans la note critique qu’il fait de l’ouvrage d’André Gorz dans le n° 4/1964, Tou (...)

52Plus rares sont les notes de lectures « positives » comme celle que présente Alain Touraine à propos de deux ouvrages, l’un de Serge Mallet, l’autre de Pierre Belleville. Tout en leur refusant50 le statut de « texte sociologique », il loue la pertinence du questionnement traité pour inviter les « vrais » sociologues à combler leur « retard » et à faire œuvre de plus « d’imagination sociologique » :

Ces livres ne sont pas l’œuvre de sociologues mais il faut reconnaître que la sociologie est en retard sur leurs observations et même sur leur idéologie, dans la mesure où celle-ci est une première démarche, non scientifique, de l’analyse. Le livre de Belleville apporte une information solide, des descriptions pénétrantes, celui de Mallet nous enrichit d’une réflexion originale et nous interdit formellement tout retour en arrière. Ajoutons enfin que si certains étourdis aiment à dire que les problèmes ouvriers et ceux du syndicalisme en particulier n’apparaissent qu’au passé et sont dépassés par les résultats de la prospérité, Mallet, comme Belleville, rappellent utilement à la réalité, en même temps qu’ils contraignent la recherche sociologique à plus de travail concret et à plus d’imagination théorique. (Alain Touraine, 1/1964, p. 84).

  • 51 Gille Bertrand, Recherche sur la formation de la grande entreprise (1815-1848), Paris, EPHE, 1959.
  • 52 March James et Simon Herbert, Les Organisations : problèmes psychosociologiques, op. cit.

53Les consignes portent aussi sur des aspects plus formels. Prenons la question des index. Jean-Daniel Reynaud (2/1961) à propos d’un ouvrage de Bertrand Gille51 achève sa note d’une remarque assassine : « Un seul reproche mais grave : ce livre est édité sans index. Comment excuser une pareille négligence ? ». La même leçon est relayée à deux reprises par Jean-René Tréanton : « Beaucoup d’éditeurs français ne savent pas encore qu’au xxe siècle un livre technique sans index (celui-ci n’a même pas une table des matières convenable) perd 50 % de sa valeur utile pour les “moissonneurs de l’esprit” » indique-t-il à propos de l’ouvrage de Claude Vimont La Population active (2/1961). La leçon sera répétée dans une note consacrée aux ouvrages de Pierre Bourdieu (1/1965) où il dénoncera la « décadence de l’édition scientifique » et regrettera l’absence d’index. Les remarques réprobatrices peuvent aussi porter sur la traduction, comme le fait Jean-René Tréanton à propos de l’ouvrage de March et Simon, Les Organisations : problèmes psychosociologiques52. Ce compte rendu, rappelle Jean-Daniel Reynaud, dans son entretien aboutira à la révision de la traduction lors de sa seconde édition.

54En complément de cet effort pour définir le métier, contemporain de la professionnalisation de la discipline, les débats se développent à partir du numéro 3/1962, avec l’introduction de la nouvelle rubrique « Poids et mesures ». Celle-ci est justifiée ainsi :

La sociologie du travail n’est pas un monde clos. Elle est influencée par les idées et les résultats qu’apportent d’autres branches de la sociologie ou d’autres sciences du travail et parfois les influence à son tour. C’est pour développer ces échanges que nous ouvrons cette nouvelle rubrique. (3/1962, p. 285).

55Le caractère volontariste de cette rubrique est patent : dix notes sur treize publiées dans cette rubrique entre 1962 et 1966 sont de la plume des fondateurs.

Poids et mesures
- Trois notes ont été écrites par Michel Crozier : l’une sur le congrès de Washington, l’autre sur La Réforme de l’entreprise – rapport Bloch Lainé – et la dernière sur la réponse à Alain Touraine concernant la critique du Phénomène bureaucratique.
- Trois proviennent de Jean-Daniel Reynaud dont deux portent sur les ouvrages de Jean Fourastié La Politique des revenus et La Grande métamorphose, une autre sur celui d’Annie Kriegel sur Les Origines du communisme français.
- Deux notes ont été écrites par Alain Touraine sur Le Traité de sociologie de Parsons, et le congrès de Washington.
- Deux par Jean-René Tréanton, l’une sur « la démographie militante », l’autre est une note décapante, sous forme de « dialogue imaginaire » sur l’ouvrage de Pierre Bourdieu, Les Héritiers.
- Les trois restantes sont rédigées par Georges Friedmann (« Proudhonien ? Optimiste ? » (réponse à Pierre Naville), Marc Maurice et Jean-Pierre Worms sur Le Political Man de Lipset.

  • 53 Jean-Daniel Reynaud avait été chargé de préparer ces journées d’études [Archives du Club Jean Mouli (...)

56Aussi peut-on considérer que cette rubrique constitue pour eux un instrument privilégié pour imprimer leur « marque » à la revue en donnant un cours plus libre à leurs convictions et en choisissant d’écrire sur leurs centres d’intérêt majeurs. La moitié des articles sont consacrés à des recensions d’ouvrages dont il s’agit à la fois de souligner l’importance et les débats qu’ils suscitent. Ces recensions sont l’occasion pour leurs auteurs d’affirmer un point de vue sur une question de société : « la politique des revenus » (Jean-Daniel Reynaud), ou encore la « réforme de l’entreprise » (Michel Crozier) ou encore la « démographie militante » (Tréanton). Deux de ces thèmes sont en lien direct avec les débats présents au Club Jean Moulin. C’est le cas pour la reforme de l’entreprise, cela vaut également pour la thématique de la politique des revenus qui fut l’objet même du colloque de Royaumont de 196453 préparé par Jean-Daniel Reynaud.

57Certains événements scientifiques sont propices à l’explicitation des contours de la recherche sociologique. Il en est ainsi de la sortie du Traité de sociologie du travail de Georges Friedmann et Pierre Naville et du congrès de Washington. À la lumière de ces deux occasions, les soubassements de la discipline apparaissent à la fois solides et fragiles. Cet aspect du « bilan » – la fragilité de la discipline – se manifeste à partir des livraisons de 1962. La revue n’est plus seulement le reflet des productions en cours. Elle s’expose à la controverse. Le premier à entamer ce retour de la sociologie du travail sur elle-même, Alain Touraine, parle de « trouble profond » (« la sociologie du travail n’est-elle qu’une sociologie appliquée ? » se demande-t-il), et déjà « d’éclatement de la discipline » (« son unité échappe »), dans le compte rendu qu’il signe du Traité de sociologie du travail. Plus qu’une simple recension, ce compte rendu est un véritable bilan de la sociologie du travail. Il y fixe des orientations nouvelles qui sont rien moins que le programme de recherche qu’il a commencé à mettre lui-même en œuvre dans le cadre du Laboratoire de sociologie industrielle. Alain Touraine propose sa vision de cette discipline reine, au cœur de la sociologie, parce que « son objet est l’expérience “historisante” ».

Un bilan de la sociologie du travail par Alain Touraine (3/1962)
« On parlait plus volontiers, voici quelques années, de sociologie industrielle. Ce changement de vocabulaire semble s’expliquer simplement par le désir d’étendre les études aux travaux non industriels, primaires ou tertiaires. Mais il indique un trouble plus profond, car si la plupart des études portent encore sur le travail industriel, elles s’écartent de plus en plus les unes des autres pour les raisons que nous venons de dire et la notion de travail semble souvent mise en avant pour conjurer une dissociation de thèmes traditionnellement liés plutôt que pour fonder sur des principes clairs l’unité d’une discipline scientifique. Il ne s’agit pas ici d’ouvrir une nouvelle bataille de frontières, mais de décider de l’orientation des recherches sociologiques elles-mêmes : qui d’entre nous est insensible à l’extrême diversité des problèmes traités communément par la sociologie du travail : évolution du travail et des qualifications, psychologie industrielle, psychosociologie des entreprises, sociologie des organisations, étude des mouvements sociaux à base ouvrière, droit social, aspects sociaux des changements économiques, etc.? Qui n’a pas eu plus d’une fois l’impression que le sociologue rassemblait et présentait des études que d’autres que lui, plus spécialisés, étaient seuls capables d’élaborer ? N’est-il donc alors qu’un spécialiste des généralités, en d’autres termes la sociologie du travail n’est elle qu’une sociologie appliquée ? [...]
(Conclusion) La sociologie du travail n’est ni un ensemble théorique autonome, ni un champ d’application de plusieurs modes d’analyse complètement indépendants. Si on la définit par son objet concret, non seulement son unité échappe, mais elle se vide de tout contenu propre, et R. Pagès a entièrement raison de rappeler qu’il n’y a pas de psychosociologie industrielle, mais une psychologie sociale s’appliquant aux situations de travail comme à d’autres. Elle est donc moins une méthode d’analyse propre qu’un ensemble de problèmes [...]. La sociologie du travail apparaît ainsi située au cœur de la sociologie, parce que son objet est l’expérience « historisante » par excellence : le travail, principe de définition d’une situation historique, ni matériellement, ni philosophiquement, mais comme action transformatrice de l’homme sur la nature, sur les autres hommes, et sur lui-même. La diversité des sujets traités dans ces deux volumes montre que la sociologie du travail est fort éloignée aujourd’hui de se contenter d’être une psychosociologie de l’entreprise. Celle-ci n’est plus suspendue dans un vide social et culturel mais à mesure que s’élargit la scène, il est naturel qu’y apparaissent plus clairement les grands rôles de l’analyse sociologique et d’abord d’un côté la théorie des organisations, de l’autre celle des mouvements sociaux dont le dialogue doit être écouté et compris aujourd’hui par tous les sociologues. »

  • 54 Gurvitch Georges, La Vocation actuelle de la sociologie, Paris, PUF, 1957.

58L’institutionnalisation bien réelle de ce domaine, à la fin des années cinquante (création de revues, publication de traités, postes d’enseignement…), ne doit pas masquer le fait que « la » sociologie du travail a toujours été traversée de sensibilités, de lignes de force, de systèmes d’interprétation, d’ambitions, de formes de pensée et d’explication trop variées pour prétendre à une quelconque unité. Par un objet polysémique (le travail), par sa foi inébranlable dans la démarche empirique plus que par une lecture théorique commune, par la distance critique affichée vis-à-vis de la sociologie industrielle américaine des relations humaines ou de ce que l’on dénommait la plant sociology, la discipline n’obéit nullement à une quelconque « vocation54 » partagée.

59Laissons la parole, pour clore ce périple, à deux des fondateurs. Cette discussion concerne la parution du Phénomène bureaucratique et paraît en 1964 dans les rubriques « Notes critiques » et « Poids et mesures ». Elle oppose « le rationalisme libéral de Michel Crozier » au « volontarisme d’Alain Touraine ».

Le libéralisme de Michel Crozier vu par Alain Touraine
« Le Phénomène bureaucratique est-il un livre important, un de ceux qui marqueront à la fois la recherche sociologique et la pensée sociale d’une génération ? [...] Pour moi qui dirai tout ce qui m’éloigne de ce livre, je déclare d’abord que je lui reconnais cette importance et j’ajoute que Le Phénomène bureaucratique m’apparaît comme l’œuvre la plus importante qui ait été produite par les sociologues européens de la génération de son auteur. [...] Le livre repose sur une idée fondamentale, qui forme l’essence même du libéralisme : l’action humaine n’est bonne que pour autant elle qu’elle est adaptée à son environnement. L’insistance extrême de Crozier sur les problèmes du changement et sur la résistance au changement du système français traduit pratiquement ce principe central d’analyse. Mais celui-ci serait à la fois pauvre et inquiétant si on ne reconnaissait pas à cet environnement à caractère éminemment rassurant, des tendances d’évolution bénéfiques. Crozier, il faut y revenir, se place délibérément dans la grande famille des penseurs naturalistes et optimistes : c’est parce que l’évolution est progrès qu’il faut lui faire confiance au lieu de se raidir, de tempêter, de brandir de grands principes qui ne sont en fait et dérisoirement que des instruments de défense et de conservatisme. Cette pensée libérale et confiante se retrouve chaque fois que les forces de production progressent plus vite que les institutions et c’est avec la certitude d’être du côté du progrès que Crozier démarque tous les grands principes qui ne recouvrent que de petits intérêts, ébranle les colonnes de tous les temples qui ne sont que des boutiques [...]. Ce néo-rationalisme qui est aussi un néo-libéralisme m’apparaît même comme très opposé à la démarche normale de la pensée sociologique. À la limite on nous propose une analyse de la société d’où les fins de l’action historique sont exclues ; on nous demande de reconnaître que l’histoire fait les hommes et que les hommes ne font pas leur histoire, alors que la première, la plus fondamentale démarche de la sociologie, à nos yeux est de comprendre comment les hommes définissent, organisent, structurent le champ de leurs expériences [...]. Si je ne donne pas mon adhésion à ce livre, c’est parce que je crois que toute société dont la base technique et économique se trouve en progrès beaucoup plus rapide que ses institutions, cède à la tentation du scientisme, de l’évolutionnisme et de sa propre réification optimiste. L’opposition et le conflit des forces sociales, le caractère dialectique de l’action historique peuvent se trouver un instant masqués ; j’ai déjà dit pourquoi je ne pense pas que leur disparition doive être plus définitive qu’au xixe siècle où les prophètes de leur dépassement radical n’ont pas manqué… » (Alain Touraine, Notes Critiques, n° 2/1964, p. 188-197).

Le volontarisme d’Alain Touraine vu par Michel Crozier
« Ce qui m’a le plus frappé en lisant la longue note qu’il a consacrée à l’analyse critique du Phénomène bureaucratique c’est qu’Alain Touraine ait pu y découvrir en toute bonne conscience, une signification si éloignée de celle que j’avais voulu y mettre. Dans un ouvrage élaboré à partir de recherches empiriques et dont tout l’effort de réflexion vise à constituer une sociologie positive débarrassée des traditionnelles et paralysantes disputes idéologiques, il n’a vu finalement qu’une preuve de doctrine politique et philosophique. Je ne contesterai pas à Touraine, cela va de soi, le droit de s’intéresser avant tout au caractère contingent d’une œuvre, à ce qu’elle révèle directement ou à son insu des aspirations et des tendances de son époque. Mais je voudrais montrer qu’une telle attitude risque de conduire à des erreurs d’interprétation graves, quand il s’agit d’un travail de recherche qui doit être jugé d’abord en fonction de ses mérites scientifiques, car ses implications idéologiques toujours complexes et parfois contradictoires ne reflètent pas sa véritable signification dans l’histoire des idées. Ce que je lui reprocherai le plus dans cette perspective, c’est finalement d’accepter beaucoup trop vite les propositions contenues dans Le Phénomène bureaucratique. Il me pardonnera de voir là une sorte de fuite. Les commentaires chaleureux dont il me gratifie me gênent. J’ai l’impression qu’il est trop heureux de pouvoir louer la cohérence, l’élégance et l’importance de mes hypothèses comme s’il pouvait ainsi se dispenser d’avoir à discuter de leur bien-fondé et de leurs possibles implications pratiques. Il n’est finalement si élogieux à mon avis que parce qu’il s’apprête à rejeter en bloc toutes les propositions contenues dans le livre, une fois qu’il aura pu démontrer qu’elles découlent d’une option idéologique contraire à ses principes. C’est la raison pour laquelle il centre toute son analyse sur la partie qui lui paraît, de ce point de vue, la plus vulnérable, mon essai sur la société française. Dans ce domaine en effet un léger glissement de perspective permet de considérer comme normatives les conclusions dont j’avais pris bien soin pourtant d’affirmer le caractère comme un puzzle, Touraine peut rejeter ou du moins tenir à distance toute ma construction qui apparaît alors, une fois remise ainsi sur sa vraie base, toute entière entachée du même vice.
Contrairement aux apparences, je ne crois pas pourtant que le vrai débat entre nous puisse se situer au plan des orientations de pensée. Je n’arrive pas à imaginer sérieusement Alain Touraine comme le champion d’une tradition jacobine volontariste face à l’envahissement du rationalisme libéral qui accompagne la prospérité économique et dont je serais le porte-parole et le penseur. Nous divergeons, certes, mais de façon plus modeste : ce qui irrite et fascine à la fois Touraine dans la thèse que je défends c’est qu’elle constitue une sorte d’entreprise de désenchantement de l’action sociale. À travers ses réactions par bien des côtés passionnées, il me semble percevoir comme un écho du grand mythe romantique de l’intellectuel créateur d’action, dans lequel le monde occidental s’est complu depuis les années 30. » (Michel Crozier, 3/1964).

60Il s’agit là, soulignons-le, du seul « vrai » débat, de la seule dispute ouverte dont la revue porte la trace, durant les six années de leur collaboration. On voit ici deux personnalités s’affronter dans ce qui ressemble un peu à un combat de chefs. Cet affrontement est d’ailleurs évoqué en des termes très différents dans les entretiens. Que Touraine s’en souvienne encore aujourd’hui sur le mode de l’excuse, presque du regret, craignant d’avoir blessé son collègue, confirme leur souci de préserver l’image d’une équipe d’accord sur l’essentiel – en dépit d’une certaine tendance à l’évitement (« on ne se parlait pas » rappelle Crozier dans son entretien). Les rapports interpersonnels entretenus par le quatuor ne se déchiffrent pas si aisément.

Notes

1 Monjardet Dominique, « À la recherche des fondateurs : les traités de sociologie du travail », in Le Travail et sa sociologie. Essais critiques, Durand Claude (dir.), Paris, L’Harmattan, 1985, p. 115-138.

2 Tripier Pierre, Rapport sur le développement de la sociologie du travail, préparé pour le PIRT-TEM, février 1984.

3 Lallement Michel, « Du travail à l’emploi, de l’organisation à l’entreprise : un double tournant problématique », in La Sociologie française contemporaine, Berthelot Jean-Michel (dir.), Paris, PUF, 2000, p. 145. Elle est reprise encore, par Paradeise Catherine, « The French Sociology of Work and Labor From Workshops to Labor Markets and Work as Distributed action », in Organization Studies, vol. 25, n° 4, 2004, p. 633-653.

4 Thuderoz Christian, Sociologie des entreprises, Paris, La Découverte, « Repères », 1997, p. 7

5 Erbès-Seguin Sabine, Sociologie du travail, Paris, La Découverte, « Repères », 1999.

6 Prost Antoine, « Qu’est-il arrivé à la sociologie du travail française ? », in Le Mouvement social, n° 171, 1995, p. 80.

7 On peut penser que s’ils ne doivent « plus » s’y limiter c’est qu’ils ont eu tendance à l’être…

8 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », op. cit.

9 Voir aussi Michel Crozier évoquant les débuts : « Pour comprendre ce qui s’est passé et ce que nous avons apporté, il faut bien saisir la passion principale qui était la nôtre – la passion du terrain. C’était une génération très passionnée, l’époque était pleine de passion, de passions et de conquêtes. Nous sommes maintenant aussi dans une période de passions mais on n’est pas passé à l’idée qu’on va inventer le monde, on est plutôt en restriction, on se défend pour garder notre monde. Nous, nous étions d’une naïveté merveilleuse, on croyait qu’on pouvait fonder le monde et tout s’est passé autour du terrain, le terrain était ce qui nous réunissait », Crozier Michel, « Nous avons réinventé la sociologie », in L’Œil du sociologue. Études réunies autour d’Henri Mendras, Jacques-Jouvenot Dominique (dir.), op. cit., p. 93.

10 Il le fait dans un entretien accordé à la revue Esprit, op. cit, 1975, p. 587-605 et dans Un désir d’histoire, op. cit., p. 32 sq.

11 Dont les 2/3 sont des enquêtes francophones (françaises et belges)

12 Callon Michel, « Les méthodes d’analyse des grands nombres », in Sociologies du travail 40 ans après, Pouchet Amélie (dir.), Paris, Elsevier, 200, p. 335.

13 Sur cette distinction liminaire, qui signe l’acte de naissance de la discipline et sert toujours à différencier la sociologie « du travail » française de la sociologie « industrielle » américaine, on se reportera à l’ouvrage très complet de Pierre Desmarez : Desmarez Pierre, La Sociologie industrielle aux États Unis, Paris, Armand Colin, « U », 1986.

14 Elle est d’ailleurs abondamment reprise à l’occasion d’anniversaires ou d’éditoriaux ultérieurs de la revue (en 1979, 1982, 1989, 2001). La définition figure aussi dans plusieurs manuels lorsqu’il s’agit d’évoquer le Traité de sociologie du travail (Stroobants Marcelle, Sociologie du travail, Paris, « 128 », 1993, p. 6 ; Erbès-Seguin Sabine, Sociologie du travail, op. cit., 1999, p. 35).

15 Voici ce qu’en dit Raymond Aron en 1983 évoquant son propre rapport au terrain : « J’appartiens à une génération intermédiaire entre celle des disciples directs de Durkheim et la génération pour laquelle la conversion de la philosophie à la sociologie implique les recherches empiriques. Professeur à Bordeaux en 1945, aurais-je entrepris des enquêtes, fait mon apprentissage sur le tas avec les étudiants ? Il se peut, mais je n’en suis pas sûr. G. Friedmann n’est pas allé jusqu’au bout de la conversion. Pour moi le retour à la Sorbonne intervient trop tard ; j’avais cinquante ans, je ne voulus pas renoncer au journalisme et à l’action dans la politique française ; les relations internationales (qui ne suscitent guère d’enquêtes empiriques) retenaient la moitié de mon intention et de mon temps. » (Aron Raymond, Mémoires. 50 ans de réflexion politique, Paris, Julliard, p. 349).

16 Malgré quelques critiques : Erbès-Seguin Sabine, Sociologie du travail, op. cit, p. 35 parle par exemple de « plus petit commun dénominateur, permettant de rassembler dans un même ouvrage un kaléidoscope de recherches sans unité théorique » ; Michel De Coster dans son introduction au Traité de sociologie du travail, l’évoque pour immédiatement en souligner les insuffisances : une telle définition conviendrait aussi bien pour définir la psychologie, l’économie ou le droit du travail. Il propose en remplacement la définition suivante : « La sociologie du travail a bien pour objet d’étudier les phénomènes sociaux qui naissent à la faveur du travail en s’efforçant d’en chercher l’explication dans la réalité sociale elle-même, que celle-ci, au demeurant, ressortisse ou non au monde du travail » (Coster Michel de, Pichault François, (dir.), Traité de sociologie du travail, 1994, op. cit., p. 2-3).

17 Domaine investi on le sait, par l’ergonomie (sur ce point, voir Borzeix Anni, « De quelques fausses similarités, gros malentendus et vrais terrains d’entente », in Travail et emploi, n° 94, avril 2003, p. 31-36.

18 Voir les archives présentées dans la partie précédente, p. 139.

19 Jean Stoetzel fut le directeur du centre de 1956 à 1968. Pour une présentation de l’activité du CES, voir Vannier Patricia, « Les caractéristiques dominantes de la production du Centre d’études sociologiques (1946-1968) : entre perpétuation durkheimienne et affiliation marxiste », Revue d’histoire des Sciences humaines, n° 2, 2000, p. 125-146.

20 Qui sont les sociologues du travail rattachés au CES au tout début des années soixante ? Citons : Jacques Dofny, Jacqueline Gauthier, Madeleine Guilbert, Viviane Isambert-Jamati, Yves Legoux, Dominique Lahalle, Pierre Naville, Maurice de Montuclard, Jean-René Tréanton, Pierre Rolle, Michel Crozier, René Bassoul, Odile Benoît, William Grossin, Christiane Barrier. La plupart d’entre eux signeront plusieurs articles dans les premiers numéros de Sociologie du travail.

21 Connectée dès lors que les responsables du CES faisaient partie des organes de direction de l’ISST et que les chercheurs du CES pouvaient se faire détacher, le temps de l’enquête, à l’ISST.

22 Rappelons qu’en 1959 un groupe d’experts présidé par Michel Debré alors premier ministre, accompagné du directeur général de la SNCF (Louis Armand) et d’un économiste libéral (Jacques Rueff) avaient été missionnés pour examiner « les situations de fait ou de droit qui constituent un obstacle à l’expansion de l’économie ». Rapport sur les obstacles à l’expansion économique, Paris, Imprimerie Nationale, 1960. Ce rapport avait pointé les lourdeurs de l’interventionnisme étatique. Pour une éclairante présentation de ces enjeux voir Bezès Philippe, « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve République : la construction du “souci de soi de l’État” », op. cit., p. 307-325.

23 Ainsi la CECA finance dans ce cadre européen des enquêtes de l’ISST (notamment celle présentée par Alfred Willener). Cf. OCDE, Répertoire des recherches et des instituts dans les sciences humaines appliquées aux problèmes du travail, 1962. Sur la naissance et les financements par la DGRST voir Duclerc Vincent, « La naissance de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique. La construction d’un modèle partagé de gouvernement dans les années soixante », in Revue française d’administration publique, vol. 112, 2005, p. 647-658 et surtout Masson Philippe, « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », in Genèses, vol. 62, n° 1, 2006, p. 110-128. Pour une vue d’ensemble : Bezès Philippe et al. L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, La Découverte, « Recherches », 2005.

24 Maurice Marc, « Le déterminisme technologique dans la sociologie du travail (1955-1980), un changement de paradigme ? », in Sociologie du travail, vol. 21, n° 1, 1980, p. 22-36.

25 Drouard Alain, « Réflexions sur une chronologie, le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », in Revue française de sociologie, vol. 23, n° 1, p. 60 sq. Notons qu’à l’étranger les supports institutionnels de la recherche n’étaient toutefois pas identiques. Burkart Lutz (1/1959) apporte d’utiles éclairages sur les conditions d’institutionnalisation de la sociologie en Allemagne en évoquant notamment le rôle de la fondation Rockefeller, mais aussi une plus grande fragilité des chercheurs en raison de l’absence d’institutions stables comme le CNRS. Du côté des recherches américaines il faut aussi compter sur le soutien de la fondation Ford (celui-ci est mentionné dans l’article de Gérald Somers (1/1965 p. 61 note 1)). Sur le rôle de la fondation Rockefeller en France avant guerre voir Mazon Brigitte, Aux origines de l’EHESS. École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain, Paris, Cerf, 1988. Sur ces interfaces privé-public et France-Amérique, signalons que c’est grâce à l’aide financière de la fondation Rockefeller qu’a été créée la VIe Section (sciences économiques et sociales) de l’École pratique des hautes études, institution où Alain Touraine créa en 1958 son propre laboratoire, le LSI. Il bénéficia d’un financement de cette fondation pour ses travaux sur la conscience ouvrière. Du côté des sociologues belges on bénéficie aussi des subsides du plan Marshall et de l’aide de la CECA comme le mentionne Christian Dejean (2/1961), chercheur à l’Institut Solvay qui précise, dans son article, que les « travaux sont menés pour le compte de l’Office Belge pour l’Accroissement de la Productivité et de la CECA ».

26 Autres liens institutionnels : Jean-Daniel Reynaud, proche de Yves Delamotte appartiendra d’ailleurs, en 1963, avec d’autres personnalités (dont Georges Friedmann) à l’une des instances de gestion du centre « Le comité permanent des recherches » qui « constitue une instance propre au centre de recherche. Il examine avec le directeur et le directeur adjoint les problèmes liés à l’activité du centre ». Cette précision est indiquée dans le numéro 1/1963 de la Revue française du travail.

27 Guilbert, Lowit, Roussel (1/1964), Maurice (3/1965), Reynaud, Bernoux et Lavorel (4/1966).

28 Centre de recherche ad hoc créé par Pierre Naville pour mener à bien sa grande enquête sur l’automation, à défaut d’être accueilli par d’autres institutions existantes.

29 Raymond Aron (50 ans de réflexion politique. Mémoires, op. cit., p. 349) revient sur cette création. En 1968 Bourdieu fonda le Centre de sociologie européenne (CSE). Notons que dans les signatures de Sociologie du travail, les chercheurs rattachés au Centre européen de sociologie historique signaient aussi « Centre de sociologie européenne » (cf. Bourdieu 1/1963, Crozier et Lautman 4/1964 ; Sainsaulieu 2/1965).

30 Après une tentative infructueuse de rapprochement avec le LSI. Quant à Jean-Daniel Reynaud, il créa son laboratoire au CNAM en 1969 (Laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles).

31 Plus proche d’Yves Delamotte, Jean-Daniel Reynaud intégrera en 1967, le Conseil de perfectionnement de l’ISST.

32 Prost Antoine, « Les origines de la politique de la recherche en France (1939-1958) », in Cahiers pour l’histoire du CNRS, 1989, n° 1, p. 41-62.

33 Masson Philippe, « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », in Genèses, Vol. 1, n° 62, 2006, p. 110-128.

34 Ibid.

35 Le doctorat de troisième cycle a été créé en avril 1958, l’année même où les facultés des Lettres deviennent « Facultés des Lettres et Sciences Humaines ».

36 Vannier Patricia, « Inscription scientifique et mise en norme des savoirs dans le texte sociologique de l’après-guerre », in Figures du texte scientifique, Berthelot Jean-Michel (dir.), Paris, PUF, 2003, p. 236.

37 Vannier Patricia, op. cit. ; Chapoulie, Jean-Michel, « La seconde fondation… », op. cit., p. 340.

38 Marcel Jean-Christophe, « Le déploiement de la recherche au Centre d’études sociologiques (1945-1960) » in La Revue pour l’histoire du CNRS, vol. 13, 2005.

39 Reynaud Jean-Daniel, Cours de psychosociologie industrielle, Paris, FNSP, 1956.

40 Roger Daval, François Bourricaud et Yves Delamotte.

41 Pécaut Daniel, « La sociologie à la VIe section », in Une école pour les sciences sociales. De la VIe section à l’École des hautes études en sciences sociales, Revel Jacques, Wachtel Nathan (dir.), Paris, Le Cerf-EHESS, 1996, p. 159.

42 Constante historique marquant un certain désintérêt en sociologie pour l’observation participante en France : il faudra attendre 2006, pour que paraisse une traduction des textes classiques de Donald Roy. Roy Donald, Un sociologue à l’usine. Textes essentiels pour la sociologie du travail, Paris, La Découverte, « Classiques. Grands repères », 2006. Introduction de J.-M. Chapoulie, postface de Howard Becker.

43 Frisch-Gauthier Jacqueline « Le rire dans les relations de travail », in Revue française de sociologie, vol. 2, n° 4, 1961, p. 292-303 ainsi que « L’adaptation aux travaux spécialisés dans une petite entreprise », in Bulletin du CERP, avril-sept 1958.

44 Lié au groupe d’ethnologie sociale de Paul H. Chombart de Lauwe, Retel Jacques-Olivier, Les Gens de l’hôtellerie, Paris, Les Éditions ouvrières, 1965. Il est toutefois rendu compte de cet ouvrage dans Sociologie du travail par Jacqueline Frisch (3/1965, p. 319).

45 Peneff Jean, « Les débuts de l’observation participante ou les premiers sociologues en usine », in Sociologie du travail, n° 1, 1996, p. 25-44.

46 Un article d’une sociologue polonaise repose également sur une enquête par observation participante : Kulpinska Jolanta (université de Varsovie), « Les fonctions non productrices d’une entreprise industrielle » (1/1966).

47 À propos de laquelle Alain Touraine dans son bilan du Traité de sociologie du travail souligne combien les tentations sont grandes de se laisser « déborder » : « Plus l’action ouvrière apparaît comme un principe de transformation ou de bouleversement des institutions et plus la sociologie du travail occupe une place importante dans les sciences sociales. Son histoire reste avant tout liée à celle de la revendication, des réformes et des révolutions qui marquent la naissance des sociétés industrielles. Ceci explique en même temps que le grand nombre des études consacrées au travail dans les pays industriels, la difficulté qu’éprouvent les sociologues à se soumettre en ce domaine aux conditions d’une recherche scientifique. Ils sont constamment tentés, soit qu’ils restent sur la rive et contemplent le courant de l’histoire, soit qu’ils s’y jettent, de soumettre leurs observations à une philosophie de l’histoire ou, s’ils se défient de celle-ci, à se restreindre à une histoire événementielle du présent et du passé récent qui rejoint la philosophie de l’histoire au moins par un commun renoncement à la volonté de définir les concepts indépendants d’une vision globale du concret et de son sens » (Alain Touraine, 3/1962, p. 278).

48 Études sociologiques, Recherches internationales à la lumière du marxisme, n° 17, janvier-février 1960, Paris, Les Éditions de la Nouvelle Critique.

49 Les Conseils ouvriers en Pologne, Cahiers de la FNSP, Paris, Armand Colin, 1960.

50 Refus momentané ? Dans la note critique qu’il fait de l’ouvrage d’André Gorz dans le n° 4/1964, Touraine semble rectifier ce jugement, du moins pour Serge Mallet : « On se contente d’interpréter quelques faits sans jamais se livrer à une étude approfondie d’aucun. De ce point de vue, Mallet, examinant quelques entreprises, apporte des éléments, qu’on peut contester, mais qui ont l’immense mérite d’exister, et il agit ainsi en sociologue. » (Touraine, 4/1964, p 433). Pour un historique des débats sur la « Nouvelle classe ouvrière » voir Kourchid Olivier, « La Nouvelle Classe ouvrière : historique et débats », in Sociologues et sociologies. La France des années 60, op. cit, p. 197-226.

51 Gille Bertrand, Recherche sur la formation de la grande entreprise (1815-1848), Paris, EPHE, 1959.

52 March James et Simon Herbert, Les Organisations : problèmes psychosociologiques, op. cit.

53 Jean-Daniel Reynaud avait été chargé de préparer ces journées d’études [Archives du Club Jean Moulin, Dossier 1CJM2 DR1]. Courrier du 14 octobre 1964, « Préparation de Royaumont – Jean Daniel Reynaud pense que le débat pourrait essentiellement porter sur les trois aspects suivants :
- Structures des organismes professionnels ;
- Problèmes des relations entre administration et partenaires sociaux ;
- Problèmes des rapports entre syndicats et action politique. »

54 Gurvitch Georges, La Vocation actuelle de la sociologie, Paris, PUF, 1957.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre De jeunes ouvriers en tenue de travail sur fond de cheminées d’usine, illustrant la communication de Nicole Leplâtre, en 1959 dans La Nef.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Note manuscrite de Jean-Daniel Reynaud commentant le manuscrit de Bernard Mottez. [Sources : archives Bernard Mottez].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Carte perforée ayant servi au traitement des données quantitatives de l’enquête sur les tabacs.[
Crédits Sources : archives de Michel Crozier, Centre de sociologie des organisations].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search