Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Troisième partie. Passage en revue

Ouvertures

Texte intégral

  • 1 Jean-Christophe Marcel rappelle par exemple que, sur les années qui précèdent la création (...)

C’est par les termes suivants : « ouverture », « interdisciplinarité », « rencontres », « débats » que Jean-Daniel Reynaud qualifie le projet éditorial, en y ajoutant l’ouverture à la société civile et aux articles de praticiens. Michel Crozier de son côté revient, dans son entretien, sur deux autres dimensions clés : l’importance que revêt le public des cadres ainsi que le regard dirigé « vers l’Amérique ». Cette ouverture se concrétise effectivement et sur trois fronts, par la place faite à des contributions de chercheurs étrangers, par la sollicitation d’auteurs appartenant au monde de l’entreprise – cadres dirigeants ou syndicalistes – et enfin, dans l’accueil fait à d’autres disciplines que la sociologie. Cette exigence est repérable aussi bien dans les articles eux-mêmes que dans les autres rubriques de la revue. Comme dans les autres revues de sciences sociales dès les années 19501 on ne lésine pas sur les comptes rendus d’ouvrages (de sociologie, d’histoire, de management, d’économie…), français et étrangers, ni sur les notes critiques. La littérature grise (rapports du BIT, actes de colloques, thèses…) est loin d’être oubliée. Les rubriques « bibliographie » et « actualité » viennent compléter l’information en signalant colloques, conférences, numéros de revues françaises ou étrangères etc. On peut presque encore rêver à l’époque d’un savoir complet qu’il suffirait de débusquer, de rassembler et de traduire pour pouvoir l’offrir au lecteur. Les fondateurs s’investissent activement dans cette tâche de recension et de traduction. Ils assurent à eux quatre la rédaction d’un quart des comptes rendus et près de la moitié (47 %) des notes critiques.

Ouvertures cosmopolites

  • 2 Cette proportion est largement supérieure à celle annoncée dans le recensement fait par Od (...)
  • 3 Voir paragraphe suivant. À cela il convient d’ajouter les articles de chercheurs français (...)

1On ne peut qu’être frappé par le caractère international de la revue. Trois numéros spéciaux ont porté sur des pays ou continents étrangers : Amérique Latine (4/1961), Pologne (1/1966), Japon (2/1966). Le nombre des contributions d’auteurs étrangers – plus du tiers (37 % exactement) de l’ensemble des articles publiés, soit une cinquantaine au total2 – souligne clairement l’importance accordée par le comité de rédaction à la diffusion des travaux étrangers : travaux européens (Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Italie, Pologne) mais également en provenance du reste du monde (d’Amérique du Sud ou du Japon) et bien sûr des États-Unis3.

2Pour faire connaître au public français le résultat d’enquêtes de sociologie du travail comparables à celles réalisées en France, pour étoffer intellectuellement la sociologie du travail en apports extérieurs, les fondateurs ont joué un rôle essentiel de passeurs-traducteurs.

3Ainsi Michel Crozier signe une traduction et sa femme une autre, Jean-Daniel Reynaud cinq, Alain Touraine deux, et Jean-René Tréanton sept. Trois d’entre elles sont réalisées en duo par Jean-René Tréanton et Jean-Daniel Reynaud. Au total, un quart des articles sont traduits directement par le quatuor. Cet appétit pour les travaux étrangers se voit ailleurs, dans les comptes rendus de lecture et les riches notes critiques ou recensions thématiques de séries d’ouvrages. Il ne s’agit pas seulement de faire connaître des ouvrages mais aussi de « fabriquer » la discipline en produisant des jugements critiques relatifs à une production sociologique déjà abondante qui peut servir de modèle ou de contre-modèle.

4L’attention portée à ce qui s’écrit hors des frontières hexagonales alimente très directement les réflexions relatives à la discipline en cours de constitution en France. Ainsi, de manière récurrente, on traite de l’articulation entre théorie et pratique, de l’usage social de la sociologie ou encore de méthodologie. Les revues naissantes sont aussi l’objet de recensions systématiques. La sociologie du travail se construit et s’invente aux frontières de la France, en Europe, mais également au Japon et en Amérique Latine. Des préoccupations comparables entraînent le besoin d’une confrontation permanente au sein d’une communauté professionnelle désormais élargie. Dés 1950 les congrès mondiaux de l’Association internationale de Sociologie ont favorisé ce mouvement : Zurich (1950) ; Liège (1953) ; Londres (1956) ; Milan/Stresa (1959) ; Washington (1962) ; Evian (1966), etc.

5Une attention toute particulière est portée à « l’état » de la sociologie du travail dans les pays européens ou voisins.

  • 4 Jean-René Tréanton (2/1961 p. 189) rend compte par ailleurs de ses travaux.
  • 5 L’article publié dans Sociologie du travail est la traduction de « The Causal Texture of O (...)
  • 6 John Goldthorpe a publié en 1963 avec David Lockwood, Frank Bechhofer, Jennifer Platt, The (...)
  • 7 L’article publié est la traduction de « Micropolitics : Mecanisms of Institutional Change  (...)

6La Grande Bretagne : une demi-douzaine d’articles d’auteurs dont certains sont devenus de grands « classiques » de la sociologie du travail ou de la théorie des organisations sont publiés : Henry Phelps Brown (2/1960) de la London School of Economics4 ainsi que Chester et Forsyth de l’université de Manchester (3/1961) traduits par Jean-René Tréanton mais surtout Emery et Trist (4/1964)5, chercheurs au Tavistock Institute, John Goldthorpe du King’s College de Cambridge (1/1961 ; 2/1963)6 et Tom Burns (3/1962) de l’université d’Edimburg7.

7C’est ainsi que Jean-Daniel Reynaud (2/1960) ouvre le compte rendu d’un numéro spécial du British Journal of Sociology (W, 3, sept 1959), sur la sociologie industrielle où sont notamment présentés les travaux de John Goldthorpe :

La sociologie industrielle est-elle en marge de la sociologie tout court, parent pauvre destiné aux tâches humbles et pratiques, tandis que d’autres se revêtent de la dignité de la pensée ? Lui consacrer un numéro spécial, c’est déjà trancher la question. (Jean-Daniel Reynaud, 2/1960, p. 190).

  • 8 Qui lui-même a consacré un article à l’historique du département des sciences sociales de (...)
  • 9 Mcgivering I.C., Matthews D.G.J, Scott W. H., Management in Britain, Liverpol, Liverpool U (...)

8La sociologie industrielle de Liverpool fait l’objet d’un riche bilan par Jean-Pierre Worms (4/1960). Celui-ci retrace et évalue l’évolution depuis 1947 des travaux menés sous l’égide de W. H. Scott8 à l’occasion de la publication de son ouvrage Management in Britain9. Dans son propos liminaire, Jean-Pierre Worms livre des informations sur le statut de la recherche, susceptibles d’apporter des points de comparaison avec la situation française :

Les chercheurs participent à l’enseignement dispensé par le département (des sciences sociales de l’université de Liverpool), mais l’essentiel de leur temps est consacré à la recherche et ils jouissent à ce titre d’une situation équivalente à celle de leurs collègues enseignants en termes de statut comme en termes de salaires. Cette sécurité du personnel de recherche est sans doute une des causes du nombre et de la diversité des travaux effectués. Les enquêtes s’étalent sur plusieurs années, se préoccupent et se prolongent les unes les autres, cette continuité assurant l’unité de l’ensemble. (Jean-Pierre Worms, 4/1960, p. 367).

  • 10 Clegg Hugh A., A New Approach to Industrial Democracy, Oxford, Black-Well, 1960. Cet ouvra (...)

9Le dernier ouvrage de l’équipe de Scott semble toutefois marquer une rupture par rapport à ces orientations sans aller, selon Jean-Pierre Worms, jusqu’au bout. L’étude des comportements du patronat « à la lumière des données économiques et sociales de l’Angleterre d’après-guerre », présente l’intérêt, estime Worms, « d’être la première tentative cohérente et systématique pour dépasser les limites étroitement empiristes dans lesquelles l’équipe de Liverpool avait enfermé ses recherches ». Ultérieurement, dans d’autres livraisons de Sociologie du travail, une série de comptes rendus de lecture renseigne sur les évolutions de la sociologie anglaise : ils font connaître les chercheurs de l’équipe du Tavistock Institute (Durand 3/1964 p. 309 ; Sainsaulieu 2/1965 p. 199) et du groupe de Liverpool (Worms 3/1963 ; Lecuyer 3/1964) déjà évoqué. Jean-Daniel Reynaud, quant à lui, présente les travaux de Hugh A. Clegg sur la démocratie industrielle (1/1961)10 ou encore ceux de B.C. Robert et al. sur les relations industrielles en Angleterre dont l’ouvrage souligne « la ressemblance des problèmes de l’Angleterre contemporaine et de ceux de la France. » (Reynaud, 3/1963, p. 311).

  • 11 Alfred Willener était chercheur à l’ISST et aussi membre du Club Jean Moulin.
  • 12 Burkart Lutz (1/1959, p. 38), insiste sur l’importance de l’article de Max Weber sur le fr (...)

10L’Allemagne est l’objet d’un intérêt tout aussi soutenu et ce, dès le premier numéro de la revue en 1959. Au total on compte trois contributions de Burkart Lutz (1/1959, 2/1962, 2/1964) ; une de Friedrich Fürstenberg (1/1961) sur la promotion dans l’entreprise, et une de Ralf Dahrendorf (2/1962) sur la politique syndicale face à la cogestion. Les liens avec les chercheurs allemands ont été facilités par la réalisation en commun de grandes enquêtes européennes sur la productivité et les formes de rémunération. Des chercheurs comme le Suisse Alfred Willener11, auteur d’une dizaine de comptes rendus d’ouvrages allemands, ou Burkart Lutz12, de l’Institut des sciences sociales de Munich, ont joué un rôle essentiel d’informateur-collaborateur dans ces partenariats. Dans le n° 1 de 1959, Burkart Lutz propose un article sur la sociologie industrielle en Allemagne particulièrement instructif sur l’histoire de la discipline :

L’intérêt des sociologues allemands pour l’industrie date de bien avant la guerre. Leurs recherches se sont beaucoup développées depuis 1945 sous l’influence de l’école américaine, mais aussi des problèmes nationaux tels que la cogestion. En Allemagne comme dans les autres pays, la sociologie industrielle ressent aujourd’hui le besoin de confronter ses résultats, d’élaborer ses méthodes, de surmonter les obstacles financiers, culturels institutionnels qui s’opposent à ses progrès. (Résumé de l’article de Burkart Lutz, 1/1959, p. 37).

11Le ton est donné et l’agenda similaire. On apprend que 1959 est aussi une date charnière pour la sociologie du travail allemande : le « Groupe de sociologie industrielle » auteur des trois premières grandes enquêtes de sociologie industrielle s’est présenté pour la première fois, en public, lors du congrès de sociologie allemande de mai 1959.

12Quelques numéros plus tard, dans un compte rendu étoffé d’un ouvrage de textes sur l’industrie édité par Friedrich Fürstenberg, textes « antérieurs à la création d’un secteur de la recherche sociologique relativement autonome, celui de la sociologie industrielle », Bernard Mottez se penche sur l’histoire de la sociologie du travail allemande pour inviter le sociologue français à faire œuvre de plus de curiosité intellectuelle à l’égard de la sociologie d’outre Rhin :

  • 13 C’est-à-dire en 1959.

On est frappé par la précocité avec laquelle la pensée allemande s’est penchée sur les problèmes du travail et l’on ne peut s’empêcher de rêver à ce qu’eut pu être la sociologie industrielle outre-Rhin si elle n’avait été littéralement décapitée par l’obscurantisme national-socialiste, pendant lequel l’Institut DINFA de Karl Arnhold tient lieu d’ersatz de la pensée et de la recherche en ce domaine [...]. Incompatibilité entre la préoccupation politique et la véritable science sociale, telle est une des idées fondamentales qui sous-tend l’esquisse de cette préhistoire de la sociologie du travail. Celle-ci ne peut naître qu’à la faveur d’une certaine stabilisation de la société industrielle. La seconde idée est sans doute celle d’une jonction progressive de la recherche pratique et de la pensée théorique, jonction qui ne s’effectue que lorsqu’elles se centrent l’une et l’autre sur l’entreprise comme cadre de recherche [...]. Ces deux idées se rejoignent pour définir la sociologie industrielle comme science de l’entreprise harmonieuse, conception qui a tendu à prévaloir au moment de la constitution de la sociologie industrielle comme science, c’est-à-dire au moment où s’achève cet ouvrage13. (Bernard Mottez, 3/1960, p. 277-278).

  • 14 Lepsius Rainer, Strukturen und Wandlungen in Industrielbetrieb, Munich, ed. Carl Hanser, 1 (...)
  • 15 Sur ce point voir notamment le compte rendu d’Alain Touraine (1/1962 p. 88) du livre de Xa (...)
  • 16 Il traduit le texte du sociologue Ralf Dahrendorf (2/1962) et « adapte » un article de Bur (...)
  • 17 Weltz F., Vorgestzte zwischen Management und Arbeitern, Stuttgart, Enke 1964. Ce livre est (...)

13Les ouvrages de vulgarisation donnant un aperçu global des recherches allemandes sont recensés comme celui de Rayner Lepsius (2/1961)14 : la sociologie du travail y est qualifiée de « secteur vital de la sociologie allemande ». Si les approches allemandes et françaises15 se distinguent, selon lui, sur certains points (comme l’importance accordée au thème de la cogestion en Allemagne), de nombreuses similitudes existent entre les jeunes générations des sociologues allemands et français d’après guerre. La proximité des liens intellectuels est soulignée notamment par Alfred Willener auteur de nombreux comptes rendus d’ouvrages allemands et – avec Jean-Daniel Reynaud – de certaines traductions16. Alfred Willener (2/1965) fait également découvrir au lecteur français de Sociologie du travail un ouvrage de 196417 de F. Weltz sur la situation et les représentations des contremaîtres et des porions qu’il qualifie de « pavé sociologique de premier ordre, de la veine de L’Évolution du travail ouvrier aux usines Renault » d’Alain Touraine.

  • 18 En particulier, Alain Touraine (2/1962, p. 195) présente la naissance de deux revues créée (...)

14Des pays de moindre tradition sociologique comme l’Espagne (Miguel et Lins 3/1964) et l’Italie (Trentin, 2/1962) ont également leur place dans les colonnes de la revue. Si un seul article d’un auteur italien, celui du syndicaliste Bruno Trentin, est publié par Sociologie du travail de nombreux comptes rendus de lecture sont réalisés sur les récentes productions sociologiques mais aussi syndicales18.

  • 19 Sociologie dont certaines revues avaient rendu compte avant la naissance de Sociologie du (...)

15L’intérêt pour les pays à plus longue tradition sociologique confrontés à des problèmes comparables se prolonge vers l’est avec la Pologne19. Ce pays fait l’objet d’une présentation-recension de Jolanta Kulpinska de l’université de Lodz (1/1963) :

Les [lecteurs français] ont pu ainsi constater quelle importance les sociologues polonais accordent aux problèmes du travail, de l’industrie, de la classe ouvrière. Depuis ces publications, la sociologie du travail a connu un grand essor en Pologne. Elle a suscité un grand intérêt dans la presse et dans diverses institutions publiques. Les besoins pratiques de recherches et de consultations dans le domaine de l’administration coïncident ici avec les intérêts scientifiques de nombreux centres de recherches. (Jolanta Kulpinska, 1/1963, p. 87).

  • 20 Ossowski Stanislas, Class structures in the social consciousness, Londres Routledge, et Ke (...)

16Sociologie du travail (1/1964, p. 7) consacre également un encadré « in memoriam » au professeur Stanislas Ossowski, hommage que poursuit Alain Touraine (4/1964) dans un compte rendu élogieux consacré à l’ouvrage traduit en anglais Class Structures in the Social Consciousness20.

Ossowski n’a pas voulu seulement établir une classification des diverses conceptions des classes sociales ; il a voulu d’abord réagir contre le dogmatisme, lutter contre le manichéisme simpliste qui opposait la pensée marxiste, elle-même déformée, et le reste de la sociologie, rejetée comme « bourgeoise ». Par là ce livre peut être considéré comme un manifeste pour la liberté intellectuelle en Pologne. (Alain Touraine, 4/1964, p. 437).

17Mais surtout, la sociologie polonaise fera l’objet en 1966 d’un numéro spécial dont les fondateurs soulignent d’ailleurs le caractère « tout à fait original puisqu’il a été conçu et entièrement rédigé par nos collèges et amis de Pologne [...] » :

Le destin remarquable de la sociologie polonaise est bien connu. Discipline florissante avant guerre, représentée par de nombreux savants éminents et les deux grandes figures internationales de Malinowski et de Znaniecki, complètement étouffée sinon proscrite sous l’époque stalinienne, on l’a vue resurgir plus vigoureuse que jamais à la pointe du combat intellectuel aux temps héroïques de l’octobre polonais et retrouver très vite son audience internationale traditionnelle avec la voix courageuse et universellement respectée du regretté Stanislas Ossowski. (Sociologie du travail, 1/1966, p. 3).

18L’ouverture sur l’étranger se manifeste encore du côté de l’Amérique latine aux prises avec l’industrialisation. Une dizaine d’articles sont publiés par des auteurs de ce continent : Chili (un article), Brésil (sept articles), Argentine (deux articles).

  • 21 Gino Germani (1911-1979), sociologue italien émigré à Buenos Aires en 1934, a profondément (...)
  • 22 Sur sa trajectoire voir Afrânio Garcia, « Une noblesse républicaine. Fernando Henrique Car (...)

19Sociologie du travail accueille dans ses colonnes des sociologues connus comme Gino Germani (4/1961 ; 4/1965) de l’université de Buenos Aires21 ainsi qu’un futur président de la République du Brésil22, Fernando Henrique Cardoso (4/1961 ; 3/1963) de l’université de Sao Paulo, qui fournit deux contributions. On voit par là très clairement la marque des séjours des fondateurs : Alain Touraine a enseigné à l’université de Sao Paulo et participé avec Jean-Daniel Reynaud à l’enquête sur la sidérurgie menée à Huachipato et Lota au Chili, enquête qui a donné lieu à l’article de Lucien Brams et Torcuato di Tella (4/1961) puis, six ans plus tard, à un ouvrage publié aux Editions du CNRS en 1966.

20Une fois de plus, on s’intéresse, en miroir, aux formes d’institutionnalisation de la sociologie du travail. Concernant l’Argentine, Magali Sarfati, de l’université de Buenos Aires, livre une longue note sur le renouveau de la sociologie argentine, ses structures (contexte d’émergence, organisation universitaire, difficultés politiques et matérielles) et ses orientations récentes :

Le renouveau sociologique en Argentine correspond à une société qui prend conscience des bouleversements survenus et qui commence à s’interroger sur elle-même, à se penser de façon rationnelle [...]. La sociologie argentine (et l’on pourrait dire la sociologie latino-américaine) s’oriente, dès ses débuts, vers l’analyse des problèmes sociaux qui se posent avec urgence à la nouvelle société nationale. Nous avons vu aussi que le récent renouveau de la recherche sociologique correspond aux bouleversements structurels et aux crises politiques qui changent totalement l’image de la société traditionnelle. C’est dire que la sociologie se présente, aujourd’hui, comme à l’époque du « réalisme social », comme un instrument de connaissance et de transformation d’une réalité sociale qui détermine de façon pressante des sujets de recherche et des problèmes à résoudre. Il s’agit donc, pour une sociologie jeune et encore relativement peu acceptée, d’entreprendre l’étude des changements sociaux les plus vastes et les plus importants de l’époque contemporaine. (Magali Sarfati, 4/1961, p. 123).

  • 23 « Industrialisation et conscience ouvrière à Sao Paulo » (4/1961) ; « Sociologie du dévelo (...)
  • 24 On peut voir dans ce « parallélisme étroit » entre la sociologie du développement et la so (...)

21Alain Touraine dirige un numéro spécial sur le thème « Ouvriers et syndicats en Amérique Latine » (4/1961) et y consacre plusieurs articles23. Pour lui, l’analyse du travail industriel – indissociable de la question de l’industrialisation – ouvre nécessairement sur une sociologie du développement24 :

L’objet d’une sociologie du développement est d’expliquer comment des hommes construisent un type de société industrielle alors que leurs objectifs, leurs formes de relations sociales, leurs expériences personnelles sont façonnés par une société préindustrielle, comment le passé crée l’avenir [...]. Le champ d’une sociologie du développement peut donc être défini de la manière suivante : c’est l’étude des projets de création et de gestion d’une société industrielle. Si l’on parlait ici de socialisation anticipée, on s’orienterait vers un tout autre type de problème, car on chercherait à montrer que les nouveaux venus à la civilisation industrielle cherchent à imiter ceux qui s’y trouvent déjà installés, ce qui n’est pas sans intérêt mais est sans rapport avec le problème que nous posons, celui de la création d’une société industrielle dont les caractères dépendent des conditions de sa naissance, des mouvements sociaux qui auront lutté pour sa formation et pour son contrôle. […] Le parallélisme entre la sociologie du développement et la sociologie du travail est donc étroit ; rien ne les sépare que le niveau de la réalité sociale auquel elles s’intéressent. L’une considère la société, l’autre les organisations de travail ; la première considère les citoyens ou le peuple, la seconde, les travailleurs. Il est inutile de chercher à tracer entre elles une frontière trop précise : il est préférable de développer à chacun de ces deux niveaux des schémas d’analyse dont l’analogie théorique n’exclut nullement l’existence d’importants décalages pratiques. (Alain Touraine, 2/1963, p. 156-158).

  • 25 La Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO), est un programme international (...)

22Il rend compte, aussi, de la naissance d’une nouvelle revue, les Anales de la facultad latino americana de ciencias sociales (Vol. 1, n° 1 janvier-décembre 1964), produit de l’activité de la FLACSO25 :

Saluons avec amitié la naissance de cette nouvelle revue, excellent témoignage de l’activité de la FLACSO, sous la direction de P. Heintz. Car, si ce numéro présente plusieurs articles d’auteurs américains, c’est certainement les travaux des professeurs et élèves de la FLACSO, consacrés à la sociologie du développement, qui retiendront le plus l’attention. Pour leur qualité, mais aussi pour leur unité d’inspiration. Leur thème central est en effet celui des déséquilibres internes d’un système social en développement, de ses synchronies, de l’anomie collective (P. Heintz) qu’elle entraîne et du développement de la participation symbolique (N. Sito) qui répond aux déséquilibres ainsi créés [...]. Les travaux de la FLACSO sont nettement orientés par la pensée fonctionnaliste américaine. Même si on est davantage sensible à d’autres modes d’analyse, on ne peut qu’admirer l’excellente formation que cette institution a donné à ses élèves et qui a fait d’elle la pépinière de la jeune sociologie latino-américaine. (Alain Touraine, 3/1965, p. 333).

23D’autres travaux à caractère ethnographique concernent les colonies ou ex-colonies africaines, ceux de Pierre Bourdieu sur les travailleurs et le chômage en Algérie (4/1962 ; 1/1963) ; de Jean Bonis (4/1964) sur le prestige social en Mauritanie ou encore ceux de Remi Clignet et Philip Foster (2/1965) sur les employés de bureau en Côte-d’Ivoire.

24Cette curiosité extra-hexagonale engage dans ce cas une dynamique de recherche qui se solde par l’exploration de nouveaux chantiers, comme celui que retient ici Alain Touraine, ainsi que des collaborations durables et répétées. Mais le « cosmopolitisme » dont la revue fait preuve reste aussi, en ces années où la sociologie du travail doit affirmer sa spécificité et son identité, relativement sélectif et essentiellement centré sur la question de la transition vers la société industrielle. Il s’agit avant tout d’informer la communauté professionnelle de ce qui se fait ailleurs, de se donner les moyens de comparer et d’importer, d’absorber et parfois de collaborer ; aller voir ailleurs, mais tout en restant clairement dans le champ.

  • 26 Sur ces questions voir l’ouvrage très complet de Pierre Desmarez. Desmarez Pierre, La Soci (...)
  • 27 Jean-Daniel Reynaud estime pour sa part que cette attitude critique était déjà largement d (...)

25Dans ce cosmopolitisme, quel sort réserver aux États-Unis ? La sociologie du travail française se construit autant « pour (et avec) » que « contre » les travaux américains. Cette ambivalence est structurante. « Contre » la sociologie industrielle représentée par l’École des relations humaines et le fonctionnalisme parsonnien ; « pour », le reste ou presque… Dans sa définition de la sociologie du travail, Friedmann (1/1959) pointe des questions de vocabulaire qui sont lourdes de sens. En soulignant le caractère par trop restreint du terme « sociologie industrielle »26 il entend se démarquer du mouvement américain dit des « Relations humaines ». Ce parti pris n’est pas nouveau : on le trouve déjà dans ses Problèmes humains du machinisme industriel et dix ans avant la création de la revue, Michel Crozier (1951), mais aussi Alain Touraine (1952) s’étaient illustrés par des critiques remarquées, le premier dans Les Temps modernes le second dans les Cahiers internationaux de sociologie. Dans Sociologie du travail, la critique demeure présente, à un rythme soutenu27.

26On repère aussi, comme le fait Pierre Bernard (3/1963) dans un compte rendu, les tentatives jugées souvent trop timides d’émancipation par rapport à ce courant :

Un trait commun caractérise ces trois ouvrages (de Georges Strauss, Léonard Sayles et al.). Ils paraissent à un moment où les illusions de l’École des relations humaines sont plus volontiers dénoncées et même si le premier livre, comme l’indique l’auteur de la dédicace (W. F Whyte) se rattache étroitement à cette école, Strauss et Sayles s’appliquent à multiplier les restrictions pour échapper à ces illusions… Mais aucune référence n’est faite à la théorie de Simon sur la rationalité limitée qui, M. Crozier l’a bien montré, permet de reposer de façon nouvelle le problème du comportement dans l’organisation, au-delà d’une analyse trop simple des motivations. Les trois ouvrages persistent à prendre celle-ci comme point de départ. (Pierre Bernard, 3/1963, p. 293).

27Pierre Bize (2/1960, p. 137) évoque « la religion mystique de la collaboration dans le travail » ; dans un même numéro (1/1961), Michel Crozier et Bernard Pradier, à la suite de l’anglais John H. Goldthorpe (1/1961) vont même jusqu’à mettre en doute l’efficacité des programmes de formation découlant des grilles d’analyse trop psychologiques inspirées par cette école :

La formation des cadres aux méthodes des Relations humaines ne peut donc finalement réussir que si elle propose le modèle d’un chef qui se rend compte de l’influence qu’il exerce et non pas de quelqu’un qui s’abrite derrière des formules démocratiques pour éluder ses responsabilités. Mais elle dépend en même temps semble-t-il beaucoup plus qu’on ne le croit généralement du contexte sociologique tel qu’il se concrétise dans l’utilité de l’entreprise. La solution du problème de l’apathie et du refus des responsabilités doit être cherchée finalement beaucoup plus – du moins dans une première phase – du côté d’une réorganisation, d’une redéfinition du rôle de la direction et de l’équilibre entre les différents niveaux hiérarchiques, que dans une action psychologique sur les rapports entre employés et cadres subalternes. (Michel Crozier et Bernard Pradier, 1/1961, p. 52).

  • 28 Cette orientation socio-historique sera réaffirmée dans le liminaire ouvrant le numéro 4 d (...)

28Depuis le premier numéro jusqu’à la livraison de 1966, les sociologues français entretiennent un appel à la vigilance concernant la définition des contours de la discipline. « L’étroitesse » de la sociologie industrielle américaine ne cesse d’être rappelée, comme le fait Alfred Willener (2/1963) dans une longue note critique sur « l’interactionnalisme de Georges C. Homans » ou encore Lucien Karpik en 1966. Au risque de perdre son âme, la sociologie du travail « à la française » doit rester l’héritière, affirme-t-il, d’une tradition historique28 qui remonte au dix-neuvième siècle :

La sociologie industrielle est née de la coïncidence d’un objet d’étude et d’un système d’explication : on a découvert les sens vécus de la vie de travail et les relations humaines dans l’atelier, en même temps que l’entreprise était saisie comme un déterminant autonome des attitudes et des comportements. Contre cette orientation s’est organisée une critique enracinée dans la pensée historique et globale du xixe siècle, qui affirme la nécessité d’unir l’étude du travail industriel et des structures sociales globales, refuse de concevoir l’entreprise comme un système social fermé et rejette toute assimilation de la sociologie industrielle à une « plant sociology » [...]. Dans son orientation actuelle la sociologie industrielle donne de l’entreprise une image fausse, celle d’une unité collective suspendue dans un vide culturel, et elle suscite le scepticisme sur sa validité universelle. (Lucien Karpik, 2/1966, p. 179).

  • 29 Sur ces apports, justement, et leur influence sur la sociologie du travail en France, Jean (...)
  • 30 Travaux qui montrent qu’il n’y a pas forcément de corrélation entre la satisfaction au tra (...)
  • 31 Pierre Bernard (3/1961 p. 306) présente son ouvrage Man and organisations in industry, Hom (...)

29Ce n’est pas la pensée d’Elton Mayo qui est mise en cause mais ceux qui, vingt-cinq ans plus tard, explique Lucien Karpik, s’en prévalent toujours en réifiant ses apports29. Il faut dire que la tâche est relativement aisée : nombre de chercheurs américains comme ceux de l’équipe du Survey Research Center d’Ann Arbor30 ou même William Foote Whyte31 ont entrepris un travail de remise en cause critique du mouvement des Relations humaines.

30Autre remise en cause : le « fonctionnalisme parsonien » particulièrement dénoncé par Alain Touraine. Celui-ci rédige une note critique, sans concession, sur Theories of Society publiée par T. Parsons, E. Shils, R. K Naegele, J. Pitts en 1961, note qui lui permet d’affirmer haut et fort sa conception de l’action… et du travail :

Parsons parle ici d’environnement et oppose l’aspect fonctionnel d’un système social (recherche des buts et adaptation) à son aspect structurel (intégration et maintien des patterns). Mais une situation n’est ni environnement, ni changement. Elle est d’abord histoire, c’est-à-dire non pas chronologie mais action transformatrice de la nature c’est-à-dire travail. Ce mot est rarement prononcé dans cet ouvrage et ce n’est pas par esprit de clocher que nous l’introduisons ici. Que la référence au travail ait conduit à l’anti-sociologie c’est-à-dire à la dialectique de la nature, est un fait ; qu’il y ait là une nécessité n’est nullement prouvé et l’on pourrait ici encore prendre appui sur Weber : le travail n’est pas seulement une situation donnée, mais action et principe d’analyse de toute action sociale. Tout un ensemble de notions théoriques peuvent être dérivées de ce principe premier qui permettent en particulier de ne plus laisser au changement social la place de parent pauvre que, de Durkheim à Naegele et Parsons, la sociologie que nous nommerons fonctionnaliste lui reconnaît. [...] Toute action n’est-elle pas à la fois création, interaction et contradiction avec le milieu, ou si l’on préfère travail, système social et symbolisme ? Une théorie vraiment générale de l’action doit reconnaître l’autonomie de ces trois principes d’analyse et définir leur rapport. La théorie ne devient-elle pas idéologie à partir du moment où elle oublie ses limites ? (Alain Touraine, 3/1962, p. 287).

  • 32 Chapoulie Jean-Michel, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis e (...)
  • 33 On lira avec profit le compte rendu de la Mission sociale de productivité 16 février-20 ma (...)
  • 34 Dont les articles sont apportés et traduits, le premier par Jean-René Tréanton et le secon (...)
  • 35 Voir ce qu’en dit Michel Crozier (Ma belle époque, 2002, op. cit. p. 174) : « À Berkeley, (...)
  • 36 Il y rencontre Daniel Katz, Bob Kahn et Floyd Mann. Voir son témoignage (Crozier Michel, M (...)

31Mais ces réserves ne valent nullement pour la sociologie américaine dans son ensemble. Et Jean-Michel Chapoulie a raison de considérer que « l’influence des travaux américains sur les recherches postérieures à 1950 fut moins secondaire que ne pourrait laisser croire l’insistance sur ces réserves32 ». L’ampleur de l’effort de connaissance consenti, la capacité d’analyse des problèmes et peut-être surtout de mise à jour des défis auxquels la société américaine est confrontée amènent les chercheurs français à suivre de près l’évolution de la production outre-Atlantique. Elle est abondante et beaucoup de chercheurs américains seront publiés. Il faut dire que pour avoir été chacun aux États-Unis dans le cadre de séjours de recherche longs ou même de missions de productivité33, les fondateurs sont en mesure de mobiliser de manière efficace un réseau d’auteurs choisis comme Suzanne Keller et Marisa Zavalloni (1/1962), Arthur Ross (2/1962)34, Seymour Martin Lipset35 (2/1961 ; 3/1961) ou encore Arnold Tannebaum (2/1960 ; 2/1965) chercheur au Survey Research Center d’Ann Arbor (Michigan), laboratoire que Michel Crozier avait découvert « avec émerveillement » lors d’une mission de productivité en 195636.

  • 37 Voir entre autres Sam D. Sieber (4/1964) du Bureau of Applied Social Research de l’univers (...)
  • 38 Meyers Frederic, European coal mining unions, structure and function, Los Angeles, Univers (...)
  • 39 Meyers Frederic, Ownership of jobs, a comparative study, Los Angeles, University of Califo (...)

32Au total pas moins de huit auteurs américains37 sont publiés et traduits et parfois à deux reprises (comme Lipset et Tannenbaum). Et la liste des comptes rendus de lecture de ces mêmes auteurs confirme le systématisme de ce suivi : G. Somers est l’auteur avec E.L. Cushman, N. Weinberg, d’un ouvrage Adjusting to technological change, recensé par Claude Durand (1/1965) ; Odile Benoît et Françoise Lantier commentent les ouvrages d’Arthur Ross (1/1962 ; 2/1965) ainsi que celui de Floyd Mann et Richard Hoffman (3/1960) ; Lipset et Bendix, Galenson et Lipset sont recensés par Alain Touraine (2/1960 et 2/1962) ; Burns et Stalker par Jacques Delpeyrou (1/1963), tandis que Jean-Daniel Reynaud (2/1962) rend compte des contributions d’Arthur Ross, Seymour Martin Lipset et Richard Bendix au premier numéro de la nouvelle revue américaine Industrial relations, a journal of economy. Signalons enfin les travaux de Frederic Meyers, chercheur invité à l’ISST et auteur dans Sociologie du travail (1/1965 ; 2/1965) d’articles sur le rôle des négociations collectives en France et la protection juridique de l’emploi des salariés. Ses recherches sont recensées par Odile Benoit (2/1962)38 et Jean-Daniel Reynaud (4/1964)39.

  • 40 Jean-René Tréanton (1/1959, p. 85) signale dans une brève note la parution de l’ouvrage de (...)
  • 41 Cf. le témoignage d’Anselm Strauss sur sa rencontre avec Jean-Daniel Reynaud. Strauss Anse (...)

33Si Sociologie du travail accorde une place non négligeable aux chercheurs américains qui se démarquent des approches de sociologie industrielle façon « École des relations humaines », on pourra toutefois être rétrospectivement surpris par les « absents » pourtant connus comme Everett Hughes40 et Anselm Strauss qu’avaient rencontrés Jean-René Tréanton et Jean-Daniel Reynaud41. Sans doute étaient-ils encore trop directement associés au type d’interactionnisme pratiqué par l’École des relations humaines et trop éloignés du modèle canonique de la bonne enquête promue par Jean Stoetzel (modèle lazarsfeldien, culte du Survey).

  • 42 New York, Mc Graw Hill, 1957 ; Jean-Daniel Reynaud (1/1960, p. 94) décrit cet ouvrage comm (...)
  • 43 Social Science Research on Business : Product and Potential, New York, Columbia University (...)

34La veille sur les ouvrages de synthèse et les revues étrangères reste également présente. C’est ainsi que Jean-Daniel Reynaud (1/1960) rend compte de l’ouvrage d’Eugène Schneider Industrial Sociology, the Social Relations of Industry and the Community42 et que l’ouvrage de Robert Dahl, M. Haire et Paul F. Lazarsfeld (1959)43 est analysé par Alain Touraine (3/1961 pp. 304-306). Surtout, Jean-Daniel Reynaud (2/1962) présente de manière détaillée et élogieuse le premier numéro de la toute jeune « et importante » revue américaine Industrial Relations, a Journal of Economy and Society dirigée par des chercheurs de l’équipe de Berkeley. Ce faisant, il signale l’importance que revêt le domaine des relations professionnelles et souligne, implicitement, la proximité intellectuelle des projets éditoriaux américains et français :

Présentée avec quelque solennité par le ministre du Travail des États-Unis et par le président de l’université de Californie, Clark Kerr, c’est une entreprise ambitieuse, comme le montre son sous-titre plus encore que son titre. Elle [la revue] ne veut pas seulement, comme l’expose Arthur M. Ross dans un court article-programme, reprendre l’examen détaillé des négociations et des conventions collectives. Les transformations actuelles de l’économie et de la technique aux États-Unis risquent de changer profondément le contexte des relations professionnelles, de bouleverser leurs procédures et leurs méthodes et de poser des problèmes nouveaux. Une perspective étroite ne permet guère de les comprendre et d’aider à les résoudre. Il faut, bien au contraire, les replacer dans la dynamique d’une société industrielle : une vue large des grandes tendances économiques, des structures sociales, des équilibres politiques est nécessaire. (Jean-Daniel Reynaud, 2/1962, p. 191).

  • 44 Abondamment cité par Frederic Meyers (1/1965 ; 2/1965).
  • 45 Mais son intérêt ne s’arrête pas là : « Non seulement la production d’études sociologiques (...)
  • 46 Alain Touraine est l’auteur d’un compte rendu de lecture sur l’ouvrage collectif de Chambe (...)
  • 47 Voir, par exemple, Jacques Dofny 3/1960 sur Barbash Jack (dir.), Unions and Unions Leaders (...)

35Jean-Daniel Reynaud, qui publie en 1963 son premier ouvrage majeur Les Syndicats en France44 se montre, on le voit, très attentif à ce qui se joue dans le champ des relations industrielles aux États-Unis45. Signe de son intérêt : il traduit et annote le texte d’Arthur Ross (2/1962) consacré aux relations professionnelles. Cette thématique intéresse également Alain Touraine (1/1959, 2/1962)46 et bien sûr Jean-René Tréanton (1/1962), qui ayant consacré ses recherches doctorales au sujet, est l’auteur d’un article sur « L’évolution des négociations collectives aux États-Unis ». Signalons que les notes de lecture concernant ce domaine sont nombreuses47.

  • 48 Il est l’auteur de cinq comptes rendus alors que les autres fondateurs en ont signé une vi (...)
  • 49 « Quelques études récentes sur le monde des employés de bureau » (2/1960) ; « De l’étude d (...)

36Michel Crozier pourtant peu tenté par les comptes rendus de lecture48 s’attelle à la rédaction de plusieurs notes critiques. Son attention porte davantage sur les recherches organisationnelles. Il livre à Sociologie du travail trois notes très détaillées49 qui soulignent son intérêt pour les recherches sur les phénomènes de pouvoir qui se développent dans les organisations, thème qui sera au cœur de son œuvre de sociologue. Ainsi :

Talcott Parsons, dans son dernier ouvrage, dont la première partie est consacrée à l’étude des organisations, semble bien percevoir ce besoin [de renouvellement de l’analyse des organisations]. Ce phénomène du pouvoir « développement du processus de décision » auquel il accorde une importance centrale, constitue bien en effet le domaine de recherche le plus important actuellement pour la théorie des organisations. Mais son schéma reste encore trop formel. (Michel Crozier, 2/1961, p. 185).

  • 50 Carthwright Dorwin, Studies of Social Power, The University of Michigan, An Arbor, 1959 ; (...)

37Dans une autre note critique intitulée « De l’étude des relations humaines à l’étude des systèmes de pouvoir » (1/1961) il valorise les travaux d’auteurs (Dorwin Cartwright, W. Lloyd Warner, Melville Dalton50) qui tentent de dépasser l’approche classique. Voici ce qu’il note à propos de l’ouvrage de Lloyd Warner sur les managers :

Le point de vue est constamment réaliste, les contradictions des situations examinées sont acceptées, aucun remède immédiat n’est proposé, quel que soit l’enjeu idéologique, le principe de réalité domine. (Michel Crozier, 1/1961, p. 81).

38Et à propos de celui de Melville Dalton concernant Men Who Manage :

L’étude de l’entreprise comme un système de relations de pouvoir constitue certainement un pas en avant intéressant. (Michel Crozier, 1/1961, p. 83).

39Incontestablement, Michel Crozier puise là des sources d’inspiration essentielles qui viennent nourrir ses propres recherches sur les organisations françaises.

40À l’affût de références nouvelles, les américains fournissent aux français un terreau fécond. Le lien qu’entretiennent les sociologues français à la sociologie américaine ne se réduit pas à un simple rapport d’opposition : ils s’en nourrissent tout en rejetant certains présupposés trop étroits. On repère les productions qui pourraient servir de modèle et l’on voit les sociologues du travail français faire leur marché.

Ouvertures pluridisciplinaires

41L’intitulé de certaines contributions « phares » témoigne de la volonté et de la nécessité de placer la sociologie au croisement de plusieurs disciplines : « Droit du travail et sociologie » (Paul Durand 1/1960) ou encore « Sociologie du travail et ethnologie » (Georges Friedmann 2/1961). Mais le plus souvent, le mot « sociologie » n’apparaît pratiquement jamais : les titres sont « disciplinairement neutres ». Cela renvoie justement à la cible de la revue et à la volonté de ne pas en faire une revue académique conformément d’ailleurs au projet ISST.

  • 51 L’INED avait créé en 1946 la revue Population si bien que les articles de démographie en l (...)
  • 52 Un seul article d’ergonomie, Faverge Jean-Marie, « Esquisse d’une théorie de l’accident », (...)

42L’économie, le droit et la psychologie sociale (disciplines présentes en filigrane de nombreuses contributions), l’ethnologie, l’histoire, et dans une moindre mesure la démographie51 et l’ergonomie52 sont les domaines les plus fréquentés. Précisons néanmoins que ce que nous qualifions, à cinquante ans d’intervalle, d’« ouverture » pluridisciplinaire doit être nuancé, les frontières entre disciplines étant moins marquées qu’aujourd’hui. L’ouverture est pour partie « naturelle » en raison du fait que certaines frontières sont encore très mal tracées. En témoignent les liens étroits entre la psychologie sociale et la sociologie dont il sera abondamment question dans la suite de ce texte.

  • 53 Verret Michel, « Point critique pour un cinquantenaire », in Population, vol. 50, n° 6, 19 (...)

43Que signifie au juste cette importance accordée aux approches pluridisciplinaires que Michel Verret qualifie d’« attention signalétique aux champs latéraux » à propos des débuts de la revue Population53, attention que l’on retrouve alors dans bien d’autres revues en particulier la Revue économique et Droit social pour ce qui est du domaine du travail ? Interpénétration, emprunt, intégration mais aussi rapprochement. Il s’agit avant tout de se « frotter » aux connaissances venues d’ailleurs pour mieux nourrir la jeune discipline, de poser les limites de ces rapprochements, d’en vérifier la complémentarité dans le respect de spécificités à préserver. Il s’agit aussi de déplacer le centre de gravité de la discipline, de conquérir de nouveaux terrains en proposant des analyses sociologiques dans des domaines investis par d’autres disciplines.

  • 54 Comme les psychologues sociaux adeptes de la recherche-action en entreprise (Maisonneuve 1 (...)

44Comment se manifeste cet élargissement ? Par des articles programmatiques (Durand 1/1960, Friedmann 2/1961), par l’importance accordée aux comptes rendus d’ouvrages, et enfin, par la place faite à des auteurs d’autres disciplines54.

45Les fondateurs estiment que la sociologie du travail ne doit pas se contenter des miettes laissées par les autres sciences sociales et que des phénomènes qualifiés d’économiques, de juridiques ou d’historiques, peuvent se prêter à des analyses sociologiques. Ils récusent un partage du territoire qui donnerait à la sociologie une place résiduelle. C’est indiscutable pour les « objets frontière » comme les entreprises, la sécurité sociale, les relations professionnelles, la négociation, le développement.

  • 55 Cette perspective préfigure le renouveau de la sociologie économique contemporaine. Pour a (...)

46Ainsi Jean-Daniel Reynaud et Antoinette Catrice-Lorey (1/1960, p. 22), dans leur article sur la sécurité sociale, en appellent à la nécessité d’une étude plus concrète des « comportements réels qui expliquent une action économique » et militent pour le « rapprochement de l’analyse économique et de l’analyse sociologique ». Jacques Delpeyrou (1/1963, p. 98) plaide dans le même sens lorsque, à propos du compte rendu de l’ouvrage de Burns et Stalker (1961), il insiste sur le fait que la contribution des sociologues sur un sujet « jusqu’à présent abandonné aux économistes » (le rôle des entreprises dans le développement économique) peut devenir « décisive55 ».

  • 56 Meyers Frederic, Ownership of Jobs, a Comparative Study, Los Angeles, University of Califo (...)

47L’idée d’une extension est de nouveau défendue par Jean-Daniel Reynaud (4/1964) à propos d’un ouvrage de Frederic Meyers déjà cité56. La sociologie peut éclairer le droit. Le compte rendu se lit à la fois comme un plaidoyer pro domo – le développement du domaine des relations professionnelles – mais aussi comme le souci de ne pas figer les objets selon les disciplines, et de multiplier les points de vue.

Ne faudrait-il pas demander aux sociologues de s’efforcer, de leur côté, d’éclairer ces grandes tendances qui se manifestent dans le droit, mais qui n’ont pas leur source dans un développement autonome de cette discipline ? L’étude des relations professionnelles a surtout été l’œuvre d’économistes et de juristes. Ce que les sociologues ont apporté ne descend jusqu’ici guère au niveau des contrats et des négociations. Ce n’est pas un des moindres mérites de ce livre que de convaincre que l’étude sociologique est peut-être allée trop vite vers les généralisations sur l’industrialisme et l’homme industriel, ou en tout cas, qu’elle devrait s’en servir pour éclairer la pratique des relations professionnelles. (Jean-Daniel Reynaud, 4/1964, p. 441).

48L’introduction d’Alain Touraine (4/1961) au numéro spécial consacré à l’Amérique Latine témoigne d’une intention comparable. Il propose une « analyse sociologique du développement économique » :

Nous avons donc voulu considérer moins les effets sociaux de l’industrialisation que l’action des mouvements sociaux et politiques créés au sein ou avec l’appui des nouvelles couches ouvrières, sur la transformation de la société. Nous espérons par là contribuer à une analyse sociologique du développement économique… trop souvent les sociologues se sont contentés d’étudier l’adaptation des individus ou des collectivités à des conditions sociales nouvelles : les économistes ont été depuis plus longtemps sensibles à l’élection des attitudes et des mouvements sociaux sur le développement lui-même. C’est dans cette perspective que se placent les travaux présentés ici et dont on souhaite qu’ils avivent l’intérêt pour les problèmes nouveaux de l’Amérique Latine et pour les notions nouvelles qui doivent enrichir une sociologie du travail, élargie aux dimensions de la civilisation industrielle, considérée à tous ses stades et sous toutes ses formes de développement. (Alain Touraine, 4/1961, Avertissement, p. 314).

  • 57 Marchal Jean et Lecaillon Jacques, La Répartition du revenu national, Paris, Éditions Géni (...)
  • 58 Alors directeur de l’Institut du travail de Strasbourg.
  • 59 Touraine Alain, « Qualification, salaire et homogénéité du groupe ouvrier », in Revue écon (...)
  • 60 Steiner Philippe, « La Revue économique 1950-1980. La marche vers l’orthodoxie académique  (...)
  • 61 C’est en ces termes qu’est décrit l’ouvrage dans la Bibliographie de sociologie et de psyc (...)

49Par ailleurs, les auteurs qui, n’étant pas eux-mêmes sociologues, croisent par leurs interrogations des démarches sociologiques, sont recensés avec minutie. C’est le cas de l’ouvrage des économistes Jean Marchal et Jacques Lecaillon57 recensé dans un long compte rendu par Jean-Daniel Reynaud (1/1959). Les recherches menées par ces auteurs sur le revenu national avaient fait l’objet d’un important colloque organisé par l’Association française de sciences économiques à Grenoble en 1957, colloque auquel avaient participé Jean-Daniel Reynaud, Michel Crozier, Alain Touraine, mais aussi des syndicalistes, des responsables de l’ISST (Yves Delamotte, Marcel David58), des représentants du ministère du Travail et de la CECA. Les sociologues prennent part massivement aux discussions portant sur un premier rapport de Jean Marchal. Celles-ci ont été présentées dans un numéro spécial de la Revue économique de 1957. Ce numéro comprend également un commentaire d’Alain Touraine sur les recherches de Jacques Lecaillon59. Cette revue faisait preuve elle aussi, à la même époque, d’ouverture60. Il était donc d’autant plus légitime d’avancer dans ce sens qu’existaient d’autres espaces intellectuels où la porosité des frontières était à l’ordre du jour, en témoigne l’organisation de ce colloque sur le revenu. Le livre que publieront en 1958 les deux économistes, met au cœur de son propos un objet de préoccupation central pour les sociologues : le salaire. Le projet des auteurs qui expriment l’intention « d’intégrer les facteurs sociologiques à la théorie économique61 » suscite donc un intérêt majeur :

Il [le lecteur qui s’intéresse à la société où nous vivons] y trouvera [...] un effort de réflexion théorique sur la science économique elle-même, une conception de l’économie qui la rend singulièrement proche des préoccupations du sociologue [...]. Nous avons l’ambition d’exposer pourquoi ce travail rigoureux et systématique, tendu vers l’élaboration d’un cadre de pensée théorique constitue à notre sens un grand événement sociologique. (Jean-Daniel Reynaud, 1/1959, p. 76).

  • 62 Galenson Walter et Lipset Seymour Martin (dir.), Labor and Trade Unionism, New York, Wiley (...)

50La curiosité pour d’autres champs de la connaissance en sciences sociales se justifie enfin par l’interdépendance des questions examinées. Alain Touraine salue par exemple l’intérêt d’un livre publié par Galenson et Lipset62 :

[...] qui s’efforcent de dépasser l’opposition de l’économie et de la sociologie en montrant la proximité de leurs domaines de recherche, l’interdépendance des problèmes qu’elles se posent [...] (Alain Touraine, 2/1962, p. 197).

  • 63 Voir également la note d’Alfred Willener (2/1963 p. 192) sur un ouvrage sur les employés : (...)
  • 64 Roger Daval était professeur de psychologie sociale à la faculté des lettres et sciences h (...)

51Le dialogue avec les économistes repose aussi sur d’autres justifications telles que la reconnaissance d’une complémentarité à mettre au service de la préparation du travail sociologique63, ou encore de son enrichissement théorique. Sur ce dernier point signalons la note de Roger Daval64 qui met en évidence l’absence d’une véritable théorie de l’action en sociologie, l’intérêt de certaines théories économiques pour l’analyse sociologique et qui dénonce un empirisme qui peut conduire au réductionnisme analytique. D’autres disciplines sont donc appelées à fournir des « efforts doctrinaux » susceptibles de faire défaut à la sociologie :

  • 65 Sont cités : Pareto, Von Mises, Von Neumann et Morgensten (auteurs d’un ouvrage sur la thé (...)

Même si l’on prend soin de distinguer le travail de l’action, même si l’on reconnaît en celui-là une forme spécifique de celle-ci, la sociologie du travail ne peut guère se désintéresser de la théorie de l’action en général. Il parait même difficile aujourd’hui d’ignorer le besoin plus ou moins consciemment ressenti par des théoriciens aux préoccupations fort diverses de promouvoir une science de l’action [...]. Il n’est [...] pas audacieux d’affirmer que ce sont les économistes65 qui, aujourd’hui, nous engagent à envisager la promotion d’une science de l’action [...]. La sociologie du travail, déjà assez riche en études concrètes et précises, demeure encore pauvre en efforts doctrinaux, et se contente trop souvent d’un marxisme quelque peu délavé. Les mathématiciens établissent aujourd’hui des « modèles » que telle ou telle science appliquée utilise plus ou moins bien : il est bon que des modèles théoriques soient aussi proposés à la sociologie empirique. (Roger Daval, 2/1963, p. 135).

  • 66 Crespi D., Les Salariés belges, faits et théorie, Paris, Centre d’études économiques, Écol (...)

52C’est dans une perspective proche qu’Alfred Willener (2/1963) rend compte de la thèse de D. Crespi qui discute des théories marginalistes66 :

La sociologie a tout lieu de ne pas se désintéresser de ces débats entre économistes pour diverses raisons : les critiques du marginalisme et du présupposé qu’il contient concernant la prise de décision, sont de plus en plus actuelles et sont un exemple de l’influence que la théorie économique a exercé sur la sociologie. Crespi rappelle que le marginalisme apporte une contribution à l’étude de l’offre de travail dans la mesure où le régime économique garde une structure libérale mais qu’il n’apporte rien pour expliquer la demande de travail, car il n’y a pas une véritable symétrie entre les décisions du dirigeant et les décisions de l’exécutant. Dans la mesure où l’importance des modèles d’interprétation augmente actuellement en sociologie, ce livre plus sérieux et documenté qu’original est un avertissement. Tentative d’analyse macroscopique de l’évolution des salaires dans un petit pays, il fournit un exemple montrant combien il est malaisé de combiner une conception théorique générale et l’analyse empirique. (Alfred Willener, 2/1963, p. 188).

53L’intérêt pour les travaux d’économistes signale la complémentarité d’approches distinctes dans leurs méthodes mais qui s’intéressent à des sujets parfois communs. C’est ce que suggère une nouvelle fois Jean-Daniel Reynaud à propos d’une note de John Sheahan sur l’ouvrage Promotion and Control of Industry in post War :

[Ce livre] est l’oeuvre d’un économiste dans son appareil conceptuel comme dans son information. Il faut cependant le signaler aux sociologues non seulement parce que l’étude est pénétrante mais parce qu’elle s’efforce de répondre à une des questions les plus difficiles (et les plus souvent renvoyées d’une discipline à l’autre) : comment expliquer le nouveau démarrage de l’économie française après la seconde guerre mondiale ? [...] La variable qu’il retient c’est l’organisation du marché, plus précisément ce domaine de choix où gouvernement et entreprises interviennent pour déterminer en conjonction avec des facteurs structuraux relativement fixes l’organisation de marchés particuliers [...]. L’examen est fait par un libéral, si l’on entend par là quelqu’un qui croit finalement à la vertu du marché et à la libre concurrence ; mais d’un libéral non dogmatique qui pense que le marché est organisé et que la concurrence se crée, ou plutôt que l’établissement d’une concurrence efficace est le produit d’efforts concertés et le résultat d’une bonne organisation. Plus soucieux de discerner les moyens d’action appropriés à une situation que des lois intemporelles et voulant surtout définir les instruments d’une politique efficace… (Jean-Daniel Reynaud, 4/1964, p. 438).

54Autre exemple concernant cette fois le droit. Le juriste Paul Durand (1/1960), directeur de la section enseignement de l’ISST, et aussi animateur de la revue Droit social, avait inauguré le second numéro de Sociologie du travail par un article programmatique appelant au développement des recherches transdisciplinaires sur la sociologie des rapports collectifs de travail, la sociologie des sources du droit du travail et de la sécurité sociale. Il concluait sa contribution en ces termes :

Si les travaux en matière de sociologie industrielle sont appelés à s’étendre, comme la fondation de cette revue permet de l’espérer, les sociologues doivent savoir qu’un vaste domaine, singulièrement plus étendu que celui dont les horizons leur sont familiers, leur est proposé, et qu’un programme de travail s’ouvre pour une génération de chercheurs. [...]. Trop longtemps, les problèmes du travail ont été considérés isolément par les juristes, les économistes, les sociologues, ou les spécialistes de la physiologie ou de la médecine du travail. Le temps est venu où cette dispersion des efforts doit prendre fin, et où un effort commun permettra de déchiffrer les traits d’une civilisation du travail. (Paul Durand, 1/1960, p. 13).

  • 67 Appel qui s’était d’ailleurs manifesté quelques années plus tôt, avec force, par le jurist (...)

55On peut dire que les travaux déjà cités de Jean-Daniel Reynaud et Antoinette Catrice-Lorey sur la sécurité sociale, mais aussi ceux de François Sellier (4/1960) sur les niveaux de négociation répondent à cet appel67 de même que les recherches qu’Yves Delamotte (2/1961) consacre au recours ouvrier. L’auteur, non sans rendre hommage à Paul Durand précocement disparu, plaide pour une approche sociologique du droit du travail qui invite à dépasser les analyses courantes en termes d’« attitudes au travail » et à étudier de plus près les règles :

La réalité sociale que les « sociologues du travail » s’efforcent d’analyser est organisée par des règles de droit ; ces règles régissent les relations collectives entre employeurs et syndicats de salariés comme les relations individuelles de travail ; au sein d’une entreprise, elles définissent les droits et les obligations, aménagent les institutions de revendication et de participation. Et pourtant les sociologues, peut-être sous l’influence tenace d’une microsociologie qui a découvert le groupe « informel » et qui donne une grande place au spontané, à l’imprévu, semblent parfois avoir répugné à intégrer dans leurs analyses l’examen de ces règles [...]. L’analyse des attitudes au travail a jusqu’à présent cherché à faire apparaître l’incidence du contenu des postes et de l’évolution technique ; ou encore, dans un autre registre, celle des relations humaines et du comportement des chefs immédiats. On a essayé également d’interpréter les attitudes au travail en fonction d’attitudes plus générales, dont seule peut rendre compte la situation de la classe ouvrière dans la société globale. [On peut se demander si] ces études n’ont pas abouti à sous-évaluer les possibilités de comportements qui ne soient plus de résignation ou de fuite, mais d’action [...]. Comme l’avait si bien compris Paul Durand, des travaux spécifiquement sociologiques peuvent intéresser les juristes, en faisant apparaître des normes et des attitudes qui sous-tendent les règles du droit existantes ou à venir. (Yves Delamotte, 2/1961, p. 123).

  • 68 Pour cette même raison, c’est François Sellier qui signera, à l’époque une chronique mensu (...)

56La place accordée, dans les colonnes de la revue, aux travaux de François Sellier (4/1960) (3/1964) spécialiste des formes de salaires et de la négociation collective, ou encore, dans le même domaine, à ceux de Henry Phelps Brown (2/1960) indiquent que ce n’est pas tant le rattachement disciplinaire de l’auteur qui importe que l’objet de la recherche, nécessairement transdisciplinaire (droit, économie, histoire, sociologie) dès lors qu’il s’agit d’étudier ensemble la négociation collective, les formes de salaires et les transformations du syndicalisme68.

57Dans le même esprit que l’article programmatique de Paul Durand sur le droit, c’est à Georges Friedmann de livrer une contribution sur l’intérêt d’une nécessaire ouverture vers l’ethnologie :

La sociologie du travail habituée aux valeurs, concepts, problèmes qui caractérisent ses études dans les sociétés modernes, toutes plus ou moins industrialisées, peut recevoir de l’ethnologie d’utiles suggestions et cadres de référence par les informations qu’elle lui apporte sur les activités de travail dans les groupes humains qu’elle étudie : suggestions qui enrichissent parfois d’une compréhension nouvelle les concepts qu’elle avait élaborés. L’observation des sociétés traditionnelles, ou en voie d’acculturation, révèle l’importance que détiennent, dans les activités de travail, la religion, le rite [...]. Par ailleurs, il est d’un grand intérêt pour nous de voir comment sont transposés et agissent, dans le contexte des sociétés traditionnelles, le rôle, le statut, le prestige. (Georges Friedmann, 2/1961, p. 106-107).

58On trouvera effectivement trace, dans les colonnes de la revue, de quelques contributions à caractère ethnographique (celles de Pierre Bourdieu, Rémy Clignet et Philip Foster, Jean Bonis).

  • 69 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris dans la première moiti (...)
  • 70 Dont rend compte Jean-Daniel Reynaud (4/1960) pour le t. I et II 4/1960 et Pierre Bernard (...)
  • 71 Gille Bertrand, Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste 1815-1848,(...)

59L’histoire n’est pas absente. On la trouve au cœur de certaines contributions sociologiques : celle de Bernard Mottez (3/1960) sur l’histoire du salariat, celle de John Goldthorpe (2/1963) sur le développement de la politique sociale en Angleterre au xixe siècle ainsi que dans des comptes rendus d’ouvrages comme celui d’Yves Delamotte (1/1960, p. 82) sur l’ouvrage de Louis Chevalier69 ou sur l’anthologie consacré à l’Histoire générale du travail70ou encore sur l’histoire des entreprises. Ainsi Jean-Daniel Reynaud dans le compte rendu du livre de Bertrand Gille sur l’histoire de la formation de la grande entreprise capitaliste71 indique :

Premier bilan de nos connaissances dans un domaine jusqu’ici très mal exploré : l’histoire de l’industrie française, ici dans la première moitié du xixe siècle. L’ouvrage marque une date : il montre ce qu’on peut tirer de l’exploration des archives d’entreprises et des archives économiques. Il devrait stimuler les chercheurs à s’y intéresser et les propriétaires de documents à en permettre l’accès ou même à en signaler l’existence [...] on suit pas à pas les démarches par lesquelles s’édifient les grandes entreprises en France : concentration, intégration, édification de grands empires industriels grâce aux liaisons financières (celles-ci d’ailleurs plus visibles que ceux-là) groupements professionnels pour agir sur l’État ou affermir les positions sur le marché. On mesure à cette lecture à quel point la vie économique réelle diffère du monde abstrait de la concurrence qu’élaboraient à la même époque les économistes classiques. (Jean-Daniel Reynaud, 2/1961, p. 188).

  • 72 Les livres visés sont ceux de Choffel Jean, Saint-Gobain, du miroir à l’atome ; Sedillot R (...)

60Ce n’est pas l’histoire pour l’histoire qui retient les sociologues mais les auteurs qui intègrent des questionnements sociologiques à leur démarche. Ainsi Jean-Daniel Reynaud épingle (note 1/1962) sans ménagement des livres d’histoire d’entreprise ignorant l’histoire sociale, qui « sacrifient l’histoire technique » et « où les problèmes du travail brillent par leur absence72 ». Ne sont pas non plus épargnés – comme ici sous la plume féroce de Jean-René Tréanton – les ouvrages qui n’ont d’historique, que le titre :

  • 73 À propos de l’ouvrage de Jaccard Pierre, Histoire sociale du travail de l’Antiquité à nos (...)

Une kyrielle de citations ne font pas une histoire. L’auteur met beaucoup d’entrain à nous promener du Décalogue à la collection « Que sais-je ? » et des poèmes sumériens à Charles Péguy ; le lecteur garde l’impression d’un ouvrage décousu et superficiel, entièrement composé de seconde main dans ses chapitres « historiques » d’un simplisme déconcertant dans les envolées polémiques et doctrinales qui les entrelardent. (Jean-René Tréanton, 3/1960 p. 26973).

  • 74 Qui se poursuivra de manière très concrète par la participation de Jean-Daniel Reynaud au (...)

61Ce chassé-croisé interdisciplinaire74 indique un commerce sélectif, là encore, mais intense, sans tensions ni conflits apparents. Ces extraits illustrent la variété des motifs qui incitent les fondateurs à s’exprimer eux-mêmes où à susciter articles ou comptes rendus aussi bien sur les apports venus des disciplines voisines que sur les sujets que la sociologie du travail pourrait investir : un dialogue constructif en somme mais dont l’ouverture reste balisée par les « problèmes du monde du travail ». Cette ouverture n’est pas propre à Sociologie du travail. D’autres revues – Annales, Revue économique, Le Mouvement social – partagent une orientation comparable.

Ouvertures sur la société civile

  • 75 Sur le projet, voir deuxième partie.
  • 76 Archives Alain Touraine, IMEC.

62Dès sa « conception » dans le cadre de l’ISST, Sociologie du travail était annoncée comme une revue au projet singulier : ni technique, ni théorique, centrée sur les problèmes du travail, sans être académique, accessible à des acteurs sociaux, aux praticiens75. Pour illustrer cette proximité attendue, notamment avec le monde de l’entreprise, deux placards publicitaires paraîtront en 1960 dans la revue Entreprise et la revue de l’ANDCP. Le n° 1/1960 fera l’objet d’un compte rendu dans Les Échos, l’Usine Nouvelle, Ingénieurs et cadres de France. Quant aux ventes, l’un des deux meilleurs scores revient au numéro spécial 4/1963 sur la formation vendu à plus de 2000 exemplaires76.

63Dans leurs entretiens les fondateurs (et particulièrement Michel Crozier et Jean-Daniel Reynaud) insistent sur la vocation citoyenne de la revue et sur l’importance de son dialogue avec la société civile. À propos du public visé par la revue, Michel Crozier évoque notamment : « les cadres d’entreprise chargés des problèmes humains qui étaient désemparés et ne savaient pas à qui se raccrocher ». Jean-Daniel Reynaud considère toutefois que si les hauts fonctionnaires autour du Plan ont été réceptifs, la « cible » des cadres d’entreprise et des hommes de personnel, ceux là même qui étaient « en train d’élaborer leurs techniques et leur langage », n’a pas répondu aux espérances. Alain Touraine quant à lui, insiste sur le fait que la revue n’était pas une revue « professionnelle ». Comment se traduit concrètement cette orientation sur le contenu ?

64D’abord, par des espaces réservés à des auteurs non rattachés au CNRS ni à l’université mais qui entretiennent des liens étroits avec la recherche en raison de leur fonction de « commanditaires ». Ces auteurs participent à la définition des orientations. Ainsi Yves Delamotte (ISST) qui milite, on l’a vu, pour un développement de la sociologie du droit, apporte deux contributions. De son côté Pierre Bize (Délégation générale à la recherche scientifique) (2/1960) invite à développer de manière plus systématique la sociologie des dirigeants d’entreprise :

Il n’y a aucune raison de penser que les avantages de l’analyse sociologique (surtout lorsqu’elle porte sur les problèmes du travail) doivent être plus longtemps refusés aux dirigeants des entreprises. C’est un fait néanmoins que jusqu’à présent, l’étude de leur comportement, la manière dont ils exercent leurs fonctions [...] semblent avoir rarement passionné les chercheurs. Ils constituent cependant un groupe social assez nettement défini, possédant des caractères propres et dont l’étude mérite d’autant plus d’être développée que, dans la situation qu’ils occupent, leurs décisions présentent souvent une importance considérable pour leur entreprise. (Pierre Bize, 2/1960, p. 122).

  • 77 Jean Fombonne est l’auteur d’une thèse d’histoire sur la fonction de personnel. Fombonne J (...)

65Ensuite, par l’appel à des cadres d’entreprise, eux-mêmes auteurs et par ailleurs lecteurs potentiels. Leur présence dans la revue reste toutefois, pour l’essentiel, cantonnée au numéro spécial que Jean-Daniel Reynaud coordonne sur la formation dans l’entreprise (4/1963). Sont ainsi sollicités : Paul Brégeon, chef des services d’information et de perfectionnement de la SNECMA, Raymond Vatier, Directeur du Centre interentreprises de formation à Renault-Billancourt, Pierre Demarne, Directeur pour l’Europe des Services d’éducation IBM et Jean Fombonne77, de la Compagnie bancaire à Paris. Outre ces cadres d’entreprise signalons la présence, dans d’autres numéros de personnes non liées au CNRS : des chargés d’études Guy Lajoinie (CEGOS), Jean Berthon, « Secrétaire général du bureau de recherches et d’action économique » auteur d’un article sur la CFTC ou Michel Morin (4/1965), membre de l’Institut national pour la formation des adultes à Nancy.

  • 78 Lajoinie Guy, « La suppression du salaire au rendement : un essai de solution », 2/1961. D (...)
  • 79 Pierre Bize, de la Délégation générale à la recherche scientifique, avait été un des inter (...)
  • 80 Lobstein Jacques, Organiser, commander, structurer, les trois impératifs du gouvernement d (...)

66Tous ces « auteurs » ne sont pas choisis au hasard : un certain nombre d’entre eux sont ou ont été des familiers du séminaire de Georges Friedmann au CES, comme Guy Lajoinie (2/1961)78, Raymond Vatier de la Régie Renault. Certains sont des « passeurs » par les places qu’ils occupent dans leurs institutions respectives et ont rendu possible ou ont organisé la mise en œuvre d’enquêtes de sociologie industrielle (on pense à Raymond Vatier, Yves Delamotte ou Pierre Bize79). L’appartenance à ce cercle d’interconnaissances joue pour le choix de certains comptes rendus lorsqu’ils portent sur les écrits de « praticiens » de différents horizons appelés eux aussi à participer à l’entreprise de connaissance. C’est le cas de l’ouvrage de Jacques Lobstein dont Alain Touraine publie un compte rendu élogieux80 :

Organisateur lui-même mais un des mieux informés des recherches sociologiques, il est amené à réfléchir sur les rapports qui unissent le sens actif et le sens passif du mot organisation. [...] Il fut un temps où l’innovation en matière de direction des entreprises consistait à tenir compte des observations de la psychosociologie. Aujourd’hui, contre la routine des relations humaines, il est important que les organisateurs prennent conscience des nécessités d’un raisonnement proprement sociologique. Le livre de J. Lobstein peut les aider à faire ce pas en avant et peut contribuer à réduire l’écart beaucoup trop considérable qui existe entre la recherche sociologique et la pratique industrielle. (Alain Touraine, 4/1964, p. 434-435).

  • 81 Isambert-Jamati Vivianne, op. cit., p. 244.
  • 82 Avec une contribution sur « Structure et organisation de l’entreprise », t. 2, 1962, p. 42 (...)

67Jacques Lobstein faisait partie du cercle friedmanien : il était également professeur à l’ISST et enseignait au CNAM et Georges Friedmann l’avait sollicité comme analyste pour L’Année sociologique81 et comme contributeur au Traité de sociologie du travail82.

  • 83 Bloch Lainé François, Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Éditions du Seuil, 1963.

68L’intérêt soutenu porté aux patrons éclairés prend la forme chez Michel Crozier d’une longue note critique consacrée à l’ouvrage d’un sympathisant du Club Jean Moulin, François Bloch Lainé, Pour une réforme de l’entreprise83, dont il partage le refus du « conformisme idéologique » :

La terreur intellectuelle qu’avait fait régner la passion marxiste avait rendu toute véritable discussion impossible. M. Bloch Lainé a eu le courage de rompre le silence sur un sujet entre tous tabou, au moment même où le développement de la coexistence pacifique commençait à libérer les esprits de la nécessité du conformisme idéologique [...] l’entreprise en se diversifiant et en s’assouplissant sur le plan humain s’écarte de plus en plus de la machine militaire traditionnelle pour devenir une organisation plus ouverte, plus proche de la société et à propos de laquelle on peut de plus en plus parler de gouvernement… (Michel Crozier, 1/1964, p. 90).

  • 84 Archives du Club Jean Moulin, 1CJM2, DR1. Il avait notamment été sollicité en 1964 pour pa (...)
  • 85 Cet intérêt pour le syndicalisme italien est partagé par Jean-Daniel Reynaud comme en témo (...)

69Des syndicalistes, promus au rang eux aussi de co-producteurs de connaissances sont également sollicités. Bruno Trentin, futur secrétaire de la CGIL (Confederazione Generale Italiana del Lavoro), inaugure cette place par un article sur « Les syndicats italiens et le progrès technique » (2/1962). Lui aussi est familier des échanges avec le cercle friedmanien puisqu’il aura l’occasion de participer aux rencontres de Royaumont organisées par le Club Jean-Moulin84. Alain Touraine propose un compte rendu, élogieux encore, sur une revue syndicale italienne85. Comme nombre de ses notes, c’est aussi l’occasion d’énoncer certaines orientations plus générales :

Mais l’important à nos yeux est qu’un centre d’études syndicales apporte sa contribution à la connaissance, à l’analyse du mouvement ouvrier et des problèmes sociaux du développement économique. Cette revue n’est pas seulement un document sur la politique syndicale ; elle est tout autant un recueil d’études sociologiques par des syndicalistes. N’est-il pas naturel – mais combien rare – que les syndicalistes participent indirectement à un effort de connaissance et ne se contentent pas de chercher des illustrations à leurs thèses et des champs d’application de leur programme… Nous attendons moins d’une telle revue des apports décisifs dans ces domaines que des analyses nouvelles – c’est-à-dire compréhensibles pour des sociologues qui ont trop souvent le sentiment que la pensée syndicale se meut dans un monde étranger à leur propre univers intellectuel – de l’action syndicale. (Alain Touraine, 2/1962, p. 195).

  • 86 André Renard écrivait. Recueil d’articles, 1936-1962, Fédération Syndicale des Métallurgis (...)

70Un autre compte rendu d’Alain Touraine invite à lire le témoignage, dit-il, « du plus rigoureux peut-être des syndicalistes de la vielle Europe », André Renard86, publié par la Fédération syndicale des métallurgistes de la province de Liège.

71Certaines études reposent même sur des collaborations croisées avec des syndicats. René Kaës qui a publié un article sur les ouvriers et la culture ouvrière, issu d’une enquête menée sous la direction de Marcel David à l’Institut du travail de Strasbourg, tient à rappeler que :

L’ensemble de ces recherches est étroitement lié à une expérience de formation ouvrière ; leur réalisation n’a été rendue possible que par les contacts permanents et actifs que chercheurs, enseignants et organisations syndicales trouvent depuis plus de sept ans au sein de cet institut de formation ouvrière supérieure. (René Kaës, 3/1963, p. 247).

72Ainsi donc, il ne s’agit pas seulement de faire une place à la « société civile » mais d’assurer une circulation des savoirs, voire une production conjointe de connaissances, pour éviter d’enfermer la sociologie du travail dans un espace trop académique ; d’en faire une discipline dont les chercheurs du CNRS auraient seuls le monopole : monopole du faire, du dire, et de l’usage. Pour assurer cette dynamique les réseaux de sociabilités sont entretenus et sollicités.

73En même temps, toute la difficulté consiste à trouver la « bonne distance ». Ainsi le caractère problématique du lien entre la recherche et l’entreprise est-il débattu dans les colonnes de la revue : qui doit définir les objets de recherche ? Le sociologue doit-il travailler « pour » l’entreprise, au nom de quoi et jusqu’où peut-il intervenir ?

74Par exemple, Alain Touraine (dont les propos sont relatés dans un compte rendu de Jacques Durand) insiste sur le risque, pour le sociologue, de se voir dicter ses objets de recherche :

On peut en effet se demander si le principal danger de l’application des sciences sociales aux entreprises ne concerne pas les sciences sociales elles-mêmes. [...] Une sociologie de l’entreprise est nécessaire mais le sociologue peut difficilement accepter de limiter son investigation aux problèmes définis par le chef d’entreprise : « ce n’est pas la tâche propre du sociologue que de se placer dans une situation donnée, de l’accepter comme telle, et d’essayer d’intervenir ; son rôle est bien davantage de voir le fonctionnement et les problèmes de la société à tous les niveaux. » (Alain Touraine, p. 53). (Propos tenus par Alain Touraine, rapportés dans le compte rendu du colloque sur la 13e Conférence internationale des problèmes sociaux de l’organisation du travail, tenue à Royaumont en mai 1960. (Jacques Durand, 1/1961, p. 87).

  • 87 Maisonneuve 1/1960, 1/1965 ; Pagès 1/1961 ; Lévy 2/1963 ; Pagès 4/1965.

75De leur coté Michel Crozier et Jacques Lautman se démarquent une nouvelle fois par rapport au counseling cher à l’École des relations humaines, et aussi, plus largement, par rapport aux pratiques de recherche-intervention des psychosociologues dont Sociologie du travail rend compte par ailleurs87. À la recherche d’une posture intermédiaire et néanmoins efficace ils se demandent :

  • 88 Ici les auteurs font référence aux travaux du psychologue américain Kurt Lewin (1890-1947) (...)

Au nom de quoi le sociologue peut-il en effet intervenir ? Peut-il promettre une diminution des tensions grâce à laquelle supérieurs et subordonnés se verraient plus libres et plus heureux ? Ce serait admettre ou bien que l’adaptation des hommes à l’organisation, même réformée, peut constituer un objectif, ou bien que l’adaptation de l’organisation aux hommes est possible, ce qui implique une définition de l’homme en termes axiologiques et une prise de position a priori en faveur de telle ou telle valeur. En fait la seule efficacité possible de l’action du sociologue se place en deçà de ces perspectives un peu trop théoriques. Il ne peut intervenir sérieusement en vue d’un but moral ou au nom de la supériorité pratique du « leadership permissif88 ». Mais, en provoquant la manifestation de la réalité ou au moins d’une réalité plus profonde et plus complexe des rapports humains interpersonnels et intergroupes, il ne peut manquer de contribuer à faire prendre conscience aux intéressés de leurs difficultés, donc de les libérer de certaines aliénations et de les rendre capables à la fois de rétablir certains circuits de communication et de mettre en question en même temps les structures qui sont source de blocage. Conscients profondément nous-mêmes des limites étroites d’une attitude interventionniste et de ses dangers pour le chercheur scientifique, mais persuadés en même temps de l’efficacité du savoir, nous avons tenté à plusieurs reprises des expériences de communication de résultat qui ont toutes confirmé ces hypothèses générales. (Michel Crozier et Jacques Lautman, 4/1963, p. 341).

76Cette question de l’utilité sociale de la sociologie, de ses usages et de ses ambiguïtés, faisait déjà l’objet, en 1958, d’un point de vue assez convergent entre Jean-Daniel Reynaud, Michel Crozier et Georges Friedmann dans la revue du ministère du Travail, la Revue française du travail où la réserve reste de mise :

- Reynaud : « On peut dire que le décalage entre exemples concrets et généralisation théorique est inévitable. Mais il est aussi fécond. Sur le deuxième point, il me semble que si la recherche n’a pas pour seul but de découvrir des relations entre les idées dans un ciel platonicien, elle acquiert comme toute science des connaissances qui peuvent se séparer des applications que des techniciens sont appelés à en faire. Pour ma part j’aurais même tendance à souhaiter pour des raisons pratiques et théoriques qu’on distingue bien les deux activités. »
- Friedmann : « Je voudrais revenir sur cette question des rapports entre ceux qui font une recherche dans l’industrie et ceux qui vont l’appliquer ; il me semble inopportun et même dangereux que les chercheurs se substituent à la hiérarchie normalement responsable dans l’entreprise pour appliquer les conclusions de leurs travaux. Je songe en “extrapolant” un peu à l’exemple des études faites par des bons ingénieurs d’organisation et j’insiste sur le “bons” : lorsqu’ils sont chargés de l’application ils rencontrent une résistance, celle qui naît contre ce qui vient d’en haut. Là aussi il vaut mieux que les solutions soient trouvées de l’intérieur, par les cadres de l’entreprise ; ceux-ci accepteront d’autant mieux les idées qu’ils auront le sentiment de les avoir découvertes eux mêmes. »
- Crozier : « Je ne voudrais pas que l’on croie que notre réserve signifie que nous nous désintéressons de la situation. Mais nous avons pensé que ce n’était pas notre rôle. Dans la mesure où l’industrie voudra prévoir, elle utilisera nos recherches. C’est petit à petit qu’on habitue les gens à changer d’attitude. » (Compte rendu d’un débat organisé par le ministère du Travail et relaté dans le numéro 1 de la Revue française du travail, 1958).

  • 89 Reynaud Jean-Daniel, Ventre Claude, « Le rôle du sociologue est d’éclairer et non pas d’in (...)

77De même, en 1963, Jean-Daniel Reynaud s’était exprimé dans un article au titre explicite : « Le rôle du sociologue est d’éclairer et non pas d’inventer des solutions89 ». Cette « réserve » nette à l’égard de l’intervention marque ici la distinction avec la tradition psychosociologique, aux ambitions « thérapeutiques » assumées dont Roger Daval précise ici les objectifs réformistes :

La psychologie sociale est à la fois une science et un art. Elle ne se contente pas de décrire le contenu des relations humaines, elle nous en propose aussi la genèse et l’explication. Mais surtout, elle ne se contente pas de décrire et d’expliquer. Elle prétend aussi guérir et « résoudre les conflits sociaux ». Ajoutons que ses ambitions thérapeutiques ne se limitent pas au plan interpersonnel. Pour le psychologue social, il ne s’agit pas seulement de réconcilier l’amant et la maîtresse, mais aussi l’entrepreneur capitaliste et ses ouvriers. (Roger Daval, Traité de Psychologie sociale, Paris, PUF, 1963, t 1, p. 6).

78Cette question du seuil à partir duquel on quitte la recherche pour entrer dans « l’application » et, faisant un pas de plus, endosser la responsabilité d’une « intervention », franchissant ainsi la frontière qui sépare la sociologie du travail de la psychologie sociale est discutée et délicate. Elle est d’autant plus sensible que cette frontière, assez poreuse, incitait sans doute les sociologues à se démarquer de leurs cousins (les psychologues) sans ambiguïté.

  • 90 En 1976 Michaël Pollack rendait compte d’un article de Michel Crozier (1963) intitulé « La (...)
  • 91 Gruson Claude, « Planification économique et recherche sociologique », in Revue française (...)
  • 92 Sans pour autant donner lieu à une fin de non recevoir. Pour une analyse convaincante de c (...)

79Si « intervention » il y a, celle-ci se place à un niveau plus institutionnel, plus politique peut-être se rapprochant aussi de l’action publique, comme l’a relevé Michaël Pollack à propos de Michel Crozier90. Les attentes de certains planificateurs91 formulées à l’égard des sociologues ne sont pas toujours reçues chaleureusement par ces derniers92 mais l’on peut malgré tout considérer à la suite de Philippe Bézes que « des convergences […] s’établissent entre attentes différentes mais compatibles ».

  • 93 Ce rapprochement est toutefois dénoncé non sans ironie par Edgar Morin dans son journal su (...)
  • 94 Philippe Bézes l’a très bien montré : Michel Crozier côtoie au Club Jean Moulin Pierre Mas (...)

80Ces convergences se traduisent par l’acceptation, voire la conviction, que la sociologie peut éclairer l’action publique93, sans oublier que les interconnaissances nouées dans des lieux comme le Club Jean Moulin sont propices aux échanges94. Ainsi, penser « les conditions de possibilité du développement d’un style administratif nouveau », tel est le rôle du sociologue selon Michel Crozier ; et l’on peut considérer que la sociologie de l’administration qu’il appelle de ses vœux n’est rien moins qu’une sociologie du travail administratif, qui en décrivant la réalité administrative doit être en mesure d’apporter des connaissances pertinentes pour penser aussi sa réforme.

  • 95 Rose Michaël, Servants of post-industrial power ? Sociologie du travail in Modern France, (...)
  • 96 Tanguy Lucie, « Retour sur l’histoire de la sociologie du travail en France : place et rôl (...)
  • 97 Bézes Philippe, « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve Républi (...)
  • 98 Comme le suggèrent Alain Drouard et Philippe Masson : Drouard Alain, « Réflexion sur une c (...)
  • 99 Drouard Alain, « Réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en (...)
  • 100 Touraine Alain, « Réponse de Monsieur Alain Touraine », in Le Développement des sciences s (...)

81La thèse de Michaël Rose qui semble suggérer une soumission univoque des chercheurs aux « commanditaires », à la « demande sociale » mérite, en définitive, d’être nuancée si l’on considère d’une part que leurs préoccupations étaient souvent partagées, du moins se recoupaient quelque peu95 et d’autre part que les chercheurs contribuaient aussi à la formulation de cette « demande » sociale. Nous ne suivons pas tout à fait, sur ce point, la vision institutionnelle de Lucie Tanguy affirmant que les chercheurs s’accommodent d’une « dépendance à l’égard de commandes qui visaient des fins pratiques qu’[ils] n’ont pas nécessairement perçues96 ». Une telle analyse tend à négliger l’existence d’un jeu « d’intéressement réciproque » entre sociologues et planificateurs97. Par ailleurs il importe de ne pas perdre de vue que la « demande sociale » à laquelle il est souvent fait référence dans de nombreuses recherches sociologiques reste d’une faible portée explicative98. Ce terme suggère abusivement qu’il existait dans la société française « une volonté claire et cohérente de recourir aux sciences sociale99 » et masque le fait que les « préoccupations et [les] attentes étaient plus ou moins clairement formulées » ce qui était loin d’être évident. Aussi le terme de « coalition confuse » utilisé par Alain Touraine100 nous semble plus approprié pour penser les formes de coopération à géométrie variable entre les chercheurs, les représentants de l’État-planificateurs mais aussi les responsables d’entreprise « éclairés » et les syndicalistes.

Notes

1 Jean-Christophe Marcel rappelle par exemple que, sur les années qui précèdent la création de Sociologie du travail, Alain Touraine a livré nombre de recensions de livres américains, notamment dans les Cahiers internationaux de sociologie. Marcel Jean-Christophe, « Une réception de la sociologie américaine en France (1945-1960) », in Revue d’histoire des sciences humaines, 2004, n° 11, p. 45-68.

2 Cette proportion est largement supérieure à celle annoncée dans le recensement fait par Odile Benoit Guilbot et Claude Durand dans leur « avant-propos », portant sur trente années de publications où ils indiquent 16 % d’auteurs étrangers, pourcentage qui s’élèverait, selon eux, à 25 % à la fin des années 1980. Durand Claude, Benoit-Guilbot Odile, « Avant-propos. Trente années de publications », in Sociologie du travail- Trente ans, numéro spécial, 1989, p. 7.

3 Voir paragraphe suivant. À cela il convient d’ajouter les articles de chercheurs français ou travaillant en France qui écrivent sur l’étranger comme ceux de Jean-René Tréanton (1/1962), Jacques Dofny (3/1961), Jeanne Parodi (3/1964), Alain Touraine (4/1961), Vito Ahtik (1/1963), Albert Meister, (1/1964), Pierre Bourdieu (1/1963), François Bourricaud (4/1961), Remi Clignet (2/1965), Jean Bonis (4/1964) : États-Unis, Allemagne, Brésil, Yougoslavie, Algérie, Pérou, Côte-d’Ivoire, Mauritanie.

4 Jean-René Tréanton (2/1961 p. 189) rend compte par ailleurs de ses travaux.

5 L’article publié dans Sociologie du travail est la traduction de « The Causal Texture of Organizational Environnement », in Human Relations, vol. XVIII, 1965, p. 21-31.

6 John Goldthorpe a publié en 1963 avec David Lockwood, Frank Bechhofer, Jennifer Platt, The affluent worker : political attitudes and behaviour, Cambridge, Cambridge University Press [traduction française, L’Ouvrier de l’abondance, Paris, Éditions du Seuil, « Esprit, la cité prochaine », 1972, op. cit.].

7 L’article publié est la traduction de « Micropolitics : Mecanisms of Institutional Change », Administrative Science Quaterly, VI, n° 3, 1961, pp. 257-281. Burns et Stalker avaient écrit leur célèbre ouvrage : Burns Tom, Stalker George M., The Management of innovation, Londres Tavistock, 1961.

8 Qui lui-même a consacré un article à l’historique du département des sciences sociales de son université dans Sociological Review, vol. 8, juillet 1960, p. 109-117.

9 Mcgivering I.C., Matthews D.G.J, Scott W. H., Management in Britain, Liverpol, Liverpool University Press, 1960.

10 Clegg Hugh A., A New Approach to Industrial Democracy, Oxford, Black-Well, 1960. Cet ouvrage est la synthèse de la réunion de Vienne organisée dans le cadre du Congrès pour la liberté et la culture par Daniel Bell et auquel avait participé Michel Crozier. Organisé en septembre 1958, ce séminaire, rappelle Pierre Grémion, « permit un vaste balayage des expériences internationales prenant place entre l’expérience américaine et l’expérience anglaise : codétermination en Allemagne et en Autriche, coconsultation en Suède ; conseils ouvriers en Yougoslavie ; coopératives ouvrières en France ; innovations institutionnelles des firmes libérales en France et en Italie ». Autant de sujets de prédilection présents dans les colonnes de Sociologie du travail. Grémion Pierre, L’Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris (1950-1975), Paris, Fayard, p. 350.

11 Alfred Willener était chercheur à l’ISST et aussi membre du Club Jean Moulin.

12 Burkart Lutz (1/1959, p. 38), insiste sur l’importance de l’article de Max Weber sur le freinage. Max Weber : « Zur Psychophysik der industriellen Arbeit », in Gesammelte Aufsätze zur Soziologie u. Sozialpolitik, Tünbingen, 1924. À notre connaissance cet article, malheureusement, n’a jamais été publié en français.

13 C’est-à-dire en 1959.

14 Lepsius Rainer, Strukturen und Wandlungen in Industrielbetrieb, Munich, ed. Carl Hanser, 1960.

15 Sur ce point voir notamment le compte rendu d’Alain Touraine (1/1962 p. 88) du livre de Xavier Herlin sur les expériences allemandes de cogestion.

16 Il traduit le texte du sociologue Ralf Dahrendorf (2/1962) et « adapte » un article de Burkart Lutz (2/1964) tandis que Jean-Daniel Reynaud traduit un article de Friedrich Fürstenberg (1/1961).

17 Weltz F., Vorgestzte zwischen Management und Arbeitern, Stuttgart, Enke 1964. Ce livre est issu d’un rapport d’enquête réalisé en 1959.

18 En particulier, Alain Touraine (2/1962, p. 195) présente la naissance de deux revues créées en 1961, Quaderni Rossi et Economia et sindicato, cf. supra.

19 Sociologie dont certaines revues avaient rendu compte avant la naissance de Sociologie du travail (Esprit 1958 ; Bulletin international de sciences sociales, Cahiers internationaux de sociologie en 1958).

20 Ossowski Stanislas, Class structures in the social consciousness, Londres Routledge, et Kegan Paul, International library of sociology and social reconstruction, 1963 (ouvrage publié à Varsovie en 1957).

21 Gino Germani (1911-1979), sociologue italien émigré à Buenos Aires en 1934, a profondément marqué la sociologie argentine et latino-américaine. Auteur notamment de Estructura sociali de la Argentina, Analisis estatistico, Buenos Aires, Raiga, Biblioteca Manuel Belgrano de estudios economicos, 1955.

22 Sur sa trajectoire voir Afrânio Garcia, « Une noblesse républicaine. Fernando Henrique Cardoso et la sociologie au Brésil », in Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Heilbron John, Lenoir Remi, Sapiro Gisèle (dir.) avec la collaboration de Pascale Pargamin, Paris, Fayard, 2004, p. 305-320.

23 « Industrialisation et conscience ouvrière à Sao Paulo » (4/1961) ; « Sociologie du développement » (2/1963) ; « Mobilité sociale, rapports de classe et nationalisme en Amérique Latine » (1/1965).

24 On peut voir dans ce « parallélisme étroit » entre la sociologie du développement et la sociologie du travail que souligne Alain Touraine, le pendant latino-américain d’un mouvement plus large – le tiers-mondisme – auquel nombre de chercheurs en sociologie et en économie ont participé, en ces années où les anciennes colonies françaises accédaient à l’indépendance.

25 La Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO), est un programme international de caractère académique créé en 1957 par les gouvernements d’Amérique Latine et des Caraïbes.

26 Sur ces questions voir l’ouvrage très complet de Pierre Desmarez. Desmarez Pierre, La Sociologie industrielle aux États-Unis, Paris, Armand Colin, 1986.

27 Jean-Daniel Reynaud estime pour sa part que cette attitude critique était déjà largement dépassée à cette époque. L’anachronisme selon lui tient au fait qu’il n’était guère nécessaire dans les années 60, de dénoncer la vulgarisation de la plant sociologie. « Georges Friedmann nous avait fait lire Wilensky sur la fonction du counseling à Hawthorne. C’était un lieu commun rebattu : je me souviens encore de Crozier irrité devant un article qui reprenait “la fessée rituelle à Mayo” » (Courrier adressé par Jean-Daniel Reynaud, daté du 9 juillet 2008). Voir Wilenski Jeanne, Wilenski Harold, « Personal counseling : the Hamilton Case », in American Journal of Sociology, vol. 57, n° 3, 1951, p. 265-280.

28 Cette orientation socio-historique sera réaffirmée dans le liminaire ouvrant le numéro 4 de 1966, le premier à paraître sous la direction du nouveau comité de rédaction. Guy Lajoinie, revenant quelques années plus tard dans un livre d’hommage offert à Georges Friedmann sur ce « glissement d’orientation » qu’il déplore, note qu’à partir de 1967 et jusqu’en 1972 (dernière année qu’il prend en considération) il sera proportionnellement moins question dans la revue de sociologie des organisations, beaucoup moins d’études d’attitudes mais « quatre fois plus de cette sociologie des sociétés industrielles qui vise, sans doute, à répondre mieux à l’orientation socio-historique affirmée à la fin de 1966 ». Lajoinie Guy, « Sociologie du travail : vers de nouvelles frontières », in Une nouvelle civilisation ? Hommage à Georges Friedmann, Paris, Gallimard, 1973, p. 202.

29 Sur ces apports, justement, et leur influence sur la sociologie du travail en France, Jean-Daniel Reynaud tient à rappeler : « Est-ce un hasard si trois des fondateurs parlent avec estime de William Foote Whyte ? Très sommairement : étudier les relations humaines, c’était aussi découvrir la réalité des interactions dans l’entreprise, des échanges d’information, des négociations implicites, de la rencontre de logiques différentes (thème central de Roethlisberger et Dickson). C’était aussi, sous le label psychologique de leadership, étudier la réalité du commandement et de l’autorité » (courrier du 9 juillet 2008).

30 Travaux qui montrent qu’il n’y a pas forcément de corrélation entre la satisfaction au travail et l’efficacité. Pour une présentation synthétique de ces travaux voir Mottez Bernard, Sociologie industrielle, Paris, PUF, « Que-sais je ? », 1971, p. 34-35. Voir également ce que dit Alain Touraine dans Sociologie du travail a 20 ans, op. cit.

31 Pierre Bernard (3/1961 p. 306) présente son ouvrage Man and organisations in industry, Homewood, Richard D. Irvin, Inc, 1959.

32 Chapoulie Jean-Michel, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », op. cit., p. 345.

33 On lira avec profit le compte rendu de la Mission sociale de productivité 16 février-20 mars 1956 présenté dans la Revue française du travail, n° 3, 1958. Avaient participé à cette mission Yves Delamotte, Secrétaire général de l’ISST (responsable de la mission), Michel Crozier, Jacques Dofny, Jacqueline Gauthier, Maria Van Bockstaele.

34 Dont les articles sont apportés et traduits, le premier par Jean-René Tréanton et le second par Jean-Daniel Reynaud. Voir ce qu’ils en disent dans leur entretien.

35 Voir ce qu’en dit Michel Crozier (Ma belle époque, 2002, op. cit. p. 174) : « À Berkeley, j’étais plus proche de Marty Lipset que j’avais connu lors d’un congrès en Europe ; Marty était le nouvel espoir de la sociologie américaine que Berkeley avait attiré après le grand succès de son livre, Political Man. Nous avions beaucoup d’intérêts communs : le syndicalisme, la bureaucratie, les paradoxes de la décision ». On ne s’étonnera donc pas que l’article publié dans Sociologie du travail soit traduit par Michel Crozier.

36 Il y rencontre Daniel Katz, Bob Kahn et Floyd Mann. Voir son témoignage (Crozier Michel, Ma belle époque, op. cit., 2002, p. 105-106) : « C’était là que s’étaient installés les disciples de Kurt Lewin (mort en 1951), le pape de la nouvelle psycho-sociologie américaine issue des recherches allemandes, juste avant la guerre. C’était au MIT où il avait d’abord travaillé, puis à Ann Arbor, qu’il avait pu démontrer la supériorité du leadership permissif sur le leadership autoritaire, tant par des expériences que par des études in vivo ; certains des membres du groupe avaient entrepris de tester leurs thèses dans le monde réel des grandes entreprises. Ils commençaient à aborder ainsi le monde des organisations. C’était exactement ce que je voulais faire. [...] J’avais face à moi de vrais spécialistes impeccables au plan de la rigueur scientifique, mais qui étaient en même temps des hommes capables de faire la part des choses et d’opérer des choix en fonction des contraintes. ». Michel Crozier (3/1963 p. 308) dans un compte rendu d’ouvrage collectif, souligne l’intérêt des contributions de Floyd Mann et de Rensis Likert. Notons qu’Alain Touraine connaissait également particulièrement bien ces recherches qu’il utilise abondamment dans un article écrit avec René Bassoul (4/1964).

37 Voir entre autres Sam D. Sieber (4/1964) du Bureau of Applied Social Research de l’université de Columbia, Fred Goldner de l’université de Columbia (4/1965) et Gerald Somers (1/1965) de l’université de Wisconsin traduits tous les trois par Jean-René Tréanton ; Gérard William Evan (3/1963), chercheur au MIT, traduit par Alain Touraine.

38 Meyers Frederic, European coal mining unions, structure and function, Los Angeles, University of California, Institute of industrial relations, 1961. Notons, à propos de ce bref compte rendu, qu’Yves Delamotte (4/1962, p. 412.) a exercé un « droit de réponse » dans une correspondance adressée aux fondateurs : « Messieurs, Les trois paragraphes par lesquels Odile Benoit, dans le numéro d’avril-juin 1962 de Sociologie du travail (p. 168), rend compte de l’ouvrage de Frederic Meyers m’incitent à croire que la valeur des publications peut être inversement proportionnelle à la longueur des analyses qu’on y consacre » et profite de cette correspondance pour présenter plus en détail l’ouvrage. Ce faisant, il marque incidemment son rôle de « promoteur » des recherches de l’ISST pour rappeler peut-être par cette note incisive que les fondateurs n’ont pas rempli là le rôle originellement dévolu à cette revue, à savoir promouvoir les recherches de l’ISST.

39 Meyers Frederic, Ownership of jobs, a comparative study, Los Angeles, University of California, Institute of industrial relations, Monograph series, n° 11, 1964, p. 114.

40 Jean-René Tréanton (1/1959, p. 85) signale dans une brève note la parution de l’ouvrage de Hughes Men at work, recueil de treize articles publiés en 1958. Mais c’est dans la Revue française de sociologie qu’il fera une note plus développée s’appuyant sur les travaux de Hughes. Tréanton Jean-René, « Le concept de “carrière” », in Revue française de sociologie, vol. 1, n° 1, 1960, p. 73-80. Voir ce qu’en dit Pierre Tripier : « L’article de Tréanton (1960) dans lequel est présentée pour la première fois et de façon explicite, la démarche anti-survey de Hughes, n’aura pas de suite pratique pendant au moins vingt ans », Tripier Pierre, « La sociologie du travail à travers ses paradigmes. », in Traité de sociologie du travail, De Coster Michel, Pichault François (dir.), Bruxelles, De Boeck Université, 1994, p. 32. Notons par ailleurs que c’est encore Jean-René Tréanton qui fait découvrir Georges Simmel aux lecteurs de la Revue française de sociologie en 1960 (3/1960). Dans un numéro spécial de Sociétés contemporaines consacré à Everett C. Hughes, Jean-René Tréanton relate sa rencontre avec Hughes lors de son passage en juin 1951 à Chicago. Tréanton, Jean-René, « Une rencontre avec Everett C. Hughes », in Sociétés contemporaines, vol. 27, 1997, p. 73-78.

41 Cf. le témoignage d’Anselm Strauss sur sa rencontre avec Jean-Daniel Reynaud. Strauss Anselm, « Dear Jean-Daniel », in Variations autour de la régulation sociale, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1994, p. 83. On s’étonnera moins en revanche de l’absence de Donald Roy dans la mesure où ses célèbres articles sont bien antérieurs à la création de la revue (1950). Comme le rappelle Jean-René Tréanton, Donald Roy était par ailleurs connu des sociologues de sa génération et notamment par Jean-Daniel Reynaud qui le cite abondamment dans le Traité de sociologie de Gurvitch (1958), t. 1, p. 466. Tréanton, Jean-René, ibid., p. 73-78.

42 New York, Mc Graw Hill, 1957 ; Jean-Daniel Reynaud (1/1960, p. 94) décrit cet ouvrage comme étant la deuxième tentative après celui de Miller et Form, op. cit. de présenter à l’étudiant et au grand public l’ensemble de la discipline en un manuel. Il insiste sur les difficultés de l’entreprise : « née de préoccupations pratiques, la sociologie industrielle forme un ensemble peu cohérent ; empruntant à la psychologie sociale, à la sociologie de la stratification, à l’histoire de l’industrie et du mouvement ouvrier, elle n’a encore conquis ni son autonomie ni son homogénéité. Le grand mérite de ce nouveau livre, c’est de s’efforcer d’adopter un cadre d’interprétation bien défini et d’y rassembler sans mutilation ni simplification excessive l’essentiel de ce qu’a acquis la recherche ».

43 Social Science Research on Business : Product and Potential, New York, Columbia University Press, 1959.

44 Abondamment cité par Frederic Meyers (1/1965 ; 2/1965).

45 Mais son intérêt ne s’arrête pas là : « Non seulement la production d’études sociologiques est écrasante aux États-Unis, mais plus encore, c’est en tout cas ce qui me frappe personnellement, l’utilisation qui est faite de cette production me paraît remarquable. C’est une société qui se connaît elle-même beaucoup plus que la France à cette date » (courrier du 9 juillet 2008).

46 Alain Touraine est l’auteur d’un compte rendu de lecture sur l’ouvrage collectif de Chamberlain N. W., Pierson F. C., Wolfson Th. (dir.), A decade of Industrial Relations Research, 1946-1956, Industrial Relations Research Association, vol. 19, New York, Harper and Brothers, 1958. Il a également fait une note élogieuse sur l’ouvrage de Galenson W. et Lipset S. M., Labor and Trade Unionism, New York, Wiley, 1960. Sur ce thème voir aussi la note de lecture de Sabine Erbès-Seguin (3/1964, p. 331-332) sur le livre de Cook Alice H., Union Democracy : Practice and Ideal. An Analysis of Four Large Local Unions, New York, Cornell University, 1963.

47 Voir, par exemple, Jacques Dofny 3/1960 sur Barbash Jack (dir.), Unions and Unions Leadership. Their Human Meaning, New York, Harpers, 1959 ; Bernard Mottez (3/1960), Lester Richard, As Unions Mature. An Analysis of the Evolution of American Unionism, Princeton, Princeton University Press, 1958.

48 Il est l’auteur de cinq comptes rendus alors que les autres fondateurs en ont signé une vingtaine chacun sur la période. Ses comptes rendus portent principalement sur des ouvrages américains.

49 « Quelques études récentes sur le monde des employés de bureau » (2/1960) ; « De l’étude des « relations humaines à l’étude des systèmes de pouvoir » (1/1961) ; « Quelques développements récents des recherches théoriques sur les organisations » (2/1961).

50 Carthwright Dorwin, Studies of Social Power, The University of Michigan, An Arbor, 1959 ; Warner Lloyd et Martin Norman, Industrial Man, Businessmen and Business Organizations, Harper, New York, 1959 (ouvrage qui comprend des communications de Drucker, William H. Whyte, Purcell, Kerr, Simon, Worthy et W. Foote Whyte…) ; Dalton Melville, Men Who Manage, New York, Wiley, 1960.

51 L’INED avait créé en 1946 la revue Population si bien que les articles de démographie en lien avec le travail ont plutôt été publiés dans ses colonnes. Cette revue à ses débuts affirmait aussi une ouverture disciplinaire qu’a explicité clairement Jean Stoetzel dans le premier numéro. Stoetzel Jean, « Sociologie et démographie », in Population, vol. 1, n° 1, 1946, p. 80-89.

52 Un seul article d’ergonomie, Faverge Jean-Marie, « Esquisse d’une théorie de l’accident », 1/1964 a été publié dans la revue. Les ergonomes avaient, il faut le préciser, leur propre revue spécialisée, Le Travail humain, créée en 1932.

53 Verret Michel, « Point critique pour un cinquantenaire », in Population, vol. 50, n° 6, 1995, p. 1379-1387.

54 Comme les psychologues sociaux adeptes de la recherche-action en entreprise (Maisonneuve 1/1960, 1/1965 ; Pagès 1/1961 ; Lévy 2/1963 ; Pagès 4/1965) ; le juriste Paul Durand (1/1960), l’économiste français François Sellier (4/1960) ou britannique Henry Phelps Brown (2/1960).

55 Cette perspective préfigure le renouveau de la sociologie économique contemporaine. Pour aller dans le sens de l’analyse menée par François Vatin, on ne peut donc pas dire, comme Richard Swedberg, mais aussi plus « proche » de nous, Sabine Erbès-Seguin, que les sociologues du travail ignoraient l’économie. Vatin François, « Sociologie économique et sociologie du travail en France 1945-1968 », Communication au colloque organisé à la Maison des sciences économique, Université de Paris 1, Sociologie économique histoire et méthode, novembre 2002 ; Swedberg Richard, Une histoire de la sociologie économique, Paris, Desclée de Brouwer, 1994 ; Erbès-Séguin Sabine, Sociologie du travail, Paris, La Découverte, 1999, p. 14.

56 Meyers Frederic, Ownership of Jobs, a Comparative Study, Los Angeles, University of California, Institute of industrial relations, Monograph series n° 11, 1964.

57 Marchal Jean et Lecaillon Jacques, La Répartition du revenu national, Paris, Éditions Génin, 3 tomes, 1958. Dans ce sens, signalons qu’un numéro de 1958, vol. 9, n° 6 de la Revue économique, consacré au « pouvoir économique », comprend plusieurs contributions de sociologues dont celle de François Bourricaud sur « La sociologie du chef d’entreprise », op. cit.

58 Alors directeur de l’Institut du travail de Strasbourg.

59 Touraine Alain, « Qualification, salaire et homogénéité du groupe ouvrier », in Revue économique, vol. 8, n° 5, p. 841-859.

60 Steiner Philippe, « La Revue économique 1950-1980. La marche vers l’orthodoxie académique ? », in Revue économique, vol. 51, n° 5, p. 1009-1058.

61 C’est en ces termes qu’est décrit l’ouvrage dans la Bibliographie de sociologie et de psychologie sociale en France (1945-1965), présentée par Jean-Daniel Reynaud : « Les auteurs de cet important ouvrage de science économique expriment clairement leur intention “d’intégrer les facteurs sociologiques à la théorie économique”. Effectivement, leur façon de répartir individus et institutions en catégories homogènes, de constituer des types de participants au revenu national, de proposer des modèles de la répartition, etc., semblera familière au sociologue et lui apportera maintes données utilisables » (p. 116).

62 Galenson Walter et Lipset Seymour Martin (dir.), Labor and Trade Unionism, New York, Wiley, 1960.

63 Voir également la note d’Alfred Willener (2/1963 p. 192) sur un ouvrage sur les employés : « ce travail, utile au sociologue, se terminant sur des comparaisons salariales, ne comporte pas d’interprétation, ni d’ailleurs de conclusion, ne préjugeant pas tout en le préparant, du travail sociologique que d’autres pourront se charger de faire » à propos du livre de L. Neunddoerfer, Die Angestellten, Stuttgart, 1961.

64 Roger Daval était professeur de psychologie sociale à la faculté des lettres et sciences humaines de Bordeaux, Daval Roger et al., Traité de psychologie sociale, Paris, PUF, 1964.

65 Sont cités : Pareto, Von Mises, Von Neumann et Morgensten (auteurs d’un ouvrage sur la théorie des jeux).

66 Crespi D., Les Salariés belges, faits et théorie, Paris, Centre d’études économiques, École pratiques des hautes études, Compte rendu de la thèse, n° 2/1963.

67 Appel qui s’était d’ailleurs manifesté quelques années plus tôt, avec force, par le juriste Georges Burdeau, au sujet de l’introduction des sciences politiques dans les facultés de droit : « Droit, sociologie, science politique sont des sciences sociales. Entre elles, tout partage serait vain qui reposerait sur une répartition de matières. En période stable, la division technique des tâches a pu nous laisser croire à l’autonomie de ces disciplines. Nous révélant l’unité foncière des faits sociaux, la crise de notre temps ne pouvait que conduire à un rapprochement des modes de connaissance. L’isolement est un luxe des époques statiques : la volonté de la maintenir dans les circonstances actuelles confinerait au byzantinisme », Burdeau Georges, « L’entrée de la science politique dans les facultés de Droit », in Droit social, n° 9 -10, sept. octobre 1958, p. 449-451 (texte bilan du 27 mars 1954 sur le nouveau régime d’étude de droit).

68 Pour cette même raison, c’est François Sellier qui signera, à l’époque une chronique mensuelle dans la revue Droit social.

69 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Plon, « Civilisations d’hier et d’aujourd’hui », 1958.

70 Dont rend compte Jean-Daniel Reynaud (4/1960) pour le t. I et II 4/1960 et Pierre Bernard (1/1962 p. 91) pour le t. IV dirigé par Alain Touraine. Histoire générale du travail, Parias Louis Henri (dir.), op. cit.

71 Gille Bertrand, Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste 1815-1848, SEVPN, 1959.

72 Les livres visés sont ceux de Choffel Jean, Saint-Gobain, du miroir à l’atome ; Sedillot René, Peugeot, de la crinoline à la 404, deux volumes dans la collection « Histoire des grandes entreprises », Paris, Plon, 1960.

73 À propos de l’ouvrage de Jaccard Pierre, Histoire sociale du travail de l’Antiquité à nos jours, Paris, Payot, 1960.

74 Qui se poursuivra de manière très concrète par la participation de Jean-Daniel Reynaud au comité de rédaction de la revue d’histoire Le Mouvement Social. Il y dirigea d’ailleurs, en 1967, un numéro spécial consacré aux liens entre sociologie et histoire.

75 Sur le projet, voir deuxième partie.

76 Archives Alain Touraine, IMEC.

77 Jean Fombonne est l’auteur d’une thèse d’histoire sur la fonction de personnel. Fombonne Jean, Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction DRH dans les entreprises françaises (1830-1990), Paris, Vuibert, 2001.

78 Lajoinie Guy, « La suppression du salaire au rendement : un essai de solution », 2/1961. Dans un témoignage publié en 1973 dans un ouvrage d’hommage à Georges Friedmann Guy Lajoinie relate avec nostalgie sa participation à ces séminaires et les « premiers temps » de Sociologie du travail. Lajoinie Guy, « Sociologie du travail : vers de nouvelles frontières », in Une nouvelle civilisation ? Hommage à Georges Friedmann, Paris Gallimard, p. 196-220.

79 Pierre Bize, de la Délégation générale à la recherche scientifique, avait été un des interlocuteurs de Pierre Naville pour sa recherche sur l’automation (source : Bibliothèque du Musée social, Cédias, fonds Pierre Naville).

80 Lobstein Jacques, Organiser, commander, structurer, les trois impératifs du gouvernement de l’entreprise, Paris, Éditions d’organisation, 1963.

81 Isambert-Jamati Vivianne, op. cit., p. 244.

82 Avec une contribution sur « Structure et organisation de l’entreprise », t. 2, 1962, p. 42-68.

83 Bloch Lainé François, Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Éditions du Seuil, 1963.

84 Archives du Club Jean Moulin, 1CJM2, DR1. Il avait notamment été sollicité en 1964 pour participer aux journées d’étude sur « la politique des revenus à l’heure européenne » préparées par Jean-Daniel Reynaud.

85 Cet intérêt pour le syndicalisme italien est partagé par Jean-Daniel Reynaud comme en témoigne la parution, quinze ans plus tard, en 1977, d’un ouvrage, Le Syndicat et l’organisation du travail, l’expérience de la CGT italienne, Paris, Éditions Galilée, traduit par Valéria Tasca, présenté par Anni Borzeix, et préfacé par Jean-Daniel Reynaud, sur ce même syndicat, la CGIL.

86 André Renard écrivait. Recueil d’articles, 1936-1962, Fédération Syndicale des Métallurgistes de la province de Liège, 1963.

87 Maisonneuve 1/1960, 1/1965 ; Pagès 1/1961 ; Lévy 2/1963 ; Pagès 4/1965.

88 Ici les auteurs font référence aux travaux du psychologue américain Kurt Lewin (1890-1947), très en vogue chez les psychosociologues.

89 Reynaud Jean-Daniel, Ventre Claude, « Le rôle du sociologue est d’éclairer et non pas d’inventer des solutions », in L’Expansion de la recherche scientifique, vol. 19, 1963.

90 En 1976 Michaël Pollack rendait compte d’un article de Michel Crozier (1963) intitulé « La révolution culturelle » et considérait que Michel Crozier était « à l’avant-garde de ceux qui, saluant le renforcement des sciences sociales par rapport aux disciplines traditionnelles, se font les avocats d’une collaboration entre la recherche et l’action politique », Pollak Michaël, « La planification des sciences sociales », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2-3, 1976, p. 105-121. Crozier Michel, « La révolution culturelle », in La Nouvelle Europe, 1963 repris dans Preuves, n° 79, janvier 1966, p. 3-13 et février 1966, p. 11-18.

91 Gruson Claude, « Planification économique et recherche sociologique », in Revue française de sociologie, vol. 5, n° 4, 1964, p. 435-446. Lors de la réunion du bureau de la Société française de sociologie, Claude Gruson a commencé son discours ainsi « Économiste et fonctionnaire, je viens devant vous, sociologues, en quémandeur. Les fonctionnaires chargés de la planification économique ont besoin aujourd’hui des sociologues ».

92 Sans pour autant donner lieu à une fin de non recevoir. Pour une analyse convaincante de cette réception de la proposition de Gruson et la discussion critique de l’interprétation de Michel Amiot qui considérait plutôt que les sociologues avaient fait barrage à cette proposition, voir la contribution de Spenlehauer Vincent, « Pour une déconstruction des légendes sur les rapports État/Sciences sociales », in Les Sciences sociales à l’épreuve de l’action, le savant, le politique et l’Europe, Zimmermann Bénédicte (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 119-144.

93 Ce rapprochement est toutefois dénoncé non sans ironie par Edgar Morin dans son journal sur Plozevet à propos du déroulement d’un colloque de la Société française de sociologie : « Ce colloque est organisé par la génération managériale : Reynaud, Mendras, Bourdieu [...]. La tribune [présidée par Pierre Massé, directeur au Plan] est occupée uniquement par le président et le rapporteur [Mendras]. Le pragmatisme et l’utilité commandent. Il s’agit du Plan, du développement économique et social de l’efficacité administrative. [...]Tout ce monde parle d’administration. Pierre Massé, ce prince de la technocratie que j’imaginais comme un Einstein du Plan, se répand en propos prud’hommesco-perrichonesques sur la nécessité, pour les économistes, de mieux connaître les facteurs qualitatifs. Je ne me sens pas du tout à l’aise dans cet univers. Pour moi ce sont comme des animaux à sang froid… Sans doute est-ce pour obtenir les précieux crédits de recherche que nos sociologues managériaux mettent en avant ces pontifes de l’administration-planification… Mais il y a aussi des affinités intellectuelles. La prépondérance des préoccupations administratives est très curieuse dans cette séance qui aurait dû, logiquement, approfondir le concept de transformation. Pour eux, le changement va de soi, il est bon. La modernisation est le bien. Les réalités affectives ne sont qu’en fonction de la « résistance aux changements » (Morin Edgar, Journal de Plozevet. Bretagne, 1965, Paris, L’aube, 2001, p. 232). Toutefois dans ses notes d’humeur de journal, Edgar Morin ne précise pas que son enquête sur Plozevet avait bénéficié des ressources du Plan en étant financée par la… DGRST ! Sur ce point voir Masson Philippe, « Le financement de la sociologie française », op. cit., p. 115-116.

94 Philippe Bézes l’a très bien montré : Michel Crozier côtoie au Club Jean Moulin Pierre Massé (commissaire général au Plan) et son adjoint Jean Ripert, qui financeront via la DGRST un programme de recherche sur L’administration face au changement (1964). Bezès Philippe, « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve République : la construction du “souci de soi de l’État” », in Revue française d’administration publique, vol. 2, n° 102, 2002, p. 307-325.

95 Rose Michaël, Servants of post-industrial power ? Sociologie du travail in Modern France, London, Macmillan, 1979.

96 Tanguy Lucie, « Retour sur l’histoire de la sociologie du travail en France : place et rôle de l’Institut des sciences sociales du travail », op. cit.

97 Bézes Philippe, « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve République : la construction du “souci de soi” de l’État », op. cit. Bezès Philippe, Réinventer l’État, Paris, PUF, 2009.

98 Comme le suggèrent Alain Drouard et Philippe Masson : Drouard Alain, « Réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », op. cit., Masson Philippe, « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », op. cit.

99 Drouard Alain, « Réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », op. cit.

100 Touraine Alain, « Réponse de Monsieur Alain Touraine », in Le Développement des sciences sociales en France au tournant des années soixante, Drouard Alain (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1983, p. 178-181.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search