Versión clásicaVersión móvil

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Troisième partie. Passage en revue

Introduction

Texto completo

  • 1 Jacques Lautman parle d’« années fastes ». Lautman Jacques, « Chronique de la sociologie f (...)

Avant douvrir les pages de la revue pour explorer « sur pièces » le contenu de la production scientifique publiée sous le règne des fondateurs, commençons par situer la création de Sociologie du travail dans cette époque qui est parfois qualifiée d’âge d’or des sciences sociales1. Quel est la visée de leur projet replacé dans ce contexte ? Quels sont les supports offerts aux sciences sociales en général, aux questions du travail en particulier ? Où publient les sociologues ? De quel héritage, de quelle expérience antérieure les fondateurs vont-ils pouvoir tirer parti ?

1Écoutons-les, pour commencer : « Les revues étaient une forme d’expression française qui avait connu des hauts et des bas et qui prenait tout à coup dans les sciences sociales. Donc : on est jeune, on fonde une revue. C’était l’expression d’une génération [...] » indique Michel Crozier dans son premier entretien. À la question « Pourquoi une revue ? » Jean-Daniel Reynaud répond sans hésitation : « Parce qu’il n’y en avait pas », pour préciser : « L’Année sociologique recommençait à paraître (et nous y collaborions) mais c’était une publication annuelle et elle ne pouvait avoir le même rôle. Les Cahiers internationaux de sociologie, d’une publication irrégulière, ne représentaient nullement ce que nous cherchions et ne pouvaient guère prétendre, malgré quelques excellents articles, à présenter un modèle aux jeunes chercheurs [...]. Les Archives européennes de sociologie sous la direction de Raymond Aron et d’Eric de Dampierre, comme la Revue française de sociologie dirigée par Jean Stoetzel, n’ont été publiées qu’un trimestre après notre premier numéro ». Plus loin il précise : « Les différentes revues dont toutes, à part les Cahiers internationaux, s’étaient constituées après la nôtre, n’étaient pas des forteresses hostiles les unes aux autres. Au moment même où nous étions en train de publier Sociologie du travail, nous avons tous écrit dans d’autres revues [...]. La revue n’était pas fermée et nous n’étions pas enfermés dans la revue ». Alain Touraine fait également référence à Eric de Dampierre et à sa nouvelle « revue en allemand, anglais et français » tandis que Jean-René Tréanton complète cette liste en évoquant la création des Archives de sociologie des religions.

  • 2 Chenu Alain, « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après guer (...)
  • 3 L’Institut d’histoire sociale (L’Actualité de l’histoire), l’Institut national d’études dé (...)

2Nombreux sont les chercheurs qui ont rappelé le « tournant » que représente la fin des années 19502 en matière d’activité éditoriale pour les sciences sociales et la sociologie en particulier. Cette activité s’est en réalité développée progressivement dès 1946, avec la création de toutes nouvelles revues comme Population, les Cahiers internationaux de sociologie, ou avec la « renaissance » de certaines d’entre elles comme les Annales (en histoire), L’Année sociologique ou encore la Revue française du travail (revue du ministère du Travail). Le mouvement se poursuit avec la naissance en 1951 de la Revue économique, de la Revue française de science politique (Jean-Meynaud assurera le secrétariat général de ces deux revues) ainsi que L’Actualité de l’histoire (cette revue, émanation de l’Institut d’histoire sociale créé par Jean Maitron deviendra Le Mouvement social en 1961). Toutes ces revues sont clairement rattachées à des institutions scientifiques3 et dans un premier temps au moins visent à valoriser leurs travaux. Sociologie du travail se distingue, on l’a vu, par son autonomie éditoriale : publiée par le Seuil elle n’est organiquement « rattachée » à aucune institution de ce type.

  • 4 C’est dans cette collection de « L’homme et la machine » qu’Edgar Morin publia Le Cinéma e (...)
  • 5 Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souvenir d’un vieux mandarin, op. cit. Il cite (...)
  • 6 Lipset Seymour Martin, L’Homme et la politique, Paris, Éditions du Seuil, « Esprit – La Ci (...)

3Le renouveau éditorial concerne aussi les collections d’ouvrages : ainsi en 1950 Georges Gurvitch a déjà fondé aux Presses universitaires de France une nouvelle collection, la « Bibliothèque de sociologie contemporaine » tandis que Georges Friedmann inaugure aux Éditions de Minuit la collection « L’homme et la machine4 ». En 1955 les éditions du CNRS créent une collection à destination des chercheurs du Centre d’études sociologiques. Henri Mendras a évoqué l’importance qu’elle revêtait pour les jeunes chercheurs : « ces volumes [sous couverture entoilée qui donnait une apparence très respectable à nos petits livres] marquaient une étape de la recherche de chacun de nous, premiers chefs-d’œuvre des apprentis que nous étions5 ». S’adressant à un public plus large le Seuil créée, également au début des années 1950, une collection « Esprit – la Cité prochaine », où seront publiés des auteurs présents ou discutés dans les colonnes de la revue : Maurice Montuclard, Serge Mallet, et aussi les américains Seymour Martin Lipset et John Goldthorpe6.

4Mais ce panorama offre surtout un bon indice de la structuration de la communauté intellectuelle avant la naissance de Sociologie du travail et des différents liens unissant entre eux les protagonistes. Une communauté relativement étroite si l’on en juge par le nombre de signatures que l’on retrouve d’une publication à l’autre, et qui pratique un commerce interdisciplinaire intense.

  • 7 Pour une histoire minutieuse de cette revue nous renvoyons à la contribution de Philippe S (...)
  • 8 Nous empruntons l’expression et les suivantes à Vivianne Isambert-Jamati ; Isambert-Jamati(...)

5On retrouve ainsi Georges Friedmann dans le comité de rédaction des Annales (il y publiera de nombreux articles) aux cotés de Fernand Braudel, Lucien Febvre et Charles Morazé ; le nom de Jean Stoetzel apparaît dans la Revue française de science politique aux cotés de Raymond Aron, Maurice Duverger, André Siegfried, mais aussi dans Population (il apportera un article inaugural au premier numéro). L’historien Ernest Labrousse est présent dans le comité de rédaction de La Revue économique7 où il côtoie Jean Marchal, Jean Lhomme, Fernand Braudel, André Aftalion (président du comité de direction). L’Année sociologique mobilise de nombreux contributeurs de différentes générations : les « survivants de la première série8 » comme Georges Gurvitch, Georges Davy, Henry Levy Bruhl ; les « Quadra », Jean Stoetzel, mais aussi Georges Friedmann et Pierre Naville qui s’occuperont de la rubrique « Travail » et qui mobilisent la toute jeune génération du CES. On y trouvera ainsi les contributions d’Alain Touraine, Jean-René Tréanton, Viviane Isambert, qui font là leurs premières armes d’analystes d’ouvrages. On pourrait multiplier les exemples de ces participations multiples et croisements disciplinaires variés qui caractérisent alors les sciences sociales.

6Ce paysage esquissé à grands traits permet aussi de préciser la cartographie des espaces de publication ouverts aux sociologues du travail avant la naissance de la revue. Ils avaient déjà beaucoup publié et leurs centres d’intérêts étaient déjà manifestes. Ainsi, deux revues se montrent particulièrement accueillantes avant 1959 : les Cahiers internationaux de sociologie et la Revue française du travail. En tant que revue d’information du ministère du Travail, cette dernière est principalement une revue administrative, à dominante juridique. Toutefois des « fenêtres » de publication y étaient offertes aux sociologues. Friedmann fut le premier sociologue du CES à y publier. La présence d’une seconde génération de sociologues sera sensible dans la seconde moitié des années 1950, à l’occasion des comptes rendus d’enquêtes menées au sein de l’ISST. Les articles sont le plus souvent des communications très courtes présentant les grandes lignes des enquêtes en cours ou achevées ainsi que des comptes rendus de missions de productivité. [Cf. ci-contre].

Les contributions sociologiques autour du travail dans les Cahiers internationaux de sociologie 1946-1959
Friedmann Georges, « Automatisme et travail industriel », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. I, 1946, p. 139-160.
Rogers Maria, « Les problèmes des rapports humains dans l’industrie », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. III, 1947, p. 89-119.
Canguilhem Georges, « Milieu et normes de l’homme au travail », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. III, 1947, p. 120-136.
Touraine Alain et Verley Étienne, « Enquête française de sociologie industrielle », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. VII, 1949, p. 72-89.
Friedmann Georges, « L’industrie américaine et le facteur humain », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. VIII, 1950, p. 40-71.
TOURAINEAlain, « Classe sociale et statut socio économique », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XI, 1951, p. 155-176.
TOURAINEAlain, « Ambiguïté de la sociologie industrielle américaine », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XII, 1952, p. 131-146.
Crozier Michel, « Réflexions sociologiques sur les grèves américaines », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XIII, 1952, p. 156-166.
Naville Pierre, « Les conditions sociales de la répartition professionnelle », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XIV, 1953, p. 98-121.
Naville Pierre, « Critique de la bureaucratie », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XV, 1953, p. 94-114.
Friedmann Georges, « Heidegger et la crise contemporaine de l’idée de progrès », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XVI, 1954, p. 118-125.
Touraine Alain, « Le traitement de la société globale dans la sociologie américaine contemporaine », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XVI, 1954, p. 126-145.
Crozier Michel, « Villes et campagnes », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XVI, 1954, p 156-162 [présentation des Semaines du CES]
Guilbert Madeleine et Isambert-Jamati Vivianne « Statut professionnel et rôle traditionnel des femmes », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XVII, 1954, p. 112-122.
CROZIERMichel, « L’ambiguïté de la conscience de classe chez les employés et les petits fonctionnaires », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XVIII, 1955, p. 78-97.
Friedmann Georges, « La thèse de Durkheim et les formes contemporaines de la division du travail », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XIX, 1955, p. 45-58.
Mitrani Nora, « Réflexions sur l’opération technique, les techniques et les technocrates », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XIX, 1955, p. 157-170.
Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, « Deux notes à propos d’une enquête sur les étudiants en médecine », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XX, 1956, p. 124-148.
Dumazedier Joffre, « Ambiguïté du loisir et dynamique socio-culturelle », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XXIII, 1957, p. 75-96.
Mitrani Nora, « Attitude et symboles techno-bureaucratiques : réflexions sur une enquête », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XXIV, 1958, p. 148-166.
Naville Pierre, « Le travail et la guerre. Esquisse de certaines relations entre production et destruction », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XXVII, 1959 (reprend l’essentiel du chapitre consacré à ce sujet du Traité de sociologie du travail), p. 27-53.

Les contributions de sociologues dans la Revue française du travail 1946-1959
Friedmann Georges, « L’adaptation des machines à l’ouvrier », in Revue française du travail, n° 10, janvier 1947, p. 3-17.
Friedmann Georges, « La sociologie industrielle aux États-Unis », in Revue française du travail, n° 7, juillet 1948, p. 261-268. [Il est indiqué que les thèmes de cet article seront développés dans les Annales].
Friedmann Georges, « Industrie-Loisir-Démocratie », in Revue française du travail, n° 5, mai-juin 1949, p. 251-265. [Il est indiqué que les thèmes de cet article seront développés dans les Annales].
Tréanton Jean-René, « Recherche sur l’adaptation à la retraite des travailleurs âgés de la région parisienne », in Revue française du travail, n° 1, premier trimestre 1958, p. 31-35.
Crozier Michel, « Le rôle du chercheur en milieu industriel », in Revue française du travail, n° 3, juillet-septembre 1958, p. 27-34.
Dofny Jacques, « Les recherches sur les changements technologiques », in Revue française du travail, n° 3, juillet-septembre 1958, p. 35-48. [Compte rendu].
CROZIERMichel, « L’étude des problèmes de moral et d’organisation », in Revue française du travail, n° 3, juillet septembre 1958, p. 49-62. [Compte rendu].
GAUTHIERJacqueline, « Les recherches sur les motivations au travail », in Revue française du travail, n° 3, juillet-septembre 1958, p. 63-75. [Compte rendu].
Crozier Michel, Guetta Pierre, « Les recherches sur les attitudes au travail dans les organisations industrielles et administratives », in Revue française du travail, 1958, p. 24-30.
Tréanton Jean-René, « Les réactions à la retraite. Une étude psycho-sociologique », in Revue française du travail, 12, 1958, p. 149-165.
Durand Claude, « L’évolution du travail dans les laminoirs », in Revue française du travail, n° 1, janvier-mars, 1959, p. 3-19.
Isambert-Jamati Vivanne, « Les facteurs familiaux et professionnels de l’absentéisme féminin (Enquête sur huit établissements de la région parisienne) », in Revue française du travail, n° 1, janvier-mars 1959, p. 19-56.

  • 9 Crozier Michel, « La philosophie des conventions collectives et sociales en Amérique », in (...)
  • 10 Naville Pierre, « Le développement de l’automation et le travail des ouvriers d’entretien  (...)
  • 11 Touraine Alain, « La qualification du travail, histoire d’une notion », in Journal de psyc (...)
  • 12 Zagefka Polymnia, « La notion de travail dans la sociologie française depuis la seconde gu (...)
  • 13 Georges Friedmann y présenta une communication sur le travail à la chaîne intitulée « Esqu (...)

7D’autres revues ont aussi montré leur intérêt pour les travaux des sociologues du travail. La revue Droit social, fondée en 1939, accueille ainsi en 1952 un texte de Michel Crozier et un autre d’Alain Touraine9, tandis que Pierre Naville y publie un article en 1957 sur le travail des ouvriers d’entretien10. Psychologues et sociologues mêlent volontiers leurs signatures. Un numéro du Journal de psychologie normale et pathologique sur « Le travail, les métiers, l’emploi » de 1955, comprend des contributions d’Ignace Meyerson, Jean Dautry, Georges Friedmann, Pierre Naville, ainsi que des contributions d’Alain Touraine et de Jean Daniel Reynaud11. Comme l’a rappelé Polymnia Zagefka12 « la centralité du travail en tant que catégorie de compréhension des sociétés contemporaines [...] fait presque partie d’une mémoire collective de la communauté, sous-tendue par plusieurs publications émanant d’ethnologues, historiens, psychologues » et ce, avant même la constitution du CES en 1946. En témoigne ce colloque organisé à Toulouse, en 1941, qui réunit Ignace Meyerson, Lucien Febvre, Marc Bloch, Marcel Mauss, André Lalande et Georges Friedmann13 dont les actes furent publiés en 1948 dans ce même journal. Le numéro de 1955 prolonge bien cette tradition. Cette même revue publie aussi deux ans plus tard un article de Madeleine Guilbert sur « quelques aspects actuels des problèmes du travail féminin ».

8Les exemples ne manquent pas qui confirment l’importance accordée par les sciences sociales à la question du travail. En 1958, le Bulletin du CERP consacre un numéro aux « études de psychosociologie du travail ». Le CERP est le Centre d’études et de recherches psychotechniques, fondé par le ministère du Travail en 1952 ; en 1960 Serge Moscovici et Jacques Leplat assureront la direction de son Bulletin.

Un Bulletin du CERP consacré au travail
Dans un numéro exclusivement consacré au travail le Bulletin du CERP, n ° 2-3, vol. VII, avril sept. 1958, comprend trois contributions de sociologues du CES.
Barrier Christiane, « Le travail en série : stagnation ou répétition », in le Bulletin du CERP, n° 2-3, vol. VII, avril sept 1958, p. 108-113 ;
Gauthier Jacqueline, « L’adaptation aux travaux spécialisés dans une petite entreprise », op. cit., p. 126-134 ;
Isambert-Jamati Vivianne et Guilbert Madeleine, « L’apprentissage et l’activité professionnelle », op. cit., p. 135-150.

  • 14 Crozier Michel, Friedmann Georges, « Les conséquences sociales de l’automation », in Bulle (...)
  • 15 Signalons que Michel Verret a déploré le fait qu’ultérieurement Population se désintéresse (...)

9Toujours en 1958 la revue de l’Unesco, le Bulletin international des sciences sociales publie dans un numéro consacré aux conséquences sociales de l’automation deux contributions françaises, l’une de Michel Crozier cosignée avec Georges Friedmann sur « Travail et automation » (en introduction du numéro), l’autre de Pierre Naville sur « la structure de l’emploi et l’automation14 ». On peut encore citer une revue comme Population qui publie aussi une série de recherches sur le travail15.

  • 16 Toutes deux étaient chercheuses au CES.

Population et les recherches sur le travail avant 1959
Stoetzel Jean, « Une étude du budget temps de la femme dans les agglomérations urbaines », in Population, vol. 13, n° 1 janv. mars 1948, p. 47-62.
Daric Jean, « Quelques vues sur le travail féminin non agricole en divers pays », in Population, vol. 13, n° 1, 1958, p-69-78.
Girard Alain, « Le budget-temps de la femme mariée dans les agglomérations urbaines », in Population, vol. 13, n° 4, 1958, p. 591-618.
Girard Alain et Bastide Henri, « Le budget-temps de la femme mariée à la campagne », in Population, vol. 14, n° 2, avril juin 1959, p. 253-284.
Guilbert Madeleine et Isambert-JAMATIVivianne16, « Une étude de biographie professionnelle. Formation et carrière professionnelles de 1 000 jeunes femmes de la région parisienne », in Population, vol. 13, n° 4, 1958, p. 647-662.

  • 17 Bourricaud François, « Contribution à la sociologie du chef d’entreprise. Le “Jeune Patron (...)
  • 18 Crozier Michel, « Pour une sociologie de l’administration publique », in Revue française d (...)
  • 19 Dans le numéro consacré à l’économie agricole française 1938-1958, janvier juin 1959.

10La thématique du travail dans la société est donc suffisamment centrale pour donner lieu à des numéros spéciaux de revues généralistes ou spécialisées en économie ou en sciences politiques où les sociologues ont la parole. Alain Touraine et François Bourricaud ont ainsi chacun publié un article dans la Revue économique17, Michel Crozier dans la Revue française de science politique18, tandis qu’Henri Mendras a publié dans Economie rurale19.

  • 20 L’Année sociologique, 1955.

11Il existe donc bon nombre de revues qui traitent de sujets qui intéressent frontalement les sociologues du travail. Elles sont systématiquement recensées dans les rubriques de L’Année sociologique. Un exemple suffit pour illustrer cet aspect. Yves Delamotte, Georges Friedmann, François Jodelet, Pierre Naville et Jean René Tréanton, en 1955, relèvent « l’attention qu’accordent désormais à la sociologie du travail divers périodiques non spécialisés ». Sont ainsi mentionnées des livraisons de la Revue internationale du travail, publiée à Genève par le BIT qui « contiennent un ou plusieurs articles touchant de près ou de loin notre domaine de recherche ». Autre revue citée : Technique, Art, Science (Janvier – février 1955) qui publie (avec photos !) les textes de conférences sur la formation des apprentis. Ou encore Droit social au sujet de laquelle il est mentionné (nous sommes en 1955) que « L’aspect juridique des problèmes du travail est étroitement mêlé à leur aspect sociologique [...], cette revue a le mérite d’en prendre conscience de plus en plus clairement20 ». On retrouve là une préoccupation qui sera bien présente quelques années après dans la ligne éditoriale de Sociologie du travail.

  • 21 Heilbron Johan, « Pionniers par défaut ? Les débuts de la recherche au Centre d’études soc (...)
  • 22 Crozier Michel, « L’Angleterre travailliste ou l’État petit bourgeois », in Les Temps mode (...)
  • 23 Crozier Michel, « Vue d’ensemble », in Esprit, n° 196, novembre 1952, p. 570-587 [introduc (...)
  • 24 Friedmann Georges, « Le Travail en miettes », in Esprit, novembre 1955, p. 1725-1747.

12Ce tableau serait incomplet si l’on ne mentionnait pas la participation des fondateurs à Esprit et aux Temps modernes. Johan Heilbron21 évoque « l’ignorance nourrie de soupçons vis-à-vis des sociologues » par ces revues intellectuelles. Pourtant Michel Crozier a apporté plusieurs contributions aux Temps modernes22, avant de se rapprocher d’Esprit, revue à laquelle il collabore, ainsi qu’Alain Touraine, notamment en 1959, dans un numéro spécial consacré aux recherches sociologiques sur les loisirs (qui comprend de fait des articles sur le travail)23. Georges Friedmann y a également contribué24.

  • 25 Delannoi Gil, « Arguments, 1956-1962 ou la parenthèse de l’ouverture », in Revue française (...)
  • 26 Alain Touraine publiera dans cette même revue deux autres contributions en 1961 et 1962. T(...)
  • 27 Contributions d’Hervé Carrier : « Recherches sur les classes sociales », d’Alain Touraine  (...)
  • 28 Touraine Alain, « Classe et culture ouvrières », in Revue de l’action populaire, janvier 1 (...)

13En dehors de ces deux revues évoquées dans les entretiens, d’autres publications méritent aussi d’être citées au titre du spectre des sensibilités politiques variées auxquelles les fondateurs n’hésitent pas à associer leurs noms. Parmi celles qui ont offert, même ponctuellement, leurs colonnes aux sociologues, signalons Arguments, revue critique du marxisme dogmatique, « lieu ouvert à tous les vents de la discussion25 » et qui, l’année même de la parution de Sociologie du travail, consacre un numéro à la nouvelle classe ouvrière, numéro dans lequel débattent Michel Crozier, Alain Touraine26, Serge Mallet et Daniel Mothé. La même année encore, Michel Crozier et Alain Touraine, avec l’économiste Jacques Lecaillon, participent au numéro spécial que la Revue de l’action populaire consacre à « La sociologie des milieux ouvriers27 ». Alain Touraine y publiera par ailleurs un article sur « Classes et cultures ouvrières » en 196028. Cette revue, issue du catholicisme social, rattachée à la compagnie de Jésus, est connue pour défendre des positions critiques vis-à-vis de la politique coloniale. Elle deviendra Projet, en 1966. Touraine signe aussi dans Christianisme social un article sur « L’évolution de la conscience ouvrière dans l’entreprise moderne », en mars 1959, et apporte deux articles à la revue de Pierre Mendès-France, les Cahiers de la République (1956-1963) : l’une sur « L’évolution professionnelles du travail ouvrier », en 1956, l’autre, sur les « Problèmes actuels du mouvement ouvrier » en 1959.

14Sociologie du travail naît donc dans un contexte d’abondance plus que de pénurie en matière de revues qui accueillent cette thématique. Au vu de cette recension, il faudrait nuancer la réponse de Jean-Daniel Reynaud (« Pourquoi avoir crée la revue ? Parce qu’il n’y en avait pas »). On peut plutôt penser que ce qui manque, en 1959, ce sont moins des espaces de publication de qualité et accueillants, qu’une revue spécialisée, en sociologie, entièrement consacrée aux questions relatives à ce domaine spécifique couvert par le terme générique de travail. Une revue qui soit le porte-parole autorisé d’une discipline académique récente qui ne demande qu’à se faire connaître et reconnaître, qui aimerait faire entendre sa voix.

15La jeunesse, autre argument, invoqué cette fois par Michel Crozier (« on est jeunes, on crée une revue ») ne correspond pas tout à fait à la réalité non plus. Il faudrait au moins retoucher le propos en y ajoutant l’expérience professionnelle antérieure acquise pendant dix ans par cette génération montante, notamment grâce au patient travail de recension et d’analyse critique des recherches étrangères, pratiqué par tous dans L’Année sociologique. La nouvelle revue saura en profiter. Qui anime les différentes rubriques de L’Année sociologique ? La plupart des futures contributeurs de Sociologie du travail et/ou de la Revue française de sociologie : Yves Delamotte, Pierre Naville, Jean René Tréanton, Jacqueline Gauthier, Alain Touraine, Jean-Daniel Reynaud, Viviane Isambert-Jamati, Guy Lajoinie, Bernard Mottez, Michel Crozier, Georges Friedmann. Les thèmes retenus pour classer et organiser la présentation des comptes rendus préfigurent aussi les grandes orientations de la sociologie du travail ; on y trouve les rubriques suivantes : évolution technique et professionnelle du travail, emploi et population active, sociologie de l’entreprise, psychosociologie du travail, économie et travail, mouvement ouvrier et sociologie des conflits.

  • 29 Farrugia Francis, « Généalogie d’une professionnalisation : la sociologie française de 194 (...)
  • 30 Ibid.

16Les revues sont des instruments de diffusion du savoir mais aussi, indique Francis Farrugia, « des instruments de lutte pour la préservation ou la conquête de territoires institutionnels nouveaux, ou de positions dominantes dans la discipline. Les enjeux sont certes scientifiques, mais ils sont aussi institutionnels et stratégiques ; chaque patron a intérêt à promouvoir sa sociologie, à défendre son territoire et à préserver sa clientèle29 ». Ainsi selon cet auteur, la création de la Revue française de sociologie par Jean-Stoetzel vise à faire concurrence aux Cahiers internationaux de sociologie créés par Georges Gurvitch30. Mais la création de revues n’est pas réductible à une affaire de partage de territoires entre « patrons ». Se joue aussi – en tout cas pour Sociologie du travail – un passage de relais entre générations. Au fur et à mesure que la sociologie empirique s’impose ou que se dessinent des champs de spécialité qui cherchent à s’autonomiser (comme l’histoire du mouvement ouvrier, portée par la revue Le Mouvement social, créée en 1961), une nouvelle génération de chercheurs se détache et s’affirme dans le champ intellectuel. Les anciens ne sont pas pour autant évincés, leur présence est toujours affirmée dans les revues, mais ils occupent d’autres positions souvent honorifiques, signe manifeste qu’un passage de relais générationnel a bien lieu.

  • 31 Soit du n° 1/1959 au n° 3/1966. Le premier et unique numéro de l’année 1959, publié au der (...)
  • 32 « Certains articles que l’on croyait définitivement éteints acquièrent un intérêt historiq (...)

17Ouvrons maintenant la revue. À quoi ressemblent les articles publiés durant les six premières années31 ? Le contenu des articles nous importera autant pour leur intérêt historique que par leur « valeur de témoignage32 ».

18Le « passage en revue » qui suit sera d’abord l’occasion de nous demander si les ambitions et les objectifs qui animaient les fondateurs se sont concrétisés et dans quelle mesure leur projet s’est effectivement réalisé. Mais cette première question en soulève aussitôt une seconde qui relève non plus de la comparaison (entre leur projet et le produit) mais d’une sociologie de la sociologie. Derrière le choix des thématiques, des populations, des méthodes privilégiées, il faudra se demander sur quelles ressources institutionnelles, sur quelle production (enquêtes sociologiques existantes), sur quel « milieu » sociologique ils pouvaient compter. Quelle sociologie voulaient-ils promouvoir ?

19La sociologie du travail « années 60 » forme un tableau à la fois plus nuancé et plus contrasté qu’on ne l’imagine. Entre académisme naissant, cosmopolitisme et réflexivité, elle cherche encore ses marques.

Notas

1 Jacques Lautman parle d’« années fastes ». Lautman Jacques, « Chronique de la sociologie française après 1945 », in Sciences et théorie de l’opinion publique. Hommage à Jean Stoetzel, Boudon Raymond, Bourricaud François, Girard Alain (dir.), Paris, Retz, 1981, p. 269-284.

2 Chenu Alain, « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après guerre », op. cit., p. 46-52. Alain Chenu souligne le caractère déterminant de ces créations de revues qui vont acquérir une reconnaissance académique certaine : à l’exception des Actes de la recherche en sciences sociale (crée en 1975), aucune des revues de création ultérieure n’est présente en 1999 dans plus de cent bibliothèques universitaires. Voir aussi Lautman Jacques, op. cit. et Gremion Pierre, « Les sociologues et mai 68. Note de recherche », in Le Débat, n° 149, avril 2008, p. 20-36 ; Masson Philippe, Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945, Paris, La Découverte, « Guides », 2008, p. 60-61.

3 L’Institut d’histoire sociale (L’Actualité de l’histoire), l’Institut national d’études démographiques (Population), le CNRS et l’EPHE (Cahiers internationaux de sociologie), la Fondation nationale des sciences politiques (Revue française de science politique), la VIe section de l’École pratique des hautes études et le Centre national de la recherche scientifique (Revue économique), le ministère du Travail (Revue française du travail).

4 C’est dans cette collection de « L’homme et la machine » qu’Edgar Morin publia Le Cinéma et l’homme imaginaire en 1956. Toutefois la collection de Friedmann n’aura pas la longévité de celle de Gurvitch qui fut reprise par Georges Balandier et devint « Sociologie d’aujourd’hui ».

5 Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souvenir d’un vieux mandarin, op. cit. Il cite « Crozier, Petits fonctionnaires au travail, Touraine, L’Évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Mendras, Les Paysans et la modernisation de l’agriculture ».

6 Lipset Seymour Martin, L’Homme et la politique, Paris, Éditions du Seuil, « Esprit – La Cité Prochaine », 1960 ; Mallet Serge, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Éditions du Seuil, « Esprit – La Cité Prochaine », 1963 ; Golthorpe John, Lockwood David et al., L’Ouvrier de l’abondance, Paris, Éditions du Seuil, « Esprit – La Cité Prochaine », 1971.

7 Pour une histoire minutieuse de cette revue nous renvoyons à la contribution de Philippe Steiner Steiner Philippe, « La Revue économique (1950-1982) : la marche vers l’orthodoxie académique ? », in Revue économique, vol. 51, n° 5, 2000, p. 1009-1058.

8 Nous empruntons l’expression et les suivantes à Vivianne Isambert-Jamati ; Isambert-Jamati Vivianne, « La résurrection de L’Année sociologique après la Seconde Guerre mondiale », in L’Année sociologique, vol. 48, n° 1, 1998, p. 229-248.

9 Crozier Michel, « La philosophie des conventions collectives et sociales en Amérique », in Droit social, n° 3, mars 1952, p. 160-163 ; Touraine Alain, « Sur les transformations de la structure du travail dans l’industrie moderne », in Droit Social, n° 5, mai 1952, p. 306-312. Les titres semblent toutefois compter pour les juristes puisque Michel Crozier est présenté comme « Docteur en droit ».

10 Naville Pierre, « Le développement de l’automation et le travail des ouvriers d’entretien », in Droit social, n° 1, janvier 1957, p. 81-89. C’est en 1965 que Jean-Daniel Reynaud publie un article sur la CFDT. Reynaud Jean-Daniel, « De la CFTC à la CFDT », in Droit social, n° 3, mars 1965, dans un numéro spécial consacré aux « problèmes actuels du syndicalisme ».

11 Touraine Alain, « La qualification du travail, histoire d’une notion », in Journal de psychologie normale et pathologique, janvier-mars 1955, p. 97-112 ; Reynaud Jean-Daniel, « Aspect psychologiques de la formation syndicale en France », in Journal de Psychologie normale et pathologique, vol. 52, n° 1, janv.-mars 1955.

12 Zagefka Polymnia, « La notion de travail dans la sociologie française depuis la seconde guerre mondiale », in Travail et emploi, le temps des métamorphoses, Lallement Michel (dir.), Paris, L’Harmattan, 1994, p. 170.

13 Georges Friedmann y présenta une communication sur le travail à la chaîne intitulée « Esquisse d’une psycho-sociologie du travail à la chaîne ». Sur l’importance de cette communication dans l’œuvre de Georges Friedmann nous renvoyons à nos travaux Rot Gwenaële et Vatin François, « Les avatars du travail à la chaîne dans l’œuvre de Georges Friedmann », in Genèses, n° 57, décembre 2004, p. 23-40.

14 Crozier Michel, Friedmann Georges, « Les conséquences sociales de l’automation », in Bulletin international des sciences sociales, vol. 10, n° 1, 1958, p. 7-17 ; Naville Pierre, « La structure de l’emploi et l’automation », in Bulletin international des sciences sociales, vol. 10, n° 1, 1958, p. 17-30

15 Signalons que Michel Verret a déploré le fait qu’ultérieurement Population se désintéresse de ces sujets… Verret Michel, « Point de vue critique pour un cinquantenaire. Contribution d’un sociologue », in Population, vol. 6, 1995, p. 1379-1386.

16 Toutes deux étaient chercheuses au CES.

17 Bourricaud François, « Contribution à la sociologie du chef d’entreprise. Le “Jeune Patron” tel qu’il se voit et tel qu’il voudrait être », in Revue économique, vol. 9, n° 6, 1958, p. 896-911 ; Touraine Alain, « Qualification, salaire et homogénéité du groupe ouvrier », in Revue économique, vol. 8, n° 5, 1957, p. 841-850.

18 Crozier Michel, « Pour une sociologie de l’administration publique », in Revue française de science politique, vol. 6, 1956, p. 750-769.

19 Dans le numéro consacré à l’économie agricole française 1938-1958, janvier juin 1959.

20 L’Année sociologique, 1955.

21 Heilbron Johan, « Pionniers par défaut ? Les débuts de la recherche au Centre d’études sociologiques (1946-1960) », in Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, 1991, p. 365-379.

22 Crozier Michel, « L’Angleterre travailliste ou l’État petit bourgeois », in Les Temps modernes, n° 66, 1951, p. 1794-1825 ; Crozier, Michel, « Human engineering », in Les Temps modernes, n° 69, 1951, p. 44-75 ; Crozier Michel, « La civilisation technique », in Les Temps modernes, n° 76, 1952, p. 1497-1516.

23 Crozier Michel, « Vue d’ensemble », in Esprit, n° 196, novembre 1952, p. 570-587 [introduction d’un numéro consacré à la Gauche américaine] ; Crozier Michel, « Les intellectuels et la stagnation française », in Esprit, n° 209, décembre 1953, p. 771-782 ; Crozier Michel, « La France, terre de commandement », in Esprit, décembre 1957, p. 779-798 ; Touraine Alain, « L’évolution de la conscience ouvrière et l’idée socialiste », in Esprit, mai 1956, p. 692-705 ; Crozier Michel, « Employés et petits fonctionnaires parisiens. Note sur le loisir comme moyen de participation aux valeurs de la société bourgeoise », in Esprit, n° 27, juin 1959, p. 934-954 ; Touraine Alain, « Travail, loisir et société », in Esprit, n° 27, juin 1959, p. 979-999.

24 Friedmann Georges, « Le Travail en miettes », in Esprit, novembre 1955, p. 1725-1747.

25 Delannoi Gil, « Arguments, 1956-1962 ou la parenthèse de l’ouverture », in Revue française de science politique, n° 1, 1984, p. 131.

26 Alain Touraine publiera dans cette même revue deux autres contributions en 1961 et 1962. Touraine Alain, « L’aliénation bureaucratique », in Arguments, vol. 17, 1961, p. 21-27, et « Naissance des sociétés industrielles », in Arguments, 3e et 4e trimestre 1962, p. 1-20.

27 Contributions d’Hervé Carrier : « Recherches sur les classes sociales », d’Alain Touraine : « Evolution du travail et conscience ouvrière », de Jacques Lecaillon : « Critères économiques de la stratification sociale » et de Michel Crozier : « Stratification en milieu administratif ».

28 Touraine Alain, « Classe et culture ouvrières », in Revue de l’action populaire, janvier 1960, p. 59-66.

29 Farrugia Francis, « Généalogie d’une professionnalisation : la sociologie française de 1945 à 1960 », in L’Homme et la société, n° 131, 1999, p. 23-42.

30 Ibid.

31 Soit du n° 1/1959 au n° 3/1966. Le premier et unique numéro de l’année 1959, publié au dernier semestre, est daté 1/1959, les fondateurs passent la main au n° 4/1966. Notre analyse portera donc sur les 24 premiers numéros.

32 « Certains articles que l’on croyait définitivement éteints acquièrent un intérêt historique. Ils deviennent des éléments d’une trame qui se prête aussi bien à des approches synchroniques que diachroniques, leur contenu prend la valeur d’un témoignage », écrit Vincent Viet. Viet Vincent, « De la Revue française du travail à la Revue française des affaires sociales », op. cit., p. 55.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search