Versión clásicaVersión móvil

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Deuxième partie. Quand parlent les archives

Chassés-croisés

Texto completo

Les archives regroupées ici le sont pour ce qu’elles apprennent sur le contexte de la revue. Contexte académique, avec la succession par Jean-Daniel Reynaud de Georges Friedmann au Conservatoire national des arts et métiers qui signe la victoire d’une « discipline fortement articulée sur le contexte sociologique actuel ». Contexte intellectuel et éditorial, avec les rapports ambivalents et assez nettement différenciés qu’entretiennent les fondateurs avec celui – Pierre Naville – qui fondera sa propre revue consacrée elle aussi au travail, en 1957, Les Cahiers d’étude de l’automation, et qui co-dirigera, avec Georges Friedmann, le Traité de sociologie du travail dont il convient d’indiquer les points de liaison avec la revue.

Jean-Daniel Reynaud succède à George Friedmann au CNAM

  • 1 Extrait du journal officiel du 11 août 1959 p. 8040 (publication du décret du 31 juillet 1959 porta (...)
  • 2 La Chaire d’histoire du travail avait été crée en 1932 (Décret du 5 août 1932, JO des 8 et 9 août 1 (...)

1La sociologie du travail en général et les fondateurs de la revue en particulier doivent beaucoup à Georges Friedmann. Son héritage intellectuel est largement attesté. La succession de Georges Friedmann au CNAM en 1959 est évoquée dans les entretiens respectifs par Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud comme un tournant. C’est en effet en août 19591, le mois même où est signé le contrat entre les Éditions du Seuil et Georges Friedmann consacrant la naissance de la revue, que Jean-Daniel Reynaud est nommé Professeur titulaire de la Chaire d’histoire du travail et des relations industrielles2.

2La place de la sociologie au CNAM : les enjeux d’une succession

  • 3 Clark Terry, « Le Patron et son cercle : clefs de l’Université française », in Revue française de s (...)
  • 4 Arrêté du 20 janvier 1959.

3« La succession représente une heure décisive dans l’existence d’un cercle » rappelle Terry Clark dans sa recherche sur les coutumes universitaires françaises d’avant-guerre, avant de décrire toutes les stratégies du « Patron » pour l’organiser au mieux sur l’échiquier universitaire3. La formule peut être reprise pour la période qui nous occupe. En 1959 Georges Friedmann, professeur au Conservatoire national des arts et métiers est nommé directeur d’études « non cumulant » à la VIe section de l’École pratique des hautes études4. Sa succession ne s’est pas faite sans préparation. En demandant à Jean-Daniel Reynaud de le remplacer, l’année précédant son départ, Friedmann le mettait sur les rangs.

  • 5 Procès verbal du Conseil d’administration du CNAM. Séance du vendredi 19 juin 1959 (à 10 voix contr (...)

4Pourtant, cette succession ne s’est pas faite sans difficulté. Si dans son entretien Alain Touraine exprime le regret de n’avoir pas été « choisi » par Friedmann, l’élection de Jean-Daniel Reynaud renvoie à bien d’autres enjeux. En effet, le poste était convoité également par Robert Derathé. Agé de 54 ans, ce professeur d’histoire de la philosophie à Nancy était l’auteur d’un doctorat ès lettres sur Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps et bénéficiait du soutien du Conseil de perfectionnement de l’Académie des sciences morales et politiques. Jean-Daniel Reynaud, maître de conférences de sociologie à la faculté des lettres de l’université de Lyon depuis 1958 après avoir été attaché de recherche au CNRS et enseignant de sociologie industrielle à l’IEP de Paris et à l’ENA était lui, soutenu de l’intérieur par le Conseil d’administration du CNAM5.

5Les comptes rendus des débats de cette élection renseignent sur le processus de reconnaissance de la sociologie du travail en tant que discipline enclenché à l’occasion de cette élection. Car tel est bien ce qui se joue dans cette succession conflictuelle. Le procès-verbal du Conseil d’administration du CNAM, de la séance du 19 juin 1959 est, à cet égard, très explicite :

  • 6 Archives CNAM dossier C 1313.

Extrait du procès verbal du Conseil d’administration du CNAM, séance du 19 juin 1959
La Commission croit qu’il est possible de concevoir l’enseignement de la chaire d’histoire du travail et des relations industrielles, soit en tant qu’enseignement de culture générale, soit en tant qu’enseignement d’une discipline fortement articulée sur le contexte sociologique actuel. À ce propos il est à souligner que les auditeurs du cours de M. Friedmann ont montré un intérêt préférentiel pour le second enseignement6.

6Suite à la discordance des votes entre les deux instances décisionnaires, le directeur du CNAM motive sa proposition de nomination au ministre de l’Éducation nationale. Sa lettre en faveur de Jean-Daniel Reynaud insiste sur les qualités suivantes dont fait preuve le candidat : l’objectivité scientifique et la prise de distance par rapport à la philosophie, l’expertise méthodologique, la popularité éprouvée durant sa suppléance au CNAM. On voit aussi que la responsabilité de la l’enquête de Mont-Saint-Martin est mise en avant :

Lettre du directeur du CNAM, L. Ragey adressée au ministre de l’Éducation nationale le 10 juillet 1959.
[…]
S’agissant d’une chaire dont l’enseignement est l’un de ceux qui, au Conservatoire des Arts et Métiers, sont sans rapport avec les préoccupations utilitaires, je manquerais au devoir de ma charge si je ne vous soumettais mon point de vue à la fois personnel et objectif.
Les deux candidats sont d’âge assez différent. M. Derathé a 54 ans, est déjà un homme mûr, un vieux professeur de philosophie qui, engagé dans l’enseignement supérieur, y a fait une honorable carrière consacrée à l’histoire des idées plus qu’à l’évolution des institutions et des faits collectifs humains. M. Derathé n’a pas eu l’occasion d’explorer – de tester – personnellement des milieux de travail industriel.
M. Reynaud, ancien normalien, beaucoup plus jeune (32 ans), comme son concurrent agrégé de philosophie, s’est orienté délibérément vers le CNRS qui a vu en lui pendant des années le meilleur de ses sociologues d’observation et d’enquête.
Les travaux qu’il a poursuivis dans de grandes entreprises – sidérurgie, etc., – ont été objectifs selon les témoignages à la fois des syndicats ouvriers et des chefs de grandes entreprises qui lui ont donné leur concours.
Ces dissemblances entre les deux candidats expliquent les votes des deux assemblées : l’Académie des Sciences Morales et Politiques formée d’hommes âgés, dans leur majorité non entrainés aux disciplines nouvelles des enquêtes sociologiques, s’est prononcée en faveur de M. Derathé.
Le Conseil d’Administration du Conservatoire des Arts et Métiers composé en majorité de savants et de grands industriels dont certains ont accueilli M. Reynaud, enquêteur, a dit sa confiance en cet homme jeune, plein d’entrain et d’objectivité.
Personnellement, tout en reconnaissant la carrière fort honorable de M. Derathé, je crois devoir vous demander de nommer M. Reynaud pour les raisons suivantes :
1. M. Reynaud a seul dépouillé l’appareil doctrinal de ses origines philosophiques pour conduire ses recherches et ses enseignements selon les règles de l’objectivité scientifique ;
2. M. Reynaud ne conçoit pas l’enseignement du Conservatoire National des Arts et Métiers comme un exposé des faits du passé – même récent – mais comme l’explication de notre temps qui doit être passé au crible de l’étude expérimentale selon les meilleures méthodes de l’enquête sociologique, méthode qu’il sait appliquer en maître.
3. M. Reynaud a su retenir et entraîner l’auditoire exigeant du Conservatoire National des Arts et Métiers pendant la suppléance du professeur Friedmann avec tant de succès que l’absence du titulaire n’a pas eu de conséquences fâcheuses.
Pour toutes ces raisons que je serais très honoré que vous veuillez bien retenir, je vous demande de bien vouloir revêtir de votre signature le projet de décret joint.
L. Ragey

7De la Chaire « d’histoire du travail » à la Chaire de « Sociologie du travail et des relations professionnelles »

8Il faudra toutefois attendre encore dix ans (1969), l’année même où Jean-Daniel Reynaud crée son propre laboratoire au CNAM, pour que la Chaire d’histoire du travail et des relations industrielles soit transformée, à la demande de Jean-Daniel Reynaud, en « chaire de Sociologie du travail et des relations professionnelles ».

9En effet, dans un courrier adressé au Directeur du CNAM du premier avril 1968, Jean-Daniel Reynaud propose une transformation progressive du cours en instituant d’abord un cours de 20 heures de « méthodes d’analyse sociologique » accompagné de 10 séances de Travaux pratiques ayant pour objet « d’enseigner le minimum de notions et de techniques permettant à un étudiant d’utiliser l’interview et l’enquête pour des fins assez simples d’information ». La décision est finalement prise en juillet 1969. Le compte rendu du Conseil de perfectionnement du CNAM justifie très clairement les raisons du changement opéré :

Bon à tirer de l’invitation de la leçon inaugurale de Jean-Daniel Reynaud, sous la présidence de Fernand Braudel. [Archives CNAM, Dossier C113].

Bon à tirer de l’invitation de la leçon inaugurale de Jean-Daniel Reynaud, sous la présidence de Fernand Braudel. [Archives CNAM, Dossier C113].
  • 7 Ibid.

Extrait du compte rendu du Conseil de perfectionnement séance du mardi 8 juillet 1969
Le cours d’Histoire du travail professé « reste trop exclusivement un cours de culture générale et il serait utile pour les élèves du Conservatoire de recevoir une formation qui soit plus directement liée à une activité professionnelle. Il s’agit non de former des spécialistes de la sociologie mais d’apporter à ceux qui se destinent à des fonctions d’organisation ou d’administration du personnel le complément d’une discipline qui peut les aider à analyser et à résoudre leurs problèmes7. »

10Conformément aux vœux de ce Conseil, la Chaire comprendra trois enseignements principaux : un cours de méthodologie, un autre de sociologie des organisations et un troisième consacré aux relations professionnelles.

Pierre Naville et Sociologie du travail

  • 8 Voir correspondance du 29 mai 1960, entre Pierre Naville et Jean-René Tréanton reproduite dans cet (...)

11Dans les entretiens réalisés avec les fondateurs, le cas du sociologue Pierre Naville fait problème. Celui qui fut avec Georges Friedmann le co-responsable du Traité de sociologie du travail est à plusieurs reprises évoqué par eux. Pour Michel Crozier, « Naville n’avait pas grand crédit », Jean-Daniel Reynaud insiste sur l’incongruité de sa participation au projet du Traité, Alain Touraine décrit Naville « un peu à part, car c’était d’une certaine manière l’ennemi [...] On était du côté Naville ou du côté Friedmann » tout en soulignant avec admiration sa grande intelligence. Jean-René Tréanton en nous livrant et en commentant une lettre de Pierre Naville a, quant à lui, rappelé les conditions (mouvementées) de publication de l’article écrit par Pierre Naville avec Jacques Palierne (3/1960)8.

  • 9 Naville Pierre (dir.), L’Automation et le travail humain, Rapport d’enquête, Paris, Éditions du CNR (...)
  • 10 Pour une analyse des étapes et du contenu de cette production voir Rot Gwenaële et Vatin François, (...)

12D’autres archives retrouvées mettent au jour les traces du travail et des échanges intellectuels. Elles dévoilent par petites touches un pan de l’activité éditoriale concernant la fabrication de ce qui constitue la « matière première » de la revue : articles, comptes rendus, notices de la rubrique « poids et mesure ». Les correspondances retrouvées entre Alain Touraine et Pierre Naville montrent certes des marques de distance, mais qui n’effacent pas les connivences intellectuelles entre ces deux chercheurs. En effet, lors de sa première enquête sur Renault engagée dès la fin des années 1940, Alain Touraine avait mis au centre de ses préoccupations l’étude des incidences de l’évolution technique sur le travail ouvrier. Ce centre d’intérêt rejoint celui de Pierre Naville quand celui-ci s’attelle entre 1956 et 1958 à la mise en œuvre d’une grande enquête sur les incidences de l’automation. Cette enquête donna lieu à un imposant rapport de recherche9 ainsi qu’à une série d’articles en particulier dans Droit social, dans la Revue française de sociologie, dans « sa » revue, Les cahiers de l’automation et… dans Sociologie du travail. En 1963, la publication d’un ouvrage de Pierre Naville dont Alain Touraine rend compte dans la revue – Vers l’automatisme social ? – propose une mise en perspective théorique de ses travaux10.

13Échanges sur un article entre Alain Touraine et Pierre Naville

  • 11 Lettre du 29 mai 1960, présentée p. 80.
  • 12 Le premier numéro avait été inauguré par Georges Friedmann.

14L’une des lettres retrouvée dans les archives vient compléter celle que nous avait montrée Jean-René Tréanton11 si bien qu’il est possible de documenter plus précisément les conditions dans lesquelles l’article publié par Pierre Naville dans Sociologie du travail a été écrit. Si au bout du compte Jean-René Tréanton fait affaire avec Pierre Naville pour la finalisation de son article, l’initiative de la sollicitation revient à Alain Touraine qui prend contact avec Naville en 1959 pour lui demander de « participer activement à la vie de cette revue » et pour préparer le second numéro de la revue12. À travers cette correspondance Alain Touraine semble manifester le souci d’un équilibrage politique, reconnaissant par là même à Pierre Naville, l’importance de son apport à la sociologie du travail.

  • 13 Bibliothèque du Musée-Social Cédias, fonds Pierre Naville.

18 mars [1959]
Mon cher Naville
Peut-être êtes-vous déjà au courant du projet que nous avons élaboré Crozier, Reynaud, Tréanton et moi de créer une revue de sociologie du travail. Nous venons de préparer des projets de numéros le premier devant paraître en principe en octobre (aux Éditions du Seuil). Nous espérons beaucoup que vous pourrez participer activement à la vie de cette revue et d’abord en lui donnant des articles et des comptes rendus. Le premier numéro doit s’ouvrir sur un article de Friedmann ; nous serions très heureux si vous vouliez bien ouvrir le 2e numéro par un article touchant à vos recherches actuelles. Cet article devrait avoir de 10 à 12 pages et dans la mesure du possible présenter certains résultats concrets tout en dégageant des hypothèses générales. Je sais qu’il vous est facile de dégager un ou plusieurs articles de ce type de votre énorme recherche sur l’automation. Nous voudrions avoir cet article au premier juillet. Vous pouvez y placer des tableaux si vous le jugez utile et même des diagrammes mais ceux-ci sont coûteux et donc ne devraient être présentés que s’ils sont indispensables. Pourriez-vous me téléphoner un de ces jours pour que nous parlions de ce projet ?
Croyez, je vous prie, mon cher Naville, à mes sentiments les meilleurs.
Alain Touraine13

15La réponse, on le voit dans le brouillon conservé à la suite de la lettre et publié ci-dessous, est très réservée. Cette distance exprimée par Pierre Naville peut se comprendre. Il venait de créer, en 1957 une revue, les Cahiers d’étude de l’automation, également consacrée au travail, et il ne voyait pas forcément d’un bon œil la naissance d’une nouvelle revue potentiellement concurrente conçue à l’initiative de « friedmaniens ». Cette réponse de Pierre Naville fait également état d’autres engagements professionnels inhérents à la condition de chercheur, en particulier les implications éditoriales et chronophages dans L’Année sociologique.

  • 14 Bibliothèque du Musée-Social Cédias, fonds Pierre Naville.

J’avais entendu parler assez vaguement de votre projet de revue. Je ne demande pas mieux que d’y participer. Mais pour le moment je suis accaparé par ma publication des « Recherches de sociologie du travail » chez R[ivière] et par la rubrique de L’Année sociologique. Je ne vois pas bien ce que je pourrais vous donner en ce moment. Le texte du rapport sur l’automation va sans doute paraître in extenso (par les soins de la Délég[ation] Gle à la R[echerche] S[cientifique]) et après cet effort (1 280 pages bien tassées) je n’ai guère envie d’en tirer encore quelque chose. Je laisserai ce soin aux amateurs… pour le reste je suis engagé dans quelques recherches assez nouvelles, mais qui ne sont pas au point. Si vous voulez, je vous dirai en juin ce que je pourrais éventuellement faire. Je vous téléphonerai un jour prochain pour en parler.
Pierre Naville14

16Finalement, Pierre Naville acceptera, peut-être sous la pression amicale de Jean-René Tréanton avec qui il avait travaillé étroitement pour la finalisation du Traité, de communiquer un texte pour la revue mais seulement dans le troisième numéro de 1960, non sans avoir parallèlement livré un article d’importance à la Revue française de sociologie, « Vers l’automatisme social », dans le numéro 3/1960.

17Pierre Naville, Alain Touraine et l’automation : comptes rendus et courriers

  • 15 Voir plus loin dans cet ouvrage, un développement sur ce point reposant sur l’analyse du contenu.

18Mais les liens entre Pierre Naville et le comité de rédaction de Sociologie du travail ne se réduisent pas à cet échange autour de cet article. Même si Pierre Naville ainsi que les membres de son équipe occupent effectivement une place discrète dans les colonnes de Sociologie du travail15, ses travaux y sont recensés avec attention. C’est Alain Touraine, encore, qui prendra en charge ces recensions sur les recherches consacrées à l’automation.

19En 1962, Alain Touraine livre une première note sur le rapport L’Automation et le travail humain, publié en 1961 aux presses du CNRS (3/1962, p. 290-292). Dans celle-ci, il reprochait à Pierre Naville une trop grande modestie. Lorsqu’en 1963 Pierre Naville publie un second ouvrage, plus synthétique, Vers l’automatisme social ?, c’est de nouveau Alain Touraine qui en écrit le compte rendu, non sans quelques réserves relevées par Pierre Naville, mais dans l’ensemble positif.

20On trouvera dans les pages qui suivent quatre documents qui illustrent cet échange : une lettre, une note de lecture manuscrite, des extraits du compte rendu d’Alain Touraine et la réponse de Pierre Naville.

  • 16 Fonds Naville, op. cit.

École Pratique des Hautes Études
Laboratoire de Sociologie Industrielle
Paris 15 janvier 1964
Monsieur Pierre Naville,
34 rue Félicien David
Paris XVIe
Mon cher Naville
Je n’ai pas voulu vous remercier de votre livre avant de l’avoir lu et plutôt que de me borner à des compliments généraux, je préfère vous envoyer le texte du compte rendu que je viens d’écrire pour Sociologie du Travail.
Je veux seulement vous dire combien j’ai été passionné par la lecture de votre livre.
Bien amicalement
Alain Touraine16

Les archives du Cadis (fonds Touraine), déposées à l’EHESS comprennent plusieurs centaines de fiches de lecture manuscrites portant sur des ouvrages ou des articles français et anglo-saxons de l’époque. Celle-ci, rédigée par Alain Touraine au dos d’un papier à en-tête de Sociologie du travail, est l’une des fiches consacrées à l’ouvrage de Pierre Naville, Vers l’automatisme social ? Elle lui servira pour rédiger son compte rendu de lecture publié dans les colonnes de la revue et dont de longs extraits sont présentés page suivante.

Extrait d’un compte rendu d’Alain Touraine de Vers l’automatisme social ? (publié dans Sociologie du travail, n° 2/1964, p. 213-214)
L’automation est objet d’études techniques et scientifiques, parfois aussi d’anticipations prophétiques qui ne sont pas toujours fondées sur une connaissance précise des faits. Pierre Naville, qui a dirigé un ensemble considérable d’études dans ce domaine (cf. L’automation et le travail humain, CNRS, 1961) et qui dirige les Cahiers d’étude de l’automation et des société industrielles depuis 1957, a voulu dans un livre concret et clair, destiné à un large public, rappeler ce qu’est le travail automatisé afin de dégager la signification sociologique et philosophique de l’automation.
L’exposé des faits est plus didactique que systématique : il répond successivement aux principales questions qu’un interlocuteur imaginaire pourrait poser et reprend à cette occasion les informations et les conclusions qu’il a déjà présentées ailleurs. Il y ajoute des commentaires importants, en particulier sur les rapports les plus concrets entre l’homme et la « machinerie », sur les changements de poste, sur la progressive dissociation de l’organisation technique et de l’organisation humaine de la production. Mais tout ceci est surtout destiné à préparer le lecteur aux derniers chapitres de son livre. On dit parfois que les techniques nouvelles écrasent l’homme ou le transforment en robot. Naville rappelle d’abord la fausse solution qui consiste à affirmer que l’automation fait de chaque ouvrier un technicien, un démiurge ou un savant. Il rappelle, comme il l’avait déjà fait, que les tâches parcellaires et répétitives demeurent, que les variations de rendement de l’appareil de production restent grandes, bref qu’il serait faux de croire avec Proudhon que la recomposition mécanique ou automatique des opérations recrée l’homme complet. C’est sur un tout autre plan qu’il aperçoit à la fois la nécessité de pousser l’analyse et de rester optimiste. La machinerie est une création de la science, et de plus en plus met en œuvre des systèmes de communication, c’est-à-dire des lois naturelles qui se rapprochent de celles qui commandent à la vie mentale. L’homme est d’autant plus écrasé par les techniques que celles-ci sont primitives, et ce pour deux raisons. D’abord parce que leurs lois sont alors fort étrangères à celles de l’être biologique humain, ensuite parce que dans cette situation primitive, le sens du travail est dominé par les rapports d’échange et de domination, par l’aliénation sociale, qui se superposent aux réalités techniques. Plus les techniques sont avancées, plus la division technique et la division sociale du travail se rapprochent et plus les hommes qui travaillent se trouvent placés non plus dans, mais en face d’un système autonome, qui est le système de signes de la pensée ; ce que l’automation annonce, ce n’est pas l’usine sans ouvriers ou l’usine des techniciens, c’est beaucoup plus profondément la fin du monde de la production et de l’engagement direct de l’homme dans un monde, c’est la séparation de l’homologie du monde humain et du monde technique. Ce que Marx avait prévu, en particulier dans les pages des Grundrisse der Kritik der Politischen Oekonomie, du brouillon de 1857-1858, que Naville présente pour la première fois en français. Ce que nous annonce l’automation c’est « une relation technique qui est une utilisation réciproque conforme à l’ordre profond de la nature » (p. 246).
Ce thème est probablement au centre même de la pensée de Naville […].
Naville s’exprime avec autant de simplicité que de profondeur. Il serait le dernier à nier la gravité des problèmes sociaux – de type traditionnel – que pose un progrès technique aussi vaste et aussi rapide. Mais il ne voit ni comment ni pourquoi ces problèmes pourraient être affrontés et résolus si l’on ne perçoit pas que l’avenir est à la réconciliation créatrice de l’homme et de la nature […].
Sa morale n’est pas dans l’idéal qu’il propose de l’homme ; elle est dans la science. Sa démarche est, peut-on dire, méta-sociologique, en ce qu’elle ne repose pas sur une conception de l’action sociale, mais sur une reconnaissance de la réalité naturelle de l’homme.
Comme tous ceux qui partagent cet optimisme scientifique, il conclut donc sur l’importance décisive de l’éducation, rationaliste et anti-dogmatique, scientifique et non moraliste. Plus encore qu’un marxiste, il est un « encyclopédiste » plein de foi dans une nouvelle « ère des lumières ».
Pour ces raisons, son livre, à la fois compte rendu d’enquête et essai philosophique, me semble d’une extrême importance. Il prend, sans aucun esprit de polémique, le contre-pied des réponses moralistes au progrès technique, de celles qui en appellent toujours non pas à l’homme, mais à une image de l’homme, pour l’opposer à ses œuvres […].
[…] Je serai toutefois tenté de voir dans la pensée de Naville, si riche, si « progressive », un nouvel avatar des idéologies scientistes du progrès qui apparaissent à chaque grand saut en avant des forces de production, et alors que la société ne s’est pas encore définie, dans ses institutions et dans sa dynamique sociale, par rapport à la nouvelle situation où elle doit s’organiser. Naville a raison de rompre les amarres qui retiennent la pensée sociale à une situation du passé ; il a raison surtout de rejeter tout point de vue moraliste ou humaniste général sur les problèmes du travail, mais les ingénieurs sociaux d’aujourd’hui, même quand ils citent Marx, ne tombent-t-ils pas dans les mêmes illusions que les ingénieurs des débuts de l’industrialisation ?
Alain Touraine

  • 17 Groupe qui donna lieu à la création d’une nouvelle revue Épistémologie sociologique (1964- 1973).

[janvier 1964]
Mon cher Touraine
Merci de votre compte rendu de « Vers l’automatisme… » Il est satisfaisant d’être compris sinon approuvé, et il me semble que vous avez très bien compris mes intentions. Bien entendu ce livre souffre d’avoir été bâti peu à peu par remaniement de rédactions partielles. Je n’ai pas pu progresser autrement, et vous savez qu’il devient de plus en plus difficile de trouver six mois tranquilles pour faire un travail d’ensemble…
J’accepte volontiers votre qualification « d’encyclopédiste », du moins avec les guillemets, et la correction de tout ce que nous a appris le xixe siècle, et plus encore le xviiie. J’ai consacré pas mal de temps à connaître de près ces fameux hommes des « lumières » et en somme ils ont inventé beaucoup de choses. Les hommes importants du xixe siècle leur doivent d’ailleurs beaucoup (y compris Marx). Mais l’enseignement les méprise, parce qu’ils font encore peur.
J’espère en effet pouvoir publier dans les temps qui viennent quelque chose d’un peu plus général en sociologie. Et avoir l’occasion de discuter certains de vos thèmes actuels, évoqués vers la fin de votre papier. Je doute que l’action sociale, même dans les conditions nouvelles et futures de la technique et de l’économique, puisse devenir « indépendante » du fonctionnement des systèmes techniques. Mais en tout cas cette perspective amène à se demander ce que pourraient signifier des relations sociales « en elles-mêmes », surtout si celles-ci sont des actions. J’essaye actuellement d’aborder cette question à partir de la méthodologie (j’avais esquissé ces vues dans mon étude préliminaire sur les « classes logiques et classes sociales »). Je crois qu’il faut explorer cette perspective. C’est un peu pour cela que nous avons mis debout un « groupe » d’épistémologie sociologique17 au CES, et la préparation d’un colloque CNRS. J’aurai l’occasion de vous en reparler. Par ailleurs, l’action sociale pose un problème pratique. Toute ma vie, j’ai participé à l’action sociale et politique. Comme c’est une expérience réelle, elle a tendance pour moi à se suffire à elle-même. Je vais publier plusieurs recueils d’articles politico-sociaux, qui représentent ce côté de mon activité. Vous savez, la « synthèse » n’est pas toujours facile à faire, si l’on ne veut pas se payer de mots, ni recourir aux valeurs factices ou frelatées.

  • 18 Fonds Naville, op. cit.

En définitive je ne crois pas que mes préoccupations et mes idées puissent être qualifiées « d’avatars scientistes », du moins dans le sens péjoratif et étriqué que donnent à la science d’aujourd’hui des gens qui n’y connaissent pas grand-chose. En général l’accusation de scientisme vient de philosophes qui se gargarisent de mots vagues. Voyez où cela a conduit le brave Sartre : « Les Mots… »
Bien amicalement à vous.
Pierre Naville18

21Les témoignages et en particulier celui d’Alain Touraine évoquent les rapports d’opposition entre Georges Friedmann et Pierre Naville, rapports qui obligeaient la jeune génération à choisir son camp. Nous venons de voir que si « clivage » il y avait, celui-ci n’empêchait nullement certains échanges nourris d’affinités entre chercheurs, signes de leur respect intellectuel réciproque.

22Georges Friedmann et Pierre Naville : à fleurets mouchetés par revues interposées

23Sociologie du travail a toutefois fait écho à une joute courtoise entre Georges Friedmann et Pierre Naville. Là encore les quelques correspondances, qui précèdent la publication de la note critique de Georges Friedmann et que l’on trouvera plus loin, mettent en relief un échange qui se déroule au moment même où les deux hommes peuvent être satisfaits d’être enfin parvenus à publier le Traité de Sociologie du travail et veillent à sa diffusion.

  • 19 Ibid.

Arronville, le 22 mai 1962
Mon cher Naville
J’ai reçu et lu, ces jours-ci, votre Cahier III de l’Automation, très bien présenté, beaucoup de substance, en particulier vos notes sur la division du travail, les textes de Rolle et Barrier. Je suis heureux de voir cette publication se développer et fructifier.
Une remarque : pourquoi m’attribuer une position « proudhonnienne » concernant la recomposition du travail et la prophétie (?) « optimiste » d’un « ouvrier synthétique », position qui n’a jamais été la mienne ? [voir vos indications p. 9 et celles de C. Barrier p. 19]
Comme la question est intéressante, je ferai quelque part une (bien entendu courtoise) mise au point. J’aurais par ailleurs quelques petites choses à dire sur Marx et l’ouvrier « polytechnicien ».
[...]
Bien à vous
G. Friedmann19

24Dans un courrier du 29 mai, Naville demande à Georges Friedmann de choisir sa revue Les Cahiers de l’automation pour le débat. Marquant sa fidélité à Sociologie du travail Friedmann décline l’invitation pour placer la tribune sur un autre territoire éditorial, plus proche de lui : ce lieu resté allusif dans la précédente correspondance est dévoilé dans un courrier du 8 juin.

Paris le 8 juin 1962
Mon cher Naville
Au retour d’un bref déplacement en Italie, je m’aperçois que je n’ai pas répondu à votre mot du 29 où vous me proposiez d’envoyer aux Cahiers de l’Automation des remarques au sujet de certaines de vos analyses.
J’ai été sensible à votre pensée et je n’oublierai pas cette offre à l’occasion, mais en l’occurrence, j’ai déjà promis, à ce sujet, une petite chronique au rédacteur de Sociologie du Travail.
Vous attiriez aussi mon attention sur la note de Drouin dans Le Monde au sujet du Traité et me disiez vos craintes qu’il ne s’en tienne là. J’espère que vous obtiendrez de Mathieu qu’il revienne plus en détail sur le contenu du Traité.
Bien à vous.
G. Friedmann.

25La « réponse » de Friedmann sera finalement publiée dans le numéro 4/1962 de Sociologie du travail, dans la rubrique « Poids et mesures ».

« Proudhonien, optimiste » ? Georges Friedmann, Poids et mesures, 4/1962, p. 395-398.
Il est difficile, s’agissant de soi, de faire des mises au point justes de ton ; mais il est facile d’accorder à ses propres écrits plus d’importance qu’il ne sied, de se laisser glisser sur les pentes de l’amour propre, voir de la mauvaise humeur.
Et puis, bien souvent, on a l’impression que répondre, c’est du temps perdu : mieux vaut prendre un bon livre ou se promener dans la campagne. Aussi ai-je dans ma vie, tout compte fait, fort peu « répondu ».
Aujourd’hui, pourtant, je voudrais non pas répondre, mais demander à Pierre Naville s’il ne m’a pas suivi et même dépassé sur ce point, par sa collaboratrice Christiane Barrier un peu rapidement étiqueté et classé, au cours de son récent article consacré aux « nouvelles recherches sur la division du travail ».
P. Naville y prolonge les thèmes proposés par ses études antérieures et amorce une suggestive théorie de la division du travail, de son évolution dans les sociétés industrielles sous l’influence de l’introduction progressive de l’automation. L’intégration des machines automatiques, la répartition des tâches le long d’un flux continu, la substitution d’équipes d’ouvriers intégrés à des collections d’opérateurs, situés professionnellement à des niveaux voisins, l’interchangeabilité au moins partielle des ouvriers entre postes de travail semblables, la redistribution fonctionnelle et la mobilité accentuée des opérations dans le temps et dans l’espace sont des traits inséparables de l’extension des cycles automatiques sur lesquels il insiste
De son coté, dans la même publication, Christiane Barrier, au terme de deux enquêtes, menées dans un atelier d’usinage de vilebrequins et dans une usine de savonnerie, reprend les idées de P. Naville. L’automation conduit à une circulation de la main d’œuvre plus indépendante par rapport à la circulation du produit telle qu’elle est déterminée intrinsèquement par les exigences du système technologique. En d’autres termes, la circulation des hommes entre les multiples « postes-atomes » aurait une signification et une finalité propres. La croissante indépendance relative du travail humain et du travail mécanique, la polyvalence (numérique ou qualitative) de la main d’oeuvre peuvent avoir « des corrélats sociaux plus étendus » (p. 78) : l’ouvrier se définirait de moins en moins dans son entreprise selon les coordonnées d’un poste machine, de plus en plus par sa fonction dans l’ensemble du système productif et par son appartenance, non à des métiers individuels voués à disparaître, mais à une branche d’activité collective.
Il n’est pas question d’examiner ici dans le détail des vues qu’on nous présente au reste avec prudence, comme des hypothèses. Les connaissances actuelles, telles qu’elles ressortent des enquêtes groupées par P. Naville dans L’Automation et le travail humain, ne laissent certes pas encore présager, même pour un proche avenir, que l’autonomie complète des activités humaines par rapport aux systèmes techniques s’étende et s’affirme au point de devenir un phénomène social. Ce que nous voudrions relever, c’est un certain « fond de décor » historique sur lequel cette théorie de la disjonction entre activités humaines et systèmes techniques se trouve située et où, dans l’ombre de deux grands classiques, sont évoqués quelques auteurs contemporains dont le signataire de ces lignes.
Ce background est essentiellement fait de l’opposition Marx-Proudhon. L’extension de la mécanisation, l’emploi de machines de plus en plus complexes, puissantes et particularisées allaient-ils restaurer l’unité dans le travail, pulvérisé par la parcellarisation ? Ou devaient-ils accentuer la tendance à la spécialisation et à la limitation des tâches ? (Naville, op. cit. p. 8). Proudhon a pensé que l’introduction des machines dans l’industrie, après avoir « particularisé » le travail, tôt ou tard conduirait à le « synthétiser » à le « recomposer ». « L’apparition incessante des machines, écrit-il dans le Système des contradictions économiques, est l’antithèse, la formule inverse de la division du travail… Qu’est ce qu’une machine ? Une manière de réunir diverses particules du travail que la division avait séparées… Donc, par la machine, il y a aura restauration du travailleur parcellaire, diminution de la peine pour l’ouvrier, baisse de prix sur le produit etc. » L’évolution discernée aujourd’hui par P. Naville contredit les prophéties proudhoniennes. En revanche elle s’accorde, dit-il avec les thèses de Marx d’après qui, dès 1847, une machine est « une réunion des instruments de travail et pas du tout une combinaison de travaux pour l’ouvrier lui-même ».
[...] Nous voilà donc, en tout cas proudhonien comme M. Jourdain était prosateur, sans le savoir. Au terme d’une série de citations de Proudhon dont le thème commun est que grâce à la machine, antithèse de la division du travail, il y aura dépassement de la parcellarisation et de l’ouvrier parcellaire, recomposition du travail, apparition d’un « ouvrier synthétique ». P. Naville écrit en note (p. 9) « La plupart des sociologues de l’industrie voient aujourd’hui les choses d’une façon analogue » et cite un passage d’un de mes livres : « Il n’est pas rare de rencontrer, dans les ateliers de grande série, des tours automatiques accomplissant de dix à vingt opérations différentes. Le progrès technique par sa dialectique interne, tend à reconstituer dans les machines automatiques polyvalentes, une nouvelle forme d’unité de travail, sur un nouveau plan. » (Prob. humains, 2e ed., p. 171). Pourtant ce passage, en soi et plus encore replacé dans son contexte, n’implique nullement que l’unité du travail se fasse au niveau d’une recomposition des tâches assurées par un « ouvrier synthétique » : il s’agit ici comme l’indique tout le chapitre dont il est extrait, d’une « dialectique » immanente à l’évolution technologique vers l’automatisme, qui n’a rien à voir avec les thèmes proudhoniens.

Le Traité de sociologie du travail et la revue

26Dans leurs entretiens Jean-Daniel Reynaud et Jean-René Tréanton rappellent tous deux avec raison que la revue est bien loin de voir le jour dans un désert éditorial. Le paysage est même assez encombré. Deux ouvrages importants sont contemporains de sa naissance, l’un est déjà publié, le Traité de sociologie de Georges Gurvitch aux PUF auquel ils ont également participé ; l’autre, le Traité de sociologie du travail, le sera bientôt chez Armand Colin en 1961 (t. 1) et 1962 (t. 2). Jean-René Tréanton décèle dans cette conjoncture un « indice de maturité » pour la sociologie.

27Jean-Daniel Reynaud se souvient d’avoir écrit avec Jean-René Tréanton les quatre chapitres de la cinquième section « Problèmes de sociologie industrielle », dans le Traité de Gurvitch publié en 1958, tous cosignés, comme on le voit ci-dessous, par Georges Friedmann.

Les articles publiés par les sociologues du travail dans le Traité de sociologie de Georges Gurvitch
Friedmann Georges, Reynaud Jean-Daniel et Tréanton Jean-René, « Préliminaires », in Traité de sociologie, Gurvitch Georges (dir.), Cinquième section, Problèmes de sociologie du travail, p. 439-440.
Friedmann Georges et Reynaud Jean-Daniel, « Sociologie des techniques de production et du travail », in Traité de sociologie, Gurvitch Georges (dir.), Cinquième section, Problèmes de sociologie du travail, chap. 1, p. 451-457.
Friedmann Georges et Reynaud Jean-Daniel, « Psychosociologie de l’entreprise », op. cit., chap. 2, p. 459-478.
Friedmann Georges et Tréanton Jean-René, « Sociologie du syndicalisme, de l’autogestion ouvrière et des conflits du travail », op. cit., chap. 3, p. 479-498.
Friedmann Georges et Tréanton Jean-René, « Vie de travail et vie hors travail. Industrie et société », op. cit., chap. 4, p. 499-511.

  • 20 Daval Roger, Bourricaud François, Delamotte Yves, Doron Roland, Traité de psychologie sociale, Pari (...)
  • 21 Piotet Françoise, « Le Traité de sociologie du travail », in Georges Friedmann. Un sociologue dans (...)
  • 22 Parias Louis Henri (dir.) Histoire générale du travail 4. La civilisation industrielle (de 1914 à N (...)

28Mentionnons un troisième traité, le Traité de psychologie sociale que publie sous sa direction Roger Daval en collaboration avec François Bourricaud, Yves Delamotte (tous deux contributeurs à Sociologie du travail), Roland Doron et préfacé par Jean Stoetzel20. Comme le rappelle Françoise Piotet21 la participation croisée des auteurs à ces « imposants traités » (deux volumes chacun) signale l’existence d’une communauté scientifique « encore étroite mais particulièrement dynamique ». Notons encore, à la même période, la parution des différents volumes de l’Histoire générale du travail dont le dernier tome est coordonné par Alain Touraine22.

29C’est dans cet environnement singulier qu’il importe de situer la naissance de la revue Sociologie du travail. Cette naissance et la publication, un an plus tard, d’un traité éponyme incitent à revenir sur ces « participations croisées » pour examiner les processus de « co-construction » et de circulation entre ces outils de diffusion de la connaissance sociologique que sont la revue et un traité consacrés à un même objet : le travail.

30Revenons aux liens particuliers entre ces deux « produits » (le Traité de sociologie du travail et la revue) qui participent en définitive l’un comme l’autre à l’avènement public d’une discipline.

31Un projet de Traité de sociologie du travail, dès 1954

  • 23 Les premiers courriers échangés entre Georges Friedmann et Pierre Naville sur le Traité remontent à (...)

32Contrairement à ce que laisseraient entendre les dates de parutions respectives, le projet du Traité n’est pas postérieur à la naissance de la revue. Bien au contraire : il remonte à 195423, deux ans avant que ne soit lancée l’idée de créer une nouvelle revue de sociologie du travail. Qui en a eu l’initiative ?

  • 24 C’est finalement sous la signature de Bernard Mottez que paraîtra le « Que-Sais-Je » Sociologie ind (...)

33Dans une lettre datée de 1992 adressée par Pierre Naville à Jean-René Tréanton, Naville indique qu’un premier projet d’ouvrage de sociologie industrielle24 fut d’abord envisagé par Friedmann et Touraine avant qu’il [Pierre Naville] ne propose à Georges Friedmann une production plus ambitieuse consacrée plus largement au travail. Si l’on en croit le témoignage de Pierre Naville adressé à Jean-René Tréanton à propos de l’origine du Traité c’est Naville qui aurait été à l’origine du projet d’un « grand ouvrage » :

  • 25 Fonds Naville, op. cit.

Friedmann et Touraine envisageaient un petit ouvrage de sociologie industrielle et quant à moi, je proposais à Friedmann un grand ouvrage de sociologie fondé sur le travail plutôt que sur l’industrie en général. Finalement Friedmann s’était rangé à mon point de vue, et nous avons commencé à chercher quels pouvaient être les collaborateurs un peu nombreux de ce… travail. (Lettre dactylographiée de Pierre Naville à Jean-René Tréanton du 12 novembre 1992)25.

  • 26 Les archives de la bibliothèque du CEDIAS ne comprennent malheureusement, sauf erreur de notre part (...)

34L’association entre Pierre Naville et Georges Friedmann ne fut pas forcément bien comprise ni acceptée comme le suggère Jean-Daniel Reynaud dans l’entretien qu’il nous a accordé. Des archives plus anciennes livrent d’autres indications. Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud ont été consultés pour avis et furent sollicités pour proposer un plan pour le Traité qui, dans un premier temps, s’intitulait Traité de sociologie industrielle26. Jean-Daniel Reynaud formula d’ailleurs certaines réserves qui ne se révélèrent pas infondées, en particulier contre le risque qu’il y avait à solliciter un trop grand nombre de collaborateurs :

  • 27 In fine il y en eut 28 au total.
  • 28 Fonds Naville, op. cit.

Envisager une cinquantaine27 de collaborateurs ne me semble pas une bonne formule : elle rend extrêmement difficile de maintenir une composition rationnelle ; elle entraîne presque nécessairement un texte assez hétérogène (ton, point de vue, degré d’approfondissement) ; elle entraîne des difficultés pratiques très considérables. (Note dactylographiée sur le Traité, non datée par Jean-Daniel Reynaud28).

35Les retards, y compris ceux des coordinateurs sur leur propre texte, le nombre considérable de contributeurs qu’il faut solliciter et surtout relancer, à qui il importe de demander des modifications, rendent l’entreprise délicate. Parmi les relances, voici celle adressée par Pierre Naville à Jean-Daniel Reynaud en 1957 :

  • 29 Ibid. L’article, finalement rédigé, et intitulé « Mouvement ouvrier et conflits du travail », sera (...)

Mon cher Reynaud,
Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous entretenir de l’état d’avancement du Traité de Sociologie du Travail. J’ai pensé que c’était inutile de vous déranger pendant que vous étiez au Chili et ensuite pendant la période de vacances. Mais maintenant, comme Friedmann a dû vous le dire, nous arrivons au moment où il est temps d’aboutir. Je voudrais donc que vous puissiez me dire aussitôt que possible ce que vous pensez pouvoir faire dans un délai assez proche. Avez-vous déjà entrepris une rédaction ? Pensez-vous pouvoir fixer une date de remise du manuscrit ? Il serait plus que désirable que nous ayons définitivement réuni la copie au début de l’année prochaine et, en tout cas, avant Pâques. Nous sommes déjà en retard. Beaucoup de chapitres nous ont déjà été remis et il n’est pas possible de laisser s’accumuler un trop long délai entre la rédaction des premiers textes et des derniers. Je sais que vous êtes très occupé, mais j’espère que vous pourrez tout de même trouver le temps nécessaire pour venir à bout de ce qui vous paraît peut être un pensum, mais qui est tout de même rigoureusement indispensable pour l’ensemble du Traité. (Lettre de Pierre Naville adressée à Jean-Daniel Reynaud, le 27 octobre 1957)29.

  • 30 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », in Revue française de sociologi (...)

36Plus généralement, quelles sont les raisons du retard ? La cohabitation délicate de sociologues ne partageant pas forcément les mêmes préoccupations intellectuelles ni les mêmes priorités, le faible investissement de Georges Friedmann, très affecté par la maladie, puis la mort de sa femme en juin 1957, autant de facteurs qui provoquent une accumulation des retards. Le Traité fut une « lourde guimbarde dont l’attelage tirait à hue et à dia et qui fut bien près de s’enliser30 ». Il est probable que le désengagement de Georges Friedmann n’encouragea pas les auteurs à faire du zèle en matière de respect des échéances. Les papiers eurent d’autant plus de mal à rentrer que certains contributeurs, parmi lesquels Michel Crozier, avaient d’autres priorités et n’étaient pas forcément convaincus par le projet. La correspondance entre Pierre Naville et Michel Crozier est d’ailleurs significative. Ce dernier est sollicité en 1954 pour écrire un chapitre sur le syndicalisme, thématique qui renvoie à une préoccupation de sa jeunesse, mais qui au fil du temps s’éloigne de ses centres d’intérêt. En 1957, c’est-à-dire trois ans après que la « commande » lui a été faite, Michel Crozier évoque la « reconversion d’esprit » que lui demande un tel travail :

  • 31 Cet article également co-signé avec Georges Friedmann, a été publié en 1958. Crozier Michel, Friedm (...)
  • 32 Fonds Naville, op. cit.

Mon cher Naville,
Je vous ai déjà fait part des difficultés que j’avais à trouver du temps pour m’occuper du Traité. Friedmann m’avait chargé de faire un article sur l’automation pour l’UNESCO31. Cela m’a poursuivi pendant les vacances. Il fallait bien aussi terminer ce travail urgent sur la SEITA que vous avez lu car il était prioritaire. Et il restait aussi les obligations normales de la direction des enquêtes en cours. Tout cela aurait été de moindre conséquence si le sujet de mon chapitre avait mieux correspondu à mes préoccupations. Mais il m’impose une reconversion d’esprit qui n’est pas si facile et des lectures que j’ai encore plus de mal à faire. Je vais avoir maintenant une période de répit et je vous donnerai sûrement une première version pour Noël mais ce sera davantage un travail de réflexion qu’un chapitre de manuel. J’espère que ce sont les idées plus que l’érudition qui vous intéressent. Si par ailleurs vous avez quelqu’un pour me remplacer je ne demanderais pas mieux. (Lettre de Michel Crozier adressée à Pierre Naville le 22 octobre 1957)32.

  • 33 Les formules sont évidemment de lui. Tréanton Jean-René, « Friedmann et Naville face à leur Traité (...)
  • 34 Dans un courrier qu’il nous a adressé en septembre 2008, Jean-René Tréanton nous fait part d’un tém (...)

37En 1959 Georges Friedmann finit par solliciter l’aide d’un « chef mécanicien qui, dans les soutes, activerait les chaudières » en la personne de Jean-René Tréanton pour « redresser la barre33 ». Celui-ci assurera donc avec Pierre Naville un rôle essentiel dans la finalisation du Traité, Georges Friedmann s’étant, pour un long moment, mis en retrait. Pierre Naville ne fut pas le seul à reprocher à Tréanton quelques remises en forme jugées excessives. L’habitude des coupes lui a aussi valu une lettre cinglante de Georges Friedmann34 à propos des modifications faites sur un de ses articles du Traité de sociologie du travail :

  • 35 Lettre reproduite dans Piotet Françoise et Grémion Pierre (dir.), Georges Friedmann un sociologue d (...)

[…] Je suis un peu inquiet, vous-dis je, car à divers indices, il me semble que votre « rôle » comme le disent les psychologues, de co-directeur de revue, de coordinateur du Traité, de juge et de censeur vous fait parfois « un peu perdre les pédales ». Vous avez, croyez moi, passé un âge où l’on se pose en s’opposant. Il vous faut désormais vous affirmer par d’autres moyens qui vous donneront, j’en suis sûr de plus valables et durables satisfactions […].35 (Extrait d’une lettre de Georges Friedmann adressée à Jean-René Tréanton, datée du 4 décembre 1961).

38Cette remontrance, dont cet extrait souligne le cumul de responsabilités éditoriales prises par Jean-René Tréanton, peut aussi se lire comme une difficulté, pour le « Patron », d’accepter de « passer la main ». Quoi qu’il en soit, refusant de « négrifier », Jean-René Tréanton demande que son nom soit mentionné sur la couverture. Il y figurera « en corps plus modeste et tout en bas ». Voici ce qu’en dit Jean-René Tréanton, dans un témoignage :

  • 36 Tréanton Jean-René, « Friedmann et Naville face à leur Traité de sociologie du travail », in Blum F (...)

Il ne me paraissait pas choquant que la présentation du Traité – fût-il du Travail – reflétât l’inégalité des âges, des compétences et des notoriétés. Les deux amiraux veilleraient sur la passerelle ; je serais pour ma part le chef mécanicien qui, dans les soutes, activerait les chaudières : au reste, ne savais-je pas que la formation marxiste du commandement lui donnait pleine conscience de l’importance historique des soutiers ?36.

  • 37 Cette précision est apportée par François Vatin dans Pillon Thierry et Vatin François, in Traité de (...)

39À force de relances et de persévérance, le premier tome sera fin prêt pour 1961. Fort de son succès, le premier Traité de sociologie du travail a fait l’objet de rééditions en 1964 et 1970. Après la mort de Georges Friedmann en 1977, Pierre Naville ne parvint toutefois pas à obtenir d’Armand Colin une nouvelle réédition révisée de l’ouvrage37.

Les contributions des fondateurs au Traité de sociologie du travail
Crozier Michel, « Mouvement ouvrier et conflits du travail. I. Sociologie du syndicalisme », chap. 18, t. 2, 1961, p. 170-189.
Reynaud Jean-Daniel, « Structure et organisation de l’entreprise. II », chap. 13, t. 2, 1962, p. 69-93.
Touraine Alain, « Le progrès technique, l’évolution du travail et l’organisation de l’entreprise. II. L’organisation professionnelle de l’entreprise », chap. 2, t. 1, p. 387-428.
Touraine Alain, « Pouvoir et décision dans l’entreprise », chap. 12, t. 2, 1962, p. 3- 20.
Touraine Alain, Mottez Bernard, « Classe ouvrière et société globale », t. 2, chap. 20, p. 236-283.
Tréanton Jean-René, « La répartition de la main d’oeuvre. III. Le travailleur et son âge », chap. 7, t. 1, 1961, p. 282-298.
Tréanton Jean René, « Mouvement ouvrier et conflits du travail. II. Les conflits du travail », chap. 18, t. 2, 1962, p. 194-203.

40Bien que publié après la naissance de la revue, le projet de Traité lui est donc bien antérieur.

  • 38 Pour une présentation de ce bilan, voir troisième partie de cet ouvrage.

41On peut dire que le retard dans la réalisation n’a pas desservi Sociologie du travail. La revue a en effet accueilli dans ses premiers numéros des articles ou versions d’articles envisagés pour le Traité. C’est ainsi que l’article inaugural de Friedmann publié dans le numéro 1/1959 de la revue est une version courte de celui qui était prévu pour le Traité. Les auteurs utilisent la revue pour annoncer aussi des articles à paraître dans le Traité : Yves Delamotte dans l’un de ses articles annonce son futur article du Traité ; Alain Touraine, dans son article « Entreprise et bureaucratie » (1/1959) renvoie à son article à paraître du Traité où des idées proches sont développées. Autre manifestation des liens réciproques tissés entre la revue et le Traité : la sortie du Traité a constitué un événement qui a alimenté les débats au sein même de la revue. C’est en effet Alain Touraine qui, dans une longue note critique, se saisit de cette opportunité pour dresser non seulement un riche état des lieux de la discipline38 mais également ses orientations à venir.

  • 39 C’est en ces termes que William Foote Whyte salua la publication de cet ouvrage. Celui-ci fut abond (...)
  • 40 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », op. cit., p. 735-740.

42Si l’on repère dans cet « important événement39 » qu’est le Traité des sujets qui s’inscrivent en continuité avec ceux que l’on trouve dans les colonnes de Sociologie du travail, il reste, comme le suggère Jean-René Tréanton40, que cet ouvrage reflète moins l’état de la connaissance du début des années soixante que celle du milieu des années cinquante.

  • 41 Parmi les nouveaux auteurs non présents dans le Traité : Claude Durand, Renaud Sainsaulieu, Nicole (...)

43Dans ce contexte, Sociologie du travail représente le renouveau. Une génération de jeunes auteurs dont la présence, pour certains d’entre eux, s’affichait très timidement dans le Traité, le plus souvent sous la forme de publications cosignées avec leurs ainés, s’affirme plus massivement avec leurs publications dans Sociologie du travail41.

Les noms de Georges Friedmann et de Pierre Naville apparaissent au centre et en plus gros caractères que celui de Jean-René Tréanton, mentionné mais décalé par rapport aux précédents, « en corps plus modeste et tout en bas ».

Les noms de Georges Friedmann et de Pierre Naville apparaissent au centre et en plus gros caractères que celui de Jean-René Tréanton, mentionné mais décalé par rapport aux précédents, « en corps plus modeste et tout en bas ».

Publicité pour le Traité de sociologie du travail parue dans le n° 1/1962 de Sociologie du travail. Contrairement à la couverture du Traité, présentée au recto, le nom de Jean-René Tréanton figure cette fois au centre et en capitales d’imprimerie de même taille que celles des co-directeurs, en tant que collaborateur (et non plus « avec le concours de »).

44Les documents d’archives présentés dans ce chapitre nous plongent plus directement dans le quotidien de la recherche en cours. Ils donnent la mesure du travail des sociologues du travail. Ils mettent en évidence la diversité de leurs engagements dans une série d’activités distribuées qui se combinent et font système. La multiplicité et la densité de leurs espaces d’intervention en font de véritables entrepreneurs agissant sur plusieurs fronts à la fois. La mise sur pied d’une revue s’inscrit pleinement dans cet environnement et ne peut être comprise en dehors de celui-ci.

45Ces documents livrent aussi leur lot de précisions nécessaires. On mesure mieux maintenant la part de chacun – celle de l’ISST, celle des « parrains », celle du comité de rédaction, celle de la maison d’édition – dans la création de la revue. Les fondateurs avaient été discrets sur le sujet, mais on voit mieux aussi pourquoi : les Éditions du Seuil leur garantissaient une marge de manœuvre que la tutelle du ministère du Travail n’aurait probablement pas pu leur offrir. Ils avaient bien été maîtres à bord même si l’initiative du projet ne leur revenait pas entièrement. Ces archives apportent aussi des informations importantes pour comprendre le déroulement temporel du processus qui mène à sa naissance : combien celle-ci doit, par exemple, aux années qui précédent ; à quel point elle a bénéficié d’une conjoncture politique favorable ; combien les connaissances accumulées et les collaborations déjà éprouvées au sein de cette communauté en voie de professionnalisation ont pu être conservées et mises à profit. Sociologie du travail n’est pas une création ex nihilo, elle hérite d’un patrimoine scientifique et humain que ces documents soulignent avec insistance.

Notas

1 Extrait du journal officiel du 11 août 1959 p. 8040 (publication du décret du 31 juillet 1959 portant nomination d’un professeur titulaire de la chaire d’histoire du travail et des relations industrielles au CNAM).

2 La Chaire d’histoire du travail avait été crée en 1932 (Décret du 5 août 1932, JO des 8 et 9 août 1932). Georges Friedmann avait été nommé sur cette chaire en 1945, ses principaux concurrents avaient été Pierre Laroque et Georges Duveau.

3 Clark Terry, « Le Patron et son cercle : clefs de l’Université française », in Revue française de sociologie, vol. 12, n° 1, 1971, p. 19-39. Sur toutes les subtilités de la gestion des successions universitaires nous renvoyons à cet article : « Quoi que le patron ne fut pas à même d’influencer l’élection directement et à plus forte raison s’il s’agissait de sa propre chaire, il avait à sa disposition plusieurs moyens pour assurer la survie de son cercle : l’un des expédients les plus usités était la suppléance : le patron invitait un de ses disciples à le remplacer dans les conférences […] Lors de la nomination, les yeux et éventuellement les votes se porteraient tout naturellement sur celui dont le nom et la personne et les travaux étaient déjà associés à la chaire en question ». Voir également l’ouvrage issu de sa thèse, Clark Terry, Prophets and Patrons. The French University and the Emergence of the Social Science, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1974.

4 Arrêté du 20 janvier 1959.

5 Procès verbal du Conseil d’administration du CNAM. Séance du vendredi 19 juin 1959 (à 10 voix contre 5, le Conseil décide de présenter Jean-Daniel Reynaud en première ligne).

6 Archives CNAM dossier C 1313.

7 Ibid.

8 Voir correspondance du 29 mai 1960, entre Pierre Naville et Jean-René Tréanton reproduite dans cet ouvrage p. 81.

9 Naville Pierre (dir.), L’Automation et le travail humain, Rapport d’enquête, Paris, Éditions du CNRS, 1961.

10 Pour une analyse des étapes et du contenu de cette production voir Rot Gwenaële et Vatin François, « Pierre Naville de l’automation industrielle à l’automatisme social (1956-1963) », in Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, n° 24, décembre 2007, p. 14-21.

11 Lettre du 29 mai 1960, présentée p. 80.

12 Le premier numéro avait été inauguré par Georges Friedmann.

13 Bibliothèque du Musée-Social Cédias, fonds Pierre Naville.

14 Bibliothèque du Musée-Social Cédias, fonds Pierre Naville.

15 Voir plus loin dans cet ouvrage, un développement sur ce point reposant sur l’analyse du contenu.

16 Fonds Naville, op. cit.

17 Groupe qui donna lieu à la création d’une nouvelle revue Épistémologie sociologique (1964- 1973).

18 Fonds Naville, op. cit.

19 Ibid.

20 Daval Roger, Bourricaud François, Delamotte Yves, Doron Roland, Traité de psychologie sociale, Paris, PUF, « Logos », 1963, t. 1.

21 Piotet Françoise, « Le Traité de sociologie du travail », in Georges Friedmann. Un sociologue dans le siècle, Piotet Françoise et Grémion Pierre (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 2004, p. 119.

22 Parias Louis Henri (dir.) Histoire générale du travail 4. La civilisation industrielle (de 1914 à Nos jours) par Alain Touraine, De B. Cazes et al. ; préface de Pierre Laroque, postface de Georges Friedmann et Jean-Daniel Reynaud, Paris, Nouvelle librairie de France, 1961.

23 Les premiers courriers échangés entre Georges Friedmann et Pierre Naville sur le Traité remontent à 1954 et il n’est pas impossible que des échanges informels aient eu lieu avant.

24 C’est finalement sous la signature de Bernard Mottez que paraîtra le « Que-Sais-Je » Sociologie industrielle en 1971.

25 Fonds Naville, op. cit.

26 Les archives de la bibliothèque du CEDIAS ne comprennent malheureusement, sauf erreur de notre part, que la proposition de Jean-Daniel Reynaud (non datée) qui fait état d’ailleurs de celle d’Alain Touraine. Mais nous n’avons pas retrouvé la trace de cette dernière.

27 In fine il y en eut 28 au total.

28 Fonds Naville, op. cit.

29 Ibid. L’article, finalement rédigé, et intitulé « Mouvement ouvrier et conflits du travail », sera publié dans le tome 2 du traité, 18e chapitre, p. 170-193.

30 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », in Revue française de sociologie, vol. 27, n° 4, 1986, p. 736.

31 Cet article également co-signé avec Georges Friedmann, a été publié en 1958. Crozier Michel, Friedmann Georges, « Les conséquences sociales de l’automation », in Bulletin International des sciences sociales, vol. 10, n° 1, 1958, p. 7-17.

32 Fonds Naville, op. cit.

33 Les formules sont évidemment de lui. Tréanton Jean-René, « Friedmann et Naville face à leur Traité de sociologie du travail », in Les Vies de Pierre Naville, Blum Françoise (dir.), Lille, Presses du Septentrion, 2007, p. 283.

34 Dans un courrier qu’il nous a adressé en septembre 2008, Jean-René Tréanton nous fait part d’un témoignage de Bernard Mottez à propos d’une remarque que lui avait faite Georges Friedmann : « Méfiez-vous de Tréanton : c’est un chirugien ! ».

35 Lettre reproduite dans Piotet Françoise et Grémion Pierre (dir.), Georges Friedmann un sociologue dans le siècle, op. cit., p. 164-165.

36 Tréanton Jean-René, « Friedmann et Naville face à leur Traité de sociologie du travail », in Blum Françoise, op. cit., p. 283.

37 Cette précision est apportée par François Vatin dans Pillon Thierry et Vatin François, in Traité de sociologie du travail, Toulouse, Octarès, 2003, p. 1, d’après une correspondance personnelle adressée par Pierre Naville à l’auteur. Il fallut attendre 1986 pour qu’un nouveau traité, composé de contributions d’une nouvelle génération de chercheurs, voie le jour, sous la direction de deux sociologues Belges Michel de Coster et François Pichault. Enfin, en 2003, Thierry Pillon et François Vatin proposèrent un nouveau Traité de sociologie du travail, sous la forme, cette fois-ci, d’un ouvrage réflexif sur la discipline (réédité en 2008).

38 Pour une présentation de ce bilan, voir troisième partie de cet ouvrage.

39 C’est en ces termes que William Foote Whyte salua la publication de cet ouvrage. Celui-ci fut abondamment recensé en France comme à l’étranger. Sur la réception américaine et les commentaires de « deux vieilles connaissances » de Georges Friedmann (Harnold L. Sheppard dans l’American Journal of Sociology et William Foote Whyte pour l’Industrial and Labor Relations Review), voir Desmarez Pierre, « Georges Friedmann, médiateur de la sociologie industrielle », in Grémion Pierre, Piotet Françoise (dir.), Georges Friedmann, un sociologue dans le siècle, op. cit., p. 103-114. Pour les critiques françaises on se reportera notamment à celles d’Henri Hatzfeld dans Esprit, et de Marcel David dans la Revue économique publiées en 1963.

40 Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », op. cit., p. 735-740.

41 Parmi les nouveaux auteurs non présents dans le Traité : Claude Durand, Renaud Sainsaulieu, Nicole Maupeou, Odile Benoit, Marc Maurice, Albert Meister, Maurice Montuclard, Jean-Pierre Worms, Pierre Grémion, Serge Moscovici, Pierre Bourdieu, Jacques Lautman, Lucien Karpik, Jean-Claude Thoening.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search