Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Deuxième partie. Quand parlent les archives

Une enquête emblématique : Mont-Saint-Martin

Texte intégral

Alain touraine revient dans son entretien sur le fait qu’au début des années 1960, ils n’étaient « plus des débutants ». Les quatre fondateurs évoquent à plusieurs reprises l’enquête de Mont-Saint-Martin, cette première grande enquête européenne sur un « laminoir situé à la triple frontière de la France, de la Belgique et du Luxembourg » (Touraine) qui s’est déroulée quelques années avant la naissance de la revue. Jean-René Tréanton y fait allusion au sujet de l’émergence d’un nouveau contexte institutionnel lié à la création de l’ISST et de l’obtention de sources de financement inédites pour les recherches. Michel Crozier en parle à propos du « duo » que formaient – avant la création de la revue, dans ce qu’il appelle la période « pré » – Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud. Les « superviseurs » se la remémorent très différemment : Touraine rend un hommage appuyé au travail des premiers enquêteurs, Jacques Dofny et Bernard Mottez, les « Gaston et Gaston », tandis que Jean-Daniel Reynaud insiste notamment sur l’intérêt qu’une telle enquête pouvait susciter aussi bien du coté patronal que syndical, parce qu’elle « a révélé des choses que les gens ne disaient jamais ».

  • 1 Une partie des analyses et des documents rassemblés dans ce chapitre est le fruit d’une re (...)

1Retracer, grâce aux archives et à deux témoignages originaux, ceux de Bernard Mottez et d’Yves Delamotte, la genèse de cette monographie historique1, permet de souligner plusieurs facettes entremêlées et constitutives de l’histoire de la sociologie du travail :

  • L’intrication des « dispositifs » institutionnels. Cette enquête financée par l’Agence européenne de productivité a été fondatrice parce qu’elle était la première enquête collective sur l’industrie, l’une des plus importantes par son envergure, l’une des plus ambitieuses, indissociable du déploiement de la section recherche de l’ISST. Or, nous l’avons vu, c’est bien le souci de valorisation de telles enquêtes par l’ISST qui est – entre autres – à l’origine de la création de Sociologie du travail.
  • L’existence d’un réseau de relations internationales, consolidé au moment de la création. Le cadre européen dans lequel s’inscrit cette recherche a permis de démultiplier les contacts avec des chercheurs européens (on pense par exemple à l’Allemand Burkart Lutz) qui deviendront très vite des interlocuteurs privilégiés et des auteurs régulièrement sollicités.
  • La formation d’équipes de recherche pérennes qui se maintiendront bien au-delà du projet initial. Dans son premier entretien Michel Crozier insiste sur l’importance que revêt la constitution des équipes, le format collectif de fabrication de la recherche et que l’on voit ici à l’œuvre. Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud passent du statut d’apprentis sociologues à celui de responsables encadrants de cette première grande enquête collective de sociologie industrielle française. C’est donc bien elle qui marque la fin de leur position de « débutants ». Sous leur direction, de nouveaux chercheurs apprennent le métier. Deux d’entre eux, Bernard Mottez et Claude Durand, occuperont très vite des petites puis des plus grandes responsabilités dans la revue. Responsables des comptes rendus, dès 1961, ils feront partie du second comité de rédaction lorsque les fondateurs passeront la main.
  • Ce retour sur l’enquête elle-même permet enfin de revenir aux sources « archéologiques » des publications de Sociologie du travail puisque l’exploitation des résultats donnera lieu à la rédaction de deux articles par Claude Durand… à vingt ans d’intervalle. En lien avec cette dimension éditoriale, la présentation du type de problématique développée dans le cadre de cette recherche permet de préciser plus finement le genre de préoccupations présentes chez les sociologues, et qui sont la marque d’un style de recherche dont Sociologie du travail porte aussi la trace.

2En remontant, par le biais de cette enquête, aux origines de la revue, nous serons mieux armées pour mettre au jour ce faisceau d’éléments inscrits dans une histoire intellectuelle aux sources de sa création.

Un programme européen

3L’enquête de Mont-Saint-Martin peut être considérée, dans l’histoire de la sociologie du travail, comme une enquête pionnière. Elle correspond à la première recherche collective réalisée au sein de l’Institut des sciences sociales du travail quand il était encore rare que les sociologues entrent dans les usines et explorent en détail leur fonctionnement.

  • 2 Touraine Alain, L’Évolution du travail ouvrier aux usines Renault, op. cit ; Isambert-Jama (...)
  • 3 Jacques Dofny avait réalisé une étude sur l’industrie de la chaussure à Romans. Cette rech (...)
  • 4 Puis par le Commissariat général à la productivité qui recevait les subsides du plan Marsh (...)
  • 5 Travailleurs de l’acier et progrès technique - Rapport comparatif sur six enquêtes nationa (...)

4Elle fait suite à quelques enquêtes individuelles réalisées en milieu industriel sous l’égide de Georges Friedmann dès la fin des années 1940 : sur l’automobile, l’industrie horlogère, les laminoirs ardennais2 ou encore l’industrie de la chaussure3. Financée tout d’abord par l’Agence européenne de productivité4, l’enquête prend place dans le cadre d’un projet européen de l’OECE réunissant des chercheurs allemands, belges, anglais, hollandais et italiens5. Réalisée et échelonnée sur un temps relativement long (novembre 1954/mai 1955 pour la première étape visant à étudier l’ancienne tôlerie, octobre 1956/mai 1957 pour l’étude de la nouvelle tôlerie), l’enquête est aussi remarquable par sa durée.

  • 6 Mottez Bernard, Rapport préliminaire sur l’enquête : attitude des travailleurs de la sidér (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 C’est ainsi qu’est présentée l’usine dans le rapport de synthèse de 1957.

5Quel était son objet ? « Les attitudes des ouvriers de la sidérurgie en face des changements techniques ». L’équipe française s’est focalisée, de manière diachronique et comparative, sur un changement d’équipement : l’installation d’un nouveau laminoir à tôle forte dans l’usine sidérurgique de Mont-Saint-Martin en Lorraine. Cette usine appartenait à Lorraine-Escaut. Créée en 1953 cette entreprise regroupait « le patrimoine industriel de trois sociétés : Aciéries de Longwy, Senelle-Maubeuge, Escaut et Meuse, et de leurs filiales Jarny et Bessèges. La nouvelle société est l’une des quatre grandes sociétés sidérurgiques françaises. Cette création a rendu possible la réunion technique des usines de Mont-Saint-Martin et de Senelle situées toutes deux dans l’agglomération de Longwy6 ». La modernisation avait pour cible l’installation de la « cage quarto » qui devait être pour les tôles fortes « ce que les trains continus de Sollac et d’Usinor sont pour les tôles fines et moyennes ». Cette installation était présentée comme l’une des « plus modernes du monde7 » et les ateliers étudiés sont ceux d’une usine « d’un des plus importants bassins mono-industriels de France8 ».

6L’examen précis des formes du changement et de ses conséquences pour les salariés (du point de vue notamment de la transformation du processus de production, du travail, de l’évolution des qualifications et des salaires) visait à identifier les « attitudes » des ouvriers à travers leur perception de l’évolution des « transformations techniques » qualifiées aussi du terme moins neutre de « progrès technique ».

Des « transformations techniques » au « progrès technique »
Dans le « rapport préliminaire » de 1954 rédigé et signé par Bernard Mottez, l’intitulé de l’étude est formulé ainsi : « Attitudes des travailleurs de la sidérurgie à l’égard des transformations techniques ».
En 1955 et 1957 (2e et 3e rapports) il s’agira de « changements techniques ».
Le terme de « progrès technique » sera utilisé par Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine dans une communication sur l’enquête au 3e Congrès mondial de sociologie en 1956 et retenu pour le titre du livre de 1966.
Dans le questionnaire de l’enquête, le terme de progrès technique est utilisé dans les questions n° 35 : « Trouvez-vous que le progrès technique est trop rapide/pas assez rapide ? » et n° 38 : « Que peut apporter le progrès technique à l’ouvrier ? ».

7C’est en ces termes que Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine résument, après-coup, le projet de la recherche l’un, dans le chapitre introductif de l’ouvrage l’autre, dans sa conclusion :

  • 9 Reynaud Jean-Daniel, « Chapitre 1, le problème et l’étude », in Les Ouvriers et le progrès (...)

Cette étude est une monographie : elle décrit et elle analyse comment, dans une usine sidérurgique de l’Est de la France, l’installation d’un nouveau laminoir à tôles fortes a transformé le travail des ouvriers, a touché à leur classification et à leurs salaires et a influencé leurs idées et leurs attitudes à l’égard du progrès technique, des changements économiques et de leur avenir. Elle peut donc, nous l’espérons, se lire comme le récit, aussi précis et aussi minutieux que possible, d’un événement et de ses conséquences. (Jean-Daniel Reynaud)9

  • 10 Touraine Alain, « Conclusion », in Les Ouvriers et le progrès technique. Étude de cas : un (...)

Cette recherche, menée dans une entreprise au moment même où la modernisation la transforme profondément, n’avait d’autre but que de mettre en valeur les implications historiques et sociologiques du changement observé, en même temps que de montrer les grandes résistances que rencontre la modernisation de l’action ouvrière et des rapports sociaux dans l’industrie. Elle a du moins le mérite d’aborder ces problèmes qui éveillent aujourd’hui tant d’intérêt chez beaucoup de responsables et d’observateurs, non par le biais de l’idéologie et des positions de principe, mais à partir d’une patiente observation des transformations intervenues dans la pratique sociale, dans l’expérience vécue du travail et des rapports sociaux dans l’industrie. (Alain Touraine)10

8Faut-il préciser qu’après la guerre, la sidérurgie représentait l’un des secteurs clés de l’économie et devait, à ce titre, être soutenu dans le cadre du premier plan de modernisation et d’équipement ? La modernisation de l’usine de Mont-Saint-Martin (décidée en 1951) bénéficia des aides financières du plan Marshall. Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine n’ont pas manqué de souligner la portée plus générale de la recherche et l’importance de ce secteur pour la modernisation engagée :

  • 11 Reynaud Jean-Daniel, op. cit., p. 9

Dans la France de 1954-1956, il était difficile de voir dans le nouveau laminoir dont nous présentons l’histoire un événement purement local ou un événement isolé. Dès 1947, le premier Plan de modernisation et d’équipement avait retenu la sidérurgie comme un des secteurs de base sur lesquels l’effort de rénovation devait porter en priorité. Le poids des investissements qui y ont été consacrés est considérable et leurs effets sont connus : en une dizaine d’années non seulement le progrès de la production a été rapide, mais l’effort entrepris a permis que l’entrée de la France dans le Marché commun du charbon et de l’acier, redoutée par beaucoup, considérée par tous comme un pari difficile à gagner, se fasse finalement sans accident majeur. Ce que nous saisissons donc, en examinant minutieusement un atelier de trois cents ouvriers d’un coin de la Lorraine, c’est un cas qui prend sa place dans un ensemble, une étape d’une transformation technique et économique globale ; cas particulier, certes, étape qui a son itinéraire propre, mais qui même si nous n’avions ni les moyens ni le temps de faire des comparaisons systématiques, renvoie à l’ensemble et témoigne pour lui. (Jean-Daniel Reynaud)11

  • 12 Touraine Alain, op. cit., p. 242.

Une installation datant de l’après guerre mondiale est remplacée par une autre, beaucoup plus moderne, représentant un investissement de plusieurs dizaines de millions (actuels). Ce fait n’est pas considéré par les ouvriers interrogés comme un événement isolé. Il est le signe d’un progrès aussi nécessaire que général de l’industrie. En se plaçant au moment de ce changement, on peut donc espérer saisir sur le vif un changement des attitudes de portée générale, l’expression vécue de la redécouverte par la société française de l’expansion. De fait, le changement observé nous informe historiquement plus que les crises subies par des secteurs archaïques, puisque l’économie française, pendant la période considérée, est en expansion. (Alain Touraine)12

Équipe et équipiers

  • 13 Entretien réalisé par Gwenaële Rot et François Vatin le 17 novembre 2004. Pour une présent (...)

9L’enquête a donc duré plusieurs années. Elle commence d’abord avec Bernard Mottez en 1954 que vient rejoindre très vite Jacques Dofny en 1955. Elle se poursuit avec d’autres chercheurs (Claude Durand, Paul Pascon, Philippe Pigenet) d’octobre 1956 à mai 1957. Les « Gaston » est le nom que s’étaient donnés mutuellement Jacques Dofny et Bernard Mottez en référence aux enquêteurs d’Hergé les « Dupont et Dupond », parce qu’ils avaient mauvaise conscience de faire cette enquête où ils avaient l’impression d’être perçus par les ouvriers « comme des flics », comme nous l’a rappelé Bernard Mottez lors d’un premier entretien13.

  • 14 Chef d’équipe en allemand.

10L’enquête fut encadrée par deux jeunes « chefs d’équipe » surnommés les Leiter14 par les enquêteurs Dofny et Mottez : Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud et supervisée par Georges Friedmann et Yves Delamotte.

  • 15 Düll Klaus, « Un regard Allemand », in Le Travail et sa sociologie. Essais critiques, Dura (...)
  • 16 Paradigme qui, après 1968, fait place à une perspective où la technique est considérée com (...)

11Jean-Daniel Reynaud n’avait pas encore succédé à Georges Friedmann à la chaire d’histoire du travail au CNAM et Alain Touraine n’était pas encore directeur du laboratoire de sociologie industrielle ni directeur d’études à l’EHESS, à la VIe section, fonctions qu’ils exerceront à la fin des années 1950. En 1954, les « chefs d’équipe » alors attachés de recherche au CNRS, ont pris quelques gallons et Georges Friedmann peut tirer profit des équipes qu’il a constituées dans les années d’après guerre. L’épisode Mont-Saint-Martin correspond à une époque de transition dans leur carrière : plus tout à fait novices, mais non encore chefs de file ; époque aussi – et ceci n’est pas étranger à leurs positions respectives – où la sociologie du travail présente encore une certaine unité et se constitue, comme le rappelle Klauss Düll en 198515, autour d’un paradigme de référence (« le progrès technique »)16 et autour d’une figure centrale, celle de Georges Friedmann.

  • 17 Entretien à son domicile avec Anni Borzeix et Gwenaële Rot le 11 juin 2008.

Un témoignage d’Yves Delamotte sur l’enquête17
À l’Ena j’avais eu une maître de conférence remarquable, qui n’était pas d’ailleurs d’une douceur angélique mais c’était une femme extrêmement intelligente : Olga Raffalovitch [...]. Par la suite elle m’avait proposé de m’occuper de ce projet 164 de l’Agence européenne de productivité consacré aux attitudes des ouvriers de la sidérurgie face au changement technique. Olga a eu l’idée d’obtenir un financement pour cette recherche [...] ce fut l’occasion de créer le centre de recherche de l’ISST, il ne fallait pas rater cela. J’ai été recruté pour cela. Ce qui intéressait l’ISST ? Le progrès technique, incontestablement. Alors qu’au ministère du Travail les directeurs du travail changeaient tous les deux ou trois ans, Olga Raffalovitch, elle, restait et elle a joué un rôle essentiel dans l’Institut. C’était la première enquête sociologique sur le terrain d’une certaine envergure [...]. C’était la première fois qu’une recherche avait des moyens aussi importants. Et dans un cadre international, car l’Agence européenne la finançait, un vrai pactole ! On se propulsait d’un lieu à un autre, on a eu des réunions en Angleterre, à Liverpool, il y avait aussi les Belges et les Italiens. C’était une recherche internationale qui associait l’ISST, l’université de Liverpool, l’université libre de Bruxelles, une université italienne à Milan et une université hollandaise […]. Il a fallu trouver une entreprise qui se prête à cette enquête et là, on a eu affaire à des gens extrêmement ouverts de la Lorraine-Escaut qui ont accepté que l’on fasse l’enquête à Mont-Saint-Martin.
Une première réunion a eu lieu à Paris. Puis on s’est propulsé à Mont-Saint-Martin où on entendait les hauts fourneaux toute la nuit. On avait mobilisé Touraine, Reynaud et Friedmann pour la circonstance : Friedmann est venu à Mont-Saint-Martin présenter le projet à la direction de l’usine entouré de Touraine, Reynaud et moi-même. Crozier n’était pas dans cette logique, il s’intéressait aux employés de bureau. Ensuite, on a laissé sur place des enquêteurs, Dofny et Mottez. C’était un endroit assez sinistre, il faut le reconnaître, les hauts fourneaux, les marteaux pilons qui s’effondraient comme cela [...] On était bien content d’y laisser Dofny et Mottez et de repartir à Paris ! (rires). Touraine et Reynaud formaient un binôme, c’étaient deux normaliens. C’était en même temps l’équipe Friedmann. Crozier qui n’est pas un normalien ne faisait pas partie du clan mais il s’est très bien débrouillé… C’est Olga Raffalovitch qui a été contactée par le directeur des tabacs pour mettre un sociologue dans le coup. Olga m’en a parlé et j’ai tout de suite pensé à Crozier. Crozier a séduit le directeur des tabacs. Dofny, lui, a été adopté car c’était le héros qui va sur le terrain. Pour Georges Friedmann, le fait d’être normalien représentait quand même une distinction, ça créait une empathie ».

  • 18 Entretien à son domicile avec Gwenaële Rot le 4 novembre 2004.

Un témoignage de Bernard Mottez18
J’ai été associé à cette recherche sans bien savoir où elle allait ni ce qu’il fallait faire. Touraine et Reynaud étaient, comme on disait, nos leiter, pour ironiser… On se réunissait et ils nous disaient ce qu’il fallait faire. Au départ l’objectif était de trouver une usine en pleine modernisation, pour voir comment ces changements allaient se passer. À Mont-Saint-Martin le projet était de créer un laminoir de tôles fortes très moderne. C’était tellement vieux que ce qui allait se faire ne pouvait être que « moderne », alors le terrain était sûr ! (rires). Je suis allé l’un des premiers sur place pour explorer le terrain, établir de bonnes relations avec l’usine, faire un travail diplomatique car on savait que les ouvriers, surtout s’ils sont conduits par les syndicats, ne sont pas nécessairement pour la modernité… Il fallait déminer le terrain. Je ne savais toujours pas exactement ce qu’on allait faire, mais je n’avais pas à me tracasser pour les questions à poser car s’il y avait des interviews, c’est Touraine et Reynaud qui s’occupaient de formuler les questions [...]. J’ai traîné dans les différents services et cela me passionnait assez. Voir comment fonctionnaient ces hauts fourneaux, je trouvais cela formidable.
On leur posait des questions sur leur boulot actuel et comment il allait être transformé avec la nouvelle tôlerie. C’était vraiment le tout premier aussi moderne et les autres laminoirs étaient encore très primitifs, les lamineurs voyaient à la couleur de la tôle quand ils pouvaient la faire passer. Dans notre questionnaire on posait des questions comme : « Aimez-vous votre travail, qu’est-ce qui est important ? Les camarades ? Ou encore : « Est-ce que dans le nouveau laminoir vous pensez que les salaires pourraient être plus élevés ou moins bas…? ». C’était une question un peu… Forcément, avec une installation neuve on peut penser que les salaires vont être différents !... Ou encore : « Est-ce qu’à votre avis, le progrès technique donne plus ou moins de travail ? ». Et je me souviens qu’une fois le tout rempli, c’était à nous de nous taper des croisements de questions [...]. Quand on a commencé l’exploitation, on codait avec les questions tel trou et puis hop ! On cochait et on passait cela dans une machine qui triait et on comptait à la sortie. On avait vraiment l’impression de faire du travail “scientifique”. Oh oh ! Quand j’expliquais autour de moi que j’utilisais des cartes perforées, quand je racontais à la tante Simone ce que je faisais : « Ça y est Bernard est un scientifique ! » et c’était le tri des cartes ! Quand on en avait fait beaucoup, on ne savait plus en réalité quoi dire mais Reynaud et Touraine arrivaient à faire dire des choses, ils y arrivaient… ils y arrivaient. Mais moi, je n’étais accroché par rien [...]. Ce qui m’intéressait c’était les pannes. Ah, la panne ! Le haut fourneau c’était quelque chose, le haut fourneau c’était un être humain : « en ce moment le haut fourneau est malade » ; « il ronfle on ne sait pas s’il va fournir de la fonte ». Je me rappelle. J’avais dû passer un soir – j’étais resté plusieurs heures – auprès de quelqu’un qui m’a parlé de son travail, de sa jeunesse. Dans son témoignage il y avait une espèce d’authenticité, de vécu qui valait une œuvre d’art, une création, un pan de vie, je rêvais d’en faire quelque chose, on aurait pu en faire un bouquin passionnant [...] mais ce n’était pas cela qu’on nous demandait.
Il fallait que ce soit des questions codées et équivalentes pour pouvoir les comparer l’une à l’autre et il fallait qu’elles soient codées de la même manière. Ah, les cartes perforées ! Un type qui ne savait pas manier les cartes perforées il n’était pas adulte [...] mais heureusement on avait des « aides techniques » (rires). À l’époque il y avait un fétichisme pour la méthodologie, un enthousiasme pour la méthodologique de Lazarsfeld, un enthousiasme inimaginable : faire un Qi2 c’était savant à l’époque alors que c’était d’une simplicité rare ! Pour rédiger une question il y avait de longues discussions entre Touraine et Reynaud…
Touraine, c’était quand même lui le patron ; moi j’aimais bien Reynaud. Touraine disait qu’il y avait deux types d’esprit : les visionnaires et les joueurs d’échec… Mais il ne voyait pas qu’être joueur d’échec ce n’était pas simplement faire des petits calculs mais faire aussi des coups. En tout cas, lui, il se voyait comme le visionnaire et Reynaud comme le joueur d’échec. C’est vrai que Reynaud aimait bien les petits jeux. C’était des esprits très différents. Quand on est jeune on veut lire des gens qui te donnent envie d’écrire comme eux et les séminaires de Touraine pouvaient être des moments magnifiques qui faisaient voir le monde différemment, c’est cela qu’on demande… quand on est jeune.
Avec Claude Durand ils nous ont mis un peu ensemble pour faire des comptes rendus de bouquins dans Sociologie du travail. C’était bien car cela t’obligeait à lire. Tu commandais les bouquins que tu voulais mais on n’avait pas notre place dans la politique de Sociologie du travail. Sociologie du travail c’était assez ambitieux, c’est une revue qui est venue assainir un certain nombre de choses. À ce moment-là tu avais surtout, s’agissant de sociologie du travail, des écrits complètement idéologiques et dans lesquels tu « apprenais » que le capitaliste exploitait le populo. Il n’y avait pas d’exigence méthodologique, pas vraiment de recherche. Or l’idée majeure de Sociologie du travail, était de donner accès à des recherches sérieuses dans lesquelles on ne nous dirait pas « les ouvriers on les exploite » mais dans lesquelles il y aurait des connaissances concrètes pour avancer. On était issu d’une vie intellectuelle dans laquelle on ne savait pas ce que c’était la sociologie : comme formation sociologique j’ai suivi les cours de Gurvitch, le cafouillage, le pauvre ! Quand il parlait, en plus il était russe, il mâchouillait les mots, c’était épouvantable… Et je me souviens des premiers textes de Merton sur la bureaucratie ; je trouvais cela formidable, je sentais qu’il y avait quelque chose qui commençait à se créer [...]. Personne ne lisait Merton, bien sûr.

Les Archives nationales comprennent des documents solennels dont le ton contraste avec les témoignages oraux humoristiques. Ici la lettre en date du 31 octobre 1954, adressée par Yves Delamotte au Recteur de l’université de Paris, proposant la candidature de Bernard Mottez.
Il est fait référence à Georges Davy (alors doyen de la faculté de Paris et responsable de l’ISST) comme gage de sérieux du candidat. Il est également fait allusion aux « conditions de vie auxquelles il sera soumis » pour justifier l’ajout d’une indemnité mensuelle de 10 000 francs [

sources : Archives nationales versement 20010498/194, atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].

Une trace d’enquête : le cahier des « Gaston »

12Bernard Mottez nous a communiqué son cahier d’enquêteur tenu à « quatre mains » avec son comparse Jacques Dofny. Comme tout journal de terrain – tenu ici comme dans la grande tradition ethnographique – ce document précieux en dit long sur l’atmosphère et les conditions concrètes du travail de terrain.

13Ce cahier d’écolier ouvre sur le titre : « Journal de l’enquête de Mont-Saint-Martin, par Gaston et Gaston ». Commencé en janvier 1955 le journal se termine en mai 1955, lorsque les enquêteurs quittent définitivement l’usine. Des données de différente nature y sont consignées : dates de rendez-vous, extraits d’entretiens ou de brefs dialogues avec certains membres de la direction ou des ouvriers, détails de ce qui a été fait dans la journée (analyse de poste, visite d’atelier, rencontre avec cadres, syndicalistes, ouvriers…), descriptions techniques, récits des formes de justification avancées par les ouvriers qui se défaussent ; consignes des Leiter sur l’échantillon à élaborer, les ouvriers à interviewer. Des coupures de presse concernant l’usine viennent enrichir le cahier. Celui-ci comprend aussi des notes d’humeur sur le « moral », la fatigue, les déceptions (en particulier lorsque les enquêteurs se heurtent à des refus), plus rarement les joies et les plaisirs : joie d’avoir fait un « bon » entretien, plaisir de partager une bonne bouteille à la fin d’un entretien. Les pages écrites à la plume, contiennent dans leurs marges ou en bas des photos (d’actrices) accompagnées de légendes de potaches. Des extraits de publicités renvoyant aux activités ou aux états d’âme des « enquêteurs » ponctuent le texte.

  • 19 Le premier lingot a été produit le 25 mars 1955.
  • 20 Le terme est employé par les enquêteurs eux-mêmes. Le langage et les formes de communicati (...)

14Si la réalisation de l’enquête de terrain proprement dite (prises de rendez-vous, entretiens exploratoires et études de poste, passation du questionnaire) a été assurée par Bernard Mottez et Jacques Dofny qui ont passé de longs mois à arpenter les ateliers de l’ancienne (mais aussi de la nouvelle) tôlerie de Mont-Saint-Martin19, le rôle de ceux qui sont désignés comme les Leiter par les enquêteurs n’est pas anodin. Ceux-ci sont intervenus aux moments décisifs de l’enquête et sont venus à plusieurs reprises à Mont-Saint-Martin superviser « l’opération20 ». Conception d’un questionnaire (de 43 questions), négociation avec la direction pour obtenir l’accord sur le questionnaire, relais auprès du comité scientifique, fixation de consignes relatives à certains « protocoles d’enquête » (comme l’exigence, fixée par Alain Touraine, d’obtenir « trois refus définitifs avant de rechercher un remplaçant »), et même rédaction du courrier officiel explicitant précisément l’enquête afin de limiter les refus d’interview. Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud prenaient bien en charge l’orientation scientifique et méthodologique de l’enquête. En revanche leur échappait la gestion financière et administrative de la recherche (paiement des salaires, remboursement des frais des enquêteurs) assurée quant à elle par Yves Delamotte. À ce dernier incombait non seulement l’intendance mais aussi la remontée des résultats au ministère du Travail auprès d’Olga Raffalovitch. Qu’en était-il de la relation avec l’une des « têtes » de cette organisation collective, à savoir Georges Friedmann ? Les archives ne renseignent pas ce point. L’organisation du travail sociologique apparaît a priori agencée selon un ordonnancement hiérarchique bien huilé.

Dans leur cahier, les « Gaston » tournent en dérision la référence au « progrès technique ». [

Dans leur cahier, les « Gaston » tournent en dérision la référence au « progrès technique ». [

Source : archives privées Bernard Mottez].

Une autre trace de l’enquête : le courrier d’un dirigeant « conquis » par la recherche sociologique. Le courrier adressé ici, en 1958, par le directeur général adjoint de Lorraine-Escaut à Yves Delamotte met en évidence la « découverte » et l’intérêt porté par un dirigeant d’entreprise – ici en fin de carrière – aux recherches en sciences sociales. [

Sources : Archives nationales versement 20010498/195, atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].

15Par ailleurs il serait faux de ramener le rôle des enquêteurs, Bernard Mottez et Jacques Dofny, à celui de simples exécutants appliquant des consignes prescrites d’en haut. Le carnet met en évidence l’importance des incertitudes et l’adaptation aux circonstances du terrain, par essais/erreurs.

  • 21 Pour reprendre la formule d’Henri Mendras, relevant les deux qualités, selon lui, du socio (...)

16Ce document dévoile aussi l’extraordinaire richesse d’un matériau d’enquête à caractère ethnographique dont seule une part infime a été utilisée et rendue publique. Heureusement, les Gaston n’avaient pas « l’œil froid et le cœur sec21 ». La nature de ce qui n’a pas été intégré dans les documents publiés permet indirectement de repérer les interrogations et les thématiques retenues par la sociologie du travail des années d’après guerre. Tout un pan du travail de terrain reste inéluctablement invisible : les entretiens biographiques, les débats syndicaux internes, l’activité elle-même, l’histoire sociale de l’entreprise, certains détails des savoir faire empiriques et des formes d’apprentissage, les pratiques managériales du quotidien… On devine aussi un autre monde du travail, autrement plus complexe et plus vivant, mais que vient lisser quelque peu la mise en forme du texte sociologique selon les conventions d’alors.

17Le ton familier du récit de Mottez sur l’enquête de Mont-Saint-Martin, agrémenté de son cahier de terrain, détonne ; il n’en paraît que plus délicieusement décalé et instructif. On y apprend – « vécu » oblige – tout ce que la « commande » ne couvrait pas et que les futurs articles publiés dans la revue ne couvriront pas plus. Les propos de l’entretien de Bernard Mottez, sont aussi ceux de l’apprenti d’alors. Ils témoignent d’une distance par rapport aux propos de ses aînés et des espoirs immenses que ces derniers nourrissaient à l’égard de cette sociologie rigoureuse, objective et scientifique qu’ils appellent de leurs vœux. Mottez, lui, le nez dans le terrain, justement, aurait préféré s’intéresser aux gens et aux pannes. Cinquante ans plus tard de tels sujets ont gagné leurs lettres de noblesse.

Les publications

18Mont-Saint-Martin a fait couler beaucoup d’encre. Présenter les différentes publications issues d’une telle enquête permet de prendre la mesure de la diffusion très large dont elle a bénéficié et de situer la revue par rapport à d’autres espaces éditoriaux. Cette enquête donne lieu, tout d’abord, à la publication d’une série de rapports (1954, 1955 , 1957).

Les rapports intermédiaires de l’enquête de Mont-Saint Martin
Mottez Bernard, sous la direction de J-D Reynaud et A. Touraine, Rapport préliminaire sur l’enquête : attitude des travailleurs de la sidérurgie à l’égard des transformations techniques, ISST, décembre 1954.
Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, en collaboration avec Jacques Dofny et Bernard Mottez, Attitudes des ouvriers de l’industrie sidérurgique à l’égard des changements techniques, Rapport sur la première année d’étude, juin 1955.
Dofny Jacques, Durand Claude, Reynaud Jean Daniel, Touraine Alain, Attitude des ouvriers de la sidérurgie à l’égard des changements techniques, Paris, Université de Paris, Institut des Sciences Sociales du Travail, 1957, 289 p.

  • 22 Sur les liens entre le Traité de sociologie du travail et la revue voir un peu plus loin d (...)

19Le rapport de synthèse de 1957 fut largement diffusé dans la communauté des sociologues du travail. Il est cité à plusieurs reprises dans différents chapitres du Traité de Sociologie du travail22 :

Les citations de l’enquête de Mont-Saint-Martin dans le Traité de sociologie du travail
Le rapport est retenu dans la bibliographie générale « BG » c’est-à-dire parmi la dizaine d’ouvrages cités par plusieurs auteurs.
Il est cité :
- Par Georges Friedmann dans le Chapitre 2 du tome I « Sociologie du travail et Sciences sociales » à propos de la découverte par le sociologue du travail de la « copénétration du présent et du passé » (p. 70) et à propos de l’évaluation par les ouvriers de leur « conditions de vie » (p. 88) ;
- Par Robert Pagès dans le Chapitre 3 du tome I « Sociologie du travail et sciences de l’homme », à propos « du problème de l’adaptation de l’outillage à l’homme » (p. 109) ;
- Par Alain Touraine dans le Chapitre 11 sur « Le progrès technique, l’évolution du travail et l’organisation de l’entreprise », à propos de la phase A : « l’ouvrier se trouve à la fois plus isolé que les autres qu’auparavant et plus étroitement relié aux autres. L’équipe, pour reprendre l’expression de C. Durand, est remplacée par le réseau (Dofny et al. 1957 p. 36-37) » (p. 402).
- Jacqueline Frisch-Gauthier évoque aussi l’étude dans le Chapitre 12 consacré à la « la motivation au travail » (t. II du Traité).

  • 23 Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, « Les ouvriers de la sidérurgie et le progrès techn (...)
  • 24 Reynaud Jean-Daniel, Cours de psychologie industrielle, Paris, FNSP, 1956.
  • 25 Reynaud Jean-Daniel, Sociologie industrielle, Institut d’Études Politiques de Paris, Amica (...)

20Les résultats de l’enquête furent également présentés dans le cadre d’une communication conjointe publiée par Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine dans les actes du IIIe Congrès mondial de sociologie en 195623, et vinrent nourrir le cours de « psychosociologie industrielle » que professa Jean-Daniel Reynaud à la promotion « France Afrique » des élèves de l’ENA à l’IEP24 où, pour la circonstance, Mont-Saint-Martin fut rebaptisé « Pont-Saint-Bernard ». Quelques années plus tard, on retrouve toujours une série de références aux transformations du métier de lamineur dans le cours de « sociologie industrielle », professé au milieu des années 1960 aux élèves de l’IEP de Paris25.

  • 26 Durand Claude, « L’évolution du travail dans les laminoirs », in Revue française du travai (...)

21C’est finalement Claude Durand, enquêteur sur la « seconde enquête » de Mont-Saint-Martin, qui signe à la fois dans la revue du ministère du Travail (La revue française du travail) un bref article sur « L’évolution du travail dans les laminoirs26 » et dans le premier numéro de Sociologie du travail, un article sur « La rémunération au rendement et motivations ouvrières » (1/1959). L’article qui s’appuie sur les données de la première phase d’enquête, menée par Jacques Dofny et Bernard Mottez, est résumé en ces termes dans la revue :

La comparaison des attitudes ouvrières dans trois laminoirs à des stades très différents de modernisation permet d’analyser l’influence psychologique réelle du stimulant salarial et ainsi de mieux comprendre certaines des raisons pratiques du « freinage » (Résumé de l’article de Claude Durand, 1/1959, p. 46).

  • 27 Chapitre 1 : Le problème et l’étude ; chapitre 2 : Le changement technique ; chapitre 3 : (...)
  • 28 Sur le caractère faiblement analytique des recherches de l’ISST voir la présentation qui e (...)

22Il faudra toutefois attendre 1966 – l’année même où l’absorption de Lorraine-Escaut par Usinor annonce une période de restructurations douloureuses – pour que les résultats de cette recherche soient publiés dans leur intégralité sous la forme d’un livre qui inaugura, chez Armand Colin, la collection consacrée aux travaux de l’ISST que dirigea Yves Delamotte. Fidèle aux canons de la scientificité qui inspirent le renouveau de la sociologie empirique de l’époque, le contenu de l’ouvrage, découpé en douze chapitres27, est essentiellement descriptif28 : description technique et graphique des différents processus de production (avant et après le changement technique), présentation de nombreux tableaux statistiques sur la répartition des effectifs, la distribution des qualifications, les rémunérations. Les résultats de l’enquête d’opinion sur les « attitudes » et le « progrès technique » mettent en avant une double tendance que résume ainsi Alain Touraine :

  • 29 Touraine Alain, op. cit., p. 242.
  • 30 Ibid., p. 249.

Ce changement, peu redouté, jugé nécessaire, entraîne une fois réalisé des attitudes généralement plus optimistes… les résultats présentés laissent la nette impression d’un « dégel ». Les ouvriers sidérurgistes se battent moins le dos au mur, ils se sentent portés par le progrès technique et économique [...] (Alain Touraine)29.
Le jugement porté sur les conséquences du changement est favorable, mais il s’inscrit sur un fond de pessimisme presque inchangé [...]. Le pessimisme général reste dominant. Tout se passe comme si la grande majorité de ces ouvriers se représentait l’évolution sociale sous la forme de deux courbes ; l’une, dont l’ascension se précipite est celle du progrès technique et économique ; l’autre, celle de la condition ouvrière, tend à s’abaisser continuellement [...] (Alain Touraine)30.

  • 31 Durand Claude, Chômage et violence : Longwy en lutte, Paris, Éditions Galilée, 1981.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 Claude Durand avait interviewé trois groupes d’ouvriers, les « sidérurgistes menacés » fut (...)

23En 1966, Lorraine-Escaut est reprise par Usinor. Le 12 décembre 1978 les dirigeants d’Usinor et Sacillor-Sollac annoncent la suppression de vingt et un mille emplois dont 6 500 à Longwy31. En août 1979 l’annonce de la fermeture de l’usine de la Chiers (à coté de Mont-Saint-Martin) déclenche un important conflit social. À l’usine de Mont-Saint-Martin seule subsiste la tôlerie forte, celle-là même qui avait été le symbole de la modernisation industrielle vingt ans plus tôt. « Les haut fourneaux, les aciéries, les anciens trains32 » ont déjà disparu. Claude Durand retourne à Longwy (mars-mai 1979) et c’est de chômage et de violence dont il est question. L’objet de la recherche se déplace, mais l’enquête sociologique et ses conventions d’écriture ont aussi changé de nature. Peu de tableaux statistiques, nombreux extraits d’entretiens : l’ouvrage issu de cette recherche n’a plus le même format que celui de 196633. Ce constat est valable pour l’article publié dans Sociologie du travail en 1980 intitulé « Les ouvriers et le progrès technique. Mont-Saint-Martin vingt ans après ». Pourtant l’auteur fait le lien avec l’enquête pionnière. Les ouvriers de Mont-Saint-Martin qui ne sont pas encore chômeurs mais qui risquent de le devenir à brève échéance sont interrogés34. Pour eux, quatre années de sursis sont annoncées. Et c’est en ces termes que s’achève l’article de Claude Durand publié en 1980 dans Sociologie du travail :

  • 35 Sur Claude Durand, son itinéraire et sa contribution à la sociologie du travail, voir Pill (...)

La nécessaire liaison, attendue il y a vingt ans, entre progrès technique et progrès social est attaquée sur deux fronts : la résurgence du chômage renverse le bilan favorable du changement technologique, d’autre part, l’utopie du progrès technique est ébranlée par la perception des incohérences de la société de consommation. Cette réplique d’une enquête conduite auprès du même groupe ouvrier, à vingt ans d’intervalle, démontre un déplacement des centres d’intérêt. Les problèmes du développement ne se posent plus en termes de répartition des bénéfices de la croissance. La remise en cause de la rationalité du développement et du progrès technique par la classe ouvrière confirme le passage d’une société où les valeurs de développement étaient communes au capitalisme et au mouvement ouvrier et où le conflit portait sur leur gestion et leur contrôle, à une société critique où le débat est ouvert sur la portée et la nature du développement économique et technologique (Claude Durand, 1/1980, p. 21)35.

Premier rapport de recherche (dactylographié) de Bernard Mottez, décembre 1954. Bernard Mottez avait commencé seul l’enquête avant d’être rejoint par son comparse Jacques Dofny en 1955. [

Premier rapport de recherche (dactylographié) de Bernard Mottez, décembre 1954. Bernard Mottez avait commencé seul l’enquête avant d’être rejoint par son comparse Jacques Dofny en 1955. [

Sources : archives privées Bernard Mottez].

Couverture de l’ouvrage où furent publiés en 1966 les résultats de la recherche conduite à Mont-Saint-Martin, chez Armand Colin, dans la collection « Sciences sociales du travail » dirigée par Yves Delamotte.

Soulignons que le nom de Bernard Mottez n’apparaît pas comme coauteur. Bernard Mottez était parti en 1956 pour son service militaire au Maroc et en Algérie et n’avait pas pu contribuer au travail de finalisation de la recherche. Yves Delamotte toutefois rappelle dans son avant propos à l’ouvrage l’importance de sa contribution : « Bernard Mottez fut empêché par ses obligations militaires de participer à la rédaction du rapport de 1957 et par un malheureux paradoxe se trouve ainsi absent d’un ouvrage qui doit tant à son travail. »

Cet exemplaire de Bernard Mottez, lui est dédicacé par Claude Durand, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine : « À Mottez, ce qui lui rappellera des souvenirs encore brûlants. » [Archives privées Bernard Mottez].

Notes

1 Une partie des analyses et des documents rassemblés dans ce chapitre est le fruit d’une recherche menée en collaboration avec François Vatin, avec qui Gwenaële Rot a réalisé une série d’entretiens avec Bernard Mottez le 17 juin 2002 et le 17 novembre 2004.

2 Touraine Alain, L’Évolution du travail ouvrier aux usines Renault, op. cit ; Isambert-Jamati Vivianne, L’Industrie horlogère dans la région de Besançon, op. cit ; Verry Maurice, Les Laminoirs ardennais. Déclin d’une aristocratie professionnelle, op. cit. Ces enquêtes, dont les résultats ont été publiés en 1955 ont été entreprises à la fin des années 1940 et au tout début des années 1950.

3 Jacques Dofny avait réalisé une étude sur l’industrie de la chaussure à Romans. Cette recherche n’a pas été publiée mais c’est suite à cette expérience d’enquête que ce chercheur a été « recruté » par Georges Friedmann pour travailler sur Mont-Saint-Martin.

4 Puis par le Commissariat général à la productivité qui recevait les subsides du plan Marshall. Sur cette manne financière et son utilisation dans le cadre de l’ISST pour d’autres enquêtes, nous renvoyons au témoignage de Michel Crozier dans Ma belle époque, op. cit., p. 106. En février 1959, cet organisme fut supprimé et ses compétences ont été attribuées au Commissariat Général au Plan d’Équipement et de la productivité.

5 Travailleurs de l’acier et progrès technique - Rapport comparatif sur six enquêtes nationales. Projet AEP n° 164. Version industrielle n° 2, juin 1959, Paris, OECE.

6 Mottez Bernard, Rapport préliminaire sur l’enquête : attitude des travailleurs de la sidérurgie à l’égard des transformations techniques, ISST, décembre 1954.

7 Ibid.

8 C’est ainsi qu’est présentée l’usine dans le rapport de synthèse de 1957.

9 Reynaud Jean-Daniel, « Chapitre 1, le problème et l’étude », in Les Ouvriers et le progrès technique. Étude de cas : un nouveau laminoir, Dofny Jacques, Durand Claude, Reynaud Jean-Daniel, Touraine Alain (dir.), Paris, Armand Colin, « Sciences sociales du travail », Enquêtes et Études du Centre de Recherche de l’Institut des sciences sociales du travail, 1966, p. 9.

10 Touraine Alain, « Conclusion », in Les Ouvriers et le progrès technique. Étude de cas : un nouveau laminoir, op. cit., p. 252.

11 Reynaud Jean-Daniel, op. cit., p. 9

12 Touraine Alain, op. cit., p. 242.

13 Entretien réalisé par Gwenaële Rot et François Vatin le 17 novembre 2004. Pour une présentation détaillée du rôle des « Gaston » et l’analyse de leur cahier d’enquête voir Rot Gwenaële et Vatin François, « L’enquête des Gaston ou les sociologues au travail – Jacques Dofny et Bernard Mottez à la tôlerie de Mont-Saint-Martin en 1955 », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 175, 2008, p. 62-81.

14 Chef d’équipe en allemand.

15 Düll Klaus, « Un regard Allemand », in Le Travail et sa sociologie. Essais critiques, Durand Claude (dir.), Paris, L’Harmattan, 1985, p. 273-283.

16 Paradigme qui, après 1968, fait place à une perspective où la technique est considérée comme un instrument de domination sociale. Maurice Marc, « Le déterminisme technologique dans la sociologie du travail (1955-1980). Un changement de paradigme ? », in Sociologie du travail, 1/1980, p. 22-37.

17 Entretien à son domicile avec Anni Borzeix et Gwenaële Rot le 11 juin 2008.

18 Entretien à son domicile avec Gwenaële Rot le 4 novembre 2004.

19 Le premier lingot a été produit le 25 mars 1955.

20 Le terme est employé par les enquêteurs eux-mêmes. Le langage et les formes de communication rappelaient des modalités d’échange clandestines.

21 Pour reprendre la formule d’Henri Mendras, relevant les deux qualités, selon lui, du sociologue professionnel. Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souvenir d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p. 83.

22 Sur les liens entre le Traité de sociologie du travail et la revue voir un peu plus loin dans cet ouvrage.

23 Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, « Les ouvriers de la sidérurgie et le progrès technique », in Actes du IIIe Congrès mondial de sociologie, II, 1956, p. 97-100.

24 Reynaud Jean-Daniel, Cours de psychologie industrielle, Paris, FNSP, 1956.

25 Reynaud Jean-Daniel, Sociologie industrielle, Institut d’Études Politiques de Paris, Amicale des élèves, fascicule I, 1964-1965, p. 20-21, 33, 173.

26 Durand Claude, « L’évolution du travail dans les laminoirs », in Revue française du travail, n° 1, janvier mars 1959, p. 3-19.

27 Chapitre 1 : Le problème et l’étude ; chapitre 2 : Le changement technique ; chapitre 3 : Organisation et relations de travail, chapitre 4 : Les problèmes de main d’œuvre ; chapitre 5 : Les conditions de travail ; chapitre 6 : Les exigences professionnelles ; chapitre 7 : L’évolution professionnelle ; chapitre 8 : Les salaires ; chapitre 9 : Les horaires et les différences de salaires ; chapitre 10 : L’appréciation globale du changement ; chapitre 11 : Le progrès technique et le salaire ; chapitre 12 : Le progrès technique et le niveau de vie ; chapitre 13 : Les perspectives d’avenir.

28 Sur le caractère faiblement analytique des recherches de l’ISST voir la présentation qui en est faite en 1964 par la Revue française du travail : « Les travaux, d’où ces articles tirent leur substance marquent la volonté des chercheurs de décrire avec méthode les faits et les comportements, avant d’essayer de les interpréter. Ils s’inscrivent dans ce renouveau de la recherche empirique qui caractérise la sociologie française d’aujourd’hui et concrétisent la vocation d’un centre universitaire dont l’ambition est de faire œuvre scientifique », in Revue française du travail, novembre-décembre 1964, paragraphe introductif, p. 3 - n° spécial consacré aux études du Centre de Recherches de l’ISST.

29 Touraine Alain, op. cit., p. 242.

30 Ibid., p. 249.

31 Durand Claude, Chômage et violence : Longwy en lutte, Paris, Éditions Galilée, 1981.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Claude Durand avait interviewé trois groupes d’ouvriers, les « sidérurgistes menacés » futurs chômeurs, les « stables » (groupe d’ouvrier de Mont-Saint-Martin non encore chômeurs et qui avaient 3 à 4 ans de répit) et un groupe de chômeurs.

35 Sur Claude Durand, son itinéraire et sa contribution à la sociologie du travail, voir Pillon Thierry (dir.), Sociologie empirique, sociologie critique. Autour de Claude Durand, Toulouse, Octarès, 2007.

Table des illustrations

Légende Les Archives nationales comprennent des documents solennels dont le ton contraste avec les témoignages oraux humoristiques. Ici la lettre en date du 31 octobre 1954, adressée par Yves Delamotte au Recteur de l’université de Paris, proposant la candidature de Bernard Mottez.Il est fait référence à Georges Davy (alors doyen de la faculté de Paris et responsable de l’ISST) comme gage de sérieux du candidat. Il est également fait allusion aux « conditions de vie auxquelles il sera soumis » pour justifier l’ajout d’une indemnité mensuelle de 10 000 francs [
Crédits sources : Archives nationales versement 20010498/194, atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Dans leur cahier, les « Gaston » tournent en dérision la référence au « progrès technique ». [
Crédits Source : archives privées Bernard Mottez].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Une autre trace de l’enquête : le courrier d’un dirigeant « conquis » par la recherche sociologique. Le courrier adressé ici, en 1958, par le directeur général adjoint de Lorraine-Escaut à Yves Delamotte met en évidence la « découverte » et l’intérêt porté par un dirigeant d’entreprise – ici en fin de carrière – aux recherches en sciences sociales. [
Crédits Sources : Archives nationales versement 20010498/195, atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5091/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Premier rapport de recherche (dactylographié) de Bernard Mottez, décembre 1954. Bernard Mottez avait commencé seul l’enquête avant d’être rejoint par son comparse Jacques Dofny en 1955. [
Crédits Sources : archives privées Bernard Mottez].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5091/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5091/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search