Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Deuxième partie. Quand parlent les archives

À la recherche d’un éditeur

Texte intégral

  • 1 Chenu Alain, « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après guerre », in (...)

Si au début des années 1960, la création d’une série de revues est bien identifiée comme un marqueur de la (re)naissance de la sociologie et plus généralement des sciences humaines et sociales1, on sait peu de choses sur leur inscription ou leurs attaches institutionnelles. Pour ce qui est de Sociologie du travail, deux ancrages importants méritent d’être rappelés : l’Institut des sciences sociales du travail (ISST) et les Éditions du Seuil.

1Dans les entretiens, que nous dit-on ? Que Friedmann a donné sa « bénédiction » au projet (Tréanton, Reynaud), que Michel Crozier a probablement été le « poisson pilote » pour le Seuil compte tenu de ses relations – via le Club Jean Moulin – avec Jean Bardet et Paul Flamand alors responsables de la maison d’édition (Tréanton, Crozier). Enfin, que l’ISST a été un lieu où ont été réalisées des enquêtes (Tréanton) dont les résultats ne demandaient qu’à être publiés (Crozier). Leur récit, un demi-siècle plus tard, se place sur le registre de l’évidence comme le suggère d’ailleurs Michel Crozier dans son entretien : « […] je connaissais les gens [au Seuil] et je leur ai parlé. L’idée leur plaisait, elle allait un peu de soi [...] les revues étaient une forme d’expression française qui avait connu des hauts et des bas et qui reprenait tout à coup dans les sciences sociales. Donc : on est jeune, on fonde une revue. C’était l’expression d’une génération ».

2Revenons sur cette évidence. Que révèlent les archives consultées ? Que deux espaces institutionnels a priori dissociés, à savoir l’ISST et le Seuil, vont se retrouver, à un moment donné, engagés dans un projet commun. Car si des enquêtes étaient prêtes à être publiées, la création de la revue relève d’un processus moins spontané dans lequel deux autres acteurs jouent un rôle important, au moins comme passeurs : Yves Delamotte et Georges Friedmann, qui portent le projet de création de la revue au sein même de l’ISST. Du coté éditorial les archives confirment le rôle actif de Michel Crozier auprès de cet éditeur engagé qu’était la maison du Seuil.

Des travaux, une revue : quand naît le projet à l’ISST

  • 2 Il n’est pas pour autant tombé dans l’oubli. Alain Drouard y fait référence dans l’une des première (...)
  • 3 Dossiers des Archives nationales, n° 20001498, articles 194 et 195 (versement du rectorat de Paris)
  • 4 Tanguy Lucie, « Retour sur l’histoire de la sociologie du travail en France : place et rôle de l’In (...)

3L’histoire de la refondation de la sociologie met l’accent sur la concentration des institutions autour de deux structures principales : le Centre d’études sociologiques et la VIe section à l’École pratique des hautes études. Le rôle de l’Institut des sciences sociales du travail, passe souvent en arrière-plan2. Or les archives3 indiquent que l’ISST, grâce à certains acteurs clés, a joué un rôle non négligeable non seulement dans la création de la revue mais au-delà, dans la professionnalisation de la discipline. Il est donc opportun, comme l’a proposé Lucie Tanguy4, d’examiner de plus près la place qu’occupe une telle institution à travers l’action de ceux qui l’ont animée. Nous le ferons en remontant aux sources de la genèse de Sociologie du travail.

  • 5 Pour une présentation institutionnelle détaillée, voir le numéro 10-12, 1952 de la Revue française (...)
  • 6 Dénomination couvrant des domaines comme « la sociologie industrielle, l’économie du travail, la ps (...)
  • 7 Archives nationales versement n° 20001498.

4C’est en 1951 que l’Université de Paris et le ministère du Travail s’associent pour créer l’Institut des sciences sociales du travail5. Cet institut a pour mission de « promouvoir et d’organiser des études et des recherches portant sur l’aspect humain des problèmes du travail et de dispenser un enseignement portant sur ces problèmes ». On y prépare notamment au Brevet supérieur du travail et au Diplôme de conseiller du travail. C’est en 1954, à l’occasion du lancement de la première enquête, que la section consacrée à la « recherche sociale6 » devient véritablement opérationnelle. En 1958, à la veille de la création de la revue, le comité de direction de l’ISST comprend Jean Stoetzel, directeur des Recherches, le juriste Paul Durand, directeur de l’Enseignement, le Directeur général de la main d’œuvre au ministère du Travail et le directeur général de la Sécurité Sociale au ministère du Travail, le Secrétariat général étant assuré par l’énarque Yves Delamotte7. La même année les finalités du programme de recherche à l’ISST sont présentées dans une note interne de la manière suivante :

  • 8 Notice dactylographiée, L’Institut des sciences sociales du travail, 5 p. 1958. Archives Nationales (...)

Ainsi se constituera peu à peu une masse d’analyses nées d’une observation scientifique élaborée de la vie sociale, auxquelles l’enseignement sur les problèmes du travail humain pourra librement puiser.
Cet objectif pédagogique va de pair avec une préoccupation plus générale : c’est que de toutes ces études et recherches (dont l’ISST s’efforce d’assurer la plus grande diffusion, notamment en organisant des colloques, des journées d’études ou des séances de travail) naissent le désir et l’habitude d’aborder et d’étudier de façon rationnelle et scientifique les problèmes humains du travail. Cette « approche » positive est parfois contrariée par le jeu des sentiments et des intérêts. Sans croire un seul instant qu’elle équivaut à une sorte de panacée sociale susceptible de faire disparaître tout conflit, on peut cependant estimer que des chefs d’entreprises, des syndicalistes, des cadres et des administrateurs… pourront trouver dans une connaissance plus rationnelle et moins empirique de ces problèmes un moyen d’exercer leurs responsabilités avec une efficacité accrue8.

  • 9 Pour une présentation détaillée de son parcours voir Tanguy Lucie, op. cit., p. 732.

5Au sein de cet organisme dont on perçoit bien ici les ambitions : rendre possible l’émergence de connaissances en sciences sociales, objectivables, légitimes et donc susceptibles de guider l’action, un homme va exercer un rôle considérable de pilotage de la recherche : Yves Delamotte9. C’est lui qui va impulser – en collaboration avec Georges Friedmann – et gérer administrativement les grandes enquêtes collectives de sociologie, dont la première fut celle de Mont-Saint-Martin, dirigée par Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine et réalisée par Bernard Mottez et Jacques Dofny, puis Claude Durand, autant de noms que l’on retrouvera dans les colonnes de la revue. C’est lui aussi qui va œuvrer pour la création d’une nouvelle revue de sociologie du travail.

  • 10 Arrêté du 7 juillet 1959. Archives nationales, versement n° 20001498.

6Georges Friedmann, dès la création de la section enseignement de l’ISST, fait partie du Conseil d’administration en tant que « personnalité qualifiée pour ses travaux en matière de sociologie du travail et désignée par la faculté de lettre et la faculté de droit ». À ce titre il participe à la conception des programmes pédagogiques auxquels il associe, très tôt (en 1953) Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et Jean-René Tréanton. Le nom de Michel Crozier apparaît en 1956 dans ces programmes. Figurent aussi parmi les intervenants que l’on retrouvera dans les colonnes de la revue : Paul Durand (Droit du travail), Paul Paillat (les conditions de la vie ouvrière, logement) ; Guy Lajoinie, Jacques Lobstein (organisation sociale et administration de l’entreprise), Roger Daval, Jean-Marie Faverge (statistique), Raymond Vatier, Jacques Dofny (les organisations patronales et syndicales)10.

Programme de cours de l’année1953-1954. [

Programme de cours de l’année1953-1954. [

Sources : Archives nationales 20010498 art. 194. Atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].

  • 11 Cette question de légitimité n’est pas anodine. Il y sera fait référence dans certaines corresponda (...)

L’équipe qui va diriger la revue est déjà constituée, de fait, plusieurs années avant sa parution. Dans le compte rendu de la réunion du Conseil d’administration du 6 novembre 1956 il est indiqué qu’il serait fait appel à Alain Touraine pour le séminaire sur « Sociologie du travail et évolution du travail ouvrier » et à Jean-Daniel Reynaud pour celui de « Psychologie sociale appliquée à l’entreprise ». Georges Friedmann rajoute que Jean-Daniel Reynaud partant au Chili en mars 1957, il importe de solliciter également Michel Crozier. En 1959, l’année de création de la revue, Alain Touraine et Jean-René Tréanton sont mentionnés comme chargés de cours de « psychosociologie industrielle ». Ces précisions nous semblent importantes : dès lors qu’il est établi que la création de la revue s’inscrit, à l’origine, dans le cadre d’un projet de valorisation des travaux de l’ISST, on peut faire l’hypothèse que le choix du comité de rédaction s’est fait aussi au regard du lien qui unissait préalablement ses membres à l’ISST… via Georges Friedmann. Le jeune quatuor est bien composé des chercheurs les plus proches de Georges Friedmann et les plus actifs dans les programmes d’enseignement et de recherche de cette institution. S’ils ont été acceptés par les instances de direction de l’ISST, c’est qu’ils pouvaient aussi se prévaloir de cette légitimité institutionnelle11.

7L’idée de créer une nouvelle revue est en germe dès 1957. C’est dans le cadre d’une réunion du Conseil d’administration de cette institution que l’on en trouve la trace. Il apparaît qu’Yves Delamotte et Georges Friedmann, membres du Conseil, ont bien été les artisans d’une telle initiative. Probablement l’ont-ils été parce qu’ils savaient qui, parmi les jeunes collaborateurs de l’ISST, pourrait porter ce projet. Il est même possible que ces derniers leur en aient soufflé l’idée…

  • 12 Compte rendu de la réunion du Conseil d’administration de l’ISST, 8 novembre 1956, Archives nationa (...)

8Toutefois, plusieurs étapes ont été nécessaires pour que cette décision soit suivie d’effet. Dès 1956, lors d’un Conseil d’administration, le problème de la diffusion des travaux de l’ISST est signalé par Yves Delamotte, mais il n’est pour l’instant question que de « brochures », d’organisation de colloques et de journées d’études susceptibles de « susciter à partir des travaux de l’ISST des discussions constructives entre universitaires et représentants de l’industrie ou des syndicats12 ». Cinq mois plus tard, lors d’une nouvelle réunion du Conseil d’administration du 5 avril 1957, Yves Delamotte – toujours lui – soumet deux projets dont l’un concerne directement la création d’une revue.

  • 13 M. Lhomme était professeur de droit, représentant universitaire au Conseil d’administration.
  • 14 Archives nationales versement 20010498/194.

Extrait du compte rendu de la réunion du Conseil d’administration de l’ISST, 5 avril 1957.
M. Delamotte rappelle que les recherches qui débutent actuellement impliquent des actions de grande envergure (Sécurité sociale : 5 000 interviews prévues – Merlin Gerin : 1 000 interviews) et qu’il convient de ne pas lancer, dans les mois qui viennent, trop de nouvelles actions dont l’ensemble finirait par constituer une charge disproportionnée aux moyens de l’institut. Cependant il propose dans l’immédiat deux projets :
1. Le premier vise une recherche sur « les loisirs ouvriers » qui serait confiée à M. Dumazedier qui, depuis longtemps, s’est spécialisé dans l’étude de ces questions. La dépense globale serait de un million de francs.
2. L’autre projet vise une publication régulière de l’Institut sur les problèmes de sociologie du travail
Une discussion s’engage sur ces divers projets.
M. Friedmann rappelle que M. Dumazedier a lancé son étude dans le cadre du Centre d’Etudes Sociologique et qu’il travaille depuis plusieurs années sur ces problèmes. En accord avec M. Vignaux, il suggère que les travaux publiés sur cette recherche fassent apparaître le double parrainage du CNRS et de l’Institut.
Le principe de la recherche est décidé par le Conseil.
En ce qui concerne la publication, et après que M. Lhomme13 ait souligné les exigences d’une telle entreprise, il est convenu d’attendre pour prendre une décision, que les problèmes de structure de l’Institut aient reçu une solution satisfaisante14.

Un mois plus tard le projet se précise :

  • 15 Archives nationales versement 20010498/194. Étaient présents : M. Le Doyen Hammel, M. Bedarida (rep (...)

Extrait du compte rendu de la réunion du Conseil d’administration de l’ISST, le 21 mai 1957.
Une discussion s’engage au sujet du titre III des dépenses de la Section « Recherche » ; il est remarqué tout d’abord que la recherche sur les « Loisirs », ayant été décidée par le Conseil lors de sa dernière séance, doit désormais être incluse dans le titre I des dépenses de la section « Recherches » (dépenses de personnel).
D’autre part, M. Le recteur demande que l’intitulé du titre III soit modifié car le Conseil n’a pas accepté le détail des projets envisagés et notamment le lancement d’une revue.
M. Friedmann croit utile de souligner à nouveau l’opportunité d’une revue et souhaite que ce projet se réalise à brève échéance.
M. Le Doyen Hamel pense que l’on pourrait citer ce projet de revue à titre d’exemple des projets pour lesquels une provision serait constituée.
Finalement le libellé du titre III devient :
« Provision pour projets à l’étude (création d’une revue, etc. 1 500 000 francs15 ».

  • 16 Pierre Laurent était le nouveau Directeur général du Travail et de la main d’œuvre. Voir supra.

Extrait du compte rendu de la réunion du Comité de direction du 27 février 1958.
Le problème de la diffusion des travaux de l’Institut est soulevé en fin de séance ; il est certain que les rapports ronéotés ne suffisent pas et qu’il faut désormais procéder à des publications ; déjà le rapport de M. Treanton sur les « Retraités de la région parisienne » pourrait être publié ; il en est de même de l’enquête menée dans la sidérurgie. Le Comité reconnaît la nécessité des publications mais estime qu’en ce domaine on ne peut prendre une décision systématique et que plusieurs formules sont pensables. M. Stoetzel indique notamment que les études paraissant dans telle ou telle revue et fondées sur une recherche de l’Institut pourraient être tirées à part et diffusées sous une couverture de l’Institut des Sciences Sociales du Travail. C’est la formule du « Bureau of Applied Research » de l’université de Columbia. M. Laurent16 rappelle également que la Revue française du travail pourra être utilisée. Pour régler le problème qui se pose dans l’immédiat, le Comité estime que le rapport sur les « Retraités de la région parisienne » pourrait être publié dans la collection du CNRS, sous la double étiquette du Centre d’Études Sociologiques et de l’Institut des Sciences Sociales du travail.

9En février 1958, les discussions se poursuivent mais le Comité de Direction ne tranche pas. C’est le problème plus général de la diffusion des travaux qui est, de nouveau, discuté.

10En réalité les choses s’accélèrent. En effet, le compte rendu de la réunion suivante, en date du 30 avril 1958, indique que des démarches ont été entreprises auprès des Éditions du Seuil, non seulement pour envisager la création d’une revue mais aussi, plus largement, pour assurer la publication des travaux. Le projet se précise.

  • 17 Archives nationales, op. cit.

Extrait du compte rendu de la réunion du Conseil d’administration du 30 avril 1958.
[…] Dans le cadre de la Section « Recherches » ont été évoqués successivement les points suivants :
1. Recherche « Préfecture » : M. Crozier a rencontré M. Chatenet qui, selon lui, a manifesté de l’intérêt pour la recherche sur les Préfectures ; M. Laurent réclamera à M. Chatenet la réponse à la lettre qu’il lui a adressée au sujet de cette recherche
2. Des contacts pris avec la maison d’édition « Le Seuil », il résulte que cette société serait prête à envisager le lancement d’une revue, ainsi que la publication de nos travaux. L’Institut devrait s’engager à assurer la moitié des frais de lancement (évalués par « Le Seuil » à 400 000,00 F), et à assurer, au départ 100 abonnements (qui pourraient servir en partie de monnaie d’échange à l’Institut pour ses abonnements). Comme la formule envisagée est de trois numéros par an et à un prix d’abonnement de 2000 F., le montant de l’engagement financier de l’Institut serait de l’ordre de 400 000 F. Une discussion s’engage au sein du Comité, qui ne préjuge en rien de la décision finale.
Les points suivants sont évoqués :
a) s’il était donné suite au projet, un accord devrait intervenir entre « Le Seuil » et l’Institut précisant notamment la portée de l’engagement financier de l’Institut ;
b) cet accord devrait faire apparaître les organes responsables de la revue (Comité de patronage, Comité de rédaction) ;
c) si les responsabilités de l’entreprise devaient être confiées à un directeur, il conviendrait que cette responsabilité s’exerce sous le contrôle de l’Institut.
M. Laurent déclare réserver intégralement la position du ministère du Travail sur ce sujet jusqu’à ce qu’il ait été mis en mesure de l’étudier par l’examen d’une note écrite précise. [… ]17

  • 18 La note complète se trouve en annexe n° 2.

11À la demande du représentant du ministère du Travail, Monsieur Laurent, une « note écrite précise », à destination du Comité de direction, a bien été rédigée. Ce document de 1958, non signé – mais très vraisemblablement de la plume d’Yves Delamotte – comporte le détail du projet dont on trouvera un extrait ci-dessous. Cette note montre qu’il s’en est fallu de peu pour que Sociologie du travail ne devienne la revue de l’ISST18.

D’ailleurs s’il existe un large public potentiel capable de s’intéresser à une revue scientifique dont les rédacteurs accepteraient d’écarter tout pédantisme et toute obscurité de technicien, on peut affirmer qu’il existe en contrepartie une volonté et même un besoin d’exprimer très grand de la part des chercheurs de l’Institut des Sciences Sociales du Travail, comme de la part des universitaires, membres du CNRS, organisateurs conseils, cadres de l’industrie ou syndicalistes qui travaillent sur ces problèmes. On ne trouve, à l’heure actuelle, aucune publication permettant de satisfaire pleinement ces besoins. Les revues scientifiques existant sont d’orientation beaucoup trop théoriques et les revues littéraires ne permettent pas la rigueur de ton indispensable à l’exposé d’un problème scientifique. Or il devient de plus en plus indispensable, si l’on veut créer autour des recherches menées par l’Institut ou par des organismes de même type le climat de compréhension qui est nécessaire à leur réussite, de disposer d’une revue périodique où puissent être présentés les problèmes que se posent les chercheurs, les résultats de leurs travaux et les réflexions qu’ils permettent.

Vers l’autonomie

  • 19 Cette association est propriétaire du titre, et assure ainsi l’indépendance éditoriale de la revue.

12Les archives consultées restent silencieuses sur les autres discussions, négociations, et probablement controverses, qui n’ont pas manqué de naître entre le moment où a été diffusée cette note de 1958 et celui de la signature du contrat avec les Éditions du Seuil en 1959, contrat qui définit noir sur blanc les termes de l’échange. Le contrat sera finalement signé entre Jean Bardet et Georges Friedmann qui représente « L’Association pour le développement de la sociologie du travail19 ».

  • 20 Sources : Archives des Éditions du Seuil, dossier Sociologie du travail, IMEC.

Un contrat d’édition signé par Georges Friedmann Contrat d’édition 931
Entre l’Association pour le développement de la sociologie du travail, représentée par Monsieur Georges Friedmann Président,
Ci-dessous dénommé l’Auteur
Et les Éditions du Seuil, Société anonyme au capital de 50 000 000 francs, 27, rue Jacob, Paris 6, représenté par Monsieur Jean Bardet, Directeur Général
Ci-dessous nommé l’Éditeur
IL A ÉTÉ CONVENU DE CE QUI SUIT
Conditions générales
Article 1
a) L’Auteur cède à l’Éditeur qui accepte pour lui et ses ayants droits, le droit d’imprimer publier et vendre à ses frais, risques et périls une revue trimestrielle intitulée
SOCIOLOGIE DU TRAVAIL
b) L’Auteur garantit la jouissance du droit cédé à l’Éditeur contre tous troubles, revendications ou évictions quelconques
[...]
Article 3
a) L’Auteur s’engage à recueillir personnellement quatre cent abonnements à l’occasion de la vente du premier numéro
b) Les frais de lancement publicitaires sont assurés par moitié par l’Auteur et l’Editeur. Ils sont prévus de trois cent mille francs au total
c) Aucune rémunération de la rédaction n’est prévue jusqu’à ce que l’équilibre financier ait été atteint. L’Éditeur s’engage a remettre à l’Auteur un tiré à part de vingt exemplaires par article
d) L’Éditeur met à la disposition de l’Auteur une secrétaire deux heures par semaine jusqu’au 1er août 1960. À cette date l’Éditeur aura la liberté d’annuler cette disposition. [...]20.

  • 21 Nous renvoyons au témoignage de l’un de ses collaborateurs, Pierre Fournier : « C’est par une sorte (...)

13Par rapport à la note de 1958 qu’est-ce qui change ? Un point d’importance : le rattachement officiel à l’ISST, originairement signalé dans le titre envisagé en 1958 (Sociologie du travail. Revue trimestrielle de l’ISST) a disparu. Exigence du Seuil ? Des fondateurs ? Volonté de souligner la portée scientifique et générale de la revue en l’affranchissant de ses attaches vis-à-vis d’une institution trop proche du politique ? Fruit d’une stratégie de prudence vis-à-vis des risques qu’auraient représentés une mise sous tutelle du ministère du Travail au moment même où le nouveau Directeur général du Travail et de la main d’œuvre, Pierre Laurent, entré en fonction en mai 1957, faisait preuve de pratiques particulièrement dirigistes et autoritaires21 ? Toutes ces hypothèses concernant les raisons de l’« autonomisation » de la revue sont plausibles. Au regard du ton des échanges, perceptible dans les comptes rendus des séances du Conseil d’administration, cette dernière hypothèse nous semble la plus vraisemblable.

Lettre d’accompagnement d’Yves Delamotte adressée au Recteur de l’Académie jointe à l’envoi du premier numéro. [Versement 20010498/195, atelier, cat. photographique des Archives nationales / S. Reby.]

Lettre d’accompagnement d’Yves Delamotte adressée au Recteur de l’Académie jointe à l’envoi du premier numéro. [Versement 20010498/195, atelier, cat. photographique des Archives nationales / S. Reby.]

14Quoi qu’il en soit, le 14 août 1959, Yves Delamotte adresse un courrier au Recteur de l’Académie de Paris, courrier comprenant une brochure de présentation de la revue.

15Cette brochure reproduisait la couverture du premier numéro et le projet de couverture du second numéro à paraître de Sociologie du travail. On trouvera à la suite la reproduction de ces documents qui illustrent matériellement la fabrique des premiers numéros.

Texte de la brochure de présentation de la nouvelle revue. [

Texte de la brochure de présentation de la nouvelle revue. [

Source : Archives nationales, op. cit.]

Premier numéro de la revue

Premier numéro de la revue
  • 22 À ce propos Jean-René Tréanton nous écrit : « Je n’ai jamais écrit, ni projeté d’écrire un article (...)

Couverture du premier numéro de la revue, publiée à la fin de l’année 1959. On trouve aux Archives Nationales un projet de maquette du second numéro présenté-ci contre. La comparaison entre cette maquette et le numéro définitif (daté 1/1960) met en évidence un certain nombre de modifications.
Les places d’abord : l’article de Michel Crozier est situé en dernière position tandis que la première est prise par l’article programmatique de Paul Durand « Droit du travail et sociologie industrielle ». Le positionnement des noms des auteurs est inversé : l’ordre hiérarchique semble supplanter l’ordre alphabétique puisque Jean-Daniel Reynaud passe devant Antoinette Catrice-Lorey pour l’article qu’ils cosignent. Les titres ensuite : l’article de Nicole Leplâtre est réintitulé : « Le jeune ouvrier dans l’entreprise : une situation de minorité », celui d’Alfred Willener devient : « Le problème de l’influence ouvrière sur la production » (la référence expresse au freinage est supprimée). Enfin, l’article de Jean-René Tréanton n’est pas publié22.

Projet de maquette du second numéro présenté dans la brochure publicitaire adressée par Yves Delamotte au recteur.

Projet de maquette du second numéro présenté dans la brochure publicitaire adressée par Yves Delamotte au recteur.

Couverture définitive du second numéro, finalement de couleur bleu, et présenté comme premier numéro de 1960 (janvier-mars).

Couverture définitive du second numéro, finalement de couleur bleu, et présenté comme premier numéro de 1960 (janvier-mars).

16Le 20 juin 1960, le compte rendu de la réunion du Conseil d’administration de l’ISST, livre des indications importantes sur le financement et la diffusion de la revue :

  • 23 Il s’agit probablement de Frederic Meyers qui publia d’ailleurs deux articles dans Sociologie du tr (...)
  • 24 Archives nationales, op. cit.

Extrait du compte rendu de la réunion du Conseil d’administration, 20 juin 1960 :
À coté de l’activité de recherche proprement dite Jean Stoetzel tient à signaler des activités complémentaires. Une nouvelle revue, Sociologie du travail, bénéficie d’un concours financier de l’Institut et fait largement appel à la collaboration des chercheurs de l’Institut. Cette revue, publiée sous l’égide d’une association présidée par M. Georges Friedmann et dont les trois premiers numéros sont sortis, a été accueillie favorablement, puisque 800 abonnements ont déjà été souscrits.
M. Stoetzel signale également que des réunions de travail avec des syndicalistes ont lieu à partir des recherches de l’Institut ; que le nombre de visiteurs étrangers s’accroît considérablement ; un chercheur américain23 et un chercheur grec doivent effectuer un stage de plusieurs mois auprès de l’Institut à partir de septembre 196024.

  • 25 Lettre d’Alain Touraine adressée à Pierre Naville le 18 mars 1959, Archives Pierre Naville, Bibliot (...)

17Ainsi, même si la revue a, sur le papier et dans les faits, une existence formellement dissociée de l’ISST, des liens étroits demeurent ; le cordon ombilical entre la revue et l’institution qui l’a conçue n’est pas totalement coupé. Ils sont financiers (l’ISST apporte un financement) et portent également sur le contenu puisque, on le verra, les premiers numéros sont largement alimentés par les recherches de l’ISST. Georges Friedmann et Jean Stoetzel sont par ailleurs les parrains de cette entreprise. Il reste que cette autonomisation (conquise, offerte ou concédée) a sans doute permis aux futurs membres du comité de rédaction de s’approprier pleinement la revue. Alain Touraine, Jean-Daniel Reynaud, Michel Crozier et Jean-René Tréanton se sentirent très probablement moins « obligés » vis-à-vis de cette institution et se considérèrent très vite comme les « vrais » fondateurs et animateurs du projet et ce d’autant plus que c’est grâce à l’un d’entre eux – Michel Crozier – que le projet éditorial avec le Seuil a vu le jour. Le fait qu’ils considèrent que Sociologie du travail est bien leur affaire (« notre enfant » dit Jean-René Tréanton dans son entretien) n’est d’ailleurs pas une illusion rétrospective. En effet, les archives le confirment : lorsqu’Alain Touraine sollicite en 1959 Pierre Naville pour lui demander d’inaugurer le second numéro de la revue, c’est en tant qu’initiateur du projet qu’il présente l’équipe25.

Une revue publiée par les Éditions du Seuil

  • 26 Présentation, exposition au Centre Pompidou du 7 novembre au 4 février 2008 sur les Éditions du Seu (...)
  • 27 Club Jean Moulin, L’État et le citoyen, op. cit. Georges Friedmann fit une recension de cet ouvrage (...)

18Le choix de cette maison d’édition n’est pas le fruit du hasard. Les Éditions du Seuil ont été fondées en 1935 par l’abbé Jean Plaquevent, avec Henri Sjöberg, dont le projet était de « diffuser les idées catholiques avec des livres de qualité26 ». Ce n’est que deux ans plus tard, en 1937, que Pierre Bardet (ancien d’HEC tout comme Michel Crozier) et Paul Flamand, disciples de Plaquevent, reprennent le Seuil. En réaction contre la guerre d’Algérie, Paul Flamand et Pierre Bardet s’étaient engagés très tôt au Club Jean Moulin où ils côtoyèrent Michel Crozier, membre actif, lui aussi, de la première heure. La participation de Jean Bardet et Paul Flamand au Club Jean Moulin fut déterminante pour la diffusion des idées intellectuelles que souhaitaient promouvoir ses membres puisque c’est aux Éditions du Seuil que furent publiés dans la collection L’Histoire immédiate les différents ouvrages collectifs du Club. Le premier d’entre eux, L’État et le citoyen (1961) auquel Michel Crozier (alors aux Etats-Unis) apporta une contribution sur le « Citoyen », est préparé en 195927, l’année même de la création de la revue.

19C’est aussi dans le cadre du Seuil qu’est montée la collection Esprit, la cité prochaine où sont publiés des ouvrages qui ont fait date comme La Nouvelle classe ouvrière de Serge Mallet. Accepter de publier une revue était un acte d’engagement lié à l’idée que les sciences humaines et sociales et plus particulièrement la sociologie étaient appelées, elles aussi, à changer la société. Mais l’engagement n’était pas à sens unique : le choix du Seuil était aussi, d’une certaine manière, un acte politique.

  • 28 Courrier manuscrit signé par Michel Crozier, daté du 4 septembre 1959 et adressé à Jean Bardet (fon (...)

20Tout semble indiquer qu’en tant que « marginal sécant », Michel Crozier fut bien l’intermédiaire. Dans un échange de courrier avec Alain Touraine, il rappelle que c’est grâce à son réseau d’interconnaissances développé au Club Jean Moulin, qu’il a introduit l’équipe au Seuil. C’est d’ailleurs lui qui adressa au Seuil les deux exemplaires du contrat entérinant la création de la revue28.

21Mais le projet de création de la revue n’était pas dissociable d’un projet plus vaste : celui de diffuser plus massivement les travaux de l’ISST à travers la publication d’ouvrages. En définitive, les contacts pris par Michel Crozier visaient ces deux supports de diffusion étroitement liés. Si le premier projet se concrétise très rapidement sous la forme qu’on lui connaît (celle de la revue), le second a connu un autre destin.

  • 29 En 1961 l’ouvrage d’Alain Touraine et d’Orietta Raggazi, Les Ouvriers d’origine agricole, avait été (...)

22À ce sujet, les lettres de Michel Crozier adressées à Alain Touraine sont particulièrement instructives. Elles révèlent des frictions entre deux des fondateurs relatives à la création d’une collection spécifique consacrée aux études sociologiques, qu’elles soient liées ou non à l’ISST. Visiblement, Alain Touraine avait pris les devant pour mettre sur pied une collection et en assurer la direction29, responsabilité ou prétention que lui conteste Michel Crozier. Les extraits ci-dessous permettent de revenir sur un autre aspect peu évoqué jusqu’ici : l’imbrication des relations interpersonnelles et des luttes de pouvoir au sommet.

  • 30 Ce titre d’un roman de chevalerie raconte la lutte de Charlemagne contre les quatre fils du duc Aym (...)
  • 31 Il s’agissait du projet d’ouvrage de Serge Moscovici sur les mineurs, qui ne fut finalement pas pub (...)
  • 32 Archives Alain Touraine, chemise « Michel Crozier », TRN 1.19 IMEC 079740, IMEC. Ces lettres datent (...)

Des quatre fils Aymon30 au cavalier Seu(i)l
« Mon cher Alain,
[...] Une collection comme celle que tu proposes n’est pas comme un livre une affaire individuelle : elle ne peut réussir que si elle obtient tout un ensemble de concours qui en font une entreprise collective. Je ne veux pas dire par là qu’elle doit être menée par un groupe égalitaire comme le nôtre mais que son leader doit disposer d’amitiés et de crédit ; pour y parvenir il lui faut à la fois son réseau personnel et la confiance de l’éditeur.
L’idée, le programme a certes de l’importance mais il ne faut pas s’exagérer son rôle.
On ne « brevette » pas un programme de Collection.
Or dans ton cas le réseau d’amitiés nécessaires nous est en partie commun et aux yeux du Seuil comme je te l’ai dit, la Sociologie c’est un bloc ou plutôt ça devrait être un bloc. Quant à la confiance tu ne peux l’acquérir en dehors de moi. Ta façon de procéder en cavalier seul choque. Je me suis efforcé de ne jamais procéder ainsi alors que mes relations antérieures avec la maison et mes liens d’amitié actuels avec Flamand (que je rencontre au Club Jean Moulin régulièrement) m’y auraient autorisé à leurs yeux. Si j’avais eu à soumettre un projet comme le tien je n’aurais pas manqué de t’en faire part. Eux ne t’auraient certes pas appelé en consultation puisqu’ils n’ont pas avec toi ces relations de confiance mais ils n’auraient pas manqué de me demander si j’avais l’appui de mes collègues et quelles étaient leurs réactions. [...] ».
(Michel Crozier à Alain Touraine, lettre non datée).
« Mon vieux,
La copie de ta lettre à Bardet ne m’a pas rendu heureux.
Je ne sais pas si tu t’en es douté en l’écrivant. Je me demande parfois si nous n’avons pas aussi entre nous un problème de communication, des antennes qui vibrent mal.
Mettons les points sur les « i » puisqu’il le faut.[...]
Laissons la forme et venons-en au fond. L’affaire bien sûr est moins claire. Après tout il n’y a pas plus de raison que ce soit W ou que ce soit Y qui organise une collection et puisque tu as commencé, puisque tu y tiens tant, pourquoi ne pas te laisser cette charge ? D’autant plus que je suis, comme tu le sais, empêtré dans trop d’affaires.
Réflexions faites tout de même, je me dis que dans un an j’aurai du temps et que c’est dans un an que l’affaire prendra tournure. Par ailleurs si tu aimes jouer à ce jeu des projets, guider, orienter c’est un jeu qui me plaît moi aussi même si je l’ai moins laissé voir.
Si deux personnes sont intéressées dans une affaire, comment les départager ? Tu me parles d’antériorité. Franchement je te suis mal. À ce compte pourquoi n’exigerais-je pas d’être le seul maître de la grande collection puisque c’est moi qui vais l’inaugurer ? As-tu oublié que dans mes négociations avec le Seuil j’ai sué sang et eau pour leur adresser un synopsis de tous les bouquins possibles à l’Institut et autour de l’Institut ? La collection dont il était question alors était plus près de ton projet d’Études Sociologiques que du projet de grande collection. En ce qui concerne les Moscoviciens, Serge m’a parlé de ses projets bien avant qu’il ne t’en parle.
De toutes façons l’antériorité est une plaisanterie quand elle se manifeste de façon aussi clandestine.
Certes une collection ne peut être dirigée par quatre fils Aymon mais il n’y a aucune raison de ne pas opérer un choix au grand jour parmi ceux qui sont qualifiés et intéressés. Quand j’ai introduit l’équipe au Seuil, j’ai pris soin de ne pas chercher à imposer mes vues en me servant de mes propres relations d’antériorité [...] La collection « Recherches » m’intéresse parce que c’est mon métier et que j’aime ça [...]
Crois bien que je ne cherche pas à monter sur de grands chevaux. Je crois que nous avons besoin l’un de l’autre et que nous pouvons nous aider considérablement. Cette collection sera meilleure si nous la faisons à deux que si l’un de nous deux la fait seul. »
(Michel Crozier à Alain Touraine, lettre non datée).
« Mon cher Alain
J’ai rencontré par hasard A. hier et nous avons parlé de la collection. J’ai appris avec stupeur que tu avais déjeuné avec elle spécialement pour engager cette affaire et la rater.
J’ai trouvé devant moi quelqu’un dont le siège était déjà fait et qu’il devenait difficile d’ébranler.
Je ne crois pas qu’il soit possible de collaborer dans ces conditions […].
Je te rappelle que tu es quinze jours en retard pour le Mosco31. Cette collection ne marchera pas au niveau des négociations planétaires qui toujours échoueront. Elle marchera seulement si les directeurs travaillent car le travail est si rare qu’il est toujours payant. Les gens de l’Institut accepteront notre leadership seulement s’ils ont l’impression qu’on travaille pour eux. Commençons tout de suite.
Salut, pardonne-moi cet accès de mauvaise humeur et embrasse Adriana pour moi.
Michel »
(Michel Crozier à Alain Touraine, lettre non datée32)

23Au-delà des renseignements sur les ambitions et les enjeux de carrière que revêt la direction d’une collection, les correspondances informent aussi sur les relations qui prévalaient entre les membres du comité de rédaction. La « dispute » qui naît entre Michel Crozier et Alain Touraine est l’occasion de qualifier la nature de ces relations au sein du quatuor puisqu’il est fait référence à leur collectif. Michel Crozier use à ce propos d’une métaphore éclairante : celle des « quatre fils Aymon », pour nommer ce « groupe égalitaire » qu’ils formaient.

  • 33 Voir les débats autour de la sortie du Phénomène bureaucratique, partie III du présent ouvrage.

24Michel Crozier l’indique dans son entretien, les relations entre lui et Alain Touraine ont été tumultueuses. Ce tumulte s’exprime ponctuellement dans les colonnes mêmes de la revue33, mais ce sont les archives qui en donnent une idée plus précise. Cette joute au sommet signale peut-être « des antennes qui vibrent mal », et surtout la volonté de s’affirmer, l’un comme l’autre comme chefs de file de la sociologie du travail. Ce statut passait aussi par des activités éditoriales complétant et prolongeant celles qu’ils exerçaient collégialement, avec d’autres, dans le cadre du comité de rédaction de Sociologie du travail.

  • 34 Dans laquelle Alain Touraine proposait de publier la thèse de Bernard Mottez. Finalement celle-ci f (...)

25En 1965 Paul Flamand répond à Alain Touraine que « la décision à prendre concernant la création d’une série Études sociologiques34 » est ajournée au motif que l’éditeur n’a pas reçu à temps les manuscrits annoncés. En dehors de la revue, Le Seuil fut donc loin d’être un relais systématique des enquêtes de l’ISST ou d’autres recherches menées au CES. Fort de cet échec, c’est chez Armand Colin qu’Yves Delamotte, en 1966, inaugurera une collection « Sciences Sociales du Travail » où seront publiés plusieurs rapports d’enquête :

Dofny Jacques, Durand Claude, Reynaud Jean-Daniel, Touraine Alain, Les Ouvriers et le progrès technique, 1966.
Delamotte Yves, Le Recours ouvrier dans une entreprise américaine, 1966.
Dofny Jacques, Durand Claude, Willener Alfred, Niveau de mécanisation et modes de rémunération, 1958.
Maupeou Nicole, Les Blousons Bleus, 1968.

  • 35 Ce n’est finalement qu’en 1978 qu’Alain Touraine créera sa propre collection aux Éditions du Seuil, (...)
  • 36 Crozier Michel, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil, 1963 ; Crozier Michel, Le Mo (...)
  • 37 Serry Hervé, Éditions du Seuil. 70 ans d’histoires, Paris, Éditions du Seuil, IMEC, 2008 (catalogue (...)

26L’abandon – pour un temps35 – d’une collection spécifique ne signifie pas pour autant l’absence d’espace éditorial pour les sociologues. C’est dans la collection « blanche » au Seuil que seront publiés dans les années 1960 plusieurs livres majeurs : Le Phénomène bureaucratique et Le Monde des employés de bureau de Michel Crozier, Sociologie de l’action et La Conscience ouvrière d’Alain Touraine36. Accueillir une revue fut bien aussi, indirectement, une manière pour l’éditeur de recruter des auteurs « et de conforter leur image de marque » tout en servant de vitrine d’une maison d’édition37.

27Ainsi si 1959 est la date « officielle » de la naissance de la revue, on peut dire que les racines de cette aventure collective sont bien plus anciennes. Il faut remonter à 1956 pour que l’idée d’une revue consacrée à la sociologie du travail soit mise sur l’agenda du ministère du Travail dans le cadre de l’ISST, et il aura fallu trois années de gestation pour que le projet prenne son autonomie par rapport à cette paternité institutionnelle.

Dernière de couverture du numéro 4/1965 de Sociologie du travail. Notons qu’Alain Touraine est présenté comme « l’un des fondateurs et des directeurs de la revue Sociologie du travail ». On remarquera aussi l’asymétrie dans la présentation des deux ouvrages… et des auteurs. Les titres d’Alain Touraine (École normale supérieure, agrégation d’histoire) et ses responsabilités institutionnelles sont mis en avant, marquant de fait une distinction de rang entre les deux fondateurs.
Durant la période, c’est le second numéro où une publicité pour un ouvrage est faite par la revue, la première étant celle du Traité de Sociologie du Travail (1/1962).

Notes

1 Chenu Alain, « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après guerre », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 141-142, p. 46-52, 2002 ; Farrugia Francis, La Reconstruction de la sociologie française (1945-1965), Paris, L’Harmattan, 2000 ; Houdeville Gérald, Le Métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, op. cit.

2 Il n’est pas pour autant tombé dans l’oubli. Alain Drouard y fait référence dans l’une des premières contributions « défrichant » l’histoire de la sociologie d’après guerre. Drouard Alain, « Réflexion sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », in Revue française de sociologie, vol. 23, n° 1, 1982, p. 55-85. Dans un excellent article sur le financement de la sociologie, Philippe Masson évoque son importance. Masson Philippe, « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », in Genèses, n° 62, mars 2006, p. 110-128. Par ailleurs plusieurs témoignages dont ceux de Claude Durand, Michel Crozier et Marc Maurice ont rappelé très clairement la place centrale de cette institution. Durand Claude, Sociologie du travail, Toulouse, Octarès, 2000, p. 6 sq ; Crozier Michel, Ma belle époque, op. cit., p. 83 sq ; Crozier Michel, « Comment je me suis découvert sociologue », in Revue française de science politique, op. cit., Maurice Marc, La Construction sociale des acteurs dans l’entreprise, op. cit.

3 Dossiers des Archives nationales, n° 20001498, articles 194 et 195 (versement du rectorat de Paris).

4 Tanguy Lucie, « Retour sur l’histoire de la sociologie du travail en France : place et rôle de l’Institut des sciences sociales du travail », in Revue française de sociologie, vol. 49, n° 4, 2008, p. 723-761.

5 Pour une présentation institutionnelle détaillée, voir le numéro 10-12, 1952 de la Revue française du travail (revue du ministère), « L’inauguration de l’Institut des Sciences Sociales du Travail » en particulier l’allocution de Pierre Garet, Ministre du travail et de la Sécurité sociale (successeur de Paul Bacon à qui revient l’initiative de la création de l’ISST) qui dit souhaiter le développement d’un « véritable humanisme au travail c’est-à-dire d’une connaissance scientifique exacte, conditionnant le développement harmonieux de toutes les valeurs de la personne humaine, prise comme centre et comme fin de nos recherches » (p. 7).

6 Dénomination couvrant des domaines comme « la sociologie industrielle, l’économie du travail, la psychologie sociale appliquée à l’entreprise et, plus généralement, l’étude scientifique des problèmes sociaux du travail », Brochure de présentation « La section “Recherche de l’Institut des Sciences Sociales du Travail” », 1957-1958, Archives nationales, versement n° 20001498.

7 Archives nationales versement n° 20001498.

8 Notice dactylographiée, L’Institut des sciences sociales du travail, 5 p. 1958. Archives Nationales versement 20010498/194. On notera que dans le vocabulaire utilisé, « l’empirisme » est opposé au « rationnel ». Dans les témoignages des fondateurs, « l’empirisme » associé à des méthodes rigoureuses, n’est pas entendu dans ce sens.

9 Pour une présentation détaillée de son parcours voir Tanguy Lucie, op. cit., p. 732.

10 Arrêté du 7 juillet 1959. Archives nationales, versement n° 20001498.

11 Cette question de légitimité n’est pas anodine. Il y sera fait référence dans certaines correspondances entre Michel Crozier et Alain Touraine, cf. p. 144 et sq.

12 Compte rendu de la réunion du Conseil d’administration de l’ISST, 8 novembre 1956, Archives nationales, op. cit.

13 M. Lhomme était professeur de droit, représentant universitaire au Conseil d’administration.

14 Archives nationales versement 20010498/194.

15 Archives nationales versement 20010498/194. Étaient présents : M. Le Doyen Hammel, M. Bedarida (représentant le doyen Renouvin), M. Blondel, M. Chapsal, M. Dessus, M. Doublet, M. Corrnaert, M. Friedmann, M. Laurent, M. Lhomme, Melle Piguet, Melle Raffalovitch, M. Vignaux.

16 Pierre Laurent était le nouveau Directeur général du Travail et de la main d’œuvre. Voir supra.

17 Archives nationales, op. cit.

18 La note complète se trouve en annexe n° 2.

19 Cette association est propriétaire du titre, et assure ainsi l’indépendance éditoriale de la revue.

20 Sources : Archives des Éditions du Seuil, dossier Sociologie du travail, IMEC.

21 Nous renvoyons au témoignage de l’un de ses collaborateurs, Pierre Fournier : « C’est par une sorte de coup de tonnerre qu’il inaugura ses fonctions de directeur général en mai 1957 […] une cloche de plomb s’abattait sur tout le service. Le courrier était ouvert au secrétariat du directeur, tout pli personnel étant interdit. Les représentations extérieures étaient soumises à visa et instructions expresses. Une discipline implacable était imposée à tous, y compris aux plus élevés dans la hiérarchie. Je ne puis dissimuler que je supportais mal cette main de fer interdisant toute initiative et qui eut l’inconvénient d’en encourager certains dans des attitudes précautionneuses et immobilistes à l’égard des problèmes traités. Le directeur général intervenait pour régler, corriger, contrôler ou valider les plus infimes détails. […] ». Fournier Pierre, 40 place Fontenoy, Rennes, PUR, p. 112-113.

22 À ce propos Jean-René Tréanton nous écrit : « Je n’ai jamais écrit, ni projeté d’écrire un article au titre aussi idiot, puisque la grande majorité des cadres ont plus de 40 ans ! » (courrier de septembre 2008).

23 Il s’agit probablement de Frederic Meyers qui publia d’ailleurs deux articles dans Sociologie du travail.

24 Archives nationales, op. cit.

25 Lettre d’Alain Touraine adressée à Pierre Naville le 18 mars 1959, Archives Pierre Naville, Bibliothèque du Cédias-Musée social, fonds Pierre Naville. L’intégralité de la lettre est présentée dans la partie suivante de cet ouvrage, p. 179.

26 Présentation, exposition au Centre Pompidou du 7 novembre au 4 février 2008 sur les Éditions du Seuil, Beaubourg, direction scientifique Hervé Serry. Notons que Emmanuel Mounier, proche de Plaquevent, avait créé la revue, Esprit. Sur l’histoire de cette revue voir Winock Michel, « Esprit ». Des intellectuels dans la cité (1930-1950), op. cit., et Boudic Goulven, Esprit 1944-1982. Les Métamorphoses d’une revue, op. cit.

27 Club Jean Moulin, L’État et le citoyen, op. cit. Georges Friedmann fit une recension de cet ouvrage dans la revue L’Éducation nationale.

28 Courrier manuscrit signé par Michel Crozier, daté du 4 septembre 1959 et adressé à Jean Bardet (fonds Seuil, dossier Sociologie du travail, IMEC).

29 En 1961 l’ouvrage d’Alain Touraine et d’Orietta Raggazi, Les Ouvriers d’origine agricole, avait été publié dans une collection « Études Sociologique, Travaux du Laboratoire de sociologie industrielle de l’École pratique des hautes études », aux Éditions du Seuil.

30 Ce titre d’un roman de chevalerie raconte la lutte de Charlemagne contre les quatre fils du duc Aymon : Renaut, Alard, Guichard et Richard. « Les quatre fils Aymon ont été représentés à partir du xvie siècle comme quatre fils serrés l’un derrière l’autre sur la croupe du cheval Bayard dont les bonds sont fabuleux » selon L’Encyclopédie Larousse.

31 Il s’agissait du projet d’ouvrage de Serge Moscovici sur les mineurs, qui ne fut finalement pas publié au Seuil.

32 Archives Alain Touraine, chemise « Michel Crozier », TRN 1.19 IMEC 079740, IMEC. Ces lettres datent vraisemblablement de 1963.

33 Voir les débats autour de la sortie du Phénomène bureaucratique, partie III du présent ouvrage.

34 Dans laquelle Alain Touraine proposait de publier la thèse de Bernard Mottez. Finalement celle-ci fut publiée aux éditions du CNRS. Mottez Bernard, Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales, Paris, Éditions du CNRS, 1966.

35 Ce n’est finalement qu’en 1978 qu’Alain Touraine créera sa propre collection aux Éditions du Seuil, la Série « Sociologie Permanente » où sera publié Lutte étudiante (avec François Dubet, Zsuzsa Hegedus, Michel Wieviorka).

36 Crozier Michel, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil, 1963 ; Crozier Michel, Le Monde des employés de bureau, Paris, Éditions du Seuil, 1965 ; Touraine Alain, Sociologie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1965 ; Touraine Alain, La Conscience ouvrière, Paris, Éditions du Seuil, 1966. Jean-Daniel Reynaud quant à lui publiera Les Syndicats en France, en 1966 chez Armand Colin.

37 Serry Hervé, Éditions du Seuil. 70 ans d’histoires, Paris, Éditions du Seuil, IMEC, 2008 (catalogue de l’exposition Les Éditions du Seuil, histoire d’une maison), p. 64.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search