Desktop versionMobile version

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Deuxième partie. Quand parlent les archives

Introduction

Full text

  • 1 « C’est une génération [...] pour laquelle l’espace de recherche en cours de définition es (...)
  • 2 Ibid., p. 132. L’auteur prend à rebours la formule de Pierre Bourdieu « pour une sociologi (...)
  • 3 Ce terme est utilisé par les historiens du temps présent à qui nous l’empruntons : la soci (...)

On peut considérer, à la suite de Gérald Houdeville, qu’à la fin des années cinquante et au début des années soixante, l’espace de recherche, faiblement structuré et en cours de construction, offre une forte visibilité aux individus1. Dans ces conditions, s’engager dans une « sociologie avec sujet2 » a du sens. Mais il reste que se contenter d’un recueil d’archives orales3 forcément sélectives, aussi riche soit-il, ne permet pas de rendre compte de certains leviers qui ont permis la naissance d’un tel projet et sa pérennisation. Pour examiner cet aspect de l’histoire, les archives consultées nous ont livré des informations permettant de prendre une mesure plus juste des dimensions institutionnelles de cette entreprise qu’est la création d’une revue ; de mettre au jour les réseaux de sociabilité et les rapports de génération qui constituent le socle sur lequel repose la sociologie du travail « années 60 ». La valeur des témoignages qu’il est alors possible de confronter avec ces traces se trouve-t-elle minimisée pour autant ? Il n’en est rien. L’éclairage offert par les documents réunis permet de mieux saisir le cadre dans lequel l’action des fondateurs prend place.

1Qui se penchait sur le berceau de la revue à sa naissance ? On verra que les fées étaient de plusieurs espèces : des hommes (Georges Friedmann, Jean Stoetzel, Yves Delamotte), une institution (l’Institut des sciences sociales du travail) et une maison d’édition (le Seuil) ; on verra aussi que dans son berceau repose déjà une recherche emblématique (Mont-Saint-Martin) qui servira longtemps de référence. Le contexte politique et institutionnel de la naissance d’une part, les conditions de production des premières enquêtes de terrain, de l’autre, constituent donc les deux premiers volets de cette analyse. Un troisième volet réunit d’autres sources relatives au climat académique et scientifique qui entoure cette naissance : la première concerne la succession contestée de Georges Friedmann au CNAM ; la seconde, les rapports complexes entre Pierre Naville et la revue ; la troisième, la parution retardée d’un autre instrument de référence, Le Traité de sociologie du travail, qui participe aussi de l’institutionnalisation du champ.

  • 4 Le Crom Jean-Pierre, « Les années “fastes” de la Revue française du travail », in Revue fr (...)
  • 5 Besnard Philippe, « La formation de l’équipe de L’Année Sociologique », in Revue française (...)
  • 6 Winock Michel, Les Intellectuels dans la cité, op. cit. ; Boudic Goulven, « Esprit », 1944 (...)
  • 7 Gottraux Philippe, « Socialisme ou Barbarie », in Un engagement politique et intellectuel (...)

2Les archives documentant les coulisses de la fabrication d’une revue sont parfois inexistantes. C’est ainsi qu’aucune archive n’a été conservée concernant la revue du ministère du Travail crée à la Libération, la Revue française du travail, si bien que les chercheurs doivent se limiter à la consultation de la revue elle-même pour en faire l’histoire4. Il est rare de pouvoir bénéficier, comme Philippe Besnard5 pour la création de L’Année Sociologique, Michel Winock ou Goulven Boudic pour la revue Esprit6 ou Philippe Gottraux pour Socialisme ou Barbarie7, de séries de correspondances ou de comptes rendus de réunion. Pour Sociologie du Travail, la situation s’est avérée intermédiaire, les archives retrouvées dans différents fonds sont éparses et peu nombreuses. Elles livrent non pas des certitudes mais des pistes permettant de mieux saisir les conditions de production de la revue.

  • 8 Nous remercions tout particulièrement pour leur aide dans cette quête, Michel Prat, Goulve (...)

3Leur découverte s’est faite en plusieurs étapes. Dès 2004, avec celles du CNAM et de la bibliothèque du Cédias-Musée Social (fonds Pierre Naville). Puis, en 2007 et 2008, lors d’une recherche plus systématique aux Archives nationales à Fontainebleau (en particulier les dossiers de l’Institut de sciences sociales du travail versés par le rectorat de Paris). Et enfin, troisième étape, avec une visite à l’IMEC (Institut mémoires de l’édition contemporaine) qui comprenaient non seulement le fonds des Éditions du Seuil mais aussi une partie des archives d’Alain Touraine – où étaient conservées des documents sur les éditions du Seuil – ainsi que des correspondances de Michel Crozier. Nous eûmes accès également aux archives d’Alain Touraine déposées à l’EHESS, à celles (privées) de Bernard Mottez et à celles du Club Jean Moulin déposées au Centre d’histoire de Sciences-Po8. La recension des archives existantes ne prétend pas à l’exhaustivité, notamment parce que certaines demeurent encore inaccessibles (comme le fonds amianté des Archives nationales).

Notes

1 « C’est une génération [...] pour laquelle l’espace de recherche en cours de définition est identifiable par quelques noms seulement. Les groupes qui se forment sont ceux, pour l’essentiel, de telle ou telle personnalité à la manière de ceux que fondent alors Alain Touraine ou encore Michel Crozier ; on pourrait également citer le nom d’Henri Mendras dont le nom est attaché à la sociologie du monde paysan et des sociétés rurales », in Le Métier de sociologie en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, Houdeville Gérald, Rennes, PUR, 2007, p. 127.

2 Ibid., p. 132. L’auteur prend à rebours la formule de Pierre Bourdieu « pour une sociologie sans sujet » (Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, « Sociology and Philosophy in France since 1945 : Death and Resurrection of a Philosophy without Subject », in Social Research, vol. 34, n° 1, p. 162-212.

3 Ce terme est utilisé par les historiens du temps présent à qui nous l’empruntons : la sociologie est peu disserte en général sur le statut accordé aux paroles recueillies et analysées. Pour un « manifeste » en faveur de la constitution d’archives orales voir Descamps Florence, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation, préf. de François Monnier ; avant-propos de Dominique Schnapper, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.

4 Le Crom Jean-Pierre, « Les années “fastes” de la Revue française du travail », in Revue française des affaires sociales, n° 4, 2006, p. 25-46 ; Viet Vincent, « De la Revue française du travail à la Revue française des Affaires sociales : une histoire passée en revue », in Revue française des affaires sociales, n° 4, 2006, p. 47-60.

5 Besnard Philippe, « La formation de l’équipe de L’Année Sociologique », in Revue française de sociologie, vol. 20, n° 1, 1979, p. 7-31. Notons que si de riches archives existent concernant la naissance de L’Année sociologique, ce n’est plus le cas, pour la période de l’après-guerre, comme l’a rappelé Vivianne Isambert-Jamati. Isambert-Jamati Vivianne « La “résurrection” de L’Année sociologique après la Seconde Guerre mondiale », in L’Année sociologique, vol. 48, 1998, n° 1, p. 229-248.

6 Winock Michel, Les Intellectuels dans la cité, op. cit. ; Boudic Goulven, « Esprit », 1944-1982 : les métamorphoses d’une revue, Paris, Éditions de l’IMEC, 2005.

7 Gottraux Philippe, « Socialisme ou Barbarie », in Un engagement politique et intellectuel dans la France de l’après-guerre, Paris, Éditions Payot, « Sciences politiques et sociales », 1997.

8 Nous remercions tout particulièrement pour leur aide dans cette quête, Michel Prat, Goulven Le Brech, Damien Richard, Dora Mottez et Dominique Parcollet.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search