Desktop versionMobile version

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Première partie. Les fondateurs racontent

Récits à quatre voix

Full text

Michel Crozier1

  • 1 Entretien réalisé le 16 octobre 2002 à son domicile.

1Pouvez-vous nous parler du contexte ?

  • 2 Signe d’une époque, semble-t-il, cette expression de « compagnonnage » est également utili (...)

2Nous vivions dans un monde intellectuel dominé par un marxisme vulgaire, et un marxisme sophistiqué aussi. C’est-à-dire que tout tournait autour du travail. Travail comme source de la valeur, travail qui n’était pas apprécié comme il devait l’être, et en même temps, travail à partir de quoi on pouvait comprendre la société. Alors ça, c’est théorique, c’est vague… Nous appartenions à une génération marquée par cette vision des choses, mais qui en même temps souhaitait exprimer autre chose. Nous travaillions là-dedans, et pourtant, nous étions une génération un peu iconoclaste, qui n’avait pas intériorisé la vie intellectuelle, le modèle intellectuel français. Le marxisme attirait sérieusement certains, mais ce que nous cherchions au fond, c’était plutôt le compagnonnage du travail sur le terrain. Alors pourquoi était-ce important à l’époque ? Cela tenait au fait que la société française vivait sur des illusions, elle ne se connaissait pas du tout. Si vous comparez le degré de connaissance de la réalité sociale française dans les années 1950 avec 1900, en 1900 on connaissait beaucoup mieux la France qu’en 1950 ! Instinctivement, on comprenait qu’il y avait beaucoup à faire pour faire émerger la réalité d’une part, et d’autre part, nous avions la passion, c’était notre caractéristique, du compagnonnage de terrain2. C’était un grand mouvement qui existait partout en Europe mais que les Français ont poussé beaucoup plus loin, parce que les Allemands étaient empêtrés, les Italiens étaient américanisés… Nous, nous étions d’une certaine façon plus libres.

  • 3 Nous reviendrons sur cette organisation collective du travail sociologique dans les partie (...)

3Sociologie du travail a été fondée au moment où des équipes se constituaient. C’était très important3. Auparavant les gens travaillaient seuls, et l’idée d’équipe est sortie de cette période. Nous avions donc des équipes, nous faisions de grandes enquêtes et nous avions de quoi remplir les numéros de la revue. Nous sommes partis avec l’idée que les choses que nous faisions devaient être présentées au public. Voilà, en gros, les raisons de la fondation de Sociologie du travail. Par ailleurs les revues étaient une forme d’expression française qui avait connu des hauts et des bas et qui reprenait tout à coup dans les sciences sociales. Donc : on est jeune, on fonde une revue. C’était l’expression d’une génération. Vous savez, les jeunes chercheurs ont besoin de s’exprimer… la première fois qu’on publie un article on est content. Donc on voulait sortir des choses.

4Nous voulions tous changer la société. Cela allait de l’orientation marxiste ouverte, je ne dis plus « vulgaire », vous voyez, à une ouverture au réformisme. Parce que « réformisme », c’était un mot qui ne plaisait pas du tout. Vous avez l’avant 1959, et puis après le monde change radicalement, puisque c’est la guerre d’Algérie, le général de Gaulle prend en main la vie politique, et la vie politique éclate. Les partis politiques disparaissent momentanément. C’est tout à fait étonnant de découvrir un monde qui n’a plus de partis politiques, ou plutôt où les partis politiques sont en sommeil, ce qui n’empêchait pas l’existence d’idéologies très fortes mais qui ne touchaient plus directement les gens. Cela a facilité notre influence. Parce que, les gens cherchant à se raccrocher à quelque chose, nous avions ce « quelque chose » à leur apporter.

5Comment s’est fait le choix des « quatre fondateurs » ?

  • 4 Le sociologue Bernard Mottez, que nous avons interrogé, évoquait aussi cette très forte pr (...)
  • 5 Crozier Michel, Ma belle époque, op. cit., chapitres II et VII.
  • 6 Cette remarque sera reprise et contestée par ses camarades. Lui-même reviendra sur cette a (...)

6On n’a pas vraiment cherché qui aurait pu en faire partie. Cela s’est fait comme ça… parce que les gens qui étaient au Centre d’études sociologiques étaient des « personnalités ». C’était en même temps la mouvance Friedmann et Friedmann avait une aura très grande à l’époque. Les personnalités qui se détachaient, c’était Touraine, Reynaud qui était un peu l’alter ego de Touraine4 à l’époque et puis moi qui étais un peu bizarre. Je le dis dans le livre, « j’avais fait l’Amérique5 », les autres ne l’avaient pas faite6. Et donc nous nous sommes retrouvés parce qu’il n’y avait personne d’autre.

7Nous n’avions pas de « maître », et nous étions « maîtres » sans avoir eu de maître. Certes, j’exagère un peu, non pas en ce qui me concerne, mais en ce qui concerne les autres… Les autres avaient été formés. Plus que moi, parce que Touraine et Reynaud étaient normaliens. À Normale on se forme et puis on a des caractéristiques particulières. Friedmann était un « maître », mais ce n’était pas mon maître. Moi je suis sorti, je ne sais pas comment ni pourquoi, mais je suis sorti comme ça. J’étais plus âgé, aussi. Pas de beaucoup, mais enfin, de trois ans. Et celui qui était le plus proche de moi était Tréanton qui avait une façon d’être plus de second. Il n’a jamais prétendu être un « maître ».

  • 7 Les archives retrouvées et présentées dans cet ouvrage permettent de mieux prendre la mesu (...)
  • 8 Michel Crozier est entré au Club Jean Moulin en 1958 et est devenu membre du comité direct (...)

8Il y avait un relatif choc de personnalités, entre moi et Touraine. Je dis relatif, parce que nous étions très copains. Touraine est un personnage un peu mystérieux, on ne sait pas comment il va réagir, parfois. Il y a eu des querelles étouffées, plus ou moins prenantes7, mais en même temps, si par la suite nous avons pu avoir des positions opposées, Touraine et moi sommes restés amis. Notre rapprochement s’est fait en partie grâce à sa femme. Elle était chilienne, ma femme était espagnole, c’était un lien entre nous. Adriana était une personnalité très très forte qui a joué un très grand rôle auprès de lui. Tréanton avait un rôle un peu modérateur, comme Reynaud. Reynaud ne s’en mêlait pas trop, il n’était pas fait pour la bagarre. Il était influencé par moi et il prenait mon pas… mais pas trop. Il est venu très peu de temps après [moi] au Club Jean Moulin8. Il s’est imposé beaucoup plus tard, en fait, bien après Sociologie du travail.

Première page de la Charte du Club Jean Moulin, juillet 1958. En 1958, le Club avait été constitué afin d’organiser une résistance contre de Gaulle soupçonné de préparer un coup d’État. Dans sa remarquable histoire du Club, Claire Andrieu (Pour l’amour de la République, le Club Jean Moulin, 1958-1970, Paris, Fayard, « Pour une histoire du xxe siècle », 2002, p. 16) rappelle qu’à la fin de la guerre d’Algérie « l’urgence n’était plus à l’adoption d’une politique alternative touchant les droits fondamentaux des individus ou des peuples, mais [...] à la mise en jeu du mécanisme de l’alternance politique rendue possible par l’élection du président de la République au suffrage universel ». C’est alors qu’à partir de 1962 le Club s’engage dans une première reconversion et opte « pour une solution de “troisième force” », une « tentative de rénovation de la gauche non communiste » qui conduira par exemple, au soutien de la candidature de Gaston Deferre à la présidence de la République en 1963. [

Source : Archive du club jean Moulin FNSP CHS n° 15987]

9L’idée de faire la revue est partie du besoin de s’exprimer de la part de gens qui étaient relativement proches et qui commençaient à avoir une certaine audience. Audience d’une part auprès des jeunes, qui venaient travailler avec nous, et d’autre part, auprès des gens qui attendaient qu’on s’exprime. C’étaient les professionnels qui s’intéressaient à… nous dirons, pour le moment, entre guillemets, la « sociologie du travail ».

10Pourquoi appeler cette revue Sociologie du « travail » ?

11Pourquoi « sociologie du travail » ? C’est un problème d’époque, incompréhensible maintenant, un problème de génération. Nous avions choisi pour titre Sociologie du travail, parce que c’était la justification idéologique indispensable à l’époque. Et nous avions un public grâce à cela. Et nous intéressions les jeunes aussi à cause de cela.

12Le travail représentait la vie de 80 % des Français. Tout le monde travaillait, et vouloir comprendre le travail, c’était vouloir comprendre la société. Il y avait aussi en même temps, une dimension métaphysique. J’emploie un mot inadéquat, mais « métaphysique du travail » et « modèle explicatif de la société », ce n’est pas la même chose. Moi, au début, je mêlais un peu les deux choses. Et puis petit à petit j’ai vu que le travail n’était pas un modèle explicatif.

13On peut dire que Sociologie du travail a été dans une certaine mesure un mouvement. Un mouvement, si vous voulez, de… j’allais dire libéralisme – mais ce n’est pas exactement cela, le mot est tellement mal connoté en France – je dirais donc plutôt de rapprochement des « deux côtés ». Car la vertu de notre génération c’était l’ouverture. On ne faisait pas de différence : tous ceux qui voulaient parler parlaient, et les gens, les cadres d’entreprise, appréciaient cela. Ils étaient méprisés par les intellectuels, et nous, on était des gens qui les accueillaient et les respectaient. Tout le monde était tout à fait d’accord sur l’objectif de toucher un public très large. C’était d’ailleurs le public de Friedmann.

14Pouvez-vous nous parler du fonctionnement de cette revue ? Quel rôle eurent Friedmann et Stoetzel par exemple ? Comment se fit le choix de l’éditeur ? Comment travailliez-vous ?

  • 9 Il reste que la présence de Georges Friedmann, bien que discrète, est bien là dans les col (...)

15Friedmann et Stoetzel n’ont eu aucun rôle dans la « direction » de la revue9. C’était une étiquette, et c’est bizarre d’ailleurs qu’on se soit cru obligé d’avoir une étiquette. Il n’y a jamais eu aucune réunion avec eux. Friedmann avait une aura très grande, ses livres tiraient bien. Stoetzel avait un rôle très particulier, mais qui n’en faisait pas un « maître » et Naville n’avait pas grand crédit. Nous ne cherchions pas à nous positionner clairement par rapport à eux, c’était plutôt le free for all : chacun faisait « sa » revue.

  • 10 Les archives retrouvées confirment tout à fait ce témoignage.
  • 11 Jean-Daniel Reynaud confirme et précise ce point dans son entretien en indiquant que les C (...)

16Pour l’éditeur, j’ai été un peu le poisson pilote pour le Seuil : je connaissais les gens et je leur ai parlé10. L’idée leur plaisait, elle allait un peu de soi. Et quand la revue est sortie ça a été un succès. Un succès relatif, mais enfin quand même… Il était dû au fait que nous avions un public. En particulier, celui des cadres d’entreprise chargés des problèmes humains qui étaient désemparés et ne savaient pas à qui se raccrocher. Ils représentaient pour nous un public extrêmement important. La revue leur plaisait et dès le début des entreprises se sont abonnées11. Un autre public nous arrivait par le biais des formations que nous faisions, auprès de cadres d’industrie d’ailleurs, plus que de fonctionnaires. J’avais, personnellement, deux publics très différents : d’une part les industriels libéraux français des grandes entreprises libérales, et de l’autre, les fonctionnaires belges. J’allais, dans le cadre de ces formations, prêcher chez les fonctionnaires belges, de Liège, de Bruxelles, de Gand. On avait une audience en Belgique. Et les Belges ce n’est pas rien ! On véhiculait les idées de la revue, et la revue était un must pour les gens qui avaient fait de la formation.

  • 12 Ce point sera discuté dans son second entretien par Jean-Daniel Reynaud. Par ailleurs sign (...)

17Le choix des articles se faisait sans préparation, sans plan directeur, sans décision, un peu au petit bonheur la chance. Il se trouvait que nous avions chacun des liens avec des quantités de gens, on ramenait des textes et on se mettait d’accord. Tréanton avait choisi de s’occuper des comptes rendus et il avait sa place, forte, dans la revue, et il le faisait très bien. C’était lui qui s’occupait de tous les livres12.

18L’ambiance était à la fois chaleureuse, mais en même temps on peut dire que c’était une ambiance d’évitement. On ne parle pas des choses qui fâchent… C’est comme en famille, il y a des choses dont on ne parle pas : au début on ne parle pas devant les enfants, et ensuite, on ne parle pas de toute façon… Les Français ne s’expriment pas beaucoup… c’est ce que j’ai appelé « la peur du face à face », une formule qui a fait fortune en Amérique. Cela se manifestait également dans le fonctionnement de la revue. À vrai dire, c’est très caractéristique de cette société française à l’époque qui, depuis, a fait des progrès considérables d’ouverture, mais qui est restée incapable, dans ses structures, de se parler réellement, sauf en s’ostracisant, en se disant des choses désagréables. C’est ce qui fait la grande différence avec l’Amérique. Je crois que cette métaphore de la famille est importante. J’avais fait toute une théorie là-dessus : la bureaucratie est un moyen d’éviter le face à face, il y a toujours quelqu’un derrière qui arrange les choses. Certes, Sociologie du travail n’était pas une bureaucratie mais il y avait « la peur du face à face », sûrement. En même temps, on se connaissait très bien, il y avait beaucoup d’estime réciproque, et c’est ça aussi qui rendait possible le fait de ne pas s’affronter.

  • 13 Herbert Simon (1916-2001) avait axé ses travaux sur l’étude de la rationalité limitée. En  (...)
  • 14 1959 probablement. William Foote Whyte (1914-2000), figure centrale de l’École de Chicago, (...)
  • 15 Touraine Alain, « Entreprise et bureaucratie », 4/1959.

19À cause de mon influence en partie, on était très orientés vers l’Amérique. Ce qui était chic, à la mode, c’était l’Amérique. Et c’est cela qui dérangeait l’intelligentsia marxiste. Moi j’avais « fait » l’Amérique. Nous faisions le pont entre le travail et l’Amérique. Il y avait certes le modèle professionnel de la « bonne enquête » américaine, même si « la bonne enquête » à l’américaine comportait des modèles très différents. Il faut bien distinguer le modèle professionnel de la bonne enquête, du modèle intellectuel. Herbert Simon13 m’a influencé sur l’interprétation, le modèle intellectuel. Et d’ailleurs ce modèle a été une nouveauté en France. Les Français ne comprenaient pas Herbert Simon. Il y a eu d’autres auteurs qui ont compté, notamment William Foote Whyte que j’ai rencontré dans mon voyage de 195714. J’avais beaucoup d’estime, d’admiration pour lui. C’était un homme éminent, un homme de courage et de talent. Je tiens à préciser que mon « modèle d’enquête » n’était absolument pas celui de Touraine. Son modèle d’enquête, c’était une enquête apportant des réponses aux questions les plus générales : qu’est-ce-que la classe ouvrière ? Qu’est-ce-que pensait la classe ouvrière ? Et moi je commençais à rigoler un peu. Je découvrais la sociologie des organisations, et je tenais à ce que ce soit aussi important que la sociologie du travail. Et à terme, ça signifiait une rupture. Quand j’ai commencé à m’affirmer, j’ai étudié l’organisation à travers des interviews etc., et j’ai vu l’organisation comme un système autonome qui contribuait à former les aspects capitalistes successifs, tout en restant autonome. Et cela, les autres, sauf Reynaud, ne le comprenaient pas. Je veux dire que ce qu’on me reprochait, en fait le point de [désaccord] c’était de rompre avec l’idée que l’entreprise se déduisait du système social d’ensemble. L’organisation, c’est la conséquence pratique du système capitaliste. Touraine, lui, avait plutôt une vision théorique de l’entreprise. Il ne voyait pas l’organisation comme un problème autonome. C’est d’ailleurs ce qui apparaît dans son article sur la bureaucratie15.

  • 16 Touraine Alain, « Le rationalisme libéral de Michel Crozier », 2/1964 ; Crozier Michel, «  (...)

20On faisait les choses, on ne les expliquait pas. Par la suite il y a bien eu des explications mais ça a mis du temps. Lorsque le Phénomène bureaucratique est sorti il n’y a pas eu une discussion orale : l’échange s’est fait par écrit, entre Touraine et moi16. Ce débat entre nous a été l’occasion d’une « clarification ». Touraine en a conclu qu’il y avait deux sociologies différentes. Alors que moi j’attaquais davantage la sociologie de Touraine, je l’accrochais sur son « volontarisme ». En relisant les textes de cette période, je me dis que c’est quand même un peu idiot de ne pas avoir saisi les perches qu’indirectement il me tendait. L’article de Touraine était en même temps très élogieux mais je n’ai répondu que sur les oppositions, non sur les éloges, parce que cela n’est pas très facile de répondre à un éloge. Il a été époustouflé par mon livre et en général vous remerciez quelqu’un de vous avoir bien compris, de vous avoir dit que vous avez fait quelque chose de très important. Je ne sais pas comment il aurait fallu répondre, j’apparais « dur » à la relecture… je n’ai pas su poursuivre le dialogue. Mais bon c’est comme ça, on n’est pas parfait. C’était un problème bizarre, que nous avons mal réglé tous les deux. Il faut comprendre aussi que j’étais sur la défensive, et que j’étais tout seul. Oser dire que la vision « Vive le travail ! Etc. » n’était pas l’avenir, il fallait vraiment avoir du courage. J’étais en minorité, c’est peut-être pour cela que j’étais plus dur. Je me rappelle quand même une empoignade qui s’est passée au séminaire de Friedmann. Et dans cette discussion, Touraine a été très agressif et moi j’étais le défendant. Les rôles étaient inversés.

21Pourriez- vous qualifier la revue en trois mots ?

22Les mots clés… Le travail, c’est évident… Le social. Et l’organisation, qui pointait, mais qui avait du mal à sortir.

Jean-Daniel Reynaud17

  • 17 Entretien réalisé le 27 août 2002, à son domicile et réécrit par l’auteur. Les notes de ba (...)

23Pourriez- vous nous parler du contexte de l’époque ?

24Il faut replacer la fondation de la revue dans le contexte de l’après-guerre, et plus précisément des années cinquante, contexte qui nous paraissait exiger comme une refondation de la sociologie. Une société pauvre, humiliée internationalement, politiquement divisée et même déchirée et surtout – c’est ce qui m’apparaît aujourd’hui clairement et que je sentais confusément – extraordinairement incertaine sur ses orientations intellectuelles autant que sur sa capacité de gouvernance politique. Dans les années cinquante, les institutions solides, celles qui fabriquent de la rationalité et de la prévision comme par exemple le Plan étaient un peu dans l’ombre, « en marge du football politique », comme aurait dit Jean Monnet. Au premier plan, il y avait des combats de doctrine et des déchirements de politique internationale et une immense incertitude sur les orientations d’action possibles et sur la manière même de poser les problèmes. Dans l’obscurité se faisait un redressement économique douloureux mais efficace et l’opinion publique s’en apercevait à peine : le Parti communiste et la CGT pouvaient défendre fermement la thèse de la paupérisation absolue. En même temps, l’ineptie ou plutôt la monstruosité de la politique coloniale et plus particulièrement de la politique de la France en Afrique du Nord était loin d’être généralement reconnue. Et surtout, presque personne ne se rendait compte que ces fautes risquaient d’emporter, avec la IVe République, la nouvelle démocratie française.

25Pour faire face à tout cela, on nous offrait des analyses politiques vite noyées dans des affirmations de doctrine, une vision sommaire du consensus national ou des luttes de classes, alignées sur les oppositions de la guerre froide ; et donc des outils de pensée faits dans le meilleur des cas pour la réflexion philosophique et plus souvent pour la propagande partisane plutôt que pour permettre d’analyser et de comprendre les problèmes fondamentaux d’une société. J’avais l’impression qu’il fallait percer un rideau de conventions littéraires et politiques pour retrouver la réalité des conflits et des alliances et les perspectives réelles qui pouvaient s’offrir et que, pour le faire, il fallait entreprendre une analyse « scientifique » de la société.

  • 18 Stoetzel Jean, La Théorie des opinions, Paris, PUF, 1943 (l’ouvrage a été réédité chez l’H (...)

26Deux hommes nous semblaient aller dans ce sens et ce n’est pas un hasard si nous avons publié Sociologie du travail sous leur double patronage. Jean Stoetzel avait une solide formation scientifique. Il connaissait bien la psychologie sociale. Il était probablement le meilleur connaisseur de la sociologie et de la psychosociologie des États-Unis. L’étude qu’il faisait des phénomènes d’opinion comme directeur de l’IFOP ne montrait pas seulement sa maîtrise de certaines techniques de sondage et d’interview, elle révélait aussi, ne serait-ce que par le tri très soigneux des termes et des formulations, le ressort et la portée de certains mouvements. Il est peut-être nécessaire de rappeler, puisque les critiques doctrinaires ou journalistiques se sont acharnées sur les sondages en toute méconnaissance de cause, que la thèse qu’il avait consacrée à la théorie des opinions reste un chef-d’œuvre de sérieux et de perspicacité : pour montrer l’instabilité des opinions18, la différence entre l’opinion publique et les attitudes stables créées par l’éducation chez les individus, l’incertitude des moyens de la décrire et de l’analyser mais aussi le rôle important que jouent les opinions dans une société plurielle. Et, bien sûr, le sondage n’était pour nous qu’une variété particulière de l’enquête, c’est-à-dire du travail de terrain. J’avais travaillé avec lui dès 1947 et découvert grâce à lui un monde nouveau de démarches intellectuelles. C’est grâce à lui aussi que je suis entré au CNRS.

  • 19 Sur Paul-Hassan Maucorps (1911-1969), voir Isambert-Jamati Viviane, « Paul Maucorps », in (...)
  • 20 Paul-Henry Chombart de Lauwe (1913-1998) avait été le fondateur du groupe d’ethnologie soc (...)
  • 21 Friedmann Georges, La Crise du progrès, Paris, Gallimard, 1936 [Note JDR]. Pour un dévelop (...)
  • 22 Je me rappelle que Georges Friedmann nous faisait lire Donald Roy, des textes de 1953, not (...)
  • 23 Pour un détail de ces « responsabilités » (au service du personnel), voir Perriaux Anne-So (...)

27Georges Friedmann dirigeait en 1950 le Centre d’études sociologiques plutôt en intellectuel et en animateur qu’en administrateur, avec un petit état-major où figuraient Alain Touraine, Edgar Morin, Paul Hassan Maucorps19 et Paul-Henry Chombart de Lauwe20. Sa première qualité était l’ouverture d’esprit et le respect des faits. Il n’avait pas le goût de l’enquête minutieuse et chiffrée, mais son message très simple était : il faut garder les yeux et les oreilles ouverts et aller sur place. Il ne se bornait pas à apprécier le devenir des qualifications dans les statistiques, il avait commencé par faire un apprentissage complet sur machine-outil et il lui est arrivé, en 1936, d’assister la CGT dans l’étude des classifications. Venu du marxisme, il en avait gardé quelques idées de base (à dire vrai, curieusement teintées de spinozisme) mais avec un retournement fondamental qu’illustraient bien ses premiers travaux21. Le taylorisme peut bien être un épisode de la lutte des classes, un simple exemple de la tendance nécessaire du capitalisme à remplacer le travail complexe par du travail simple pour accroître l’extorsion de la plus-value mais, si l’on veut en rendre compte, il ne suffit pas d’invoquer les tendances générales, macro-économiques ou macro-sociales. Il faut se demander qui définit les tâches et les postes, avec quels moyens de mesure et d’évaluation, quels sont les groupes qui sont menacés ou qui s’affirment dans ces opérations d’organisation, comment ceux qui y sont soumis y répondent, collectivement ou individuellement, par le conflit ou par l’aménagement des règles réelles22. Bref, il faut remplacer le théâtre d’ombres des grands mouvements dialectiques par la réalité de l’action des acteurs sociaux. Le séminaire aux Hautes Études de Georges Friedmann réunissait régulièrement les chercheurs et introduisait souvent le nouveau venu dans la petite communauté qu’ils constituaient. Un « groupe de sociologie industrielle » se réunissait un soir par mois ou par quinzaine, mêlant chercheurs du CNRS et cadres d’entreprise (c’est là que j’ai connu Jean Myon et Raymond Vatier qui avaient déjà des responsabilités importantes chez Renault)23. Les hommes d’entreprise, comme les syndicalistes écoutaient Georges Friedmann et avaient envie de lui parler parce qu’ils savaient qu’il prenait au sérieux leurs problèmes, leurs difficultés et connaissait le poids de leurs décisions et des responsabilités qu’ils portaient.

Carte de visite de Jean Myon, retrouvée dans les archives du CADIS, fonds Alain Touraine, EHESS.

Carte de visite de Jean Myon, retrouvée dans les archives du CADIS, fonds Alain Touraine, EHESS.
  • 24 Jean-Daniel Reynaud fait ici référence à Durkheim et à Mauss et non, comme nous l’avions c (...)
  • 25 Jean-Daniel Reynaud fait ici référence aux travaux d’Alain Touraine réalisés à partir de s (...)

28Peut-être nous exagérions-nous la nouveauté que nous apportions et la rupture que nous étions en train de faire. Peut-être aurions-nous pu tirer plus de profit que nous ne l’avons fait des « pères fondateurs » de la première moitié du siècle24, mais notre orientation était claire : étudier les problèmes contemporains et en faire une étude empirique, une étude sur le terrain. Bien entendu, il ne s’agissait pas pour un historien comme Alain Touraine de renoncer aux bénéfices de l’histoire, mais, au contraire, de saisir dans un mouvement historique ce que le présent apportait de nouveau : l’automatisation ou la phase C n’est pas le simple prolongement de la division technique du travail25. Ou encore, pour Michel Crozier, il s’agissait de prolonger l’analyse de Tocqueville en y introduisant une réalité que Tocqueville avait totalement ignorée : celle de ces corps volontairement constitués et consciemment réglés que sont les organisations. Il s’agissait, dans tous les cas, de saisir ces réalités à partir de l’étude directe en mettant au premier rang les acteurs sociaux et leurs actions.

  • 26 Lazarsfeld Paul F. et Thielens Wagner, Jr, The Academic Mind, Glencoe, Illinois, The Free (...)
  • 27 Georges Friedmann, dans son séminaire citait le chapitre « The crying Waitress » du livre (...)
  • 28 C’est en 1955 lors d’un voyage d’Anselm Strauss à Paris, que Jean-Daniel Reynaud rencontra (...)

29Nous avons tous trouvé dans les sociologies américaines des exemples merveilleusement stimulants, sinon des modèles. Nous en connaissions la diversité. Paul Lazarsfeld était à la fois un fabricant de techniques mathématiques, très apprécié par les études de marché de Madison Avenue, et un savant de culture germanique. Faut-il rappeler qu’il a écrit le grand livre qui défendait l’indépendance de pensée des universités contre le maccarthysme et plus généralement contre toutes les pressions politiques26 ? L’étude des relations humaines montrait, malgré ce qu’elle comporte de prêche et de sermon, une grande intelligence de la réalité des rapports humains effectifs et de leurs détours27. Anselm Strauss28 nous offrait, avec un scepticisme affiché pour la quantification et pour les théories globales, un instrument pour comprendre l’établissement et le développement des ensembles sociaux. La diversité même de ses apports les rendait plus intéressants. Ils avaient en commun d’être branchés directement sur la réalité sociale et la réalité contemporaine.

30Pouvez-vous nous parler des autres fondateurs ?

  • 29 Reynaud Jean-Daniel et Catrice-Lorey Antoinette, « L’Attachement à la Sécurité Sociale sel (...)
  • 30 Di Tella Torcuato, Brams Lucien, Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, Huachipato et Lota (...)

31Aucun des quatre fondateurs de Sociologie du travail n’a fait d’études de sociologie, pour l’excellente raison qu’il n’y avait pas d’enseignement systématique de sociologie dans l’université française. Qu’avaient appris de cette discipline Jean-René Tréanton à Sciences-Po ou Michel Crozier à HEC ? Alain Touraine ne l’avait rencontrée que par ses excursions hors de la discipline historique. Pour moi, le plus favorisé peut-être, mais de bien peu, j’avais passé dans la licence de philosophie un certificat de morale et sociologie qui m’avait permis de lire quelques classiques. Il serait excessif de dire que nous étions des autodidactes, mais il est vrai que nous avons appris notre métier sur le terrain, the hard way, en découvrant techniques d’entretien, d’enquête et de dépouillement en même temps que ce que c’était qu’une hypothèse et une vérification. Trois d’entre nous, c’est-à-dire tous sauf moi, avaient passé une année au moins aux États-Unis. J’avais visité plusieurs universités et centres de recherches dans une mission de productivité de 1953 de quelques semaines, particulièrement dans le domaine des industrial relations. Nous avions découvert un monde d’idées et de méthodes en cherchant à les utiliser sur le tas. Notamment, dans un état très primitif des moyens d’investigation et des institutions d’études, il nous était arrivé de lancer de vastes enquêtes avec des moyens purement artisanaux. Par exemple, j’avais pour ma part tiré un échantillon national des assurés de la Sécurité Sociale, monté un réseau d’enquêteurs qu’avec l’aide d’Antoinette Catrice-Lorey nous allions former et diriger dans bon nombre de villes de France, mis sur pied un atelier de dépouillement29… De la même manière, pendant l’enquête que je réalisais à Lota, au Chili30, je conduisais en camion et ramenais tous les jours une vingtaine d’enquêtrices de l’École de service social de l’université de Concepción sur la ville charbonnière pour qu’elles mènent des entretiens avec les mineurs pendant que je discutais avec les dirigeants et l’ingénieur en chef.

32Nous avions tous les quatre acquis une solide expérience. Ce qui nous réunissait, c’était d’abord Georges Friedmann et son séminaire. Nous étions tous à quelque degré ses fils. Touraine était le fils aîné puisqu’il avait trouvé dès 1948 dans Les problèmes humains du machinisme industriel l’impulsion à examiner l’évolution du travail ouvrier chez Renault.

  • 31 Crozier Michel, « Human engineering », in Les Temps modernes, vol. VII, 1951, p. 44-75 [No (...)
  • 32 À ce sujet voir deuxième partie du présent ouvrage.
  • 33 Une première enquête que Jean-Daniel Reynaud ne mentionne pas a été réalisée sur les étudi (...)
  • 34 Dofny Jacques, Durand Claude, Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, Les Ouvriers et le pr (...)
  • 35 Di Tella Torcuato, Brams Lucien, Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, Huachipato et Lota (...)

33Michel Crozier était le dernier venu. Le premier article que j’avais lu de lui était celui où, dans Les Temps modernes, il faisait une charge à fond contre les usages de la psychologie sociale aux États-Unis31. Je crois l’avoir rencontré pour la première fois au séminaire de Georges Friedmann aussitôt après. Nous avions déjà beaucoup travaillé les uns avec les autres, ne serait-ce que dans les délégations françaises aux congrès de l’Association internationale de sociologie. Jean-René Tréanton et moi-même, nous avions écrit, avec Georges Friedmann, les quatre chapitres de sociologie du travail dans le traité de Georges Gurvitch32. J’étais le voisin de bureau de Michel Crozier à l’Institut des sciences sociales du travail. Notre collaboration, à Touraine et à moi-même, était ancienne33. Nous avions déjà conduit à l’Institut des sciences sociales du travail dirigé par Yves Delamotte une étude sur la transformation de la sidérurgie dans l’usine de Mont-Saint-Martin34, et nous avions réalisé avec Lucien Brams et Torcuato Di Tella une étude sur la portée de l’industrialisation au Chili35. Nous nous connaissions tous les quatre assez bien pour savoir que chacun avait des choses différentes à apporter et que nous étions capables de nous entendre.

  • 36 Daniel Guerin (1904-1988). Michel Crozier évoque ses relations avec Daniel Guerin dans Ma (...)
  • 37 Crozier Michel, Usines et syndicats d’Amérique, Paris, Éditions Ouvrières, 1951. En lien a (...)
  • 38 Jean-Daniel Reynaud fait référence ici au Phénomène bureaucratique. Sur la fabrication de (...)
  • 39 Voir l’entretien de Bernard Mottez qui fut l’un de ces « jeunes étudiants », p. 158-160.
  • 40 March James G. et Simon Herbert, Les Organisations, problèmes psychosociologiques, op. cit (...)

34Les différences entre nous de formation, d’orientation, de style de travail étaient évidentes. Michel Crozier avait été très marqué par une tradition anarchiste (et notamment par l’influence de Daniel Guérin36) dans l’étude de l’histoire du travail : y a-t-il une meilleure introduction à une pensée libérale ? Il avait la plus forte connaissance des États-Unis et avait consacré beaucoup de travail à l’histoire du mouvement ouvrier américain37. Il construisait avec patience et ténacité une théorie de l’administration française, qui n’était qu’un cas particulier d’une théorie de l’organisation où se mêlaient analyses stratégiques et perspectives culturelles38. Alain Touraine, entrepreneur flamboyant d’idées, toujours à l’affût des novations que produisait la machine sociale était déjà fort connu dans le monde de l’industrie et attirait les jeunes étudiants39. Jean-René Tréanton, curieux de tout et lecteur infatigable, avait autant d’acuité d’esprit pour découvrir une idée nouvelle que pour dévoiler sans pitié une erreur : la critique acérée qu’il avait faite de la première traduction du grand livre de March et Simon40 sur les organisations avait conduit l’éditeur à reprendre cette traduction dans une seconde édition – je ne connais pas beaucoup d’exemples d’un tel succès de la critique scientifique. Pour moi, tissant des liens étroits avec syndicalistes et hommes de personnel (on dirait aujourd’hui « responsables des ressources humaines »), j’étais particulièrement sensible aux progrès de la négociation mais aussi à la transformation même des fonctions de l’entreprise et du contrat de travail. Tournant le dos à la philosophie dont j’étais issu, j’essayais d’apprendre un peu d’économie, ou plutôt un peu de cette économie bien délaissée qui est celle de l’entreprise et des marchés du travail et un peu de droit pour l’intégrer dans la réalité des relations de travail.

  • 41 Sartre Jean-Paul, Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard, 1960.
  • 42 Aron Raymond, 50 ans de réflexion politique. Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 585-587.
  • 43 Le point de vue d’Aron était assurément beaucoup plus proche des préoccupations intellectu (...)

35Ce qui nous réunissait, je l’ai déjà dit, c’était la priorité absolue donnée aux réalités contemporaines et à leur examen sur le terrain. Prendre au sérieux les faits et soumettre l’interprétation de ces faits à une vérification, c’était notre b-a-ba. Puis-je en prendre un exemple personnel ? La publication de la Critique de la raison dialectique de Jean-Paul Sartre41 m’avait intellectuellement révolté (je dis bien : intellectuellement). Les positions que prenait Jean-Paul Sartre au même moment contre la guerre d’Algérie étaient tout à son honneur, même dans leurs excès. Non pas tellement par les positions théoriques qu’il adoptait (certes, à mon jugement, bien confuses, comme la notion même de raison dialectique) que par l’arrogance avec laquelle le philosophe, ayant mis son fauteuil dans le sens de l’Histoire, donnait des leçons à tous les tâcherons de la sociologie, de l’économie et de l’histoire, reconstruisait à son gré, grâce à la docile mécanique du tourniquet dialectique, la loi de l’offre et de la demande en économie, le développement du taylorisme ou les dégâts que fait l’or de l’Amérique dans l’économie de l’Espagne du xvie siècle. J’écrivis là-dessus mon seul article polémique : polémique très vive parce que l’entreprise me semblait manquer du sérieux intellectuel le plus élémentaire. C’est avec un peu de surprise que j’ai retrouvé beaucoup plus tard que Raymond Aron – dont je savais par ailleurs qu’il avait aimé mon article – consacre dans ses mémoires plusieurs pages à un examen soigneux du livre de Jean-Paul Sartre (et il y avait consacré une année de cours à la Sorbonne)42. Pages, il est vrai, de critiques très sévères sous son extrême courtoisie et sa grande retenue mais qui accordent au livre une importance et une portée, alors que pour moi, sa méthode même le disqualifiait43. Il va sans dire que c’est parce que j’ai pour Raymond Aron le plus grand respect, intellectuellement et moralement, que cette différence me frappe.

  • 44 Effectivement, lors de sa création, la Revue française de sociologie était composée d’un « (...)
  • 45 Jean-Daniel Reynaud revient sur ce point dans son second entretien, en précisant qu’il n’é (...)
  • 46 De la même génération que les quatre fondateurs (il est né en 1925) Burkart Lutz fut l’un (...)
  • 47 Burkart Lutz, « Notes sur la sociologie industrielle en Allemagne », 1/1959.
  • 48 Publiés dans le n° 2/1966.
  • 49 N° 4/1961.

36Pourquoi avons-nous mené cette entreprise à quatre et à quatre seulement ? Naturellement, nous aurions pu associer bien d’autres collègues à cette revue et la meilleure preuve de l’estime où nous les tenions est la présence de leurs articles dans les premiers numéros. En fait, notre problème n’a jamais été d’exclure des noms sur une liste qui aurait pu être longue. Il était de choisir entre la liberté d’action et de mouvement que donne un petit groupe uni et le poids que pèserait une représentation très large du milieu sociologique. De même que nous n’avions choisi que deux personnes dans la génération précédente (il suffit de comparer le comité de rédaction de la Revue française de sociologie, apparue trois mois plus tard, pour comprendre la différence)44, de même nous avions préféré être un petit groupe de quatre. Liberté d’action, cela voulait dire indépendance à l’égard des clans universitaires, mais aussi des écoles, des doctrines, des orientations politiques45. Mais cela voulait dire aussi facilité et rapidité de réaction et une capacité de tirer profit des opportunités et des ouvertures, capacité de décision rapide et ferme sur les articles ou sur l’orientation des numéros. Pourquoi ne dirait-on pas, puisque le mot est à la mode, « flexibilité intellectuelle » ? Notre petit groupe n’était pas fermé sur lui-même. Tout en prenant des partis assez fermes, il se voulait au contraire ouvert : ouvert aux autres disciplines comme le droit et l’économie, et bien sûr, l’histoire, ouvert aux travaux qui se faisaient hors de la sphère académique, ouvert enfin, autant que nous le pouvions, à la recherche internationale. Burkart Lutz46 présentait la sociologie allemande dès le premier numéro47. J’ai rapporté d’une réunion au Bureau international du travail une série d’articles japonais48. Alain Touraine a consacré un numéro spécial à la sociologie latino-américaine49. Nous n’étions ni sectaires ni cloîtrés.

37En outre, notre expérience extra-universitaire a contribué au ton de la revue. Je n’en citerai que deux exemples plus personnels : de 1959 à 1961, si je me souviens bien, j’ai été Délégué général à la promotion sociale auprès du Premier ministre Michel Debré. Malgré ce titre ambitieux, je ne disposais que de moyens modestes et d’abord d’un budget restreint, mais du moins ai-je touché de près les problèmes de promotion sociale, et plus exactement le moment où le problème est devenu moins le rattrapage de ceux qui, pour une raison ou une autre n’avaient pas fait d’études, que la fonction de la formation dans toute entreprise et son rôle majeur dans la vie économique et sociale. J’ai même espéré quelque temps créer pour les anciens combattants d’Algérie un droit de retour à l’université sur le modèle de ce qu’avaient fait les États-Unis pour assurer la reconversion des combattants de la Seconde Guerre mondiale. Mes talents politiques ont été insuffisants pour percer le mur auquel je me suis tout de suite heurté : il n’y avait pas de guerre d’Algérie, ce mot ne pouvait être prononcé, il n’y avait donc pas d’anciens combattants. Peut-être aussi le cabinet de Michel Debré s’intéressait-il moins à la promotion sociale que le Premier ministre.

38La deuxième expérience est celle du Club Jean Moulin où Michel Crozier m’a fait entrer en 1961. J’ai découvert là le monde de la haute administration publique ou du moins les qualités extraordinaires des meilleurs d’entre eux. J’ai découvert aussi dans une période particulièrement sombre de notre vie politique les difficultés extrêmes qu’il pouvait y avoir à recueillir une information sérieuse, même sur des faits très proches et très immédiats, et la difficulté peut-être plus grande encore à écarter les faux-semblants qui interdisent de poser les problèmes en termes réalistes, qu’il s’agisse de la guerre d’Algérie ou de la négociation des salaires : faux-semblants si lourds et si obscurs qu’il semblait possible, qu’il arrivait quelquefois que la reconnaissance des faits et une réflexion sérieuse aient à elles seules le pouvoir d’imposer une solution.

Fiche d’adhésion de Jean-Daniel Reynaud au Club Jean Moulin, décembre 1961. « Présenté » par Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud est devenu membre du Comité Directeur en 1964. Plusieurs années plus tard, en 1968, c’est lui qui « présenta » Yves Delamotte. Signalons que Georges Friedmann était lui aussi membre du Club Jean Moulin (sollicité très tôt par Georges Suffert, il y adhéra en 1959). Michel Crozier avait aussi « recruté » d’autres sociologues que l’on retrouve parmi les contributeurs de Sociologie du travail : Lucien Karpik (1963), Jean-Pierre Worms, Alfred Willener (1962). Jacques Lautmann fut également membre du Club (1960). On trouve d’autres noms de sociologues : Chombart de Lauwe, Remi Clignet, Stanley Hoffmann (proche ami de Michel Crozier). [Archives du Club Jean-Moulin, FNSP, CHS].

  • 50 Les Cahiers étaient livrés deux fois par an, sous forme de « cahiers doubles ».

39Une dernière question, toute simple : pourquoi une revue ? La réponse est toute simple aussi : parce qu’il n’y en avait pas. L’Année sociologique recommençait à paraître (et nous y collaborions), mais c’était une publication annuelle et elle ne pouvait avoir le même rôle. Les Cahiers internationaux de sociologie, d’une publication irrégulière50, ne représentaient nullement ce que nous cherchions et ne pouvaient guère prétendre, malgré quelques excellents articles, à présenter un modèle aux jeunes chercheurs. Je me souviens, par exemple, d’avoir traduit à la demande de Georges Gurvitch pour cette revue un article de P. Sorokin où l’auteur s’interrogeait avec inquiétude sur la diminution de la production des saints dans le monde occidental, particulièrement au xixe et au xxe siècle. Les Archives européennes de sociologie sous la direction de Raymond Aron et d’Éric de Dampierre, comme La Revue française de sociologie dirigée par Jean Stoetzel n’ont été publiées qu’un trimestre après notre premier numéro. C’est peut-être l’occasion de rendre hommage à la générosité de Jean Stoetzel qui avait accepté de donner son nom pour le patronage de notre revue alors que lui-même se préparait à en lancer une autre.

40Comment la revue fonctionnait-elle ?

  • 51 Dans le contrat des Éditions du Seuil, l’article trois du contrat stipule : « L’Éditeur me (...)
  • 52 Meyers Frédéric, « Deux aspects du rôle des négociations collectives en France », 1/1965.
  • 53 Vérification faite voici « l’excuse » : « NDLR – Dans les trois tableaux précédents comme (...)

41Il faut d’abord souligner que notre organisation était tout à fait artisanale. Les Éditions du Seuil nous avaient accueillis très généreusement en nous laissant une totale liberté, mais elles ne pouvaient nous assurer aucun moyen de secrétariat51. Nous étions quatre pour tout faire : pressentir les auteurs, obtenir qu’ils remettent leurs articles, composer les numéros en assurant leur équilibre, corriger les épreuves. Cette organisation était fragile par manque de moyens. Je me rappelle mon embarras quand je me suis aperçu, au moment de remettre la copie, que toute une série de tableaux statistiques dans un article de Fred Meyers52 avaient gardé la notation américaine des chiffres : points au lieu de virgules (1.3 au lieu de 1,3). Il était impossible de faire dactylographier à nouveau tout le texte. Je le publiai tel qu’il était avec je ne sais quelle excuse53. Reste que je ne crois pas que notre publication ait jamais été en retard pendant tout le temps où nous l’avons dirigée.

  • 54 Paul Durand (1908-1960) était professeur de Droit du travail et animateur de la revue Droi (...)
  • 55 Bourdieu Pierre, « La Société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite éco (...)

42Pour la collecte des articles, nous étions à mi-chemin d’une revue de réflexion et d’une revue scientifique au sens où on l’entend aujourd’hui. Nous n’attendions pas qu’on nous soumette des articles. Nous invitions des auteurs et, plus souvent en leur proposant les sujets ou, en tout cas, en les discutant avec eux. Nous travaillions par commande. Bien sûr, parce que nécessité fait loi : une nouvelle revue n’attire pas tout de suite les articles (Paul Durand54 n’aurait probablement pas pensé à nous si nous ne lui avions rien demandé) et la production des sociologues était encore beaucoup trop restreinte pour alimenter la revue sans notre stimulation. Mais aussi, parce qu’il nous semblait nécessaire d’explorer des voies, de rassembler des recherches et des réflexions qui pouvaient s’ignorer mutuellement, d’ouvrir des occasions de discussion et de confrontation. Notre petit comité de rédaction exerçait bien toutes les responsabilités du comité de rédaction d’une revue scientifique : un article n’était publié qu’après lecture par chacun des membres du comité et discussion commune, souvent très serrée. Mais il avait un rôle plus actif, qu’on ne retrouve aujourd’hui dans les revues scientifiques que pour la préparation des numéros spéciaux. Je me souviens, par exemple, d’avoir « fabriqué » un article de Pierre Bourdieu. Il m’avait communiqué le manuscrit de ce qui allait devenir Travail et travailleurs en Algérie. Je lui avais dit qu’il y avait là un thème d’article pour nous : « Si tu n’as pas le temps de le faire, je le fais avec des ciseaux et de la colle. » Je lui soumis le résultat, qu’il accepta chaleureusement. Bien entendu, le texte que nous avons publié n’avait ni retranché ni ajouté un seul mot au texte original55.

  • 56 Ross Arthur M., « Les Relations professionnelles aux États-Unis dans les dix années à veni (...)
  • 57 Charles Wright Mills a notamment publié White Collar en 1951 (Oxford University Press). Mi (...)
  • 58 À quelques exceptions toutefois : nous renvoyons sur ce point au témoignage de Jean-René T (...)

43Il n’y avait pas de véritable division du travail entre nous. Chacun à son tour avait la responsabilité d’un numéro mais où, bien sûr, se rassemblaient, par le jeu des rencontres et des retards, les textes commandés par l’un ou l’autre. Chacun prenait des initiatives, mais après l’accord des trois autres. Jean-René Tréanton était particulièrement efficace dans la recherche et l’établissement des comptes rendus. J’aimais relire, la plume à la main, les traductions et j’en ai fait quelques-unes moi-même (souvenir de gloire : un haut fonctionnaire du Bureau International du Travail me demanda un jour comment nous arrivions à les faire aussi bien). Toute décision était commune. Les discussions pouvaient être vives et les divergences fréquentes. Je me souviens par exemple de la mauvaise humeur d’Alain Touraine contre le langage d’expert et l’absence d’hypothèses de fond d’un article d’Arthur Ross que j’avais présenté (nous l’avons publié quand même56) ou du barrage de Michel Crozier contre un texte de Charles Wright Mills57 (ou était-ce un texte sur son travail ?), opposition que je partageai (le texte ne fut pas publié). Nous n’hésitions pas à présenter aux auteurs des critiques ou même des suggestions. Généralement, les unes et les autres étaient bien reçues58.

44Nous avions l’ambition que la revue soit lue, non seulement par les chercheurs ou les universitaires, mais aussi par les hommes d’action. Nous voulions éviter l’ésotérisme académique autant que le journalisme et la profession de foi. Nous avons réussi, je crois, auprès des hauts fonctionnaires, et notamment autour du Plan et, moins largement, auprès des cadres d’entreprise. Les hommes de personnel étaient en train d’élaborer leurs techniques et leur langage, langage qui n’était pas tout à fait le nôtre. Nous avons trouvé auprès d’eux un soutien actif (si je me souviens bien, les Charbonnages de France nous avaient pris cinquante abonnements). Les échanges ont souvent été efficaces. Mais notre entreprise n’a finalement touché qu’un petit nombre d’entre eux et ils n’ont constitué qu’une fraction de notre public.

45La véritable pénétration des méthodes et des concepts a eu lieu plus tard, avec le progrès de la différenciation des fonctions. Nous avions un peu anticipé.

  • 59 Cette rubrique a été crée dans le n° 3/1962. Voir aussi ce qu’en dit Jean-René Tréanton da (...)
  • 60 Jean-Daniel Reynaud fait référence à François Perroux dans un texte publié sous la rubriqu (...)
  • 61 En réalité il s’agit d’une note critique publiée en 1960 avant la création de la rubrique (...)

46Je l’ai déjà dit, notre groupe n’était pas fermé. Au contraire, la revue s’alimentait des rencontres et des découvertes que nous faisions les uns et les autres. Pour bien marquer cette ouverture et pour permettre des excursions assez libres en dehors du monde de la discipline académique, nous avions créé une rubrique dont le titre « Poids et mesures » indiquait bien la volonté de mettre à l’examen œuvres et auteurs59. Je me souviens d’y avoir contribué par des articles sur François Perroux, l’économiste des « coûts de l’homme60 » et sur Peter Drucker, conseil international en organisation61.

47Pourquoi Sociologie du « travail » ?

  • 62 C’était celui de la section du traité de Gurvitch, que j’ai déjà cité. C’était aussi celui (...)
  • 63 Sur le lien entre le Traité et Sociologie du travail et la revue voir la deuxième partie d (...)
  • 64 Jean-Daniel Reynaud fait ici référence aux différents chapitres du Traité de sociologie du (...)
  • 65 Friedmann Georges, « Quelques problèmes de définition et de limites », n° l/1959.

48Pourquoi avons-nous pris le titre « Sociologie du travail » ? Quel sens faut-il lui attribuer ? Le terme le plus courant était à cette date celui de « sociologie industrielle », en France comme aux États-Unis62. Il avait l’inconvénient d’être un mauvais anglicisme (industry en anglais embrasse toute activité économique et non pas seulement l’industrie au sens étroit que ce mot a pris en français au xixe siècle) mais, au-delà de ces problèmes de mots, il y avait aussi une idée. Partir du travail, le mettre au centre de l’exploration de ce qui se passe dans les entreprises, les administrations, c’était, bien sûr, prolonger d’une manière ou d’une autre la très vieille idée de la valeur travail, empruntée par Karl Marx à Adam Smith. Non seulement les rapports de travail nous paraissaient être au centre des problèmes sociaux et nous le pensions peut-être avec excès, malgré un Raymond Aron qui nous rappelait sans cesse le poids de la politique internationale et des responsabilités extérieures de la France. Mais encore, nous savions que le travail ne se résumait pas à l’exploitation, à l’achat et à la vente du travail par l’employeur, mais qu’il était aussi création conflictuelle, maîtrise et possession – mal partagée – de l’univers (Georges Friedmann citait la formule de Descartes dans le premier numéro de la revue), construction, conflictuelle elle aussi, de rapports sociaux. Georges Friedmann le premier avait retenu ce titre pour le traité auquel il avait associé Pierre Naville63. Cette association, qui étonnait plusieurs d’entre nous parce que Pierre Naville ne faisait pas partie à nos yeux des pionniers de l’étude de terrain, avait du moins le mérite de protéger sur sa gauche ce grand manifeste de sociologie empirique, même s’il y introduisait de curieuses contradictions ou en tous cas un dialogue assez tendu entre tels chapitres d’Alain Touraine et tels chapitres de Pierre Naville qui y répondait aussitôt64. C’est l’introduction de Georges Friedmann à ce traité que nous avons été très heureux de publier dans notre premier numéro65.

49L’ambiguïté du mot « travail » qui peut se traduire aussi bien par « labo (u) r » (le travail organisé ou le mouvement ouvrier) ou par « work » (l’activité de travail) nous convenait. Conformément à des vues que nous empruntions à Georges Friedmann, l’examen du poste de travail renvoyait aux relations de travail et notamment aux relations collectives. L’innovation technique s’inscrivait aussi dans l’organisation, dans le développement économique, dans l’efficacité des échanges et des apprentissages.

50De ce fait aussi, la sociologie ne se refermait pas sur elle-même, elle cherchait tout naturellement à s’appuyer sur l’étude de l’organisation. Elle posait à l’économie des problèmes que celle-ci était peu accoutumée à se poser. Elle découvrait l’origine contractuelle de certaines règles de droit. Elle était peut-être dérangeante, mais parce qu’elle était ouverte.

51Je ne suis pas sûr de séparer nettement ce qui était clair dans mon esprit à cette date et la vue rétrospective que je peux en prendre quelque quarante-cinq ans après. Il me semble cependant qu’un certain nombre de thèmes émergent, dans les dix premières années de Sociologie du travail, qui peuvent illustrer ces questions et ces ouvertures.

  • 66 Le n° 2/1964 est consacré à ce thème. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans la partie II (...)
  • 67 Woodward Joan, Industrial Organization : Theory and Practice, Oxford, Oxford University Pr (...)

52L’exemple le plus frappant est peut-être celui du thème des salaires et des qualifications : salaire au rendement, freinage et contrôle de la production, hiérarchie des salaires66. Bien clairement, la vente et l’achat du travail sur un marché ne rendait nullement compte ni du montant des salaires, ni de leur mode de fixation, ni des stratégies conduites de part et d’autre. Il était impossible de comprendre le salaire en invoquant la productivité marginale. De toute évidence, jusque dans son coût, le travail ne se comprenait que dans un ensemble organisé. Plus encore, la hiérarchie des salaires, qu’il s’agisse des différences de qualifications ou des échelons de responsabilité, ne pouvait sérieusement être comprise en l’assimilant à une différence de rareté sur le marché. Il était impossible de ne pas se référer à l’organisation elle-même et de ne pas relever, comme le faisait Alain Touraine face à Pierre Naville, qu’aux différentes formes d’organisation du travail et de l’entreprise correspondaient des qualifications différentes et des critères différents de qualification. Il y a plusieurs formes d’organisation, fondées sur des principes différents. Cette idée de base n’avait pas seulement la valeur d’une reconnaissance empirique de la diversité, comme le fait à peu près à la même époque Joan Woodward67, mais aussi de l’installation au premier plan de la notion même d’organisation dans son double sens (action d’organiser et résultat de cette action). Les débats entre Pierre Naville et Alain Touraine ou entre Pierre Naville et Georges Friedmann, auxquels j’ai aussi pris une part, étaient au centre de cette réflexion.

  • 68 Crozier Michel, Petits fonctionnaires au travail, Paris, CNRS, Travaux du Centre d’études (...)

53La notion même d’organisation apportait un renouvellement beaucoup plus important qu’il n’apparaît rétrospectivement, aujourd’hui qu’elle est devenue banale. Non seulement parce qu’elle interdisait de limiter les problèmes du travail au travail ouvrier – de toute manière, Michel Crozier était là dès le début pour nous rappeler l’importance de l’étude des petits fonctionnaires ou des employés68 – et qu’elle obligeait à considérer l’ensemble de l’entreprise. Mais aussi, parce qu’elle mettait au centre de la sociologie des groupes sociaux consciemment organisés, qui créaient leurs règles de fonctionnement et leurs règles d’échange, qui les modifiaient aussi fréquemment en réponse à des sollicitations externes ou à des conflits internes ; bref, des structures et des règles qui avaient des auteurs et qui, tout en exerçant une contrainte sur eux, pouvaient être reprises et dont ils pouvaient redevenir les maîtres. Bien sûr, toute analyse politique peut présenter ces caractéristiques, ou du moins elle les présente aujourd’hui, mais il s’ensuit aussi – et là, je m’avance certainement au-delà de ce que nous écrivions alors et ne parle qu’en mon nom – que les lois ne résultent pas de la nature des choses : parce que les faits sociaux fondamentaux ne sont pas des choses et que donc ils n’ont pas de nature et aussi parce que les contraintes qui les règlent ne sont pas des lois. Elles sont œuvre collective, c’est-à-dire œuvre humaine.

  • 69 Georges Davy (1883-1976), normalien, agrégé de philosophie a été doyen de la faculté des l (...)

54Je congédie à la fois, et de façon très dogmatique, Montesquieu et Durkheim. L’important, à mes yeux, c’est l’opposition très profonde avec tout ce qui était déjà, tout ce qui allait être la vague sur la crête de laquelle on devait mettre l’étiquette de « structuralisme », marée confuse et multiforme plutôt que vague bien dessinée puisqu’elle rassemblait la psychologie du développement de l’enfant, l’analyse des structures élémentaires de la parenté, d’étranges résurgences du marxisme et des analyses en termes de complot du pouvoir politique, de la répression des faibles et de la domination des structures cognitives et du langage dont la plupart avaient une vraie fécondité et dont une philosophie pour hebdomadaires intellectuels faisait un usage abusif. Nous avions parfaitement conscience de réintroduire le pouvoir dans l’étude des relations sociales – je me rappelle encore une entrevue, très tôt, où Georges Davy69 me demandait avec méfiance et avec quelque ironie ce que pouvaient bien être les relations de pouvoir dont parlait Michel Crozier. Je suivais avec la plus vive sympathie la manière dont Pierre Bourdieu mettait ces relations au centre de son analyse. En revanche, je ne souhaitais pas que l’on nous fît à ce sujet le même mouvement de globalisation et de déterminisme macrosocial que le marxisme vulgaire avait fait autrefois pour les relations de travail et que l’on construisît dans l’analyse des règlements d’entreprise comme dans celle des maladies mentales ou dans l’étude du langage un nouveau Béhémoth impersonnel et illimité, de la domination.

  • 70 Pour un développement sur ce point voir Kuty Olgierd, « La Naissance de la négociation (19 (...)
  • 71 Flanders Allan, « Éléments pour une théorie de la négociation collective », l/1968. Fox Al (...)

55La négociation était donc un autre point d’entrée pour cette ré-analyse des rapports sociaux70. Les articles de Flanders et de Fox et Flanders71 montraient, à partir des transformations de la négociation en Grande-Bretagne, que le bargaining n’était pas un marchandage ni un barguignage, mais une création de règles, une régulation qui contraignaient les contrats individuels et établissaient un ordre, fût-il très temporaire, dans les relations. L’exemple révélait à mes yeux à la fois les limites du droit étatique et l’importance d’une régulation conventionnelle. Les règles devaient être saisies dans leur mouvement, aussi bien dans leur élaboration que dans la modification incessante qu’impliquaient leur application et leur interprétation. La convention collective devait être lue comme un contrat, ou plutôt encore comme un accord politique localisé par lequel deux groupes sociaux s’obligeaient mutuellement et dont les rapports avec le droit étatique étaient ambigus : de concurrence, mais aussi d’alliances contradictoires, chaque partie y cherchant un appui. L’État lui-même devait être analysé comme un ensemble mal cohérent et peu stable de politiques publiques : une loi, c’est surtout la réussite d’une entreprise collective.

  • 72 Sellier François, « Cohésion syndicale et niveaux de négociation », 4/1960.
  • 73 Sociologie du travail, 4/1963, numéro spécial « Formation et promotion dans l’entreprise » (...)
  • 74 Trentin Bruno, « Les syndicats italiens et le progrès technique », 2/1962. Ancien résistan (...)

56Au reste, je me laisse emporter et je prête à notre entreprise une orientation plus claire et surtout beaucoup plus de cohérence qu’elle n’en avait. Nous n’étions pas un groupe fermé et, sans prêcher longuement pour les recherches interdisciplinaires, nous invitions très directement aux rencontres et, bien entendu, aux débats. C’est dans Sociologie du travail qu’un économiste, François Sellier, introduisait dans son analyse la notion de « niveaux de négociation72 » qui, depuis, a trouvé une place reconnue dans le Code du Travail. Le numéro spécial consacré à la formation dans l’entreprise73 comportait une majorité de textes de praticiens : d’abord parce qu’il constatait l’émergence, dans les grandes entreprises et particulièrement dans les entreprises publiques, d’une pratique nouvelle ou, en tout cas, dont l’importance croissait rapidement grâce à l’initiative d’hommes qui n’étaient pas seulement des hommes de bonne volonté mais aussi des acteurs très lucides du développement de l’entreprise ; ensuite, parce que son objectif même était la réflexion sur cette pratique, un effort, peut-être encore insuffisant, pour en mesurer la portée. Nous avons aussi publié pour participer aux débats sur l’orientation de l’action syndicale, un texte de celui qui allait devenir le Secrétaire général de la CGIL, Bruno Trentin74. Je me rappelle encore avec quels scrupules j’avais cherché à préciser le sens d’un terme comme celui de « conditionnement » avec l’aide directe de la sœur de Bruno Trentin, enseignante à la Sorbonne. J’ai déjà dit à quel point nous nous sommes efforcés d’établir et de garder des contacts internationaux.

  • 75 « Ouvriers et syndicats d’Amérique latine », 4/1961.
  • 76 C’est le n° 2/1966, avec les contributions de Robert Ballon, Kazuo Okochi, Taishiro Shirai (...)

57J’ai trop insisté sur ce qui nous définissait et nous distinguait. Il faudrait au contraire, en relisant les textes, souligner à quel point nous ouvrions nos pages à des points de vue qui étaient loin d’être les nôtres, en tout cas loin d’être approuvés unanimement par les quatre. À l’examen des articles comme à celui des numéros spéciaux, les discussions étaient fréquentes entre nous et parfois les désaccords vifs. Mais une règle non écrite voulait que celui qui défendait un article, celui qui donnait de bonnes raisons pour prouver sa qualité et l’intérêt de le publier finît par l’emporter. Nous n’étions pas tous également convaincus de la justesse et de la pertinence des analyses que les auteurs d’Amérique latine présentaient dans le numéro qui leur était consacré75. Mais nous étions facilement d’accord pour concéder à Alain Touraine qui les avait rassemblés l’intérêt et l’importance de ce mouvement d’idées. C’est parce que les articles des spécialistes japonais des relations professionnelles étaient dérangeants, parce qu’ils présentaient un système et une pratique qu’il était difficile d’assimiler à celles des pays occidentaux, que nous avons tenu à leur consacrer l’essentiel d’un numéro76. Je me souviens aussi du grand débat qui avait accueilli la traduction du livre de March et Simon sur les organisations : Alain Touraine, me semble-t-il, y voyait avec méfiance la reconstruction de l’organisation, c’est-à-dire d’un ensemble social à partir de choix individuels calculateurs et la rationalité limitée lui apparaissait, je crois, comme une facilité puisqu’elle relâchait les exigences de l’explication économique. Michel Crozier avait déjà vu dans cette notion de bounded rationality ce qui lui permettait de faire un pont entre l’analyse sociale et l’analyse économique, ce qui lui permettait aussi de maintenir la rationalité de l’acteur sans le réduire à un agent économique traditionnel. Comme toujours, ce fut le défenseur qui l’emporta.

  • 77 Touraine Alain, « Le Rationalisme libéral de Michel Crozier », 2/1964 ; Crozier Michel, «  (...)

58Le débat était aussi entre nous-mêmes, et nous avons pris le parti de le rendre public. C’était à la fois montrer que la revue n’était pas une chapelle ni le lieu d’une doctrine. C’était aussi, prétention bien plus grande, essayer d’affirmer dans notre milieu une règle de liberté de discussion et de critique que nous jugions essentielle pour le développement de véritables échanges scientifiques et qu’il est toujours difficile d’établir et de sauvegarder. Bref, nous avions l’ambition de donner l’exemple. C’est ainsi que se répondirent deux articles d’Alain Touraine et de Michel Crozier77 où, dans les formes d’une discussion non seulement courtoise mais amicale, les auteurs ne s’épargnaient pas et n’émouchaient pas leurs critiques. Et elles portaient sur le fond : sur la possibilité d’une analyse essentiellement individualiste des faits d’organisation et des faits sociaux ou, réciproquement, sur la difficulté à définir des orientations collectives et des mouvements sociaux. Pour moi, cet échange critique, argumenté sans être polémique, est un des résultats importants de Sociologie du travail.

  • 78 Pour le lecteur, nous avons présenté de longs passages de ce débat dans la troisième parti (...)

59Je me souviens que Georges Friedmann, les deux numéros sur sa table, m’avait demandé d’une voix un peu critique si c’était vraiment là de bonnes manières, si nous n’étions pas en train de nous pousser un peu trop sur le devant de la scène. Je fus d’abord très surpris, puis je m’efforçai de me rassurer en constatant qu’il n’avait guère lu ces deux papiers au-delà des titres. Peut-être cependant n’avait-il pas tout à fait tort. Peut-être avions-nous, en effet, mis en avant nos deux auteurs et, avec eux, toute notre équipe, même si ce n’était nullement une opération consciente de lancement ou de marketing. Cependant, après y avoir beaucoup réfléchi, je persiste à croire que, même si c’était une manière de nous faire valoir, elle n’était pas la plus mauvaise. Je persiste à croire surtout que c’est bien le premier devoir d’une revue que d’ouvrir le débat et je laisse les lecteurs juger, quarante ans après, si, comme je le crois, la qualité de ce débat nous justifiait78.

  • 79 Reynaud Jean-Daniel et Bourdieu Pierre, « Une sociologie de l’action est-elle possible ? » (...)

60Puis-je donner un exemple parallèle ? À mon initiative, nous avons écrit, Pierre Bourdieu et moi-même, un compte rendu critique assez approfondi de la thèse d’Alain Touraine pour la Revue française de sociologie (bien entendu, en imprimant en même temps la réponse d’Alain Touraine avec qui nous avions eu un long entretien)79 : avec, je crois, le même souci d’ouvrir et de permettre le débat comme on peut le faire en toute amitié. J’ai assez aimé ce rôle. Jean-René Tréanton me disait gentiment que j’étais le Nestor de la sociologie. Nestor est évidemment moins prestigieux qu’Achille ou Ulysse mais, si l’on veut bien y voir celui qui transforme la guerre ou la dispute en débat et celui qui fait progresser le débat, je ne suis pas fâché de ce rapprochement. Je ne sais pas si je méritais ce titre mais je serais heureux de l’avoir mérité.

  • 80 Crozier Michel, « Classes sans conscience ou préfiguration de la société sans classes », i (...)

61Les différentes revues dont toutes, à part les Cahiers internationaux, s’étaient constituées après la nôtre, n’étaient pas des forteresses hostiles les unes aux autres. Au moment même où nous étions en train de publier Sociologie du travail, nous avons tous écrit dans d’autres revues : je pense à l’article, majeur pour son orientation, que Michel Crozier a donné aux Archives européennes80, ou à mon article sur Sartre dont j’ai déjà parlé. La revue n’était pas fermée et nous n’étions pas enfermés dans la revue.

62Pourquoi avez-vous arrêté en 1966 ?

  • 81 Diffusion atteignant 2 000 exemplaires vendus pour les meilleurs mois. [Sources : archives (...)

63Pourquoi avons-nous cédé la place à la fin de 1966 à une nouvelle équipe et pourquoi lui avons-nous légué Sociologie du travail ? J’ai beau m’interroger, je n’ai qu’un souvenir très vague de ce qui nous a déterminés. Je me souviens seulement que la décision a été prise sans grande difficulté et même très vite. Ce n’était pas, je crois, les divergences entre nous qui nous avaient motivés. Peut-être, en revanche, le poids de ce travail commençait-il à devenir très lourd alors que les obligations de la vie universitaire s’accroissaient pour chacun de nous. Peut-être aussi la revue, à force d’être ouverte, était-elle devenue une revue généraliste plutôt que spécialisée, et chacun de nous avait envie d’approfondir son propre domaine et d’y consacrer plus de temps. Il n’est pas exclu enfin que nous ayons mis quelque élégance à ne pas vouloir garder la possession d’une revue qui était à cette date la première revue française par sa diffusion81. Pour ceux qui exaltaient l’ouverture et le débat, y avait-il une meilleure conclusion que de céder la place à un groupe plus jeune ? Une décision n’est pas nécessairement mauvaise parce qu’elle n’a pas coûté beaucoup d’efforts.

Alain Touraine82

  • 82 Entretien réalisé le 13 décembre 2002 à son domicile.

64Pouvez-vous évoquer le contexte de l’époque ?

  • 83 Alain Touraine est peut être un homme « sans mémoire », mais c’est grâce à son souci d’arc (...)

65Ce qui est difficile, pour vous répondre, c’est de revivre cette période, la comprendre en historien. Cela m’est difficile car je suis un homme sans mémoire83. Et la difficulté, quelle que soit la conception que l’on ait de l’histoire, est d’essayer de comprendre ce qu’étaient les gens à cette époque-là. Ils étaient complètement différents d’aujourd’hui.

66Je suis un homme de la Libération, Libération qui se termine, d’une certaine manière, en 1948, après la deuxième grande grève et la rupture complète avec les communistes. Période désordonnée, contradictoire, sans avenir, période merveilleuse aussi parce que nous découvrions la réalité. Après la guerre, j’ai été dans la situation d’un étudiant qui a fait des études classiques et qui, à la fin de ses études, arrive à la surface comme un scaphandrier qui remonte trop vite… avec des bulles dans le cerveau. C’est de ce moment-là dont je voudrais d’abord parler, parce que je pense que tout ce que je suis, je le dois à cette période.

67J’appartenais à une famille qui ne croyait qu’au travail. J’ai été élevé dans un monde très puritain, un monde de garçons. Mon père me disait à 11 heures du soir : « Tu vas te coucher ? Tu n’as plus de travail ? ». Mon père – qui était médecin et fils d’un petit employé des PLM (les lignes Paris-Lyon-Marseille), qui n’avait pas son bachot – n’a même pas imaginé que je puisse aller à l’université. Il m’a dit : « Tu fais Polytechnique, Normale ou l’Internat ». Les Écoles, le travail, ça allait de soi. J’ai grandi dans les livres. Évidemment, il n’y avait pas de vacances. Mes seules sorties, c’était pour aller à la Comédie Française ; je me souviens surtout du Soulier de Satin ! Autre chose : l’importance que représentait la catégorie « nationale » à l’époque. J’étais complètement français. La littérature, c’était pour moi avant tout la littérature française [...]. Donc, le travail, le travail intellectuel, la nation. Les gaullistes et les communistes, c’était la nation. La France de la Libération, c’était la nation.

68La France d’avant la guerre et de la guerre était un pays qui ne comprenait rien à rien, qui avait les préjugés les plus épouvantables, qui n’était moderne en rien. Je voulais simplement foutre le camp. Partir de l’École Normale, du monde des profs. Et donc je me suis baladé d’abord pendant trois mois dans l’Europe de l’Est, et c’est là que j’ai fait ma première publication, sur la réforme agraire en Hongrie ! Quand je suis revenu – c’était au moment de la grève de 1947 –, c’est à ce moment-là que, par le hasard des choses, j’ai commencé à rencontrer la réalité, c’est-à-dire Friedmann. J’ai lu Friedmann : j’ai acheté Problèmes humains du machinisme industriel et ça a été pour moi un coup de tonnerre. Cet homme a été la première personne qui me parlait de la réalité. J’ai été fasciné. Friedmann pour moi a été – un mot que je n’emploie pas – mon « Maître ». Nos rapports n’ont pas toujours été faciles. On s’est fâchés lorsqu’avec Edgar Morin, lors d’un séminaire, j’ai fait un commentaire sur Le travail en miettes. Je ne comprenais pas cette approche par Friedmann de l’homme dans son milieu (il opposait milieu naturel et milieu technique) et moi à l’époque, j’étais plutôt « classe contre classe ». C’est lui qui avait raison.

  • 84 Viviane Isambert-Jamati avait fait l’une des premières recherches de sociologie industriel (...)
  • 85 D’après les archives du CNRS Madeleine Guilbert est rentrée en 1951, la même année que Jea (...)
  • 86 Pierre Naville est rentré au CNRS en 1945. Sur la trajectoire de Naville comme sociologue (...)

69Je suis entré au CNRS en 1950. Il devait y avoir deux chercheurs en sociologie. J’y suis entré en même temps qu’Edgar Morin et Viviane Isambert-Jamati84, et je me demande s’il n’y avait pas Madeleine Guilbert85. Et qui étaient les sociologues ? C’était Maucorps, ancien élève de l’École Navale, passé à la France Libre, Chombart de Lauwe, officier-pilote dans la RAF ; c’était Friedmann qui était à Toulouse dans la clandestinité ; c’était Gurvitch, qui rentrait des États-Unis. Il y avait aussi Naville, mais un peu à part, car c’était d’une certaine manière l’ennemi86. On était du côté Naville ou du côté Friedmann. Naville était un personnage extraordinaire, un homme aussi brillant que Friedmann l’était peu. Il faisait partie de ces gens qui ont, comme il y en a eu pendant de longues périodes et comme il y en a de moins en moins, des lumières sérieuses sur tout. Et qui a été mêlé aux plus grands débats. Il détestait Friedmann qui était devenu un personnage relativement populaire, dont les livres avaient du succès alors que ceux de Naville n’en avaient pas. Mais je n’ai jamais bien compris pourquoi il faisait de la sociologie du travail. Donc la première chose à dire est que ce mini-monde, qui était mon seul rapport avec la réalité, était fait de gens qui avaient fait la guerre, de gens qui avaient réfléchi sur la tragédie du monde. Moi, pas du tout. Je ne comprenais rien à rien. Moi, dans le métro, pendant la guerre, qu’est-ce que je faisais ? Je lisais Homère dans le texte. Quand il y avait un bombardement, on descendait à la cave, au lycée Louis-le-Grand, et on continuait… Invraisemblable ! Donc je suis tombé sur ces gens, Maucorps, Morin, Friedmann, qui, eux, avaient l’intelligence d’avoir été des combattants – et je me permettrai de dire que l’absence de cette expérience est quelque chose qui manque à quelqu’un toute sa vie. C’est une expérience qui ne se remplace pas, surtout quand c’est une guerre qui est aussi chargée de significations. C’était cela, la sociologie, mais pour moi la sociologie, ça ne voulait rien dire.

  • 87 Friedmann Georges, Journal de guerre, 1939-1940, Paris, Gallimard, 1987 (préfaces d’Edgar (...)
  • 88 L’Heure du choix, Paris, Les Éditions de Minuit, 1947.
  • 89 Ce point sera relevé par les autres fondateurs dans leur second entretien : eux aussi n’on (...)

70Au début, à la Libération, il n’y avait rien. Ensuite, la vie intellectuelle française, ce n’est pas la sociologie qui l’a remplie. Pendant quarante ans, ça a été d’abord un peu de marxisme, puis le structuralisme, puis le post-structuralisme, et puis, de Lacan à Foucault… Et donc nous, sociologues, avons été des gens isolés, quelquefois vilipendés, qui avions une forte conscience d’être minoritaires. Il faut bien vous rendre compte, pour quelqu’un de ma génération, qu’être sociologue, c’était infamant. J’avais des amis mathématiciens et je me rappelle toujours l’un d’entre eux, un grand informaticien théoricien, me disant, à propos d’un garçon de ma génération : « Pourquoi est-ce qu’il fait de l’informatique et pas de l’algèbre ? ». Et moi, les gens me disaient – et me disent encore : « Pourquoi n’as tu pas fait de la philo ? » J’étais normalien, donc… pas complètement analphabète, mais c’est tout. C’est clair qu’on a été déconsidéré par un certain type d’intelligentsia, durant les vingt grandes années du marxisme. J’ai toujours eu des sentiments très admiratifs à l’égard de Foucault, mais c’est vrai que ce monde-là était à l’extrême opposé du mien. La France, pratiquement seule au monde, s’est figée dans une vision de l’histoire qui n’a aucun rapport avec la réalité, que Furet a parfaitement décrite ! Les Français, pour sauver le communisme, ont refusé la notion de totalitarisme et se sont attachés à la notion d’antifascisme qui ne tenait pas debout. Il suffit de regarder la date à laquelle les intellectuels français ont quitté le PC, c’est stupéfiant : après 1956, après 1968, enfin…! C’est incroyable ! A ce sujet, le Journal de guerre87 de Friedmann est très intéressant parce qu’il y fait une condamnation très violente du pacte germano-soviétique. Or Friedmann et ses copains, avec Jean Cassou, Claude Aveline, Louis-Martin Chauffier, Vercors, en 1948, au moment du déchirement, à « l’heure du choix », disaient : « Il faut choisir avec les communistes88 ! » Leur position était liée à la guerre, ils avaient été avec les communistes, cela allait, comment dire, dans « le sens des choses ». Et puis il faut aussi vous rendre compte que si, pour la génération d’avant moi, Verdun, c’était un mot bouleversant, pour ma génération, Stalingrad est un mot émouvant. Pour moi, Stalingrad, c’est les gens qui nous ont sauvés en se faisant tuer. Vous ne pouvez pas comprendre ce qui s’est passé pendant cinquante ans si vous ne comprenez pas que les Français, à la Libération, sortant, je le répète, du non sens, vivent pendant un moment avec l’idée que tout est très clair, qu’il faut mener de front industrialisation et révolution. Et moi qui n’étais pas communiste du tout, j’ai intensément cru à l’histoire, au développement des forces productives, au volontarisme et en même temps, j’étais quelqu’un qui n’était pas marxiste mais qui croyait beaucoup au mouvement ouvrier et aussi à tout ce qui venait après. Les problèmes du travail, le devenir historique, les classes, c’était ça, nos catégories. Et puis j’ai eu une passion pour le feu, la sidérurgie, les mines, les usines. Mais je n’ai jamais été communiste. Je suis presque le seul à n’avoir jamais été communiste89.

  • 90 C’est Alain Touraine lui-même qui se charge d’une note (très) critique du Traité de Sociol (...)

71En 1952-1953, je suis parti aux États-Unis, à Harvard, et là j’ai écouté pour la seule fois de ma vie un cours de sociologie, qui était le cours de Parsons. J’en suis sorti malade, je ne pensais pas qu’on puisse penser comme ça90. C’était un monde complètement étranger pour moi, et donc je me suis battu contre Parsons pendant des années. Ensuite je suis retourné aux États-Unis comme prof à Columbia en 1957, où j’ai eu de meilleurs rapports. J’ai rencontré surtout Lazarsfeld. C’est vrai qu’on lisait les auteurs américains, mais dans le climat français, on était très anti-américain. D’autres, comme Michel Crozier, étaient plus favorables à la pensée américaine. Reynaud a peut-être été aussi plus marqué par la sociologie américaine, parce que les labour relations étaient devenues sa grande spécialité. Cela dit, aux États-Unis, je me suis occupé des problèmes du travail. Je suis peut-être le seul Français qui ait lu l’intégralité des comptes rendus de l’AFL avec le plus vif intérêt. C’est toujours resté un de mes petits sujets d’intérêt que le renversement simultané aux États-Unis et en Allemagne et en France des syndicats par rapport au fordisme, au taylorisme, dans les années 1923-1924, et au moment où Lénine d’ailleurs fait la même chose avec le stakhanovisme. J’ajoute que j’ai repassé un an à Billancourt, chez Renault, pour compléter mon livre qui parut en 1955. J’ai été voir des tas de choses d’atelier que je n’avais pas vues. C’est beaucoup plus long, c’est beaucoup plus élaboré… J’allais tous les matins prendre le métro à Billancourt. Renault était le symbole d’une époque. Tout ça m’a occupé passionnément.

  • 91 Le CES était au 54 rue de Varenne.
  • 92 Alain Touraine était le premier des fondateurs à créer son laboratoire. Le LSI était alors (...)

72Il y a un autre aspect des choses, qui a été un des délices de ma vie. C’est qu’il n’y avait rien d’organisé. Si j’avais 20 ans, je ne sais pas ce que je ferais, mais sûrement ce serait dans un secteur nouveau, où il n’y a rien. J’ai toujours eu un goût un peu entrepreneurial. Nous créions des équipes. J’étais au CNRS et (à mon retour des États-Unis), j’avais créé rue de Varenne91 un groupe, qui est devenu un centre quand je suis entré aux Hautes Etudes en 1958, le Laboratoire de sociologie industrielle (LSI). Nous étions dans ce petit hôtel particulier, dans les caves92. C’était somptueux ! Je me rappelle qu’avec Reynaud, on faisait des concours de saut en longueur dans le petit jardin qui est derrière…

  • 93 Nicole de Maupeou travaillait sur les jeunes ouvriers.
  • 94 Il s’agit des Archives européennes de sociologie créée en 1960.

73Proche de nous, les gens de Friedmann, il y avait un autre groupe qui était à Sciences Po. Avec Tréanton, Henri Mendras, Éric de Dampierre et Nicole de Maupeou93. Un jeune garçon qu’on voyait aussi de temps en temps, c’était Robert Badinter. Il y avait des relations assez étroites entre les deux groupes. Dampierre nous impressionnait. Il publiait une revue en allemand, anglais et français94, il savait tout. On se voyait beaucoup. Tout ça circulait assez bien.

74Pourquoi ces quatre fondateurs ?

75Moi, j’étais du genre froid, romantique coincé. Reynaud était du genre classique. Crozier préparait toujours un coup. Il voulait intervenir dans la vie sociale, avoir des liens avec les gens influents. Nous avions des tempéraments très différents, mais nous étions d’une génération où tout le monde était silencieux : on ne parlait pas à l’école, on ne parlait pas dans la famille. On était des types qui ne savaient pas tellement communiquer, on était coincés. Les femmes étaient beaucoup plus modernes que nous, et surtout beaucoup plus communicatives. Elles pourraient vivre très normalement aujourd’hui, alors que les types comme nous, ils ont de la peine. Ma femme était quelqu’un d’aussi douée pour les relations humaines que je ne le suis pas. C’est d’ailleurs grâce à elle que je suis resté en contact avec Crozier et que je me suis aussi rapproché de Friedmann, parce que Friedmann l’appréciait beaucoup. Les femmes représentaient la partie vivante de la réalité.

  • 95 Crozier Michel, « Human engineering », in Les Temps modernes, vol. 7, 1951, p. 44-75.

76Crozier s’était fait au début de sa carrière une image d’homme de gauche à cause d’un article qu’il avait publié dans Les Temps modernes contre les Human Relations95. Mais il y avait un rapport plus fort entre Crozier et moi, qui passait à travers les femmes. Étant donné que Cristina était espagnole et Adriana chilienne, elles parlaient en espagnol entre elles, et on allait à la campagne chez les Crozier qui avaient une maison de campagne près de Dreux. Bon, ça, c’était mon petit milieu, les anniversaires, c’était les petits Touraine, les petits Crozier, les petits Moscovici. C’était ça, notre gentil groupe, si vous voulez. Mais Crozier était déjà, en même temps, dans un monde de gens plus sérieux et je crois avoir été le premier à saisir l’importance de ce qu’il faisait. En 1968, nous avons rompu et cela a duré quand même longtemps.

  • 96 Plus exactement, et Jean-Daniel Reynaud a attiré notre attention sur ce point, Charles-And (...)
  • 97 Sur l’élection de Jean-Daniel Reynaud à la chaire d’Histoire du travail et des relations p (...)
  • 98 C’est en 1965 que Jean-Daniel Reynaud, avec François-André Isambert devient rédacteur en c (...)

77Avec Reynaud, il y avait d’une certaine manière une origine commune (l’ENS), mais en fait ce n’était pas une origine commune, car il venait de Henry IV et moi de Louis-le-Grand. Louis-le-Grand, c’était infiniment plus sérieux. Il était à Henry IV avec des gens intéressants et moi à Louis-le-Grand avec des gens qui travaillaient ; et puis enfin, il était philosophe et moi historien. Un historien qui se sent supérieur, on n’a encore jamais vu ça, c’est réservé aux philosophes ! Mais enfin, il y avait, me semble-t-il, chez Reynaud, des motivations assez analogues aux miennes. J’ajoute que j’ai eu de bons rapports avec son beau-père, qui était un personnage extraordinaire, Charles-André Julien, l’homme qui a été ministre du Front Populaire et décolonisateur96. Il y avait quand même une grande proximité entre nous, mais je me suis toujours senti un peu éloigné des tendances de Reynaud. C’est parce qu’il cherchait toujours l’accord, et moi j’aimais mieux quand il y avait du désaccord. C’est un homme qui arrive armé d’un langage très bien contrôlé. Il dit ce qu’il veut dire, et avec les phrases qui sont restées pour moi la définition de Reynaud : « Je suis d’accord, mais juste un petit détail… » et à ce moment-là, il renverse tout. Moi, je préfère y aller directement : « Allez, tout ça, c’est de la connerie ! », quitte ensuite à revenir en arrière. Et il y avait chez Reynaud un grand souci de création de systèmes formalisés, très élaborés, de belles machines intellectuelles. Il est certainement de nous tous celui qui a l’esprit le plus classique. Reynaud a ensuite hérité du Conservatoire, la Chaire de Friedmann97, ce qui ne m’a pas fait plaisir, d’ailleurs… ; ensuite, il a fini par s’occuper de la Revue française de sociologie, c’est-à-dire vraiment le contraire de Sociologie du travail98.

78Tréanton, c’est un lecteur. Parce qu’il a toujours dit : « Moi je suis un bourgeois de province, ce qui m’intéresse, c’est de m’asseoir dans un fauteuil et de lire un livre, que j’ai été prendre comme ça, un livre inconnu. » Il aime toujours ça, c’est un grand lecteur.

79Nous qui avions fait Sociologie du travail, nous étions déjà relativement différenciés. On avait déjà fait dix ans de sociologie du travail, mais par rapport aux trois autres, je crois que j’étais celui qui était le plus passionné par les problèmes du travail.

80Pourquoi Sociologie « du travail » ?

81Peut-être parce que les catégories du travail constituaient le seul lien entre la vieille France et la nouvelle France. Les gens qui travaillent beaucoup, j’ai toujours été élevé là-dedans. D’ailleurs, j’ai toujours considéré que les gens qui travaillent dans des entreprises industrielles, y compris comme patrons, sont des gens respectables, tandis que les gens qui s’occupent de banque ou d’argent ne sont pas respectables. Je le dis avec la naïveté la plus extrême, parce qu’ils appartiennent généralement au même monde.

82N’ayant aucune connaissance sur la vie sociale, le travail était pour moi la catégorie structurante. Il ne m’est pas venu à l’idée une seule seconde de faire de la sociologie religieuse. Il n’y avait d’important que le travail. Les catégories de la société sont produites par son travail. À l’époque, cette vision des choses était pour moi au-dessus de tout. La sociologie du travail, pour moi, c’était la sociologie : il n’y avait rien d’autre. Si, il y avait quelque part au fond du tableau des universitaires ; cette espèce commençait à proliférer, mais elle nous semblait paléolithique.

83Sociologie du travail, c’est la revue qui, du point de vue du travail, traite les grands problèmes du devenir social. Ce n’était pas du tout une revue professionnelle. Je ne dis pas que la revue a correspondu à ce qu’on voulait, mais notre objectif à nous était très clairement de mettre en acte ce qui avait été notre expérience et notre conviction que le travail, c’est le cœur de la société : si vous voulez comprendre la société, montez en haut d’un terril, ne montez pas en haut de la Tour Eiffel ou de l’Arc de Triomphe !

84Pouvez-vous nous parler du fonctionnement de la revue ?

85Il faut comprendre qu’après la guerre, les chercheurs vivaient dans un vide institutionnel et dans un tout petit monde, un monde privé. Je veux dire qu’il n’y avait pas d’institutions. Et donc nous nous sommes fait une revue. On était la génération du renouveau, on était des bâtisseurs : les gens commençaient à s’installer dans des appartements mais nous, les ouvriers du bâtiment, nous étions sur les chantiers. Au fond, on a fait marcher Sociologie du travail pour laisser quelque chose derrière nous, pour construire. Tout ça s’est fait sans tellement d’histoire. On était quatre et on a tout fait.

  • 99 Trois articles. Jean-René Tréanton en a écrit deux, Michel Crozier un et Jean-Daniel Reyna (...)

86Je ne sais pas comment est venue l’idée de la revue, mais à l’époque, nous étions déjà très adultes. Lorsque Sociologie du travail a été créée, c’était un peu la fin de la jeunesse pour nous, la fin d’une période. C’est comme le Traité de sociologie du travail, dans lequel j’ai beaucoup écrit99. Ce Traité a été une méchante affaire, puisque Naville y a beaucoup travaillé, Friedmann pas du tout et c’est finalement Tréanton qui a fait le boulot. En tout cas, même si nous étions encore en plein dans la période Sociologie du travail, tout ça, c’était déjà un bilan. Et Dieu sait que j’y ai fait du travail ; j’ai énormément travaillé pour Sociologie du travail. Mais au début des années 60, nous n’étions plus des débutants.

87Je ne pense pas qu’il y ait eu de gros débats entre nous sur le contenu même de la revue. À propos des échanges que nous avions eus au sujet du Phénomène bureaucratique, de Crozier, le compte rendu que j’en avais fait dans Sociologie du travail (« Le rationalisme libéral de Michel Crozier ») était un article très favorable à son bouquin. S’il s’est senti attaqué, je pense que c’était un problème de tempérament. Il se sentait souvent méprisé, peut-être parce qu’il n’avait pas fait d’études nobles, en ce sens qu’à l’époque HEC n’était pas une grande école.

88Donc il était un peu susceptible. Nos rapports n’ont pas toujours été très faciles, mais ils sont redevenus très bons et j’ai personnellement pour son œuvre, et en particulier pour Le Phénomène bureaucratique, une grande admiration.

89Petit à petit, de la manière la plus naturelle du monde, nous avons pris des chemins différents. Reynaud est allé très vite vers les problèmes de relations de travail, Crozier très vite lui aussi vers des problèmes de sociologie des organisations. Avec raison. La sociologie des organisations est vraiment ce qui a tué le fonctionnalisme parsonien et cela depuis Simon, March et d’autres. Toute l’équipe qu’il a créée a été un grand acteur de la pensée sociologique. Et Crozier l’a bien vécu, sans trop théoriser, mais en élaborant bien ses analyses, et puis il s’est intéressé aux problèmes de décision et ensuite aux problèmes de l’État…

  • 100 La référence temporelle que donne ici Alain Touraine est antérieure à la naissance de la r (...)

90Et moi je suis passé du côté mouvement ouvrier/mouvements sociaux. Avec la sociologie du travail, mes rapports se sont un peu espacés à partir, je dirai, de la recherche sur Mont-Saint-Martin, laminoir situé à la triple frontière de la France, de la Belgique et du Luxembourg. À ce moment-là, Reynaud et moi avons été des superviseurs, mais ceux qui ont vraiment fait la recherche, c’est Dofny et Mottez, les « Gaston et Gaston100 ». Je ne peux pas dire que j’aie investi énormément dans cette affaire car je m’étais déjà jeté dans ma grande enquête sur La conscience ouvrière. Si j’ai voulu faire quelque chose en sociologie, c’est bien de passer de la situation à l’acteur. Je ne sais pas comment expliquer ça, parce que, pour moi, c’est vraiment central, mais mon tempérament, ma tête, etc., me portaient vers des notions quasiment spiritualistes, dans la mesure où j’avais eu une certaine formation religieuse, et où la conscience de classe était grosso modo de ce type-là. Et donc je m’intéressais à ça, à la capacité d’agir. Ma vision des choses, c’était quand même : le monde est transformé par les travailleurs et, par conséquent, qui sont ces gens exactement ? Je n’aime pas les consommateurs, j’aime les producteurs.

  • 101 Michel Crozier reviendra sur cette affirmation dans son second entretien.

91On s’est vite trouvé suivre des voies différentes. Comment dirais-je ? C’est très difficile de vous faire comprendre ça ; nous étions 3 ou 4 ou 5 ou 6, car il y avait aussi Morin, Barthes, etc., et nous arpentions la terre entière. Donc, que l’un s’occupe d’organisations, l’autre de relations professionnelles, rien de plus normal. Il y avait de la place pour tout le monde. Je m’excuse de parler de cette manière-là, mais nous étions chacun remplis d’une œuvre à faire. Aucun d’entre nous, en tout cas ni Crozier ni moi, à l’époque, n’avions le moindre doute sur le fait que nous allions faire des œuvres101. Pour Reynaud, c’est moins sûr parce qu’il n’était pas l’homme de l’effusion et de l’expression, mais il construisait. Pour Tréanton, c’était différent ; il était un lecteur et un organisateur, pas un auteur.

92Pourriez-vous qualifier la revue en « trois mots » ?

93Probablement, je dirais histoire. On était des gens qui voyaient un monde se développer, un monde se faire. Le deuxième, je ne sais pas comment dire, c’est le lien entre la pensée et la réalité, mais pas militant : la pensée de la réalité. Et puis je pense quand même que le troisième « mot » a été très rapidement, comme pour d’autres d’ailleurs, créer un espace de liberté, après la fin de la Libération, un petit espace entre le monde communiste et le monde de la droite au pouvoir…

Jean-René Tréanton102

  • 102 Entretien réalisé le 19 novembre 2002, au Centre de recherche en gestion de l’École Polyte (...)

94Comment en êtes-vous venu à la sociologie du travail ? Pourriez-vous nous parler du contexte ?

95Je suis sorti de Sciences-po (section administrative) en 1945, dans un bon rang : logiquement cela me destinait à l’ENA qui venait d’être créée. Mais je suis tombé malade, et j’ai dû y renoncer. C’est alors que j’ai commencé à lire de la sociologie (Gurvitch, Friedmann, etc.). Un livre de celui-ci, Problèmes humains du machinisme industriel, m’a spécialement intéressé, quand il est sorti en 1947. J’ai sollicité un rendez-vous de Friedmann pour lui demander si je pouvais travailler sous sa direction. Il m’a aimablement reçu, mais m’a immédiatement objecté : « Avez-vous fait des études de sociologie ? » J’ai répondu qu’en la matière, j’étais un autodidacte. « Eh bien, m’a-t-il dit, allez vous asseoir quelques années sur les bancs de la Sorbonne, et alors seulement revenez me voir ».

96Huit jours après cette rebuffade se présente chez moi un quidam élégant, vêtu de tweed, ne fumant que des Players Navy Cut : Paul Hassan Maucorps, personnage haut en couleur (Hassan, parce qu’il était né à Istanbul, où son père était attaché militaire). Ancien officier de marine, de la meilleure bourgeoisie (son frère jumeau, père jésuite, était supérieur de Franklin), il avait gagné sa Légion d’honneur dans les maquis, d’où il avait aussi ramené une tuberculose qui devait le faire mourir assez jeune et une inscription au Parti communiste qui détonnait avec le reste.

97Pour l’heure, en tant que directeur de recherche au CNRS, il se souciait de recruter des enquêteurs (des « sbires », comme il disait) en vue d’une enquête de sociométrie dans les écoles parisiennes. Friedmann lui avait donné mon nom parmi d’autres. Si j’acceptais, il me mettrait en relation avec le Centre d’études sociologiques (c’est la première fois que j’entendais parler du CNRS) où j’aurais accès à des livres américains dont une bonne partie avait été rapportée par Gurvitch des États-Unis : je me formerais ainsi à la sociologie pour répondre au vœu de Friedmann, qui remplaçait d’ailleurs Gurvitch, cardiaque, comme directeur de ce centre.

  • 103 Paul-Hassan Maucorps avait d’ailleurs traduit en français l’ouvrage de Jacob Moreno, publi (...)

98J’ai donc fait partie d’une équipe d’enquêteurs où j’ai retrouvé Lucien Brams, qui donnait souvent à Maucorps des leçons de militantisme, Éric de Dampierre, destiné à devenir un de mes meilleurs amis, Van Bockstaele, futur promoteur de la socianalyse en milieu de travail, Roger Lambert et quelques autres. Maucorps, féru de sociométrie, admirateur de Jacob Moreno103 et d’Helen Jennings, nous enseignait des méthodes très quantitatives dans une atmosphère joyeusement bohème. Cela dura six mois, au bout desquels j’eus la chance, grâce à Friedmann, d’obtenir une bourse d’un an à l’université de Yale aux États-Unis : aubaine miraculeuse dont bénéficièrent également, par des voies différentes, Dampierre et Mendras, mais à Chicago.

  • 104 Crozier Michel, Usines et syndicats d’Amérique, Paris, Éditions Ouvrières, 1951.
  • 105 Tréanton Jean-René, Le Syndicat dans l’entreprise américaine, Thèse, Paris, FNSP, 1953.

99À mon retour d’Amérique, en 1951, je fis la connaissance de Touraine, de Crozier et de Reynaud. Le premier devait partir à Harvard l’année suivante ; quant au second, il avait déjà séjourné outre-Atlantique d’où il avait rapporté un petit livre sur les syndicats américains104. J’entrai comme eux au CNRS, dont le département de sciences humaines était en pleine gestation. Je travaillais à une thèse de sciences économiques sur le mouvement ouvrier aux États-Unis, que je devais soutenir l’année suivante105.

Affiche du CES annonçant la venue de Jacob Moreno en avril 1951 [Archives du CNRS, versement 19780305 art 11, Atelier photographique des Archives nationales/S. Reby]. Jean René Tréanton, rappelle, par ailleurs, que Georges Gurvitch avait, dans le numéro trois des Cahiers internationaux de sociologie, consacré un article à l’œuvre de Jacob Moreno, « Microsociologie et sociométrie », tandis que leur revue Sociometry, avait publié un article de Paul H. Maucorps « Sociometric tests in the French army » dont, indiquait Jean-René Tréanton « celui-ci n’est pas peu fier ». Tréanton Jean-René, « Une rencontre avec Everett C. Hugues », op. cit., p. 74).

100Les élèves de Friedmann se retrouvaient le soir, un mercredi sur deux, à un séminaire informel dans les locaux du Centre d’études sociologiques, Rue de Varennes. On y rencontrait des gens de l’industrie, comme Jean Myon ou Raymond Vatier, de la Régie Renault, des fonctionnaires du ministère du Travail et d’autres personnalités extérieures à l’université et au CNRS. Je me rappelle une séance organisée par Naville sur les problèmes du travail en Afrique, une autre sur la délinquance juvénile à laquelle participèrent des gens du ministère de la Justice, une autre sur

Affiche du CES annonçant pour l’année 1956-1957 les programmes des différents séminaires.
[Archives du CNRS, versement 19780305 art 11, Atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].

Les programmes du CES
L’affiche reproduite ici, porte sur l’année 1954-1955. On le voit, parmi 11 groupes d’études, deux sont consacrés au travail : « Sociologie industrielle et sociologie du travail » et « Sociologie des classes. Mobilité sociale et géographique ». Sont annoncés, rattachés au premier groupe des interventions sur : « Cadres et problèmes sociaux dans les transports aériens, critères et structure de la main d’œuvre », « Corrélation professionnelle familiale », « étude de l’emploi des femmes dans l’industries, attitudes des ouvrières de l’industrie à l’égard du travail et de la société ». Dans le second groupe : « Sociologie des groupes professionnels : personnels des chèques postaux et employés banque assurance », « Origine des instituteurs dans le département de la Seine pendant les cinquante dernières années », « Enquêtes sur le recrutement de la profession médicale », « Les travailleurs nord africains dans la métropole ».
En 1956-1957 le programme consacré au volet « travail » s’étoffe autour de trois sous rubriques :
- Sociologie du travail : « L’industrie de la chaussure » (Jacques Dofny), « L’absentéisme des femmes salariées » (V. Isambert Jamati), « Relations interethniques en sociologie industrielle » (Mme A. Michel), « Division du travail et idéologie » (H. Raymond), « Sociologie du travail » (Jean-Daniel Reynaud), « Les attitudes des ouvriers à l’égard du travail et de la société » (A. Touraine), « Aspects psychologiques et sociaux du vieillissement de la population active ».
- Sociologie ouvrière : « La famille ouvrière en France depuis 50 ans : l’isolement social » (L. Brams), « Les travaux d’ouvriers et leur valorisation vus par les O.S » (Melle Jacqueline Gauthier), « La main d’œuvre féminine et les postes de travail des femmes » (Mme M. Guilbert), « Sociologie ouvrière » (P. Naville), « Les enfants d’ouvriers dans l’enseignement secondaire » (Mme C. Peyre)
- Sociologie des professions : « La mobilité géographique des instituteurs du département de la seine » (Mme. Berger), « Employés et petits fonctionnaires : comportements dans l’entreprise et attitudes socioculturelles » (M. Crozier), « Etude sociologique des peintres » (R. Passeron). La plupart de ces auteurs publieront dans Sociologie du travail et/ou la Revue française de sociologie sur ces thèmes travaillés deux ans plus tard.
[
Sources : Archives nationales, versement 1978305 art 11]

  • 106 En fait, nous avons retrouvé dans les archives d’Alain Touraine un compte rendu d’une réun (...)

l’expérience yougoslave. C’était une atmosphère très stimulante. Je ne pense pas, malheureusement, que les archives en aient été conservées106. Il y avait en outre le séminaire de Friedmann, également tous les quinze jours, à l’École des hautes études, où la plupart avaient coutume de se retrouver. D’autres fois, Friedmann nous réunissait chez lui (principalement Touraine, Reynaud et moi) pour faire le point et nous confier diverses tâches d’intérêt collectif. Parfois, il nous invitait à dîner dans un petit restaurant de son quartier. C’était un homme agréable et chaleureux, très attentif aux réactions des jeunes.

  • 107 Dans un article consacré à Everett Hugues, Jean-René Tréanton avait une première fois rela (...)

101Son grand mérite, c’était de les encourager à aller sur le terrain, à pratiquer une sociologie très proche du concret. Lui-même avait toujours parcouru les usines, un carnet à la main, interrogeant les ingénieurs et les ouvriers, cherchant le contact des patrons soucieux de donner au taylorisme « un visage humain ». Il suivait de près les travaux des sociologues anglais et américains. Son point faible, c’était de ne pas voir les limites de cette méthode : je ne l’ai jamais entendu se soucier d’épistémologie, ni mettre en question la sociologie empirique en tant qu’approche « scientifique », ce qui allait devenir très à la mode dans la génération « structuraliste » (ou « marxo-structuraliste ») qui suivit la nôtre. Je me rappellerai toujours William Foote White me disant au cours d’un déjeuner, aux États-Unis, « Friedmann est très bien, mais il manque d’esprit critique107 ».

  • 108 Olga Raffalovitch était Directeur adjoint du travail au ministère du Travail et de la Sécu (...)
  • 109 Plus précisément c’est Jean Stoetzel qui fut, à partir du 20 août 1957, suite à la démissi (...)
  • 110 Enquête pilotée par Marc Maurice. Pour une présentation de la trajectoire scientifique voi (...)
  • 111 Voir notamment, Tréanton Jean-René, « Les réactions à la retraite. Une étude psycho-sociol (...)

102Comment avons-nous créé la revue Sociologie du travail ? Il faut reconstituer le contexte de l’époque. À la fin des années 50, nous étions assez nombreux au CNRS. On venait de créer la licence de sociologie. Les universités commençaient à recruter quelques sociologues (je suis parti à Lille fin 1959, à l’initiative de Raymond Aron, Friedmann tentant de me dissuader). Des recherches se développaient. Pour leur donner un cadre administratif et scientifique, nos patrons, nos cautions (Friedmann, Stoetzel, etc.) jouèrent un rôle actif dans la naissance de l’Institut des sciences sociales du travail, accouché au forceps à la fois par la Sorbonne, la Faculté de droit de Paris et le ministère du Travail où régnait la forte personnalité d’Olga Raffalovitch108. Un de ses collaborateurs, Yves Delamotte, qui venait de l’ENA, fut détaché pour assurer la direction de la branche « recherche » de l’ISST ; la branche « enseignement » fut confiée à un éminent professeur de droit du travail, Paul Durand qui devait mourir tragiquement dans le séisme d’Agadir ; je crois que Stoetzel représenta la Sorbonne dans le triumvirat directorial109. L’Institut disposa de quelques fonds de recherche, mais surtout entreprit d’en obtenir du côté de l’industrie. C’est ainsi que Michel Crozier put entreprendre ses enquêtes sur les manufactures de tabac, puis sur les employés de bureau. Une recherche fut lancée dans un laminoir à train continu de l’Est de la France, Mont-Saint-Martin ; une autre, à Grenoble, chez Merlin-Gérin110. Moi-même, j’entrepris une recherche sur les retraités de la région parisienne111.

  • 112 Pollock Frédérick, L’Automation : ses conséquences économiques et sociales. Adaptation fra (...)
  • 113 Henri Péquignot (1914-2003) (père du sociologue Bruno Péquignot) avait effectivement écrit (...)
  • 114 Les Cahiers d’étude de l’automation ont été publiés, sans périodicité régulière, de 1957 à (...)

103L’automation était alors un thème d’actualité. Friedmann fit traduire le livre de Pollock qu’il publia dans la collection qu’il dirigeait aux éditions de Minuit112 et dont je m’occupais avec Robert Pagès (où je me rappelle également avoir « cornaqué » le livre du Professeur Péquignot113 sur l’évolution de la médecine moderne). Pierre Naville obtint un crédit pour lancer une recherche sur l’automation, assez important pour qu’il puisse louer des locaux, Avenue Hoche, et créer sa propre revue Les Cahiers de l’automation, qui dura quelques numéros114. Le Commissariat général à la productivité avait de l’argent, de provenance américaine, pour subventionner ces travaux de sciences humaines. Bref : il existait désormais un courant de recherche empirique suffisant pour alimenter une revue ; de même, on pouvait compter sur un public de lecteurs en puissance.

  • 115 Desroche Henri, Meister Albert, Une communauté de travail de la banlieue parisienne. Essai (...)
  • 116 Dans son article « Une parenté intellectuelle : hommage à l’oncle Simiand », in Variations (...)
  • 117 Ici Jean-René Tréanton fait allusion à sa collaboration au Traité de sociologie du travail (...)

104Dans d’autres domaines (il n’y avait pas seulement la sociologie du travail), les recherches se multipliaient : en sociologie des religions, par exemple, autour d’Isambert et de Poulat (ils créèrent les Archives de sociologie des religions) et, en sociologie du mouvement coopératif et communautaire, autour de Desroche et de Meister115. Indice de maturité : des traités se mettaient en chantier sous la direction de Gurvitch116, d’une part, et de Friedmann et Naville, d’autre part. Beaucoup d’entre nous y étaient associés, plus ou moins directement117.

  • 118 Le rôle d’Edgar Morin, autre « jeune fondateur », avait été déterminant pour la création d (...)
  • 119 Sur les liens avec les éditions du Seuil voir partie II.

105C’est dans ce contexte d’effervescence intellectuelle qu’ont été créées, en 1959, à quelques mois de distance la Revue française de sociologie et Sociologie du travail. Edgar Morin118 joua un rôle décisif, grâce à ses relations avec Julliard, pour faire démarrer la première. Pour la seconde, ce fut Michel Crozier qui nous fit profiter de ses bons rapports avec Bardet, qu’il avait connu au Club Jean Moulin119, pour nous procurer un éditeur : chose essentielle. Les deux revues reçurent l’indispensable bénédiction universitaire : de Stoetzel, pour la première, de Friedmann et Stoetzel pour la seconde.

106Pouvez-nous nous parler des autres fondateurs ? Qui étaient-ils à l’époque ?

107Des quatre fondateurs, Reynaud et Touraine avaient tous les sacrements, puisqu’ils étaient, l’un et l’autre, normaliens et agrégés ; Crozier et moi étions beaucoup plus marginaux, sortant l’un d’HEC, l’autre de Sciences-Po, outre la Faculté de droit.

108D’humeur et de caractère, tous les quatre étaient sans doute assez différents, mais pas au point d’être incapables de travailler ensemble. Sans doute étions-nous assez complémentaires, puisque notre attelage a fort bien fonctionné durant six ans, sans que le moindre heurt me reste en mémoire.

109Pourquoi avez-vous décidé d’appeler cette revue Sociologie « du travail » ?

110Nous avons d’abord pensé baptiser notre enfant Revue française de sociologie du travail que nous avons finalement abrégé en Sociologie du travail tout court. Pourquoi cette expression ? Parce qu’elle est en fait la plus proche de l’anglais industrial sociology qu’il est maladroit de traduire par « sociologie industrielle » : il ne s’agit pas seulement de l’industrie au sens hexagonal du terme.

111On avait une vision assez large du « travail », plus large que celle qu’en avaient les américains à cette époque-là parce que beaucoup d’entre eux pensaient au travail dans une vision du type « École des relations humaines », comme celle présentée par E. Mayo. Tandis que nous, nous en avions une acception plus large, parce qu’il y avait en France une très forte tradition marxiste. Cela renvoyait à tout ce qui concerne la transformation du monde par le travail.

112Comment faisiez-vous fonctionner la revue ?

  • 120 Naville Pierre et Palierne Jacques, « Automation et travail humain : le cas de la “télétyp (...)
  • 121 Bourdieu Pierre, « La hantise du chômage chez l’ouvrier algérien », 4/1962 ; Bourdieu Pier (...)
  • 122 À l’occasion du second entretien qu’il nous a accordé, Jean-Daniel Reynaud a contesté cett (...)
  • 123 Trois articles du psychologue social Robert Pagès ont été publiés dans Sociologie du trava (...)

113Comment nous sommes-nous organisés ? C’est très simple. Chacun d’entre nous prenait la responsabilité d’un des quatre numéros annuels : à lui de veiller à s’assurer les collaborations indispensables en partant à la chasse aux articles, au petit bonheur de ses relations sur l’échiquier universitaire. Je me rappelle que, pour ma part, j’ai apporté l’article de Naville et Palierne sur l’automation120, les deux articles de Bourdieu121, qui était mon collègue à Lille et qui a accepté sans problème toutes les suggestions de Reynaud (si bien que ces pages de Bourdieu, passées au filtre exigeant de Reynaud, sont parmi les meilleures choses qu’il ait signées avant d’accéder au vedettariat)122. J’ai aussi apporté et traduit un article de Suzanne Keller et Marisa Zavalloni intitulé « Classe sociale, ambition et réussite » dans le numéro 1/1962, article qui n’a pas fait mouche en France, mais dont John Goldthorpe dit toute l’importance (en version anglaise, bien entendu) dans l’un de ses derniers livres. Je me revois aussi discutant avec Robert Pagès123 les détails de son article sur « l’élasticité d’une organisation en crise de direction » (il s’agissait de l’École alsacienne, menacée de délocalisation hors du sixième arrondissement). Je m’intéressais en outre à la rubrique critique, car j’ai toujours pensé qu’elle est très importante dans une revue. Très vite, la responsabilité des comptes rendus fut d’ailleurs confiée à Claude Durand et Bernard Mottez, futurs membres de l’équipe « junior » à laquelle nous passâmes le relais en 1966. Je crois me rappeler avoir suggéré l’expression « Poids et mesures » pour désigner des notes critiques un peu plus substantielles et éventuellement polémiques.

  • 124 Par lettre du 28 octobre 1980 à Sociologie du travail, Michel Chodkiewiecz, le nouveau dir (...)

114Nous n’avions que très peu de réunions : l’essentiel se réglait par téléphone. Aux Éditions du Seuil, une personne charmante et très compétente (son nom m’échappe) nous aidait à résoudre toutes les difficultés pratiques. Cela dura jusqu’en 1981124, où il fallut changer d’éditeur, mais ce fut l’affaire de l’équipe « junior ».

115Vous savez le genre de travail auquel on doit se livrer quand on est responsable rédactionnel d’un article de revue : il s’agit de convaincre l’auteur d’accepter telle ou telle amélioration de fond ou de forme. Il y a deux manières de s’y prendre : ou bien on s’en remet à l’auteur pour assurer lui-même la correction ; ou bien on lui propose un nouveau texte remanié. C’est parfois comme si on lui marchait sur les pieds : il proteste avec plus ou moins de véhémence contre cette manière forte. Je vais vous en donner un exemple qui vous amusera. Voici la lettre datée du 29 mai 1960, que j’ai reçue de Pierre Naville à propos de l’article de Naville et Palierne dont je vous ai parlé tout à l’heure :

Mon cher Tréanton, les procédés de la rédaction de Sociologie du travail sont inadmissibles. Sur votre demande instante, je vous ai confié un texte en vous demandant de le lire et de me dire sous quelle forme vous vouliez le publier. J’étais seul à pouvoir décider s’il y avait lieu de faire des modifications et lesquelles. Au lieu de cela vous vous permettez, sans me dire un mot de refondre le texte à votre guise, et encore n’ai-je eu communication du texte que parce que je l’ai demandé à Touraine, étant inquiet de son information d’après laquelle le texte aurait été refait (sans d’ailleurs qu’il songe à s’en étonner). Si, au lieu d’imiter la façon de faire de certains de vos maîtres, vous vous conduisiez correctement, vous m’auriez indiqué ce que vous souhaitiez, et j’aurais fait ce que j’aurais cru possible. Ceci dit, passez votre texte si vous le voulez, mais pas sous mon nom. Je vous autorise seulement à indiquer : « M. Naville publiera prochainement aux Éditions du CNRS, sous le titre “L’automation et le travail humain” le rapport d’une enquête étendue sur les effets sociaux de l’automation réalisée en 1957-1958. Nous remercions M. Naville d’avoir autorisé “Sociologie du travail” à en présenter quelques extraits qui concernent l’introduction de la “télétype-setter” dans certains ateliers de composition mécanique (imprimerie). Cette partie de l’enquête a été réalisée avec la collaboration de M. Jacques Palierne ». Vous pouvez conserver le titre général que vous avez mis. Bien à vous, P.N.

116Naturellement, je me suis récrié : je n’avais jamais eu l’intention de publier le texte sans l’aval de l’auteur. J’avais seulement été court-circuité par Touraine. Cela étant, Naville était tout à fait libre de rétablir son texte primitif si vraiment il le jugeait supérieur : le dernier mot revient toujours à l’auteur, telle est la règle d’or de la revue. Sa colère calmée, il a accepté mon texte à quelques nuances près et naturellement l’a signé avec Palierne. Quand l’auteur prend conscience de votre bonne foi et de votre libéralisme, il est bien rare qu’il ne se rende pas à vos raisons, à condition, bien entendu, qu’elles soient fondées. Tout compte fait, on a perdu moins de temps qu’avec l’autre méthode.

117Pourriez-vous qualifier la revue en « trois mots » ?

118Je dirai maturité, car il y a des choses qui ont mûri à cette époque, effervescence et risque. Car nous prenions un certain risque.

Copie de la lettre de Pierre Naville lue par Jean-Michel Tréanton lors de son entretien, et déposée depuis à la Bibliothèque du Musée social Cédias, fonds Pierre Naville.

Copie de la lettre de Pierre Naville lue par Jean-Michel Tréanton lors de son entretien, et déposée depuis à la Bibliothèque du Musée social Cédias, fonds Pierre Naville.

Notes

1 Entretien réalisé le 16 octobre 2002 à son domicile.

2 Signe d’une époque, semble-t-il, cette expression de « compagnonnage » est également utilisée par Henri Mendras, qui fit, lui aussi, partie, avec Edgar Morin, de cette seconde génération de jeunes sociologues, appartenant au cercle friedmanien. Mendras Henri, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit.

3 Nous reviendrons sur cette organisation collective du travail sociologique dans les parties II et III de cet ouvrage.

4 Le sociologue Bernard Mottez, que nous avons interrogé, évoquait aussi cette très forte proximité, et leur surnom de l’époque : les « Lipset et Bendix » de la sociologie, faisant allusion a un autre duo célèbre de la sociologie américaine.

5 Crozier Michel, Ma belle époque, op. cit., chapitres II et VII.

6 Cette remarque sera reprise et contestée par ses camarades. Lui-même reviendra sur cette affirmation.

7 Les archives retrouvées et présentées dans cet ouvrage permettent de mieux prendre la mesure de la nature de ces conflits, qui ne sont pas sans lien, avec l’institutionnalisation de la discipline et à certaines luttes de pouvoir entre les protagonistes.

8 Michel Crozier est entré au Club Jean Moulin en 1958 et est devenu membre du comité directeur en 1962. [Archives du Club Jean Moulin CJM, Centre d’histoire sociale, Institut d’études politiques de Paris].

9 Il reste que la présence de Georges Friedmann, bien que discrète, est bien là dans les colonnes de la revue. Il inaugure le premier numéro, avec son article « Quelques problèmes de définition et de limites », 1/1959 ; il livrera un second article sur « Sociologie du travail et ethnologie », 2/1961, une longe note en mémoire du psychologue Henri Wallon (1/1964) et une contribution à la rubrique « Poids et mesures » adressée par revue interposée à Pierre Naville, « Proudhonien ? Optimiste », 4/1964. En revanche il n’y a pas d’article de Jean Stoetzel.

10 Les archives retrouvées confirment tout à fait ce témoignage.

11 Jean-Daniel Reynaud confirme et précise ce point dans son entretien en indiquant que les Charbonnages de France avaient, d’après ses souvenirs, souscrit une cinquantaine d’abonnements.

12 Ce point sera discuté dans son second entretien par Jean-Daniel Reynaud. Par ailleurs signalons que dès le numéro 1/1961 ce sont Bernard Mottez et Claude Durand qui furent spécialement chargés de s’occuper de la rubrique des comptes rendus.

13 Herbert Simon (1916-2001) avait axé ses travaux sur l’étude de la rationalité limitée. En 1958 il publie avec son comparse James March un important ouvrage dont Jean-René Tréanton fit une mémorable recension de la traduction française dans Sociologie du travail (3/1965, p. 328-329). March James et Simon Herbert, Organizations, New York, John Wiley and sons, 1958 (trad. française. March James G. et Simon Herbert, Les Organisations, problèmes psychosociologiques, Paris, Dunod, 1964). Signe de l’affinité intellectuelle entre Herbert Simon et Michel Crozier, ce dernier en préfaça l’ouvrage lorsqu’il fut réédité en 1991.

14 1959 probablement. William Foote Whyte (1914-2000), figure centrale de l’École de Chicago, il avait notamment publié Street Corner Society. The Social Structure of an Italian Slum, Chicago, University of Chicago Press, 1943.

15 Touraine Alain, « Entreprise et bureaucratie », 4/1959.

16 Touraine Alain, « Le rationalisme libéral de Michel Crozier », 2/1964 ; Crozier Michel, « Le volontarisme d’Alain Touraine », 3/1964. Pour une présentation des textes de cette « joute » voir partie III du présent ouvrage.

17 Entretien réalisé le 27 août 2002, à son domicile et réécrit par l’auteur. Les notes de bas de pages sont de Jean-Daniel Reynaud lorsqu’elles sont suivies de [Note JDR], les autres ont été rajoutées par nos soins.

18 Stoetzel Jean, La Théorie des opinions, Paris, PUF, 1943 (l’ouvrage a été réédité chez l’Harmattan en 2006 avec une préface de Pierre Fattacini). Sur l’origine de la théorie des opinions voir Jean-Christophe Marcel. Marcel Jean-Christophe, « Jean Stoetzel élève de Maurice Halbwachs : les origines françaises de la théorie des opinions », in L’Année sociologique, vol. 48, n° 2, 1998, p. 329-351.

19 Sur Paul-Hassan Maucorps (1911-1969), voir Isambert-Jamati Viviane, « Paul Maucorps », in Cahiers Internationaux de sociologie, vol. 48, n° 1, 1970, p. 178-179, Cazeneuve Jean, « Paul-Henri Maucorps 1911-1969 », in Revue française de sociologie, vol. 11, n° 1, p. 109-111 ainsi que la notice de Jean-Christophe Marcel : Marcel Jean-Christophe, « Le déploiement de la recherche au Centre d’études sociologiques (1945-1960) », in La Revue pour l’histoire du CNRS, vol. 13, 2005.

20 Paul-Henry Chombart de Lauwe (1913-1998) avait été le fondateur du groupe d’ethnologie sociale au CNRS en 1949. Ses mémoires ont été relatées dans Chombart de Lauwe Paul-Henry et Paquot Thierry, Un anthropologue dans le siècle, Paris, Descartes et Cie, 1996, Chombart de Lauwe Paul-Henry, Chronique d’un pilote ordinaire : qui avons-nous sauvé ? Qui avons tué ?, Paris, Le Félin-Kiron, 2007. La revue Espace et sociétés, n° 103, 2001, lui a consacré un numéro. Sur l’histoire de la sociologie urbaine et la contribution de Chombart de Lauwe voir également Amiot Michel, Contre l’État les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France (1900-1980), chapitre 2, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986.

21 Friedmann Georges, La Crise du progrès, Paris, Gallimard, 1936 [Note JDR]. Pour un développement sur cette trajectoire intellectuelle voir Vatin François « Machinisme, marxisme, humanisme. Georges Friedmann avant et après guerre », in Sociologie du travail, vol. 46, n° 2, p. 205-223.

22 Je me rappelle que Georges Friedmann nous faisait lire Donald Roy, des textes de 1953, notamment Roy Donald, « Work satisfaction and social rewards in quota achievement », in American sociological Review, vol. XVIII, octobre 1953. [Note JDR].

23 Pour un détail de ces « responsabilités » (au service du personnel), voir Perriaux Anne-Sophie, Renault et les sciences sociales 1948-1991, Paris, Seli Arslan, 1999.

24 Jean-Daniel Reynaud fait ici référence à Durkheim et à Mauss et non, comme nous l’avions cru, aux enquêtes sociales du xixe siècle (enquêtes de Villermé et de Le Play en particulier).

25 Jean-Daniel Reynaud fait ici référence aux travaux d’Alain Touraine réalisés à partir de son enquête chez Renault, où il distingue trois phases d’évolution des techniques et du travail. Touraine Alain, L’Évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, Éditions du CNRS, 1955.

26 Lazarsfeld Paul F. et Thielens Wagner, Jr, The Academic Mind, Glencoe, Illinois, The Free Press, 1958 [Note JDR]. Pour une présentation de son œuvre : Lautman Jacques et Lécuyer Bernard-Pierre, Paul Lazarsfeld, 1901-1976 – La sociologie de Vienne à New-York, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1998.

27 Georges Friedmann, dans son séminaire citait le chapitre « The crying Waitress » du livre de William Foote Whyte : Foote Whyte William, Human relations in the restaurant industry, New York, Mc Graw Hill, 1948. [Note JDR].

28 C’est en 1955 lors d’un voyage d’Anselm Strauss à Paris, que Jean-Daniel Reynaud rencontra Strauss pour la première fois. Ce dernier raconte cette rencontre dans Strauss Anselm, « Dear Jean-Daniel », in Variations autour de la régulation sociale, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1994, p. 85-90.

29 Reynaud Jean-Daniel et Catrice-Lorey Antoinette, « L’Attachement à la Sécurité Sociale selon le revenu », l/1960.

30 Di Tella Torcuato, Brams Lucien, Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, Huachipato et Lota. Etude sur la conscience ouvrière dans deux entreprises chiliennes, Paris, éditions du CNRS, 1966.

31 Crozier Michel, « Human engineering », in Les Temps modernes, vol. VII, 1951, p. 44-75 [Note JDR]. Ce texte avait en effet fait l’objet d’une discussion, en 1951 au séminaire de Georges Friedmann. Pour un compte rendu du séminaire, voir Annexe 1, n° 1, [source : archives Alain Touraine, EHESS].

32 À ce sujet voir deuxième partie du présent ouvrage.

33 Une première enquête que Jean-Daniel Reynaud ne mentionne pas a été réalisée sur les étudiants en médecine. Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, « Deux notes à propos d’une enquête sur les étudiants en médecine », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. XX, 1956, p. 124-148. Cette même année Jean-Daniel Reynaud avait aussi publié avec Alain Touraine : Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, « La Représentation politique du monde ouvrier », in Partis politiques et classes sociales, Duverger Maurice (dir.), Paris, Armand Colin, 1955, p. 31-48.

34 Dofny Jacques, Durand Claude, Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, Les Ouvriers et le progrès technique, Paris, Armand Colin, 1966. Sur l’enquête de Mont Saint-Martin voir la deuxième partie de cet ouvrage.

35 Di Tella Torcuato, Brams Lucien, Reynaud Jean-Daniel et Touraine Alain, Huachipato et Lota, op. cit. Nicole Mercier met en évidence une autre dimension du caractère collectif de cette enquête : « Touraine formule les hypothèses, Reynaud réalise l’enquête et Lucien Brams en fait l’analyse avec Torcuato di Tella », in Variations autour de la régulation sociale. Hommage à Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p. 13.

36 Daniel Guerin (1904-1988). Michel Crozier évoque ses relations avec Daniel Guerin dans Ma Belle époque, op. cit, notamment p. 29-31 et 84-86.

37 Crozier Michel, Usines et syndicats d’Amérique, Paris, Éditions Ouvrières, 1951. En lien avec ces recherches il publia préalablement avec Edouard Dolléans une bibliographie commentée (et remarquée) sur le mouvement ouvrier. Crozier Michel, Dolléans Edouard, Mouvement ouvriers et socialistes. Angleterre, France, Allemagne, États-Unis. Chronologie et Bibliographie (1750-1918), Paris, Éditions Ouvrières, 1949.

38 Jean-Daniel Reynaud fait référence ici au Phénomène bureaucratique. Sur la fabrication de cet ouvrage voir Grémion Pierre, « La Construction du phénomène bureaucratique », in L’Analyse stratégique. Autour de Michel Crozier. Colloque de Cerisy, Pavé Francis (dir.), Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. 80-95.

39 Voir l’entretien de Bernard Mottez qui fut l’un de ces « jeunes étudiants », p. 158-160.

40 March James G. et Simon Herbert, Les Organisations, problèmes psychosociologiques, op. cit. Jean-René Tréanton note dans son compte rendu : « Faut-il se réjouir de la traduction ? Trois fois hélas. Le public sur la foi de cette traduction va s’imaginer que March et Simon sont des auteurs non seulement lourds et pâteux mais encore rigoureusement incompréhensibles dans beaucoup de leur démonstrations », (3/1965, p. 328-329)

41 Sartre Jean-Paul, Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard, 1960.

42 Aron Raymond, 50 ans de réflexion politique. Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 585-587.

43 Le point de vue d’Aron était assurément beaucoup plus proche des préoccupations intellectuelles dominantes. Mon article eut peu d’échos et gêna considérablement la rédaction de la Revue française de sociologie, qui tarda à le publier (« Sociologie et raison dialectique », in Revue française de sociologie, 1961 [Note JDR]).

44 Effectivement, lors de sa création, la Revue française de sociologie était composée d’un « comité de patronage » de huit membres : le Doyen Georges Davy, le Doyen Gabriel Le Bras, Raymond Aron, Georges Gurvitch, Michel Lejeune, Henri Levy-Bruhl, Pierre Naville. Elle comprenait un directeur, Jean Stoetzel, un rédacteur, Edgar Morin, une secrétaire de rédaction, deux responsables de rubriques bibliographiques, et enfin, un « groupe de rédaction » composé de Jean Cazeneuve, François Isambert, Jacques Dofny, Henri Mendras et Robert Pages.

45 Jean-Daniel Reynaud revient sur ce point dans son second entretien, en précisant qu’il n’était pas question pour eux d’intégrer des chercheurs communistes. On pense notamment à Madeleine Guilbert (qui a publié plusieurs articles dans la revue) ou Vivianne Isambert-Jamati (qui n’en a pas publié sur la période étudiée).

46 De la même génération que les quatre fondateurs (il est né en 1925) Burkart Lutz fut l’un des principaux animateurs de la sociologie industrielle allemande au cours des années cinquante et suivantes. Il participa avec des chercheurs français à une grande enquête financée par la CECA. Le rôle de « passeur » qui lui revient s’est aussi manifesté par la traduction de plusieurs ouvrages de Georges Friedmann. À cette époque, il suivait par ailleurs de très près les travaux du Club Jean Moulin et avait proposé de faire la traduction allemande de l’ouvrage collectif L’État et le citoyen.

47 Burkart Lutz, « Notes sur la sociologie industrielle en Allemagne », 1/1959.

48 Publiés dans le n° 2/1966.

49 N° 4/1961.

50 Les Cahiers étaient livrés deux fois par an, sous forme de « cahiers doubles ».

51 Dans le contrat des Éditions du Seuil, l’article trois du contrat stipule : « L’Éditeur met à la disposition de l’Auteur une secrétaire deux heures par semaine jusqu’au 1er août 1960. À cette date l’Éditeur aura la liberté d’annuler cette disposition. » [Contrat, Archives des Éditions du Seuil, dossier « Sociologie du travail », IMEC, SGEGS3 B 308 D3]. Si l’on suit Jean-Daniel Reynaud, cette disposition a donc dû être annulée.

52 Meyers Frédéric, « Deux aspects du rôle des négociations collectives en France », 1/1965.

53 Vérification faite voici « l’excuse » : « NDLR – Dans les trois tableaux précédents comme dans ceux qui suivent, des raisons de commodité de reproduction nous ont contraints à respecter la présentation du manuscrit original. Le lecteur français est donc prié de lire, dans tous les chiffres, une virgule là où il y a un point. Ainsi 1.281 doit se lire 1, 281 ; 1.58 se lit 1, 58 ; etc. Tous les taux sont exprimés en francs courants. » (1/1965, p. 17).

54 Paul Durand (1908-1960) était professeur de Droit du travail et animateur de la revue Droit social. Il inaugure le second numéro de la revue en publiant « Droit du travail et sociologie industrielle » in Sociologie du Travail, l/1960. Décédé à 52 ans dans le tremblement de terre d’Agadir, un hommage appuyé lui est rendu dans le n° 2/1960.

55 Bourdieu Pierre, « La Société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », l/1963.

56 Ross Arthur M., « Les Relations professionnelles aux États-Unis dans les dix années à venir », 2/1962.

57 Charles Wright Mills a notamment publié White Collar en 1951 (Oxford University Press). Michel Crozier en a fait une recension dans une note critique dans le n° 2/1960, p. 175-182.

58 À quelques exceptions toutefois : nous renvoyons sur ce point au témoignage de Jean-René Tréanton concernant la « révision » d’un article de Pierre Naville, p. 79-80.

59 Cette rubrique a été crée dans le n° 3/1962. Voir aussi ce qu’en dit Jean-René Tréanton dans son entretien. Dans ce numéro on peut lire un texte d’Alain Touraine consacré à l’ouvrage en deux volume, publié par Parsons Talcott, Shils E., Naegele R. J., Pitts J., Theories of Society, Free Press, 2 vol., 1961 et un texte de Jean-Daniel Reynaud consacré à l’ouvrage de Jean Fourastié, La Grande métamorphose du xxe siècle, essais sur quelques problèmes de l’humanité d’aujourd’hui, Paris, PUF, 1961.

60 Jean-Daniel Reynaud fait référence à François Perroux dans un texte publié sous la rubrique « Poids et mesures » consacré à la Politique des Revenus dans le n° 3/1963. L’ouvrage de François Perroux alors cité est Perroux François, Le IVe plan français, Paris, PUF, 1962.

61 En réalité il s’agit d’une note critique publiée en 1960 avant la création de la rubrique « Poids et mesures ». Reynaud Jean-Daniel, « Une Philosophie du management : Peter Drucker », note critique, 3/1960, p. 260-266. Au total Jean-Daniel Reynaud fournira trois articles pour la rubrique Poids et mesures, le dernier étant consacré, dans le numéro 3/1965 à la critique serrée de la thèse d’Annie Kriegel, Kriegel Annie, Aux origines du communisme français 1914-1920, Paris, La Haye Mouton, 1964.

62 C’était celui de la section du traité de Gurvitch, que j’ai déjà cité. C’était aussi celui du traité de Delbert Miller C. et Form William H., Industrial Sociology, New York, Harper, 1951. [Note JDR].

63 Sur le lien entre le Traité et Sociologie du travail et la revue voir la deuxième partie du présent ouvrage.

64 Jean-Daniel Reynaud fait ici référence aux différents chapitres du Traité de sociologie du travail, où sont intervenus sur un même thème et dans un même chapitre Pierre Naville et Alain Touraine. Naville Pierre, « Division du travail et répartition des tâches », in Traité de sociologie du travail, t. 1, chapitre 11, p. 371-386 et Touraine Alain, « L’organisation professionnelle de l’entreprise », op. cit., p. 387-428. Jean-Daniel Reynaud, quant à lui, avait proposé un article sur « Structure et organisation de l’entreprise », op. cit., t. 2, p. 69-92.

65 Friedmann Georges, « Quelques problèmes de définition et de limites », n° l/1959.

66 Le n° 2/1964 est consacré à ce thème. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans la partie III.

67 Woodward Joan, Industrial Organization : Theory and Practice, Oxford, Oxford University Press, 1965. [Note JDR].

68 Crozier Michel, Petits fonctionnaires au travail, Paris, CNRS, Travaux du Centre d’études sociologiques, 1955. Crozier Michel, « Les attitudes politiques des employés et des petits fonctionnaires », in Partis politiques et classes sociales, Duverger Maurice (dir.), op. cit., p. 85-92. Un exemplaire du questionnaire de l’enquête sur les employé(e) s de bureau est présenté en annexe n° 3.

69 Georges Davy (1883-1976), normalien, agrégé de philosophie a été doyen de la faculté des lettres et à ce titre le premier directeur de l’ISST (jusqu’en 1957) et professeur de sociologie à la Sorbonne de 1944 à 1955.

70 Pour un développement sur ce point voir Kuty Olgierd, « La Naissance de la négociation (1933-1962) », in Sociologies. Revue scientifique internationale, op. cit.

71 Flanders Allan, « Éléments pour une théorie de la négociation collective », l/1968. Fox Alan et Flanders Allan, « La Réforme de la négociation collective : de Donavan à Durkheim », 3/1969.

72 Sellier François, « Cohésion syndicale et niveaux de négociation », 4/1960.

73 Sociologie du travail, 4/1963, numéro spécial « Formation et promotion dans l’entreprise », sous la direction de Jean-Daniel Reynaud.

74 Trentin Bruno, « Les syndicats italiens et le progrès technique », 2/1962. Ancien résistant sous l’occupation en France, ancien dirigeant syndical et communiste italien, Bruno Trentin (1926- 2007) sera par bien des côtés plus proche de la mouvance intellectuelle de la deuxième gauche que ne l’était à l’époque la CGT. Bruno Trentin fut d’ailleurs invité par le Club Jean Moulin à Royaumont.

75 « Ouvriers et syndicats d’Amérique latine », 4/1961.

76 C’est le n° 2/1966, avec les contributions de Robert Ballon, Kazuo Okochi, Taishiro Shirai, Ichiro Nakayama.

77 Touraine Alain, « Le Rationalisme libéral de Michel Crozier », 2/1964 ; Crozier Michel, « Le Volontarisme d’Alain Touraine », 3/1964, op. cit.

78 Pour le lecteur, nous avons présenté de longs passages de ce débat dans la troisième partie de l’ouvrage.

79 Reynaud Jean-Daniel et Bourdieu Pierre, « Une sociologie de l’action est-elle possible ? », in Revue française de sociologie, vol. 7, n° 4, 1966, p. 508-517 et la réponse d’Alain Touraine, Touraine Alain, « La raison d’être d’une sociologie de l’action », in Revue française de sociologie, vol. 7, n° 4, 1966, p. 518-527.

80 Crozier Michel, « Classes sans conscience ou préfiguration de la société sans classes », in Archives européennes de sociologie, vol. 1, n° 2, 1960, p. 233-247.

81 Diffusion atteignant 2 000 exemplaires vendus pour les meilleurs mois. [Sources : archives IMEC, fonds Touraine].

82 Entretien réalisé le 13 décembre 2002 à son domicile.

83 Alain Touraine est peut être un homme « sans mémoire », mais c’est grâce à son souci d’archivage que nous avons pu retrouver des documents précieux, dont certains sont présentés dans la deuxième partie du présent ouvrage.

84 Viviane Isambert-Jamati avait fait l’une des premières recherches de sociologie industrielle sur l’industrie horlogère. Isambert-Jamati Vivianne, L’Industrie horlogère dans la région de Besançon, Paris, Puf, 1955.

85 D’après les archives du CNRS Madeleine Guilbert est rentrée en 1951, la même année que Jean-René Tréanton.

86 Pierre Naville est rentré au CNRS en 1945. Sur la trajectoire de Naville comme sociologue du travail, voir Vatin François, « Pierre Naville et la “passion dans le calcul” : de la métrologie sociale à la sociologique », in Les Vies de Pierre Naville, Blum Françoise (dir.), Lille, Presses du Septentrion, 2007. Sur son rôle au CES voir Lomba Cédric, « Naville et le CNRS : l’administration du Centre d’études sociologiques (1960-1968) », op. cit., p. 267-280 et dans le présent ouvrage.

87 Friedmann Georges, Journal de guerre, 1939-1940, Paris, Gallimard, 1987 (préfaces d’Edgar Morin et d’Alain Touraine).

88 L’Heure du choix, Paris, Les Éditions de Minuit, 1947.

89 Ce point sera relevé par les autres fondateurs dans leur second entretien : eux aussi n’ont pas été communistes. Dans Un désir d’histoire, op. cit, p. 67 et sq, Alain Touraine livre un témoignage éclairant sur le lien avec le PC, rappelant combien « les grands dignitaires de l’université ou du CNRS communistes ne [lui] cachaient pas leur méfiance à l’égard de la sociologie, science bourgeoise ! [...] Nous étions écrasés entre la pensée du PC qui refusait toute étude de la société, qui imposait des dogmes en contradiction flagrante avec la réalité – comme celui de la paupérisation absolue – et une vague atlantiste, réactionnaire, qui emportait une SFIO en profonde dégénérescence ».

90 C’est Alain Touraine lui-même qui se charge d’une note (très) critique du Traité de Sociologie publié sous la direction de Parsons, dans la première rubrique « Poids et mesure » (3/1962, p. 285-288).

91 Le CES était au 54 rue de Varenne.

92 Alain Touraine était le premier des fondateurs à créer son laboratoire. Le LSI était alors « logé » 10 rue Monsieur le Prince, qui fut l’adresse de domiciliation de Sociologie du travail.

93 Nicole de Maupeou travaillait sur les jeunes ouvriers.

94 Il s’agit des Archives européennes de sociologie créée en 1960.

95 Crozier Michel, « Human engineering », in Les Temps modernes, vol. 7, 1951, p. 44-75.

96 Plus exactement, et Jean-Daniel Reynaud a attiré notre attention sur ce point, Charles-André Julien (1891-1991) n’a jamais été ministre sous le Front Populaire… « il était secrétaire général du Comité méditerranéen ce qui était un poste important mais ce qui n’est pas un poste de décision. Il n’a jamais été un homme politique… il a été conseiller de l’Union Française, désigné par le Parti socialiste et puis tout jeune il a été élu au Conseil général d’Oran sous l’étiquette socialiste », nous rappela-t-il lorsque nous l’avons rencontré lors du second entretien. Rajoutons qu’il a été président de la Fédération algérienne de la Ligue des droits de l’homme à l’âge de 26 ans. On lira avec profit son témoignage sur Jean Jaurès, Julien Charles-André, « Souvenirs et réflexions sans prétention », in Le Mouvement social, n° 39, 1962, p. 15-18. Ses archives sont déposées au Centre d’histoire sociale de l’Institut d’études politiques de Paris.

97 Sur l’élection de Jean-Daniel Reynaud à la chaire d’Histoire du travail et des relations professionnelles voir partie II de cet ouvrage.

98 C’est en 1965 que Jean-Daniel Reynaud, avec François-André Isambert devient rédacteur en chef de la Revue française de sociologie. Ils remplacent alors Edgar Morin qui avait été rédacteur de la revue, depuis sa création en 1960.

99 Trois articles. Jean-René Tréanton en a écrit deux, Michel Crozier un et Jean-Daniel Reynaud un.

100 La référence temporelle que donne ici Alain Touraine est antérieure à la naissance de la revue. L’enquête de Mont-Saint-Martin a été réalisée entre 1954 et 1957. Pour une présentation de cette enquête voir la partie II du présent ouvrage.

101 Michel Crozier reviendra sur cette affirmation dans son second entretien.

102 Entretien réalisé le 19 novembre 2002, au Centre de recherche en gestion de l’École Polytechnique.

103 Paul-Hassan Maucorps avait d’ailleurs traduit en français l’ouvrage de Jacob Moreno, publié en 1954. Moreno Jacob, Fondements de la sociométrie, Paris, PUF, 1954.

104 Crozier Michel, Usines et syndicats d’Amérique, Paris, Éditions Ouvrières, 1951.

105 Tréanton Jean-René, Le Syndicat dans l’entreprise américaine, Thèse, Paris, FNSP, 1953.

106 En fait, nous avons retrouvé dans les archives d’Alain Touraine un compte rendu d’une réunion du Groupe de sociologie industrielle de 1952 consacré en particulier à la discussion de l’article de Michel Crozier publié dans Les Temps modernes. Voir annexe 1.

107 Dans un article consacré à Everett Hugues, Jean-René Tréanton avait une première fois relaté sa rencontre avec William Foote Whyte : « Il est temps que les Français accordent à William Foote Whyte une importance au moins égale à celle d’Everett C. Hughes, même s’il était moins francophile. J’ai encore dans l’oreille sa petite phrase sur Georges Friedmann (He lacks a critical mind), lors de notre rencontre sur le campus de Cornell, toujours en juin 1951. Ce n’est pas un mauvais début qu’on vienne de traduire sa Street Corner Society ». Tréanton Jean-René, 1997, op. cit., p. 74.

108 Olga Raffalovitch était Directeur adjoint du travail au ministère du Travail et de la Sécurité sociale et à ce titre membre du Conseil d’administration de l’ISST. Personnalité hors norme, férue de sociologie, elle a joué un rôle clé de passeur entre la haute administration publique du ministère, des grandes entreprises et les sociologues. Olga Raffalovitch assurait une continuité au ministère qui a permis de construire avec les sociologues des relations dans la durée : « Le directeur général adjoint était en fait beaucoup plus puissant que le directeur général. Le DG était à la merci du ministre et risquait de changer à chaque nouveau ministère. Le DG adjoint, en revanche demeurait » rappelle Michel Crozier dans ses mémoires. Crozier, Michel, Ma belle époque, op. cit. p. 136. Voir également le témoignage de Yves Delamotte dans ce volume, p. 157-158.

109 Plus précisément c’est Jean Stoetzel qui fut, à partir du 20 août 1957, suite à la démission de Georges Davy (alors directeur de l’ISST) nommé directeur de la section « recherches » tandis que Paul Durand fut nommé, également en 1957, directeur de la section enseignement avant d’être remplacé - suite à son décès en 1960 - par Marcel David. Quant à Yves Delamotte, il fut le secrétaire général de l’ISST et lors du Conseil d’administration du 13 février 1964, on le promeut directeur adjoint de la branche recherche aux côtés de Jean Stoetzel. Dans la pratique, Yves Delamotte géra (avec Olga Raffalovitch) la section recherche de l’ISST. Les détails de ces nominations successives et les changements organisationnels qui les accompagnent sont précisés dans divers comptes rendus du CA du 5 avril 1957, du 21 mai 1957, 13 février 1964, Archives nationales, versement 20010498 art 194. Ils n’ont pas lieu de faire l’objet de plus longs développements ici.

110 Enquête pilotée par Marc Maurice. Pour une présentation de la trajectoire scientifique voir Maurice Marc, La Construction sociale des acteurs dans l’entreprise, Toulouse, Octarès 2008.

111 Voir notamment, Tréanton Jean-René, « Les réactions à la retraite. Une étude psycho-sociologique », in Revue française du travail, vol. 12, 1958, p. 149-165 ; Tréanton Jean-René, « Le travailleur et son âge », in Traité de sociologie du travail, t. 1, op. cit., p. 282-298 ; Tréanton Jean-René, « Le vieillard dans la famille », in Esprit, n° 317, mai 1963, p. 755-760 (n° spécial sur « Vieillesse et vieillissement »).

112 Pollock Frédérick, L’Automation : ses conséquences économiques et sociales. Adaptation française par Daniel de Coppet, augmentée d’une étude de Pierre Rolle, préface de Georges Friedmann, Paris, Les Éditions de Minuit, « L’Homme et la machine », 1957. C’est Georges Friedmann qui, par ailleurs, initia la grande enquête automation que réalisa Pierre Naville en 1958.

113 Henri Péquignot (1914-2003) (père du sociologue Bruno Péquignot) avait effectivement écrit l’ouvrage : Médecine et monde moderne : l’écran des techniques entre le médecin et le malade, Paris, Les Éditions de Minuit, « L’Homme et la machine », 1953.

114 Les Cahiers d’étude de l’automation ont été publiés, sans périodicité régulière, de 1957 à 1958 (n° 1 et 2) puis sous l’intitulé Cahiers d’étude de l’automation et des sociétés industrielles de 1962 (n° 3) à 1967-1968 (n° 8).

115 Desroche Henri, Meister Albert, Une communauté de travail de la banlieue parisienne. Essai monographique, Paris, Les Éditions de Minuit, « Bibliothèque internationale de sociologie de la coopération », 1955 ; Desroche Henri, Meister Albert, Gaumont Jean, Études sur la tradition française de l’association ouvrière, Paris, Les Éditions de Minuit, « Bibliothèque Internationale de Sociologie de la coopération », 1956 ; Meister Albert, Socialisme et autogestion. L’expérience Yougoslave, Paris, Éditions du Seuil, « Esprit, Frontière ouverte », 1964 ; Meister Albert, « Caractéristiques de l’associationnisme et du militantisme en Yougoslavie », 1/1964.

116 Dans son article « Une parenté intellectuelle : hommage à l’oncle Simiand », in Variations autour de la régulation sociale. Hommage à Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p. 91 ; Jean-René Tréanton fait un récit caustique de l’intervention de Georges Gurvitch : « Quel patron d’ouvrage collectif n’a jamais connu la tentation d’uniformiser par un acte autoritaire, le langage de ses collaborateurs ? Quand il s’appelait Georges Gurvitch et n’était réputé ni pour son équanimité, ni pour son sens du compromis, cette tentation triomphait de tous les scrupules » et il relate une mésaventure arrivée à Jean-Daniel Reynaud à ce sujet.

117 Ici Jean-René Tréanton fait allusion à sa collaboration au Traité de sociologie du travail. Pour un développement voir partie II.

118 Le rôle d’Edgar Morin, autre « jeune fondateur », avait été déterminant pour la création de cette revue, ce que ne manque pas de rappeler Jean Stoetzel à l’occasion du passage de relais : « Après cinq années pendant lesquelles il a dirigé la rédaction de la Revue française de sociologie, notre ami Edgar Morin a demandé à être remplacé dans cette tâche à laquelle il a consacré une partie précieuse de son temps et de son initiative. Personne n’oublie la reconnaissance qui lui est due pour avoir mis sur pied notre revue et lui avoir permis d’occuper la place qu’elle a aujourd’hui parmi les publications scientifiques » (Stoetzel Jean, « Aux lecteurs de la Revue française de sociologie », in Revue française de sociologie, vol. VI, n° 1, janvier-mars 1965, p. 3). Jean-Daniel Reynaud a réagi à cette présentation d’Alain Touraine dans son second entretien, en contestant l’analyse selon laquelle la Revue française de sociologie aurait été le « contraire » de Sociologie du travail.

119 Sur les liens avec les éditions du Seuil voir partie II.

120 Naville Pierre et Palierne Jacques, « Automation et travail humain : le cas de la “télétypesetter” », 3/1960. En réalité les archives indiquent que dans un premier temps c’est Alain Touraine qui sollicita Naville afin qu’il propose un article pour le second numéro. Pour un détail des liens entre Pierre Naville et Sociologie du travail voir partie II.

121 Bourdieu Pierre, « La hantise du chômage chez l’ouvrier algérien », 4/1962 ; Bourdieu Pierre, « La société traditionnelle, attitude à l’égard du temps et conduite économique », l/1963. C’est Jean-René Tréanton qui fera pour Sociologie du travail, un compte rendu élogieux des ouvrages issus des recherches en Algérie. Bourdieu Pierre, Darbel Alain, Rivet, Jean-Paul, Seibel Claude, Travail et travailleur en Algérie, Paris, La Haye Mouton, 1963 ; Bourdieu Pierre, Sayad Abdelmalek, Le Déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964. Voici ce qu’en dit Jean-René Tréanton : « Une analyse incisive du système colonial, une description par l’intérieur des sociétés traditionnelles, un modèle dynamique des répercussions psychologiques et sociales du développement économique ; tout cela, rassemblé par une forte puissance de synthèse, donne un son nouveau dans la jeune sociologie » (Jean-René Tréanton, 1/1965, p. 96).

122 À l’occasion du second entretien qu’il nous a accordé, Jean-Daniel Reynaud a contesté cette version : « Alors bien entendu il n’y a pas de raison que ma mémoire soit meilleure que la sienne mais il y a quand même deux raisons. La première c’est que c’est quand même moi qui ai fait le travail donc je crois savoir ce que j’ai fait. Mais la deuxième qui est beaucoup plus forte, c’est que je ne me vois vraiment pas réécrire le texte de Bourdieu. Je m’entendais très bien avec Bourdieu, je ne me serais jamais permis cela. Je n’ai rien réécrit, j’ai en effet coupé, recollé avec les ciseaux et la colle. J’affirme que n’ai pas changé un mot, je crois que c’est vrai. »

123 Trois articles du psychologue social Robert Pagès ont été publiés dans Sociologie du travail entre 1961 et 1965 : « Une intervention psychosociologique sur les structures et les communications », 1/1961 ; « Aspects élémentaires de l’intervention psychosociologique dans les organisations », l/1963 ; « L’élasticité d’une organisation en crise de direction », 4/1965.

124 Par lettre du 28 octobre 1980 à Sociologie du travail, Michel Chodkiewiecz, le nouveau directeur du Seuil, décide de mettre fin au contrat qui liait les éditions du Seuil à la revue [Archives IMEC, fond Alain Touraine, dossier Seuil TRN 914]. Certaines raisons de ce changement sont explicitées dans le « Liminaire » signé par Michel Amiot au nom du comité de rédaction « Sociologie du travail change d’éditeur », 1/1982. Une double conjonction est évoquée : la pression du marché et la disparition des affinités entre la nouvelle direction de la maison et le comité. Marque des liens affinitaires tissés au fil du temps : « Continuez à être aussi gourmand qu’un vieux cuisinier et aussi pur qu’un jeune militant » avait écrit Alain Touraine à Jean Bardet lorsque celui-ci avait quitté le Seuil en 1979. [Sources : Archives du Seuil, dossier Touraine, 70 n° 2 TRN 13 IMEC 180 185].

List of illustrations

Caption Première page de la Charte du Club Jean Moulin, juillet 1958. En 1958, le Club avait été constitué afin d’organiser une résistance contre de Gaulle soupçonné de préparer un coup d’État. Dans sa remarquable histoire du Club, Claire Andrieu (Pour l’amour de la République, le Club Jean Moulin, 1958-1970, Paris, Fayard, « Pour une histoire du xxe siècle », 2002, p. 16) rappelle qu’à la fin de la guerre d’Algérie « l’urgence n’était plus à l’adoption d’une politique alternative touchant les droits fondamentaux des individus ou des peuples, mais [...] à la mise en jeu du mécanisme de l’alternance politique rendue possible par l’élection du président de la République au suffrage universel ». C’est alors qu’à partir de 1962 le Club s’engage dans une première reconversion et opte « pour une solution de “troisième force” », une « tentative de rénovation de la gauche non communiste » qui conduira par exemple, au soutien de la candidature de Gaston Deferre à la présidence de la République en 1963. [
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5066/img-1.jpg
File image/jpeg, 177k
Title Carte de visite de Jean Myon, retrouvée dans les archives du CADIS, fonds Alain Touraine, EHESS.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5066/img-2.jpg
File image/jpeg, 11k
Caption Fiche d’adhésion de Jean-Daniel Reynaud au Club Jean Moulin, décembre 1961. « Présenté » par Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud est devenu membre du Comité Directeur en 1964. Plusieurs années plus tard, en 1968, c’est lui qui « présenta » Yves Delamotte. Signalons que Georges Friedmann était lui aussi membre du Club Jean Moulin (sollicité très tôt par Georges Suffert, il y adhéra en 1959). Michel Crozier avait aussi « recruté » d’autres sociologues que l’on retrouve parmi les contributeurs de Sociologie du travail : Lucien Karpik (1963), Jean-Pierre Worms, Alfred Willener (1962). Jacques Lautmann fut également membre du Club (1960). On trouve d’autres noms de sociologues : Chombart de Lauwe, Remi Clignet, Stanley Hoffmann (proche ami de Michel Crozier). [Archives du Club Jean-Moulin, FNSP, CHS].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5066/img-3.jpg
File image/jpeg, 43k
Caption Affiche du CES annonçant la venue de Jacob Moreno en avril 1951 [Archives du CNRS, versement 19780305 art 11, Atelier photographique des Archives nationales/S. Reby]. Jean René Tréanton, rappelle, par ailleurs, que Georges Gurvitch avait, dans le numéro trois des Cahiers internationaux de sociologie, consacré un article à l’œuvre de Jacob Moreno, « Microsociologie et sociométrie », tandis que leur revue Sociometry, avait publié un article de Paul H. Maucorps « Sociometric tests in the French army » dont, indiquait Jean-René Tréanton « celui-ci n’est pas peu fier ». Tréanton Jean-René, « Une rencontre avec Everett C. Hugues », op. cit., p. 74).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5066/img-4.jpg
File image/jpeg, 61k
Caption Affiche du CES annonçant pour l’année 1956-1957 les programmes des différents séminaires.[Archives du CNRS, versement 19780305 art 11, Atelier photographique des Archives nationales/S. Reby].
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5066/img-5.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Copie de la lettre de Pierre Naville lue par Jean-Michel Tréanton lors de son entretien, et déposée depuis à la Bibliothèque du Musée social Cédias, fonds Pierre Naville.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/5066/img-6.jpg
File image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search